Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies d'acquisition de l'eau et société au Moyen-Orient depuis l'Antiquité

 | 
Mohamed Al-Dbiyat
, 
Michel Mouton

Exploitation des eaux souterraines en Syrie centrale : enjeux politiques et réalités locales

Ronald Jaubert, Mohamed Al-Dbiyat, Françoise Debaine et François Zwahlen

Résumé

La préservation des ressources naturelles est devenue au cours des deux dernières décennies un enjeu des relations internationales et une condition pour l’obtention de financements. A la demande des autorités syriennes, la Banque mondiale a réalisé en 2000 une évaluation de l’irrigation dans le but d’identifier des projets pouvant faire l’objet de financements. A la suite de cette évaluation, une série de mesures visant à restreindre l’exploitation des eaux souterraines, dont il est généralement admis qu’elles sont surexploitées, ont été mises en place dans les marges arides. L’analyse de ces mesures, en relation avec l’exploitation actuelle des ressources en eaux souterraines, montre qu’elles auront un effet limité sinon contre-productif. Elles affectent peu les agriculteurs exploitant de grandes quantités d’eau mais sont très pénalisantes pour ceux utilisant l’eau le plus efficacement. Ces restrictions répondent plus aux attentes des organisations internationales qu’aux enjeux locaux en matière de gestion des ressources hydriques.

The preservation of natural resources became, in the last two decades, a stake in the international relations and a condition for the allocation of international financial support. At the request of the Syrian authorities, the World Bank undertook in 2000 an assessment of the irrigation sector with the objective of identifying projects that could be submitted to international funding agencies. Following this assessment, measures aiming at restraining the exploitation of ground water were enforced in the arid margins, where it is generally assumed that ground water is over drafted. In relation to the current use of ground water, the analysis of these measures, shows that they will have a limited, if not counter productive, effect. They will have a limited effect on farmers exploiting large quantities of water and will be prejudicial for those using water most efficiently. Restrictions in the exploitation of ground water in the arid margins of Syria are a response to the expectations of international organisations rather than to local water management stakes.

أصبحت المحافظة على الموارد الطبيعية خلال العقدين الأخيرين مسألة هامة في العلاقات الدولية وشرطاً للحصول على التمويل. وقد قام البنك الدولي في عام 2000 وبناء على طلب من الدولة السورية، بإنجاز تقييم للري يهدف إلى تحديد المشاريع التي يمكن أن تستفيد من التمويل. وعلى إثر هذا التقييم، وُضعت سلسلة من الإجراءات في المناطق الهامشية الجافة تهدف إلى تضييق استثمار المياه الجوفية، والتي اتفق على أنها بشكل عام مستثمرة بشكل جائر. إن تحليل هذه الإجراءات من خلال علاقتها مع الاستثمار الحالي للموارد المائية الجوفية يبين أن تاثيرها سيكون محدوداً أو حتى سلبياً. فهي تؤثر قليلاً على المزارعين الذين يستثمرون كميات كبيرة من المياه، ولكنها ستكون ظالمة بالنسبة لأولئك الذين يستعملون المياه بشكل عقلاني. إن هذه التضييقات تتوافق مع توقعات المنظمات الدولية أكثر مما هي الحال مع المتطلبات المحلية في مجال إدارة الموارد المائية.

Texte intégral

1La préservation des ressources naturelles est devenue dans le courant des années 1990, sinon une préoccupation mondiale, du moins un enjeu en termes de relations internationales. A la suite du Sommet mondial sur l’environnement et le développement (Conférence de Rio, 1992) et des Conventions internationales, telles celles portant sur la lutte contre la désertification ou la conservation de la biodiversité, les pays du Sud sont incités à mettre en œuvre des politiques de préservation des ressources. La mise en place de mesures allant dans ce sens donne accès à des financements de la part d’organisations internationales ou d’agences bilatérales de coopération ayant pour la plupart d’entre elles adopté les objectifs définis à l’occasion des conférences internationales. Il apparaît ainsi une conditionnalité environnementale de l’aide internationale. Mais les diagnostics préétablis et les prescriptions dictées par les organisations internationales peuvent être assez éloignées des réalités régionales, tel est le cas dans les marges arides de Syrie.

  • 1 Ces dernières sont définies dans la division administrative en vigueur comme les espaces où la pluv (...)

2Bien qu’elle ne compte pas parmi les pays bénéficiant d’un important appui financier, la Syrie n’échappe pas à cette conditionnalité. Cette dernière s’exprime dans deux domaines, la lutte contre la désertification et, plus récemment, la préservation des ressources hydriques. La Syrie a ratifié la Convention internationale de lutte contre la désertification de 1994 et a imposé en 1995 une interdiction totale et stricte des cultures dans les steppes1. En 1998 le pays a bénéficié d’un financement international de 80 millions de dollars US, fournis par le Fonds international de développement agricole et le Fonds arabe pour le développement économique et social. Ce programme vise en particulier à restaurer la végétation sur une surface de trois millions d’hectares.

  • 2 World Bank 2001.

3Dans le cas de l’eau, un processus comparable semble avoir été initié. Depuis la fin des années 1950, plus d’une dizaine de lois et de décrets ont été promulgués ou passés afin de réglementer les forages et l’exploitation des eaux souterraines. La portée de ces mesures a été pour le moins limitée : près de la moitié des quelques 140 000 puits recensés dans le pays en 2000 ont en effet été forés sans autorisation 2. Au-delà de la faiblesse des moyens de contrôle, cette situation est le reflet d’une absence de volonté politique d’intervention dans un domaine sensible. Toutefois, après une longue période d’inertie, la question de la gestion des eaux souterraines a récemment été mise en avant avec l’aide de la Banque mondiale. Cette dernière a réalisé en 2000, à la demande des autorités syriennes, une étude du secteur de l’irrigation dans le but d’identifier des projets pouvant bénéficier d’un financement international. Le rapport souligne à juste titre les enjeux en matière de gestion des eaux souterraines. A la suite de ce rapport, les autorités ont mis en œuvre dans la région de Salamya, en Syrie centrale, des mesures visant à réduire l’exploitation des eaux souterraines. L’objet de cette contribution est d’analyser le bien-fondé ainsi que la portée de ces mesures de préservation des eaux souterraines.

Exploitation des eaux souterraines

  • 3 Al-Dbiyat et Jaubert 2006.
  • 4 Besançon et Geyer 2006.

4La zone d’étude est située dans la zone semi-aride de la province de Hama (fig. 1). Le peuplement contemporain de cette région des marges arides par des populations sédentaires et semi-nomades à la suite de la réoccupation de la ville de Salamya en 1849 par des Ismaéliens provenant de la vallée de Nahr al-Khawabi, dans le massif côtier de l’arrière-pays de Tartous 3. Si les Ismaéliens furent les plus nombreux, ils ne furent pas les seuls agriculteurs à s’installer dans la région. Des Alaouites, originaires de la même région côtière que les Ismaéliens, participèrent au processus de colonisation agricole de la région de Salamya ainsi que des réfugiés tcherkesses fuyant le Caucase. Les descendants de ces derniers peuplent actuellement quatre villages, à une dizaine de kilomètres au nord de Salamya. L’installation des Tcherkesses et des Alaouites s’est faite sur le même schéma que celle des Ismaïliens. La répartition spatiale des villages d’agriculteurs dans la région de Salamya est étroitement liée aux potentialités agricoles et à la présence d’aménagements hydrauliques antiques. Les sites archéologiques, abandonnés depuis plusieurs siècles, ont été les premières cibles explorées par les pionniers à la recherche de lieux d’installation. Les sites de l’époque byzantine en particulier, indiquaient en effet un milieu favorable à l’exploitation agricole caractérisé par la présence d’eau et de terres arables4. Ceci explique le processus de réoccupation agricole par foyers entre lesquels subsistaient de larges espaces de steppe occupés ultérieurement par les bédouins semi sédentaires.

Fig. 1 ‑ Zone d’étude

Fig. 1 ‑ Zone d’étude
  • 5 Lewis 1949.
  • 6 Al-Dbiyat 1980.

5Avant l’introduction des motopompes, l’eau souterraine utilisée pour l’irrigation provenait essentiellement des galeries drainantes (qanats). Ces dernières, alimentées par les nappes d’inféroflux, permettaient d’irriguer près de 1940 ha dans la plaine de Salamya 5. La surface irriguée dans cette plaine a atteint, à la fin des années 1950, près de 15 000 ha principalement destinés à la production de coton 6. L’expansion rapide de l’irrigation a en effet été poussée par l’envolée des prix du coton. Mais les pompages entraînèrent un épuisement des réserves, ramenant la surface irriguée dans la plaine de Salamya à moins 3 000 ha.

6Les surfaces irriguées à partir des eaux souterraines augmentent à nouveau rapidement depuis le début des années 1990 (fig. 2). La multiplication des puits individuels se traduit par une grande dispersion des surfaces irriguées, ainsi que l’illustre la figure 3, et par un plus large accès à l’eau. L’utilisation des eaux souterraines est fonction de plusieurs facteurs. Outre la présence d’eau, elle est liée aux capacités d’investissement des agriculteurs et à la nature des sols, notamment pour la production de coton, de blé et de légumes. Ces cultures demandent des sols relativement profonds, ce qui limite les surfaces utilisables aux dépressions et aux fonds de vallées. L’introduction récente des oliviers lève en partie les contraintes liées aux sols, en permettant l’utilisation de l’eau sur les surfaces plus étendues. L’accès à l’eau pour l’irrigation reste cependant très inégalitaire, seuls 25 % des agriculteurs disposent de surfaces irriguées. De plus, 80 % de la surface irriguée est détenue par 20 % des agriculteurs ayant accès à l’eau (fig. 4).

(Source : Bureau central des statistiques, Damas)


Fig. 3 ‑ Localisation des surfaces irriguées en 1997

Fig. 3 ‑ Localisation des surfaces irriguées en 1997

Fig. 4 ‑ Répartition des surfaces irriguées

Fig. 4 ‑ Répartition des surfaces irriguées

(Source : Services agricoles, Salamya)

7Le nombre de puits dans la zone d’étude est passé de 300 au début des années 1950 à plus de 5 500 en 2000. D’après la réglementation en vigueur jusqu’en 2001, le forage de puits était soumis à autorisation préalable (les forages sont maintenant interdits). Dans les faits, la grande majorité des forages a été réalisée sans autorisation. La multiplication des puits a eu pour effet d’abaisser les nappes d’inféroflux alimentant les qanats. La quasi-totalité de ces derniers se sont asséchés dans les années 1960 et 1970. Le phénomène a souvent été évoqué pour dénoncer les risques d’épuisement des eaux souterraines. Toutefois, l’assèchement des qanats n’est pas nécessairement le signe d’un épuisement alarmant des nappes phréatiques. Au contraire, le bilan de l’utilisation et de la répartition de l’eau provenant de ces nappes semble être plutôt positif.

8Nous prendrons pour exemple la zone de concentration des qanats de piémont. Les photos aériennes de la fin des années 1950 donnent une image précise des surfaces irriguées à cette époque. Elles se situent au sud de l’agglomération d’al-Sa’an, qui fut un des premiers foyers de réoccupation par des agriculteurs ismaéliens, et à proximité des vestiges de la ville byzantine d’Andarin. Les parcelles étaient irriguées, dans ce secteur, par des eaux provenant de qanats et de puits exploitant la nappe d’inféroflux. La localisation des surfaces irriguées dans le secteur d’Andarin était, à la fin des années 1950, probablement comparable à celle de l’époque byzantine. Ces terres étaient irriguées en hiver et, pour une partie, également en été, ceci même dans les années de très faible pluviosité tel que ce fut le cas entre 1956 et 1961.

  • 7 Jaubert et al. 2002.

9L’analyse de l’évolution des surfaces irriguées à l’échelle du bassin-versant montre un déplacement des zones irriguées de l’aval vers l’amont. Ainsi, l’assèchement des qanats et des surfaces irriguées à proximité d’Andarin s’explique par la forte extension de l’irrigation au nord d’al-Sa’an 7. Les surfaces asséchées ont été plus que compensées par l’extension des surfaces irriguées en amont. Le phénomène est net dans le cas étudié : quelque 700 ha ont été perdus au profit d’environ 1900 ha. Globalement, l’accroissement du nombre de puits paraît avoir eu un effet positif sur l’exploitation des nappes phréatiques depuis 1980. Elles sont d’une part plus exploitées et d’autre part plus efficacement utilisées. En effet, l’eau est essentiellement utilisée pendant la saison des pluies pour assurer une irrigation de complément sur le blé. L’irrigation de complément est, comparativement à l’irrigation totale pratiquée en été, plus efficace en termes d’utilisation de l’eau. Les besoins pour l’irrigation de complément sur du blé sont deux fois et demie à plus de trois fois inférieurs à la quantité d’eau nécessaire pour la production de coton. Les apports en eau sont de l’ordre de 4000 m/ ha pour le blé et de 10 000 à 13 000 m/ ha pour le coton. Les besoins en eau du coton sont variables en fonction des conditions climatiques et, plus particulièrement, des pics de température estivale qui provoquent une augmentation sensible de la consommation. Dans le cas du blé irrigué, le revenu net par m3 d’eau est de 5,60 LS et varie de 4,55 à 3,85 LS pour le coton en fonction de la quantité d’eau utilisée. Le calcul du revenu net par m3 ne se justifie qu’à l’échelle régionale. Au plan individuel, compte tenu du faible coût du pompage, le coton est économiquement l’option la plus intéressante pour les agriculteurs disposant d’une capacité d’irrigation en été.

  • 8 Hadj 2003.
  • 9 Les effets d’apports déficitaires sur les rendements des oliviers ont été étudiés en Californie (Go (...)
  • 10 L’irrigation gravitaire ne peut être pratiquée qu’à proximité d’un puits. Parmi les agriculteurs ay (...)
  • 11 Adjoub 2002.
  • 12 Hadj 2003.
  • 13 Le coût du m3 est d’environ 0,30 LS pour les agriculteurs des périmètres irrigués du programme d’ex (...)

10L’introduction récente des oliviers modifie sensiblement les perspectives en termes d’efficacité d’utilisation de l’eau. Les plantations d’arbres à l’est de Salamya se développèrent dès la fin des années 1970, dans les jardins situés dans les cours des fermes. Les parcelles d’oliviers commencent à apparaître dans le paysage au début des années 1990 et s’étendent rapidement à partir de 1995 dans les villages de la zone d’étude. Le revenu net par m3, pour une production de 15 kg par arbre au prix actuel de l’huile d’olive, est en effet de 130 LS. Ceci dans les conditions d’irrigation économiquement les moins favorables, c’est-à-dire lorsque l’eau est achetée et transportée vers les parcelles 8. Le volume d’eau utilisé pour l’irrigation des oliveraies est limité. Les oliviers conservent une capacité de production dans des situations de sous-alimentation en eau ce qui permet de pratiquer une irrigation dite déficitaire 9. Cette adaptation des oliviers à la sécheresse rend possible un approvisionnement par citerne pour une irrigation directe ou pour le remplissage de réservoirs alimentant des systèmes de goutte à goutte. Dans les cas d’approvisionnement par citernes, les apports varient de 100 à 300 m3 par hectare et par an 10. Le transport de l’eau d’irrigation élargit considérablement le domaine potentiellement irrigable. Dans le cas du blé ou du coton, les puits doivent, en effet, être situés à proximité des parcelles, alors que l’irrigation des oliveraies peut être pratiquée à plusieurs kilomètres d’un puits. De plus, les agriculteurs ne disposant pas de puits peuvent s’approvisionner en achetant de l’eau ce qui est le cas pour 25 % des producteurs d’olives des villages de la province de Hama situés dans notre zone d’étude 11. Le marché de l’eau s’est développé initialement pour l’abreuvement des troupeaux dans la steppe. L’eau était vendue, en 2002, au prix de 60 LS par citerne de 3.500 l, auquel il faut ajouter le coût du transport qui peut se faire sur plus de 10 km 12. Le prix moyen d’une citerne était de 250 LS, ce qui donne un prix moyen du m3 de 71 LS 13.

11Depuis 1996, l’extension des surfaces irriguées à partir des eaux souterraines se localise dans les villages de la grande fayda centrale, exploitant un aquifère profond. La découverte de cet aquifère, en 1995, est à l’origine d’une intense spéculation liée, outre à la présence de l’eau, à la nature des terres et à la structure foncière de ces villages. Nous avons vu que cette zone était irriguée, à l’époque byzantine, par deux groupes de qanats, mais, en l’absence d’irrigation, ces sols profonds et bien drainés ont un très faible potentiel de production, à l’exception des années particulièrement pluvieuses. Ces terres n’ont d’ailleurs été mises en culture qu’à la fin des années 1960. Cet intérêt tardif et le handicap en matière de cultures pluviales expliquent la grande taille des exploitations. Leur surface moyenne dans la fayda est en effet de 35 ha. La qualité des terres, la taille des exploitations et le débit de forages permettant d’irriguer de 30 à 50 ha, offrent des conditions exceptionnelles pour le développement de l’irrigation. Les surfaces irriguées d’un seul tenant dans les zones d’extension du projet de l’Euphrate sont au maximum de 16 ha, et les surfaces attribuées dans le cadre de la privatisation des fermes d’État sont de 3 ha. L’investissement initial, comprenant le forage, l’achat d’une pompe et des tuyaux, était en 1999 de 500 000 à 550 000 LS, c’est-à-dire l’équivalent de la marge nette d’une dizaine d’hectares de coton. Dans ces conditions, on comprend que la mobilisation des fonds nécessaires n’a pas été un réel obstacle.

12Les installations ont été financées par des capitaux familiaux ou dans le cadre de contrats d’associations entre agriculteurs et investisseurs privés. Ces contrats sont établis pour une durée de trois à cinq ans. L’investisseur finance l’intégralité des dépenses allant du forage à l’achat de la pompe et des tuyaux. Il finance également la mise en culture des parcelles et les frais de pompage. Le propriétaire ou le locataire des terres reçoit, pendant la durée du contrat, 10 à 20 % du produit de la vente de la production. Au terme du contrat, le forage lui revient. Les équipements, pompes et tuyaux, peuvent être rachetés par l’agriculteur à leurs valeurs vénales ou être repris par l’investisseur, ce qui est rarement le cas. Ces contrats sont établis sur le même principe que les contrats d’élevage ou de culture d’orge, mais avec un risque moindre et une rentabilité nettement supérieure pour les investisseurs. Nous retrouvons ici un des facteurs importants contribuant au dynamisme économique des marges arides : la capacité à mobiliser des financements. Sans accès aux crédits bancaires, ce qui est très fréquent en raison de l’illégalité des forages, la mobilisation de capitaux dans le cadre d’associations, familiales ou non, permet l’exploitation rapide d’opportunités de production telles que celles créées par la découverte d’un aquifère profond. La pérennité de l’approvisionnement en eau à partir de l’aquifère profond n’est pas assurée. Le niveau de l’eau dans les puits a en effet baissé de 50 m depuis la réalisation des premiers forages. Il se situait en 2003, à 85 m de la surface et la limite d’utilisation des pompes en service est de 100 à 120 m.

Réglementation de l’exploitation des eaux souterraines

13L’attention au plan national a longtemps été concentrée sur la mobilisation des eaux de surface et plus particulièrement sur le projet d’aménagement du bassin de l’Euphrate. Au plan international, la question de l’eau en Syrie se réduit le plus souvent aux conflits transfrontaliers de partage de l’eau au nord et au sud du pays. Un des apports du rapport de la Banque mondiale est certainement de souligner l’importance des enjeux en matière de gestion des eaux souterraines. Plus de 70 % de l’augmentation des surfaces irriguées, depuis le début des années 1980, provient en effet de l’exploitation des eaux souterraines (fig. 5). Comparativement aux études affirmant, sans distinction de lieu, les risques de surexploitation de cette ressource, le rapport de la Banque mondiale est plus nuancé. Sur la base des données disponibles, en particulier celles compilées par la coopération japonaise (JICA 1998), la situation en matière d’exploitation des eaux souterraines est jugée critique dans deux des sept bassins que compte le pays (fig. 6 et tableau 1).

Fig. 5 ‑ Graphe d’évolution des surfaces irriguées et des sources d’approvisionnement en eau

Fig. 5 ‑ Graphe d’évolution des surfaces irriguées et des sources d’approvisionnement en eau

Fig. 6 ‑ Carte des bassins versants

Fig. 6 ‑ Carte des bassins versants

Tableau 1 ‑ Utilisation de l’eau et disponibilité par bassin versant (million de m3)

Bassin

Irrigation

Domestique

Industrie

Consommation

Eau Renouvelable

Volume

%

Volume

%

Volume

%

Volume

Volume

Yarmouk

360

82

70

16

10

2

440

500

Alep

780

68

280

24

90

8

1.150

500

Oronte

2.230

82

230

8

270

10

2.730

3.900

Barada

920

68

390

29

40

3

1.350

900

Côte

960

86

120

11

40

4

1.120

3.000

Steppe

340

87

40

10

10

3

390

700

Euphrate

7.160

95

250

3

110

1

7.520

N D

Total

12.750

87

1.390

9

571

4

14.700

Source : World Bank 2001

14La consommation d’eau excède les ressources renouvelables dans les bassins d’Alep et du Barada, ce dernier incluant l’agglomération de Damas et ses trois millions ou plus d’habitants. Certains quartiers de la capitale souffrent périodiquement de pénurie d’eau. L’exploitation des ressources hydriques dans ce bassin se pose, de plus en plus, en termes de compétition entre les usages domestiques et agricoles. De larges secteurs de l’oasis de Damas, la Ghouta, située en aval de l’agglomération ont été asséchés à cause des captages effectués en amont. Dans le cas du bassin d’Alep, l’évaluation est plus difficile et la situation moins tendue, car la ville est en grande partie approvisionnée par une canalisation alimentée par les eaux de l’Euphrate.

15L’évaluation du rapport entre la consommation et les ressources renouvelables dans le bassin de la steppe, qui nous concerne plus particulièrement, est mitigée. Les données disponibles indiquent que les ressources en eau renouvelable ne sont que partiellement exploitées, offrant un potentiel pour une augmentation des prélèvements. Toutefois, les données sont jugées incertaines. Le taux moyen de recharge annuelle, estimé à 10 % de la pluviométrie annuelle, est approximatif et probablement supérieur à la réalité, en particulier dans les régions arides. Par ailleurs, les données pluviométriques sont lacunaires. Les travaux effectués dans le cadre du programme « Marges arides » confirment les réserves des experts mandatés par la Banque mondiale. Par ailleurs, on peut ajouter que l’analyse globale du bassin de la steppe n’a qu’une valeur limitée dans la mesure où l’eau est exploitée principalement dans les marges occidentales cultivées, localisées pour l’essentiel dans notre zone d’étude.

  • 14 World Bank 1993.

16Les recommandations du rapport en matière d’amélioration de la gestion de l’eau découlent en droite ligne des principes de gestion définis par la Banque mondiale au début des années 1990 14. Elles préconisent notamment une suppression des subventions aux cultures irriguées et une augmentation de la tarification de l’eau dans les périmètres irrigués à partir des eaux de surface. Pour le blé, par exemple, les prix payés aux producteurs entre 1996 et 2002 ont été, en moyenne, supérieurs de 46 % aux prix mondiaux. En matière de tarification de l’eau distribuée dans les grands périmètres irrigués, la Syrie fait cependant déjà figure de « bon élève », même si le tarif actuel de 3 500 LS/ha ne couvre pas la totalité de l’amortissement des aménagements et des charges estimées à 4 500 LS/ha. Dans le cas des eaux souterraines, le rapport recommande une augmentation des prix de l’énergie pour inciter les agriculteurs à réduire la consommation et à améliorer l’efficacité d’utilisation de l’eau. Sur le plan technique, l’attention est surtout portée sur l’amélioration des méthodes d’irrigation et des systèmes d’amenée d’eau et de drainage des périmètres irrigués. Les recommandations institutionnelles suggèrent une révision de l’objectif dominant de mobilisation de l’eau du Ministère de l’irrigation, au profit des objectifs de gestion décentralisée des ressources. Ceci suppose une amélioration d’une part de l’information disponible, et d’autre part des capacités d’analyse du ministère des dimensions techniques et sociales de l’exploitation de l’eau. En dernier lieu, le rapport préconise la mise en place d’une gestion participative donnant aux organisations d’agriculteurs un pouvoir accru de décision.

17Les recommandations de la Banque mondiale s’inscrivent dans une perspective à moyen ou à long terme de libéralisation économique. Si le processus est initié en Syrie depuis les années 1990, il demeure cependant lent. La tarification de l’eau des périmètres irrigués du programme d’aménagement de l’Euphrate a récemment été augmentée de 2 500 à 3 500 LS/ha. Un décret de décembre 2001 a créé une commission de conseil en matière d’exploitation de l’eau qui a mis en place, en 2002, un recensement des surfaces irriguées, des sources d’alimentation en eau et des méthodes utilisées. Toutefois, d’autres recommandations, telles que la suppression des subventions, supposent une réorientation de la politique de substitution aux importations. L’augmentation des prix de l’énergie, s’agissant de Gasoil, ne peut être envisagée uniquement pour les pompes hydrauliques agricoles. Elle affecterait les transports, l’industrie et les usages domestiques, notamment le chauffage. Par ailleurs, dans un contexte de négociations difficiles avec la Turquie, la mobilisation des eaux de l’Euphrate demeure un objectif majeur reléguant la question de l’efficacité d’utilisation de l’eau au second plan.

18Les mesures, prises par les autorités en 2001, en matière de régulation de l’utilisation des eaux souterraines ont, quant à elles, un effet immédiat. Elles s’appliquent en particulier au bassin de la steppe, dont la situation est jugée critique du fait de l’intensification rapide de l’exploitation des eaux souterraines et de l’apparition dans plusieurs villages de problèmes d’approvisionnement en eau domestique. Ces mesures comprennent :

19– l’interdiction de nouveaux forages à l’exception de ceux destinés à l’approvisionnement en eau de boisson ;

  • 15 Al-Jundi 2003.

20– la légalisation des puits existants sous condition pour les utilisateurs de se conformer à des règles d’utilisation de l’eau incluant 15 :

21• l’interdiction des cultures d’été ;

22• la pose de compteurs volumétriques ;

23• la limitation du volume d’eau utilisable à 7000 m3 par hectare ;

24• le respect des surfaces autorisées pour l’irrigation ;

25• l’interdiction de la vente de l’eau.

26À la différence des réglementations précédentes, ces mesures semblent soutenues par une réelle volonté politique. Les puits légalisés doivent être équipés de compteurs volumétriques et font l’objet de contrats stipulant le volume d’eau exploitable ainsi que la surface irrigable. De plus, l’interdiction de la culture du coton dans la zone 4 a été mise en application en 2001. Cette interdiction avait été décidée en 1992, mais était restée sans effet. Outre l’absence de contrôle, on peut aussi noter que la production des surfaces irriguées sans autorisation était achetée jusqu’en 2000 par l’organisme d’État chargé de la commercialisation du coton.

Sur et sous-exploitation des eaux souterraines

27La variabilité des précipitations se traduit par une variabilité plus grande encore des recharges annuelles de la nappe phréatique. En effet, plus les précipitations sont importantes, plus la part qui s’infiltre est élevée. A contrario, l’infiltration devient presque insignifiante lors des années très sèches.

  • 16 Belloni 2004.

28Les études récentes effectuées par le bureau AKF de Salamya, en collaboration avec le Centre d’hydrogéologie de l’Université de Neuchâtel, ont permis d’évaluer de manière relativement précise la recharge annuelle des nappes 16. En effet, en se basant notamment sur les relevés piézométriques effectués sur les nappes phréatiques durant ces dernières années et en tenant compte des prélèvements d’eau effectués pour l’irrigation, on peut calculer de manières différentes et simplifiées la recharge lors des années humides ou sèches.

29Cette approche conduit aux résultats suivants :

30– en année sèche, avec moins de 150 mm de précipitations, la recharge est considérée comme presque inexistante ;

31– en année très humide, avec 400 mm, la recharge devient très importante : plus de 100 mm.

32– pour les années normales par contre, ou pour une moyenne sur de nombreuses années, on a retenu une recharge de 10 à 15 mm, soit environ 6 %.

33Ainsi, pour la région d’al-Sa‘an, nous pouvons proposer sur la base des observations ci-dessus un modèle de recharge simplifié (fig. 7). Cette relation simplifiée ne prend pas en compte de nombreux facteurs, comme par exemple la distribution des précipitations au cours de la saison des pluies. Il est arrivé, en 2001 par exemple, que la majeure partie des précipitations tombe en une seule averse. Dans ce cas, malgré une année relativement sèche, la recharge a été exceptionnelle.

Fig. 7 ‑ Relation simplifiée recharge - précipitations annuelles pour la zone d’étude

Fig. 7 ‑ Relation simplifiée recharge - précipitations annuelles pour la zone d’étude

34L’aquifère profond est contenu dans les grès marneux calcaires d’âge Crétacé. Ces grès affleurent au sud de la zone d’étude, essentiellement dans le Jabal al-Bal‘as. C’est vraisemblablement dans cette zone que se situe la recharge principale de cet aquifère, recharge qu’il n’est pas possible de quantifier avec les données disponibles. En régime naturel, l’aquifère profond se décharge dans la région des sebkhas situées au nord de Bayyud. Les récents pompages intensifs ont cependant fortement réduit dans cette région la charge de l’aquifère profond, entraînant probablement une réalimentation secondaire de celui-ci à partir des nappes phréatiques supérieures. L’importance de ce transfert est difficile à évaluer sans simuler celui-ci à l’aide d’un modèle numérique.

35En 2002, la consommation d’eau pour l’irrigation dans notre zone d’étude est estimée à 53 millions de m3, dont la répartition entre les cultures est donnée dans la figure 8. La consommation ne peut pas, en l’état, être comparée à la recharge estimée ; il est en effet nécessaire de distinguer les deux ressources d’eaux souterraines utilisées dans la zone d’étude : l’aquifère profond du Crétacé et les nappes phréatiques dont la dynamique et l’évolution de l’exploitation sont différentes. L’exploitation de l’aquifère profond débute en 1995 et s’est rapidement intensifiée. Entre 1996 et 2002, la consommation annuelle passe de 13 à 21 millions de m3. L’abandon du coton, à la suite de l’application de son interdiction dans la zone 4, a réduit l’extraction de près de 3 millions de m3, mais cette économie d’eau a été plus que compensée par l’augmentation des surfaces irriguées de blé, d’orge et d’oignons (fig. 9). En l’absence d’étude de l’évolution globale de la ressource, la pérennité de l’exploitation reste une question ouverte. Il est vraisemblable cependant, compte tenu des rabattements importants générés par les nombreux puits d’exploitation, que les quantités d’eau prélevées soient supérieures aux ressources disponibles et qu’à terme, aussi bien la qualité que la quantité des ressources en eau d’irrigation de l’aquifère profond se dégraderont.

Fig. 8 ‑ Répartition de l’eau d’irrigation par types de culture.

Fig. 8 ‑ Répartition de l’eau d’irrigation par types de culture.

Fig. 9 ‑ Évolution de la consommation à partir de l’aquifère profond

Fig. 9 ‑ Évolution de la consommation à partir de l’aquifère profond
  • 17 Kirata 2004.

36On peut aussi noter que l’exploitation de l’aquifère profond a induit des problèmes d’approvisionnement en eau domestique dans certains secteurs. La remontée d’eau assez fortement minéralisée a en effet pollué localement les nappes phréatiques dans lesquelles est puisée l’eau domestique. Dans le village de Bayyud, par exemple, l’eau de deux des trois puits fournissant l’alimentation domestique ne peut plus être utilisée à cet effet depuis la mise en exploitation de l’aquifère 17.

37La situation est sensiblement différente pour ce qui concerne l’utilisation des nappes phréatiques. Le volume d’eau puisé dans ces nappes est en effet estimé, en 2002, à 32 millions de m3 pour une recharge annuelle estimée à 72 millions de m3 en année moyenne. Globalement, l’exploitation représente un peu moins de 50 % de la recharge annuelle. Entre 1996 et 2002, les prélèvements ont diminué de 1,3 million de m3 (fig. 10). L’arrêt, dans la zone 4, de la production de coton irriguée à partir des nappes phréatiques a réduit les prélèvements de 2 millions de m3. On observe également une diminution de 1,6 million de m3 pour la production d’oignons. Ces réductions de consommation n’ont pas été totalement compensées par l’augmentation des surfaces irriguées de blé, d’orge et d’oliviers.

Fig. 10 ‑ Évolution de la consommation à partir des nappes phréatiques.

Fig. 10 ‑ Évolution de la consommation à partir des nappes phréatiques.
  • 18 idem.

38Si, globalement, les nappes phréatiques offrent un potentiel d’augmentation des prélèvements, une analyse plus détaillée met toutefois en évidence une grande hétérogénéité entre les villages. Le taux d’exploitation des nappes phréatiques a été calculé à partir de l’estimation de la recharge, présentée dans la section précédente, et de l’estimation de la consommation par cultures. Dans plus de la moitié des villages, l’eau n’est pas utilisée ou n’est utilisée qu’à moins de 10 % de la recharge estimée. Dans 28 villages, les prélèvements sont supérieurs à 75 % de la recharge estimée et dans 17 villages parmi ces 28, les prélèvements excèdent la recharge estimée (fig. 11 et 12). Il s’agit de villages bénéficiant de surfaces importantes de terres permettant la culture du blé et antérieurement du coton. Dans ces zones de surexploitation des nappes phréatiques, on observe entre 1996 et 2002 une légère diminution des surfaces irriguées qui peut être liée aux années sèches. Par ailleurs, plusieurs villages tels que Tall Tut et Sabbura sont confrontés à des problèmes d’approvisionnement en eau domestique 18.

Fig. 11 ‑ Taux d’exploitation des nappes phréatiques par village.

Fig. 11 ‑ Taux d’exploitation des nappes phréatiques par village.

Fig. 12 ‑ Carte des taux d’exploitation des nappes phréatiques

Fig. 12 ‑ Carte des taux d’exploitation des nappes phréatiques

39La question de la gestion de l’exploitation des nappes phréatiques ne peut pas être posée uniformément pour l’ensemble de la zone. La surexploitation des nappes est un problème potentiel ou avéré dans 9 % des villages. La réduction de la consommation est, dans ces cas, certainement nécessaire, notamment pour préserver l’approvisionnement en eau domestique. Dans 80 % des villages où la consommation est inférieure à 50 % de la recharge estimée, la réduction de la consommation n’a pas de justification. L’enjeu dans ces villages, en matière d’exploitation des ressources souterraines, est d’améliorer la mobilisation de l’eau afin d’augmenter les revenus agricoles. Le principal facteur limitant n’est pas la quantité d’eau renouvelable, mais la qualité des terres et la capacité d’investissement pour la mobilisation de l’eau. L’arboriculture apparaît de ce point de vue comme une option intéressante autorisant l’utilisation de l’eau sur des terres impropres à la production de blé ou d’orge irriguée avec une efficacité économique nettement supérieure.

40Quelle peut être la portée des mesures de restriction de l’utilisation des eaux souterraines ? L’interdiction de la culture du coton a eu un effet limité, en particulier dans les villages exploitant les aquifères profonds. Dans ces derniers, la consommation d’eau a en effet augmenté de 75 % entre 1996 et 2002 du fait de l’extension des surfaces de céréales et d’oignons. Ce constat, ainsi que les problèmes d’approvisionnement en eau domestique, tendent à justifier la nouvelle réglementation décidée en 2001. L’efficacité des mesures pose cependant plusieurs questions.

  • 19 La direction du Bassin de la steppe a autorisé, en 2001, les propriétaires de puits à irriguer des (...)

41Le volume autorisé de 7 000 m3 par hectare n’est pas restrictif pour ce qui concerne le blé et permet un dépassement, difficilement contrôlable, des surfaces autorisées. L’expérience récente montre, en effet, que les interdictions totales, lorsqu’elles sont appliquées, sont très largement respectées. Ceci est le cas pour le coton dans la zone 4 depuis 2001, ainsi que pour les cultures pluviales dans la zone 5, interdites depuis 1995 19. Toute transgression de ces interdictions totales est immédiatement visible. Par contre, le contrôle des limitations de surfaces de cultures autorisées nécessite une mesure ou une estimation des surfaces, difficile à réaliser en l’absence de relevés cadastraux des parcelles. Les limitations de surfaces cultivées dans la steppe n’ont jamais pu être imposées avant leur interdiction totale, faute de moyens de contrôle suffisants, même pendant les périodes durant lesquelles il existait une volonté de limiter les cultures. L’autorisation de prélèvement de 7 000 m3 d’eau par hectare permet aux agriculteurs de pratiquement doubler la surface autorisée pour la production de blé irrigué. Ce constat et le fait que la production d’oignons, dont la consommation d’eau est proche de celle du coton, échappe à l’interdiction des cultures d’été dans la zone 4, soutiennent l’hypothèse que les préoccupations économiques ne sont pas absentes de la définition et de l’application des mesures de restriction d’utilisation de l’eau. Les oignons fournissent en effet la matière première à une usine de déshydratation, située à Salamya, et la baisse des surfaces irriguées, dans les villages exploitant les nappes phréatiques, a été compensée par une augmentation des surfaces dans les villages exploitant les aquifères profonds. La surface totale consacrée aux oignons dans la zone étudiée s’est ainsi maintenue à 800 ha entre 1996 et 2002. Dans le cas du coton, on peut observer que l’application de l’interdiction, prise en 1992, intervient en 2001 à la suite d’une baisse sensible des cours mondiaux, se traduisant en Syrie par une nette diminution des prix payés aux producteurs.

Conclusion

42Les mesures prises en 2001 en matière de réglementation de l’exploitation de l’eau pour l’irrigation n’auront probablement qu’un effet limité dans les zones de forte consommation. Par contre, elles sont très pénalisantes dans les villages n’ayant pas ou très peu de terres irriguées. L’interdiction de nouveaux forages et les restrictions de vente d’eau réduisent considérablement les possibilités d’accès à l’eau pour les agriculteurs ne disposant pas de terres irriguées. Par ailleurs, les restrictions en matière de vente d’eau peuvent mettre en péril les oliveraies irriguées à partir d’eau achetée.

  • 20 UNESCO–WWAP 2003.

43La situation d’urgence supposée justifiant les restrictions d’exploitation de l’eau est, nous l’avons vu, relative, en particulier pour les villages exploitant les nappes phréatiques. Une régulation de l’exploitation s’impose certainement ; il est cependant indispensable de se démarquer du diagnostic global sur la pénurie d’eau et sur la surexploitation généralisée des ressources souterraines 20. La réalité est beaucoup plus contrastée : d’une part, il est nécessaire de distinguer, au sein des ressources hydrogéologiques, l’aquifère profond et les nappes phréatiques, et d’autre part, les niveaux de consommation sont très variables en fonction des villages. Une réduction de la consommation est souhaitable dans les villages exploitant l’aquifère profond et dans certains villages exploitant intensément les nappes phréatiques et dans lesquels l’approvisionnement en eau domestique pose des problèmes. Ces cas ne justifient cependant pas l’adoption de mesures de restriction de l’exploitation de l’eau, généralisées à l’ensemble de la zone d’étude. Dans la majorité des villages exploitant les nappes phréatiques, les ressources souterraines sont relativement peu exploitées et l’enjeu principal est d’améliorer, dans ces villages, l’accès et la répartition de l’eau et non d’en limiter l’exploitation. L’hétérogénéité des situations se prête mal à l’application de mesures standard telles que celles définies par la Banque mondiale ou par le Ministère de l’agriculture. Une approche alternative consisterait à définir non des prescriptions, mais des objectifs communs, tels que l’amélioration de l’efficacité de l’utilisation de l’eau et de sa répartition, dont les conditions de réalisation sont variables en fonction des villages. Les mesures de réduction de l’exploitation des eaux souterraines répondent plus aux attentes des organisations internationales qu’aux enjeux locaux en matière de gestion des ressources hydriques.

Bibliographie

Adjoub 2002
A. Adjoub, Étude économique et sociale de la production d’olive dans la région de Salamya, Mémoire de fin d’étude, Faculté d’agronomie, Université d’Alep (en arabe), 2002.

Al-Dbiyat 1980
M. al-Dbiyat, Salamieh et sa région, Thèse de 3ème cycle, Université de Tours, 1980.

Al-Dbiyat et Jaubert 2006
M.
al-Dbiyat et R. Jaubert, « Le repeuplement sédentaire des marges arides à l’époque contemporaine (1848-1960) », in R. Jaubert et B. Geyer (éd.), Les marges arides du Croissant fertile, milieu, peuplements et contrôle des ressources en Syrie du Nord, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, p. 71-79.

Al-Jundi 2003
H. al-Jundi, Législations relatives à l’utilisation et la préservation de l’eau d’irrigation, mimeo, Services agricoles de Salamya (en arabe), 2003.

Belloni 2004
S. Belloni, Étude de la recharge et de la qualité des eaux de la région de As Saan, Syrie, Mémoire de diplôme de cycle de spécialisation en hydrogéologie, Centre d’hydrogéologie, Université de Neuchâtel, 2004.

Besançon et Geyer 2006
J. Besançon et B. Geyer, « Contraintes écogéographiques et modes d’occupation du sol », in R. Jaubert et B. Geyer (éd.), Les marges arides du Croissant fertile, milieu, peuplements et contrôle des ressources en Syrie du Nord, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, p. 11-53.

Goldhamer et alii 1993
D. A. Goldhamer, J. Dunai et L. Ferguson, Water use requirements of Manzanillo olives and responses to sustained deficit irrigation, Acta Horticulturae (ishs) 335, 1993, p. 365-372.

Hadj 2003
H. Hadj, L’olivier et la rationalité de l’utilisation de l’eau dans les zones 4 et 5 de la région de Salamieh en Syrie, Mémoire de DEA en étude du développement, IUED, Genève, 2003.

Jaubert et alii 2002R. Jaubert, B. Geyer, F. Debaine et M. al-Dbiyat, L’exploitation des eaux de subsurface des marges arides de Syrie : dégradation ou transformation ?, Sécheresse 13/1, 2002, p. 43-50.

JICA 1998
JICA (Japan International Cooperation Agency), The Study on Water Resources Development in North Western and Central Syria Bassins, Nippon Koei Co. LTD, Sanyu Consultants Inc., Tokyo, 1998.

Kirata 2004
M. Kirata, La gestion de l’eau, objet de conflits dans la zone semi-aride en Syrie, Mémoire de DESS, Développement durable des espaces et sociétés à fortes contraintes, Universités de Genève et de Lausanne, 2004.

Lewis 1949
N. Lewis, Malaria, Irrigation and Soil Erosion in Central Syria, The Geographical Review, Vol 29/2, 1949, p. 278-290.

UNESCO–WWAP
Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau, éd. UNESCO, Paris, 2003.

World Bank
Water Resources Management, World Bank policy paper, World Bank, Washington, 1993.

Syrian Arab Republic Irrigation Sector Report, Report 22602-SYR, World Bank, Washington, 2001.

Notes

1 Ces dernières sont définies dans la division administrative en vigueur comme les espaces où la pluviométrie annuelle moyenne est inférieure à 200 mm.

2 World Bank 2001.

3 Al-Dbiyat et Jaubert 2006.

4 Besançon et Geyer 2006.

5 Lewis 1949.

6 Al-Dbiyat 1980.

7 Jaubert et al. 2002.

8 Hadj 2003.

9 Les effets d’apports déficitaires sur les rendements des oliviers ont été étudiés en Californie (Goldhamer et al. 1993). D’après les résultats de ces essais, le rendement maximum est réduit de 50 % lorsque l’apport d’eau (précipitation plus irrigation) est réduit des deux tiers.

10 L’irrigation gravitaire ne peut être pratiquée qu’à proximité d’un puits. Parmi les agriculteurs ayant planté des parcelles d’oliviers, 42 % irriguent par gravité, 41 % à partir de citernes et 17 % par goutte à goutte ; Hadj 2003.

11 Adjoub 2002.

12 Hadj 2003.

13 Le coût du m3 est d’environ 0,30 LS pour les agriculteurs des périmètres irrigués du programme d’exploitation des eaux de l’Euphrate.

14 World Bank 1993.

15 Al-Jundi 2003.

16 Belloni 2004.

17 Kirata 2004.

18 idem.

19 La direction du Bassin de la steppe a autorisé, en 2001, les propriétaires de puits à irriguer des cultures d’hiver sur une surface limitée allant de 1 à 5 ha selon les cas.

20 UNESCO–WWAP 2003.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Zone d’étude
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1332/img-1.png
Fichier image/png, 85k
Crédits (Source : Bureau central des statistiques, Damas)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1332/img-2.png
Fichier image/png, 4,7k
Titre Fig. 3 ‑ Localisation des surfaces irriguées en 1997
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1332/img-3.png
Fichier image/png, 79k
Titre Fig. 4 ‑ Répartition des surfaces irriguées
Crédits (Source : Services agricoles, Salamya)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1332/img-4.png
Fichier image/png, 7,2k
Titre Fig. 5 ‑ Graphe d’évolution des surfaces irriguées et des sources d’approvisionnement en eau
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1332/img-5.png
Fichier image/png, 14k
Titre Fig. 6 ‑ Carte des bassins versants
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1332/img-6.png
Fichier image/png, 74k
Titre Fig. 7 ‑ Relation simplifiée recharge - précipitations annuelles pour la zone d’étude
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1332/img-7.png
Fichier image/png, 7,3k
Titre Fig. 8 ‑ Répartition de l’eau d’irrigation par types de culture.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1332/img-8.png
Fichier image/png, 4,7k
Titre Fig. 9 ‑ Évolution de la consommation à partir de l’aquifère profond
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1332/img-9.png
Fichier image/png, 6,0k
Titre Fig. 10 ‑ Évolution de la consommation à partir des nappes phréatiques.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1332/img-10.png
Fichier image/png, 7,0k
Titre Fig. 11 ‑ Taux d’exploitation des nappes phréatiques par village.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1332/img-11.png
Fichier image/png, 6,3k
Titre Fig. 12 ‑ Carte des taux d’exploitation des nappes phréatiques
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1332/img-12.png
Fichier image/png, 66k

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540