Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

Remerciements

Texte intégral

1Les remerciements d’usage offrent l’opportunité de revenir sur la genèse du projet et sur son déroulement. C’est l’architecte Jacques Seigne, familier des ruines palmyréniennes, qui nous a signalé en 2003 des travaux de protection du tombeau des Trois Frères et la question soulevée autour du pâlissement des peintures.

2Les premières prises de contact à la DGAMS se sont révélées décisives, et nous remercions en premier lieu de leur confiance et de leur soutien les directeurs successifs de la DGAMS, Tammam Fakouche et Bassam Jamous.

3Dès notre arrivée à Palmyre, nous avons été accueillis par Walîd al-As‘ad, ingénieur civil à la DGAMS, directeur du département des Antiquités de Palmyre, qui avait conduit dans et autour de l’hypogée des travaux de protection en 2000. Nous avons eu la chance de bénéficier de sa connaissance du monument et de discuter d’un projet qui correspondrait à son souhait. Un constat d’état documenté, au niveau de la structure, des enduits et du décor a été envisagé. Afin d’ancrer la mission syro-française (DGAMS-UMR 8546 CNRS-ÉNS) dans la thématique des décors peints et stuqués palmyréniens, un projet d’aménagement de deux salles à l’étage du musée, l’une consacrée à une présentation des peintures funéraires, l’autre aux stucs du Méridien, a été mis au point ; il s’y est ajouté l’étude d’une peinture inédite de Qasr al-Hayr al-Gharbi.

4Grâce au développement du projet, des subventions ont pu être obtenues de la part de plusieurs institutions. Le CNRS, grâce à Dominique Briquel, directeur de l’UMR 8546, a régulièrement contribué aux missions ; le World Monuments Fund® (Robert W. Wilson Challenge to Conserve Our Heritage) nous a apporté un financement très substantiel à travers le soutien de Gaetano Palumbo en France et du Dr Holly Mac Cammon aux USA ; le Sénat (Amitiés franco-syriennes) a soutenu financièrement le projet et l’ambassade de France à Damas en la personne de Jean-François Girault puis de Michel Duclos a assuré le relais. En France, la Société d’études syriaques avec Alain Desreumaux et Muriel Debié nous a apporté son assistance administrative.

5Sur place la contribution de la DGAMS s’est révélée appréciable tant en termes de matériel (théodolite, échafaudage, voiture) que de logistique par l’hébergement à la maison de fouille dans le sanctuaire du temple de Bêl.

6En octobre 2004, nous avons bénéficié à notre arrivée à la DGAMS à Damas de l’aide de Michel Maqdissi et de Widad Khoury et fait la connaissance de Nada Sarkis : restauratrice et représentante de la DGAMS au sein de l’équipe, sa présence attentive et son efficacité nous ont toujours été précieuses. De sa propre initiative elle a contribué à l’analyse du tableau d’Achille à Skyros en apportant des néons UV qui ont fait ressortir des détails autrement imperceptibles.

7À l’Ifpo, les directeurs Bertrand Lafont et Floréal Sanagustin ont aidé et encouragé le projet avec une grande constance. Les bibliothèques et les archives de l’Ifapo et de l’Ifead (instituts fusionnés en 2003 au sein de l’Ifpo) furent des outils essentiels.

8Durant les campagnes (2004, 2005, 2006, 2007, 2009), nous avons toujours été accueillis avec autant de bienveillance que de professionnalisme par nos collègues syriens. À Palmyre, Khalil Hariri, directeur du musée, Houda Baha al-Din, archéologue assistante, l’ensemble du personnel, n’ont jamais ménagé leur temps. Les ouvriers mis à disposition du projet ont chaque année transporté et monté dans l’exèdre peinte l’échafaudage. Ali Mohammed fut à tout instant de la mission la parfaite cheville ouvrière afin que le déroulé des activités ne connaisse aucun arrêt technique, au tombeau comme au musée ; sa puissance et son sourire nous ont été précieux.

9Les membres de la mission ont pu mettre en action leur savoir-faire et s’adapter aux conditions de travail, contraintes, dans le tombeau, par la visite de groupes de touristes et de visiteurs : par ordre alphabétique, Delphine Burlot Morana, Alain et Julien Kermorvant, Caroline Kohlmayer, Sophie Lemeunier et Manuel Sanz qui fut un indispensable assistant, tant pour la topographie que pour sa coopération technique.

10Les missions spécifiques de Jean-Baptiste Yon en tant qu’épigraphiste et spécialiste de l’araméen nous ont été indispensables. Le partenariat avec l’agence Gamma nous a permis de collaborer avec le photographe Raphaël Gaillarde qui a su saisir le monument comme les membres de l’équipe à divers moment des travaux, au tombeau et au musée où nos collègues, Claudine Allag et Nicole Blanc travaillaient sur les stucs du Méridien. L’architecte Yves Ubelmann qui découvrit à cette occasion les ruines de Palmyre, a piloté le projet de scénographie autour des stucs exposés dans une salle du musée et Laurent Dugué en a assuré la mise en œuvre.

11À cette occasion, la directrice du musée de Damas Madame Mouna al-Mouazen, et Youssef Khacho ingénieur en charge de l’aménagement muséographique, nous ont apporté leur appui. La traduction des posters installés dans le tombeau et celle des cartels au musée a été assurée par Nada Sarkis, Moussa al-Khoury et Rima Khawam.

12En France, les retours de mission ont bénéficié pour le traitement de la documentation du Centre d’étude des Peintures Murales Romaines à Soissons. Rangement, classement, réduction au banc de reproduction, mises au net, ont été facilités par Claudine Allag, puis Florence Monier, responsables du CEPMR géré par l’association Pro Pictura Antiqua. La documentation fut ensuite déplacée à l’École normale supérieure à Paris-Ulm. C’est là que le projet de publication a pris forme en 2014, et a pu être inscrit par la suite dans un programme labex Transferts culturels dirigé par Michel Espagne. C’est ainsi que ce travail a été réalisé avec le soutien du laboratoire d’excellence TransferS (programme Investissements d’avenir ANR-10-IDEX-0001-02 PSL* et ANR-10-LABEX-0099). Évalué avec l’aide de Véronique Brouquier-Reddé, et les encouragements constants de Stéphane Verger, directeur de l’UMR 8546, le dossier a abouti à un soutien financier décisif quant à l’orientation scientifique de la monographie.

13En effet, en 2015, Palmyre fut pris dans une tourmente tragique dont furent victime Khaled al-As‘ad, ancien directeur du département des Antiquités de Palmyre, figure savante incontournable de toutes les missions palmyréniennes, ainsi que les habitants de la ville, nos collègues de mission, les artisans et les commerçants avec lesquels nous avions noués des liens d’amitié.

14Les passages à l’ENS du Dr Mamoun Abdoulkarim, alors directeur de la DGAMS, furent l’occasion d’évoquer ces circonstances et de nous encourager à publier la documentation réalisée sur place. De manière concomitante, deux post-doctorants ont été accueillis à l’UMR 8546, Houmam Saad et Komait Abdallah. Le premier, spécialiste de Palmyre, nous a constamment tenus au courant du désastre. Sa contribution et son aide à tout moment des préparatifs de la publication furent capitales ; il a été le premier à rapporter de Palmyre libéré un constat d’état post-conflit du tombeau ainsi que des clichés des peintures figurées badigeonnées. Komait Abdallah nous a également fait partager sa connaissance des antiquités syriennes et un de ses sujets d’intérêt, le néoplatonisme, qui a été l’occasion d’organiser une journée d’étude labex TransferS avec Luc Brisson.

15Au sein du labex, les différentes missions ont pu se dérouler grâce à sa gestionnaire Annabelle Milleville. Dans ce cadre de recherche propre aux échanges internationaux, un séjour au Danemark a permis de découvrir, à l’occasion d’une exposition sur l’archéologue Harald Ingholt, le programme Palmyra Portrait Project dirigé par Rubina Raja. Sa venue à l’ENS, accompagnée d’Annette Højen Sørensen, a permis de découvrir les travaux de Johannes Østrup.

16Toujours dans l’espoir de retrouver et de valoriser des documents d’archives (premiers instants de la découverte, premières observations, travaux de dégagements anciens), nous avons fait appel à Anne Nercessian à l’Institut des études slaves. Nous lui devons les traductions des articles de Feodor (Theodor) Uspenski et de Boris Vladimir Farmakowski. Elle a par ailleurs relayé les interrogations de la mission à Saint-Pétersbourg. Au musée de l’Ermitage, elle a bénéficié pour la recherche documentaire de l’aide de Ludmila Davydova, de Yuri Alexandrovic Piatnitski, et a proposé à Alexandre Nikitine, conservateur en chef des Antiquités orientales du Musée de l’Ermitage, de rédiger une note sur les travaux russes à Palmyre.

17Aux auteurs de la mission conduite sur place, s’ajoutent donc ceux que le labex TransferS a permis de réunir à Paris. Véronique Schiltz, à travers l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, a ainsi fait connaître la personnalité d’une exploratrice russe ; de manière indirecte, elle nous renseigne sur le fait que, lors de son passage à l’oasis en 1872, le tombeau des Trois Frères n’était pas encore connu des voyageurs. Nous saluons la mémoire de Véronique Schiltz disparue le 4 février 2019.

18Lors de notre venue à Beyrouth, à l’Ifpo, pour présenter en 2016 une première maquette des planches de la monographie, Frédéric Alpi nous a apporté son soutien et, grâce à Annie-France Renaudin, des dossiers d’archives conservés à la bibliothèque nous ont été accessibles.Lévon Nordiguian a bien voulu nous confier des clichés rares conservés à l’Université Saint-Joseph. Grâce à Yasmine Chemali, nous avons visité le riche fonds photographique de la Fondation Debbas abritée au Musée Sursock, et avons été autorisés à reproduire deux clichés du tombeau.

19De Milan, Maria Teresa Grassi, nous a adressé une photographie provenant des archives du projet Pal. M.A.I.S. Nous remercions également nos collègues Pierre Leriche et Ségolène de Pontbriand qui nous ont confié un cliché de la mission de Doura-Europos (MFSED). De même, Agnes Henning nous a autorisés à reproduire la photographie d’un relief du musée de Palmyre. Enfin, nos remerciements vont au Musée national de Beyrouth (DGA, ministère de la Culture) qui nous a autorisé à photographier et à reproduire la mosaïque de la nécropole de Tyr (Pl. 56.3).

20Au terme de ce panorama qui couvre près de quinze années, la liste de tous ceux et celles qui ont apporté aide et confiance au projet est certainement incomplète ; que ceux qu’un oubli involontaire aurait omis de citer veuillent bien nous en excuser, et que tous trouvent ici l’expression de notre gratitude.

21Enfin et surtout, notre reconnaissance va aux Presses de l’Ifpo qui accueillent l’ouvrage et en particulier, aux deux maquettistes, Rami Yassine et Rachelle Antonios, qui ont assumé la tâche complexe de sa réalisation ; à Maurice Sartre, qui a bien voulu accepter le manuscrit, et à Dominique Pieri qui, avec le précieux concours de Frédéric Alpi, a porté à terme sa publication, nous adressons nos chaleureux remerciements.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search