Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Daniel Schlumberger. L’Occident à la rencontre de l’Orient

 | 
Daniel Schlumberger

Témoignage

Olivier Callot

Texte intégral

1Daniel Schlumberger était un Mulhousien issu de la bourgeoisie industrielle protestante, comme l’était aussi son ami Henri Seyrig. J’ai moi-même une semblable origine par ma mère qui avait avec lui une lointaine parenté et qui l’avait connu dans sa jeunesse. En 1956, j’étais en classe avec l’aîné de ses fils à leur retour d’Afghanistan. Quand j’ai appris que son père était archéologue, j’ai immédiatement rêvé de le connaître. Mais ce n’est que vers 1960 que, encore lycéen, j’ai découvert le savant en suivant certains de ses cours publics à l’Université de Strasbourg. Ces cours portaient sur les influences orientales dans l’art roman et je me souviendrai toujours de l’un d’eux, consacré au thème de l’éléphant, qui fut une véritable révélation. Daniel Schlumberger n’improvisait jamais ; il rédigeait ses cours, mais les lisait avec cette distinction et cette aisance naturelle qu’il a toujours eues. Il s’exprimait dans une langue parfaite, ne laissant aucune place à des phrases inutiles ou à des hésitations. Chaque mot était pesé avec soin et précision, sans nulle trace de pédanterie. On comprendra alors pourquoi ses cours attiraient toujours un large public.

2À cette époque, je venais souvent chez les Schlumberger, dans leur belle villa et je me souviens que ce n’est pas sans un petit pincement au cœur que je pénétrais, de temps à autre, dans son bureau isolé du reste de la maison par une porte capitonnée. Il était là, soit à sa table de travail, soit lisant étendu sur un canapé, toujours grand seigneur, mais répondant avec bienveillance et précision à des questions souvent bien naïves. Je reverrai toujours ce bureau tapissé des livres de sa riche bibliothèque et, derrière sa table, son précieux fichier. Je conserve les quelques livres qu’il m’a offerts et, comme il l’avait prédit dans l’amicale dédicace de l’un d’eux, ils furent à l’origine de ma propre bibliothèque.

3J’ai toujours admiré, et parfois même jalousé, la liberté qui régnait dans cette maison. Certains jours, elle ressemblait à une véritable ruche, sans pour autant troubler la quiétude du savant isolé dans son bureau. Était-ce une certaine forme d’égoïsme ? Personnellement je ne l’ai jamais pensé. Mais c’est là qu’il faut évoquer la personnalité, qu’on dirait aujourd’hui « incontournable », de son épouse Agnès. Sous des dehors toujours souriants, elle cachait un caractère particulièrement fort et un immense dévouement. Sans elle, Daniel Schlumberger n’aurait probablement pas pu mener sa carrière de la même façon.

4Enfin, il faut rappeler qu’il était aussi un grand sportif. Le ski et le tennis lui permirent de garder cette silhouette toujours svelte qui, bien sûr, n’était pas étrangère au surnom de « beau Daniel » que certains lui donnaient.

5Lorsque j’échouai à mon premier baccalauréat, loin de me faire comprendre que mon avenir archéologique était sérieusement compromis, il s’efforça au contraire de me conseiller et de me soutenir. Je conserve précieusement une petite carte postale où il m’écrivit qu’échouer à un examen (ce qui lui était aussi arrivé) ne m’empêcherait pas de réaliser mes rêves. Ainsi, c’est lui et son ami l’architecte Julien Nussbaum qui m’ont conseillé d’entreprendre des études d’architecture. Il m’expliquait que, par ce biais, je pourrais tout aussi facilement exercer le métier que je souhaitais. Je sais maintenant qu’il a eu parfaitement raison. C’est une première dette. Pour l’anecdote, à l’écrit du concours que j’ai passé pour cela, la question d’Histoire de l’Art portait sur les influences orientales dans l’art roman. Les cours de Daniel Schlumberger, y compris les éléphants, m’ont sauvé. C’est une autre dette.

6En 1967, il fut nommé directeur de l’Institut français d’Archéologie de Beyrouth pour succéder à Henri Seyrig. Alors que je lui rendais visite avant son départ, il me dit que, dès qu’il aurait une possibilité de me faire venir en Orient, il me ferait signe, car ce serait l’occasion de faire mes preuves. J’en rêvais sans y croire vraiment. Pourtant, il tint parole et, dès juin 1967, j’étais au Liban, puis en Syrie, avec la mission de Georges Tchalenko dans le Massif Calcaire. C’est encore une dette.

7Je partageais ainsi, dans mon petit coin, la vie de l’Institut dans cette belle demeure du « Starco » où Daniel Schlumberger savait si bien recevoir, dans l’immense salon directorial dont beaucoup se souviennent avec tant de nostalgie. J’assistai là à des discussions, détendues et spirituelles, entre Daniel Schlumberger et Henri Seyrig, autour d’un café et de quelques chocolats qu’aucun des deux ne refusait. C’est au cours d’une de ces rencontres qu’ils me convainquirent d’entreprendre une étude sur les pressoirs de la Syrie du Nord. Elle devint ma thèse et un de mes grands regrets est de n’avoir pu la leur présenter lorsqu’elle fut publiée, à Beyrouth, en 1984. Ils nous ont quittés trop tôt.

8Et puis il y eut les heures sombres. À l’hôpital Saint-Louis de Beyrouth où je lui rendais visite avec l’abbé Starcky. Quelle douleur c’était que de voir cet homme cloué sur son lit. Une des dernières fois que je le revis, à Neuchâtel dans le bel appartement d’Henri Seyrig où il se reposait en tentant de remonter la pente, ce n’était plus le même homme. Quelque chose en lui s’était définitivement brisé.

9De l’homme, je me souviendrai de quelqu’un qui m’a toujours intimidé, tant en raison de sa prestance que des questions parfois embarrassantes pour lesquelles il attendait toujours une réponse pertinente. Ce n’était pas l’homme des discours vides et des phrases alambiquées. Avec lui, il fallait être clair et précis. Certains se souviendront peut-être de son expression favorite : « Mais mon cher, quelles sont vos sources ? ». Pour l’anecdote, connaissant mon intérêt pour la numismatique, il m’avait offert un jour un petit denier de cuivre frappé en Sicile par Frédéric II de Hohenstauffen qu’il avait acheté au Krak des Chevaliers. Ce denier était accompagné d’une carte de visite sur laquelle il avait noté la description de la monnaie. Mais il s’était aussi donné la peine d’y indiquer des références bibliographiques précises. Ceci montre à nouveau quel souci il avait d’effectuer une recherche complète, même pour un motif pouvant paraître futile. Ce fut pour moi une leçon. Si, à première vue, la façade était un peu glaçante pour un jeune débutant, on découvrait vite qu’elle cachait quelqu’un d’attentionné et de généreux.

  • 1 Texte no 1, p. 99.
  • 2 Voir la série des Fouilles françaises de Faïlaka, publiée par la Maison de l’Orient et de la Médite (...)

10Du savant et de son œuvre, il y aurait tant à dire, mais le présent ouvrage est là pour y répondre. Je mentionnerai seulement deux exemples qui me touchent personnellement. Lorsque j’étudiais à Chypre un chapiteau dit « nabatéen », c’est dans son article sur la forme ancienne du chapiteau corinthien, publié en 1933 dans la revue Syria et réédité ici 1, que je trouvai une réponse à certaines de mes interrogations : ces chapiteaux appartenaient à l’ordre corinthien dont ils étaient une forme particulière, mais tout aussi aboutie. Cet article, bien qu’ancien, n’a absolument pas vieilli. Et puis il y a l’établissement hellénistique de l’île de Faïlaka, au Koweït. Il l’évoque avec pertinence dans son ouvrage sur l’Orient hellénisé. J’aurais tellement voulu partager avec lui les résultats de nos fouilles sur ce site 2.

11Olivier Callot

12Amman, février 2009

Notes

1 Texte no 1, p. 99.

2 Voir la série des Fouilles françaises de Faïlaka, publiée par la Maison de l’Orient et de la Méditerranée (Lyon).

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540