Version classiqueVersion mobile

Une waqfiyya du XVIIIe siècle à Alep

 | 
Jihane Tate

Conclusion

Texte intégral

1Au terme de notre étude, deux types de remarques peuvent être faites en manière de bilan provisoire :

2Il s’agissait d’une part, d’éclairer un texte, la waqfiyya al-Amīrī, par une étude sur le terrain, en l’occurence par le repérage et l’observation des bâtiments décrits dans le document. Pour la plupart des bâtiments, la confrontation a été possible, grâce à l’état de conservation exceptionnellement bon de la vieille ville d’Alep et en dépit des transformations subies depuis le XVIIIe siècle et des destructions dont les menacent les projets d’urbanisme contemporains. Même dans le cas où le repérage exact n’a pu être obtenu, il a éte possible de connaître approximativement la situation des bâtiments évoqués et d’obtenir une représentation spaciale fidèle d’une partie du patrimoine foncier d’un grand notable d’Alep au XVIIIe siècle. Le repérage sur le terrain nous paraît donc capable d’apporter un surcroît d’informations appréciables et de compléter utilement l’apport des textes malgré les déceptions que parfois il procure.

3En ce qui concerne, d’autre part, la structure et la répartition de la fortune d’al-Ḥāǧǧ Mūsā al-Amīrī, il convient de noter que la waqfiyya n’apporte qu’un témoignage partiel. Partiel parce que les biens mobiliers n’y figurent pas du tout et que seule une partie du patrimoine immobilier s’y trouve décrite. Ces réserves ne réduisent pas sensiblement l’intérêt de la waqfiyya pour la connaissance de la fortune de la famille Amīrī ; elle nous livre un tableau probablement fidèle de la répartition de celle-ci par type de bâtiment et par quartier.

4L’impression qui ressort de ces constatations est que les biens du waqf Amīrī forment un domaine très concentré et d’une grande cohérence, au centre de la ville intra-muros, qui résulte, sans doute, d’une politique d’insertion dans l’espace urbain conçue et menée avec une remarquable continuité de vue.

5Cette concentration et cette cohérence évoquent un patrimoine ancien, image qui correspond exactement à l’importance de la famille Amīrī à Alep que signalent les sources textuelles.

© Presses de l’Ifpo, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search