Version classiqueVersion mobile

Une waqfiyya du XVIIIe siècle à Alep

 | 
Jihane Tate

Traduction. Des biens fonciers urbains

Texte intégral

Al-Ḥāǧǧ Mūsā Al-Amīrī a constitué en waqf :

  • 1 Terme juridique signifiant que le bâtiment auquel il s’applique a été détaché de l’ensemble des bie (...)
  • 2 Il s’agit à la fois d’une ruelle partant de la citadelle vers l’Ouest en direction de Suwayqat ᶜAlī (...)
  • 3 Délimité à droite par la maḥalla de Ǧallūm al-Kubrān, de Bāb Qinnasrīn et de Sāḥat Bizā, à l’Ouest (...)

1. — La totalité de la maison (dār), détachée (al-mufraza)1, sise dans le Zuqāq al-Qanāya2 de la maḥalla de Suwayqat Ali3 dans la ville bien gardée d’Alep. Cette maison comprend dans son ensemble un barrānī et un ǧuwwānī.

Le barrānī qui est appelé Ūṭā comprend :

— un īwān avec deux alcôves (qubbatān) au-dessous desquelles se trouve une cave (maġāra),

— une ūṭāt qahwa (pièce où l’on sert le café).

— une grande pièce d’habitation (bayt) au plafond en bois au-dessus de laquelle se trouve un murabb auquel on accède par un escalier en pierre ; à côté de ce murabba, un autre murabba et unea bānqūsiyya au plafond en bois, / élevée au-dessus d’une partie du ḫān que l’on mentionnera plus [7] loin ;

— deux pièces au rez-de-chaussée (ūṭātayn taḥtāniyyatayn) ; on accède à la première par [la cour] de la Ūṭā sus-mentionnée et à la seconde par le ḫān ; au-dessus de ces deux pièces, deux autres pièces dont les accès sont les mêmes que ceux des deux précédentes ;

— une cuisine (maṭbaḫ) avec deux fenêtres, contiguë au réservoir (ḥāṣil) qui alimente le bassin situé dans [la cour de] la Ūṭā sus-mentionnée ; à côté de cette [cuisine] un autre murabbaʿ élevé au-dessus de la rue (zuqāq) et auquel on monte par un escalier en pierre à partir de la cour de la Ūṭā ; dans ce murabba une porte conduit à une pièce d’été (maṣyaf) dallée au-dessous de laquelle se trouve l’écurie (iṣṭabl) du ḫān que l’on mentionnera plus loin ;

  • 4 S. Mazloum, L'ancienne canalisation d'eau à Alep (la Qanāya de Hailan), Damas, s.d

— des latrines (maṭhara) et un bassin (birka) alimenté par le Qanāt4 d’Alep en vertu d’un droit ancien et légal ;

— une cour à ciel ouvert (ḥawš samāwī) ;

— un jardin (ḥadiqa) avec des arbres ;

— un puits (ǧubb) ;

  • 5 Voir « convention de traduction », no 6.

— des manāfi, des marāfiq, des tawābi, des lawāḥiq5 et des droits légaux.

Le ǧuwwānī qui est appelé « al-Ḥaram » comprend :/

[8] — un īwān avec deux alcôves (qubbatayn) au-dessous desquelles se trouve une cave ; au-dessus de l’une [de ces alcôves] s’élève un murabba auquel on monte par un escalier en pierre et à côté duquel se trouve un autre petit murabba ; au-dessous de ce dernier, se situent le réservoir et l'iqmīm que l’on mentionnera plus loin.

— un bayt šarqī dans lequel se trouve une alcôve ; à côté [de celui-ci] une autre pièce d’habitation à laquelle on accède par quatre marches en pierre et, au-dessus, une pièce d’été (maṣyaf) ; au-dessous de ces deux pièces il y a une cave ; par la pièce d’été on entre dans un murabba auquel on accède par un escalier partant de l’escalier de la pièce d’habitation précédemment mentionnée ;

— une grande cuisine où il y a une banquette (ṣuffa) en bois et à côté de laquelle se trouve unea ; au-dessus de [la cuisine et de laa] se trouve une autrea divisée en trois murabba ; on entre par l’un de ceux-ci dans un murabba appelé « al-mā-bayn » (l’entre deux) qui s’élève au-dessus de l’alcôve de l'īwān et de la Ūṭā susmentionnée et par lequel on accède à la terrasse de l'īwān susdit.

— une grande pièce d’habitation (bayt) située à côté de laa du rez-de-chaussée et dont la terrasse communique avec le murabba élevé au-dessus de l’alcôve de l'īwān de la Ūṭā / décrite précédemment ; cette [9] alcôve communique avec une autre alcôve (qubba) qui fait partie du vestibule (dahlīz) ;

— deux latrines ;

— un ḥammām auquel on accède par la porte de l’alcôve sus-mentionnée. Ce ḥammām comprend un barrānī un wasṭānī et un ǧuwwānī ; dans le barrānī [se trouve] un bassin avec un jet d’eau (fisqiyya) ; dans le wasṭānī une vasque (ǧurn) en pierre et dans le ǧuwwānī deux vasques en pierre ;

— une cuve (dast) en cuivre destinée à chauffer l’eau ;

— un réservoir alimenté par l’eau du Oanāt d’Alep en vertu d’un droit ancien et légal. Ce réservoir alimente [à son tour] la chaufferie (ḫizāna) du ḥammām et le bassin du Ḥaram situé face à l'īwān ;

— un vestibule (dahliz) et des latrines.

Le Ḥaram comprend également :

— des arbres fruitiers divers ;

  • 6 Il s’agit en fait d'un dallage particulier dont nous ignorons la nature.

— une cour à ciel ouvert pavée de dalles en marbre inégalement posées6 ;

— un puits d’eau potable (ǧubb mā’ aḏb) ;

— une citerne (ṣihrīǧ) alimentée par l’eau du bassin du Ḥaram ;

— des manāfi, des marāfiq, des tawābi, des lawāhiq / et des droits légaux. [10]

  • 7 Les délimitations données par le texte correspondent exactement à la position des quatre points car (...)

La totalité de cet ensemble est délimité au Sud7 par une rue ; à l’Est par le Ḫān Qurt Bey et par la maison du waqf du ḫān évoqué ; au Nord et à l’Ouest par le ḫān que l’on mentionnera plus loin ; [cette limite] est complétée par une rue sur laquelle donne la porte de la maison.

2. — La totalité de la maison (dār). sise dans le Zuqāq al-Qanāya susmentionnée. Cette [maison] comprend dans son ensemble :

— une cour à ciel ouvert située à l’étage ; unea recouverte d’une takna et à côté de laquelle se trouve une pièce d’habitation

— une petite pièce d’habitation par laquelle on accède à un escalier en pierre qui mène à une petite cour à ciel ouvert ; dans celle-ci se trouve une pièce d’habitation voûtée (bayt maqbuw) en pierre, une cuisine, un puits, des latrines ;

— des manāfi et des droits légaux ;

3. — La totalité de la maison contiguë à la précédente et comprenant :

— un īwān voûté [et situé] sous la cour de la première maison, avec une alcôve (qubba) située sous la pièce d’habitation sus-mentionnée ;

— deux pièces d’habitation au plafond en bois et une cave au-dessous de l'īwān ;

[11] — une cuisine / et des latrines (bayt ṭahāra) ;

— une pièce d’été (maṣyaf) à laquelle on accède par un escalier en pierre et qui communique avec une seconde pièce d’été ; cette dernière communique [à son tour] avec un autre murabba ;

— un jardin, un puits, des manāfi et des droits légaux.

4. — La totalité d’un entrepôt (maḫzan) aménagé sur une partie de la maison sus-mentionnée et dont la porte se trouve au Nord.

Tout cet ensemble est délimité au Sud par le passage(dahlīz) qui conduit à la maison d’al-Ḥāǧǧ Abd al-Azīz al-Labaqī et sur lequel donne la porte de la [deuxième] maison ; à l’Est par une rue sur laquelle donne la porte de la [première] maison ; au Nord par la maison du waqf as-Sabīl qui a été fondé par le constituant sus-nommé — puisse Allāh lui accorder les plus hautes récompenses — ; [cette limite] est complétée par la maison d’Aḥmad ad-Daḥḥāq et [également] par l’entrepôt aménagé à partir de cet ensemble ; à l’Ouest par les boutiques que l’on mentionnera plus loin.

5. — La totalité du ḫān contigu à la maison de la Ūṭā précédemment mentionnée et connu sous le nom de Ḫān al-Awāǧ. Il est sis dans le Zuqāq [12] al-Qanāya / sus-mentionné et comprend :

— un rez-de-chaussée (suflī) de seize pièces (ūṭā), chacune d’elles comprenant une autre pièce ;

— six autres pièces

— deux boutiques (dukkānayn) et une pièce destinée au logement du ūṭā bāšī ;

— un réservoir alimenté par l’eau du Qanāt d’Alep en vertu d'un droit ancien et légal ;

— trois latrines ;

— une cour à ciel ouvert et un puits ;

— une écurie (āḫūr) située sous la maison de la Ūṭā du constituant sus-nommé ;

— des manāfi, des marāfiq et des droits légaux.

L’étage (ulwī) du ḫān comprend :

— vingt-quatre pièces (ūṭā) dont quatre comprennent une autre pièce ; on accède à celles-ci par un escalier en pierre ;

— trois galeries (riwāqāt) voûtées en pierre ;/

A l’intérieur de ce ḫān se trouve une qāsāriyya qui comprend : [13]

— quatre pièces (uwaṭ) et une cuisine ; au-dessus de celles-ci se trouvent dix pièces auxquelles on accède par un escalier en pierre ;

— une écurie (iṣṭabl) au plafond en bois au-dessus de laquelle se trouve une pièce d’été (maṣyaf) dallée ;

— une petite cour à ciel ouvert ;

— des manāfi, des marāfiq et des droits légaux.

Cet ensemble est délimité au Sud par une rue sur laquelle donne la porte du ḫān ; [cette limite] est complétée par la maison appelée « Dār al-Ūṭā » que l’on a mentionnée et qui appartient au constituant ; à l’Est, par la maison sus-dite ; [limite] qui est complétée par le Ḫān Qurt Bey ; au Nord, par la teinturerie (maṣbaġa) que l’on nommera plus loin ; [cette limite] est complétée [à son tour] par l’arrière des boutiques appartenant au waqf az-Zaynabiyya et à l’Ouest par les boutiques de Sūwayqat Alī précédemment signalées.

6. —La totalité du ḫān connu sous le nom de Ḫān al-Kabīr et sis dans le Zuqāq al-Qanāya. Ce ḫān comprend un rez-de-chaussée et un étage. Le rez-de-chaussée comprend :

— deux boutiques et une pièce destinée au logement du ūṭā bāšī ;

— un entrepôt (ḫizāna) à proximité de la porte de la pièce du ūṭā bāšī ;

— vingt-cinq pièces (ūṭā) chacune d’elles comprenant une autre pièce ;

— deux autres pièces ;/

— une grande écurie située au-dessous de l’aile nord du ḫān sus-mentionné et [14] dont la porte, à l’ouest, fait face à cinq cuisines ;

— une cour à ciel ouvert, un puits, un qaṣṭal alimenté par l’eau du Qanāt d’Alep, en vertu d’un droit ancien et légal, et situé derrière la boutique et la pièce du ūṭā bāšī ; [ce qaṣṭal] alimente le sabīl fondé par le constituant sus-nommé et accolé à la porte du ḫān ;

— quatre latrines ;

— des manāfi et des marāfiq ;

— des lawāḥiq, des tawābi et des droits légaux.

L’étage comprend :

— trente-deux pièces dont deux comprennent une autre pièce ;

— une autre pièce semblable ;

— une cuisine à l’intérieur de laquelle se trouvent des latrines ; celles-ci communiquent avec une pièce qui s’élève au-dessus de la boutique que l'on mentionnera plus loin. Cette pièce communique [à son tour] avec une pièce d’été (maṣyaf) qui s’élève au-dessus des deux boutiques que l’on mentionnera [également] ;

— deux kiosques (kawškayn) donnant sur la cour du ḫān ;/

[15] — quatre galeries voûtées en pierre ; on monte à l’étage par un escalier en pierre situé au Nord de la porte du ḫān sus-mentionné et par un autre escalier situé en face de l’entrée du ḫān ;

— deux latrines situées sur le côté nord ;

— des manāfi et des droits légaux.

Ce ḫān est délimité dans son ensemble au Sud par la maison d’as-Sayyid Abd al-Qādir Ǧalabī al-Utmānī ; à l’Est par une rue sur laquelle donne la porte du ḫān ; [cette limite] est complétée par les boutiques que l’on mentionnera plus loin ; au Nord par une rue et à l’Ouest par la maison léguée par al-Ḥāǧǧ Ḫalīl Ǧalabī Ibn al-Ḥāǧǧ Ḥusayn à ses fils ; [cette limite] est complétée [à son tour] par la maison léguée par al-Ḥāǧǧ Umar Ǧalabī connu sous le nom de Ibn al-Ǧurmānǧī.

7. — La totalité du « petit ḫān » situé en face du Ḥammām Alī et contigu [d’une part] à la qāsāriyya que l’on mentionnera plus loin et [d’autre part] à la mosquée aš-Šaǧar. Ce ḫān est sis dans le Zuqāq al-Qanāya précédemment [16] signalé, et son qaṣṭal / est situé entre lui et la qāsāriyya sus-dite. Il comprend dans son ensemble un étage et un rez-de-chaussée.

Le rez-de-chaussée comprend :

— treize pièces dont cinq comprennent une autre pièce à l’intérieur (ūṭā ǧuwwāniyya) ;

— deux boutiques situées à la porte du ḫān ;

— une autre destinée au logement du ūṭā bāšī ;

— une écurie (iṣṭabl) pour attacher les montures et à côté, trois latrines ;

— une cour à ciel ouvert, un puits d’eau potable ;

— des manāfi et des droits légaux.

L’étage comprend :

— quinze pièces ;

— deux latrines, des manāfi et des droits légaux.

Ce ḫān est délimité dans son ensemble au Sud par la mosquée aš-Šaǧar ; à l’Est par une rue ; au Nord par la maison appartenant au waqf du constituant sus-nommé et que l’on décrira plus bas et à l’Ouest par la qāsāriyya que l’on mentionnera parmi les biens constitués en waqf.

8. — La totalité de la maison (dār) /contiguë, sur le côté nord, au ḫān [17] sus-mentionné et exonérée d’impôt.

Elle comprend :

— un īwān comportant à l’intérieur une alcôve (qubba) ;

— trois chambres (masākin), une cuisine, des latrines (bayt ṭahāra), un puits d’eau potable ;

— un escalier conduisant à la terrasse de la maison ;

— des manāfi, des marāfiq et des droits légaux.

Cette maison est délimitée au Sud par le ḫān sus-mentionné, à l’Est par une rue sur laquelle donne la porte ; au Nord par la maison de Waḍǧa Ḫānum, épouse de Yūsuf Bāšā, qui est actuellement la propriété du juif Ḥārūn et à l’Ouest par la qāsāriyya de Yūsuf Bāšā ci-dessus nommé.

9. — La totalité des deux maisons contiguës, dispensées de l’impôt dû au sultan, et sise dans le Zuqāq al-Qanāya, en face de la porte de la maḥalla de Bustān al-Yahūd à Alep.

La première maison comprend :

— deux pièces d’habitation (baytayn) et un murabba auquel on accède par un escalier en pierre ;

[18] — une cuisine, un puits d’eau potable, / des latrines, une cour à ciel ouvert ;

— des manāfi, des marāfiq et des droits légaux.

[Quant à] la seconde, elle comprend :

— trois pièces d’habitation ;

— un murabba auquel on monte par un escalier en pierre ;

— une cuisine, un puits ;

— une cour à ciel ouvert ;

— des manāfi et des droits légaux.

Elle sont l’une et l'autre délimitées dans leur ensemble au Sud par la qāsāriyya précédemment mentionnée ; à l’Est par la qāsāriyya de Waḍǧa Ḫānum ci-dessus nommée ; au Nord par une rue sur laquelle donnent les portes des deux maisons et à l’Ouest par la maison d’ar-Rattā (le repriseur).

10. — La totalité de la maison, dispensée de l’impôt dû au sultan, sise dans le Zuqāq al-Qanāya.

Cette maison comprend :

— deux pièces d’habitation et une cuisine ;

— une autre pièce d’habitation dans laquelle se trouve un puits d’eau potable.

— une cave, une plate-forme (maṣṭaba) dallée ;

— des manāfi, des marāfiq et des droits légaux.

Cette maison est délimitée au Sud par la maison du juif Ḥārūn, à l’Est par la [19] maison « al-Burka » ; / au Nord par une rue et à l’Ouest par une rue [également] sur laquelle donne la porte de la maison.

11. — La totalité de la maison sise dans le Zuqāq al-Qanāya et comprenant dans son ensemble :

— deux pièces d’habitation au-dessus desquelles se trouvent deux murabba auxquels on accède par un escalier en pierre ;

— une cuisine, des latrines, un puits d’eau potable ;

— une cave ;

— des manāfi et des droits légaux.

Cette maison est délimitée au Sud par une rue sur laquelle donne la porte ; à l’Est par l'iqmīm du Ḥammām Alī ; au Nord par le Ḫān ad-Duqq et à l’Ouest par la maison du waqf Banī al-Qabāqibī.

12. — La totalité de la maison sise dans la maḥalla du Zuqāq al-Qanāya précédemment mentionnée. Cette maison comprend un barrānī et un ǧuwwānī :

Le barrānī comprend :

— deux pièces d’habitation et une cave située au-dessus de l'une d’elles ;

— un bassin alimenté par l’eau du puits que l’on va mentionner ;

— un puits d’eau potable.

Le ǧuwwānī comprend, [quant à lui] :

— un īwān avec deux alcôves (qubbatayn) au-dessus desquelles se trouvent deux murabba ;

— une grande pièce d’habitation, une cuisine, une cour à ciel ouvert avec un bassin alimenté par l’eau du réservoir qui se trouve / dans le ǧuwwānī de la [20] maison ;

— une cave, des manāfi et des droits légaux.

Cette maison sus-mentionnée est délimitée dans son ensemble, au Sud, par une rue sur laquelle donne la première porte ; à l'Est par une ruelle (zuqāq) sur laquelle donne la porte du Ḥaram ; au Nord, par la maison du waqf Banī al-Qabāqibī et à l'Ouest, par la maison d’al-ḤāǧǧAbd al-Laṭīf Warduh.

13. — La totalité de la part indivise qui s’élève à seize qīrāṭ sur un total de vingt-quatre qīrāṭ de la totalité de la maison laissée en héritage par le père du constituant al-Ḥāǧǧ Ḥasan Ĝalabī Amīr Zādah sus-nommé. Sise dans la maḥalla de Suwayqa, [cette maison] comprend dans son ensemble un barrānī et un ǧuwwānī.

Le barrānī qui est appelé Ūṭā comprend :

— un īwān avec deux alcôves (qubbatayn) au-dessous desquelles se trouve une cave ;

— une autre pièce d’habitation comprenant à l’intérieur un ḥammām, un qaṣṭal, un bassin et une citerne (ṣahriǧ) alimentée par l’eau du Qanāt d’Alep en vertu d’un droit ancien et légal ;

— une plate-forme (maṣṭaba) contiguë au bassin ;

— deux jardins avec des arbres fruitiers divers ;

— une grande cuisine / dans laquelle il y a un cellier (kilār), [21]

— des latrines ;

— un grand murabba situé entre la Ūṭā et le Ḥaram pourvu de deux portes et dans lequel se trouve une plate-forme en pierre ;

— des manāfi et des droits légaux.

Le ǧuwwānī qui est appelé Ḥaram, comprend :

— un īwān avec trois alcôves ;

— unea bānqūsiyya, un grand bayt šarqī ;

— trois caves distinctes ;

— une grande cuisine au-dessus de laquelle se trouve un grand murabba pourvu de deux portes et auquel on accède par un escalier en pierre ; à l'intérieur de celui-ci se trouve un ṭazar. On accède à un autre murabba situé vis-à-vis du précédent par la terrasse de la pièce d’habitation sus-mentionnée ;

— un vestibule ;

— une petite maison (dār) à laquelle on accède par un escalier situé dans le vestibule sus-dit ;

— une ūṭat qahwa (pièce où l’on sert le café), un murabba auquel on monte par quatre marches en pierre et une petite cour à ciel ouvert,

— des latrines ;

— un bassin et une citerne alimentée par l’eau du Qanāt d’Alep en vertu d’un droit ancien et légal ;

— un puits d’eau potable.

[22] Cette maison est délimitée / au Sud par le Ḥammām al-Wasānī ; à l’Est par la partie en possession du constituant ; au Nord par la maison que possède le constituant sus-nommé ; [cette limite] est complétée par la maison Banī Zahrā’ et à l’Ouest par une impasse ; [limite qui] est complétée [à son tour] par la partie qui est en possession du constituant sus-nommé.

14. — La totalité de la part indivise qui s’élève à dix-huit qīrāṭ sur un total de vingt-quatre qīrāṭ de la totalité de la maison sise dans la maḥalla de Suwayqa. Cette maison comprend un barrānī et un ǧuwwānī :

Le barrānī comprend :

— une pièce d’habitation voûtée (bayt maqbuw),

— une cour à ciel ouvert ;

— une plate-forme dallée ;

— un jardin avec des arbres ;

— des latrines ;

— des manāfi et des droits légaux.

[Quant au] ǧuwwānī, il comprend :

— un īwān avec deux alcôves (qubbatayn) ;

— une grande pièce d’habitation voûtée ;

— deux murabba ; le premier de ces murabba est situé au-dessus de l’alcôve de l'īwān mentionné ci-dessus et le second, entre le Ḥaram et la Ūṭā. On monte à l’un par un escalier en pierre [situé] dans le Ḥaram sus-mentionné / et à l’autre murabba par un escalier en pierre à partir de la Ūṭā ; [23]

— une grande cuisine avec un puits d’eau potable, des latrines ;

— un jardin avec des arbres ;

— des manāfi et des droits légaux.

Cette maison est délimitée au Sud par la propriété d’al-Ḥāǧǧ Abd Allāh aš-Šukrī ; à l’Est par une rue sur laquelle donne la porte de la maison ; au Nord par la maison d’al-Aṣīl et à l’Ouest par la maison du père du constituant sus-nommé.

15. — La totalité de la maison de la maḥalla de SuwayqatAlī et faisant partie du Zuqāq al-Qanāya sus-mentionné. Cette maison comprend un barrānī et un ǧuwwānī.

Le barrānī comprend :

— une cour à l’étage (ḥawšalawiyya) à laquelle on monte par un escalier situé dans le vestibule ;

— une grande pièce d’habitation ;

— une pièce où l’on sert le café (bayt lil-qahwa) ;

Le ǧuwwānī comprend [pour sa part] :

— un īwān avec deux alcôves (qubbatayn) ; au-dessus de celles-ci, un murabba comportant un ṭazar et auquel on monte par un escalier en pierre ;

— une grande pièce d’habitation située vis-à-vis de l'īwān et au-dessus duquel se trouve un murabba auquel on accède par un escalier en pierre ;

— une cave située au-dessous / de la pièce d’habitation sus-mentionnée ; [24]

— une cour à ciel ouvert, un bassin et un réservoir alimenté par l’eau du Qanât d’Alep en vertu d’un droit ancien et légal ;

— une cuisine, des latrines et des droits légaux.

Cet ensemble est délimité au Sud par une rue sur laquelle donne la porte ; à l'Est par les boutiques que l’on mentionnera plus loin ; au Nord par la maison d’al-Ḥāǧǧ Ḥusayn Ǧalabī Haykal Zādah et à l’Ouest par l'iqmīm du Ḥammām al-Wasānī.

  • 8 Nahr, II, 197-198. Cette maḥalla ayant subi d’importantes destructions récentes, nous n'avons pas p (...)

16. — La totalité de la part indivise qui s’élève à quinze qīrāṭ sur un total de vingt-quatre qīrāṭ de la totalité du ḥammām connu sous le nom de Ḥammām as-Sikr. Situé dans la maḥalla de Dabbāġat al-Atīqa8 à Alep, ce ḥammām comprend, un barrānī, un wasṭānī et un ǧuwwānī.

Le barrānī comprend :/

[25] — quatre bancs en pierre (maṣāṭib), un bassin alimenté, ainsi que la chaufferie, par l’eau du Qanāt d’Alep en vertu d’un droit ancien et légal.

Le wasṭānī comprend [pour sa part] :

— deux logettes (ḫalwatayn) et un īwān avec une vasque (ǧurn) en pierre dans chacun d’eux ;

— des latrines situées dans le vestibule.

Le ǧuwwānī comprend quant à lui :

— trois logettes (ḫalāwī) et trois īwān avec une vasque en pierre dans chacun d’eux ;

— une baignoire (maġṭas), une chaufferie (ḫizāna) ;

— un īqmīm et des manāfi.

Ce ḥammām est délimité au Sud par une impasse ; à l’Est par une rue sur laquelle donne la porte ; au Nord par l'īqmīm du ḥammām et à l’Ouest par la maison d’as-Sayyid Yūsuf as-Sammān (l’épicier).

  • 9 La maḥalla as-Siyādā se trouve dans le Faubourg Nord, à l’extérieur de Bāb an-Naṣr, à l’Est de Qaṣṭ (...)

17. — La moitié indivise qui s’élève à douze qīrāṭ sur un total de vingt-quatre qirāṭ de la totalité de la maison et du jardin (ǧunayna), sis dans la maḥalla d’as-Siyādā9, à l’extérieur de Bāb an-Naṣr à Alep.

Cette maison comprend :

— unea avec trois īwān et deux alcôves (qubbatayn) ;

— une grande pièce d’habitation contiguë à laa nommée ci-dessus ; on accède à un pièce d’été (maṣyaf) par un escalier en pierre ;

— un īwān avec deux alcôves ;

— un murabba auquel on accède par un escalier en pierre ;/

— un bassin alimenté par l’eau du Qanāt d’Alep en vertu d’un droit ancien et [26] légal ; ce bassin alimente le qaṣṭal situé à la porte de la maison sus-mentionnée ;

— un puits d'eau potable, des latrines, une cuisine, une cave et une cour à ciel ouvert ;

— un jardin (ḥadīqa) avec des arbres ;

— un grand jardin (ǧunayna) dont on mentionnera les limites avec celles de la maison nommée ci-dessus. Il comprend des arbres fruitiers divers et bénéficie du droit d’être arrosé par l’eau du Quwayq.

Cette maison est délimitée au Sud par la maison du chrétien al-Azraq ; à l’Est par la maison de Bišāra aṣ-Ṣāyiġ ; au Nord par le jardin sus-mentionné et à l’Ouest par la maison d’as-Sayyid Umar Ibn Bahā’ ad-Dīn. [Quant au] jardin sus-mentionné, il est délimité au Sud par la maison nommée ci-dessus ; à l’Est par la maison d’as-Sayyid Ḥusayn aṣ-Ṣabbāg ; au Nord par la maison de la gloire de nos estimables commerçants al-ḤāǧǧAbd al-Qādir Aġā al-Amīrī et à l’Ouest par la maison / al-Ḥuǧǧa. [27]

  • 10 Musalī-Muwāṣil : natif de Mossoul, Barthélémy, 897.

18. — La totalité de la qāsāriyya connue sous le nom de Qāsāriyya Banī Mazīd. Sise dans la maḥalla de Suwayqat Alī, elle dépend du Zuqāq al-Qanāya et est dispensée des impôts dus au sultan. Cette qāsāriyya sert de logement aux habitants de Mossoul10 et d’ailleurs. Elle comprend un barrānī et un ǧuwwānī.

Le barrānī comprend un étage et un rez-de-chaussée ; l’étage se compose :

— de sept pièces (uwaṭ) et d’un kiosque (kawṣk) donnant sur la cour extérieur de la qāsāriyya.

— Le rez-de-chaussée :

— de dix pièces dont l’une s’élève au-dessus du qaṣṭal qui est alimenté par l’eau du Qanāt d’Alep en vertu d’un droit ancien et légal ;

— d’une pièce à laquelle on accède par deux marches ;

— de latrines et de manāfi.

Le ǧuwwānī comprend également un étage (fawqānī) et un rez-de-chaussée (taḥtānī) ; l’étage se compose :

— de neuf pièces ;/ [28]

— d’une écurie (āḫūr) située au sous-sol du ǧuwwānī sus-mentionné ;

— des manāfi, des marāfiq, des tawābi, des lawāḥiq et des droits légaux.

Cette qāsāriyya comprend également quatre entrepôts (ḫuzun) situés dans le barrānī sus-mentionné.

Cette qāsāriyya est délimitée dans son ensemble, au Sud par une ruelle sur laquelle donne la porte ; à l’Est par une rue ; au Nord, par la maison d’al-Ḥāǧǧ Muṣṭafā Tarlamāz ; [Cette limite] est complétée par le Ḫān al-Wazīr ; à l’Ouest, par la maison d’Ibn al-Mazīd, [limite qui] est complétée à son tour par le Ḫān al-Wazīr.

  • 11 Cette maison située dans la maḥalla al-Ṃawārdī est, en fait, limitrophe du Zuqāq Kuǧuk Kallāsa qui (...)

19. — La totalité de la maison, sise dans la maḥalla al-Māwardī dans le Zuqāq Kuǧuk Kallāsa à l’extérieur de Bāb an-Naṣr à Alep11.

Cette maison comprend dans son ensemble :

— un bayt šarqī,

— une autre pièce d’habitation au-dessus de laquelle se trouve un murabbā et au-dessous, une cave ; à côté du murabbā, une pièce d’habitation voûtée s’élève au-dessus de la rue (zuqāq) ;

— une terrasse où se trouve une pièce servant de dépôt pour le bois (bayt li-waḍal-ḥaṭab) ;

— des latrines, un puits d’eau potable, un jardin avec des arbres ;/

[29] — une cour à ciel ouvert ;

— des manāfi et des marāfiq et des droits légaux.

Cette maison est délimitée au Sud par la maison de Yāsīn Ibn aṣ-Ṣarrāf ; à l’Est par des ateliers de teinturerie ; au Nord par la maison des fils aš-Šidyāq et à l’Ouest par une rue sur laquelle donne la porte.

  • 12 Nahr, II, 413-416.

20. — La totalité de la maison, sise dans la maḥalla d’al-Almaǧī12.

Cette maison comprend dans son ensemble :

— une grande pièce d’habitation au-dessous de laquelle se trouve une cave ;

— unea à côté de laquelle il y a une petite pièce d’habitation et au-dessus de cette dernière un murabbā auquel on accède par un escalier en pierre ;

— un autre escalier en pierre qui conduit à une pièce d’été (maṣyaf) de la maison ;

— une cuisine contenant un puits, des latrines, une cour à ciel ouvert et des droits légaux.

  • 13 Ce titre pouvait désigner dans l’empire ottoman des fonctions administratives et militaires différe (...)

Cette maison est délimitée au Sud par la maison d’al-Ḥāǧǧ Umar al-Bābī ; à l’Est par une rue sur laquelle donne la porte ; au Nord par les boutiques d’as-Sayyīd Abd ar-Razzāq Ǧalabī al-Uṭmānī ; [cette limite] est complétée par la maison d’al-Bāzir Bāšā et à l’Ouest par la maison de Yūsuf Aġā successeur du katḫudā13 Muṣṭafa Aġā, ancien gouverneur de Jedda. /

  • 14 La Bawwābat Banīal-ᶜUgaymī est une impasse située à l'Est de Suwayqat ᶜAlī et de tracé parallèle à (...)

21. — La totalité de la qāsāriyya située dans la Bawwābat Banī al-Uǧaymī14 [30] de la maḥalla de Suwayqat Alī. Cette qāsāriyya qui fait partie du Zuqāq al-Qanāya comprend :

— quatre chambres (masākin) ;

— une cour à ciel ouvert, des latrines ;

— des manāfi et des droits légaux.

Cette qāsāriyya est délimitée au Sud, par la maison d’as-Sayyid Saūdī Ǧalabī ; [cette limite] est complétée par la mosquée du constituant sus-nommé ; à l’Est par une impasse sur laquelle donne la porte ; au Nord par la maison du parangon des hommes vertueux et généreux, Umar Efendī al-Labaqī ; [limite qui] est complétée par la maison de Abd ar-Raḥman al-Qānūnī et à 1 Ouest par la teinturerie (maṣbaġa) que l’on mentionnera plus loin.

  • 15 Nahr, II, 234-275.
  • 16 al-Ḥāǧǧ Alī al-Kūlih est un affranchi d'al-Ḥāǧǧ Mūsā. Mort avant ce dernier, il lui a légué la mai (...)

22. — La totalité de la part indivise qui s’élève à treize qīrāṭ et demi sur un total de vingt-quatre qīrāṭ de la totalité de la maison sise dans la maḥalla de Suwayqat Ḥātim15 dans la ville bien gardée d’Alep. Connue sous le nom de / Banī az-Zahrā’, elle a été légalement reçue en héritage d’al-Ḥāǧǧ Alī [31] al-Kūlih16.

Cette maison comprend dans son ensemble :

— un īwān avec deux alcôves (qubbatayn) ;

— une a avec trois īwān à côté de laquelle se trouve une pièce d’habitation et au-dessus de celle-ci, un murabbā auquel on accède par un escalier de pierre.

— un cellier, une cuisine, des latrines et une cave ;

— deux jardins avec des arbres, un bassin alimenté par l’eau du Qanāt d’Alep en vertu d’un droit ancien et légal ;

— une citerne (ṣihrīǧ) alimentée par l’eau du bassin.

Cette maison est délimitée au Sud par une impasse, à l’Est par la maison d’al-Ḥāǧǧ Ḥasan Ǧalabī Amīr que l’on a précédemment mentionnée ; au Nord, par la maison Banī Zahrā’ et à l'Ouest par la rue sur laquelle donne la porte.

23. — La totalité de la part indivise qui s’élève à vingt et un qīrāt de la totalité [32] de la bardaḫḫāna. C’est une manufacture (karḫāna) / destinée à lustrer des étoffes. Sise dans la maḥalla de Suwayqat Alī, dans le Zuqāq Banī al-Uǧaymī, elle est rattachée au Zuqāq al-Qanāya sus-mentionné. Elle comprend ;

— deux īwān placés en vis-à-vis, l’un d’eux comportant deux alcôves (qubbatayn) ;

— deux autres alcôves ;

— deux pièces (ūṭatayn) et une cour avec un bassin alimenté par le Qanāt d’Alep en vertu d’un droit ancien et légal. A l’intérieur de cette bardaḫḫāna, il y a une cour à ciel ouvert avec un jardin, des latrines (ṭahāra) et un réservoir alimentant le bassin sus-mentionné ;

— un escalier en pierre conduisant à la terrasse de la bardaḫḫāna.

Celle-ci est délimitée au Sud par la qāsāriyya du Ḫān al-Wazīr ; à l'Est par le Zuqāq al-Ugaymī sur laquelle donne la porte ; au Nord par la maison d'as-Sayīd Saūdī Ǧalabī et à l’Ouest par la mosquée fondée par le constituant.

  • 17 Les limites de ce quartier sont mal définies ; situé à l’Est du Faubourg Nord, il est mitoyen avec (...)

[33] 24. — La totalité de la qāsāriyya sise dans la maḫalla de Qaṣṭal Ašūr17 / dans la ville protégée d’Alep. Destinée au tissage d’étoffes variées, cette qāsāriyya comprend un étage et un rez-de-chaussée.

L’étage comprend dix pièces (uwaṭ), [quant au] rez-de-chaussée, il comprend :

— dix pièces [également] ;

— une pièce destinée au logement du ūṭā bāšī ;

— un puits et deux latrines ;

— deux escaliers en pierre ;

— des manāfi, des marāfiq et des droits légaux.

Cette qāsāriyya est délimitée au Sud par la maison d'al-Ḥāğğ Aḥmad Ibn Abd al-Ḫāliq as-Sammān ; à l’Est par la maison d’lbrāhīm Aġā al-Arbikīrlī ; [cette limite] est complétée par la maison de Kurğī Sulaymān Aġa et au Nord par la qāsāriyya de Sulaymān Aġa nommé ci-dessus.

  • 18 Nahr, II, 365-368.

25. — La totalité de l’atelier (dukkān) sis à l’intérieur de Bāb al-Maqām18 et destiné au tissage des étoffes. Situé sur le côté est, cet atelier est délimité au Sud par l’écurie de Bākir Efendī, traducteur au sérail d’Alep ; à l’Est et au Nord par la maison de / Umar Ğalabī al-Utraqğī, et à l’Ouest par une rue sur [34] laquelle donne la porte.

  • 19 La maalla Šarīᶜatlī se trouve dans le Faubourg Nord, elle constitue un sous-quartier dans la parti (...)

26. — La totalité de la qāsāriyya, sise dans la maḥalla de Šarī’atlī19 à l’extérieur de Bāb an-Naṣr à Alep. Connue sous le nom de Qāsāriyyat al-Ḥumṣānī, elle comprend un étage et un rez-de-chaussée.

Le rez-de-chaussée comprend :

— douze pièces (ūṭa) ;

— une autre pièce située entre le barrānī et le ğuwwānī de la qāsāriyya sus-mentionnée ;

— une autre pièce [encore], à laquelle on monte par trois marches en pierre et qui est destinée au logement du ūṭā bāšī.

  • 20 Si muzayyik dérive bien de la racine zayyaka, comme nous le supposons, le corps de métier dont il s (...)
  • 21 D’après Barthélémy, il s’agit d’un « nom ethnique désignant une population chrétienne, d’origine in (...)

Cette qāsāriyya est délimitée au Sud par la maison d’as-Sayyīd Anbiyā, Šayḫ du corps de métier des muzayyikīn20 ; [cette limite] est complétée par la maison de chrétiens Basārina21 ; à l’Est, où se trouve la porte, par les boutiques al-Qarqalār ; au Nord par la mosquée Šayḫ Ğākir ; [limite qui] est complétée par une rue et à l’Ouest par l’entrepôt d’Ibn Ḥaṭab ; [limite] complétée par la maison du chrétien Ibn an-Nağm./

  • 22 La maḥalla de Qaṣṭal al-Ḥaramī se trouve dans le Faubourg Nord, Gazī, Nahr, II, 420-423.

[35] 27. — La totalité de la Qāsāriyya al-Ğadīda sise dans le Zuqāq al-Ḫān dépendant de la maḥalla du Qaṣṭal al-Ḥaramī22 à Alep. Cette qāsāriyya comprend un étage (fawqānī) et un rez-de-chaussée (taḥtānī).

Le rez-de-chaussée comprend :

— treize pièces, comme l’étage auquel on monte par un escalier en pierre ;

— deux latrines ;

— un puits d’eau potable ;

— une cour à ciel ouvert avec une boutique (dukkān) destinée au logement du ūṭā bāšī ;

— des manāfi et des droits légaux.

  • 23 « Ḥikr est l’équivalent de ḥikr en Egypte et d'inzāl à Tunis. Il désigne le contrat règlant la loca (...)

Cette qāsāriyya est délimitée au Sud par une rue sur laquelle donne la porte ; à l’Est par les maisons du waqf du Šayḫ Takiyya Qarqalār, au Nord par le jardin (Ğunayna) al-Šayḫ Abd al-Qādir Efendī ad-Dayrī et à l’Ouest par les boutiques du constituant. Pour le terrain qu’elle occupe, un loyer (ḥikr)23 de deux piastres doit être versé chaque année au Sayyīd Sālim aṭ-Ṭarabīšī.

  • 24 Il faut sans doute comprendre que le hammam occupait l’emplacement d’un ancien tell.

28. — La totalité de la qāsāriyya située face au Ḥammām ‘Alī et qui, à [36] l’origine, était / un tell24 ; sise dans le Zuqāq al-Qanāya, elle est exonérée d’impôt mais est redevable pour son terrain d’un loyer (ḥikr) dont le montant est connu ; cette qāsāriyya est destinée au tissage d’étoffes variées.

Elle comprend :

— un étage et un rez-de-chaussée. Le rez-de-chaussée comprend quinze ateliers (dukkān) et l’étage dix-sept ; on monte à celui-ci par deux escaliers en pierre ;

— une pièce destinée au logement du ūṭā bāšī ;

— deux latrines et un puits.

Cette qāsāriyya est délimitée au Sud par une rue sur laquelle donne la porte ; à l’Est par le Ḫān aṣ-Ṣaġīr que l’on a précédemment mentionné et qui fait partie du waqf ; au Nord par la maison du constituant sus-nommé ; [cette limite] est complétée d'une part par la qāsāriyya de Waḍğa Ḫānum, épouse de Yūsuf Bāšā et d’autre part par la petite mosquée située dans la maḥalla de Dabbāġat al-Atīqa.

29. — La totalité de la qāsāriyya sise dans le Zuqāq al-Qanāya / à Alep. Cette [37] qāsāriyya comprend un barrānī et un ğuwwānī. Le barrānī comporte un étage et un rez-de-chaussée.

Le rez-de-chaussée se compose :

— de onze pièces destinées au tissage des étoffes ou au filage ;

— d’une pièce destinée au logement du ūṭā bāšī et d’un petit entrepôt, l’étage :

— de seize pièces servant de logement (ūṭā muaddāt lil-saknī) et auxquelles on accède par un escalier en pierre ;

— deux latrines ;

— des manāfi et des droits légaux.

Quant au ğuwwānī, il comporte :

— huit pièces destinées au tissage des étoffes et à la filature,

— un puits alimenté par l’eau du Qanāt d’Alep en vertu d’un droit ancien et légal ;

— des manāfi et des droits légaux.

Cette qāsāriyya est délimitée au Sud par la maison d’as-Sayyīd Uṯmān Ibn aš-Šayḫ Muṣṭafa ; [cette limite] est complétée par la maison de Ḫalīl Aġā ; à l’Est par une rue sur laquelle donne la porte de la qāsāriyya ; au Nord par une rue ; [cette limite] est complétée [à son tour] par la maison d’Aḥmad Aġā et de Uṯmān Aġā et à l’Ouest par une impasse.

  • 25 Nahr, II, 196-197 ; Ṭabbāh, I lām, III, 530.

30. — La totalité d’un ḥammām / qui est encore fréquenté et en fonction, sis [38| dans la maḥalla de Suwayqat Alī sus-mentionnée. Ce ḥammām est connu sous le nom de Ḥammām al-Wāsānī25 et se trouve à proximité du tribunal chafiite précédemment signalé. Il comprend :

— un barrānī avec un bassin alimenté par l’eau du Qanāt d’Alep en vertu d’un droit ancien et légal ;

— des bancs en pierre (maṣāṭib).

— Ce barrānī communique avec un autre barrānī pourvu également de bancs en pierre ;

— un wasṭānī comportant quatre vasques en pierre, deux logettes (ḫalwatayn) et deux īwān ;

— un ğuwwānī avec quatre logettes (ḫalāwī) ; trois d’entre elles comprennent une vasque en pierre et la quatrième une baignoire pour l’eau froide ;

— trois īwān avec une vasque en pierre dans chacun d’eux ;

— une baignoire pour l’eau chaude alimentée par l’eau de la chaufferie (ḫizāna) ;

— un iqmīm, des manāfi et des droits légaux.

Ce ḥammām est délimité au Sud par une rue sur laquelle donne la porte du [39] ḥammām et de l'iqmīm sus-mentionné ; à l’Est / par la maison donnée en waqf que l’on a précédemment mentionnée ; au Nord par la maison d’al-Ḥāğğ Ḥusayn Ğalabī Haykal et à l’Ouest par la maison d’al-Ḥāğğ Ismā’īl al-Ḫarrāṭ ; [limite qui] est complétée par la maison d’al-Ḥāğğ Ḫalīl al-Maarrī...

Suivent ici l’énumération et la description de seize jardins et vignobles... (pages 39, ligne 3-page 51, ligne 8).

  • 26 Le Zuqāq ᶜAbd ar-Raḥīm se trouve dans le Faubourg Nord, Nahr, II, 459-460.

47. — La totalité d’une teinturerie (maṣbaġa) sise dans le Zuqāq Abd ar-Raḥīm26 à l’extérieur de Bāb an-Naṣr. Destinée à la teinture de la soie en rose (ḥarir al-wardī), cette teinturerie comprend :

— un fourneau (uğāq) sans cuve ;

— trois cuves en cuivre (dusūt) ;

— onze réservoirs (ḥawāṣil) destinés à la teinture ;

— un puits d’eau claire. /

[52] Elle comprend aussi une meule (adasa) destinée à piler les diverses matières tinctoriales.

Cette teinturerie est délimitée au Sud par une impasse sur laquelle donne la porte ; à l’Est par une rue ; au Nord par la maison de Mīrğān aṣ-Ṣabbāġ ; [cette limite] est complétée par la teinturerie de Salqayn Baykī et à l’Ouest par le couloir d’entrée [de la maison] d’Amīrgān, (sic) ci-dessus nommé.

48. — La totalité d’une teinturerie (maṣbaġa) sise dans le sūq de la maḥalla de Suwayqat Alī à proximité du café Nūr al-Ayn à Alep. Destinée à la teinture de la toile en bleu (ḫām al-azraq), cette teinturerie est occupée par Ibn al-Ḥāğğ Šāhīn aṣ-Ṣabbāġ.

Elle comprend :

— de nombreuses jarres (ḫawābī) ;

— un puits et une vasque en pierre.

Elle est délimitée au Sud par l’écurie du Ḫān al-Awāğ du constituant sus-nommé ; à l’Est par les boutiques de Sitt Ḫadiğa, fille du Šayḫ Muḥammad Efendī ; au Nord par une rue sur laquelle donne la porte et à l’Ouest par les boutiques / appartenant au waqf az-Zaynabiyya. [53]

49. — La totalité de la boutique (dukkān) située sur le côté est du sūq de la maḥalla de Suwayqat Alī, destinée à la fabrication des sucettes (maṣṣāṣāt) et contigüe à la teinturerie signalée plus haut ; dans cette boutique est installé al- Ḥāğğ Muḥammad al-Maṣṣāṣāti.

Elle est délimitée au Sud par la teinturerie, à l’Est par les boutiques de Sitt Ḫadīğa ; au Nord par le sūq sur lequel ferme la porte (iġlāq) et à l’Ouest par le vestibule de la teinturerie.

  • 27 Ḫilw est l’équivalent de ce qu’on appelle en Egypte Gedik après 1700. D’après A. Raymond, ḫilw étai (...)

50. — La totalité du ḫilw27 légal de la boutique sise sur le côté ouest du süq de la maḥalla du Suwayqat Alī à Alep ; elle est contiguë au Ḫān al-Awağ signalé plus haut et est redevable pour son terrain, d’un quart de piastre par an au profit du waqf Banī Ḥaṭab. C’est une épicerie (samāna).

Elle est délimitée au Sud par une rue ; à l’Est par le ḫān ci-dessus mentionné ; au Nord par les boutiques d’Ibn al-Kattānğī / et, à l’Ouest par le sūq sur lequel [54] ferme la porte (iġlāq).

51. — La totalité du four (furn) spécialisé dans la cuisson du pain (al-ḥaṣawī) et connu à l’origine comme ṭābūna. Il est équipé d’un foyer (bayt nār).

  • 28 « Al-Ḥulwānī » : contrairement à ce que le texte indique, on ne retrouve aucune mention, plus bas, (...)

Il est délimité au Sud par la boutique « al-Ḥulwānī »28 que l’on mentionnera plus loin, à l’Est par le sūq sur lequel donne la porte ; au Nord par la boutique du maraîcher (dukkān al-ḫuḍarī) appartenant au waqf ad-Daliwātī et à l’Ouest par le Ḫān al-Kabīr que l’on a précédemment mentionné.

52. — La totalité de la boutique située entre le four et le sabīl du constituant sus-nommé. C’est une boutique de barbier (ḥilāqa) sise sur le côté est du sūq de la maḥalla de Suwayqat Ali.

Elle est délimitée au Sud par le sabīl qui est contigu à la porte du Ḫān al-Kabīr ; à l’Est par le sūq sur lequel ferme la porte (iġlāq) ; au Nord par le four et à l’Ouest par le ḫān sus-mentionné.

[55] 53. — La totalité des deux boutiques contiguës, / sises sur le côté est de la maḥalla de Suwayqat Alī, l’une destinée à la vente du café (bayal-bunn) et l’autre étant une épicerie ; contiguës au Ḫān al-Kabīr, elles sont délimitées, au Sud par les boutiques appartenant au waqf al-Bābī ; à l’Est par le sūq sur lequel ferme la porte ; au Nord et à l’Ouest par le ḫān sus-mentionné.

54. — La totalité de la petite boutique aménagée à partir de la porte de la maison de feu Ḥusayn Efendī al-Labaqī ; sise dans la maḥalla signalée plus haut, elle est destinée à la vente du savon (ṣābūn). Elle est délimitée au Sud par la maison du waqf al-Masğid ; à l’Est par le sūq sur lequel donne la porte ; au Nord, par les boutiques du waqf al-Bābī et à l’Ouest par le Ḫān al-Kabīr.

55. — La totalité de la boutique et de l’atelier (dukkānayn) contigus, terrain et bâtiment compris, sis dans la maḥalla de Suwayqat Alī dans la ville Bien-Gardée d’Alep, l’une destinée à la vente des bâtons (qiḍbān) et l’autre à [56] la fabrication des soufflets (manāfiḫ). /Ils sont délimités au Sud par la maison d’al-Ḥāğğa Zimzim ; à l’Est par le sūq sur lequel ferme la porte (iġlāq) ; au Nord par la boutique où est installé le médecin (sakan aṭ-ṭabīb) et, à l’Ouest par la maison du waqf que l’on a précédemment mentionnée.

56. — La totalité des quatre boutiques (dakākīn) sises dans la maḥalla de Suwayqat Alī face au Ḫān al-Kabīr ; la première est une épicerie, la deuxième un commerce de savon, la troisième une droguerie (iṭāra) et la quatrième un commerce de pipes, de narguileh (ġalāyīn) et de savon.

Ces boutiques sont délimitées au Sud par le four que l’on mentionnera plus loin, à l’Est par la maison du constituant sus-nommé ; au Nord par les boutiques d’Ibn al-Bunnī et à l’Ouest par le sūq sur lequel ferment les portes.

57. — La totalité du four (furn) situé sur le côté ouest du sūq de la maḥalla de Suwayqat Alī et spécialisé dans la cuisson du pain al-kalāliza. Il comprend un foyer et des pétrins en bois (maāğin min ad-daff). Il est délimité / au Sud par [57] une impasse ; à l’Est par les quatre boutiques que l’on a précédemment mentionnées ; au Nord par la maison du constituant sus-nommé et à l'Ouest par le süq sur lequel ferme la porte.

58. — La totalité de la boutique du matelassier (dukkān al-munağğid) située sur le côté du Sūq de Suwayqat Alī et délimitée au Sud, par la boutique de la fille d’al-Ḥāğğ Qāsim Ğalabī Amīrī ; à l'Est par la teinturerie du waqf al-Qaṣṭal située face à la boutique du vendeur de torches (dukkān aṭ-ṭawwāf) dans la maḥalla sus-mentionnée ; au Nord par la maison d’aš-Šayḫ Yāsīn al-Aṭṭār et à l’Ouest par le sūq sur lequel ferme la porte.

59. — La totalité de la boutique, terrain et bâtiments compris, sise sur le côté ouest du sūq signalé plus haut. C’est un commerce de bâtons (qiḍbān) et de tabac (tūtun).

Elle est délimitée, au Sud, par la teinturerie (maṣbaġa) du constituant que l’on va mentionner ; à l’Est, par la boutique de la fille d’al-Ḥāğğ Qāsim Ğalabī ci-dessus mentionné ; au Nord, / par la teinturerie et à l’Ouest par le sūq sur [58] lequel donne la porte.

60. — La totalité de la teinturerie (maṣbaġa) située dans la maḥalla susmentionnée et comprenant :

— des jarres (ḫawābī) ;

— un réservoir pour entreposer l’eau et un puits d’eau potable.

Elle est délimitée, au Sud, par la maison d’as-Sayyīd Nimat al-Labaqī ; à l’Est, par la boutique constituée en waqf ; au Nord, par la maison de Umar Efendī ; [limite qui] est complétée par la maison située dans la Bawwābat al-Uğaymī et qui est appelée « al-Ḫarāba » (la ruine). Cette teinturerie est redevable, pour l’occupation de son terrain, de sept piastres par an au profit du waqf al-Mawāzīnī et Banī an-Nağmī.

  • 29 La Madrasa an-Nanārgiyya, actuellement détruite, occupait la parcelle 2044 du plan cadastral de la (...)

61 — La totalité de l’atelier et de la boutique contigus, de part et d’autre, à la porte de la mosquée fondée par le constituant sus-désigné et sis dans la maḥalla de Suwayqat Alī ; le premier est destiné à la fabrication des ceintures (zanānīr) en cuivre et la seconde à la vente du tabac. Ils sont délimités, au Sud par la Madrasa an-Nānarğiyya29 connue actuellement comme tribunal (maḥkama) [59] chafiite ; / à l’Est, par la maison d’as-Sayyīd Ūṯmān Ibn as-Sayyīd Nima al-Labaqī ; au Nord, par la mosquée sus-mentionnée et, à l’Ouest, par le sūq sur lequel ferme la porte.

62. — La totalité de deux boutiques contiguës, sises dans le sūq signalé plus haut, l’une spécialisée dans la vente du pain marūk et l’autre dans celle des torches (ṭawwāfa).

Elles sont délimitées, au Sud par l’estrade du tribunal chafiite et par la boutique du constituant sus-nommé ; à l'Est, par le sūq sur lequel ferme la porte ; au Nord par les boutiques du waqf al-Ādiliyya et, à l’Ouest par la maison constituée en waqf et que l'on a précédemment mentionnée.

63. — La totalité de la boutique sise dans la maḥalla de Suwayqat Alī, face au tribunal chafiite et spécialisée dans le commerce des pipes et des narguileh.

Elle est délimitée, au Sud par une rue ; à l’Est où ferme la porte, de même ; [60] au Nord, par les boutiques constituées en waqf / que l’on a précédemment mentionnées et à l’Ouest par la maison faisant partie de l’ensemble du waqf.

64. La totalité de l'atelier de teinturerie (dukkān muadda liṣ-ṣibāġa) sis à Suwayqat Alī, au-dessus duquel se trouve une partie du Ḫan aṣ-Ṣābūn. Il est redevable d’un loyer (ḥikr) annuel de deux piastres au profit du waqf de ce ḫān.

Il est délimité, au Sud, par la boutique du waqf al-Ḥāğğ Alī Amīr ; à l’Est, par le sūq sur lequel ferme la porte ; au Nord, par une rue et, à l'Ouest par le Ḫān aṣ-Ṣābūn sus-mentionné.

  • 30 Le Sūq al-ᶜIbā ou Sūq des Manteaux se trouve au Nord du Ḫān al-Farrāyyīn, à l’Est du Sūq aṣ-Ṣābūn a (...)

65. — La totalité de la boutique sise à l’entrée du Sūq al-Ibā30, terrain et bâtiment compris, destinée à la vente des bougies en cire (bayaš-šamal-aṣalī) ; elle est délimitée, au Sud par le sūq sur lequel ferme la porte ; à l’Est, par la boutique d’al-Ḥāğğ al-Arabī ; au Nord, par la propriété d’as-Sayyīd Yaḥyā Ibn al-Naqīb et à l'Ouest par le Sūq aṣ-Ṣābūn.

  • 31 Le Sūq al-Ūbariyya se trouve à l’Est du Sūq ᶜlbā, dans le prolongement de celui-ci entre le Sūq al- (...)

66. — La totalité des sept boutiques et ateliers (dakākīn) et d’un entrepôt (maḫzan) contigu, sis dans le Sūq al-Ūbariyya31 / à l’intérieur d’al-Qanṭara ; le [61] premier, au centre du sūq, est spécialisé dans la pesée des marchandises (muadda lil-qabbāniyyīn), le deuxième est connu sous le nom d’entrepôt ; ils sont redevables d'un loyer (ḥikr) annuel de dix piastres au profit du waqf du Qāḍī Šams ad-Dīn Aġā à Alep. Les autres sont destinés à la fabrication des franges (amal as-sağaqāt) et à la vente des étoffes.

L'ensemble est délimité, au Sud, par l'iqmīm du Ḥammām al-Ulabiyya à Alep ; à l’Est par le Sūq al-Farāyyīn ; au Nord et à l’Ouest, par le sūq sus-mentionné. Les trois boutiques situées sur le côté ouest sont délimitées au Sud, par l’ensemble sus-mentionné ; à l’Est par le sūq sur lequel ferment les portes ; au Nord, par la boutique du chrétien al-Ḫayyāṭ et à l’Ouest, par les boutiques du sūq du Ḫān al-Ulabiyya

  • 32 Le Sūq Abī Rukkāb ou Sūq aš-Šam est situé au Nord du Ḫān an-Naḥḥāsīn.

67. — La totalité de la part indivise qui s'élève à dix-huit qīrāṭ sur les vingt-quatre qīrāṭ de la totalité des douze boutiques / contiguës, sises sur le côté [62] nord du Sūq Abī Rukkāb32 et destinées à la vente des étoffes.

  • 33 Le fait que les waqfiyya indiquent que les biens immobiliers ne peuvent être ni vendus ni échangés (...)

Elles sont délimitées au Sud, par une rue sur laquelle ferment leurs portes ; à l’Est par les boutiques du sūq signalées plus haut ; au Nord, par l’arrière du sūq as-Saqaṭiyya et à l’Ouest par les boutiques de Banī l-Qarna qui furent acquises par échange33.

  • 34 Ce Sūq appelé aussi Sūq des brocanteurs est au Nord du Sūq aš-Šām et parallèle à lui.

68. — La totalité de la boutique destinée à la vente de viande grillée (laḥm al-mašwī) et appelée « al-ulwān » ; elle est située sur le côté sud du sūq as-Saqaṭiyya34.

Elle est délimitée au Sud, par les boutiques constituées en waqf dans le Sūq Abī Rukkāb ; à l’Est, par la boutique ar-Rāwwās ; au Nord, par le sūq sus-mentionné sur lequel ferme la porte et à l’Ouest par la boutique d’as-Sayyid Nimat al-Aqmāwī.

69. — La totalité de la boutique sise également dans le Sūq as-Saqaṭiyya ; située sur le côté nord, elle est destinée à la vente du pain (bayal-ḫubz). Elle [63] est redevable / d’un loyer (ḥikr) de quatre piastres par an au profit du waqf de la mosquée Bakarğī à Alep.

Elle est délimitée au Sud, par le sūq ci-nommé sur lequel ferme la porte ; à l’Est, par la propriété d’as-Sayyīd Abd ar-Razzāq Ğalabī al-Uṯmānī ; au Nord, par le Sūq at-Takğiyya et, à l’Ouest, par la boutique où est installé l’épicier (dukkān sakan as-sammān).

  • 35 Le Sūq des cordes, connu à l'époque de Nour ad-Dīn sous le nom de « Sūq des Fripiers » (s. al-Bazz (...)

70. — La totalité de la boutique, terrain et bâtiment compris, située sur le côté sud du Sūq al-Ḥabbālīn35 et destinée à la vente des cordes.

Elle est délimitée au Sud par le Sūq al-Ḥawr ; à l’Est, par les boutiques du sūq sus-nommé ; au Nord, par une rue sur laquelle ferme la porte et, à l’Ouest, par les boutiques du sūq.

  • 36 Le Sūq al-Hawā, Sūq du Vent, est situé au Sud du Hān al-Abrāk, Sauvaget, Alep, 170 et no 688.

71. La totalité de la boutique, terrain et bâtiment compris, située sur le côté sud du Sūq al-Hawā36 ; c’est une boucherie (qaṣāba).

Elle est délimitée, au Sud, par le « Vieux Ḫān » qui était appelé « Ḫān al-Ğūra » ; à l’Est par la boutique du Parangon des savants érudits, du guide des maîtres épris d’exactitude, notre Seigneur as-Sayyīd Efendī aṭ-Ṭarābulsī, / ancien muftī d’Alep ; [limite qui] est complétée par la boutique d’Ibn Ġannām ; [64] au Nord, par une rue sur laquelle ferme la porte et à l’Ouest par la rôtisserie (dukkān aš-šawwā) appartenant au waqf du vizir décédé, l’ancien grand vizir Aḥmad Bāšā

72. — La totalité de la boutique sise également dans le Sūq al-Hawā, sur le côté nord et destinée à la vente du pain marūk. Elle est redevable, pour son terrain, d’un loyer (ḥikr) de deux piastres par an au profit du waqf de la mosquée al-Badrī qui est située à l’intérieur de Bāb Anṭākia.

Elle est délimitée au Sud par une rue sur laquelle donne la porte ; à l’Est, par la boutique du Parangon des Seigneurs généreux, la figure de proue des plus hauts dignitaires, le seigneur illustre, son Excellence as-Sayyīd Muḥammad Efendi Ṭaha Zādah, ancien Qāḍī à Izmir et actuellement Naqīb à Alep ;au Nord, par la mosquée al-Kamāliyya et, à l’Ouest, par la droguerie de Šayḫ Yāsīn.

  • 37 Nahr, II, 331-332.
  • 38 Le quartier de Bānqūsa à l’extérieur de Bāb al-Ḥadīd appartient au Faubourg Nord-Est ; sur la forma (...)

73. — La totalité de la boutique sise dans la maḥalla Ibn Yaqūb37 à Bānqūsā38. / Elle est destinée à l’exercice de la médecine (muaddat [65] liṭ-ṭibāba). Elle est située au haut du Qaṣṭal al-Ğawīš et est redevable pour son terrain d’une piastre par an au profit du waqf du Qaṣṭal sus-mentionné.

Elle est délimitée au Sud, par l’escalier du Qaṣṭal ; [cette limite] est complétée par le sūq sur lequel ferme la porte ; à l’Est, par la boutique du barbier appartenant à as-Sayyīd Ḥasan Ğalabī al-Ğawbī ; au Nord par la maison al-Kalā al-Qaṭṭān et à l’Ouest par une rue.

74. — La totalité de deux teintureries (dukkānayn... muaddatān lil ṣibāġa) contiguës et sises dans le petit sūq (Sūq aṣ-Ṣaġīr) à Bānqūsā.

Elles sont délimitées au Sud, par le waqf Akūz Muḥammad Bāšā ; [cette limite] est complétée par le tribunal (maḥkama) ; à l’Est, par la maison du waqf Ḫawāğa Baṣal ; au Nord, par la boutique du waqf Ṣārī Abd ar-Raḥman Bāšā et à l’Ouest, où se trouve la porte, par une rue.

Ces deux teintureries comprennent chacune :

— un puits d’eau potable ;

— et des réservoirs.

  • 39 Aqyūl : quartier du « chemin blanc », situé à l’Est du Faubourg Nord, est annexé à Banqūsā par Sauv (...)

75. — La totalité du madār (moulin) sis dans la maḥalla Aqyūl39 à Alep, et comprenant :

  • 40 Compte tenu des différents éléments du madār, cette pierre devait être la pierre dormante. Si cette (...)

— une pierre40 en fonction (ḥağar āmir, dā'ir), /

[66] — une meule (adasa)

— une pièce réservée au tamisage (bayt minḫal) à laquelle on accède par un escalier en pierre,

— une écurie et des jarres pour l’amidon ;

— un réservoir d’eau ;

— un puits d’eau potable ;

— des manāfi et des droits légaux.

76 — Avec la totalité de l’atelier (dukkān) située entre le madār et la porte de celui-ci et destiné au tissage de la soie.

77. — Avec la totalité de trois ateliers contigus situés au-dessus du madār et destinés au tissage des étoffes.

On accède à ces boutiques par un escalier en pierre à partir de la porte du madār sus-mentionné.

78. — Avec la totalité de trois atelier et boutiques contigus, situés dans la maḥalla sus-mentionnée et accolés au côté ouest du madàr ; le premier est une filature (fatāla), la deuxième une épicerie et la troisième une boucherie.

  • 41 La lecture de ce mot est incertaine. Nous avons opté pour celle de ᶜatīq (affranchi) qui correspond (...)

Cet ensemble avec le madār est délimité au Sud, par les boutiques d'al-Ḥāğğ Alī al-Kūlih, affranchi41 d’al-Amīrī ; [cette limite] est complétée par la maison / du chrétien Ğabbār ; à l’Est, par la maison du chrétien Nima ; au Nord, par la [67] maison du chrétien Ibn Dīb ; [limite qui] est complétée [à son tour] par les boutiques d’al-Ḥāğğ Muḥammad al-Kattānğī (fabriquant de lin) ; à l’Ouest, par une rue sur laquelle ferment les portes. Ils sont redevables, pour leur terrain, de trois piastres par an au profit du waqf de la mosquée Aqyūl.

79. — La totalité de la petite boutique sise sur le côté nord du sūq de la maḥalla de Qaṣṭal al-Ḥaramī et destinée à la vente du tabac.

Elle est délimitée, au Sud, par une rue sur laquelle donne la porte ; à l’Est et au Nord, par le four et à l’Ouest par la rôtisserie (dukkān aš-šawwā) que l’on va mentionner.

80. — la totalité de la boutique sise dans le sūq signalé plus haut ; c’est une rôtisserie (šiwāyā) pourvue de deux portes.

  • 42 Sur cette Madrasa et le waqf qui lui est voué, v. Nahr, II, 52, 58 ; Iᶜlām, VII, 67-83. L'étude de (...)

Elle est délimitée au Sud, par une rue sur laquelle ferment les portes ; à l’Est, par la boutique du waqf de la Madrasa al-Aḥmadīyya fondée par notre Seigneur et maître, le plus magnanime des Seigneurs, son Excellence as-Sayyīd al-Ḥāǧǧ / Aḥmad Efendī42, ancien Qāḍī à Jérusalem ; au Nord, par le waqf [68] des maisons du Šayḫ al-Qarqalār et, à l’Ouest, par les boutiques du constituant sus-mentionné, qui seront décrites plus loin et qui font partie de biens constitués en waqf.

81. — La totalité des trois boutiques contiguës, terrain et bâtiment compris, sises dans le sūq sus-mentionné. Dans la première, est installé le marchand de tabac, dans la deuxième, Muṣṭafa Lu’lu’ et l’on vend de la kunāfa dans la troisième.

  • 43 Nahr, II, 388.

Elles sont délimitées au Sud par une rue sur laquelle ferment les portes ; à l’Est et au Nord, par le waqf de la Takiyyat al-Qarqalār43 ; à l’Ouest, par les bancs du café (maṣāṭib al-qahwa) ; [cette limite] est complétée par les boutiques du constituant et par la Qāsāriyya al-Ǧadīda, que l’on a mentionnée plus haut.

  • 44 Tout en se trouvant dans le bâtiment de la qāsāriyya, ces boutiques et ateliers donnent directement (...)

82. — La totalité des trois boutiques et atelier aménagés44 dans la Qāsāriyya [69] al-Ǧadīda, et situés sur le côté nord du sūq du Qaṣṭal al-Ḥaramī ; / la première est une boutique de barbier, la deuxième une épicerie et la troisième une menuiserie (niǧāra).

Ils sont délimités au Sud par le sūq sur lequel ferment les portes ; à l’Est, par les boutiques du constituant sus-mentionné et à l’Ouest, par les boutiques du constituant que l’on va décrire.

83. — La totalité des trois boutique et ateliers contiguës, sis dans le sūq sus-mentionné ; la première est un commerce de charbon (bayal-faḥm) ; le deuxième est une menuiserie et le troisième est une fabrique de chaussures (maddāsāt)/.

Ils sont délimités au Sud par le sūq signalé plus haut, sur lequel ferment les portes ; à l’Est, par les boutiques et les ateliers constitués en waqf que l’on a mentionné plus haut ; au Nord, par la Qāsāriyya al-Ǧadīda et, à l’Ouest, par le Zuqāq Qabr aṣ-Ṣaġīr (rue du petit cimetière).

  • 45 Qaṣṭal al-Akrād : quartier des Kurdes, Nahr, II, 449-450 ; Sauvaget, Alep. no 658.

84. — La totalité de la boutique sise dans le sūq de la maalla de Qaṣṭal al-Akrād45 et destinée à la vente du bois (aṭab) et du charbon (faḥm).

Elle est délimitée au Sud, par la boutique d’as-Sayyīd Ḥasan Ǧalabī al-Ḥamawī ; à l’Est, par une rue sur laquelle ferme la porte ; au Nord, par la [70] même rue ; [limite qui] est complétée par la maison du waqf / de la mosquée Šaraf ; mêmes limites à l’Ouest.

  • 46 Ṣayih al-Ǧadīda correspond évidemment au quartier de Ǧudayda dans le Faubourg Nord, Sauvaget, Ᾰlep,(...)

85. — La totalité des trois boutiques et atelier contigus, sis à Ṣāyiḥ al-Ǧadīda46 ; la première est occupée part le barbier (ḥallāq), la deuxième est un atelier de dévidoir (kuwīfātī) et dans la troisième est vendu ce qui est utile aux prêtres (ḥawāyiğ al-kahana).

Ils sont délimités au Sud par une rue sur laquelle ferment les portes ; à l’Est par la maison d’al-Ḥāğğ Abd al-Ḥay Ǧalabī et par sa teinturerie (mabaġa) ; à l’Ouest, par une rue.

  • 47 La Bawwābat Butrus est un quartier compris entre le Zuqāq al-Muballaṭ et la Sāḥat at-Tanānīr. La ru (...)

86. — La totalité de deux boutiques contiguës, sises à proximité de la Bawwābat Buṭrus47 ; la première est une épicerie, la seconde, un commerce de soie. Au-dessus, se trouve un atelier spécialisé dans le tissage des étoffes.

Cet ensemble est délimité, au Sud, par la boutique d’al-Ḥāǧǧ Maḥmūd Ǧalabī et d’Ibn Ġannām ; à l’Est, par la teinturerie de la Fierté des seigneurs généreux, la figure de proue des plus hauts dignitaires, sa Haute Seigneurie, as-Sayyīd Muḥammad Efendī Ṭaha Zādah, ancien Qāḍī à Izmir et actuellement Naqīb à Alep ; au Nord, par la boutique du waqf as-Sabīl constitué en waqf / par al-Ḥāǧǧ Alī al-Kūlih al-Amīrī, à côté de laquelle se trouve la porte [71] permettant d’accéder à la boutique de l’étage et, à l’Ouest, par une rue sur laquelle ferment les portes.

  • 48 D’après E. Fagnan, qui cite Kremer (Beiträge Z. ar. Lexik., tirage à part des Sitbzb, de l’Ac. de V (...)

87. — La totalité des deux ateliers sis à proximité de Maqām al-Ḫiḍr — la paix soit sur lui et sur notre descendance — ; dans l’un est installé le fabriquant de sandales (sakan al-naᶜᶜāl) et dans le second, le qulaqğī48.

Ils sont délimités au Sud, par la boutique d’Ibn al-Ǧawbī ; à l'Est et au Nord, par la muraille (sūr) al-Sulṭānī ; et à l’Ouest, où ferment les portes, pareillement.

88. — La totalité de la boutique sise à l’intérieur du sūq de Bāb an-Naṣr et destinée à la vente du tabac. Elle est accolée au café de feu le vizir Aḥmad Bāšā, connu sous le nom de Qahwat al-Uğaymī.

Elle est délimitée au Sud et à l’Est, par le café sus-mentionné ; au Nord, par la boutique du waqf al-Ādiliyya Baykī et, à l’Ouest, par une rue sur laquelle donne la porte.

  • 49 Nahr, II. 156-177.

[72] 89. — La totalité de la boulangerie (ābūna) sise à l’intérieur du sūq / de Bāb an-Naṣr49 à Alep et dont la porte est accolée au sabīl de la Qāsāriyyat al-Aǧamī. C’était à l’origine une teinturerie couverte en bois.

Cette boulangerie comprend :

— quatre pétrins en bois (maāǧin min ad-daff) ;

— un foyer et un puits d’eau potable ;

A l’intérieur de cette boulangerie se trouve un escalier en pierre permettant d’accéder à la terrasse.

Elle est délimitée au Sud, par les boutiques de Aṭallāh Muḥammad Ibn al-Ǧābī et par le four du Parangon des savants illustres, le Guide des maîtres honorables, de son Excellence as-Sayyīd Muḥammad Efendī aṭ-Ṭarabulsī ; à l’Est, par la Qāsāriyyat al-Aǧamī sus-mentionnée ; au Nord, par le sabīl et le vestibule de la qāsāriyya ci-dessus mentionnée et, à l’Ouest, par une rue sur laquelle ferme la porte.

  • 50 Nahr, II, 176.

90. — La totalité des trois boutiques sises à l’intérieur du sūq de Bāb an-Naṣr dans la ville Bien-Gardée d’Alep, à proximité du Ḥammām al-Qāḍī, face à la [73] mosquée al-Maṣmārī50 ; la première est un commerce / de pipes et de narguileh, la deuxième de sanbūsik et la troisième de tabac.

  • 51 La mosquée de ar-Ridā'iyya, aujourd'hui Ǧāmiᶜal-ᶜUṯmāniyya du nom de son fondateur ᶜUṯmān Bāšā. Nah (...)

Elles sont délimitées, au Sud, par une rue où se trouve la porte de la Qāsāriyyat al-Ġurbān ; à l’Est, par une rue sur laquelle ferme la porte ; au Nord, par la boutique appartenant au waqf de la mosquée ar-Riḍā’iyya51 à Alep et, à l’Ouest, par la Qāsāriyyat al-Gurbān évoquée plus haut.

91 — La totalité de la petite boutique située dans le sūq sus-mentionné, face aux trois boutiques précédemment décrites. C’est un commerce de soie.

Elle est délimitée, au Sud par la boutique où est installé as-Saklāwī ; à l’Est, par la mosquée al-Maṣmārī ; au Nord, par la boutique de sa Haute Eminence, son Excellence as-Sayyīd Muḥammad Efendī aṭ-Ṭarābulsī, ancien Muftī d’Alep et à l’Ouest, par une rue sur laquelle ferme la porte.

92. — La totalité des trois boutiques contiguës, sises dans le sūq de Suwayqat Alī, face à la Madrasat al-Qaṭmāwīyya, à proximité d’al-Ǧāmiǧiyya ; la première est destinée à la vente des sabots (qabāqib), la deuxième est une boutique de barbier / et la troisième un commerce de ceintures en cuivre. Elles [74] sont redevables, pour leurs terrains, d’un loyer (ḥikr) d’une piastre par an au profit du Ḫawāǧa Bākīr Ibn Ḥaṭab.

Elles sont délimitées, au Sud, par les boutiques d’al-Ǧāmiǧiyya qui est en possession d’as-Sayyīd Muṣṭafā al-Anbarǧī ; à l’Est, par une rue sur laquelle donne la porte ; au Nord, par la boutique du waqf Ibn al-Bābī et par la Qāsāriyyat al-Arab et à l’Ouest, par la maison de Ṭaha Zādah.

93. — La totalité de la petite boutique située en face du Ḫān Qurṭ Bey sur le même côté que les boutiques précédemment mentionnées, qui comptent parmi les biens constitués en waqf ; c’est un commerce de tabac.

Elle est délimitée au Sud, par une rue sur laquelle ferme la porte ; à l’Est, également par une rue ; au Nord, par la boutique du potier (al-fāḫūrī) qui est la propriété d’as-Sayyīd Muṣṭafā Ibn al-Anbarǧī et à l’Ouest, par l’épicerie du Parangon des savants érudits, du Guide des maîtres épris d’exactitude, as-Sayyīd Muḥammad Efendī aṭ-Ṭarābulsī. [75]

94. — La totalité de la adasa sise dans la maḥalla de Suwayqat Alī sus-mentionnée et où est installé Aslān al-Addās.

Elle comprend une meule (adasa) destinée à broyer la garance (fuwwat).

Elle est délimitée, au Sud, par une rue sur laquelle donne la porte ; à l’Est, par les adasāt du waqf Banī 1-Addās ; au Nord, par la mosquée, et, à l’Ouest, également par les adasāt de Banī 1-Addās ci-nommé.

  • 52 Sauvaget, Alep, 78, n. 218 ; Nahr, II, 7-8.

95. — La totalité de la boutique destinée à la vente du charbon et sise à l’extérieur de Bāb al-Ǧinān52, à proximité du pont (ǧisr).

Elle est délimitée, au Sud, par le Ḫān al-Ǧūra ; à l’Est, par la boutique de Aṭallāh al-Ǧābī ; au Nord, par une rue sur laquelle ferme la porte et à l’Ouest, par la boutique d’Ibn Zaydān.

  • 53 Une incertitude subsiste quant à la localisation de la maallat aṣ-Ṣūfā. D’après le texte, elle se (...)

96. — La totalité de l’atelier sis dans la maḥalla d’aṣ-Ṣūfā53 en face de la Takiyya de Bābā Bayrām. C’est un atelier de tissage (ḥiyāka).

Il est délimité au Sud par la maison ar-Ruwwās ; à l’Est, par le Zuqāq aṣ-Ṣūfā ; au Nord, par une rue sur laquelle donne la porte et, à l’Ouest, par la maison d’aṭ-Ṭaḥḥān (le meunier)/.

[76] 97. — La totalité de la boutique sise dans le Ḫān ad-Duqq, dans la maḥalla de Suwayqat Ali, sur le côté nord de celui-ci.

Elle est délimitée, au Sud, par la boutique du waqf al-Ādiliyya Baykī ; à l’Est, par l'iqmīm du Ḥammām Alī ; au Nord, par une rue et, à l’Ouest, par le terrain de la qāsāriyya sus-mentionnée, sur laquelle ferme la porte.

98. — La totalité des deux boutiques contiguës, situées sur le côté sud du Sūq al-Ḥabbālīn dans la ville Bien-Gardée d’Alep ; elles sont destinées à la vente des cordes. Ces boutiques sont délimitées, au Sud, par le Sūq al-Ḥawr ; à l’Est, par la boutique de Muḥammad Ǧalabī Amīrī ; au Nord, par une rue sur laquelle ferme la porte et, à l’Ouest, par les boutiques du waqf du Visir Muḥammad Bāšā an-Našanǧī, paix à ses cendres. Elles sont redevables pour l’occupation de leurs terrains, de quatre piastres par an au titre d’un loyer (ḥikr) à payer à celui qui sera muezzin au début de chaque année dans la [77] Grande Mosquée / Omayyades d’Alep.

99. — La totalité des deux boutiques contiguës, terrain et bâtiment compris, sises à Suwayqat Ḥātim dans la ville protégée d’Alep, à proximité de la Grande Mosquée des Omayyades, Ḥalab aš-Šahba. Elles sont destinées à la vente des pipes et des narguileh.

Elles sont délimitées au Sud par une boutique de barbier appartenant à la fille de Zuwayn ; à l’Est par la maison de l’Ustāḏ Muḥammad Ǧalabī-Baṣmānǧī ; au Nord, par la boutique de la Gloire de la Noblesse as-Sayyīd Ḥasan Ǧalabī Ḥamawī Zādah et à l’Ouest, par une rue sur laquelle ferme la porte des boutiques.

100. — La totalité de la boutique située sur le côté ouest de la maḥalla sus-mentionnée ; c’est un commerce de tabac.

  • 54 Para, Barthélémy, 790.

Elle est délimitée, au Sud, par les boutiques du waqf Banī 1-Baylūnī ; à l’Est, par une rue ; au Nord, par la propriété de Ibn al-Ḥakawātī et, à l’Ouest, par la propriété de Banī n-Naqlī. Elle est redevable de vingt-cinq maṣriyya54 par an au profit du waqf Fāṭima al-Qaliyya. /

101. — La totalité de la boutique sise à l’extérieur de Bāb Anṭākya (porte [78] d’Antioche) dans la ville Protégée d’Alep et destinée à la vente des torches.

Elle est délimitée, au Sud, par la boutique du waqf Ibrāhīm Ḫān ; à l’Est, par la boulangerie (ṭābūna) d’Ibn Ġannām ; au Nord, par une rue sur laquelle ferme la porte et, à l’Ouest, par une rue également ; cette boutique est située sur le côté du sabīl.

  • 55 Nahr, 11, 107-136.

102. — La totalité d’une boutique sise dans la maalla de Sāḥat Bizā55. C’est une épicerie située à proximité de la maison de Sulaymān Aġā al-Kūrǧī.

Elle est délimitée, au Sud, par la maison de Salma al-Badawiyya ; à l’Est, par la maison d’Aḥmad Aġā ; au Nord, par une rue sur laquelle donne la porte et, à l’Ouest, par la propriété d'al-Ḥāǧǧ Ibrāhīm.

Ceci est un waqf authentique et légal, c’est un ubs véritable et légal embrassant le début, le milieu et la fin...

L’enregistrement et la rédaction eurent lieu le 11 Muḥarram 1177 de l’Hégire/22 Juillet 1763.

Les témoins étaient :

Al-Ḥāǧǧ Umar Efendī Katū Zādah ;

Al-Ḥāǧǧ Abd-Allāh Aġā Amīrī Zādah, commerçant ;

As-Sayyīd Ḥasan Ǧalabī Ḥamāwī Zādah, commerçant ;

As-Sayyīd Ḥasan Ǧalabī Salāmǧī Zādah ;

Al-Ḥāǧǧ Abd al-Qādir Aġā Amīr Zādah, commerçant ;

Al-Ḥāǧǧ Abd al-Qādir Aġā Amīr Zādah, commerçant ;

As-Sayyīd Ǧalabī Sadī Zādah ;

As-Sayyïd Ṣāliḥ Ǧalabī Qarna Zādah, commerçant ;

Al-Ḥāǧǧ Aḥmad Ǧalabī al-Ǧūrbaǧī, commerçant et son frère,

Al-Ḥāǧǧ Muṣṭafa Ǧalabī al-Ǧūrbaǧī ;

Al-Ḥāǧǧ Abd al- Wahāb Ǧalabī al-Ḥumsī ;

Aš-Šayḫ Yāsīn Ǧalabī Ibn al-Ḥāǧǧ Ḫalīl Ṭarša ;

Al-Ḥāǧǧ Ibrāhîm Ǧalabī Amīrī, courtier (dallai bandar) à Alep ;

Al-Ḥāǧǧ Abd al-Qādir Ǧalabī Aṣīl ;

Al-Ḥāǧǧ Yaḥyā Ǧalabī Aṣīṣ ;

Ibrāhīm Efendī Ibn Al-Ḥāǧǧ Muḥammad al-Kātib ;

Muṣṭafa Ǧalabī, rédacteur du constituant ;

Aš-Šayḫ Ṣāliḥ Ibn Aš-Šayḫ Sulaymān, Imām al-Mahmandar ;

As-Sayyīd Muṣṭafā al-Ǧāwī.

Parmi les noms qui ne figurent pas dans le cadre réservé aux signatures, on a pu lire également ce nom Aš-Šayḫ Abd al-Wahāb Efendī Al-Azharī ;

Quant à la signature du juge, on la trouve apposée en tête de la waqfiyya : Aḥmad Aṭā Ibn Abd ar-Raḥman connu sous le nom de (aš-Šahīr bī) Arab Zādah.

Notes

1 Terme juridique signifiant que le bâtiment auquel il s’applique a été détaché de l’ensemble des biens mulk d’un particulier pour être constitué en waqf, Y. Sauvan, « Une liste des fondations pieuses (waqfiyya) au temps de Selim II », B.E.O., XXVIII, Damas, 1975, 231-257.

2 Il s’agit à la fois d’une ruelle partant de la citadelle vers l’Ouest en direction de Suwayqat ᶜAlī au Sud d’al-Farāfra, et du sous-quartier dont elle constitue l’artère principale. Au témoignage de plusieurs personnes, le Qanāt d’Alep suivait cette artère. Nous en avons d'ailleurs repéré des traces en plusieurs endroits.

3 Délimité à droite par la maḥalla de Ǧallūm al-Kubrān, de Bāb Qinnasrīn et de Sāḥat Bizā, à l’Ouest par les maḥalla de Suwayqat Ḥātim et de Farāfra, le quartier de Suwayqat ᶜAlī est décrit parGazzī comme l'un des plus grands, des plus prestigieux, des plus peuplés de la ville intra-muros. La variété et le grand nombre de ses commerces en ont fait un des plus actifs. Nahr, II, 177-198.

4 S. Mazloum, L'ancienne canalisation d'eau à Alep (la Qanāya de Hailan), Damas, s.d

5 Voir « convention de traduction », no 6.

6 Il s’agit en fait d'un dallage particulier dont nous ignorons la nature.

7 Les délimitations données par le texte correspondent exactement à la position des quatre points cardinaux.

8 Nahr, II, 197-198. Cette maḥalla ayant subi d’importantes destructions récentes, nous n'avons pas pu repérer l’emplacement de ce ḥammām.

9 La maḥalla as-Siyādā se trouve dans le Faubourg Nord, à l’extérieur de Bāb an-Naṣr, à l’Est de Qaṣṭal al-Mišṭ.

10 Musalī-Muwāṣil : natif de Mossoul, Barthélémy, 897.

11 Cette maison située dans la maḥalla al-Ṃawārdī est, en fait, limitrophe du Zuqāq Kuǧuk Kallāsa qui se trouve au Nord de celle-ci, Gazī, Nahr, II, 436 et 502-503.

12 Nahr, II, 413-416.

13 Ce titre pouvait désigner dans l’empire ottoman des fonctions administratives et militaires différentes, Redhouse, 124-25.

14 La Bawwābat Banīal-ᶜUgaymī est une impasse située à l'Est de Suwayqat ᶜAlī et de tracé parallèle à la rue principale de celle-ci.

15 Nahr, II, 234-275.

16 al-Ḥāǧǧ Alī al-Kūlih est un affranchi d'al-Ḥāǧǧ Mūsā. Mort avant ce dernier, il lui a légué la maison Banī Zahrā’. Voir Ṭabbāh, Iᶜlām, VII, 25 ; supra, p. 13, n. 7.

17 Les limites de ce quartier sont mal définies ; situé à l’Est du Faubourg Nord, il est mitoyen avec la maḥalla d’Aqyūl.

18 Nahr, II, 365-368.

19 La maalla Šarīᶜatlī se trouve dans le Faubourg Nord, elle constitue un sous-quartier dans la partie sud de la maalla de Qaṣṭal al-Ḥaramī, voir note 22.

20 Si muzayyik dérive bien de la racine zayyaka, comme nous le supposons, le corps de métier dont il s’agit est en rapport avec la fabrication de la soie. Selon Barthélémy, (p. 326), en effet, il s’agit d’étendre les fils de soie le long d’un mur sur des chevilles à plusieurs dents pour décoller les fils qui adhèrent les uns aux autres. Cette opération suit celle du taġṭīṣ, par laquelle on trempe dans l’amidon les saqqa des fils de soie destinés à la chaîne.

21 D’après Barthélémy, il s’agit d’un « nom ethnique désignant une population chrétienne, d’origine inconnue, habitant le quartier d’Alep nommé Ṣāyiḥ al-Qabāb et différente par le type, les mœurs et le costume des autres chrétiens de la ville », 43.

22 La maḥalla de Qaṣṭal al-Ḥaramī se trouve dans le Faubourg Nord, Gazī, Nahr, II, 420-423.

23 « Ḥikr est l’équivalent de ḥikr en Egypte et d'inzāl à Tunis. Il désigne le contrat règlant la location à long terme d’une partie d’un waqf. De telles locations étaient primitivement interdites, elles ont fini par être tolérées dans l'intérêt du waqf. Ce droit se réduit à une sorte de nue-propriété se traduisant par la perception d’une redevance perpétuelle tandis que la jouissance effective est réservée aux tenanciers. Le recours à ces contrats est une atteinte certaine au principe de l’inaltérabilité ; il est à l’origine de véritables démembrements de fondations bénéficiaires. » G. Busson de Janssen, « Les waqfs dans l’Islam contemporain », extrait de R.E.I., Paris, 1951. Cf. G. Baer, « Ḥikr », dans International seminar on Social and Economic aspects of Muslim Waqf, Jerusalem, juin 1979.

24 Il faut sans doute comprendre que le hammam occupait l’emplacement d’un ancien tell.

25 Nahr, II, 196-197 ; Ṭabbāh, I lām, III, 530.

26 Le Zuqāq ᶜAbd ar-Raḥīm se trouve dans le Faubourg Nord, Nahr, II, 459-460.

27 Ḫilw est l’équivalent de ce qu’on appelle en Egypte Gedik après 1700. D’après A. Raymond, ḫilw était « la redevance qui donnait à un artisan ou à un commerçant le droit d'exercer son activité dans une boutique déterminée. Il ne dispensait naturellement pas son bénéficiaire de payer un loyer au propriétaire. Mais le ḫilw garantissait que son détenteur ne pouvait être dépossédé de sa boutique ou de son atelier ; il pouvait être vendu ou transmis par héritage et figurait à l’actif dans les successions ; enfin le ḫilw vouait le local auquel il était attaché à un type donné d’activité. Pour toutes ces raisons, le propriétaire perdait une partie de sa liberté d’action vis à vis de son locataire... ». A. Raymond, Artisans et commerçants au Caire au XVIIIe siècle, tome I, Damas, 1973, p. 271.

28 « Al-Ḥulwānī » : contrairement à ce que le texte indique, on ne retrouve aucune mention, plus bas, d’une boutique pouvant correspondre à cette appellation ; en revanche, une des boutiques évoquées immédiatement après (no 52), occupée par un barbier, pourrait correspondre à ce terme et elle est effectivement limitrophe du four 51.

29 La Madrasa an-Nanārgiyya, actuellement détruite, occupait la parcelle 2044 du plan cadastral de la circonscription VII, section 3, feuille 1.

30 Le Sūq al-ᶜIbā ou Sūq des Manteaux se trouve au Nord du Ḫān al-Farrāyyīn, à l’Est du Sūq aṣ-Ṣābūn auquel il est perpendiculaire, Nahr, II, 13.

31 Le Sūq al-Ūbariyya se trouve à l’Est du Sūq ᶜlbā, dans le prolongement de celui-ci entre le Sūq al-Farāyyin à l'Est et le Sūq du Hān al-ᶜUlabiyya à l’Ouest.

32 Le Sūq Abī Rukkāb ou Sūq aš-Šam est situé au Nord du Ḫān an-Naḥḥāsīn.

33 Le fait que les waqfiyya indiquent que les biens immobiliers ne peuvent être ni vendus ni échangés prouve plutôt que cette pratique était très répandue.

34 Ce Sūq appelé aussi Sūq des brocanteurs est au Nord du Sūq aš-Šām et parallèle à lui.

35 Le Sūq des cordes, connu à l'époque de Nour ad-Dīn sous le nom de « Sūq des Fripiers » (s. al-Bazz al-Ḥalī), est situé au Sud du Ḫān des Français, ou Ḫān al-Ḫibāl. J. Sauvaget, Alep, Essai sur le développement d’une grande ville syrienne des origines au milieu du XIXsiècle, Paris, 1941, n. 386, 648, 827, cité ensuite Alep.

36 Le Sūq al-Hawā, Sūq du Vent, est situé au Sud du Hān al-Abrāk, Sauvaget, Alep, 170 et no 688.

37 Nahr, II, 331-332.

38 Le quartier de Bānqūsa à l’extérieur de Bāb al-Ḥadīd appartient au Faubourg Nord-Est ; sur la formation de ce quartier, voir Sauvaget, Alep, 175-176 n. 659.

39 Aqyūl : quartier du « chemin blanc », situé à l’Est du Faubourg Nord, est annexé à Banqūsā par Sauvaget « pour la commodité de l’exposé ». Selon le même auteur, ce faubourg s’est « développé le long d’une voie secondaire de dégagement en direction d’Aintab : le quartier du chemin blanc... ce n’est là qu’une annexe et une dépendance de Banqūsā », Ibidem ; tout en émettant des réserves sur le bien-fondé de cette attribution, il nous a paru souhaitable pour éviter toute confusion, de nous tenir au point de vue de Sauvaget. 176 (659).

40 Compte tenu des différents éléments du madār, cette pierre devait être la pierre dormante. Si cette hypothèse est exacte, la précision qu’elle est en fonction signifie non pas qu’elle était en mouvement mais qu’elle était réellement utilisée.

41 La lecture de ce mot est incertaine. Nous avons opté pour celle de ᶜatīq (affranchi) qui correspond au statut effectif du personnage, voir supra, p. 13, n. 7, p. 55, n. 16.

42 Sur cette Madrasa et le waqf qui lui est voué, v. Nahr, II, 52, 58 ; Iᶜlām, VII, 67-83. L'étude de la waqfiyya de ce personnage est en cours.

43 Nahr, II, 388.

44 Tout en se trouvant dans le bâtiment de la qāsāriyya, ces boutiques et ateliers donnent directement sur la rue et non sur la cour intérieure.

45 Qaṣṭal al-Akrād : quartier des Kurdes, Nahr, II, 449-450 ; Sauvaget, Alep. no 658.

46 Ṣayih al-Ǧadīda correspond évidemment au quartier de Ǧudayda dans le Faubourg Nord, Sauvaget, Ᾰlep, no 812.

47 La Bawwābat Butrus est un quartier compris entre le Zuqāq al-Muballaṭ et la Sāḥat at-Tanānīr. La rue qui en constitue le centre est perpendiculaire au Zuqāq al-Muballaṭ.

48 D’après E. Fagnan, qui cite Kremer (Beiträge Z. ar. Lexik., tirage à part des Sitbzb, de l’Ac. de Vienne, 1883-1884). le terme qulāq est d’origine turque, il signifie « boucle de ceinture », mais Kremer évoque aussi un terme voisin qulluq qui signifierait, comme le confirme Barthélémy, (678), garde, corps de garde. Dans notre texte, la graphie est fautive, il est impossible de savoir s’il s’agit de l’un ou de l'autre terme. Nous avons opté pour le premier, parce qu’il paraît mieux convenir au contexte, mais sans preuve et nous estimons que la question demeure ouverte.

49 Nahr, II. 156-177.

50 Nahr, II, 176.

51 La mosquée de ar-Ridā'iyya, aujourd'hui Ǧāmiᶜal-ᶜUṯmāniyya du nom de son fondateur ᶜUṯmān Bāšā. Nahr, II, 156-173. L’étude de sa waqfiyya est en cours.

52 Sauvaget, Alep, 78, n. 218 ; Nahr, II, 7-8.

53 Une incertitude subsiste quant à la localisation de la maallat aṣ-Ṣūfā. D’après le texte, elle se trouve à proximité de la Takiyya de Bābā Bayram, mais Ġazzī la situe près de la caserne militaire où elle se trouve, en effet, actuellement. Peut-être Ġazzī nous donne-t-il l’explication de ce déplacement toponymique quand il indique que cette maalla a été peuplée par des ruraux émigrant vers la ville : au XVIIIe siècle le mouvement était à ses débuts, il aurait pris ensuite de l’extension et ce sont les endroits que les nouveaux arrivants auraient occupés en dernier, qui auraient reçu ce nom, Nahr, II, 328-408.

54 Para, Barthélémy, 790.

55 Nahr, 11, 107-136.

© Presses de l’Ifpo, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search