Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Daniel Schlumberger. L’Occident à la rencontre de l’Orient

 | 
Daniel Schlumberger

Choix de textes de Daniel Schlumberger

Texte 2 : La Palmyrène du Nord-Ouest (conclusion)

Daniel Schlumberger

Entrées d'index

Géographique :

Palmyre, Palmyrène

Texte intégral

Texte 2

  • 1  No 1 dans la liste.

1Conclusion de La Palmyrène du Nord-Ouest, ouvrage paru en 1951 dans les collections de l’Institut français d’Archéologie de Beyrouth1.

2Il s’agissait de la « thèse principale » de D. Schlumberger, achevée vers 1950 et soutenue en 1951.

3Ce texte offre un aperçu des résultats de ses missions réalisées sur de nombreux sites de Palmyrène, résultats étroitement associés à son activité d’archéologue qui s’est affirmée au cours de cette étude.

  • 2  Pour un résumé des découvertes en Palmyrène, voir supra la présentation de la Palmyrène, p. 57.

4D. Schlumberger a pu montrer comment subsistaient les sites de Palmyrène, qu’ils étaient indissociables de la ville de Palmyre romaine2 et que l’image de la cité isolée au milieu de la steppe devait être reconsidérée.

5Les abréviations et références citées dans cet extrait sont les suivantes :

6J. Cantineau, Grammaire du Palmyrénien épigraphique = J. Cantineau, Grammaire du Palmyrénien épigraphique, Le Caire, 1935.

7CISem = Corpus Inscriptionum Semiticarum, Paris, 1881.

8R. Mouterde et A. Poidebard, Limes de Chalcis = R. Mouterde et A. Poidebard, Le limes de Chalcis. Organisation de la steppe en Haute‑Syrie romaine. Documents aériens et épigraphiques, Texte etatlas, 2 vol., Paris, 1945 (Biblioth. archéol. et histor. de la Délégation Générale de la France au Levant, t. XXXVIII).

9A. Poidebard, Trace de Rome = A. Poidebard, La trace de Rome dans le désert de Syrie. Le limes de Trajan à la conquête arabe : recherches aériennes (1925‑1932), Texte et atlas, 2 vol., Paris (Biblioth. archéol. et histor. du Haut Commissariat de la République Française en Syrie et au Liban, t. XVIII).

10H. Seyrig, Ant. Syr. I-III = H. Seyrig, « Antiquités Syriennes», Troisième Série, Extrait de Syria, 1939-1940-1941, Paris, 1946 (Institut français d’Archéologie de Beyrouth, Publication hors série, n° 7).

La Palmyrène du Nord-Ouest

Conclusion. La Palmyrène, ses oasis et ses alpages

  • 3  Plin., Nat. Hist., V, 88. Il faut remarquer que l’Histoire Naturelle est antérieure de quelque soi (...)
  • 4  Voir par exemple A. Musil, Palmyrena, New-York, 1928, avec les remarques de R. Dussaud, dans Syria(...)

11Les solitudes du désert syrien ont souvent été comparées à une mer, Palmyre et son oasis, où convergent les itinéraires transdésertiques, à une île. Pline avait montré la cité célèbre « entourée de tous côtés par de vastes étendues de sable3 ». Les voyageurs cherchaient à retrouver les puits, les caravansérails qui jalonnaient les voies conduisant à la ville, et à les identifier avec les étapes que mentionnent nos sources4. On n’imaginait guère qu’il eût existé en Palmyrène d’autres établissements que ces stationes, semblables aux escales espacées des routes maritimes. Palmyre, bien que plus proche de la rive syrienne que de la rive mésopotamienne du désert, paraissait avoir vécu isolée de toutes parts.

12Depuis une vingtaine d’années, ce tableau trop simple se nuance et se modifie en même temps qu’il s’enrichit.

  • 5  J’ai publié ces bornes dans Syria, XX,1939, p. 52-64 ; sur la regio Palmyrena, son étendue, sa rel (...)

13Les limites de la Palmyrène se sont trouvées fixées en deux endroits par la découverte de bornes frontières5, et, s’il n’est encore possible de se faire de la « regio palmyrena » qu’une image très approximative, car son étendue vers le sud et vers l’est reste tout à fait inconnue, il est clair du moins qu’on est en présence d’un très vaste territoire.

  • 6  Surtout l’avion, voir A. Poidebard, Trace de Rome ; R. Mouterde et A. Poidebard, Limes de Chalcis, (...)
  • 7  Comme localités dépassant l’importance de simples relais routiers, mentionnons, à l’ouest de Palmy (...)

14À mesure que, grâce aux moyens nouveaux d’investigation6, se développait l’exploration du désert syrien, il est devenu clair aussi que, sur les routes de la plaine, certaines étapes se présentaient tout autrement que comme de simples caravansérails, et qu’outre son oasis principale, celle de sa capitale, la Palmyrène avait eu, dans des oasis secondaires, ses bourgades7.

  • 8  Méharistes, ci-dessus, chap. IV, 18, nos 1-2 [p.o.] ; noms thraces dans une inscription latine dat (...)

15Mais la nouveauté sans doute la plus notable devait être fournie par l’exploration de la montagne. Issues du hasard de fouilles clandestines auxquelles il importait de mettre un terme, les recherches dont rend compte le présent ouvrage ont révélé, dans la Palmyrène du Nord-Ouest, l’image inattendue d’un district criblé de citernes et semé de villages ; avec, partout, des lieux de culte, nés de la piété zélée des paysans ; et, gardant tel puits, tel chemin montant de Palmyre, ou surveillant tel horizon, des postes fortifiés, dont l’un avait pour garnisaires des méharistes ou des soldats thraces8. Sans doute ces villages sont de médiocres dimensions et ne méritent le plus souvent que le nom de hameaux ; ces lieux de culte ne sont généralement que de très humbles chapelles ; ces fortins ne sont que de petits postes qui n’ont pu donner abri qu’à de très faibles détachements. Mais si modestes que fussent ces établissements, leur existence n’en suffisait pas moins à transformer profondément l’aspect d’un district qui, dans son état naturel, n’est capable que d’offrir, après les pluies, une patrie temporaire à quelques fractions bédouines.

  • 9  Sur l’alimentation en eau de l’oasis, voir mon « Développement urbain de Palmyre », dans Berytus, (...)
  • 10  Ce sont les villages (QRY’, χωρία) mentionnés par la Loi Fiscale, CISem., II, 3913, palm. l.109-11 (...)

16L’isolement de Palmyre, au moins durant la période de grande prospérité qui s’étend des Antonins au sac de la ville par Aurélien, a donc été moins complet qu’on n’avait pu le croire. Au-delà de sa banlieue immédiate, de ses jardins, irrigués par ses deux sources, ses « foggaras » et son aqueduc9, Palmyre a possédé une « grande banlieue » rurale, fort inégalement distribuée certes, et fort discontinue, là même où ses établissements étaient les plus nombreux10, mais dont la ville a tiré certaines ressources.

17De ces établissements, les uns, dans la plaine, sont des oasis, les autres sont nos villages montagnards ; il convient maintenant de préciser cette distinction.

18Sur les oasis point n’est besoin de s’étendre : leur aspect ne devait pas différer de celui qu’offrent aujourd’hui encore les oasis du désert syro-arabe, sinon par des travaux d’amenée d’eau bien plus importants, par des jardins beaucoup plus étendus, par des monuments bien plus soignés et bien plus imposants. Il n’y a point là d’autre problème que celui de savoir d’où venait l’argent qui a permis la construction d’ouvrages d’art tels que le barrage de Harbaqa ou l’aqueduc de Qasr el-Heir ech-Charqi ; et la réponse à ce problème me paraît aisée, me paraît certaine : les capitaux qui se sont investis là sont ceux que concentrait à Palmyre le commerce international.

  • 11  Elles le sont même, certaines années, dans les lits d’oueds de la plaine, voir A. Musil, Palmyrena(...)

19Les villages montagnards que ce livre fait connaître sont d’une nature différente, plus complexe sans doute, moins facile à définir assurément, car ils n’ont pas de parallèle évident dans le désert syrien du temps présent. La région où ils sont établis est, on l’a vu (ci-dessus, chap. I, 2 [p.o.]), presque entièrement dépourvue de points d’eau permanents. Il est manifeste que ces villages n’ont pas eu de jardins, nulle part on n’aperçoit le moindre vestige d’un système d’irrigation : leurs citernes ont servi à abreuver des hommes et des troupeaux, elles n’ont pu arroser de cultures. Comment donc ont-ils vécu ? Dans ces montagnes, les cultures non irriguées sont possibles par endroits11 : c’était l’avis de ceux de nos ouvriers avec lesquels j’ai discuté le problème, c’était aussi celui du capitaine A. de Boucheman, le meilleur connaisseur qui fût de la région ; j’ai vu, dans quelques cas, des paysans de Palmyre venir, après les pluies, ensemencer tel versant, tel fond de vallon privilégié, et ce qui les inquiétait n’était pas tant de savoir si l’humidité du sol suffirait à faire prospérer ces cultures, mais plutôt si elles échapperaient à la dévastation par les troupeaux des Bédouins. D’autre part, et surtout, la région apparaît comme prédestinée à l’élevage : pour en apprécier les possibilités, il faut y avoir vu, au printemps et jusqu’au début de l’été, le magnifique fourrage, l’herbe tellement plus drue que celle des plaines pierreuses, et si haute que la conduite d’une voiture dans la steppe devient parfois malaisée, car les pierres et les trous sont dissimulés au chauffeur.

  • 12  Avec quelle rapidité le mouvement peut se faire, c’est ce dont j’ai été témoin en 1935. Quelques o (...)

20Qu’une telle région puisse rester, de nos jours, inexploitée par les cultivateurs, et désertée, une bonne partie de l’année par les nomades eux-mêmes, n’est dû qu’à l’absence de points d’eau. Cette absence a pour effet que, dans nos montagnes, le rythme de la vie bédouine est lié aux pluies plus encore que dans le reste du désert. Car, s’il est vrai que la majorité des nomades, surtout des nomades chameliers, passe l’été et une partie de l’automne dans la Syrie agricole, on ne doit pas oublier que certaines de leurs fractions, surtout parmi les petits nomades moutonniers ou chevriers, restent dans la steppe ou sur la bordure de la steppe, campant autour des puits. Le district qui nous intéresse est, lui, complètement vide de nomades en été, malgré ses pâturages plus riches que tous ceux des régions plus basses : hommes et troupeaux n’y apparaissent qu’après les premières pluies d’automne12.

21Or les anciens, par les citernes qu’ils avaient aménagées à profusion, avaient rendu la région habitable, exploitable en toute saison. Dans l’économie de nos villages, quelle place tenaient les cultures, quels profits tirait-on de la coupe du bois (ci-dessus, chap. I, 2 [p.o.]), quel rôle enfin jouait l’élevage ? C’est ce que nous ne saurions préciser, mais on peut conjecturer que les activités pastorales étaient de beaucoup les plus importantes. Nous sommes, me semble-t-il, en présence de qu’on appelle aujourd’hui des « sédentarisations ». Les habitants de nos villages devaient être des nomades, fraîchement et à demi fixés au sol. Auparavant leurs transhumances avaient dû les faire osciller, comme il est normal, entre les plaines du hamad syro-arabe (dont celles de Palmyrène ne sont qu’une partie), où ils erraient l’hiver, et les champs de la Syrie cultivée, où ils se réfugiaient l’été.

22Le développement des citernes, dans les monts de la Palmyrène, vint modifier ce rythme. Peu à peu un nombre croissant de nomades put se passer de gagner, l’été, la Syrie des cultures, la vie étant désormais possible dans les excellents pâturages du Djebel Chaar et des massifs voisins. De la fin du printemps aux premières pluies d’automne, ces montagnes devinrent leur séjour habituel, et, en tout temps, leur base. Durant l’hiver même, alors que le gros des troupeaux était redescendu dans les plaines du Sud, les villages ne devaient pas être entièrement abandonnés : comme font les tribus demi-sédentaires d’aujourd’hui, celles de jadis devaient laisser sur place une partie de leurs effectifs, à qui incombaient les soins de la culture, la garde des demeures et du petit bétail inapte à la grande transhumance.

23Comment eut lieu cet aménagement de citernes sur une grande échelle ? Bien que moins coûteux que l’aménagement des eaux des oasis, il se fit certainement, lui aussi, avec le concours des capitaux des grands marchands palmyréniens, et pour la même raison : seule l’existence, au désert même, d’un centre urbain de première importance pouvait les rendre rentables. De sorte que, si l’économie horticole des bourgades de la plaine doit être distinguée de l’économie agricole, et plus souvent encore pastorale, des villages de la montagne — si, dans la Palmyrène, les oasis doivent être opposées aux alpages — il faut bien voir cependant que le développement remarquable des unes et des autres ne s’explique que d’une seule et même façon : comme un effet de ce phénomène extraordinaire que fut la ville de Palmyre.

24Car l’histoire en est étroitement liée à celle de la ville, et, sur ce point, nos alpages apportent un témoignage plus clair et plus décisif que celui des oasis.

25Un premier fait mérite d’être souligné : l’absence complète dans nos montagnes de vestiges antérieurs à l’époque romaine. On sait que l’un des traits caractéristiques du paysage de la Syrie agricole, surtout de la Syrie centrale et septentrionale, consiste dans ces tertres, d’une dimension et d’une hauteur souvent considérables, auxquels les archéologues appliquent le nom de tells, et qui sont formés de l’accumulation, ininterrompue parfois depuis le ive millénaire, des débris de villages ou de villes de terre crue. À mesure qu’on se rapproche du désert, l’importance et la hauteur de ces tells va diminuant, comme chaque voyageur a pu le constater. Au désert, les tells manquent complètement. Notre région ne fait pas exception à cette règle, et il est évident qu’aux époques préhistoriques et protohistoriques, et avant que l’essor de Palmyre ne vînt en fournir l’occasion, il n’y a eu là aucune espèce de fixation de l’homme au sol.

  • 13  Je ne fais pas état, ici, de monuments incertains comme le fortin de Rasm ech-Chaar, ci-dessus, ch (...)
  • 14  Là, mais pas nécessairement ailleurs : le petit trésor de Marzouga (ci-dessus, chap. IV, 15, no 2 (...)
  • 15  Cratères datés de 257 et de 261-2 (ou 266-7), ci-dessus chap. IV, 1, nos 35-36 [p.o.]. Bas-relief (...)

26D’autre part, les époques postérieures à la chute de Palmyre n’ont laissé elles-mêmes que de très faibles traces13. Sans doute, des monnaies du début du ive siècle, qui ont été trouvées dans le sanctuaire d’Abgal à Kh. Semrine (chap. IV, 1, no 47 [p.o.]), et dans le temple de Kh. Leqteir (2, no 9 [p.o.]), montrent que la vie a continué là14 pendant quelque temps au moins. Mais il ne s’agit plus, certainement, que d’une vie fort diminuée. Sous les princes de Palmyre le sanctuaire d’Abgal à Kh. Semrine reçoit deux de ses cratères, le temple D de Kh. Abou Douhour s’orne du bas-relief de Malkâ15. Après eux, plus rien de tel. La fin brutale de la grandeur de Palmyre marque certainement aussi la fin de la prospérité de notre région.

  • 16  Le texte essentiel est Zosim., Histor., I, 50-53,lequel représente la cavalerie cuirassée des Palm (...)

27Peut-être me permettra-t-on d’indiquer ici, à titre d’hypothèse, une raison qui a pu porter les Palmyréniens à s’intéresser particulièrement à la mise en valeur de leurs pâturages, et qui fera mieux comprendre la relation étroite d’interdépendance que je crois apercevoir entre la ville et ses alpages. Au iiie siècle, on ne l’ignore pas, Palmyre possède une cavalerie lourde16. Or je ne sache pas qu’on se soit jamais demandé où une cavalerie peut trouver, en Palmyrène, un habitat, un entretien permanents : de toute évidence on ne peut admettre que ce soit dans les plaines, aux maigres pâturages, et surtout aux puits bien trop espacés. Nos montagnes, au contraire, avec leurs citernes, leur fourrage, leur climat frais, paraissent un lieu idéal pour des haras ; nos alpages pourraient être plus précisément des « ranches » ; et les dieux, si souvent figurés comme des cavaliers, dont nous avons retrouvé les effigies, conviendraient à une population d’éleveurs de chevaux. La sollicitude des Palmyréniens pour les petits sanctuaires de la région s’expliquerait alors particulièrement bien : les villages de la Palmyrène du Nord-Ouest fournissaient à la ville un des éléments essentiels de sa puissance militaire.

28Quoi qu’il faille penser de cette conjecture, c’est un fait que l’essor de nos établissements montagnards n’est qu’un reflet de l’essor de la ville. Mais ce reflet n’est pas sans offrir des nuances originales.

29J’ai essayé de montrer (ci-dessus, p. 119 [p.o.]) que l’art de la Palmyrène est plus rustique, plus proche parfois de ses sources hellénistiques orientales et moins influencé par les courants artistiques venus de la Méditerranée romaine, que ne l’est l’art de Palmyre même.

  • 17  J. Cantineau, Grammaire du palmyr. épigr., p. 5.

30Dans l’épigraphie le contraste avec ce qui s’observe dans la métropole est plus nettement marqué : à Palmyre le rôle joué par le grec est allé croissant, au point que dans les bilingues du iiie siècle, à l’inverse de ce qui se passe dans les bilingues du ier siècle, le texte grec précède souvent le texte araméen, lequel peut n’en être qu’un simple résumé17. Or nos fouilles n’ont fourni qu’une seule inscription grecque sur un bas-relief manifestement importé (chap. IV, 1, no 17 [p.o.]), et n’ont pas produit une seule bilingue : on ne sentait pas le besoin de doubler le texte araméen d’une version grecque. Il est clair que nous sommes, à la campagne, dans un milieu beaucoup moins occidentalisé qu’à la ville.

  • 18  On peut être tenté de citer maintenant un proscynème safaïtique sur le bas-relief de la triade de (...)

31Et il est clair aussi que nous sommes dans un milieu plus fortement arabisé. On a vu plus haut (chap. VII, 3 [p.o.]) la place dominante que les divinités arabes tiennent dans le panthéon. L’épigraphie fournit un témoignage de même sens : alors que parmi le millier d’inscriptions découvertes à Palmyre il ne s’en trouve pas, à ma connaissance, une seule qui soit safaïtique18, sur les quatre-vingt-treize textes provenant de nos montagnes, dix (inscr. 2 quater, 21 bis, 34 ter, 54, 60, 63 bis, 63 quater, 80, 81, 82) sont safaïtiques.

  • 19  Sur ce sujet voir J. Cantineau, « Nabatéen et arabe »,dans Annales de l’Inst. d’Ét. Orientales d’A (...)
  • 20  Sur l’influence arabe à Palmyre même, voir J. Cantineau, ibid., p.78 et Grammaire du palmyr. épigr(...)

32Ce n’est donc pas la Palmyrène, mais Palmyre seule qui, dans un monde envahi par la marée ethnique arabe19, peut apparaître encore comme un îlot araméen, relativement peu affecté par ce vaste mouvement de pénétration20.

Annexes

Choix d’illustrations

Sanctuaire d’Abgal. Vue verticale.

Sanctuaire d’Abgal. Vue verticale.

Hassan Madhour. Temple A, vue aérienne.

Hassan Madhour. Temple A, vue aérienne.

Kh. Semrine, no 18.

Kh. Semrine, no 18.

Kh. Semrine, no 27.

Kh. Semrine, no 27.

Kh. Semrine, no 29.

Kh. Semrine, no 29.

Kh. Semrine, no 35.

Kh. Semrine, no 35.

Kh. Semrine, no 7.

Kh. Semrine, no 7.

Kh. Semrine, no 4.

Kh. Semrine, no 4.

Kh. Ouadi Souâné, no 2.

Kh. Ouadi Souâné, no 2.

Kh. Abou Douhour, n o  1.

Kh. Abou Douhour, n o  1.

Gargouille du temple d’Abgal. Kh. Semrine, no 11.

Gargouille du temple d’Abgal. Kh. Semrine, no 11.

Notes

1  No 1 dans la liste.

2  Pour un résumé des découvertes en Palmyrène, voir supra la présentation de la Palmyrène, p. 57.

3  Plin., Nat. Hist., V, 88. Il faut remarquer que l’Histoire Naturelle est antérieure de quelque soixante-dix ans au plus ancien monument daté qu’aient livré nos fouilles (chap. IV, 14, no 1 [p.o.], de l’an 147), et surtout que la source d’où dérive ce passage remonte très vraisemblablement à une époque bien plus haute encore, voir H. Seyrig, Ant. Syr., III, p. 155.

4  Voir par exemple A. Musil, Palmyrena, New-York, 1928, avec les remarques de R. Dussaud, dans Syria, X, 1929, p. 52-62 ; R. Mouterde, « La Strata Diocletiana », Mél. Un. St-Jos., XV, 1930, p. 221-233. Une de ces voies, celle d’Antioche à Palmyre, effleure notre région. Dans Mélanges Syriens offerts à M. R. Dussaud, p. 552 s., j’ai tenté d’en fixer le tracé en Palmyrène, et ai proposé de placer l’étape de Centum Putea de la Table de Peutinger à Kh. Ramadane. Je reconnais volontiers ce que cette localisation a d’hypothétique (R. Mouterde et A. Poidebard, Limes de Chalcis, p. 54), mais continue de la tenir pour la plus probable : les distances sont congruentes, et l’importance de Kh. Ramadane est soulignée par la présence sur le site de grands blocs d’appareil, provenant d’un édifice de pierre de taille, aujourd’hui remployés dans un cimetière bédouin (bien visibles sur la planche XIX, 3 [p.o.]). Sauf au temple d’Abgal à Kh. Semrine, nous n’avons trouvé nulle part dans la région de restes monumentaux de cette sorte.

5  J’ai publié ces bornes dans Syria, XX,1939, p. 52-64 ; sur la regio Palmyrena, son étendue, sa relation avec la Palmyrène de Ptolémée, voir p. 69 s.

6  Surtout l’avion, voir A. Poidebard, Trace de Rome ; R. Mouterde et A. Poidebard, Limes de Chalcis, passim.

7  Comme localités dépassant l’importance de simples relais routiers, mentionnons, à l’ouest de Palmyre, Qasr el-Heir el-Gharbi, dont la nature d’organisation agricole a été reconnue d’abord par A. Poidebard, op. cit., p. 187-190 ;au nord, Qdêm, voir R. Mouterde et A. Poidebard, op. cit., p. 109-113 ;à l’est, Qasr el-Heir ech-Charqi, avec les sites voisins aux eaux abondantes de Soukhné et de Tayibé, A. Poidebard, op. cit., p. 78 s.Pour tous les sites de la plaine la difficulté est grande d’apprécier correctement la nature et le volume de l’installation d’époque romaine, car tous ont continué d’être occupés aux époques chrétienne et omeyyade. Un seul a été fouillé, celui de Qasr el-Heir el-Gharbi, dont l’histoire, par suite, est claire dans ses grandes lignes, voir Syria, XX, 1939, p. 362 ss. :l’importance du site à l’époque romaine est indiquée surtout par cet ouvrage considérable qu’est le barrage de Harbaqa. Celle de Qasr el-Heir ech-Charqi est attestée par la masse des blocs antiques de grand appareil remployés dans les constructions omeyyades, ibid., p. 70,n. 6, p. 332, n. 3.Inscription de Tayibé provenant d’un sanctuaire de Baalshamîn CISem., II, 3912. Pour Qdêm, le problème de savoir dans quelle mesure il y a eu là une installation importante dès l’époque romaine ne pourra être résolu que par une fouille.

8  Méharistes, ci-dessus, chap. IV, 18, nos 1-2 [p.o.] ; noms thraces dans une inscription latine datée de 156 : 18, no 3 [p.o.]. CesThraces ont pu appartenir à un détachement de l’Ala Thracum Herculiana, laquelle tenait alors garnison à Palmyre, H. Seyrig, Ant. Syr., III, p. 185.

9  Sur l’alimentation en eau de l’oasis, voir mon « Développement urbain de Palmyre », dans Berytus, II, 1935, p. 155, n. 41.

10  Ce sont les villages (QRY’, χωρία) mentionnés par la Loi Fiscale, CISem., II, 3913, palm. l.109-113, grec l.187-191.

11  Elles le sont même, certaines années, dans les lits d’oueds de la plaine, voir A. Musil, Palmyrena, p. 147, qui a observé et bien décrit de telles cultures, à environ deux heures de cheval de Palmyre, dans la large vallée qui s’étend au pied des premiers contreforts du Djebel Abiad.

12  Avec quelle rapidité le mouvement peut se faire, c’est ce dont j’ai été témoin en 1935. Quelques orages avaient eu lieu au milieu d’octobre, le dernier et le plus fort le 17. Deux jours plus tard un cavalier maouâli parut à notre camp ; il venait examiner les points d’eau. Le 22 les troupeaux venus de l’ouest commençaient d’envahir la région, et partout s’établissaient les tentes noires.

13  Je ne fais pas état, ici, de monuments incertains comme le fortin de Rasm ech-Chaar, ci-dessus, chap. V, B [p.o.], qui pourrait être d’époque omeyyade, ni de la plaque et de la colonnette de gypse de Hassan Madhour, chap. IV, 6, nos 2-3 [p.o.], qui pourraient être d’époque byzantine, voir p. 116 [p.o.].

14  Là, mais pas nécessairement ailleurs : le petit trésor de Marzouga (ci-dessus, chap. IV, 15, no 2 [p.o.] : 13 monnaies d’Élagabale, une d’Aurélien et Vahballâth) indiquerait plutôt que l’arrêt de la vie s’est fait sur ce site au moment de la chute de Palmyre. Sur la survie de Palmyre à la fin du iiie et au ive s., voir Berytus, II, 1935, p. 160.

15  Cratères datés de 257 et de 261-2 (ou 266-7), ci-dessus chap. IV, 1, nos 35-36 [p.o.]. Bas-relief de Malkâ daté de 263, 14, no 9 [p.o.]. Le monument daté le plus récent est un cippe de 270, 1, no 27 [p.o.].

16  Le texte essentiel est Zosim., Histor., I, 50-53,lequel représente la cavalerie cuirassée des Palmyréniens comme supérieure à celle d’Aurélien en nombre aussi bien qu’en qualité. Cf. aussi Ruf. Festus, 24 (Clibanarii). Cette cavalerie n’est pas attestée avant l’époque des princes de Palmyre, mais ils ne l’ont sans doute pas créée. La Notitia Dignitatum, Or. VII, 34, mentionne encore des clibanarii palmyréniens, ce qui s’accorde avec une survie de nos villages après la chute de Palmyre.

17  J. Cantineau, Grammaire du palmyr. épigr., p. 5.

18  On peut être tenté de citer maintenant un proscynème safaïtique sur le bas-relief de la triade de Baalshamîn, récemment acquis par le Louvre, voir J. Starcky, Syria, XXVI, 1949, p. 38, 3o. Mais rien ne nous assure que ce bas-relief vienne de Palmyre même.

19  Sur ce sujet voir J. Cantineau, « Nabatéen et arabe »,dans Annales de l’Inst. d’Ét. Orientales d’Alger, I, 1934-35, p. 77-95. M. Cantineau, qui ne traite là que de l’arabisme des Nabatéens, rappelle cependant, p. 78, que la dynastie d’Émèse est arabe ; à quoi l’on peut ajouter que les Ituréens (ci-dessous, p. 136, note 3 [p.o.]) sont des Arabes, ainsi que les princes de l’Osrhoène, comme le montrent les noms dynastiques d’Abgar et de Maan.

20  Sur l’influence arabe à Palmyre même, voir J. Cantineau, ibid., p.78 et Grammaire du palmyr. épigr., p. 150-152.

Table des illustrations

Titre Sanctuaire d’Abgal. Vue verticale.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1406/img-1.png
Fichier image/png, 301k
Titre Hassan Madhour. Temple A, vue aérienne.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1406/img-2.png
Fichier image/png, 322k
Titre Kh. Semrine, no 18.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1406/img-3.png
Fichier image/png, 281k
Titre Kh. Semrine, no 27.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1406/img-4.png
Fichier image/png, 189k
Titre Kh. Semrine, no 29.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1406/img-5.png
Fichier image/png, 202k
Titre Kh. Semrine, no 35.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1406/img-6.png
Fichier image/png, 185k
Titre Kh. Semrine, no 7.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1406/img-7.png
Fichier image/png, 210k
Titre Kh. Semrine, no 4.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1406/img-8.png
Fichier image/png, 203k
Titre Kh. Ouadi Souâné, no 2.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1406/img-9.png
Fichier image/png, 210k
Titre Kh. Abou Douhour, n o  1.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1406/img-10.png
Fichier image/png, 349k
Titre Gargouille du temple d’Abgal. Kh. Semrine, no 11.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1406/img-11.png
Fichier image/png, 173k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540