Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies d'acquisition de l'eau et société au Moyen-Orient depuis l'Antiquité

 | 
Mohamed Al-Dbiyat
, 
Michel Mouton

L’eau en partage : territorialité, réseaux d’irrigation et formation des sociétés antiques dans les Basses-Terres du Yémen

Michel Mouton

Résumé

Le peuplement sédentaire des vallées semi-arides de l’Arabie du Sud repose sur une culture irriguée fondée sur la dérivation des flux saisonniers qui s’écoulent dans les vallées. La lente progression des techniques hydrauliques a favorisé l’aménagement de territoires agricoles de plus en plus vastes de l’amont vers l’aval des vallées, jusqu’à la formation, à la période sudarabique, d’importants centres politiques au débouché de chaque réseau de l’eau. Si l’on admet que le partage de l’eau a été un facteur de cohésion et de structuration sociale, on doit admettre que le niveau d’unification des royaumes antiques des Basses-Terres du Yémen était différent de celui du Hadramawt. En effet, chacun de ces royaumes qui bordent au sud le désert du Ramlat as-Sab’atayn s’est forgé une identité forte, cimentée par des pratiques cultuelles et sociales communes, sur un territoire homogène défini dans les limites d’un même réseau hydrographique. Dans la région du Hadramawt, le fractionnement des lignes d’eau n’a pas supposé les mêmes pratiques de partage, et par conséquent n’a pas favorisé l’intégration progressive des différentes unités de peuplement en une seule communauté se reconnaissant une identité commune. Les centres régionaux sont multiples, à la confluence des principaux affluents.

The settlement pattern in the semi-arid valleys of South Arabia is based on irrigated agriculture, using the seasonal flows that run down the valleys. The gradual development of hydraulic techniques led to the settlement of ever increasing agricultural lands from upstream to downstream in the valleys, up to the South-Arabian period when the main political centres settled at the outlet of each hydrographic system. If we admit that the sharing of the water was significant to the cohesion of the communities, it follows that the unification of the ancient kingdoms in the Lowlands of Yemen was of a different level from that of Hadramawt. Each of those kingdoms bordering the Ramlat as-Sab’atayn desert to the south had a strong identity, made of common religious and social practices on a homogeneous territory inside the limits of a hydrographic basin. In the Hadramawt, the different water flows running from the tributaries never join in a main central course bringing about any sharing practices and, consequently, did not facilitate the gradual integration of the different communities into a single one acknowledging a common identity. Regional centres are manifold, at the confluence points of the main tributaries.

يقوم الاستيطان المستقر في الوديان شبه الجافة في جنوب شبه الجزيرة العربية على الزراعة المروية المعتمدة على تحويل الفيضانات الفصلية التي تجري في هذه الأودية. إن التطور البطيء للتقنيات المائية قد شجع تنظيم الأراضي الزراعية وتزايد مساحاتها أكثر فأكثر انطلاقاً من أعالي الوديان إلى أسفلها، إلى أن تكونت في جنوب الجزيرة العربية مراكز سياسية هامة عند مصب كل شبكة من شبكات الري. وإذا قبلنا بأن تقاسم المياه قد كان عاملاً للتماسك وللهيكلة الاجتماعية، علينا أن نقبل أيضاً بأن مستوى توحيد الممالك القديمة في الأراضي المنخفضة في اليمن قد كان مختلفاً عما كان يحصل في حضرموت. في الواقع، إن كل مملكة من هذه الممالك التي كانت تقع على الحافة الجنوبية لصحراء رملة السبعتين قد اصطنعت هوية قوية، تشكل لحمتها الممارسات الدينية والاجتماعية المشتركة في إقليم متجانس تحدده شبكة مائية واحدة. وفي منطقة حضرموت، لم يؤد تشرذم خطوط المياه إلى اعتماد طرق تقسيم المياه نفسها وبالتالي لم يساعد على الاندماج التدريجي للوحدات السكانية المختلفة في جماعة واحدة تمتلك هوية مشتركة. وهكذا فإن المراكز الإقليمية متعددة وتتواجد عند تلاقي الروافد المائية الرئيسية.

Texte intégral

1Souligner que la recherche de l’eau est une priorité majeure des populations vivant dans les régions semi-arides est un lieu commun. De tous temps elle a stimulé le développement de techniques et de stratégies d’acquisition.

2Lorsque l’eau est rare, insuffisante, son partage devient une préoccupation centrale de la vie de ces populations. Ce partage devient alors facteur d’association et d’entente entre les hommes ; il induit des contacts, un dialogue, des accords. Concrètement, des décisions doivent êtres prises en commun entre individus ou en assemblées. Aux stades les plus simples de la société, ces individus appartiennent à une même famille, à un même village, à une même communauté. À l’évidence, cette gestion commune joue un rôle dans la structuration du groupe.

3Lorsque la ressource est partagée par plusieurs centres de peuplement, sa distribution suppose alors des accords intercommunautaires et le respect mutuel des décisions prises, même si celles-ci induisent un sentiment de perte, de désavantage ou d’injustice. À ce niveau supérieur dans la complexité sociale, la gestion et le partage de l’eau ont bien plus encore un rôle structurant.

4Le degré de partage apparaît donc comme un élément signifiant dans l’analyse du niveau d’intégration et des processus d’unification de groupes de population distincts. D’un point de vue spatial, ce partage suppose une relation, qu’elle soit conflictuelle ou amicale, entre des unités de peuplement. Cette relation obligée engendre en outre des échanges matériels et culturels, qui à leur tour vont consolider progressivement l’alliance des groupes répartis sur un territoire.

5Nous allons observer la formation des terroirs agricoles et des communautés à l’origine des royaumes antiques des Basses-Terres du Yémen, à travers cette proposition. L’eau en partage est ici l’eau des crues saisonnières qui permettait l’agriculture et donc la survie des communautés installées dans cette région semi-aride de l’Arabie du Sud.

***

  • 1 Brunner 1983 ; Breton et al 1998 ; Sanlaville 2000, p. 135-138.

6Le milieu géographique de ces vallées qui s’ouvrent sur le désert du Ramlat as-Sab’atayn (fig. 1) a bien souvent été décrit 1. À l’est des Hautes-Terres du Yémen, le plateau s’abaisse, brusquement découpé par des vallées et des dépressions dans lesquelles l’environnement se fait plus aride à mesure que l’on descend vers l’affaissement tectonique allant du Jawf au Hadramawt. Au-delà du débouché de ces vallées, la steppe aride devient progressivement un désert.

Fig. 1 ‑ Carte des principaux sites antiques dans les Basses-Terres du Yémen

Fig. 1 ‑ Carte des principaux sites antiques dans les Basses-Terres du Yémen
  • 2 Coque-Delhuille et Gentelle 1997, p. 101.

7Si l’on écarte le Hadramawt, ces vallées s’insèrent dans un relief montagneux dont l’altitude varie de 1 500-1 800 m vers Bayhân à près de 2 600 m au sud du wâdî Dura et du wâdî ‘Abadan. Vers l’aval, elles sont larges de 1,6 à 6 km (wâdî Bayhân), atteignant jusqu’à 10 km par endroits (wâdî Markha, wâdî al-Juba), ce qui permet l’aménagement de grands espaces de cultures. Vers l’amont, les pentes sont plus fortes au contact des montagnes et dans les petites vallées tributaires 2.

8Les vallées sont des espaces allongés, définis et limités, façonnés par un cours d’eau, centre de gravité à la fois géographique et social des populations, ressource essentielle à la vie des communautés villageoises et des villes qui jalonnent son parcours et qui, dans l’Antiquité comme aux époques médiévale et moderne, se sont développées sur des territoires agricoles irrigués. En effet, localement, les précipitations moyennes sont insuffisantes : elles oscillent entre 60 et 100 mm par an. Jusqu’à l’introduction récente des pompes à moteur, l’irrigation reposait totalement sur les techniques de dérivation des écoulements torrentiels saisonniers descendant des montagnes, qui charrient de considérables volumes d’eau.

9Leur principe est simple : il s’agit de capter par un déflecteur une partie des écoulements qui sont dérivés vers les champs ; lorsque le système s’étend à une plus vaste zone agricole, des canaux primaires, secondaires, etc., acheminent l’eau distribuée par des partiteurs ; en même temps, les champs fertiles se construisent par l’apport des limons charriés par les crues ; et lorsque les années puis les siècles d’irrigation ont élevé progressivement le niveau des champs en raison de l’accumulation de ces limons, des ouvrages de plus en plus complexes sont nécessaires pour capter l’eau à des niveaux permettant l’écoulement dans des zones cultivées de plus en plus étendues.

  • 3 Sanlaville 2000, p. 206-208.
  • 4 Overstreet et Grolier 1996, p. 359.
  • 5 Schmidt 1988, p. 59.
  • 6 Coque et Gentelle 1998, p. 159.

10Les crues sont provoquées par les précipitations sur les Hautes Terres, réparties sur deux saisons, l’une au printemps, liée à la circulation d’ouest déviée par le rift de la Mer Rouge, l’autre en été, due à la mousson de sud-ouest 3. Ainsi le wâdî al-Juba, lors de la crue principale d’avril 1987, avait un débit de 120 à 260 m3/seconde près de Hajar at-Tamrah 4 ; le wâdî Dhanâ, au débouché duquel se trouve la ville de Marib, capitale du royaume de Saba, possède le plus grand des bassins versants, et ses crues déversent 200 à 400 m3/seconde en moyenne, les plus fortes atteignant jusqu’à 1700 m3/seconde 5. Ces crues sont très irrégulières et de portée inégale : dans le wâdî Bayhân, on en compte jusqu’à neuf par an en amont, mais seulement une tous les trois ans au débouché 6.

11Ces vallées, auxquelles il faut ajouter à l’est la profonde incision au travers du plateau du Hadramawt ouverte par le paléofleuve qui traversait le Ramlat as-Sab’atayn aux périodes humides, ont été le berceau des plus anciens royaumes de l’Arabie du Sud. Chacun de ces royaumes se caractérise par une population, le plus souvent constituée de groupes ou tribus apparentés, un centre du pouvoir où se trouve le palais royal, un territoire, une divinité tutélaire, et parfois une langue aux caractères propres. Le peuplement du territoire a de tous temps été lié à la conquête agricole, et par conséquent à la maîtrise des crues qui apportent non seulement l’eau nécessaire aux cultures, mais aussi les limons fertiles qui ont permis de construire de riches terroirs.

  • 7 Wittfogel 1957.
  • 8 Voir par exemple Adams 1968 et 1974.
  • 9 Hehmeyer et Schmidt 1991 ; Brunner 1997a ; Wilkinson 2005, col. 9.

12Les prospections archéologiques et les fouilles nous renseignent peu à peu sur l’évolution du peuplement et des techniques de dérivation qui ont permis la construction progressive de vastes réseaux d’irrigation. Car, ici encore, le modèle n’a pas été celui défendu par K.A. Wittfogel, qui place à l’origine de tout réseau hydraulique complexe la préexistence d’un État structuré, nécessaire à la mise en œuvre de travaux d’aménagement de grande ampleur 7. Il a d’ailleurs été observé, dans bien des cas étudiés, que la mise en place et la gestion de systèmes d’irrigation communautaires ne supposent pas une grande complexité sociale 8. Au Yémen, la lente formation des techniques de dérivation, de canalisation, de partition des eaux d’écoulement, est inscrite dans le paysage par une multitude de vestiges conservés le long des vallées, dans les ravines et sur les terrasses fluviatiles. La chronologie de cette conquête à la fois technique et spatiale reste à préciser, mais il ne fait plus de doute que les plus anciennes installations remontent au moins au ive et au début du iiie millénaire 9.

  • 10 Sanlaville 2000, p. 179-181, 186.

13Après le Dryas récent, le front des eaux polaires est rapidement remonté vers le nord ; le niveau des mers s’est élevé. Dans tout le Moyen-Orient, une phase chaude et humide est bien sensible entre 8500 et 4900 BC. Cet optimum, appelé Holocène, a été plus long vers le sud de la péninsule Arabique où il était essentiellement lié à la circulation de la mousson. A partir de 3800 av. J.-C., l’amplitude des oscillations climatiques s’est fortement réduite. Les populations se sont alors adaptées progressivement à une situation stable mais contraignante. Les facteurs humains et historiques ont pris le pas sur les contraintes ou les sollicitations du milieu physique 10.

  • 11 Datation C14 sur un prélèvement effectué dans les sédiments accumulés contre cette construction ; W (...)

14Les plus anciens aménagements hydrauliques au Yémen sont sans doute postérieurs à ce seuil climatique. Dans une vallée des Hautes-Terres, située près du village de adh-Dhra’ah, au sud-est de Dhamar, un muret en pierres sèches retenant l’eau et les sédiments nécessaires à la mise en culture d’une terrasse a été daté d’un peu après 4000 av. J.-C 11.

  • 12 3640±60 BP, corrigée avec CALIB 4 intervalle 1 ; Brunner 1997a, p. 196. Voir aussi Brunner 1997b ; (...)
  • 13 Hehmeyer et Schmidt 1991, p. 11-12.
  • 14 3280±110 BP, corrigée avec CALIB 4 intervalle 1 ; Overstreet et Grolier 1996, p. 365.
  • 15 Van Beek 1969, p. 367.

15Dans les Basses-Terres, les datations disponibles correspondent à des installations agricoles situées dans le cours central des vallées. Dans le wâdî Markha, un prélèvement de charbon effectué à Aydat al-Gar, à 5 km à l’est de Hajar Yahirr, juste au débouché du wâdî, a livré une datation C14 du tout début du iie millénaire (2130-1919 av. J.-C.). Puisqu’il est situé à 4 m au-dessus du sol naturel (et à 7 m au-dessous d’une vanne en pierre), U. Brunner propose, avec prudence, de situer le début de l’irrigation à cet endroit de la vallée vers le milieu du iiie millénaire av. J.-C 12. À Marib, au débouché du wâdî Dhana, en se fondant sur un calcul d’accumulation des alluvions (entre 0,7 et 1,1 cm par année), les débuts de l’irrigation sont à situer autour de 2400 av. J.-C 13. Dans le bassin d’al-Jadîda, l’apparition des cultures irriguées a été datée du milieu du IIe millénaire (1687-1432 av. J.-C.) 14. Et le site de Hajar ibn Humayd, dans la partie basse du wâdî Bayhân, au centre d’un vaste réseau d’irrigation, fut fondé vers la fin du iie millénaire av. J.-C. par une population qui connaissait déjà la vie urbaine, une forme de gouvernement et les techniques hydrauliques 15. Ces marqueurs chronologiques nous permettent de cadrer le peuplement et la mise en culture des vallées centrales, à partir du milieu du iiie millénaire, pour aboutir à la fin du IIe millénaire à des installations dont la complexité atteste une concentration de population dans des centres dépassant le niveau du hameau de quelques familles.

16C’est donc entre la fin de l’Holocène et cette phase de peuplement des vallées centrales que se place la phase de formation des techniques de dérivation par des groupes familiaux puis villageois, soit entre le début du IVe millénaire et le milieu du IIIe millénaire.

17Certains modèles décrivent une conquête agricole allant de l’aval vers l’amont, les flux étant trop puissants en amont pour des communautés inexpérimentées ayant un niveau technologique insuffisant, et les terres des larges bassins à l’aval étant susceptibles d’être mises en culture plus aisément que les versants des parties plus hautes des vallées.

  • 16 L’hypothèse de M. J. Grolier est que l’irrigation est apparue dans les Basses-Terres avec l’install (...)
  • 17 Brunner 1997b.

18L’hypothèse d’un mouvement inverse a été plus sûrement défendue et me paraît emporter la conviction. Puisqu’elle a été présentée et discutée ailleurs 16, nous pouvons simplement la résumer ici dans les termes de U. Brunner : « [l’irrigation artificielle] semble avoir commencé le long des wâdîs secondaires : les masses d’eau retenues et réparties sur les champs n’étaient pas très importantes ; des digues de terre simple et de petits bassins répartiteurs en pierre permettaient de gérer le système. Ces petits wâdîs secondaires ont servi de terrain d’expérimentation pour s’attaquer aux masses d’eau plus considérables des vallées principales. La position la plus avantageuse de ce point de vue était le débouché dans la plaine où la vitesse de l’eau se réduisait et où l’on disposait de beaucoup de place pour aménager des champs 17 ».

  • 18 Beeston 1971, p. 27, Pirenne 1982, p. 99.

19En effet, chaque bassin hydrographique alimentant au final un cours principal est constitué en amont par un grand nombre de wâdîs tributaires. Les plus petits de ces wâdîs sont appelés aujourd’hui shib, « branches », « ramifications » ; dans les inscriptions sudarabiques, le terme s2b désigne une communauté sédentaire, fraction d’un groupe plus large, vivant de la mise en valeur des terres alluviales dans le cours des wâdîs 18.

  • 19 Observé lors de la prospection de la mission archéologique française dans le wâdî Markha (non publi (...)

20C’est en tête des wâdîs et des shib, dans les ravines qui s’ouvrent sur les vallées, que l’on rencontre, au bas des pentes, les ouvrages qui paraissent les plus simples, associés à des surfaces de culture réduites, aménagées sur les replats des versants, sur les terrasses naturelles en bordure des talwegs. Ce sont des murets de dérivation faits de lignes de grosses pierres qui captent une partie des écoulements et les dirigent directement vers des lopins de terre, parfois associés à des môles en pierre lorsqu’une partition est aménagée 19 (fig. 2-3).

Fig. 2 ‑ Installation de dérivation en bas de pente dans une vallée secondaire du wâdî Markha

Fig. 2 ‑ Installation de dérivation en bas de pente dans une vallée secondaire du wâdî Markha

Fig. 3 ‑ Installations de dérivation dans la partie centrale d’une vallée secondaire du wâdî Markha

Fig. 3 ‑ Installations de dérivation dans la partie centrale d’une vallée secondaire du wâdî Markha

21Ces murets qui concentrent l’eau sont des proto-dérivations, des dérivations de pente, qui vont progressivement devenir des déflecteurs installés au travers du lit central des vallées, puis de véritables barrages de dérivation, pour canaliser une partie des flux saisonniers dans des canaux latéraux qui alimentent des parcelles de plus en plus vastes.

22D’autant qu’au fur et à mesure que les territoires s’étendent vers la partie basse des vallées, les flux saisonniers sont plus rares et doivent être compensés par des surfaces agricoles de plus en plus vastes qui permettent la production de réserves importantes. Dans certaines vallées, les crues n’atteignent les réseaux d’irrigation au débouché des vallées qu’entre deux fois par an et une fois tous les deux ans.

  • 20 Gentelle 1991, p. 12.
  • 21 Bazzana et Guichard 1981, p. 120.

23Cette technique « n’exige pas de conception qui dépasse le niveau du sens commun 20 ». Elle est la première étape dans la mise en place des réseaux hydrauliques par des communautés qui cherchent d’elles-mêmes des réponses aux contraintes d’une pluviométrie insuffisante : dans le Levante espagnol, où l’histoire de l’irrigation a été bien étudiée, c’est à la période ibérique (antérieure à l’introduction de la technologie romaine, puis arabe) « qu’apparaissent les premiers aménagements de pente à l’aide de murets de pierre 21(...) ».

24Les écoulements à ces endroits sont violents. Une partie seulement du flux est dérivée, mais malgré cela les aménagements sont fréquemment détruits (ce qui préserve les champs de la destruction). Néanmoins, leur simplicité et leurs dimensions modestes facilitent leur entretien et même leur totale reconstruction si nécessaire (lignes de grosses pierres, môles de dalles dressées en hérisson).

25Mais les écoulements sont aussi bien plus fréquents en amont que dans la partie basse des grandes vallées. Les champs peuvent donc être arrosés plusieurs fois dans l’année, et donner plusieurs récoltes. La surface mise en culture peut donc être beaucoup moins vaste, à population égale, que dans la partie basse des vallées.

26Pour finir, cette implantation en amont offre un contrôle complet de la crue par la communauté, qui accapare librement toute l’eau dont elle a besoin. En effet, puisque le modèle que nous défendons est celui de communautés installées d’abord en tête des wâdîs tributaires, aucune autre communauté n’est installée en amont dans la même vallée et non plus en aval, le long du lit du même cours d’eau. Chaque installation humaine a donc en quelque sorte le « monopole d’une crue ». L’eau n’est pas partagée, elle ne peut être motif de conflit.

27Chaque communauté jouit ainsi d’un territoire bien limité dans l’espace, géographiquement et socialement, traversé par des crues saisonnières qu’elle exploite sans contraintes, sinon celles de la technologie qu’elle expérimente et perfectionne de génération en génération. Un territoire, une communauté, un cours d’eau.

28À cette notion de territoire clairement défini et protégé, au coeur des vallées, s’ajoute l’éloignement des confluents qui s’ouvrent sur le monde nomade. La situation de ces shib était sécurisante. Le travail que suppose l’aménagement des terres agricoles, la construction d’un terroir, et les dangers qui menacent la modeste prospérité de telles communautés, ont certainement aussi favorisé l’implantation des premières installations sédentaires dans la partie haute des vallées.

  • 22 Gentelle dans Breton et al 1998, p. 79 ; Grolier 1996, p. 39 ; Schmidt 1988, p. 57 ; Orchard 1982, (...)

29Lorsqu’une seconde communauté, puis une troisième, etc., s’installent le long d’une même ligne d’eau, toute relation entre elles va se fonder d’abord sur le partage de l’eau (fig. 4). L’eau est d’autant plus vitale pour la survie de chacune d’elles que le climat des Basses-Terres du Yémen, rappelons-le, est semi-aride. Or, les installations en aval doivent forcément se contenter de l’eau laissée par les communautés situées en amont. La puissance des écoulements pourrait laisser penser que l’eau est en général suffisante pour alimenter tous les systèmes aménagés le long d’une vallée, mais en réalité, bien souvent, leur débit est insuffisant pour atteindre les installations situées en aval. Grand nombre des chercheurs qui se sont penchés sur l’étude des systèmes de dérivation s’accordent à souligner l’importance des prélèvements d’eau, qui absorbent une grande partie ou presque toute l’eau des crues 22.

Fig. 4 ‑ Sites antiques et périmètres irrigués dans le wâdî Dura

Fig. 4 ‑ Sites antiques et périmètres irrigués dans le wâdî Dura

(d’après Coque et Gentelle 1998, fig. 3)

  • 23 Adams 1974, p. 1, se référant au cas de la Mésopotamie.

30D’autant que l’irrégularité des crues est facteur d’incertitude, ce qui génère une sur-consommation de l’eau lorsqu’on en a la jouissance, par toutes les communautés successives 23.

  • 24 Pelat 2004, p. 251-252 ; la pérennité des coutumes au Yémen, reconnue dans bien des domaines, rend (...)
  • 25 Bien sûr, l’installation d’un groupe dans une vallée inhabitée ne suppose aucun conflit d’intérêts, (...)
  • 26 Pelat 2004, p. 252.

31Dans le Yémen d’aujourd’hui, les droits coutumiers de l’irrigation, donnent presque systématiquement la préséance aux installations situées en amont 24. À mon sens, cette coutume est un indice fort du mouvement de peuplement de l’amont vers l’aval : des communautés installées sur un territoire ne permettraient pas l’installation de nouveaux habitants ayant un avantage immédiat sur elles, même si ceux-ci leurs sont apparentés directement. Un peuplement dans ce sens s’accompagnerait toujours d’un conflit, et sa progression ne pourrait se réaliser que par la soumission systématique des communautés situées à l’aval 25. Un tel modèle n’est pas envisageable dans une progression « naturelle » du peuplement, par scission des communautés préexistantes. Il ne peut correspondre qu’à une colonisation par un groupe extérieur, accompagnée d’opérations militaires, ou à un peuplement planifié par une puissance politique dominante et respectée. Un indice supplémentaire du sens du peuplement nous est encore donné par les droits coutumiers : l’ancienneté des champs prime ; ce sont les premiers servis dans le sens du courant 26. Si les plus anciennes installations villageoises, et donc les champs les plus anciens, étaient en aval, cette règle serait en contradiction avec l’autre règle principale donnant la priorité à l’amont, compliquant considérablement la résolution des litiges.

  • 27 Mais certains systèmes de distribution plus complexes tentent de pallier l’avantage des installatio (...)

32Le peuplement progressif d’une vallée suppose une entente entre les communautés qui l’habitent, condition sine qua non de la stabilité sans laquelle aucun groupe ne s’engagerait dans les travaux hydrauliques permettant la mise en culture des champs nécessaires à sa survie. On ne peut imaginer la gestion des systèmes de dérivation le long d’une même ligne d’eau (territoires somme toute assez restreints) si les villages installés en aval sont en conflit avec ceux installés en amont. L’entente est indispensable pour assurer le respect du partage d’une ressource exploitée en commun. Les villages en aval doivent accepter de « faire boire » leurs champs après que tous les villages en amont ont irrigué les leurs. Selon les droits coutumiers au Yémen, si la quantité n’a pas été suffisante pour alimenter les zones agricoles en aval, et si la crue revient plusieurs semaines après, c’est bien souvent tout de même en amont que l’on sert à nouveau les champs en premier 27. Dans de telles situations, on ne doute pas que les liens entre les villages doivent être très forts.

33Ce sont ces liens fondés sur le partage de l’eau qui vont constituer le ciment structurant ces unités de peuplement en une communauté se reconnaissant dans une même identité.

  • 28 Par exemple : Varisco 1982, p. xvi, se référant aux Hautes-Terres du Yémen, Wilkinson 1977 sur le c (...)
  • 29 Gentelle 2003, p. 119.
  • 30 Pelat 2004, p. 250.
  • 31 Gentelle 1997, p. 76.

34Les villages répartis le long d’une même ligne d’eau, partageant la même ressource vitale, sont dès lors liés par le sentiment d’appartenance à un même groupe. Le réseau de ces villages, de leurs terres de culture et de leurs terrains de pâture, dessine les limites d’un espace identitaire. La relation entre les formes de contrôle de l’eau et d’un territoire, et la formation des sociétés tribales a été souvent soulignée 28. Chacun des groupes se distingue par des caractères propres, parce qu’il s’est formé de manière plus ou moins isolée, autonome, en affirmant son identité par rapport à celle des groupes avec lesquels il est en contact, mais qui n’appartiennent pas à sa « communauté de l’eau ». La gestion de la crue suppose « des pratiques communes, fondées sur une géométrie intuitive et sur des règles sociales contraignantes 29 ». La mise en place des règles de répartition de l’eau s’opère progressivement par apprentissage de la gestion, par des essais et des échecs de dispositifs de régulation. Ici encore, ce qui est observé dans les vallées du Yémen actuel nous renseigne sur les périodes anciennes : « L’éventail tout aussi varié de noms vernaculaires employés pour désigner un canal ou toutes sortes de structures hydrauliques construites pour arrêter, dévier, diviser ou distribuer l’eau d’irrigation conforte l’idée de construction d’une organisation sociale, technique et juridique autour de la gestion de cette eau, fortement ancrée dans les traditions locales. Cette territorialisation de la pratique conduit à une variété de systèmes techniques de gestion de l’eau en vigueur dans les limites mêmes du wâdî et nulle part ailleurs 30 ». Cette variété est l’aboutissement d’une évolution millénaire des techniques, des pratiques et des langages. Elle témoigne bien du fractionnement territorial de la conquête hydraulique. Car la continuité de l’occupation dans chaque territoire est essentielle pour la construction des terroirs ; leur abandon ou la baisse de la force de travail condamne à la destruction les champs et les aménagements hydrauliques : « La densité des foyers exprime la démographie, conditionne le partage de l’eau, la richesse des habitants liés par les liens du sang, tribu ou fraction de tribu. (...) La maison vient-elle à se vider ? L’irrigation cesse, la récolte meurt, le champ s’assèche. La crue redevient de l’eau qui coule 31 ».

35Nous admettrons que le premier degré dans la cohésion d’un groupe autour d’une même ligne d’eau se fait donc en deux étapes représentées d’abord par les implantations uniques en tête de wâdî, puis par la communauté de villages occupant progressivement une petite vallée. Le point culminant est l’implantation d’un centre d’habitat au débouché de cette vallée tributaire, dans la plaine de la vallée centrale, dont le territoire agricole est dans un premier temps irrigué à partir des écoulements descendant de la vallée, foyer de la communauté. Chacune de ces petites vallées, et plus exactement chacune des lignes d’eau depuis son origine géographique, matérialise le territoire d’une communauté agraire dans sa fraction sociale la plus simple et la plus homogène.

36Mais une fois implantés au cœur des vallées centrales qui drainent de fortes crues, et riches de l’expérience technique acquise au cours des pratiques irrigatoires antérieures, les hommes ont rapidement fait le choix d’exploiter l’eau de ces crues.

37C’est le deuxième degré de la structuration du groupe : pour exploiter cette eau descendue de tout le bassin hydrographique amont, il faut la partager avec toutes les communautés installées dans ce bassin hydrographique, avec lesquelles il n’y a ni histoire commune, ni ancêtres communs, ni pratiques et, sans doute même, ni divinités communes. Il faut établir des règles de partage et des pratiques communes, un respect mutuel nécessaire à la conservation des réseaux hydrauliques qui vont être peu à peu aménagés.

  • 32 Pellat 2004, p. 257 ; Rodionov 1999 ; Hehmeyer 2003,
  • 33 Travaux menés en Nouvelle-Guinée ; Malinowski 1926, en particulier p. 23-25.
  • 34 Rouland 1988, p. 72.

38Du point de vue du respect du droit, comme du point de vue de la construction des systèmes d’irrigation, au Yémen, nous devons nous écarter du modèle de K. A Wittfogel. Les systèmes d’irrigation et les terroirs se sont formés progressivement et ont traversé les siècles parce que les populations ont été conscientes de leur intérêt collectif. Leur gestion s’est fondée sur des principes communautaires d’autorégulation, auxquels l’autorité politique centrale n’est venue se substituer, bien souvent, que de sa propre initiative et non en raison d’un besoin réel formulé par les communautés locales. C’est vrai pour les périodes médiévale et moderne ; sans doute aussi pour l’Antiquité 32. L’anthropologie juridique moderne fonde le respect de la coutume sur le principe de réciprocité formulé par B. Malinowski 33. Dans le cas qui nous intéresse, le principe de réciprocité, à première vue, ne semble pas pouvoir être appliqué. Et pourtant, c’est bien sur ce principe que se fonde effectivement le respect des règles de partage de l’eau des crues saisonnières : mais il s’agit ici d’une réciprocité en chaîne, chaque communauté vers l’aval étant garante de la stabilité de l’ensemble du groupe dans une vallée. En effet, c’est parce que chaque communauté respecte le droit de celles qui sont en amont, que celles situées en aval vont respecter ses droits. Ainsi, la force qui lie les individus et les groupes, et permet la vie en société, résulte bien de rapports réciproques d’obligations ; c’est la réciprocité de ces obligations qui assure la cohésion de la société 34.

39Pour arbitrer les différends entre des groupes de plus en plus nombreux, des personnages ont été désignés, ou se sont peu à peu imposés, pour représenter les communautés, résoudre les difficultés du partage devenu de plus en plus complexe. Ce sont les « maîtres des eaux », le nadarr attesté dans l’épigraphie sudarabique, le shaykh al-sharaj des villages d’aujourd’hui.

  • 35 La concentration de la population et/ou l’augmentation des surplus de production agricole contribue (...)
  • 36 Voir le détail du modèle de l’évolution de l’irrigation dans les Basses-Terres du Yémen antique pro (...)

40C’est l’ampleur du groupe qui va générer une autorité politique centrale 35, et non les nécessités du système hydraulique. En revanche, le pouvoir central va chercher à contrôler l’ensemble ou partie du système, ne serait-ce que pour s’assurer l’approvisionnement en eau des terres qu’il va peu à peu accaparer 36. Ce pouvoir va prendre forme dans le développement d’un site majeur situé au débouché de chaque vallée, sorte de culmination sociale de la totalité des segments qui se sont progressivement unis tout au long du bassin hydrographique (fig. 5 et 13). Ce site, capitale d’une population unie par un fort sentiment identitaire, se trouve ainsi à la fois à la confluence de tous les groupes qui la composent, et au contact des voies de circulation et d’échange avec les autres communautés qui se sont formées parallèlement dans les grandes vallées voisines. En effet, ces capitales se répartissent là où la concentration urbaine est facilitée par un territoire agricole proportionnel (ce sont des villes à population agricole). Or, des secteurs très larges des vallées intérieures auraient permis de telles installations, mais le choix du contact avec les itinéraires transarabiques et transrégionaux est délibéré.

Fig. 5 ‑ Les sites antiques dans le wâdî Markha

Fig. 5 ‑ Les sites antiques dans le wâdî Markha

(d’après Brunner 1997b, p. 54)

41À ce stade, le processus d’intégration ne peut plus se poursuivre sur le principe du partage d’une ressource et d’un territoire communs, fondé sur la notion d’intérêt collectif, car pour chacun de ces centres de pouvoir, étendre son influence signifie désormais dépasser les limites de la vallée originelle et s’imposer à d’autres communautés. L’extension de leur pouvoir va donc se fonder sur les notions d’annexion et de domination, sur la reconnaissance de gré ou de force, par les groupes dominés, de la tutelle d’une autorité qui s’est formée à l’extérieur de l’histoire et des mythes de ces groupes.

  • 37 Sanlaville 2000, p. 137-138.

42Voyons le cas du Hadramawt (fig. 1). Cette région offre des caractéristiques géographiques sensiblement différentes de celles des vallées qui descendent des montagnes du Yémen. C’est un plateau de roches calcaires paléocènes et éocènes, incisé par de nombreux wâdîs descendant vers une vallée centrale bordée de falaises verticales éboulées, hautes de 300 m, et large de plusieurs kilomètres à l’ouest, où elle s’ouvre sur le Ramlat as-Sab’atayn, plus encaissée en aval vers l’est où elle se jette dans l’océan Indien à Sahyut 37.

  • 38 Breton et al 1998, p. 78 ; Coque-Delhuille et Gentelle 1997, p. 102.

43Les écoulements saisonniers des wâdîs sont alimentés par un réseau hydrographique moins montagneux et moins arrosé que les Hautes-Terres du Yémen, mais néanmoins suffisant pour le développement d’une agriculture irriguée. De très fortes précipitations, très localisées, caractérisent cette région. Des observations faites en 1977 le montrent bien : à Sayûn le 7 avril, sont tombés 35 mm en une heure, et le 23 octobre, 27 mm en 15 minutes. Le wâdî ‘Idim, un des affluents de rive droite du Hadramawt où se trouve une station de mesure permanente, déverse environ 35 millions de m3 par an en moyenne. Ce qui n’est pas beaucoup moins que le wâdî Bayhân dans les Basses-Terres au sud du Ramlat as-Sab’atayn qui charrie en moyenne 50 millions de m3 par an (8 millions de m3 lors des crues les plus faibles), dans la partie intérieure de la vallée 38.

  • 39 Datation OSL des dépôts limoneux (Optically Stimulated Luminescence), McCorriston 2003, p. 21-22.
  • 40 Sedov 1996, p. 68-80.
  • 41 Travaux de la Mission archéologique française dans le Jawf-Hadramawt, du ministère des Affaires Étr (...)
  • 42 Benoist et al 2005 ; Mouton et al 2006 ; l’occupation du site pourrait remonter à une période plus (...)
  • 43 Travaux de J.-P. Bravard et J.-F. Berger ; rapport interne.

44La formation des réseaux d’irrigation dans la région du Hadramawt intérieur nous apparaît comparable à ce qui a été observé dans les autres vallées des Basses-Terres. Le modèle de peuplement le plus vraisemblable est comparable à celui décrit plus haut, de l’intérieur des affluents et des sh’ib tout le long des principales vallées et dans la vallée centrale du Hadramawt. Les plus anciennes installations hydrauliques sont des dérivations de bas de pente et de ravines (fig. 6) qui apparaissent nombreuses dans les petites vallées tributaires, et qui alimentaient des champs installés sur les terrasses alluviales naturelles. Des installations semblables, sur le plateau, ont été datées du ive millénaire par J. McCorriston, d’après leur relation avec des accumulations de limons 39. Dans les vallées, l’oxydation des pierres mais surtout leur enfouissement témoignent de leur ancienneté : dans plusieurs cas (wâdî Sukhûra, wâdî Mshît) ces aménagements se trouvent conservés sous les limons accumulés par l’irrigation antique (fig. 7) et correspondent donc à des installations antérieures aux réseaux « classiques » mis en place à partir de la deuxième moitié du iie millénaire et tout au long du ier millénaire av. J.-C. A.V. Sedov, en se basant sur l’assemblage céramique des niveaux profonds de Raybûn et sur les datations C14, place la fondation de ce site et de son plus ancien temple dans le dernier quart du iie millénaire av. J.-C. L’assemblage céramique de cette phase la plus ancienne se retrouve dans de nombreux autres sites explorés dans les vallées principales (as-Safil II et III dans le wâdî al-’Ayn, Mashga et Salsala dans le wâdî ‘Idîm par exemple) ; et Sedov remarque que les sites installés au débouché des petites vallées, au pied des versants, sont plus anciens que ceux fondés dans un deuxième temps au centre des vallées 40. Ces sites culturellement définis comme « sudarabiques » correspondent au développement des réseaux d’irrigation aménagés à partir de déflecteurs captant les écoulements centraux des vallées. Dérivés vers les secteurs les plus larges de ces vallées, le plus souvent situés à leur confluence, ces écoulements ont alimenté les terres agricoles de petits villages, puis de plus grands centres tels que Makaynûn (fig. 8), dont le cas est exemplaire 41. Occupé au moins à partir de la fin du IIe millénaire av. J.-C. 42, ce site installé au centre de la vallée du Hadramawt constitue le pôle urbain d’un territoire formé par les vallées des wâdîs affluents environnants : quatre vallées de rive gauche, dont deux cultivables sur plus de 15 km en amont, et une grande vallée de rive droite dont plusieurs affluents ont été exploités (fig. 9). Dans chacun de ces wâdîs ont été trouvés des aménagements hydrauliques archaïques de bas de pente, parfois des petits ensembles d’habitats protohistoriques, mais aussi des réseaux de dérivation aux installations maçonnées amenant les eaux des écoulements saisonniers vers des zones de culture situées à leur confluence avec la vallée centrale du Hadramawt, associées à des villages sudarabiques et des sanctuaires. Makaynûn se trouve ainsi entouré de petits villages et de canaux convergents amenant l’eau vers le débouché des vallées, et jusque dans la vallée centrale (fig. 10). Car le territoire agricole de Makaynûn n’est irrigué qu’à partir des écoulements drainés par les vallées affluentes. Aucune dérivation n’exploite l’écoulement pérenne du wâdî Masîla, le fleuve de la vallée du Hadramawt. Et cela parce que son lit est trop profondément encaissé (fig. 11). Les prospections géomorphologiques ont montré que cet encaissement est antérieur au peuplement de la vallée 43 ; les prospections archéologiques n’ont livré aucun témoignage d’aménagements de dérivation à partir du lit central.

Fig. 6 ‑ Dérivation de bas de pente dans le wâdî Sukhûra

Fig. 6 ‑ Dérivation de bas de pente dans le wâdî Sukhûra

Fig. 7 ‑ Aménagement hydraulique conservé sous les limons accumulés durant l’Antiquité, dans le wâdî Sukhûra

Fig. 7 ‑ Aménagement hydraulique conservé sous les limons accumulés durant l’Antiquité, dans le wâdî Sukhûra

Fig. 8 ‑ Carte des principaux centres de peuplement antiques dans le Hadramawt

Fig. 8 ‑ Carte des principaux centres de peuplement antiques dans le Hadramawt

Fig. 9 ‑ Restes de zones de culture irriguées antiques dans le wâdî ‘Ardâ érodées par l’encaissement de l’écoulement principal

Fig. 9 ‑ Restes de zones de culture irriguées antiques dans le wâdî ‘Ardâ érodées par l’encaissement de l’écoulement principal

Fig. 10 ‑ Carte schématique de la partie centrale du territoire de Makaynûn, montrant la répartition des vestiges antiques

Fig. 10 ‑ Carte schématique de la partie centrale du territoire de Makaynûn, montrant la répartition des vestiges antiques

Fig. 11 ‑ Le wâdî Masîla à proximité de Makaynûn

Fig. 11 ‑ Le wâdî Masîla à proximité de Makaynûn

45Ce modèle se reproduit dans ses lignes principales dans toute la partie centrale du Hadramawt, formant un chapelet de centres régionaux séparés les uns des autres par des espaces vides de 8 à 10 km (fig. 12).

Fig. 12 ‑ Répartition des centres de peuplement et de leur territoire dans la partie centrale de la vallée du Hadramawt (wâdî Masîla)

Fig. 12 ‑ Répartition des centres de peuplement et de leur territoire dans la partie centrale de la vallée du Hadramawt (wâdî Masîla)

46A l’ouest, en amont, vers l’ouverture de la vallée sur le Ramlat as-Sab’atayn (fig. 8), la situation est la même pour des raisons sensiblement différentes : l’écoulement du wâdî central est souterrain, il n’y a donc pas de lit en surface permettant d’aménager des dérivations. Les grands sites tels que Raybûn et Huraydha sont implantés dans les affluents de rive droite, wâdî Daw’an et wâdî ‘Amd. Et les sites installés dans la vallée centrale du Hadramawt ont aussi leur territoire irrigué alimenté par des affluents. C’est le cas de Bir Hamad, vers lequel un grand canal de plusieurs kilomètres amène l’eau du wâdî Râkhia, affluent de rive droite ; et plus à l’ouest, Shabwa, la capitale située en bordure du Ramlat as-Sab’atayn, alimente son territoire agricole avec les crues des wâdîs ‘Atf et Irmâ.

47À l’est, vers l’aval de Husn al-Qays, la vallée est trop étroite et encaissée pour avoir permis l’installation de zones agricoles suffisantes au développement de centres de peuplement importants.

48Le processus de structuration communautaire s’est donc fait, dans tous les cas, dans le cadre du partage des eaux d’écoulement d’une ou plusieurs vallées affluentes du Hadramawt, de la même manière qu’il s’est fait dans chaque vallée et dans chaque sh’ib des vallées principales des basses-terres des montagnes du Yémen (fig. 13 et 14). La formation de ces centres installés à la confluence des wâdîs correspond par conséquent à un degré de structuration équivalent à celui ayant abouti à la formation des capitales des royaumes des Basses-Terres.

Fig. 13 ‑ Schéma de l’évolution théorique du peuplement antique dans les vallées des Basses-Terres du Yémen, selon le modèle proposé

Fig. 13 ‑ Schéma de l’évolution théorique du peuplement antique dans les vallées des Basses-Terres du Yémen, selon le modèle proposé

Fig. 14 ‑ Schéma montrant le contrôle par une même capitale de communautés réparties dans différents réseaux hydrographiques : en haut le cas des Basses-Terres du Yémen, en bas le cas de la région du Hadramaw

Fig. 14 ‑ Schéma montrant le contrôle par une même capitale de communautés réparties dans différents réseaux hydrographiques : en haut le cas des Basses-Terres du Yémen, en bas le cas de la région du Hadramaw

49Il n’y a donc pas eu, dans la totalité du Hadramawt, pris dans son acception géographique moderne, un processus de peuplement progressif par une même communauté unie dans le partage d’une même eau. L’unification du Hadramawt géographique a supposé une domination, ou bien un accord d’union entre des communautés n’ayant pas une conscience identitaire commune. Sans entrer dans les évidentes différences de niveau démographique et économique, une telle unification correspond à un degré de structuration équivalent à celui de l’expansion sabéenne hors du seul wâdî Dana, ou à l’expansion qatabanite hors des limites du wâdî Bayhân ; bien que de taille plus modeste, les différents centres de peuplement du Hadramawt intérieur ont une valeur hiérarchique comparable aux capitales des royaumes des Basses-Terres du Yémen. La vallée centrale du Hadramawt n’est donc pas le domaine clairement limité d’une communauté consciente de son identité commune, mais un espace le long duquel se répartissent les centres politiques de communautés différentes, comme se répartissent les capitales des royaumes des Basses-Terres sur le pourtour de cet autre espace central qu’est le Ramlat as-Sab’atayn.

50Le processus d’intégration communautaire et d’unification territoriale des royaumes antiques des Basses-Terres nous apparaît donc très différent de celui du Hadramawt pris dans son sens géographique. Ces royaumes sont l’aboutissement d’une construction territoriale, d’une expansion démographique et d’une structuration sociale fondée sur le partage de l’eau et la formation d’une identité. Dans le Hadramawt, ce processus s’est arrêté à la confluence des principaux affluents : la vallée centrale n’a jamais été une ligne de cohésion sociale et d’unification territoriale. Le peuplement de la vallée est resté morcelé, chaque communauté s’étant définie une identité qui n’a longtemps jamais dépassé les limites du territoire irrigué, de l’espace sacré borné par les sanctuaires des divinités tutélaires et du centre urbain communautaire.

  • 44 Schiettecatte 2006, p. 311 ; Frantsouzoff 2000, p. 259.
  • 45 Frantsouzoff 2000, p. 260 ; Frantsouzoff 2003, p. 59-60. Voir aussi Beeston 1982.
  • 46 Les fondations royales de Khawr Rûrî et Qanî’ sont des implantations lointaines liées au commerce d (...)

51On peut alors s’interroger sur la réalité d’un Hadramawt antique unifié. Aucune inscription trouvée dans les villes intérieures du Hadramawt ne mentionne l’allégeance au roi, ni la présence d’un de ses représentants 44. Dans l’Antiquité, le terme Hadramawt ne s’applique très probablement qu’au territoire du royaume de Shabwa ; ce n’est que dans les textes arabes médiévaux qu’il apparaît avec le sens géographique que nous lui connaissons aujourd’hui. Les textes sabéens et himyarites désignent la région appelée aujourd’hui Hadramawt par le terme Sarîrân (S1RR-n) « la vallée » ; l’inscription Ir 32 datée du ive s. de notre ère distingue, lignes 37-38, les villes « du Hadramawt et Sarîrân » 45. Le roi du Hadramawt antique règnait donc d’abord sur la région de Shabwa, centre urbain d’une des nombreuses communautés qui se sont formées, comme nous venons de le décrire, dans une des vallées du plateau du Hadramawt, à l’extrémité amont de la vallée, au contact des itinéraires du commerce transarabique. C’est précisément son rôle dans la commercialisation des résines aromatiques originaires du plateau du Hadramawt et des zones plus à l’est qui a fondé son influence sur les communautés de cette région : Shabwa a drainé la richesse du commerce transarabique vers ces centres en échange des aromates et de la stabilité pour leur acheminement. Lorsqu’on parle du royaume antique du Hadramawt, il s’agit donc d’abord d’une communauté installée en bordure du désert, et non de toute cette région sur laquelle il a certes exercé une forte influence économique, où il a même fondé des villes pour renforcer les besoins de son commerce (en particulier sur la côte), mais qu’il n’a que parfois partiellement dominé politiquement 46, et peut-être jamais avant la conquête sabéenne du viie s. av. J.-C.

52Ainsi, en fondant notre réflexion sur la notion de partage d’une ligne d’eau, que l’on admet être un facteur de cohésion et de structuration sociale, le niveau d’unification des royaumes antiques des Basses-Terres du Yémen nous apparaît clairement différent de celui du royaume du Hadramawt.

  • 47 Beeston 1981, p. 24 ; Robin 1996, col. 1048.

53Chacun des royaumes qui bordent au sud le désert du Ramlat as-Sab’atayn s’est structuré dans le partage d’une eau commune, et s’est forgé une identité forte, cimentée par des pratiques cultuelles (divinité tutélaire) et sociales (chasses collectives, banquets) qui ont intégré progressivement les différents groupes de la vallée, au sens large, jusqu’à former une société hiérarchisée et dominée par un roi. Dans la région du Hadramawt, le fractionnement des lignes d’eau n’a pas supposé le même partage, par conséquent n’a pas provoqué les nécessaires ententes et l’intégration progressive des différentes unités de peuplement en une seule communauté. Les documents archéologiques le confirment : les témoins d’une unification politique durable sont absents, les centres régionaux sont multiples, les implantations du pouvoir royal nous apparaissent comme des fondations distantes. Le royaume du Hadramawt se réduisait d’abord aux vallées proches de la ville de Shabwa. Lorsque le roi de Shabwa imposait son autorité sur l’ensemble de la région du Hadramawt, son pouvoir dépassait les bornes de son royaume. C’est sans doute dans cette notion d’autorité extracommunautaire que nous pouvons peut-être mieux cerner le sens du titre mukarrib utilisé par les souverains expansionnistes de l’Arabie du Sud antique. Le substantif mkrb signifierait rassembleur ou fédérateur, la racine KRB exprimant l’idée de réunir 47. Le mukarrib apparaît lorsque l’expansion politique dépasse les limites de chaque vallée, et des territoires directement voisins. Il est un rassembleur ayant autorité sur des communautés n’ayant pas une histoire et une identité communes : parce qu’elles n’ont jamais eu la même eau en partage ?

Bibliographie

Adams 1968
R. McC. Adams, « Early Civilizations, Subsistence and Environment », dans Y. A. Cohen (éd.), Man in Adaptation: The Biosocial Background, Aldine, Chicago, 1968, p. 365‑374.

Adams 1974
R. McC. Adams, « Historic Patterns of Mesopotamian Irrigation Agriculture », dans Th. E. Downing et McG. Gibson (éd.) Irrigation Impacts on Society, Anthropological Papers of the University of Arizona 25, University of Arizona Press, Tucson, 1974, p. 1-6.

Avanzini 2002
A. Avanzini (éd.), Khor Rori Report 1, Università di Pisa, Edizioni Plus, Pisa, 2002.

Bazzana et Guichard 1981
A. Bazzana et P. Guichard, « Irrigation et société dans l’Espagne orientale au Moyen-Àge », J. Métral et P. Sanlaville (éd.), L’homme et l’eau en Méditerranée et au Proche-Orient I, Maison de l’Orient/Presses Universitaires de Lyon, Lyon, 1981, p. 115-140.

Beeston 1971
A. F. L. Beeston, « Functional Significance of the Old South Arabian “Town” », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 1, 1971, p. 26-28.

Beeston 1981
A. F. L; Beeston, « Two Epigraphic South Arabian Roots: HY’ and KRB », R. G. Stiegner (éd.), Al-Hudhud. Festschrift Maria Höfner zum 80 Geburstag, Kark-Franzens Universität, Graz, 1981, p. 21-34.

Beeston 1982
A. F. L. Beeston, « Hadramawt, Encyclopediae of Islam », New Edition vol. 3, E. J. Brill, Leiden / London, 1982, p. 52-53.

Beeston 1996
A. F. L. Beeston, « Towards a Periodisation Terminology for Ancient Yemen », Ch. J. Robin et I. Gajda (éd.), Arabia Antiqua. Early Origins of South Arabian States, Serie Orientale Roma LXX, 1, Istituto Italiano per il Medio ed Estremo Oriente, Roma, 1996, p. 3-5.

Benoist, Mouton et Schiettecatte 2005
A. Benoist, M. Mouton et J. Schiettecatte, « Makaynûn, un centre régional antique dans le Hadramawt oriental », dans A. M. Sholan, S. Antonini et M. Arbach (éd.), Sabaean Studies. Archaeological, Epigraphical and Historical Studies in Honour of Yûsuf M. ‘Abdallâh, Alessandro de Maigret and Christian J. Robin on the Occasion of their 60th birthdays, Il Torcoliere (University of Sanaa / Yemeni Italian Centre for Archaeological Researches / Centre français d’archéologie et de sciences sociales de Sanaa), Napoli / Sanaa, 2005, p. 59‑94.

Breton 1994
J. F. Breton, « Hagar Yahirr, capitale d’Awsan ? », Raydan 6, 1994, p. 41-46.

Breton et alii 1998
J. F. Breton, J.-Ch. Arramond, B. Coque-Delhuille et P. Gentelle, Une vallée aride du Yémen antique. Le wâdî Bayhân, Éditions ERC, Paris, 1998.

Brunner 1983
U. Brunner, Die Erforschung der antiken Oase von Mârib mit Hilfe geomorphologischer Untersuchungsmethoden, Deutsches Archäologisches Institut San‘a, Archäologische Berichte aus dem Yemen, Band II, Verlag Philipp von Zabern, Mainz am Rhein, 1983.

Brunner 1997a
U. Brunner, « Geography and Human Settlements in Ancient Southern Arabia », Arabian Archaeology and Epigraphy 8, 1997, p. 190-202.

Brunner 1997b
U. Brunner, « Les débuts de l’irrigation », dans Yémen, au pays de la reine de Saba’. Exposition présentée à l’Institut du Monde Arabe du 25 octobre 1997 au 28 février. 1998, Flammarion, Paris, 1997, p. 53-54.

Brunner 1997c
U. Brunner, « The History of Irrigation in the Wadi Markhah », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 27, p. 75‑86.

Caponera 1973
D. A. Caponera, Water Laws in Moslem Countries, Irrigation and Drainage Paper 20, Food and Agriculture Organization of the United Nations, Roma, 2 vol. , 1973.

Coque-Delhuille et Gentelle 1997
B. Coque-Delhuille et P. Gentelle, « Crues et sédimentation contrôlée au Yémen antique », Géomorphologie : relief, processus et environnement 2, 1997, p. 99-110.

Coque et Gentelle 1998
B. Coque et P. Gentelle, « Irrigations antiques dans le Yémen aride : champs et sédiments », Bulletin de l’Association Géographique Française 2, 1998, p. 58-169.

Darles 2000
Ch. Darles, « Les structures d’irrigation du Wâdî Surbân au Yémen », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 30, 2000, p. 87-97.

Frantsouzoff 2000
S. A. Frantsouzoff, « The Society of Raybûn », dans Alternatives of Social Evolution, Feb Ras, Vladivostok, 2000, p. 258‑265.

Frantsouzoff 2003
S. A. Frantsouzoff, « Raybûn et La Mecque (politique et religion en Arabie préislamique) - Notes préliminaires », Arabia 1, 2003, p. 59-64.

Gentelle 1991
P. Gentelle, « Les irrigations antiques à Shabwa », Syria 68, 1991, p. 5-54.

Gentelle 1997
P. Gentelle, « La maîtrise de l’irrigation », dans Yémen, au pays de la reine de Saba’. Exposition présentée à l’Institut du Monde Arabe du 25 octobre 1997 au 28 février 1998, Flammarion, Paris, 1997, p. 76-78.

Gentelle 2003
P. Gentelle, Traces d’eau. Un géographe chez les archéologues, Belin, Paris, 2003.

Grolier 1996
M. J. Grolier, « A Geomorphic Inquiry into Seil Processes and Seil Irrigation Farming in the al-Jadidah Basin of Wadi al-Jubah, Yemen Arab Republic », dans M. J. Grolier, R. Brinkmann, J. A. Blakely (éd.), The Wadi al-Jubah Archaeological Project, vol. 5. Environmental Research in Support of Archaeological Investigations in the Yemen Arab Republic, 1982-1987, American Foundation for the Study of Man, Washington, D. C., 1996, p. 15-43.

Hehmeyer 2003
I. Hehmeyer, « The Spirit of Cooperation in Yemeni Agricultural Practices - Successful Cases from the Past and their Applicability for the Present », in A. Al-Hakimi et F. Pelat (éd.), Indigenous Knowledge and Sustainable Agriculture in Yemen, CEFAS, Sanaa, 2003, p. 94-98.

Hehmeyer et Schmidt 1991
I. Hehmeyer et J. Schmidt, Antike Technologie - Die sabäische Wasserwirtschaft von Ma‘rib. Teil 1, Deutsches Archäologisches Institut San‘a, Archäologische Berichte aus dem Yemen, Band V, Verlag Philipp von Zabern, Mainz am Rhein, 1991.

Hole 1966
F. Hole, « Investigating the Origins of Mesopotamian Civilization », Science 153, 1966, p. 605-611.

Malinowski 1926
B. Malinowski, Crime and Custom in Savage Society, Routledge and Kegan Paul Ltd., London, 1926.

McCorrison 2003
J. McCorriston, « Ancient Agricultural Practices in Hadramawt: New Insights from the RASA Project », dans A. Al-Hakimi et F. Pelat (éd.), Indigenous Knowledge and Sustainable Agriculture in Yemen, CEFAS, Sanaa, 2003, p. 19-25.

Mouton 2004
M. Mouton, « Irrigation et formation de la société antique dans les basses-terres du Yémen : un essai de modèle », Syria vol. 81, 2004.

Mouton et alii 2006
M. Mouton, A. Benoist, J. Schiettecatte, M. Arbach et V. Bernard, « Makaynun, a Southarabian Site in Hadramawt », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies vol. 36, 2006.

Orans 1966
M. Orans, « Surplus », Human Organization 25/1, 1966, p. 24‑32.

Orchard 1982
J. Orchard, « Finding the Ancient Sites in Southern Yemen », Journal of Near Eastern Studies vol. 41/1, 1982, p. 1-21.

Overstreet et Grolier 1996
W. C. Overstreet et M. J. Grolier, « Summary of Environmental Background for the Human Occupation of the al-Jadidah Basin in Wadi al-Jubah, Yemen Arab Republic », dans M. J. Grolier, R. Brinkmann et J. A. Blakely (éd.), The Wadi al-Jubah Archaeological Project, vol. 5. Environmental Research in Support of Archaeological Investigations in the Yemen Arab Republic, 1982-1987, American Foundation for the Study of Man, Washington, D. C., 1996, p. 351-369.

Pelat 2004
F. Pelat, « L’intrusion de l’État dans les droits d’eau au Yémen : le temps des coutumes serait-il révolu ? » dans B. Dupret et F. Burgat (éd.) Le Cheikh et le Procureur. Systèmes coutumiers, centralisme étatique et pratiques juridiques au Yémen et en Égypte, CEDEJ, Le Caire, 2004, p. 247-274.

Pirenne 1977
J. Pirenne, La maîtrise de l’eau en Arabie antique, Mémoires de l’Académie des Belles-Lettres, nouvelle série II, Paris, 1977.

Pirenne 1982
J. Pirenne, « La juridiction de l’eau en Arabie du sud antique d’après les inscriptions », dans F. et J. Métral (éd.), L’homme et l’eau en Méditerranée et au Proche-Orient, II. Aménagements hydrauliques, État et législation, Travaux de la Maison de l’Orient n° 3, GIS - Maison de l’Orient. Presses Universitaires de Lyon, Lyon, 1982, p. 81-102.

Robin 1996
Ch. J. Robin, « Sheba », dans J. Briend et E. Cothenet (éd.), Supplément au Dictionnaire de la Bible, Letouzey & Ané éditeurs, Paris, 1996, fasc. 70, col. 1043-1254.

Rodionov 1999
M. Rodionov, « Irrigation in Western Hadramawt: Khayyil as a Social Role », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies 29, 1999, p. 119-121.

Rouland 1988
N. Rouland, Anthropologie juridique, P.U.F., Paris, 1988.

Sanlaville 2000
P. Sanlaville, Le Moyen-Orient arabe. Le milieu et l’homme, Armand Colin, Paris, 2000.

Schiettecatte 2006
J. Schiettecatte, Villes et urbanisation de l’Arabie du Sud à l’époque préislamique. Formation, fonctions et territorialités urbaines dans la dynamique de peuplement régionale, Thèse de Doctorat de l’Université de Paris I Panthéon – Sorbonne, 2006.

Schmidt 1988
J. Schmidt, « The Sabaean Irrigation Economy of Marib », dans W. Daum (éd.), Yemen. 3000 Years of Art and Civilization in Arabia Felix, Pinguin and Umschau, Innsbruck/Franckfurt am Main, 1988, p. 55-62.

Sedov 1996
A. V. Sedov, « On the Origin of the Agricultural Settlements in Hadramawt », dans Ch. J. Robin et I Gajda (éd.), Arabia Antiqua. Early Origins of South Arabian States, Serie Orientale Roma LXX / 1, Istituto Italiano per il Medio ed Estremo Oriente, Roma, 1996, p. 67-86.

Van Beek 1969
G. W. Van Beek, Hajar bin Humeid: Investigations at a Pre-Islamic Site in South Arabia, Publications of the American Foundation for the Study of Man vol. 5, The John Hopkins Press, Baltimore, 1969.

Varisco 1982
D. M. Varisco, « The Ard in Highland Yemeni Agriculture », Tools and Tillage 4 n° 3, 1982, p. 158-172.

Wilkinson 1977
J. C. Wilkinson, Water and Tribal Settlement in South-East Arabia. A Study of the Aflaj of Oman, Clarendon Press, Oxford, 1977.

Wilkinson 2005
T. J. Wilkinson, The Other Side of Sheba: Early Towns in the Highlands of Yemen, Bibliotheca Orientalis 62/1-2, 2005, col. 5-14.

Wittfogel 1957
K. A. Wittfogel, Oriental Despotism: A Comparative Study of Total Power, Yale University Press, New Haven, Connecticut, 1957.

Notes

1 Brunner 1983 ; Breton et al 1998 ; Sanlaville 2000, p. 135-138.

2 Coque-Delhuille et Gentelle 1997, p. 101.

3 Sanlaville 2000, p. 206-208.

4 Overstreet et Grolier 1996, p. 359.

5 Schmidt 1988, p. 59.

6 Coque et Gentelle 1998, p. 159.

7 Wittfogel 1957.

8 Voir par exemple Adams 1968 et 1974.

9 Hehmeyer et Schmidt 1991 ; Brunner 1997a ; Wilkinson 2005, col. 9.

10 Sanlaville 2000, p. 179-181, 186.

11 Datation C14 sur un prélèvement effectué dans les sédiments accumulés contre cette construction ; Wilkinson 2005, col. 9.

12 3640±60 BP, corrigée avec CALIB 4 intervalle 1 ; Brunner 1997a, p. 196. Voir aussi Brunner 1997b ; Pirenne 1977, pl. 18-19 ; Breton 1994, pl. 18. La vitesse de sédimentation calculée par U. Brunner pour ce site à l’aval du wâdî Markha est rapide en comparaison avec celle proposée par B. Coque et P. Gentelle pour le wâdî Dura’ : de 1,3 à 2 m par siècle à al-Haraja, vers l’amont où les crues sont nombreuses et l’alluvionnement puissant, mais seulement 0,5 m vers l’aval du wâdî ; Coque-Delhuille et Gentelle 1997, p. 108.

13 Hehmeyer et Schmidt 1991, p. 11-12.

14 3280±110 BP, corrigée avec CALIB 4 intervalle 1 ; Overstreet et Grolier 1996, p. 365.

15 Van Beek 1969, p. 367.

16 L’hypothèse de M. J. Grolier est que l’irrigation est apparue dans les Basses-Terres avec l’installation d’agriculteurs venus des Haute-Terres du Yémen à l’âge du Bronze ; Grolier 1996, p. 18 et 40 ; voir aussi Brunner 1997b ; Mouton 2004 ; Wilkinson 2005.

17 Brunner 1997b.

18 Beeston 1971, p. 27, Pirenne 1982, p. 99.

19 Observé lors de la prospection de la mission archéologique française dans le wâdî Markha (non publiée) ; signalé aussi dans le wâdî Surbân dans Darles 2000, p. 87 ; dans le bassin d’al-Jubah voir Grolier 1996, p. 38-39 ; dans le wâdî Mundah, Brunner 1997c, p. 78.

20 Gentelle 1991, p. 12.

21 Bazzana et Guichard 1981, p. 120.

22 Gentelle dans Breton et al 1998, p. 79 ; Grolier 1996, p. 39 ; Schmidt 1988, p. 57 ; Orchard 1982, p. 15.

23 Adams 1974, p. 1, se référant au cas de la Mésopotamie.

24 Pelat 2004, p. 251-252 ; la pérennité des coutumes au Yémen, reconnue dans bien des domaines, rend vraisemblable leur très grande ancienneté, confirmée par les traités médiévaux ; quelques exceptions existent à la préséance donnée aux communautés situées en amont, comme par exemple l’avantage reconnu à ceux qui ont semé les premiers, mentionné par Caponera 1973, vol. 1 p. 19.

25 Bien sûr, l’installation d’un groupe dans une vallée inhabitée ne suppose aucun conflit d’intérêts, même à une époque tardive comme le décrit par exemple l’inscription de Riyam G1 1210 dans les Hautes-Terres : Pirenne 1982, p. 97.

26 Pelat 2004, p. 252.

27 Mais certains systèmes de distribution plus complexes tentent de pallier l’avantage des installations en amont par des calendriers échelonnés ou un ordre de préséance intégrant l’ensemble des réseaux d’une vallée, voir Pellat 2004 ; Hehmeyer 2003.

28 Par exemple : Varisco 1982, p. xvi, se référant aux Hautes-Terres du Yémen, Wilkinson 1977 sur le cas de l’Oman.

29 Gentelle 2003, p. 119.

30 Pelat 2004, p. 250.

31 Gentelle 1997, p. 76.

32 Pellat 2004, p. 257 ; Rodionov 1999 ; Hehmeyer 2003,

33 Travaux menés en Nouvelle-Guinée ; Malinowski 1926, en particulier p. 23-25.

34 Rouland 1988, p. 72.

35 La concentration de la population et/ou l’augmentation des surplus de production agricole contribuent à la hiérarchisation sociale ; voir par exemple Hole 1966 et Orans 1966.

36 Voir le détail du modèle de l’évolution de l’irrigation dans les Basses-Terres du Yémen antique proposé dans Mouton 2004.

37 Sanlaville 2000, p. 137-138.

38 Breton et al 1998, p. 78 ; Coque-Delhuille et Gentelle 1997, p. 102.

39 Datation OSL des dépôts limoneux (Optically Stimulated Luminescence), McCorriston 2003, p. 21-22.

40 Sedov 1996, p. 68-80.

41 Travaux de la Mission archéologique française dans le Jawf-Hadramawt, du ministère des Affaires Étrangères. Projet à plusieurs volets qui s’articule autour de la problématique du peuplement. Des explorations et des fouilles sont menées sur l’occupation préhistorique (R. Crassard), protohistorique (F. Braemer et T. Steimer) et sudarabique, sur le centre régional de Makaynûn et son territoire (A. Benoist, J. Schiettecatte et M. Mouton) ; territoire et environnement sont abordés sous l’angle géographique et géomorphologique (O. Barge, J.-F. Berger, J.-P. Bravard et G. Daftian).

42 Benoist et al 2005 ; Mouton et al 2006 ; l’occupation du site pourrait remonter à une période plus ancienne encore, selon les découvertes les plus récentes.

43 Travaux de J.-P. Bravard et J.-F. Berger ; rapport interne.

44 Schiettecatte 2006, p. 311 ; Frantsouzoff 2000, p. 259.

45 Frantsouzoff 2000, p. 260 ; Frantsouzoff 2003, p. 59-60. Voir aussi Beeston 1982.

46 Les fondations royales de Khawr Rûrî et Qanî’ sont des implantations lointaines liées au commerce des aromates ; pour Khawr Rûrî, voir Avanzini 2002 p. 16-25. Le pouvoir royal a aussi pris ponctuellemnt le contrôle de sites préexistants, tel que Mayfa’at dans le wâdî Mayfa’a qui relie la région de Shabwa à la mer ; voir Schiettecatte 2006, p. 287-305.

47 Beeston 1981, p. 24 ; Robin 1996, col. 1048.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 ‑ Carte des principaux sites antiques dans les Basses-Terres du Yémen
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1308/img-1.png
Fichier image/png, 283k
Titre Fig. 2 ‑ Installation de dérivation en bas de pente dans une vallée secondaire du wâdî Markha
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1308/img-2.png
Fichier image/png, 117k
Titre Fig. 3 ‑ Installations de dérivation dans la partie centrale d’une vallée secondaire du wâdî Markha
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1308/img-3.png
Fichier image/png, 113k
Titre Fig. 4 ‑ Sites antiques et périmètres irrigués dans le wâdî Dura
Crédits (d’après Coque et Gentelle 1998, fig. 3)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1308/img-4.png
Fichier image/png, 59k
Titre Fig. 5 ‑ Les sites antiques dans le wâdî Markha
Crédits (d’après Brunner 1997b, p. 54)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1308/img-5.png
Fichier image/png, 57k
Titre Fig. 6 ‑ Dérivation de bas de pente dans le wâdî Sukhûra
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1308/img-6.png
Fichier image/png, 150k
Titre Fig. 7 ‑ Aménagement hydraulique conservé sous les limons accumulés durant l’Antiquité, dans le wâdî Sukhûra
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1308/img-7.png
Fichier image/png, 162k
Titre Fig. 8 ‑ Carte des principaux centres de peuplement antiques dans le Hadramawt
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1308/img-8.png
Fichier image/png, 52k
Titre Fig. 9 ‑ Restes de zones de culture irriguées antiques dans le wâdî ‘Ardâ érodées par l’encaissement de l’écoulement principal
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1308/img-9.png
Fichier image/png, 127k
Titre Fig. 10 ‑ Carte schématique de la partie centrale du territoire de Makaynûn, montrant la répartition des vestiges antiques
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1308/img-10.png
Fichier image/png, 62k
Titre Fig. 11 ‑ Le wâdî Masîla à proximité de Makaynûn
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1308/img-11.png
Fichier image/png, 112k
Titre Fig. 12 ‑ Répartition des centres de peuplement et de leur territoire dans la partie centrale de la vallée du Hadramawt (wâdî Masîla)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1308/img-12.png
Fichier image/png, 94k
Titre Fig. 13 ‑ Schéma de l’évolution théorique du peuplement antique dans les vallées des Basses-Terres du Yémen, selon le modèle proposé
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1308/img-13.png
Fichier image/png, 30k
Titre Fig. 14 ‑ Schéma montrant le contrôle par une même capitale de communautés réparties dans différents réseaux hydrographiques : en haut le cas des Basses-Terres du Yémen, en bas le cas de la région du Hadramaw
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1308/img-14.png
Fichier image/png, 27k

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540