Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies d'acquisition de l'eau et société au Moyen-Orient depuis l'Antiquité

 | 
Mohamed Al-Dbiyat
, 
Michel Mouton

Techniques et systèmes d’acquisition de l’eau à Bosra : initiatives de groupes et pouvoirs politiques 1

Arnaud Chevalier, Jean-Marie Dentzer et Jacques Leblanc

Résumé

Les conditions géologiques et climatiques particulières de la Syrie du Sud basaltique ont conduit à la mise en place progressive d’un système de récupération et du stockage des eaux de pluie d’hiver. Différents procédés techniques ont été mis en œuvre. Le plus simple est la collecte des eaux locales dans des birkehs, réservoirs à ciel ouvert, qui sont restés identiques depuis l’âge du Bronze. Des systèmes de canaux de dérivation des wadis temporaires ont alimenté les réservoirs plus importants des villages et des villes. Enfin, certains prélevaient à plus longue distance, dans le Jebel al’Arab, l’eau de sources permanentes. Ce troisième type d’installation suppose une maîtrise supérieure de la topographie et de la construction. Chaque type suppose un niveau d’autorité et un engagement en main d’œuvre croissants. Ces différents niveaux dans la technologie, l’organisation de la société et l’exercice d’une autorité peuvent être mis en évidence à Pétra. En Syrie du Sud sont apparus dès l’âge du Bronze des réseaux complexes essentiellement tournés vers l’approvisionnement en eau potable de petites agglomérations, ce qui suppose des ententes et des bases de gestion ; le pouvoir nabatéen semble avoir contribué au développement d’une infrastructure pour alimenter Bosra où de véritables aqueducs doivent être attribués à la politique impériale romaine ; un réseau de conduites fonctionnant dès l’époque de Trajan autour de Suweida a été mis en évidence par un ensemble d’inscriptions.

The geological and climatic conditions of the basaltic area of Southern Syria led to the gradual installation of a system for recuperation and storage of the water from winter rains. Several techniques have been put into practice. The simplest one was to collect local water into birkehs, open reservoirs, which remained similar since the Bronze Age. Derivation systems using seasonal wadis fed the larger reservoirs of villages and towns. Furthermore, some long distance channels collected the water from the permanent springs in the Jebel al’Arab. The latter implies a higher mastery of the topography and of the building techniques. Each type involves an increasing degree of authority and manpower. The different degrees of technology, society organisation and political power are apparent in Petra. In Southern Syria, ever since the Bronze Age, complex networks existed to supply drinking water to small settlements, which supposed communitary agreements for their management. The Nabataeans seem to have contributed to the development of an infrastructure to supply Bosra, where aqueducts were built during the imperial roman domination ; a duct network running around Suweida since the time of Trajan is attested by a group of inscriptions.

إن الظروف الجيولوجية والمناخية الخاصة بسورية الجنوبية البازلتية قد قادت إلى تأسيس تدريجي لنظام جمع مياه الأمطار الشتوية وتخزينها. ولقد وضعت حيز التطبيق تقنيات مختلفة، وكان أبسطها جمع المياه المحلية في برك وخزانات مفتوحة ظلت هي نفسها منذ عصر البرونز. وقد كانت شبكات الأقنية التي تحول مياه الوديان الفصلية تغذي الخزانات الهامة في المدن والقرى. أخيراً، كان بعضها يجلب المياه من مسافات بعيدة، وذلك من الينابيع الدائمة في جبل العرب. إن هذا النمط الأخير من الأقنية يفترض معرفة ممتازة بالطبوغرافيا وبالبناء. وكل نمط يفترض أيضاً مستوى من السلطة وتشغيل متزايد لليد العاملة. إن هذه المستويات المختلفة من التقنية وتنظيم المجتمع وممارسة السلطة يمكن توضيحها في البتراء. ولقد ظهرت في سورية الجنوبية منذ عصر البرونز شبكات معقدة تستخدم بشكل أساسي لتزويد التجمعات السكنية الصغيرة بمياه الشرب، الأمر الذي يفترض سيادة الوفاق ووجود مراكز للإدارة. ويبدو أن السلطة النبطية قد ساهمت بتنمية بنية تحتية لتزويد بصرى بالمياه حيث أنشأت أنابيب جر حقيقية التي يجب أن تنسب إلى سياسة الإمبراطورية الرومانية. فقد كان هناك شبكة من الأنابيب التي كانت تعمل منذ عهد الإمبراطور تراجان حول مدينة السويداء والتي تم الكشف عنها من خلال مجموعة من النقوش الكتابية.

Texte intégral

  • 1 Cette étude de l’approvisionnement en eau de Bosra fait partie du programme construit et mené en co (...)
  • 2 Crouch 1991, p. 99 a noté que pour les villes grecques les travaux majeurs comme les réservoirs et (...)

1L’acquisition de l’eau dans le Proche-Orient semi-aride est vitale pour une gamme d’usages pratiques qui vont de la consommation humaine et animale à l’irrigation. Elle a pris un sens nouveau, souvent plus symbolique qu’utilitaire, avec le développement de monuments comme les Thermes et les Nymphées qui font partie du décor ostentatoire de la cité romaine impériale. Ce développement nouveau représente un tournant majeur dans la gestion de l’eau au Proche-Orient. Il a laissé sa trace dans l’espace des cités et du paysage dans lequel elles s’inscrivent. L’analyse y révèle les vestiges de différentes formules d’acquisition et de gestion de l’eau, qui ne mettent pas en œuvre les mêmes solutions techniques et que l’on peut intégrer dans des stratégies différentes et attribuer à l’initiative de groupes et d’autorités qui ne se situent pas aux mêmes niveaux2.

L’exemple de Petra

  • 3 Oleson 1995, 1997a, 1997b et 2001 ; Muheisen et Tarrier 1997 ; Muheisen 1990a et 1990b ; Huotari 20 (...)

2L’exemple de Pétra qui a fait l’objet d’explorations étendues et approfondies 3, permet de distinguer plusieurs catégories d’installations hydrauliques fondées sur des ressources distinctes : d’une part l’exploitation de plusieurs sources dont les plus importantes sont situées en périphérie du site, la principale étant ‘Aïn Musa, de l’autre la collecte des eaux de pluies de la saison hivernale. Celles-ci sont rares mais exploitables avec un rendement exceptionnel, sur un terrain rocheux qui ne laisse que peu de place à l’infiltration et dans un site implanté au centre d’un vaste entonnoir concentrant, non sans danger d’inondations violentes, les ressources d’un vaste bassin-versant. L’exploitation des deux types de ressources exige la maîtrise de techniques sensiblement différentes de collecte, d’acheminement et, pour les eaux de pluie saisonnières, de stockage, adaptées à la topographie et à la géologie du site.

Les systèmes d’acquisition (fig. 1-2)

Fig. 1 ‑ Les canalisations alimentant Pétra

Fig. 1 ‑ Les canalisations alimentant Pétra

Image satellite Jordan Royal Geographic Centre, tracés d’après U. Bellwald 2004a

Fig. 2 ‑ Les ressources en eau au centre de Pétra

Fig. 2 ‑ Les ressources en eau au centre de Pétra

Carte publiée par Ortloff 2005 p. 96 fig. 1

  • 4 Voir les références citées note 3 et en dernier lieu Ortloff 2005.

3À côté d’un simple prélèvement de l’eau du cours naturel du wâdî Musa qui traverse le site de part en part avant tout aménagement, on peut distinguer trois modes d’acquisition de l’eau dont il reste des vestiges sur le terrain : trois grandes catégories d’équipements sont d’ampleur et de complexité croissantes 4 (fig. 2).

4Des aménagements rupestres limités à des zones rocheuses réduites : petites canalisations qui dans certains cas ne font qu’utiliser et remanier des dispositions naturelles du terrain pour conduire l’eau de pluie dans des anfractuosités elles-mêmes naturelles ou simplement remaniées. De telles interventions, qui portent sur un espace très restreint n’exigent qu’un travail et une compétence technique limitée.

5Des travaux comportant des barrages sur des petites gorges, complétés par des réservoirs plus vastes ou des chapelets de réservoirs, collectent des volumes d’eau plus importants tombés sur des surfaces plus vastes. Les réservoirs sont toujours, au moins partiellement, taillés dans le rocher. Ils peuvent rester à ciel ouvert ou constituer des citernes couvertes, généralement au moyen d’arcs transversaux. Dans ce cas l’installation suppose des travaux de carrière (les blocs de grès peuvent être extraits de la cavité même qui servira de citerne) et de mise en œuvre des blocs. Si les installations les plus simples de ce type peuvent être réalisées par des groupes restreints, elles prennent, dans certains cas, plus d’ampleur en exploitant des zones plus étendues. Un investissement supérieur est alors nécessaire pour la planification et l’exécution de travaux exigeant une main-d’œuvre plus nombreuse et plus compétente, guidée par un technicien de la construction.

  • 5 Par exemple: Bellwald 2004b.
  • 6 Gunsam 1989; Ortloff 2005. 
  • 7 Muheisen 1990a, 1990b et 1992 ; Bellwald 2004a (réseau des conduites sur image satellite p. 157, fi (...)
  • 8 Parr 1967 ; Muheisen et Tarrier 1995 et 1996.
  • 9 Lindner 2005 ; voir aussi Lindner 2004.

6Les grandes canalisations à longue distance qui amenaient au centre de la ville l’eau du wâdî Musa par les deux parois du Siq 5 et le long de la paroi nord de al-Khubtah 6, et celles qui acheminent du nord l’eau de la source de Debdebeh et du sud celle de la source de ‘Aïn Braq et de Aïn Ammon sont d’échelle différente 7 (fig. 1). Elles ont exigé une main-d’œuvre nombreuse qui devait être gérée d’une façon organisée. Des matériaux plus variés étaient nécessaires : des conduits en terre cuite et des enduits hydrauliques assurant l’étanchéité des canaux s’ajoutaient à la pierre. Des ponts sur arche étaient nécessaires pour franchir des gorges et des wâdîs. À la même catégorie de grands travaux appartient le creusement du tunnel à l’entrée du Siq qui a mis, sans doute au ier siècle de notre ère, ce défilé à l’abri des crues brutales, en les déviant vers le cours du wâdî Metaha 8. Ces dispositifs exigeaient une large expérience technique et la maîtrise de la topographie pour l’implantation des tracés et la gestion des pentes sur de longues distances. Une planification préalable, une organisation complexe des chantiers et une coordination centrale du travail de différents groupes en activité étaient nécessaires. Ces travaux supposaient un financement important. Enfin un entretien attentif s’imposait, et la gestion de ces ressources exigeait un suivi permanent. Des systèmes complexes combinant différentes ressources mais d’ampleur plus réduite ont été étudiés au voisinage de Pétra, en particulier à Sabra 9.

Interprétation

  • 10 Biblioth. histor. XIX, XCIV, 6-9.

7La hiérarchie ainsi constatée entre les installations, qui correspond à l’aménagement de surfaces de plus en plus étendues, garde un aspect théorique et ne permet pas de conclure à une succession chronologique des trois formules. Cependant les installations du premier type pouvaient être réalisées par des petits groupes, à l’échelle familiale ou tribale, en mettant simplement en œuvre la compétence déjà reconnue dans le domaine hydraulique aux tribus nabatéennes dès leur stade nomade, par le récit de Diodore de Sicile 10. En revanche les adductions d’eau à longue distance, les plus complexes et les plus efficaces, n’ont pu être mises en œuvre que par une autorité politique forte et organisée, celle que l’on peut attribuer au souverain nabatéen ou au gouverneur de la nouvelle province romaine d’Arabie. Elles supposent une technologie développée sans doute non sans contact avec celle du Proche-Orient hellénisé. Le groupe intermédiaire réunit des installations dont les plus simples sont proches du premier type alors que les plus importantes peuvent comporter des barrages de grandes dimensions, alimentant une série de citernes couvertes volumineuses qui exigent un investissement important.

  • 11 Nehmé 1997; R. Wenning dans Weber et Wenning 1997, p. 105‑110; Nehmé et Villeneuve 1999, p. 71-87; (...)

8On est tenté de mettre cette hiérarchie des installations hydrauliques en relation avec celle qui se dessine entre les sanctuaires et installations cultuelles dans l’espace de Pétra 11 (fig. 3). On peut les répartir entre des catégories qui s’étagent par degrés depuis de simples inscriptions rupestres, bétyles ou chapelles disséminées à travers le site, en particulier le long d’itinéraires cultuels, puis des hauts-lieux ou des petits sanctuaires, toujours conservés sous leur forme rupestre et situés à des emplacements privilégiés du site. Moins nombreux, ils dominent des sous-ensembles topographiques généralement bien définis. La dernière catégorie est constituée par des monuments construits dans le centre de la ville et qui traduisent un changement d’échelle dans les dimensions, les exigences techniques et aussi la qualité du décor et l’investissement financier. Ils relevaient d’une autorité supérieure, celle qui gouverne la ville ou le royaume. Compte tenu de l’engagement nécessaire dans chacun des cas on pourrait attribuer les monuments les plus simples à l’initiative d’un individu ou d’une famille. La catégorie intermédiaire des hauts lieux pourrait être l’œuvre d’un groupe comme un clan ou une tribu.

Fig. 3 ‑ Les installations cultuelles à Pétra

Fig. 3 ‑ Les installations cultuelles à Pétra

Carte de L. Nehmé et R. Saupin

  • 12 Augé et Dentzer 1999, p. 58-83 ; Dentzer 2009.

9On peut suggérer l’hypothèse que l’espace qui deviendra la ville de Pétra avec sa périphérie a été occupé au départ par des groupes d’abord nomades ou semi-nomades, répartis en noyaux séparés dans un paysage compartimenté par le relief. Cette appropriation de l’espace n’avait sans doute pas comme objet, à ce stade, la fondation d’une ville mais l’installation précaire d’un refuge de nomades. Elle projetait dans cet espace l’organisation tribale et familiale de la société dont les groupes se réunissaient, à chaque échelon, dans des lieux de culte hiérarchisés. On peut supposer qu’à ces mêmes échelons le groupe s’assurait, avec ses moyens, la maîtrise des ressources en eau nécessaire à l’installation et à la survie de la communauté et disponibles sur son terrain 12.

  • 13 Ortloff 2005.

10Cette interprétation ne vaudrait que pour les origines de l’agglomération. Avec le développement d’une véritable ville et la multiplication des habitants, il est devenu nécessaire de coordonner l’exploitation de l’ensemble des ressources des différents niveaux comme l’a souligné l’étude récente de Ch. R. Ortloff 13. Toutes les installations disponibles ont été utilisées simultanément dans une zone aussi pauvre en eau mais dont le relief facilitait l’exploitation de ressources extérieures au site. L’auteur a montré la combinaison systématique et croisée des approvisionnements d’eau de sources distantes et de réserves d’eau de pluie assurant les compensations nécessaires en cas de pénurie ou d’incident technique (fig. 2). Il a relevé les citernes et les petits barrages sur la surface du site. Dans le centre-ville, les canalisations alimentant les moitiés nord ou sud de l’agglomération pouvaient se croiser en franchissant le wâdî Musa pour atteindre les points de distribution majeurs comme le Nymphée placé à l’extrémité est de l’agglomération. Ch. R. Ortloff, n’ayant reconnu à Pétra aucune application technologique proprement romaine, à l’exception peut-être de la topographie, attribue aux Nabatéens l’essentiel d’un programme hydraulique de grande ampleur, complexe et raffiné, qui exploite jusqu’aux limites les moindres ressources disponibles dans un paysage aussi aride et difficile.

Les systèmes d’approvisionnement en eau de Bosra

Les ressources locales (fig. 4 et 5)

Fig. 4 ‑ Carte du Levant. Localisation de la zone étudiée

Fig. 4 ‑ Carte du Levant. Localisation de la zone étudiée

Carte S. Vatteoni, Mission archéologique en Syrie du Sud, UMR 7041

Fig. 5 ‑ Hydrologie naturelle et aménagements de la zone Bosra-Qanawât

Fig. 5 ‑ Hydrologie naturelle et aménagements de la zone Bosra-Qanawât

Carte de F. Braemer et G. Davtian, CEPAM / CNRS

Fig. 6 ‑ Zone de Bosra : assemblage de photographies aériennes de 1958

Fig. 6 ‑ Zone de Bosra : assemblage de photographies aériennes de 1958

Mission archéologique en Syrie du Sud UMR 7041

  • 14 Wirth 1971, p. 408-420; Gentelle 1985; Braemer 1988, p. 104‑107; Eames 2003.
  • 15 Braemer 1988, cf. Kennedy 1995.
  • 16 Braemer 1988, p. 131.
  • 17 Pendant la sècheresse de l’année 1964 un conduit amenant l’eau a pu être exploré par Kh. Mukdad (19 (...)

11La Syrie du Sud bénéficie d’un climat plus favorable que la zone géographique située à la même longitude immédiatement au nord 14. L’interruption à l’ouest des chaînes du Liban et de l’Antiliban, à la latitude du lac de Génézareth, laisse pénétrer l’air méditerranéen humide plus profondément à l’intérieur des terres, ce qui a permis une occupation plus dense et en profondeur d’une zone ailleurs steppique ou désertique. Le relief du Jebel al-‘Arab a concentré sur ce massif des précipitations qui dépassent 400 mm alors que le plateau autour de Bosra ne reçoit que 250 mm de pluie environ. Dans cette perspective la ville de Bosra (fig. 7-8) se trouve, pour son alimentation en eau, dans une situation comparable à celle de l’ensemble des agglomérations de Syrie du Sud qui vivent sur la réserve d’eau fournie par les pluies d’hiver recueillies et stockées dans des réservoirs à ciel ouvert, les birkehs, et pour la consommation humaine dans des citernes couvertes 15. Cependant la ville disposait, en plus, d’une source pérenne (al-Jahîr) qui jaillit à la limite nord-ouest de la cité d’époque nabatéo-romaine 16 et qui explique sans aucun doute l’implantation d’une agglomération. Du matériel lithique atteste une occupation dès le néolithique. Dès l’âge du Bronze moyen c’est une des villes les plus étendues et les plus importantes de la région. Ce noyau ancien se situe dans la partie occidentale de la ville classique. Entouré au sud, à l’ouest et au nord par un rempart dont une grande partie est visible, son contour se distingue clairement, sur les photographies aériennes anciennes, de la campagne environnante et, à l’est, du reste de la ville antique. Une légère différence de niveau et une rupture de pente donnant l’impression d’un tell distinguent ce quartier qui semble avoir été occupé par la suite, dans l’antiquité, d’une façon moins dense que le centre ou l’est de la ville. La source est située à son angle nord-est. Son apport devait être complété par d’autres petites sources situées à l’intérieur du rempart, un peu plus à l’ouest. Une grande dépression, allongée dans le sens ouest-est et interprétée par les voyageurs anciens comme une naumachie, devait être utilisée comme une birkeh. Des remaniements successifs, dont les plus récents ont pris un caractère monumental, de la source et de son environnement immédiat, ne permettent plus d’accéder à l’état ancien 17.

Fig. 7 ‑ Arrivée des canalisations à Bosra

Fig. 7 ‑ Arrivée des canalisations à Bosra

Tracés effectués par J. Leblanc sur la base de photographies aériennes anciennes, Mission archéologique en Syrie du Sud, UMR 7041

Fig. 8 ‑ Plan de Bosra

Fig. 8 ‑ Plan de Bosra

Th. Fournet, Mission archéologique française en Syrie du Sud

L’utilisation saisonnière des wâdîs (fig. 5-7)

  • 18 Jusqu’à présent on ne connaît que très peu de ces citernes, en l’absence de fouilles dans le secteu (...)

12Ces sources n’étaient manifestement pas suffisantes pour l’alimentation de la ville au cours de sa croissance. On peut supposer, dès la création de l’agglomération à l’âge du Bronze, la mise en réserve des pluies tombées pendant la saison d’hiver sur l’espace bâti et sa périphérie immédiate, dans des citernes, de préférence couvertes et intégrées plus particulièrement dans l’habitat 18. Les besoins de la ville ne pouvaient cependant être entièrement satisfaits par ces ressources locales. On observe, en effet, la mise en place d’un réseau de collecte d’eau qui repose sur l’exploitation de l’eau disponible sur un bassin-versant plus large.

  • 19 Helms 1981, p. 135-198; Eames 2003, p. 97-100.
  • 20 Braemer 2004, p. 247-260.

13En réalité dans cette zone de la Syrie du sud basaltique la ressource majeure en eau ne se trouve pas sur le plateau agricole de la Nuqra mais dans le Jebel qui bénéficie de pluies dépassant 400 mm (fig. 5). Ces pluies ruissellent en partie sur les pentes pour rejoindre les wâdîs qui descendent vers la dépression du Yarmouk, une autre partie est stockée soit provisoirement sous forme de neiges en altitude, soit dans des couches géologiques du sous-sol reposant sur des niveaux imperméables. Ces réservoirs naturels souterrains donnent naissance à des sources sur le flanc ouest du massif montagneux. C’est le captage des eaux du Jebel, sous une forme ou une autre, qui est la solution la plus efficace dès qu’une quantité plus importante devient nécessaire. Il suppose la création d’un réseau de collecte et d’acheminement en direction de Bosra et, à l’intérieur ou à proximité immédiate de la ville, des dispositifs de stockage de capacité suffisante. Des techniques de base nécessaires pour ce mode d’acquisition, d’acheminement et de stockage de l’eau sont attestées dès l’âge du Bronze dans la zone basaltique : les exemples de Jawa 19 et de la zone de Khirbet al-Umbashi 20 constituent des réalisations spectaculaires.

  • 21 Braemer 1988, p. 13 ; il faut ajouter les recherches récentes de Kennedy 1995 sur le Hawran jordani (...)
  • 22 Braemer 1988, p. 119-131.
  • 23 Braemer 1988, p. 119-121.
  • 24 Braemer 1988, p. 119.
  • 25 Kh. Mukdad (1988, p. 179) donne à ce canal le nom de canal Bazazia ; voir aussi Braemer 1988, p. 11 (...)
  • 26 Braemer 1988, p. 130.

14L’examen attentif du réseau hydrographique de la région par F. Braemer 21 a permis d’identifier une stratégie d’exploitation systématique des ressources en eau du Jebel al-‘Arab sur ses flancs et le plateau qui le borde à l’ouest et au sud. Elle repose pour l’essentiel sur le réseau hydrographique naturel des wâdîs dont les sources sont groupées dans la montagne. Aucun de ces cours d’eau temporaires ne passe à proximité immédiate de Bosra mais F. Braemer puis J. Leblanc ont reconnu des dispositifs de captage des eaux sur les principaux wâdîs descendant du Jebel al-‘Arab en direction de la ville. Ces points ne sont pas reliés à Bosra par des canaux indépendants sur toute leur longueur, mais par des dispositifs plus rustiques, déjà observés et expliqués par F. Braemer autour du Jebel al-‘Arab 22. Dans un souci d’économie de travail et de simplicité technique, les constructeurs se sont efforcés d’utiliser, autant que possible et même au prix de détours complexes, des voies déjà existantes comme des tronçons de wâdîs. Les raccords indispensables étaient construits avec des techniques simples à base de pierres de ramassage assemblées avec de la terre argileuse qui assurait aussi une certaine étanchéité. Les dérivations se limitaient généralement à un mur en blocs non liaisonnés coupant en oblique le wâdî et dérivant l’eau vers une prise latérale. Celle-ci s’ouvrait sur un canal qui suivait ensuite une courbe de niveau pour conserver une pente raisonnable ou rejoignait un autre lit de wâdî 23. Cette pratique donnait au réseau un tracé très irrégulier et très allongé par rapport aux itinéraires directs. Aux points où le cours d’eau s’élargissait ou dans la traversée de petites dépressions, il était intéressant de construire, toujours avec la même technique sommaire, des barrages pour conserver de petites réserves d’eau à la fin de la crue. L’avantage de ces procédés était leur faible coût (les matériaux, blocs de basalte et la terre, étaient généralement disponibles à proximité immédiate du chantier) et aussi leur simplicité technique. Les blocs les plus gros pouvaient être mis en place par deux ou trois ouvriers. Le tracé suivait souvent des lignes de ruissellement naturelles. Les réparations qui devaient être effectuées fréquemment étaient simples : elles contribuaient à la formation des intervenants en leur donnant l’expérience de différents cas de figure. Les réseaux établis ainsi cherchent à collecter le maximum d’eau en se branchant au passage sur d’autres wâdîs que le canal pouvait traverser simplement : il suffisait de barrer son courant par un muret oblique conduisant l’eau vers une sortie sur la rive opposée. Ces captages et ces dérivations ont été cartographiés et le réseau d’alimentation en eau de Bosra apparaît à présent clairement (fig. 5-7). L’essentiel des ressources était apporté par deux wâdîs passant au nord de la ville, donc à une altitude supérieure à celle de l’agglomération. Un troisième, le wâdî al-Hajar qui passe au sud de la ville, ne semble pas avoir contribué à l’alimentation en eau de la ville elle-même. Le cours d’eau le plus important de toute cette zone est le wâdî Zeidi 24 qui passe à environ 3 km au nord-nord-est du centre de la ville. Il était franchi à Jmarrîn par un pont routier romain dont les piles sont conservées. Sa source se trouve en plein Jebel al-‘Arab. Un deuxième torrent plus proche de la ville, le wâdî al-Raqiq, suit un cours presque parallèle, à environ un kilomètre plus au sud. Ces deux cours d’eau saisonniers représentent la principale ressource, d’une part pour l’alimentation des réservoirs les plus importants de la ville, d’autre part pour l’irrigation éventuelle, avec le surplus, de terrains agricoles. Il faut noter que les deux wâdîs sont connectés par un canal de jonction à environ 5,5 km au nord-est du centre de la ville antique. Ce dispositif permettait de renforcer le débit du wâdî al-Raqiq sur lequel se trouve la principale prise d’eau pour un canal de dérivation (C31 appelé aussi canal de Bazazia) qui longeait, en oblique, la limite est de la ville à environ 1 km. Il suivait au moins en partie le lit d’un wâdî 25. Sur ce canal toujours en usage sont branchées deux dérivations qui alimentent les deux grandes birkehs est et sud (B. al-Hajj). Le canal C31 se poursuit encore sur environ 1 km vers le sud-ouest jusqu’au village de Bazazia qui lui a donné son nom. Alimentait-il un autre réservoir ou des installations agricoles ou servait-il simplement à l’irrigation ? Sur le wâdî al-Raqiq est branchée une dérivation secondaire vers l’ouest qui passe à environ 250 m au nord du camp romain. Elle alimentait un certain nombre de réservoirs nécessaires à de petites installations sans doute agricoles ou industrielles (fabrication de tuiles). Encore plus à l’ouest, un autre court canal de dérivation se détachait du wâdî al-Raqiq pour alimenter sur sa rive sud un important établissement très ruiné appelé le « Deir ». Comme sur le wâdî Zeidi, on voit sur les deux rives les départs d’autres canaux qui ne semblent pas aboutir à des ruines de constructions. On peut penser qu’ils servaient à irriguer épisodiquement des terrains agricoles en fin de crue, une fois remplis tous les réservoirs 26.

  • 27 Ces marques sont en cours d’étude par L. Nehmé.

15D’autres installations hydrauliques, plus difficiles à interpréter, ont été identifiées à l’ouest, donc en aval de la ville avec, en particulier, un vaste réservoir situé à proximité immédiate de l’extrémité ouest de la « naumachie » mais à l’extérieur de l’agglomération. Une partie de son alimentation au moins était assurée par une canalisation sortant de la naumachie. Nous réservons l’étude des aménagements hydrauliques de cette zone à une publication ultérieure en nous limitant ici au système situé au nord-est et à l’est de la ville et assurant l’acquisition, l’acheminement et un stockage de l’eau à l’échelle d’une grande agglomération. À quelle date ses besoins ont-ils exigé le développement d’un véritable réseau ? Les techniques très rustiques mises en œuvre dans le tracé et la construction des canaux ont pu être pratiquées dès l’âge du Fer ou même du Bronze, mais un indice chronologique est fourni par la grande birkeh est à laquelle aboutit la première grande dérivation sur la conduite (fig. 7-8). En effet, des marques lapidaires en forme de lettres nabatéennes sont gravées dans les parements interne et externe de ce réservoir construit en blocs à bossages d’économie bien appareillés 27. On est donc tenté d’attribuer, sinon l’ensemble, du moins un des éléments du réseau à la phase nabatéenne de la ville. Cette phase semble avoir fortement marqué le développement urbain de Bosra : la totalité de la surface de la ville antique semble avoir été occupée déjà à cette date comme l’atteste la dispersion des tessons de céramique nabatéenne. Le sondage de F. Braemer sur le rempart sud, qui remonte à l’âge du Bronze moyen, a montré une réparation de l’ouvrage apparemment au ier siècle avant J.-C. Enfin un nouveau quartier, sans doute organisé autour d’un grand sanctuaire, a été ajouté à la ville du côté est, précisément par l’autorité nabatéenne.

  • 28 Diodore, Bibliothèque historique, XIX, 94, 6-9.
  • 29 Avec F. Braemer, on peut rapprocher de cet ouvrage les deux grands réservoirs de Suweida.
  • 30 Dentzer et al. 2002, p. 141-145.

16La méthode simple et peu coûteuse de construction d’un réseau de ce type, adapté au mieux à la configuration naturelle du terrain, repose avant tout sur une observation et une exploitation intelligente du paysage, compétence déjà attribuée par la source de Diodore de Sicile aux Nabatéens 28, non seulement dans la recherche de l’eau au cours de leurs activités pastorales et caravanières mais aussi dans la défense de leurs refuges. La maîtrise de l’eau était sans doute partagée aussi par les populations d’agriculteurs sédentaires qui occupaient le Hauran à l’âge du Bronze et du Fer. En raison de son étendue, la conception et la réalisation du réseau alimentant Bosra, bien que simple dans ses principes et rustique dans ses différents composants, exigeaient l’initiative et l’organisation d’une autorité supérieure nécessaire aussi au contrôle de son entretien et de son fonctionnement. Il faut ajouter que, par rapport aux birkehs villageoises, l’énorme réservoir construit en grand appareil, avec son beau parement à bossages, montre un changement d’échelle aussi bien dans les capacités de stockage que dans la qualité architecturale 29. Cet ouvrage s’intégrerait parfaitement dans le programme nabatéen qui se dessine, après les recherches des dernières années, dans la deuxième moitié du ier siècle de notre ère. C’est à ce moment qu’un nouveau quartier est édifié à l’est de la ville ancienne en même temps qu’une grande birkeh a été construite ou aménagée du même côté 30. Cet état du réseau hydraulique appartiendrait au même programme royal.

L’aqueduc (fig. 5-7, 9-10)

Fig. 9 ‑ Site de la fouille de l’aqueduc sur la photographie aérienne

Fig. 9 ‑ Site de la fouille de l’aqueduc sur la photographie aérienne

Fig. 10 ‑ Aqueduc et bassin omeyyade, vers l’est

Fig. 10 ‑ Aqueduc et bassin omeyyade, vers l’est

Photographie oblique par cerf-volant, Y. Guichard, Mission archéologique en Syrie du Sud UMR 7041

  • 31 Bauzou 1985, p. 144 ; Bauzou 2003, p. 302-303.
  • 32 Bauzou 2003, p. 308.

17En 2002, J. Leblanc poursuivant l’étude systématique de l’environnement de Bosra, en particulier de son approvisionnement en eau, a réexaminé sur les cartes et sur des photographies aériennes anciennes, au nord-est de la ville, des traces rectilignes en provenance du Jebel et se dirigeant vers l’angle nord-est de la ville. Elles avaient été interprétées par Th. Bauzou comme les marques d’une route reliant, à travers la montagne, Bostra à la région située à l’est du Jebel al-‘Arab et plus précisément à la zone de Mushennef 31. L’idée d’une voie entre Bostra capitale de province et siège du camp de la IIIe Légion Cyrenaica et le bord de la steppe entrait bien dans la logique d’une organisation romaine, administrative et militaire, de la région 32. J. Leblanc s’est cependant demandé si ce tracé ne correspondait pas plutôt, en tout ou en partie, à un aqueduc reliant les pentes du Jebel al-‘Arab à Bostra. Des prospections effectuées à partir de 2003 sur ce tracé et des sondages opérés en 2004 et 2005 ont révélé des éléments d’une installation hydraulique cohérente que l’on suit sur une distance de près de 7 km entre la route Suweida-Qrayyeh à la hauteur du village de ‘Afineh et un point situé à 6 km à l’est de Bosra. Sur une grande partie de ce trajet le canal semblait posé sur une solide murette, épaisse de deux mètres (fig. 10). Il franchissait le wâdî Zeidi par une conduite posée sur le fond de son lit et faite de blocs de pierres assemblés dans lesquels est installée la canalisation. Comme on n’a pu déterminer le niveau de l’arrivée du canal par rapport au fond du wâdî, on ne peut plus juger si ce dispositif fonctionnait comme un siphon. Le franchissement d’un deuxième torrent, le wâdî al-Raqiq, n’a pu être localisé précisément. Les piles placées dans le cours du wâdî semblent avoir appartenu non à un pont mais à des moulins d’époque médiévale.

La fouille (fig. 10-11)

  • 33 Installation comparable dans Mcquitty 2004, p. 269 fig. 2 (en haut).

18Sur cet itinéraire l’attention avait été attirée particulièrement sur un certain nombre de piles qui terminaient des tronçons de conduit surélevé sur murettes (fig. 10). Dans ces piles constituées par un appareil de moellons liés au mortier, étaient aménagés des conduits verticaux débouchant à la base et en aval sur une ouverture latérale (fig. 13). La fouille d’une de ces piles à environ 5,5 km de Bosra, a dégagé un ensemble complexe d’installations de différentes périodes, toutes liées à une conduite d’eau (fig. 11). Elle a montré d’abord un canal qui s’est révélé d’époque ayyoubide-mamlouk. Porté par la murette visible au sol, il reprenait le tracé d’une installation antérieure d’époque omeyyade. À l’emplacement choisi pour la fouille, la canalisation omeyyade semble s’être déversée dans un bassin carré de 25 m de côté, daté de la première moitié du viiie siècle par du matériel céramique. À la sortie de ce bassin était aménagée une chute oblique qui devait animer un moulin mû par une roue horizontale 33.

19Une conduite plus ancienne, d’époque byzantine (ve siècle au plus tôt, d’après des tessons présents dans le cuvelage) a été dégagée sur une petite longueur de part et d’autre du bassin, et à 1 m au sud de la conduite omeyyade qui suit un cours parallèle (fig. 15). Partiellement taillée dans le rocher naturel, partiellement maçonnée au mortier gris, et située à environ 2 m sous le fond du bassin, elle est entièrement souterraine à l’emplacement de la fouille. Dans le sondage est, les dalles de couverture du conduit ont été retrouvées encore scellées. Un autre sondage ouvert à une dizaine de mètres en aval de la fouille n’a pas révélé la suite de ce conduit mais un dispositif en chicane utilisant un petit autel d’époque romaine en réemploi ainsi qu’une entaille dans le substrat géologique pour l’encastrement d’une vanne. S’agit-il, là encore, d’un moulin, cette fois alimenté par la conduite byzantine ?

  • 34 Le dispositif correspond à celui appelé « Arubah penstock mill » par Mcquitty 2004, p. 262- 269 fig (...)

20Au-dessus de la conduite omeyyade a été aménagé un conduit qui contourne le bassin au sud et aboutit finalement à une pile qui a servi à l’époque ayyoubide-mamlouk à diriger l’eau vers un nouveau moulin (fig. 12-14). On y distingue trois conduits verticaux aménagés dans la maçonnerie : deux juxtaposés dans la pile principale qui a été prolongée vers l’ouest, et un troisième ajouté du côté sud. Ils ont été aménagés manifestement dans trois étapes successives de son fonctionnement 34.

  • 35 Dans cette hypothèse les tronçons sur murettes de hauteur croissante permettaient de maintenir le c (...)

21Il semble donc bien que, au moins dans les états ayyoubides-mamlouks, les piles aient appartenu à une installation de meunerie. Dans une première hypothèse, J. Leblanc les avait expliquées plutôt comme un dispositif destiné à ralentir la vitesse de l’eau en compensant une pente trop forte (puits de rupture de pente) 35. Cette interprétation semble devoir être abandonnée au moins pour la dernière période de fonctionnement.

  • 36 Les moulins ne sont pour le moment attestés qu’à l’époque omeyyade et ayyoubide-mamlouk. On les ret (...)

22Malheureusement les fouilles effectuées en 2004 et 2005 n’ont permis d’observer que des vestiges de trois états : byzantin, omeyyade et ayyoubide-mamlouk. L’état romain de la conduite nous échappe encore. Il faut cependant se souvenir que seule une petite partie du terrain a été fouillée. Il est possible que le tracé romain ait été recouvert ou englobé par l’état byzantin dans l’espace du seul sondage où ce conduit a été atteint. Il faut en tout cas souligner que les états plus récents paraissent nettement dissociés de l’installation byzantine même s’ils suivent globalement le même itinéraire et utilisent la même ressource 36. L’aqueduc romain suivait-il un itinéraire à proximité immédiate des conduits qui ont été fouillés et décrits ou un tracé différent ?

  • 37 D’après Dunand 1950, n° 316, cité par Sartre 1982 = IGLS XIII, 1 n° 9134, p. 205-206 ; Segni 2002, (...)

23En l’absence de tout reste matériel, la date et même l’existence d’un état romain de cette conduite n’ont pu être encore assurées. Cependant une restauration de l’aqueduc ou d’un des aqueducs de Bosra a été commémorée à l’époque de Justinien par une inscription trouvée à Bosra « dans un mur, au sud-ouest du couvent » 37. L’inscription qui présente les travaux comme une rénovation « ἀνηνεώθη ὁ ἀγω[γ]ός » confirme implicitement l’existence d’un aqueduc antérieur à cette période et suggère que ce dernier a été repris par l’ouvrage byzantin. On ne peut cependant déterminer la date du premier ouvrage. Il a pu être construit dans une phase antérieure mais déjà tardive. Cependant la vraisemblance oriente vers une date entre le iie et le iiie siècle pour un premier aqueduc. Il est difficile d’imaginer la construction de thermes et de nymphées sans approvisionnement d’eau correspondant. Par ailleurs, de la céramique d’époque romaine et même nabatéenne a été trouvée sporadiquement dans les sondages de 2005. Ce matériel était-il lié directement à l’aqueduc ou provient-il d’un site proche qui a été identifié et dont des fragments ont été remployés dans des états tardifs de l’aqueduc ? Sur ce site, un habitat comportait des installations thermales dont on a retrouvé des fragments de tubuli. De tels aménagements s’expliquent mieux à proximité d’un aqueduc.

Fig. 11 ‑ Vue d’ensemble de la fouille

Fig. 11 ‑ Vue d’ensemble de la fouille

(Photographie verticale par cerf-volant Y. Guichard, Mission archéologique en Syrie du Sud UMR 7041)

Fig. 12 ‑ Aqueduc et moulins

Fig. 12 ‑ Aqueduc et moulins

(Relevé de P.-M. Blanc, Mission archéologique en Syrie du Sud UMR 7041)

Fig. 13 ‑ Pile avec 2 conduits verticaux et sorties pour deux moulins

Fig. 13 ‑ Pile avec 2 conduits verticaux et sorties pour deux moulins

(Photographie Mission archéologique en Syrie du Sud, UMR 7041)

Fig. 14 ‑ Niveau du moulin. Débouché du conduit vertical

Fig. 14 ‑ Niveau du moulin. Débouché du conduit vertical

Fig. 15 ‑ Conduit byzantin

Fig. 15 ‑ Conduit byzantin

(Photographie verticale par cerf-volant, Y. Guichard, Mission archéologique en Syrie du Sud, UMR 7041)

Technologie

24La planification et la construction de l’aqueduc marquent une étape dans l’alimentation en eau de Bosra. Ce programme diffère fondamentalement des canaux de dérivation ou de jonctions décrits plus haut. Ces derniers captent et transportent de l’eau en s’inscrivant dans le paysage naturel avec son relief et ses ressources. Ils empruntent en grande partie des lits de cours d’eau ou en créent d’artificiels qui restent le plus près possible de l’hydrographie naturelle. La technologie et les moyens utilisés restent modestes, même s’ils supposent une certaine coordination aussi bien lors de la création que du fonctionnement, avec une surveillance et un entretien réguliers. L’activité, limitée à la période de crue hivernale, suit un rythme naturel saisonnier.

25En revanche, le nouveau conduit identifié répond plus précisément à la définition classique d’un aqueduc dans le monde romain. Le fonctionnement de l’aqueduc n’est plus saisonnier car il est branché sur une source permanente. La qualité de l’eau fournie est une préoccupation de premier plan. En effet, le captage et le transport cherchent à la mettre à l’abri de toute pollution et la séparent systématiquement des réseaux naturels d’écoulement. Le franchissement des wâdîs est soumis à des précautions particulières pour éviter tout mélange. Ces précautions font supposer que cette eau était destinée à des usages spécifiques, différents en tout cas de ceux de l’eau des birkehs traditionnelles.

26La conception de l’ouvrage, sa réalisation, sa surveillance et son entretien constituent les étapes d’un programme organisé. Il a été imposé au paysage comme l’indiquent les tracés rectilignes. Son implantation suppose la maîtrise de techniques topographiques précises. Raccourci par rapport aux détours imposés par le chevelu naturel ou les courbes de niveau, il doit être capable de résister à des forces plus considérables et impose des dispositifs atténuant les effets de la pente lorsque celle-ci est excessive. L’organisation des chantiers, le traitement et la mise en œuvre des matériaux, l’approvisionnement en chaux pour les mortiers, le contrôle des installations ont exigé une main d’œuvre compétente. L’aqueduc une fois mis en place au prix d’un investissement technologique plus lourd, avec une main-d‘œuvre plus spécialisée, son fonctionnement était aussi plus stable, sauf en cas de tremblements de terre, et exigeait moins d’interventions et de réparations, alors que celles-ci pouvaient être quotidiennes sur le réseau des wâdîs, tout en étant limitées à de courtes périodes de l’année. Accessoirement la pente était exploitable pour faire fournir à l’eau la force motrice des moulins. À partir de quelle date l’aqueduc a-t-il animé des moulins ?

L’autorité compétente : sources épigraphiques (fig. 5)

27L’analyse des systèmes d’acquisition de l’eau a montré des ouvrages de capacité et d’extension différentes. Les différents niveaux d’organisation et d’autorité que supposent les installations observées à Pétra peuvent être recherchés également dans le Hauran mais dans cette région quelques inscriptions apportent des informations précieuses qui permettent de sortir des simples hypothèses.

  • 38 Waddington 1870, n° 1963 ; IGR 3, 1317 ; Dunand 1933, p. 240, n° 168 ; Sartre 1993 p. 131. Cette in (...)
  • 39 Waddington 1870, n° 2015 ; CIG 4633.
  • 40 ἘκπρονοίαϛκαὶσπουδῆϛΠαυλείνουσυνδίκουκαὶ [Λ]ουκ[ιλιαν]οῦπιστῶν, τῶν ...... εταξυτων ? ..... ἡπηγήἐθ (...)
  • 41 Waddington 1870, n° 2239 a. Une autre ψίϛ a été construite à Mushennef, toujours sous l’autorité d (...)
  • 42 Harper 1928 ; Jones 1971, p. 284-285 ; Sartre, 1993 p. 123-132 ; Sartre 2001, p. 215 et 773.

28Une inscription de Qrayyeh datée de l’an 190 de l’ère de Bosra (295-296) y attribue la création d’un réservoir à ciel ouvert (λίμνη) à l’initiative de Flavius Cornelianus, dont le titre abrégé en ππ a été restitué par Waddington comme π(ριμι)π(ιλαρίου) et par M. Sartre plutôt comme praepositus pagi 38. Il s’agit ici de l’installation hauranaise de base qu’est la birkeh. L’ouvrage a été réalisé aux frais de la communauté villageoise ἐ(κ) κοινῶν ἀναλωμάτων τῆϛ κώμηϛ. Le coût de l’opération est précisé, soit cent cinquante mille deniers, ιε‘ μ(υριάδων). Une autre λίμνη est citée dans une inscription funéraire de ‘Orman, au sud-est du Jebel 39. Elle localise un tombeau. À Bûsân un bâtiment-fontaine a reçu ses fondations et a été rénové dans la même année, (ἡ πηγή ἐθεμελιώθη καὶ ἀνενεώθη ἐν αὐτῷ ἐνιαυτῷ) 40. La fontaine doit mettre en valeur le captage d’une source réalisé à l’initiative et par les soins du syndikos Paulinos et de Lucilius qui fait partie des pistoi. L’inscription est datée de 365 de notre ère. Une autre source, Aïn er-Raïn, située à proximité du même village, a reçu un aménagement architectural, sous la forme d’un arc ou d’une voûte ou d’une abside [ἀψίϛ] 41. Les travaux sont placés sous la syndikia de Taenaelos Taurinos et des pistoi Ameros et Tanaelos. Ces titres grecs désignent des notables villageois dont les fonctions correspondent à celles de magistrats dans une cité 42. Les travaux de captage évoqués ici également d’ampleur limitée, sont, en dernière analyse, décidés et pris en charge par le village.

  • 43 « Sous l’éparque Agrippa a été réalisé le réservoir et la conduite » : Dussaud et Macler 1901, p. 1 (...)
  • 44 PPUAES III A, n° 230.

29D’autres dispositifs d’ampleur réduite sont liées à des installations militaires et ont été réalisés sous l’autorité de l’armée à un niveau variable de sa hiérarchie. À Deir al-Kahf une inscription est gravée dans le linteau en place d’une porte secondaire sur la façade sud de la forteresse : Ἐπὶ Ἀγρίππου ἐπάρχου ἐγένε[το] ὁ λάκκοϛ κ(αί) ὁ ἀγωγόϛ 43. Elle mentionne la construction d’un réservoir (λάκκοϛ) et d’une conduite (ἀγωγόϛ). Il s’agit là encore d’un système d‘alimentation par birkeh. R. Dussaud propose d’identifier l’installation du réservoir alors conservé à peu de distance au nord-est du bâtiment. Le programme est placé sous l’autorité d’Agrippa, éparque, titre correspondant à praefectus et désignant manifestement le commandant du détachement militaire en garnison dans cette forteresse 44.

  • 45 Isaac 1990, p. 188-198 et 175-176.
  • 46 Isaac 1990, 427-435 ; Segni 2002, p. 52.
  • 47 Sur la route de Bostra à Azraq : Iliffe 1944 ; Isaac 1990, p. 175 ; Kennedy 1982, p. 184.
  • 48 Segni 2002, p. 52.
  • 49 Segni 2002, p. 54-55.

30Dans les secteurs les plus arides et les moins peuplés de la région la rareté de l’eau lui donne une valeur stratégique. Pour s’assurer le contrôle politique d’une zone il faut contrôler ses puits 45. Autour d’eux ou à côté d’eux sont construits des fortins 46. Ils ont la double fonction, d’une part, de protéger la réserve d’eau pour l’usage de l’armée et des populations intégrées dans le système politique romain et, d’autre part, d’empêcher l’ennemi d’y accéder 47. À une autre échelle l’alimentation en eau par un aqueduc apparaît souvent comme caractéristique des implantations militaires en Palestine et en Transjordanie 48. L’armée peut apporter aux travaux de différentes tailles ses techniciens et sans doute une partie de la main-d’œuvre et des matériaux 49. Elle dispose surtout de l’autorité et de la compétence pour l’organisation des projets et des chantiers, la première condition étant, dans les zones de confins désertiques, la sécurité.

  • 50 Waddington 1870, n° 2296 - 97 ; SEG VII, 969, 977-979 ; Sartre-Fauriat 1992 ; Segni 2004, p. 53. Id (...)
  • 51 Stèle donnée comme provenant de Suweida où elle a peut-être été apportée d’ailleurs, Dunand 1930, p (...)
  • 52 Deux stèles de Sahwet Balâta, Sartre-Fauriat 1992, p. 147, Dunand 1933, p. 239, n° 162, pl. XVI, 23 (...)
  • 53 3 stèles de Raha : Waddington n° 2301 ; Dunand 1930 p. 275, fig. 2 et note 2 ; troisième inscriptio (...)

31Au-delà de ces travaux limités et relevant d’autorités locales ou de l’armée romaine, nous avons la chance dans le Hauran de disposer d’un ensemble d’inscriptions concernant un réseau d’alimentation en eau plus vaste autour des villes de Soada/Dionysas et Kanatha 50. Il n’est pas question de revenir ici sur les différents problèmes historiques et administratifs soulevés par ces inscriptions et largement discutés depuis leur découverte, mais simplement d’y chercher des éclairages sur l’aqueduc de Bosra. Un texte presque identique, parfois lacunaire, a été trouvé sur une série de neuf grandes stèles découvertes sur le flanc nord-ouest du Jebel al-‘Arab, au sud de Suweida, entre cette ville et ‘Afineh 51 en incluant Sahwet al-Balata 52 et Raha 53. Le texte le plus complet a été recomposé à partir de deux pierres de ‘Afineh et peut être restitué ainsi :

  • 54 « Pour le salut et la santé de l’empereur Nerva Trajan César Auguste Germanique Dacique, aqueduc co (...)

32Ὑπὲρ σωτηρίαϛ καὶ ὑγιείαϛ αὐτοκράτοροϛ Νερούα Τραιανοῦ Καίσαροϛ Σεβαστοῦ Γερμανικοῦ Δακικοῦ ἀγῶγον ὑδάτων εἰσφερομένων εἰϛ Κανατα ἐκ προνοίαϛ Κορνηλὶου Πάλμα πρεσβευτοῦ Σεβαστοῦ ἀντιστρατήγου 54.

  • 55 Sartre-Fauriat 1992, fig. 8.
  • 56 Sartre-Fauriat 1992, p. 147.

33La stèle du Musée de Suweida mesure 1,30 m de haut, 0,40 m de large et 0,15 à 0, 20 m d’épaisseur ; grossièrement incisées, les lettres sont cependant bien lisibles 55. Placées sur ces bornes, les inscriptions n’ont manifestement pas une fonction monumentale ni commémorative mais simplement utilitaire, au même titre que les bornes qui limitent un territoire. Elles marquent le départ ou des points remarquables du tracé d‘une canalisation pour appeler l’attention sur l’ouvrage, assurer sa protection et peut-être en limiter l’accès aux riverains en indiquant sa destination 56.

  • 57 Dunand 1926, p. 328-329.
  • 58 Voir ci-dessus note 50 et en particulier Dunand 1930 ; Sartre 1981.
  • 59 Sartre 1981.

34L’inscription évoque la construction d’un aqueduc placée sous le patronage de l’empereur Trajan auquel s’adressent les vœux de salut et de santé, et l’action du gouverneur Aulus Cornelius Palma, légat de Syrie en fonction entre 104 et 108. Elle indique la destination de la conduite qui est Kanata comme on le lit sur toutes les stèles où cette partie du texte est conservée. Les publications successives ont progressivement résolu les difficultés d’interprétation de ces textes replacés dans leur cadre géographique 57. On peut rappeler les conclusions principales : le nom de Kanatha et sa variante purement orthographique Kanata doivent rester réservés au site du village actuel de Qanawât dans le Jebel, au nord-est de Suweida 58. La mention à Kerak et dans ses environs de cultes des Kanatènoi ne permet pas d’y supposer une deuxième agglomération portant le nom de Kanata. D’autre part, en raison du relief montagneux et de l’altitude respective des différents sites, il est peu probable que la destination des conduites ait été le site de Qanawât, lui-même bien pourvu en eau. Il faut supposer plutôt que Kanata désigne, dans un sens plus large, le territoire de cette cité 59. D’autre part la fonction de l’ouvrage ne pouvait être l’irrigation de cultures agricoles comme on l’a supposé parfois ; pour cet usage on ne devait pas employer une eau de source de qualité supérieure et disponible en quantité limitée comme celle fournie par l’aqueduc. Il était plus simple et moins coûteux, pour les besoins de l’irrigation, d’utiliser les systèmes de canalisations plus rustiques branchées sur le cours saisonnier des wâdîs selon un procédé attesté dans toute la région. Ils permettaient de distribuer largement tout le surplus des crues disponible une fois les birkehs remplies.

  • 60 Sartre-Fauriat 1992, p. 136-141 ; Gros 1996, p. 419, souligne que c’est ici le premier emploi du te (...)

35L’objet des inscriptions était d’indiquer la cité bénéficiaire des travaux et d’empêcher les détournements. Le texte précise la destination de l’eau. Plutôt qu’à l’irrigation, l’eau devait servir d’abord à l’alimentation humaine : l’inscription de même date et mentionnant les mêmes autorités que celle du nymphée de Suweida, à présent bien mise en place dans son contexte grâce aux dessins de Bankes 60, permet d’attribuer ces aqueducs au même programme que la construction du nymphée de Suweida qui célèbre ces travaux placés sous le patronage de l’empereur et sous l’initiative directe du gouverneur de la province de Syrie A. Cornelius Palma, légat d’Auguste.

  • 61 « À l’empereur Nerva Trajan César, Auguste, fils d’Auguste, Germanique, Dacique, (investi de la pui (...)

36Αῦτοκράτορι Νερούᾳ Τραιανῷ Καίσαρι Σεβ(αστοῦ) υἱῷ Σεβαστῷ Γερμανικῷ Δακικῷ τοι’
Ἐπὶ Α(ὔλου) Κ[ορνηλίου Πάλμα] πρεσβ(ευτοῦ) Σ[εβ(αστοῦ) ἀντι]στρ[ατήγου]
Ἡ πόλιϛ τὸν ἀγωγὸν τῶν ὑδάτων καὶ τὸ νυμφαῖον ἀφιέρωσεν 61.

37L’inscription, datée entre le 10 décembre 105 et le 10 décembre 106, fait ressortir le lien étroit entre la fontaine monumentale et le système d’alimentation en eau. L’inscription est une consécration, au sens religieux (ἀφιέρωσεν), du monument à l’empereur dont le nom est au datif. Ainsi la fontaine se rapproche d’un monument « du culte impérial ». Le gouverneur de la province est mentionné lui aussi. Nous sommes devant un geste avant tout politique. Il faut noter que c’est en fin de compte l’agglomération de Suweida qui est une des bénéficiaires de l’opération. Ne jouissant pas, à cette date, du statut de cité, elle apparaît simplement comme une partie du territoire de la cité de Kanata. Il est d’ailleurs vraisemblable que les différents aqueducs alimentaient encore d’autres points de ce territoire.

  • 62 Waddington n° 2308 ; IGR III, 1276 ; Sartre-Fauriat 1992, p. 148.

38Une autre inscription découverte à Suweida et datée de la huitième année du règne de Commode, en 183 de notre ère, commémore la remise en état de conduites d’eau existantes et la construction de conduites nouvelles, sous Domitius Dexter, légat consulaire 62.

  • 63 « L’an 8 du seigneur César Marcus Commodus Antoninus, sous Domitius Dexter, légat consulaire, la ci (...)

39ἔτουϛ η’ κυρίου Καίσαροϛ Μ(άρκου)[Κομμόδου] Ἀντωνίνου, έπὶ Δομιττίου Δέξτρου ὑπατικοῦ, ἡ πόλιϛ τοῦϛ ἀπὸ τῶν ἀγωγοὺϛ Αρρων, Καιναθων, Αφεταθων, Ορσουων, ἐπεσκεύασεν καὶ κατεκεύασεν καὶ τὸν ναὸν τῇ Ἀθηνᾷ ἐν Αρροιϛ σὺν τοῖϛ ἀγάλμασιν ἀνέστησε, ἐπισκοπούσηϛ φυλῆϛ Σομαιθηνῶν 63.

  • 64 Sartre 2001, p. 644, note 29.
  • 65 Waddington n° 2309 = IGLS XVI, 333 ; Sartre-Fauriat 1992, p. 148-149.
  • 66 M. Kalos a identifié à Suweida une phase monumentale d’urbanisme datée de l’époque impériale et axé (...)
  • 67 Pour l’identification d’Aphettata à ‘Afineh : voir Dussaud 1901, p. 197 note 3 et p. 198, note 1 ; (...)
  • 68 Ce qui confirme bien que les canalisations de l’époque de Trajan n’avaient pas pour but la ville de (...)
  • 69 Dunand 1934, n° 25 sq ; Sourdel 1952, p. 69-74 ; Sartre-Fauriat 1992, p. 149.
  • 70 Sartre-Fauriat 1992, p. 149.

40Il faut souligner que c’est la cité qui apparaît dans ce cas comme le maître d’œuvre et le financier de ces ouvrages et que la surveillance des travaux est confiée à une tribu urbaine qui porte le nom indigène de Somaithenoi. L’empereur est mentionné ici encore mais pour fixer la date des travaux. L’intervention du gouverneur de Province apparaît elle aussi. La cité désignée est-elle encore Kanatha ou est-ce déjà Soada qui aurait obtenu elle-même entre-temps le statut de cité sous le nom de Dionysas 64 ? On peut le supposer car la première mention de la cité de Dionysias date de 185-186 65. Cette promotion n’aurait-elle pas fourni l’occasion de ces travaux de renforcement du réseau d’alimentation en eau, qui a pu aller de pair avec un nouveau projet d’urbanisme orthogonal dans de quartier sud axé sur le théâtre 66 ? Le réseau rénové semble être en partie celui de l’époque de Trajan avec les conduits provenant de Arra (Rahâ), Aphettata (vraisemblablement El-’Afineh 67) et de Sahwet al-Balata. On a ajouté une canalisation en provenance d’Orsoua (sans doute l’actuel Rsas) et enfin une dernière venant de Kanatha même 68. Ce programme de travaux publics a été complété par la construction à Arra d’un temple dédié à Athéna. Cette déesse est vénérée à Raha comme divinité des sources en même temps que comme divinité poliade. Elle apparaît à ce titre sur une autre inscription trouvée à Kafer 69. Le temple a été offert par la cité, peut-être en compensation de l’exploitation de l’eau 70.

  • 71 En Palestine un certain nombre d’aqueducs ont pu être attribués à l’initiative d’Hérode, d’Archelau (...)
  • 72 Pline le Jeune Lettres X, 37 (46) (aqueduc de Nicomédie) ; 90 (91) (aqueduc de Sinope).

41Ces approvisionnements multiples nécessaires à la zone de Kanatha-Soada/Dionysias font penser qu’aucune des sources n’avait à elle seule un débit suffisant pour alimenter une ville importante ou un ensemble d’agglomérations comme Kanatha et Soada-Dionysias. La constitution de ce réseau supposait une autorité administrative sur un espace étendu et sur des entités différentes même si elles relevaient à l’origine de la même cité. La référence politique à l’empereur et au gouverneur de Province est liée à la nature même de l’entreprise qui comporte un aspect idéologique : le pouvoir assure la prospérité et le bien-être des sujets 71. Cette implication directe ou indirecte de l’état qui veille à l’approvisionnement en eau et le surveille est lisible dans la correspondance entre Pline le Jeune, alors gouverneur de la Bithynie et l’empereur Trajan 72. Elle montre aussi les préoccupations financières et l’appel en général à la prise en charge des travaux par les cités.

  • 73 « Par la libéralité de notre Seigneur Justinien, manifestée à la suite de l’ambassade du saint arch (...)
  • 74 Segni 2002, p. 64.
  • 75 C’est l’hypothèse de M. Sartre dans IGLS XIII, 1, p. 206 alors que Segni 2002, p. 64 limite leur rô (...)

42La même politique se poursuit à l’époque byzantine avec une attention plus particulière à l’aspect utilitaire et un souci de l’économie. Le coût de l’entretien et des restaurations incombe normalement aux cités. Une inscription commémore la réfection de l’aqueduc de Bosra à l’époque byzantine : Ἐκ φιλοτιμ(ίαϛ) τοῦ δεσπ(ότου) Ἰουστινια[οῦ] παρασχηθίση[ϛ ἐ]κ πρεσβία(ϛ) τοῦ ὁσίου ἀρχιεπισκ(όπου) Ἰωάννου ἀνηνεώθη ὁ ἀγω[γ]όϛ δ(ιὰ) ᾿Αναστασίου τῶν Μαρ.αϛ ἀργυπο[ποιοῦ...] 73. Elle précise que l’opération a été effectuée par la libéralité (ἐκ φιλοτιμ(ίαϛ)) de notre Seigneur Justinien « obtenue à la suite d’une ambassade du saint archevêque Jean ». Dans ce cas a été obtenu un financement extérieur, au moins partiel, sans doute sur la caisse de la province 74. Le texte mentionne aussi l’intervention dans le programme (par les soins de = δ(ιὰ) d’Anastase d’un orfèvre de la tribu Mar.a et sans doute d’autres personnalités locales. Ces derniers ont-ils aussi contribué au financement des travaux ou seulement à leur gestion et à leur surveillance 75 ?

Lien avec un programme d’urbanisme

  • 76 Dentzer et al. 2002, p. 145-148 ; Dentzer et al. 2005 ; Dentzer et Fournet 2005.
  • 77 Pour les fontaines et monuments des eaux voir entre autres : Gros 1996, p. 419-430 ; Dentzer et al.(...)

43Au-delà des besoins matériels d’une population sans doute croissante après la création de la province romaine d’Arabie, cette forme d’alimentation en eau, nouvelle à Bostra, est liée au développement, à partir du milieu du iie siècle, de grands programmes de constructions et d’urbanisme dont on saisit de mieux en mieux l’ampleur 76. Un décor urbain spectaculaire est mis en place avec des rues à portiques, des arcs monumentaux et des édifices de spectacles qui sont d’abord le lieu de célébrations politiques, en particulier dans une capitale de province. Les nymphées, qui doivent le plus souvent commémorer la création d’un nouvel aqueduc mettent en valeur, de la façon la plus spectaculaire, la prospérité apportée par la politique impériale. Une place particulière revient aux établissements thermaux, qui répondent dans la région à de nouvelles pratiques hygiéniques et sociales. À Bostra on les agrandit à plusieurs reprises et on les dédouble. Une alimentation en eau abondante, par aqueduc, devient une des marques de prestige dont les cités, prises dans un jeu d’émulation avec leurs voisines, comme on le voit clairement dans les lettres du Livre X des lettres de Pline le Jeune, ne peuvent se passer. Ces monuments, comme le frons scenae au théâtre, sont devenus des supports de programmes iconographiques de caractère politique, à l’échelle de l’empire et de la cité. Ils glorifient la personne de l’empereur, sa famille et au-delà le système impérial romain en y intégrant les notables locaux 77.

  • 78 Hodge 1992, p. 5-6.

44Il faut cependant nuancer l’opinion qui réserverait trop strictement l’eau des aqueducs à l’usage monumental dans les thermes et les nymphées 78. Dans une région qui ne bénéficie pas de ressources surabondantes comme le Hauran, l’approvisionnement en eau demeure d’abord une œuvre d’utilité publique, même si le luxe, l’ostentation et l’adhésion à une culture impériale ont pu donner une impulsion décisive à ces programmes. Même placée au centre d’une mise en scène monumentale grandiose, l’eau est finalement mise à la disposition de la consommation humaine : au pied du grand nymphée (“Kalybè “) de Bostra, comme dans les autres fontaines de la région, est aménagé un bassin de puisage dans lequel s’écoulent les déversoirs. Par rapport aux techniques d’acquisition limitées au détournement des crues des wâdîs, la permanence et la qualité de l’approvisionnement constituent un progrès évident.

L’aqueduc de Bostra (fig. 5)

  • 79 Dentzer et al. 2002.

45Il est difficile d’admettre que le projet urbain monumental de Bostra au iie-iiie siècle de notre ère ait pu être réalisé sans l’apport d’une ressource en eau supplémentaire et spécifique. Une observation topographique confirmerait une date à l’époque impériale en le liant au camp romain. On a noté, en effet, que le tracé de l’aqueduc actuellement exploré et dont la partie terminale n’est plus visible, ne se dirige pas vers le centre de la ville mais plutôt vers son angle nord-est. De ce point il pouvait alimenter aussi bien le camp de la Legio III Cyrenaica, où se trouve un troisième édifice thermal de caractère monumental, que l’ensemble des monuments des eaux construits au centre de l’agglomération à partir du milieu du iie siècle et à l’époque des Sévères 79.

  • 80 Burckhardt 1822, p. 87 (‘Aïn Kerashe près de Raha), 89 (belle source de ‘Afineh) ; Wetzstein 1860, (...)
  • 81 Je remercie Frank Braemer pour cette information.

46L’aqueduc de Bostra a pu être remonté jusqu’au voisinage du village de al-’Afineh. Si une trace linéaire est visible sur les photographies aériennes, au-delà de ce village en direction de la zone sommitale du Jebel al-‘Arab, les observations de terrain n’ont pas permis jusqu’à présent de la rapporter clairement à une conduite d’eau. Il semble préférable de revenir à l’interprétation par la trace d’une route reliant Bostra au versant est du Jebel. Une route a d’ailleurs pu longer l’aqueduc sur des parties de son trajet pour en assurer la surveillance et l’entretien. Dans l’état actuel de l’exploration on n’a pas pu situer encore la tête de l’aqueduc de Bosra. Les voyageurs anciens signalaient une abondance particulière en eau et une concentration de sources dans cette zone de piémont du Jebel et nommément à ‘Afineh 80. Cependant les sources les plus importantes, identifiées par F. Braemer, se trouvent au nord du village (Kôm Ebe Ira) sur le bassin versant tourné vers Suweida 81. C’est sans doute de là que partait une des conduites mentionnées par les inscriptions et alimentant la zone de Soada-Kanatha. Dans cette position, les sources pouvaient difficilement avoir alimenté l’aqueduc de Bosra. En revanche J. Leblanc et A. Chevalier ont observé en automne 2005, entre la route de Suweida-Qrayyeh (non loin du point où aboutit le tracé de l’aqueduc de Bosra) et le village de ‘Afineh la nappe phréatique à deux mètres seulement de la surface. On pourrait imaginer dans cette zone un captage en direction de Bosra. Des explorations complémentaires dans cette zone et en amont, sur le bassin versant tourné vers Bosra, seront nécessaires pour préciser les origines et le fonctionnement de cette conduite.

  • 82 Sur les conditions de la création de la Province d’Arabie voir Sartre 2001, p. 610-614.
  • 83 Sartre 1982, p. 50-52.
  • 84 Sartre 1982, p. 51, note 198.
  • 85 Waddington 1870, n° 1962.
  • 86 Sartre 1982, p. 48-64. 2001.
  • 87 Sartre 1982, p. 69-70.

47Enfin la zone de ‘Afineh semble n‘avoir jamais appartenu au roi nabatéen, sauf peut-être dans la courte période où Arétas III avait été appelé à règner à Damas et y frappait monnaie, ni à la Province d’Arabie au moment de sa création 82. À Hebrân, village situé immédiatement au nord, les inscriptions étaient datées d’après les années de règne de l’empereur, mode de datation caractéristique de la Province de Syrie, et par la mention de légats de la province 83, jusqu’en 178 de notre ère 84. Les inscriptions des aqueducs construits sous le règne de l’empereur Trajan et, à leur point d’aboutissement à Suweida, sous celui de Commode, se réfèrent non à la Province d’Arabie mais bien à celle de Syrie aussi bien vers 103 que vers 183. Avant 103 cette zone n’appartenait pas davantage au royaume nabatéen mais à celui d’Hérode et des Agrippa, sauf pendant des intermèdes où elle était déjà rattachée à la province de Syrie. Il est donc peu vraisemblable que les Nabatéens aient pu s’approvisionner directement en eau dans ce secteur. Mais cette zone était proche de la frontière. Sur une inscription de Qrayyeh la date se réfère à l’an 34 de l’ère de Bostra et atteste qu’en 139-140 le village dépendait de Bostra 85. Cette frontière a été déplacée vers le nord au moment des réformes sévériennes que l’on peut situer entre 194 et 214 86. Elles ont rattaché le sud de la Syrie à la Province d’Arabie qui s’est alors étendue jusqu’au nord du Leja, de la Batanée et du Jebel al-‘Arab. Enfin, en 298 au plus tard, la frontière de l’Arabie a atteint vers le nord sa plus grande extension jusqu’aux limites de la Damascène 87.

  • 88 Dentzer et al. 2002, p. 93-103, 116-121, 143-148 ; Dentzer et al. 2005.

48La zone d’où semble provenir l’aqueduc de Bosra a été intégrée sans aucun doute à la province d’Arabie vers le tournant du iie au iiie siècle. On n’est pas contraint pour autant d’attribuer l’aqueduc à la phase sévérienne, bien connue pour ses constructions à Bostra 88. On connaît, en effet, à Bostra un premier état des thermes du sud et aussi du nymphée dit Kalybé, qui datent du milieu du iie siècle. On peut se demander si, à l’occasion de son entrée dans l’empire romain, la capitale Bostra n’a pas pu obtenir de l’autorité romaine un branchement de son aqueduc dans la province voisine, à proximité immédiate de sa frontière. La présence d’une frontière impériale au cœur même de la zone d’approvisionnement attire en tout cas l’attention sur les implications politiques de la collecte de l’eau à longue distance.

Conclusion

  • 89 Braemer 1988, p. 135-136.

49Les prospections prévues en 2006 permettront peut-être d’éclairer la discussion en identifiant plus précisément le captage et, dans la fouille, l’état romain de l’aqueduc. Les vestiges matériels particulièrement nombreux et relativement bien conservés sur la totalité de la zone basaltique jusque dans les années quatre-vingt et des inscriptions qui livrent des informations relativement détaillées sur l’histoire de la région, parfois jusqu’à l’échelle des villages, représentent en Syrie du Sud des atouts exceptionnels pour l’étude sur la longue durée de l’économie de l’eau. Les conditions géologiques et climatiques, dans une zone homogène avec des variantes, permettent de mieux distinguer les types de réponses aux contraintes de l’environnement et de faire plus précisément la part au déterminisme géographique. Il permet aussi de définir les différentes solutions technologiques adoptées à travers l’histoire sur les mêmes terrains et avec les mêmes matériaux. L’intérêt de la région est de présenter, dès l’âge du Bronze, des réseaux créés et gérés par des communautés dont on peut tenter d’évaluer l’importance et l’action. Ils supposent des systèmes d’organisation dont l’initiative revient à une autorité que l’on peut situer dans une échelle qui va du village et de la cité à la province. Les techniques de collecte locale des crues d’hiver, attestées depuis l’âge du Bronze jusqu’au seuil de l’époque industrielle sont parfaitement adaptées aux conditions géologiques et climatiques du Hauran. Leur efficacité est telle qu’un grand nombre de canaux autour de Bosra ont été repris et cimentés dans la dernière décennie. Il n’est pas sûr, d’ailleurs, qu’un aqueduc classique soit d’un rapport supérieur. Son principe, c’est à dire la recherche à une distance relativement longue de l’eau d’une source permanente, représente une véritable rupture dans la culture régionale ancienne d’acquisition analysée par F. Braemer et un changement d’échelle qui sont les marques d’une politique imposée de l’extérieur 89. Après le royaume nabatéen qui s’est contenté d’exploiter les traditions locales, l’empire romain impose sa marque particulière en introduisant sa propre technique de l’eau. Il est significatif que l’autorité impériale, pourtant lointaine, soit évoquée si souvent, qu’il s’agisse de réseaux ou de programmes urbains. Manifestement l’eau est devenue de plus en plus un enjeu politique : en s’associant étroitement à l’urbanisme mais aussi à l’iconographie et à l’architecture elle est passée du cadre de vie à la culture du citoyen.

Bibliographie

Amit et alii 2002
D. Amit, J. Patrich et Y. Hirschfeld, « The aqueducts of Israel », Journal of Roman Archaeology, Suppl. ser. 46, 2002, Ann Arbor, University of Michigan.

Augé et Dentzer 1999
Ch. Augé et J.-M. Dentzer, Pétra : la cité des caravanes, Découvertes Gallimard, Paris, 1999.

Bauzou 1985
Th. Bauzou, « Les voies de communication dans le Hauran à l’époque romaine », dansJ.-M. Dentzer (éd.), Hauran I. Recherches archéologiques sur la Syrie du Sud à l’époque hellénistique et romaine, Bibliothèque Archéologique et Historique 124, IFAPO, Beyrouth, 1985, p. 137-166.

Bauzou 2003
Th. Bauzou, « Le réseau routier », dans J. Dentzer-Feydy, J.-M. Dentzer et P.-M. Blanc (éd.), Hauran II, Les installations de Sî‘8 : du sanctuaire à l’établissement viticole, Bibliothèque Archéologique et Historique 164, Beyrouth, 2003, p. 286-318.

Bellwald et al. 2003
U. Bellwald, Ma’an al-Huneidi et D. Keller, The Petra Siq. Nabataean Hydrology Uncovered, Petra National Trust. Amman, 2003.

Bellwald 2004a
U. Bellwald, « An wilden Wassern – Die Wasserversorgung Petras in der Antike », dans B. Salje, N. Riedl et G. Shauerte (éd.), Gesichter des Orients : 10000 Jahre Kunst und Kultur aus Jordanien, Austellung der Kunst, Austellungshalle der Bundesrepublik Deutschlands in Bonn, Mainz, 2004, p. 153‑160.

Bellwal 2004b
U. Bellwald, « Streets and Hydraulics. The Petra National Trusts Siq Project in Petra 1996-1999. The Archaeological Results », in H.D. Bienert et J. Häser (éd.), Men of Dikes and Canals. The Archaeology of Water in the Middle East, Intern. Symposium held at Petra 15-20 june 1999, Deutsches Archäologisches Institut, Orient Abteilung, Orient-Archäologie Bd. 13, Rahden (Westf.), 2004, p. 73-94.

Bellwald 2006
U. Bellwald, “The Hydraulic Infrastructure of Petra. A Model fo Water Strategies in Arid Land”, dans G. Wiplinger (éd.), Cura aquarum in Ephesos. Proceedings of the Twelfth International Congress on the History of Water Management and Hydraulic Engineering in the Mediterranean Region. Ephesus Seçuk, Turkey, October 2004, BABESH : Bulletin Antieke Beschaving. Annual Papers on Mediterranean Archaeology, Supplement 12, 2006, et Österreichisches Archäologisches Institut : Sonderschriften, Band 42. Stichting Bulletin Antieke Beschaving, Leuven, Paris, Dudley, MA 2006, p. 225-235.

Besançon (à paraître)
J. Besançon, « Géographie, environnements et potentiels de la région de Pétra (Jordanie) », in Conquête de la steppe 3, Travaux de la Maison de l’Orient, Lyon.

Bienert et Häser 2004a
H.D. Bienert et J. Häser, « Jeder von euch baue sich eine Zisterne in seinem Haus - Wasserwirtschaft in Jordanien im Laufe der Jahrtausende » in B. Salje, N. Riedl et G. Shauerte (éd.), Gesichter des Orients : 10000 Jahre Kunst und Kultur aus Jordanien, Austellung der Kunst, Austellungshalle der Bundesrepublik Deutschlands in Bonn, Mainz, 2004, p. 17‑28.

Bienert et Häser 2004b
H.D. Bienert et J. Häser, Men of Dikes and Canals. The Archaeology of Water in the Middle East, intern. Symposium held at Petra 15-20 june 1999, Deutsches Archäologisches Institut, Orient Abteilung, Orient-Archäologie Bd. 13, Rahden (Westf.), 2004.

Braemer 1988
F. Braemer, « Prospections archéologiques dans le Hauran. II. Les réseaux de l’eau. », Syria LXV, 1988, p. 99-137.

Braemer 1990
F. Braemer, « Formes d’irrigation dans le Hauran (Syrie du sud) », in B. Geyer (éd.), Les techniques et les pratiques hydro-agricoles traditionnelles en domaine irrigué : approche pluridisciplinaire des modes de culture avant la motorisation en Syrie, Coll. Damas 27/6-1/7/87, 1990, p. 453-474.

Braemer 1993
F. Braemer, « Prospections archéologiques dans le Hawran, III », Syria 70, 1990, p. 117-170.

Braemer et Echallier dir. et alii 2004
F. Braemer et J.-C. Echallier dir. et alii, Khirbet al Umbashi : Villages et campements de pasteurs dans le « désert noir » (Syrie) à l’âge du Bronze, Bibliothèque Archéologique et Historique 171, Beyrouth, 2004.

Burckhard 1822
J. L. Burckhard, Travels in Syria and the Holy Land, Londres, 1822.

Crouch 1991
D. Crouch, « Modern Insights from the Study of Ancient Greek Water Management », in T. Hodge (éd.), Future Currents in Aqueduct Studies, Collected Classical Papers, 2, Leeds, 1991, p. 93‑103.

Dentzer 1985
J.-M. Dentzer (éd.), Hauran I, Recherches archéologiques sur la Syrie du Sud à l’époque hellénistique et romaine, Bibliothèque Archéologique et Historique 124, Paris, 1985.

Dentzer et Zayadine 1992
J.-M. Dentzer et F. Zayadine, « L’espace urbain à Petra », Studies in the History and Archaeology of Jordan IV, 1992, p. 233‑251.

Dentzer et Saupin 1997
J.-M. Dentzer et R. Saupin, « Les circulations internes et l’emprise urbaine sur l’espace à Pétra », Studies in the History and Archaeology of Jordan VI, 1997, p. 289-302.

Dentzer 2008
J.-M. Dentzer, « Les Nabatéens et l’eau : technologie et culture. la conduite d’eau du Jebel Ithlib à Medaïn Saleh (Arabie Saoudite) », dans Syria 85, 2008, p. 5-18.

Dentzer 2009
J.-M. Dentzer, « Espace urbain et environnement dans les villes nabatéennes de Pétra, Hégra et Bosra »,dans Archéologie et environnement dans la Méditerranée antique, Études réunies par F. Dumasy et Queyrel, Hautes Études du monde gréco-romain 42, p. 143-192, pl.XIII-XV, Droz, Genève, 2009.

Dentzer et alii 2002
J.-M. Dentzer, P.-M. Blanc, Th. Fournet et R. et A Mukdad, « Le développement urbain de Bosra de l’époque nabatéenne à l’époque byzantine : bilan des recherches françaises 1981-2002 », Syria 79, 2002, p. 75-154.

Dentzer-Feydy et alii 2003
J. Dentzer-Feydy, J.-M. Dentzer et P.-M Blanc, Hauran II, Les installations de Sī‘8 : du sanctuaire à l’établissement viticole, Bibliothèque Archéologique et Historique 164, Beyrouth, 2003.

Dentzer et alii 2005
J.-M. Dentzer, P.-M. Blanc et Th. Fournet, « Le programme de construction sévérien dans le centre de la ville de Bosra », in D. Kreikenbom, K.-U. Mahler et Th. Weber,Urbanistik und städtische Kultur in Westasien und Nordafrika unter den Severern, Beiträge zur Table Ronde in Mainz am 3. und 4. Dezember 2004, Die deutsche Bibliothek, 2005, p. 187-200.

Dentzer et Fournet 2005
J.-M. Dentzer et Th. Fournet, « L’exèdre monumentale du grand carrefour de Bosra », in P. Bielinski et F. M. Stepniowski (éd.), Aux pays d’Allat. Mélanges M. Gawlikowski, Warszawa, 2005, p. 53-76.

Dunand 1930
M. Dunand, « Kanata et Kanatha », Syria 11, 1930, p. 272-279.

Dunand 1932
« Nouvelles inscriptions du Djebel Druze et du Hauran », Revue Biblique 41, p. 399-416 (n° 1-63) ; p. 561-580 (n° 64-138).

Dunand 1933
M. Dunand, « Nouvelles inscriptions du Djebel Druze et du Hauran », Revue Biblique 42, 1933, p. 230-254 (n° 139-243), pl. XVI-XIX.

Dunand 1934
M. Dunand, Le Musée de Soueïda : inscriptions et monuments figurés, Bibliothèque Archéologique et Historique 20, Paris, 1934.

Dunand 1950
M. Dunand, « (inscriptions de Bosra) », Archiv Orientalni 18, 1950, p. 144-164.

Dussaud et Macler 1901
R. Dussaud et F. Macler, Voyage archéologique au Safâ et dans le Djebel ed-Drûz, 2e partie : Le Djebel ed-Drûz, Paris, 1901.

Dussaud et Macler 1903
R. Dussaud et F. Macler, Mission dans les régions désertiques de la Syrie moyenne : rapport sur une mission scientifique dans les régions désertiques de la Syrie moyenne, Nouvelles Archives des Missions scientifiques, t. X, 1903, p. 411-744.

Eadie et Oleson 1986
J. W. Eadie et J.P. Oleson, « The Water-Supply Systems of Nabataean and Roman Humayma », Bulletin of the American Schools of Oriental Research 262, 1986, p. 49-86.

Eames 2003
S. Eames, « Between the Desert and the Sown : the Hauran as a Frontier Zone in the Middle Bronze Age », Palestine Exploration Quarterly 135, 2, July-Dec., 2003, p. 88-107.

Fournet-Piraud 2003
P. Fournet-Piraud, « ”Le palais de Trajan” à Bosra. Présentation et hypothèses d’identification », Syria 80, 2003, p. 5-40.

Freyberger 2004
K. S. Freyberger,« The Use of Ponds and Cisterns in the Hauran during the Roman Period », in H. D. Bienert et J. Häser, Men of Dikes and Canals. The Archaeology of Water in the Middle East, intern. Symposium held at Petra 15-20 June 1999, Deutsches Archäologisches Institut, Orient Abteilung, Orient-Archäologie Bd. 13, Rahden (Westf.), 2004, p. 337‑344.

Frösén et Fiema 2002
J. Frösén et S.T. Fiema, Petra : a City Forgotten and Rediscovered, Exhibition Amos Anderson Art Museum, Helsinki, 2002.

Gentelle 1985
P. Gentelle, « Éléments pour une histoire des paysages et du peuplement du Djebel Hauran septentrional », dans J.-M. Dentzer (éd), Hauran I : recherches archéologiques sur la Syrie du sud à l’époque hellénistique et romaine, Paris, Bibliothèque Archéologique et Historique 124. Paris, 1985, p. 19‑62.

Gentelle 2003
P. Gentelle, Traces d’eau : un géographe chez les archéologues, Paris, 2003.

Ginouvès 1992
R. Ginouvès, « Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, vol. II. Éléments constructifs : supports, couvertures, aménagements intérieurs. », EFR, 84, Paris, 1992.

Ginouvès 1998
R. Ginouvès, « Dictionnaire méthodique de l’architecture grecque et romaine, vol. III, espaces architecturaux, bâtiments et ensembles. », EFR, 84, Paris.

Gros 1996
P. Gros, L’architecture romaine. 1. Les monuments publics, Les Manuels d’art et d’archéologie antiques, Paris, 1996.

Grewe 2004
G. Grewe, « Tunnelbau für Flussumleitungen, p. 95-108, Der Flusstunnel von Petra (Jordanien), Der Titus-Tunnel von Çevlik (Türkei), Der Flusstunnel im Rio Sil bei Montefurado (Spanien), Bibliographie », in H.D. Bienert et J. Häser, Men of Dikes and Canals. The Archaeology of Water in the Middle East, intern. Symposium held at Petra 15-20 June 1999, Deutsches Archäologisches Institut, Orient Abteilung, Orient-Archäologie Bd. 13, Rahden (Westf.), 2004, p. 95-108.

Gunsam 1989
E. Gunsam, « Die nördliche Hubta-Wasserleigtung in Petra », in M. Lindner, Petra und das Königreich der Nabatäer (5e éd.), München, 1989, p. 319-329.

Harper 1928
G. Mac Lean Harper, « Village Administration in the Roman Province of Syria », Yale Classical Studies 1, 1928, p. 105‑168.

Helms 1981
S.W. Helms, Jawa, Lost City of the Black Desert, Londres, 1981.

Hesberg 1991
H. von Hesberg, « Die monumentalisierung der Städte in den nordwestlichen Provinzen zu Beginn der Kaiserzeit », in W. Eck et H. Galsterer (éd.), Die Stadt in Oberitalien und in den nordwestlichen Provinzen des römischen Reiches, Köln 1989, = Römisch-Germanisches Museum ; Kölner Forschungen 4, Köln, 1991.

Hesberg et Schalles 1992
H. von Hesberg et H.-J. Schalles, « Ausblick, Die römische Stadt im 2. Jahrhundert n. Chr. Der Funktionswandel des öffentlichen Raumes = KB Xanten 1990 Solles, H.J. (éd.) », Xantener Berichte II, 1992, p. 391-398.

Hodge 1992
A. T. Hodge, « Roman Aqueducts & Water Supply », Duckworth, 2e édition, London, 1992.

Huotari 2002
M. Huotari, « Ancient Irrigation/Farming Installations in the FJHP Survey Area (Petra) », in J. Frösén et S.T. Fiema, Petra : a City Forgotten and Rediscovered, Exhibition Amos Anderson Art Museum, Helsinki, 2002, p. 229-233.

Iliffe 1944
J.H. Iliffe, « A Building Inscription from the Syrian Limes », Quarterly Department of Antiquities Palestine 10, 1944, p. 62-64.

Isaac 1990
B. Isaac, The Limits of Empire : The Roman Army in the East, Oxford, 1990.

Jones 1971
A.H.M. Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces (2e éd.), Oxford, 1971.

Kennedy 1982
D.L. Kennedy, Archaeological Explorations on the Roman Frontier in North-East Jordan : The Roman and Byzantine Military Installations and Road Network on the Ground and from the Air. Including unpublished work by Sir Aurel Stein and with a contribution by D.N.Riley, BAR intern Ser. 134, Oxford, 1982.

Kennedy 1995
D.L. Kennedy, « Water Supply and Use in the Southern Hauran, Jordan », Journal of Field Archaeology 22,1995, p. 275-290.

Lindner 2003
M. Lindner, « Hydraulic Engeneering and its Significance in Nabatean-Roman Southern Jordan : Ba‘ja, as-Sâdah, Sabrâ, Umm Ratâm », Annual of the Department of Antiquities of Jordan 47, 2003, p. 183-194.

Lindner 2004
M. Lindner, « Hydraulic Engineering and Site Planning in Nabataean-Roman Southern Jordan », in H.D. Bienert et J. Häser, Men of Dikes and Canals. The Archaeology of Water in the Middle East, intern. Symposium held at Petra 15-20 june 1999, Deutsches Archäologisches Institut, Orient Abteilung, Orient-Archäologie Bd. 13, Rahden (Westf.), 2004, p. 65-72.

Lindner 2005
M. Lindner, « Water Supply and Water Management at Ancient Sabra (Jordan) », PEQ 137/1, 2005, p. 33-52.

MacDonald et alii 2001
B. MacDonald, R. Adams et P. Bienkowski (éd.), « The Archaeology of Jordan », Levantine Archaeology 1, Sheffield, 2001.

Mcquitty 2004
A. Mcquitty, « Harnessing the Power of Water : Watermills in Jordan, », in H.D. Bienert et J. Häser, Men of Dikes and Canals. The Archaeology of Water in the Middle East, Intern. Symposium held at Petra 15-20 june 1999, Deutsches Archäologisches Institut, Orient Abteilung, Orient-Archäologie Bd. 13, Rahden (Westf.),2004, p. 261-272.

al-Muheisen 1990a
Z. al-Muheisen, « Maîtrise de l’eau et agriculture en Nabatène : l’exemple de Pétra », Aram 2, 1990, p. 205-220.

al-Muheisen 1990b
Z. al-Muheisen, « Exemples d’irrigation dans le domaine nabatéen (Pétra Jordanie méridionale) », in B. Geyer (éd) Techniques et pratiques hydro-agricoles traditionelles en domaine irrigué : approche pluridisciplinaire des modes de culture avant la motorisation en Syrie, Bibliothèque Archéologique et Historique 136, Paris, 1990, p. 507-511.

al-Muheisen et Tarrier 1997
Z. al-Muheisen et D. Tarrier, « Ressources naturelles et occupation du site de Pétra », Studies in the History and Archaeology of Jordan VI, 1997, p. 143‑148.

Mukdad 1988
Kh. Mukdad, « L’approvisionnement hydrique de la ville de Bosra », XXXV Corso di Cultura sull’Arte Ravennate e Bizantina. Ravenne, 19/26 mars 1988, Ravenna, 1988, p. 171-203.

Nehme 1994
L. Nehmé, L’espace urbain de Pétra de l’époque nabatéenne à l’époque byzantine à travers les sources archéologiques et épigraphiques, thèse de doctorat de l’Université, Université de Paris 1, 1994.

Nehme 1997
L. Nehmé, « L’espace cultuel de Pétra à l’époque nabatéenne », Topoï Orient-Occident 7, 1997, p. 1023-1067.

Nehme et Villeneuve 1999
L. Nehmé et F. Villeneuve, Pétra :Métropole de l’Arabie antique, Éditions du Seuil, Paris, 1999.

Oleson 1995
J.P. Oleson, « The Origins and Design of Nabataean Water Supply Systems », Studies History and Archaeology of Jordan 5, 1995, p. 707-719.

Oleson 1997
J.P. Oleson, « Landscape and Cityscape in the Hisma : The Resources of Ancient al-Humayma », Studies in the History and Archaeology of Jordan 6, 1997, p. 175-188.

Oleson 2001
J.P. Oleson, « Water Supply in Jordan through the Ages », in B. MacDonald, R. Adams et P. Bienkowski (éd.), « The Archaeology of Jordan », Levantine Archaeology 1, Sheffield, 2001, p. 603-614.

Parr 2008
P. J. Parr, “Dating the Hydraulic Installations in the Siq at Petra”, PEQ, 140, 2, 2008, p. 81-86.

Ortloff 2005
Ch. R. Ortloff, « The Water Supply and Distribution System of the Nabataean City of Petra (Jordan), 300 BC - AD 300 », Cambridge Archaeological Journal 15/1, 2005, 93-109.

PPUAES III A
E. Littmann, R. Magie et R. Stuart, Syria. Publications of the Princeton University Archaeological Expedition to Syria in 1904-1905 and 1909, Division III, Section A, E. Littmann, R. Magie et R. Stuart, R., Greek and Latin Inscriptions, Leyden, 1921.

Robert 1953
J. et L. Robert, Bulletin épigraphique 1953, p. 218.

Salje et alii
B. Salje, N. Riedl et G. Shauerte (éd.), Gesichter des Orients : 10000 Jahre Kunst und Kultur aus Jordaniens, Austellung der Kunst, Austellungshalle der Bundesrepublik Deutschlands in Bonn, Mainz, 2004.

Sartre 1981
M. Sartre, « Le territoire de Canatha », Syria 58, 3-4, 1981, p. 343‑357.

Sartre 1982
1982 Inscriptions grecques et latines de la Syrie, XIII,1, Bostra n° 90001 à 9472 », Bibliothèque Archéologique et Historique 113, Paris, 1982.

Sartre 1987
M. Sartre, « Villes et villages du Hauran (Syrie) du ier au ive siècle », Frézouls, Sociétés urbaines, sociétés rurales dans l’Asie Mineure et la Syrie hellénistiques et romaines, Strasbourg, 1987, p. 239-257.

Sartre 1993
M. Sartre, « Communautés villageoises et structures sociales d’après l’épigraphie de la Syrie du Sud », in A. Donati, G. Susini et G. Poma (éd.), L’Epigrafia del villagio. Epigrafia e Antichità 12, Faenze, 1993, p. 117-135.

Sartre 1999
M. Sartre,
« Les Metrokomiai de Syrie du Sud », Syria, 76, 1999, p. 197‑222.

Sartre 2001
M. Sartre, D’Alexandre à Zénobie : histoire du Levant antique ive siècle av. J.-C. - iiie siècle ap. J.-C., Paris, 2001.

Sartre-Fauriat 1992
A. Sartre-Fauriat, « Le nymphée et les adductions d’eau à Soada-Dionysias de Syrie au iie siècle ap. J.-C. », Ktema, 17, Strasbourg 1992, p. 133-151.

Sartre-Fauriat 2004
A. Sartre-Fauriat, Les voyages dans le Hawrân (Syrie du Sud) de William John Bankes (1816 et 1818, Ausonius Mémoires 11, IFAPO / Ausonius, Bibliothèque Archéologique et Historique 169, Bordeaux, Beyrouth, 2004.

Schürer 1979
E. Schürer, The History of the Jewish People in the Age of Jesus-Christ (175 BC-AD 135), revised and edited by G. Vermes, F. Millar, M. Black, éd. angl. , Edimburgh, II, 1979.

Schweder 1992
M. Schweder, « Die Wasserversorgung Petras », dans M. Lindner et J.P. Zeitler (éd.) « Petra : Königin der Weihrauchstrasse », Naturhistorische Gesellschaft Nürnberg ; Archäologie des Auslandes, Fürth, 1992, p. 69-70.

Segni 2002
L. di Segni, « The Water Supply of Roman and Byzantine Palestine in Literary and Epigraphical Sources », dans D. Amit, J. Patrich et Y. Hirschfeld, « The Aqueducts of Israel », Journal of Roman Archaeology, Suppl. ser. 46, Ann Arbor (Mi) University of Michigan Amit-Patrich-Hirschfeld 2002, p. 37‑67.

Sourdel 1952
D. Sourdel, Les cultes du Hauran à l’époque romaine, Bibliothèque Archéologique et Historique, 53, 1952, Paris.

Waddington 1870
H.W. Waddington, Inscriptions grecques et latines de la Syrie, Paris, 1870 ; index de J.-B. Chabot, RA, 1896, I et II, p. 213 sq.

Weber et Wenning 1997
Th. Weber et R. Wenning, Petra. Antike Felsstadt zwischen arabischer Tradition und griechischer Norm, Zaberns Bildbände zur Archäologie, Mainz, 1997.

Wetzstein 1860
J.-G. Wetzstein, « Reisebericht über Hauran und die Trachonen, nebst einem Anhange über die sabäischen Denkmäler in Ostsyrien », d’abord Reise in den beiden Trachonen und um das Haurân - Gebirge im Frühling 1858 ; Zeitschrift für Allgemeine Erdkunde, sept.1860, Berlin.

Wirth 1971
E. Wirth, Syrien, eine geographische Landeskunde, Wissenscha-ftliche Länderkunden (éd. W. Storkebaum, 4/5, Darmstadt, 1971.

Notes

1 Cette étude de l’approvisionnement en eau de Bosra fait partie du programme construit et mené en collaboration étroite depuis 1981 avec la Direction générale des Antiquités et des Musées de Syrie et la Direction des Antiquités de Bosra. Nous nous devons de leur exprimer toute notre reconnaissance pour leur accueil et leur aide quotidienne ; voir Dentzer et al. 2002.

2 Crouch 1991, p. 99 a noté que pour les villes grecques les travaux majeurs comme les réservoirs et les canaux d’alimentation sont probablement l’œuvre de la communauté dans son ensemble.

3 Oleson 1995, 1997a, 1997b et 2001 ; Muheisen et Tarrier 1997 ; Muheisen 1990a et 1990b ; Huotari 2002 ; Bellwald 2003, 2004 a et 2004 b ; Bienert et Häser 2004a et 2004b ; Lindner 2003 et 2004 ; Ortloff 2005. Pour la chronologie des travaux voir aussi, récemment, Parr 2008.
Une étude globale de l’espace de Pétra a été engagée par Laila Nehmé et René Saupin, dans le cadre du CNRS et de la Mission archéologique française en Syrie du Sud, pour la préparation de l’Atlas archéologique de Pétra. Je me dois de remercier ici M. Stephan G. Schmid pour les informations amicalement communiquées sur les recherches les plus récentes à Pétra.

4 Voir les références citées note 3 et en dernier lieu Ortloff 2005.

5 Par exemple: Bellwald 2004b.

6 Gunsam 1989; Ortloff 2005. 

7 Muheisen 1990a, 1990b et 1992 ; Bellwald 2004a (réseau des conduites sur image satellite p. 157, fig. 7.18) ; voir Bienert et Häser 2004. Je voudrais remercier chaleureusement M. Ueli Bellwald qui m’a aimablement communiqué une copie de l’image satellite reproduite dans la fig. 1.

8 Parr 1967 ; Muheisen et Tarrier 1995 et 1996.

9 Lindner 2005 ; voir aussi Lindner 2004.

10 Biblioth. histor. XIX, XCIV, 6-9.

11 Nehmé 1997; R. Wenning dans Weber et Wenning 1997, p. 105‑110; Nehmé et Villeneuve 1999, p. 71-87; Wenning 2001; Dentzer 2009. Voir aussi Dentzer 2008.

12 Augé et Dentzer 1999, p. 58-83 ; Dentzer 2009.

13 Ortloff 2005.

14 Wirth 1971, p. 408-420; Gentelle 1985; Braemer 1988, p. 104‑107; Eames 2003.

15 Braemer 1988, cf. Kennedy 1995.

16 Braemer 1988, p. 131.

17 Pendant la sècheresse de l’année 1964 un conduit amenant l’eau a pu être exploré par Kh. Mukdad (1988, p. 180).

18 Jusqu’à présent on ne connaît que très peu de ces citernes, en l’absence de fouilles dans le secteur de l’habitat. Voir pour la citerne du « Palais de Trajan » Fournet-Piraud 2003, p. 12.

19 Helms 1981, p. 135-198; Eames 2003, p. 97-100.

20 Braemer 2004, p. 247-260.

21 Braemer 1988, p. 13 ; il faut ajouter les recherches récentes de Kennedy 1995 sur le Hawran jordanien.

22 Braemer 1988, p. 119-131.

23 Braemer 1988, p. 119-121.

24 Braemer 1988, p. 119.

25 Kh. Mukdad (1988, p. 179) donne à ce canal le nom de canal Bazazia ; voir aussi Braemer 1988, p. 115, fig. 8.

26 Braemer 1988, p. 130.

27 Ces marques sont en cours d’étude par L. Nehmé.

28 Diodore, Bibliothèque historique, XIX, 94, 6-9.

29 Avec F. Braemer, on peut rapprocher de cet ouvrage les deux grands réservoirs de Suweida.

30 Dentzer et al. 2002, p. 141-145.

31 Bauzou 1985, p. 144 ; Bauzou 2003, p. 302-303.

32 Bauzou 2003, p. 308.

33 Installation comparable dans Mcquitty 2004, p. 269 fig. 2 (en haut).

34 Le dispositif correspond à celui appelé « Arubah penstock mill » par Mcquitty 2004, p. 262- 269 fig. 2, en bas et 3-5.

35 Dans cette hypothèse les tronçons sur murettes de hauteur croissante permettaient de maintenir le conduit à une pente raisonnable, interrompue à intervalles plus ou moins réguliers par une chute verticale qui faisait perdre 5 ou 6 m d’altitude. On pouvait supposer que l’eau tombait dans un bassin qui régularisait le cours et calmait les turbulences avant de reprendre son cours à un niveau proche du sol puis d’être porté ensuite par une nouvelle murette.

36 Les moulins ne sont pour le moment attestés qu’à l’époque omeyyade et ayyoubide-mamlouk. On les retrouve sous la même forme (piles englobant une conduite de chute verticale terminant des tronçons de murettes portant un canal surélevé) dans la zone à l’est de Qrayyeh où ils ont continué à être utilisés jusque dans les années cinquante. Mais dans ce cas ils ne sont pas alimentés par une conduite permanente mais par des captages dans des lits de wâdîs. Ils ne fonctionnaient donc qu’en période de crue.

37 D’après Dunand 1950, n° 316, cité par Sartre 1982 = IGLS XIII, 1 n° 9134, p. 205-206 ; Segni 2002, p. 57. Le Deir (couvent) pourrait être un nom donné au secteur de la basilique de Bahira.

38 Waddington 1870, n° 1963 ; IGR 3, 1317 ; Dunand 1933, p. 240, n° 168 ; Sartre 1993 p. 131. Cette inscription ne comporte aucune référence à l’empereur mais la formule Ἀγαθῇ Τύχῃ.

39 Waddington 1870, n° 2015 ; CIG 4633.

40 ἘκπρονοίαϛκαὶσπουδῆϛΠαυλείνουσυνδίκουκαὶ [Λ]ουκ[ιλιαν]οῦπιστῶν, τῶν ...... εταξυτων ? ..... ἡπηγήἐθεμελιώθηκαὶἀνενεώθηἐναὐτῷ ἐνιαυτῷ, ἒτουϛσξ‛ τῆϛἐπαρχ[είαϛ. Waddington 1870, n° 2239 ; Segni 2002 p. 54.

41 Waddington 1870, n° 2239 a. Une autre ψίϛ a été construite à Mushennef, toujours sous l’autorité d’un syndicos et de deux pistoi. Mushennef ne correspond pas au site antique de Nela comme le suppose Waddington. M. Sartre (1999 p. 198-200) a montré que ce nom a été porté par le site actuel d’Inkhil,Waddington n° 2219. On ignore la nature du bâtiment. Sur le sens de ἀψίϛ voir : Ginouvès 1992, p. 139, 148 et n. 116 ; Ginouvès 1998, p. 14, 68, 197.

42 Harper 1928 ; Jones 1971, p. 284-285 ; Sartre, 1993 p. 123-132 ; Sartre 2001, p. 215 et 773.

43 « Sous l’éparque Agrippa a été réalisé le réservoir et la conduite » : Dussaud et Macler 1901, p. 178-179, n° 49 ; I.G.R. III, 1338 ; PPUAES III A, n° 230.

44 PPUAES III A, n° 230.

45 Isaac 1990, p. 188-198 et 175-176.

46 Isaac 1990, 427-435 ; Segni 2002, p. 52.

47 Sur la route de Bostra à Azraq : Iliffe 1944 ; Isaac 1990, p. 175 ; Kennedy 1982, p. 184.

48 Segni 2002, p. 52.

49 Segni 2002, p. 54-55.

50 Waddington 1870, n° 2296 - 97 ; SEG VII, 969, 977-979 ; Sartre-Fauriat 1992 ; Segni 2004, p. 53. Identification de Kanatha-Kanata : Dunand 1930, p. 272-279 ; Schürer 1979, 140-142 ; Sartre 1981 ; Braemer 1988, p. 134-137.

51 Stèle donnée comme provenant de Suweida où elle a peut-être été apportée d’ailleurs, Dunand 1930, p. 275, fig. 1.

52 Deux stèles de Sahwet Balâta, Sartre-Fauriat 1992, p. 147, Dunand 1933, p. 239, n° 162, pl. XVI, 23 ; deuxième pierre inédite proviendrait de Brâq, lieu-dit près du Jebel Quleib à côté de Kafer, Sartre-Fauriat 1992, p. 147.

53 3 stèles de Raha : Waddington n° 2301 ; Dunand 1930 p. 275, fig. 2 et note 2 ; troisième inscription d’abord déposée au dépôt de pierres de Kafer et attribuée par erreur à ce site, puis au musée de Suweida, Dunand 1930, p. 276, fig. 3 ; provient en fait de Raha, Dunand 1934, p. 93, n° 190.

54 « Pour le salut et la santé de l’empereur Nerva Trajan César Auguste Germanique Dacique, aqueduc conduisant les eaux vers Kanata, grâce à la prévoyance de Cornelius Palma, légat impérial propréteur » : Waddington n° 2296 et 2297 ; Dunand 1930, p. 276, note 2 ; Sartre-Fauriat 1992, p. 147.

55 Sartre-Fauriat 1992, fig. 8.

56 Sartre-Fauriat 1992, p. 147.

57 Dunand 1926, p. 328-329.

58 Voir ci-dessus note 50 et en particulier Dunand 1930 ; Sartre 1981.

59 Sartre 1981.

60 Sartre-Fauriat 1992, p. 136-141 ; Gros 1996, p. 419, souligne que c’est ici le premier emploi du terme de nymphaeum, (IGR III, 1273) ; Sartre-Fauriat 2004, p. 91-97, feuille V G1, V G2, V G6, et p. 265-266.

61 « À l’empereur Nerva Trajan César, Auguste, fils d’Auguste, Germanique, Dacique, (investi de la puissance tribunicienne) pour la dixième fois, sous Aulus Cornélius Palma, légat impérial propréteur, la cité a consacré les adductions d’eau et le nymphée » ; traduction d’A. Sartre-Fauriat 1992, p. 140, qui a proposé de lire dans les lettres « τοι’« la dixième puissance tribunicienne.

62 Waddington n° 2308 ; IGR III, 1276 ; Sartre-Fauriat 1992, p. 148.

63 « L’an 8 du seigneur César Marcus Commodus Antoninus, sous Domitius Dexter, légat consulaire, la cité a fait remettre en état et construire les aqueducs venant des sources d’Arra, Kainatha, Aphetata, Orsoua et elle a fait établir le sanctuaire pour Athéna à Arra avec les statues, sous la surveillance de la tribu des Somaithenoi » traduction d’A. Sartre-Fauriat 1992, p. 148.

64 Sartre 2001, p. 644, note 29.

65 Waddington n° 2309 = IGLS XVI, 333 ; Sartre-Fauriat 1992, p. 148-149.

66 M. Kalos a identifié à Suweida une phase monumentale d’urbanisme datée de l’époque impériale et axée sur le théâtre : La Syrie hellénistique, Colloque international, Tours 6-8 oct. 2000 (communication non publiée).

67 Pour l’identification d’Aphettata à ‘Afineh : voir Dussaud 1901, p. 197 note 3 et p. 198, note 1 ; Dussaud 1903, p. 424.

68 Ce qui confirme bien que les canalisations de l’époque de Trajan n’avaient pas pour but la ville de Kanatha elle-même.

69 Dunand 1934, n° 25 sq ; Sourdel 1952, p. 69-74 ; Sartre-Fauriat 1992, p. 149.

70 Sartre-Fauriat 1992, p. 149.

71 En Palestine un certain nombre d’aqueducs ont pu être attribués à l’initiative d’Hérode, d’Archelaus, de Pilate, sur la base de documents. D’autres attributions à des souverains, à des empereurs romains ou des gouverneurs de province sont fondées simplement sur de fortes vraisemblances historiques : Segni 2002, p. 53.

72 Pline le Jeune Lettres X, 37 (46) (aqueduc de Nicomédie) ; 90 (91) (aqueduc de Sinope).

73 « Par la libéralité de notre Seigneur Justinien, manifestée à la suite de l’ambassade du saint archevêque Jean, a été relevé l’aqueduc, par les soins d’Anastase, de la tribu ( ?) de Mar.a, bijoutier... » : traduction M. Sartre, IGLS XIII, 1, n° 9134 (Sartre 1982) ; Dunand 1950, p. 146 n° 316 ; Robert 1953 ; Braemer 1988, p. 131 ; Segni 2002, p. 64, note 143.

74 Segni 2002, p. 64.

75 C’est l’hypothèse de M. Sartre dans IGLS XIII, 1, p. 206 alors que Segni 2002, p. 64 limite leur rôle à la simple surveillance des travaux.

76 Dentzer et al. 2002, p. 145-148 ; Dentzer et al. 2005 ; Dentzer et Fournet 2005.

77 Pour les fontaines et monuments des eaux voir entre autres : Gros 1996, p. 419-430 ; Dentzer et al. 2002 ; Dentzer et al. 2005 ; Dentzer et Fournet 2005. 

78 Hodge 1992, p. 5-6.

79 Dentzer et al. 2002.

80 Burckhardt 1822, p. 87 (‘Aïn Kerashe près de Raha), 89 (belle source de ‘Afineh) ; Wetzstein 1860, p. 109 ; Dussaud 1903, p. 21-22 ; Sartre-Fauriat 1992, p. 148.

81 Je remercie Frank Braemer pour cette information.

82 Sur les conditions de la création de la Province d’Arabie voir Sartre 2001, p. 610-614.

83 Sartre 1982, p. 50-52.

84 Sartre 1982, p. 51, note 198.

85 Waddington 1870, n° 1962.

86 Sartre 1982, p. 48-64. 2001.

87 Sartre 1982, p. 69-70.

88 Dentzer et al. 2002, p. 93-103, 116-121, 143-148 ; Dentzer et al. 2005.

89 Braemer 1988, p. 135-136.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Les canalisations alimentant Pétra
Crédits Image satellite Jordan Royal Geographic Centre, tracés d’après U. Bellwald 2004a
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1323/img-1.png
Fichier image/png, 833k
Titre Fig. 2 ‑ Les ressources en eau au centre de Pétra
Crédits Carte publiée par Ortloff 2005 p. 96 fig. 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1323/img-2.png
Fichier image/png, 257k
Titre Fig. 3 ‑ Les installations cultuelles à Pétra
Crédits Carte de L. Nehmé et R. Saupin
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1323/img-3.png
Fichier image/png, 96k
Titre Fig. 4 ‑ Carte du Levant. Localisation de la zone étudiée
Crédits Carte S. Vatteoni, Mission archéologique en Syrie du Sud, UMR 7041
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1323/img-4.png
Fichier image/png, 59k
Titre Fig. 5 ‑ Hydrologie naturelle et aménagements de la zone Bosra-Qanawât
Crédits Carte de F. Braemer et G. Davtian, CEPAM / CNRS
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1323/img-5.png
Fichier image/png, 417k
Titre Fig. 6 ‑ Zone de Bosra : assemblage de photographies aériennes de 1958
Crédits Mission archéologique en Syrie du Sud UMR 7041
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1323/img-6.png
Fichier image/png, 339k
Titre Fig. 7 ‑ Arrivée des canalisations à Bosra
Crédits Tracés effectués par J. Leblanc sur la base de photographies aériennes anciennes, Mission archéologique en Syrie du Sud, UMR 7041
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1323/img-7.png
Fichier image/png, 149k
Titre Fig. 8 ‑ Plan de Bosra
Crédits Th. Fournet, Mission archéologique française en Syrie du Sud
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1323/img-8.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Fig. 9 ‑ Site de la fouille de l’aqueduc sur la photographie aérienne
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1323/img-9.png
Fichier image/png, 241k
Titre Fig. 10 ‑ Aqueduc et bassin omeyyade, vers l’est
Crédits Photographie oblique par cerf-volant, Y. Guichard, Mission archéologique en Syrie du Sud UMR 7041
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1323/img-10.png
Fichier image/png, 164k
Titre Fig. 11 ‑ Vue d’ensemble de la fouille
Crédits (Photographie verticale par cerf-volant Y. Guichard, Mission archéologique en Syrie du Sud UMR 7041)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1323/img-11.png
Fichier image/png, 214k
Titre Fig. 12 ‑ Aqueduc et moulins
Crédits (Relevé de P.-M. Blanc, Mission archéologique en Syrie du Sud UMR 7041)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1323/img-12.png
Fichier image/png, 115k
Titre Fig. 13 ‑ Pile avec 2 conduits verticaux et sorties pour deux moulins
Crédits (Photographie Mission archéologique en Syrie du Sud, UMR 7041)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1323/img-13.png
Fichier image/png, 125k
Titre Fig. 14 ‑ Niveau du moulin. Débouché du conduit vertical
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1323/img-14.png
Fichier image/png, 412k
Titre Fig. 15 ‑ Conduit byzantin
Crédits (Photographie verticale par cerf-volant, Y. Guichard, Mission archéologique en Syrie du Sud, UMR 7041)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1323/img-15.png
Fichier image/png, 638k

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site