Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

II - Construction des connaissances

A. Premières descriptions et plans anciens

Claude Vibert-Guigue

Texte intégral

1Dès 1922, J.‑B. Chabot dresse un historique des interventions et des études du tombeau des Trois Frères dans son article Choix d’inscriptions de Palmyre. Il s’agit ici de le compléter en mettant l’accent sur l’activité des explorateurs danois, allemand, russe et français au tournant des xixexxe siècles.

2Le premier tombeau hypogée, peint, vu à Palmyre a été visité en 1893 par le savant danois Østrup. Des études danoises récentes, entreprises dans le cadre du Palmyra Portrait Project, ont conduit à conclure qu’il s’agirait non du tombeau des Trois Frères, mais d’un autre fortement similaire (supra p. 60sq) (pl. 5. 4). Le savant qui avait prévu de revenir, avait pris le soin de reboucher l’entrée, et s’était limité à un croquis en plan et quelques descriptions des aménagements et peintures qu’il publia en 1894 (pl. 6. 1).

3Si l’on suit cette hypothèse, le tombeau des Trois Frères a fait l’objet de deux premières explorations rapprochées : celle de l’Allemand Moritz Sobernheim en 1899, qui publie un plan en 1900 (pl. 6. 2), puis celle du Russe Feodor Theodor Uspenki en 1900 qui publie un plan et une coupe en 1902 (pl. 6. 3). Plus tard, en 1914, Jaussen et Savignac se rendent au tombeau, le documentent, comme leurs prédécesseurs, mais ils ne publient pas.

4On constate alors que les documents rapportés, en dehors des plans, ne sont pas tous publiés par ces explorateurs qui les confient pour ce faire à d’autres savants, sans que ces derniers aient visité le tombeau.

5Les clichés inédits de Sobernheim (mission 1899) sont publiés en allemand en 1901 par Strzygowski (pl. 2), ainsi que le plan sans modification (pl. 6. 2). Ceux d’Uspenki (mission 1900) le sont par le Russe Farmakowski en 1903 (pl. 3) : il reprend et améliore le plan et les coupes (pl. 6. 4), et apporte photographies, aquarelles et schémas. Les documents restés inédits de Jaussen et Savignac (mission 1914) sont publiés en 1922 par un autre Français, Jean-Baptiste Chabot : apparaissent un plan (pl. 6. 5) et des photographies (pl. 8).

  • 1 Selon F. Cumont, les clichés auraient été pris durant la guerre par les archéologues allemands, in (...)

6Ajoutons enfin deux clichés publiés par Ahmed Djemal Pascha en 1918 (pl. 9. 1 et 21 : un commentaire de la planche 68 indique que Sobernheim est l’auteur des clichés ; cependant la prise de vue de l’exèdre (pl. 9. 1) est légèrement différente de celle publiée par Strzygowski (pl. 2. 1) ; en revanche, le cliché des pilastres (pl. 9. 2) est proche de la figure 2 de Strzygowski (pl. 2. 3), mais sa qualité de reproduction est excellente : il s’agit du meilleur cliché retrouvé à ce jour des pilastres à Victoires.

Strzygowski

  • 2 Repris de Sobernheim 1900, 215 ; plusieurs éléments ne correspondent pas tout à fait à la descript (...)
  • 3 En réalité 6,10 x 4,20 m.

7Strzygowski publie Orient oder Rom en 1901 sur la base de documents réalisés au printemps 1899 par Sobernheim (pl. 6. 2). Sans indication des parties lacunaires mais coté et complété de quelques désignations (verschütteter Zugang, Wand, Zimmer), le plan livre une image épurée du tombeau sans refléter son aspect dégradé, ni reproduire fidèlement tous les aménagements ; de plus il réduit le nombre de travées dans l’exèdre axiale. La figure est légendée : « Grundiss eines gewölbten Höhlengrabes in Palmyra. Massstab 1 :200. Nach einer Aufnahme von Robert Otzen, Palmyra 1899 ». « L’entrée de la catacombe est aujourd’hui ensevelie. On y descend par une sorte de cheminée terminée par un trou étroit qui mène à la pièce centrale marquée I sur le plan 2. Elle a 4 x 4 m 3, et sur trois côtés des arcs de 1 m de large ouvrent sur les chambres funéraires, tandis que le quatrième côté constitue le débouché de l’entrée éboulée. Le visiteur se trouvait donc face à trois chambres funéraires ouvrant devant lui et latéralement. Cette organisation simple et claire de l’ensemble mérite d’être notée. La pièce centrale est sans décor et voûtée d’arêtes. Son sol est aujourd’hui de 1 à 2 m plus haut que les chambres qui donnent sur elle. »

Uspenski

8Uspenski publie en 1902 Les monuments archéologiques de Syrie, à la suite de son expédition. Il fait paraître, de manière sommaire mais respectueuse de l’état archéologique, un plan accompagné d’une coupe sur l’exèdre peinte (pl. 6. 3).

  • 4 Uspenski 1902, 127.

9Il raconte comment on pénètre dans le tombeau grâce à un étroit passage au-dessus d’une arche de pierre, la porte, et décrit en premier lieu les loculi. Il note p. 127 qu’« aujourd’hui presque tous les lieux de sépulture sont déjà détruits, les squelettes sont partiellement détruits ou rejetés au‑dehors. Il est cependant extrêmement possible que sous la couche de détritus on trouve encore des sépultures intactes mais pour cela il faudrait nettoyer tous les lieux de sépulture 4 ».

10Il reconnaît que la particularité du tombeau est d’avoir des sarcophages, et que « les fragments dont on a parlé proviennent bien de leur destruction barbare ». Suit une description qui se veut précise de l’état de conservation. Il ajoute : « On peut avoir une idée du degré de destruction de cette salle d’après l’épaisseur de terre et de débris qui recouvre la moitié du sarcophage en question ; c’est là qu’on a retrouvé, très dispersés sous nos pieds et recouverts partiellement par du cailloutis, les bustes décapités : ils ne pouvaient pas provenir de reliefs, car c’étaient des bustes préparés séparément, à l’évidence destinés à ce sarcophage ». Peut‑être faut‑il voir ici des blocs sculptés bouchant les deux ouvertures sur le petit côté frontal des deux repose‑cuve de sarcophage. Il fonde son point de vue sur des témoignages de fellah :

11« Les bustes que j’ai pu voir à Beyrouth, Damas et Kara‑Tépé, comme provenant de Palmyre, constituent le butin sculpté le plus commun des nécropoles ; ces bustes attirent les fellahs locaux et les poussent à chercher de nouvelles grottes, à ouvrir les passages qui y mènent et à piller les monuments qu’elles contiennent. Quelle est la place qu’occupe ce genre de bustes dans les nécropoles ? Un des fellahs locaux qui les vendent nous a expliqué qu’ils se trouvent habituellement devant chacun des compartiments réservés aux défunts et reposant sur la partie basse de chaque compartiment ».

12Immédiatement après ce constat suit une évocation des bustes de femme à l’enfant :

13« Ce type de buste si généralement répandu de femme à l’enfant appartient bien à des monuments funéraires et [qu’]ils ont été récupérés dans des nécropoles ; la technique de ces bustes est presque toujours la même : un bon travail de l’avant du visage, lèvres, nez, front assez uniformes, la coiffure à bandeaux et bandeau sur les cheveux ; mais ensuite tous les détails sont extrêmement grossiers, surtout les mains et les doigts seulement ébauchés ».

14L’auteur poursuit sommairement son parcours et arrive à l’exèdre peinte, en s’arrêtant aux dames des piédroits, dont il précise d’abord que les peintures ont été altérées par un système de fermeture. Par symétrie, il restitue dans les bras de la femme du piédroit nord un enfant qui aurait été endommagé par la mortaise et son canal. Il décrit ensuite les génies qui portent des médaillons, quatre à bustes féminins et cinq masculins. Si Ganymède est reconnu, la scène de la lunette lui échappe :

15« La scène représentée dans le demi-cercle entre la voûte et la corniche au fond de la salle, est plus difficile à comprendre. Ici, la peinture ne s’est pas bien conservée partout, à cause de l’humidité ; ce qui complique la tâche c’est que la scène se trouve très haut, qu’il n’y a pas de lumière et qu’on ne peut approcher pour l’étudier ».

16Il termine la description en signalant que « Sur la majorité des tombes, on trouve des inscriptions en araméen ».

Farmakowski

  • 5 Farmakowski 1903, 5.

17Boris W. Farmakowski, dans sa publication de 1903 5, fournit des précisions et des commentaires : « Le plan qui a été fait par R. Otzen a été publié par Strzygowski ; après vérification il s’avère inexact. » Il précise : « Nous-mêmes, tout comme Strzygowski [qui s’était fondé sur des matériaux que lui avait fourni Sobernheim] n’avons pas été personnellement à Palmyre ».

  • 6 Uspenski 1902, 120sq.
  • 7 Uspenski 1902.

18Farmakowski précise que c’est l’expédition de l’Institut archéologique russe de Constantinople en 1900, dirigée par Uspenski 6, qui lui a fourni de nombreuses photographies, des relevés et des dessins aquarellés exécutés sur place par les membres de l’expédition 7, avec une description détaillée de la grotte. Uspenski lui a transmis tout le matériel récolté en lui proposant de le traiter dans un article à part dans les Izvestia.

  • 8 Uspenski 1902, figure 22.

19Ainsi, le plan publié 8 à l’échelle du 1/400e de l’ouvrage de Uspenski, accompagné d’une coupe dans l’exèdre peinte (sans rendu du décor) (pl. 6. 3) se superpose assez bien avec les dessins en plan (pl. XXII) et en coupe (pl. XXIII) élaborés par Farmakowski (pl. 6. 4). Ce d’autant mieux, que l’expédition de Uspenski avait levé un plan archéologique du tombeau avec indication des parties écornées par des éboulements, à l’entrée (du côté intérieur) et aux angles opposés de l’espace considéré comme un vestibule.

20L’escalier intérieur, encore enseveli sous les sédiments effondrés de la voûte, n’est pas représenté. D’autres relevés ont dû être faits dans le tombeau, si l’on considère les modifications et ajouts portés sur la mise au net du plan. Deux coupes, représentant de manière identique un état archéologique de l’hypogée, font état du mobilier sculpté dessiné en coupe‑élévation dans les deux exèdres opposées, nord et sud. À signaler sur la coupe EF, à mi‑hauteur devant la porte, une « ligne noire », flottante en quelque sorte, donnant l’impression de « deux mots » qui n’ont pu être déchiffrés.

Jaussen et Savignac

  • 9 Chabot 1915, 26 signale une documentation perdue : « Cette mission a donné les meilleurs résultats (...)

21Un plan établi en 1914 par Jaussen et Savignac lors d’une mission épigraphique confiée par la commission du Corpus inscriptionum semiticarum de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres a été publié par Chabot en 1922 9 (pl. 6. 5). L’orthogonalité règne, les parties effondrées sont rendues en hachures, quelques cotes sont indiquées, et les inscriptions numérotées. La coupe longitudinale indique encore « sable et décombres » et la ligne de voûte originale est restituée en ligne de points. Une coupe de l’exèdre nord est également proposée.

22Le plan sert surtout à la numérotation des inscriptions pour le Corpus des Inscriptions Sémitiques.

Notes

1 Selon F. Cumont, les clichés auraient été pris durant la guerre par les archéologues allemands, information reprise par H. Kraeling.

2 Repris de Sobernheim 1900, 215 ; plusieurs éléments ne correspondent pas tout à fait à la description.

3 En réalité 6,10 x 4,20 m.

4 Uspenski 1902, 127.

5 Farmakowski 1903, 5.

6 Uspenski 1902, 120sq.

7 Uspenski 1902.

8 Uspenski 1902, figure 22.

9 Chabot 1915, 26 signale une documentation perdue : « Cette mission a donné les meilleurs résultats : après un séjour d’un mois au milieu des ruines, les explorateurs ont rapporté plus de 200 estampages, une centaine de photographies et de nombreux relevés. Malheureusement tous ces documents rapportés à Jérusalem y sont demeurés, exposés au pillage et à la destruction ». Plus tard, Chabot 1932, 100, indique : « Lorsqu’au mois de juin 1914, les PP. Jaussen et Savignac se rendirent à Palmyre, à la demande de la Commission, ils avaient déjà en main des épreuves de ce volume sur lesquelles étaient notées les vérifications à faire. Le succès de leur mission dépassa nos espérances. Ils recueillirent une centaine de textes nouveaux, dont quelques-uns d’un grand intérêt. Mais le jour même où ils quittèrent Palmyre, survint la déclaration de guerre, et nous ne pûmes entrer en possession des documents qu’en 1919 ». Ces documents n’apparaissent pas dans Jaussen et Savignac 1920.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search