Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies d'acquisition de l'eau et société au Moyen-Orient depuis l'Antiquité

 | 
Mohamed Al-Dbiyat
, 
Michel Mouton

Eau et peuplement dans les marges arides : le cas de la région de Salamya en Syrie centrale

Mohamed Al-Dbiyat

Résumé

L’exploitation de la nappe phréatique a permis l’implantation de la grande majorité des villages de la région des marges arides de Syrie depuis l’époque byzantine. La remise en fonction du système hydro-agricole antique par des nouveaux agriculteurs qui ont repeuplé la région de Salamya au xixe siècle a favorisé la remise en culture d’une partie de la steppe à l’est de la ville. L’utilisation du réseau antique s’est accompagné de l’utilisation de nouvelles méthodes qui ont permis d’augmenter l’efficacité et le rendement des qanâts. Cette mise en valeur s’est accompagnée de la mise en place de modes d’organisation et d’exploitation permettant la gestion des ressources, la répartition des parcelles irrigables par la famille et l’entretien des qanâts et des réseaux d’irrigation. Ensuite, à partir des années 1960, malgré l’épuisement de la nappe phréatique et l’assèchement des qanâts, l’homme a su s’adapter aux contraintes de l’environnement en ayant recours à des méthodes modernes d’irrigation et à des cultures alternatives moins exigeantes en eau, comme l’arboriculture, en particulier celle de l’olivier.

The exploitation of the ground water made possible the settlement of the large majority of the villages in the arid margins of Syria since the Byzantine time. The re-use of the ancient hydro-agricultural system by new agriculturists who repopulated the region of Salamya in the 19th century allowed the culture of part of the steppe to the East of the city. Combined with new modern technics, the ancient network of qanats became much more efficient and productive. This improvement brought about the setting up of organisation and exploitation methods for the management of the resources, the distribution of the parcels by family, the maintenance of the qanats and the irrigation networks. Then, since the 1960’s, in spite of the depletion of the ground water and the dryness of the qanats, the population has been able to adapt to the constraints of the environment using alternative methods of irrigation saving water, such as arboriculture, especially the olive tree.

لقد سمح استثمار المياه الجوفية بإنشاء الأغلبية العظمى من قرى منطقة الهوامش الجافة منذ الفترة البيزنطية. إن إعادة النظام المائي الزراعي القديم للعمل من قبل المزارعين الجدد، الذين استوطنوا منطقة سلمية في القرن التاسع عشر، قد أحيى زراعياً قسماً من البادية الواقعة شرق المدينة.

 وقد صاحب استخدام شبكة الري القديمة إدخال طرق حديثة في الري ساهمت بزيادة فعالية ومردود الأقنية. كما صاحب هذا التطور اعتماد طرق جديدة للتنظيم وللاستثمار تسمح بإدارة الموارد الطبيعية، لاسيما في مجال توزيع الأراضي المروية على العائلات وصيانة الأقنية وشبكات الري. ثم، ومنذ السنوات 1960، وبالرغم من الاستعمال الجائر للمياه الجوفية وجفاف الأقنية القديمة، استطاع الإنسان التأقلم مع العوائق البيئية في المنطقة، وذلك بالاعتماد على الطرق الحديثة في الري وإدخال زراعات بديلة أقل شراهة للمياه، كزراعة الأشجار المثمرة، خصوصاً شجرة الزيتون.

Texte intégral

  • 1 Depuis 1995, l’agriculture est strictement interdite dans les steppes ou la zone agricole 5 selon l (...)
  • 2 Pour plus de détails sur ses régions voir Jaubert et Geyer 2006.

1Les marges arides sont des régions à climat semi aride se trouvant, dans le cas syrien, entre les zones steppiques (la Badia), monde de pastoralisme, et les zones cultivées, zone des sédentaires (la Ma’amoura). C’est l’isohyète 200 mm qui constitue la limite officielle établie par les autorités agricoles syriennes 1. Ce sont des régions à fortes contraintes physiques mais aussi humaines, au contact entre les populations sédentaires et nomades. Ce sont donc des zones de conflit et d’instabilité, économique et social. Cela s’explique par les phases de recul et d’avancée de la vie sédentaire, au cours de l’Histoire, durant lesquelles les sociétés humaines ont été confrontées aux aléas climatiques et surtout aux problèmes d’approvisionnement en eau, pour l’agriculture, l’élevage et les besoins domestiques 2.

2L’eau a eu un rôle capital dans l’histoire et le processus du peuplement des marges arides de Syrie. Son importance est sans cesse répétée dans les études sur les régions arides et semi arides du Proche-Orient. Dans le cas que nous étudions, l’intervention de l’homme depuis l’antiquité dans la mise en valeur de cette ressource et les stratégies d’acquisition de l’eau, montrent que l’irrigation est une des formes essentielles de l’adaptation de l’homme au milieu.

3Cet article s’intéresse à la dernière phase de la sédentarisation des marges arides de Syrie centrale, dans la région de Salamya, à l’époque ottomane, dans la deuxième moitié du xixe siècle. Une phase qui a duré plus de 80 ans, de 1848 à 1935, et a vu l’arrivée massive de populations venant du massif côtier durant les premiers cinquante ans de cette période.

Fig. 1 - Zone d’étude

Fig. 1 - Zone d’étude
  • 3  Thoumin 1936, p. 31.

4L’ homme a été convaincu dès le début de son installation dans cette région, que pour cultiver il fallait irriguer. En 1935 R. Thoumin a écrit : « Quels que soient son travail et son ingéniosité, l’indigène ne peut vivre à l’est de l’Anti-Liban, ni prospérer dans les régions méditerranéennes s’il n’irrigue pas ses terres » 3.

5C’est une région où les précipitations moyennes annuelles sont inférieures à 300 mm et se réduisent encore au fur et à mesure que l’on avance vers l’est : sur une distance de 100 km environ, ce taux passe à moins de 150 mm rendant les cultures pluviales très difficiles.

6D’autre part, les fluctuations annuelles et saisonnières des précipitations sont très marquées dans la région. Les bonnes années, avec une pluviométrie supérieure à la moyenne, ne sont pas très fréquentes. Sur environ 60 ans on compte, dans la région de Salamya, seulement six très bonnes années (fig. 2). L’irrigation est donc indispensable pour maintenir une agriculture de subsistance.

Fig. 2 - Précipitations à Salamya entre 1946 et 2005

Fig. 2 - Précipitations à Salamya entre 1946 et 2005

(station météorologique de Salamya)

  • 4 Ce programme a été mené sous la direction de Bernard Geyer et était diligenté par le laboratoire AR (...)

7Lors de la prospection que nous avons effectuée dans les marges arides en Syrie de nord 4, nous avons constaté que la grande majorité des installations humaines, depuis la préhistoire jusqu’à nos jours, n’avaient pu exister qu’en raison de la présence d’eau. Les phases les mieux représentées spatialement et démographiquement ont été celles correspondant à des périodes d’exploitation optimum de l’eau pour l’agriculture. C’est le cas de la période byzantine et de l’époque actuelle (fig. 3).

Fig. 3 - Phases de peuplement dans la région de Salamya

Fig. 3 - Phases de peuplement dans la région de Salamya

(Geyer et al. 2006)

8Les parallèles entre ces deux époques sont très forts. Ainsi, les agriculteurs installés à partir de la seconde moitié du xixe siècle se sont préférentiellement établis, comme leurs prédécesseurs, sur les sites les plus propices en terme de disponibilité en eau. Ils y ont réutilisé les puits et les citernes anciens, et restauré, au moins partiellement, les aménagements hydrauliques collectant les inféroflux et, dans certains cas, les eaux de source. Ce sont les qanats creusées et organisées à l’époque byzantine et réutilisées à l’époque médiévale dans certains sites appelés « châteaux du désert », qui ont été remises en service lors de la réoccupation des terres par la population migrante du massif côtier au xixe siècle.

  • 5 Sur la technique du qanat , voir entre autres Geyer et al. 2006, English 2002, Al-Dbiyat 1980, Thou (...)

Depuis l’Holocène l’eau de surface est rare, bien que quelques sources existent qui alimentent même parfois un écoulement. De manière générale il faut donc stocker l’eau de pluie ou des écoulements saisonniers dans des citernes, la puiser au travers de puits, dans les nappes phréatiques ou la canaliser avec des qanats qui captent l’eau de la nappe et la drainent par une galerie souterraine jusque dans la plaine pour irriguer de vastes surfaces ou des terres fertiles lointaines de la source initiale 5.

  • 6 Yasin Al-Tikriti 2002, p. 55 ; en Arabie on l’appelle falaj (aflaj au pluriel), foggaras en Afrique (...)
  • 7 English 2002, p. 273.

9Le système de la qanat (foggara) a été introduit dans la région de Salamya à l’époque byzantine. Mais ce système est plus ancien et n’est pas propre à notre région, on le trouve en Arabie à l’âge du Fer 6 et en Iran à partir du VIe s. av. J.‑C 7. Mais nous pensons que la grande vague des qanats en Syrie a été creusée à l’époque byzantine, et qu’elle a facilité la mise en valeur vers l’est des bonnes terres alluviales des faydats (dépressions). Le relief de la région a permis l’adoption de ce système d’aménagement hydraulique. Il occupe les glacis de la Palmyrénide du nord qui se caractérisent par une pente faible dans ses deux parties : la partie nord appartenant au bassin endoréique dont les débouchés des vallées se trouvent au nord de la région de Salamya (fig. 1) et la partie sud appartenant au bassin de l’Oronte : les oueds débouchent dans la vallée principale qui traverse la plaine entourant la ville de Salamya. Ce qui nous intéresse dans ce travail est le rapport entre le système d’aménagement hydraulique ancien et le repeuplement sédentaire de la région de Salamya durant la deuxième moitié du xixe siècle, date de la dernière phase de peuplement sédentaire de la Syrie centrale intérieure. C’est un peuplement intéressant pour plusieurs raisons :

10- c’est le dernier repeuplement des zones abandonnées par les agriculteurs à la fin du xiiie siècle, lors de la dernière invasion mongole ;

11- c’est un mouvement de mise en valeur de terres agricoles ;

12- c’est une tentative du pouvoir pour contrôler les tribus nomades menaçant la Ma’amoura, c’est-à-dire la zone se trouvant à l’ouest de l’axe Damas-Alep, et la zone des villes et des agriculteurs stables ;

13- c’est la remise en fonction du système hydro-agricole antique et l’utilisation des techniques anciennes avec l’introduction de nouvelles méthodes pour augmenter l’efficacité et le rendement des qanats ;

14- c’est la mise en place de méthodes de gestion de l’eau collective, sans l’intervention d’un pouvoir central.

15- c’est une adaptation aux contraintes climatiques, qui fait une large place aux puits, ce qui va changer les modes d’exploitation avec l’introduction des cultures spéculatives comme le coton.

16L’absence de textes sur la reconquête de la région de Salamya, notamment sur le thème qui nous intéresse ici, nous a obligé à recourir à la mémoire collective. Les entretiens effectués récemment avec des personnes âgées de Salamya dans le but de collecter des informations sur les modes d’utilisation de l’eau dans la plaine de Salamya nous donnent quelques éclairages sur les stratégies d’acquisition de l’eau, sur sa gestion et sa distribution, durant la dernière phase de peuplement de la région.

Repeuplement des zones abandonnées par les agriculteurs

  • 8 Al-Dbiyat et Jaubert, 2006, p. 73.

17Au cours du xixe siècle les Ottomans ont encouragé le peuplement des zones intérieures abandonnées depuis la fin du xiiie siècle aux tribus moutonnières (période des grandes invasions mongoles dans les Bilad al Cham). C’est un repeuplement qu’on peut qualifier de véritable reconquête agricole des terres qui avaient été abandonnées pendant plus de quatre siècles au profit du pastoralisme nomade. Des lois et des mesures ont été mises en application pour faciliter cette reconquête visant à étendre la surface des cultures céréalières en Syrie et à contrôler les tribus nomades qui menaçaient les zones agricoles et les localités rurales de la Ma’moura 8. Les populations visées par cette politique ont été les minorités en difficulté sociale ou économique. Ce furent les Ismaïliens et les Alaouites qui vivaient en difficulté, voire dans la misère, dans le massif côtier syrien et les Tcherkesses qui ont été menacés par les forces russes césariennes au xixe siècle. Les autorités ottomanes ont, en outre, encouragé les tribus bédouines à la sédentarisation en leur octroyant des terres cultivables. Ce fut le cas en particulier des petites tribus qui ont pratiqué jusqu’à nos jours le système agro-pastoral caractérisant la vie économique des villages se trouvant à la lisère de la steppe. En effet, plus on avance vers l’est plus l’élevage tient une place importante. Mais nous n’allons traiter ici que le cas de Salamya et de ses territoires où l’ancien système hydro-agricole préexistant a profondément marqué le processus de repeuplement récent.

18Lorsque les premiers pionniers ismaïliens sont arrivés en 1848, ils se sont installés dans les ruines de l’antique ville de Salamya. Puis avec le temps, d’autres terres ont été conquises et d’autres communautés sont venues pour fonder d’autres villages. Les bouches des qanats ont été prises pour des sources naturelles, comme le montrent les noms qui leur ont été donnés : Aïn (source) al-Qassab, Aïn al-Ghandourieh, Aïn al-Bayda, etc. Puis les pionniers ont compris le système et se sont organisés pour remettre les qanats en fonction. Ils ont réaménagé et nettoyé les galeries ainsi que les parties à ciel ouvert et les berkas (bassin, citerne à ciel ouvert), soit en aval des qanats, soit sur les tronçons où la topographie force à une canalisation de surface. Ces berkas se trouvent en général dans les dépressions où les qanats peuvent les traverser. Ces qanats ont donc été perçues comme une ressource naturelle de la région, qu’il a fallu simplement mettre en valeur en mettant en place une organisation efficace et un bon système de contrôle pour l’entretien et la distribution de l’eau.

Répartition des terres

19Le premier problème qui s’est posé dès l’arrivée des nouveaux agriculteurs dans la région a été la répartition des terres arables, car toutes les terres n’étaient pas irrigables à partir des eaux des qanats. Les terres se divisent en trois groupes :

20- les terres irrigables bénéficiant de l’écoulement des qanats, ou d’une source pérenne ou saisonnière ;

21- les terres réservées aux cultures pluviales ;

22- les terres communes destinées aux pâturages qui sont les terres rocheuses non cultivables.

23La répartition des terres arables entre les familles s’est faite sous l’autorité des notables qui ont guidé et organisé le repeuplement de la région de Salamya au xixe siècle, avec l’accord du pouvoir ottoman.

  • 9 Al-Dbiyat 2005.

24Ces notables étaient les mêmes qui dirigeaient leur communauté ismaïlienne dans leur région d’origine dans la montagne côtière. Ils ont maintenu aussi l’entente indispensable pour faire face aux razzias bédouines et pour entretenir et étendre le système hydro-agricole préexistant. Leur autorité a marqué toutes les phases de peuplement de la région jusqu’en 1935, date de la création du dernier village dans l’extrémité est de la région à la lisière de la steppe. C’est le village de, Cheikh Hilal 9.

25Chaque famille bénéficiait d’une surface assez importante dans les terres pluviales, de l’ordre de 20 hectares, et d’une petite surface dans les terres irrigables, de l’ordre d’un hectare. Cette distribution était en rapport avec la surface irriguée disponible, dont l’étendue était liée au débit des qanats de chaque village. Dans certains cas, la parcelle irriguée ne dépassait pas le quart d’un hectare.

26Les terres de la ville naissante de Salamya ont été divisées en 4 secteurs cadastraux bénéficiant des eaux de 3 qanats principale. Dans chaque secteur les droits aux terres irriguées étaient ainsi liés à des qanats bien définies, et tous les agriculteurs avaient une parcelle irriguée dans la plaine de Salamya.

  • 10 Thoumin 1936, p. 39.

27C’est aussi le cas des villages disposant d’une qanat. Celle-ci est une propriété commune, mais les terres irrigables ont été divisées en parcelles égales entre l’ensemble des familles fondatrices de chaque village. La photo aérienne de 1958 montre clairement la multitude des parcelles dans la plaine de Salamya (fig. 4). Au départ l’égalité a commandé la division des terres irrigables, ainsi les grandes familles des notables n’avaient pas plus que les autres, comme dans le cas du Kalamoun et dans la Ghouta de Damas 10. Mais il est évident que progressivement les familles qui avaient des domaines plus vastes sur les terres destinées aux cultures pluviales, ont pu agrandir leurs parts dans les secteurs irrigués, soit par l’achat soit par la location.

Fig. 4 - Vue de Salamya en 1958 : multitude des parcelles irriguées dans la plaine.

Fig. 4 - Vue de Salamya en 1958 : multitude des parcelles irriguées dans la plaine.

(Photo aérienne du service syrien de la géométrie, 1958)

Répartition de l’eau

28Les quantités d’eau réparties entre les agriculteurs possédant des terres irrigables étaient en rapport avec la surface et le débit de chaque qanat. Le débit était mesuré en termes de capacité d’irrigation. L’unité de mesure est la majrafeh, la pelle en dialecte local : telle qanat est d’une pelle ou de deux pelles, etc. L’eau était répartie entre les ayants‑droit, c’est-à-dire les exploitants bénéficiant d’une parcelle sur les terres irriguées et participant de facto à l’entretien des qanats selon un système de « tours d’eau » ou adan . L’intervalle entre deux adans était de l’ordre d’une semaine. C’est le temps estimé pour les besoins en eau des cultures d’été, notamment les cultures maraîchères.

  • 11 Il est appelé aussi « le chef d’eau » dans la région du Kalamoun ; Thoumin 1936.

29L’eau fournie par les qanats était distribuée par des canaux dont la gestion était assurée au début du peuplement par un contrôleur 11 nommé par la collectivité. Après la création de la mairie, c’est la municipalité de Salamya qui a pris le relais. Cette dernière percevait alors auprès des exploitants une redevance proportionnelle au temps d’utilisation et au rendement. La taxe était calculée au 1/10e de la récolte, sur une estimation antérieure à la récolte ou à la moisson. Le paiement de cette taxe et les dépenses qu’entraînaient les travaux d’entretien dépassaient parfois les moyens de certains agriculteurs. C’était le cas en particulier pour l’entretien de qanats puisant l’eau des inféroflux, comme à Hosso al-Albawi où les galeries devaient contourner le village pour amener l’eau au secteur irrigable (fig. 5).

Fig. 5 - Vue des qanats de Hosso al Albawi

Fig. 5 - Vue des qanats de Hosso al Albawi

(Photo aérienne, service  syrien de la géométrie, 1958)

30L’entretien devait être fait avant l’année agricole qui commence en septembre, condition nécessaire pour l’usage des qanats. Et parfois il fallait encore des travaux durant la saison. Les cultures bénéficiant des eaux des qanats étaient principalement le maïs, l’oignon, les cultures maraîchères et la vigne. Le maïs remplaçait le blé pour faire le pain durant les années sèches.

31Certaines qanats, notamment celles qui avaient un débit important, se terminaient par une berka (ou birkeh) pour régulariser la répartition et pour stocker l’eau pendant les périodes de grand débit, surtout en hiver (fig. 6).

Fig. 6 - Vue de la qanat de Mo’akar al Chamali avec sa berka au bord du village

Fig. 6 - Vue de la qanat de Mo’akar al Chamali avec sa berka au bord du village

(Photo aérienne, service syrien de la géométrie, 1958)

32On estime les terres irriguées par des qanats dans l’ensemble de la région de Salamya à 4510 ha (40 % dans le périmètre de la ville de Salamya) vers 1910. Ce chiffre représente un peu plus de la moitié de la surface irriguée actuellement dans la région de Salamya. On comprend l’importance de ce territoire pour une population beaucoup moins importante que la population actuelle (200 000 hab. en 2004).

33Cette situation s’est maintenue jusqu’à l’époque du mandat, et n’a été bouleversée que lors de l’introduction de la culture du coton qui exige plus d’eau. Les agriculteurs ont alors eu recours aux puits. La superficie irriguée s’est étendue énormément. En 1952 la région possédait plus de 20 000 ha des terres irriguées (tableau 1), dont 15 000 ha de coton. Cette pression sur une la nappe phréatique exploitée raisonnablement auparavant a asséché les qanats en une vingtaine d’années. Cette situation a été aggravée par la longue période de sécheresse de 1955 à 1960. Le résultat en a été un appauvrissement de la population, un abandon des terres et un exode rural vers d’autre zones, les villes de Syrie et l’étranger. C’est une vraie calamité anthropique.

Tableau 1 ‑ Qanats, puits et terres irriguées dans la région de Salamya au xxe siècle

Tableau 1 ‑ Qanats, puits et terres irriguées dans la région de Salamya au xxe siècle

D’après Hachem al Jundi, Service agricole de Salamya, 2002

34Il a fallu s’adapter progressivement à des ressources limitées. L’alternative a été la conversion à l’arboriculture, notamment l’olivier. On compte aujourd’hui plus de 2 millions d’arbres dans la région de Salamya. La quantité limitée de l’eau des puits a forcé les agriculteurs à chercher des méthodes et des techniques modernes pour l’irrigation, telles que le goutte-à-goutte. Les cultures estivales, fortes consommatrices d’eau, ont été limitées. Ces politiques sont imposées par l’Etat qui a promulgué aussi des lois interdisant le forage des nouveaux puits dans la région. Depuis 2004 la culture du coton est strictement interdite, seules les cultures hivernales, comme le blé, sont encouragées.

Aspects sociaux de l’utilisation de l’eau

35La conquête de la région de Salamya met en évidence les possibilités d’organisation d’une communauté autour des ressources naturelles, en considérant le système hydro-agricole antique comme un bien commun.

36La répartition des terres irrigables entre les premières familles de colons a été faite selon une certaine égalité, ainsi que la répartition des eaux communes. Cet esprit a eu l’intérêt de maintenir la solidarité au sein de la communauté face aux menaces bédouines ainsi que pour les grands travaux comme l’entretien des qanats, la moisson, les vendanges, etc. Les tribus bédouines ont représenté, jusqu’aux années 1940, une menace permanente pour les agriculteurs sédentaires. Au début du peuplement les villageois ont même été contraints de payer un tribut aux chefs bédouins pour obtenir la paix et la protection : c’est la khoua, c’est‑à‑dire une part de la récolte au moment de la moisson. Mais, avec le temps, les notables ont réussi à conclure une entente avec ces tribus, soit par la force soit par la conciliation.

37Il est intéressant de noter par ailleurs que le peuplement de la région de Salamya s’est accompagné d’un travail collectif important. Ce travail, imposé par le pouvoir central dans l’Antiquité, a été effectué de manière volontaire et organisée par la communauté. C’est le danger d’autrui que représentaient les tribus nomades qui a incité les populations à la solidarité. L’autorité centrale n’intervenait que pour collecter les impôts, car l’organisation de la distribution de l’eau a été basée sur l’autorégulation et le droit coutumier qui donnait satisfaction à tous les usagers.

38Pour finir, ce qui est capital dans la répartition des terres et des eaux dans le cas de la région de Salamya, du point de vue social, c’est le passage de la gestion collective de l’eau à l’époque des qanats à celui de la gestion individuelle depuis l’introduction du pompage dans les années 1940. Il est vrai que la surface irriguée s’est étendue, mais la surexploitation de la nappe a considérablement abaissé le niveau de l’eau, et entraîné le déplacement des terres irriguées de l’aval vers l’amont et l’appauvrissement de villages entiers en raison de l’assèchement des qanats puis des puits superficiels (tableau 1). La politique communautaire de l’eau a été d’exploiter toutes les ressources possibles. Actuellement, la richesse en eau est passée entre les mains des groupes installés sur les terres possédant une nappe phréatique profonde exploitable avec les nouvelles techniques permettant de forer des puits profonds.

Conclusion

  • 12 Al-Dbiyat 1995.
  • 13 Al-Saghir 2005, p. 65.

39Le repeuplement de la région de Salamya, lié en grande partie à la conquête agricole, a été aussi la conquête d’une identité territoriale 12. Les nouveaux arrivants ont su réutiliser un système hydraulique ancien, voire même l’améliorer, pour mettre en place une forte économie de production agricole. Ce système représentait pour eux un acquis environnemental : les qanats faisaient partie des ressources naturelles que possédait la terre qu’ils avaient conquise. C’était un don de la terre 13.

  • 14 Le caza est l’équivalent d’un canton ; ce terme est aujourd’hui remplacé par celui de mantiqa.

40Ils ont su aussi cohabiter avec les bédouins en fondant une solidarité communautaire. Or cette solidarité a été indispensable pour la gestion de l’eau et l’entretien des qanats. Grâce à cette solidarité la région a été parsemée de villages (plus de 170) pendant environ 60 ans, et Salamya est devenue une petite ville et chef-lieu de caza 14 depuis l’époque ottomane. Elle est toujours à ce niveau administratif, mais la ville est maintenant une ville moyenne avec 70 000 habitants d’après le recensement de 2004.

41Le réseau de captation des eaux souterraines a été utilisé durant différentes époques depuis sa création à la période byzantine, et surtout à l’époque ayyoubide en ce qui concerne le cas de la ville de Salamya, et à l’époque contemporaine. Il a été conçu pour irriguer un territoire agricole mais aussi pour alimenter les villes, les hammams et les moulins hydrauliques. Il n’a pas résisté à la spéculation agricole et à la croissance démographique : l’exploitation de la nappe phréatique par pompage mécanique l’a condamné. Le système hydraulique ancien appartient aujourd’hui au patrimoine de la région et témoigne de la capacité de l’homme à s’adapter à l’aridité.

Bibliographie

Amin 1985
M. Amin, Salamya durant 50 siècles, édité par l’auteur, Salamya, 1985, 370 p. (en arabe).

Al-Dbiyat et Jaubert 2006
M. Al-Dbiyat et R. Jaubert, « Le repeuplement sédentaire des marges arides à l’époque contemporaine (1848-1960) », in R. Jaubert et B. Geyer (dir.), Les marges arides du Croissant fertile : peuplement, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, 2006, p. 71-80.

Al‑Dbiyat 2004
M. Al-Dbiyat, « Pauvreté et aridité dans les marges arides syriennes. Le cas du village du Cheikh Hilal », in B. Destremau, A. Deboulet et F. Ireton (éd.), Dynamiques de la pauvereté en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, Karthala-URBAMA, Paris / Tours, 2004, p. 231-241.

Al‑Dbiyat 1995
M. Al-Dbiyat, « La territorialité en Syrie centrale, base communautaire ou régionale ? », Peuples Méditerranéens 72-73, 1995, p. 133-145.

Al‑Dbiyat 1980
M. Al-Dbiyat, Salamya et sa région (Syrie), Thèse de 3ème cycle, Université de Tours, 1980, 307 p.

English 2002
P. W. English, « The origin and spread of Qanats in the Old World », in Lawrence I. Conard (General Editor), Production and the Exploitation of Resources, vol II, coll. The Formation of the Classical Islamic World, éd. Ashgate Variorum, Aldershot, 2002, p 273-284.

Geyer, Besançon et Rousset 2006
B. Geyer, J. Besançon et M.-O. Rousset, “Les peuplements anciens” in Jaubert et Geyer 2006, p. 55-70.

Jaubert et Geyer 2006
R. Jaubert et B. Geyer (dir.), Les marges arides du Croissant fertile : peuplement, exploitation et contrôle des ressources en Syrie du Nord, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, 2006, 205 p.

Lewis 1987
N. Lewis, Nomads and Settlers in Syria and Jordan, 1800-1980, Cambridge University Press, London, 1987, 223 p.

Al-Saghir 2005
A. Al-Saghir, Fenêtres historiques sur la civilisation arabe, Dar al-Tawhidi, Homs (Syrie), 2005, 269 p. (en arabe).

Thoumin 1936
R. Thoumin, Géographie humaine de la Syrie centrale, Arrault et Cie, Tours, 1936, 362 p.*

Yasin Al-Takriti 2002
W. Yasin Al-Takriti, Al aflaj aux Émirats Arabes Unis, une étude archéologique sur les systèmes anciens d’irrigation, édité par l’auteur, Abu Dhabi, 2002, 161 p. (en arabe).

Notes

1 Depuis 1995, l’agriculture est strictement interdite dans les steppes ou la zone agricole 5 selon la division agricole syrienne.

2 Pour plus de détails sur ses régions voir Jaubert et Geyer 2006.

3  Thoumin 1936, p. 31.

4 Ce programme a été mené sous la direction de Bernard Geyer et était diligenté par le laboratoire ARCHEORIENT (UMR 5133), Mai-son de l’Orient et de la Méditerranée, Université Lumière-Lyon 2 - CNRS, par l’Institut Universitaire d’Etudes du Développement (Ge-nève) et par la Direction Générale des Antiquités et des Musées de Syrie (Damas). Il a été réalisé en collaboration avec l’ICARDA (Alep), l’UMR 5189 - HISOMA (Lyon), l’IFPO (Damas) et l’IGARUN (Nantes) ; il a été financé par le Ministère Français des Affaires Etrangères, le CNRS et la Coopération Suisse.

5 Sur la technique du qanat , voir entre autres Geyer et al. 2006, English 2002, Al-Dbiyat 1980, Thoumin 1936.

6 Yasin Al-Tikriti 2002, p. 55 ; en Arabie on l’appelle falaj (aflaj au pluriel), foggaras en Afrique du nord, kariz en Iran.

7 English 2002, p. 273.

8 Al-Dbiyat et Jaubert, 2006, p. 73.

9 Al-Dbiyat 2005.

10 Thoumin 1936, p. 39.

11 Il est appelé aussi « le chef d’eau » dans la région du Kalamoun ; Thoumin 1936.

12 Al-Dbiyat 1995.

13 Al-Saghir 2005, p. 65.

14 Le caza est l’équivalent d’un canton ; ce terme est aujourd’hui remplacé par celui de mantiqa.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Zone d’étude
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1328/img-1.png
Fichier image/png, 103k
Titre Fig. 2 - Précipitations à Salamya entre 1946 et 2005
Crédits (station météorologique de Salamya)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1328/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Titre Fig. 3 - Phases de peuplement dans la région de Salamya
Crédits (Geyer et al. 2006)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1328/img-3.png
Fichier image/png, 804k
Titre Fig. 4 - Vue de Salamya en 1958 : multitude des parcelles irriguées dans la plaine.
Crédits (Photo aérienne du service syrien de la géométrie, 1958)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1328/img-4.png
Fichier image/png, 180k
Titre Fig. 5 - Vue des qanats de Hosso al Albawi
Crédits (Photo aérienne, service  syrien de la géométrie, 1958)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1328/img-5.png
Fichier image/png, 180k
Titre Fig. 6 - Vue de la qanat de Mo’akar al Chamali avec sa berka au bord du village
Crédits (Photo aérienne, service syrien de la géométrie, 1958)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1328/img-6.png
Fichier image/png, 132k
Titre Tableau 1 ‑ Qanats, puits et terres irriguées dans la région de Salamya au xxe siècle
Crédits D’après Hachem al Jundi, Service agricole de Salamya, 2002
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1328/img-7.png
Fichier image/png, 86k

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540