Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savants, amants, poètes et fous

Séances littéraires

La première traduction européenne d’une Muʿallaqa ? La version latine de la Muʿallaqa d’Imruʾ al‑Qays par Levinus Warner (xviie siècle)

Pierre Larcher

Texte intégral

Introduction

  • 1 Selon que l’on tient al-Naḥḥās pour son surnom ou celui de son père.
  • 2 Sur ce personnage et son « histoire », on peut et même on doit lire maintenant le très bel article (...)
  • 3 Bien que le terme d’orientaliste n’apparaisse qu’à la fin du xviiie siècle et celui d’orientalisme (...)

1En 1742 paraissait à Leyde, aux Pays-Bas, la première édition d’une Muʿallaqa, celle de Ṭarafa. Elle était accompagnée du commentaire d’(Ibn) al‑Naḥḥās (m. 338/950) 1 et d’une traduction latine, le tout dû à l’arabisant allemand Johann Jakob Reiske (1716-1774). Elle était suivie en 1748, toujours à Leyde, de la première édition de la Muʿallaqa d’Imruʾ al-Qays 2, également accompagnée du commentaire d’al‑Naḥḥās, et due à Gerard Johannes Lette (1724-1760). Mais la traduction latine donnée par Lette dans ce volume est en fait celle du diplomate orientaliste 3 Levinus Warner (1619-1665), à l’origine d’une part importante de la collection de manuscrits orientaux de Leyde. Cette traduction est ainsi, jusqu’à preuve du contraire, la première traduction européenne d’une Muʿallaqa. Elle témoigne de l’intérêt précoce de l’orientalisme savant pour la littérature arabe la plus profane, incontestable héritage de l’humanisme. Dans le présent article, après avoir dit un mot de Warner, de son travail et de l’édition de Lette, nous donnons le texte latin de cette traduction, avec une traduction française juxtalinéaire et, en conclusion, un double commentaire, textuel et contextuel.

Levinus Warner

  • 4 Voici la clause (Warner 1883, p. XII, également citée par Drewes 1970, p. 16) : « Pour ses papiers (...)
  • 5 Drewes (1970, p. 16) donne les cotes 269-1199 et 4739-4814, soit 930 + 75 = 1005, mais le catalogu (...)

2Levinus Warner est né en 1619 à Lippe en Allemagne. En 1638, il s’inscrit à l’Université de Leyde, pour étudier les langues orientales et publie, dans les années qui suivent, plusieurs opuscules. En 1644, il part pour Istanbul, où il arrive en 1645, par voie de terre, depuis les rives de la Baltique, à travers l’Europe orientale. En 1648, il est au service du résident hollandais à Istanbul, un marchand, du nom de Nicolo Gijsbrechti, avant de devenir lui‑même, après la mort de ce dernier, résident à partir de 1654 et jusqu’à sa propre mort, en 1665. Son activité diplomatique nous est connue par sa correspondance, en latin, qui a été publiée en 1883 par G. N. Du Rieu sous le titre de De Rebus Turcicis. Elle consiste à renseigner les États généraux de la République des Provinces Unies et à régler ou tenter de régler les contentieux engendrés par les relations conflictuelles entre Empire ottoman et états européens, ce qui, parfois, ne va pas sans risque : Warner fut ainsi emprisonné à Andrinople en 1663. Mais l’originalité de Warner est qu’il n’est pas un marchand, mais un orientaliste et il met à profit son séjour de vingt ans en Turquie pour acquérir une très importante collection de manuscrits orientaux. C’est elle qu’il lègue, avec ses papiers, le 20 juin 1665, deux jours avant sa mort, à l’Université de Leyde, par testament, l’acte étant rédigé en français par le secrétaire de l’ambassadeur de France à Istanbul 4. Ce legs représente un millier de pièces 5.

Le travail de Warner

3C’est parmi ses papiers (Warneri scripta), faisant partie du legs, que se trouvait la traduction de Warner. Par bonheur pour nous, ce legs a fait l’objet d’une exposition en 1970 et, parmi les pièces exposées, se trouve sous le n° 8 du catalogue « Latin translation of the Muʿallaqah of Imruʾ al‑Qays », ainsi décrite (p. 48) :

The manuscript contains two parts in separate volumes : part I is the complete version of the well-known poem, part 2 contains Warners learned commentary of this text. Both volumes were used by. G. J. Lette, who edited them in Leiden in 1748.

4La description se poursuit (p. 49) :

Left : (fI’) Warners’ commentary on the first word « qifā » ; Right : (f2’) Starting of the text and translation

Literature : CCO V, 175. G. J. Lette : Caab ben Zoheir. Carmen Panegyricum in laudem Muhammadis. Item Amral Keisi Moallakah. Cum scholiis, et et [sic] versione Levini Warneri… Leiden 1748.

Cod. Or. 1103 (1) and (2), (see illustration)

5C’est bien sous cette cote qu’on le trouve enregistré dans l’inventaire des manuscrits orientaux de la bibliothèque de l’Université de Leyde (Witkam, 2007, p. 40 : « Or. 1103, Latin and Arabic, two volumes, 35, 55 ff »). CCO est expliqué p. 36 : il s’agit du Catalogus Codicum Orientalium Bibliothecae Lugduno-Batavae, publié par R. P. A. Dozy, M. J. de Goeje et P. de Jong à Leyde en 6 volumes entre 1851 et 1877. Et on trouve bien, p. 175 du volume V (1873) publié par De Goeje, la description suivante :

MMDLXX. (Cod. 1103 Warn.)

Sunt duae volumina, quorum alienum (1103(1)) Moallakae Imroo’l-kaisi textum Arabicum cum versione Latini nonnullisque notis, alterum (1103(2)) annotationes ad eamdem Moallakam exhibet. Libelli, Warneri autographon offerentes, a G. J. Lette in usum adhibiti sunt, v. ejus Caab ben Zoheir, item Amralkeisi Moallakah, Lugd. Bat. 1748. [Il s’agit de deux volumes, dont l’un (1103(1)) est le texte arabe de la Muʿallaqa d’Imruʾ al‑Qays, avec une traduction latine et quelques notes et l’autre (1103(2)) présente des annotations sur cette même Muʿallaqa. Ces feuilles, offrant un autographe de Warner, sont utilisées par Lette, voir son Caab ben Zoheir, item Amralkeisi Moallakah, Leyde, 1748].

6En revanche, l’illustration fournie en annexe du catalogue de l’exposition avec la légende « Warner’s translation of the Muʿallaqah of Imruʾ al‑Qays : exhibit number 8 » ne correspond pas aux deux folia exposés, mais confirme la description donnée par CCO de Cod. 1103(1). On y voit, au haut de la page, en écriture arabe, le vers 6, avec, dessous, la traduction de Warner et des notes.

L’édition de Lette

7Le travail de Warner, demeuré inédit, fut donc utilisé, selon le CCO (1873, p. 175), ou utilisé et édité, selon le catalogue de l’exposition (1970, p. 48), à Leyde en 1748 par Lette. Comme le titre complet de l’ouvrage de Lette l’indique, cet ouvrage est composite. On y trouve d’abord (p. 1-45) le célèbre panégyrique de Mahomet par Kaʿb ibn Zuhayr (Caab. Ben. Zoheir. Carmen Panegyricum in laudem Muhammedis), commençant par le vers fameux Banāt Suʿādu fa-qalbī l-yawma matbūlū (« Suʿād s’en est allée : mon cœur, ce jour, est affolé »). On y trouve ensuite (p. 47-89) la Muʿallaqa d’Imruʾ al-Qays (Item Amralkeisi Moallakah). Le titre ajoute : Cum scholiis, Et Versione Levini Warneri (« avec des commentaires et la traduction de Levinus Warner »), segment du titre sur lequel nous reviendrons plus loin. Le titre poursuit : Accedunt Sententiae Arabicae Imperatoris Ali et Nonnulla ex Hamsa, & Diwan Hudeilitarum, c’est-à-dire : « s’ajoutent des sentences arabes de l’empereur Ali, et quelques [extraits] de la Ḥamāsa et du Dīwān des Huḏayl ». On trouve ces sentences à la suite de la Muʿallaqa, p. 90-92, mais les extraits de la Ḥamāsa et du Dīwān des Huḏayl à la fin de l’ouvrage (p. 215-217), juste avant les index (Index auctorum arabicorum, Index arabicus, Index hebraicus) et les Errata ; et c’est entre les sentences et les extraits qu’on trouve, d’une part, Notae in Carmen Caab Ben Zoheir (« Notes sur le chant de Kaʿb ibn Zuhayr »), p. 93-166 et, d’autre part, Notae in Carmen Amralkeisi Cenditae (« Notes sur le chant d’Imruʾ al-Qays le Kindite »), p. 167-214 : le scholiis du titre renvoie très certainement à ce double jeu de notes. Le titre ajoute : Omnia e MSS. Biblioth. Bat. Edidit, vertit notisque illustravit Gerardus Joannes Lette (« Tout cela a été édité à partir de manuscrits de la bibliothèque de Leyde, traduit et illustré de notes par Gerard Johann Lette »). C’est d’ailleurs ce qui pourrait donner à penser qu’il y a en fait deux traductions de la Muʿallaqa d’Imruʾ al-Qays, celle de Warner et celle de Lette. Un examen plus attentif de l’ouvrage montre qu’il n’en est rien. Le titre se termine par Praemissa est Laudatio Celeberrimi. Viri. Alberti. Schultens. (« L’ouvrage est précédé de l’éloge du très célèbre Albert Schultens [1686-1750] »). Cet éloge (de Lette par Schultens) se trouve en début d’ouvrage, après la dédicace au prince Guillaume IV Charles Henri Friso d’Orange‑Nassau (1711-1751), premier stathouder, à la fois général et héréditaire, de la République des Provinces Unies, et avant la préface de Lette. Tant l’éloge de Schultens que la préface de Lette indiquent qu’il s’agit de la traduction de Warner.

8Si maintenant on collationne la Muʿallaqa telle qu’imprimée et le feuillet de Cod. Or. 1103(1) montré par le catalogue de l’exposition, on vérifie qu’il s’agit bien de la traduction de Warner, mais on s’aperçoit aussitôt de plusieurs différences. Tout d’abord, la disposition adoptée par Lette est très différente de celle de Warner. Lette propose une traduction juxtalinéaire de la Muʿallaqa, avec, sur la page de gauche, sous le titre Qaṣīdat Imrī al‑Qays Ibn al‑Ḥuǧr [sic : en fait Ḥuǧr] al‑Kindī, le texte arabe et, sur celle de droite, sous le titre Moallakah Amralkeisi, Cenditae, cum commentario Ibn Nahas Grammatici (« Muʿallaqa d’Imruʾ al‑Qays, le Kindite, avec le commentaire du grammairien Ibn al‑Naḥḥās »), la traduction latine, le commentaire d’Ibn al-Naḥḥās se trouvant imprimé sous chacun des deux. Ensuite, alors que Warner traduit le vers arabe sous la forme d’un verset, Lette le présente sous la forme d’un distique, signalant le début de l’hémistiche par une majuscule, avec un retrait pour le second hémistiche, et même si, faute de place, l’hémistiche ne tient pas sur une seule ligne. Et enfin on s’aperçoit de l’existence de variantes entre le manuscrit autographe de Warner et la traduction imprimée, soit, pour le vers 6 :

Warner Lette
Remedio mihi sunt lacrymae ef- fusae num enim apud oblite- rata vestigia habitanti restat aliquid, in quo fiducia possit figi ? Remedio mihi sunt lacrymae effusae, An enim apud obliterata vestigia restat aliquid, in quo fiducia possit figi ?

9Num a été remplacé par an et habitanti supprimé. De même si on se réfère aux Notae, on voit qu’elles s’ouvrent ainsi (p. 167) :

  • 6 Merci à Claude Gilliot avec qui nous avons discuté du latin quelque peu alambiqué de Lette. Ce der (...)

Quod F. F. Q. sit, incipimus commentarium in Amralkeisi carmen contexere. Breviora spatia emetiri nobis propositum : tum ob temporis penuriam, tum quia tantum constituimus, paulo clarius ea elucidare, quae versio Cl. Warneri obscurius depinxit. Non carpemus manes Viri de Litteratura Orientali optimè meriti, sed hic illic emendabimus quaedam, quae Vir summus tantum in privatos usus notaverat. Sic simul ansam dabimus Eruditis pleniorem, si lubet, conscribendi Commentarium. Nobis sufficerit Poëtae in Oriente celebris levi penicillo destrinxisse. [« Pour qu’il soit à [nos] fils et filles, nous commençons à composer un commentaire du chant d’Imruʾ al‑Qays. Notre dessein est de parcourir des espaces plus courts : tant par manque de temps que parce que nous avons résolu de faire connaître, de manière un peu plus claire, ce que la version du très illustre Warner a dépeint de manière plus obscure. Nous ne tourmenterons pas les mânes d’un homme qui a tant mérité de la littérature orientale, mais ici et là nous corrigerons certaines choses que cet homme si supérieur avait notées pour des usages privés. Ainsi, en même temps, nous donnerons aux érudits, s’il [leur] plaît, l’occasion d’écrire un commentaire plus complet. Il nous aura suffi d’avoir effleuré, d’un pinceau léger, l’esprit d’un poète célèbre en Orient »] 6.

10Et, dès le vers 1, Lette écrit : « Vers. 1 Hunc versum singulari hac nota ditavit Cl. Warnerus » (« Le très illustre Warner a enrichi ce vers d’une note remarquable »). Suit alors, en italiques, le texte de cette note, qui correspond à la description donnée par le catalogue de 1970 du premier feuillet, mais que Lette conclut d’une remarque personnelle : « Omnia hausta ex Abi Zacaria Jahii Tebriziensis (« Tout cela est tiré de Abū Zakariyā Yaḥyā al‑Tibrīzī »), ajoutant « Jam tactum a J. J. Reiske in notis ad Taraph. p. 43 » (« Cela a déjà été abordé par J. J. Reiske dans les Notes à Ṭarafa »). Lette cite alors Reiske jusqu’à « ut in vers. 2. hujus Moal. videmus » (« comme nous le voyons dans le vers 2 de cette Muʿallaqa »). De même au vers 6, Lette indique (p. 171) : « Digna est nota Cl. Warneri » (« Méritoire est la note de Warner »). Suit, en italiques, le texte de cette note (c’est elle que montre la planche du catalogue, du moins jusqu’à Zubayr), mais Lette ajoute : « Unum addo pro posteriori hemistichio. An forte melius vertas ? Num vero penes obliteratum vestigium objectum fletus est ? Tunc punctandum muʿwal : saltem has duas explicationes proponunt Tebriz. & Nahas » (« j’ajouterai une chose pour le second hémistiche. Ne traduirait‑on pas mieux par : Num vero penes obliteratum vestigium objectum fletus est ? Il faut alors vocaliser muʿwal. Du moins Tibrīzī et Naḥḥās proposent‑ils ces deux explications »). On voit à ces deux exemples que Lette n’édite pas à proprement parler le commentaire de Warner mais cite à la fois les « nonnullae notae » de Or. 1103 (1) et les « annotationes » de Cor. 1103 (2), en les entrecoupant de ses propres remarques, ce qui justifie pleinement le contexere introductif (« former par entrelacement »).

11Il nous était évidemment impossible, dans le cadre d’un simple article, de collationner l’édition de Lette au manuscrit autographe de Warner. Nous avons choisi de donner la traduction latine, telle qu’imprimée, c’est-à-dire en respectant l’orthographe, la ponctuation et les italiques (correspondant à ce que nous appellerions des ajouts d’intelligibilité, que nous mettons entre crochets), avec en regard une traduction française, et de signaler en note les variantes entre Warner et Lette dont font état les Notae. En revanche, nous laissons de côté les variantes du texte arabe données par Lette, ainsi que ses propositions de traduction alternatives. Mais, compte tenu de l’importance des Muʿallaqāt et, au premier chef, de celle d’Imruʾ al‑Qays dans l’histoire de la littérature arabe et, par suite, celle de leur réception, édition et traduction dans l’orientalisme savant européen, une publication en fac simile du manuscrit de Warner serait bienvenue.

Texte et traduction

Texte…

12[p. 49]

131. Consistite ; deploremus memoriam amici, & mansionem

14In loco, ubi terminantur eminentes arenarum partes inter loca Adechul, & Haumel,

152. Et Tawdah, & Mikraat, quorum non delata sunt vestigia,

16Quum intexunt ea Australis & Septentrionalis ventus.

173. Vides stercus cervarum in areis ejus,

18Et campis, acsi grana piperis.

19[p. 51]

204. Tanquam si ego, quum mane collectis sarcinis discederent,

21Apud spinosas familiae arbores, contusor essem colocythindis.

225. Stantes ibi socii mei super jumenta sua

23Mihi dicebant : Ne aegrimoniâ pereas, sed bene te gere.

246. Remedio mihi sunt lacrymae effusae,

25An enim apud obliterata vestigia, restat aliquid, in quo fiducia possit figi ?

267. Sicut tibi antea evenit cum Umelhuceiret

27Et vicina ejus Umelrebaab in Masel.

28[p. 53]

298. Mulieres quum adsurgebant, diffundebatur ab illis muscus

30Instar aurae venti Euri perferentis odorem caryophyllorum

319. Et diffluebant lacrymae oculorum meorum prae nimio amoris ardore

32In jugulum ; adeo ut & lacryma mea baltheum meum madefaceret.

3310. Certe multos dies hilares cum illis transegisti :

34Inprimis vero diem in loco Dâretzulzul.

3511. Et diem quoque illum, quando virginibus mactavi jumentum meum :

36Et mirum, quomodo tunc talem sarcinam, me ipsum, potuerint portare.

37[p. 55]

3812. Nec desinebant virgines accipere carnem ejus,

39Et adipem, qui erat tanquam extremitates serici albi, contorti.

4013. Et diem quando ingressus sui pilentum, pilentum inquam Uneizae :

41Illaque dicebat : vae tibi, efficies ut pedes cogar incedere !

4214. Adderetque illa, quum inclinaret nosbiscum prae pondere pilentum :

43Jam truncasti camelum meum, ô Amralkeis ! descente igitur.

4415. Respondi ei ; dimitte illum laxatâ habenâ ;

45Nec remove me a fructo tuo mellitissimo.

4616. Nam jam cum aliis instar praegnantibus sui congressus, lactantesque

47Matres diverti a curâ gestantis amuletum, infantis unius anni.

48[p. 57]

4917. Adeo ut quum pone eam (lactantem infans) fleret, seque ad eum latere verteret,

50Tamen latus ejus sub me non verteretur.

5118. Diem illum (memoriâ etiam teneo) quando in vertice tumuli arenacei me fastidivit,

52Juramentumque fecit, quod nullam admitteret exceptionem.

5319. O Phatima ! sensim agito, postquam fuisti fastidiosior,

54Etsi omnino decreveris me deserere, agito tamen humaniter.

5520. Si vero tibi displiceat indoles mea,

56Exue vestam meam a veste tuâ, ut defluat.

57[p. 59]

5821. An impellit te, quod amor tuus me occidat,

59Et quicquid jubes, cor (meum) faciat ?

6022. Nec effundunt lacrymas oculi tui, nisi ut me ferias

61Ambabus sagittis tuïs in aheno cordis trucidati.

6223. Saepe Virginem domi clausam, cujus inaccessum latibulum

63Tamen colludere mihi concessum nihil festinanti.

6424. Trajeci ad eam custodes, aliamque turbam hominum,

65Qui cupidi omnes morte meâ perfrui.

66[p. 61]

6725. Cum Pleiades in coelo apparerent

68Sicut apparent extremitates amiculi muliebris diverso gemmarum genere distincti.

6926. Quumque venirem, jam dormitura deposuerat vestes exutas

70Apud cortinam, praeter indumentum quotidianum.

7127. Dicebatque : per dextram Dei ! ne utaris aliquo dolo,

72Nec videam errorem a te detegi.

7328. Postea surrexi, cum eâ abii, ipsaque trahebat

74Per vestigia post nos relicta, extremam laciniam vestis pictae.

75[p. 63]

7629. Cumque transiissemus loca patientia Tribus apparuissetque nobis

77Latus terrae collineae, tortuosae.

7830. Attraxi eam ambobus temporibus capitis ejus ; illaque se mihi inclinabat,

79Gracili praedita hypochondrio, crassa cruribus.

8031. Tenui ventre, candida, neutiquam ventrosa :

81Pectus ejus politum instar speculi.

8232 Avertit se & monstrat genas laeves : ac timidula

83Circumspicit oculo ferae in vegra pullo caventis.

84[p. 65]

8533. Collum ejus sicut collum Dorcadis candidae, neutiquam deforme.

86Cum illud erigit, nec ornamentis destitutum.

8734. Et coma ampla talis, quâ decorat dorsum, nigra, carbonis instar,

88Copiosa, implexaque, sicut racemi palmae impliciti.

8935. Cincinni ejus in altum contorti,

90Ut erret funiculus, quo comae religantur, in flexis & solutis capillis.

9136. Et medium ejus exile instar habenae tenuis ;

92Et tibiae, uti tubulus palmae subactae, rigatae acquâ.

93[p. 67]

9437. Et apparebat muscus comminutus in lecto ejus,

95Illaque die jam provectorie dormitans nondum aliâ nisi nocturnâ veste induta.

9638. Praebet res digitis teneris, minime crassis,

97Qui videntur esse vermes hinnuli arenacei aut dentiscalpia arboris Eshel.

9839. Illuminat tenebras noctu, acsi

99Esset lucerna vespertini Monachi cellae inclusi.

100[p. 69]

10140. Ejusmodi mulierem vel modestus aliquis amore correptus continuo adspiciat,

102Quae sit plena pubertatis, medio, inter magnum & parvum, utens indusio.

10341. Sitque instar primi ovi Struthiocameli coloris albi, flavo mixti,

104Quam enutrivit aqua salubris, neutiquam frequentata.

10542. Levantur insipientes virorum ab amore juvenili,

106Sed cor meum a fascinante cupiditate ejus non levatur.

10743. An non saepe acerrimum in te adversarium reppuli,

108Sincerus, in eo castigando, neutiquam restrictus,

109[p. 71]

11044. Saepe nox instar fluctuum maris, quae laxabat lacinias suas

111Super me, ut diversis sollicitudinibus me tentaret.

11245. Et dixi ei, quum extendisset lumbum suum,

113Et posticas partes ; et pectore procubuisset.

11446. Ne, o tu Nox longa, ne discutiaris

115Per auroram : nam aurora te non esset melior.

11647. Formidulosa nox ! cujus stellae videbandur

117Validis vinculis religatae esse in monte Jedsbel.

11848. Perinde acsi Pleiades adfixae essent stationi suae

119Funibis lini duros ad silices.

120[p. 73]

12149 Saepe populi utres imposui cum loris eorum

122Interscapilio meo velut obsequentis onustique jumenti.

12350 Saepe vallem trajeci, vastissimo ventre, desertam ;

124In qua ululabat lupus, ut decoctor numerosa gravatus familia.

12551 Dixi ei, quum ulularet, negotium nostrum

126Parum proderit, licet ego in eo, ad quod tu aspiras, ponam fiduciam.

12752 Si cui nostrum aliquid obveniat ; eo se sustentat,

128Et qui a me, vel a te lucri quid petit, macrescat fane.

129[p. 75]

13053 Mane surgo, quum aves adhuc in nidi sunt,

131Cum equo brevium pilorum, qui vincula feris injicis, procero.

13254 Qui redit, fugit, antrorsum venit, retrocedit simul

133Instar saxi durissimi, quod torrens ex alto praecipitat.

13455 Equus subrufus, cujus dorsum lubrice excutit stratum,

135Sicut glabra petra excutit quod illuc demittit se.

13656 Insidens equo gracili, effervescenti, cujus sonus,

137Aestuante fervore ejus, est instar bullientis aheni.

138[p. 77]

13957 Effusè currit, quum velocium equorum pedes prae lassitudine

140Pulverem suscitant respersi ex graviore calcatâ terrâ.

14158 Prolabatur juvenis agilissimus ex dorso ejus,

142Et torquendo rotet vestes praeduri, & gravis,

14359 Rotatus ipse, ut gyrans orbis puelli,

144Quem torquet turbine circumagens manibus suis, trajecto funiculo.

14560 Habet hypochondria capreoli, et crura struthiocameli ;

146Incessum lupi, gressum pulli vulpini.

147[p. 79]

14861 Equus validis lateribus, si pone eum venias, opplet interstitium pedum

149Caudâ ad terram promissâ, non inclinante se in latus.

15062 Acsi dorsum ejus, quando stat juxta tentorium,

151Esset lapis, quo teruntur odorifera unguenta sponsae, aut lapis quo inungitur oleo colocynthidis.

15263 Tanquam si cruor praecedentium ferarum in ejus jugulo

153Succus expressus Cypri in canis pectinati.

15464 Occurrit nobis agmen boum sylvestrium, cujus pulli.

155Erant instar virginum idoli Devâr involutarum operimentis linteis.

156[p. 81]

15765 Gyrum agebant tanquam murenulae alio atque alio colore distinctae,

158In collo adolescentis, qui in tribu multos patruos & avunculos habet.

15966 Et adsecutus est equus feras antecedentes, pone

160Relictis in angustiâ, quae nequirent amplius discedere.

16167 Et continuo insecutus sive tauros sive boves sylvestres,

162Prehendit eos neutiquam copiosam sudans aquam quasi lavaretur.

16368 Nec desierunt coqui sive carnes percoctas maturare,

164Serie dispositas assando, sive ollâ elixas praefestinare.

165[p. 83]

16669 Et reversi sumus ad vesperam cursore nobili adhuc caput quatiente,

167Oculo contemplantis et superiora et inferiora admirante.

16870 Manebatque ephippio instratus & frenatus,

169Meque conspiciente, consistenti nec praebebatur pabulum, nec pastum dimittebatur.

17071 O Socie mie, videsne fulgorem, quem tibi ostendo strictim coruscantem

171Instar manuum, quae vibrantur in nube elatâ, aliis circumdatâ nubibus ;

17272 Cujus emicat splendor : aut instar lucernae monachi,

173Qui profudit largissime oleum in contorto ellychnio

174[p. 85]

17573 Consedi ad ipsum, dum socii mei alii essent in loco Darich

176Alii in Uzeib, sed quam procul erat quod intentus expectabam !

17774 Erat in superiore parte montis Katna dextra largi ejus imbris,

178Sinistraque supra montes Sitar & Jedsbul.

17975 Effuditque continenter aquas circum circum Cuteipham,

180Quae procumbere faciebant in mentum densissimas arborum.

18176 Et transiverunt montem Kenan quaedem ejus pluviae partes,

182Et ex quovis ejus montis loco dimoverunt rudicapros.

183[p. 87]

18477 Nec in Teima truncum palmae reliquere,

185Vel munimentum, nisi quod in altum esset elatum lapidibus.

18678 Crederes montem Tebir imminentibus jam primordiis imbris

187Esse grandaevum aliquem involutum amiculo striato.

18879 Putares fastigium capitis terrae Mugeim tempore matutino

189Ex torrente & innatantibus ei quisquiliis factum esse orbiculum fusi.

19080 Postea projecit in Sahralgabit collectas suas sarcinas,

191Descendendo sicut descendit camelus Arabiae Felicis, qui sarcinis est onustus.

192[p. 88]

19381 Perinde acsi eam ob causam aves aëreae tempore matutino

194Biberint generiosoris notae vinum piperatum.

19582 Tanquam ferae in eo fluxu submersae sint vespera

196In tractibus ejus dissitis instar radicum cepae marinae.

… et traduction 7

  • 7 Pour les noms propres, nous adoptons une transcription non académique de l’arabe, mais aussi proch (...)

1971. Arrêtez-vous ; pleurons le souvenir d’un ami et d’une demeure

198En un lieu où finissent les parties saillantes des sables entre les lieux de Dakhûl et Hawmal

1992. Et Tûdih et Miqrât, dont les vestiges ne sont pas effacés,

200Grâce au tissage qu’y font les vents du sud et du nord.

2013. Tu vois les crottes de cerfs sur ses aires

202Et ses places, telles graines de poivre.

2034. C’est comme si moi, quand au matin, les bagages rassemblés, ils se dispersaient

204Près des arbres couverts d’épines de la famille, j’étais un broyeur de coloquinte.

2055. Mes compagnons, se tenant là sur leurs montures,

206Me disaient : De chagrin, ne péris donc point, mais bien te comporte !

2076. Remède me sont des larmes versées,

208Mais, près de vestiges effacés, reste-il quelque chose en quoi foi puisse se fixer ?

2097. C’est ce qu’il t’arriva, auparavant, avec Umm al-Huwayrith

210Et sa voisine, Umm al-Rabâb, à Maʾsal.

2118. [Ces femmes], quand elles se levaient, du musc s’exhalait d’elles

212Tel un souffle du vent d’est apportant l’odeur des girofliers,

2139. Et les larmes, de mes yeux, ruisselaient, par excès du feu de l’amour,

214Sur la gorge ; jusqu’à ce que ma larme même mouillât mon ceinturon.

21510. Oui, bien des jours joyeux avec elles j’ai passés :

216Mais surtout un jour au lieu de Dârat Juljul.

21711. Et ce jour-là aussi, quand aux vierges j’ai sacrifié ma monture :

218Merveille qu’on ait pu porter un tel bagage et moi-même !

21912. Et les vierges ne laissaient pas d’en prendre la chair

220Et la graisse, telle extrémités d’une soie blanche, entortillées.

22113. Et le jour où je suis entré dans la litière, la litière, dis-je, d’Unayza :

222Et celle-ci disait : « Malheur à toi ! Tu vas faire que je doive aller à pied »,

22314. Lors que la litière penchait à cause de notre poids,

224« Tu as coupé les jambes de mon chameau, ô Imruʾ al‑Qays ! Descends donc ! ».

22515. Je lui répondis : « Laisse-le, bride relâchée,

226Et ne me repousse pas de ton fruit si délicieux ! ».

22716. Oui, avec d’autres aussi, grosses, je me suis rencontré et des mères

228Allaitantes j’ai détournées d’un enfant portant amulette, n’ayant qu’un an.

22917. Au point que, [l’enfant] pleurait-il derrière elle [l’allaitant], elle se tournait vers lui d’un côté / Mais son [autre] côté sous moi ne se détournait pas.

23018. Ce jour-là [j’ai encore en mémoire], où, au sommet d’une dune, elle me repoussa Et me fit serment, qu’elle n’admettrait nulle exception.

23119. Ô Fatima ! Agis doucement, après avoir été si dédaigneuse,

232Et si, en dernier ressort, tu as décidé de me quitter, agis au moins humainement.

23320. Si vraiment ma nature te déplaît,

234Défais mon vêtement du tien, qu’il glisse.

23521. T’ébranle-t-il, que mon amour pour toi me tue

236Et quoi que tu veuilles, [mon] cœur le fasse ?

23722. Mais tes yeux ne versent pas de larmes, sinon pour me frapper

238De tes deux flèches dans l’airain d’un cœur massacré.

23923. Souvent vierge en sa demeure recluse, dont la cache est inaccessible,

240De jouer avec [elle], il m’est permis pourtant, sans me hâter.

24124. J’ai passé vers elle des gardes et une autre foule de gens,

242Tous avides de jouir de ma mort,

24325. Lors que les Pléiades dans le ciel apparaissaient

244Comme apparaissent les extrémités d’un vêtement de femme orné de pierres variées.

24526. Quand je vins, elle avait déposé pour dormir ses vêtements ôtés

246Près du voile, hormis un, de tous les jours.

24727. Et elle disait : « Par la dextre de Dieu, n’use pas de quelque ruse !

248Et je ne verrais pas l’erreur être ôtée de toi ? ».

24928. Puis je me levai, avec elle m’éloignai, et elle-même traînait

250Sur les traces après nous laissées la queue d’un vêtement décoré.

25129. Et quand nous eûmes passé les lieux à découvert de la tribu et que nous apparut

252Le flanc d’un terrain montueux, tortueux,

25330. Je l’attirai par les deux tempes de sa tête ; et elle s’inclinait sur moi,

254Dotée d’un mince hypocondre, charnue aux jambes,

25531. Au ventre ténu, blanche, nullement ventrue :

256Sa poitrine est polie comme un miroir.

25732. Elle se dérobe et montre des joues lisses : avec cela, un peu craintive,

258Elle regarde à l’entour de l’œil d’une bête sauvage, à Wajra, prenant garde à son petit.

25933 Son cou comme cou de biche, blanche, nullement difforme

260Quand elle le redresse, ni d’ornements dépourvu ;

26134 Une chevelure [si] ample, [qu’]elle orne le dos, noire, telle du charbon,

262Abondante, et emmêlée, tels des régimes de dattiers entrelacés ;

26335 Ses boucles vers le haut sont si entortillées

264Que le nœud se perd, là où les mèches sont attachées, dans des cheveux en plis ou défaits ;

26536 [Sa] taille est fine comme une mince lanière,

266Ses jambes, comme des tiges de palmiers, tuteurés, irrigués.

26737 C’est du musc qui apparaissait en menus morceaux sur sa couche,

268Elle, le jour déjà bien avancé, sommeillant, non encore vêtue, sinon de l’autre costume, celui de la nuit ;

26938 Elle offre les choses de doigts fins, nullement épais,

270Qui semblent être des vers d’un faon des sables ou des cure-dents de l’arbre ishil.

27139 Elle illumine les ténèbres, la nuit, comme si

272Elle était la lampe d’un moine nocturne en sa cellule reclus.

27340 C’est vers une telle [femme] que regarde un homme même calme, saisi par l’amour,

274Qui soit pleinement pubère, usant d’une chemise de taille moyenne, ni grande ni petite

27541 Et qui soit pareille aux premiers œufs d’une autruche, de couleur blanche, mêlés d’ocre

276Qu’a nourrie une eau saine, nullement fréquentée.

27742 Soulagés sont les hommes fous d’un amour juvénile

278Mais mon cœur, de son désir maléfique, n’est pas soulagé.

27943 N’ai-je pas souvent repoussé un adversaire contre toi acharné,

280Sincère, en le châtiant, nullement réservé ?

28144 Souvent [il y eut] une nuit, tel le flot de la mer, qui lâchait ses voiles

282Sur moi, pour de tant de soucis me tenter ;

28345 Et je lui dis, comme elle avait étiré le dos

284Et les parties postérieures et la poitrine prosternée :

28546 « Ô toi, longue nuit, ne te dissipe pas, non, en aurore

286Car il n’est pas d’aurore qui te surpasse ;

28747 Formidable nuit ! Dont les étoiles semblaient

288Par de solides liens reliées au [mont] Yadhbul,

28948 Comme si les Pléiades étaient fixées, en leur position,

290Par des cordons de lin aux roches dures.

29149 Souvent outres d’un peuple j’ai mises avec leurs courroies

292Entre mes épaules, comme celles d’une bête de somme obéissante et chargée.

29350 Souvent vallée j’ai traversée, le ventre si vide, déserte,

294Où le loup hurlait, tel un failli affligé d’une famille nombreuse.

29551 Je lui dis, comme il hurlait : « Notre affaire sera trop peu profitable,

296Bien que moi, en ce à quoi, toi, tu aspires [je mette ma confiance] ;

29752 Si à l’un de nous quelque chose échoit, il s’en sustente

298Et qui demande à moi, ou à toi, quelque gain maigrit assurément ».

29953 Au matin, je surgis, les oiseaux étant encore en leurs nids,

300Avec un cheval, au poil ras, qui capture les bêtes sauvages, de haute taille ;

30154 Qui revient, fuit, vient par devant, retourne en arrière tout à la fois

302Tel un roc très dur qu’un torrent du haut précipite.

30355 Cheval bai, dont le dos fait tomber la selle en glissant

304Comme une pierre lisse fait tomber ce qui glisse sur elle.

30556 Assis sur un cheval très maigre, mais plein d’ardeur, dont le son,

306Quand sa chaleur se fait brûlante, est comme un chaudron bouillonnant.

30757 Il court en tous sens, quand les pieds des véloces chevaux, par lassitude,

308Soulèvent la poussière, qui rejaillit sur eux, d’une terre, trop lourde, foulée.

30958 Le jeune homme le plus leste tomberait en glissant de son dos

310Et il ferait tourner et se tordre les lourds vêtements de [l’homme] endurci.

31159 Tournant sur lui-même, comme le cercle tournoyant que le jeune garçon

312Produit en la faisant tourner avec une toupie, de ses mains, fil passant de part en part.

31360 Il a des hypocondres de jeune chevreuil et des jambes d’autruche

314L’allure du loup, le pas du renardeau.

31561 Un cheval aux flancs forts : si l’on vient par derrière, il remplit son entre-jambes

316D’une queue pendant jusqu’à terre, ne déviant pas,

31762 Comme si son dos, quand il est à l’arrêt, près de la tente,

318Était une pierre où l’on broie les baumes parfumés de la fiancée, ou une pierre où l’on s’enduit d’huile de coloquinte.

31963 C’est comme si le sang coulant des bêtes de tête sur sa gorge

320Était le suc exprimé de troène dans de blancs cheveux peigné(s).

32164 Il vint sur nous un troupeau de bœufs sylvestres, dont les petits

322Étaient comme les vierges de [l’idole] Dawâr, enveloppées de voiles de lin.

32365 Ils voltèrent, comme de petits colliers, d’une couleur et puis d’une autre décorés,

324Au cou d’un adolescent qui, dans la tribu, a maints oncles paternels et maternels.

32566 [Le cheval] rattrapa les bêtes de tête, celles en arrière

326Laissées si serrées, qu’elles ne pouvaient se séparer davantage

32767 Et, à la suite, poursuivit soit les taureaux soit les bœufs sylvestres.

328Il les atteignit, ne suant nulle eau si abondante qu’il en fût lavé.

32968 Et les cuisiniers ne cessèrent pas, soit de se hâter aux viandes bien cuites,

330Disposées en rangée à rôtir, soit de se presser à celles bouillies à la marmite.

33169 Et nous sommes revenus vers le soir, le noble coursier agitant encore la tête,

332L’œil de qui contemple admirant et le haut et le bas.

33370 Il restait, tout sellé et bridé,

334Moi observant, immobile, sans lui donner de fourrage, ni l’envoyer au pâtis.

33571 Ô mon compagnon, vois-tu l’éclair, que je te montre, un bref instant étincelant

336Telles des mains qui s’agitent dans une nuée élevée, entourée d’autres nuées ;

33772 Dont l’éclat jaillit, ou comme la lampe d’un moine,

338Qui a versé, très généreusement, de l’huile, sur la mèche entortillée ?

33973 Je m’installai, [tourné] vers lui, tandis que mes amis étaient les uns à Dârij

340Les autres à ‘Uzayb, mais que loin était ce qu’attentif j’attendais !

34174 Sur la partie supérieure du mont Katna était la droite de ce très gros orage

342Et sa gauche sur les monts Sitar et Yadhbul.

34375 Sans arrêt, il répandit ses eaux autour de Kutayfa,

344Qui faisaient se prosterner à terre les plus touffus des arbres.

34576 Certaines parties de cette pluie dépassèrent le mont Qanân

346Et, de tout lieu de ce mont, éparpillèrent les bouquetins

34777 Et ne laissèrent à Tayma tronc de palmier

348Ou rempart, qui ne fût érigé, en hauteur, de pierres.

34978 On croirait le mont Thâbir, les prémices de l’orage alors imminents,

350Quelqu’un de grand âge, enveloppé dans un manteau rayé.

35179 On supposerait le haut de la tête du Mujaymir, au matin,

352Devenu, de par le torrent et les déchets y flottant, l’arrondi d’un fuseau.

35380 Puis il jeta, au désert de Ghabît, ses bagages rassemblés

354En descendant, comme descend un chameau de l’Arabie heureuse, chargé de bagages.

35581 C’est comme si [de ce fait] les oiseaux dans les airs au matin

356Avaient bu un vin poivré de meilleur cru.

35782 C’est comme si les bêtes sauvages dans ce flot englouties étaient au soir

358Dans ce qu’il charriait, çà et là, des racines de scille.

Notes

359v. 1. « Demeure » rend exactement mansio ; arena, étymon du français arène, désigne d’abord en latin le sable, avant de désigner, par métonymie, l’arène. Amici, comme génitif masculin singulier d’amicus manque le fait qu’en arabe ancien ḥabīb est épicène.

360v. 2. Quum, autre orthographe de cum. Lette (p. 169) : Hunc versum non verterat Warnerus, saltem non in totum. Haec ejus verba. Non delata ejus vestigia, solo flatu septentrionalis, & meriodionali, sed delata propter multos alios casus (« Warner n’avait pas traduit ce vers, du moins en totalité. Voici ses mots : Les vestiges n’en sont pas effacés, de par le seul vent du Nord et du midi, mais le sont à cause de beaucoup d’autres circonstances »).

361v. 3. Il ne s’agit pas de cerfs, mais d’antilopes. Lette (p. 170) : Hic versus cum duobus sequentibus aberat e MS Warneri. Caeterum in quatuor codicibus inveni. Restitui e Tebrizio, cujus adjeci Scholia (« Ce vers, avec les deux suivants, était absent du manuscrit de Warner. J’ai trouvé le reste dans quatre codex et l’ai restitué à partir de Tibrīzī, dont j’ai ajouté les commentaires »).

362v. 5. Le latin jumentum est un faux ami : bien qu’étymon du français jument, il est neutre et ne désigne pas la femelle du cheval, mais une bête de somme ou de trait.

363v. 6. Lette ne signale pas la légère variante entre le manuscrit de Warner et la traduction imprimée.

364v. 8. Aura et Eurus sont deux emprunts au grec, formant paronomase.

365v. 13. Pilentum est une transculturation heureuse : s’il ne dénote pas la même chose que hawdaǧ (selon Gaffiot, 1934, c’est un « char suspendu (d’origine espagnole), voiture pour les dames romaines »), il connote la même chose que lui, à savoir qu’il est réservé aux femmes.

366v. 15. Lette (p. 179) : Posterius hemistichium habet aliquid difficultatis ob ultima min ǧanāki l-muʿassali a fructu tuo melitissimo. Cl. Warnerus verterat a fructu melliti tui oculi. Pro al‑muʿassali alii legunt al‑muʿallali (« Le second hémistiche présente une difficulté à cause de sa fin min ǧanāki l‑muʿassali. Warner avait traduit « du fruit délicieux de ton œil ». À la place de al‑muʿassali d’autres lisent almuʿallali »).

367v. 19. Sans complément, le « comparatif » fastidiosor n’en est pas un, mais un intensif.

368v. 21. Lette (p. 185) : Illud ʾa-ġarraka [sic] Warner vertit. ideo decepit te. Omnino an impellit te (« Warner a traduit ce ʾa-ġarraka « c’est pourquoi t’abuse… ». Simplement : « Est-ce que t’ébranle… ? » »). Lette substitue sa traduction à celle de Warner, mais si Lette a raison pour l’interrogation, c’est bien Warner qui a raison pour le sens du verbe.

369v. 22. Lette (p. 185) : Cl. Warnerus vertit ambabus sagittis infracto corde, obsequenteque (« Warner a traduit par « leurs deux flèches dans un cœur brisé et obéissant » »).

370v. 23. Lette (p. 187) : Ita vertebat Warnerus. Et multis mulieribus latentibus, quarum tabernacula non possunt adiri, cum voluptate sum fruitus sine proprerantia, aut metu. Sensum quidem exprimit, sed neutiquam vim vocabulorum (« Warner traduisait ainsi : « Et de beaucoup de femmes cachées, dont les tentes sont inaccessibles, j’ai joui avec volupté, sans hâte, ou crainte ». Il exprime le même sens, mais nullement la force des mots »). Je laisse le lecteur juger qui de Warner ou Lette exprime le mieux la force des mots !

371v. 24. Lette (p. 188) : posterius hemist. sic versum a Warnero. qui fatagebant me occidere. Mancum (« Deuxième hémistiche : le vers, par Warner, « qui s’efforçaient de me tuer », ainsi, est mutilé »).

372v. 27. Le traducteur a traduit littéralement : yamīn désigne certes la main droite, mais, par métonymie, le serment, yamīna Llāhi étant alors compris comme « j’en jure par Dieu », où yamīna Llāhi est le complément résultatif d’un verbe performatif sous-entendu de sens « je jure » (e. g. ḥalaftu) qu’il remplace : on peut, bien sûr, y voir une réinterprétation islamique, conforme à l’orthodoxie, condamnant l’anthropomorphisme, d’une formule de serment préislamique… En principe, en latin classique, ne, suivi d’un subjonctif présent à la 2e personne (ce qu’est utaris), marque la volonté ou le souhait, par contraste avec le subjonctif parfait qui marque l’ordre : ne utaris dolo aliquo est donc un souhait (« Puisses-tu ne pas user de quelque ruse »). Nec videam ne fait pas sens comme souhait (« Et que je ne voie pas… »), mais nec étant l’équivalent soit de et ne, soit de et non, je verrai dans le subjonctif l’équivalent d’un conditionnel (« Et je ne verrais pas… ? »).

373v. 30. Hypocondre s’emploie normalement au pluriel. Signifiant littéralement « sous le cartilage », il désigne les deux régions de l’abdomen situées sous le diaphragme. L’apparition de ce terme anatomique semble faire écho à celui de kašḥ, qui désigne bien les hypocondres (vulgo dictu « flancs »).

374v. 31. Tel que traduit en latin, le premier hémistiche est redondant, mais cela vient des commentateurs, par exemple Tibrīzī (Šarḥ, p. 88) qui paraphrase le premier terme muhafhafa par lā ḍaẖmat al‑baṭn (« non grosse du ventre ») et le dernier (ġayru) mufāḍatin par al‑mustaẖriya al‑baṭn (« dont le ventre (ne) se relâche (pas) »). 

375v. 32. Fera (« bête sauvage ») traduit littéralement waḥšī. Il s’agit en fait de baqar al‑waḥš, c’est-à-dire d’oryx ou antilopes à sabre.

376v. 33. Dorcas-dorcadis est un emprunt au grec et désigne une biche. Il s’agit en fait d’une gazelle.

377v. 34. « Régime » traduit le latin racemus (« grappe ») qui, via l’espagnol racimo, en est l’étymon.

378v. 38. Ẓaby a été interprété comme un nom commun d’animal et non comme un nom propre de lieu.

379v. 41. Strathiocamelus, emprunt au grec, désigne l’autruche. Lette (p. 199) : Posterius hemistichium intricatius Warnerus verterat. & se sustentat aqua quavis obvia, modo non sit turbida (« Warner avait traduit le deuxième hémistiche de manière plus embrouillée : « elle se nourrit de toute eau se présentant, pourvu qu’elle ne soit pas trouble. » »).

380v. 43. Lette (p. 200) : Totam ferme Cl. Warneri versionem hic posthabui, quae ita exibat. Certe multos acerrimos adversarios rejeci, qui me propter te monebant, & continuo repraehendebant. (« J’ai tenu ici pour médiocre presque toute la traduction de Warner, qui se présentait ainsi : « Oui, bien des adversaires acharnés j’ai repoussés, qui, à cause de toi, m’avertissaient et blâmaient sans relâche. » »). La divergence entre Lette et Warner tient au fait que Lette fait du second hémistiche une qualification du sujet du verbe, alors que Warner en fait une qualification des adversaires (rubba ẖaṣmin). Le texte arabe imprimé donne naṣīḥ (« conseilleur ») au nominatif (d’où le sincerus de Lette), mais mes éditions des commentaires d’Ibn al‑Naḥḥās (Šarḥ, t. I, p. 157) et Zawzanī (Šarḥ, p. 106) le mettent au génitif, tandis que celle du commentaire de Tibrīzī (Šarḥ, p. 99) donne à la fois le nominatif et le génitif…

381v. 45. Lette (p. 201) : Sensum non bene rimatus esse videtur Warnerus, dum, nescio quo colore, vertat : Postquam exsurrexisset pectori, & medium protendisset insequentibus quoque extremis (« Warner semble ne pas avoir bien scruté le sens, qui, je ne sais comment, traduit : « Après s’être relevé, de sa poitrine, et avoir étendu sa taille, de ses parties extrêmes aussi qui suivent » »). La nuit est comparée à un cheval qui s’étire.

382v. 46. Lette (p. 202) : infelici conatu reddidit Warnerus. o nox longa illuminare, licet lux tuo loco parum juvet (« par un malheureux effort, Warner a rendu [ainsi] : « ô longue nuit, illumine-toi, bien que lumière à ta place serve trop peu. » »).

383v. 50. Ululabat est un faux ami : il a donné le français hululer qui se dit du cri des oiseaux de nuit, alors qu’en latin il désigne bien le hurlement des loups. Le lien entre les deux sens est le latin ulula, qui désigne le chat-huant ou effraie.

384v. 55. Subrufus : roussâtre, rougeâtre. Dans la classification des robes du cheval, c’est quelque chose entre alezan et bai, sans doute bai cerise.

385v. 59. Capreolus désigne le jeune chevreuil, mais capreola… la gazelle !

386v. 60. « Renardeau » traduit la périphrase du latin pullus vulpinus « petit de renard » (vulpes).

387v. 63. Ce vers est mal placé dans les versions arabes de la Muʿallaqa : il serait mieux placé après le v. 67. Cypros désigne le troène, arbrisseau de la famille des Oléacées. Il s’agit en fait de henné, arbuste épineux de la famille des Lythracées. Pectinati : j’avoue ne pas savoir s’il s’agit d’une faute typographique pour pectinatis, épithète de canis, ou, plus subtilement, d’une hypallage, pectinati ayant pour incidence syntaxique Cypri, mais pour incidence sémantique canis, ou encore d’un complément de nom de sens « d’un homme peigné »…

388v. 64. Le point à la fin du premier hémistiche est évidemment indu. Le traducteur a fait de dawār un nom propre, en suivant à la lettre les commentateurs, qui y voient une idole (ṣanam) ou une pierre (ḥaǧar), mais en négligeant qu’ils signalent qu’on y tourne autour, rendant ainsi la comparaison obscure : c’est la ronde des petits autour des adultes qui est comparée au rite de circumambulation de vierges autour d’une idole de pierre.

389v. 65. Murenula, diminutif de murena, « collier » (sans doute par analogie de forme avec la murène).

390v. 67. Continuo doit certainement être entendu dans le sens classique de « dans la continuité » plutôt que dans celui, potsclassique, de continue (« sans cesse »).

391v. 69. Lette (p. 210) : Cl. Warnerius sic vertit. Revertendo oculus (equum) sine intermissione adspiciebat, & postquam superiora ejus vidisset, contemplabatur inferiora (« Warner traduit ainsi : « Au retour, l’œil portait son regard (sur le cheval) sans interruption et, après en avoir vu le haut, le bas en était contemplé. » »).

392v. 75. La répétition de circum est sûrement une erreur typographique.

393v. 76. Rudicapros est sûrement une faute typographique pour rupicapros, formé de caper (« bouc ») et rupes (« rocher »). Rupicapra (au féminin) désigne le chamois. Il s’agit en fait de bouquetins (waʿl), tirant leur nom de taches blanches (ʾaʿṣam). Chamois et bouquetin appartiennent tous deux à la famille des caprinés.

394v. 77. Reliquere est la forme dite contractée de reliquerunt.

395v. 79. Dans le texte arabe imprimé, on lit bien Muǧaymir.

396v. 80. Ṣaḥrāʾ al-Ġabīṭ est traité comme un seul et même nom propre.

397v. 81. Aereus est mis pour aerius « aérien ». De toute évidence al‑ǧiwāʾ a été pris pour le pluriel de ǧaww (« air »), Ibn al‑Naḥḥās n’en disant rien. Mais les commentateurs y voient un nom, éventuellement, propre, de sens « vallée » (e. g. Zawzanī, Šarḥ, p. 128).

398v. 82. Caepa marina = scilla (maritima) « oignon marin ou de mer », nom commun de la scille maritime ou officinale, ainsi appelée parce qu’elle ne pousse qu’au bord de la Méditerranée.

Conclusion : l’orientalisme est un humanisme

399Que penser de cette traduction ? Qu’elle est, dans l’ensemble, remarquablement exacte et fidèle ! La seule faiblesse concerne la faune : les antilopes, quand elles sont petites (gazelle) sont assimilées à des cervidés, et grandes (oryx), à des bovinés (bœuf sylvestre, c’est-à-dire urus ou auroch‑s). Mais antilopes et bovinés appartiennent à la même famille des bovidés et un effort est déjà fait, comme on le voit avec rupicapros (« boucs de rocher »), inconnu des dictionnaires, pour désigner les bouquetins : les dictionnaires connaissent seulement rupicapra (« chèvre de rocher »), pour désigner le chamois (c’en est même le nom scientifique).

400Sur le plan linguistique et stylistique, on ne peut certainement pas parler de « mauvais latin », comme le fait Antoine-Isaac Silvestre de Sacy (1758-1838), à propos de l’édition très postérieure de la Muʿallaqa de ʿAntara par Menil (1816, voir Larcher 2017). Au contraire, on sent que le latin est ici non seulement une langue académique, mais encore une langue de culture, dont les érudits de l’époque ont fréquenté, dès l’enfance, les grands textes, notamment poétiques (Virgile, Horace, etc.). Sans être métrique, on relève dans cette traduction des procédés poétiques : ici l’emploi de mots rares, là des allitérations, etc.

401Bien que publiée, à titre posthume, près de quatre-vingts ans après la mort de son auteur, l’existence même de cette traduction, non datée, mais antérieure à 1665, n’en témoigne pas moins de l’intérêt précoce de l’orientalisme savant européen pour la littérature arabe la plus profane. Cela veut dire que le monde de l’islam n’est pas réduit à sa seule dimension religieuse. Et cela est confirmé par la ventilation par disciplines du contenu des manuscrits de la collection Warner faite par Van Koningsveld (1970, p. 37-38) : sur 1164 textes arabes (un manuscrit pouvant contenir plusieurs textes), seuls 393 relèvent des disciplines théologico-juridiques (soit environ un tiers), tous les autres relevant de disciplines profanes, avec un fort contingent en matière de langue et littérature (Grammatica : 47 ; Lexicologia 48 ; Ars Metrica : 6 ; Rhetorica : 23 ; Epistolae : 17 ; Gnomae et Proverbia : 16 ; Litterae humaniores : 60 ; Poësis : 73) soit 290 ou un quart du total.

402Dans le cas particulier de Warner, on ne peut pas opposer orientalisme de cabinet et orientalisme de terrain : son travail, qui semble typiquement relever du premier, n’en a pas moins été fait sur le second. C’est sûrement parce qu’il était sur le terrain qu’il a pu acquérir une vue, pour ainsi dire encyclopédique et parfaitement reflétée par sa collection, de la culture savante du monde de l’islam, dans ses trois principales langues (arabe, persan et turc). Cela implique des contacts avec les érudits locaux. S’agissant des Muʿallaqāt, Drewes a relevé (1970, p. 18) que Warner avait acquis le Cod. Or. 628, qui contient le commentaire d’Ibn al‑Naḥḥās, par l’intermédiaire d’un lettré arabe.

403De qui cet orientalisme peut-il bien être l’enfant, sinon de l’humanisme ? On voit en effet que les orientalistes, formés au moule des humanités gréco-latines, ont transféré l’approche philologique à l’étude des langues et littératures orientales (collection et collation de manuscrits pour établir le texte, intérêt pour les variantes textuelles et d’interprétation, commentaire minutieux, etc.).

404Cet orientalisme n’est pas sans mérite, si l’on veut bien se souvenir du contexte historique ; le séjour de Warner à Istanbul coïncide presque exactement avec la cinquième guerre vénéto-ottomane dite guerre de Candie ou de Crète (1645-1669), ce qui vient rappeler qu’en cette seconde moitié du xviie siècle, l’expansion territoriale ottomane n’est pas encore tout à fait terminée. Et ce n’est pas mieux sur mer, où la « guerre de course » (doux euphémisme pour une réalité sinistre) fait rage… Cela veut dire que cet orientalisme est capable de dépasser antagonismes traditionnels et avanies (on a vu que Warner en avait lui-même subi une).

  • 8 Arberry (1957) la signale (p. 11) et en donne un extrait (p. 53, v. 71-74).

405On notera pour finir que ce type d’orientalisme a traversé la période dite « coloniale », l’édition et la traduction de la littérature arabe classique (et des autres littératures orientales), et, en particulier, de la poésie n’ayant en réalité jamais cessé, atteignant même son apogée au xixe siècle. Partant, faire rimer orientalisme et impérialisme (colonialisme, racisme…) est le type même de l’imposture idéologique, qui ne renseigne en rien sur l’objet ainsi décrit, mais beaucoup sur les sujets qui le décrivent ainsi. Imposture facilitée par la disparition (ou l’ignorance) des humanités : quand on ne sait pas (ou plus) un mot de latin, on ignore jusqu’à l’existence de pépites comme celle que l’on a ici exhumée 8. À l’inverse, l’auteur de ces lignes n’hésitera pas un instant à s’en proclamer haut et fort l’héritier.

Bibliographie

Sources primaires

Anbārī (al‑), Šarḥ = Abū Bakr Muḥammad b. al-Qāsim al-Anbārī, Šarḥ al‑qaṣāʾid al‑sabʿ al‑ṭiwāl al‑ǧāhiliyyāt, éd. ʿAbd al-Salām Hārūn, Le Caire, Ḏaẖāʾir al‑ʿArab 35, Dār al‑Maʿārif, 1963.

Ibn al-Naḥḥās, Šarḥ = Abū Ǧaʿfar Aḥmad b. Muḥammad al-Naḥḥās, Šarḥ al‑qaṣāʾid al‑tisʿ al‑mašhūrāt, éd. Aḥmad aṭṭāb, Bagdad, Dār al‑ḥurriyya li‑l‑ṭibāʿa & Maṭbaʿat al‑ḥukūma, 1393/1973, 2 volumes.

Tibrīzī (al‑), Šarḥ = Abū Zakariyā Yaḥyā b. ʿAlī al‑Tibrīzī, Šarḥ al‑qasāʾid al‑ʿašr, éd. Muḥammad Muḥyī l‑dīn ʿAbd al‑amīd, Le Caire, Maktabat Muḥammad ʿAlī Ṣubayḥ, 1384/1964.

Zawzanī (al‑), Šarḥ = Abū ʿAbd Allāh al‑Ḥusayn b. Aḥmad al-Zawzanī, Šarḥ al‑Muʿallaqāt al‑sabʿ, éd. Muḥammad ʿAlī amd Allāh, Damas, al‑Maktaba al‑Umawiyya, 1383/1963.

Littérature secondaire

Arberry Arthur John, 1957, The Seven Odes. The first chapter in Arabic literatura, Londres, Allen & Ulwin / New York, Macmillan.

De Goeje Michael Jan, 1873, Catalogus Codicum Orientalium Bibliothecae Lugduno-Batavae, auctore M. J. de Goeje (…) Volumen quintum, Leyde, Brill.

Drewes Gerardus Willibrordus Joannes, 1970, « The Legatum Warnerarium of Leiden Library », in Levinus Warner and his legacy. Three centuries legatum Warnerianum in the Leiden university library. Catalogue of the commemorative exhibition held in the Bibliotheca Thysiana from April 27th till May 15th 1970, Leyde, Brill, p. 1‑31.

Gaffiot Félix, 1934, Dictionnaire illustré Latin-Français, Paris, Hachette.

Larcher Pierre, 2017, « L’édition Menil de la Muʿallaqa de ʿAntara (1816). Note de bibliophilie orientaliste », Arabica 64/1, p. 79‑86.

Lette Gerard Johannes, 1748, Caab. Ben. Zoheir. Carmen Panegrycicum in laudem Muhammedis. Item Amralkeisi moallakah, Cum Scholiis, Et Versione Levini Warneri. Accedunt Sententiae Arabicae Imperatoris Ali. Et nonnulla ex Hamasa, & Diwan Hudeilitarum. Omnia e MSS. Biblioth. Bat. Edidit, vertit notisque illustravit Gerardus Joannes Lette. Praemissa est Laudatio Celeberrimi Viri Alberti Schultens, Lugduni Batavorum, Apud Nicolaum Moens. 1748.

Levinus Warner and his legacy. Three centuries legatum Warnerianum in the Leiden university library. Catalogue of the commemorative exhibition held in the Bibliotheca Thysiana from April 27th till May 15th 1970, Leyde, Brill. 1970.

Reiske Johann Jakob, 1742, Taraphae Moallakah cum scholiis Nahas e MSS. Leidensibus Arabice edidit, vertit, illustravit Johann. Jacob. Reiske. Lugduni Batavorum apud Johannem Luzac. MDCCXLII.

Van Koningsveld, Pieter Sjoerd, 1970, « Warner’s manuscripts and books in the main printed catalogues », in Levinus Warner and his legacy. Three centuries legatum Warnerianum in the Leiden university library. Catalogue of the commemorative exhibition held in the Bibliotheca Thysiana from April 27th till May 15th 1970, Leyde, Brill, p. 33‑44.

Warner Levinus, 1883, Levini Warneri de rebus turcicis. Epistolae ineditae, Edidit G. N. Du Rieu (…), Leyde, Brill.

Witkam Jan Just, 2007a, Inventory of the Oriental Manuscripts of the Library of the University of Leiden, volume 1, Manuscripts Or. 1-Or. 1000, Acquisitions in the period between 1609 et 1665, mainly the collections of Jacobus Golius (1629), Josephus Justus Scaliger (1609) and part of the collection of Levinus Warner (1665), compiled by Jan Just Witkam professor of paleography and codicology of the Islamic World in Leiden University, interpres legati Warneriani, Leyde, Ter Lugt Press.

Witkam Jan Just, 2007b, Inventory of the Oriental Manuscripts of the Library of the University of Leiden, volume 2, Manuscripts Or. 1001-Or. 2000, registered in Leiden University Library in the Period between 1665 and 1871, compiled by Jan Just Witkam professor of paleography and codicology of the Islamic World in Leiden University, interpres legati Warneriani, Leyde, Ter Lugt Press.

Zakharia Katia, 2009, « Imruʾ al-Qays, « porte-étendard des poètes vers le Feu », dans le Livre de la poésie et des poètes d’Ibn Qutayba », Arabica 56/2-3, p. 192‑234.

Notes

1 Selon que l’on tient al-Naḥḥās pour son surnom ou celui de son père.

2 Sur ce personnage et son « histoire », on peut et même on doit lire maintenant le très bel article que leur a consacré Katia Zakharia (2009).

3 Bien que le terme d’orientaliste n’apparaisse qu’à la fin du xviiie siècle et celui d’orientalisme au début du xixe siècle, pour disparaître de l’usage savant avec le dernier congrès des orientalistes tenu à Paris en 1973, il n’y a aucun inconvénient à les employer extensivement, tant chronologiquement que thématiquement, à condition d’en faire des abstractions méthodologiquement commodes, en se gardant de toute réification !

4 Voici la clause (Warner 1883, p. XII, également citée par Drewes 1970, p. 16) : « Pour ses papiers tant manuscrit que Livres et autres demureront a sondit secretaire Pour les envoyer a LaCademie de Leyde en Ollande ».

5 Drewes (1970, p. 16) donne les cotes 269-1199 et 4739-4814, soit 930 + 75 = 1005, mais le catalogue plus récent de Witkam (2007a et b) donne 269-1182 et 4739-4802, soit 913 + 63 = 974, attribuant 1183-1199 et 4803-4814 à d’autres collections.

6 Merci à Claude Gilliot avec qui nous avons discuté du latin quelque peu alambiqué de Lette. Ce dernier étant pasteur, « fils et filles » peut s’entendre soit au sens propre soit au sens figuré (même si, en ce dernier sens, on se fût attendu à « frères et sœurs »). Une recherche faite par C. Gilliot sur les sites généalogiques néerlandais a permis de trouver, pour ces dates, un pasteur Lette, mais n’ayant, semble-t-il, qu’un enfant…

7 Pour les noms propres, nous adoptons une transcription non académique de l’arabe, mais aussi proche que possible de l’original.

8 Arberry (1957) la signale (p. 11) et en donne un extrait (p. 53, v. 71-74).

© Presses de l’Ifpo, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540