Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fondations pieuses en mouvement

 | 
Musa Sroor

Première partie : Les wafqs dans la ville de Jérusalem : entre législation et politique (1858-1917)

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1La politique ottomane à l’égard des biens waqfs a donc conduit à la disparition d’une grande partie des biens waqfs khayrî, comme nous l’avons démontré dans la première section de ce chapitre. Mais nous avons aussi pu constater que les biens waqfs non musulmans de Jérusalem, y compris les waqfs khayrî, n’ont pas été touchéspar cette politique. Il nous semble évident que cela est dû à deux facteurs. D’une part, l’Empire ottoman a classé les waqfs non musulmans dans la catégorie des waqfs mustathnâ (exceptionnels), c’est-à-dire qu’ils étaient administrés sans aucune ingérence du Ministère des Waqfs et avaient des chefs religieux pour mutawallîs. D’autre part, les bénéficiaires des biens waqfs non musulmans étaient, en général, des institutions religieuses, culturelles, éducatives, charitables, médicales ou les pauvres des communautés religieuses. L’éventualité d’extinction des bénéficiaires était donc très faible comparée à celle des waqfs fondés au profit des familles comme les waqfs dhurrî musulmans. Par conséquent, les responsables de ces waqfs pouvaient s’opposer aux décisions du gouvernement ottoman de confisquer leurs biens en arguant l’impossibilité d’extinction des bénéficiaires.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540