Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savants, amants, poètes et fous

Séances historiques

La figure de Hārūn al‑Rašīd dans la tradition magique islamique

Jean‑Charles Coulon

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à remercier pour leur aide inestimable Alain Epelboin, qui nous a ouvert les portes de (...)
  • 2 El‑Hibri 1999, p. 21.
  • 3 Dahklia 2004, p. 178.

1Hārūn al‑Rašīd (r. 170/786-193/809) est certainement le plus célèbre des califes 1. Bien que son règne ne semble pas avoir été considéré de son temps comme particulièrement remarquable, une légende dorée sur l’époque de Hārūn al‑Rašīd se constitua au fil du temps et le personnage historique s’effaça devant l’archétype du calife dans toute sa splendeur. Des sources islamiques du Moyen Âge en faisaient ainsi un calife charismatique, généreux mécène pour les savants et les poètes, pieux musulman accomplissant une centaine de génuflexions par jour, alternant une année sur deux entre l’accomplissement du pèlerinage et les expéditions militaires contre l’Empire byzantin, etc. 2 Il devint également un personnage récurrent des contes des Mille et une nuits. Comme le souligne Jocelyne Dakhlia dans un article consacré justement à la figure de Hārūn al–Rašīd dans les Nuits 3,

il se pourrait alors que l’imposition aussi massive du nom d’al‑Rashîd comme nom quasi générique du califat dans les Nuits soit aussi d’ordre structurel. Il recèlerait en effet une forme d’exemplarité, valide aussi bien dans la chronique que dans le conte et centrée sur l’épisode retentissant de la chute des Barmécides.

2Or, nous observons un phénomène similaire dans la littérature magique, où Hārūn al‑Rašīd est souvent mentionné dans des recettes ou des anecdotes sur l’histoire de certains talismans. Deux types de mentions peuvent alors être dégagées : d’une part les mentions de Hārūn al‑Rašīd comme autorité garante ou repère chronologique pour la source d’une recette, et, d’autre part, les mentions de Hārūn al‑Rašīd en tant que victime de telle ou telle recette. Nous pourrons alors nous demander comment se présente la figure de Hārūn al‑Rašīd dans cette forme de littérature particulière que constituent les sciences occultes arabes médiévales.

Le règne de Hārūn al‑Rašīd et le développement des sciences occultes

Les sciences occultes sous le règne de Hārūn al‑Rašīd

  • 4 Saliba 1994, p. 72-73 ; Morelon 1997, p. 35-69 ; Caiozzo 2003, p. 33-35.

3Le règne de Hārūn al‑Rašīd n’est pas étranger au développement des sciences occultes islamiques : son règne se situe durant la longue période de découverte, traduction et enrichissement des héritages de l’Antiquité. Ainsi, durant son règne plusieurs ouvrages fondamentaux dans l’histoire des sciences occultes furent traduits en arabe, assurant une large diffusion dans le dār al‑islām. Un de ces plus importants traités, en astrologie, est l’Almageste de Ptolémée 4 (m. v. 150 après Jésus Christ), traduite sous le patronage du vizir Yaḥyā b. Ḫālid al‑Barmakī.

  • 5 Sezgin 1967-2010, VII, p. 95-96.

4Parmi les figures qui auraient gravité dans la cour de ce calife – avec de nombreuses réserves – on compte Kankah al‑Hindī ou Šarāsīm al‑Hindiyya. Kankah al‑Hindī est l’auteur d’importants traités d’astrologie. Fuat Sezgin avait émis l’hypothèse qu’il s’agissait d’un astrologue de la cour de Hārūn al‑Rašīd 5, qui serait né vers 158/775 et mort vers 205/820. Cependant, son existence, tout comme son identité, sont sujettes à débats.

  • 6 Ǧaldakī, Durrat al‑ġawwāṣ, fol. 8a.
  • 7 Sur Šarāsīm al‑Hindiyya, voir Ullmann 1972, p. 382 et Coulon 2017a. Voir également Coulon à paraît (...)

5Quant à Šarāsīm (ou Išrāsīm) al‑Hindiyya, il s’agit de l’auteure putative et éponyme d’un traité de magie astrale. L’alchimiste ʿIzz al‑Dīn Aydamir al‑Ǧaldakī (fl. ixe/xive siècle) la présente comme une servante (ǧāriya) de Hārūn al‑Rašīd 6, mais, encore une fois, son existence historique elle‑même est douteuse, ainsi que cette information, dans la mesure où les manuscrits de son texte, qui la présentent comme une mawlāt, ne nomment pas directement Hārūn al‑Rašīd 7.

6Ces deux figures de Kankah et Šarāsīm tendent à faire penser que le personnage de Hārūn al‑Rašīd a servi à combler les lacunes historiques à leur sujet pour leur donner une assise historique. Dans le cas de Kankah, l’hypothèse peut être défendue : le contenu de ses œuvres permet de faire penser qu’il aurait pu être contemporain du calife. En revanche, dans le cas de Šarāsīm, l’analyse du texte qui lui est attribué permet de situer sa composition à une époque postérieure à celle du souverain.

La mystérieuse bibliothèque de Hārūn al‑Rašīd

  • 8 Sur la « bibliothèque » de Hārūn al‑Rašīd dans le Šams al‑maʿārif, voir Coulon 2017b, p. 474.
  • 9 Mentionné par Gutas 2005, p. 99. Voir également Sezgin 1967-2010, VII, p. 114.
  • 10 Traduit par Gutas 2005, p. 99.
  • 11 Ibn al‑Qifṭī, Taʾrīḫ al‑ḥukamāʾ, p. 255 ; mentionné par Gutas 2005, p. 99.
  • 12 L’écriture ḥimyarite est d’ailleurs mentionnée dans le Šams al‑maʿārif : ce serait dans cet alphab (...)
  • 13 Gutas 2005, p. 101.
  • 14 Gutas 2005, p. 101.

7Le développement des sciences à l’époque de Hārūn al‑Rašīd est associé à sa « bibliothèque » (ḫizāna8. Le Fihrist d’Ibn al‑Nadīm mentionne ainsi Abū Sahl b. Nawbaḫt, qui était à « la bibliothèque de la sagesse » (ḫizānat al‑ḥikma) pour Hārūn al‑Rašīd 9 ou encore ʿAllān al‑Šuʿūbī qui « copiait les manuscrits dans le bayt al‑ḥikma pour al‑Rašīd, al‑Maʾmūn et les Barmakides » 10. Plus tard, Ibn al‑Qifṭī affirme qu’Abū Sahl fut nommé par Hārūn al‑Rašīd pour diriger la « bibliothèque des livres de la sagesse » 11. Cette ḫizānat al‑ḥikma serait une institution qui aurait inspiré le célèbre bayt al‑ḥikma (Maison de la Sagesse) dont la fondation est attribuée à al‑Maʾmūn, l’un des fils de Hārūn al‑Rašīd. Ibn al‑Nadīm affirme ainsi qu’il recopie les alphabets ḥimyarite et éthiopien d’après des livres de la bibliothèque d’al‑Maʾmūn 12. Cette bibliothèque, selon le même auteur, aurait conservé un manuscrit en parchemin écrit de la main du grand-père du prophète, ʿAbd al‑Muṭṭalib b. Hāšim 13. Dimitri Gutas a réfuté l’hypothèse selon laquelle le bayt al‑ḥikma était une bibliothèque d’antiquités : d’après lui 14,

un siècle et demi après al‑Maʾmūn, quand sa bibliothèque avait revêtu des traits légendaires à l’époque d’Ibn al‑Nadīm, n’importe quel livre rare ou ancien, ou n’importe quel livre écrit dans un alphabet étrange, pouvait lui être attribué.

8Il n’est donc pas surprenant que ces bibliothèques soient mentionnées dans des traités de sciences occultes. Ainsi, dans le Šams al‑maʿārif attribué à al‑Būnī (m. 622/1225 ou 630/1232), plusieurs passages affirment trouver leur source de documents de la ḫizāna de Hārūn al‑Rašīd. Par exemple, au sujet du nom divin Ḏū l‑ǧalāl wa‑l‑ikrām (Celui qui a la majesté et la générosité), on trouve l’indication suivante :

  • 15 Cor. 27, 40. Nous avons utilisé la traduction de Régis Blachère pour l’ensemble des références cor (...)
  • 16 Cor. 27, 38.
  • 17 Cor. 27, 40.

Muḥammad b. Idrīs al‑Rāzī mentionne, dans son grand livre qu’il reprit et qu’il fit copier de la bibliothèque de Hārūn al‑Rašīd, le nom avec lequel invoqua Āṣaf b. Baraḫiyā, et il est « celui qui avait connaissance de l’Écriture » 15 lorsque Salomon – que la paix soit sur lui ! – dit « qui de vous m’apportera le trône ? » 16 c’est‑à‑dire le trône de Bilqīs [= la reine de Saba]. Puis il dit « Moi, je l’apporterai avant que ton regard soit revenu vers toi » 17. Il bougea ses lèvres et le trône de Bilqīs s’enfonça dans le ventre de la terre et elle l’engloutit. Il jaillit sous le pied du trône de Salomon avant que son regard ne soit revenu vers lui, et c’est celui qui parle avec lui ô Celui qui a la majesté et la magnificence.

  • 18 On trouve cette idée par exemple dans l’exégèse du verset de Hārūt et Mārūt (Cor. 2, 102) par al‑Ṭ (...)

9Le passage relate ensuite les gestes accomplis par Āṣaf, l’illustre vizir de Salomon. Ce personnage a une importance particulière dans la magie islamique : il est réputé, selon certaines traditions, avoir été l’auteur des livres de magie salomonique 18.

10Ce Muḥammad b. Idrīs al‑Rāzī (m. 277/890) et le livre de la bibliothèque de Hārūn al‑Rašīd sont également mentionnés comme sources dans un autre passage du même Šams al‑maʿārif :

L’imam Abū ʿAbd Allāh Muḥammad b. Idrīs al‑Rāzī a extrait de la grande somme sur les mentions et incantations qui se trouvait dans la bibliothèque de Hārūn al‑Rašīd ce qui suit :

  • 19 Il s’agit d’Asīd b. ʿĀṣim al‑Aṣbahānī al‑Ṯaqafī (m. 270/883-884), un traditionniste d’Ispahan. Voi (...)
  • 20 Abū Sufyān Ṣāliḥ b. Mihrān al‑Šaybānī al‑Aṣbahānī al‑Zāhid, aussi surnommé al‑Ḥakīm (le sage). Faq (...)
  • 21 Al‑Nuʿmān b. ʿAbd al‑Salām b. Ḥabīb b. Ḥaṭīṭ b. ʿUqba (m. 183/799‑800 ou 173/789‑790) est un tradi (...)
  • 22 Abū Yūnus al‑Mufaḍḍal b. Yūnus al‑Ǧuʿfī al‑Kūfī (m. 178/794-795) était un traditionniste de Koufa (...)
  • 23 Abū ʿAbd al‑Raḥmān Muḥammad b. al‑Naḍir al‑Ḥāriṯī (m. 174/790-791) était un mystique de Koufa cons (...)
  • 24 Il s’agit du 8 ḏū l-ḥiǧǧa du calendrier hégirien. Les pèlerins se rendent ce jour-là de la Mecque (...)

Asad b. ʿĀṣim al‑Aṣbahānī 19 nous a rapporté que ʿĀṣim b. Mihrān 20 a rapporté d’al‑Nuʿmān b. ʿAbd al‑Salām 21 qui le tient d’Ibn Yūnus 22 d’après Muḥammad b. al‑Naḍir al‑Ḥāriṯī 23 l’anecdote suivante : quand ce fut le jour de ʿArafa ou le jour du début du pèlerinage (yawm al‑tarwiya24 un des serviteurs de Koufa fit ses ablutions, revêtit deux vêtements blancs puis monta au sommet – c’était un endroit surélevé au-dessus du sol –, fit cette invocation et on le vit aussitôt à la Mecque ou à ʿArafa. La voici : « Ahyā Šarāhyā Ahī Lumière ! H.Y Singulier (Fard) ! Saint, saint, saint (Quddūs Quddūs Quddūs) ! Seigneur de Gabriel, Michel et Isrāfīl ! Je Te demande par Ton nom, et Tu ne frustres pas celui qui T’invoque ! » Tu présenteras ta demande en choisissant entre le repli de la terre sous tes pieds et la présence de la nourriture et de la boisson que tu veux, et cela te sera exaucé avec la permission de Dieu – qu’Il soit exalté ! – après que tu eus jeûné cinq jours dans une retraite pieuse et pratiqué l’aumône. L’intention du croyant est plus efficace que son action.

  • 25 (Pseudo‑)al‑Būnī, Šams al‑maʿārif, dans Coulon 2013, II, p. 247‑249 (MS Saint Laurent de l’Escoria (...)

Selon sa chaîne de transmission aussi, quand ce fut le jour du début du pèlerinage (yawm al-tarwiya), un homme parmi les serviteurs de Koufa fit ses ablutions, revêtit un vêtement blanc et un manteau blanc, ensuite il monta au sommet, fit une invocation et on le vit aussitôt à la Mecque. Voici l’invocation : « Je Te demande par Ton nom, et Tu ne frustres pas celui qui T’invoque, par Ton nom le Tout-Miséricordieux le Miséricordieux (al‑Raḥmān al‑Raḥīm), Celui dont on demande l’aide (al‑Mustaʿān), le Très-Sûr (al‑Muhaymin), le Grand (al‑Kabīr), l’Exalté (al‑Mutaʿālī), l’Apparent (al‑Ẓāhir), le Caché (al‑Bāṭin), l’Adoré (al‑Maʿbūd), le Loué (al‑Maḥmūd), le Béni (al‑Mubārak), le Tout-Puissant (al‑Muqtadir), le Généreux (al‑Faḍfāḍ), je Te demande d’exaucer ma demande. Ô mon Dieu, rends-moi paisible le voyage et replie la terre sous mes pas – tu mentionneras la demande que tu veux – en vérité Tu donnes à ceux qui Te demandent avec la permission de Dieu – qu’Il soit exalté ! – point de puissance ni de force excepté par Dieu, le Haut (al‑ʿAlī), le Sublime (al‑ʿAẓīm) » 25.

  • 26 Ce nom d’al‑Faḍfāḍ n’est pas sans poser de problème ici : on ne le trouve ni dans le Coran, ni dan (...)

11Ce mystérieux livre de la bibliothèque de Hārūn al‑Rašīd serait donc un livre d’invocations avec un caractère magique très prononcé. La première invocation de ce passage évoque une magie d’inspiration juive, avec les noms hébraïques Ahyā Šarāhyā. En revanche, les noms divins de la seconde invocation sont des noms arabes issus ou inspirés du Coran, à la seule exception d’al‑Faḍfāḍ 26.

  • 27 (Pseudo‑)al‑Būnī, Šams al‑maʿārif, dans Coulon 2013, II, p. 300‑301 (MS Saint Laurent de l’Escoria (...)

12Une autre anecdote du Šams al‑maʿārif se réfère à Muḥammad b. Idrīs et « son grand livre », sans référence à Hārūn al‑Rašīd 27.

13Bien que Hārūn al‑Rašīd ne soit ici qu’un élément de repère historique et non un agent actif dans la transmission de ces savoirs et de ces recettes, sa présence vise à authentifier ainsi les recettes et savoirs en les ancrant dans l’histoire, à travers la référence à un personnage aussi célèbre et symbolique que ce calife.

Hārūn al‑Rašīd et les charmes féminins

14À côté de ce Hārūn al‑Rašīd comme élément à caractère historique, voire pseudo-historique, la majorité des mentions de Hārūn al‑Rašīd dans la littérature magique arabe renvoie au personnage comme archétype califal et à son rapport aux femmes, dont trois figures sont particulièrement remarquables.

Zubayda la reine-sorcière

  • 28 El-Hibri 1999, p. 43-44.
  • 29 Dakhlia 2004, p. 177. Voir aussi Dakhlia 2005, p. 32-38.

15Zubayda (ou Umm Ǧaʿfar) était l'épouse légitime du calife et la mère d’al‑Amīn, réputée avoir tout fait pour évincer al-Maʾmūn et faire de son fils l’unique et légitime successeur du calife. Ce rôle politique lui conféra une image négative, bien qu’elle fût reconnue dans certaines chroniques comme une pieuse croyante 28. Zubayda était réputée avoir un ascendant sur Hārūn al‑Rašīd, au point que certains récits en font la cause de la disgrâce du vizir Ǧaʿfar al‑Barmakī et de ʿAbbāsa, la sœur du calife 29. Zubayda illustre alors la capacité de l’épouse jalouse à semer le désordre dans la gestion des affaires du pouvoir.

16Il n’est donc pas étonnant de voir une référence à Zubayda lors d’une mention de Hārūn al‑Rašīd dans le Šams al‑maʿārif attribué à al‑Būnī :

  • 30 Asad b. Mūsā (n. 132/750, m. 212/827), traditionniste égyptien surnommé Asad al-Sunna (le lion de (...)
  • 31 Abū Ṣāliḥ Bāḏām est un épigone (tābiʿ) considéré par certains traditionnistes comme le compagnon d’ (...)
  • 32 Cor. 20, 14.

Asad b. Mūsā 30 rapporte d’al‑Kalbī qu’Ibn Ṣāliḥ 31 a dit : « C’est le nom gardé et caché (al‑ism al‑maḫzūn al‑maknūn) ». Celui qui l’écrit au lever du Soleil un dimanche en état de pureté (ʿalā ṭahāra) et de jeûne (wa‑huwa ṣāʾim), l’encense d’aloès indien (bi‑ʿūd hindī) et de santal rouge (ṣandal aḥmar) sur un parchemin de gazelle ou du papier vierge (fī raqq ġazāl aw kāġid naqī) et le porte avec lui verra des biens si nombreux qu’on ne peut pas dénombrer. C’est le nom par lequel fut envoyé Moïse fils de ʿImrān – que la paix soit sur lui ! – lorsqu’Il lui a dit { En vérité, Je suis Dieu. Nulle divinité excepté Moi ! } 32. C’est le nom par lequel Zubayda possédait Hārūn al-Rašīd et [grâce auquel] il ne la contredisait pas.

  • 33 Dakhlia 2004, p. 171.

17La mention de Zubayda, épouse de Hārūn al‑Rašīd, a ici plusieurs fonctions. D’une part, il s’agit de faire sortir l’usage de ce nom divin du seul contexte des prophètes bibliques et coraniques : il n’apparaît ainsi pas comme l’apanage de ces seuls prophètes. À cela s’ajoute le fait que Zubayda soit une figure négative : véritable incarnation de la jalousie poussée à son paroxysme, son ascendant sur le calife représente dans l’imaginaire un redoutable et inquiétant cas de renversement de la hiérarchie sociale, dans la mesure où, théoriquement, dans la littérature islamique médiévale, c’est l’homme qui a la responsabilité et l’autorité sur la femme, c’est le calife qui a la responsabilité et l’autorité sur les sujets (fussent‑ils de la famille abbasside elle‑même). Hārūn al‑Rašīd correspond dans le Šams al‑maʿārif au « motif du bon calife » des Mille et une nuits 33. La domination de Zubayda est donc un complet renversement des normes attendues, attestant, dans le cas du Šams al‑maʿārif, de la puissance de ce nom, mais aussi de sa dangerosité et de son pouvoir subversif entre de mauvaises mains.

18Le lien entre Zubayda et le monde invisible apparaît par ailleurs dans certains écrits historiques. Par exemple, dans ses Murūǧ al‑ḏahab, al‑Masʿūdī évoque un rêve inspiré par un djinn familier (tābiʿa) :

Quelques chroniqueurs et certains historiens des Abbassides, comme al‑Madāʾinī, al‑ʿUtbī et d’autres, rapportent que Zubayda, la nuit même où elle devint grosse de Muḥammad, rêva que trois femmes entraient dans l’appartement où elle se trouvait et s’asseyaient, deux à sa droite et la troisième à sa gauche. L’une d’elles s’approcha et, posant sa main sur le ventre d’Umm Ǧaʿfar [Zubayda], prononça ces paroles : « Il sera un roi orgueilleux, prodigue dans ses largesses ; son joug sera lourd et son autorité impitoyable ». La deuxième, après avoir imité le geste de la première, s’exprima ainsi : « Un roi malchanceux, sans prestige réel, peu sincère dans son amitié ; il régnera en despote et sera trahi par la fortune ». La troisième, imitant celle qui l’avait précédée, dit : « Un roi voluptueux, prodigue, assailli par la révolte et avare de justice ».

  • 34 Al‑Masʿūdī, Murūǧ al‑ḏahab, IV, p. 261-262 ; Les prairies d’or, IV, p. 1067-1068, § 2621-2622.

[Elle poursuit ainsi son récit] : Je me réveillai saisie d’épouvante. La nuit où je mis au monde Muḥammad, elles m’apparurent pendant mon sommeil, telles que je les avais vues la première fois ; elles s’assirent à mon chevet et me regardèrent fixement. L’une d’elles me dit alors : « Un arbre verdoyant, une belle plante odoriférante, un jardin florissant ». La deuxième continua ainsi : « Une source abondante, mais de brève durée, promptement tarie, et bientôt disparue ». La troisième : « Ennemi de lui-même, manquant de courage, prompt à la tromperie, il sera renversé du trône ». Je me réveillai en sursaut et saisie de frayeur. Une des gouvernantes de ma maison, à qui je racontai ce rêve, me persuada que ce n’était qu’un accident du sommeil, un jeu des démons familiers (tābiʿa34.

  • 35 Voir la liste des œuvres d’al‑Madāʾinī dans l’article de l’Encyclopédie de l’islam d’Ursula Sezgin(...)

19Al‑Masʿūdī indique au moins deux sources : al‑Madāʾinī (m. 228/843) et al‑ʿUtbī (m. 228/842-843). Il est fort possible que l’anecdote se trouvât dans le Kitāb ummahāt al‑ḫulafāʾ (Le livre des mères des califes) qu’aurait écrit al‑Madāʾinī, ouvrage aujourd’hui perdu 35. Quant à al‑ʿUtbī, bien qu’il eût été surtout connu comme poète, il aurait aussi écrit des ouvrages en proses, aujourd’hui perdus, dont un Kitāb al‑nisāʾ allātī aḥbabna wa-abġaḍna (Le livre des femmes qui aimèrent et haïrent). Le titre ne manque pas de faire penser à Zubayda, réputée d’une profonde animadversion envers ses rivales et ceux qui soutenaient les autres enfants de Hārūn al‑Rašīd.

  • 36 Sur l’épisode de l’ensorcellement du Prophète, voir Coulon 2017, p. 41-42.
  • 37 Sur ce rêve, voir aussi Fahd 1966, p. 353-355.
  • 38 El‑Hibri 1999, p. 61-63.

20La structure du rêve de Zubayda suit le modèle courant des visions oniriques : la tradition prophétique raconte que, lors de son ensorcellement, le Prophète avait rêvé que deux hommes s’étaient assis à son chevet et discuté de sa maladie, donnant ainsi à Muḥammad, auditeur passif de leur conversation, toutes les informations dont il avait besoin pour défaire le sortilège 36. Dans le cas présent, le rêve de Zubayda anticipe le règne de son fils le futur al‑Amīn, tué au terme d’une guerre fratricide avec son demi‑frère al‑Maʾmūn 37. Il s’agit en ce sens d’une reconstruction historiographique qu’il faut mettre en parallèle avec d’autres épisodes de prémonitions de Hārūn al‑Rašīd ou al‑Amīn annonciatrices de la guerre civile 38.

  • 39 Il s’agit dans le texte arabe de jusquiame (al‑banǧ), plante utilisée comme somnifère.
  • 40 Alf layla wa‑layla, I, p. 241 ; trad. remaniée des Mille et une nuits, I, p. 200 : fa‑ǧāʾat al‑sit (...)

21À l’instar de son époux, elle intégra les Mille et une nuits et nous pouvons la deviner sous les traits d’une Zubayda, cousine et épouse du calife, dans le conte d’Ayyūb, Ġānim et Fitna. Dans ce conte, Zubayda est maladivement jalouse de Qūt al‑Qulūb, la favorite du calife. Il est alors raconté que « Dame Zubayda s’en alla trouver l’une de ses servantes et lui dit : “Quand ta maîtresse, Qût al‑Qulûb, dormira, dépose ce morceau de narcotique 39 dans son nez ou dans une boisson. Je te donnerai de l’argent, assez pour te suffire” » 40. L’usage de poisons, ou, du moins, d’un somnifère, contre sa rivale permet de l’assimiler à une figure de sorcière.

Marǧāna et la laveuse de morts

  • 41 Doutté 1909, p. 135-139 et 153.
  • 42 Westermarck 1926, I, p. 214-216.
  • 43 Abdeslam 1938, p. 311-312.
  • 44 Fodor 1990, p. 90-91, no 166-167 et p. 100, no 186.
  • 45 Fodor 1999, p. 97-98.
  • 46 Voir notamment les objets ALEP30818, ALEP30851, ALEP47639 et ALEP53222 (CNRS-MNHN-Musée de l’Homme (...)

22Le ḥirz Marǧāna (ou ḥirz Murǧāna), aussi appelé ḥirz al‑ġāsila (le charme de la laveuse [de morts]), est un célèbre talisman dont l’usage et la diffusion ont été observés par les savants aux xixe et xxe siècles. Edmond Doutté (m. 1926) avait ainsi signalé ce talisman dans son Magie et religion en Afrique du Nord, traduisant un extrait de l’invocation contenue dans le charme 41. Edward Westermarck (m. 1939) évoque également ce talisman, selon lui « le plus grand de tous les charmes » (the foremost of all charms). Il signale ainsi que des copies lithographiées de ce charme étaient importées d’Algérie et vendues pour moins d’un shilling à Tanger 42. Abou-Bekr Abdeslam (m. 1941) rapporte que le ḥirz Marǧāna est une des principales « amulettes artificielles non artistiques » (entendre : amulettes à texte) et qu’elle est « très recherchée par les femmes » 43. Alexander Fodor (m. 2014) trouva en 1971 à Benghazi un exemplaire imprimé de ce talisman dans un étui de cuir rouge et une autre version sous forme de livret de quinze pages 44. Il trouva également au musée Tareq Rajab à Koweït une référence à ce texte, mêlé à d’autres, dans un talisman de taille importante 45. Les copies lithographiées de ce talisman circulent toujours aujourd’hui, comme en témoignent les exemplaires trouvés par Alain Epelboin dans la décharge à ordure de Dakar‑Pikine au Sénégal 46.

23Dans ce talisman, Marǧāna serait le nom d’une esclave noire appartenant à un sultan de Bagdad qui en était éperdument amoureux malgré sa laideur. Après sa mort, la femme chargée de laver le cadavre de la concubine trouva un talisman sur sa tête, le lui prit et le porta sur sa propre tête. Le sultan, lorsqu’il voulut revoir une dernière fois le visage de sa défunte favorite, la trouva laide et il s’éprit alors de la laveuse qui portait désormais le talisman.

  • 47 Voir son exégèse du verset 15, 27 (al‑Ṭabarī, Ǧāmiʿ al‑bayān, XIV, p. 62-65).
  • 48 Voir son exégèse du verset 55, 15 (Faḫr al‑Dīn al‑Rāzī, Mafātīḥ al‑ġayb, XXIX, p. 99).
  • 49 Mokri 1966, p. 123 ; Mokri 1969, p. 80 et 82-83. La source est le Šāhnāma‑y Ḥaqīqat (Le livre des (...)

24Marǧāna signifie littéralement « corail ». Mais ce nom renvoie également à un imaginaire plus complexe : le Coran fait plusieurs fois référence au terme de ǧānn (pluriel de ǧinn) mis en opposition avec ins. Le terme d’al-Ǧānn d’après al-Ṭabarī désignerait Iblīs en tant que « père des djinns » (abū l‑ǧinn47. Sans clairement l’assimiler à Iblīs, Faḫr al‑Dīn al‑Rāzī également associe al‑Ǧānn au père des djinns 48. Al‑Ǧānn serait alors au djinn ce qu’Adam est à l’être humain (ins). Or, certains récits affirment que sa femme se nommerait Marǧāna et que c’est ensemble qu’ils auraient engendré les djinns 49. Nous ne savons pas si ce récit circulait avant ce talisman, mais il est notable que le nom de Marǧāna, la mystérieuse servante, soit également le nom de la mère des djinns chez certains exégètes.

  • 50 Mac Guckin De Slane 1883-1895, p. 493.
  • 51 Une description détaillée de ce manuscrit dépasserait largement le cadre du présent article. Nous (...)
  • 52 Cette servante est connue par ailleurs. Voir par exemple Ibn al‑Sāʿī, Nisāʾ al‑ḫulafāʾ, p. 11-12.

25Mais on trouve également des versions de ce charme où le souverain amoureux de l’esclave noire est alors clairement identifié comme étant le calife Hārūn al‑Rašīd. L’analogie avec Zubayda usant du nom suprême pour imposer sa volonté au calife est manifeste, Hārūn al‑Rašīd étant de nouveau la victime d’un sortilège féminin. On trouve cette version de l’histoire dans certains manuscrits, comme le manuscrit de la BnF Arabe 2732 daté de 1074/1663-1664 50. Ce manuscrit est un recueil de textes magiques de 181 feuillets 51. Dans ce manuscrit, le contexte du talisman est présenté avec davantage de détails et d’éléments historiques ou pseudo-historiques. Effectivement, le texte indique que l’épisode a été rapporté par un cheikh nommé al‑Manṣūr, qui le tenait d’un certain Nūr al‑Dīn al‑Aṣbahānī, imam au service de Hārūn al‑Rašīd. Le calife lui‑même est réputé avoir trois servantes d’une grande beauté : Qūt al‑Qulūb, Bahǧat al‑Zamān et Ġādir. La première est le nom de la rivale de Zubayda dans le conte des Mille et une nuits déjà mentionné. Ġādir est le nom d’une servante d’al‑Hādī que Hārūn al‑Rašīd racheta après sa mort 52. Marǧāna, malgré sa laideur, devient favorite du calife grâce à ce talisman que trouve la laveuse sur son cadavre une fois que la maladie l’a emportée. Le calife tombe ensuite éperdument amoureux de la laveuse, qu’il épouse, et c’est la laveuse qui ensuite avoue au cheikh Nūr al‑Dīn al‑Aṣbahānī avoir trouvé et porté ce talisman grâce auquel le calife l’épousa.

26Il y a une grande différence de traitement entre les deux femmes. En effet, les origines de Marǧāna ne sont pas explicitées, on sait seulement qu’elle est de statut servile, noire et laide. Nous ne savons pas si c’est elle qui fabriqua le talisman ou comment elle l’obtint. De même, son seul rapport avec Hārūn al‑Rašīd est dans la séduction : elle devient sa favorite. À l’inverse, nous savons de la laveuse qu’elle trouva le talisman par hasard et le porta sans savoir ce dont il s’agissait, que le calife l’épousa, lui donnant un statut d’épouse légitime et qu’elle eut deux fils de lui, dont l’éducation fut confiée à un cheikh pieux. Son nom demeure inconnu. Ainsi, Marǧāna est une figure de magicienne séductrice, alors que l’anonyme et discrète laveuse tend à devenir une figure d’épouse et de mère.

27En plus de l’histoire du talisman, le texte de l'objet est donné. L’invocation ne contient que des éléments à caractère religieux : les noms divins, les sourates du Coran, les prophètes sont invoqués. Il s’agit d’une version religieusement irréprochable du texte du talisman. En revanche, le texte des lithographies que l’on peut trouver comporte un contenu magique bien plus prononcé.

  • 53 Sur ce terme, voir notamment Macdonald, « Budūḥ », EI2.
  • 54 C’est un thème récurrent dans le traité consacré au carré magique d’ordre trois intitulé Mustawǧab (...)

28Si nous prenons l’exemple des talismans de la collection ALEP, celui-ci comporte une version très abrégée de l’histoire, où Marǧāna et la laveuse ont les faveurs d’un anonyme sultan. C’est l’invocation et les éléments apotropaïques qui constituent le cœur de l’objet. Ainsi, en tête du talisman se trouve un frontispice et, après la basmala et le titre du talisman, on peut observer deux tableaux. Le premier comporte neuf colonnes et quatre lignes dans les cases desquelles se trouve le nombre 8642, répété donc 36 fois. Aucune explication n’est donnée à ce nombre. Nous pouvons émettre l’hypothèse qu’il s’agit d’une transcription sous forme de chiffres du mot magique bien connu budūḥ 53. En effet, deux, quatre, six et huit sont les équivalents numériques des lettres bāʾ, dāl, wāw et ḥāʾ qui constituent ce nom. Budūḥ est un surnom donné au carré magique d’ordre trois, car les quatre cases formant ses angles contiennent ces quatre nombres pairs, dont la conversion en lettres donne ce nom. Il s’agit en outre d’un nom réputé attirer l’amour dans la mesure où ces quatre lettres permettent de former les mots ḥubb (amour) et wadd (affection) 54. Il aurait donc tout à fait sa place dans un talisman supposé susciter l’amour.

29Sous ce premier tableau se trouve un deuxième tableau de quatre colonnes et quatre lignes, dans lequel on peut reconnaître, malgré une graphie à la limite du lisible, des morceaux de l’histoire de Marǧāna, mais sans sembler avoir la cohérence du texte original. Nous ne sommes pas parvenu à donner un sens à l’ensemble du tableau en l’état actuel.

30Nous pouvons également voir dans la première colonne du talisman des éléments figuratifs, comme un serpent et un scorpion, contre les agressions desquels le talisman permet de se prémunir. On y trouve également une représentation de Ḏū l‑Fiqār, l’épée de ʿAlī b. Abī Ṭālib que le Prophète lui donna lors de la bataille de Uḥud et qui se reconnaît à ses deux pointes, dans laquelle on trouve la célèbre formule « Point de héros excepté ʿAlī, point d’épée excepté Ḏū l‑Fiqār » (lā fatā illā ʿAlī, lā sayf illā Ḏū l‑Fiqār).

31Après une version résumée de l’histoire de Marǧāna, un nouveau tableau se présentant comme le sceau (al‑ḫātam) est figuré. Il comporte treize colonnes et huit lignes, dans lesquelles se répète, avec une case de décalage, une série de treize lettres, chiffres et symboles.

  • 55 Voir notamment Moureau et Bonmariage 2017, p. 192‑199. Même si nous ne pouvons établir de correspo (...)
  • 56 Voir Coulon 2013, I, p. 953-956.
  • 57 Voir Ibn Manẓūr, Lisān al‑ʿArab, II, p. 1457.

32L’invocation est ensuite reprise dans ses grandes lignes, avec quelques variantes mineures. En revanche, des éléments proprement magiques apparaissent à la fin, qui ne sont pas dans la version du manuscrit de la BnF. Ainsi, l’invocation se clôt par une liste de « noms barbares » (nomina barbara) : « par la vérité de HWMH 2 DWSM 2 BRĀSM LLHTHTĪL 2 ṬĪL 2 FHṬHṬĪL 2 MHṬHṬĪL 2 ǦHṬHṬĪL 2 ǦHṬHṬĪL 2 MHṬHṬĪL 2 FHṬHṬĪL 2 KHṬHṬĪL 2 ǦMʿT 2 DYWM 2 ǦWM 2 QYWM 2 YĀBWM 2 ». Une partie de ces noms a la terminaison théophore –īl, caractéristique des noms d’anges que l’on trouve très fréquemment dans les traités de magie 55. Les noms en –ūm (DYWM 2 ǦWM 2 QYWM 2 YĀBWM) qui concluent la liste sont également d’un usage commun en magie. Ainsi, dans le Šams al‑maʿārif attribué à al‑Būnī, nous trouvons une recette dans laquelle l’officiant doit écrire la série suivante : « Ṭassūm Ṭassūm Sayyūm Sayyūm ʿAllūm ʿAllūm Kallūm Kallūm Ḥayyūm Ḥayyūm Qayyūm Qayyūm Dayyūm Dayyūm » 56. L’analogie avec les noms de notre talisman est manifeste. On y retrouve le nom divin Qayyūm (Subsistant) attesté dans le Coran (2, 255). Le nom Dayyūm n’apparaît pas dans le Coran, mais il est attesté dans les dictionnaires comme le Lisān al‑ʿArab d’Ibn Manẓūr comme équivalent de Dāʾim (Éternel) 57. Nous n’avons pas réussi à donner sens aux deux autres noms.

33Cette liste est ensuite suivie par le sceau de Salomon qui, dans la tradition magique arabe, ne se limite pas à la seule étoile à cinq ou six branches (les deux se retrouvent dans les manuscrits), mais à une série de sept symboles (dans le cas présent, l’étoile initiale est répétée à la fin) :

  • 58 Voir Coulon 2013, I, p. 936-952.

34Cette série de symboles a fait l’objet de nombreux commentaires dans les traités de magie 58. Il est réputé contenir le plus sublime nom de Dieu (ism Allāh al‑aʿẓam) grâce auquel Salomon avait pouvoir sur la création. Ces symboles sont ensuite réutilisés dans un tableau d’ordre huit, où la série est répétée à chaque ligne avec une case de décalage. On remarquera une anomalie : le septième symbole devrait être un wāw, mais devient un qāf dans ce tableau (de même, l’avant-dernier symbole est généralement un hāʾ initial et n’est pas suivi d’un yāʾ). De plus, les trois alif-s dans la première ligne devraient être surmontés d’une forme de mādda, comme dans les autres lignes.

35L’utilisation du sceau de Salomon renforce ainsi l’idée que ce talisman de la laveuse ne se limite pas à la seule magie amoureuse, mais embrasse tous les objectifs que peut viser le porteur de cet objet.

Ḫāliṣa : une variation autour du thème du talisman de Marǧāna

  • 59 Sur cet auteur, voir Coulon 2017a, p. 238-241.

36On trouve une histoire similaire à celle de Marǧāna dans les Šumūs al‑anwār wa‑kunūz al‑asrār al‑kubrā (Les grands soleils des lumières et les trésors des secrets) d’Ibn al‑Ḥāǧǧ al‑Tilimsānī 59 (m. 930/1524). Le passage présente ainsi un « tableau » (ǧadwal) qui est un carré magique d’ordre neuf (al-mutassaʿ) :

  • 60 Le « soufre rouge » (al‑kibrīt al‑aḥmar) est une expression pour désigner le but ultime de la quêt (...)
  • 61 Le lundi est le jour de la Lune, c’est pourquoi la première heure de ce jour est également l’heure (...)
  • 62 Le terme de ǧāriya désigne une esclave de sexe féminin. Elle pouvait faire partie du harem d’un ca (...)

37Quand tu veux que toute personne qui te voit t’aime, attirer les intelligences (ʿuqūl) des hommes et des femmes, assujettir leurs mondes (ʿawālima‑hum), tu dois [opérer] avec ce très grand thériaque (al‑diryāq al‑akbar) et soufre rouge 60. L’opération dans son action (al‑ʿamal fī fiʿli‑hi) est comme la crème dans son lait ou l’esprit dans son corps. Certes, je t’ai composé un noble tableau avec lequel tu entraîneras les cœurs et avec lequel le demandeur et le demandé (al‑ṭālib wa‑l‑maṭlūb) sont réunis. Ainsi, tu écriras [ce tableau] à l’heure de la Lune le lundi, c’est-à-dire la première en Lune croissante ou à l’heure de la Lune de [n’importe lequel] des sept jours 61. Je l’avais fabriqué pour un chef de tribu (li‑baʿḍ ruʾasāʾ al‑qabāʾil), il l’a porté avec lui et il éleva son rang jusqu’à régner grâce à [ce talisman] sur la plupart du pays (akṯar al‑bilād). On trouva aussi auprès de lui une servante 62 noire (ǧāriya sawdāʾ) qui était à Hārūn al-Rašīd. Ne regarde pas le talisman (al‑ḥirz) que l’on appelle « le talisman de la servante » (ḥiǧāb al‑ǧāriya). Ce qui est authentique dans le talisman (al‑ḥiǧāb) attribué à la servante de Hārūn al‑Rašīd est ce sceau (ḫātam) béni. Cette servante qui appartenait à Hārūn al‑Rašīd était noire et laide (sawdāʾ qabīḥat al‑ṣūra wa‑l‑manẓar). Son nom est Ḫāliṣa, qui est celle dont le poète faisait la satire lorsqu’il écrivit sur la porte de la demeure de Hārūn al‑Rašīd ce vers : « Certes ma poésie épouvante sur votre porte / comme une parure épouvante sur Ḫāliṣa » (la‑qad ḍāʿa šiʿrī ʿalā bābi‑kum / kamā ḍāʿa ḥaly ʿalā Ḫāliṣa).

  • 63 Le terme de rūḥāniyya désigne une entité spirituelle, parfois assimilée à un ange. Selon le contex (...)

38Hārūn al‑Rašīd avait plus de quatre cents servantes parmi celles qui avaient des joues et de fines tailles. Ḫāliṣa était la plus laide parmi elles par son apparence. Elle jetait le trouble sur le roi et ses servantes lorsqu’elle portait ce tableau. Lorsque cette servante mourut, le roi désira voir son visage avant qu’elle ne soit placée dans le linceul en raison de l’amour qu’il avait pour elle. Une vieille femme grisonnante la lava et trouva le talisman (al‑ḥirz) dans lequel se trouvait le tableau cacheté de cire (mušammaʿan) et noué dans ses cheveux. Elle le prit et le mit sur sa tête comme une bénédiction sans qu’elle ne sache qu’il y avait dedans le plus grand talisman (al‑ḥirz al‑akbar) et le plus éclatant secret (al‑sirr al‑azhar). Le roi entra pour contempler le visage de la servante défunte. Lorsqu’il se pencha sur elle, il recula, irrité par la laideur de son apparence. Il regarda cette vieille dame qui portait le tableau, il l’observa et son regard couvrit le regard des essences spirituelles 63 en charge du tableau (naẓrat al‑rūḥāniyya al‑muwakkilūn [sic] bi‑l‑ǧadwal). Ils s’emparèrent de tout son cœur et de toute sa raison et il n’était plus maître de lui-même (wa‑lam yamlik nafsa‑hu). Il dit [à la vieille dame] : « J’aimerais t’épouser ». Elle lui répondit : « Ô roi, ne te moque pas de moi, je ne suis pas bien pour les rois ». Il lui dit : « Je ne te trouve rien à redire ! » Il l’épousa. Après cela, un jeune homme demanda à [la vieille dame le tableau] lorsqu’il en entendit parler, il le prit, le porta, et il ne fallut pas plus d’une année pour qu’il devienne un des plus importants domestiques du roi. Si une vierge le porte, elle est épousée immédiatement, et il en est de même pour la femme qui n’est plus vierge (al‑ṯayyib). Celui qui le porte en état de pureté, place sa main sur sa tête, récite le verset et les noms [divins] qui entourent [le tableau] quarante fois en se tournant vers la qibla en contemplant au moment de la récitation en disant : « Répondez, ô essence spirituelle des intelligences (rūḥāniyyat al‑ʿuqūl), ils vous ont répondu pour moi par la vérité (bi‑ḥaqq) d’Abū l‑Qāsim l’Envoyé [i.e. Muḥammad] – que la prière et le salut de Dieu soit sur lui –. Prends garde à ne pas le détourner dans un péché ou à le porter sans être en état de pureté de manière délibérée, ou alors son bénéfice sera annulé. L’encens est chaque vendredi. Tu dois craindre Dieu dans le secret et au grand jour, tu atteindras les objectifs. Voici sa description :

  • 64 Cor. 42, 19.
  • 65 Cor. 93.
  • 66 Cor. 97, 1.
  • 67 Cor. 99.
  • 68 Dans les études portant sur les textes de magie, l’usage est de ne pas transcrire une voyelle que (...)
  • 69 Ibn al‑Ḥāǧǧ al‑Tilimsānī, Šumūs al‑anwār, p. 80-81.

Le carré magique d’ordre neuf (al‑mutassaʿ) construit à la manière des carrés magiques d’ordre trois (al‑muallaāt) a des propriétés qui lui sont spécifiques. Parmi elles, celui qui le grave sur une feuille d’argent alors que la Lune est dans son exaltation et le porte avec lui, Dieu étendra sur lui sa subsistance, purifiera son for intérieur (ina‑hu) des souillures et il ne craindra pas la coercition du puissant (qahr ǧabbār). Il y a dans [ce carré magique] le secret de la subtilité (sirr al‑talīf) et la délivrance des épreuves (al‑taallu min al‑šadāʾid). Parmi [ses propriétés], celui qui le regarde chaque jour en récitant « Dieu est bienveillant envers Ses serviteurs » jusqu’à « puissant » 64 369 fois reçoit grâce à cela la bienveillance divine dans l’ensemble de ses affaires et Dieu étend sur lui sa subsistance, et sa subsistance est la puissance éternelle (al‑ʿizza al‑dāʾima). Celui qui écrit (raqama) [ce carré magique] sur un papier immaculé (kāġid naqī) lors de l’exaltation de la Lune, ensuite quand il veut voir quelque chose dans son sommeil, il le placera sous son oreiller et récitera [la sourate] « Par la clarté diurne ! » 65 sept fois, « Nous l’avons fait descendre » 66 et « le séisme » 67 de même, ensuite il dira : « Résigne-toi, ô Tfwāʾīl 68, ô serviteur du carré magique d’ordre neuf (ādim alwafq al‑mutassaʿ) en charge de l’astre de la Lune (al‑muwakkil bi‑falak al‑qamar), informe-moi dans mon sommeil au sujet de ceci et cela, que Dieu t’apporte sa bénédiction ». Si tu ne vois pas [ce que tu voulais] la première nuit, alors [ce sera] la deuxième ou la troisième nuit 69.

  • 70 Faḫr al‑Dīn al–Rāzī, Tafsīr, II, p. 211-212.
  • 71 Al‑Hamaḏānī, Maqāmāt, p. 173.
  • 72 Al‑Bīrūnī, al‑Ǧamāhir fī maʿrifat al‑ǧawāhīr, p. 58-59.
  • 73 Al‑Ṭabarī, Taʾrīḫ al‑Ṭabarī, VIII, p. 205‑206 et 212‑213 ; al‑Ṭabarī, The History of al-Ṭabarī, XX (...)

39L’histoire de ce « talisman de la servante » fait bien entendu penser au « talisman de la laveuse ». Dans ce texte d’al‑Tilimsānī, cette histoire est liée au vers de poésie mentionné auquel elle donne un contexte. Ce vers est attribué à différents auteurs dans la littérature arabe médiévale. Ainsi, dans son exégèse coranique, Faḫr al‑Dīn al‑Rāzī (m. 606/1210) l’attribue au poète al‑Farazdaq (m. 110/728 ou 112/730). Ḫāliṣa serait selon lui l’objet de la passion (maʿšūqa) du calife omeyyade Sulaymān b. ʿAbd al‑Malik 70 (r. 96/715-99/717). Mais le vers est plus couramment attribué à Abū Nuwās (m. entre 198/813 et 200/815), et Ḫāliṣa serait alors une servante de Hārūn al‑Rašīd, comme dans le texte qui nous occupe ici. On retrouve cette identification dans la Maqāma ʿirāqiyya (Séance irakienne) des Maqāmāt de Badīʿ al‑Zamān al‑Hamaḏānī 71 (m. 398/1008) et dans le chapitre des « anecdotes sur les hyacinthes et les joyaux » (aḫbār fī l‑yawāqīt wa‑l‑ǧawāhir) du traité de minéralogie al‑Ǧamāhir fī maʿrifat al‑ǧawāhīr (Les nombreuses [anecdotes] sur la connaissance des pierres précieuses) d’al‑Bīrūnī 72 (m. après 442/1050). L’histoire rapporte que Ḫāliṣa se serait plainte au calife de ce vers insultant, et, pour calmer la colère du souverain, le poète se défend alors en affirmant que le vers a mal été écouté et qu’il s’agit du verbe ḍāʾa (illuminer) et non ḍāʿa (épouvanter). En dehors de ce vers, on trouve bien mention d’une Ḫāliṣa qui aurait été servante d’al‑Ḫayzurān, concubine de Hārūn al‑Rašīd et mère du calife al‑Maʾmūn 73. Le nom de Ḫāliṣa (litt. « pure ») semble en tout cas en contradiction avec la laideur qui la caractérise selon le récit. Ici, le talisman est aussi présenté comme un talisman à destination des puissants pour asseoir leur domination.

  • 74 Extrait de Cor. 6, 73 : qawlu‑hu l‑ḥaqqu wa‑la‑hu l‑mulku.
  • 75 Cor. 12, 31.
  • 76 Extrait de Cor. 2, 165.
  • 77 Extrait de Cor. 20, 39.
  • 78 Extrait de Cor. 60, 7.

40Le sceau qui est présenté se compose d’un carré magique d’ordre neuf dont les côtés sont constitués du verset « Sa parole est Vérité, à Lui la Royauté » 74. Les quatre coins ont chacun le nom d’un ange : Ǧibrīl, Mīkāʾīl, Isrāfīl et ʿAzrāʾīl. Sur chaque côté du carré se trouvent une série de noms divins et des extraits du Coran : sur le côté supérieur se trouvent « Bienveillant (Wadūd) Tendre (Ḥannān) Clément (Raʾūf) Tendre (ʿAṭūf) » et « Quand elles l’eurent aperçu, elles le trouvèrent si beau [et la suite du] verset » 75, sur le côté gauche « Prompt (Sarīʿ) Sage (Ḥakīm) Omniscient (ʿAlīm) Clément (Raʾūf) Bienveillant (Wadūd) Sublime (ʿAẓīm) » et « Ils les aiment (yuḥibbūna‑hum) comme on aime Dieu (ka‑ḥubb Allāh) [et la suite du] verset » 76, sur le côté inférieur « Proche (Qarīb) Celui qui répond (Muǧīb) Auguste (Mutaʿāl) Grand (Kabīr) Puissant (ʿAzīz) » et « J’ai lancé sur toi Mon amour (maḥabba) » 77 et sur le côté droit « Sublime (ʿAẓīm) Saint (Quddūs) Roi (Mālik) Lumière (Nūr) Bénéfique (Nāfiʿ) » et « Peut-être Dieu établira-t-Il de l’amitié (mawadda) entre vous et ceux [des Infidèles] que vous traitez en ennemis » 78. Le premier verset est issu de l’épisode de la sourate Yūsuf où les servantes, éblouies par la beauté de Joseph, ne sont plus attentives aux fruits qu’elles épluchent et se tailladent les doigts. Les trois autres extraits coraniques contiennent les mots ḥubb, maḥabba (amour) ou mawadda (affection), et ont donc un lien direct avec l’idée d’amour présente dans l’histoire du talisman (même si ces trois versets évoquent l’amour de Dieu plutôt que l’amour des hommes). Quant aux noms divins, leur usage est fréquent dans les talismans, mais nous noterons l’importance dans ces séries des noms en rapport avec l’affection et la tendresse (Wadūd, Raʾūf, ʿAṭūf, Ḥannān).

41Ainsi, bien que le talisman soit réputé avoir d’autres fonctions que la seule capacité à faire tomber les cœurs, la thématique de l’amour et de l’affection demeure centrale dans ce sceau également.

42La figure de Hārūn al‑Rašīd a pour but de montrer un calife puissant et respecté soumis à la volonté de Zubayda, Marǧāna et Ḫāliṣa. Le calife est donc présent pour renforcer l’efficacité supposée de l’objet puisqu’il est en mesure de renverser l’ordre des choses en faisant de l’homme de pouvoir la victime des sortilèges de ces femmes. Dans le cas de Marǧāna et Ḫāliṣa, leur condition servile et la laideur qui est systématiquement rappelée renforce bien entendu l’opposition avec Hārūn al‑Rašīd et donc la capacité supposée du talisman.

Conclusion

  • 79 À ce sujet, nous avons consacré quelques lignes dans un récent article : voir Coulon 2017b, p. 472 (...)

43Un troisième aspect qui dépasserait le cadre de notre article serait la question de la succession de Hārūn al‑Rašīd à travers les figures d’al‑Amīn et al‑Maʾmūn. La figure d’al‑Maʾmūn dans la littérature magique arabe médiévale pourrait à elle seule faire l’objet d’une étude, car il s’agit également d’un nom récurrent 79.

  • 80 Dakhlia 2004, p. 179-180.
  • 81 Coulon 2017b.

44L’importance de la figure de Hārūn al‑Rašīd dans la littérature magique arabe présente à la fois des différences et des similarités avec celle du calife des Mille et une nuits. Ainsi, alors que dans les Mille et une nuits, c’est le vizir Ǧaʿfar al‑Barmakī qui est le plus souvent mis en relation avec le calife, dans la littérature magique, ce sont les femmes gravitant autour du souverain qui ont un rôle important. En revanche, dans les deux cas, nous pouvons reprendre l’une des conclusions de Jocelyne Dakhlia : les infortunes du personnage, victime des sortilèges de son épouse légitime ou de ses concubines, « rappellent son humanité ordinaire, qui l’inscrivent dans un schème d’humilité, à l’antithèse de toute hayba califale, et il y a là probablement l’actualisation sous-jacente d’un modèle d’humilité des souverains qui est aussi une des grandes traditions de la littérature islamique du politique » 80. Beaucoup de traités de magie revêtent un caractère politique, à l’instar du Šams al‑maʿārif 81, et la figure de Hārūn al‑Rašīd représente le modèle califal dans toute sa majesté, mais pouvant, malgré son pouvoir politique, être la victime de sortilèges et se retrouver sous emprise et domination.

Bibliographie

Sources

Alf layla wa‑layla, Hyderabad, al‑Maṭbaʿ al‑ḥayḍarī, 1884.

Anṣārī (al‑), Muḥammad b. ʿUṯmān, Mustawǧabat al‑maḥāmid f ar ḫātam Ab Ḥāmid, MS Paris, BnF, ARABE 2670.

Aṣfahānī (al‑), Abū Nuʿaym, ilyat al‑awliyāʾ wa‑abaqāt al‑afiyāʾ, Le Caire, Maṭbaʿat al‑saʿāda, 1938, 10 vol. ; réimpr. Beyrouth, Dār al‑kutub al‑ʿilmiyya, 1988, 10 vol.

ʿAsqalānī (al‑), Ibn Ḥaǧar, Tahīb al‑tahīb, Hyperabad, Maṭbaʿat dāʾirat al‑maʿārif al‑niẓāmiyya, 1325 (1907-1908), 12 vol. ; réimpr. Beyrouth, Dār Ṣādir, 1968, 12 vol.

Bīrūnī (al‑), Abū l‑Rayḥān Muḥammad, Kitāb al‑Ǧamāhir fī maʿrifat al‑ǧawāhīr, éd. Fritz Krenkow, Hyderabad, Dāʾirat al‑maʿārif al‑ʿuṯmāniyya, 1355/1936 ; réimpr. Fuat Sezgin, Frankfurt, Institute for the History of Arabic‑Islamic Science at the Johann Wolfgang Goethe University, Natural Sciences in Islam 29, 2001.

Ḏahabī (al‑), Šams al‑Dīn, Mīzān al‑iʿtidāl fī naqd al‑riǧāl, éd. ʿAlī Muḥammad Muʿawwa et ʿĀdil Aḥmad ʿAbd al‑Mawǧūd, Beyrouth, Dār al‑kutub al‑ʿilmiyya, 1995, 7 vol.

Ḏahabī (al‑), Šams al‑Dīn, Siyar aʿlām al‑nubalāʾ, éd. Ḥassān ʿAbd al‑Mannān, Beyrouth, Bayt al‑afkār al‑duwaliyya, 2004.

Ḏahabī (al‑), Šams al‑Dīn, Takirat al‑uffā, Hyderabad, Maṭbaʿat maǧlis dāʾirat al‑maʿārif al‑ʿuṯmāniyya, 1958, 4 vol. ; réed. Beyrouth, Dār al‑kutub al‑ʿilmiyya, 1998.

Ǧaldakī (al‑), Kitāb Durrat al‑ġawwāṣ wa‑kanz al‑iḫtiṣāṣ f maʿrifat al‑ḫawāṣṣ, MS Paris, BnF, Arabe 2340.

Hamaḏānī (al‑), Badīʿ al‑Zamān, Maqāmāt Badīʿ al‑Zamān al‑Hamaānī, éd. Muḥammad ʿAbduhu, Beyrouth, Dār al‑kutub al‑ʿilmiyya, 2005.

Ibn Manẓūr, Muḥammad b. Makram, Lisān al‑ʿArab, éd. ʿAbd Allāh ʿAlī al‑Kabīr, Muḥammad Aḥmad Ḥasb Allāh et Hāšim Muḥammad al‑Šāilī, Le Caire, Dār al‑maʿārif, 1981, 6 vol.

Ibn Mūsā, Asad, Kitāb al‑Zuhd, éd. Raif Georges Khoury, Wiesbaden, O. Harrassowitz, Codices arabici antiqui 2, 1976.

Ibn al‑Qifṭī, Ǧamāl al‑Dīn, Taʾ al‑ukamāʾ, éd. Julius Lippert, Leipzig, Dieterich’sche Verlagsbuchhandlung, 1903.

Ibn al‑Sāʿī, Tāǧ al‑Dīn, Kitāb Ǧihāt al‑aʾimma al‑ulafāʾ min al‑arāʾir al‑immāʾ al‑musammā Nisāʾ al‑ulafāʾ, éd. Šawkat Tarāwā, New York, New York University Press, 2015.

Les Mille et Une Nuits, trad. Jamel Eddin Bencheikh et André Miquel, Paris, Gallimard, 1991‑2001, 4 vol.

Masʿūdī (al‑), Abū l‑Ḥasan ʿAlī, Les prairies d’or, trad. Charles Barbier de Meynard et Abel Pavet de Courteille, revue et corrigée par Charles Pellat, Paris, Société asiatique, 1962‑1997.

Masʿūdī (al‑), Abū l‑Ḥasan ʿAlī, Murūǧ al‑ahab wa‑maʿādin al‑ǧawhar, éd. et trad. Charles Barbier de Meynard et Abel Pavet de Courteille, revue et corrigée par Charles Pellat, Beyrouth, al‑Ǧāmiʿa l‑lubnāniyya, 1965‑1979.

Munāwī (al‑), ʿAbd al‑Raʾūf, al‑Kawākib al‑durriyya fī tarāǧim al‑sāda l-sūfiyya [= Ṭabaqāt al‑Munāwī l‑kubrā], éd. ʿAbd al‑Ḥamīd Ṣāliḥ Ḥamdān, Le Caire, al‑Maktaba l‑azhariyya li‑l‑turāṯ, 1994, 2 vol.

Rāzī (al‑), Faḫr al‑Dīn, Tafsīr Far al‑Dīn al‑Rāzī, Beyrouth, Dār al‑fikr, 1981, 32 vol.

Suyūṭī (al‑), Ǧalāl al‑Dīn, al‑abāʾik fī abār al‑malāʾika, éd. Abū Hāǧir Muḥammad al‑Saʿīd b. Basyūnī Zaġlūl, Beyrouth, Dār al‑kutub al‑ʿilmiyya, 1988.

Ṭabarī (al‑), Abū Ǧaʿfar, Ǧāmiʿ al‑bayān ʿan taʾwīl āy al‑Qurʾān, éd. ʿAbd al-Muḥsin al-Turkī, Le Caire, Dār Hiǧr, 2001, 26 vol.

Ṭabarī (al‑), Abū Ǧaʿfar, Taʾ al‑abarī : taʾ al‑rusul wa‑l‑mulūk, éd. Muḥammad Abū l‑Faḍl Ibrāhīm, Le Caire, Dār al‑maʿārif, 1960‑1969, 10 vol., ancienne édition : Leyde, Brill, 1879‑1901.

Ṭabarī (al‑), Abū Ǧaʿfar, The History of al‑abarī, vol. 30, The ʿAbbāsid caliphate in equilibrium, trad. Clifford Edmund Bosworth, New York, State University of New York, 1989.

Tilimsānī (al‑), Ibn al‑Ḥāǧǧ, umūs al‑anwār wa‑kunūz al‑asrār al‑kubrā, Égypte, Maktaba wa‑maṭbaʿat al‑Ḥāǧǧ ʿAbbās b. ʿAbd al‑Salām b. Šaqrūn, s. d.

Études

Abdeslam Abou‑Bekr, 1938, « Notes sur les amulettes chez les indigènes algériens », Revue africaine 81, p. 309‑318.

Caiozzo Anna, 2003, Images du ciel d’Orient au Moyen Âge, Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne (Collection Islam).

Coulon Jean-Charles, 2013, La magie islamique et le corpus bunianum au Moyen Âge, thèse de doctorat, dir. Abdallah Cheikh-Moussa et Ludvik Kalus, Paris, Université de Paris IV Sorbonne.

Coulon Jean-Charles, 2017a, La magie en terre d’islam au Moyen Âge, CTHS Histoire 61, Paris, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques.

Coulon Jean-Charles, 2017b, « Magie et politique : événements historiques et pensée politique dans le Šams al-maʿārif attribué à al-Būnī (mort en 622/1225) », Arabica 64/3-4, p. 442‑486.

Coulon Jean-Charles, à paraître, « Le mystérieux Livre de šarsm l’Indienne (Kitāb arsm al‑Hindiyya) sur la s̄miyāʾ », Paris, Diacritiques éditions.

Dakhlia Jocelyne, 2004, « Une vacance califale ? Hârûn al‑Rashîd dans Les Mille et une nuits », in Aboubakr Chraïbi (dir.), Les mille et une nuits en partage, Paris, Sindbad‑Actes Sud, p. 168‑181.

Dakhlia Jocelyne, 2005, L’empire des passions, l’arbitraire politique en Islam, Paris, Flammarion (département Aubier, Collection historique).

Doutté Edmond, 1909, Magie et religion dans l’Afrique du Nord, Alger, Typographie Adolphe Jourdan.

El‑Hibri Tayeb, 1999, Reinterpreting Islamic Historiography: Hārūn al‑Rashīd and the Narrative of the ʿAbbāsid Caliphate, Cambridge, Cambridge University Press (Cambridge Studies in Islamic Civilization).

Epelboin Alain, 2014, Collection ALEP : amulettes et objets magiques collectés dans les ordures (Mbebess Joal, Mbour, Sénégal, Afrique, Europe) 1983‑2014, Catalogue multimédia de l’exposition 2014 IMA Tourcoing « Arts secrets : les écritures talismaniques d’Afrique de l’Ouest », [En ligne] https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01081672.

Fahd Toufic, 1966, « The dream in Medieval Islamic society », in Gustav Edmund Ritter von Grunebaum et Roger Caillois (dir.), The Dream and Human Societies, Berkeley, University of California Press, p. 351‑363.

Fodor Alexander, 1990, Amulets from the Islamic World, Catalogue of the Exhibition held in Budapest in 1988, Budapest, Eötvös Loránd University Chair for Arabic Studies (The Arabist 2).

Fodor Alexander, 1999, « A talismanic chart in the Tareq Rajab Museum, Kuwait », Quaderni di Studi Arabi: Studi e Testi 3 (Scienza e Islam : atti della giornata di studio, Venezia, 30 gennaio 1999), p. 93‑111.

Gutas Dimitri, 2005, Pensée grecque, culture arabe, trad. Abdesselam Cheddadi, Paris, Aubier.

Le Tourneau Roger, « Bayt al-māl », EI2.

Macdonald Duncan Black, « Budūḥ », EI2.

Mac Guckin De Slane William, 1883-1895, Catalogue des manuscrits arabes, Paris, Imprimerie nationale.

Mokri Mohammad, 1966, L’ésotérisme kurde, Paris, Albin Michel (Spiritualité vivante).

Mokri Mohammad, 1969, « L’ange dans l’Islam et en Iran », in Alliance Mondiale des Religions (dir.), Anges, démons et êtres intermédiaires, troisième Colloque tenu les 13 et 14 janvier 1968 à Paris, Paris, Labergerie.

Morelon Régis, 1997, « L’astronomie arabe orientale entre le viiie et le xie siècle », in Roshdi Rashed (dir.), Histoire des sciences arabes, vol. 1, Astronomie, théorique et appliquée, Paris, Éditions du Seuil, p. 35-69.

Moureau Sébastien et Bonmariage Cécile, 2017, Le cercle des lettres de l’alphabet : un traité pratique de magie des lettres attribué à Hermès, Leyde-Boston, Brill (Islamic philosophy, theology and science 100).

Raven Wim, « Riḍwān », EI2.

Saliba George, 1994, A History of Arabic Astronomy, Planetary Theories during the Golden Age of Islam, New York/Londres, New York University Press.

Sezgin Fuat, 1967-2010, Geschichte der arabischen Schrifttums, Leyde, Brill, 15 vol.

Sezgin Ursula, « al-Madāʾinī », EI2.

Ullmann Manfred, 1972, Die Natur- und Geheimwissenschaften im Islam, Leyde, Brill.

Westermarck Edward, 1926, Ritual and belief in Morocco, Londres, Macmillan and Co., 2 vol.

Annexes

Le talisman de la laveuse d’après le manuscrit de la BnF

Traduction

Voici le talisman (ḥirz) appelé « talisman de la laveuse » (ḥirz al‑ġāsila) – que Dieu – qu’Il soit exalté ! – nous fasse bénéficier de Sa bénédiction totalement et complètement. Louange à Dieu dans Son unité.

Au nom de Dieu, le Très-Miséricordieux, le Miséricordieux, que la prière et le salut de Dieu soient sur notre seigneur Muḥammad, sa famille et ses compagnons.

Le cheikh al‑Manṣūr – que Dieu – qu’Il soit exalté ! – l’ait en Sa miséricorde et soit satisfait de lui – a rapporté de Nūr al‑Dīn al‑Aṣbahānī, imam de notre seigneur, l’émir des croyants Hārūn al‑Rašīd – que Dieu l’ait en Sa miséricorde –. [Nūr al‑Dīn al‑Aṣbahānī] a dit : Le calife avait trois servantes (ǧawārin) qui surpassaient toutes les autres en grâce, beauté, splendeur et perfection. L’une d’elles s’appelait Qūt al‑Qulūb (litt. « la nourriture des cœurs »), l’autre Bahǧat al‑Zamān (litt. « la beauté du temps ») et le nom de la troisième était Ġādir (litt. « rusé », « perfide »). Elle était la plus belle, la plus splendide et la plus parfaite des trois. [fol. 26r] Elle était comme le soleil éclatant dans le ciel dégagé. Son prix était de soixante mille dinars. Il y avait une servante de couleur noire à l’apparence hideuse (bašiʿat al‑alqa). Il l’aimait plus qu’eux d’un amour immense et avait plus d’inclination pour elle que pour ses femmes et ses servantes. Les magasins du Trésor Public (ḫazāʾin al‑umūra étaient tout entiers sous sa main, de même que les clefs du Trésor Public (buyūt al-māl).

Elle occupait auprès de lui un rang considérable, il se soumettait à son ordre, à ce qu’elle voulait et désirait, au point que ses femmes, l’ensemble de ses servantes et ses proches parents s’étonnaient d’elle et de son sujet. Ils disaient : « C’est on ne peut plus étonnant qu’il préfère une servante noire à nous ». Ils l’enviaient à l’extrême, mais ne pouvaient rien changer au rang qu’elle occupait auprès de lui. Ils la dénigrèrent auprès du sultan pour qu’il la déteste, mais cela ne fit qu’accroître son amour. Ils ne purent [déployer] aucun stratagème (bi‑šayʾ min al‑ḥiyal) contre elle. Cela dura un certain temps.

Puis elle tomba gravement malade. Le calife fit venir auprès d’elle tous les sages (ḥakīm) et tous les médecins (ṭabīb). Absolument aucun [remède] médical ne lui fut bénéfique. Après cela, elle reçut la miséricorde de Dieu – qu’Il soit exalté ! – [i.e. elle mourut]. Le calife en conçut une immense tristesse. Il resta trois jours sans pouvoir digérer ni nourriture ni boisson par égard pour elle. Nul ne pouvait lui parler de son enterrement. Son oncle al‑Manṣūr entra alors auprès de lui. Il était d’un âge avancé et avait pour lui une immense affection. Il lui dit : « Ô émir des croyants ! Crains Dieu – qu’Il soit exalté ! – et sache bien que Dieu – qu’Il soit exalté ! – t’a confié les affaires de Ses adorateurs et que tu es le lieutenant de Dieu (alīfat Allāh) sur Sa terre. Enquiers-toi de la parole de Dieu – Il est puissant et majestueux ! – “Toute âme goûte la mort” b. Honorer le mort, c’est l’enterrer ». L’émir des croyants pleura. Il ordonna la préparation [de la défunte] et son enterrement. Ils amenèrent [fol. 26v] à la défunte la laveuse [de morts] (al‑ġāsila). L’émir des croyants leur dit : « Où est la laveuse qui s’en occupe ? ». Celle-ci se présenta à lui. Il lui dit : « Lave‑la et prépare‑la bien. Quand tu en auras terminé, fais-moi venir avant de la mettre dans le linceul pour que je puisse lui faire mes adieux ». Elle lui répondit : « J’entends et j’obéis, à Dieu et à toi, ô émir des croyants ». Lorsque la laveuse entra auprès de [la défunte], commença sa préparation, défit ses vêtements et s’occupa de sa tête, elle trouva sur celle‑ci un talisman (ḥirz) écrit en or et plié dans de la soie verte. La laveuse le prit et le mit sur sa tête. Elle la lava avec soin et l’enveloppa dans le vêtement. Puis elle envoya chercher l’émir des croyants. Lorsque ce dernier entra auprès de la défunte, il la regarda et la trouva noire et laide (sawdāʾ qabīḥat al‑manẓar). Le calife demanda : « Qu’a-t-elle donc ? Elle est devenue noire alors qu’elle n’avait aucune noirceur. Il faut qu’elle ait commis un immense péché pour que son visage soit devenu noir et son apparence laide à sa mort ». La laveuse lui répondit : « Ô émir des croyants ! Par Dieu ! L’aspect, qui était le sien durant sa vie, n’a pas changé ». Il dit : « Par Dieu ! Jamais elle n’avait eu de noirceur. Cette noirceur a surgi subitement parce qu’elle a commis un péché ». Personne ne fut capable de le contredire.

Ensuite, il s’approcha de la laveuse, le visage souriant, et badina avec elle. Il lui dit : « Quel est ton nom ? As-tu un époux ou non ? » Elle répondit : « Ô èmir des croyants, mon époux est mort depuis longtemps ». Il lui dit : « Tu te marieras avec moi ! ». Elle répondit : « Ô èmir des croyants, par les tombes de vos aïeux, ne vous moquez pas de moi ». Il lui dit : « Par Dieu ! Ma parole est vérité ! c » Elle dit : « Ô émir des croyants, ce n’est pas le moment [fol. 27r] de discuter, parce que je suis occupée avec cette servante. Je ne vais vous dire rien que la vérité. Mon ancêtre est l’envoyé de Dieu – que la prière et le salut de Dieu soient sur lui - ». Lorsque l’émir des croyants entendit qu’elle était une descendante du Prophète (šarīfa), il en conçut davantage d’amour pour elle et abandonna la servante. Il convoqua les juges et les notaires, et ils conclurent le mariage entre la laveuse et l’émir des croyants. Elle lui imposa pour condition d’abandonner toutes ses femmes et servantes. Il accepta et consomma le mariage. Elle était tenue en immense estime, plus encore que Marǧāna. Elle devint la maîtresse du palais (ṣāḥibat al‑qaṣr). La laveuse vécut dans la félicité et la joie au point d’avoir deux enfants avec l’émir des croyants.

Puis l’Émir des Croyants reçut la miséricorde de Dieu – qu’Il soit exalté ! –. La laveuse, elle, vécut longtemps. Lorsqu’elle sentit la mort s’approcher, elle envoya un message à l’imam Nūr al‑Dīn al‑Aṣbahānī. C’était le jurisconsulte (faqīh) chargé d’apprendre le Coran à ses enfants. Il s’assit auprès d’elle ; elle était bien portante et voilée. Elle lui fit lire le talisman béni (al‑ḥirz al‑mubārak) et lui dit : « Ô cheikh Nūr al‑Dīn ! Connais‑tu ce talisman béni et noble ? » Il lui répondit : « Non, par Dieu, je ne le connais pas ». Elle lui dit : « C’est le talisman qu’avait Marǧāna, la servante de l’émir des croyants. Je l’ai trouvé sur sa tête lorsque je l’ai lavée. Je l’ai alors enlevé de sa tête et l’ai mis sur la mienne. C’est ainsi que j’ai obtenu auprès de l’émir des croyants la puissance et l’autorité (al‑ʿizz wa‑l‑tamkīn) que tu as vues, au point d’obtenir de lui tout ce que je voulais avec sa bénédiction. Tu es un homme béni et un seigneur pieux. Je te confie ce dépôt. Je veux que tu en écrives deux copies pour mes enfants. Donnes-en un exemplaire à chacun d’eux conformément à ce que je t’ai dit. Tu en garderas une copie pour toi. Il se peut que tu obtiennes ainsi, grâce à la puissance et à la force de Dieu, la même chose que nous ; ce ne sera pas possible [fol. 27v] pour celui qui ne craint pas Dieu ». Puis elle mourut – que la miséricorde de Dieu – qu’Il soit exalté ! – soit sur elle et sur nous. La renommée de ce talisman béni se répandit en Irak (fī bilād al‑ʿIrāq) et dans d’autres contrées. Il [apporterait] un immense accueil [auprès des puissants] (qubūl ʿaẓīm), le nouage des langues (ʿaqd li‑l‑alsina), une puissance ferme (ʿizz muqīm), l’annulation de la magie (ibṭāl al‑siḥr) et la guérison de l’ensemble des maladies.

Quand tu l’écris, écris-le avec du musc, du safran et de l’eau de rose, mets-le dans de la soie verte et place-le sur ta tête, ne le touche pas pendant un voyage, tu verras une chose sublime. C’est Dieu qui accorde l’assistance, point de seigneur autre que Lui, point d’autre objet d’adoration que Lui.

Voici le talisman béni :

Au nom de Dieu, le Très Miséricordieux, le Miséricordieux.

Ô mon Dieu ! Je Te demande par la pierre noire (al‑rukn) et son immensité, le Siège (al‑kursī) et son étendue, la Table bien gardée (al‑lawḥ) et sa préservation, le Chemin eschatologique (al‑ṣirāṭ) et sa finesse, Ǧibrīl et sa loyauté, Isrāfīl et son souffle d, Mīkāʾīl et sa mission, ʿAzrāʾīl et son implacabilité e, Riḍwān f et son paradis, Mālik g et sa garde angélique h (zabāniyyati‑hi), Ādam et sa pureté, Idrīs et son élévation, Šīṯ et sa crainte révérencielle, Ṣāliḥ et sa chamelle, Nūḥ et son arche, Hūd et son ministère, Ibrāhīm et son amitié sincère (ulla), Yūsuf et son exil, Yaʿqūb et son malheur, Šuʿayb et sa fille, Mūsā et son sauvetage, Dāwud et son histoire, Lūṭ et sa sagesse, Muḥammad – que la prière et le salut de Dieu soient sur lui – et son intercession, le Coran et sa psalmodie, Abū Bakr et son califat, ʿUmar et son discernement, ʿUṯmān et sa canitie, ʿAlī et son courage, al‑Ḥasan et son empoisonnement, al‑Ḥusayn et son assassinat.

Je Te demande, ô mon Dieu, par Ton nom « Au nom de Dieu le Tout Miséricordieux, le Miséricordieux », ô Seigneur. Je Te demande, par la vérité de la sourate d’ouverture du Livre, ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la vache (2), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la famille de ʿImrān (3), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des femmes (4), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la table dressée (5), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des troupeaux (6), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate d’al‑Aʿrāf (7), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du butin (8), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’immunité (9), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de Yūnus (10), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de Hūd (11), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de Yūsuf (12), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du tonnerre (13), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate d’Ibrāhīm (14), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate d’al‑Ḥiǧr (15), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des abeilles (16), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du voyage nocturne (17), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la caverne (18), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate Maryam (19), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate Ṭāʾ Hāʾ (20), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des prophètes (21), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du pèlerinage (22), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des croyants (23), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la lumière (24), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la salvation (25), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des poètes (26), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des fourmis (27), Ô Seigneur ! [fol. 28v] Je Te demande, par la vérité de la sourate du récit (28), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’araignée (29), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des Romains (30), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de Luqmān (31), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la prosternation (32), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des factions (33), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de Sabaʾ (34), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du créateur (35), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate Yāʾ Sīn (36), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celles qui sont en rangs (37), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate Ṣād (38), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la descente de la Révélation i (39), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du croyant (40), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « elles ont été rendues intelligibles » (41), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la délibération (42), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des ornements (43), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la fumée (44), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’agenouillée (45), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate d’al‑Aḥqāf (46), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de Muḥammad (47), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du succès (48), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des appartements (49), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate Qāf (50), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celles qui vont (51), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la montagne (52), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’étoile (53), Ô Seigneur ! [fol. 29r] Je Te demande, par la vérité de la sourate de la Lune (54), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du Tout-Miséricordieux (55), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’échéante (56), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du fer (57), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la discussion (58), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du rassemblement (59), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’examinée (60), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du rang (61), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du vendredi (62), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des hypocrites (63), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la duperie mutuelle (64), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la répudiation (65), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’interdiction (66), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la royauté (67), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « Nūn, par le Calame et ce qu’ils écrivent ! » (68), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celle qui doit venir (69), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « il a demandé » j (70), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de Nūḥ (71), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des djinns (72), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celui qui s’est enveloppé (73), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celui couvert d’un manteau (74), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la résurrection (75), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’être humain (76), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celles qui sont envoyées (77), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’annonce (78), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celles qui tirent (79), [fol. 29v] Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « il s’est renfrogné » (80), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « quand le soleil sera obscurci » (81), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « quand le ciel s’entrouvrira » (82), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « malheur aux fraudeurs » (83), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « quand le ciel se déchirera » (84), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « par le ciel renfermant les constellations ! » (85), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « par le ciel et l’[Astre] nocturne ! » (86), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « glorifie le nom de ton Seigneur, le Très Haut » (87), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celle qui couvre (88), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « par l’aube ! Par dix nuits ! Par le pair et l’impair ! Par la nuit quand elle s’écoule ! » (89), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « Non ! J’en jure par cette ville » (90), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « Par le soleil et sa clarté ! » (91), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « Par la nuit quand elle s’étend ! » (92), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « Par la Clarté diurne ! Par la Nuit quand elle règne ! » (93), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « N’avons-nous point ouvert ta poitrine ? » (94), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « Par le [Mont des] Figuier[s] et [des] Olivier[s] ! Par le Mont Sinaï ! Par cette Ville sûre ! » (95), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « Récite » (96), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la destinée (97), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « Ne pas […] la preuve » k (98), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « quand elle sera secouée » (99), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celles qui galopent (100), [fol. 30r] Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celle qui fracasse (101), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la rivalité (102), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « Par le temps ! » (103), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du calomniateur (104), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’éléphant (105), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de Qurayš (106), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’aide (107), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’abondance (108), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des infidèles (109), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « Quand le secours de Dieu viendra à toi, ainsi que le succès ! » (110), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la corde (111), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « Dis : “Il est Dieu, unique, Dieu le Seul. Il n’a pas engendré et n’a pas été engendré. N’est égal à Lui personne” » (112), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « Dis : “Je me réfugie auprès du Seigneur de l’Aube, contre le mal de ce qu’Il créa, contre le mal d’une obscurité quand elle s’étend, contre le mal de celles qui soufflent sur les nœuds, et contre le mal d’un envieux qui envie” » (113), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « Dis : “Je me réfugie auprès du Seigneur des Hommes, du Souverain des Hommes, du Dieu des Hommes, contre le mal du Tentateur furtif, qui souffle [la tentation] dans les poitrines des Hommes, [tentateur] issu des djinns et des Hommes” » (114), Ô Seigneur !

Je Te demande, par la vérité de Ton nom sublime, le plus sublime, que Tu fis descendre sur Ton prophète Muḥammad – que la prière et le salut de Dieu soient sur lui – et grâce auquel il s’éleva à une hauteur égale « à distance de deux arcs ou moins » l de Toi, Ô Seigneur ! [fol. 30v]

Je Te demande, par la vérité du nom qui est écrit sur un pied du Trône qui couvre les regards et qui est le nom de Ton prophète Muḥammad – que la prière et le salut de Dieu soient sur lui –.

[Je te demande] par la vérité du nom qui est écrit sur la paume de l’ange de la mort (malak al‑mawt) grâce auquel il s’empare des esprits ; par la vérité du nom qu’Ādam apprit de son Seigneur et Il lui pardonna ; par la vérité du nom avec lequel al‑Ḫaḍir – que la paix soit sur lui – [T’]invoqua et grâce auquel il marcha sur l’eau sans avoir les pieds mouillés ; par la vérité des huit noms écrits sur le cœur du soleil ; par la vérité du nom grâce auquel s’illumine le soleil ; par la vérité des noms qui sont écrits sur les feuilles de l’olivier, qui, une fois jetées au four (li‑l‑tannūr), restent accrochés à la marmite pendant que les feuilles vertes brûlent ; par la vérité du nom avec lequel ʿĪsā – que la paix soit sur lui – [T’]invoqua et grâce auquel il parlait dès le berceau ; par la vérité du nom avec lequel Mūsā – que la paix soit sur lui – [T’]invoqua et grâce auquel la mer s’ouvrit devant lui puis noya son ennemi, Pharaon ; par la vérité du nom avec lequel Nūḥ - que la paix soit sur lui – T’invoqua et sauva son arche du Déluge ; par la vérité du nom avec lequel Zakariyā – que la paix soit sur lui – T’invoqua ; par la vérité du nom avec lequel Ibrāhīm – que la paix soit sur lui – T’invoqua et Tu le sauvas du feu de Nemrod ; par la vérité du nom avec lequel Yaʿqūb – que la paix soit sur lui – T’invoqua, grâce auquel Tu lui rendis la vue et le réunis avec son fils Yūsuf ; par la vérité du nom avec lequel Yūsuf – que la paix soit sur lui – T’invoqua, et Tu le fis sortir du puits et lui donnas la royauté de l’Égypte ; par la vérité du nom avec lequel Yūnus – que la paix soit sur lui – T’invoqua, et Tu le fis sortir du ventre du poisson ; par la vérité du nom avec lequel T’invoquèrent Ilyās, al-Yasaʿ, Ḏū l‑Kifl et tous les pieux ; par la vérité du nom qui est écrit sur le sceau de Salomon – que la paix soit sur lui – ; par la vérité du nom avec lequel Ṣāliḥ – que la paix soit sur lui – T’invoqua, et Tu fis sortir pour lui sa chamelle d’al‑Ḥiǧr ; par la vérité du nom avec lequel Hūd – que la paix soit sur lui – T’invoqua et Tu le sauvas du « vent dévastateur » m (al‑rīḥ al‑ʿaqīm) ; par la vérité du nom avec lequel Ayyūb – que la paix soit sur lui – T’invoqua, et Tu dévoilas ce qui lui nuisait ; par la vérité du nom avec lequel les gens de la caverne T’invoquèrent, et Tu répondis à leur invocation ; par la vérité du nom avec lequel chaque prophète et chaque saint (walī) T’invoquèrent ; par la vérité du nom qui est caché dans Ton Livre honoré ; par la vérité du nom que Tu as révélé dans Ton Livre honoré ; par la vérité de chacun de tes noms, par lequel Tu te nommes, ou que Tu révélas dans Ton Livre, ou que Tu enseignas à l’une de Tes créatures, ou avec lequel Tu rappelles auprès de Toi dans la connaissance de l’Inconnaissable ; par la vérité de la Torah, de l’Évangile, des Psaumes, du Coran (al‑Furqān), je Te demande que tu places le porteur de mon talisman (kitāb‑ī) que voilà sous Ta protection et Ta garde, que Tu lui prodigues une considérable félicité, l’assistance victorieuse (al‑naṣr), la puissance, la crainte révérencielle (al‑hayba) et le bon accueil, que Tu le fasses apparaître aux yeux des hommes et de ceux qui le regardent comme un joyau et dans leurs cœurs comme du sucre, avec le Soleil à sa droite, la Lune à sa gauche, Vénus entre ses yeux, Saturne derrière son dos, Mars devant lui, Jupiter qui le regarde au-dessus de lui et Mercure sous ses pieds, que Tu fasses en sorte qu’il ne soit ni tué, ni emprisonné [fol. 31b], qu’il ne devienne pas pauvre et qu’il ne subisse jamais ni mésaventure ni malheur.

Je Te demande, ô mon Dieu, que tu rendes le porteur de mon talisman (kitāb‑ī) que voilà, puissant (maʿzūz), respecté (muḥtaram), obéi (muṭāʿ) ; que tu fasses en sorte qu’il ait de la puissance, du prestige, qu’il comble autrui de bonheur, qu’il guide sur le bon chemin, qu’il prodigue la réussite auprès de l’ensemble des rois et des sultans, que sa parole soit bien accueillie (maqbūl al‑qawl), son mot exécuté (nāfiḏ al‑kalima), sa concentration exécutée (nāfiḏ al‑himma), [je Te demande] de satisfaire ses besoins et que sa parole soit entendue. « Avance et n’aie pas peur ! Tu es parmi ceux qui n’ont rien à redouter » n, « Ne crains rien ! Tu as échappé au peuple des Injustes » o, « Ne crains pas une poursuite et ne t’effraie point ! » p, « N’aie pas peur ! Devant Moi les Envoyés ne sauraient avoir peur » q, « Entrez chez ces géants par la porte ! Quand vous aurez franchi celle-ci, vous serez vainqueurs. Sur Dieu appuyez-vous, si vous êtes croyants ! » r, « Dieu a renvoyé les Infidèles, pleins de leur courroux, sans qu’ils aient obtenu un succès. Dieu a épargné aux Croyants de combattre. Dieu est fort et puissant » s, « [Ces croyants] s’en sont retournés avec un bienfait et une faveur de Dieu, sans avoir été touchés par un mal. Ils ont suivi ce qui agrée à Dieu. Dieu est détenteur de la Faveur Immense » t, « leur machination ne vous nuira en rien. Dieu, [en Sa Science,] embrasse ce qu’ils font » u, « Dis aux Croyants : “Obéissez à Dieu et à l’Apôtre ! Si vous tournez le dos… car Dieu n’aime pas les Ingrats » v, par la vérité de celui qui dit aux cieux et à la terre « “Venez de gré ou de force !”, et le Ciel et la Terre répondirent : “Nous venons avec obéissance” » w « Eh quoi ! De ce discours vous étonnez-vous ? en riez-vous et n’en pleurez-vous point, étant insensibles ? Prosternez-vous devant Dieu et adorez ! » x

Ô mon Dieu ! Certes, je Te demande que tu places le porteur de mon talisman (kitāb‑ī) que voilà dans ce qui est caché sous Ta protection (fī maknūn ḥifẓi‑ka) et dans le refuge de Ta bonté (fī ḥirz ʿināyati‑ka), que Tu lui prodigues la félicité considérable, la gloire (al‑far), la crainte révérencielle (al‑hayba), l’assistance victorieuse (al‑naṣr) et le bon accueil, que Tu le fasses apparaître aux yeux des mondes et du reste de ceux qui le regardent comme un joyau [fol. 32r] et dans leurs cœurs comme le sucre, « “Ne crains rien !”, lui dit le vieillard. “Tu as échappé au peuple des Injustes” » y, « Dieu vous suffira contre eux. Il est l’Audient, l’Omniscient » z, « Dieu nous suffit ! Quel excellent protecteur ! » aa, point de puissance ni de force excepté par Dieu, l’Auguste, l’Immense !

Le talisman béni est achevé avec la louange de Dieu – qu’Il soit exalté ! –, son aide et la bonté de son assistance. Que la prière et le salut de Dieu soient sur notre seigneur Muḥammad, sa famille et ses compagnons. Fin.

Texte arabe

وهذا الحرز المسمّى بحرز الغاسلة نفعنا الله تعالى ببركاته على التمام والكمال والحمد لله وحده.

بسم الله الرحمن الرحيم وصلّى الله على سيّدنا محمّد وعلى آله وصحبه وسلّم.

قال الشيخ المنصور رحمه الله تعالى ورضي عنه ما يرويه عن نور الدين الأصبهانيّ إمام مولانا أمير المؤمنين هارون الرشيد رحمه الله قال كان للخليفة ثلاثة جوار فائقات في الحسن والجمال والبهاء والكمال إحداهنّ تسمّى قوت القلوب والأخرى بهجة الزمان والثالثة اسمها غادر وكانت أحسنهنّ جمالاً وبهاءً وكمالًا [ّص ٢٦أ] وكانت كأنّها الشمس الضاحية في السماء الصاحية وكان مشتراها ستّون ألف دينار وكان عنده جارية سودات [كذا] اللون بشعة الخلقة وكان يحبّها من دونهم [كذا] محبّة عظيمة ويميل إليها دون نسائه ودون تلك الجوار وكانت خزائن الأمور تحت يدها كلّها ومفاتيح بيوت المال كذلك.

وكان‭ ‬لها‭ ‬عنده‭ ‬شأن‭ ‬عظيم‭ ‬لا‭ ‬يخالف‭ ‬أمرها‭ ‬فيما‭ ‬تريده‭ ‬وتشتهيه‭ ‬حتّى‭ ‬أن‭ ‬نساءه‭ ‬وجميع‭ ‬جواره‭ ‬وأقاربه‭ ‬كانوا‭ ‬يتعجّبون‭ ‬منها‭ ‬ومن‭ ‬أمرها‭ ‬ويقولون‭ ‬هذا‭ ‬عجب‭ ‬جارية‭ ‬سودة‭ ‬يفضلها‭ ‬علينا‭ ‬وكانوا‭ ‬يحسدونها‭ ‬غاية‭ ‬الحسد‭ ‬ولا‭ ‬يقدرون‭ ‬يغيّرون‭ ‬مرتبتها‭ ‬عنده‭ ‬وكانوا‭ ‬يضربون‭ ‬فيها‭ ‬للسلطان‭ ‬لكي‭ ‬يبغضها‭ ‬فما‭ ‬يزداد‭ ‬فيها‭ ‬إلا‭ ‬حبّاً‭ ‬ولم‭ ‬تقدروا‭ ‬عليها‭ ‬بشيء‭ ‬من‭ ‬الحيل‭ ‬فتمادوا‭ ‬على‭ ‬ذلك‭ ‬مدّة‭ ‬من‭ ‬الزمان‭.‬

ثمّ إنّها مرضت مرضًا شديدًا فلم يترك الخليفة حكيمًا ولا طبيب إلّا وأحضره إليها فلم ينفعها شيء من أمور الطبّ كلّه ثمّ بعد ذلك توفت إلى رحمة الله تعالى فحصل للخليفة حزنًا عظيمًا فبقى ثلاثة أيّام وهو لا يهنئ له أكل ولا شرب من جهتها ولم يقدر أحد أن يكلّمه على دفنها فدخل عليه عمّه المنصور وكان كبير السنّ وكان له عنده محبّة عظيمة. وقال له : يا أمير المؤمنين اخشا الله تعالى. واعرف أنّ الله تعالى قلدك أمور عباده وأنت خليفة الله في أرضه فتعرف قول الله عزّ وجلّ كلّ نفس ذائقة الموت وإن إكرام الميت دفنه فبكى أمير المؤمنين وأمر بتجهيزها ودفنها فأحضروا [ص ٢٦ب] لها الغاسلة فقال لهم أمير المؤمنين أين الغاسلة التي تغسلها فتقدّمت إليه الغاسلة فقال لها أحسني غسلها وتجهيزها فإذا فرغت من ذلك فأحضرني قبل أن تدرجيها في الكفن حتّى أودعها فقال ab له السمع والطاعة لله ولك يا أمير المؤمنين فلمّا دخلت لها الغاسلة وأخذت في تجهيزها فحلت ثيا[بًا] وحلّت رأسها فوجدت في رأسها حرزًا مكتوبًا بالذهب ملفوفًا في حرير أخضر فأخذته الغاسلة وجعلته على رأسها وأحسنت غسلها ولفّتها في الثياب وأرسلت خلف أمير المؤمنين فلمّا دخل عليها ونظر إليها وجدها سوداء قبيحة المنظر فقال الخليفة ما بالها قد أسودت ولم يكن بها من سواد ولا بدّ أنّها فعلت ذنبًا عظيمًا حتّى أسود وجهها عند موتها وقبح منظرها فقالت له الغاسلة يا أمير المؤمنين والله ما تغيّرت عن حالها التي كانت عليها في حال حياتها. فقال والله ما كان بها من سواد أبدًا وإنّما ذلك السواد طرأ عليها بارتكابها ذنبًا تكون فعلته فلم يقدر أحدًا يردّ عليه جوابًا.

ثمّ‭ ‬أقبل‭ ‬على‭ ‬الغاسلة‭ ‬بوجهه‭ ‬مبتسمًا‭ ‬فمازحها‭ ‬وقال‭ ‬لها‭ ‬ما‭ ‬اسمك‭ ‬وهل‭ ‬لك‭ ‬زوج‭ ‬أو‭ ‬لا‭ ‬فقالت‭ ‬يا‭ ‬أمير‭ ‬المؤمنين‭ ‬إنّ‭ ‬بعلي‭ ‬توفّي‭ ‬من‭ ‬منذ‭ ‬مدّة‭ ‬طويلة‭ ‬فقال‭ ‬لها‭ ‬تتزوّجي‭ ‬بي‭ ‬فقالت‭ ‬يا‭ ‬أمير‭ ‬المؤمنين‭ ‬بتربه‭ ‬إحدادك‭ ‬لا‭ ‬تهزا‭ ‬بي‭ ‬فقال‭ ‬لها‭ ‬والله‭ ‬إنّ‭ ‬قولي‭ ‬حقّاً‭ ‬فقالت‭ ‬يا‭ ‬أمير‭ ‬المؤمنين‭ ‬هذا‭ ‬الوقت‭ ‬ما‭ ‬هو‭ ‬وقت‭ ‬[ص‭ ‬‮٢٧‬‭ ‬أ]‭ ‬كلام‭ ‬لأنّي‭ ‬مشغولة‭ ‬بهذه‭ ‬الجارية‭ ‬ولا‭ ‬أقول‭ ‬إلّا‭ ‬حقّاً‭ ‬وإن‭ ‬جدّي‭ ‬رسول‭ ‬الله‭ ‬صلّى‭ ‬الله‭ ‬عليه‭ ‬وسلّم‭ ‬فلمّا‭ ‬سمع‭ ‬أمير‭ ‬المؤمنين‭ ‬إنّها‭ ‬شريفة‭ ‬زاد‭ ‬فيها‭ ‬حبّاً‭ ‬وترك‭ ‬الجارية‭ ‬وأرسل‭ ‬أحضر‭ ‬القضاة‭ ‬والعدول‭ ‬وأعقد‭ ‬وانكاجها‭ ‬مع‭ ‬أمير‭ ‬المؤمنين‭ ‬وشرطت‭ ‬عليه‭ ‬أن‭ ‬يترك‭ ‬جميع‭ ‬نسائه‭ ‬وجواره‭ ‬فرضي‭ ‬بذلك‭ ‬ودخل‭ ‬بها‭ ‬وكانت‭ ‬في‭ ‬منزلة‭ ‬عظيمة‭ ‬أكثر‭ ‬ما‭ ‬كانت‭ ‬عليه‭ ‬مرجانة‭ ‬وصارت‭ ‬هي‭ ‬صاحبة‭ ‬القصر‭ ‬وتمّت‭ ‬الغاسلة‭ ‬في‭ ‬سعادة‭ ‬وسرور‭ ‬حتّى‭ ‬ولدت‭ ‬مع‭ ‬أمير‭ ‬المؤمنين‭ ‬ولدين‭.‬

ثمّ توفّي أمير المؤمنين إلى رحمة الله تعالى وبفت الغاسلة مدّة طويلة فلمّا حضرتها الوفاة أرسلت إلى الإمام نور الدين الأصبهانيّ وكان فقيهًا بعلم أولادها القران فجلس عندها وهي صحيحة محجوب عنه وأطلعته على الحرز المبارك وقالت له يا شيخ نور الدين أتعرف هذا الحرز المبارك الشريف قال لها لا والله ما عرفه فقالت له هذا الحرز الذي كان عند مرجانة التي كانت عند أمير المؤمنين وجدته في رأسها حين غسلتها ثمّ أخذته من رأسها ووضعته على رأسي فحصّل لي ما رأيت من العزّ والتمكين عند أمير المؤمنين حتّى بلغت عنده غاية المطلوب ببركته وأنت رجل مبارك وسيّد صالح وقد قلّدتك هذه الأمانة وأريد منك أن تكتب منها نسختين لأولادي وأعط لكلّ واحد منهما نسخة على وفق ما ذكرت لك وتمسك أنت نسخة منها لعل أن تنال منها ما نلناه بحول الله وقوّته ولا تمكنه [ص ٢٧ب] ولا لمن لا يتّق الله ثمّ توفّت رحمة الله تعالى عليها وعلينا فشاع خبر هذا الحرز المبارك في بلاد العراق وغيّرها من البلاد وهو قبول عظيم وعقد للألسنة وعزّ مقيم ولإبطال السحر وشفاء لجميع الأمراض.

وإذا كتبته فاكتبه بمسك وزعفران وماء ورد واجعله في حرير أخضر واجعله على رأسك ولا تمسكه وأنت جنبًا ترا أمرًا عظيمًا وبالله التوفيق لا ربّ غيره ولا معبود سواه.

وهذا هو الحرز المبارك :

بسم الله الرحمن الرحيم.

اللهمّ إنّي أسألك بالركن وعظمته، والكرسي وسعته، واللوح وحفظته، والصراط ورقّته، وجبرائيل وأمانته، وإسرافيل ونفخته، وميكائيل ورسالته، وعزرائيل وصولته، ورضوان وجنّته، ومالك وزبانيّته، وآدم وصفوته، وإدريس ورفعته، وشيث وهيبته، وصالح وناقته، ونوح وسفينته، وهود ووزارته، وإبراهيم وخلّته، ويوسف وغربته، ويعقوب وحسرته، وشعيب وابنته، وموسى ونجيته، وداود وقصّته، ولوط وحكمته، ومحمّد صلّى الله عليه وسلّم وشفاعته، والقرآن وتلاوته، وأبي بكر وخلافته، وعمر وفراقته، وعثمان وشيبته، وعلي وشجاعته، والحسن وسمته، والحسين وقتلته.

وأسألك اللهمّ باسمك بسم الله الرحمن الرحيم عليك يا ربّ، [ص ٢٨أ] وأسألك بحقّ فاتحة الكتاب عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة البقرة عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة آل عمران عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة النساء عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة المائدة عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الأنعام عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الأعراف عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الأنفال عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة براءة عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة يونس عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة هود عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة يوسف عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الرعد عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة إبراهيم عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الحجر عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة النحل عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الإسراء عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الكهف عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة مريم عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة طه عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الأنبياء عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الحجّ عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة المؤمنون [كذا] عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة النور عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الفرقان عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الشعراء عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة النمل عليك يا ربّ [ص ٢٨ب] وأسألك بحقّ سورة القصص عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة العنكبوت عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الروم عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة لقمان عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة السجدة عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الأحزاب عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة سبأ عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة فاطر عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة يس عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الصافّات عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة ص عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة التنزيل عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة المؤمن عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة فصلت عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة شورى عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الزخرف عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الدخان عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الجاثية عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الأحقاف عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة محمّد عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الفتح عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الحجرات عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة ق عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة والذاريات عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة والطور عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة والنجم عليك يا ربّ [ص ٢٩أ] وأسألك بحقّ سورة القمر عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الرحمن عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الواقعة عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الحديد عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة المجادلة عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الحشر عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الممتحنة عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الصفّ عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الجمعة عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة المنافقون عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة التغابن عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الطلاق عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة التحريم عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الملك عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة ن والقلم وما يسطرون عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الحاقّة عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة سأل عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة نوح عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الجنّ عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة المزمل عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة المدثّر عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة القيـ[ـا]مة عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الإنسان عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة والمرسلات عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة النبأ عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة والنازعات عليك [ص ٢٩ب] يا ربّ وأسألك بحقّ سورة عبس عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة إذا الشمس كورت عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة إذا السماء انفطرت عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة ويل للمطفّفين عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة إذا السماء اشتقّت عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة والسماء ذات البروج عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة والسماء والطارق عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة سبّح اسم ربّك الأعلى عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة الغاشية عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة والفجر وليال عشر والشفع والوتر والليل إذا يسر عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة لا acأقسم‭ ‬بهذا‭ ‬البلد‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬والشمس‭ ‬وضحاها‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬والليل‭ ‬إذا‭ ‬يغشي‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬الضحي‭ ‬والليل‭ ‬إذا‭ ‬سجى‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬ألم‭ ‬نشرح‭ ‬لك‭ ‬صدرك‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬والتين‭ ‬والزيتون‭ ‬وطور‭ ‬سينين‭ ‬وهذا‭ ‬البلد‭ ‬الأمين‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬اقرأ‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬القدر‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬لم‭ ‬البيّنة‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬إذا‭ ‬زلزلت‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬العاديات‭ ‬[ص‭ ‬‮٣٠‬أ]‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬القارعة‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬التكاثر‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬والعصر‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬الهمزة‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬الفيل‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬قريش‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬الماعون‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬الكوثر‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬الكافرون‭ ‬[كذا]‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬إذا‭ ‬جاء‭ ‬نصر‭ ‬الله‭ ‬والفتح‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬المسد‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬قل‭ ‬هو‭ ‬الله‭ ‬أحد،‭ ‬الله‭ ‬الصمد،‭ ‬لم‭ ‬يلد‭ ‬ولم‭ ‬يولد،‭ ‬ولم‭ ‬يكن‭ ‬له‭ ‬كفوًا‭ ‬أحد‭ ‬عليك‭ ‬يا‭ ‬ربّ،‭ ‬وأسألك‭ ‬بحقّ‭ ‬سورة‭ ‬قل‭ ‬أعوذ‭ ‬بربّ‭ ‬الفلق‭ ‬من‭ ‬شرّ‭ ‬ما‭ ‬خلق،‭ ‬ومن‭ ‬شرّ‭ ‬غاسق‭ ‬إذا‭ ‬وقب،‭ ‬ومن‭ ‬شرّ‭ ‬النفاثات‭ ‬في‭ ‬العقد،‭ ‬ومن‭ ‬شرّ ad حاسد إذا حسد عليك يا ربّ، وأسألك بحقّ سورة قل أعوذ بربّ الناس، ملك الناس، إله الناس، من شرّ الوسواس، الخنّاس، الذي يوسوس في صدور الناس، من الجنّة والناس عليك يا ربّ. وأسألك بحقّ اسمك العظيم الأعظم الذي أنزلته على نبيك محمّد صلّى الله عليه وسلّم فرقى به إلى قاب قوسين أو أدن عليك يا ربّ. [ص٣٠ب]

وأسألك بحقّ الاسم الذي هو مكتوب على ساق العرش يغشي الأبصار وهو اسم نبيك محمّد صلّى الله عليه وسلّم.

وبحقّ الاسم الذي هو مكتوب على كفّ ملك الموت يقبض به الأرواح، وبحقّ الاسم الذي تلقنه آدم من ربّه فتاب عليه، وبحقّ الاسم الذي دعا به الخضر عليه السلام ومشا [كذا] به على الماء فلم تبتل قدماه، وبحقّ الأسماء الثمانية المكتوبة على قلب الشمس، وبحقّ الاسم الذي أضاءت به الشمس، وبحقّ الأسماء التي كتبت على ورق الزيتون وألقيت للتنور تعلّقت الأسماء بالقدرة واحترقت الخضرة، وبحقّ الاسم الذي دعا به عيسى عليه السلام فتكلّم به في المهد صبيًا، وبحقّ الاسم الذي دعا به موسى عليه السلام فانفلق له البحر به وأغرقت عدوه فرعون، وبحقّ الاسم الذي دعاك به نوح عليه السلام فنجيت سفينته من الطوفان، وبحقّ الاسم الذي دعاك به زكريا عليه السلام، وبحقّ الاسم الذي دعاك به إبراهيم عليه السلام فنجيته من نار النمرود، وبحقّ الاسم الذي دعاك به يعقوب عليه السلام فردّدت عليه بصره وجمعت بينه وبين ولده يوسف، وبحقّ الاسم الذي دعاك به يوسف عليه السلام فأخرجته من الجب ووهبته ملك مصر، وبحقّ الاسم الذي دعاك به يونس عليه السلام فأخرجته [ص ٣١أ] فأخرجته من بطن الحوت، وبحقّ الاسم الذي دعاك به إلياس واليسع وذا الكفل وكلّ من الصالحين، وبحقّ الاسم الذي كان مكتوبًا على خاتم سليمان عليه السلام، وبحقّ الاسم الذي دعاك به صالح عليه السلام فأخرجت له ناقته من الحجر، وبحقّ الاسم الذي دعاك به هود عليه السلام فنجيته من الريح العقيم، وبحقّ الاسم الذي دعاك به أيّوب عليه السلام فكشفت ما به من ضرّ، وبحقّ الاسم الذي دعاك به أهل الكهف فأجبت دعاهم، وبحقّ الاسم الذي دعاك به كلّ نبي وكلّ ولي، وبحقّ الاسم الذي هو مخفى في كتابك العزيز، وبحقّ الاسم الذي أنزلته في كتابك العزيز، وبحقّ كلّ اسم هو لك سمّيت به نفسك أو أنزلته في كتابك أو علّمته أحدًا من خلقك أو استأثرت به في علم الغيب عندك، وبحقّ التوراة والإنجيل والزبور والفرقان أن تجعل حامل كتابي هذا في حفظك ورعايتك وأن ترزقه الحظّ الجزيل والنصر والعزّة والهيبة والقبول وتجعله في أعين الناس والناظرين إليه كالجوهر وفي قلوبهم كالسكر والشمس عن يمينه والقمر عن يساره والزهرة بين عينيه وزحل وراء ظهره والمرّيخ بين يديه والمشتري ناظر إليه وعطارد تحت قدميه ولا يقتل ولا يحبس [ص ٣١ب] ولا يفتقر ولا ينال مكروهًا ولا سوءًا أبدًا.

وأسألك اللهمّ أن تجعل حامل كتابي هذا معزوزًا محترمًا مطاعًا ذا عزّ وجاه وإسعاد وإرشاد وانجاح عند جميع الملوك والسلاطين مقبول القول نافذ ae الكلمة نافذ af الهمّة تقضى حوائجه ويسمع كلامه ﴿ أقبل ولا تخف أنّك من الأمنين ﴾ ag ﴿ لا تخف نجوت من القوم الظالمين ﴾ ah ﴿ لا تخاف دركًا ولا تخشى ﴾ ai ﴿ لا تخف إنّي لا يخاف لدى المرسلون ﴾ aj ﴿ أدخلوا عليهم الباب فإذا دخلتموه فإنّكم غالبون وعلى الله فتوكّلوا أن كنتم مؤمنين ﴾ ak ﴿ وردّ الله الذين كفروا بغيظهم لم ينالوا خير أو كفى الله المؤمنين القتال وكان الله قويّاً عزيزًا ﴾ al ﴿ فانقلبوا بنعمة من الله وفضل لم يمسّسهم سوء واتّبعوا رضوان الله والله ذو فضل عظيم ﴾ am ﴿ لا يضرّكم كيدهم شيئًا أنّ الله بما يعملون محيط ﴾ an ﴿ قل إن كنتم تحبّون الله فاتّبعوني يحبّبكم الله ويغفر لكم ذنوبكم والله غفور رحيم ﴾ ao، وبحقّ من قال للسموات والأرض ﴿ آيتيا طوعا أو كرها قالتان أتينا طائعين ﴾ ap ﴿ أفمن هذا الحديث تعجبون وتضحكون ولا تبكون وأنتم سامدون فأسجد والله وأعبدوا ﴾ aq.

اللهمّ إنّي أسألك أن تجعل حامل كتابي هذا في مكنون حفظك وفي حرز عنايتك وأرزقه الحظّ الجزيل والفخر والهيبة والنصر والقبول وتجعله في أعين العالمين وسائر الناظرين كالجوهر وفي [ص ٣٢أ] وفي قلوبهم كالسكر ﴿ لا تخف نجوت من القوم الظالمين ﴾ ar ﴿ فسيكفيكهم الله وهو السميع العليم ﴾ as و﴿ حسبنا الله ونعم الوكيل ﴾ at ولا حول ولا قوّة إلّا بالله العليّ العظيم.

كمّل‭ ‬الحرز‭ ‬المبارك‭ ‬بحمد‭ ‬الله‭ ‬تعالى‭ ‬وعونه‭ ‬وحسن‭ ‬توفيقه‭ ‬وصلّى‭ ‬الله‭ ‬على‭ ‬سيّدنا‭ ‬محمّد‭ ‬على‭ ‬آله‭ ‬وصحبه‭ ‬وسلّم‭. ‬تمّ‭.‬

Une version contemporaine du talisman de la laveuse, d’après les objets de la collection ALEP

Traduction (basée sur Col. ALEP30818. CNRS-MNHN-Musée de l’Homme Paris)

Au nom de Dieu, le Tout‑Miséricordieux, le Miséricordieux.

Voici le « talisman de la laveuse » (ḥirz al‑ġassāla) appelé « talisman de Marǧāna ».

8642 8642 8642 8642 8642 8642 8642 8642 8642
8642 8642 8642 8642 8642 8642 8642 8642 8642
8642 8642 8642 8642 8642 8642 8642 8642 8642
8642 8642 8642 8642 8642 8642 8642 8642 8642

[deuxième tableau de quatre cases par quatre récapitulant l’histoire de la laveuse, mais avec des portions de phrases et mots relativement désordonnés, parfois indéchiffrables]

Il est bénéfique contre les serpents (min al‑ṯuʿbān) et éloigne les rampants (kāffat al‑hawāmm) – scorpion au – il fait durer la pureté. Celui qui le porte (ḥāmilu‑hu) obtient ce qu’il veut. Ce talisman est bénéfique comme remède. Elle mourut et on ne put cacher au roi son décès. Muḥammad al‑Manṣūr vint le voir et fut accueilli après de lui. Il dit au roi : « L’immensité de Dieu est la rétribution de l’émir des croyants ». Il demanda : « De qui [parles-tu] ? » [Al‑Manṣūr] répondit : « De Marǧāna ». Le roi pleura, puis il fit venir pour [Marǧāna] la laveuse (al‑ġassāla). Il lui ordonna de l’informer une fois que serait terminée la préparation [du cadavre] (ġuslu‑hā) pour lui faire ses adieux avant l’enterrement. Lorsque [la laveuse] lui enleva ses vêtements, elle trouva ce talisman (al‑ḥirz) béni attaché à ses cheveux. Elle le prit et le porta sur elle. Lorsqu’elle l’eut lavée et préparée [pour le convoi funèbre], elle envoya [chercher] le roi pour qu’il vienne lui faire ses adieux. Lorsqu’il fut présent et regarda Marǧāna, il fut repoussé à sa vue alors que ce talisman béni avait été éloigné d’elle. Ensuite, il regarda la laveuse et la trouva très belle grâce à la bénédiction de ce talisman béni. Il lui demanda : « As-tu un époux ? » Elle lui répondit : « Oui, il est mort il y a peu ». Il lui dit : « M’épouserais-tu ? » Elle répondit : « Vous moquez-vous de moi, ô roi ? » Il lui répondit : « Non, au contraire, c’est vrai ». Ensuite, le roi donna des ordres sur le champ. Il fit venir le juge et les témoins et il fit établir le contrat (wa‑kataba kitāba ʿalay‑hā) et elle devint pour lui plus belle que Marǧāna, Ġādir et d’autres qu’elles. Ensuite, elle eut de lui deux enfants. Elle fut atteinte d’une maladie mortelle. Elle envoya alors un messager au cheikh Nūr al‑Dīn al‑Aṣbahānī. Elle lui donna le talisman et lui enjoint de le préserver et de ne le donner qu’à celui qui en serait digne. Il écrivit à partir de ce modèle un grand nombre de talismans. Son histoire se répandit dans l’ensemble des contrées et tous les croyants peuvent en tirer bénéfice. C’est le talisman de la laveuse (ḥirz al‑ġassāla). Il est expérimenté (muǧarrab) et authentique (ṣaḥīḥ) [colonne 2] efficace pour libérer le prisonnier, pour la fidélité dans la religion, le rétablissement de celui qui est atteint de pleurésie (ifāqat al‑maǧnūb), pour la chassie, la cécité, l’hypoacousie, la surdité, la qarīna av, les djinns suiveurs (al‑tawābiʿ), le coup d’œil (al‑lamḥa), le regard aw (al‑naẓra), la paralysie (al‑fāliǧ), le mal de tête (al‑ṣudāʿ), le trouble (al‑izʿāǧ), pour faciliter le mariage de la jeune fille vierge négligée, il est bénéfique pour le commerce non achalandé, le rétablissement des cœurs corrompus, l’amour, l’acceptation, le prestige, l’arrivée au but, l’opulence dans la subsistance, l’affection des cœurs des créatures et pour la bonté des caractères. [Il] est bénéfique contre la piqûre du scorpion et la morsure du serpent (lasʿat al‑ʿaqrab wa‑l‑ḥayya wa‑l‑ṯuʿbān) et contre le regard de tous les yeux (naẓrat ǧamīʿ al‑ʿuyūn). S’il se trouve sur un bien, celui-ci ne sera pas volé ; ou s’il est dans une maison (bayt), un meuble (matāʿ) ou un cabaret de marchand de vin (ḥānūt), il ne brûlera pas ; ou s’il est sur un navire, il ne coulera pas ; ou s’il est dans une assemblée d’amis (ǧamāʿat al‑aḥbāb), ils ne se sépareront pas. Il est bénéfique pour toute chose avec la rectitude de la foi (ḥusn al‑iʿtiqād) et la pureté de l’intention (ṣafwat al‑niyya). Son porteur, grâce à la bénédiction de ce talisman, obtiendra tout ce qu’il désire et il s’appliquera à persévérer dans la pureté. Il y a dans ce sceau des noms spirituels (asmāʾ rūḥāniyya), des serments miraculeux (aqsām burhāniyya), des chemins élevés (sulūk ʿulwiyya), des serviteurs fluviaux (ḫuddām nahriyya). Il y a parmi ses bénéfices ce que nul œil ne vit.

Voici l’invocation de la laveuse :

Ô mon Dieu ! Je Te demande, ô Premier des premiers, ô Dernier des derniers, « Nulle divinité en dehors de Toi ! Gloire à Toi ! J’ai été parmi les Injustes ! » ax. Ô mon Dieu, par la vérité de la formule « Il n’y a point de divinité excepté Dieu » et de sa puissance, par la vérité du Trône (al‑ʿarš) et de son immensité, par la vérité du Siège (al‑kursī) et de son étendue, par la vérité du Chemin [eschatologique] (al‑ṣirāṭ) et de sa finesse, par la vérité de la Balance (al‑mīzān) et de sa légèreté, par la vérité de la Table bien gardée (al‑lawḥ) et de sa préservation, par la vérité du Calame (al‑qalam) et de sa pointe, par la vérité de Ǧibrīl et de sa loyauté, par la vérité de Mīkāʾīl et de sa mission, par la vérité d’Isrāfīl et de son souffle, par la vérité de ʿAzrāʾil et de sa poigne, par la vérité de Riḍwān et de son paradis, par la vérité de Mālik et de sa garde angélique (zabāniyyati‑hi), par la vérité d’Ādam et de sa pureté, par la vérité de Šīṯ et de sa qualité de prophète (nubuwwati‑hi), par la vérité de Nūḥ et de son arche, par la vérité d’Ibrāhīm et de son amitié sincère, par la vérité d’Isḥāq et de son égorgement, par la vérité de Yaʿqūb et de sa peine, par la vérité d’Ayyūb et de son épreuve (bilwati‑hi), par la vérité de Yūsuf et de son exil, par la vérité de Ṣāliḥ et de sa chamelle, par la vérité de Sulaymān et de son royaume, par la vérité de Lūṭ et de ses voisins, par la vérité d’al‑Ḫaḍir et de son voyage, par la vérité de Luqmān et de sa sagesse, par la vérité de Šuʿayb et de sa fille, par la vérité de ʿĪsā et de son prodige (karāmati‑hi), par la vérité de notre seigneur Muḥammad – que la prière et le salut de Dieu soient sur lui – et de son intercession, par la vérité du sublime Coran et de sa récitation, par la vérité de la noble science et de son étude, par la vérité d’Abū Bakr al‑Ṣiddīq et de son califat, par la vérité de ʿUmar [b.] al‑Ḫaṭṭāb et de son discernement, par la vérité de ʿUṯmān b. ʿAffān et de sa mort, par la vérité de ʿAlī b. Abī Ṭālib et de son courage, par la vérité d’al‑Ḥasan et de sa chasteté, par la vérité de Ḥamza et de son martyre, par la vérité d’al‑ʿAbbās et de sa mort, par la vérité des compagnons de l’envoyé de Dieu – que la prière et le salut de Dieu soient sur lui – et de leur effort (ǧihādi‑him), par la vérité des épigones et la génération suivante (al‑tābiʿīn wa‑tābiʿi‑him), par la vérité de leurs propres épigones et de leur vertu, par la vérité des quatre imams qui étudièrent la loi divine (al‑aʾimma al‑arbaʿa al‑muǧtahidīn) et de leur loyauté, par la vérité des docteurs de la loi qui la mettent en application (al‑ʿulamāʾ al‑ʿāmilīn) et de leur prédication (diyānati‑him), par la vérité des généreux seigneurs et de leur noblesse !

Je Te demande, ô Dieu, ô Dieu, ô Dieu, de préserver le porteur de mon talisman (ḥiǧāb‑ī) que voilà de tout mal, qu’il vienne d’un humain (ins), d’un djinn (ǧinn), d’un démon (šayṭān), d’un rebelle ay (mārid), d’un envieux az (ḥāsid), d’un injuste (bāġī), d’un fourbe (kāʾid).

Par la vérité de la [sourate] de l’ouverture (1), ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la vache (2), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la famille de ʿImrān (3), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des femmes (4), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la table dressée (5), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des troupeaux (6), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate d’al‑Aʿrāf (7), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du butin (8), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du repentir ba (9), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de Yūnus (10), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de Hūd (11), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de Yūsuf (12), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du tonnerre (13), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate d’Ibrāhīm (14), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate d’al‑Ḥiǧr (15), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des abeilles (16), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du voyage nocturne (17), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la caverne (18), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate Maryam (19), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate Ṭāʾ Hāʾ (20), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des prophètes (21), Ô Seigneur ! bb Je Te demande, par la vérité de la sourate des croyants (23), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la lumière (24), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la salvation (25), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des poètes (26), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des fourmis (27), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du récit (28), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’araignée (29), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des Romains (30), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de Luqmān (31), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la prosternation (32), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des factions (33), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de Sabaʾ (34), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du créateur (35), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate Yāʾ Sīn (36), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celles qui sont en rangs (37), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate Ṣād (38), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la descente bc (39), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’absoluteur bd (40), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « elles ont été rendues intelligibles » (41), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la délibération (42), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des ornements (43), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la fumée (44), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’agenouillée (45), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate d’al‑Aḥqāf (46), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du combat be (47), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du succès (48), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des appartements (49), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate Qāf (50), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celles qui vont (51), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la montagne (52), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’étoile (53), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la Lune (54), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du Tout-Miséricordieux (55), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’échéante (56), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du fer (57), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du rassemblement (59), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la discussion (58) bf, Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’examinée (60), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du rang (61), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du vendredi (62), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des hypocrites (63), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la duperie mutuelle (64), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la répudiation (65), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’interdiction (66), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la royauté (67), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du Calame bg (68), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celle qui doit [venir] (69), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des degrés bh (70), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de Nūḥ (71), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des djinns (72), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celui qui s’est enveloppé (73), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celui couvert d’un manteau (74), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la résurrection (75), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du temps bi (76), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celles qui sont envoyées (77), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’annonce (78), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celles qui tirent (79), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « il s’est renfrogné » (80), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’obscurcissement bj (81), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la fente bk (82), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la fraude bl (83), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la déchirure bm (84), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des constellations bn (85), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’[astre] nocturne bo (86), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du Très Haut bp (87), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celle qui couvre (88), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’aube bq (89), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la ville br (90), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du soleil bs (91), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la nuit bt (92), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la clarté diurne bu (93), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « N’avons-nous point ouvert […] ? » (94), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du figuier bv (95), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’adhérence bw (96), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la destinée (97), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la preuve bx (98), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du séisme by (99), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celles qui galopent (100), [fol. 30r] Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de celle qui fracasse (101), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate « [elle] vous distrait » bz (102), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du temps ca (103), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du calomniateur (104), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’éléphant (105), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de Qurayš (106), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’aide (107), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’abondance (108), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des infidèles (109), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du secours cb (110), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de la corde (111), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate du culte sincère cc (112), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate de l’aube cd (113), Ô Seigneur ! Je Te demande, par la vérité de la sourate des Hommes ce (114), Ô Seigneur !

Par la vérité de la sourate des sept répétées cf (sūrat al‑sabʿ al‑maṯānī) et du sublime Coran, par la vérité des prophètes et des envoyés, par la vérité des anges rapprochés, par la vérité des anges porteurs du Trône purs, par la vérité des martyrs et des pieux, par la vérité de tous ceux qui T’obéissent (ahl ṭāʿati‑ka aǧmaʿīn) parmi les habitants des cieux et les habitants de la terre, par la vérité des noms par lesquels T’invoqua notre seigneur Muḥammad – que la prière et le salut de Dieu soient sur lui –, seigneur des premiers et des derniers.

Ô mon Dieu, exauce notre invocation par la vérité des noms par lesquels notre seigneur Ayyūb – que la paix soit sur lui – T’invoqua et Tu dévoilas le mal qu’il avait et lui amena « sa famille et la fit deux fois plus nombreuse » cg ; par la vérité des noms par lesquels T’invoqua notre seigneur ʿĪsā – que la paix soit sur lui – et il guérit « le muet et le lépreux » et fit « revivre les morts avec la permission de Dieu » ch ; par la vérité des noms par lesquels notre seigneur – que la prière et le salut de Dieu soient sur lui – T’invoqua et Tu lui donnas les sept répétés (al‑sabʿ al‑maṯānī) et le sublime Coran ; par la vérité de chaque nom que Tu as, que Tu révélas dans Tes livres et avec lequel Tu rappelles auprès de Toi dans la connaissance de l’Inconnaissable ; par la vérité du nom qui est écrit sur une feuille d’olivier, qui, une fois jetée au feu ci (al‑nār), reste accroché à la marmite pendant que la feuille verte est brûlée cj ; par la vérité de l’ange dont Tu créas une moitié de neige et une moitié de feu, et le feu ne fait pas fondre la neige et la neige n’éteint pas le feu ck, et il dit : « Ô mon Dieu, ô celui qui réunit la neige et le feu, réunis les cœurs de Tes adorateurs croyants et bons et réunis, ô mon Dieu, l’ensemble des cœurs par l’amour, l’affection et l’accueil envers le porteur de ce talisman (ḥāmil hāḏā l‑ḥiǧāb) », par la vérité de HWMH 2 DWSM 2 BRĀSM LLHTHTĪL 2 ṬĪL 2 FHṬHṬĪL 2 MHṬHṬĪL 2 ǦHṬHṬĪL 2 ǦHṬHṬĪL 2 MHṬHṬĪL 2 FHṬHṬĪL 2 KHṬHṬĪL 2 ǦMʿT 2 DYWM cl 2 ǦWM 2 QYWM cm 2 YĀBWM 2

C’est le plus sublime nom de Dieu béni, et voilà son sceau :

Ce talisman (hāḏā al‑ḥirz) béni est terminé – que la prière de Dieu soit sur notre seigneur Muḥammad, sa famille et ses compagnons.

Texte arabe (transcription du texte de l’objet Col. ALEP30818. CNRS-MNHN-Musée de l’Homme Paris)

بسم الله الرحمن الرحيم.

هذا حرز الغسالة المسمى حرز مرجانة.

٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢
٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢
٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢
٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢ ٨٦٤٢
بسم الله الرحمن الرحيم وصلى الله على سيدنا محمد وعلى ءاله وصحبه وسلم روي عن الشيخ وحمه والصح [...؟] في ها زوي [...؟] على [...؟] كان في ره الآية هو [...؟] الحسن والجمال وكانت [...؟] [...؟] والثالثة [...؟] [...؟] وكانت عنده
جارية طباخة تسمى مرجانة إلى [...؟] ما [...؟] لم يقدر ولو [؟] قربة جره منهم فنقدمت إليهم فرآت في عنقه هذا الحرز المبارك فأخذته منها فرات الحيوانات نهشات وجره [...؟] ومعها الحرز المبارك فلما الملك وهو العصر [ا]حبها يفوقه ثمنا [؟]
[فلـ]ـما جا سأل للجواري من هذه فقالوا مرجانة الطباخة فقال لهم الملك إن هذه الجاريات [...؟] [...؟] وكان الحرز [...؟] ها لسن والثياب وال[...؟]ما [...؟] بلا الملك وقف [...؟] [...؟] هو في والجمال واتها ولله
الجزا من الملك قالوا لما را الملك يحب هذه الجارية الستر فان ويفضلها عن غادر وعن غيرها من الجواري الحسان [...؟] [...؟] مرضت مرض الموت الملك يدعو حكيما او يأمر طبيبا جاء قام اليها من [يـ]ـقم اسودت كذلك [في] تلك الحالة فلم [؟]

وهو نافع من الثعبان

وكافة الهوام عقرب

دام على طهورية ينال حامله

ما يريد

ينفعها دواء وتوفيت فما

قدر لقد ان يحيد الملك

بوفاتها فدخل عليه محمد المنصور

وكان مقبولا عنده فقال عظم الله اجر

امير المومنين

فقال فيمن فقال في مرجانة

فبكى الملك ثمّ احضر لها

الغسالة وامرها ان تخبره بعد

فراغcn غسلها ليتودع منها قبل

الدفن فلما جردتها من ثيابها

وجدت هذا الحرز المبارك

مربوطا في شعرها فاخذته وحملته

معها فلما غسلتها وجهزتها

ارسلت إلى الملك كي يحضر لوداعه

منها فلما حضر ونظر الى مرجانة

فنفرت نفسه من رؤيتها لما بعد

عنها هذا الحرز المبارك ثمّ نظر

الى الغاسلة فرآها جميلة جدا

ببركة هذا الحرز المبارك فقال

لها الك زوج فاجبته انه توفي

من مدة يسيرة فقال لها أتتزو

جينني فقالت اتهزأ بي ايها

الملك فاجابها لا بل هو حق ثم

امر للملك في الحال فاحضر القاضي

والشهود وكتب كتابة عليها وصارت

عنده احسن من مرجانة وغادر وغيرهما

ثم ولدت منه ولدين ومرضت مرض الموت

فارسلت الى الشيخ نور الدين الاصبهاني

واعطت له الحرز واوصته بالحفظ عليه

لا يعطيه الا لمستحقه فكتب منه عدة أحر[ا]ز

وشاع خبره في جميع البلاد وانتفعت به جميع

العباد وهو حرز الغسالة وهو مجرب صحيح

[colonne 2]

لحل المسجون ووفاء الدين وافاقة المجنوب

والرمد والعمى والطرش والصم والقرينة

والتوابع واللمحة والنظرة والفالج والصداع

والازعاح وتسهيل زواج البنت البكر المعطلة

ونافع للتجارة الكاسدة واصلاح القلوب الفاسدة

والمحبة والقبول والجاه وغاية الوصول وسعة

الرزق وتعطيف قلوب الخلق ولحسن الاخلاق

ونافع من لسعة العقرب والحية والثعبان ومن نظرة

جميع العيون وان كان في مال لا يسرق او في بيت او متاع

او حانوت لا تحرق او في سفينة لا تغرق او في جماعة

احباب لا تتفرق ونافع من كل شيء مع حسن

الاعتقاد وصفوة النية ينال حامله ببركته

كل امنية ويلزم المواظبة على الطهارة وهذا

الخاتم فيه اسماء روحانية واقسام برهانية وسلوك

علوية وخدام نهرية وفيه من المنافع ما لا عين رات

وهذه صفة الخاتم المباركة

وهذا دعاء الغاسلة :

اللهم اني اسألك يا اول الاولين ويا ءاخر الاخرين لا إله

الا انت سبحانك اني كنت من الظالمين اللهم بحق لا اله

الا الله وعزته وبحق العرش وعظمته وبحق الكرسي

وسعته وبحق الصراط ورقته وبحق الميزان وخفته

وبحق اللوح وحفظته وبحق القلم وحربته وبحق جبريل

وامانته وبحق ميكايل ورسالته وبحق اسرافيل

ونفخته وبحق عزراءيل وقبضته وبحق رضوان وجنته

وبحق مالك وزبانيته وبحق ءادم وصفوته وبحق شيث

ونبوته وبحق نوح وسفينته وبحق ابراهيم وخلته

وبحق اسحاق وذبحته وبحق يعقوب وحسرته وبحق

ايوب وبلوته وبحق يوسف وغربته وبحق صالح

وناقته وبحق سليمان ومملكته وبحق لوط وجيرته

وبحق الخضر وسياحته وبحق لقمان وحكمته وبحق شعيب

وابنته وبحق عيسى وكرامته وبحق سيدنا محمد

صلى الله عليه وسلم وشفاعته وبحق القرآن العظيم

وتلاوته وبحق العلم الشريف ودراسته وبحق ابي بكر

الصديق وخلافته وبحق عمر [بن] الخطاب وفاروقيته

وبحق عثمان بن عفان وعقبه وبحق علي بن ابي طالب

وشجاعته وبحق الحسن وعفته وبحق حمزة وشهادته

والعباس وموته وبحق اصحاب رسول الله صلى الله

عليه وسلم وجهادهم وبحق التابعين وتابعهم وبحق

تابعيهم وفضيلتهم وبحق الايمة الاربعة المجتهدين

وامانتهم والعلماء العاملين وديانتهم وبحق السادات [كذا]

المكرمين وشرفهم اسألك يا الله يا الله يا الله ان

تحفظ حامل حجابي هذا من كل شر انس وجن وشيطان

ومارد وحاسد وباغي وكايد بحق سورة الفاتحة

عليك يا رب وبحق سورة البقرة عليك يا رب واسالك

بحق سورة ءال عمران عليك يا رب واسالك بحق سورة

النساء عليك يا رب واسألك بحق سورة المائدة

عليك يا رب واسالك بحق سورة الانعام عليك يا رب

واسالك بحق سورة الاعراف عليك يا رب واسالك

بحق سورة الانفال عليك يا رب واسألك بحق سورة

التوبة عليك يا رب واسالك بحق سورة يونس عليك

يا رب واسألك بحق سورة هود عليك يا رب واسألك

بحق سورة يوسف عليك يا رب واسالك بحق سورة

الرعد عليك يا رب واسألك بحق سورة ابراهيم

[colonne 3]

عليك يا رب و[ا]سالك بحق سورة الحجر عليك يا رب

واسألك بحق سورة النحل عليك يا رب واسألك بحق

سورة الاسراء عليك يا رب واسألك بحق سورة الكهف

عليك يا رب واسألك بحق سورة مريم عليك يا رب

واسألك بحق سورة طه عليك يا رب واسألك بحق

سورة الانبياء عليك يا رب واسألك بحق سورة المومنون

عليك يا رب واسألك بحق سورة النور عليك يا رب واسالك

بحق سورة الفرقان عليك يا رب واسألك بحق سورة

الشعراء عليك يا رب واسألك بحق سورة النمل عليك

يا رب واسالك بحق سورة القصص عليك يا رب

واسألك بحق سورة العنكبوت عليك يا رب واسألك بحق

سورة الروم عليك يا رب واسألك بحق سورة لقمان عليك

يا رب واسالك بحق سورة السجدة عليك يا رب واسالك

بحق سورة الأحزاب عليك يا رب واسالك بحق سورة

سبا عليك يا رب واسالك بحق سورة فاطر عليك

يا رب واسالك بحق سورة يٓس عليك يا رب واسالك

بحق سورة الصافات عليك يا رب واسالك بحق سورة

صٓ عليك يا رب واسالك بحق سورة تنزيل عليك يا رب

واسلك [كذا] بحق سورة غافر عليك يا رب واسالك بحق سورة

فصلت عليك يا رب واسالك بحق سورة شورى وسورة

الزخرف عليك يا رب واسألك بحق سورة الدخان عليك

يا رب واسالك بحق سورة الجاثية عليك يا رب

واسالك بحق سورة الاحقاف عليك يا رب واسالك

بحق سورة القتال عليك يا رب واسالك بحق سورة

الفتح عليك يا رب واسالك بحق سورة الحجرات عليك

يا رب واسالك بحق سورة قٓ عليك يا رب واسالك بحق

سورة الذاريات عليك يا رب واسالك بحق سورة

الطور عليك يا رب واسالك بحق سورة النجم عليك يا رب

واسالك بحق سورة القمر عليك يا رب واسالك بحق سورة

الرحمن عليك يا رب واسالك بحق سورة الواقعة عليك

يا رب واسالك بحق سورة الحديد عليك يا رب واسالك

بحق سورة الحشر عليك يا رب واسالك بحق سورة

المجادلة عليك يا رب واسالك بحق سورة الممتحنة

عليك يا رب واسالك بحق سورة الصف عليك يا رب

واسألك بحق سورة الجمعة عليك يا رب واسالك بحق

سورة المنافقون عليك يا رب واسالك بحق سورة

التغابن عليك يا رب واسألك بحق سورة الطلاق عليك

يا رب واسئلك [كذا] بحق سورة التحريم عليك يا رب واسئلك [كذا]

بحق سورة الملك عليك يا رب واسألك بحق سورة القلم

عليك يا رب واسالك بحق سورة الحاقة عليك يا رب واسالك

بحق سورة المعارج عليك يا رب واسالك بحق سورة نوح

عليك يا رب واسالك بحق سورة الجن عليك يا رب

واسالك بحق سورة المزمل عليك يا رب واسالك بحق

سورة المدثر عليك يا رب واسالك بحق سورة القيامة

عليك يا رب واسالك بحق سورة الدهر عليك يا رب

واسالك بحق المرسلات عليك يا رب واسالك بحق سورة

النبإ [كذا] عليك يا رب واسالك بحق سورة النازعات عليك

يا رب واسالك بحق سورة عبس عليك يا رب واسالك

بحق سورة التكوير عليك يا رب واسالك بحق سورة

الافطار عليك يا رب واسالك بحق سورة التطفيف

عليك يا رب واسالك بحق سورة الانشقاق عليك

يا رب واسالك بحق سورة البروج عليك يا رب واسالك

بحق سورة الطارق عليك يا رب واسالك بحق سورة

الاعلى عليك يا رب واسالك بحق سورة الغاشية

عليك يا رب واسالك بحق سورة الفجر عليك يا رب

واسالك بحق سورة البلد عليك يا رب واسالك بحق

سورة الشمس عليك يا رب واسالك بحق سورة اليل [كذا]

عليك يا رب واسالك بحق سورة والضحى عليك يا رب

واسالك بحق سورة الم نشرح عليك يا رب واسالك بحق

سورة التين عليك يا رب واسالك بحق سورة العلق

عليك يا رب واسالك بحق سورة القدر عليك يا رب

[colonne 4]

واسالك بحق سورة البينة عليك يا رب واسالك بحق

سورة الزلزلة عليك يا رب واسالك بحق سورة

العاديات عليك يا رب واسالك بحق سورة القارعة

عليك يا رب واسالك بحق سورة الهاكم عليك يا رب

واسالك بحق سورة العصر عليك يا رب واسالك

بحق سورة الهمزة عليك يا رب واسالك بحق سورة الفيل

عليك يا رب واسالك بحق سورة قريش عليك يا رب

واسالك بحق سورة الماعون عليك يا رب وأسالك

بحق سورة الكوثر عليك يا رب واسالك بحق سورة

الكافرون عليك يا رب وأسالك بحق سورة النصر

عليك يا رب واسالك بحق سورة المسد عليك

يا رب واسالك بحق سورة الاخلاص عليك يا رب

واسالك بحق سورة الفلق عليك يا رب واسالك بحق

سورة الناس عليك يا رب واسالك بحق سورة السبع

المثاني والقرءان العظيم وبحق الانبياء والمرسلين

وبحق الملائكة المقربين وبحق حملة العرش المطهرين

وبحق الشهداء والصالحين وبحق اهل طاعتك

اجمعين من اهل السموات واهل الارض وبحق

الأسماء التي دعاك بها سيدنا محمد صلى

الله عليه وسلم سيد الاولين والاخرين

اللهم استجب لنا دعاءنا بحق الأسماء التي

دعاك بها سيدنا ايوب عليه السلام فكشفت

ما به من ضر واتيته اهله ومثلهم معهم

وبحق الاسماء التي دعاك بها سيدنا عيسى

عليه السلام فكان يبرئ الاكمه والابرص

ويحيى الموتى باذن الله وبحق الاسماء التي

دعاك بها سيدنا محمد صلى الله

عليه وسلم فاعطيته السبع المثاني

والقرءان العظيم وبحق كل اسم هؤ [كذا] لك انزلته

في كتبك واستاثرت به في علم الغيب عندك

وبحق الاسم الذي كتب على ورق الزيتون

والقى في النار فاحرقت الخضرة وتعلقت

الاسماء بالقدرة وبحق الملك الذي خلقت

نصفه من ثلج ونصفه من نار فلا النار تذيب

الثلج ولا الثلج يطفئ النار وهو يقول اللهم

يا من الف بين الثلج والنار الف بين قلوب

عبادك المومنين الاخيار فالف اللهم جميع

القلوب بالمحبة والمودة والقبول على

حامل هذا الحجاب بحق حومه ٢ دوسم ٢

براسم للهطهطيل ٢ طيل ٢ فهطهطيل ٢

مهطهطيل ٢ جهطهطيل ٢ جهطهطيل ٢

مهطهطيل ٢ فهطهطيل ٢ كهطهطيل ٢

جمعت ٢ ديوم ٢ جوم ٢ قيوم ٢ يابوم ٢

وهو اسم الله الاعظم المبارك

وهذا خاتمه

تم هذا الحرز المبارك وصلى

الله على سيدنا محمد

وءاله وصحبه

وسلم

Reproduction du talisman Col. ALEP30818 (CNRS-MNHN-Musée de l’Homme Paris) et détail des tableaux magiques en tête du talisman

Notes

1 Nous tenons à remercier pour leur aide inestimable Alain Epelboin, qui nous a ouvert les portes de son impressionnante collection au Musée de l’Homme et nous a aimablement confié des reproductions de ses talismans, Lahcen Daaif, qui a amicalement accepté d’exercer son regard alerte et érudit sur l’indéchiffrable tableau du talisman de la laveuse de mort, et Heidi Toelle, qui proposa généreusement de relire les traductions proposées en annexe. Toutes les erreurs sont bien évidemment de notre seule responsabilité.

2 El‑Hibri 1999, p. 21.

3 Dahklia 2004, p. 178.

4 Saliba 1994, p. 72-73 ; Morelon 1997, p. 35-69 ; Caiozzo 2003, p. 33-35.

5 Sezgin 1967-2010, VII, p. 95-96.

6 Ǧaldakī, Durrat al‑ġawwāṣ, fol. 8a.

7 Sur Šarāsīm al‑Hindiyya, voir Ullmann 1972, p. 382 et Coulon 2017a. Voir également Coulon à paraître : « Le mystérieux Livre de Šarāsīm l’Indienne (Kitāb Šarāsīm al‑Hindiyya) sur la sīmiyāʾ ».

8 Sur la « bibliothèque » de Hārūn al‑Rašīd dans le Šams al‑maʿārif, voir Coulon 2017b, p. 474.

9 Mentionné par Gutas 2005, p. 99. Voir également Sezgin 1967-2010, VII, p. 114.

10 Traduit par Gutas 2005, p. 99.

11 Ibn al‑Qifṭī, Taʾrīḫ al‑ḥukamāʾ, p. 255 ; mentionné par Gutas 2005, p. 99.

12 L’écriture ḥimyarite est d’ailleurs mentionnée dans le Šams al‑maʿārif : ce serait dans cet alphabet qu’un Chinois l’aurait transmis à al‑Ḫawārizmī. Voir (pseudo‑)al‑Būnī, Šams al‑maʿārif, dans Coulon 2013, II, p. 130 (MS Saint Laurent de l’Escorial, 925, fol. 25a).

13 Gutas 2005, p. 101.

14 Gutas 2005, p. 101.

15 Cor. 27, 40. Nous avons utilisé la traduction de Régis Blachère pour l’ensemble des références coraniques, ponctuellement remaniée lorsque cela nous a semblé nécessaire.

16 Cor. 27, 38.

17 Cor. 27, 40.

18 On trouve cette idée par exemple dans l’exégèse du verset de Hārūt et Mārūt (Cor. 2, 102) par al‑Ṭabarī.

19 Il s’agit d’Asīd b. ʿĀṣim al‑Aṣbahānī al‑Ṯaqafī (m. 270/883-884), un traditionniste d’Ispahan. Voir al‑Ḏahabī, Taḏkirat al‑ḥuffāẓ, II, p. 573 et Siyar aʿlām al‑nubalāʾ, I, p. 1138, no 1077.

20 Abū Sufyān Ṣāliḥ b. Mihrān al‑Šaybānī al‑Aṣbahānī al‑Zāhid, aussi surnommé al‑Ḥakīm (le sage). Faqīh (jurisconsulte) et muftī, il était considéré comme digne de foi (ṯiqa) par al‑Nasāʾī. Voir Ibn Ḥaǧar al‑ʿAsqalānī, Tahḏīb al‑tahḏīb, IV, p. 403-404.

21 Al‑Nuʿmān b. ʿAbd al‑Salām b. Ḥabīb b. Ḥaṭīṭ b. ʿUqba (m. 183/799‑800 ou 173/789‑790) est un traditionniste originaire de Nichapour qui voyagea à al‑Baṣra et se forma en droit (fiqh) selon l’école de Sufyān al‑Ṯawrī, dont il est un important rapporteur. Abū Ḥātim le considère sincère (maḥallu‑hu l‑ṣidq). Voir Ibn Ḥaǧar al‑ʿAsqalānī, Tahḏīb al‑tahḏīb, X, p. 454‑455.

22 Abū Yūnus al‑Mufaḍḍal b. Yūnus al‑Ǧuʿfī al‑Kūfī (m. 178/794-795) était un traditionniste de Koufa réputé fiable (ṯiqa), notamment par Abū Ḥātim. Voir Ibn Ḥaǧar al‑ʿAsqalānī, Tahḏīb al‑tahḏīb, X, p. 276‑277.

23 Abū ʿAbd al‑Raḥmān Muḥammad b. al‑Naḍir al‑Ḥāriṯī (m. 174/790-791) était un mystique de Koufa considéré comme l’un des plus grands dévots de la ville et un modèle pour les soufis. Voir Abū Nuʿaym al‑Aṣfahānī, Ḥilyat al‑awliyāʾ, VIII, p. 217‑224, no 399 ; al‑Munāwī, al‑Kawākib al‑durriyya fī tarāǧim al‑sāda l‑ṣūfiyya, I, p. 292‑293 ; al‑Ḏahabī, Siyar aʿlām al‑nubalāʾ, III, p. 3738, no 5914.

24 Il s’agit du 8 ḏū l-ḥiǧǧa du calendrier hégirien. Les pèlerins se rendent ce jour-là de la Mecque à la station de Minā. Il précède la journée de ʿArafa. Voir Rudi Paret et William A. Graham, « Tarwiya », EI2.

25 (Pseudo‑)al‑Būnī, Šams al‑maʿārif, dans Coulon 2013, II, p. 247‑249 (MS Saint Laurent de l’Escorial, 925, fol. 46b-47a).

26 Ce nom d’al‑Faḍfāḍ n’est pas sans poser de problème ici : on ne le trouve ni dans le Coran, ni dans les grands recueils de hadiths. Ibn Manẓūr le signale mais semble considérer qu’il ne peut qualifier qu’un homme (wa‑raǧul faḍfāḍ : kaṯīr al‑ʿaṭāʾ). Nous ignorons sur quelle base le nom est ici appliqué à Dieu. Voir Ibn Manẓūr, Lisān al‑ʿArab, V, p. 3427.

27 (Pseudo‑)al‑Būnī, Šams al‑maʿārif, dans Coulon 2013, II, p. 300‑301 (MS Saint Laurent de l’Escorial, 925, fol. 56a‑56b).

28 El-Hibri 1999, p. 43-44.

29 Dakhlia 2004, p. 177. Voir aussi Dakhlia 2005, p. 32-38.

30 Asad b. Mūsā (n. 132/750, m. 212/827), traditionniste égyptien surnommé Asad al-Sunna (le lion de la tradition). Il est notamment le transmetteur du Kitāb al‑tīǧān (Le Livre des couronnes) d’Ibn Hišām et plus spécialement des traditions sur l’histoire yéménite de Wahb b. Munabbih. Aussi, cette référence à Asad b. Mūsā doit être mise en rapport avec l’écriture ḥimyarite servant à crypter le plus sublime nom de Dieu. Voir Asad b. Mūsā, Kitāb alzuhd ; Khoury, « Asad b. Mūsā », EI2.

31 Abū Ṣāliḥ Bāḏām est un épigone (tābiʿ) considéré par certains traditionnistes comme le compagnon d’al‑Kalbī (ṣāḥib al‑Kalbī). Sa réputation est faible dans le hadith : al‑Buḫārī le considère comme faible, al‑Nasāʾī ne le considère pas comme digne de confiance, certains affirment également que c’était un menteur. Voir al‑Ḏahabī, Mīzān al‑iʿtidāl fī naqd al‑riǧāl, II, p. 3-4.

32 Cor. 20, 14.

33 Dakhlia 2004, p. 171.

34 Al‑Masʿūdī, Murūǧ al‑ḏahab, IV, p. 261-262 ; Les prairies d’or, IV, p. 1067-1068, § 2621-2622.

35 Voir la liste des œuvres d’al‑Madāʾinī dans l’article de l’Encyclopédie de l’islam d’Ursula Sezgin qui lui est consacré.

36 Sur l’épisode de l’ensorcellement du Prophète, voir Coulon 2017, p. 41-42.

37 Sur ce rêve, voir aussi Fahd 1966, p. 353-355.

38 El‑Hibri 1999, p. 61-63.

39 Il s’agit dans le texte arabe de jusquiame (al‑banǧ), plante utilisée comme somnifère.

40 Alf layla wa‑layla, I, p. 241 ; trad. remaniée des Mille et une nuits, I, p. 200 : fa‑ǧāʾat al‑sitt Zubayda ilā baʿḍ al‑ǧawārī llatī fī ḫidmat‑ī wa‑qālat la‑hā ʿinda‑ki ḥāǧa fa‑qālat la‑hā wa‑mā hiya yā sitt‑ī qālat iḏā nāmat sittu‑ki Qūt al‑Qulūb fa‑ḥuṭṭī hāḏihi l‑qiṭʿa l‑banǧ [sic] fī manāḫīri‑hā aw fī šarābi‑hā wa‑la‑ki ʿalayya min al‑māl mā yakfī‑ki.

41 Doutté 1909, p. 135-139 et 153.

42 Westermarck 1926, I, p. 214-216.

43 Abdeslam 1938, p. 311-312.

44 Fodor 1990, p. 90-91, no 166-167 et p. 100, no 186.

45 Fodor 1999, p. 97-98.

46 Voir notamment les objets ALEP30818, ALEP30851, ALEP47639 et ALEP53222 (CNRS-MNHN-Musée de l’Homme Paris). Pour une présentation de cette collection, voir Alain Epelboin, Collection ALEP : amulettes et objets magiques collectés dans les ordures (Mbebess Joal, Mbour, Sénégal, Afrique, Europe) 1983-2014 [Catalogue multimédia de l’exposition 2014 IMA Tourcoing ”Arts secrets : les écritures talismaniques d’Afrique de l’Ouest”], 2014, consultable en ligne à l’adresse suivante : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01081672.

47 Voir son exégèse du verset 15, 27 (al‑Ṭabarī, Ǧāmiʿ al‑bayān, XIV, p. 62-65).

48 Voir son exégèse du verset 55, 15 (Faḫr al‑Dīn al‑Rāzī, Mafātīḥ al‑ġayb, XXIX, p. 99).

49 Mokri 1966, p. 123 ; Mokri 1969, p. 80 et 82-83. La source est le Šāhnāma‑y Ḥaqīqat (Le livre des rois de vérité) de Ḥāǧ Niʿmat Allāh (1288/1871-1338/1920).

50 Mac Guckin De Slane 1883-1895, p. 493.

51 Une description détaillée de ce manuscrit dépasserait largement le cadre du présent article. Nous proposons une édition et une traduction du texte en annexe.

52 Cette servante est connue par ailleurs. Voir par exemple Ibn al‑Sāʿī, Nisāʾ al‑ḫulafāʾ, p. 11-12.

53 Sur ce terme, voir notamment Macdonald, « Budūḥ », EI2.

54 C’est un thème récurrent dans le traité consacré au carré magique d’ordre trois intitulé Mustawǧabat al‑maḥāmid fī šarḥ ḫātam Abī Ḥāmid (Ce qui est digne de louanges : commentaire du sceau d’Abū Ḥāmid) de Muḥammad b. ʿUṯmān al‑Anṣārī également appelé Ibn Bint Abī Saʿd, composé en 694/1294 (première occurrence dans al‑Anṣārī, Mustawǧabat al‑maḥāmid, fol. 23a‑b).

55 Voir notamment Moureau et Bonmariage 2017, p. 192‑199. Même si nous ne pouvons établir de correspondance exacte dans le détail, la proximité entre certains des noms du Kitāb dāʾirat al‑aḥruf al‑abǧadiyya attribué à Hermès, le Šams al‑maʿārif d’al‑Būnī et les noms de la présente liste est patente.

56 Voir Coulon 2013, I, p. 953-956.

57 Voir Ibn Manẓūr, Lisān al‑ʿArab, II, p. 1457.

58 Voir Coulon 2013, I, p. 936-952.

59 Sur cet auteur, voir Coulon 2017a, p. 238-241.

60 Le « soufre rouge » (al‑kibrīt al‑aḥmar) est une expression pour désigner le but ultime de la quête alchimique et du cheminement soufi.

61 Le lundi est le jour de la Lune, c’est pourquoi la première heure de ce jour est également l’heure de la Lune, la première heure d’un jour étant consacrée à la planète de ce jour (planète est à entendre ici dans son sens astrologique et non dans son sens astronomique : les mots « soleil » et « lune » prendront une majuscule afin de signifier qu’il s’agit du soleil et de la lune en tant que planètes dans le sens astrologique).

62 Le terme de ǧāriya désigne une esclave de sexe féminin. Elle pouvait faire partie du harem d’un calife et être concubine, sans pour autant devenir épouse légitime.

63 Le terme de rūḥāniyya désigne une entité spirituelle, parfois assimilée à un ange. Selon le contexte, les rūḥāniyyāt peuvent désigner les « essences spirituelles » de planètes, de lettres de l’alphabet arabe, etc.

64 Cor. 42, 19.

65 Cor. 93.

66 Cor. 97, 1.

67 Cor. 99.

68 Dans les études portant sur les textes de magie, l’usage est de ne pas transcrire une voyelle que le manuscrit ne mentionne pas, ce qui est souvent le cas pour les noms d’entités qui ne sont pas toujours vocalisés dans ce type de manuscrits.

69 Ibn al‑Ḥāǧǧ al‑Tilimsānī, Šumūs al‑anwār, p. 80-81.

70 Faḫr al‑Dīn al–Rāzī, Tafsīr, II, p. 211-212.

71 Al‑Hamaḏānī, Maqāmāt, p. 173.

72 Al‑Bīrūnī, al‑Ǧamāhir fī maʿrifat al‑ǧawāhīr, p. 58-59.

73 Al‑Ṭabarī, Taʾrīḫ al‑Ṭabarī, VIII, p. 205‑206 et 212‑213 ; al‑Ṭabarī, The History of al-Ṭabarī, XXX, p. 42-43 et 56‑57.

74 Extrait de Cor. 6, 73 : qawlu‑hu l‑ḥaqqu wa‑la‑hu l‑mulku.

75 Cor. 12, 31.

76 Extrait de Cor. 2, 165.

77 Extrait de Cor. 20, 39.

78 Extrait de Cor. 60, 7.

79 À ce sujet, nous avons consacré quelques lignes dans un récent article : voir Coulon 2017b, p. 472‑473 et 476‑480.

80 Dakhlia 2004, p. 179-180.

81 Coulon 2017b.

a Il faudrait plutôt lire ḫazāʾin al‑amw[ā]l. Il existe une distinction entre ḫizānat al‑māl et bayt al‑māl dans certains contextes : les travaux d’Évariste Lévi‑Provençal ont montré qu’en al‑Andalus, bayt al‑māl s’utilise pour désigner « le trésor constitué par les revenus des fondations pieuses (awqāf) » alors que ḫizānat al‑māl désigne le Trésor Public d’une manière générale. Voir R. Le Tourneau, « Bayt al‑māl », EI2.

b Cor. 3, 185 ; 35, 35 ; 29, 57.

c Allusion à Cor. 6, 73 : « […] Sa parole est Vérité. À lui la Royauté […] ».

d Isrāfīl est l’ange chargé de souffler dans la trompette du Jugement dernier à la fin des temps.

e ʿAzrāʾīl est un ange qui n’est pas nommé dans le Coran, mais il s’agit du nom que les exégètes ont donné à « l’ange de la mort » (malak al-mawt) évoqué dans le Coran (32, 11). Il est réputé être l’implacable exécuteur des décrets divins sur la mort des créatures.

f Riḍwān est un ange qui n’est pas mentionné dans le Coran. Il s’agit probablement d’une personnification de la faveur divine (riḍwān) du croyant dans l’au-delà (qui, elle, est mentionnée dans le Coran). Il est réputé ouvrir les portes du Paradis. Voir Raven, « Riḍwān », EI2.

g Mālik est le nom donné à l’ange en charge de l’enfer dans le Coran (43, 77).

h Al‑zabāniyya est un terme d’origine araméenne qui apparaît dans un unique verset, Cor. 96, 18. Il désignerait des anges gardant les enfers. Les exégètes rapprochent cette zabāniyya des dix‑neuf anges d’un autre verset (74, 30) qui sont clairement qualifiés de gardiens du Feu de l’enfer au verset suivant.

i Le titre le plus courant de cette sourate est « les groupes » (al‑Zumar). Le texte a ici sūrat al‑tanzīl.

j Le titre le plus courant de cette sourate est « les degrés » (al‑Maʿāriǧ). Le texte a ici sūrat saʾala.

k Le texte indique lam al‑bayyina, ce qui correspond au premier et dernier terme du premier verset de la sourate. Le verset entier est « Ceux qui sont incrédules, parmi les Détenteurs de l’Écriture et les Associateurs, ne se trouvaient point déliés jusqu’à ce que leur vînt la Preuve ».

l Cor. 53, 9.

m Allusion à Cor. 51, 41.

n Cor. 28, 31.

o Cor. 28, 25.

p Cor. 20, 77.

q Cor. 27, 10.

r Cor. 5, 23.

s Cor. 33, 25.

t Cor. 3, 174.

u Cor. 3, 120.

v Cor. 3, 31.

w Cor. 41, 11.

x Cor. 53, 59-62.

y Cor. 28, 25.

z Cor. 2, 137.

aa Cor. 3, 173.

ab L’accord du verbe est ici au masculin dans le texte arabe (qāla la‑hu). Il faut lire un féminin (qālat la‑hu).

ac Le manuscrit a un second لا rayé.

ad Dans le manuscrit : سر.

ae Dans le manuscrit : نافد .

af Dans le manuscrit : نافد .

ag Cor. 28, 31.

ah Cor. 28, 25.

ai Cor. 20, 77.

aj Cor. 27, 10.

ak Cor. 5, 23.

al Cor. 33, 25.

am Cor. 3, 74.

an Cor. 3, 120.

ao Cor. 3, 31.

ap Cor. 41, 11.

aq Cor. 53, 59-62.

ar Cor. 28, 25.

as Cor. 2, 137.

at Cor. 3, 173.

au Ce mot apparaît dans un espace laissé par la figure du scorpion et du serpent, d’où son apparente incohérence grammaticale avec le reste de la phrase.

av La qarīna est une sorte de djinn. Il s’agit du féminin de qarīn, compagnon invisible de l’être humain. La qarīna est parfois assimilée à Umm al‑Ṣibyān, djinn rendu responsable de la mort des enfants en bas âge.

aw C’est‑à‑dire le mauvais œil.

ax Cor. 21, 87. Il s’agit, dans le Coran de l’invocation de « l’homme au poisson » Ḏū l‑Nūn.

ay Le terme de mārid désigne premièrement tout rebelle à l’ordre divin, mais désigne également une catégorie particulière de djinn rebelle.

az Le terme de ḥāsid apparaît dans Cor. 113, 5, où est évoqué le « mal de l’envieux qui envie » et que les exégètes interprètent comme étant le mauvais œil (al‑ʿayn).

ba Al‑Tawba ici, barāʾa dans le manuscrit de la BnF.

bb Il manque ici la mention de la sourate du pèlerinage (al‑Ḥaǧǧ ; 22), présente dans le manuscrit de la BnF.

bc Le titre le plus courant de cette sourate est « les groupes » (al‑Zumar). Le texte a ici sūrat tanzīl.

bd Ġāfir ici, al‑Muʾmin dans le manuscrit de la BnF.

be Al‑Qitāl ici, Muḥammad dans le manuscrit de la BnF.

bf L’ordre de ces deux sourates est interverti ici.

bg Al‑Qalam ici, Nūn wa‑l‑qalam wa‑mā yasṭarūna dans le manuscrit de la BnF.

bh Al‑Maʿāriǧ ici (qui est le titre le plus couramment admis pour la sourate), sūrat saʾala dans le manuscrit de la BnF.

bi Al‑Dahr ici (il s’agit d’un terme apparaissant dans le premier verset de la sourate), al‑Insān dans le manuscrit de la BnF (qui est le titre courant).

bj Le manuscrit de la BnF avait le premier verset plutôt que le titre de la sourate.

bk Al‑Ifṭār, qu’il faut corriger en al‑Infiṭār, ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduisait le premier verset.

bl Al‑Taṭfīf ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduisait le premier verset.

bm Al‑Inšiqāq ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduisait le premier verset.

bn Al‑Burūǧ ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduisait le premier verset.

bo Al‑Ṭāriq ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduisait le premier verset.

bp Al‑Aʿlā ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduisait le premier verset.

bq Al‑Faǧr ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduisait le premier verset.

br Al‑Balad ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduisait le premier verset.

bs Al‑Šams ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduisait le premier verset.

bt Al‑Layl ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduisait le premier verset.

bu Al‑Ḍuḥā ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduisait le premier verset.

bv Al‑Tīn ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduisait les trois premiers versets.

bw Al‑ʿAlaq ici, Iqraʾ dans le manuscrit de la BnF.

bx Al‑Bayyina ici, lam al‑bayyina dans le manuscrit de la BnF, ce qui correspond au premier et dernier terme du premier verset de la sourate.

by Al‑Zalzala ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduisait le premier verset.

bz Alhā‑kumu ici, qui est le premier mot du premier verset, alors que le manuscrit de la BnF a al‑Takāṯur, qui est le titre courant.

ca Al‑ʿAṣr ici, wa‑l‑ʿaṣr dans le manuscrit de la BnF, ce qui correspond au premier verset.

cb Al‑Naṣr ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduisait le premier verset.

cc Al‑Iḫlāṣ ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduit toute la sourate.

cd Al‑Falaq ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduit toute la sourate.

ce Al‑Nās ici, alors que le manuscrit de la BnF reproduit toute la sourate.

cf Expression tirée de Cor. 15, 87 et diversement interprétée par les exégètes. Deux interprétations sont dominantes : l’expression désignerait soit la première sourate (qui contient sept versets), soit les sept premières sourates du Coran.

cg Cor. 21, 84 et 38, 40. Le passage se réfère davantage à Cor. 21, 84, dont il reprend le verbe sous une forme légèrement différente pour s’adapter à la grammaire de la présente invocation.

ch Cor. 3, 49. La guérison du muet et du lépreux se trouve aussi dans Cor. 5, 110.

ci Dans le texte de la BnF, il s’agit de jeter au four (li‑l‑tannūr).

cj La phrase contient une incohérence grammaticale en arabe : le passage commence par le nom écrit sur la feuille d’olivier (au singulier), mais se termine avec les noms (au pluriel) restés sur la marmite.

ck Cet ange, qui n’est pas nommé, est mentionné dans plusieurs hadiths. D’après certains de ces hadiths, cet ange serait créé de feu (nār) et de neige (ṯalǧ), d’après d’autres de lumière (nūr) et de neige. Voir notamment al‑Suyūṭī, al‑Ḥabāʾik fī aḫbār al‑malāʾika, p. 134 (hadiths 495 à 497).

cl Lire Dayyūm : « Éternel ».

cm Lire Qayyūm : « Subsistant », nom divin attesté dans Cor. 2, 255.

cn Dans le manuscrit : فراع .

© Presses de l’Ifpo, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540