Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savants, amants, poètes et fous

Séances historiques

Histoire et mémoire de la croisade. Édition, traduction et commentaire du récit de la première croisade de l’Iʿlām d’al-Ḥarīrī (926/1520

Abbès Zouache

Texte intégral

  • 1 L’historiographie anglo-saxonne de la croisade, qui est aujourd’hui dominante, s’intéresse de plus (...)
  • 2 J’ai conscience des nombreux problèmes que pose l’utilisation du vocable « occidental », qui est t (...)
  • 3 Précurseur : Dupront 1997.
  • 4 Sivan 1972, Cahen 1983, suivis par des générations d’historiens. Voir par exemple, encore récemmen (...)
  • 5 Le Goff et De Montrémy 2003, p. 140 à 142. Voir Zouache 2012, p. 126.
  • 6 Voir Zouache 2012 et 2015.

1Les historiographies de la croisade – arabes, occidentales et israélienne – sont encore majoritairement narratives. Cependant, l’idée, que je défends depuis plusieurs années, suivant laquelle elle doit être résolument appréhendée comme un phénomène mémoriel et à analyser en tant que tel, est désormais partagée par un nombre croissant d’historiens 1. En effet, il paraît aujourd’hui difficile de nier que très tôt, la croisade constitua un des éléments structurants de l’imaginaire occidental 2 sur les mondes arabes et musulmans 3. L’inverse me semble tout aussi évident. Au Proche-Orient, la croisade ne fut pas la parenthèse vite oubliée qu’avaient tendance à décrire après la Seconde Guerre mondiale, en Europe surtout, des historiens soucieux de rompre avec les thuriféraires de la croisade qui les avaient précédés et qu’ils continuaient parfois à côtoyer 4. Les hommes et les femmes qui participèrent à ce que Jacques Le Goff lui-même, qu’il est difficile de soupçonner de complaisance envers la croisade, finit par caractériser comme « une grande aventure humaine » 5, marquèrent pour longtemps les territoires où ils vinrent faire la guerre et, pour certains, s’enraciner 6.

  • 7 Zouache 2014 (à propos de Paul 2012) et 2015.
  • 8 Voir Garcin 2003 et 2013 et Zouache 2012 et 2015. Concernant l’empire ottoman, perdure parmi les o (...)

2Certes, la prudence que l’historien méfiant envers toute généralisation excessive prétend systématiquement respecter, commande de rappeler qu’au Proche‑Orient comme en Occident, la mémoire de la croisade fut de tout temps plurielle et plus ou moins vivante suivant les priorités du temps, les lieux et les groupes sociaux, ethniques ou religieux 7. C’est pourquoi il lui faut d’abord identifier les vecteurs de diffusion de ces mémoires, dont les plus visibles sont les ruines et autres traces architecturales laissées par les croisés. D’autres vecteurs, textuels et littéraires, sont à mes yeux tout aussi spectaculaires. Par exemple, les Firanǧ, comme les littérateurs arabes avaient l’habitude de les appeler, peuplent les épopées populaires que longtemps encore après la première croisade, des conteurs arabes réinventaient volontiers pour des femmes et des hommes dont nous imaginons aisément leur plaisir à les écouter 8. Les Milles et une nuit elles-mêmes s’enrichirent, sans doute à la fin du Moyen Âge et à l’époque ottomane, de contes qui se déroulaient pendant les croisades ou qui y faisaient référence.

  • 9 Zouache 2015.

3Les livres d’histoire qui, à bien des égards, relèvent du champ littéraire, furent aussi des vecteurs de diffusion efficaces d’une mémoire ou d’une autre de la croisade. Non que, forcément, les chroniqueurs et les auteurs de recueils de biographie historiques s’y attachassent exclusivement. Au contraire, peu d’entre eux semblent l’avoir fait, sans qu’il faille pourtant considérer qu’ils ne s’y intéressèrent pas. Leurs écrits, nombreux, accordent à la croisade et aux États latins d’Orient une place tout aussi importante (et peut-être même plus importante encore) que celle occupée par les Byzantins et les autres ennemis de l’islam dans les ouvrages de leurs prédécesseurs. La plupart d’entre eux intégrèrent tout naturellement les premiers croisés et leurs descendants ou successeurs à la grande histoire de l’islam et des peuples musulmans dont ils étaient les acteurs et les mémorialistes, fût-ce via une chronique centrée sur une ville, une dynastie ou un personnage de premier plan. Ils présentèrent tout naturellement l’invasion croisée et la création puis la disparition des États latins d’Orient comme l’un des épisodes d’abord douloureux, et finalement glorieux, de l’affrontement à leurs yeux séculaire entre les musulmans et leurs ennemis et partenaires, en particulier leurs adversaires chrétiens 9.

  • 10 Contrairement à ce que pensaient Cahen (1940 [En ligne] https://books.openedition.org/ifpo/6173#ft (...)
  • 11 Ibn al‑ʿAdīm, Buġya, VI, p. 2926‑2927 et Ibn Muyassar, Aḫbār Miṣr, p. 197. Al‑Saḫāwī, al-Iʿlān, p. (...)
  • 12 Voir Ibn al‑ʿAdīm, Buġya, VI, p. 2932, qui le fait mourir à plus de quatre-vingt ans ; Yāqūt al‑Ḥa (...)
  • 13 Le Muwaffaq commençait en 490/1096‑1097 ; on ne sait quand il s’achevait. Plusieurs titres sont att (...)

4Des historiens se laissèrent même allé à centrer leur propos sur les expéditions franques et leurs conséquences. En lisant les chroniques, les dictionnaires biographiques ou même des ouvrages de géographie rédigés au Proche-Orient après le vie/xiie siècle, on devine que leurs auteurs eurent recours à de tels textes aujourd’hui disparus. Ils les citent même parfois. Ainsi, Yāqūt al-Ḥamawī (m. 626/1229) et Ibn al-ʿAdīm (m. 660/1262) font régulièrement référence 10 au Kitāb al-Muwaffaq 11 de l’historien, poète, médecin et administrateur de renom Ḥamdān b. ʿAbd al-Raḥīm (m. 542/1147-1148 12). Après la première croisade, Ḥamdān servit des souverains musulmans comme des seigneurs francs, auxquels il semble avoir consacré l’essentiel du Muwaffaq 13.

  • 14 Cet essai fait partie d’une série d’articles que je consacre à la vie et à l’œuvre d’al-Ḥarīrī, ina (...)
  • 15 Sur le parcours d’al-Ḥarīrī, voir Zouache 2018. Peu usité, le terme « mémorer » a cédé la place à (...)

5Esprit assurément libre et curieux, Ḥamdān b. ʿAbd al-Raḥīm avait bien connu les croisés et leurs descendants. Dès lors, il n’est guère difficile de supposer que les liens qu’il avait su nouer avec eux l’avaient poussé à retracer leurs aventures. En revanche, comment expliquer la décision prise par un obscur historien, Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī (m. ap. 920/1526), qui vivait probablement à Damas, d’écrire un Kitāb al‑iʿlām wa‑l‑tabyīn fī ḫurūǧ al‑Firanǧ al‑malāʿīn ʿalā bilād al‑muslimīn (« Livre de l’instruction et de l’explication quant à l’invasion des pays des musulmans par les maudits Francs ») ? Al‑Ḥarīrī n’y évoque pas ses motivations ni son ambition. Il ne fait pas même allusion au public auquel il destinait l’Iʿlām. Il y a peu, je me suis attaché à retracer le parcours d’al‑Ḥarīrī 14. Je me propose, dans cet article, d’éditer, de traduire et de commenter les passages de l’Iʿlām qui traitent de la première croisade et de ses conséquences immédiates. Même si ces passages ne sont guère originaux, ils témoignent, de même d’ailleurs que l’ensemble de l’Iʿlām, de la volonté d’al‑Ḥarīrī de mémorer la croisade 15.

Projet d’historien

  • 16 Pour plus de détails, voir Zouache 2018, ici résumé par simple souci d’intelligibilité.
  • 17 L’Iʿlām est conservé dans un maǧmūʿ de la BnF, Ar. 2234, fol. 117‑146. Voir Zouache 2018. Je ne sa (...)
  • 18 « Morceaux choisis du temps sur l’histoire des califes, des oulémas et des notables ».
  • 19 Ms. Beyrouth, Bibliothèque Orientale de l’université Saint-Joseph, n° 078 ; ms. Sohag, Maktabat Ri (...)

6Quelques rappels au préalable 16. Aḥmad b. ʿAlī n’a pas laissé de traces dans l’histoire. Il était probablement syrien, et damascène. Outre l’Iʿlām, conservé dans un unicum autographe daté par son colophon des dix derniers jours de šawwāl 926/ 2‑10 octobre 1520 17, deux autres ouvrages peuvent lui être attribués. Le premier, intitulé Kitāb muntaḫab al‑zamān fī taʾrīḫ al‑ḫulafāʾ wa‑l‑ʿulamāʾ wa‑l‑aʿyān 18, est une histoire générale des califats censée s’être étendue jusqu’à l’époque d’al‑Ḥarīrī. Cependant, les manuscrits fragmentaires connus s’interrompent au ixe/xive siècle 19.

  • 20 « Le soutien des savants en matière d’histoire des prophètes et des nations primitives ».
  • 21 Princeton, Princeton University Library, Garrett, ms. n° 561Y.
  • 22 Al‑Ḥarīrī, ʿUmda, Garrett n° 561Y, fols. 1v‑2, 109.

7En revanche, il est possible de dater l’écriture du second ouvrage, le Kitāb ʿumdat al‑ʿārifīn fī qiṣaṣ al‑nabiyyīn wa‑l‑umam al‑salāfiyya 20, qui traite de cosmographie, de géographie et d’histoire préislamique 21. En effet, le colophon du manuscrit unicum qui a traversé les siècles précise qu’il fut « achevé dans la dernière décade du mois béni de ṣafar de l’année 923 (14‑23 mars 1517) de la main de son compositeur et auteur Aḥmad b. ʿAlī b. al‑Ḥarīrī, que Dieu soit bon pour lui ». Cette datation permet de supposer que le Kitāb muntaḫab al‑zamān fut rédigé avant l’année ṣafar 923/mars 1517. En effet, al‑Ḥarīrī affirme avoir écrit le Kitāb ʿumdat al‑ʿārifīn après avoir terminé le Muntaḫab, qu’il avait souhaité compléter car il avait appris qu’un de ses amis avait rédigé un livre traitant de la création du monde et d’histoire préislamique. Il décida donc de le résumer et de l’intégrer à son grand œuvre 22.

  • 23 Sur ce savant très connu, voir Pellat 1991.
  • 24 Khanam 1990, expose son parcours et décrit ses ouvrages historiques.
  • 25 Historien pratiquement inconnu dont al‑Ḥarīrī explique au début du Muntaḫab qu’il a voulu l’augmen (...)

8Ainsi, al‑Ḥarīrī élabora progressivement un projet cohérent qui visait à présenter l’essentiel des connaissances historiques, cosmographiques et géographiques qu’il pouvait réunir, comme s’il avait souhaité imiter les polygraphes de renom ou moins connus qui l’avaient précédé et dans les écrits desquels il puisait son information, depuis Abū al‑Ḥasan ʿAlī al‑Masʿūdī (m. 345/956) 23 à Šams al‑Dīn Muḥammad b. Aḥmad al‑Ḏahabī (m. 748/1348) 24 ou Šams al‑Dīn Muḥammad b. Aḥmad al‑Zamlakānī al‑Anṣārī al‑Šāfiʿī (1ère moitié du ixe/xve siècle) 25.

Édition 

Iʿlām

  • 26 L’explosion de l’Internet arabe permet de se la procurer sans difficulté : elle peut être téléchar (...)
  • 27 Le titre lui-même comporte une erreur sur la première de couverture, le vocable bilād étant transf (...)
  • 28 Pourtant, il explique qu’il a découvert l’existence de l’Iʿlām à la BnF, en 1968 : al‑Ḥarīrī, Iʿlā (...)

9L’édition la plus accessible de l’Iʿlām a été publiée à Damas, en 1981, par Suhayl Zakkār 26. Alors même que le manuscrit ne pose pas de difficulté de lecture, cette édition est régulièrement fautive 27, comme si l’historien syrien avait travaillé très rapidement ou sur un microfilm en mauvais état 28. En outre, Suhayl Zakkār, qui n’avait pas eu vent de l’existence du Kitāb muntaḫab al‑zamān, n’identifie aucune des sources d’al‑Ḥarīrī. Enfin, le texte du manuscrit est régulièrement dénaturé et/ou « corrigé » afin de le faire correspondre aux standards linguistiques et graphiques qui, encore récemment, s’imposaient à la plupart des éditeurs de textes arabes médiévaux.

  • 29 Je m’explique sur un tel choix dans Zouache 2018.
  • 30 Formules que j’emprunte moi-même à Gauvin, Jacquemard et Lucas-Avenel 2011, p. 2.
  • 31 Le patriarche (1670‑1704) maronite al‑Duwayhī est l’auteur du Taʾrīḫ al‑ṭāʾifa al‑māruniyya, de la (...)

10Au contraire, sauf exception liée à la nécessité de rendre le texte compréhensible et signalée par des crochets [], j’ai reproduit le manuscrit le plus fidèlement possible 29. J’ai donc préservé la vocalisation d’al‑Ḥarīrī, et n’ai en rien cherché à appliquer les règles aujourd’hui usuelles concernant la graphie des mots (écriture de la hamza, qui est d’ailleurs la plupart du temps absente, du ṭāʾ marbūṭa, de l’alif maqṣūra, etc.), l’orthographe et la syntaxe. J’ai simplement signalé en note les corrections grammaticales permettant de mieux comprendre le texte, sans donc supprimer les dialectalismes. J’y ai aussi signalé d’une part les emprunts d’al‑Ḥarīrī à d’autres auteurs, sans hésiter, lorsque nécessaire, à les citer in extenso, afin de mieux éclairer la manière dont il « emprunte » et parfois « réécrit le savoir » 30 ; d’autre part ceux, assez nombreux, de l’historien maronite Isṭifān al‑Duwayhī (m. 1704) à al‑Ḥarīrī 31. J’ai conscience qu’en procédant ainsi, j’alourdissais significativement l’apparat critique. C’est pourquoi j’ai réservé à la traduction les notes qui relèvent de la critique historique. Enfin, il m’est rapidement apparu, en comparant l’Iʿlām et le Muntaḫab, qu’al‑Ḥarīrī s’était, la plupart du temps, contenté, en rédigeant le premier, de reproduire le second. Il m’a donc semblé utile d’éditer, à la suite de l’Iʿlām, les passages correspondants du Muntaḫab. Le lecteur de cet article pourra ainsi aisément comparer les deux textes.

أحمد بن علي الحريري (المتوفى بعد 920 هـ/1526 م)، كتاب الإعلام والتبيين في خروج الفرنج الملاعين على بلاد المسلمين، مخطوط باريس، المكتبة الوطنية الفرنسية، العربي، رقم 2834، ص 1 ـ 4.

  • 32 La lettre ح paraît être munie d’un sukūn.
  • 33 Al‑Ḏahabī, Duwal al‑islām, I, p. 425 :
  • 34 Le sultan seldjouqide de Rūm était en réalité Kiliǧ Arslān I (Kılıç Arslan, r. 485‑500 / 1092‑1107 (...)
  • 35 Lire : فكسره.
  • 36 Lire : مَعَرَّة النُّعْمَان.
  • 37 Soit : جبل السُّماق. Sur les places citées ici, voir infra, notes 140 à 144.
  • 38 Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 488, repris presque à l’identique par Ibn Taġrī Birdī, Nuǧūm, V, (...)
  • 39 La transcription du nom turc du maître d’Antioche a toujours posé problème aux chroniqueurs et aux (...)
  • 40 Al‑Duwayhī, Azmina, p. 84, mêle al‑Ḥarīrī à d’autres sources :
  • 41 Soit : مَا لم يُرَ.
  • 42 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 8 :
  • 43 D’après Muntaab, ms. BO 078, fol. 25v. Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 9 : فعا (...)
  • 44 D’après Muntaab, ms. BO 078, fol. 25v. Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 9 (ci-a (...)
  • 45 Soit : وطلع.
  • 46 Iʿlām-Zakkār, p. 63 : فهب.
  • 47 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al-islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 9 :
  • 48 Formule équivalent à celle, un peu plus courante : وخالت قوته. C’est celle choisie dans l’Iʿlām-Za (...)
  • 49 Soit : لم يستطع.
  • 50 Voir les récits de ces évènements par al‑Ḏahabī (loc. cit.), Ibn al‑Aṯīr (loc. cit.) et al‑Nuwayrī (...)
  • 51 مَعَرَّة النُّعْمَان.
  • 52 Lire : غَلاَء.
  • 53 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 11 ; Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VIII, p. 418.
  • 54 Soit : المسلمون.
  • 55 Al‑Duwayhī, Azmina, p. 84, copie en partie al‑Ḥarīrī :
  • 56 Soit : خمسة.
  • 57 Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VIII, p. 419, suivi par al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, XXXIV, p. 11 :
  • 58 Une des variantes (avec, plus commune encore, Baġdawīn : Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 224) utilisées (...)
  • 59 Sic, pour Raymond de « Saint-Gilles » (m. 1105), généralement transcrit : صنجيل. La même ou d’autre (...)
  • 60 Godefroy de Bouillon (m. 1100).
  • 61 Baudouin de Boulogne (m. 1118). Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VIII, p. 419, précise « comte d’Édesse ». Le m (...)
  • 62 Sic, pour Bohémond, généralement retranscrit بيمنت dans les sources arabes, où l’on trouve cependan (...)
  • 63 Pierre Barthélémy, à qui Saint André serait apparu. Voir infra, note 163.
  • 64 Soit : ففرح.
  • 65 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, XI, p. 34 :
  • 66 Soit : وعمل المسلمون.
  • 67 Soit : سار.
  • 68 Le récit de la prise d’Antioche, de la fuite de Yāġī Siyān et de la victoire finale des croisés le (...)

11 [1 / ب] امّا بَعْدُ فقَد حَدَانِى اَن اصنف مختصراً لَطيفاً فى خرُوج الكفرَة الملَاعِين، عَلى بلاد المسلمين. وَاستيلَايهم على السَواحِل وَالَجبَال بَعْدَ ضعف زوَال دَولة الاُمويين. وضعف الخلَفا العباَّسيين. وَجَور الملُوك عَلى الرعيَّةِ وَقلة الآعبا بالدين وسَميته الاعلَام وَالتبيين فىِ خُروج الفرنج الملَاعين عَلَى بلاد المسلمين. واساَل منَ اللَّهِ تَعالىَ الاعَانة لِى ولكَافَةِ [2 / أ] اخوَانى الموحدِين 32. اقُول قَالَ اصحَاب التَاريخ وَفىِ سنَة تسعين وَاربعَماية قَدمت الفَرنج الملَاعين الَى بلاد الشام وَكان ظهُورهم من بَحر قَسطنطينيَّه فى جَمعٍ عظيم فعَظم الخَطْب 33 وَكثر الهمّ وَكان ذلكَ فىِ ايامِ المستَعلِى باللّه ابن المُستَنصِر باللَّه ابن الظَاهِر لاعزاز دين اللَّه خَليفَة مِصر الفَاطمِى فجمَع سُلطَان الرُّوم وَاسمُه سليمَان شاه 34 الجيُوش وَاستخدَم التركمان والتقَا الفَرنج وَوقعَت بينَهم وَقعَة عظيمَه فكسرُوه 35 الفَرنج وَقتَلُوا غَالب عسَاكِره ثم انَّ الفَرنج تَوجَّهُوا اِلَى انطَاكيه وَحَاصَرُوهَا وَقَتلُوا كثيراً منَ النَاس وَسَبَوا النَسا وَالصّبيَان وَدَخَلُوا الَى المعَرّه 36 وَمَلكوُهَا وَقتَلوُا غَالِب اَهلها وَوصَلُوا اِلىَ البارَه وجبَل السُّماق 37 وَمَلكو فَامِيَه وَكَفرطاَب وَنواحِى تلك البلَاد 38 وَذلكَ اوَّل خرُوجُهم ثم انَّ الفَرنج شَددُّوا فى الحصَار عَلى انطَاكيَّه وَصَاحبَها يَوممَيذٍ باغِى سنَان 39 ثم ان باغى سَنان اخرَج النصَارَى [2 / ب] المقيمينَ بانطَاكيَه وَطرَدهم وَنهب دُورهم ودَامَ الحصَار على انطَاكيَه تسعَة اشهر وَهَلكَ اكثر الفَرنج عليهَا منَ القتل وَالمَوت والجُوع 40 وَظهَر من شجاعَة صَاحبَها مَا لم يرَا 41 من مثله 42 ثم انَّ الفَرنج [راسـ]ـلوا 43 مقدَّماً عَلى بُرج من ابرَاجها وَبذلُوا له مَالاً كثيراً فعَـ[ـاملهـ]ـم44 [عـ]ـلى المُسلمين وَطلعُوا 45الفَرنج من البرج وَضربُوا البُوق وَقت الـ[ـسَّحَر] فَهرَب 46 باغى سَنان فِى ثلاثين فارساً 47 وَتركَ مَاله وَاَهله وحَريمه ثم ندم باغِى سَنان عَلى ذلك وَتاسًّف اذ لم يقَاتِل عن حريمهِ حَتى قُتِل وَغارَت قوته 48 وَلم يستَطِيْع 49 ان يثبت عَلى الفرس فتَركه اصحَابه وَنجَوا فجَا[ء] نصرَانى من الارمن فقتَله وَاحتَز رَاسَه وَجَاءَ بالرَاس اِلَى الفرنج 50 ثم انَّ الفَرنج اَخذُوا المعرَّه 51 بالسَّيف وَقَتلُوا بها ماية الف فلَما بَلغ صَاحب المُوصِل ذلك اخَذته الغيرَه وَالحمَيّه وَكان اسمُه كربُوقا وَاقبَل بعَسكر المُوصِل وَنَزل بمَرج دَابق وَاجتمع الَيهِ عسَاكر الشَام تَركهَا عُربها ففزَع الفرنج من ذلك [3 / أ] فزعاً شَديداً وكَانوُا فى غلاَ 52 عظيم53 فَنازَلهم المُسلمين 54 فتَحصَّنوا بانطَاكيَّه وَدَامَ الحصَار عَلَيهم ثلاثَة عَشر يوماً وَهُم فى جوُع عظيم 55 فبذَلوُا انطَاكيَه بالامَان فَلم يُعطِهم كربوُقا الامَان وكَانَـ[ـت] مُلوك الفَرنج خمس56 مُلوك 57 وَهم بَردَويل58 وَصَيخيل59 وَكنَـ[ـد]فرِى 60 وَالقمُص 61 وَتيمنت 62 ومَعهُم رَاهِب عتيق كبير السن 63 يعتَقدُونَ فيه فطمَر الرَاهِب فى الارض حَربَه ثم قَالَ انَّ فىِ هَذه البُقعَه حربَة عيسَى عليه السَلَام فَان وَجَدتموُهَا نصَرتم فَحفروُا فَوجَدُوهَا ففرحُوا 64 الفَرنج 65 وَخَرجُوا وَعملُوا المُسلمين 66 عملَة قبيحَه وَهوَ انَهُم اختَلفوا عَلى كربُوقا وقَاتلُوه واشتغَلوا عَن الفَرنج بقتَاله فَمالت عَلَيهم الفرنج فَهزمَتهُم وَثبَتت جَماعَةً منَ المُسلمين فقُتلُوا باجمَعِهم ثم سَارت 67 الفَرنج فَحاصَرُوا عَرقه وَمَلكوهَا ثم نَزلُوا عَلى حمص وَرامُا حصَارها فَصالَحهُم صَاحبهَا 68.

  • 69 Le récit qui suit, que reprend (en citant al‑Ḥarīrī) al‑Duwayhī (Azmina, p. 88‑90) en le comparant (...)
  • 70 Soit : تجمع.
  • 71 Soit : إثنتين.
  • 72 Repris par al‑Duwayhī, Azmina, p. 88 :
  • 73 Corrigé dans Iʿlām-Zakkār, p. 65, en مناجيق. En effet, on considère généralement que les pluriels (...)
  • 74 Al‑Duwayhī, Azmina, p. 88, ajoute après les ʿarrādāt : وما كان يحتاج إليه.
  • 75 D’après Muntaḫab, ms. BO 078, fol. 26, et Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 497. Iʿlām-Zakkār, p.  (...)
  • 76 D’après Muntaḫab, ms. BO 078, fol. 26, Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 497. Iʿlām-Zakkār, p. 65 (...)
  • 77 Soit : المسلمون.
  • 78 Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 497 : ألقوه ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al-islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. (...)
  • 79 Soit : المسلمون.
  • 80 Soit : المسلمون.
  • 81 Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 497 :
  • 82 Soit : منها.
  • 83 D’après Muntaḫab, ms. BO 078, fol. 26v. Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 497 :
  • 84 Outre Sibṭ b. al‑Ǧawzī (op. cit.), voir, proches : Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, XVII, p. 47 (source (...)
  • 85 Soit : فتبعه.
  • 86 Soit : خلقاً كثيراً.
  • 87 Soit : خلق كثير.
  • 88 Les récits de l’expédition d’al‑Afḍal, de la fuite vers Damas et de l’incendie de la synagogue alo (...)
  • 89 Soit : وحمل المصريون .
  • 90 Al‑Ḏahabī, Duwal al‑islām, I, p. 429, année 493/1099‑1100 :
  • 91 Ce dernier mot est absent de Iʿlām-Zakkār, p. 66.
  • 92 Al‑Duwayhī, Azmina, p. 92, reprend à nouveau en partie al‑Ḥarīrī après s’en être détaché.
  • 93 Ajout dans Iʿlām-Zakkār, p. 66 : بالفرنج.
  • 94 Segment absent du Muntaab. Lire probablement : فكسروا الفرنج ou فكسروهم : al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al-is (...)
  • 95 Identique ou très proche : al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 36 ; Al‑Ḏahabī, Duwa (...)

12وَفى سَنَة اثنَى وتسعِين واربعَمايَه 69 [3 / ب] تجمَّعت 70 الفَرنج وَمقَدّمَهُم كنَدفرِى وَسَارُوا اِلَى بَيت المقَدس وَمَلكوُه يَوم الجمعَة ثانى عشرين شعبَان سنَة اثنى 71 وتسعِين وَاربعَمايه وَكان مسير الفَرنج من انطَاكيه وَمقَدَّمهم كـ[نَدفر]ى فى اَلف الف مقَاتِل 72 مَا بَين فارس وَراجل وَفَعله وَاربَاب منَاجنيق 73 وَعرَّادَت 74 وَنَازلوُا بَيت المقَدس وعَملوا بٌرجَين [مُطِلـَّ]ـين 75 احَدهما ببَاب صَهيُون وَالاخَر ببَاب العمُود وَبَاب اسبَـ[ـاط] 76 وَهوَ بُرج الزَاويَه وَمنهُ فتحَها صَلَاح الدِّين فَاحرق المُسلمينَ 77 البرج الذِى عملوه ببَاب صَهيوُن وَقتَلوا مَن فيهِ وَامَّا الاخَر فزحَفوا بهِ حَتى الصَقوه 78 بالسُّور وَحَكموُا به عَلَى البَلَد فَانهَزمُوا المُسلمِين 79 وَنَزلوُا البَلَد وَهَرَب المسلمينَ 80 اِلى الاَقصَا وَالصَّخرَه فَاحتمُوا بهمَا فهجمُوا عَلَيهم فحُكِى انَهُم قَتلُوا منَ المُسلمين فِى الحرَم ماية الف وَسَبَوا مثلهُم وَقتَلوا الشيوخ وَالعجَايز وَسَبَوا النسَا وَالصّبيَان 81 وَاخذُوا قنَاديل [4 / أ] الحرَم وكَان بَعض القناديل منهم 82 وَزنُه ثلاثة الاف مثقَال ذهب بالوَزن الشَامِى وَاخذُوا تنوراً من فضَّه وزنه اربعوُن رطـ[ـلاً بـ]ـالشامِى [وأخذوا] 83 منَ الاموَال مَا لا يحصَا 84 وَلمَّا بَلع خليفَة مِصر [ذ]لك جَهَز وَزيرهُ الافضل ابن امير الجيوُش فخرَج مِن مصر فى عشرين الف وَجَدَّ في السَّير فَوصَل ثانى يَوم فتحُه وَلم يَعلم فقصَده الفَرنج فَولاَّ هَارباً اِلَى عَسقلان فتبعوُه 85 الفرنج وَقَتلوٌا من اصحَابهِ خلق كثِير 86 وَاحرَق الفَرنج مَا حَول عَسقلَان وَقطعوُا اشجارهَا وَعَادوُا الَى القدس وَهرَب من دمشق خَلقاً كثيراً 87 الَى العراق وَقيل انَّ الفَرنج لمَا مَلكوُا القدس جَمعوُا اليَهوُد الى كنيسَتهم وَاحرَقوُها عَلَيهم 88 وَكانَ ممن قتل بالقدس مَكى ابن عَبد السَّلَام الموُصِلى وكان عَلماً حافظاً ثم تجهزَت عسَاكِر مِصر وَالتقَت الفَرنج على عَسقلَان بظَاهرهَا فَقُتِل مقدَّم عسكر المِصريّين وَحمَلُوا المِصريّين 89 فَحطموُا الفَرنج [4 / ب] وَقَتلوُا منهُم عَلى مَا قيل ماية الف 90 ثم سَار كنَدفرى صَاحب القدس فحَاصَر عكا فاصَابَه سهم فقَتلهُ لعنَه اللَّه فَاسرع اخوُه بَردَويل وَتولَّا مَكانَه وَعَادَ الَى القدس فلَما علم بذلك صَاحب دمشـ[ـق] السلطان دُقاق بن تتش السَلجوُقى 91 فنهَض هُو وجنَـ[ـاح الد]وله صَاحب حمص 92 وَجَمعوُا العسَاكِر وَالتقَوا الفَرنج 93 فكسروا لـ[X] 94 واحتَموا بالقُدس ثم انَّ الفَرنج اخَذت سروُج بالسَيف وَارسوف بالامَان وَاخَذوا قيسَاريَّه بالسَيف 95.

Muntaḫab

  • 96 J’ai travaillé sur une copie numérique que la Bibliothèque Orientale a bien voulu me vendre et m’e (...)
  • 97 Les mots concernés sont ici en caractères gras.
  • 98 Le ṯāʾ est orthographié tāʾ (mitl pour miṯl, etc.), le ḏāl dāl, le ẓāʾ presque systématiquement ḍā (...)
  • 99 L’édition Ḫalīfa (citée Muntaḫab-Ḫalīfa), p. 286‑288, parfois fautive et ayant donné lieu à une ré (...)

13Le texte ci‑dessous reproduit le manuscrit non daté (xvie ou xviie siècle ?) du Muntaḫab de la Bibliothèque Orientale de l’université Saint‑Joseph de Beyrouth, n° 078 (196 fol.) 96. Il est inégalement lisible, l’encre étant effacée à plusieurs endroits. L’écriture est assez élégante. Le copiste a parfois mis en valeur l’annonce d’une nouvelle année par des caractères d’une plus grande taille que les autres mots 97. Les confusions, oublis de mots, absence totale (rare) ou partielle (régulier) de diacritisme, révélatrice dans ce dernier cas d’un dialectalisme par ailleurs dénoté par la syntaxe 98, sont nombreux 99.

أحمد بن علي الحريري، كتاب منتخب الزمان في تاريخ الخلفاء والعلماء والاعيان، مخطوط المكتبة الشرقيّة، جامعة القديس يوسف، رقم 078، ص 25 أ ـ 27 أ.

14

  • 100 Lire : سلطان الروم.
  • 101 Soit : إحدى وتسعين.
  • 102 Soit : ولم يُرَ. Voir aussi supra, note 41 (même erreur dans l’Iʿlām).
  • 103 Soit : طلع.
  • 104 Soit : في ثلاثين.
  • 105 Muntaḫab-Ḫalīfa, p. 287, modifie le texte en : وخالت قوته. Voir supra, note 48.
  • 106 Ce mot, oublié par le copiste, a été ajouté dans la marge par ce dernier, qui avait ajouté une cro (...)
  • 107 Comprendre : المسلمون.
  • 108 Soit : ثلاثة.
  • 109 Comprendre : وجدتموها.
  • 110 Comprendre : المسلمون.
  • 111 Mot manquant dans Muntaḫab-Ḫalīfa, p. 288.
  • 112 Soit : إثنين.
  • 113 Répétition du même mot en fin de ligne et au début de la suivante.
  • 114 Comprendre : المسلمون.
  • 115 Soit : ألصقوه.
  • 116 Comprendre : المسلمون.
  • 117 Ce mot, oublié par le copiste, a été ajouté dans la marge par ce dernier, qui avait ajouté une cro (...)
  • 118 Lire : تنورا. Muntaḫab-Ḫalīfa, p. 288 : نقوداً.
  • 119 Soit : أربعون.
  • 120 Soit : خلقاً كثيراً.
  • 121 Soit : خلقٌ.
  • 122 Mot répété en fin de phrase et au début de la suivante.
  • 123 Comprendre : وحملوا المصريون.
  • 124 Muntaḫab-Ḫalīfa, p. 288, a corrigé en : فأصابوه.
  • 125 Muntaḫab-Ḫalīfa, p. 288 : الفرنجة.

15[25 ـ أ] وفي سَنة تسعين واربعمايه قدمت الفرنج الى الشام وكان ضهورهم من بحر القسَطنطينيه فى جمعٍ عظيم وعضم الخطب فجمع السلطان الروم 100 سليمان واستخدم التركمان والتقا الفرنج فكسَروه وقتلو جمعه تم انهم دخلوا الشام وحاصَروا انطاكيه وقتلوا واسَبُوا ودخلوا المعرّه ووصلوا الى البارَه وجبل السَماق وفاميَه وكفرطاب ونواحيها وهو أول خروجهم وفيها توُفى ابوا الفتح نصر ابن ابراهيم المقدَّسي الشافعي يوم عاشورا[ء] ودفن بدمشق خارج باب الزغير وقبره يزار وكان عالماً زاهداً وفي سنة احد وتسعٮن 101 واربع مايه اشتد الحصار على انطاكيه وصاحبها يوميذٍ [25 ـ ب] باغي سَنان فاخرج النصارى منها ونهب دور[هُم و]اشتد الحصار عليها تسعة اشهُر وهلك اكتر الفرنج عليها قتلاً وموتاً وضَهر من شجاعة اصحابها ما لم يري 102 متله تم ان الفرنج راسَلوا مقدمً علي برج وبدلو لهُ مالاً فعاملهم علي المسلمين وطلعوا 103 الفرنج من البرج وضربوا البوق وقت السحر فهرب باغي سَنان في تلاتون 104 فارساً علي حميَه وترك اهله وحريمهُ تم ندم باغي سَنان علي دلك وتأسَف اد لم يقاتل عن حريمه حتي قتل وغارت قوته 105 ولم يَستطيع ان يتبت علي الفرس فتركوه اصحابه فقتلوه وجا[ء] ارمني احتز راسَه وجا[ء] به الي الفرنج تم ان الفرنج اخدوا المعَره بالسيف وقتلوا بها ماية الف تم اقبل صاحب الموصل واسمه كربوقا في عسكر الموصل فنزل بمرج دابق واجتمع اليه عسكر الشام تركها وعربها ففزع الفرنج وكانوا في غلا[ء] 106 شديد فنازلَهم المسلمين 107 فتحصنوا بانطاكيه ودام الحصار عليهم تلات 108 عشر يوماً في جوع عظيم فبدلوا البلد بالامان فلم يعطهم كربوقا وكانت ملوكهم بردويل وصيخيل وكندفري والقمصْ وتيمنت ومعَهم راهب عتيق فطمر حربهَ تم [26 ـ أ] قال في هده البقعَه حربة عيسَى عليه السَلام فان وجدتوها 109 نصرتم فحفروا فوجدُوها ففرحُوا وخرجوا فعملوا المسلمين 110 عمله قبيحه علي كربوقا باختلافهم واشتغلوا عن الفرنج بقتاله فمالت عليهم الفرنج فهزموهم وتبت جماعةً من المجاهدين 111 فقتلوا تم سارت الافرنج فحاصروا عرقه تم نازلوا حمص فصالحهم صاحبها وفي سنة اتنيى 112 وتسعين واربعمايه في يوم الجمعه تاني عشرين شعبان استولي الفرنج علي البيت المقدس وساروا من انطاكيه ومقدمهم كندفري في الف الف مقاتل فارس وراجل وفعله وارباب مناجنيق وعَرادَات وعملو برجين برجين 113 مطلين علي السور احدهما بباب صهيون والاخر بباب العامود وباب اسباط وهو برج الزاويه ومنه فتحها صلاح الدين فاحرق المسلمين 114 البرج الدي بباب صهيون وقتلوا من فيه واما الاخر فزحفوا به حتى الصقه 115 بالصور وحكموا به علي البلد وانهزموا المسلمين 116 ونزلوا البلد وهربَ الناس الي الاقصَا والصخره فاحتموا بها فهجموا عليهم 117 فحكى انهم قتلو من المسلمين في الحرم مَايه الف وسَبوا متلهم وقتلوا السيوخ والعجايز وسَبوا النسَا واخدوا القناديل بالحرم [26 ـ ب] وكان بعض القناديل وزنه تلات الف متقال دهب بالوزن الشامي واخدوا نتوُرا 118 من فضه وزنه اربعين 119 رطلاً بالشامي واخدوا من الاموال ما لا يحصا ولم يزل مند فتحه عمر ابن الخطاب رضي الله عنه سنه ست عشره فلم يزل في يد المسلمين الي هده السنه وكان الافضل ابن امير الجيوش لما بلغه حصار بيت المقدس سار من مصر في عشرين الف وجد في السير فوصل الي يوم فتحه ولم يعلم فقصده الفرنج فولَّا هارباً الي عسقلان فتبعَوه وقتلوا من اصحابَه خلق كتير 120 واحرق الفرنج ما حول عسقلان وقطعوا اشجارها وعادوا الي القدس وهرب من دمشق خلقاً 121 كتير الي العراق وقيل ان ان 122 الفرنج لما ملكوا القدس جمعوا اليهود الي كنيستهم واحرقوها عليهم وكان ممن قتل بالقدس مكي ابن عبد السلام الموصلي وكان عالماً حافضاً تم تجهزت عساكر مصر والتقت الفرنج علي عسقلان بضاهرها فقتل مقدَّم عسكر المصريين وحملوا المصريين 123 فحطموا الفرنج وقتلوا منهم علي ما قيل ماية الف تم سار كندفري صاحب القدس فحاصر عكا فاصابه 124 فقتلوه فاسرع اخوه بردويل الي القدس فلما علم بدلك [27 ـ أ] صاحب دمشق السلطان دقاق فنهض هو وصاحب حمص جناح الدوله فالتقوا الفرنج سَّروهم فاحتموا بالقدس تم ان الفرنج 125 اخدت سروج بالسيف وارسوف بالامان واخدوا قيساريه بالسيف.

Traduction de l’extrait de l’Iʿlām

  • 126 Aucune traduction n’est satisfaisante pour le « séparateur de discours » (faṣl al‑ḫiṭāb) « ammā ba (...)
  • 127 Sic. Laṭīf : renvoie à l’idée de finesse, de subtilité et d’élégance.
  • 128 Zawāl : décadence, déclin, fin, disparition.
  • 129 La fin de la phrase évoque l’une des critiques adressées aux émirs du Bilād al‑Šām : avoir privilé (...)
  • 130 Al‑muwaḥḥḥidūn : « unitaires », « monothéistes », « unitaristes ». L’expression iḫwān‑ī al‑muwaḥḥi (...)

16 [fol. 1v] Ammā baʿd 126. J’ai pensé composer un compendium subtil 127 sur l’invasion des pays musulmans par les maudits infidèles et leur occupation des littoraux et des montagnes après l’affaiblissement [et] la disparition 128 de la dynastie des Omeyyades, l’affaiblissement des califes abbassides, l’injustice des rois envers les sujets et le peu de cas accordé à la religion 129. Je l’ai appelé L’instruction et l’explication quant à l’invasion des pays musulmans par les maudits Francs, et j’implore Allāh Très Haut de me secourir, ainsi que l’ensemble [fol. 2] de mes frères qui professent l’absolue unité de Dieu 130.

  • 131 Aṣḥāb al‑taʾrīḫ, dont il ne cite jamais le nom dans l’Iʿlām alors que c’est parfois le cas dans le (...)

17Je dis : les historiens 131 ont dit :

  • 132 19 décembre 1096 ‑ 8 décembre 1097.
  • 133 L’expression désigne l’ensemble des territoires qui comprennent aujourd’hui la Syrie, le Liban, la (...)
  • 134 Mer de Marmara.
  • 135 Fa-ʿaẓuma al‑ḫaṭb. Vocalisé ḫuṭab (pluriel de ḫuṭba), le deuxième mot aurait désigné des sermons e (...)
  • 136 Neuvième calife fatimide qui régna de 487 à 495/1094 à 1101 à l’ombre du puissant vizir al‑Afḍal b (...)

18En l’an 490 132, les maudits Francs avancèrent vers le Bilād al‑Šām 133. Ils apparurent en une multitude innombrable par la mer de Constantinople 134. Dès lors, la situation s’altéra fortement 135 et l’anxiété crût. Ceci se déroulait à l’époque d’al‑Mustaʿlī bi‑Llāh b. al‑Mustanṣir bi‑Llāh b. al‑Ẓāhir li‑Iʿzāz Dīn Allāh, le calife fatimide d’Égypte 136.

  • 137 Les chroniqueurs arabes étaient mal informés sur les Seldjouqides de Rūm. Ibn al‑Qalānisī parle de (...)
  • 138 Kılıç Arslan assiégeait Malatya lorsqu’il apprit l’arrivée des croisés en Anatolie. Il semble avoir (...)
  • 139 Al‑ṣubyān/ṣibyān : « les enfants mâles ». Le terme me semble être utilisé comme un générique, d’où (...)
  • 140 Maʿarrat al‑Nuʿmān, ville située à cinquante kilomètres environ au nord de Ḥamā, dont la prise et (...)
  • 141 Petite place fortifiée du Ǧabāl Summāq (voir la note suivante) prise en septembre 1098 par Raymond (...)
  • 142 Massif montagneux situé au nord d’Alep, sans doute alors majoritairement chrétien, et où des minor (...)
  • 143 Fāmiyya ou al‑Fāmiyya, l’antique Apamée, était une ville située à une cinquantaine de kilomètres a (...)
  • 144 Petite cité fortifiée entre Maʿarrat al‑Nuʿmān et Alep, généralement associée à la toute proche Ḫā (...)

19Le sultan de Rūm, qui s’appelait Sulaymān Šāh 137, rassembla les armées et prit les Turcomans à son service. Il rencontra les Francs et il y eut une bataille terrible entre eux. Les Francs l’écrasèrent et tuèrent la majorité de ses troupes 138. Ensuite, les Francs se dirigèrent vers Antioche, qu’ils assiégèrent. Ils [y] massacrèrent beaucoup de gens, et mirent en captivité les femmes et les enfants 139. Ils pénétrèrent dans al‑Maʿarra, s’en rendirent maîtres, et tuèrent la plupart de ses habitants 140. Ils arrivèrent à al‑Bāra 141 et dans le Ǧabal al‑Summāq 142, et ils se rendirent maîtres de Fāmiyya 143, de Kafarṭāb 144 et des environs de ces cités.

  • 145 Ṣāḥib, que j’ai choisi de traduire systématiquement par « maître » plutôt que par « seigneur », do (...)
  • 146 Yağıbasan, le plus souvent orthographié en arabe Yāġī Siyān (voir supra, note 39), émir turc maîtr (...)
  • 147 Stricto sensu : « de mort violente (qatl), de mort (mawt) et de faim ». Al‑Ḥarīrī se contente donc (...)
  • 148 Ou « la trompette » : al‑būq.
  • 149 Soit son cercle familial le plus proche, son/ses épouses et ses enfants. Ibn al‑Aṯīr (Kāmil, VIII, (...)
  • 150 Stricto sensu : « tenir fermement à cheval ».
  • 151 Les compagnons de Yāġī Siyān auraient tenté de le remettre en selle avant de prendre la fuite. Voi (...)
  • 152 Kürboğa (m. 495/1102), transcrit en arabe Karbūqā, Karbūġā, etc. (parfois Karnūqā dans certains man (...)
  • 153 الغيرَه. Al‑ġayra dénote la jalousie, mais aussi le zèle et l’ardeur ; al‑ġīra renvoie notamment a (...)
  • 154 Plaine située à une quarantaine de kilomètres au Nord d’Alep.
  • 155 « À l’exception de ceux qui étaient à Alep » : Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VIII, p. 418. Comparer aux vers (...)
  • 156 Ġalāʾ ʿaẓīma. Le vocable ġalāʾ renvoie plus précisément à la cherté des vivres du fait d’une pénur (...)
  • 157 Amān : reddition contre la promesse d’avoir la vie sauve.
  • 158 Même si al‑Ḥarīrī ne le précise pas, il s’agit a priori de Baudouin du Bourg (m. 1131), fils d’Hug (...)
  • 159 Raymond de Saint-Gilles (m. 1105), comte de Toulouse, l’un des principaux barons de la croisade.
  • 160 Godefroy de Bouillon (m. 1100), duc de Basse Lorraine, premier roi de Jérusalem.
  • 161 Baudouin de Boulogne (m. 1118) un des deux fils, avec Godefroy de Bouillon, du comte de Boulogne à (...)
  • 162 Bohémond [de Tarente] (m. 1111), maître d’Antioche après sa conquête.
  • 163 Pierre Barthélémy. L’invention de la sainte lance (entre le 10 et le 14 juin 1098, date probable d (...)
  • 164 Ḥarba : lance courte mais aussi « fer de lance » (Kazimirski 1860, I, p. 402).

20C’était le début de leur invasion. Ensuite, ils intensifièrent le siège d’Antioche, dont le maître 145 était en ce temps‑là Bāġī Sanān 146. Puis Bāġī Sanān fit sortir les chrétiens [fol. 2v] installés à Antioche, les chassa et pilla leurs maisons. Le siège d’Antioche dura neuf mois. La plupart des Francs périrent devant cette ville de mort violente, de mort [consécutive à une épidémie] et de faim 147. Son maître fit montre d’un courage comme on n’en avait jamais vu. Puis les Francs [établirent une correspondance] avec un chef d’une de ses tours. Ils lui offrirent beaucoup d’argent, et il [traita avec eux] contre les musulmans. Les Francs montèrent par la tour et sonnèrent le clairon 148 [à l’aube]. Alors, Bāġī Sanān s’enfuit avec trente cavaliers, laissant son argent, ses gens et son ḥarīm 149. Puis Bāġī Sanān se repentit. Il se reprocha de ne pas avoir combattu jusqu’à la mort pour son ḥarīm. Sa force s’évapora ; il ne pouvait plus rester en selle 150. Alors ses compagnons le laissèrent et se sauvèrent. Alors un chrétien arménien vint, le tua, le décapita et vint chez les Francs avec la tête 151. Puis les Francs s’emparèrent par l’épée d’al‑Maʿarra, où ils tuèrent cent mille [personnes]. Lorsque le maître de Mossoul, qui s’appelait Karbūqā 152, apprit cela, il fut saisi d’ardeur vengeresse 153 et de colère. Il arriva avec l’armée de Mossoul et il alla camper à Marǧ Dābiq 154, où les armées de Syrie, Turcs et Arabes, se joignirent à lui 155. Les Francs en éprouvèrent une vive frayeur [fol. 3]. Ils connaissaient une très importante pénurie de vivres 156. Dès lors, les musulmans fondirent sur eux, mais ils se retranchèrent dans Antioche. Ils les assiégèrent treize jours, alors même qu’ils criaient famine. D’ailleurs, ils offrirent de céder Antioche contre l’amān 157, mais Karbūqā ne le donna pas. Les rois francs étaient cinq, soit Baudouin [du Bourg] 158, [Raymond de] Saint‑Gilles 159, Godefroy [de Bouillon] 160, le comte [d’Édesse, Baudouin de Boulogne] 161 et Bohémond [de Tarente] 162. Il y avait, avec eux, un vieux moine d’âge avancé, en qui ils croyaient fermement 163. Le moine enfouit une lance 164 dans la terre, puis il dit : « Il y a dans ce terrain la lance de Jésus, que la paix soit sur Lui. Si vous la trouvez, vous vaincrez ! »

  • 165 La bataille qui va être rapidement contée, passée à la postérité sous le nom de « bataille d’Antio (...)
  • 166 Des chroniqueurs arabes évoquent les divergences qui opposèrent les Turcs et les Arabes, et/ou les (...)
  • 167 La place forte de ʿArqa ou ʿIrqa, à l’Est de Tripoli, à environ 8 km de la côte, surveillait une r (...)
  • 168 Ḥimṣ, ville importante de Syrie intérieure proche de Ḥamā, ne fut jamais occupée par les croisés n (...)
  • 169 Fa‑ālaḥa‑hum ṣāḥibu-hā. J’ai préféré traduire ainsi du fait du contexte et des informations appor (...)

21Alors ils creusèrent et la trouvèrent. Dès lors, les Francs, rendus joyeux, sortirent [d’Antioche] 165. Or les musulmans agirent avec turpitude, c’est‑à‑dire qu’ils s’opposèrent à Karbūqā et le combattirent, délaissant ainsi les Francs 166. Cela fit pencher la balance du côté des Francs, qui les mirent en déroute. Un groupe de musulmans fit face, mais ils furent tous tués. Puis les Francs se mirent en marche, et assiégèrent ʿArqa 167, dont ils se rendirent maîtres. Puis ils descendirent sur Ḥimṣ, dont ils lancèrent le siège 168, mais son maître s’accorda avec eux 169.

  • 170 28 novembre 1098 – 17 novembre 1099.
  • 171 Le 14 juillet 1099 tombait un jeudi. En réalité, la prise de Jérusalem eut lieu le lendemain, le 1 (...)
  • 172 Arbāb manāǧanīq wa‑ʿarrādāt. Le terme arbāb désigne des « spécialistes », des artificiers. Il est (...)
  • 173 Saladin s’empara de Jérusalem le 2 octobre 1187. Noter que dans son cas, il s’agit d’un fatḥ (wa m (...)
  • 174 Rares sont les auteurs (al‑Ḥarīrī, sa source Sibṭ b. al‑Ǧawzī et Ibn Taġrī Birdī) à donner ce nomb (...)
  • 175 L’esplanade où se trouvaient, notamment, la mosquée d’al‑Aqṣā et le Dôme du Rocher évoqués précéde (...)
  • 176 Stricto sensu « les enfants mâles » (al‑ṣibyān/al‑ṣubyān). Voir ci‑dessus, note 139. Comparer aux (...)
  • 177 12,957 kg, si l’on considère avec Schnädelbach s. d., qu’un miṯqāl syrien (ou plutôt de Damas) équ (...)
  • 178 Ce type de candélabres était appelé tannūr (pl. tanānīr), « four (circulaire) à pain, fourneau », (...)
  • 179 Ǧahhaza : « il équipa » ou « il expédia / envoya ».
  • 180 Noter qu’al‑Ḥarīrī n’évoque pas le calife dans le Muntaḫab, pas plus que Sibṭ b. al‑Ǧawzī, repris (...)
  • 181 Stricto sensu : « le deuxième jour de sa conquête ». Noter qu’al‑Ḥarīrī utilise ici le mot fatḥ, q (...)
  • 182 Sur la bataille d’Ascalon, qui se déroula le 12 août 1099, voir Zouache 2008, p. 276, 318 note 20, (...)
  • 183 Stricto sensu : « ils y mirent le feu sur eux ». Voir supra, note 88, la proximité avec Ibn al‑Qal (...)
  • 184 « Makkī b. ʿAbd al‑Salām b. al‑Ḥusayn b. al‑Qāsim b. Muḥammad Abū al‑Qāsim al‑Anṣārī al‑Maqdisī, c (...)
  • 185 Les sources arabes ne s’accordent guère sur cet affrontement. Al‑ʿAzīmī, Taʾrīḫ Ḥalab, p. 360, par (...)
  • 186 Les chroniqueurs arabes, qui expliquent la mort de Godefroy par cette blessure, ne s’accordent pas (...)
  • 187 Il se pressa pour pouvoir succéder à son frère.
  • 188 Référence à son intronisation ou à son couronnement ? Baudouin reçut un serment de fidélité et fut (...)
  • 189 Peu après son intronisation, Baudouin partit en campagne et ne revint à Jérusalem que six semaines (...)
  • 190 Ancien atabeg de l’émir seldjouqide d’Alep Riḍwān b. Tutuš, l’émir turc Ǧanāḥ al‑Dawla Ḥusayn b. M (...)
  • 191 La date précise de la tentative d’interception (qui échoua) est difficile à établir. Novembre ou d (...)
  • 192 Ville du Diyār Muḍar en Syrie du Nord stratégiquement importante, car c’était un carrefour routier (...)
  • 193 Ville côtière de Palestine, à 15 km environ de Jaffa. Attaquée sans succès en décembre 1099, Arsūf (...)
  • 194 La ville fortifiée de Césarée, sur la côte palestinienne, fut attaquée par les Francs après la chu (...)

22En 492 170 [fol. 3v], les Francs, avec Godefroy pour chef, se rassemblèrent et se mirent en marche pour Jérusalem, dont ils se rendirent maîtres le vendredi 22 šaʿbān 492/14 juillet 1099 171. Les Francs s’étaient mis en marche d’Antioche, avec Godefroy à leur tête, avec cent mille combattants – cavaliers, fantassins et travailleurs, serveurs de manǧanīq‑s et ʿarrāda‑s 172. Ils s’installèrent devant Jérusalem pour l’assiéger, et ils construisirent deux hautes tours, l’une à Bāb Ṣahyūn, l’autre à Bāb al‑ʿAmūd et Bāb Asbāṭ, qui est la Tour al‑Zāwiya par laquelle Saladin en fit la conquête 173. Mais les musulmans incendièrent la tour qu’ils avaient bâtie à Bāb Ṣahyūn et tuèrent ceux qui s’y trouvaient. Quant à l’autre [tour], ils s’avancèrent avec elle jusqu’à atteindre la muraille et se rendre maîtres de la ville. Mis en fuite, les musulmans dévalèrent dans la ville. Les musulmans s’enfuirent jusqu’à [la mosquée] al‑Aqṣā et le [Dôme] du Rocher où ils se réfugièrent, mais ils fondirent sur eux. On raconte qu’ils massacrèrent cent mille musulmans 174 dans le Ḥaram [al‑Šarīf] 175 et qu’ils réduisirent en captivité le même nombre. Ils tuèrent les vieillards et les vieilles femmes, et réduisirent en captivité les femmes et les enfants 176. Ils prirent les lampes [fol. 4] d’al‑Ḥaram, certaines d’entre elles pesaient trois mille miṯqāl d’or en poids syrien 177 ; ils prirent un candélabre 178 en argent qui pesait quarante raṭl syrien ; [et ils prirent] de l’argent à n’en plus compter. Lorsque le calife d’Égypte apprit ceci, il envoya 179 son vizir, al‑Afḍal, qui partit d’Égypte avec vingt mille [hommes] 180. Il pressa la marche et arriva deux jours après sa conquête 181, dont il n’avait pas connaissance. Mais les Francs l’attaquèrent, et il se mit à fuir vers Ascalon. Les Francs le poursuivirent, et tuèrent une multitude de ses hommes. Les Francs incendièrent les environs d’Ascalon, y coupèrent les arbres et retournèrent à Jérusalem 182. Un grand nombre de gens fuirent de Damas vers l’Iraq. On dit que lorsqu’ils se rendirent maîtres de Jérusalem, les Francs rassemblèrent les Juifs dans leur synagogue, à laquelle ils mirent le feu avec eux à l’intérieur 183. Parmi ceux qui furent tués à Jérusalem, il y eut Makkī b. ʿAbd al‑Salām al‑Mawṣilī 184. C’était un savant, un ḥāfiẓ . Puis les armées égyptiennes se préparèrent et rencontrèrent les Francs devant Ascalon. Le chef de l’armée égyptienne fut tué. Les Égyptiens chargèrent. Ainsi, ils écrasèrent les Francs [fol. 4v] dont ils massacrèrent, suivant ce que l’on dit, cent mille 185. Puis Godefroy, le maître de Jérusalem, se mit en marche. Il assiégea Acre, mais une flèche l’atteignit, et il fut tué, que Dieu le maudisse 186. Alors son frère Baudouin se pressa 187 , et il fut investi de sa position 188. Il retourna à Jérusalem 189. Lorsque le maître de Damas, le sultan Duqāq b. Tutuš al‑Salǧūqī, en fut informé, il se mit en route avec le maître de Ḥimṣ, Ǧanāḥ al‑Dawla 190. Les armées se réunirent. Ils rencontrèrent les Francs. Ils mirent en déroute [les Francs], qui se réfugièrent à Jérusalem 191. Puis les Francs prirent Sarūǧ par l’épée 192 et Arsūf en accordant l’amān 193, et ils prirent Césarée par l’épée 194.

Commentaire

23Al‑Ḥarīrī n’apporte pas d’information nouvelle sur la première croisade ni sur les débuts de l’installation des croisés en Syrie. Les seuls éléments du texte qui paraissent originaux et sont explicitement énoncés ne concernent pas la première croisade, mais l’entame du livre. La croisade est inscrite dans une histoire longue : celle de l’affaiblissement de pouvoirs musulmans qui paraît, pour al‑Ḥarīrī, avoir inéluctablement conduit à la réussite de l’entreprise croisée.

  • 195 Les imprécisions et confusions temporelles sont nombreuses. Voir aussi les remarques de Suhayl Zak (...)
  • 196 Voir ci-dessus l’édition de l’extrait du Muntaḫab et note 69, ceux du Mirʾāt al-zamān de Sibṭ b. a (...)

24À l’évidence, al‑Ḥarīrī maîtrisait assez mal la chronologie des faits 195. À première vue, son récit parait mal construit. Les noms des chefs de la croisade sont énoncés tardivement. La brièveté inhérente au genre de l’abrégé le conduit à énumérer des batailles sans suffisamment les hiérarchiser. Cependant, il met en valeur trois affrontements majeurs : la prise d’Antioche par les croisés ; la victoire de ces derniers devant cette ville ; la chute de Jérusalem. Autant de défaites, pour les musulmans, qui paraissent avoir constitué, à ses yeux, des moments clefs méritant d’être décrits avec quelques détails. Dans une certaine mesure, la prise de Jérusalem marque une rupture dans le récit. Al‑Ḥarīrī prend même soin de faire référence à sa reconquête par Saladin. Cependant, il choisit de ne pas rappeler, comme le faisaient ses sources et comme il le fit dans le Muntaḫab, que Jérusalem n’avait pas cessé d’être musulmane depuis que ʿUmar b. al‑Ḫaṭṭāb s’en était emparée 196. En outre, il semble avoir eu conscience que la croisade – ou plutôt les conquêtes croisées – ne s’étaient pas interrompues avec la chute de Jérusalem. Il continue donc à raconter l’expansion franque sans réelle pause dans le récit. Il est vrai qu’il savait que les chrétiens venus d’Occident avaient, après avoir conquis la cité sainte, œuvré à créer des entités politiques pérennes.

  • 197 Il supprime la mention, dans l’Iʿlām, de la mort et de l’enterrement à Damas du ʿālim Abū al‑Fatḥ (...)
  • 198 Muntaḫab, fol. 24v‑25.

25Évidemment, ces remarques valent aussi pour son œuvre majeure, le Muntaḫab. J’ai déjà souligné que l’Iʿlām en est essentiellement tiré. Al‑Ḥarīrī semble simplement avoir voulu le transcrire en l’expurgeant de ce qui ne concernait pas la première croisade 197. Pourtant, une comparaison attentive entre les deux textes révèle des ajouts, sans compter les modifications d’ordre linguistique. Ces différences peuvent a priori être attribuées à al‑Ḥarīrī, même si le copiste du manuscrit du Muntaḫab que j’ai utilisé a pu volontairement ou involontairement transformer le texte qu’il transcrivait. En effet, malgré ses difficultés à proposer une structure narrative très fluide, al‑Ḥarīrī était un historien. À ce titre, il se devait de présenter un récit intelligible à ses lecteurs et auditeurs dont nous pouvons aisément imaginer qu’ils n’avaient pas une excellente connaissance d’évènements s’étant déroulés plusieurs siècles avant leur naissance. C’est pourquoi, par exemple, il précise dès l’entame de l’Iʿlām que l’invasion franque se déroulait à l’époque du calife abbasside al‑Mustaʿlī : il n’avait pas eu besoin de le signaler aux lecteurs du Muntaḫab, qui annonçait le début de ce règne quelques pages auparavant 198.

26Rien d’étonnant, dès lors, à ce que malgré quelques coupes et l’affirmation liminaire suivant laquelle il souhaitait écrire un abrégé (muḫtaṣar), le récit de la première croisade et de ses suites immédiates soit un peu plus long dans l’Iʿlām (730 mots) que dans le Muntaḫab (594 mots). Est-ce à dire qu’al‑Ḥarīrī jongla entre le Muntaḫab et d’autres textes lorsqu’il rédigea l’Iʿlām ? L’hypothèse est séduisante. Il est aussi possible d’imaginer qu’il put compter sur sa mémoire, ou qu’il disposait de notes. Toujours est-il qu’il ne paraît pas faire appel à des sources qu’il n’utilisait pas dans le Muntaḫab.

  • 199 Voir aussi Iʿlām-Zakkār, p. 58‑59.

27Nous sommes donc en présence d’un texte en partie réécrit, à partir d’emprunts nombreux, par un homme dont il n’est guère difficile de constater qu’il n’était pas un écrivain né. En effet, même s’il est évidemment influencé par les sources qu’il copie, son style est régulièrement oralisé, sa langue et sa syntaxe, parfois marqués par le dialectalisme, très simples. Les répétitions se succèdent, les connecteurs wa et ṯumma, omniprésents, ont pour seule fonction de faciliter l’énumération de faits dont j’ai déjà souligné qu’al‑Ḥarīrī maîtrise mal leur enchaînement chronologique, et de mettre en lien des syntagmes dont il n’était pas forcément l’auteur 199.

  • 200 Pas plus que d’autres sources. Ailleurs dans le Muntaḫab et l’Iʿlām, il cite parfois ses sources, (...)
  • 201 Titre choisi par les éditeurs d’un ouvrage longtemps connu sous le titre Miʾrāt al‑zamān fī taʾrīḫ (...)
  • 202 Comme le Duwal al‑islām rédigé par al‑Ḏahabī lui‑même. Voir supra, notes 33, 43, 44, 47, 90, etc. (...)
  • 203 Muntaḫab, ms. Sohag, fol. 9, Muntaḫab-Ḫalīfa, p. 26 et Zouache 2018, p. 32.
  • 204 Noter que dans la ʿUmda, al‑Ḥarīrī cite différents auteurs, dont Ibn ʿAsākir (Taʾrīḫ Dimašq).
  • 205 Voir ci‑dessus, Iʿlām-Ḥarīrī, fol. 1v.

28Ces emprunts, al‑Ḥarīrī les effectue essentiellement dans les écrits de deux savants damascènes des viie/xiiie et viiie/xive siècles, qu’il ne cite jamais 200 : le Mirʾat al‑zamān fī tawārīḫ al-aʿyān 201 du prédicateur et historien hanafite Abū Muẓaffar Yūsūf b. Qi̊zoġlu Sibṭ b. al‑Ǧawzī (m. 654/1256) ; le Taʾrīḫ al‑islām et peut être l’un de ses abrégés 202 du muḥaddiṯ et historien Muḥammad b. Aḥmad Šams al‑Dīn al‑Ḏahabī (m. 748/1348). A priori, al‑Ḥarīrī paraît avoir alternativement copié et/ou réécrit le Mirʾāt (Sibṭ) et le Taʾrīḫ (al‑Ḏahabī), auxquels, même si cela est douteux, il pourrait aussi avoir eu accès à travers une autre source 203. C’est sans doute à travers Sibṭ et al‑Ḏahabī qu’il eut accès à des textes plus anciens comme le Ḏayl taʾrīḫ Dimašq d’Ibn al‑Qalānisī (m. 555/1160) et le Kāmil d’Ibn al‑Aṯīr (m. 633/1230) 204. Il peut aussi avoir eu recours à d’autres textes. Après tout, il n’y a aucune raison de penser qu’il ne parcourut pas à nouveau, par exemple, certaines notices biographiques des Wafayāt al‑aʿyān d’Ibn Ḫallikān, qu’il cite dans d’autres parties du Muntaḫab. Je me suis aussi demandé, à lire sa critique à peine voilée de pouvoirs musulmans injustes et ayant délaissé la foi, s’il n’avait pas eu au moins indirectement accès aux discours d’un homme de religion tel qu’al-Sulamī (m. 1106), qui leur reprochait dans le Kitāb al‑ǧihād d’avoir délaissé la lutte armée contre l’envahisseur chrétien 205.

  • 206 Les exemples sont trop nombreux pour être cités. L’analyse à grande échelle de l’utilisation de fo (...)
  • 207 Je n’en ai pas trouvé mention dans le Mirʾat al-zamān.

29Quant aux croisés, nommés « les Francs », al‑Ḥarīrī adopte, à leur égard, un ton similaire à celui de nombres de chroniqueurs des viieviiie/xiiexiiie siècles, et que les auteurs postérieurs faisaient volontiers leur : une franche hostilité, symbolisée par l’emploi de l’expression accusatoire al‑malāʿīn, « les maudits », qui était peut-être encore lourde de sens à l’époque où al‑Ḥarīrī écrivait, et par une certaine insistance sur les méfaits des croisés. Certes, cette hostilité peut paraître conventionnelle, d’imitation, et la sincérité d’al‑Ḥarīrī interrogée : ne se contentait-il pas d’imiter al‑Ḏahabī, qui fait usage à l’envi du vocable al‑malāʿīn, et qu’il n’était pas forcément rare, au Moyen Âge, d’employer pour dénoncer l’incrédulité, la déviance ou la violence de tous ceux considérés comme des ennemis de l’islam, Juifs, Byzantins, Francs, Géorgiens, Mongols, Bāṭiniens, etc. 206 ? Pourtant, al‑Ḥarīrī choisit bien de faire usage de ce vocable, jusque dans le titre de son muḫtaṣar, alors même que Sibṭ b. al‑Ǧawzī, le deuxième auteur sur lequel il s’appuie tant, n’avait pas jugé nécessaire de le faire 207.

Conclusion

30Tout ceci ne permet pas de comprendre pourquoi al‑Ḥarīrī décida d’écrire un livre dont le titre indique qu’il est centré sur les croisades, et qui est effectivement chronologiquement borné par l’aventure franque : l’Iʿlām débute par la première croisade et s’achève par la chute d’Acre en 1291. Il annonce simplement, dans l’introduction, qu’il s’agit d’un « abrégé » (muḫtaṣar), sans préciser qu’il y résume son œuvre longue, le Muntaḫab, qui est lui-même la réécriture (et parfois la reproduction) de différents textes. Il faut donc se contenter de supposer qu’il souhaitait mettre à disposition de ses lecteurs et auditeurs potentiels un compendium qui leur permettrait de s’informer rapidement sur des évènements lointains dont il considérait qu’il leur fallait s’en souvenir. Par là-même, il me paraît avoir voulu entretenir ou raviver la mémoire de l’invasion franque. De même, il n’est pas interdit de penser qu’il l’associait peu ou prou au déferlement des Ottomans sur le Proche-Orient : il rédigea l’Iʿlām alors même que le Proche-Orient connaissait un bouleversement majeur, le sultanat mamelouk s’effaçant devant un nouveau pouvoir, ottoman.

31Le récit de la première croisade et de ses conséquences immédiates dans l’Iʿlām (et donc dans le Muntaḫab) peut susciter une forme de déception chez l’historien à l’affût d’informations susceptibles de l’aider à proposer une reconstitution de l’histoire de la croisade. En effet, pourquoi, dans une telle perspective, s’intéresser à une sorte d’aide‑mémoire plutôt approximatif, qui reprend des sources par ailleurs connues de longue date et qui n’apparaît guère aussi subtil ou élégant (laṭīf) que son auteur l’affirme ? C’est que cet aide-mémoire en dit long non seulement sur son auteur et sa culture, mais aussi sur la façon dont, plusieurs siècles après la destruction par les Mamelouks des derniers États nés de la croisade, il était susceptible de toucher un public soucieux de mieux comprendre son lointain passé.

Bibliographie

Sources

Abū al‑Fidāʾ, ʿImād al-Dīn Ismāʿīl, al‑Mutaar fī abār al‑bašar, Le Caire, al‑Maṭbaʿa al‑ḥusayniyya al‑miṣriyya, 1907, 4 vol.

Abū Šāma, Šihāb al‑Dīn ʿAbd al‑Raḥman, al‑Rawatayn fī abār al‑dawlatayn al‑nūriyya wa‑l‑alāiyya, éd. Ibrāhīm al‑Zubayq, Beyrouth, Muʾassasat al‑risāla, 1997, 5 vol.

Anṭakī (al‑), Yaḥyā b. Saʿīd, Taʾ, al-maʿrūf bi-ilat taʾ Ūtīā, éd. ʿUmar ʿAbd al‑Salām Tadmurī, Tripoli, Beyrouth, Ǧarrūs Press, 1990.

ʿAẓīmī (al‑), Muḥammad b. ʿAlī, Taʾ alab, éd. Ibrāhīm Zaʿrūr, Damas, 1984.

Balāḏūrī (al‑), Aḥmad b. Yaḥyā, Futū al‑buldān, Beyrouth, Dār wa‑maktabat al‑Hilāl, 1988.

Barhebraeus, Abū al‑Faraǧ Ibn al‑ʿIbrī, Taʾ mutaar al‑duwal, éd. Antoine aliānī al‑Yasūʿī, Beyrouth, Dār al‑Šarq, 1992.

Ḏahabī (al‑), Šams al‑Dīn Abū ʿAbd Allāh, Taʾ al‑islām wa-wafayāt al‑mašāhir wa‑l‑aʿlām, éd. ʿUmar ʿAbd al‑Salām Tadmurī, Beyrouth, Dār al‑kitāb al‑ʿarabī, 1993, 52 vol. ; éd. Bašār ʿAwwād Maʿrūf, Beyrouth, Dār al‑ġarb al‑islāmī, 2003, 15 vol.

Ḏahabī (al‑), Šams al‑Dīn Abū ʿAbd Allāh, Siyar aʿlām al-nubalāʾ, éd. Šuʿayb al‑Arnāʾū et al., Beyrouth, Muʾassasat al‑risāla, 1985, 25 vol. (3e éd.) ; éd. Dār al‑ḥadīṯ, 2006, 18 vol.

Ḏahabī (al‑), Šams al‑Dīn Abū ʿAbd Allāh, Takirat al‑uffā, Beyrouth, Dār al‑kutub al‑ʿilmiyya, 1998, 4 vol.

Ḏahabī (al‑), Šams al‑Dīn Abū ʿAbd Allāh, Duwal al‑islām, éd. Ḥasan Ismāʿīl Marwa et Maḥmūd al‑Arnāʾū, Beyrouth, Dār Ṣādir, 1999, 2 vol.

Ḏahabī (al‑), Šams al‑Dīn Abū ʿAbd Allāh, al-ʿIbar fī abar man ġabar, wa-yalīh uyūl al-ʿIbar, éd. Abū Hāǧir Muḥammad Zaġlūl, Beyrouth, Dār al‑kutub al‑ʿilmiyya, 1985, 4 vol.

Dānişmendnāme, éd. Irène Mélikoff, La geste de Melik Dạnişmend : étude critique du Dānişmendnāme, Paris, Librairie Adrien Maisonneuve (Bibliothèque archéologique et historique de l’Institut français d’archéologie d’Istanbul, 10‑11), 2 vol.

Duwayhī (al‑), Isṭifān, Taʾ al‑azmina, éd. Buṭrus Fahd, Beyrouth, Dār laḥd ḫāṭir, 1976.

Duwayhī (al‑), Isṭifān, Taʾ al‑āʾifa al‑mārūniyya, éd. Rašīd al‑ūrī al‑Šartūnī, Beyrouth, Imprimerie catholique, 1890.

Gesta francorum et aliorum Hierosolymitanorum, éd. et trad. Louis Bréhier, Paris, Champion, 1924 ; trad. Aude Matignon, La Geste des Francs : chronique anonyme de la première croisade, Paris, Arléa, 1998 (1ère éd., 1992).

Ibn al‑ʿAdīm, Kamāl al-Dīn ʿUmar, Zubdat al-alab fī taʾ alab, éd. Ḫalīl Manūr, Beyrouth, Dār al‑kutub al‑ʿilmiyya, 1996.

Ibn al‑ʿAdīm, Kamāl al-Dīn ʿUmar, Buġyat al-alab fī taʾ alab, éd. Suhayl Zakkār, Damas, Dār al‑fikr, 1988, 12 vol.

Ibn ʿAsākir, Abū al‑Qāsim ʿAlī, Taʾ Dimašq, éd. ʿAmr b. Ġarāma al‑ʿAmrawī, Beyrouth, Dār al‑fikr li‑l‑ṭibāʿa wa‑l‑našr wa‑l‑tawzīʿ, 1995, 80 vol. dont 6 vol. d’index.

Ibn al‑Aṯīr, Abū al‑Ḥasan ʿAlī, al‑Kāmil fī al‑taʾ, éd. ʿUmar ʿAbd al‑Salām Tadmurī, Beyrouth, Dār al‑kitāb al‑ʿarabī, 1997, 10 vol.

Ibn al-Dawādārī, Abū Bakr b. ʿAbd Allāh, Kanz al‑durar wa‑ǧāmiʿ al‑ġurar, Le Caire, ʿĪsā al‑Bābī al‑Ḥalabī, 1960‑1994, 9 vol.

Ibn al‑Fuwaṭī al‑Šaybanī, Kamāl al‑Dīn Abū al‑Faḍl, Maǧmaʿ al‑ādāb fī muʿǧam al‑alqāb, éd. Muḥammad al‑Kāim, Téhéran, Muʾassasat al‑ṭibāʿa wa‑l‑našr, Wizārat al‑ṯaqāfa wa‑l‑iršād al‑islāmī, 1416 H., 6 vol.

Ibn al‑Ǧawzī, Abū al‑Faraǧ ʿAbd al‑Raḥman, al‑Muntaam fī taʾ al‑umam wa‑l‑mulūk, éd. Muḥammad ʿAbd al‑Qādir ʿAā et Muṣṭafā ʿAbd al‑Qādir ʿAā Beyrouth, Dār al‑kutub al‑ʿilmiyya, 1992, 19 vol.

Ibn Ḫaldūn, ʿAbd al‑Raḥmān b. Muḥammad, Taʾ Ibn aldūn al‑musammā Dīwān al‑mubtadāʾ wa‑l‑abar fī taʾ al‑ʿArab wa‑l‑Barbar wa‑man ʿāara‑hum min awī al‑šāʾn al‑akbār, éd. Ḫalīl Šaāda, Beyrouth, Dār al‑fikr, 2e éd., 1988, 8 vol.

Ibn Ḫallikān, Aḥmad b. Muḥammad, Wafayāt al‑aʿyān wa-anbāʾ abnāʾ al‑zamān, éd. Iḥsān ʿAbbās, Beyrouth, Dār Ṣādir, 1968‑1972, 8 vol.

Ibn Kaṯīr, Abū al‑Fidāʾ Ismāʿīl, al‑Bidāya wa‑l‑nihāya, éd. ʿAlī Šīrī, Beyrouth, Dār iḥyāʾ al‑turāṯ al‑ʿarabī, 1988, 14 vol. ; éd. ʿAbd Allāh b. ʿAbd al‑Muḥsin al‑Turkī, Beyrouth, Dār Haǧr, 2003 (1ère éd. 1997), 21 vol.

Ibn al‑Mibrad, Abū al‑Maḥāsin Yūsuf al‑Ḥanbalī, al‑Durr al‑naqī fī šar alfā al‑ilaqī, éd. Riḍwān Mutār b. Ġarbiyya, Djeddah, Dār al‑muǧtamaʿ li‑l‑našr li‑l‑tawzīʿ, 1991, 3 vol.

Ibn al‑Wardī, ʿUmar b. Muẓaffar, Taʾ, Beyrouth, Dār al‑kutub al‑ʿilmiyya, 1996, 2 vol.

Ibn Muyassar, Muḥammad b. ʿAlī, al‑Muntaqā min abār Mir, éd. Ayman Fuʾād Sayyid, Le Caire, Ifao, 1981.

Ibn al‑Qalānisī, Ḥamza b. Asad, ayl taʾ Dimašq, éd. Suhayl Zakkār, Damas, Dār Ḥasān li‑l‑ṭibāʿa wa‑l‑našr, 1983.

Ibn al-Sāʿī, ʿAlī b. Anǧab, al‑Durr al‑amīn fī asmāʾ al‑muannifīn, éd. Aḥmad Šawqī Binbīn et Muḥammad Saʿīd anašī, Tunis, Dār al‑ġarb al‑islāmī, 2009.

Ibn Ṣaṣrā, Muḥammad b. Muḥammad, Kitāb al‑durra al‑muīʾa fī al‑dawla al‑āhiriyya, éd. et trad. William Brinner, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1963, 2 vol., Vol. II, The Arabic text.

Ibn Šaddād, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad, al‑Aʿlāq al‑aīra fī ikr umarāʾ al‑Šām wa‑l‑Ǧazīra, vol. I. 1, I. 2 et III. 1, éd. Yaḥyā Zakariyā ʿAbāra, Damas, Wizārat al‑ṯaqāfa, 1991, 3 vol.

Ibn Šaddād, Abū ʿAbd Allāh Muḥammad, al‑Aʿlāq al-aīra fī ikr umarāʾ al‑Šām wa‑l‑Ǧazīra, al‑Maktabat al‑Šāmila, al‑Iṣdār 3.64.

Ibn Taġrī Birdī, al‑Nuǧūm al‑āhira fī mulūk Mir wa‑l‑Qāhira, Le Caire, Wizārat al‑ṯaqāfa wa‑l‑iršād al‑qawmī, Dār al‑kutub, 1929‑1972, 16 vol.

Ibn Wāṣil, Muḥammad b. Sālim, Mufarriǧ al‑kurūb fī abār Banī Ayyūb, vol. I à III, éd. Ǧamāl al‑Dīn al‑Šayyāl, vol. IV et V, éd. Ḥasanayn Muḥammad Rabīʿ et Saʿīd ʿAbd al‑Fattāḥ ʿšūr, Le Caire, Dār al‑kutub wa‑l‑waṯāʾiq al‑qawmiyya, 1953‑1957, 5 vol.

Maqrīzī (al‑), Aḥmad b. ʿAlī, Ittiʿā al‑unafāʾ bi‑abār al‑aʾimma al‑fāimiyyīn al‑ulafāʾ, éd. Ǧamāl al‑Dīn al‑Šayyāl (vol. I), Muḥammad Ḥilmī Muḥammad Amad (vol. II et III), Le Caire, al‑Maǧlis al‑aʿlā li‑l‑šuʾūn al‑islāmiyya, Laǧnat iḥyāʾ al‑turāṯ al‑islāmī, 1967‑1973, 3 vol.

Nuwayrī (al‑), Aḥmad b. ʿAbd al‑Wahāb, Nihāyat al‑arab fī funūn al‑adab, Le Caire, Dār al‑kutub wa‑l‑waṯāʾiq al‑qawmiyya, 1423 H./2002-2003, 33 vol. ; Vol. XXVIII, Beyrouth, Dār al‑kutub al‑ʿilmiyya, 2004.

Raymond d’Aguilers, Historia Francorum qui ceperunt Iherusalem, in Jean‑Paul Migne, Patrologia Latina (Paris, 1884‑1864, 221 vol.), Vol. CLV, Corpus Corporum, [En ligne] http://mlat.uzh.ch/MLS/xanfang.php?corpus=2&lang=0 ; éd. John Hugh Hill et Laurita Hill, Le “Liber” de Raymond d’Aguilers, Paris, Geuthner, 1969.

Recueil des historiens des croisades. Historiens occidentaux, Paris, Imprimerie royale puis Imprimerie nationale, Académie des inscriptions et belles‑lettres, 1844‑1895, 5 vol.

Saḫāwī (al‑), Muḥammad b. ʿAbd al‑Raḥman, al-Iʿlān bi‑l-tawbī li‑man amma ahl al‑taʾ, éd. Franz Rosenthal, trad. Ṣāliḥ Aḥmad al‑ʿIlī, Beyrouth, Muʾassasat al‑risāla, 1986.

Sulamī (al‑), ʿAlī b. Ṭāhir, Kitāb al‑ǧihād, éd. et trad. Niall Christie, The book of the jihad of ʿAli ibn Tahir al-Sulami (d. 1106). Text, translation and commentary, Londres et New York, Routledge, 2016 (1ère éd. Farnham & Burlington, Surrey, Ashgate, 2015).

Sibṭ b. al‑ʿAǧamī, Aḥmad b. Ibrāhīm, Kunūz al‑ahab fī taʾ alab, Alep, Dār al‑Qalam, 1417 H., 2 vol.

Sibṭ b. al-Ǧawzī, Abū Muẓaffar Yūsūf b. Qi̊zoġlu, Mir'at al-zamān fī tawārīḫ al-aʿyān, éd. Muḥammad Barakāt et al., Damas, Dār al-risāla al-ʿālamiyya, 2013, 23 vol.

Subkī (al‑), Tāǧ al‑Dīn ʿAbd al‑Wahhāb, abaqāt al‑šāfiʿiyya al‑kubrā, éd. Maḥmūd Muḥammad al‑anāī et ʿAbd al‑Fattāḥ Muḥammad al‑ulw, Le Caire, Dār Hiǧr li‑l‑ṭibāʿa wa‑l‑našr wa‑l‑tawzīʿ, 1413/1992-1993, 10 vol., in Al‑Maktaba al‑Šāmila 2 (al‑Idār al‑rasmī al‑ānī), 3, 48, [s.l.], 1433 H., (1ère éd. Le Caire, 1964-1976).

Suyūṭī (al‑), Ǧalāl al‑Dīn ʿAbd al‑Raḥman b. Abī Bakr, Taʾ al‑ulafāʾ, éd. Ḥamdī al‑Dimurdāš, Le Caire, Maktaba Nizār Muṣṭafā al‑Bāz, 2004.

ʿUlaymī (al‑), ʿAbd al‑Raḥman b. Muḥammad, al‑Taʾ al‑muʿtabar fī anbāʾ man ġabar, wa‑huwa Kitāb ǧāmiʿ li‑taʾ al‑anbiyāʾ wa‑taʾ al‑islām wa‑tarāǧim aʾimmati‑hi al‑ʿiām ilā mubtadaʾ al‑qarn al‑ʿāšir, éd. Nūr al‑Dīn ālib et al., Beyrouth, Dār al‑nawādir, 2011, 3 vol.

Yāqūt, Šihāb al‑Dīn Abū ʿAbd Allāh, Muʿǧam al‑buldān, Beyrouth, Dār Ṣādir, 2e éd., 1995, 7 vol.

Yāqūt, Šihāb al‑Dīn Abū ʿAbd Allāh, Iršād al‑arīb ilā maʿrifat al‑adīb, aw Muʿǧam al‑udabāʾ, éd. Iḥsān ʿAbbās, Beyrouth, Dār al‑ġarb al‑islāmī, 1993, 7 vol.

Zaradkāš (al‑), Ibn Aranbuġā, al‑Anīq fī al‑manāǧanīq, ms. Istanbul, Topkapi Sarayi Miizesi Kutuphanesi, Ahmet III 3469/1 ; éd. Iḥsān Hindī, Damas, Ǧāmiʿāt Ḥalab, Maʿhad al‑turāṯ al‑ʿilmī al‑ʿarabī, 1985 ; réimpr. Abu Dhabi, Hayʾa Abū Ẓabī li‑l‑siyāḥa wa‑l‑ṯaqāfa, Dār al‑kutub al‑waṭaniyya, 2013.

Instruments de travail

Corpus Corporum, repositorium operum Latinorum apud universitatem Turicensem, Université de Zurich [En ligne] http://mlat.uzh.ch/MLS/index.php.

Du Cange et al. 1883-1887, Glossarium mediae et infimae latinitatis, Niort, L. Favre, [En ligne] http://ducange.enc.sorbonne.fr/.

Hagenmeyer Heinrich, 1902, Chronologie de la première croisade (1094-1100), Paris, Ernest Leroux Éditeur.

Houtsma Martijn Theodor, 1894, Ein Türkish-Arabisches glossar. Nach der leidener Handschrift, Leyde, Brill.

Kazimirski Albert de Biberstein, 1860, Dictionnaire arabe‑français, Paris, Maisonneuve et Cie, 2 vol.

Maktabat (al-) al‑Šāmila 2 (al‑Idār al‑rasmī al‑ānī), 3, 48, [s.l.], 1433 H.

Maʿānī (al-) 2010‑2019 [En ligne] https://www.almaany.com/

İslam Ansiklopedisi : Türkiye Diyanet Vakfı (İA2) 1988-,

Istanbul, Türkiye Diyanet Vakfı Yayınları, [En ligne] https://islamansiklopedisi.org.tr/.

Études

Andrea Alfred J. et Holt Andrew (éd.), 2015, Seven Myths of the Crusades, Indianapolis, Hackett Publishing (“Myths of History: a Hackett series”).

Asbridge Thomas S., 2000, The Creation of the Principality of Antioch, 1098‑1130, Woodbridge, The Boydell Press.

Asbridge Thomas, 2005, The First Crusade. A new history, Londres, Simon & Schuster UK Ltd (1ère éd. The Free Press, 2004).

Asbridge Thomas, 2012, The Crusades. The war of the Holy Land, Londres, Simon & Schuster UK Ltd (1ère éd. 2010).

ʿAwa Muḥammad Muʾnis, 1996, Fuūl bībliyūġrafiyya fī taʾ al‑urūb al‑alībiyya, Le Caire, Dār ʿAyn li‑l‑dirāsāt wa‑l‑buḥūṯ al‑insāniyya wa‑l‑iǧtimāʿiyya.

ʿAwa Muḥammad Muʾnis, 2013, Aʾ ʿalā bibliyūġrafiyā taʾ al‑urūb al‑alībiyya. Al‑marāǧiʿ al‑ʿarabiyya wa‑l‑muʿarraba (1981‑2011), Jérusalem, Dār al‑ǧundī li‑l‑našr wa‑l‑tawzīʿ.

Başan Osman Aziz, 2010, The Great Seljuk. A history, Abingdon et New York, Routledge.

Batia Umej, 2008, Forgetting Osama bin Munqidh, Remembering Osama bin Laden: the Crusades in modern Muslim memory, Singapour, Nanyang Technological University.

Beben Daniel, 2018, « Remembering Saladin: The Politics of Heresy and the Legacy of the Crusades in Persian Historiography », Journal of the Royal Asiatic Society 28/2, p. 231‑253.

Bianquis Thierry et Zouache Abbès, 2018, « Heurs et malheurs du pouvoir fatimide pendant l’année 388/998‑999. Traduction et commentaire d’un extrait du ayl taʾ Dimašq d’Ibn al‑Qalānisī (m. 555/1160) », in Abbès Zouache (dir.), Pouvoir et culture dans le monde arabe et musulman. Études dédiées à la mémoire Thierry Bianquis, Bulletin d'études orientales 66, p. 157‑182.

Boumaza Magali, 2018, « Ce que faire mémoire veut dire », in Magali Boumaza (dir.) : Faire mémoire : regard croisé sur les mobilisations mémorielles (France, Allemagne, Ukraine, Turquie, Égypte), Paris, L’Harmattan, p. 11‑22.

Buch Andrew, 2017, The Principality of Antioch and its frontiers in the twelfth century, Woodbridge, The Boydell Press.

Cahen Claude, 1940, La Syrie du Nord et la principauté franque d'Antiochène à l'époque des croisades, Paris, Geuthner [En ligne] https://books.openedition.org/ifpo/6169?lang=fr.

Cahen Claude, 1983, Orient et Occident au temps des croisades, Paris, Aubier.

Cassidy-Welch Megan et Lester Anne, 2014, « Memory and interpretation: new approaches to the study of the crusades », in Memory and the Crusades: rethinking past and present, numéro special de The Journal of Medieval History 40/3, p. 225‑236.

Cassidy-Welch Megan (dir.), 2017, Remembering the Crusades and crusading, Abingdon et New York, Routledge.

Chamberlin John Garick, 2007, « The evolution of Arab conceptions of the Crusades », Strategic Insights 6/2, [En ligne] http://edocs.nps.edu/npspubs/institutional/newsletters/strategic%20insight/2007/chamberlinMar07.pdf.

Chevedden Paul, 1998, « The Hybrid trebuchet: the halfway step to the counterweight trebuchet », in Donald Kagay et Theresa Van (dir.), On the social origins of medieval institutions. Essays in honor of Joseph F. O’Callaghan, Leyde, Brill, p. 179‑222.

Chevedden Paul, 2000, « The Invention of the Counterweight Trebuchet: A Study in Cultural Diffusion », Dumbarton Oaks Papers 54, p. 71‑116.

Chevedden Paul, Shiller Zvi, Gilbert Samuel et Kagay Donald, 2000, « The traction trebuchet: a triumph of four civilizations », Viator 31, p. 433‑486.

Chevedden Paul, 2006a, « The Islamic interpretation of the Crusade: a new (old) paradigm for understanding the Crusades », Der Islam 83/1, p. 90‑136.

Chevedden Paul, 2006b, « The view of the Crusades from Rome and Damascus: the geostrategic and historical perspectives of Pope Urban II and ʿAli ibn Tahir al‑Sulami », Oriens 39, p. 257‑329.

Christie Niall, 2001, « The origins of suffixed invocations of God’s curse on the Franks in Muslim sources for the Crusades », Arabica 48/2, p. 254‑266.

Christie Niall, 2011, « ‘‘Curses, foiled again!’’ Further research on early use of the ‘‘Ḫaḏalahum Allah” invocation during the Crusading period », Arabica 58, p. 561‑570.

Daher Massoud, 2010, « The Lebanese leadership at the beginning of the Ottoman period: a case study of the Maʿn family », in Peter Sluglett et Stefan Weber (dir.), Syria and Bilad al‑Sham under Ottoman rule. Essays in honour of Abdul‑Karim Rafeq, Leyde, Brill, p. 323‑346.

Défréméry Charles, 1853, « Recherches sur le règne du sultan seldjoukide Barkiarok (485‑498 de l’hégire = 1092‑1104 de l’ère chrétienne) », Journal Asiatique 62 (cinquième série, tome I), p. 425‑458.

Demirkent Işın, 2002, « Kürboğa », Islam Aniklopedisi : Türkiye Diyanet Vakfı (İA2) 26, Istanbul, Türkiye Diyanet Vakfı Yayınları, p. 562‑563, [En ligne] http://islamansiklopedisi.org.tr/kurboga.

Denaro Roberta, 2017, « Naming the Enemy’s Land. Definitions of dār al‑ḥarb in Ibn al‑Mubārak’s Kitāb al‑Jihād », in Giovanna Calasso et Giuliano Lancioni (dir.), Dār al‑islām / dār al‑arb. Territories, People, Identities, Leyde, Boston, Brill, p. 93‑107.

Dupront Alphonse, 1997, Le mythe de croisade, Paris, Gallimard, 4 vol.

Edgington Susan et Garcia-Guijarro Luis (dir.), 2014, Jerusalem the golden. The origins and impact of the First Crusade, Turnhout, Brepols (« Outremer. Studies in the Crusades and the Latin East, 3 »).

Farānī (al‑) ʿAbd al‑Ḥamīd Ǧamāl et Šāhīn Riyāḍ Muṣṭafā, 2005, « Dawr al‑ʿulamāʾ al‑muslimīn fī al‑muqāwama ḍidd al‑ṣalībiyyīn fī Bilād al‑Šām (491‑690/1098‑1291) », Maǧallat dirāsāt taʾiyya, Ǧāmiʿa Dimašq 119, 34 p. [En ligne] https://frama.link/-Ho7GRFA

Flori Jean, 2001, La première croisade. L’Occident chrétien contre l’islam, Bruxelles, Complexe (1ère éd. 1992).

Friedman Yaron, 2010, The Nuayrī - ʿAlawīs. An introduction to the religion, history and Identity of the leading minority in Syria, Leyde, Boston, Brill.

France John, 1994, Victory in the East. A military history of the First Crusade, Cambridge, Cambridge University Press.

Garcin Jean-Claude, 2003, Lectures du roman de Baybars, Marseille.

Garcin Jean-Claude, 2013, Pour une lecture historique des ‘‘Mille et Une Nuits’’, Paris, Sindbad et Actes Sud.

Gauvin Brigitte, Jacquemard Catherine et Lucas-Avenel Marie, 2011, « Emprunts, compilation et réécriture dans l’Hortus sanitatis », Schedae, p. 1‑21.

Hamza Nadim, 1984, al‑Tanūiyyūn aǧdād al‑Muwaḥḥidūn (al‑Durūz) wa‑dawru‑hum fī Ǧabāl Lubnān, Beyrouth, Dār al‑Nahār.

Hazard Harry, 1975, « Caesarea and the Crusades », Bulletin of the American Schools of Oriental Research. Supplementary Studies 19, The joint expedition to Caesarea maritima, Vol. I, Studies in the history of Caesarea maritima, p. 79‑114.

Hillenbrand Carole, 1997, « The First Crusade: the Muslim perspective », in Jonathan Phillips (dir.), The origins and impact of the First Crusade, Manchester, Manchester University Press, 1997, p. 130‑141.

Hillenbrand Carole, 1999, The Crusades. Islamic perspectives, Édimbourg, Edinburgh University Press.

Hirschler Konrad, 2014a, « Ibn Wāṣil », in Alex Mallett (dir.), Medieval Muslim Historians and the Franks in the Levant, Leyde, Boston, Brill, p. 136‑160.

Hirschler Konrad, 2014b, « The Jerusalem conquest of 492/1099 in the medieval Arabic historiography of the Crusades: from regional plurality to Islamic narrative », Crusades 13, p. 37‑76.

Hodgson Marshal, 1962, « Al‑Darazî and Ḥamza in the origin of the Druze religion » Journal of the American Oriental Society 82/1, p. 7‑20.

Kedar Benjamin Zeev, 2004, « The Jerusalem massacre of July 1099 in the Western historiography of the Crusades », Crusades 3, p. 15‑75.

Kedar Benjamin Zeev, 2014, « An early Muslim reaction to the First Crusade? », in Simon John et Nicholas Morton (dir.), Crusading and warfare in the Middle Ages. Realities and representations. Essays in honour of John France, Crusades‑Subsidia 7, Aldershot, Ashgate, p. 69‑74.

Khadduri Majid, 1955, War and peace in the law of Islam, Baltimore.

Khadduri Majid, 1998, « Ṣulḥ », Encyclopédie de l’islam, nouvelle édition, Vol. IX, Leyde, Brill, p. 880-881.

Khanam Sultana Razia, 1990, A Critical study of Shams al‑din al‑Dhahabi’s (d. 749/1347) contribution to Arabic literature, with special reference to his historical work, PhD, Aligarth Muslim University.

Köhler Michael, 2013, Alliances and treaties between Frankish and Muslim rulers in the Middle East. Cross-cultural diplomacy in the period of the Crusades, translated by Peter M. Holt, revised, edited and introduced by Konrad Hirschler, Leyde, Boston, Brill (1ère éd. allemande Berlin/New York, De Gruyter, 1991).

John Simon, 2018, Godfrey of Bouillon: Duke of Lower Lotharingia, ruler of Latin Jerusalem, c. 1060‑1100, New York, Routledge.

Kostick Conor, 2009, The siege of Jerusalem. Crusade and conquest in 1099, Londres, Bloomsbury Academic.

Kurd ʿAlī Muḥammad, 1983, Ḫiṭaṭ al‑Šām, 3e éd., Damas, Maktabat al‑nūrī, 2 vol. (1ère éd. 1925‑1928).

Lapina Elizabeth et Morton Nicholas (dir.), 2017, The uses of the Bible in Crusader sources, Leyde, Boston, Brill.

Le Goff Jacques et de Montrémy Jean-Maurice, 2003, À la recherche du Moyen Âge, Paris, Louis Audibert Éditions.

Lentin Jérôme et Grand’Henry Jacques, 2008, Moyen arabe et variétés mixtes de l’arabe à travers l’histoire. Actes du premier colloque international (Louvain‑la‑Neuve, 10‑14 mai 2004), Louvain, Peeters - Université catholique de Louvain (« Publications de l’Institut orientaliste de Louvain », 58).

Leriche Pierre, 1983, « Les défenses orientales de Tell Arqa au Moyen Âge », Syria 60/1‑2, p. 111‑132.

MacEvitt Christopher, 2008, The Crusades and the Christian world of the East. Rough tolerance, Philadelphie, University of Pennsylvia Press.

Madden Thomas, 2012, « River of blood: an Analysis of one aspect of the Crusader conquest of Jerusalem in 1099 », Revista Chilena de Estudios Medievales 1, p. 25‑37.

Maʿrūf Baššār ʿAwwād, 1976, Al‑Ḏahabī wa‑manhaǧu‑hu fī kitābi‑hi Taʾrīḫ al‑islām, Le Caire, Maṭbaʿa ʿĪsā al‑bābī al‑ḥalabī.

Mecit Songül, 2009, The Rum Seljuqs (473‑641/1081‑1243): ideology, mentality and self-image, Phd, University of Edinburgh.

Michaud Françoise, 2014, « Ibn al‑Athīr », in Alex Mallett (dir.), Medieval Muslim Historians and the Franks in the Levant, Leyde, Boston, Brill, p. 52‑83.

Nawār Ṣahāḥ al‑Dīn Muḥammad, 1993, al‑ʿUdwān al‑ṣalībī ʿalā al‑ʿālam al‑islāmī (490‑515/1097‑1121) : aḍwāʾ ǧadīda ʿalā al‑ḥurūb al‑ṣalībiyya, Alexandrie, Dār al‑daʿwa.

Murray Alan, 2014, « The siege and capture of Jerusalem in narrative sources of the First Crusade », in Susan Edgington et Luis Garcia-Guijarro (dir.), Jerusalem the golden. The origins and impact of the First Crusade, Turnhout, Brepols (« Outremer. Studies in the Crusades and the Latin East, 3 »), p. 191‑215.

Ohana David, 2012, The Origins of Israeli Mythology: Neither Canaanites nor Crusaders (traduit de l’hébreu par David Maisel), Cambridge, Cambridge University Press.

Özaydın

Abdülkerim, 2000, « Büyük Selçuklu Emîri Kürboğa », İstanbul Üniversitesi Edebiyat Fakültesi Tarih Dergisi/Turkish Journal of History 36, p. 405‑422.

Norako Leila Kathleen, 2007, The Crusades and Western cultural imagination: an exhibition in the Rossel Hope Robbins Library, 9 Feb. 2007 – 30 June 2007, University of Rochester, Rossel Hope Robbins Library.

Paul Nicholas, 2012, To follow in their footsteps. The Crusades and family memory in the High Middle Ages, Ithaca, New York, Cornell University Press.

Paul Nicholas et Yeager Suzanne (dir.), 2012, Remembering the Crusades: myth, image and identity, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

Pellat Charles, 1991, « Al-Masʿūdī », in Clifford Edmund Bosworth et al. (dir.), The Encyclopaedia of Islam. New Edition, vol. VIII, Leyde, Brill, p. 784‑789.

Qāsim ʿAbduh Qāsim, 1990, Māhiyyat al‑urūb al‑alībiyya, Koweït, al‑Maǧlis al‑waṭanī li‑l‑ṯaqāfa wa‑l‑funūn wa‑l‑ādāb.

Qāsim ʿAbduh Qāsim, 1999, al‑alfiyya al‑īdiyūlūǧiyya li‑l‑urūb al‑alībiyya. Dirāsa ʿan al‑amla al‑ʾūlā 1095‑1099, Le Caire, Dār ʿAyn li‑l‑dirāsāt wa‑l‑buḥūṯ al‑insāniyya wa‑l‑iǧtimāʿiyya.

Qāsim ʿAbduh Qāsim, 2001, al‑amla al‑alībiyya al‑ʾūlā. Nuū wa‑waāʾiq taʾiyya, Le Caire, Dār ʿAyn li‑l‑dirāsāt wa‑l‑buḥūṯ al‑insāniyya wa‑l‑iǧtimāʿiyya.

Sartori Manuel, 2014, « La langue des manuscrits grammaticaux arabes médiévaux : entre fuṣḥā et ʿāmmiyya », Romano‑Arabica 14, p. 301‑317.

Sluglett Peter et Weber Stefan (dir.), 2010, Syria and Bilad al‑Sham under Ottoman rule. Essays in honour of Abdul‑Karim Rafeq, Leyde, Brill.

Sivan Emmanuel, 1972, « Modern historiography of the Crusades », Asian and African Studies 8, p. 109-149.

Strauss Johan, 2012, « Kurûn-i vusta : la découverte du ‘‘Moyen Âge’’ par les Ottomans », in François Georgeon et Frédéric Hitzel (dir.), Les Ottomans et le temps, Leyde, Brill, p. 205‑239.

Swayd Samy, 1998, The Druze: an annotated bibliography, Los Angeles, Institute of Druze Studies Publications (Institute of Druze Studies series 1).

Schnädelbach Dietrich, s. d., « The Umayyad and ʿAbbāsid weight systems », [En ligne] https://www.academia.edu/33980958/The_Umayyad_and_Abb%C4%81sid_weight_systems.

Whelan Estelle, 1980, « A contribution to Dānishmendid history: the figured copper coins », Museum Notes (American Numismatic Society) 25, p. 133‑166.

Yared-Riachi Mariam, 1997, La politique extérieure de la principauté de Damas (468‑549/1076‑1154), Damas, Ifpo.

Zack Liesbeth et Schippers Arie (dir.), 2012, Middle Arabic and mixed Arabic. Diachrony and synchrony, Brill, Leyde.

Zankī Ǧamāl Muḥammad, 1998, Muʾayyad al‑Dīn Yāġī Siyān, āib Anākiyya, wa‑l‑amla al‑alībiyya al‑ʾūlā, Koweït, Université du Koweït.

Zayd Usāma, 1989, Kafarāb wa‑inu‑hā bayn al‑muslimīn wa‑l‑alībiyyīn, Alexandrie.

Zouache Abbès, 2000, « Siège et prise de Maʿarrat al‑Nuʿmān par les croisés (1098) », in Pays d’islam et monde latin, xexiiie siècle. Textes et documents, Lyon, Presses universitaires de Lyon (Collection d’histoire et d’archéologie médiévales, UMR 5648), p. 64‑69.

Zouache Abbès, 2008, Armées et combats en Syrie de 491/1098 à 569/1174. Analyse comparée des chroniques médiévales latines et arabes, PIFD 230, Damas, Ifpo.

Zouache Abbès, 2012, « Écrire l’histoire des croisades aujourd’hui, en Orient et en Occident », in Rania Abdellatif et al. (dir.), Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels : approches historiographiques et perspectives de recherche, Munich, Oldenbourg, p. 120‑147.

Zouache Abbès, 2013, « L’ordalie au Proche-Orient, à l’époque des croisades », Cahier de recherches médiévales et humanistes 25, p. 405‑434.

Zouache Abbès, 2014, « Compte-rendu critique de Nicholas Paul et Suzanne Yeager (éd.), Remembering the Crusades. Myth, image and identity, Baltimore, The Johns Hopkins Press, 2012 », Bulletin critique des Annales islamologiques 29, p. 134‑136.

Zouache Abbès, 2015, « Les croisades en Orient. Histoire, mémoires », Tabularia 15, p. 74‑119.

Zouache Abbès, 2018, « Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī (m. apr. 926/1520) : l’homme et son œuvre, d’après les marques extratextuelles des manuscrits qui la conservent », in Abbès Zouache (dir.), Pouvoir et culture dans le monde arabe et musulman. Études dédiées à la mémoire de Thierry Bianquis, Bulletin d'études orientales 66, p. 227‑254.

Notes

1 L’historiographie anglo-saxonne de la croisade, qui est aujourd’hui dominante, s’intéresse de plus en plus à sa dimension mémorielle. Voir déjà Norako 2007 (court texte rédigé à l’occasion d’une exposition (janvier-août 2007) sur les croisades dans « l’imaginaire culturel occidental » ; une version internet est disponible à l’adresse suivante : https://www.library.rochester.edu/robbins/crusades) et, plus récemment, Batia 2008, Paul 2012, Paul et Yeager 2012, Cassidy-Welch et Lester 2014, Cassidy-Welch 2017, Edgington et Garcia-Guijarro 2014, Andrea et Holt 2015, 2015Beben 2018. Les mémoires de la croisade intéressent aussi des historiens ou essayistes israéliens (voir par exemple Kedar 2004 et surtout Ohana 2012), ainsi que des historiens arabes (voir par exemple les travaux de Qāsim ʿAbdūh Qāsim 1990 et ses autres travaux cités dans ʿAwaḍ 1996 et 2013). Cependant, les travaux de ces derniers ne parviennent que très rarement à briser le plafond de verre qui rend peu perméables les historiographies arabes et occidentales des croisades (voir Zouache 2012).

2 J’ai conscience des nombreux problèmes que pose l’utilisation du vocable « occidental », qui est trop souvent utilisé (voire instrumentalisé) afin d’opposer deux mondes, l’un arabe et musulman, l’autre latin et chrétien, ayant peu échangé et/ou ne s’étant guère influencés. Je m’y résous pourtant, dans la mesure où il n’est pas possible de se limiter aux sociétés européennes, la croisade me paraissant avoir notamment intégré la mémoire collective d’un pays comme les États-Unis.

3 Précurseur : Dupront 1997.

4 Sivan 1972, Cahen 1983, suivis par des générations d’historiens. Voir par exemple, encore récemment, Chamberlin 2007. Une autre idée reçue est celle suivant laquelle la croisade fut incomprise au Proche-Orient. Elle est aujourd’hui peu ou prou remise en cause. Kedar 2014, exhume un texte publié par Gustav Flügel en 1890 et ensuite tombé dans l’oubli qui va dans le sens des idées développées par Hillenbrand 1999, Chevedden 2006a et 2006b et Zouache 2012.

5 Le Goff et De Montrémy 2003, p. 140 à 142. Voir Zouache 2012, p. 126.

6 Voir Zouache 2012 et 2015.

7 Zouache 2014 (à propos de Paul 2012) et 2015.

8 Voir Garcin 2003 et 2013 et Zouache 2012 et 2015. Concernant l’empire ottoman, perdure parmi les ottomanistes l’idée suivant laquelle les croisades étaient peu connues à Istanbul avant la fin du xixe siècle ; ils les auraient alors (re)découvertes sous l’influence des historiens occidentaux. Voir par exemple Strauss 2012, en particulier p. 229 et 238, où il avance des arguments identiques à ceux qui ont longtemps conduit les historiens arabisants à considérer qu’elles avaient été vite oubliées en terre arabe, jusqu’à la traduction en arabe par Muḥammad Maẓlūm, en 1865, d’une histoire des croisades en français.

9 Zouache 2015.

10 Contrairement à ce que pensaient Cahen (1940 [En ligne] https://books.openedition.org/ifpo/6173#ftn41 § 22 et note 41) et Hillenbrand (1999, p. 258) même s’il semble bien qu’aucun d’entre eux n’eut accès à la totalité du Muwaffaq.

11 Ibn al‑ʿAdīm, Buġya, VI, p. 2926‑2927 et Ibn Muyassar, Aḫbār Miṣr, p. 197. Al‑Saḫāwī, al-Iʿlān, p. 247, l’intitule par erreur « القوت », comme d’autres auteurs (par exemple Sibṭ b. al‑ʿAǧamī, Kunūz al‑ḏahab, I, p. 7). Ibn al‑Sāʿī (al‑Durr al‑ṯamīn, p. 363) fait une autre erreur en lui donnant le titre de Kitāb al‑mufawwaf fī al‑taʾrīḫ. Voir aussi ci‑après, note 14.

12 Voir Ibn al‑ʿAdīm, Buġya, VI, p. 2932, qui le fait mourir à plus de quatre-vingt ans ; Yāqūt al‑Ḥamawī, Iršād, III, p. 1208 et note 1 (ne date pas son décès, comme on a pu le croire d’après sans doute une édition ancienne de l’Iršād, de 544/1149‑1150 ou d’après 554/1159) ; Ibn ʿAsākir, Taʾrīḫ Dimašq, XV, p. 162-163 ; Ibn Muyassar, Aḫbār Miṣr, p. ظغ et 105 (le nomme al‑amīr al‑raʾīs) ; Ibn al‑Sāʿī, al‑Durr al‑ṯamīn, p. 363 ; Sibṭ b. al‑ʿAǧamī, Kunūz al‑ḏahab, I, p. 7 ; al‑Saḫāwī, al‑Iʿlān, p. 247.

13 Le Muwaffaq commençait en 490/1096‑1097 ; on ne sait quand il s’achevait. Plusieurs titres sont attribués à cet ouvrage, dont les historiens considèrent généralement que c’était une chronique « consacrée à l’histoire de la conquête franque et de ses lendemains » (Cahen 1940, op. cit.). Cependant, voir Ibn al‑ʿAdīm, Buġya, VI, p. 2926-2927 :

ووضع كتابا في تاريخ حلب من سنة تسعين وأربعمائة ضمنه أخبار الفرنج وأيامهم وخروجهم الى الشام من السنة المذكورة وما بعدها وسماه الموفّق.

Voir aussi, proche d’Ibn al‑ʿAdīm, Sibṭ b. al‑ʿAǧamī, Kunūz al‑ḏahab, I, p. 7. D’autres titres minimalistes (Aḫbār al‑Firanǧ ; Taʾrīḫ) sont cités par Ibn al‑ʿAdīm (Buġya, I, p. 481 et IV, p. 1969, 4238) et ses pairs. Ibn Muyassar (Aḫbār Miṣr, p. 197) donne le titre de Sīrat al‑Ifranǧ al‑ḫāriǧīn ilā bilād al‑islām fī hāḏihi al‑sinīn, qui est celui retenu par Hillenbrand 1999, p. 258 et Hirschler 2014b, note 96 p. 68.

14 Cet essai fait partie d’une série d’articles que je consacre à la vie et à l’œuvre d’al-Ḥarīrī, inaugurée par Zouache 2018. Je prépare aussi une édition et traduction complète de l’Iʿlām.

15 Sur le parcours d’al-Ḥarīrī, voir Zouache 2018. Peu usité, le terme « mémorer » a cédé la place à l’expression théoriquement impropre « faire mémoire », ou à l’anglicisme « mémorialiser » (voir Boumaza 2018, p. 12-13 et passim). Je l’utilise ici pour renvoyer à l’opération culturelle, consciente ou inconsciente, visant et consistant à rappeler et/ou rendre vivant dans le présent des évènements du passé constitutifs d’une mémoire collective.

16 Pour plus de détails, voir Zouache 2018, ici résumé par simple souci d’intelligibilité.

17 L’Iʿlām est conservé dans un maǧmūʿ de la BnF, Ar. 2234, fol. 117‑146. Voir Zouache 2018. Je ne sais où Hirschler 2014b, p. 68, qui évoque rapidement l’ouvrage, a trouvé l’information qui le conduit à le dater de 920/1514.

18 « Morceaux choisis du temps sur l’histoire des califes, des oulémas et des notables ».

19 Ms. Beyrouth, Bibliothèque Orientale de l’université Saint-Joseph, n° 078 ; ms. Sohag, Maktabat Rifāʿa Rāfiʿ al‑Ṭahṭāwī, n° 25 Taʾrīḫ ; microfilm Maʿhad al‑maḫṭūṭāt al‑ʿarabiyya bi‑l‑Qāhira, n° 108 al‑Taʾrīḫ, présenté comme une copie de « Vatican, Ms. F. 588 ». Le Muntaḫab a fait l’objet d’une édition non critique publiée par Iġnāṭiyūs ʿAbduh Ḫalīfa (Dār Ištār, Beyrouth, 1993‑1995, désormais citée Muntaḫab‑Ḫalīfa).

20 « Le soutien des savants en matière d’histoire des prophètes et des nations primitives ».

21 Princeton, Princeton University Library, Garrett, ms. n° 561Y.

22 Al‑Ḥarīrī, ʿUmda, Garrett n° 561Y, fols. 1v‑2, 109.

23 Sur ce savant très connu, voir Pellat 1991.

24 Khanam 1990, expose son parcours et décrit ses ouvrages historiques.

25 Historien pratiquement inconnu dont al‑Ḥarīrī explique au début du Muntaḫab qu’il a voulu l’augmenter.

26 L’explosion de l’Internet arabe permet de se la procurer sans difficulté : elle peut être téléchargée sur plusieurs de sites de partages d’ouvrages arabes.

27 Le titre lui-même comporte une erreur sur la première de couverture, le vocable bilād étant transformé par diyār. L’erreur doit évidemment être imputée à l’éditeur.

28 Pourtant, il explique qu’il a découvert l’existence de l’Iʿlām à la BnF, en 1968 : al‑Ḥarīrī, Iʿlām, éd. Zakkār, p. 56 (désormais cité : Iʿlām-Zakkār).

29 Je m’explique sur un tel choix dans Zouache 2018.

30 Formules que j’emprunte moi-même à Gauvin, Jacquemard et Lucas-Avenel 2011, p. 2.

31 Le patriarche (1670‑1704) maronite al‑Duwayhī est l’auteur du Taʾrīḫ al‑ṭāʾifa al‑māruniyya, de la Silsilat Baṭārikat al‑ṭāʾifa al‑marūniyya, et surtout du Taʾrīḫ al‑azmina, qui traite de la Syrie de la première croisade à la toute fin du xviie siècle.

32 La lettre ح paraît être munie d’un sukūn.

33 Al‑Ḏahabī, Duwal al‑islām, I, p. 425 :

وفيها قدمت الفرنجُ الشَّام، خرجوا من بحر قسطنطينية في جمع عظيم، وعَظُم الخطب، فجمع سلطان الرُّوم سليمان واستخدم التُّركمان والتقى الفرنج ففَلُّوا جَمْعه، ودخلوا الشَّام، ووصلوا إلى فَاميَة، وكَفَرْطَات، وعاثوا وحاصروا أنطاكيّة.

Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, éd. Tadmurī, XXXIII, p. 47‑48 :

وكانوا قد خرجوا في هذه السّنة في جَمْعٍ كثير، وافتتحوا نيقية، وهو أوّل بلد افتتحوه، ووصلوا إلى فامية، وكفر طاب، واستباحوا تلك النّواحي. فكان هذا أوّل مظهر من الفرنْج بالشّام. قدِموا في بحر القُسطنطينيّة في جَمْعٍ عظيم، وانزعجت الملوك والرّعيّة، وعظُم الخَطْب، ولا سيما سلطان بلاد الرّوم سليمان، فجمع وحشد، واستخدم خلقا من التركمان، وزحف إلى معابرهم، فأوقع بخلق من الفرنْج. ثمّ إنّهم التقوه، ففلّوا جَمْعَه، وأسروا عسكره، واشتدّ القلق، وزاد الفرق، وكان المصافّ في رجب.

Voir aussi, pour leur proximité avec al‑Ḥarīrī, al‑Ḏahabī, Siyar, éd. al‑Arnāʾūṭ et al., XIX p. 401 ; al‑Ḏahabī, Siyar, éd. Dār al‑ḥadīṯ, XIV, p. 262 (notice biographique de Riḍwān b. Tutuš, maître d’Alep à l’époque de la première croisade, basée notamment sur une histoire perdue d’Usāma b. Munqiḏ), p. 309 (notice biographique d’al‑Mustaẓhir bi‑Llāh) ; al‑Suyūṭī, Taʾrīḫ al‑ḫulafāʾ, p. 304 ; Ibn Ḫaldūn, Taʾrīḫ, IV, p. 85. Comparer à al‑ʿAẓīmī, Taʾrīḫ Ḥalab, p. 358 (une tradition en partie différente) et Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 218.

34 Le sultan seldjouqide de Rūm était en réalité Kiliǧ Arslān I (Kılıç Arslan, r. 485‑500 / 1092‑1107). Voir infra, note 137.

35 Lire : فكسره.

36 Lire : مَعَرَّة النُّعْمَان.

37 Soit : جبل السُّماق. Sur les places citées ici, voir infra, notes 140 à 144.

38 Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 488, repris presque à l’identique par Ibn Taġrī Birdī, Nuǧūm, V, p. 146 :

سبط ابن الجوزي، مرآة الزمان : وفيها فتحت الفرنج نيقيَّة، وهي أول بلد فتحوه، ثمّ فتحوا حصون الدروب شيئا بعد شيء، ووصلوا إلى البارة وجبل السّمّاق وفامية وكفر طاب ونواحيها.

ابن تغري بردي، النجوم الزاهرة : كان أوّل حركة الفرنج لأخذ السواحل وخروجهم إليها في سنة تسعين وأربعمائة، فساروا إليها، فأوّل ما أخذوا نيقية، وهو أوّل بلد فتحوه وأخذوه من المسلمين. ثم فتحوا حصون الدروب شيئاً بعد شيء، ووصلوا إلى البارة وجبل السّمّاق وفامية وكفر طاب ونواحيها.

39 La transcription du nom turc du maître d’Antioche a toujours posé problème aux chroniqueurs et aux copistes arabes. D’ailleurs, au ixe/xve siècle, un historien comme Ibn Taġrī Birdī paraît perdu (Nuǧūm, V, p. 146) : « Puis ils retournèrent à Antioche, où il y avait l’émir Šaʿbān (شعبان), mais on dit « Šaqbān » (شقبان), et on dit [aussi] que son nom n’était pas celui‑ci ». Al‑Ḥarīrī nomme systématiquement ainsi l’émir seigneur d’Antioche, dont le nom est le plus souvent orthographié dans les éditions de textes arabes médiévaux « ياغي سيان » (Ibn al‑Aṯīr , Kāmil, VIII, p. 185, 598 ; Abū al‑Fidāʾ, Muḫtaṣar, II, p. 203 à 210, 227 ; al‑Ḏahabī, ʿIbar, II, p. 362 à 364 et passim ; Ibn Ḫaldūn, Taʾrīḫ, III, p. 178, V, p. 17 à 26), même si on trouve aussi parfois d’autres graphies, en particulier : « باغي سيان »  ; « باغيسيان » (Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, p. 191 ; Ibn Ḫaldūn, Taʾrīḫ, IV, p. 85, V, p. 170 à 172 et passim) ; « باغي سيار » (Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, I, p. 19, note 2, ms. corrigé par l’éditeur en « ياغي سيان ») ; « بغبسان » (Yāqūt, Muʿǧam al‑buldān, I, p. 269, VI, p. 65) ; « يغي سغان » (al‑ʿAẓīmī, Taʾrīḫ Ḥalab, p. 359) ; « يغيسنان » (Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, XXXIV, p. 9, note 4, l’éditeur ayant corrigé en « يغيسيان »), « بغبسان » (Ibn al‑Fuwaṭī, Maǧmaʿ al‑ādāb, V, p. 151). Noter qu’au xixe siècle, les orientalistes considéraient que les leçons admises étaient : « Bâghî Siân » ou plutôt « Baghi Sian » (Défréméry 1853, p. 457 note 1). Rare est la forme « ياغي بسان » (al‑Ḏahabī, Siyar, éd. Arnāʾūṭ, XIX, p. 401 ; éd. Dār al‑ḥadīṯ, XIV, p. 309-310), qui semble la plus correcte. C’est aussi cette dernière forme qui est utilisée pour le souverain danishmendite du milieu du vie/xiie siècle basé à Sivas (Yaği Başan dans le Dānişmendnāme ; turc contemporain Yağıbasan ; voir aussi Whelan 1980, p. 156‑157, p. 162‑163 et fig. 11 planche 17 ; Mecit 2009, p. 110-111 et passim). Voir les réflexions de Houtsma 1894, p. 35, 103, sur l’origine et le sens du nom turc ياغى بسان (« der den Feind unterjocht »), qui pourrait avoir évolué en ياغي سيان (qui cependant est douteux selon lui).

40 Al‑Duwayhī, Azmina, p. 84, mêle al‑Ḥarīrī à d’autres sources :

وفي شهر تشرين الاول أحاطت عساكر الفرنج بمدينة انطاكية واشتدّ عليها الحصار بشدة تسع شهور، وكان صاحبها يومئذ ياجي سنان. فلما سمع هذا بقدوم الفرنج اخرج النصارى من المدينة لئلا يعملوا بها كما عملوا نصارى الرها بحاكمهم ومدينتهم، ونهب اموالهم وكنائسهم وامتعتهم، وارسل استنجد في اهل حلب وحماه وحمص وغيرهم.

41 Soit : مَا لم يُرَ.

42 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 8 :

وحاصرته الإفرنج تسعة أشهر، وهلك أكثر الإفرنج قتلًا وموتًا بالوباء وظهر من شجاعة ياغي سيان وحزْمه ورأيه ما لم يُشاهد من غيره، وحفظ بيوت رعيّته النّصارى بما فيها.

Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VIII, p. 417 (la vocalisation du texte édité est conservée) :

فَحَصَرُوهَا تِسْعَةَ أَشْهُرٍ، وَظَهَرَ مِنْ شَجَاعَةِ يَاغِي سِيَانَ، وَجَوْدَةِ رَأْيِهِ، وَحَزْمِهِ، وَاحْتِيَاطِهِ مَا لَمْ يُشَاهَدْ مِنْ غَيْرِهِ، فَهَلَكَ أَكْثَرُ الْفِرِنْجِ مَوْتًا، وَلَوْ بَقَوْا عَلَى كَثْرَتِهِمُ الَّتِي خَرَجُوا فِيهَا لَطَبَّقُوا بِلَادَ الْإِسْلَامِ، وَحَفِظَ يَاغِي سِيَانُ أَهْلَ نَصَارَى أَنْطَاكِيَةَ الَّذِينَ أَخْرَجَهُمْ، وَكَفَّ الْأَيْدِيَ الْمُتَطَرِّقَةَ إِلَيْهِمْ.

Voir aussi al‑Nuwayrī, Nihāyat al‑arab, XXVIII, p. 251-252.

43 D’après Muntaab, ms. BO 078, fol. 25v. Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 9 : فعامد, et Duwal al‑islām, p. 425. Voir ci‑dessous, note 47. Iʿlām-Zakkār, p. 63 : عاملوا.

44 D’après Muntaab, ms. BO 078, fol. 25v. Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 9 (ci-après, note 47) : فعامد على المسلمين ; al‑Ḏahabī, Duwal al‑islām (ci-dessous, note 47) : فعاملهم.

45 Soit : وطلع.

46 Iʿlām-Zakkār, p. 63 : فهب.

47 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al-islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 9 :

ثمّ إنّ الإفرنج راسلوا الزّرّاد أحد المقدَّمين، وكان متسلّمًا برجًا من الوادي، فبذلوا لَهُ مالًا، فعامد عَلَى المسلمين يطلعوا إلى أنّ تكاملوا خمسمائة، فضربوا البوق وقت السَّحَر، ففتح ياغي سيان الباب، وهرب في ثلاثين فارسًا، ثمّ هرب نائبه في جماعة.

Al‑Ḏahabī, Duwal al‑islām, p. 425 :

ثم إنّ الفرنج راسلوا مقدّما على بُرْج، وبذلوا له مالاً فعاملهم على المسلمين، وطلعوا من البرج حتى تكاملوا خمسمئة، وضربوا البوق في وقت السحر، فهرب باغي سيان في ثلاثين فارساً على حمية.

Voir aussi Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VIII, p. 417.

48 Formule équivalent à celle, un peu plus courante : وخالت قوته. C’est celle choisie dans l’Iʿlām-Zakkār, p. 63. Voir aussi infra, note 105.

49 Soit : لم يستطع.

50 Voir les récits de ces évènements par al‑Ḏahabī (loc. cit.), Ibn al‑Aṯīr (loc. cit.) et al‑Nuwayrī (Nihāyat al‑arab, XXVIII, p. 251‑253).

51 مَعَرَّة النُّعْمَان.

52 Lire : غَلاَء.

53 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 11 ; Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VIII, p. 418.

54 Soit : المسلمون.

55 Al‑Duwayhī, Azmina, p. 84, copie en partie al‑Ḥarīrī :

فنزل كربوغا (كذا) صاحب الموصل في مرج دابق، واجتمع بها عساكر الشام عربها وتركها، وقدم اليها ايضاً سليمان صاحب نقية بجيش الروم وصاروا جمعاً كبيراً جداً. وكان الفرنج في شدة عظيمة من الجوع والعطش والعازة [كذا] وفي خوف شديد من النجدة.

56 Soit : خمسة.

57 Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VIII, p. 419, suivi par al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, XXXIV, p. 11 :

ابن الاثير : وكان معهم من الملوك بردويل، وصنجيل، وكندفري، وَالْقمّص، صاحِب الرُّهَا وبيمنت، صاحب أَنطاكية، وهو المقدّم عليهم. 

الذهبي : وكان بردويل ، وصنجيل، وكندفري، والقمّص صاحب الرُّها وبَيْمُنْت صاحب أنطاكيّة، ومعهم راهب يراجعون إليه.

Voir aussi Barhebraeus, Taʾrīḫ muḫtaṣar al‑duwal, p. 196 (« Saint-Gilles » est cependant nommé Sinǧār) ; Ibn al‑ʿAdīm, Zubda, p. 239 :

وكان بعسكر الفرنج تسعة قوامص مقيمين عليهم كندفري.

Ibn Šaddād, Aʿlāq, I. 2, p. 387‑388 :

وكان [بعسكر] الفرنج لما نزلوا على أنطاكية تسعة قَوَامِص [مُقَدَّمِينَ] وهم : كُنْدفري، وَبَيْمُند، وَابْنُ أُخْتهِ طنكري، وَصَنْجيل، وبَغْدوين الذي مَلَك الرُّها بعد بَغْدوين القُمّص، والقُمّص أخو كُنْدفري [وَغَيْرُهُمْ].

58 Une des variantes (avec, plus commune encore, Baġdawīn : Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 224) utilisées par les chroniqueurs arabes pour transcrire le prénom « Baudouin » (voir par exemple Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VIII, p. 497).

59 Sic, pour Raymond de « Saint-Gilles » (m. 1105), généralement transcrit : صنجيل. La même ou d’autres variantes sont présentes dans les manuscrits arabes. Voir par exemple Ibn Šaddād, Aʿlāq, I. 2, p. 387 note 12 : صتخيل.

60 Godefroy de Bouillon (m. 1100).

61 Baudouin de Boulogne (m. 1118). Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VIII, p. 419, précise « comte d’Édesse ». Le mot qumṣ, dont les auteurs arabes donnent volontiers pour pluriel qawāmis (exemple : Ibn al‑ʿAdīm, Zubda, p. 239 ; Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, I, p. 73) était une des variantes, avec qūmṣ (plus courant), utilisées pour désigner un « comte ». Selon Ǧamāl al‑Dīn al‑Šayyāl (Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, note 1 p. 73), qui rappelle que le sīn remplace parfois le ṣād au singulier comme au pluriel, le mot était une arabisation du latin « comes ». Il est vocalisé al‑qummuṣ par l’éditeur du Kāmil fī al‑taʾrīḫ d’Ibn al‑Aṯīr et du Taʾrīḫ d’al‑Ḏahabī, ʿAbd al‑Salām Tadmurī, mais on ne sait s’il reproduit les manuscrits ou vocalise de son propre chef ; d’ailleurs, il vocalise parfois aussi le mot al‑qummaṣ. Noter que qumuṣ est un des pluriels de qamīṣ (« chemise », « tunique »), et que qummuṣ (pl. qamāmiṣa) semble avoir désigné, dans l’église copte, un higoumène. Le mot « comte » peut être tout simplement transcrit كند, pl. كنود (ainsi par Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 370, ou par Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XX, p. 382) voire (mais rarement dans les sources orientales) قند, pl. قنود. En tout état de cause, aucune orthographe n’était fixée ; on trouve parfois différentes variantes dans un même manuscrit.

62 Sic, pour Bohémond, généralement retranscrit بيمنت dans les sources arabes, où l’on trouve cependant d’autres variantes (بيميت, بيمند, بيمنذ, etc.).

63 Pierre Barthélémy, à qui Saint André serait apparu. Voir infra, note 163.

64 Soit : ففرح.

65 Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, XI, p. 34 :

فقال : إنّ المسيح كانت لَهُ حَرْبَةٌ مدفونة بأنطاكية، فإن وجدتموها نُصِرْتُم. ودفن حرْبةً في مكانٍ عفّاه، وأمرهم بالصَّوم والتّوبة ثلاثة أيّام، ثمّ أدخلهم في مكانٍ، وأمر بحفْره، فإذا بالحربة، فبشّرهم بالظّفر [...].

Voir aussi la version, pratiquement identique à celle d’al‑Ḏahabī avec quelques variantes, d’Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VIII, p. 419. Elle est reprise par différents auteurs dont Barhebraeus, Muḫtaṣar al‑duwal, p. 196, ou al‑Nuwayrī, Nihāyat al-arab, XXVIII, p. 254. Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 491-492, et Ibn Taġrī Birdī, al‑Nuǧūm, V, p. 147-148, attribuent l’idée de l’invention de la sainte lance à Raymond de Saint-Gilles.

66 Soit : وعمل المسلمون.

67 Soit : سار.

68 Le récit de la prise d’Antioche, de la fuite de Yāġī Siyān et de la victoire finale des croisés le 28 juin, est en partie repris par al‑Duwayhī, Azmina, p. 85-86.

69 Le récit qui suit, que reprend (en citant al‑Ḥarīrī) al‑Duwayhī (Azmina, p. 88‑90) en le comparant notamment à celui de l’historien latin Guillaume de Tyr, reprend notamment Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 497‑498, et/ou al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 17, 19‑20. Sibṭ :

في يوم الجمعة ثالث عشرين شعبان استولى الفرنج على البيت المقدس، ساروا من أنطاكية ومقدمهم كُنْدَهري في ألف ألف، منهم خمس مئة ألف مقاتل، والباقون رجَّالة، وفَعَلة، وأربابُ مجانيق، وعرَّادات، وغيرها من آلة القتال، وجعلوا طريقَهم على الساحل، وكان بها افتخارُ الدولة من قِبَل المصريين، فأقاموا يقاتلون أربعين يومًا، وعملوا بُرجَين مُطِلَّين على السور، أحدهما بباب صهيون، والآخر بباب العمود وباب أسباط وهو برج الزاوية، ومنه فتحها صلاح الدين رحمه الله، فأحرق المسلمون البرج الَّذي كان بباب صهيون، وقتلوا مَنْ فيه.

وأما الآخر فزحفوا به حتَّى ألصقوه بالسور، وحكموا به على البلد، وكشفوا مَن كان عليه، ورمَوا بالمجانيق والسهام رمية رجل واحد، فانهزم المسلمون، فنزلوا البلد، وهرب الناس إلى الصخرة والأقصى، فاحتموا بها، فهجموا عليهم، فحُكي أنهم قتلوا في الحرم مئة ألف، وسبَوا مثلهم، وقتلوا الشيوخ والعجائز، وسبوا النساء، وأخذوا من الصحرة والأقصى سبعين قنديلًا، منها عشرون ذهبًا، في كل قنديل ألف مثقال، ومنها خمسون فضة، في كل قنديل ثلاثة آلاف وست مئة درهم بالشامي، وأخذوا تنورًا من فضة وزنه أربعون رطلًا بالشامي، وأخذوا من الأموال ما لا يُحصى.

ومنذ افتتحه عمر بن الخطاب رضي الله عنه وأرضاه في سنة ست عشرة لم يزل في أيدي المسلمين إلى هذه السنة، وكان الأفضل بن أمير الجيوش لمَّا بلغه أنهم قد ضايقوا القدس سار في عشرين ألفًا، وجَدَّ في السير، فوصل ثاني يوم فتحه ولم يعلم، وقصده الفرنج، فدخل عسقلان، وقُتِلَ من أصحابه عددٌ كثير، وأحرق الفرنج ما حول عسقلان، وقطعوا أشجارها، وعادوا إلى القدس.

Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 19‑20, d’après Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Ibn Munqiḏ (ouvrage inconnu), Ibn al‑Aṯīr (voir Kāmil, VIII, p. 427) et Ibn al‑Qalānisī (voir Ḏayl, p. 222) :

قَالَ أَبُو المظفّر سبط ابن الْجَوْزيّ : سارت الإفرنج ومقدمهم كُنْدفْري في ألف ألف، بينهم خمسمائة ألف مقاتل، عملوا برجين من خشب مطلين عَلَى السور، فأحرق المسلمون البرج الّذي كَانَ بباب صهيون، وقتلوا من فيه. وأمّا الآخر فزحفوا بِهِ حتى ألصقوه بالسور وحكموا بِهِ عَلَى البلد، وكشفوا من كَانَ بإزائهم، ورموا بالمجانيق والسّهام رمية رجلٍ واحدٍ، فانهزم المسلمون من السور. قلت : هذه مجازفة بينة، بل قَالَ ابن منقذ: إنّ جزءًا كَانَ بخيل، وإن قومًا وقفوا عَلَى سورها بأمر الوالي في مضيق لا يكاد يعبر منه إلّا واحدٌ بعد واحد. قَالَ: فكان عدد خيلهم ستة آلاف ومائة فارس، والرجالة ثمانية وأربعون ألفًا. ولم تزل دار الإسلام منذ فتحها عُمَر رضى الله عنه. وكان الأفضل لما بلغه نزولهم عَلَى القدس تجهز وسار من مصر في عشرين ألف، فوصل إلى عسقلان ثاني يوم الفتح، ولم يعلم. وراسل الإفرنج. قَالَ ابن الأثير : فأعادوا الرَّسُول بالجواب، ولم يعلم المصريّون بشيء، فبادروا السلاح والخيل، وأعجلتهم الإفرنج فهزموهم، وقتلوا منهم من قُتِل، وغنموا خيامهم بما فيها. ودخل الأفضل عسقلان، وتمزق أصحابه. فحاصرته الإفرنج بعسقلان، فبذل لهم ذهبًا كثيرا، فردّوا إلى القدس. قَالَ أبو يعْلى ابن القلانسيّ : قتلوا بالقدس خلقًا كثيرًا، وجمعوا اليهود في الكنيسة وأحرقوها عليهم، وهدموا المشاهد.

Voir aussi Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, p. 192 ; Ibn Taġrī Birdī, Nuǧūm, V, p. 149 ; al‑Suyūṭī, Taʾrīḫ al‑ḫulafāʾ, p. 304 ; al‑Duwayhī, Azmina, p. 112-113 (d’après al‑Ḥarīrī).

70 Soit : تجمع.

71 Soit : إثنتين.

72 Repris par al‑Duwayhī, Azmina, p. 88 :

ويقول بن الحريري ان كان مع الفرنج الف الف مقاتل.

Al‑Duwahyī compare ensuite le chiffre d’al‑Ḥarīrī avec ceux avancés par Guillaume de Tyr.

73 Corrigé dans Iʿlām-Zakkār, p. 65, en مناجيق. En effet, on considère généralement que les pluriels de منجنيق ou منجنق, terme souvent traduit « mangonneau » ou « trébuchet », et utilisé comme un générique pour désigner une machine de jet à lancer des projectiles, qu’elle soit à traction humaine ou à contrepoids, sont مَجَانِق, مَجَانِيق et مَنْجَنِيقَات (voir par exemple Kazimirski 1860, I, p. 340 ; al‑Maʿānī 2010‑2019, q. v.). En fait, مناجنيق était aussi un des pluriels, presque systématiquement « corrigé » en مناجيق par les éditeurs de manuscrits arabes, de مَنْجَنِيق. C’est celui qui apparaît sur la page de titre du manuscrit du traité sur les machines de jet d’al‑Zaradkāš, al‑Anīq fī al‑manāǧanīq. Voir aussi Ibn al‑Mibrad (m. 909/1503), al‑Durr al‑naqī, III, p. 725, n° 1433, qui évoque deux vocalisations (manāǧinīq et manāǧanīq) sans véritablement trancher en faveur de l’une ou de l’autre. Soulignons aussi qu’al‑Ḥarīrī n’est pas le seul historien arabe à utiliser le pluriel مناجنيق. Voir par exemple al‑Balāḏūrī, Futūḥ al‑buldān, p. 184, ou, plus proches d’al‑Ḥarīrī, Abū al‑Fidāʾ, Muḫtaṣar, III, p. 65, VII, p. 4 ; Ibn Ṣaṣrā, Kitāb al‑durra al‑muḍīʾa, II, p. 89 et passim ; Ibn Taġrī Birdī, al‑Manhal al‑ṣāfī, IV, p. 124 ; al‑ʿUlaymī, al‑Taʾrīḫ al‑muʿtabar fī anbāʾ man ġabar, II, p. 156, 157, 159, 195. Noter qu’al‑Duwayhī (Azmina, p. 88), qui cite al‑Ḥarīrī, a préféré écrire منجنيقات.

74 Al‑Duwayhī, Azmina, p. 88, ajoute après les ʿarrādāt : وما كان يحتاج إليه.

75 D’après Muntaḫab, ms. BO 078, fol. 26, et Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 497. Iʿlām-Zakkār, p. 65 : طويلين.

76 D’après Muntaḫab, ms. BO 078, fol. 26, Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 497. Iʿlām-Zakkār, p. 65 : باب اسد. Al‑Duwayhī, Azmina, p. 88 : وهو برج الزاوية باب سباط. Al‑Duwayhī supprime ensuite la référence à la conquête de Saladin.

77 Soit : المسلمون.

78 Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 497 : ألقوه ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al-islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 19 et éd. Bašar, X, p. 668 : ألصقوه.

79 Soit : المسلمون.

80 Soit : المسلمون.

81 Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 497 :

وأما الآخر فزحفوا به حتَّى ألصقوه بالسور، وحكموا به على البلد، وكشفوا مَن كان عليه، ورمَوا بالمجانيق والسهام رمية رجل واحد، فانهزم المسلمون، فنزلوا البلد، وهرب الناس إلى الصخرة والأقصى، فاحتموا بها، فهجموا عليهم، فحُكي أنهم قتلوا في الحرم مئة ألف، وسبَوا مثلهم، وقتلوا الشيوخ والعجائز، وسبوا النساء.

Al‑Ḥarīrī se distingue ensuite quelque peu de Sibṭ lorsqu’il énumère les richesses pillées.

82 Soit : منها.

83 D’après Muntaḫab, ms. BO 078, fol. 26v. Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 497 :

وأخذوا تنورًا من فضة وزنه أربعون رطلًا بالشامي، وأخذوا من الأموال ما لا يُحصى.

84 Outre Sibṭ b. al‑Ǧawzī (op. cit.), voir, proches : Ibn al‑Ǧawzī, al‑Muntaẓam, XVII, p. 47 (source de Sibṭ) ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al-islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 17, citant Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VIII, p. 425 ; Ibn Taġrī Birdī, al‑Nuǧūm, V, p. 149. Tout le passage est largement repris par al‑Duwayhī, Azmina, p. 89, qui conclut en citant al‑Ḥarīrī :

واخذوا من الاموال ما لا يحصى كما يقول ابن الحريري في تواريخه.

85 Soit : فتبعه.

86 Soit : خلقاً كثيراً.

87 Soit : خلق كثير.

88 Les récits de l’expédition d’al‑Afḍal, de la fuite vers Damas et de l’incendie de la synagogue alors que les Juifs y avaient été rassemblés, sont repris pratiquement mot à mot par al‑Duwayhī, Azmina, p. 89‑90. Il cite d’ailleurs explicitement « Ibn al‑Ḥarīrī » :

واما الافضل ابن امير الجيوش، فلما بلغه حصار بيت المقدس، سار من مصر في عشرين الف [مقاتل] وجدّ في السير فوصل ثاني يوم، وتجمعت اليه من الشام والعربان الوف من عشرة الاف [رجل] فقصد الفرنج (انتهت هنا ورقة 24 من المخطوطة)، فولا هارباً الى عسقلان، فتبعوه الفرنج وقتلوا من اصحابه خلقاً كثير، واحرق الفرنج ما حول عسقلان وقطعوا اشجارها وعادوا الى القدس.

ويذكر ابن الحريري ان هرب من دمشق خلقاً كثير وان يقال ان الفرنج لما ملكوا القدس جمعوا اليهود الى كنيستهم واحرقوها عليهم. وكان استلان [اي استلاء] الفرنج على بيت المقدس في يوم الجمعة ثاني وعشرين شعبان وهو السادس عشر من تموز.

Al‑ʿAzīmī, Taʾrīḫ Ḥalab, p. 360, se contente de : وأحرقوا كنيسة اليهود. Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 222 :

وجمع اليهود في الكنيسة وأحرقوها عليهم.

89 Soit : وحمل المصريون .

90 Al‑Ḏahabī, Duwal al‑islām, I, p. 429, année 493/1099‑1100 :

وفيها التقى المصريّون بظاهر عَسْقَلان فقُتِلَ مقدَّم المصريين وحَمَلَ المصريّون فحطَّموا الفرنج، وقتلوا منهم مقتلةً عظيمة حتى قيل : قتل منهم مئه ألف.

Al‑Ḥarīrī s’est détaché de Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 504, qui reprend Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 227. Al‑ʿAzīmī, Taʾrīḫ Ḥalab, p. 360, parle de l’arrivée de l’armée égyptienne commandée par « l’émir Saʿd al‑Dawla, connu sous le nom d’al‑Qawāmisī », début ramaḍān 494/fin juin‑début juillet 1101, et date la mort de Saʿd al-Dawla « ṣāḥib Ascalon » de ḏū al‑qaʿda 494/28 août–26 septembre 1101.

91 Ce dernier mot est absent de Iʿlām-Zakkār, p. 66.

92 Al‑Duwayhī, Azmina, p. 92, reprend à nouveau en partie al‑Ḥarīrī après s’en être détaché.

93 Ajout dans Iʿlām-Zakkār, p. 66 : بالفرنج.

94 Segment absent du Muntaab. Lire probablement : فكسروا الفرنج ou فكسروهم : al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al-islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 36 :

وفيها سار كُنْدفْري صاحب القدس إلى عكّا فحاصرها، فأصابه سهمٌ فقتله. فسار أخوه بَغْدَوِين، ويُقال: بردويل، إلى القدس في خمسمائة، فبلغ الملك دُقَاق صاحب دمشق، فنهض إِلَيْهِ هُوَ وجَنَاح الدّولة صاحب حمص، فانكسرت الإفرنج.

Al‑Ḏahabī, Duwal al‑islām, I, p. 430 :

وفيها سار كُنْدُفري صاحب القدس فحاصر عَكَّا فأصابه سهم فقتله لعنه الله فأسرع أخوه بَغْدَوين إلى القدس، وعرف صاحب دمشق دُقَاق فنهض هو وصاحب حمص جناحُ الدّولة فالتقوا الفرنج فكسروهم.

95 Identique ou très proche : al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 36 ; Al‑Ḏahabī, Duwal al‑islām, I, p. 430 ; al‑Ḏahabī, ʿIbar, II, p. 369.

96 J’ai travaillé sur une copie numérique que la Bibliothèque Orientale a bien voulu me vendre et m’envoyer.

97 Les mots concernés sont ici en caractères gras.

98 Le ṯāʾ est orthographié tāʾ (mitl pour miṯl, etc.), le ḏāl dāl, le ẓāʾ presque systématiquement ḍād, etc. Ces permutations partielles ou totales me paraissent dénoter une prononciation dialectale et un arabe dit « moyen » sur lequel voir Lentin et Grand’Henri 2008 et Zack et Schippers 2012. Intéressantes remarques aussi dans Sartori 2014.

99 L’édition Ḫalīfa (citée Muntaḫab-Ḫalīfa), p. 286‑288, parfois fautive et ayant donné lieu à une réécriture du texte, est de peu d’utilité. Comme pour l’Iʿlām, j’ai limité toute intervention dans le texte à des ajouts aisément repérables par des crochets [].

100 Lire : سلطان الروم.

101 Soit : إحدى وتسعين.

102 Soit : ولم يُرَ. Voir aussi supra, note 41 (même erreur dans l’Iʿlām).

103 Soit : طلع.

104 Soit : في ثلاثين.

105 Muntaḫab-Ḫalīfa, p. 287, modifie le texte en : وخالت قوته. Voir supra, note 48.

106 Ce mot, oublié par le copiste, a été ajouté dans la marge par ce dernier, qui avait ajouté une croix comme signe de renvoi.

107 Comprendre : المسلمون.

108 Soit : ثلاثة.

109 Comprendre : وجدتموها.

110 Comprendre : المسلمون.

111 Mot manquant dans Muntaḫab-Ḫalīfa, p. 288.

112 Soit : إثنين.

113 Répétition du même mot en fin de ligne et au début de la suivante.

114 Comprendre : المسلمون.

115 Soit : ألصقوه.

116 Comprendre : المسلمون.

117 Ce mot, oublié par le copiste, a été ajouté dans la marge par ce dernier, qui avait ajouté une croix comme signe de renvoi.

118 Lire : تنورا. Muntaḫab-Ḫalīfa, p. 288 : نقوداً.

119 Soit : أربعون.

120 Soit : خلقاً كثيراً.

121 Soit : خلقٌ.

122 Mot répété en fin de phrase et au début de la suivante.

123 Comprendre : وحملوا المصريون.

124 Muntaḫab-Ḫalīfa, p. 288, a corrigé en : فأصابوه.

125 Muntaḫab-Ḫalīfa, p. 288 : الفرنجة.

126 Aucune traduction n’est satisfaisante pour le « séparateur de discours » (faṣl al‑ḫiṭāb) « ammā baʿd », qui, conventionnellement, marque dans les ouvrages médiévaux l’entrée en matière et met théoriquement fin à la doxologie initiale (basmala et ḥamdala). L’expression peut être rendue par les formules : « et maintenant » ou « cela étant dit ».

127 Sic. Laṭīf : renvoie à l’idée de finesse, de subtilité et d’élégance.

128 Zawāl : décadence, déclin, fin, disparition.

129 La fin de la phrase évoque l’une des critiques adressées aux émirs du Bilād al‑Šām : avoir privilégié leurs intérêts personnels au détriment de la foi et du djihad lors de l’arrivée des croisés. Voir al‑Sulamī (m. 1106), Kitāb al‑ǧihād, p. 10, 17, 42, 70, 211 qui reproche aux « sultans » d’avoir négligé de combattre les Francs qui avaient ainsi pu s’emparer de territoires qu’ils n’avaient jamais pensé pouvoir occuper.

130 Al‑muwaḥḥḥidūn : « unitaires », « monothéistes », « unitaristes ». L’expression iḫwān‑ī al‑muwaḥḥidīn utilisée par al‑Ḥarīrī interpelle. Évoque-t-il, tout simplement, l’ensemble des musulmans, qui « sont des frères » (Cor. 49, 10) et professent le culte d’un seul dieu ? Pourquoi, dans ce cas, n’utilise-t-il pas plus conventionnellement le vocable al‑muslimūn et prend-il soin de faire référence à ses « frères » ? Fait-il référence à un groupe spécifique dont le mysticisme était centré sur l’unicité de Dieu ? Le traducteur de la correspondance du célèbre maître soufi ʿAbd al‑Ġanī al‑Nabulūsī (1050‑1143/1641‑1731), Samir Akkach, se pose la même question à propos de l’expression al‑iḫwān min al‑muwaḥḥidīn utilisée par al‑Nabulūsī dans une lettre adressée au cheikh Ramḏān d’Antep (Turquie), qu’il traduit « the brothers of the unitarians » : « Nor it is not clear whether the term muwaḥḥidūn (unitarians) refers generally to believing Muslims or specifically to a particular group with mystical tendencies who believed in the Unity of Being, for example. Elsewhere in the letter, ʿAbd al‑Ġanī refers to “the faithful unitarian” (al‑muʾmin al‑muwaḥḥid), in the sense of a devout believer. The term makes better sense when juxtaposed against the concept of hidden polytheism (al‑shirk al‑khafī), which he alluded to in a hermeneutical treatise he had written only a few months before this letter, and elaborated in a complementary on shaykh Arslān’s treatise on unity, completed three years later ». Il n’est pas impossible qu’al‑Ḥarīrī ait appartenu à un tel groupe. Noter aussi que l’utilisation du titre al‑muwaḥḥidūn est récurrent « dans tous les manuscrits originaux druzes, de nombreux commentaires postérieurs, des écrits druzes contemporains, et parmi les adhérents de la secte lorsqu’ils se désignent » (Swayd 1998 p. 4 ; voir aussi Hamza 1984 et Daher 2010, p. 328-329). Or, al‑Ḥarīrī (ou du moins les manuscrits de ses œuvres) avait sans doute un certain lien avec la communauté druze (voir Zouache 2018). Noter aussi que la « fraternité » était importante pour les Nuṣayrī – ʿAlawī, qui se nommaient aussi au Moyen Âge al‑muwaḥḥidūn ou ahl al‑tawḥīd, et qu’ils étaient même en concurrence avec les Druzes quant à cette désignation (Friedman 2010, p. 11‑13, 24, 221‑222 et passim).

131 Aṣḥāb al‑taʾrīḫ, dont il ne cite jamais le nom dans l’Iʿlām alors que c’est parfois le cas dans le Muntaḫab. L’expression n’était pas si commune qu’on aurait tendance à le penser dans les sources historiques médiévales. On ne la trouve pas, en particulier, dans les sources connues d’al‑Ḥarīrī.

132 19 décembre 1096 ‑ 8 décembre 1097.

133 L’expression désigne l’ensemble des territoires qui comprennent aujourd’hui la Syrie, le Liban, la Palestine, Israël et la Jordanie, ainsi que la bande frontière turco-syrienne.

134 Mer de Marmara.

135 Fa-ʿaẓuma al‑ḫaṭb. Vocalisé ḫuṭab (pluriel de ḫuṭba), le deuxième mot aurait désigné des sermons et autres appels publics. Ibn al‑Qalānisī fait référence à la diffusion de la nouvelle et à la panique qu’elle provoqua (Ḏayl, p. 218).

136 Neuvième calife fatimide qui régna de 487 à 495/1094 à 1101 à l’ombre du puissant vizir al‑Afḍal b. Badr al‑Ǧamālī, Abū al‑Qāsim Šāhanšāh (m. 515/1121). Comparer à la titulature que lui donne al‑Maqrīzī, Ittiʿāẓ al‑ḥunafāʾ, III, p. 9.

137 Les chroniqueurs arabes étaient mal informés sur les Seldjouqides de Rūm. Ibn al‑Qalānisī parle de « al‑Malik Dāwūd b. Sulaymān b. Qutulmuš » (Ḏayl, p. 218), al‑ʿAẓīmī, qui évoque aussi « al‑Dānišmand », « d’Ibn Sulaymān » (Taʾrīḫ Ḥalab, p. 358). Le sultan seldjouqide de Rūm qui fit face aux croisés était le second sultan de Rūm, Kiliǧ Arslān I (Kılıç Arslan, r. 485‑500 / 1092‑1107). Il est ici confondu avec son père, Sulaymān I b. Qutlumuš (Sulaymān I b. Kutalmış b. Arslan Isrāʾīl b. Seljuq, r. 473‑478/1081‑1086), parfois nommé Sulaymān Šāh dans les sources médiévales et considéré comme le fondateur de la dynastie. Malgré les avancées récentes de la recherche, leurs dates de règne demeurent incertaines. Leur parcours respectif est réévalué dans Mecit 2009.

138 Kılıç Arslan assiégeait Malatya lorsqu’il apprit l’arrivée des croisés en Anatolie. Il semble avoir mis beaucoup de temps à se rendre à Nicée, devant laquelle les croisés s’étaient présentés le 4‑6 mai 1097. Il échoua à faire cesser le siège, en particulier le 16 mai, date à laquelle ses troupes de secours furent repoussées devant la ville. Elle fut prise le 19 juin 1097. Kılıç Arslan rassembla à nouveau les troupes, faisant appel, en particulier, à différents chefs turcomans dont son rival danishmendite. Une bataille, qui est celle qu’évoque al‑Ḥarīrī, eut lieu le 1er juillet 1097 devant Dorylée (actuelle Eskişehir). Les armées turques furent écrasées. Voir Hagenmeyer 1902, p. 69‑79 (chronologie) et Başan 2010 (dates différentes). La bataille a été maintes fois reconstituée par les historiens des croisades. Tentative la plus utile : France 1994, p. 169‑195.

139 Al‑ṣubyān/ṣibyān : « les enfants mâles ». Le terme me semble être utilisé comme un générique, d’où le choix de traduction. Antioche fut assiégée par les croisés d’octobre 1097 à juin 1098. On considère généralement qu’elle fut prise le 3 juin 1098 (voir France 1994, p. 259), si ce n’est la citadelle, qui se rendit après la défaite, le 28 juin, des armées de secours dirigées en théorie par le seigneur de Mossoul, Karbūqā. Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 221, date la prise de la ville de la nuit du vendredi 1er raǧab (4 juin). Voir aussi al‑ʿAẓīmī, Taʾrīḫ Ḥalab, p. 359.

140 Maʿarrat al‑Nuʿmān, ville située à cinquante kilomètres environ au nord de Ḥamā, dont la prise et le pillage par les croisés marquèrent les esprits du temps. Ils y souffrirent de famine après l’avoir prise ; des auteurs arabes et latins évoquent leur cannibalisme. Voir par exemple les Gesta francorum et aliorum Hierosolymintanorum, p. 172‑179, et Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 221-222, traduits dans Zouache 2000.

141 Petite place fortifiée du Ǧabāl Summāq (voir la note suivante) prise en septembre 1098 par Raymond de Saint‑Gilles, qui y fit nommer un évêque. Le contrôle d’al‑Bāra provoqua des tensions entre deux des barons de la croisade, Raymond de Saint‑Gilles et Bohémond de Tarente (Cahen 1940 [En ligne] https://books.openedition.org/ifpo/6181# bodyftn28, § 12, 21, 25). Voir la traduction du récit de sa prise par Ibn al‑ʿAdīm dans Zouache 2008, p. 222.

142 Massif montagneux situé au nord d’Alep, sans doute alors majoritairement chrétien, et où des minorités étaient installées, en particulier des communautés druzes. Voir par exemple al‑Anṭakī, Taʾrīḫ, p. 429 ; Ibn al‑ʿAdīm, Buġya, I, p. 423 ; al‑Dawādārī, Kanz al‑durar, VI, p. 96‑98. Aussi : Hodgson 1962.

143 Fāmiyya ou al‑Fāmiyya, l’antique Apamée, était une ville située à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Ḥamā. Elle surveillait, en particulier, le « Ġāb et la seule route de plaine le long de l’Oronte » (Zouache 2008, p. 742). Elle ne fut conquise par le prince d’Antioche, Tancrède, qu’en 1106‑1107 (sans doute en septembre 1106). Elle venait d’être enlevée par les ismaéliens à Ḫalaf b. al‑Mulāʿib, seigneur de Ḥimṣ, qu’ils avaient assassiné.

144 Petite cité fortifiée entre Maʿarrat al‑Nuʿmān et Alep, généralement associée à la toute proche Ḫān Šayḫūn actuelle (sud-est de la province syrienne d’Idlib). Elle fut très disputée au vie/xiie siècle. Voir Zouache 2008, index, s. v. p. 991 ; Zayd 1989 et, pour l’exploitation des sources latines, Asbridge 2000, p. 41, 84 à 89 et Buch 2017, p. 25‑26, passim.

145 Ṣāḥib, que j’ai choisi de traduire systématiquement par « maître » plutôt que par « seigneur », dont la connotation féodale m’apparaît trop marquée.

146 Yağıbasan, le plus souvent orthographié en arabe Yāġī Siyān (voir supra, note 39), émir turc maître d’Antioche à l’arrivée des croisés, auquel le laqab de Muʾayyad al‑Dawla est parfois attribué par les chroniqueurs et biographes arabes médiévaux. Voir Zouache 2008, notes 59 et 60 p. 217-219, 288, et index p. 992 (s. v. « Yāġī Siyån ») ; Zankī 1998 (compilation des sources arabes médiévales les plus connues).

147 Stricto sensu : « de mort violente (qatl), de mort (mawt) et de faim ». Al‑Ḥarīrī se contente donc d’utiliser deux termes renvoyant le premier à la mort violente, provoquée ici par les combats (al‑qatl), le second à la mort en général (al‑mawt). Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 8 (texte cité supra, note 42), évoque l’épidémie (wabāʾ).

148 Ou « la trompette » : al‑būq.

149 Soit son cercle familial le plus proche, son/ses épouses et ses enfants. Ibn al‑Aṯīr (Kāmil, VIII, p. 417), qui propose le récit le plus romancé de sa fuite, de ses remords et de sa mort, mentionne « ses gens, ses enfants et les musulmans ». Comparer à la sobriété d’Ibn al‑ʿAdīm (m. 660/1262), Zubda, p. 240.

150 Stricto sensu : « tenir fermement à cheval ».

151 Les compagnons de Yāġī Siyān auraient tenté de le remettre en selle avant de prendre la fuite. Voir Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 220 ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ, XXXIV, p. 9 (qui réécrit Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VIII, p. 417), sur lequel s’appuie al‑Ḥarīrī : « Du fait de la violence de ce qui l’avait atteint, il s’évanouit et tomba [de cheval]. Ses compagnons voulurent le faire remonter sur le cheval, mais il n’avait plus la force de le tenir : la force l’avait quitté ». Tous les auteurs arabes (de même d’ailleurs que les chroniqueurs latins) ne s’accordent pas sur cette version de la mort de Yāġī Siyān. Par exemple, al‑ʿAẓīmī, Taʾrīḫ Ḥalab, p. 359, affirme qu’il mourut de soif. Voir l’examen des différentes versions dans Zouache 2008, notes 59 p. 217‑218, et la reconstitution de tous ces évènements par Ibn al‑ʿAdīm, Zubda, p. 239‑240, repris par Ibn Šaddād, Aʿlāq, II. 1, p. 388‑389.

152 Kürboğa (m. 495/1102), transcrit en arabe Karbūqā, Karbūġā, etc. (parfois Karnūqā dans certains manuscrits : Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, I, p. 25 note 4), émir seldjouqide de premier plan, maître de Mossoul et de la Djézireh à l’arrivée des croisés. Sur son parcours, voir Özaydın 2000 ; Demirkent 2002.

153 الغيرَه. Al‑ġayra dénote la jalousie, mais aussi le zèle et l’ardeur ; al‑ġīra renvoie notamment au « prix du sang ». Voir Kazimirski 1860, I, p. 523.

154 Plaine située à une quarantaine de kilomètres au Nord d’Alep.

155 « À l’exception de ceux qui étaient à Alep » : Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VIII, p. 418. Comparer aux versions différentes et plus précises d’Ibn al‑ʿAdīm et Ibn Šaddād, loc. cit.

156 Ġalāʾ ʿaẓīma. Le vocable ġalāʾ renvoie plus précisément à la cherté des vivres du fait d’une pénurie. Al‑Ḥarīrī fait ici référence aux très fortes difficultés d’approvisionnement que connaissaient les Francs devant Antioche. Il a considéré qu’il était inutile d’être plus précis. Al‑Ḏahabī (Taʾrīḫ, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 11), qui dit citer Ibn al‑Aṯīr, parle de wahn (« faiblesse, épuisement ») et de qaḥṭ (« pénurie »). Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VIII, p. 418 : « ils prirent peur du fait de leur épuisement et de l’amenuisement des vivres parmi eux ».

157 Amān : reddition contre la promesse d’avoir la vie sauve.

158 Même si al‑Ḥarīrī ne le précise pas, il s’agit a priori de Baudouin du Bourg (m. 1131), fils d’Hugues de Réthel et de Mélisende de Montlhéry. Comte d’Édesse de 1100 à 1118, Baudouin fut roi de Jérusalem de 1118 à 1131.

159 Raymond de Saint-Gilles (m. 1105), comte de Toulouse, l’un des principaux barons de la croisade.

160 Godefroy de Bouillon (m. 1100), duc de Basse Lorraine, premier roi de Jérusalem.

161 Baudouin de Boulogne (m. 1118) un des deux fils, avec Godefroy de Bouillon, du comte de Boulogne à s’être croisés, premier comte d’Édesse (mars 1098‑1100) puis roi de Jérusalem (1100‑1118).

162 Bohémond [de Tarente] (m. 1111), maître d’Antioche après sa conquête.

163 Pierre Barthélémy. L’invention de la sainte lance (entre le 10 et le 14 juin 1098, date probable de sa mise au jour dans l’église Saint-Pierre d’Antioche) a fasciné nombre de spécialistes des croisades dont les principaux travaux sont cités dans Zouache 2013, note 14 p. 409.

164 Ḥarba : lance courte mais aussi « fer de lance » (Kazimirski 1860, I, p. 402).

165 La bataille qui va être rapidement contée, passée à la postérité sous le nom de « bataille d’Antioche », se déroula le 28 juin 1098. Les chroniques latines et, dans une moindre mesure cependant, arabes, la décrivent avec moult détails sans vraiment s’accorder : Zouache 2008, p. 851-852 et index, s. v., p. 973. Voir aussi sa reconstitution dans France 1994, p. 280‑294.

166 Des chroniqueurs arabes évoquent les divergences qui opposèrent les Turcs et les Arabes, et/ou les différents chefs de la coalition, en fonction de leurs sources mais aussi de leurs sensibilités. Par exemple, Ibn al‑Qalānisī (Ḏayl, p. 218), qui était un défenseur de l’ordre turc (voir dernièrement Bianquis et Zouache 2018), se contente de relater la défaite sans même évoquer la désunion. Al‑ʿAẓīmī (Taʾrīḫ Ḥalab, p. 359), évoque en passant la responsabilité collective des « musulmans ». Ibn al‑ʿAdīm (Zubda, p. 240-241), qui appréciait peu le pouvoir turc, fait état de l’opposition Turcs – Arabes et de la méfiance entre les différents émirs turcs et/ou turcomans. Il est suivi en cela par Ibn Šaddād, Aʿlāq, I. 2, p. 390-391. Ibn al‑Aṯīr (Kāmil, VIII, p. 418-420), qui est très dur envers Karbūqā et dont le récit est cité et résumé par al‑Ḏahabī (Taʾrīḫ al‑islām, XXXIV, p. 11) et al‑Nuwayrī (Nihāyat al‑arab, XXVIII, p. 253), Abū al‑Fidāʾ (Muḫtaṣar, II, p. 210‑211) ou Ibn al‑Wardī (m. 749/1349 ; Taʾrīḫ, II, p. 10), l’accusent d’avoir été, par son attitude hautaine et son incompétence en matière de tactique, la cause de la discorde et de la défaite. Au début du xxe siècle, le savant syrien Muḥammad Kurd ʿAlī (m. 1953) transmet cette dernière version (Kurd ʿAlī 1983, I, p. 253). Voir aussi la présentation un peu plus mesurée des faits par l’historien chrétien oriental Barhebraeus, Muḫtaṣar al‑duwal, p. 196.

167 La place forte de ʿArqa ou ʿIrqa, à l’Est de Tripoli, à environ 8 km de la côte, surveillait une route menant du littoral à Ḥimṣ et Ḥamā. Elle aurait suscité le très vif intérêt de Raymond de Saint-Gilles et fut assiégée sans succès pendant trois mois à partir du 14 avril 1099. Voir Leriche 1983, Zouache 2008, p. 671‑672, 761, cartes HT et index, q. v. p. 971 et Flori 2001, p. 97‑99.

168 Ḥimṣ, ville importante de Syrie intérieure proche de Ḥamā, ne fut jamais occupée par les croisés ni par leurs successeurs. Le siège de la ville évoqué par les chroniqueurs arabes, dont al‑Ḥarīrī, est douteux. En revanche, il semble que son maître, l’émir turc Ǧanāḥ al‑Dawla (sur lequel voir infra, note 191), obtint que sa cité ne fût pas violentée contre le versement d’un tribut. Il peut avoir négocié avec les croisés entre l’occupation du Crac des chevaliers (vers le 29 janvier) et le début du siège de ʿArqa (14 février). Selon Hagenmeyer 1902 (p. 212), les négociations (qui impliquèrent aussi le maître de Tripoli, Ibn ʿAmmār) se déroulèrent entre le 30 janvier et le 9 février 1099.

169 Fa‑ālaḥa‑hum ṣāḥibu-hā. J’ai préféré traduire ainsi du fait du contexte et des informations apportées par les chroniques latines, plutôt que « il fit la paix avec eux ». En effet, le dérivé verbal de ṣulḥ, ṣālaḥa, renvoie à l’idée d’une conciliation, d’un compromis dans l’objectif d’une interruption des combats (une paix temporaire). Voir Khadduri 1955 et 1998 et Denaro 2017, p. 101‑102. Comparer aux offres décrites dans les textes latins, en particulier les Gesta francorum (extraits dans Hagenmeyer 1902, p. 212 : « Veneruntque illuc nuntii de Camela. Rex namque illius mandavit comiti equos, aurum, et pactus est cum eo quod christianos nullo modo offenderet, sed eos diligeret et honoraret ») et Raymond d’Aguilers (Historia Francorum, PL, Caput XXIV bis [En ligne] http://mlat.uzh.ch/MLS/xanfang.php?corpus=2&lang=0, et Liber, p. 106‑107).

170 28 novembre 1098 – 17 novembre 1099.

171 Le 14 juillet 1099 tombait un jeudi. En réalité, la prise de Jérusalem eut lieu le lendemain, le 15 juillet 1099 (23 šaʿbān 492 comme le mentionne, par exemple, Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 497). Hirschler 2014b réexamine plusieurs récits arabes qui racontent la prise de Jérusalem.

172 Arbāb manāǧanīq wa‑ʿarrādāt. Le terme arbāb désigne des « spécialistes », des artificiers. Il est difficile de savoir à quels types de machines les vocables manāǧanīq et ʿarrādāt, souvent employés comme des génériques, pouvaient renvoyer sous la plume des chroniqueurs arabes (voir Zouache 2008, passim). Les traductions usuelles, « mangonneau » (pour manǧanīq) et « baliste » (pour ʿarrāda) sont insatisfaisantes. Les deux termes peuvent avoir renvoyé à deux types de trébuchets, l’un (le manǧanīq) plus grand et plus complexe. Voir Chevedden 1998, en particulier p. 95, 98 (ʿarrādāt = « pole-framed trebuchet » ; manǧanīqāt = « trestle-framed trebuchet », à traction ou à contrepoids), Chevedden 2000, Chevedden et al. 2000 et Zouache 2008, p. 705‑828.

173 Saladin s’empara de Jérusalem le 2 octobre 1187. Noter que dans son cas, il s’agit d’un fatḥ (wa min‑hu fataḥa‑hā Ṣalāḥ al‑Dīn), comme il seyait lorsqu’une cité ou une forteresse étaient conquises par un musulman, alors qu’al‑Ḥarīrī utilise la racine M L K lorsqu’il décrit sa conquête par les Francs (mais voir aussi ci-dessous, note 181).

174 Rares sont les auteurs (al‑Ḥarīrī, sa source Sibṭ b. al‑Ǧawzī et Ibn Taġrī Birdī) à donner ce nombre. La plupart des auteurs arabes parlent de soixante‑dix mille morts, qui est une marque de tasbīʿ : Zouache 2008 p. 493‑594 et passim.

175 L’esplanade où se trouvaient, notamment, la mosquée d’al‑Aqṣā et le Dôme du Rocher évoqués précédemment.

176 Stricto sensu « les enfants mâles » (al‑ṣibyān/al‑ṣubyān). Voir ci‑dessus, note 139. Comparer aux formules toutes faites utilisées par Ibn Kaṯīr, Bidāya, XV, p. 320 (année 359 H., conquête d’Antioche par les Byzantins). Sur les massacres perpétrés par les croisés à Jérusalem, voir, récents (la bibliographie est abondante et répétitive) : Kedar 2004, Kostick 2009, Madden 2012, Murray 2014 et Lapina et Morton 2017. Ces travaux s’appuient pour l’essentiel sur les sources latines des croisades. Hillenbrand 1997 et 1999, et Hirschler 2014b, examinent la documentation arabe. Seuls les historiens arabes semblent accorder de l’intérêt aux travaux de leurs pairs (par exemple Nawār 1993 et Qāsim 1999 et 2001).

177 12,957 kg, si l’on considère avec Schnädelbach s. d., qu’un miṯqāl syrien (ou plutôt de Damas) équivalait à 4,319 g.

178 Ce type de candélabres était appelé tannūr (pl. tanānīr), « four (circulaire) à pain, fourneau », du fait de leur forme.

179 Ǧahhaza : « il équipa » ou « il expédia / envoya ».

180 Noter qu’al‑Ḥarīrī n’évoque pas le calife dans le Muntaḫab, pas plus que Sibṭ b. al‑Ǧawzī, repris par al‑Ḏahabī (supra, note 72) : sous leur plume, al‑Afḍal apparaît comme le seul décideur.

181 Stricto sensu : « le deuxième jour de sa conquête ». Noter qu’al‑Ḥarīrī utilise ici le mot fatḥ, que les auteurs arabes réservaient généralement aux conquêtes musulmanes (ci‑dessus, note 173).

182 Sur la bataille d’Ascalon, qui se déroula le 12 août 1099, voir Zouache 2008, p. 276, 318 note 20, 328, et passim, et sa reconstitution par France 1994, p. 356‑366.

183 Stricto sensu : « ils y mirent le feu sur eux ». Voir supra, note 88, la proximité avec Ibn al‑Qalānisī et les récits pratiquement identiques de Sibt b. al‑Ǧawzī et d’al‑Ḏahabī.

184 « Makkī b. ʿAbd al‑Salām b. al‑Ḥusayn b. al‑Qāsim b. Muḥammad Abū al‑Qāsim al‑Anṣārī al‑Maqdisī, connu sous le nom d’Ibn al‑Rumaylī » (Ibn ʿAsākir, Taʾrīḫ Dimašq, LX, p. 254-256), célèbre muḥaddiṯ shaféite, né en 432 H., auteur d’une « Histoire de Jérusalem et de ses mérites » sans doute inachevée du fait de sa mort, et non conservée. Il aurait été fait prisonnier par les Francs, qui auraient réclamé une rançon de mille dinars quand ils auraient su que c’était un homme de foi et de science réputé. Comme personne ne leur aurait offert de payer la rançon, ils l’auraient exécuté. Différentes versions de sa mort sont transmises par les auteurs et biographes arabes. Certaines le font mourir « en martyr le 12 šaʿbān 492/4 juillet 1099, le jour où les Francs entrèrent dans Jérusalem » (Ibn ʿAsākir, op. cit., p. 256). D’autres le décrivent prisonnier puis exécuté le 12 šawāl 492/1er septembre 1099. Ġayṯ al‑Armanāzī (cité en particulier par al‑Ḏahabī) explique avoir partagé sa captivité et avoir assisté à son exécution. Comparer al‑Ḏahabī, Taḏkirat al‑ḥuffāẓ, IV, p. 20, Taʾrīḫ al‑islām, XXXIV, p. 136-139, notice n° 96 (abondante bibliographie note 4 p. 136-137) et Siyar aʿlām al‑nubalāʾ, éd. Tadmurī, XIX, p. 179 ; al‑Subkī, Ṭabaqāt al‑šāfiʿiyya, V, p. 332‑333, notice n° 544. Voir aussi Farānī et Šāhīn 2005, qui en font un des ʿulamāʾ investis dans le djihad contre les croisés.

185 Les sources arabes ne s’accordent guère sur cet affrontement. Al‑ʿAzīmī, Taʾrīḫ Ḥalab, p. 360, parle de la mort de Saʿd al‑Dawla « ṣāḥib Ascalon », qu’il date de ḏū al‑qaʿda 494/28 août – 26 septembre 1101. Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 227, date l’arrivée de l’armée égyptienne commandée par « l’émir Saʿd al‑Dawla, connu sous le nom d’al‑Qawāmis » de début ramaḍān 494/fin juin‑début juillet 1101. Ibn al-Ǧawzī, al‑Muntaẓam, XVII, p. 55, année 493/1099 1100, avance le nombre de trois cent mille Francs dont seuls trois mille en réchappèrent. Sibṭ b. al‑Ǧawzī, Mirʾāt, XIX, p. 504 (« al-Qawāmis »), est succinct mais précise : « on dit qu’ils tuèrent trois cent mille Francs et que seul Saʿd al‑Dawla et un petit nombre de musulmans furent tués ». Al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al‑islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 25 (année 493/1099‑1100 ; « Saʿd al‑Dawla al‑Qarāmisī », corrigé par l’éditeur en « al‑Ṭawāšī » d’après al‑Maqrīzī, Ittiʿāẓ, III, p. 32), critique ce chiffre avancé par Sibṭ. Le même al‑Ḏahabī, Duwal al-islām, I, p. 429, parle de cent mille morts ; Ibn Taġrī Birdī, al‑Nuǧūm, V, p. 152, date l’affrontement de l’année 493/1099‑1100 et cite Sibṭ et al‑Ḏahabī quant au nombre de mort. Al‑Maqrīzī, Ittiʿāẓ, III, p. 26, date l’envoi des troupes de šaʿbān 494/1er‑29 juin 1101 et n’évalue pas le nombre de morts. Voir aussi supra, note 90 et 94 (textes arabes) et Zouache 2008, p. 403 et note 393 (notamment sur le nom du chef égyptien).

186 Les chroniqueurs arabes, qui expliquent la mort de Godefroy par cette blessure, ne s’accordent pas avec leurs pairs latins. Selon ces derniers, qui œuvrent tous peu ou prou à la construction d’un personnage légendaire, Godefroy mourut le 18 juillet 1100 des suites d’une maladie. Leurs écrits ont été récemment réexaminés par John (2018, basé sur une thèse de doctorat soutenue en 2012 à l’université de Swansea).

187 Il se pressa pour pouvoir succéder à son frère.

188 Référence à son intronisation ou à son couronnement ? Baudouin reçut un serment de fidélité et fut intronisé vers le 13 novembre 1100, peu après son arrivée à Jérusalem le 9 novembre. Il fut couronné roi dans l’église de la Nativité de Bethléem le 25 décembre 1100. Voir Hagenmeyer 1902, p. 331, 338, qui essaie de reconstituer à partir des sources latines le parcours de Baudouin depuis son départ d’Édesse (a priori le 2 octobre).

189 Peu après son intronisation, Baudouin partit en campagne et ne revint à Jérusalem que six semaines plus tard.

190 Ancien atabeg de l’émir seldjouqide d’Alep Riḍwān b. Tutuš, l’émir turc Ǧanāḥ al‑Dawla Ḥusayn b. Mulāʿib s’était installé à Ḥimṣ après s’être brouillé avec lui. Il fut assassiné, très probablement par des ismaéliens, a priori en raǧab 496/mai 1103 et sur ordre de Riḍwān. Voir sa biographie dans Ibn al-ʿAdīm, Buġya, VI, p. 2805‑2808 ; Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 230. Sur le maître de Damas, Šams al‑Mulūk Duqāq b. Tutuš b. Alp Arslān Duqāq b. Tutuš (m. 497/1104), voir Yared-Riachi 1997, chap. VI.

191 La date précise de la tentative d’interception (qui échoua) est difficile à établir. Novembre ou décembre 1100 comme il a été parfois proposé, par exemple par Köhler 2013, p. 83 et note 80 ?

192 Ville du Diyār Muḍar en Syrie du Nord stratégiquement importante, car c’était un carrefour routier, en particulier entre Édesse, al‑Bīra et Tall Bāšir, qui était entre les mains de l’émir artuqide Balak (m. 515/1124) à l’arrivée des croisés. Elle aurait été livrée aux Francs au printemps 1098 : Zouache 2008, p. 716 et note 67, d’après le chroniqueur latin Albert d’Aix. Une bataille y opposa l’émir Suqmān b. Artuq, qui l’aurait à cette occasion brièvement réoccupée, aux Francs en rabīʿ I 494/4 janvier – 2 février 1101. Il fut défait et la ville violentée par les Francs. Voir Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 224, et les difficultés posées par les sources syriaques et arméniennes dans MacEvitt 2008, p. 77‑80.

193 Ville côtière de Palestine, à 15 km environ de Jaffa. Attaquée sans succès en décembre 1099, Arsūf se serait rendue le 27 ǧumādā II 494/29 avril 1101 après avoir été assiégée par mer et par terre.

194 La ville fortifiée de Césarée, sur la côte palestinienne, fut attaquée par les Francs après la chute d’Arsūf avec l’aide d’une flotte génoise. Sa conquête, fin raǧab 491/fin mai 1101 selon Ibn al‑Qalānisī (Ḏayl, p. 225 ; aussi Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, VIII, p. 458 ; al‑Ḏahabī, Taʾrīḫ al-islām, éd. Tadmurī, XXXIV, p. 37 et les références citées note 2), le 17 mai selon les sources latines (Hazard 1975) aurait été marquée par des massacres.

195 Les imprécisions et confusions temporelles sont nombreuses. Voir aussi les remarques de Suhayl Zakkār : Iʿlām–Zakkār, p. 58.

196 Voir ci-dessus l’édition de l’extrait du Muntaḫab et note 69, ceux du Mirʾāt al-zamān de Sibṭ b. al‑Ğawzī et du Taʾrīḫ al‑islām d’al‑Ḏahabī.

197 Il supprime la mention, dans l’Iʿlām, de la mort et de l’enterrement à Damas du ʿālim Abū al‑Fatḥ b. Ibrāhīm al‑Muqaddasī al‑Šāfiʿ.

198 Muntaḫab, fol. 24v‑25.

199 Voir aussi Iʿlām-Zakkār, p. 58‑59.

200 Pas plus que d’autres sources. Ailleurs dans le Muntaḫab et l’Iʿlām, il cite parfois ses sources, dont le « ṣāḥib Mirʾāt al‑zamān » (Muntaḫab, fol. 20v, le Taʾrīḫ du « Šayḫ Šams al‑Dīn al‑Ḏahabī » (Muntaḫab, fol. 98v) ou les Wafayāt al‑aʿyān d’Ibn Ḫallikān (Muntaḫab, fol. 31v, 37).

201 Titre choisi par les éditeurs d’un ouvrage longtemps connu sous le titre Miʾrāt al‑zamān fī taʾrīḫ al‑aʿyān. Voir Mirʾāt, I, p. 7.

202 Comme le Duwal al‑islām rédigé par al‑Ḏahabī lui‑même. Voir supra, notes 33, 43, 44, 47, 90, etc. Liste des ouvrages d’al‑Ḏahabī dans Maʿrūf 1976.

203 Muntaḫab, ms. Sohag, fol. 9, Muntaḫab-Ḫalīfa, p. 26 et Zouache 2018, p. 32.

204 Noter que dans la ʿUmda, al‑Ḥarīrī cite différents auteurs, dont Ibn ʿAsākir (Taʾrīḫ Dimašq).

205 Voir ci‑dessus, Iʿlām-Ḥarīrī, fol. 1v.

206 Les exemples sont trop nombreux pour être cités. L’analyse à grande échelle de l’utilisation de formules accusatoires reste à faire. Christie 2001 et 2011 s’intéresse à l’utilisation du terme chez quelques chroniqueurs de la croisade, essentiellement Ibn al-Qalānisī. Hirschler 2014a, p. 147 et Michaud 2014, p. 73 font brièvement de même concernant respectivement Ibn al-Aṯīr et Ibn Wāṣil.

207 Je n’en ai pas trouvé mention dans le Mirʾat al-zamān.

© Presses de l’Ifpo, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540