Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savants, amants, poètes et fous

Résumés

Texte intégral

Monica Balda‑Tillier : Les ʿUqalāʾ al‑maǧānīn wa‑l‑mawsūsīn d’al‑Ḍarrāb al‑Miṣrī (m. 392/1001) : un discours sur la folie sacrée.

1Les ʿUqalāʾ al‑maǧānīn wa‑l‑mawsūsīn d’Abū Muḥammad al‑Ḥusayn b. Ismāʿīl al‑Ḍarrāb (m. 392/1001) est un court recueil de vingt-cinq ḫabar‑s qui relatent les dires de célèbres savants et mystiques, comme ʿUlyān ou Bahlūl, ou d’autres moins connus, auxquels fut attribué le sobriquet de maǧnūn. Dans cet article, nous analyserons la folie décrite dans l’ouvrage d’al‑Ḍarrāb afin d’en déduire sa vision de l'insanité. Cette étude se fondera en partie sur une comparaison entre l’ouvrage d’al-Ḍarrāb et celui de son contemporain Ibn Ḥabīb al‑Nīsābūrī (m. 406/1015), auteur d’un recueil plus volumineux de récits relevant du même genre. Ce dernier est mieux connu, notamment grâce aux travaux de Katia Zakharia, qui lui a consacré son article « Le statut du fou dans le Kitāb ʿUqalāʾ al‑maǧānīn de Nīsābūrī : les modalités d’une exclusion », Bulletin d’Études Orientales (1997).

2Monica Balda‑Tillier est maître de conférences à l’Université Grenoble Alpes depuis 2013, chercheuse en littérature arabe médiévale à l’Institut des langues et cultures d’Europe, Amérique, Afrique, Asie et Australie (unité de recherche ILCEA4), au sein de l’équipe CREO (Centre de recherches et d’études orientales). Ses recherches concernent l’expression des émotions dans la littérature médiévale en langue arabe.

***

Aboubakr Chraïbi : Quatre personnages éduqués du début des Mille et une nuits.

3Les quatre personnages éduqués étudiés ici matérialisent une éducation qui va de la meilleure à la pire. L’apprentissage de Shahrazâd est le plus efficace : ses livres d’histoire sauvent la dynastie. La médecine qu’elle apprend (G) guérit le roi. L’éducation du médecin Dûbân est universelle, mais Dûbân n’a pas su réagir face à la médiocrité du roi dont il va être la victime. Avec le portefaix, nous passons de l’universel au local. L’éducation est un sauf‑conduit. Mais elle ne va pas servir à sauver des vies, mais à des jeux érotiques. Enfin, la formation religieuse reçue par un jeune prince n’entraîne que des malheurs, qui cessent lorsqu’il renonce au monde et devient calender. En somme, l’éducation des quatre personnages montre que les Nuits, à leur début, n’ont guère confiance ni dans l’apprentissage de la religion (absente de la formation de Shahrazâd) ni dans ses représentants et leur préfèrent une voie mystique. Parallèlement, la comparaison lexicale entre manuscrits montre la modernité de G et l’archaïsme de ZER.

4Aboubakr Chraïbi est professeur à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) à Paris. Il travaille sur la littérature arabe prémoderne et plus particulièrement sur les Mille et une nuits. Parmi ses dernières publications : Arabic Manuscripts of the Thousand and One Nights (dir., Paris, 2016).

***

Jean‑Charles Coulon : La figure de Hārūn al‑Rašīd dans la tradition magique islamique.

5Personnage historique, le calife abbasside Hārūn al‑Rašīd (r. 170/786-193/809) devint également une figure littéraire de bon souverain, par exemple dans les Mille et une nuits. Ce calife apparaît également dans les traités de sciences occultes islamiques. Il peut y être mentionné pour sa bibliothèque (ḫizāna) dont certains livres auraient pu servir de sources. Cependant, il est surtout mis en scène comme la victime de charmes magiques, afin d’attester l’efficacité de sortilèges. La puissance de ces talismans est ainsi soulignée par le renversement des normes sociales avec un calife complètement subjugué, charmé et dominé par des femmes de statut servile et jugées laides. Ainsi, reprenant le topos littéraire du bon calife, les traités de sciences occultes exploitèrent cette figure archétypale de la littérature arabe. Nous proposons en annexe une édition et une traduction de deux versions du « talisman de la laveuse » (ḥirz al‑ġāsila) d’un usage encore répandu de nos jours.

6Jean‑Charles Coulon est chargé de recherche à la section arabe de l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes (IRHT-CNRS, UPR 841). Titulaire d’un doctorat en histoire médiévale et en études arabes de l’Université de Paris IV Sorbonne, il est en outre directeur adjoint et secrétaire de rédaction de la revue Arabica publiée par Brill.

***

Jocelyne Dakhlia : L’eunuque, intègre homme d’État. L’historiographie fonctionnelle face à la précarité sociale et politique

7Sortant d’une approche quelque peu anecdotique de l’histoire des eunuques, l’historiographie de ce phénomène, tel qu’il s’est déployé dans le monde islamique au moins, a connu depuis deux décennies une floraison remarquable de publications. Tant l’histoire de l’esclavage que celle du genre ont initié un regain d’intérêt significatif pour cette question. Cependant, dans la lignée des travaux fondateurs de David Ayalon, c’est une lecture très fonctionnelle et très politique qui nous paraît prévaloir sur cette question, avec de multiples démonstrations d’un appui de l’institution des eunuques à telle ou telle dynastie… Les rares approches des eunuques sous un angle biographique privilégient semblablement une approche par l’État et sa rationalité. Cet article vise à plaider pour plus d’histoire sociale sur ces questions, plus de questionnements sur une épaisseur sociale du phénomène, avec le souci que la démonstration d’une efficace de l’institution n’ait pas pour effet de naturaliser au bout du compte une histoire servile sous le signe de l’épreuve, du sacrifice et d’une corporalité souffrante.

8Jocelyne Dakhlia est historienne, directrice d’études à l’École des Hautes études en sciences sociales (EHESS), au Centre de Recherches Historiques. Après avoir étudié les enjeux de mémoire collective au Maghreb, elle a entrepris une longue recherche sur les modèles politiques de l’Islam méditerranéen, dont une partie est consacrée au Harem sultanien et à la question du despotisme. Cette échelle méditerranéenne de la réflexion historique l’a conduite à travailler sur la question des langues en Méditerranéen, à partir de la lingua franca, sur les Musulmans en Europe et sur les modalités du contact entre Europe et Islam en Méditerranée.

***

Mohamed‑Chérif Ferjani : Enseignement de la langue et de la culture arabes en France : marginalisation et défis des pressions identitaires.

9L’enseignement de la langue et de la culture arabes en France, dans le public comme dans le privé, est confronté à une double pression : celle des milieux islamophobes comme celle de musulmans influencés par les réflexes conservateurs et l’idéologie islamiste. Les deux camps ont en commun de partager une perception confessionnelle d’un tel enseignement : les premiers y voyant une menace à l’encontre de la laïcité et les seconds l’envisageant comme un vecteur de préservation d’une identité islamique d’autant plus belliciste qu’elle se trouve articulée à une vision complotiste. Celles et ceux qui, à l’instar de Katia Zakharia, œuvrent pour un enseignement laïque de l’arabe voient leurs efforts de plus en plus contrecarrés, y compris au sein de l’enseignement public, par les replis identitaires d’un côté comme de l’autre.

10Mohamed‑Chérif Ferjani est professeur émérite de science politique, d’islamologie et de civilisation arabe à l’Université Lumière Lyon 2. Chercheur au Laboratoire Triangle (Action, discours, pensée politique et économique, UMR 5206, CNRS-Université de Lyon), il est aussi directeur du pôle recherche-action « Religions, Démocratie et Paix » au Timbuktu Institute (African Center for Peace Studies) et étudie le rapport politique / religieux dans les mondes de l’islam (enseignement du fait religieux, laïcité, droits humains, transition et diversité).

***

Frédéric Imbert : Espaces de liberté et contraintes graphiques dans les graffiti du début de l’islam.

11Les inscriptions récemment découvertes au Proche‑Orient et en Arabie Saoudite permettent de formuler de nouvelles hypothèses concernant l’émergence de l’islam et son développement durant les deux premiers siècles de l’hégire. La présente recherche se propose d’étudier l’évolution du formulaire des graffiti arabes ainsi que les contraintes et principes qui leur sont attachés. Les « sanctuaires du pardon » et les multiples inscriptions qui les couvrent permettront d’illustrer par des textes originaux cette étude.

12Frédéric Imbert est professeur de langue et d’épigraphie arabes à Aix-Marseille Université. Actuellement directeur du Département des Études Arabes Médiévales et Modernes à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, Beyrouth), il est spécialiste des inscriptions arabes anciennes.

***

Frédéric Lagrange : Albert Cossery écrit‑il en arabe ?

13Albert Cossery (1913‑2008), le plus célèbre auteur francophone d’Égypte de sa génération, a toujours eu la coquetterie de prétendre « penser en arabe » dans l’écriture de ses romans. À un critique l’interrogeant « Vos personnages sont Arabes et s’expriment en français », il répond : « Non, je les traduis de l’arabe [...] Je pense en arabe, c’est-à-dire que je donne un tour à ma phrase qui n’est pas parisien, ou disons occidental ». Un autre estime que : « Si la langue de la narration est classique, celle des dialogues est déroutante d’originalité. Pour rendre les conversations imagées du « peuple des marginaux », Cossery ne les transcrivait pas dans une langue française populaire. Il faisait le choix périlleux de les traduire littéralement de l’arabe. Le résultat est insolite pour une oreille francophone ordinaire ». Dans quelle mesure ces affirmations sont-elles confirmées par un examen attentif de la phrase chez Cossery, narration ou dialogue ? L’étude prendra en considération les traductions arabes de l’auteur publiées en Égypte et le scénario du film Mendiants et Orgueilleux.

14Frédéric Lagrange est professeur de littérature arabe à Sorbonne Université. Ses recherches couvrent le roman arabe contemporain et sa langue, les études sur le genre et les marges, et la musicologie, particulièrement dans l’Égypte moderne. Il est également traducteur aussi bien d’œuvres du patrimoine classique (Tawḥīdī) que de littérature d’aujourd’hui (Hudā Barakāt, Ḫayrī Šalabī, ʿAbduh Ḫāl).

***

Pierre Larcher : La première traduction d’une Muʿallaqa en Europe ? La version latine de la Muʿallaqa d’Imruʾ al‑Qays par Levinus Warner (xviie siècle).

15En 1742 paraissait à Leyde, aux Pays‑Bas, la première édition d’une Muʿallaqa, celle de Ṭarafa. Elle était accompagnée du commentaire d’al‑Naḥḥās et d’une traduction latine, le tout dû à l’arabisant allemand Johann Jakob Reiske (1716-1774). Elle était suivie en 1748, toujours à Leyde, de la première édition de la Muʿallaqa d’Imruʾ al‑Qays, également accompagnée du commentaire d’al‑Naḥḥās, et due à Gerard Johannes Lette (1724-1760). Mais la traduction latine donnée par Lette dans ce volume est en fait celle du diplomate orientaliste Levinus Warner (1619-1665), à l’origine de la collection de manuscrits orientaux de Leyde. Cette traduction est ainsi, jusqu’à preuve du contraire, la première traduction européenne d’une Muʿallaqa. Elle témoigne de l’intérêt précoce de l’orientalisme savant pour la littérature arabe la plus profane, incontestable héritage de l’humanisme. Dans le présent article, nous donnons le texte latin de cette traduction, avec une traduction française juxtalinéaire et un commentaire.

16Pierre Larcher est professeur émérite de linguistique arabe (Aix‑Marseille Universités) et membre du pôle « Langues, littératures, linguistique » de l’Institut de Recherches et d’Études sur les Mondes Arabes et Musulmans (IREMAM, UMR 7310 CNRS, Aix‑en‑Provence).

***

Catherine Pinon : Le statut des normes grammaticales dans l’enseignement de l’arabe ou comment les enseignants transmettent une vision hagio‑mythologique de l’arabe.

17La langue arabe, comme langue vivante étrangère enseignée en France, fait l’objet de nombreux débats. Les difficultés évoquées sont toujours en lien avec des questions de société (immigration, intégration, laïcité, etc.). La question des choix pédagogiques des enseignants, comme outil de transmission d’une certaine vision de l’arabe, est moins souvent discutée. Nous commencerons par définir les différentes doxa attachées à l’arabe : langue sacrée, pure, révélée par Dieu, unificatrice, difficile. Nous verrons ensuite comment la grammaire cristallise ces représentations et comment l’enseignant, souvent inconsciemment, matérialise par le biais de la grammaire les différents mythes liés à l’arabe. Nous prendrons trois exemples concrets : une rumeur grammaticale, une description inadéquate et un fait absent des grammaires. Nous interrogerons finalement les choix didactiques qui s’offrent aux enseignants, et au-delà, à une société confrontée à la question de l’enseignement de l’arabe. Quelques pistes concrètes seront proposées pour tendre à désacraliser et démystifier de manière constructive la langue arabe en classe.

18Catherine Pinon est professeur agrégée d’arabe et docteur en linguistique arabe. Chercheur associée à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, Beyrouth), ses recherches portent sur la syntaxe de l’arabe contemporain, la question de la transmission des savoirs linguistiques dans les grammaires et la didactique de l’arabe langue étrangère.

***

Mathieu Tillier : Dans les prisons d’Ibn Ṭūlūn.

19Les recherches et l’enseignement de Katia Zakharia l’ont conduite de manière récurrente à s’interroger sur les procédés déductifs décrits par les auteurs arabes médiévaux, notamment dans le contexte d’enquêtes destinées à découvrir la vérité. Son anthologie de Nouvelles policières du monde abbasside reprend entre autres la figure d’Aḥmad b. Ṭūlūn (r. 254-270/868-884), gouverneur d’Égypte dont la prise d’autonomie, à la fin du iiie/ixe siècle, reposa sur sa capacité à déjouer les complots ourdis par ses ennemis. Cette politique répressive s’appuya sur un système carcéral dont je propose ici d’analyser le fonctionnement à partir de la Sīrat Aḥmad b. Ṭūlūn d’al‑Balawī (m. ive/xe siècle ?). Le Muṭbaq y apparaît en particulier comme un instrument de coercition majeur contre les ennemis intérieurs que l’émir désirait faire disparaître sans les éliminer. Ce qui transparaît de la gestion et de l’administration des prisons, de la vie quotidienne des détenus et des démarches entreprises pour obtenir leur libération confirme à bien des égards les recherches antérieures menées sur les prisons abbassides en Irak. Au-delà du portrait d’un souverain irascible et porté par ses émotions, Ibn Ṭūlūn semble de fait s’être inspiré du modèle carcéral bagdadien pour appuyer ses ambitieux projets politiques.

20Mathieu Tillier est un ancien étudiant de Katia Zakharia à l’université Lumière Lyon 2. Agrégé d’arabe, il a été maître de conférences à Aix-Marseille Université, puis chercheur à l’université d’Oxford et à l’Institut français du Proche‑Orient. Il est aujourd’hui professeur à Sorbonne Université et membre de l’UMR 8167 Orient & Méditerranée.

***

Heidi Toelle : La difficile union des amants. Ġānim et Qūt al‑Qulūb.

21Le conte dont il sera question dans cet article est l’un des plus connus des Mille et une Nuits. L’analyse aura trois objectifs. Il s’agit, d’une part, de montrer que le conte qui emploie neuf lexèmes pour désigner le sentiment amoureux, parmi les vingt-deux dont dispose la langue arabe pour désigner ce sentiment, respecte les divers degrés d’intensité exprimés par chacun de ces lexèmes. Il s’agit, d’autre part, de procéder à une double comparaison, en démontrant la similitude entre le parcours de Ġānim et celui du Job de l’Ancien Testament et entre le parcours de Ġānim et le devenir des célèbres amants poètes de la tribu préislamique des ʿuḏrites. En effet, le texte du conte invite le lecteur, dès les premières lignes, à procéder à ces deux analyses comparatives dans la mesure où le nom complet de Ġānim est Ġānim, fils de Job, esclave d’amour devenu fou. Il s’agit, enfin, d’analyser sémiotiquement le parcours de Ġānim et de Qūt al‑Qulūb lors des diverses étapes de leur programme narratif.

22Heidi Toelle est professeur émérite à l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle. Chercheuse à l’Institut français des Études Arabes de Damas (1980-1982). Maître de conférences de littérature arabe moderne à l’Université de Provence, Aix-Marseille I (1985-1996). Professeur de littérature arabe moderne à l’Université Paris III-Sorbonne Nouvelle (1996- 2010). Directrice de la revue Arabica depuis 2013.

***

Abbès Zouache : Histoire et mémoire de la croisade. Édition, traduction et commentaire du récit de la première croisade du Kitāb al‑iʿlām wa‑l‑tabyīn d’al‑Ḥarīrī (926/1520).

23L’idée suivant laquelle la croisade laissa peu de traces dans l’Orient arabe et musulman après la disparition du royaume latin de Jérusalem est encore répandue parmi les historiens. Pourtant, ainsi que le montre cet article qui s’inscrit dans la continuité d’autres travaux, elle n’y fut pas oubliée. En témoigne l’écriture, sans doute à Damas au début du xe/xie siècle, par un historien méconnu, Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī, du Kitāb al‑iʿlām wa‑l‑tabyīn fī ḫurūǧ al‑Firanǧ al‑malāʿīn ʿalā bilād al‑muslimīn (« L’instruction et l’explication quant à l’invasion des pays musulmans par les maudits Francs »), qui constitue la plus ancienne histoire des croisades en arabe conservée. 

24Cet article propose, à travers l’édition critique, la traduction et le commentaire du récit de la première croisade du Kitāb al‑iʿlām wa‑l‑tabyīn, de reconstituer les méthodes de travail d’al-Ḥarīrī et de s’interroger sur ses motivations. En effet, il semble avoir eu l’ambition d’entretenir ou de raviver la mémoire de l’invasion franque.

25Abbès Zouache est chargé de recherches au CNRS (laboratoire

26CIHAM : Histoire, archéologie, littératures des mondes chrétiens et musulmans médiévaux

, xexve

© Presses de l’Ifpo, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540