Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Vie religieuse au Liban sous l'Empire romain

 | 
Julien Aliquot

Avant-propos

Texte intégral

1Ce livre est la version corrigée et complétée de ma thèse de doctorat en histoire, soutenue le 14 mars 2006 à l’Université de Tours, devant Mme Marie-Françoise Boussac, professeur d’histoire grecque à l’Université de Lille 3, M. Jean-Charles Balty, professeur émérite à l’Université de Paris 4, M. Pierre-Louis Gatier, directeur de recherche au CNRS (HiSoMA, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon), M. Michel Gawlikowski, professeur à l’Université de Varsovie, et M. Maurice Sartre, professeur d’histoire ancienne à l’université de Tours et membre de l’Institut universitaire de France. Avant de le soumettre à la sagacité du lecteur, je souhaite rendre hommage aux membres de mon jury ainsi qu’aux personnes et aux institutions qui m’ont soutenu. Je tiens tout d’abord à exprimer ma gratitude à M. Maurice Sartre, qui a accepté de diriger mes recherches et qui m’a permis de les poursuivre dans les meilleures conditions à l’Université de Tours, où des cours magistraux et des travaux dirigés m’ont été confiés entre 2002 et 2006, en qualité d’allocataire de recherche et de moniteur, puis en tant qu’attaché temporaire d’enseignement et de recherche. Je suis aussi reconnaissant à Mme Marie-Françoise Boussac de m’avoir fait l’honneur de participer à mon jury de thèse : après m’avoir donné le goût des études d’histoire ancienne, c’est elle qui, en premier lieu, m’a invité à travailler sur la vie religieuse et sur l’épigraphie du Proche-Orient hellénistique, romain et protobyzantin, à l’époque où je préparais le Diplôme d’études approfondies en Sciences de l’Antiquité à l’Université de Lille 3.

2Mon travail tire profit de lectures érudites, mais aussi de missions de terrain qui s’inscrivent dans le cadre de deux programmes de recherche, celui des Sanctuaires du Proche-Orient hellénistique, romain et protobyzantin, dont M. Pierre-Louis Gatier assure la direction, et celui des Inscriptions grecques et latines de la Syrie (IGLS), dirigé par Mme Marie-Françoise Boussac de 1997 à 2002, puis par M. Jean-Claude Decourt (HiSoMA), de 2003 à ce jour. Au cours des années 2002-2006, quatre missions m’ont permis d’explorer la montagne libanaise et de prospecter le Mont Hermon en vue de la préparation du recueil épigraphique consacré à ce massif riche en inscriptions religieuses et en sanctuaires de l’époque romaine. Le corpus de l’Hermon a paru aux Presses de l’Ifpo en 2008. Je voudrais donc renouveler mes remerciements aux représentants des deux pays qui m’ont confié la tâche de publier les textes découverts sur leur territoire respectif. Au Liban, je sais gré à M. Frédéric Husseini, Directeur Général des Antiquités, de m’avoir fourni les autorisations nécessaires à la réalisation de la prospection épigraphique, et à M. Khaled Rifai, responsable du secteur dont relève l’Hermon libanais, d’avoir facilité mes déplacements dans la région. En Syrie, je remercie MM. Jamal Al-Ahmar, Tamam Fakouch et Bassam Jamous, tour à tour en charge du poste de Directeur Général des Antiquités et des Musées, et M. Michel al-Maqdissi, Directeur des Fouilles et des Études archéologiques, de m’avoir permis de mener à bien la prospection épigraphique d’un secteur difficile d’accès ; à cette occasion, j’ai été épaulé par le Service des Antiquités de la Damascène, successivement placé sous la responsabilité de MM. Nazir Awad et Mahmoud Hammoud ; je suis particulièrement redevable à M. Ibrahim Omeri, Ingénieur chargé de l’inventaire archéologique de la région, de m’avoir accompagné et aidé avec enthousiasme sur le terrain. Chacune des missions que j’ai effectuées a bénéficié du soutien logistique et financier de l’Institut français d’archéologie du Proche-Orient (Ifapo), devenu l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo). Je tiens à remercier M. Jean-Louis Huot, ancien Directeur de l’Ifapo, ainsi que MM. Bertrand Lafont et Marc Griesheimer, Directeurs scientifiques pour l’archéologie et l’histoire de l’Antiquité à l’Ifpo, pour leur disponibilité et leur écoute bienveillante.

3Depuis septembre 2002, M. Pierre-Louis Gatier n’a compté ni son temps ni son énergie, d’abord pour me guider lors de mes premières missions au Liban et en Syrie, puis pour me faire part de ses encouragements, de ses suggestions et de ses critiques toujours constructives. Pour son aide amicale, je lui adresse tous mes remerciements. Je suis également reconnaissant à Jean-Baptiste Yon d’avoir bien voulu partager avec moi les informations dont il dispose sur le dossier épigraphique du Liban-Nord et de s’être chargé de relire les chapitres qui suivent. J’ajoute que j’ai eu l’occasion de présenter les résultats de mes recherches au cours de séminaires spécialisés et de colloques internationaux, au Proche-Orient à Amman (Espaces sacrés du Proche-Orient, org. Jean-François Salles, Ifpo), Beyrouth (Les sanctuaires du Proche-Orient hellénistique et romain, org. Pierre-Louis Gatier et al.) et Damas (Damascius et le parcours syrien du platonisme, org. Philippe Vallat, Ifpo), et en Europe à Oxford (The Variety of Local Religious Life in the Near East in the Hellenistic and Roman Periods, org. Ted Kaizer, Corpus Christi College), Paris (Archéologie et histoire de l’Orient hellénistique et romain, org. François Villeneuve, Paris 1) et Tours (Nouvelles avancées, nouveaux chantiers de l’histoire du Liban, org. Bernard Heyberger, Tours/EPHE). Les remarques des participants à ces séances de travail m’ont été très utiles.

4Les travaux que j’ai entrepris en tant que chercheur à l’Ifpo depuis septembre 2007 m’ont permis de compléter la documentation de ce livre. La préparation du tome des IGLS consacré à Beyrouth et sa région (en collaboration avec M. Jean-Paul Rey-Coquais) et la publication des catalogues épigraphiques du Musée national de Damas, du Musée national de Beyrouth et du musée de l’American University of Beirut (AUB) fournissent l’occasion de réviser les textes qui ont nourri ma réflexion et qui apportent des informations inédites. De nouveaux projets visent aujourd’hui à étendre le champ d’investigation de mes premières missions à la fois chronologiquement et géographiquement (sanctuaires de l’Antiliban syrien, corpus IGLS de la Syrie côtière). À l’Ifpo, j’ai bénéficié de l’aide de mes collègues et amis damascènes (Jean-Claude Bessac, Pierre-Marie Blanc, Thibaud Fournet, Jean Humbert, Pauline Piraud-Fournet) et beyrouthins (Frédéric Alpi, Gérard Charpentier, Lina Nacouzi, Lévon Nordiguian, Grégoire Poccardi). François Bernel m’a facilité l’accès aux ressources de la photothèque de l’Institut. Mohamed al-Dbiyat a bien voulu traduire en arabe le sommaire et le résumé de mon livre. J’ai aussi eu le plaisir de pouvoir suivre la mise en page et la fabrication de cet ouvrage aux côtés de Nadine Méouchy et de Rami Yassine, aux Presses de l’Ifpo. Que tous soient remerciés pour leur disponibilité et leur efficacité sans être tenus pour responsables des oublis et autres négligences qui pourraient subsister dans les pages qui suivent.

5Mes derniers remerciements vont à mes parents, Sophie Aliquot-Suengas et Dominique Aliquot, pour leur soutien inconditionnel et leurs lectures répétées et attentives, ainsi qu’à tous ceux avec qui mes rapports furent aussi divers qu’enrichissants au cours des sept dernières années, en particulier Justine, Marie, Frédéric, Mariane et Joseph.

6Damas, le 11 novembre 2009

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540