Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savants, amants, poètes et fous

Introduction

Texte intégral

1À l’occasion de son départ en retraite, des collègues et amis de Katia Zakharia ont souhaité lui dédier un volume de travaux inédits. Nous avons réuni ces contributions, imaginées comme un recueil de maqāmāt contemporaines. Le lecteur, à sa guise, pourra y choisir des séances tantôt littéraires, tantôt historiques ou didactiques. Notre choix de ce terme ne renvoie pas aux péripéties des héros d’al-Hamaḏānī (m. 395/1007) ou d’al-Ḥarīrī (m. 516/1122), mais relève d’un simple clin d’œil, d’une volonté de rendre hommage à Katia Zakharia en convoquant par le titre ce genre qu’elle a tant apprécié et étudié.

2Dans les premières séances – littéraires –, nous voyageons à travers l’histoire de la littérature arabe : des Muʿallaqāt aux écrivains arabes d’expression française, en passant par les ʿuqalāʾ al‑maǧānīn et les récits des Mille et une nuits, la littérature arabe savante et populaire se dévoile, s’analyse, se transmet sous nos yeux.

3Pierre Larcher ouvre ce volume en revenant sur « la première traduction d’une Muʿallaqa en Europe ? La version latine de la Muʿallaqa d’Imruʾ al‑Qays par Levinus Warner (xviie siècle) », dont il offre le texte latin avec une traduction française juxtalinéaire assortie d’un commentaire. Cette version latine, qui constitue à ce jour la première traduction européenne d’une Muʿallaqa, témoigne de l’intérêt précoce de l’orientalisme savant européen pour la littérature arabe la plus profane. Elle sert de prétexte à P. Larcher pour défendre un orientalisme humaniste, où l’intérêt pour le monde de l’islam n’est pas réduit à sa seule dimension religieuse.

4En suivant Monica Balda‑Tillier, nous plongeons dans l’univers des « ʿUqalāʾ al‑maǧānīn wa‑l‑mawsūsīn d’al‑Ḍarrāb al‑Miṣrī (m. 392/1001) : un discours sur la folie sacrée ». Dans ce recueil de vingt‑cinq ḫabar‑s, on relate les dires de savants et mystiques célèbres ou d’autres maǧnūn‑s moins connus. En comparant l’ouvrage d’al‑Ḍarrāb à celui de son contemporain Ibn Ḥabīb al‑Nīsābūrī (m. 406/1015) étudié par Katia Zakharia, M. Balda‑Tillier examine la vision de la folie que véhicule la littérature arabe classique. Le fou, tout en étant socialement exclu et persécuté, se fait souvent la voix d’un message divin : c’est un marginal central dans la société arabe et islamique, dont on recueille les paroles édifiantes afin de les transmettre.

5Les contributions, au sein de ce volume, et à l’image des travaux de Katia Zakharia, se penchent tout autant sur la littérature dite « savante », que sur la littérature profane dite « populaire ». Ainsi, les Mille et une nuits vont être au cœur de deux articles. Aboubakr Chraïbi consacre son étude à « quatre personnages éduqués du début des Mille et une nuits » (Shahrazâd, le médecin Dûbân, un portefaix et un calender), en reliant la nature des savoirs des personnages à leur destinée. Que les savoirs acquis servent à sauver des vies ou, plus trivialement, débouchent sur des jeux érotiques, c’est un certain mode d’éducation qui est valorisé aux yeux du lecteur, alors qu’à la formation religieuse traditionnelle se voit préférée une voie mystique.

6Heidi Toelle, quant à elle, propose d’analyser sous l’angle de la sémiotique « la difficile union des amants : Ġānim et Qūt al‑Qulūb » dans un conte célèbre des Mille et une nuits. Analysant les mots employés pour désigner le sentiment amoureux, elle note que le texte respecte, au fil du récit, le degré d’intensité exprimé par chaque terme. Comparant le parcours de Ġānim à celui de Job, modèle de patience, ainsi qu’à celui des célèbres poètes amants ʿuḏrites, parangons de l’amour platonique, H. Toelle montre que la destinée de l’amant ne relève pas du hasard, mais qu’elle s’inscrit dans une intertextualité que révèle également l’onomastique.

7Pour clore cet itinéraire littéraire dans la modernité de l’Égypte, Frédéric Lagrange nous convie à une réflexion autour de la langue d’un célèbre auteur francophone : « Albert Cossery écrit‑il en arabe ? » En effet, cet écrivain prétendait penser en arabe l’écriture en français de ses romans. En s’appuyant notamment sur les traductions arabes de l’auteur et sur le scénario du film Mendiants et Orgueilleux, F. Lagrange étudie de plus près cette question de traduction intrapersonnelle entre la langue maternelle de l’auteur (l’arabe égyptien) et sa langue d’écriture (le français), pour montrer qu’A. Cossery ne traduit pas exactement de l’arabe, mais colore plutôt son français de touches « orientales ».

8Les séances historiques nous emmèneront – par des voies assez sinueuses – des steppes de l’Arabie à la Bagdad abbasside où se trament les intrigues de palais, en passant par l’Égypte ṭūlūnide et les côtes du Levant convoitées par les Croisés.

9Dans un premier temps, Frédéric Imbert propose une étude des « espaces de liberté et des contraintes graphiques dans les graffiti du début de l’islam », à partir d’inscriptions découvertes au Proche-Orient et en Arabie. L’étude des formules religieuses employées dans des graffiti recueillis dans les « sanctuaires du pardon » permet de préciser certains éléments relatifs à la datation de ces textes très anciens (ier/viie s.). Analysant le contenu, mais aussi la forme de nombreuses inscriptions, F. Imbert livre une image originale des deux premiers siècles de l’hégire, qui amène à formuler de nouvelles hypothèses concernant l’émergence de l’islam et ses premiers développements.

10Dans son article consacré à « la figure de Hārūn al‑Rašīd dans la tradition magique islamique », Jean‑Charles Coulon se penche sur la présence de ce souverain emblématique dans les traités de sciences occultes islamiques. Le calife y apparaît surtout comme la victime de charmes magiques, preuve de l’efficacité des sortilèges utilisés contre lui. Dans ces traités, on joue de la figure archétypale du bon calife érigée par la littérature arabe : en présentant le calife charmé et dominé par des femmes souvent laides, esclaves ou servantes, les normes sociales sont inversées afin de prouver la puissance des talismans décrits. J.‑C. Coulon propose l’édition et la traduction de deux versions du « talisman de la laveuse » (ḥirz al‑ġāsila) dont on dit qu’il est encore en usage de nos jours...

11Mathieu Tillier nous invite, quant à lui, « dans les prisons d’Ibn Ṭūlūn ». À partir de la biographie réalisée par al‑Balawī (ive/xe s.), il analyse en détail le système carcéral qui servit la politique répressive du célèbre gouverneur d’Égypte. Luttant pour déjouer les complots visant à le destituer, le muṭbaq permettait à Ibn Ṭūlūn de jeter aux oubliettes ceux qu’il considérait comme ses ennemis. Les observations de M. Tillier sur la gestion et l’administration des prisons, la vie quotidienne des détenus et leurs diverses démarches confirment qu’Ibn Ṭūlūn s’est bien inspiré du modèle carcéral abbasside de Bagdad.

12La question de la mémoire dans l’historiographie arabe relative à l’époque des croisades est un élément central dans les travaux d’Abbès Zouache. Il s’intéresse ici à l’« Histoire et la mémoire de la croisade. Édition, traduction et commentaire du récit de la première croisade du Kitāb al‑iʿlām wa‑l‑tabyīn d’al‑Ḥarīrī (926/1520) ». La chronique intitulée L’instruction et l’explication quant à l’invasion des pays musulmans par les maudits Francs constitue en effet la plus ancienne histoire des croisades en arabe qui nous soit parvenue, écrite par Aḥmad b. ʿAlī al‑Ḥarīrī au début du xe/xvie siècle. Il en propose une édition critique finement commentée, démontrant que les récits mémorant les croisades constituent un élément structurant de l’imaginaire non seulement occidental, mais aussi oriental.

13Enfin, Jocelyne Dakhlia s’intéresse à la figure de « l’eunuque, intègre homme d’État. L’historiographie fonctionnelle face à la précarité sociale et politique ». Elle revisite la biographie de quelques eunuques afin de dépasser la seule vision fonctionnelle de l’eunuque vu comme un personnage central de l’État qu’il sert, au profit d’une vision plus humaine de ces hommes durement touchés dans leur intégrité physique. J. Dakhlia plaide donc en faveur d’une histoire sociale des eunuques, où leur rôle au sein de l’État n’éclipserait pas la réalité servile de leur existence placée sous le signe du sacrifice et de la souffrance physique.

14Katia Zakharia a très largement contribué à la réflexion autour de la didactique de l’arabe langue étrangère. Dans ses enseignements, elle démontrait constamment ses talents de pédagogue ainsi qu’une réelle passion de la transmission et un authentique intérêt porté à ses étudiants. La dimension pédagogique de sa carrière devait trouver écho dans ces hommages : deux contributions lui sont offertes dans les séances didactiques.

15Mohamed‑Chérif Ferjani se penche sur l’« enseignement de la langue et de la culture arabes en France : marginalisation et défis des pressions identitaires ». Il évoque la double pression que subit l’enseignement de l’arabe en France, celle des islamophobes comme celle des islamistes, et qui trouve son origine dans la représentation confessionnelle attachée à cet enseignement. Contraire à la laïcité pour les uns, nécessaire à la conservation d’une identité islamique pour les autres, l’enseignement de l’arabe reste tiraillé entre ces deux pôles identitaires qui pèsent lourdement sur les enseignants convaincus de la nécessité d’une formation laïque dans le système scolaire et universitaire public.

16Plus techniquement, Catherine Pinon interroge « le statut des normes grammaticales dans l’enseignement de l’arabe langue vivante étrangère ou comment les enseignants transmettent une vision hagio‑mythologique de l’arabe ». Revenant sur de nombreux lieux communs attachés à la langue arabe (sacralité, pureté, difficulté), elle s’intéresse aux choix pédagogiques des enseignants. Partant du principe que la grammaire cristallise les représentations, C. Pinon s’appuie sur trois exemples (la rumeur grammaticale, la description inadéquate ou l’absence d’un fait de langue dans les grammaires) pour appeler à un recul critique, de la part des enseignants et des chercheurs, nécessaire à la désacralisation et à la démystification de l’arabe tel qu’il est enseigné actuellement.

17Qu’ils traitent de littérature, d’histoire ou de didactique, les auteurs de ces hommages militent chacun à leur façon, comme a pu le faire Katia Zakharia dans ses travaux ou au cours de ses enseignements, en faveur d’une solide formation à la culture classique, indispensable pour exercer un recul critique sur leurs objets d’étude. À l’heure où l’on s’interroge sur la « rentabilité » des sciences humaines et sociales et sur le bien-fondé d’enseigner en France une langue comme l’arabe, ce florilège de séances permet de remettre en cause un certain nombre de stéréotypes et de prendre de la hauteur pour déconstruire les représentations erronées qui foisonnent.

© Presses de l’Ifpo, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540