Version classiqueVersion mobile

Médias et islamisme

 | 
Olfa Lamloum

« Urgence Darfour ». Les artifices d’une rhétorique néoconservatrice

Fabrice Weissman

Texte intégral

1En Europe et en Amérique du nord, la guerre du Darfour a fait l’objet d’importantes campagnes d’opinion, menées par des organisations de défense des droits de l’homme, des associations communautaires et des personnalités de la scène politique et médiatique. Dénonçant un « génocide » mené par un « régime arabe et islamiste », à l’encontre des populations « africaines » de l’ouest soudanais, de nombreux activistes ont fustigé « l’inaction de la communication internationale », et réclamé une intervention militaire pour « arrêter le massacre ».

  • 1 « Les présidentiables font des promesses en faveur du Darfour », Le Monde, 22 mars 2007.

2Particulièrement puissante aux Etats-Unis, cette campagne a gagné la France en 2006 par le biais du collectif d’associations « Urgence Darfour ». Comme sur la scène politique américaine, la représentation du conflit popularisée par les activistes, a largement dominé le débat français sur la réponse internationale à la crise. Lors de la campagne électorale présidentielle de 2007, les principaux candidats de gauche (Parti socialiste, Parti communiste, Verts) et de droite (UDF, UMP) ont souscrit à la description et aux recommandations du collectif1.

  • 2 Bernard-Henri Lévy a en un sens doublé la couverture médiatique du collectif. La base de données Fa (...)

3Je voudrais souligner ici les approximations et artifices sur lesquels s’est construit le discours « Urgence Darfour ». Je m’appuierai sur les articles, ouvrages et discours publics diffusés en France entre 2006 et 2007 par le collectif et ses sympathisants. J’accorderai une large part aux prises de position de l’écrivain Bernard-Henri Lévy, qui fut l’un des principaux publicistes d’« Urgence Darfour »2, et de Bernard Kouchner qui en fut un autre, du moins jusqu’à sa nomination au Ministère des affaires étrangères, le 18 mai 2007.

Bref historique du conflit et de sa médiatisation

4Afin de saisir le contexte dans lequel se déroule la campagne d’opinion, revenons rapidement sur l’historique de la crise et de sa médiatisation.

Le conflit3

  • 3 Voir Marchal 2004, Lavergne 2005, Flint de Waal 2008.
  • 4 Voir Guha-Sapir et Degomme 2005. CRED; US State Governement Accountability Office, Report to Congre (...)

5Au début des années 2000, une rébellion se structure progressivement au Darfour. Cette région grande comme la France, mais abritant 6 millions d’habitants, est alors le théâtre de tensions croissantes entre communautés locales (Harir, 1994)4. L’insurrection qui émerge en 2002 est principalement dirigée par des intellectuels issus de trois groupes ethniques : les Four, les Massalit et les Zaghawa. Les insurgés contestent la marginalisation politique et économique de leur région. Au nom de l’islamisme pour les uns, de la construction d’un Soudan laïque et démocratique pour les autres, ils réclament un partage équitable du pouvoir et des richesses entre Khartoum et ses périphéries. Les insurgés bénéficient du soutien de leur diaspora, et disposent d’appuis politiques et militaires dans les États voisins (Tchad, Libye, Erythrée).

6En avril 2003, la rébellion mène sa première opération militaire d’envergure, contre une importante base aérienne gouvernementale au Darfour. Un mois plus tard, le gouvernement déclenche une vaste opération contre-insurrectionnelle d’une extrême brutalité, ciblant la base sociale de l’insurrection. N’ayant pas confiance dans son armée (composée en grande partie d’originaires du Darfour), il recrute des milices paramilitaires parmi les populations nomades les plus pauvres de la région : les éleveurs de chameaux dépourvus de droits fonciers et particulièrement touchés par la désertification.

7Appuyées par l’aviation et l’armée de terre, ces milices (localement désignées sous le nom de Jenjaweed) rasent les villages dont les habitants sont accusés de soutenir la rébellion, en raison de leur origine ethnique. Massacres, incendies, viols, tortures, destruction des récoltes et des points d’eau provoquent l’exode de deux millions de Darfouris. Ils se réfugient dans de vastes camps de déplacés généralement situés à proximité des villes de garnison (où la police et les forces régulières font régner un minimum de sécurité), et dans quelques camps de réfugiés au Tchad. La répression gouvernementale fait environ 131000 morts de septembre 2003 à juin 2005. Un quart des victimes a été assassinée (41000), les autres sont mortes de faim et de maladies au cours de leur fuite4.

  • 5 UN Resident and Humanitarian Co-ordinator, 1er janvier 2005: Darfur Humanitarian Profile, n° 10, Kh (...)

8Fin 2004, le gouvernement suspend sa campagne contre-insurrectionnelle. Un calme précaire s’instaure, ponctué d’affrontements brefs et localisés. Une importante assistance humanitaire se déploie progressivement dans les camps de déplacés, et plus modestement en zone rurale. Plus de 85 % des populations touchées sont alors accessibles. La situation sanitaire s’améliore, les taux de mortalité et de malnutrition passent sous les seuils d’urgence dans la plupart des camps à partir de 20055.

9Au plan diplomatique, l’Union africaine dépêche 6000 « Casques blancs », dont les premiers contingents arrivent en août 2004 pour surveiller un cessez-le-feu, signé quatre mois plus tôt entre le gouvernement et la rébellion. Des négociations de paix s’engagent sous médiation internationale, tandis que le Conseil de sécurité des Nations unies saisit le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), le 31 mars 2005, afin qu’il enquête sur les violations du droit international humanitaire au Darfour.

10Les négociations politiques aboutissent en mai 2006 à la signature d’un « accord de paix sur le Darfour » (DPA) entre le gouvernement et une seule faction rebelle, minoritaire. Fort du DPA, le Conseil de sécurité décide en août 2006, sur proposition des États-Unis, le remplacement des « Casques blancs » de l’Union africaine par une force des Nations unies. Mais le Soudan s’oppose à leur déploiement, contraignant le Conseil de sécurité à se rabattre en juillet 2007 sur l’envoi d’une « force hybride » de 26000 hommes sous commandement conjoint Union africaine et Nations unies. La force est chargée de faire respecter le DPA (pourtant rejeté par la quasi-totalité des mouvements rebelles et de la population) et de « protéger » les populations civiles, ainsi que le personnel de secours. Au terme d’intenses négociations diplomatiques, les premiers « hybrides » prennent le relais de l’Union africaine le 1er janvier 2008.

  • 6 Voir ICG, Darfur’s New Security Reality, Africa Report N° 134, 26 Novembre 2007 et Fadul et Tanner,(...)

11Entre-temps, la signature du DPA s’est traduite par un regain de violence6. Des combats éclatent entre les rebelles favorables à l’accord (désormais soutenus par l’armée), et ceux qui s’y opposent. Laissée pour compte par l’accord de paix, une partie des milices nomades se retourne contre le gouvernement, s’en prenant aux représentants de l’Etat (police, armée) ou rejoignant la rébellion. Un nombre croissant d’entre elles se livrent des batailles sanglantes, pour le contrôle des territoires enlevés aux populations paysannes, chassées vers les camps de déplacés. La fragmentation de l’opposition et des milices s’accompagne d’une croissance exponentielle du grand banditisme. La régionalisation du conflit s’intensifie. Le Tchad, qui abrite des bases arrières de la rébellion, renforce son soutien aux insurgés soudanais. Le Soudan en fait de même avec l’opposition armée tchadienne (Marchal, 2006).

  • 7 Sources 2006 et 2007 : UNDSS Security Briefing, Nyala, Février 2008 (notes de l’auteur). Sources 20 (...)

12Les zones rurales continuent de se vider de leurs habitants et les camps de grossir (Weissman, 2008). Leur population atteint 2,45 millions de personnes fin 2007. Le nombre de morts violentes semble néanmoins en baisse, passant de 4 470 morts civiles et militaires en 2006 à moins de 3000 en 2007 et 1800 en 2008 selon les Nations unies et l’Union africaine7.

Les médias et les activistes

13La crise du Darfour fait son apparition dans les médias occidentaux en mars - avril 2004, soit un peu plus d’un an après l’intensification des hostilités. C’est à des diplomates des Nations unies qu’on doit d’avoir brisé le silence. S’exprimant devant la presse internationale à Nairobi le 19 mars 2004, le coordinateur des affaires humanitaires pour les Nations unies au Soudan, Mukesh Kapila, compare la crise du Darfour à celle du Rwanda en 1994, suggérant qu’un génocide est en cours. Ses propos sont abondamment repris par la presse internationale, et des éditorialistes vedettes des médias américains comme Nicholas Kristof du New York Times. Le 7 avril 2004, date anniversaire du déclenchement du génocide à Kigali, Kofi Annan enjoint la communauté internationale à « ne pas répéter les erreurs du Rwanda », et demande au gouvernement soudanais d’autoriser le libre accès au Darfour des humanitaires et des enquêteurs des droits de l’homme, sous peine d’« action militaire » internationale.

14Les déclarations des représentants des Nations unies s’accompagnent d’une immense vague de mobilisation aux USA. Celle-ci est initiée par des activistes et des parlementaires américains, militant depuis les années 1980 pour la cause du Sud Soudan (Gabrielsen 2008). En juillet 2004, ces derniers font voter à l’unanimité par le Congrès une résolution, qualifiant la crise au Darfour de génocide – qualification reprise à son compte par le Secrétaire d’Etat Colin Powell en septembre 2004, puis par le président Georges Bush en juin 2005. C’est la première fois depuis la signature de la Convention de 1948 sur le génocide, que le Gouvernement et le Congrès américains déclarent qu’un génocide se déroule.

15Rapidement, « le génocide du Darfour » mobilise aux Etats-Unis un très large mouvement d’opinion. La droite fondamentaliste chrétienne et le Black Caucus représentant les élues Afro-américain au Congrès, s’associent à des associations mémorielles juives, arméniennes et rwandaises, à des organisations de défense des droits de l’homme et des think-tanks influents, comme International Crisis Group (ICG) militant pour « la responsabilité de protéger ». Le mouvement est fortement soutenu par les milieux étudiants américains, qui renouent avec un activisme comparable au mouvement anti-apartheid, et créent des dizaines de comités de mobilisation sur les campus. Décrivant la crise en termes de « génocide » ou de « nettoyage ethnique », tous réclament une intervention militaire américaine ou internationale pour protéger les civils.

  • 8 D’après le site web d’AJWS, « American Jewish World Service (AJWS) is an international development (...)

16D’abord dispersées, ces initiatives s’organisent sous la coordination de collectifs dont l’un des plus importants est la Save Darfur Coalition (Hamilton, Hazlett, 2008). Celle-ci est fondée en juillet 2004 par l’association caritative American Jewish World Service8 et le Musée de l’Holocauste de Washington, qui pour la première fois de son histoire, lance une alerte sur l’existence d’un génocide.

  • 9 « Après l’Amérique, Save Darfur veut conquérir l’Europe », Le Monde, 9 mars 2007.

17En trois ans, la coalition connaît une croissance exponentielle. En 2007, elle rassemble 181 associations (étudiants, églises, synagogues) dont le nombre total d’adhérents s’élève à 135 millions de personnes, soit un Américain sur deux9. Elle a le soutien de plusieurs vedettes d’Hollywood et de nombreuses personnalités politiques. Riche d’un budget d’au moins 15 millions de dollars en 2007, entièrement consacré à des activités de communication, elle diffuse des campagnes de publicité sur les grandes chaînes de télévision, dans la presse et sur les panneaux d’affichage publics. Toutes demandent au président Bush d’arrêter le génocide.

  • 10 Aubouard, Stéphan, « Darfour. Les ONG de terrain rejettent toute intervention armée. », La Croix, 5 (...)
  • 11 Le collectif comprend notamment l’Association Communauté Rwandaise de France, la Fédération Nationa (...)

18En 2006, Save Darfur a étendu sa campagne en Europe, engageant à cet effet les services du cabinet de communication américain Weber Shandwick10. En France, elle soutient le collectif « Urgence Darfour » formé en février 2005 par six associations (dont la LICRA et SOS-Racisme) mais resté à l’état embryonnaire. « Urgence Darfour » multiplie alors les événements médiatiques (rassemblements, manifestations, pétitions, lettres ouvertes, campagnes d’affichages…), parvenant à mobiliser plus d’une centaine d’associations anti-racistes et communautaires11, et près de 250 personnalités médiatiques.

  • 12 « Intellectuels et artistes se mobilisent lundi à Paris pour le Darfour », AFP, 9 juillet 2006.
  • 13 Berthemet, Tanguy, « Une publicité inédite pour une cause humanitaire », Le Figaro, 24 novembre 200
  • 14 « Cent femmes appellent à une journée de solidarité avec les femmes violées du Darfour », AFP, 8 dé (...)

19En juillet 2006, « Urgence Darfour » organise son premier grand meeting au Théâtre de la Madeleine à Paris, qui voit défiler de nombreuses personnalités du monde politique, intellectuel, artistique et sportif12. En novembre 2006, le collectif achète plusieurs pages de publicité aux grands journaux français (comme Le Monde), dans lesquelles il interpelle les candidats à l’élection présidentielle de 2007, leur demandant de s’engager à envoyer des casques bleus au Darfour, pour arrêter le « premier génocide du 21ème siècle »13. En partenariat avec ses homologues européens et américains, le Collectif organise des journées de mobilisation, comme la « journée de solidarité avec les femmes violées du Darfour » soutenue par cent femmes politiques ou artistes14.

  • 15 Le voyage de Bernard-Henri Lévy a été organisé par un compagnon de route du collectif « Urgence Dar (...)
  • 16 Bernard-Henri Lévy, « Choses vuesau Darfour », Le Monde, 13 mars 2007. « Abdel Wahid al-Nour, du Mo (...)

20En mars, la coalition américaine Save Darfur finance le voyage de l’écrivain Bernard-Henri Lévy au Darfour, dans les zones tenues par l’une des factions rebelles, l’Armée de Libération du Soudan (ALS) dont le leader vit en exil à Paris15. Usant de son influence, Bernard-Henri Lévy publie à son retour deux longs articles dans le journal Le Mondeet dans Libération16. Il consacre à la crise plusieurs pages de son bloc-notes hebdomadaire dans Le Point.

  • 17 Philippe Douste-Blazy (en tant que ministre des Affaires étrangères), Laurent Fabius, Bernard Kouch (...)
  • 18 Collectif « Urgence Darfour », « SOS-Darfour », « Acte d’engagement pour le Darfour », Paris, Maiso (...)

21L’apogée de la mobilisation est l’organisation le 20 mars 2007 d’un grand meeting à la maison de la Mutualité, à Paris, auquel participent de nombreuses personnalités17 dont les cinq principaux candidats à l’élection présidentielle ou leurs représentants. Les cinq présidentiables signent un « acte d’engagement pour le Darfour », par lequel ils promettent notamment de dépêcher une force des Nations unies au Darfour « accord du Soudan ou non » s’ils sont élus18. L’événement est abondamment couvert par la presse écrite, radio et télévisuelle.

22Ainsi, « Urgence Darfour » prend son essor en France trois ans après l’intensification des hostilités dans l’ouest du Soudan, et deux ans après la fin de la campagne de terre brûlée et de massacres de 2003 - 2004. Au moment où le collectif organise son grand rassemblement à la Mutualité, la guerre au Darfour est devenue moins meurtrière et plus complexe. Le conflit entre les rébellions et le pouvoir central est désormais étroitement mêlé à trois autres guerres. L’une oppose les gouvernements tchadien et soudanais, par aviation et rébellion interposées, l’autre les factions rebelles issues de la fragmentation de l’opposition, et la troisième, les diverses milices paramilitaires recrutées parmi les tribus nomades. Au plan diplomatique, les médiateurs internationaux essaient désespérément de rallier à l’accord de paix les mouvements rebelles non-signataires. La France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, bataillent au sein du Conseil de sécurité pour obtenir une résolution, exigeant le remplacement des troupes de l’Union africaine par des « Casques bleus ». En dépit de la montée du banditisme et des entraves à l’acheminement de l’aide, la situation alimentaire et sanitaire reste stable dans la plus grande partie du Darfour.

23Or, c’est une image totalement différente que répercute « Urgence Darfour ». Le discours du collectif et de ses publicistes s’articule autour de deux idées : la première est qu’un « génocide » est à l’œuvre, perpétré par un« régime arabo-islamiste »contre les« populations négro-africaines »pratiquant un« islam modéré »(Les faits sont « d’une triste simplicité » résume Bernard Kouchner : « Des milices arabes poursuivent des populations noires, des musulmans intégristes tentent d’imposer la chari’a à des modérés. »(Kouchner, 2004)) ; la deuxième, est que ce génocide se déroule dans« l’indifférence générale »alors qu’il suffirait de « briser le silence » pour l’ arrêter.

« Le premier génocide du 21ème siècle »

« Arrêtez de parler de “conflit” ! »

24Pour « Urgence Darfour », le conflit dans l’ouest du Soudan n’est pas une guerre civile opposant des belligérants ayant des intérêts politiques antagonistes, mais une entreprise d’extermination d’une population sans défensepar un État raciste : « le premier génocide du 21ème siècle ».

  • 19 Bernard-Henri Lévy : « Le G8 peut régler la crise du Darfour », propos recueillis par Nicolas Balle (...)

25Aussi Bernard-Henri Lévy s’indigne-t-il quand on décrit la situation du Darfour en termes de guerre ou de conflit : « Arrêtez de parler de conflit ! Quand un gouvernement s’acharne sur sa propre population, quand, dans certaines légions, il la liquide, et quand cette population est aussi parfaitement démunie que le sont les civils massacrés du Darfour, on n’est plus en présence d’un conflit, ni d’une guerre, ni de rien de semblable ! ». Car au Darfour, « il n’y a pas des factions rivales en lutte (…). Il n’y a pas, encore moins, de forces darfouries s’opposant à l’armée régulière soudanaise, et que celle-ci tenterait de réduire », mais « une tuerie décidée froidement par un État »19.

  • 20 Mamou, Jacky, « Un génocide sans témoin », Libération, 24 avril 2006.
  • 21 « Le bloc note de Bernard-Henri Lévy », Le Point, 13 avril 2006.

26Ce génocide viserait les populations « africaines » du Darfour. Il serait perpétré par des milices et un régime « arabes » agissant par haine raciale envers les « noirs-africains »20. Bernard-Henri Lévy insiste sur « la nature raciste, purement raciste, d’un conflit (…) dont le seul ressort est la haine, par les Arabes blancs du Nord, d’une population dont le crime est d’avoir la peau trop noire21. »

  • 22 « Le collectif « Urgence Darfour » écrit à Chirac », nouvelobs.com, 25 octobre 2006.
  • 23 Interview à i-télé, 22 mars 2007.
  • 24 Mamou, Jacky, p. 94.
  • 25 Yves-Jean Gallas (vice-président du Mouvement de la paix), Jacky Mamou (ancien président de Médecin (...)
  • 26 Mamou, Jacky, p. 23-24.

27L’instrument de ce processus d’extermination serait les massacres, la faim et les épidémies. Selon « Urgence Darfour », « depuis 2003, 400000 personnes ont été massacrées par l’armée et les milices Jenjaweed »22. « Les femmes sont violées par système et puis on les découpe en morceaux », « les enfants sont jetés dans les puits », relate Bernard Kouchner23. « Les camps de déplacés, véritables prisons à ciel ouvert, sont harcelés par les milices pro-gouvernementales24 ». « Quant à l’aide humanitaire, cette aide vitale dont dépendent des millions de personnes, elle est aussi pillée, détournée, attaquée par les milices jenjaweeds25 ». En conséquence, « les rescapés des massacres meurent, lentement, par attrition26 ».

  • 27 Le Nouvel Observateur, 8 mars 2007.
  • 28 Notes de l’auteur lors du meeting de la Mutualité.
  • 29 Lévy, Bernard-Henri, 2007 : « Pour le Darfour », La règle du jeu, 17ème année, n° 34, p. 11.

28« Urgence Darfour » et ses sympathisants installent l’idée que les camps de déplacés sont des mouroirs et le reste du territoire un désert, où il est impossible de survivre. La description des camps et des zones rurales emprunte au récit des camps de concentration nazis. Ainsi relate Bernard-Henri Lévy : « Il se trouve que je reviens du Darfour. Et là, vous avez une humanité qui est presque une autre humanité. Il n’y a pas d’État, pas de nation, pas de société, il y a des centaines de milliers de morts, un état de désespérance absolue27. » À la Mutualité, après avoir évoqué « la chair darfourie partie en cendres et en fumée »28, Bernard-Henri Lévy ajoute : « J’ai vu des hommes et des femmes, mourant de faim, rongés par le paludisme, le regard trouble (…) des déjà-spectres qui ont, comme tous les spectres, un pied dans l’autre monde et l’autre dans celui-ci, le nôtre.(…) J’ai vu ces morts vivants.(…) Ces survivants des massacres, rassemblés eux-mêmes comme des troupeaux en attendant la mort »29.

  • 30 Kouchner, Bernard, 2007 : « Darfour : un nom qui sonne comme un aveu d’impuissance » …, p. 81.
  • 31 Lévy, Bernard-Henri, Le Point, 13 avril 2006.

29Le nombre de morts augmenterait de jour en jour : ce serait au moins « 10000 civils qui sont massacrés par mois »30, et la tuerie s’intensifierait : « cette guerre, commencée il y a trois ans, est sur le point d’atteindre des sommets de sauvagerie et d’horreurs31 ».

30L’ampleur de la catastrophe démographique attesterait la réalité du génocide et mettrait un terme au débat sur la nécessité d’intervenir. « Ces chiffres sont effroyables et traduisent l’évidence des activités génocidaires (Glucksman, 2007, p. 33) ». « Les chiffres sont assez parlant. On peut toujours aller plus loin dans la complexité, dans l’explication fine … mais la finesse de l’explication n’empêche pas les massacres en cours (Sopo, 2007, p. 107) ».

L’évidence controversée du génocide

31L’interprétation des violences orchestrées par le régime comme relevant d’un génocide est depuis 2004 l’objet de controverses, tant au Soudan que sur la scène internationale. Celles-ci sont bien résumées par un étudiant de l’université de Khartoum rapportant, dans un entretien au Monde, la teneur des débats entre étudiants soudanais sur la situation au Darfour :

  • 32 Propos recueillis par Catherine Simon, Le Monde, 24 août 2004.

« Il y a plusieurs choses que personne ne conteste. Par exemple, le fait que ce sont des Jenjaweeds qui ont semé la mort et la terreur dans le Darfour. Et aussi que le gouvernement les aide et leur donne des armes. Là où les points de vue divergent c’est sur le sens qu’il faut donner à ces violences : les uns pensent que le gouvernement utilise les Jenjaweeds pour éliminer les Africains du Darfour, les faire partir ; d’autres croient que c’est pour ramener l’ordre et pour faire taire la rébellion32 ».

32La première position s’appuie sur le ciblage identitaire des violences gouvernementales et miliciennes – qui frappent essentiellement les groupes Four, Massalit et Zaghawa d’où est issue l’insurrection. Cette interprétation est défendue par les insurgés, l’administration et le Congrès américains, la plupart des organisations de défense des droits de l’homme et des cercles de réflexion libéraux, la droite chrétienne américaine, le procureur de la Cour pénale internationale… et « Urgence Darfour ».

  • 33 Voir notamment De Waal, Alex: « Counter insurgency on the cheap », London Review of Books, 5,Août 2 (...)
  • 34 Soulignons qu’il existe également une troisième interprétation, celle des autorités de Khartoum, ma (...)
  • 35 Rapport de la Commission internationale d’enquête sur le Darfour au Secrétaire général, établi en a (...)
  • 36 Voir notamment, Dr. Bradol, Jean-Hervé (président de MSF), « D’un génocide à l’autre », Le Monde, 1 (...)

33Sans contester l’ethnicisation des luttes politiques au Soudan, la seconde interprétation doute de l’intentionnalité génocidaire ou « purificatrice » de Khartoum. Parmi les universitaires, des chercheurs comme Roland Marchal en France ou Alex de Waal33 aux Etats-Unis considèrent que l’intensité des violences est avant tout constitutive d’une politique contre-insurrectionnelle extrêmement brutale, menée par un régime militaro-affairiste fragilisé par la « mutinerie » d’une partie de sa base électorale. Dans l’espoir d’étouffer l’insurrection dans l’œuf, la dictature aurait eu recours aux méthodes de répression les moins coûteuses et les plus destructrices, inaugurées par les régimes « socialiste » et « démocratique » dans les années 1980, contre la rébellion sudiste : affaiblir et punir la base sociale des insurgés en armant des milices tribales, recrutées au sein des sociétés agropastorales en crise34. Comme au Sud Soudan, ces milices se seraient avérées effroyablement destructrices, tout en étant des alliés peu fiables poursuivant avant tout leurs propres intérêts. Cette lecture est également celle retenue par la Commission d’enquête des Nations unies sur les crimes commis au Darfour (dirigée par l’ancien président du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie Antonio Cassesse)35 et par plusieurs organisations humanitaires, dont la section française de Médecins sans frontières36.

  • 37 Voir notamment De Waal 2005 et Mamdani, op. cit.
  • 38 Voir note 11.

34En effet, contrairement à la thèse génocidaire défendue par « Urgence Darfour », les affrontements n’opposent pas les « Africains » aux « Arabes ». Si les catégories Arabe et non-Arabe font bien partie des schèmes d’identifications collectives mobilisés (parmi d’autres) au Soudan, elles ne recouvrent pas des significations stables37. Surtout elles n’épousent pas la ligne de partage entre « bourreaux » et « victimes ». La grande majorité des tribus arabes du Darfour sont restées neutres dans le conflit (c’est notamment le cas de tous les éleveurs de vache du sud Darfour). Certaines ont même rejoint les rangs de la rébellion, ou fait alliance avec elle, principalement après la signature du DPA. Inversement, on trouve des groupes non-Arabes dans le camp gouvernemental, qu’il s’agisse de l’armée ou de certaines milices (comme les Gimir ou les Tama). Enfin, de plus en plus de conflits opposent des tribus arabes-nomades du Darfour entre elles. Près de la moitié des morts violentes enregistrées en 2007 et 2008 sont le fait de combats entre milices tribales38.

  • 39 Surnom donné aux combattants rebelles par référence aux Talibans et à Osama ben-Laden en Afghanista (...)
  • 40 Voir Rapport de la Commission internationale d’enquête sur le Darfour, op. cit.

35Par ailleurs, il n’existe pas de propagande raciale émanant de l’État, appelant au meurtre des « Africains » - pas plus dans les médias nationaux, que dans les administrations, l’armée ou les mosquées. Cette absence de discours de haine a conduit de nombreux enquêteurs de droits de l’homme à se pencher sur les slogans, menaces et insultes proférés par les miliciens au moment de l’attaque des villages, des viols et des exécutions, pour savoir s’ils révélaient ou non une intention génocidaire. Ils montrent que les assaillants utilisent fréquemment des épithètes racistes – « Zurga » (« esclaves » mais aussi synonyme de « vaincus »), « Noubas » (qui peut tout aussi bien signifier « Noir », « Nubien » de la basse vallée du Nil ou originaire des monts Noubas) … – mais qu’ils lancent tout aussi souvent des invectives dénuées de connotation raciste ou ethniste, renvoyant aux enjeux politiques du conflit : « Prenez vos vaches, allez-vous en et quittez le village », « Tu es la mère de ceux qui tuent notre peuple », « Ne coupe pas l’herbe car les chameaux la mangent », « Vous, fils de Torabora39 nous allons vous tuer », « ce n’est pas votre terre », « vous n’êtes pas d’ici »40.

  • 41 Entretien au journal suisse Le Courrier, 8 juillet 2004.

36Enfin, c’est auprès des garnisons gouvernementales que les déplacés sont allés trouver refuge (on imagine mal les Rwandais tutsis rechercher la protection des FAR, à Kigali en avril 1994, ou les Juifs d’Europe occupée celle de la Wehrmacht en 1940-1945). Beaucoup de dignitaires du gouvernement, de l’administration, de l’armée, sont eux-mêmes originaires du Darfour. « En général, on ne génocide pas les membres de sa famille » souligne Roland Marchal41. Quelle que soit la pertinence ou non de la qualification de génocide, une chose est sûre : nous n’avons pas à faire à une politique d’extermination raciale comparable dans sa logique et dans ses effets au génocide des Juifs d’Europe ou à la destruction des Rwandais tutsis.

Les chiffres parlant

  • 42 À propos des controverses sur la létalité du conflit, voir Dealey, Sam : « An Atrocy that Needs no (...)
  • 43 Voir ASA Adjudications, Save Darfur Coalition t/a Globe for Darfur, 8 August 2007, http://www.asa.o (...)

37Si la lecture du conflit par « Urgence Darfour » est discutable, son appréciation de la gravité de la situation est fausse. Le chiffre d’au moins 400000 morts avancé par le Collectif est certes le produit de projections hasardeuses42 – au point que son emploi dans les campagnes d’affichage de Save Darfur en Grande-Bretagne a donné lieu à l’été 2007 à une condamnation, par l’autorité de régulation de la publicité britannique, pour information mensongère43. Cependant la question d’actualité soulevée par les chiffres est moins de savoir si le nombre de morts est plus proche de 200000 que de400000 morts, mais si les Darfouriens continuent à mourir au rythme de 10000 personnes par mois en 2006 - 2007. Car si tel était le cas, l’intervention internationale en cours ne serait qu’un faux semblant destiné à masquer une politique d’extermination.  

  • 44 WHO, « Mortality projections for Darfur presented by David Nabarro, Representative of the WHO Ddire (...)

38Le chiffre de 10000 morts par mois date en réalité d’août 2004. Il est alors avancé par le responsable du département d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) David Nabarro44, sur la base d’une extrapolation intrépide d’une série d’études de mortalité rétrospective couvrant la période juin - août 2004 dans les camps de déplacés. Quelle que soit la validité de cette estimation, elle reflète la situation du second semestre 2004, période où les grands massacres continuent, et où le déploiement des secours humanitaires est encore limité.

  • 45 UNDSS Security Briefing, Nyala, Février 2008.

39En 2006 et 2007, la situation a radicalement changé. Si des affrontements localisés persistent, le gouvernement n’est plus engagé dans une stratégie de terre brûlée et de tueries à grande échelle. La périphérie des camps reste certes dangereuse, mais les plus importants d’entre eux se sont transformés en bastions fermement encadrés par les rébellions, qui y règnent en maître. En 2006, le département de sécurité des Nations unies recense au Darfour entre 200 et 400 morts violentes par mois, et moins de 250 en 2007, dont une large part de combattants et de miliciens45.

  • 46 WFP, FAO, UNICEF, HAC, MOH, MOA, 2008Food security and nutrition assessment of the conflict affecte (...)

40Quant à la mortalité associée à la faim et à la maladie, elle est en 2006 - 2007 inférieure à la moyenne du Soudan, et significativement plus basse qu’au Sud Soudan. D’après les enquêtes réalisées par les agences des Nations unies et le gouvernement soudanais, les taux bruts de mortalité et de mortalité infantile sont largement en deçà des seuils d’urgence et en diminution quasi-constante depuis 200446. Bien que ces chiffres doivent être interprétés avec précaution, ils sont compatibles avec les données et les observations de terrain des organisations d’assistance.

41Et pour cause, contrairement à ce qu’affirment plusieurs représentants du Collectif, le Darfour est en 2006 - 2007 le théâtre de la plus grosse opération de secours humanitaire au monde. Depuis la fin 2004, plus de 13000 travailleurs humanitaires, dont 900 internationaux, sont déployés dans l’ouest du Soudan. Près de 80 ONG, 13 agences des Nations unies, le Comité international de la Croix Rouge et une dizaine de sociétés nationales de Croix-Rouge, sont à pied d’œuvre. Grâce à un pont aérien et à une flotte de centaines de camions, le Programme alimentaire mondial (PAM) achemine chaque mois 30000 tonnes de nourriture sur une centaine de sites. A la différence des années 1980 et 1990, où les politiques de terres brûlées du gouvernement avaient été suivies de famines, celles-ci ont été évitées dans l’ouest soudanais grâce à un effort de secours sans précédent dans l’histoire du pays (Lavergne, 2003).

  • 47 Voir notamment Bradol, Jean-Hervé et Weissman, Fabrice : « Appel pour le Darfour : Massacres et dém (...)
  • 48 « Bernard-Henri Lévy dénonce les « révisionnistes » au sujet du Darfour », AFP, 27 novembre 2007.
  • 49 Lévy, Bernard-Henri, Le Point, 14 juin 2007.

42L’inexactitude du diagnostic posé par « Urgence Darfour » en 2006 et 2007, est alors soulignée par les organisations humanitaires françaises, ainsi que plusieurs observateurs de la région47. Mais cette contestation déclenche une réaction violente de la part du Collectif et de ses sympathisants, dénonçant une tentative « révisionniste »48. Ainsi s’insurge Bernard-Henri Lévy en juin 2007, « Il y a les épiciers de l’horreur qui nous expliquent, une calculette à la place du cœur (…) que, le rythme des tueries s’étant, et pour cause, ralenti, il conviendrait de refroidir les ardeurs d’une opinion exagérément attendrie. (…) Je crois que c’est, toutes proportions gardées, comme si l’on avait plaidé, en 1944, que, le rythme des déportations ayant faibli dans une Pologne et une Allemagne devenues quasi Judenfrei, il était urgent de se calmer et de négocier avec Hitler. »49

« Le dernier rempart contre la déferlante islamiste »

  • 50 Lévy, Bernard-Henri, “Choses vues au Darfour”, art. cit.
  • 51 Le bloc note de ROUFIOL, Ivan, Le Figaro, 23 mars 2007.
  • 52 Discours de Bernard-Henri Lévy à la Mutualité, tel que reproduit par Bernard-Henri Lévy, dans « Pou (...)
  • 53 Lévy, Bernard-Henri, Le Point, 20 décembre 2007.

43Au risque de se contredire, les partisans d’« Urgence Darfour » avancent une deuxième lecture du conflit : les massacres du Darfour ne seraient pas seulement le produit d’un projet génocidaire, mais également d’une guerre de religion : « des musulmans intégristes tentant d’imposer la chari’a à des modérés » (Kouchner, 2007, p. 79). Le conflit opposerait, d’une part « le Soudan intégriste, islamiste, raciste »50, « le régime nazislamiste soudanais, qui applique la chari’a depuis 1983 et hébergea Ben Laden »51, de l’autre, des « populations musulmanes rebelles », se battant « pour un Soudan démocratique, unifié, fondé sur la citoyenneté et laïque. Oui, laïque ! »52 s’enthousiasme Bernard-Henri Lévy à la Mutualité – contredisant pourtant l’idée qu’il n’y a ni guerre, ni conflit au Darfour, mais une population sans défense, destinée à l’anéantissement en raison de la couleur de sa peau. Bernard-Henri Lévy dresse un portrait élogieux de la faction rebelle avec laquelle il a visité le Darfour, « le plus important, le plus populaire, et surtout, le plus respectable des mouvements rebelles du Darfour », dirigé par un « membre - et ils ne sont pas nombreux ! - de la belle Internationale de l’Islam anti-islamiste »53.

  • 54 Lévy, Bernard-Henri, « Pour le Darfour », art. cit, p. 17.
  • 55 Ibidem.
  • 56 Rossin, Richard : « Laisser faire est une faute morale », Libération, 27 mars 2007.

44Ainsi explique Bernard-Henri Lévy à la Mutualité : « [Le Darfour], c’est aussi l’une des lignes de front où se joue l’une des batailles les plus importantes de notre époque : celle entre l’islam de la chari’a et du jihad, entre l’islam où l’on brûle vives les femmes qui contreviennent aux règles de leur soumission et cet islam éclairé, lumineux, dont la tradition remonte au plus haut Moyen-Age et dont les Darfouris sont aujourd’hui les héritiers54 ». À ce titre : « Il faut défendre les Darfouris parce qu’ils défendent nos valeurs. Il faut les aider dans leur combat parce que leur combat est notre combat55. » Le délégué général du Collectif « Urgence Darfour » explique pour sa part que « le Darfour est le dernier rempart musulman à la déferlante islamiste d’est en ouest.(…) Les bourreaux sont à Khartoum, leur objectif ne se limite pas au Darfour où des hommes luttent pour leur liberté et notre avenir »56.

  • 57 Sur l’islamisme au Soudan, voir De Waal et Abdel Salama 2004.

45Cette idée est encore plus saugrenue que la précédente. Comme l’explique Mohamed Nagi, rédacteur en chef du site d’opposition soudanais Sudan Tribune, il y a bien longtemps que la dictature soudanaise n’a d’islamiste que les prétentions. L’idéologue de la révolution islamiste, Hassan el-Tourabi a été marginalisé et mis aux arrêts en 1999 suite à une tentative manquée de reprendre l’ascendant sur les militaires, qui l’avaient aidé à prendre le pouvoir en 1989 avant de l’évincer57. « Le général al-Bashir marginalise de plus en plus le parti islamiste dans le processus décisionnel » souligne Mohamed Nagi. Le parti au pouvoirs’est embourgeoisé, au point de rêver de la levée des sanctions économiques américaines … « Ils ont envie de faire des affaires et ne veulent pas vraiment faire du militantisme (Nagi, 2007) ».

  • 58 Voir Flint, Julie, 9 juin 2007 : « Darfur armed movements ». De Waal, Alex(ed.) : War in Darfur…. T(...)

46En revanche, c’est du côté de la rébellion qu’on trouve les militants islamistes les plus convaincus. La branche militairement la plus puissante de l’insurrection, le Mouvement pour la Justice et l’Egalité, est dirigé par d’anciens membres du parti islamiste, qui croyaient que la révolution les hisserait à l’égalité politique, et ont été déçus par la dérive affairiste du régime, et la persistance de discriminations ethniques en son sein58. Rappelons enfin que l’enjeu du conflit n’est pas l’imposition de la chari’a qui est depuis longtemps l’un des piliers du système légal soudanais.

« Le Munich larvé des grandes puissances »59

  • 59 Lévy, Bernard-Henri, 2007, p. 275.
  • 60 Lévy, Bernard-Henri, Le Point, 18 novembre 2007.
  • 61 Glucksman, André, 3 mai 2007 : Le Nouvel Observateur.
  • 62 « Intellectuels et artistes se mobilisent lundi à Paris pour le Darfour », AFP, 9 juillet 2006.
  • 63 Mamou, Jacky, op. cit., p. 26.

47Pour « Urgence Darfour », les démocraties libérales auraient donc une double obligation à intervenir au Soudan : au nom du « devoir d’ingérence » (« l’idée que, contrairement à ce que pensait Goebbels, charbonnier n’est pas maître chez soi »)60, et de la lutte contre le totalitarisme. Or, en proie à la « tentation munichoise »61, elles feraient preuve d’une « inaction totale »62 : « jusqu’à maintenant les démocraties ont laissé les victimes seules face à leurs bourreaux. Désespérément seules63 ».

  • 64 Collectif « Urgence Darfour », « Darfour : lever le véto chinois », Libération, 27 octobre 2006.
  • 65 AFP, 21 mars 2007.
  • 66 Lévy, Bernard-Henri, Le Point, 13 avril 2006.

48Cette « démission » serait d’autant plus coupable que « nous avons encore les moyens de mettre fin au génocide »64. « Il n’y a rien de plus facile que d’arrêter cette tragédie », déclare à la Mutualité le candidat centriste à la présidentielle, François Bayrou65. « Nous savons, à peu de choses près, comment faire pour stopper le carnage » explique Bernard-Henri Lévy (2007, p. 40). Cela est « cent fois moins compliqué que la destitution de Saddam Husssein … dire stop à Khartoum ne demanderait pas beaucoup plus d’efforts qu’il n’en fallut, il y a dix ans, après cinq ans d’atermoiements et de lâchetés, pour dire stop à Milosevic. Alors, qu’attendons-nous »66 ?

  • 67 « Intellectuels et artistes se mobilisent lundi à Paris pour le Darfour », AFP, 9 juillet 2006, 14  (...)

49« Il suffirait que deux avions [de guerre étrangers] décollent pour que cela cesse », estime le vice-président du collectif. La communauté internationale doit passer outre le refus du régime « illégitime » de Khartoum d’accueillir une force internationale, et « cesser de se servir de la sémantique » (certains responsables politiques parlant de « génocide » d’autres récusant ce terme), comme « prétexte à la non-intervention »67.

  • 68 Chetrit, Michael et Chiche, Mahor, membre et vice-président d’« Urgence Darfour », « Paix introuvab (...)
  • 69 « Le collectif « Urgence Darfour » interpelle Ségolène Royal », AFP, 17 novembre 2006
  • 70 « Acte d’engagement pour le Darfour » proposé aux candidats à l’élection présidentielle.
  • 71 Lévy, Bernard-Henri, « Choses vues au Darfour », art. cit.

50Le but d’une intervention militaire est néanmoins rarement précisé. Dans les premiers temps, « Urgence Darfour » fixe comme horizon un changement de régime et l’établissement d’un ordre démocratique : « Face à cette dictature, il n’est plus concevable d’envisager une autre voie que sa mise à l’écart du pouvoir… pour parvenir rapidement à la démocratisation du Soudan »68. Le collectif est par la suite beaucoup plus évasif, recommandant « l’envoi immédiat de Casques bleus pour sauver les survivants du Darfour, accord du Soudan ou non »69 et de « donner mandat aux Forces françaises stationnées au Tchad et en Centrafrique de protéger effectivement les réfugiés, les personnes déplacées et les membres des organisations humanitaires opérant dans ces pays »70. Seul Bernard-Henri Lévy préconise de soutenir militairement l’Armée de libération du Soudan : « si nous sommes incapables d’arrêter le massacre… ne devrions-nous pas, au moins, aider ceux qui défendent ces gens et le font les armes à la main71 » ?

  • 72 Libération, 24 avril 2006.
  • 73 « Acte d’engagement pour le Darfour ». Nommé Ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner pro (...)
  • 74 Mamou, Jacky, 2007, p. 93.

51Par ailleurs, semblant ignorer que le Darfour est d’ores et déjà le théâtre de la plus grosse opération de secours humanitaire au monde, « Urgence Darfour » affirme qu’il faut « permettre sans délai l’accès des humanitaires aux populations »72. À cette fin, précise Bernard Kouchner, il convient d’« établir [à partir du Tchad] un corridor humanitaire sécurisé par la communauté internationale et ravitailler en vivres et médicaments les populations isolées et terrorisées qui survivent encore. (…) Au moins, réagissons devant la souffrance et les morts de faim » (Kouchner, 2007, p. 80). Mélangeant protection des populations et des secours, « Urgence Darfour » enjoint les candidats aux élections présidentielles de mai 2007 à « rendre possible une action européenne de protection des populations civiles du Darfour, notamment à mettre en place des corridors humanitaires »73. Soulignons que la reprise des négociations de paix n’est jamais un objectif mentionné par « Urgence Darfour ». Car « comme au Rwanda, pendant qu’on bavarde sur un hypothétique processus de paix, les massacres continuent »74.

  • 75 Voir note 69.

52C’est donc un appel à la guerre juste que formule « Urgence Darfour », qui déplore la faible mobilisation de l’opinion publique, et notamment des organisations humanitaires, en faveur du « devoir d’ingérence ». Les ONG françaises travaillant dans l’ouest du Soudan, ainsi que de nombreux observateurs doutent en effet de l’impact bénéfique d’une intervention militaire internationale sur la sécurité des populations civiles75. Ils font valoir que selon les experts militaires de l’Union africaine et des Nations unies, il faudrait bien plus que les 20000 casques bleus initialement prévus par le Conseil de sécurité, pour rétablir l’ordre et prévenir de nouveaux assassinats…, à condition, bien entendu, que ce déploiement soit accepté par toutes les parties au conflit.

53Or, en 2006-2007, le gouvernement soudanais s’oppose à un déploiement onusien. Passer outre ce refus signifie alors envahir l’ouest du Soudan, lui déclarer la guerre. Sans certitude aucune que cette invasion contribuera à la sécurisation des populations civiles. Une intervention internationale au Darfour présente des difficultés autrement plus épineuses qu’au Kosovo, au Timor oriental ou en Sierra Leone, territoires de petites tailles, tenus par des groupes armés bien identifiés, et dont les habitants étaient acquis dans leur écrasante majorité à l’intervention étrangère. Il est à craindre que l’invasion de l’ouest soudanais se solde par un bain de sang, qui n’épargnera pas les civils, à l’image de l’opération « Rendre l’espoir » en Somalie (1992) ou de « Libérer l’Irak ». Sans compter qu’une telle intervention conduirait inévitablement à l’effondrement des programmes d’assistance, dont la contribution à la survie des populations du Darfour est pourtant essentielle.

  • 76 Le Temps (Suisse), 16 mai 2007.
  • 77 Le Point, 13 avril 2006.

54Ces objections sont vertement critiquées par « Urgence Darfour » et ses sympathisants : « les humanitaires sont terrorisés à l’idée d’élever la voix contre Khartoum » car « pour une fois, ‘les méchants ne sont pas des Blancs soutenus par les Américains mais des Arabes aidés par les Chinois. On a remplacé les humanitaires par des progressistes ! » s’insurge Jacky Mamou76. Bernard-Henri Lévy condamne le « silence coupable » des « néoprogressistes tellement plus bavards quand il s’agit du conflit israélo-palestinien ! »77.

  • 78 Lévy, Bernard-Henri, Conférence du Figaro au Théâtre de la Madeleine, intitulée « la tentation tota (...)

55L’écart entre la représentation du Darfour véhiculée par « Urgence Darfour » et la réalité décrite par la majeure partie des observateurs de terrain est donc prodigieux. Comment ne pas voir dans les approximations et fabulations véhiculées par les porte-parole du collectif et leur refus de prendre en compte l’avis des acteurs impliqués dans la crise, un profond désintérêt pour le sort réel des populations du Darfour ? Quelle que soit la sincérité des militants engagés aux côtés d’« Urgence Darfour », force est de constater que leurs représentants en ont fait un instrument de propagande répercutant les grandes figures de la rhétorique néo-conservatrice (Waïsse, 2008) : l’amalgame entre arabe, islamisme, anti-impérialisme et totalitarisme génocidaire ; l’affirmation du devoir des démocraties libérales d’exporter leur modèle ; et la croyance en la toute puissance de la force militaire. En inventant un génocide au Soudan et en l’attribuant à un hypothétique régime arabo-islamiste, le collectif « Urgence Darfour » instrumentalise les morts du Darfour au service de thèses néo-conservatrices, selon lesquelles l’islamisme est « une version arabe des totalitarismes européens des années 1930 que furent le nazisme allemand et le fascisme italien78. »

Bibliographie

Brauman, Rony, 2009 :La médecine humanitaire, Paris, PUF, collection Que sais-je ?

De Waal, Alex, 2004: « Counter insurgency on the cheap », London Review of Books, 5, August, disponible à: http://lrb.co.uk/v26/n15/alex-de-waal/counter-insurgency-on-the-cheap.

De Waal, Alex, 11 février 2005: « Darfur, Victims of Genocide, 2005 », ZNet / Foreign Policy.

De Waal, Alex, 2005: « Who are the Darfurians? Arab and African identities, violence and external engagement », African Affairs, 104 (415), p. 181-205

De Waal, Alex et Flint, Julie, 2008 : Darfur. A New History of a Long War, Londres et New York, Zed Books.

De Waal, Alex et Salama, A. H. Abdel, 2004: « Islamism, State Power and Jihad in Sudan », dans De Waal, Alex (dir.): Islamism and its Ennemies in the Horn of Africa, London, Hurst & Company, p. 71-113

Fadul, Abdul-Jabbar et Tanner, Victor, 2007: « Darfur after Abuja: A View from the Ground », dans De Waal, Alex (dir.): War in Darfur and the Search for Peace, Global Equity Initiative (Harvard University), Justice Africa, p. 284-313.

Gabrielsen, Maria M., 2008 : « Mobilisation pour le Sud-Soudan et le Darfour : Émergence d’un mouvement transnational », Outre-terre, Pourquoi on meurt au Darfour, n° 20, p. 391-403.

Glucksman, André, 2007 : « Darfour, notre miroir », dans El Hattab, Morad (dir.) : « Urgence Darfour », Paris, Des idées et des hommes, p. 33.

Guha-Sapir D. et Degomme O., 15 Décembre 2005 : Darfur : Couting the Deaths (2). What are the trends?, CRED.

Hamilton, Rebecca et Hazlett, Chad, 2007: « “Not on our watch”. The Emergence of the American Movement for Darfur », dans De Waal, Alex (dir.): War in Darfur and the search for peace, Global Equity Initiative (Harvard University), Justice Africa, p. 337‑366.

Harir, Sharif, 1994: « Arab Belt versus “African Belt”. Ethno-Political Conflict in Dar Fur and the Regional Cultural Factors », dans Harir, Sharif et Tveldt, Terj (éds.), Shortcut to Decay: The Case of the Sudan, Uppsala, Nordiska Afrika Institutet, p. 144-185.

Lévy, Bernard-Henri, 2007 : « Pour le Darfour », La règle du jeu, 17ème année, mai, n° 34, p. 11.

ICG, 26 novembre 2007: Darfur’s New Security Reality, Africa Report n° 134.

Kouchner, Bernard, 2007 : « Darfour : un nom qui sonne comme un aveu d’impuissance », dans El Hattab, Morad (dir.) : « Urgence Darfour », Paris, Des idées et des hommes, p. 79.

Lavergne, Marc, 2005 : « Darfour : éléments pour l’analyse géographique d’une guerre civile en milieu sahélien », Afrique contemporaine, 2-n° 214, p. 129-163.

Lavergne, Marc et Weissman, Fabrice, 2003 : « Soudan : À qui profite l’aide humanitaire ? », dans Weissman, Fabrice (dir.) : À l’ombre des guerres juste. L’ordre international cannibale et l’action humanitaire, Paris, Flammarion, p. 145-168.

Mamdani, Mahmood, 8 Mars 2007 : « The Politics of Naming : Genocide, Civil War, Insurgency », Londres, London Review of Books, disponible sur http://www.lrb.co.uk/v29/n05/mahmood-mamdani/the-politics-of-naming-grnocide-civil-war-insurgency.

Mamou, Jacky, El-Hattab, Morad, Rossin, Richard et Glucksmann, André (dir.), 2007 : Urgence Darfour, Paris, des Idées et des Hommes.

Marchal, Roland, 2004 : « Le conflit au Darfour, point aveugle des négociations Nord-Sud au Soudan », Politique Africaine, n° 95,p.125-146.

Marchal, Roland, 2006 : « Tchad / Darfour : vers un système de conflits », Politique africaine, n° 102, p. 135-154.

Nagi, Mohamed, 2007 : « Les impasses de la politique soudanaise », dans El Hattab, Morad (dir.) : « Urgence Darfour », Paris, Des idées et des hommes, p. 217-220.

UN Resident and Humanitarian Co-ordinator, Darfur Humanitarian Profile, n° 10, Khartoum, 1er Janvier 2005.

Rapport de la Commission internationale d’enquête sur le Darfour au Secrétaire général, établi en application de la résolution 1564 (2004) du Conseil de sécurité, en date du 18 septembre 2004. S/2005/60.

US State Governement Accountability Office, Report to Congressional Requester, DARFUR CRISIS: Death Estimates Demonstrate Severity of Crisis, but Their Accuracy and Credibility Could Be Enhanced, Novembre 2006, GAO-07-24.

Tubiana, Jérôme, 2007 : « Choses (mal) vues au Darfour », publié par Mouvements, le 6 novembre 2007 : http://www.mouvements.info/Darfour-genealogies-d-un-conflit.html

Vaïsse, Justin, 2008 : Histoire du néoconservatisme aux Etats-Unis, Paris, Odile Jacob.

Weissman, Fabrice, juillet 2008 : « Dilemmes humanitaires au Darfour », Paris, CRAHS / Fondation MSF, disponible sur http://www.msf.fr/drive/08308bbf5965d3fc57fbe4e97c4d66d1.pdf.

Notes

1 « Les présidentiables font des promesses en faveur du Darfour », Le Monde, 22 mars 2007.

2 Bernard-Henri Lévy a en un sens doublé la couverture médiatique du collectif. La base de données Factiva recense en 2006 et 2007 dans la presse française, 146 articles mentionnant « Bernard-Henri Lévy » et « Darfour » et 126 mentionnant uniquement « Urgence Darfour » et « Darfour ».

3 Voir Marchal 2004, Lavergne 2005, Flint de Waal 2008.

4 Voir Guha-Sapir et Degomme 2005. CRED; US State Governement Accountability Office, Report to Congressional Requester, DARFUR CRISIS: Death Estimates Demonstrate Severity of Crisis, but Their Accuracy and Credibility Could Be Enhanced, November 2006, GAO-07-24.

5 UN Resident and Humanitarian Co-ordinator, 1er janvier 2005: Darfur Humanitarian Profile, n° 10, Khartoum, 1 January 2005. Guha-Sapir et Degomme, op. cit.

6 Voir ICG, Darfur’s New Security Reality, Africa Report N° 134, 26 Novembre 2007 et Fadul et Tanner, 2007.

7 Sources 2006 et 2007 : UNDSS Security Briefing, Nyala, Février 2008 (notes de l’auteur). Sources 2008: Mamdani, Mahmood, « Beware of Human Rights Fundamentalism », The Mail & Guardian, 20 mars 2009.

8 D’après le site web d’AJWS, « American Jewish World Service (AJWS) is an international development organization motivated by Judaism’s imperative to pursue justice ».

9 « Après l’Amérique, Save Darfur veut conquérir l’Europe », Le Monde, 9 mars 2007.

10 Aubouard, Stéphan, « Darfour. Les ONG de terrain rejettent toute intervention armée. », La Croix, 5 avril 2007.

11 Le collectif comprend notamment l’Association Communauté Rwandaise de France, la Fédération Nationale des Associations Franco-Africaines (FIDL), B’nai B’rith France, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme, SOS Racisme et l’Union des étudiants juifs de France. Il est présidé depuis 2005 par Jacky Mamou, ancien président de Médecins du Monde.

12 « Intellectuels et artistes se mobilisent lundi à Paris pour le Darfour », AFP, 9 juillet 2006.

13 Berthemet, Tanguy, « Une publicité inédite pour une cause humanitaire », Le Figaro, 24 novembre 2006

14 « Cent femmes appellent à une journée de solidarité avec les femmes violées du Darfour », AFP, 8 décembre 2006.

15 Le voyage de Bernard-Henri Lévy a été organisé par un compagnon de route du collectif « Urgence Darfour », l’avocat François Zimeray, ancien député européen socialiste (1999-2004). Les billets d’avion et les frais d’hôtel ont été pris en charge par l’association américaine Save Darfur (« Une initiative de SOS-Darfour », Le Monde, 13 mars 2007).

16 Bernard-Henri Lévy, « Choses vuesau Darfour », Le Monde, 13 mars 2007. « Abdel Wahid al-Nour, du Mouvement de libération du Soudan, a rencontré l’écrivain Bernard-Henri Lévy pour « Libération » », Libération, 20 mars 2007.

17 Philippe Douste-Blazy (en tant que ministre des Affaires étrangères), Laurent Fabius, Bernard Kouchner, Corinne Lepage, Roselyne Bachelot, Marylise Le Branchu, Hervé Gaymard, André Gluksman, Hugues Auffray, Bernard-Henry Lévy …

18 Collectif « Urgence Darfour », « SOS-Darfour », « Acte d’engagement pour le Darfour », Paris, Maison de la Mutualité, 20 mars, signé par Mmes Voynet (Verts), Buffet (PCF), Royal (PS) et MM. Bayrou (UDF) et Sarkozy (UMP).

19 Bernard-Henri Lévy : « Le G8 peut régler la crise du Darfour », propos recueillis par Nicolas Ballet, Le Progrès, 8 juin 2007, « Le bloc note de Bernard-Henri Lévy », Le Point, 7 juin 2007.

20 Mamou, Jacky, « Un génocide sans témoin », Libération, 24 avril 2006.

21 « Le bloc note de Bernard-Henri Lévy », Le Point, 13 avril 2006.

22 « Le collectif « Urgence Darfour » écrit à Chirac », nouvelobs.com, 25 octobre 2006.

23 Interview à i-télé, 22 mars 2007.

24 Mamou, Jacky, p. 94.

25 Yves-Jean Gallas (vice-président du Mouvement de la paix), Jacky Mamou (ancien président de Médecins du monde), Armen Séropyan (porte-parole de Nouvelle Génération arménienne), Dominique Sopo (président de SOS-Racisme), « Agir face à la réalité d’un génocide », Le Monde, 7 avril 2007.

26 Mamou, Jacky, p. 23-24.

27 Le Nouvel Observateur, 8 mars 2007.

28 Notes de l’auteur lors du meeting de la Mutualité.

29 Lévy, Bernard-Henri, 2007 : « Pour le Darfour », La règle du jeu, 17ème année, n° 34, p. 11.

30 Kouchner, Bernard, 2007 : « Darfour : un nom qui sonne comme un aveu d’impuissance » …, p. 81.

31 Lévy, Bernard-Henri, Le Point, 13 avril 2006.

32 Propos recueillis par Catherine Simon, Le Monde, 24 août 2004.

33 Voir notamment De Waal, Alex: « Counter insurgency on the cheap », London Review of Books, 5,Août 2004 et « Darfur, Victims of Genocide, 2005 », ZNet / Foreign Policy, 11 Février 2005.

34 Soulignons qu’il existe également une troisième interprétation, celle des autorités de Khartoum, mais qui n’a guère d’écho ailleurs que dans certains milieux proches du pouvoir. Selon la formule du ministre des Affaires étrangères, Osmane Ismaïl, la guerre au Darfour serait « un conflit tribal qui a dégénéré après de multiples interventions extérieures ». Le gouvernement essaierait de ramener la paix entre tribus rivales, en dépit des manœuvres déstabilisatrices de l’Erythrée et de « certaines ONG, certains cercles aux États-Unis. » (Entretien au Figaro, 24 août 2004)

35 Rapport de la Commission internationale d’enquête sur le Darfour au Secrétaire général, établi en application de la résolution 1564 (2004) du Conseil de sécurité, en date du 18 septembre 2004. S/2005/60.

36 Voir notamment, Dr. Bradol, Jean-Hervé (président de MSF), « D’un génocide à l’autre », Le Monde, 13 septembre 2004.

37 Voir notamment De Waal 2005 et Mamdani, op. cit.

38 Voir note 11.

39 Surnom donné aux combattants rebelles par référence aux Talibans et à Osama ben-Laden en Afghanistan, basés, comme eux, dans des massifs montagneux inexpugnables.

40 Voir Rapport de la Commission internationale d’enquête sur le Darfour, op. cit.

41 Entretien au journal suisse Le Courrier, 8 juillet 2004.

42 À propos des controverses sur la létalité du conflit, voir Dealey, Sam : « An Atrocy that Needs no Exaggeration », The New York Times, 12 août 2007. US State Governement Accountability Office: Report to Congressional Requester, DARFUR CRISIS: Death Estimates … op. cit.. Weissman, Fabrice, 2008, p. 78, « Dilemmes humanitaires au Darfour », op. cit., p. 7-9. Brauman 2009, p. 83-95.

43 Voir ASA Adjudications, Save Darfur Coalition t/a Globe for Darfur, 8 August 2007, http://www.asa.org.uk/asa/adjudications/Public/TF_ADJ_42993.htm, consulté le 23 avril 2009.

44 WHO, « Mortality projections for Darfur presented by David Nabarro, Representative of the WHO Ddirector-General Health Action in Crisis », 15 October 2004. En janvier 2004, le Dr. Nabarro s’était illustré pendant la crise du Tsunami en prédisant (contre toute évidence historique et épidémiologique) que la catastrophe s’accompagnerait d’épidémies plus létales que la vague elle-même – ce qui fut bien entendu démenti par les faits.

45 UNDSS Security Briefing, Nyala, Février 2008.

46 WFP, FAO, UNICEF, HAC, MOH, MOA, 2008Food security and nutrition assessment of the conflict affected population in Darfur.

47 Voir notamment Bradol, Jean-Hervé et Weissman, Fabrice : « Appel pour le Darfour : Massacres et démagogie », Libération, 23 mars 2007. Metzger, Denis (président d’Action contre la Faim), « Laissez-nous sauver les victimes du Darfour », Le Monde, 6 Avril 2007. Boinet, Alain (président de Solidarité) : « Darfour : sortir du piège », Libération, 23 mars 2007. Ménard, Robert et Smith, Stephen : « Darfour, faisons la paix, pas la guerre », Le Monde, 29 mars 2007.

48 « Bernard-Henri Lévy dénonce les « révisionnistes » au sujet du Darfour », AFP, 27 novembre 2007.

49 Lévy, Bernard-Henri, Le Point, 14 juin 2007.

50 Lévy, Bernard-Henri, “Choses vues au Darfour”, art. cit.

51 Le bloc note de ROUFIOL, Ivan, Le Figaro, 23 mars 2007.

52 Discours de Bernard-Henri Lévy à la Mutualité, tel que reproduit par Bernard-Henri Lévy, dans « Pour le Darfour », La règle du jeu, 17ème année, mai 2007, n° 34, p. 16.

53 Lévy, Bernard-Henri, Le Point, 20 décembre 2007.

54 Lévy, Bernard-Henri, « Pour le Darfour », art. cit, p. 17.

55 Ibidem.

56 Rossin, Richard : « Laisser faire est une faute morale », Libération, 27 mars 2007.

57 Sur l’islamisme au Soudan, voir De Waal et Abdel Salama 2004.

58 Voir Flint, Julie, 9 juin 2007 : « Darfur armed movements ». De Waal, Alex(ed.) : War in Darfur…. Tubiana, Jérôme… « Choses (mal) vues au Darfour », Mouvements, http://www.mouvements.info/spip.php?article120 consulté le 27 avril 2009.

59 Lévy, Bernard-Henri, 2007, p. 275.

60 Lévy, Bernard-Henri, Le Point, 18 novembre 2007.

61 Glucksman, André, 3 mai 2007 : Le Nouvel Observateur.

62 « Intellectuels et artistes se mobilisent lundi à Paris pour le Darfour », AFP, 9 juillet 2006.

63 Mamou, Jacky, op. cit., p. 26.

64 Collectif « Urgence Darfour », « Darfour : lever le véto chinois », Libération, 27 octobre 2006.

65 AFP, 21 mars 2007.

66 Lévy, Bernard-Henri, Le Point, 13 avril 2006.

67 « Intellectuels et artistes se mobilisent lundi à Paris pour le Darfour », AFP, 9 juillet 2006, 14 :58 Agence France Presse.

68 Chetrit, Michael et Chiche, Mahor, membre et vice-président d’« Urgence Darfour », « Paix introuvable au Darfour », Le Monde, 28 juin 2006, Repris par les mêmes dans Le Figaro du 21 mai 2007.

69 « Le collectif « Urgence Darfour » interpelle Ségolène Royal », AFP, 17 novembre 2006

70 « Acte d’engagement pour le Darfour » proposé aux candidats à l’élection présidentielle.

71 Lévy, Bernard-Henri, « Choses vues au Darfour », art. cit.

72 Libération, 24 avril 2006.

73 « Acte d’engagement pour le Darfour ». Nommé Ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner propose effectivement, le 29 mai 2007, l’ouverture de « corridors humanitaires sécurisés » à partir du Tchad, option rapidement abandonnée suite à l’opposition stupéfaite de toutes les organisations humanitaires consultées à Paris et au Soudan,qui ne voient pas l’utilité d’une telle mesure (voir « Des ONG contre le « corridor » proposé par Kouchner au Darfour », Reuters, 30 mai 2007).

74 Mamou, Jacky, 2007, p. 93.

75 Voir note 69.

76 Le Temps (Suisse), 16 mai 2007.

77 Le Point, 13 avril 2006.

78 Lévy, Bernard-Henri, Conférence du Figaro au Théâtre de la Madeleine, intitulée « la tentation totalitaire », Le Figaro, 21 novembre 2007.

Auteur

Directeur d’études au Centre de réflexion sur l’Action et les savoirs humanitaires (Fondation Médecins sans frontières) et ancien chef de mission pour Médecins sans frontières au Darfour.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

i6doc.comDecitre
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search