Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

I - Historiographie

B. Contexte intellectuel et scientifique russe

Texte intégral

Palmyre dans les travaux des savants russes (Alexandre Nikitine. Traduction du russe : A. Nercessian)

  • 1 Abamelek‑Lazarev 1884.
  • 2 Une verste vaut 1066,8 m.
  • 3 Un archine vaut 0,71 m.

1Indépendamment des voyageurs isolés qui ont visité Palmyre au xixe siècle, on peut dire que la première expédition scientifique russe dans cette ville antique en 1882 (pl. 4. 1), a été le voyage du prince Sémion Sémionovitch Abamelek‑Lazarev (1857‑1916), archéologue amateur (pl. 4. 2). Il a fait une description détaillée de la ville, une campagne de photos sur les principaux monuments et copié des inscriptions, dont la grande inscription bilingue (grec et araméen) de la stèle de pierre qu’il a découverte en 1882. Le bilan de ses travaux a paru dans une monographie séparée 1. Il parle de sa trouvaille ainsi : … au troisième jour après mon arrivée, deux Bédouins me montrèrent une petite inscription, à l’ouest des ruines, à une distance d’une verste 2 de la cour d’entrée dans le temple du Soleil entre des ruines magnifiques appelées Sérail et le cimetière musulman. L’inscription était gravée sur une petite pierre qui sortait verticalement de terre sur un demiarchine 3. J’ai lu deux lignes dans un grand et élégant caractère et d’après le sens des mots et la position verticale de la stèle, j’en conclus que j’avais là le titre de l’inscription. J’ai un peu fouillé le sable et, immédiatement sous les lettres précédentes, commençait une grande inscription en araméen, assez bien conservée. Étant données les grandes dimensions de la pierre, j’ai immédiatement enrôlé six ouvriers qui ont dégagé la pierre en un jour et demi. Amabelek‑Lazarev fit un estampage de l’inscription et copia la partie grecque du texte.

  • 4 1829‑1916.

2Parmi d’autres savants, Vassili Vassilievic Latychev (1855‑1921) professeur de grec classique, s’est penché sur la partie grecque de l’inscription. Son texte complet – grec et araméen – fut publié par Melchior de Vogüé 4 en 1883, d’après les matériaux que lui a envoyés Amabelek‑Lazarev. D’autres savants français, allemands et russes participeront à la lecture du texte et à son l’interprétation parmi lesquels Paul Foucard, Eduard Sachau, P. Schroeder, G. Dessau, P. Cagnat, S. Rekkendorf, P. Konstantinovic Kokovcov.

3Pendant ce temps, l’inscription était demeurée à Palmyre, exposée à tous les vents, ce qui compliquait son étude. C’est pourquoi, le 22 avril 1899, à la réunion de la division orientale de la Société archéologique russe, P. Konstantinovic Kokovcov (1861‑1942) (pl. 4. 3) proposa d’acquérir l’inscription et de la transporter en Russie. Sur demande de l’Académie des Sciences de Russie, l’Ambassadeur entama des pourparlers avec les autorités turques (la Syrie à cette époque faisait partie de l’Empire ottoman), qui répondirent favorablement à la demande de l’Académie. Le sultan Abdul‑Hamid II (1876‑1928) donna son accord au transfert de la stèle de Palmyre en qualité de présent diplomatique du gouvernement ottoman à l’Empereur de Russie. L’ambassadeur, I. Zinoviev, confia alors au directeur de l’Institut archéologique russe Feodor Ivanovic Uspenski (1845‑1928) le soin se rendre sur place afin d’évaluer les conditions de transport de la dalle. En mai 1900, Uspenski se rendit à Palmyre, accompagné de Jacob Ivanovitch Khoury, drogman hors cadre du consulat général de Russie à Jérusalem (pl. 4. 4). Ayant vu l’inscription, il conclut qu’il valait mieux, pour pouvoir la transporter, scier cette pierre de quinze tonnes le long des méplats qui séparaient les quatre panneaux (pl. 4. 5).

4Pendant ce temps, les pourparlers entre les diplomates russes et le gouvernement turc se concluaient heureusement, et lors de l’audience du 13 octobre 1900 le Sultan annonça à l’ambassadeur de Russie qu’il lui offrait l’inscription et l’autorisait à l’emporter en Russie. L’organisation du transport fut confiée à Khoury, un Arabe chrétien, bon connaisseur des conditions locales et susceptible de trouver un langage commun avec les habitants.

5Le 4 mai 1901, Jacob Khoury quitte Jérusalem et le 9, il est à Damas. Il y reste huit jours pour former sa caravane et embaucher des ouvriers. Le 21 mai, il atteint Palmyre et commence à déterrer la pierre et la scier (pl. 4. 6). Les complications bureaucratiques ne manquèrent pas car le gouverneur local exigea que Constantinople lui donne une confirmation de l’autorisation de conduire les travaux. Le 15 juillet, Khoury quitte Palmyre, après avoir chargé sur des chariots l’inscription sciée en quatre parties (pl. 4. 7). Le 26 juillet la caravane arrive à Damas, et de là, le chargement est acheminé à Beyrouth où il est emballé dans des caisses spéciales. Le 28 novembre, les dalles sont transportées par mer, arrivent à Odessa, puis à Pétersbourg, en train. Le 23 février 1904, le Tarif douanier est installé à l’Ermitage. Le Musée conserve le compte‑rendu manuscrit de Khoury comportant une description détaillée du processus de récupération, emballage et transport de l’inscription, ainsi qu’une série de photographies immortalisant toutes les étapes des travaux.

  • 5 Schlumberger 1937, 271sq.
  • 6 Schifman 1980 et 2014.

6Son transport à Pétersbourg facilita l’accès des chercheurs à l’inscription. La publication du texte permit l’élargissement des recherches consacrées à Palmyre, cantonnées jusqu’alors presque uniquement à son histoire politique. Dans l’étude des systèmes d’imposition de l’Antiquité, Rostovtseff donne sa place au Tarif dans les sources. En 1937, D. Schlumberger 5 publie une étude sur la structure du Tarif de Palmyre. En 1961, S. Kodama donne une traduction du texte en japonais. L’édition complète en russe du Tarif de Palmyre est l’œuvre de Ilia Sholeimovitch Schiffmann (1930‑1990) 6 (pl. 4. 8).

  • 7 Kokovcov 1908, 277‑302 pl. IX‑XIII.
  • 8 Zejmal’ 1994‑a, 76‑85 ; Zejmal’ 1994‑b, 236‑248 ; Saverkina 1971.

7L’activité de Khoury à Palmyre ne s’est pas limitée au transport du Tarif. Il a également copié un grand nombre d’inscriptions araméennes, photographié des sculptures et peintures de nécropoles souterraines, en particulier celle dite des Trois Frères (pl. 4. 9, 10). Les inscriptions ont été publiées en 1908 par P. Konstantinovic Kokovcov, qui donne également les inscriptions des stèles funéraires du Musée de l’Institut russe d’Archéologie de Constantinople 7. Six de ces stèles sont entrées dans les collections de l’Ermitage en 1914. Trois stèles avaient été offertes au Musée en 1909 par Cyrille, Patriarche d’Antioche (pl. 4. 11, 12). Tous ces documents ont été dûment publiés et mis à la disposition de la recherche 8.

8Une petite collection de tessères palmyréniennes (ces jetons en argile servant de billets de loterie ou de droit d’entrée aux assemblées) a été publiée en 1939 par Andrey Iakovlievic Borissov 9 (pl. 4. 13). Les études palmyréniennes se poursuivent au Musée de l’Ermitage et les objets des collections entrent périodiquement dans les catalogues des expositions temporaires thématiques. Enfin, en 2015, la collection des antiquités palmyréniennes a été mise en ligne sur le site du Musée 10.

9Étant donné que pour la tombe des Trois Frères, Farmakowski s’était appuyé sur des relevés, photos et aquarelles, il était tentant d’essayer de retrouver ces documents préliminaires. Mais où les chercher ?

10Notre homme ayant fait sa carrière à Saint‑Pétersbourg, le point de chute possible de ses archives était l’Institut d’Histoire de la Culture matérielle (nom officiel de l’Institut d’archéologie) qui possède des archives, des documents divers et des photographies.

11Malheureusement cette recherche n’a guère donné de résultats ; l’autre piste suggérée par l’archiviste – le service des archives photographiques – s’est également révélée décevante puisqu’il ne possède que les clichés qui ont trait aux fouilles d’Olbia.

12Farmakowski ayant été conservateur au Musée, c’est donc un autre point de départ raisonnable. C’est d’ailleurs là que la veuve a déposé les papiers de son mari. Une cascade d’autorisations plus tard, on nous remet un dossier Farmakowski, qui ne contient rien d’utile pour notre sujet, sinon une biographie sommaire en forme de dates‑clefs.

13La pauvreté des résultats révélait à l’évidence une erreur d’aiguillage, causée par notre focalisation sur l’auteur. Il aurait fallu d’emblée s’intéresser à l’Institution – l’Institut russe d’archéologie de Constantinople, et son directeur Uspenski.

14Un entretien avec le byzantinologue de l’Ermitage, Yuri Alexandrovic Piatnitski a réorienté notre quête vers les Archives de l’Académie des Sciences, où une partie des archives constantinopolitaines a été déposée.

15Nous y avons trouvé une description des archives sur Palmyre dont un dossier (no 117) concernait les recherches sur les travaux conjoints avec les Français sur le mont Athos ; un autre, plus intéressant (no 164) contenait non pas les photos elles‑mêmes, manquantes, mais le catalogue, précieux du moins pour savoir ce qui avait été photographié. La majorité des photos, faites lors de la tournée Uspenski en Syrie du Nord, concerne le Tarif, mais une quinzaine sont consacrées à la « grotte ». Indubitablement, elles ont servi à Farmakowski pour son travail. C’est en définitive le conservateur de l’Orient antique, Alexandre Nikitine, qui nous a révélé que ces photographies se trouvaient « au département de l’Orient antique de l’Ermitage » et nous les a fait parvenir (pl. 4).

16Nous avons eu alors les réponses à nos questions les plus élémentaires. Cependant, pour faire le tour complet du sujet, d’autres fonds d’archives à dépouiller (Académie des Sciences, Archives historiques, bibliothèque de l’Académie des sciences…) nous auraient peut‑être donné des dessins et aquarelles et surtout des plans. Tout mène à penser qu’ils existent et qu’un peu de temps nous les fera trouver.

17À quelque chose malheur est bon : si l’article de Farmakowski était resté accessible à Damas, certaines questions n’auraient pas été effleurées et la plongée dans les archives n’aurait pas eu cette urgence. Urgence qui nous apparaît justifiée à mesure que les jours passent et que l’actualité recouvre la destruction de Palmyre de nouveaux drames.

Notes

1 Abamelek‑Lazarev 1884.

2 Une verste vaut 1066,8 m.

3 Un archine vaut 0,71 m.

4 1829‑1916.

5 Schlumberger 1937, 271sq.

6 Schifman 1980 et 2014.

7 Kokovcov 1908, 277‑302 pl. IX‑XIII.

8 Zejmal’ 1994‑a, 76‑85 ; Zejmal’ 1994‑b, 236‑248 ; Saverkina 1971.

9 Borisov 1939, 221‑227.

10 http://www.hermitagemuseum.org/wps/portal/hermitage/learn/interesting_themes/palmira/?lng=fr (Antiquités palmyréniennes au musée de l’Ermitage).

http://www.hermitagemuseum.org/wps/portal/hermitage/learn/interesting_themes/items/palmira_stellas/?lng=fr (Stèles funéraires).

http://www.hermitagemuseum.org/wps/portal/hermitage/learn/interesting_themes/items/palmira_tarif/?lng=fr (Tarif).

http://www.hermitagemuseum.org/wps/portal/hermitage/learn/interesting_themes/items/palmira_history/?lng=fr (histoire).

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search