Version classiqueVersion mobile

Le tombeau des trois frères à Palmyre

 | 
Hélène Eristov
, 
Claude Vibert-Guigue
, 
Walid al-As`ad
, 
et al.

Préface

Mamoun Abdoulkarim

Texte intégral

1La Syrie, pays d’une immense richesse archéologique, est notamment connue pour son architecture funéraire antique. Le pays compte des centaines d’édifices funéraires différents, datant de périodes diverses, allant de l’époque hellénistique à l’Empire romain. Ces tombeaux et tombes possèdent des éléments architecturaux caractéristiques, bien reconnaissables, mais certains se distinguent par la taille des espaces intérieurs et leur distribution ou par les éléments décoratifs (sculpture, peinture…) qui les ornent. Des spécificités existent, dues à la nature des matériaux utilisés ou à l’existence de traditions artistiques locales qui ont donné certains aspects particuliers à l’architecture funéraire régionale.

2Le tombeau des Trois Frères à Palmyre est une œuvre artistique majeure, tant du point de vue de l’architecture que de celui du décor. La sculpture et les peintures murales funéraires de cet édifice sont uniques et spécifiques à la Syrie.

3Récemment, l’occupation et la chute de la ville antique de Palmyre, classée sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, par les groupes armés de l’État islamique, ont constitué une perte immense et une atteinte contre le patrimoine archéologique syrien et mondial. Rapidement après l’entrée de ces groupes dans la ville de Palmyre, le sort du site historique est devenu incertain. Il n’a pas fallu longtemps pour que ces groupes jihadistes contrôlent le site et commencent à détruire les temples comme le grand temple de Bêl ou celui de Baalshamin. Puis c’est la nécropole qui a été atteinte avec la destruction de tombeaux-tours et la détérioration et l’occupation du tombeau des Trois Frères. Enfin, dans la partie centrale du site, l’Arc de Triomphe, le Tétrapyle et une partie du mur de scène du théâtre ont été endommagés. Tout comme la statue monumentale du lion d’Allat qui était exposée à l’entrée du Musée archéologique du site. Les membres de la Direction Générale des Antiquités et des Musées avaient pourtant placé cette statue dans un coffre d’acier, mais cela n’a pas suffi à la protéger des destructions volontaires. Les jihadistes, sans aucune compréhension des valeurs et de l’importance du patrimoine culturel dans les sociétés contemporaines, ont transformé le musée de Palmyre en prison et en tribunal. Ils ont enfin permis le pillage et les fouilles clandestines dans l’ensemble de la zone archéologique.

4L’occupation de Palmyre par Daech a des conséquences dramatiques, non seulement pour la Syrie, mais aussi pour l’humanité moderne qui a perdu là une grande bataille contre la barbarie. C’est une véritable tragédie ; Palmyre, une des villes mères du commerce caravanier et foyer culturel important à l’époque romaine, qui a fourni des œuvres artistiques majeures dans plusieurs domaines de la civilisation antique et a incarné durant des siècles, le lien entre l’Orient et l’Occident, méritait d’être défendue par tous les moyens.

5Lorsque nous avons visité le tombeau des Trois Frères après la libération de la ville, nous avons été choqués par l’ampleur des destructions et des transformations effectuées dans ce tombeau où la plupart des représentations humaines peintes sur les parois et la voûte ont été endommagées. De nouvelles portes ont été creusées par les terroristes pour aménager l’intérieur du tombeau. Fort heureusement, le tombeau des Trois Frères n’est pas complètement détruit comme beaucoup d’autres bâtiments du site. Il a en effet servi de cache à ces groupes terroristes, ce qui paradoxalement, a aidé à le maintenir dans un état général correct, malgré l’atteinte aux peintures murales.

6Cette publication, « Le tombeau des Trois Frères à Palmyre », par Hélène Eristov et Claude Vibert-Guigue, avec l’étude épigraphique de Jean-Baptiste Yon, et le soutien de l’Institut français du Proche-Orient à Beyrouth, est fondée sur les données archéologiques collectées durant des missions effectuées juste avant la crise syrienne. C’est une grande chance pour l’archéologie syrienne, car cette publication arrive à un moment crucial. Cet ouvrage constitue un document important et exceptionnellement riche de détails et d’analyses des données archéologiques. Nous aurons grand besoin dans l’avenir de cette documentation (dessins, photos, etc.) et de ces études, notamment dans la perspective des travaux de restauration nécessaire à la préservation de ce tombeau.

7Ce livre apporte de nombreuses informations scientifiques, les idées y sont présentées et traitées de manière ordonnée et méthodique. Les chercheurs y présentent un travail rigoureux, important et utile, véritable témoignage. Nous ne pouvons donc que les remercier des efforts déployés pour la préparation de cet ouvrage. Il permettra de disposer d’un outil de travail capital pour la remise en état du patrimoine syrien à la fin de la crise que traverse le pays, en attendant la paix et que les réhabilitations des sites et des bâtiments historiques puissent commencer avec le soutien de la communauté scientifique internationale.

Auteur

Professeur à l’Université de Damas, département d’archéologie

Lire

Accès ouvert
Mode lecture ePub
PDF du livre
PDF du chapitre

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search