Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Daniel Schlumberger. L’Occident à la rencontre de l’Orient

 | 
Daniel Schlumberger

Choix de textes de Daniel Schlumberger

Texte 3 : L’argent grec dans l’empire achéménide (conclusion)

Daniel Schlumberger

Editor's note

Les planches d'illustrations hors texte sont placées en annexe du document.

Full text

Texte 3

  • 1   No 2 et 41 dans la liste. L’ouvrage d’où ce texte est extrait, Trésors monétaires d’Afghanistan, (...)

1La conclusion de L’argent grec dans l’empire achéménide, ouvrage paru en 1953 dans les collections de la Délégation archéologique française en Afghanistan1.

2Il s’agissait de la « thèse secondaire » de D. Schlumberger, soutenue en 1950.

3L’auteur livrait là une autre facette de ses compétences, montrant qu’il pouvait être un réel numismate. Il fut initié par son ami H. Seyrig et comprit aussitôt l’importance de la numismatique pour la connaissance historique.

4D. Schlumberger montre que, en supprimant les monnayages anciens de l’empire achéménide (qu’ils soient d’origine achéménide ou d’influence grecque) pour imposer son propre étalon (attique), Alexandre, suivi par ses successeurs, a préparé le terrain oriental pour un ancrage optimal de la monnaie grecque : le nouvel étalon s’est diffusé largement à l’époque hellénistique, supplantant les autres monnayages. L’auteur dévoile ainsi le degré d’hellénisation des milieux qui ont produit ces monnaies.

5On peut considérer que, dans ce texte, D. Schlumberger s’est appuyé sur le témoignage des monnaies pour poser les fondements historiques de ses recherches postérieures sur l’Orient hellénisé, attestant, déjà, la réalité de la présence et de l’influence grecque.

L’argent grec dans l’empire achéménide

Conclusion

6La monnaie d’argent originaire du monde grec tel qu’il se présente avec ses annexes « barbares » immédiates de Macédoine-Thrace, de Lydie, d’Anatolie méridionale et de Chypre, à la fin de l’époque archaïque, et tel qu’il subsiste sans grand changement durant la pentékontaétie, a été, jusque vers 425, la seule à circuler dans l’empire perse. Ce n’est qu’à partir des environs de cette date que l’argent a commencé d’être frappé même par des satrapes, même par des dynastes ou communautés indigènes des régions de l’empire (Phénicie, Palestine, etc.) qui n’étaient pas au voisinage direct du monde grec. Et jusqu’à la conquête macédonienne, la monnaie d’argent originaire du monde grec est restée l’une des principales constituantes de la circulation de l’empire. Tel est le tableau qui me semble se dégager avec évidence des faits actuellement connus.

7De nouvelles découvertes pourront le modifier, pourront montrer par exemple que la date approximative de 425 est trop basse ; que les phéniciennes, ou les pseudo-grecques, ont commencé d’exister un peu plus tôt ; que la guerre du Péloponnèsen’a donc pas été la cause déterminante et unique de l’apparition des nouveaux monnayages. Mais il n’y aurait là que modifications de détail, et je n’en attends guère de plus sérieuses. Il me semble assez peu probable qu’une trouvaille vienne reporter la date de naissance de la darique et du sicle jusqu’au temps de Cyrus Ier. Surtout, je regarde comme tout à fait improbable qu’aucune découverte puisse rendre au sicle le rôle de principale monnaie d’argent de l’empire qu’on lui avait prêté. Qu’il n’ait joué dans la circulation qu’un rôle très modeste, voilà un point que l’on peut, je pense, tenir pour établi.

  • 2  M. Rostovtzeff, TheSocial and EconomicHistory of the Hellenistic World, I, Oxford,1941, p. 84-90 ( (...)
  • 3  Tableau de ce développement dans K. Regling, Die antike Münze als Kunstwerk, Berlin, 1925.

8La monnaie d’argent grecque dans l’empire achéménide apparaît comme l’un des articles de qualité que les foyers de la jeune civilisation grecque, de la civilisation « moderne » du temps exportaient, avec beaucoup d’autres produits de la « technique occidentale2 », vers les pays d’Orient, de civilisation généralement beaucoup plus ancienne, mais vivant repliés sur leur acquis culturel, et du reste pauvres en métal argent. Comme tous ces produits, elle est en continuel perfectionnement, en insensible mais constante transformation : le carré creux change d’aspect, le type de revers apparaît, l’indication d’origine fournie par les types se complète d’une légende, surtout le style ne cesse d’évoluer3. À cette monnaie vivante s’oppose la monnaie quasi immobile du Roi, qui succède indirectement, avant 480, à la monnaie lydienne du milieu du vie siècle, et qui perpétuera anachroniquement, jusqu’à la chute de l’empire, les traits de l’archaïsme finissant. La relation de ces deux monnaies est, me semble-t-il, du même genre que celle qui existe dans l’Asie d’aujourd’hui, entre les articles perpétuellement changeants importés d’Occident, et les articles de type occidental fabriqués sur place, qui n’en sont que des copies, et ne sont pas, ou guère, susceptibles de développement.

9À mi-chemin de ces deux extrêmes prendront place, dans le dernier siècle de l’empire (425-330), les autres monnaies complémentaires, dont les unes (par exemple les phéniciennes et certaines satrapales d’Anatolie) sont plus que d’autres (par exemple certaines philisto-arabes et surtout les pseudo-athéniennes) des créations douées de la capacité d’évoluer. Ainsi se reflètent dans les monnaies les degrés divers d’hellénisation des milieux dont elles sont les produits.

  • 4  Trésor cilicien ci-dessus p. 7, no 5 [p.o.], un statère d’Issos (?), The Numismatic Chronicle, 191 (...)
  • 5  Les trésors ci-dessus, p. 10, nos 29, 32, 35 [p.o.].
  • 6 . Zeitschrift für Numismatik, XXII, 1900, p. 257.
  • 7 . Voir p. ex. les trésors égyptiens ci-dessus, p. 10-11, nos 33, 39, 41 [p.o.].

10Cependant, durant cette seconde période, la composition des trésors ne se modifie que partiellement et avec lenteur. Assurément l’apparition des « nouvelles monnaies » leur confère une physionomie propre. Mais on n’observe point de changement brusque ni profond. C’est que les monnaies venues des anciennes sources grecques : Égine, Athènes, la région thraco-macédonienne, la frange côtière anatolienne, Chypre, restent indéfiniment en circulation : le trésor cilicien publié par Newell, le trésor anatolien (?) inventorié par Regling, le trésor égyptien de Sakha, le trésor du Tigre, le « collier phénicien » de Suse, le trésor de Malayer, le trésor de Caboul [pl. I à IV], tous enfouis dans le cours du ive siècle, et qui tous contiennent en abondance des monnaies de la période précédente parmi lesquelles même des archaïques4, en témoignent éloquemment. Dressel l’avait compris dès 1900, qui écrivait, à propos de trois trésors égyptiens5 : « Die drei Funde sind Geldproben aus drei verschiedenen Perioden, aus dem vi. und dem v. Jahrhundert und aus der Mitte des iv. Jahrhunderts. Dass alle diese Geldproben Münzen verschiedener Systeme enthalten, und dass selbst noch um die Mitte des iv. Jahrhunderts zahlreiche Stücke aus dem Anfang des vi. Jahrhunderts und wohl auch einige aus dem vii. Jahrhundert darin vorkommen, beweist nur, dass in dem Lande ohne eigene Münze jedes Geld als Verkehrsmünze diente und ununterbrochen im Umlauf blieb6 ». La définition que Dressel donnait de l’Égypte, une contrée sans monnaie propre, s’applique, jusqu’au dernier quart du ve siècle, à tout l’empire perse, réserve faite seulement des territoires des cités grecques ou anciennement hellénisées de la côte anatolienne et de Chypre, et de l’aire plus étendue où il arrivait que les monnaies de certaines de ces cités, ou quelques monnaies de Grèce propre (Égine, Athènes) fussent acceptées pour leur valeur nominale. Au dernier siècle de l’empire, cette aire s’étend notablement, et, parmi les monnaies en compétition, la monnaie attique7 ou d’étalon attique tend à assumer le rôle d’une monnaie internationale. Mais même alors, il n’est pas douteux qu’une très grande partie du territoire perse (l’Anatolie intérieure et orientale, la Syrie intérieure, la Mésopotamie, toutes les provinces iraniennes) reste, dans une très large mesure, une « contrée sans monnaie propre », une contrée où les monnaies circulent toutes, mais ne circulent que pour leur valeur de lingot contrôlée par la pesée.

11La grande coupure, le changement radical ne se produit qu’avec Alexandre. Ce n’est pas ici le lieu de s’étendre sur l’œuvre monétaire d’Alexandre, problème d’une extrême complexité, et dont l’étude d’ensemble reste à faire. Mais cette œuvre est si diversement appréciée par les historiens modernes, et l’idée que l’on en peut concevoir est si étroitement liée à celle que l’on se forme de la situation antérieure, qu’il me semble utile d’indiquer sommairement dans quelle perspective le présent travail la fait apparaître.

  • 8  B. V. Head, Historia Numorum : a manual of Greek numismatics, Oxford, 1887, p. XL. Mais cela n’est (...)
  • 9  W. W. Tarn, « The new Hellenistic Kingdoms », The Cambridge Ancient History, VI, The fourth centur (...)
  • 10  B. V. Head, op. cit., p. 224.
  • 11  R. Cohen dans G. Glotz, Histoire grecque, IV, Alexandre et l’hellénisation du monde antique, Paris (...)

12La relation traditionnelle de l’or à l’argent dans l’empire perse était de 1 à 13 1/3, et l’on admet généralement qu’elle est restée stable jusqu’à l’époque d’Alexandre8. En Grèce, au début du règne de Philippe, elle n’était que de 1 à 12, et l’ouverture par Philippe des mines du Pangée fit encore baisser la valeur de l’or, ce qui induisit Philippe à adopter un nouveau système fondé sur la relation de 1 à 10. Le problème qui se posait à Alexandre était, selon Tarn, « de concilier le système décimal de la Perse : une darique d’or = vingt sicles d’argent (relation 1 à 13 1/3), avec le système duodécimal de Philippe II : un statère d’or de poids attique = vingt-quatre drachmes d’argent de poids phénicien (relation 1 à 10)9 ». Alexandre étend à l’empire qu’il a conquis la relation consacrée en Macédoine par son père (1 à 10), mais substitue, pour l’argent, l’étalon attique à l’étalon phénicien : la drachme attique (4 gr. 37) est plus lourde que la drachme phénicienne (3 gr. 64), de sorte qu’il ne faut que vingt drachmes au lieu de vingt-quatre pour faire un statère d’or. B. V. Head estime qu’en agissant ainsi Alexandre tient compte « du conservatisme invétéré de l’Orient qui ne pouvait souffrir de modification du nombre des pièces d’argent échangeables pour une pièce d’or, mais ne s’étonnerait pas d’une modification de poids10 ». Une telle explication, dont la conséquence est que « drachmes (attiques de 4 gr. 37) et sicles (médiques de 5 gr. 60) sont assimilés11 », me semble a priori invraisemblable, et ce que l’on sait de la circulation de l’argent comme lingot dans la majeure partie de l’empire perse, ce qui a été dit ci-dessus du rôle secondaire, et limité à l’Anatolie, du sicle dans cet empire, ajoute encore à cette invraisemblance. Assurément, dans la mesure où le Roi frappe des sicles, il existe, au dernier siècle des Achéménides, un « système bimétallique perse ». Mais je ne vois pas de raison de considérer la réforme monétaire d’Alexandre comme inspirée par le désir d’une conciliation entre ce système, d’une si faible importance pratique, et le système bimétallique macédonien de son père.

13Ce qu’Alexandre a voulu faire paraît clair. Il a voulu doter d’une monnaie d’argent partout acceptable comme telle un empire qui n’en avait pas, et, ce faisant, étendre l’usage de la monnaie d’argent comme telle (et non comme lingot) au territoire entier de cet empire.

  • 12  Sur la vogue de l’argent attique en tous lieux, chez les Grecs comme chez les Barbares, voir Arist (...)
  • 13  H. Berve, Das Alexanderreich auf prosopographischer Grundlage, I, Munich, 1926, p. 319, admet que (...)

14Il fallait pour cela retirer de la circulation les innombrables monnaies d’âges, de types et d’étalons divers qui s’y trouvaient. Il fallait adopter un étalon unique : que cet étalon fût l’attique s’explique suffisamment par son importance dans le monde grec, et par la vogue de l’argent athénien12 et pseudo-athénien dans l’empire perse. Il fallait ramener la circulation de l’empire à celle d’une monnaie impériale, désignée comme telle par ses types et par sa légende13.

  • 14 . Ci-dessus, p. 7 no 7, et p. 8-11, nos 6, 17, 18, 20, 39 [p.o.].

15Tout cela, dans la brève durée qui fut dévolue à Alexandre, ne put être accompli que partiellement. La composition des trésors du temps même d’Alexandre ou peu postérieurs à ce temps14, est encore largement celle des trésors de l’âge précédent : les effets du retrait ne se discernent guère.

  • 15  Ce n’est qu’après achèvement du présent travail que j’ai eu connaissance de l’importante étude de (...)
  • 16  J’adopte ici le point de vue de W. W. Tarn (contre E. Bikerman), Alexander the Great and the Unity (...)
  • 17  E. Babelon, op. cit., II, 2, nos 712-716, 719-731. L’attribution à Arsamès n’est qu’une hypothèse (...)
  • 18  E. T. Newell, Numismatic Notes and Monographs, 82, p. 82-88. L’attribution de ces monnaies à l’épo (...)
  • 19  E. T. Newell, The Coinage of the Eastern Seleucid Mints from Seleucus I to Antiochus III, New York (...)
  • 20  Les monnaies de Sophytes (je cite ce nom sous sa forme consacrée, bien que la seule forme qui nous (...)
  • 21  S. Ronzevalle, Mélanges de l’Université Saint Joseph, XXIII, 1940, p. 5, pl. I, 2 et 4, auxquelles (...)
  • 22  Citons encore ici une curieuse « attico-macédonienne » d’Égypte, E. T. Newell, Numismatic Notes an (...)

16La création du nouveau monnayage impérial de poids attique ne fut pas immédiate15, et s’il prit rapidement la première place, on doit rappeler cependant que, sans doute pour tenir compte de situations locales ou régionales, d’autres monnaies continuèrent d’être frappées. Sans faire état ici des monnayages des cités grecques d’Asie Mineure libérées par Alexandre, lesquelles sont à considérer comme extérieures à l’empire16, on peut mentionner par exemple des statères persiques de Tarse17 ; les pseudo-athéniennes de Babylonie au nom de Mazaces18 ; les statères au lion de Babylone19, monnaie de poids attique désignée comme satrapale, au moins dans les débuts, par une légende au nom de Mazaeus ; les monnaies de Sophytes20 en Iran ; des monnaies de Hiérapolis-Bambycé21 au nom du roi (en araméen), mais à types locaux et vraisemblablement émises par des autorités locales22. L’un au moins de ces monnayages, celui des statères au lion, devait durer, à Babylone et à Suse, jusqu’au temps d’Antiochus Ier.

17Les effets de la révolution qu’introduit Alexandre apparaissent de façon frappante au iiie siècle, dans les royaumes issus du démembrement de son empire, et notamment dans le royaume séleucide, l’état successeur par excellence.

  • 23  Il suffit pour s’en rendre compte de jeter un regard sur l’étude comparative faite par K. Regling, (...)
  • 24  Tétradrachmes d’Andragoras, British Museum Collection, Arabia, p. 193, 3 et 4, et p. cxlviii-clx. (...)
  • 25  Sur la distinction entre gréco-bactriennes et indo-bactriennes, ci-dessus p. 5, n. 1 [p.o.]. Sur l (...)
  • 26  L’exception que forme, sous Alexandre, la monnaie anonyme des statères au lion de Babylone se prol (...)
  • 27  J’emprunte ce tableau de la situation dans l’état séleucide à E. Bikerman, Institutions des Séleuc (...)

18Dans les nombreux trésors de l’époque hellénistique on ne trouve presque plus jamais de monnaies des âges antérieurs à Alexandre : le retrait de ces monnaies est achevé23. Après une dernière réapparition, vers 285-280, dans une série séleucide de Bactres, l’étalon macédonien de la monnaie de Sophytes et des monnayages apparentés ne se retrouve plus qu’au-delà de l’Iran et du domaine grec, dans la vaste famille des « punch-marked coins » de l’Inde : l’étalon attique a triomphé même en Iran, témoin, outre la masse des monnaies séleucides, celles d’Andragoras24, et celles des rois bactriens25. Chacun des rois successeurs frappe sa monnaie, désignée comme la sienne par son titre et son nom au génitif26, et destinée à l’usage de son royaume. Ce sont des espèces séleucides que l’on trouve dans toute l’étendue des territoires séleucides, et, sauf l’importante réserve que l’on va voir, leur circulation s’arrête à la frontière : dans la Palestine lagide du iiie siècle les fouilles livrent des monnaies lagides, mais, dans la Palestine devenue séleucide du iie siècle, elles livrent des monnaies séleucides. Dans les fouilles de Sardes et de Séleucie du Tigre, le numéraire séleucide disparaît au moment où prend fin la domination séleucide. Mais, en même temps, « la composition des dépôts de monnaies enfouis sous les Séleucides prouve, par exemple, que les «Alexandres» de l’Asie Mineure ont été le numéraire de commerce en Mésopotamie et en Syrie au même titre que les tétradrachmes séleucides. Sans convention formelle entre les États, l’emploi du même poids attique (et de mêmes divisions) par ces États créa une sorte d’union monétaire dans toute l’Asie antérieure et dans la Grèce, et associait Athènes et Babylone dans le commerce international »27.

19Jusqu’à la conquête macédonienne, la circulation de la monnaie d’argent dans l’empire perse reste dans une large mesure archaïque et dépendante du monde grec. Archaïque, elle l’est par son hétérogénéité tant chronologique que géographique, par le fait que la monnaie n’y est pas, ou pas normalement, acceptée pour sa valeur nominale. Dépendante, elle l’est en ce que, jusqu’à la fin, une très notable partie en vient de l’extérieur, ou est imitée de l’extérieur, de ce monde grec dont une fraction seulement fait partie de l’empire, dont les grands centres sont hors de l’empire, et qui reste, au ive siècle, comme le foyer de tout développement artistique ou technique.

20C’est à cette situation qu’Alexandre a mis fin brusquement, pour préparer délibérément la situation toute moderne et pleinement autonome qui sera celle de l’Orient grec au iiie siècle.

Annexes

Choix d’illustrations

Trésor du Tchaman-i Hazouri, à Caboul.
I. Monnaies grecques.

Trésor du Tchaman-i Hazouri, à Caboul.I. Monnaies grecques.

Trésor du Tchaman-i Hazouri, à Caboul.
I. Monnaies grecques et monnaies royales perses.

Trésor du Tchaman-i Hazouri, à Caboul.I. Monnaies grecques et monnaies royales perses.

Trésor du Tchaman-i Hazouri, à Caboul.
I.I Monnaies indigènes.

Trésor du Tchaman-i Hazouri, à Caboul.I.I Monnaies indigènes.

Trésor du Tchaman-i Hazouri, à Caboul.
II. Monnaies indigènes.

Trésor du Tchaman-i Hazouri, à Caboul.II. Monnaies indigènes.

Trésor du Tchaman-i Hazouri, à Caboul.
en haut : III. Fragment divers.
en bas : Moulages.

Trésor du Tchaman-i Hazouri, à Caboul.en haut : III. Fragment divers.en bas : Moulages.

Notes

1   No 2 et 41 dans la liste. L’ouvrage d’où ce texte est extrait, Trésors monétaires d’Afghanistan, comprend, outre « L’argent grec », une contribution commune de D. Schlumberger et de R. Curiel, « Le trésor de Mir Zakah près de Gardēz », ainsi qu’une contribution de R. Curiel, « Le trésor du Tépé Maranjān ».

2  M. Rostovtzeff, TheSocial and EconomicHistory of the Hellenistic World, I, Oxford,1941, p. 84-90 (pour le ive siècle). Le produit dont on suit le mieux la diffusion est la céramique. Tessons grecs à Uruk et à Suse, ibid., III, p. 1326, n. 22. La diffusion de l’article de qualité grec à l’époque archaïque et au ve siècle, et son remplacement graduel, à partir du ive siècle, par des produits d’imitation locale, est un phénomène tout à fait général, ibid., I,p.90-125 (Russie méridionale, Balkans, Italie), où il est tenu compte des monnaies (p. 105, p. 125).

3  Tableau de ce développement dans K. Regling, Die antike Münze als Kunstwerk, Berlin, 1925.

4  Trésor cilicien ci-dessus p. 7, no 5 [p.o.], un statère d’Issos (?), The Numismatic Chronicle, 1914, p. 14, no 71 ; trésor Regling, ci-dessus, p. 8, no 10 [p.o.], deux statères d’Égine « mit Seeschildkröte, Rs. älteres bzw. jüngeres (Balken-) Incusum » ; trésor de Sakha, p. 11, no 37 [p.o.], le gros de la trouvaille ; trésor du Tigre, p. 11, no 42 [p.o.], octadrachmes de Géta, roi des Édones ; « collier phénicien » de Suse, p. 7, no 7 [p.o.], milésiennes, difficiles à dater, probablement postérieures à 478 (mais le « collier » n’a été enfoui qu’à la fin du ive siècle, de sorte que l’étalement chronologique reste d’environ un siècle et demi) ; trésor de Malayer, voir appendice III [p.o.] ; trésor de Caboul, monnaies 1, 2, 3, 7, 9, 12 [p.o. et voir pl. I, p. 218 infra].

5  Les trésors ci-dessus, p. 10, nos 29, 32, 35 [p.o.].

6 . Zeitschrift für Numismatik, XXII, 1900, p. 257.

7 . Voir p. ex. les trésors égyptiens ci-dessus, p. 10-11, nos 33, 39, 41 [p.o.].

8  B. V. Head, Historia Numorum : a manual of Greek numismatics, Oxford, 1887, p. XL. Mais cela n’est pas certain du tout. Les deux textes sur lesquels on se fonde, l’un pour la fin du ve siècle (Xénophon, Anab., I,7, 18), l’autre pour l’époque d’Alexandre (Arrien, Anab., IV, 18, 7), ne nous renseignent l’un et l’autre que sur la relation du talent à la darique (K. Regling dans N. Bauer, F. Schrötter, Wörterbuch der Münzkunde, Berlin, 1930, p.632-633 : « ein Talent solcher Sigloi »n’est qu’une interprétation discutable). On a proposé de voir dans les talents du texte de Xénophon des talents attiques, voir G. F. Hill, British Museum Collection, Arabia, Mesopotamia and Persia, Londres, 1922, p.cxxiii. Pour les talents du texte d’Arrien au moins, cette hypothèse me parait très vraisemblable.

9  W. W. Tarn, « The new Hellenistic Kingdoms », The Cambridge Ancient History, VI, The fourth century B. C., Cambridge, 1928, p. 427, reproduit sans changement dans ibid., Alexander the Great and the Unity of Mankind, I, Londres, 1948, p. 130.

10  B. V. Head, op. cit., p. 224.

11  R. Cohen dans G. Glotz, Histoire grecque, IV, Alexandre et l’hellénisation du monde antique, Paris, 1945, p. 248.Le jugement de R. Cohen sur l’œuvre d’Alexandre n’est qu’un reflet, rédigé sans bonheur, de celui de Head et de Tarn.

12  Sur la vogue de l’argent attique en tous lieux, chez les Grecs comme chez les Barbares, voir Aristophane, Ran., 720-725.

13  H. Berve, Das Alexanderreich auf prosopographischer Grundlage, I, Munich, 1926, p. 319, admet que le droit de frapper l’argent a été laissé aux principautés urbaines phéniciennes et chypriotes, à Porus, peut-être à ses vassaux (Sopeithes), probablement aussi à Abisarès. Réserve faite de Sopeithes (voir ci-dessous, p. 213, n. 20), je cherche en vain sur quelles monnaies se fonde cette opinion. E. T. Newell, The Numismatic Chronicle, 1915, p. 298et suiv. pense qu’en Phénicie « every city which had thrown open its gates without a struggle to Alexander was accorded local autonomy, and, where a mint had previously existed, was allowed to continue coining ; with the proviso, however, that the issues should henceforth conform in types, weights, and denominations with the regular coinage of the Empire ». Puis rappelant la soumission rapide des princes chypriotes à Alexandre, il poursuit : « It would therefore be strange if, in return for their submission and the invaluable services of their fleets, Alexander should have deprived the kings of Cyprus of their immemorial right of coinage, or even have curtailed it in any vital way. Much more likely that he followed a policy already adopted towards the friendly city-states of Phoenicia, and that he allowed these kings to continue coining, but with Alexandrine types and weights ». Je renonce à comprendre pourquoi des monnayages alexandrins par tous leurs caractères, et que leur légende même dénonce comme du Roi, devraient être tenus pour autonomes. Je crois bien plutôt à l’interprétaition de A. Heuss, Stadt und Herrscher des Hellenismus in ihren staats-und völkerrechtlichen Beziehungen, Klio, XXXIX, Leipzig, 1937, p. 196 : « Wohl zog gewöhnlich die königlicheMünze in die städtische Prägestelle ein... aber die neue Münzprägung hatte mit der Stadt juristisch nicht mehr das mindeste zu tun, war vielmehr eine rein monarchische Verwaltungsangelegenheit, die lediglich aus äusseren technischen Gründen an städtischen Punkten lokalisiert war. Die Signierung des betreffenden Ortes ist nur eine Benennung der Münzstätte, aber kein Hinweis auf die Stadt als Gemeinde oder als irgendwelchen Regierungsbezirk ».

14 . Ci-dessus, p. 7 no 7, et p. 8-11, nos 6, 17, 18, 20, 39 [p.o.].

15  Ce n’est qu’après achèvement du présent travail que j’ai eu connaissance de l’importante étude de G. Kleiner, « Alexander’s Reichsmünzen », dans Abhandlungen der Deutschen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, Berlin, 1949 (compte rendu de P. Naster dans Revue belge de Numismatique et de Sigillographie, 95, 1949, p. 146), qui traite du problème de la date de la création de ce monnayage. M. Kleiner fixe cette date aux fêtes de Tyr en 331. C’est alors qu’aurait été instituée, au profit d’Harpale, une administration financière centralisée pour l’Asie, et les nouveaux types monétaires refléteraient, au moins partiellement, les circonstances de ce moment. Cette thèse intéressante ne me parait pas démontrée.Mais je ne doute pas qu’un délai de plusieurs années ne se soit écoulé, en effet, entre l’accession d’Alexandre à la royauté macédonienne et la création du nouveau monnayage. F. Imhoof-Blumer, Monnaies grecques, Amsterdam, 1883, p. 118-121, avait déjà proposé de reconnaître dans un groupe de pièces d’argent et de bronze au nom d’Alexandre (tétradrachme à la tête de Zeus et à l’aigle, drachme, etc., et bronzes à la tête d’Héraclès et à l’aigle) un monnayage du début du règne, et dans l’étalon du tétradrachme celui de Philippe (la drachme est de poids attique). B. V. Head, The Numismatic Chronicle, 1906, p. 1-16 (suivi par E. Babelon, Traité des monnaies grecques et romaines, II, 4, Paris, 1901, p. 543), ayant expliqué un symbole qui figure sur le tétradrachme comme un bonnet de satrape, et faisant état de l’apparition d’un exemplaire de cette pièce aux Indes, a voulu que l’étalon en fût indien, et a rejeté la thèse d’Imhoof-Blumer. Assurément, le bonnet de satrape prouve que ces monnaies n’ont pas été émises en Macédoine, mais en Asie, et sur ce point, mais sur ce point seul, l’opinion d’lmhoof-Blumer se trouve invalidée. Mais l’Asie n’est pas nécessairement l’Inde, et je suis prêt à suivre M. Kleiner (op. cit., p. 7, 13 et n. 6 et 18) lorsqu’il soutient que la création du tétradrachme à la tête de Zeus et à l’aigle n’est plus concevable après la réforme monétaire d’Alexandre, qu’il ne peut être question de l’attribuer à l’âge des diadoques, et que la date doit en être fixée à l’époque de la conquête de l’Anatolie. Ces tétradrachmes entraînent avec eux plusieurs autres groupes de monnaies, voir ci-dessous, appendice V [p.o.].

16  J’adopte ici le point de vue de W. W. Tarn (contre E. Bikerman), Alexander the Great and the Unity of Mankind, II, Londres,1948, p. 199-227.

17  E. Babelon, op. cit., II, 2, nos 712-716, 719-731. L’attribution à Arsamès n’est qu’une hypothèse sans fondement. Ces monnaies, anonymes, à la différence de statères d’époque achéménide (Mazaeus) auxquels elles font suite, et sur lesquelles les villes pour qui elles sont émises sont désignées par des initiales grecques, appartiennent à l’époque d’Alexandre, comme l’a montré E. T. Newell, American Journal of Numismatics, LII, 1918, p. 84 et suiv. et 110 et suiv.

18  E. T. Newell, Numismatic Notes and Monographs, 82, p. 82-88. L’attribution de ces monnaies à l’époque d’Alexandre n’est qu’une hypothèse, très vraisemblable, mais invérifiable, de Newell.

19  E. T. Newell, The Coinage of the Eastern Seleucid Mints from Seleucus I to Antiochus III, New York, 1938, p. 105 ; The coinage of the Western Seleucid Mints from Seleucus I to Antiochus III, New York, 1941, p. 379 et suiv.

20  Les monnaies de Sophytes (je cite ce nom sous sa forme consacrée, bien que la seule forme qui nous en soit connue, le génitif ΣΩΦΥΤΟΥ, ne nous assure pas que tel soit le nominatif), sont tenues, depuis leur découverte, pour celles du prince indien Sopeithes, mentionné par les historiens d’Alexandre. Cette identification, qui avait pour elle la double autorité du général Cunningham et de Sylvain Lévi, n’a été révoquée en doute que récemment par R. B. Whitehead, Numismatic Chronicle, 1943, p. 60-72, avec de très forts arguments. Je suis pleinement d’accord avec ce savant pour penser : 1o qu’il n’y a pas la moindre preuve que ces monnaies aient une relation avec Sopeithes et aient été frappées aux Indes ; 2o que leur étalon, qui les apparente à une série d’autres monnayages, étudiés ci-dessous, appendice V [p.o.], n’est pas nécessairement, et même pas probablement, d’origine indienne ; 3oque les monnaies de Sophytes sont probablement antérieures à 320. J’ajouterai seulement que la désignation de « bactriennes » me paraît bien précise pour ces monnaies, comme pour les pseudo-athéniennes de poids non attique et pour les attico-macédoniennes (dont l’une a été trouvée au Séistan, Journal of the Royal Asiatic Society, 1904, p. 673). Le trésor de l’Oxus, et maintenant celui de Caboul, montrent assez combien la provenance des monnaies qui circulaient dans les provinces orientales de l’empire pouvait être lointaine. Lorsqu’une monnaie inconnue nous vient de ces régions, rien ne nous contraint à lui assigner une origine locale. Il sera prudent de se contenter d’une attribution plus vague aux pays iraniens.

21  S. Ronzevalle, Mélanges de l’Université Saint Joseph, XXIII, 1940, p. 5, pl. I, 2 et 4, auxquelles il faut joindre K. Regling, Zeitschrift für Numismatik, XLII, 1932, p. 19,B, et un didrachme inédit que veut bien me signaler H. Seyrig (dans le commerce à Alep, trouvé à Azaz) : D. déesse trônant à dr., lég. ’TR‘TH ; R. lion couché à g., lég. ’LKSN[DR]. Toutes quatre de poids attique. L’attribution de tout le groupe à Hiérapolis-Bambycé repose sur la lecture HDDMNBG de la légende d’une seule monnaie, S. Ronzevalle, op. cit., pl. I,1, mais me paraît indiscutable.

22  Citons encore ici une curieuse « attico-macédonienne » d’Égypte, E. T. Newell, Numismatic Notes and Monographs, 82, p. 59, no 34, et, bien qu’elles soient de bronze, des monnaies de Naucratis au nom d’Ale(xandre), B. V. Head, « Coins Discovered on the Site of Naukratis », The Numismatic Chronicle, 1886, p. 11 du tirage à part, et W. Wroth, The Numismatic Chronicle, 1902, p. 344, no 43.

23  Il suffit pour s’en rendre compte de jeter un regard sur l’étude comparative faite par K. Regling, Zeitschrift für Numismatik, XXXVIII, 1928, p. 94-98, d’un trésor de Babylone, et de treize autres trésors hellénistiques. Une très notable exception est le trésor de l’Oxus (ci-dessus, p. 7, no 8 [p.o.]),enfoui vers 170,mais qui contient un grand nombre de monnaies de l’époque achéménide, dont quelques-unes même du ve siècle (par ex. les tétradrachmes d’Acanthe). Mais il n’est pas surprenant que le retrait se soit fait moins complètement dans les provinces extrêmes de l’empire. Mentionnons encore ici la présence, dans le trésor de Mir Zakah, enfoui au iiie siècle de notre ère (ci-après, p. 84-85 [p.o.]), d’une monnaie béotienne et d’une monnaie lycienne, toutes deux apparemment de la première moitié du ive siècle ; nous avons là, ensevelis sous l’énorme apport des monnaies ultérieures (près de 10.000 pièces au Musée de Caboul, des milliers d’autres dispersées), indiennes (« punch-marked ») et indo-grecques, deux témoins de la circulation de l’époque achéménide.

24  Tétradrachmes d’Andragoras, British Museum Collection, Arabia, p. 193, 3 et 4, et p. cxlviii-clx. Les statères d’or d’Andragoras sont étroitement liés par un de leurs types (le quadrige) à ceux d’un autre dynaste, Vaḥšuvar (?), qu’on a de fortes raisons de placer à la fin du ive siècle (ibid., p. clvii), et présentant une grande analogie avec un bronze de Séleucus Ier (jamais illustré, G. F. Hill dans A. U. Pope, Survey of Persian Art, I, Londres - New York, 1938, p. 401, n. 2),ce qui rend probable que le monnayage d’Andragoras date du début du iiie siècle.

25  Sur la distinction entre gréco-bactriennes et indo-bactriennes, ci-dessus p. 5, n. 1 [p.o.]. Sur l’étalon des indo-bactriennes, Whitehead dans The Numismatic Chronicle, 1923, p. 297.

26  L’exception que forme, sous Alexandre, la monnaie anonyme des statères au lion de Babylone se prolonge sous Séleucus Ier. La limite inférieure proposée par Newell, Eastern Seleucid Mints, p. 104, est 275, date du transfert de la population de Babylone à Séleucie par Antiochus Ier. Les statères au lion d’Ecbatane et de Suse sont datés par le même savant respectivement de 303-293 et de 298-280environ.

27  J’emprunte ce tableau de la situation dans l’état séleucide à E. Bikerman, Institutions des Séleucides, Paris, 1938, p. 211-213.Voir aussi M. Rostovtzeff, op. cit., I, p. 448 et suiv., et K. Regling, Zeitschrift für Numismatik, XXXVIII, 1928, p. 99.

List of illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1407/img-1.png
File image/png, 192k
Title Trésor du Tchaman-i Hazouri, à Caboul.I. Monnaies grecques.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1407/img-2.png
File image/png, 429k
Title Trésor du Tchaman-i Hazouri, à Caboul.I. Monnaies grecques et monnaies royales perses.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1407/img-3.png
File image/png, 312k
Title Trésor du Tchaman-i Hazouri, à Caboul.I.I Monnaies indigènes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1407/img-4.png
File image/png, 328k
Title Trésor du Tchaman-i Hazouri, à Caboul.II. Monnaies indigènes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1407/img-5.png
File image/png, 322k
Title Trésor du Tchaman-i Hazouri, à Caboul.en haut : III. Fragment divers.en bas : Moulages.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1407/img-6.png
File image/png, 322k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540