Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie religieuse au Liban sous l'Empire romain

 | 
Julien Aliquot

Première partie : Le paysage sacré

Première partie : Introduction

Texte intégral

Fig. 3. Paysage du Liban : Baalbek, la Békaa et le Makmel.

Fig. 3. Paysage du Liban : Baalbek, la Békaa et le Makmel.

Photo J. Aliquot 2009.

1La topographie libanaise est marquée essentiellement par la présence de la montagne : les chaînes jumelées du Mont Liban et du système formé de l’Antiliban et du Mont Hermon, qui encadrent la haute plaine de la Békaa, constituent les systèmes montagneux les plus élevés du Proche-Orient ; elles alimentent les principaux fleuves et rivières de la région tout en barrant la route aux précipitations, aggravant ainsi la sécheresse de la steppe syrienne. Aux yeux des auteurs anciens, cette originalité géographique fonde l’idée de l’altérité irréductible des habitants qui occupent le Liban : dans leurs écrits, la montagne est le domaine exclusif des dieux, des bêtes sauvages et de barbares qui se fondent dans le décor et dont le mode de vie s’oppose au leur, celui de citadins (chapitre 1). À l’époque romaine, cependant, tandis que Rome réorganise les territoires libanais, le regard que ces derniers portent sur leur environnement évolue : loin de reléguer les éléments caractéristiques du paysage sacré aux confins de la civilisation, les habitants des villes leur réservent désormais une place primordiale dans la construction de leur identité culturelle et religieuse (chapitre 2). Effective autant que symbolique, cette domestication du Liban accompagne la formation d’un réseau de villages et de sanctuaires (chapitre 3).

Table des illustrations

Titre Fig. 3. Paysage du Liban : Baalbek, la Békaa et le Makmel.
Crédits Photo J. Aliquot 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 366k

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540