Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Stratégies d'acquisition de l'eau et société au Moyen-Orient depuis l'Antiquité

 | 
Mohamed Al-Dbiyat
, 
Michel Mouton

La gestion de l’eau dans un village des campagnes de la Syrie du Nord

Mamoun Abdulkarim und Gérard Charpentier

Zusammenfassung

Les « villes mortes » de la Syrie du Nord, comme on les désignait autrefois, s’étendent sur un vaste massif calcaire, entre la frontière turque au nord et Apamée au sud, les vallées de l’Afrin et de l’Oronte à l’ouest et la plaine d’Alep à l’est. Une quinzaine de villages antiques sont regroupés au sud, dans le gebel Zawiyé. Proches les uns des autres, ils présentent une image authentique d’un secteur des campagnes syriennes aux époques romaine et byzantine.
Les ressources en eau des habitants de la région durant l’Antiquité furent longtemps considérées comme dépendantes du régime des pluies, dont les eaux de ruissellement étaient stockées dans les citernes creusées dans le roc. En réalité, les paysans pouvaient également compter sur de nombreuses résurgences karstiques leur permettant également de mettre en oeuvre un réel système d’irrigation.
Au ve siècle, dans le village de Sergilla, une stratégie de captage et de stockage de l’eau se met en place à partir des réseaux de puits et de conduits karstiques parfaitement maîtrisés. Toutefois, on continuait de creuser des citernes dans les cours des maisons pour récupérer les eaux des toitures. À l’utilisation de réservoirs privés, fondée sur une pratique de type autarcique, s’ajoutent des aménagements hydrauliques à usage collectif, comme le grand réservoir creusé pour servir de bassin de rétention contre les risques d’inondation.
Ces aménagements hydrauliques, tantôt refermés sur les espaces domestiques, tantôt ouverts sur les parties communes du village, mettaient en jeu des rapports de voisinages selon des pratiques et des usages propres à chaque communauté villageoise.

The « dead cities », as they used to be called in northern Syria, extend on the limestone plateau between Turkey in the north, Apamia in the south, the Efrin and Orontes valleys in the west and the Aleppo plain in the east. There are about 15 old villages in an excellent state of preservation to the south, in the gebel Zawiya. Being close to each other gives an authentic picture of a section of the Syrian rural areas in the Roman and Byzantine periods.
The water resources of the population depended for a long time on rains and water springs which allowed a real irrigation system.
In the 5th century, in Sirjila village, people continued to cut cisterns in their courtyards in order to collect the water coming down from the roofs. But a strategy was developed to store water in a properly controlled network of wells and channels crossing the topography of that area. In addition to these individual installations, based on a system of self sufficiency, collective water appliances were added, such as the big reservoir dug in order to avoid the danger of floods. These water recovery systems, either inside private spaces or as part of the collective installations of the village, contributed to the neighbourly relations in accordance with the particular practices and uses of every rural community.

تمتد « المدن الميتة » في سورية الشمالية، كما كانت تسمى في الماضي، فوق كتلة جبلية كلسية واسعة، تمتد بين الحدود التركية في الشمال ومدينة أفاميا في الجنوب، ونهري عفرين والعاصي في الغرب وسهل حلب في الشرق. وهناك أكثر من خمس عشرة قرية أثرية متجمعة في الجنوب في جبل الزاوية. وتقدم هذه القرى المتجاورة صورة حقيقية عن قطاع من الأرياف السورية في العصرين الروماني والبيزنطي.
ولقد كانت الموارد المائية لسكان المنطقة في العصور القديمة تعتمد على الأمطار. فقد كانت المياه الجارية أثناء هطول المطر تجمع في خزانات محفورة في الصخر، كما كان الفلاحون يعتمدون على العديد من الينابيع الكارستية التي ساعدتهم على تأسيس نظام حقيقي للري.
ولقد طبقت منذ القرن الخامس في قرية سرجيلا استراتيجية لجمع المياه وحفظها من شبكة من الآبار والمجاري الكارستية التي تم التحكم بها بشكل كامل. على كل حال، استمر السكان في حفر الخزانات في فناءات المنازل لتجميع مياه الأسطح. وبالإضافة لاستخدام الخزانات الخاصة، المعتمدة على سياسة الاكتفاء الذاتي نجد أيضاً التنظيمات المائية ذات الاستعمال الجماعي كالخزان الكبير الذي حفر ليستعمل كحوض لدرء أخطار الفيضانات.
إن هذه التنظيمات المائية، المحصورة أحياناً بالمساكن الخاصة، أو المفتوحة أحياناً أخرى في الفضاءات العامة من القرية كانت موضوعاً لعلاقات جوار خاصة بحسب العادات والممارسات الخاصة بكل جماعة قروية.

Volltext

1Les « villes mortes » de la Syrie du Nord, comme on les désignait autrefois, se trouvent dans une vaste région comprise entre la frontière turque au nord et Apamée au sud, les vallées de l’Afrin et de l’Oronte à l’ouest et la plaine d’Alep à l’est. Ces villages antiques occupent un ensemble de plateaux calcaires connus sous le nom de « Massif Calcaire ». Avec une superficie d’environ 2000 km2, celui-ci se divise en quatre groupes de chaînons : Semaan et Halaqa au nord, Barisha et al-Aala au centre, Wastani à l’est et Zawiye au sud.

2Ces agglomérations révèlent une véritable civilisation rurale, différente de celle des villes, bien qu’elle s’en inspire parfois. Les mieux conservées sont souvent groupées, formant des ensembles complets dont les vestiges étendus peuvent englober également des parcellaires antiques. Il en est ainsi dans les environs d’al-Bara, dans le Zawiye : c’est toute une région rurale de l’Antiquité qu’il nous est alors permis de voir et d’étudier, dans un état proche de celui où elle se trouvait à l’époque de son abandon.

  • 1 Tchalenko 1953, tome 1 p. 45.

3Jusqu’au début des années 1970, on a pensé que les ressources en eau des habitants de la région étaient fondées non seulement sur la présence de rares sources et de puits mentionnés par Georges Tchalenko 1, mais surtout sur le régime des pluies. En raison de l’abondance des pluies d’hiver, les paysans de l’Antiquité pouvaient stocker l’eau en suffisance dans les nombreuses citernes qu’ils avaient creusées dans le rocher, au sein des agglomérations, dans les cours des maisons et même, plus rarement, en plein terroir.

  • 2 Idem, p. 64-65.
  • 3 Idem, p. 47.

4Dès lors, les recherches sur les réserves en eau se sont limitées, d’une manière générale, à l’étude des citernes dans le but d’évaluer les capacités de stockage. Tributaires du régime des eaux pluviales 2, ces réserves ne pouvaient servir, en règle générale, ni à l’irrigation, ni à l’élevage, confirmant ainsi l’hypothèse d’une économie agricole essentiellement représentée par l’olivier et la vigne. Les citernes fournissaient l’eau nécessaire aux tâches domestiques et aux fonctions artisanales. Utilisée pour la fabrication de l’huile, l’eau de pluie approvisionnait occasionnellement les thermes de villages “qui constituaient, dans ces conditions, un luxe exceptionnel” 3.

  • 4 Tate 1992, p. 243-247.

5Mais, les recherches menées par Georges Tate ont montré qu’il existait d’autres formes d’activités agricoles 4. La culture de l’olivier mais aussi l’élevage dominaient dans les chaînons nord et ces activités étaient complétées par les cultures céréalières et les plantations d’arbres fruitiers dans la partie sud du Massif Calcaire. Cette nouvelle interprétation ne fait que souligner davantage l’importance qu’il fallait accorder au stockage face aux besoins d’irrigation que pouvait engendrer une économie régionale dépendante des fluctuations climatiques.

  • 5 Besançon et Geyer 1995, p. 307-334.
  • 6 Ces travaux préliminaires sont en cours d’étude et nous présentons ici un état de la question, sach (...)

6Nous savons aujourd’hui que dans le Jabal Zawiye, mais sans doute aussi dans le reste du Massif Calcaire, comme le montre l’étude géomorphologique d’une zone dépressionnaire située entre les chaînons du Wastani et du Zawiye 5, les paysans pouvaient également compter sur des résurgences karstiques. De nombreux conduits karstiques sont aujourd’hui définitivement bouchés, mais leur débit pouvait être suffisamment abondant durant l’Antiquité pour permettre une irrigation permanente, libérée des contingences climatiques. De plus, l’accès à une eau propre, minéralisée par l’infiltration des eaux de pluie dans le sol, a pu être une des raisons majeures de l’explosion démographique observée aux époques romaine et byzantine dans les campagnes de la Syrie du Nord. La présence de réservoirs continuellement alimentés en eau vive nous amène à reconsidérer les pratiques et les usages des communautés villageoises à partir des observations géomorphologiques complémentaires 6.

  • 7 Abdulkarim et al. 2002, p. 359-379.

7Lors de récentes prospections dans le Massif Calcaire et en particulier dans le Jabal Zawiye, des archéologues et des géomorphologues ont montré l’existence de divers systèmes d’alimentation en eau, fondés sur des phénomènes naturels et développés par la mise en place d’infrastructures adaptées aux conditions hydrologiques 7. Cette exploration concerne les divers systèmes d’acquisition de l’eau en relation avec les systèmes de stockage adaptés aux sources, aux puits (naturels ou construits) et aux citernes-puits. Aux techniques de captage des eaux de pluie, s’ajoute la diversité des moyens naturels dont les habitants ont su tirer parti dans le choix d’implantation des sites et dans la réalisation d’installations complémentaires fondées sur l’existence d’un sytème karstique bien identifié.

8Les caractères géologiques de la zone sud du Massif Calcaire, et plus précisément de la partie centrale du Zawiye, présentent les conditions idéales pour l’accumulation d’importantes réserves d’eaux météoriques. Celles-ci s’infiltrent dans le sol par les nombreuses failles à partir desquelles se constitue un réseau hydrographique karstique très développé. Ce phénomène naturel, dû à la dissolution progressive du calcaire, pourrait être une des causes de la densité des villages regroupés dans ce secteur. Il s’agit d’une dizaine de petites et moyennes agglomérations dont les nombreuses constructions datées des ve et vie siècles sont encore très bien conservées. Ces villages, localisés aux alentours de la grande localité d’al-Bara, sont implantés en bordure des grands axes de faille orientés nord-est/sud-ouest. Cinq d’entre eux sont pourvus de bains collectifs (Mugleyya, Shinsharah, al-Bara, Frikya et Sergilla). Ils représentent, à eux seuls, les deux tiers du corpus des bains protobyzantins actuellement recensés sur l’ensemble du Massif Calcaire.

9Le village de Sergilla a été choisi pour être étudié en raison de l’excellent état de conservation des constructions antiques et de la préservation des secteurs ruinés. Ses dimensions moyennes permettaient, en outre, sinon d’en fouiller, du moins d’en étudier tous les éléments.

10Le substratum du site de Sergilla montre plusieurs paramètres de karstification qui varient selon les secteurs, en raison de sa localisation dans une zone de confluence de deux petites vallées formant un wâdî plus important orienté nord-sud. La nature du relief permet aux géomorphologues de distinguer trois grands secteurs : la zone sud-ouest, constituée de nombreuses fractures orientées nord-ouest/sud-est et correspondant à des micro-failles qui se présentent en alignements d’ouvertures de conduits karstiques profonds, caractérisés par leur forme oblongue ; le secteur ouest, bien différent, présente une surface plus homogène malgré des phénomènes de karstification nombreux ; enfin la partie centrale, comprenant plusieurs conduits karstiques étroits et verticaux dont l’un, situé à proximité du complexe religieux, sera présenté plus en détail.

La première phase d’occupation du site

11La partie centrale correspond au fond du wâdî principal et remonte jusqu’au pied des versants est et ouest. Elle est délimitée au nord et à l’est par les thermes et l’ensemble ecclésial, construits lors d’une phase postérieure. Les autres vestiges, moins bien conservés, sont représentés par des montants de portes surmontés parfois d’un linteau. De nombreux dégagements, accompagnés de sondages, ont permis de compléter les plans de ces installations qui, datées pour une grande part du second siècle après J.-C., témoignent de la première phase d’occupation romaine. Il s’agit de modestes maisons construites en pierres grossièrement taillées dont les joints sont comblés de terre argileuse. En raison de leurs étroites imbrications, il est difficile de distinguer clairement chaque unité d’habitation. Nous pouvons, en revanche, restituer partiellement une première agglomération qui forme un habitat groupé dont les ruelles, au tracé irrégulier, sont orientées selon un axe nord-ouest/sud-est, parallèlement aux failles. Les pièces qui s’étagent en bordure des versants est et ouest sont en partie creusées dans le rocher dont les bords bien taillés remontent à l’aplomb des murs latéraux. À l’inverse, les maisons occupant le creux du vallon sont fondées sur du limon argileux provenant de l’amoncellement des terres au fond du wâdî. Ces installations n’ont pu être construites qu’après l’assèchement du vallon comme le confirment, au nord-ouest de la zone, les deux profonds conduits qui semblent n’avoir jamais fonctionné.

12Le tarissement du wâdî peut avoir été causé par la présence d’une faille profonde que les accumulations de sols en reptation auraient totalement dissimulée (cette fracture naturelle pouvant être à l’origine de la formation des deux systèmes karstiques observés sur chacun des versants). Mais il a pu aussi avoir été volontairement obtenu par des aménagements hydrauliques destinés à réguler et à contrôler le débit des eaux de ruissellement pour supprimer tout risque d’inondation. Cette seconde hypothèse implique la mise en place d’un véritable réseau de canalisations dont l’installation s’apparente mal au caractère rustique des premières habitations. Les dégagements réalisés dans cette zone très encombrée sont toutefois insuffisants pour déterminer clairement les causes de l’assèchement. Nous ignorons le nombre et la localisation précise des points d’eau correspondant à la première phase d’occupation romaine. Les traces de drains ou de canalisations trouvées à l’intérieur des maisons partiellement fouillées sont trop fragmentaires pour permettre de distinguer les adductions des évacuations. En outre, plusieurs de ces installations ont totalement disparu, démontées et remblayées lors des travaux d’extension de l’agglomération protobyzantine. En définitive, les informations concernant la gestion de l’eau dans le secteur ancien du village sont trop diffuses pour tenter de restituer un système cohérent lié à cette première phase d’occupation.

L’agglomération byzantine

13En revanche, une stratégie de captage et de stockage de l’eau semble se mettre en place durant la seconde phase d’occupation du village (fig.1). À partir du ve siècle, de grandes bâtisses en pierre de taille furent construites en bordure du secteur ancien, à mi-pente des versants est et ouest, ainsi que dans les parties hautes du village. Elles s’accompagnaient d’aménagements hydrauliques établis à partir, d’une part, d’un réseau constitué de puits et de conduits karstiques, d’autre part, de points d’eau indépendants représentés par des citernes creusées dans le rocher.

Fig. 1 ‑ Le plan de localisation des points d’eau à Sergilla

Fig. 1 ‑ Le plan de localisation des points d’eau à Sergilla
  • 8 Saliou 1994, p. 112-117.

14Sur la cinquantaine de points d’eau actuellement visibles sur le site, plus de la moitié correspondent à des citernes creusées dans les cours des maisons protobyzantines. Ces installations, auxquelles il faudrait ajouter également celles ensevelies sous les décombres, montrent la prépondérance, à partir du ve siècle, du système autarcique, refermé sur l’espace domestique. Cependant, l’exploitation du réseau d’eau souterrain semble également se mettre en place dans le cadre d’un système plus ouvert, géré à l’échelle du village : ces deux systèmes ayant pu coexister à la même période, suivant l’exemple des maisons d’Apamée 8.

15La fonction réelle des citernes et des citernes-puits dépend de leur mode d’approvisionnement qui conditionne les pratiques d’utilisation et de consommation. Elle peut dépendre aussi de leur situation au sein du village, en fonction de la topographie du site, la citerne jouant aussi le rôle de bassin de rétention, dans un souci de protéger les constructions contre les risques d’inondation.

Les maisons : système autarcique et rapports de voisinage

  • 9 Tate 1992, p. 56-64.

16Par delà les différences de dimension et d’ornementation, toutes les maisons construites à l’époque protobyzantine se ramènent à un type simple composé d’un bâtiment principal avec ou sans étage, couvert d’un toit en bâtière, précédé parfois d’un portique-galerie que prolonge un imposant mur d’enclos délimitant une cour intérieure 9. D’une manière générale, chaque maison possède une citerne creusée en forme de bouteille dans la roche-mère, sur une profondeur moyenne de 5 à 6 m. Les parois internes sont recouvertes d’un épais enduit hydraulique, parfois conservé jusqu’à la hauteur du goulot. Les ouvertures ont une forme circulaire d’environ un mètre de diamètre à la surface du rocher (fig. 2). Elles sont toutes surmontées d’un bloc percé d’un trou de 0,60 à 0,70 m de diamètre, faisant office de margelle. Ces blocs sont parfois creusés d’un petit abreuvoir d’une trentaine de cm de profondeur (fig. 3). Plusieurs portent les traces d’installation d’une chèvre en bois dont les pieds venaient se caler dans trois encôches disposées autour du puisard. Quatre blocs sont pourvus d’engravures de 5 à 7 cm de section disposées en bordure de l’ouverture pour l’installation d’un couvercle en bois, tandis que cinq petits blocs en calcaire servaient ailleurs de bouchon.

Fig. 2 ‑ L’ouverture de la citerne dans la cour de la maison 7

Fig. 2 ‑ L’ouverture de la citerne dans la cour de la maison 7

Fig. 3 ‑ Une margelle pourvue d’un abreuvoir

Fig. 3 ‑ Une margelle pourvue d’un abreuvoir

17L’eau de pluie alimentait la plupart de ces citernes. Elle s’écoulait à partir des toitures dans des rigoles taillées dans la roche qui affleurait dans une partie de la cour. Il n’existe aucune trace d’installation de gouttières en rive de toit, ni de descente d’eau pluviale. En revanche, des drains sont systématiquement taillés dans le rocher, à la base des murs des bâtiments principaux de chacune des maisons. Le mode de captage et de stockage de l’eau de pluie à l’intérieur de ces grandes maisons (isolées ou mitoyennes) fonctionne selon un système fermé, l’entretien de chacun de ces réseaux individuels étant à la charge du propriétaire.

18À la récupération des eaux pluviales, s’ajoute le captage des eaux souterraines lié à des types d’aménagements particuliers. Ainsi, la citerne de la maison 1, située au sud du village, est accolée au bâtiment principal, près de la porte d’enclos et à l’extérieur de la cour (fig.4). Elle est couverte par une plateforme rectangulaire constituée d’une dizaine de parpaings sur lesquels repose le bloc de margelle. Elle est toujours en fonctionnement, alimentée par les eaux de résurgence liées au système karstique. Les dalles de couverture protègent une cavité naturelle dont la forme est semblable aux nombreuses microfailles visibles dans cette partie du village. Sans contrainte de voisinage immédiat et en l’absence de citerne à l’intérieur de la cour, ce point d’eau a pu faire l’objet d’une servitude particulière, le propriétaire ayant l’obligation de laisser un libre accès à son puits continuellement alimenté en eau de source. Cet exemple témoigne d’une installation spécifique qui, probablement destinée à un usage collectif, dépendait également d’une propriété privée.

Fig. 4 ‑ La couverture de la citerne accolée à l’extérieur de la maison 1

Fig. 4 ‑ La couverture de la citerne accolée à l’extérieur de la maison 1

19De la même manière, la citerne située à proximité des maisons 8 et 49 peut correspondre à un aménagement collectif partagé en copropriété. Ces habitations mitoyennes bordent au nord et à l’ouest un espace de circulation accessible au nord et au sud par deux petites ruelles. Cet espace résiduel, localisé au cœur d’un îlot est pourvu d’une citerne-puits que pouvaient utiliser en commun les occupants de ces deux maisons mitoyennes. Il existe probablement d’autres exemples qui pourraient témoigner de rapports de voisinage de ce type, mais il faudrait multiplier les dégagements des espaces extérieurs aux enclos pour rendre compte du caractère commun ou exceptionnel de ces citernes collectives ou pseudo-collectives.

Diversité d’approvisionnement pour un édifice : l’ensemble ecclésial

20L’alimentation en eau de l’ensemble ecclésial est en partie comparable, mais certains systèmes de captage lui sont spécifiques. À l’image de l’architecture domestique, le complexe religieux forme un ensemble clos, composé au nord d’une basilique à trois nefs ouvrant sur une cour, elle-même bordée à l’est par un bâtiment à portique et au sud par une petite chapelle. La grande basilique est bordée au nord par une microfaille de forme oblongue mesurant 6 m de long pour 3,50 m de large. Orientée nord/sud, cette cavité souterraine est pourvue de deux ouvertures. L’une, située à l’extérieur du bâtiment, est surmontée d’un bloc de margelle dont l’orifice circulaire porte les traces d’un couvercle en bois. L’autre ouverture est taillée à la base du mur de chevet de la basilique et ouvre directement à l’intérieur d’une salle contigüe à l’abside (fig. 5). Cette seconde ouverture taillée dans la roche sert également de margelle, à partir de laquelle on tirait l’eau de source. Elle pouvait servir au nettoyage des espaces intérieurs, pour laver régulièrement les pavements en mosaïque. Mais elle pouvait aussi être utilisée à des fins liturgiques, cette eau courante (ou jaillissante) offrant toutes les garanties d’une eau minéralisée, parfaitement purifiée.

21En revanche, l’alimentation en eau de la petite chapelle édifiée dans une seconde phase d’occupation, s’effectuait par les toitures. L’eau de pluie était canalisée par les chéneaux en rive de toit, taillés au lit d’attente des corniches. Il ne reste rien des descentes d’eaux pluviales, mais le percement d’un conduit situé à la base du mur nord de la chapelle permet de restituer une adduction qui devait se connecter à un récipient intérieur.

22Enfin, la bouche d’évacuation placée au point le plus bas de la cour dallée, permettait de récupérer les eaux de ruissellement qui se déversaient dans une salle souterraine reconvertie en citerne lors de la construction de la première église. Ainsi, il existe trois systèmes de captage pour approvisionner en eau ce complexe religieux. L’eau courante provenant de la faille karstique et des toitures et directement associée à la basilique et à la chapelle était principalement destinée au culte religieux, tandis que l’eau de la citerne servait aux tâches domestiques.

Fig. 5 ‑ L’aménagement de la margelle à l’intérieur de la basilique

Fig. 5 ‑ L’aménagement de la margelle à l’intérieur de la basilique

Les activités agricoles

  • 10 Callot 1984, p. 79-82.

23L’eau était aussi largement utilisée pour les activités agricoles. Outre les travaux d’irrigation liés à l’arboriculture (arbres fruitiers, vignes et oliviers), elle participait à la fabrication de l’huile, pour laquelle une importante quantité d’eau était nécessaire 10, et à la fabrication du vin, activités dont témoignent les trois grands pressoirs répartis dans le village. Le plus imposant est creusé dans la roche sur 4 m de profondeur et mesure 15 m de long sur 10 m de large. Il produisait de l’huile et du vin au rythme des saisons. Les traces des aménagements taillés dans le rocher permettent de restituer entièrement le mécanisme de presse et le dispositif de foulage. Le captage de l’eau se situait à l’extérieur du pressoir, à partir de la résurgence d’un conduit karstique d’où jaillissait l’eau par un orifice de 20 cm de diamètre (fig. 6). L’eau était ensuite canalisée par une rigole soigneusement taillée dans le rocher à l’aplomb du parement extérieur du mur sud du bâtiment. Elle s’écoulait suivant la déclivité naturelle du terrain pour se déverser dans un réservoir attenant au pressoir.

Fig. 6 ‑ L’orifice du conduit de résurgence à proximité du grand pressoir

Fig. 6 ‑ L’orifice du conduit de résurgence à proximité du grand pressoir

24Des résurgences du même type sont encore visibles à proximité d’une grande aire circulaire de 30 m de diamètre taillée à la surface du rocher, à l’extrémité sud-est du village (fig. 7). Les traces de dissolution du calcaire en bordure des trois orifices témoignent de la fréquence des débordements des eaux souterraines. Celles-ci s’écoulaient doucement vers un bassin rectangulaire suivant un dénivelé parfaitement calculé. Ces débordements, difficilement prévisibles, permettaient également de remplir deux autres citernes qui, disposées à la périphérie du village, pouvaient être utilisées pour les travaux d’irrigation des cultures qui s’étendaient en contrebas des pentes. La couverture végétale à l’ouest du village masque un bon nombre de points d’eau, en partie comblés par les terres labourées. En revanche, six réservoirs sont encore visibles sur la partie dégagée aux abords du village, côté est. Ces réserves d’eau, encore utilisées par les paysans actuels, sont regroupées sur une surface relativement limitée. Elles constituaient un complément substantiel pour l’irrigation. La poursuite de l’étude sur la cadastration romaine devrait fournir des informations complémentaires sur leur relation avec les activités agricoles dans ce secteur.

Fig. 7 ‑ Les résurgences sur l’aire de travail située au sud-ouest du village

Fig. 7 ‑ Les résurgences sur l’aire de travail située au sud-ouest du village

Une citerne servant de bassin de rétention

25La citerne au sud des bains constitue la plus grande réserve d’eau du village, mais elle sert aussi de bassin de rétention face au risque d’inondation que pouvaient provoquer les eaux de ruissellement. Elle a été creusée dans le rocher en amont des premières installations. Judicieusement placée en amont du site et au pied du versant nord, elle peut contenir 800 m3 d’eau. Elle est taillé dans le rocher sur 7 m de profondeur et occupe une surface rectangulaire de 120 m2. Sa couverture est composée d’une centaine de gros blocs de 0,50 m d’épaisseur qui reposent sur douze arcs appareillés, disposés deux à deux (fig. 8). Les parois internes de la citerne ont conservé leur revêtement constitué de fragments de céramique colmatés à l’argile, puis recouverts d’un épais enduit de chaux hydraulique posé jusqu’au niveau des dalles de la couverture. Parfaitement étanche, cette citerne était pourvue d’un unique canal d’alimentation creusé dans un bloc disposé dans l’angle nord-est, sous les dalles de couverture. Ce canal communiquait avec un bac de décantation de 0,60 m de profondeur sur 1 m de côté, délimité par quatre blocs en calcaire posés sur un fond de briques argileuses (fig. 9). Ce petit bassin était disposé entre les bains et l’auberge pour recueillir l’eau de pluie captée sur une vaste dépression d’environ 200 m2. L’eau s’écoulait rapidement vers ce bassin en raison de la forte déclivité du relief, créant de la sorte un effet d’entonnoir. En raison de la proximité des thermes et afin d’éviter tout risque de contamination des eaux de ruissellement, un collecteur des eaux usées contournait les bains au sud et à l’ouest. Il est encore en place, composé de blocs soigneusement appareillés qui portent les traces d’un système de vannes destiné à régler l’écoulement.

Fig. 8 ‑ La couverture de la grande citerne accolée aux bains

Fig. 8 ‑ La couverture de la grande citerne accolée aux bains

Fig. 9 ‑ Le bac de décantation avec son canal d’adduction.

Fig. 9 ‑ Le bac de décantation avec son canal d’adduction.

26L’eau était puisée à partir de deux ouvertures circulaires taillées dans les blocs de la couverture. La margelle située dans l’angle nord-ouest permettait de remplir le petit réservoir des bains (fig. 10), tandis que la seconde, située dans l’angle opposé, pouvait être utilisée par la collectivité. Son utilisation semble toutefois faire l’objet d’un contrôle permanent, comme l’indique le percement d’un trou de 10 cm de diamètre à partir duquel on sondait le niveau de remplissage à l’aide d’une canne.

Fig. 10 ‑ La restitution du système d’approvisionnement en eau des bains.

Fig. 10 ‑ La restitution du système d’approvisionnement en eau des bains.

Une organisation collective du mode de captage

27Dans un même souci de prévention des inondations, les résurgences karstiques débouchaient systématiquement à l’extérieur des bâtiments, parfois par l’intermédiaire d’un trop-plein, comme nous l’avons vu pour l’église. Ce dispositif permettait de canaliser les débordements imprévisibles que pouvait provoquer une décompression des eaux souterraines chassées par l’arrivée de nouvelles précipitations. Ainsi, la répartition de ces points d’eau connectés au réseau karstique pouvait également influer sur les modes d’implantation des maisons dont les bâtiments principaux sont généralement orientés parallèlement aux failles.

  • 11 Charpentier 2000, p. 82-87.

28Cette organisation générale, pensée à l’échelle du village, suppose une gestion collective de l’eau qui coïncide avec l’apparition d’un mode de construction de plus en plus normalisé. L’utilisation d’un parpaing standard qui tend à se généraliser dans le secteur du Zawiye à partir du ve siècle 11, témoigne d’une exploitation plus rationnelle des carrières privées et collectives. Elle correspond également à l’apparition d’édifices publics et collectifs, comme le bâtiment thermal, dont l’entretien et le fonctionnement, soumis à des contrôles permanents, devaient entraîner des charges considérables pour le village.

  • 12 Charpentier 1994, p. 113-142.

29Les aménagements hydrauliques, tantôt refermés sur les espaces domestiques, tantôt ouverts sur les parties communes, mettaient en jeu des rapports de voisinages dont on pouvait débattre collectivement dans la grande salle des bains. Celle-ci, pourvue d’une tribune, pouvait servir de salle publique pour les assemblées villageoises 12. Elle est clairement séparée des petites pièces thermales par le jeu des ouvertures, et son ampleur confère à la tribune un caractère officiel adapté à une véritable salle de réunion ou de conseil. Dès lors, nous pouvons volontiers imaginer les débats qui ont pu s’y dérouler, notamment sur la gestion de l’eau dont le mode de consommation pouvait être fixé en fonction des quantités stockées dans les citernes. L’état de ces réserves dépendait des précipitations, mais il suivait aussi l’évolution du système karstique soumis à des facteurs naturels parfois destructeurs dont le caractère irréversible aurait menacé la survie de certaines implantations villageoises.

Literaturverzeichnis

Abdulkarim et al. 2002
M. Abdulkarim, P. Bilgen et J.-P. Gilg, « Les sytèmes d’alimentation en eau au voisinage et dans les terroirs des villages antiques du gebel Zawiye », dans les Annales Archéologiques Arabes Syriennes, Damas, 2002, p. 359-379.

Besançon et Geyer 1995
J. Besançon et B. Geyer, « La cuvette du Rug (Syrie du Nord). Les conditions naturelles et les étapes de mise en valeur », Syria 72, 1995, p. 307-334.

Callot 1984
O. Callot, Huileries antiques de Syrie du Nord, BAH 118, Institut Français d’Archéologie du Proche-Orient, Paris, 1984.

Charpentier 1994
G. Charpentier, « Les bains de Sergilla », Syria 71, 1994, p. 113-142

Charpentier 2000
G. Charpentier, « La reconstitution d’un chantier au ve siècle », Dossiers d’archéologie 251, Comment construit-on au Moyen-Age ? 2000, p. 82-87.

Saliou (C.) 1994
C. Saliou, Les lois des bâtiments, BAH 116, Institut Français d’Archéologie du Proche-Orient, Beyrouth, 1994.

Tate 1992
G. Tate, Les Campagnes de la Syrie du Nord, BAH 133, Institut Français d’Archéologie du Proche-Orient, Paris, 1992.

Tchalenko 1953
G. Tchalenko, Villages antiques de la Syrie du Nord, BAH 50, Institut Français d’Archéologie du Proche-Orient, Paris, 1953.

Anmerkungen

1 Tchalenko 1953, tome 1 p. 45.

2 Idem, p. 64-65.

3 Idem, p. 47.

4 Tate 1992, p. 243-247.

5 Besançon et Geyer 1995, p. 307-334.

6 Ces travaux préliminaires sont en cours d’étude et nous présentons ici un état de la question, sachant que des opérations archéologiques doivent être poursuivies dans ce domaine de recherche pour étayer nos hypothèses sur l’ensemble du Massif Calcaire.

7 Abdulkarim et al. 2002, p. 359-379.

8 Saliou 1994, p. 112-117.

9 Tate 1992, p. 56-64.

10 Callot 1984, p. 79-82.

11 Charpentier 2000, p. 82-87.

12 Charpentier 1994, p. 113-142.

Abbildungsverzeichnis

Titel Fig. 1 ‑ Le plan de localisation des points d’eau à Sergilla
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1318/img-1.png
Datei image/png, 169k
Titel Fig. 2 ‑ L’ouverture de la citerne dans la cour de la maison 7
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1318/img-2.png
Datei image/png, 135k
Titel Fig. 3 ‑ Une margelle pourvue d’un abreuvoir
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1318/img-3.png
Datei image/png, 115k
Titel Fig. 4 ‑ La couverture de la citerne accolée à l’extérieur de la maison 1
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1318/img-4.png
Datei image/png, 310k
Titel Fig. 5 ‑ L’aménagement de la margelle à l’intérieur de la basilique
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1318/img-5.png
Datei image/png, 118k
Titel Fig. 6 ‑ L’orifice du conduit de résurgence à proximité du grand pressoir
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1318/img-6.png
Datei image/png, 132k
Titel Fig. 7 ‑ Les résurgences sur l’aire de travail située au sud-ouest du village
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1318/img-7.png
Datei image/png, 178k
Titel Fig. 8 ‑ La couverture de la grande citerne accolée aux bains
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1318/img-8.png
Datei image/png, 62k
Titel Fig. 9 ‑ Le bac de décantation avec son canal d’adduction.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1318/img-9.png
Datei image/png, 177k
Titel Fig. 10 ‑ La restitution du système d’approvisionnement en eau des bains.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1318/img-10.png
Datei image/png, 54k

Autoren

Université de Damas (Syrie)
maamounk@scs-net.org
CNRS/UFR 538, Maison de l’Orient et de la Méditerranée (France)
gerard.charpentier@mom

© Presses de l’Ifpo, 2009

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Freemium

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site