Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

Avant-propos

Hélène Eristov et Claude Vibert-Guigue

À la mémoire de Christian Peyre, fondateur du laboratoire d’archéologie de l’ENS et fervent soutien de nos études sur la peinture murale.

Texte intégral

1Les autorités archéologiques et ceux qui connaissaient le tombeau depuis quarante ans s’alarmaient du pâlissement des célèbres peintures, de la lunette en particulier, alors que depuis 2000 l’accès au tombeau à un public de plus en plus nombreux était facilité par un grand escalier en pierre. Le tourisme de masse avait-il contribué à ce phénomène d’altération ?

2En 2004, en mettant en place un échafaudage, il nous a été possible d’identifier et de localiser précisément l’origine de ce pâlissement, dû à une ancienne zone d’infiltration, à la jonction du bandeau en relief entre la lunette et la voûte (infra p. 169sq). Les travaux entrepris par Walîd al-As‘ad au début des années 2000 ont contribué à détourner les eaux de ruissellement de part et d’autre du nouvel aménagement maçonné du dromos. Mais aux risques liés à l’eau et à la lumière, se sont ajoutés ceux que génère un nombre grandissant de visiteurs. Graffiti et frottements d’une part, modification atmosphérique d’autre part constituaient des risques communs à tous les monuments, souterrains ou non. Si une protection avait finalement été mise en place dans l’exèdre peinte, il n’en était pas de même pour les tombeaux sculptés, et les inscriptions de concessions peintes restaient malheureusement très accessibles.

3C’est pour tenter de résoudre ces problèmes tout en garantissant aux visiteurs une bonne compréhension du monument que la Direction générale des Antiquités et Musées de Syrie nous avait demandé de concevoir dans le musée une salle pédagogique qui aurait constitué un complément et une alternative à la visite, aurait limité la station à l’intérieur du tombeau et offert une meilleure lisibilité du décor perdu dans la pénombre de l’exèdre.

4Désormais ce constat fait partie du passé ; le conflit, la prise de Palmyre par Daech en mai 2015, l’occupation du tombeau comme bureau habité ont considérablement altéré le monument. Les dégâts constatés au lendemain de sa libération en mars 2016 touchent partiellement sa structure, plus gravement son décor peint dont l’extrême sensibilité à l’humidité n’a pu que très mal résister au badigeon (infra p. 191sq). Dans l’attente, très hypothétique, d’une récupération au moins partielle des peintures, la documentation ici rassemblée en conserve le souvenir et constitue un témoignage essentiel à la compréhension du tombeau et de son iconographie.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search