Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savants, amants, poètes et fous

Biographie de Katia Zakharia

Frédéric Imbert et Catherine Pinon

Texte intégral

1Katia Zakharia est née le 12 décembre 1952 à Beyrouth, au Liban. Elle fait ses études à l’école Notre Dame de Nazareth, dans le quartier d’Achrafiyyé, profitant d’un cursus riche et d’un enseignement de qualité. Issue d’une famille d’enseignants et bien qu’ayant grandi dans un milieu sympathisant de l’arabité où la littérature arabe tenait une place importante, ce n’est pas vers les études arabes que Katia Zakharia se tourne d’abord. En effet, en 1970, après avoir obtenu avec mention les baccalauréats libanais (série philosophie) et français (série A4, langues-mathématiques), elle entame des études de psychologie. Elle les suit tout d’abord à l’École Supérieure des Lettres de Beyrouth, puis à l’Université Lumière-Lyon 2 ; elle y soutient en 1980 une thèse de Doctorat de troisième cycle en psychologie, sous la direction du Professeur Jean Guillaumin, intitulée : « Sociopsychiatrie, idéologie et pathologie mentale. La pratique du service de psychiatrie du Centre médico-social de Montceau-les-Mines ».

2Katia Zakharia commence par travailler au Liban à la conception et à l’organisation d’activités socioculturelles et éducatives pour l’Association libanaise pour le développement (1973-1975). Cette première expérience professionnelle reflète bien le climat de cette période où émergeaient des mouvements se donnant pour mission l’éducation populaire. Par la suite, elle exerce comme éducatrice spécialisée auprès d’enfants handicapés mentaux à l’École Moderne à Beyrouth, puis, en France, comme psychologue au Centre Médico‑Social de Montceau‑les‑Mines (1975-1977).

3En arrivant à Lyon en 1975, elle nourrissait le projet d’approfondir sa formation en psychologie par l’obtention du Diplôme de Psychologie Pratique avant de retourner travailler au Liban. Cependant, avec le déclenchement de la guerre civile, Katia Zakharia se trouve contrainte de s’installer à Lyon, où elle commence à effectuer des vacations d’enseignement de langue arabe comme chargée de cours à l’Université Lumière‑Lyon 2 de 1978 à 1983 ; elle enseigne aussi à l’École Nationale des Travaux Publics de l’État ainsi qu’au collège Gérard Philippe à Saint‑Priest, tout en poursuivant l’exercice de la psychologie et en étant chargée d’études auprès de l’Hôpital Psychiatrique Départemental de Saint‑Jean‑de‑Dieu et du Laboratoire de Psychologie sociale de l’Université Lumière‑Lyon 2.

4C’est au sein de cette même université qu’André Roman, professeur de linguistique arabe, remarquant ses aptitudes à l’enseignement, pousse Katia Zakharia à entamer un cursus approfondi d’études arabes. Elle soutient alors une Maîtrise d’arabe en 1984 et engage une thèse de Doctorat en sciences du langage, sous la codirection des Professeurs Jacques Aubert et André Roman, sur un sujet de littérature arabe classique dont elle deviendra une spécialiste reconnue. Sa thèse, soutenue en 1990, s’intitule Les Maqāmāt d’Al-Ḥarīrī. Itinéraire d’un héros imposteur et mystique, Abū Zayd al‑Sarūǧī.

5Après avoir été assistante de 1983 à 1989, Katia Zakharia est nommée Maître de Conférences à l’Université Lumière-Lyon 2 en civilisation et littérature arabes. Elle est rapidement habilitée à diriger des recherches après avoir soutenu en 1993 une nouvelle étude portant sur les Modalités d’application de la sémiologie d’inspiration psychanalytique à la lecture de la prose arabe classique à travers l’exemple des recueils de Maqāma‑s. C’est en 1999 qu’elle devient Professeur des Universités. Au département d’études arabes de Lyon 2, qu’elle dirige de 2007 à 2009, comme dans celui des langues étrangères appliquées, de nombreux étudiants – dont certains ont contribué à cet ouvrage ‑ eurent la chance de suivre ses enseignements de langue et de littérature, jusqu’à ce qu’elle décide de prendre sa retraite en 2017.

6Ses travaux de recherche portant sur la littérature arabe classique mettent en avant une lecture interdisciplinaire des textes littéraires du monde arabo-musulman classique, qu’il s’agisse de poésie, de prose savante ou de littérature populaire. On lui doit notamment, en collaboration avec Georges Bohas, l’édition en arabe des sept premiers volumes du Roman de Baybars, d’après la recension damascène, sous le titre de Sīrat al‑Malik al‑Ẓāhir Baybarṣ ḥasab al‑riwāya al‑šāmiyya.

7Spécialiste des Maqāmāt, en particulier celles d’al‑Ḥarīrī auxquelles elle consacre, à la suite de sa thèse, un ouvrage et plusieurs articles, Katia Zakharia s’intéresse aussi à la figure des « fous » et des « idiots », à la construction de figures légendaires comme celles des poètes Imruʾ al‑Qays et Abū Nuwās ou du mythe de Grenade, aux contes des Mille et une nuits ou encore aux relations de pouvoir et à la transmission des savoirs dans la culture arabe classique. Ses nombreuses recherches dans le domaine de la littérature lui serviront à rédiger le pan classique d’une histoire de la littérature arabe dans l’ouvrage de référence cosigné avec Heidi Toelle, À la découverte de la littérature arabe (Flammarion).

8Katia Zakharia est membre titulaire du GREMMO (Groupe de Recherches et d’Études sur la Méditerranée et le Moyen‑Orient, successivement UMR 5195, FRED 3412 et UMR 5291) de la Maison de l’Orient Méditerranéen de 1993 à 2015. Elle bénéficiera en 2001-2003 d’une délégation CNRS auprès du CELLMA devenu ICAR (Interactions, corpus, apprentissages, représentations, UMR 5191, ENS-LSH), dont elle sera membre de 2003 à 2006. Depuis 2015, elle est rattachée au CIHAM (Histoire, Archéologie, Littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux, UMR 5648). Outre ses nombreuses publications, Katia Zakharia a fait rayonner ses recherches en participant à un grand nombre de colloques. Son expertise lui a aussi valu d’intégrer le comité scientifique de rencontres internationales.

9Ses activités éditoriales sont diverses : ponctuellement rapporteur pour des revues internationales à comité scientifique comme la Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée ou le Journal of Arabic Literature, elle a été longtemps membre des comités éditoriaux des Annales islamologiques et du Bulletin Critique des Annales Islamologiques (Institut français d’archéologie orientale, Le Caire), du Bulletin d’Études Orientales (Institut français du Proche-Orient, Beyrouth) et de la revue Arabica (Brill, Leyde).

10Ceux qui ont eu la chance de suivre ses enseignements savent que Katia Zakharia préparait ses cours avec une grande minutie. C’est qu’en plus d’aimer la littérature arabe, elle avait surtout à cœur de transmettre ses connaissances. Excellente pédagogue, elle a consacré plusieurs publications à la didactique de l’arabe langue étrangère : rédactrice des cours du CNED pour la question de littérature classique des concours du CAPES et de l’agrégation d’arabe (de 1996 à 2005), elle a également élaboré un cours en ligne intitulé « À la découverte des textes classiques en langue arabe », qui a amené à la conception d’un manuel, À la découverte des textes de la littérature arabe classique (Éditions de l’ENS). Katia Zakharia a encadré les stages « découverte de la littérature arabe classique » proposés par l’Institut des Langues anciennes de l’ENS-LSH (de 2000 à 2005) et a conçu un guide en ligne pour la MOM, le Guide de la littérature arabe médiévale et classique sur Web. Didacticienne reconnue, elle a élaboré un certain nombre de documents pédagogiques pour les adultes débutants en arabe langue étrangère et pour les élèves du secondaire, notamment sur le thème de « la fabrique du héros », proposant une séquence basée sur les aventures de Sindbad le marin en collaboration avec Brigitte Tahhan, alors IA-IPR d’arabe.

11Katia Zakharia a dirigé cinq thèses soutenues et en dirige une encore en cours. Elle a été membre du jury de quatorze thèses et HDR. Elle a aussi eu de nombreuses responsabilités au niveau national : membre du jury du CAPES (1995-1998, 2006) et de l’agrégation d’arabe (2003), présidente de la commission « langue arabe » pour l’élaboration des nouveaux programmes des langues vivantes au lycée (1998-2002), ou encore experte auprès de la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) pour la mise en place d’un Diplôme de Compétences de Langue arabe (2007-2008).

12Katia Zakharia a assumé de nombreuses responsabilités administratives, pédagogiques et scientifiques. Elle a été membre de commissions de spécialité au sein des 12e et 15e sections du Conseil National des Universités. De 2013 à 2017, elle a assumé la direction du SCUIO-IP (Service Commun Universitaire d’Information, d’Orientation et d’Insertion Professionnelle) de l’Université Lyon 2. C’est à l’issue de cette direction, son dernier poste académique, que Katia Zakharia a mis un terme à sa carrière de professeur de langue et littérature arabes en prenant sa retraite. Elle peut alors retourner à ses premières amours, la psychologie, à laquelle les circonstances de la vie lui avaient fait renoncer, et ce avec d’autant plus de plaisir que ce « détour » par les études arabes l’aura autant passionnée qu’il aura été indispensable, par sa richesse et sa rigueur, à la formation de ses étudiants et au plaisir intellectuel de ses collègues et amis.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/13560/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

© Presses de l’Ifpo, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540