Fondations pieuses en mouvement

 | 
Musa Sroor

Deuxième partie : Transformation des statuts de propriété de biens waqfs à Jérusalem (1858-1917) : entre législation et spoliation

Conclusion de la deuxième partie

Texte intégral

1Nous avons pu suivre le processus de transfert du statut de propriété des biens waqfs dans la Jérusalem ottomane de 1858 à 1917 et même au-delà, vers trois destinations qui n’étaient pas celles prévues par les fondateurs.

  • 1 Firmân consigné dans le registre du cadi de Tripoli (arâblus al-Shâm) le 24 Muarram 1261/ 2 févri (...)

2Dans un premier temps, nous avons examiné comment certains biens waqfs se sont « métamorphosés » en biens personnels de nations étrangères et de leurs ressortissants à Jérusalem. Dans ce cas, ce sont les bâtiments auxquels étaient destinés les revenus des waqfs qui devenaient propriétés privées, alors que les revenus mêmes continuaient d’être considérés comme waqf et contrôlés par les mutawallîs. C’était le cas de la Madrasa al-alâhiyya, du Bîmâristân al-alâî et de la Khânqâh al-alâiyya, institutions issues du waqf de Saladin (alâ al-Dîn al-Ayyûbî) et classées comme waqfs mustathnâ’par l’Empire ottoman 1.

3Nous avons ensuite pu constater comment certains bâtiments et revenus de waqfs ont été accaparés par l’Empire ottoman et ses institutions officielles. Le Département de l’éducation (Dâ’irat al-Ma‘ârif) de Jérusalem occupait en effet les locaux de plusieurs madrasas qu’il avait transformés selon ses besoins tandis que les revenus des mêmes madrasas étaient détournés vers les caisses du Trésor Public. De la même façon, le gouvernement ottoman a confisqué des villages et des fermes appartenant aux waqfs khayrî comme les biens de la takiyya de la Khâṣṣikî Sulân ainsi que des madrasas, et les a inscrits au cadastre comme propriétés d’État au nom de leur exploitant. Ou encore, l’État s’est approprié plusieurs biens waqfs qu’il utilisait selon ses besoins, matériel et diplomatique, comme dans le cas du ammâm al-Sulân. Par ailleurs, un certain nombre de bâtiments de waqfs khayrî étaient occupés illégalement par des institutions gouvernementales telles que la municipalité de Jérusalem, le Département de l’éducation, les Départements militaires et le tribunal religieux de Jérusalem.

4Enfin, certains résidents de Jérusalem ont usurpé des biens et revenus de waqfs de manière légale ou illégale. Dans certains cas, les juges validaient ces transformations rendues possibles par la législation ottomane. Dans d’autres cas, les biens et revenus des waqfs, et notamment les bâtiments des madrasas, étaient illégalement saisis.

5En tout état de cause, la Sublime Porte et l’administration locale des biens waqfs khayrî ont joué un rôle très important dans la transformation du statut de propriété de plus de 75 institutions appartenant aux waqfs ou subventionnées par les waqfs de Jérusalem à la fin de l’époque ottomane, et de plus de 150 villages (qaryas) et fermes (mazra‘as) qui y étaient attachés.

Notes

1 Firmân consigné dans le registre du cadi de Tripoli (arâblus al-Shâm) le 24 Muarram 1261/ 2 février 1845 : Sijill 33 (arâblus al-Shâm), p. 77-78.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540