Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savants, amants, poètes et fous

Témoignage

Pierre Larcher

Texte intégral

1Katia Zakharia a bien voulu dire, à plusieurs reprises, qu’elle m’était reconnaissante d’avoir publié, dans une livraison thématique du Bulletin d’études orientales intitulée « Langue et littérature arabes », l’un de ses premiers textes et de la façon dont je l’avais introduit. C’était en 1994. C’est à cette occasion que nous avons fait connaissance, d’abord épistolairement, avant de nous rencontrer ultérieurement d’innombrables fois.

2Pour ma part, je lui suis reconnaissant et, à travers moi, la profession entière, dont témoignent ces mélanges, du renouvellement qu’elle a apporté à notre connaissance et surtout à notre compréhension de la littérature arabe classique – renouvellement consigné dans la somme de travaux figurant dans sa bibliographie.

3Au sommet de cette somme et elle-même somme de cette somme, il y a bien sûr la partie consacrée à la littérature classique de l’ouvrage À la recherche de la littérature arabe. J’aurais voulu rendre compte de cet ouvrage, comme je l’ai fait de quelques autres, écrits ou dirigés par Katia Zakharia. Mais mon incompétence en matière de littérature arabe moderne, constituant la seconde partie de cet ouvrage, m’en a empêché, la raison académique interdisant de ne rendre compte que de la moitié d’un ouvrage.

4Il n’est jamais trop tard pour bien faire et confier ici tout le bien que je pense de la première partie de l’ouvrage, tenant pour moi à deux des choix faits par l’auteur. Le premier consiste à mettre le Coran, non au premier plan, mais à l’arrière-plan. Le Coran n’est pas une œuvre littéraire, même s’il use de procédés littéraires, et n’a donc pas sa place dans une histoire de la littérature arabe. Mais tous ceux qui ne sont pas tombés dans le Coran, comme Obélix dans sa marmite, dès leur plus tendre enfance savent que l’une des plus grandes difficultés posées par la littérature arabe de l’époque islamique (la plus grande part, quantitativement) est de décoder les allusions coraniques qui, à la différence des citations, ne sont pas signalées. Pour m’être laissé piéger plus d’une fois, je me réjouis donc de voir, après un « bref panorama de la littérature classique », le premier chapitre de l’ouvrage souligner « l’empreinte de l’islam ». D’autant, comme le relève Katia Zakharia, que cette empreinte est paradoxale : le dogme du iʿǧāz al-Qurʾān ou « insupérabilité du Coran » n’a pas empêché le développement d’un style mimétique, le fameux sağʿ, qui est le style même du Coran, même si par convention on ne parle pas de sağʿ à propos du Coran. Non plus, ajouterait un linguiste, que la thèse théologique, fondée sur l’interprétation littérale de Cor. 2, 31, qui l’a emporté, du tawqīf ou « arrêt » divin de la langue, n’a empêché l’évolution de celle-ci et l’emploi littéraire, à date ancienne, de registres non classiques…

5Le second choix est d’avoir fait une histoire thématique, par genre, et non chronologique, par période, de la littérature arabe, ou, plus exactement, d’avoir donné la priorité au genre sur la période. Ainsi suit-on la genèse, le développement et l’évolution à travers le temps de chaque genre. On comprend ainsi parfaitement, par exemple, que c’est la qaṣīda polythématique de la période préislamique qui va en fait donner les différents genres de la poésie arabe de l’époque islamique.

6Si maintenant on entre dans le détail de cette somme de travaux, on s’aperçoit de deux choses : Katia Zakharia s’est intéressée aussi bien à la plus haute époque (la poésie préislamique et les aḫbār ou « traditions » qui lui sont liées) qu’à la plus basse (Les Mille et une nuits), à la littérature la plus savante, faite par et pour une très petite élite lettrée (les maqāmāt qui l’ont tant occupée) qu’à une littérature assurément plus populaire, les sīra‑s, (elle a coédité sept volumes de la version damascène de la sīrat Baybars). Mais on s’aperçoit aussi de l’existence d’un lien entre des intérêts aussi divers. Ce lien, c’est en fait sa passion pour le récit. Cette passion culmine dans le délicieux ouvrage que sont Nouvelles policières de l’époque abbasside, qui manifeste une autre qualité du travail de Katia Zakharia : son constant souci didactique et pédagogique.

7Plus récemment, Katia Zakharia, rebondissant sur l’hypothèse que la poésie préislamique et les aḫbār qui lui sont associés consignent moins l’histoire des Arabes que leur mythologie, a livré deux magnifiques exemples de relecture de ces aḫbār, non comme des récits « historiques », mais bien « mythologiques » : « Imruʾ al-Qays, “porte-étendard des poètes vers le feu” » et « La figure monstrueuse de la goule et l’angoisse de Taʾabbaṭa Šarran ».

8Si la tradition arabe voit de l’histoire où il paraît plus raisonnable de voir des mythes, à l’inverse une partie de l’historiographie occidentale, bien peu critique dès qu’il s’agit d’islam et de monde arabe, nous somme de prendre pour vérités historiques ce qui n’est à tout prendre que des mythes ! Katia Zakharia nous a fait un bien beau cadeau d’adieu (définitif ?) aux études arabes, ayant en effet choisi à la retraite de renouer avec ses premières amours, en coordonnant et introduisant l’ouvrage collectif Babylone, Grenade, villes mythiques. Récits, réalités, représentations. L’ouvrage déconstruit le mythe de Grenade en montrant, textes littéraires à l’appui, comment et pourquoi il s’est construit et est aujourd’hui utilisé à des fins politiques ; l’introduction est une leçon magistrale de réhistoricisation du discours académique, aujourd’hui tout embarrassé d’idéologie, voire de théologie, et de militantisme.

9Avec Katia Zakharia, la littérature arabe classique échappe aussi bien à l’histoire littéraire de jadis qu’à la linguistique textuelle de naguère. Mais, tout à la fois textuelle et contextuelle, elle devient elle-même histoire et contribue ainsi à celle du monde qui l’a produite.

© Presses de l’Ifpo, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540