Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Daniel Schlumberger. L’Occident à la rencontre de l’Orient

 | 
Daniel Schlumberger

Préface

Irène Schlumberger

Texte intégral

Daniel Schlumberger et Henri Seyrig à Baalbek (Liban) dans les années trente.

© Famille Schlumberger.

1Un jour il m’a été donné de comprendre ce qui animait la passion de chercheur de mon père.

2Ce devait être en 1960, lorsqu’il a emmené toute sa famille en voiture en Afghanistan. Quelque part au cours de ce voyage, sans doute en Iran, nous nous sommes arrêtés pour visiter un site archéologique qu’il découvrait en même temps que nous.

3Il s’est mis à parcourir la fouille à grandes enjambées, dans un état d’exaltation et d’émotion intense. Là où je ne voyais qu’un monde minéral, tas de pierres et monticules de terre ne méritant guère le qualificatif de « ruines », lui « voyait » un temple, des édifices, une cité antique et ses habitants. Toute une civilisation aujourd’hui disparue renaissait grâce à son imagination visionnaire, et la force de cette vision le bouleversait.

4C’est ainsi que j’ai compris que ce passé était vivant en lui, qu’il en était comme le dépositaire et le témoin.

5Parmi les mots qui ont bercé mon enfance, il en est qui portent encore aujourd’hui pour moi toute leur charge de rêve et de mystère : Bactriane, Kouchan, Palmyre, Achéménide, Sassanide, Parthe, Kanishka, Gandhara, Omeyyade, Ghaznévide... J’ignorais s’ils désignaient des lieux, des civilisations, des rois, des peuples, et lorsque adulte il m’arrivait de les entendre, j’étais surprise qu’ils me soient à la fois si familiers et si hermétiques.

6C’est pourquoi je suis profondément reconnaissante à Mathilde Gelin pour cette présentation de l’œuvre et de la pensée de Daniel Schlumberger. Présentation qui honore sa mémoire et qui m’a permis de mieux comprendre quel a été son apport spécifique dans l’histoire de la civilisation grecque en Orient. Le travail de synthèse qu’elle a fait, met à la portée de non spécialistes comme moi, l’essentiel de son œuvre.

7J’ai aussi été très touchée par la justesse de l’évocation de mon père, dans laquelle j’ai retrouvé les qualités que j’aimais en lui : son humour, sa sensibilité à la beauté, à la nature, sa passion de chercheur, sa rigueur, son enthousiasme, son ouverture d’esprit, sa hauteur de vue. En mentionnant brièvement les épreuves qu’il a connues — problèmes de santé, éloignement de sa famille, batailles avec l’administration, constantes difficultés matérielles — Mathilde Gelin a réussi à donner une dimension particulièrement vivante et humaine à cette biographie scientifique.

8Merci pour ce travail infiniment précieux pour nous sa famille.

Table des illustrations

Crédits © Famille Schlumberger.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1384/img-1.png
Fichier image/png, 496k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540