Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

Préface

Michel Espagne

Texte intégral

1Il est des monuments tel celui des Trois Frères à Palmyre qui rappellent tout ce que la culture européenne devait au Proche-Orient et Moyen-Orient ancien, la richesse extrême d’un héritage menacé.

2La culture antique de Palmyre, comme le Bagdad des Abbassides, est le symbole même de ce patrimoine oriental et à Palmyre tout particulièrement un monument funéraire, le tombeau des Trois Frères, cet exceptionnel hypogée du second siècle de notre ère.

3Il était urgent de lui consacrer un livre. Palmyre qui se situe à l’aboutissement d’une des routes de la soie et au point de jonction de l’Occident et de l’Orient est l’un de ces rares sites qui relient les deux volets de l’Eurasie. On ne peut donc s’étonner qu’il ait pu inspirer chez les historiens de l’art, qui sont aussi des historiens de la culture, l’idée d’un déplacement des centres traditionnels de la production artistique vers l’Orient, d’une révision de l’histoire de l’art au profit de son héritage oriental. C’est dans cette perspective que le représentant de l’école viennoise d’histoire de l’art Strzygowski s’est particulièrement intéressé à Palmyre et au tombeau des Trois Frères, qu’il n’avait pourtant jamais vu personnellement.

4Cet intérêt a certes déclenché des polémiques mais a permis de situer Palmyre au centre de débats européens impliquant les historiens allemands, les archéologues comme Theodor Wiegand, des historiens de l’art russes ou danois. Le récit de la fondation d’une section d’études sur Palmyre au Musée de l’Ermitage est un aspect particulièrement remarquable de l’ouvrage. Bien avant que les menaces de destruction ne pèsent sur le site, Palmyre était non seulement un lieu de circulation entre les cultures mais aussi l’objet d’échanges intellectuels suivis entre savants européens fascinés par ce qui pouvait remettre en cause des modèles intellectuels consacrés. Même sans visiter Palmyre, et rares sont les Européens qui ont eu ce privilège, le site fait partie d’une catégorie spécifique de lieux de mémoire, ceux qui ne confortent pas simplement une identité mais en révèlent les limites et les métissages constitutifs.

5Le tombeau des Trois Frères permet dans ce contexte d’enrichir nos connaissances sur les motifs picturaux dans l’Antiquité grâce aux rapprochements auxquels il invite, de Pompéi à Panticapée. L’art de l’Orient grec révèle les sources orientales de la culture gréco-romaine, selon un modèle interprétatif par ailleurs largement développé par le fondateur de l’archéologie turque moderne, Ekrem Akurgal.

6Le volume que nous proposent Hélène Eristov et Claude Vibert-Guigue n’est pas seulement une présentation extrêmement soigneuse d’un site et de ce qu’il permet de reconnaître sur l’histoire de la peinture antique et les rémanences de l’art hellénistique aux iie-iiie siècles de notre ère, mais c’est aussi une contribution à l’histoire transnationale des sciences dans la mesure où les regards des spécialistes, qu’ils aient été visiteurs ou aient dû se contenter de témoignages indirects, sont croisés et comparés et aboutissent à la construction d’une sorte d’objet de la conscience collective européenne.

7Aborder Palmyre sous cet angle implique une attention portée aux photographies qui ont transmis les motifs picturaux du tombeau des Trois Frères, aux inscriptions et à la langue dans laquelle elles sont formulées.

8Les strates interprétatives successives, les dessins et relevés successifs, liés à une chronologie des explorations sont autant d’éléments constitutifs de l’objet qu’est le tombeau dans la conscience collective. L’ouvrage d’Hélène Eristov et Claude Vibert-Guigue et de leurs collaborateurs, notamment syriens, est tout autant l’archéologie d’un savoir que la mise en évidence du bilan archéologique dans l’exploration d’un site.

9Cette approche prépare le lecteur à l’analyse la plus actuelle de l’iconographie et des références littéraires susceptibles de l’éclairer, car le tombeau des Trois Frères est aussi un résumé de littérature grecque. Comprendre sa nature profonde et envisager sa restauration après la période où il a servi de bureau souterrain implique aussi une analyse détaillée et très technique de la matière elle-même et des pigments. La multiplicité des approches imbriquées de cet étrange monument du désert syrien, si lourd de significations multiples, fait précisément de son exploration une rencontre entre les disciplines qui sous-tendent l’investigation archéologique, entre les chercheurs qui ont proposé des interprétations, alors que leur objet lui-même illustre une rencontre de l’Orient et de l’Occident.

10Les participants à cet imposant volume ont magnifiquement montré tout ce que l’archéologie et plus particulièrement l’archéologie des marges du monde gréco-latin, en décentrant notre représentation spatiale de l’histoire ancienne peut apporter à la compréhension des transferts culturels dans la très longue durée.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search