Version classiqueVersion mobile

Fondations pieuses en mouvement

 | 
Musa Sroor

Première partie : Les wafqs dans la ville de Jérusalem : entre législation et politique (1858-1917)

Chapitre 3 : les biens waqfs à Jérusalem et la politique ottomane (1858-1917)

Texte intégral

1Les institutions de waqf ont joué un rôle important dans la vie sociale, économique, culturelle et religieuse à Jérusalem, non seulement parmi les musulmans, mais également dans les sociétés chrétienne et juive. Étant donné l’importance de ces établissements et le rôle qu’ils ont joué à Jérusalem durant plusieurs siècles, nous nous efforcerons dans ce chapitre de définir, d’une part, la nature des différentes institutions waqfs et la place qu’elles tenaient à Jérusalem et, d’autre part, la politique ottomane à l’égard des waqfs, et notamment des waqfs de Jérusalem.

2Le premier objectif de ce chapitre sera de déterminer la nature et le nombre de ces institutions, puis de recenser, de manière détaillée, tous les nouveaux biens waqfs fondés à Jérusalem à l’époque qui nous intéresse. Pour ce faire, nous nous appuierons sur plusieurs dizaines de documents que nous avons trouvés grâce à une investigation minutieuse des registres des cadis de Jérusalem sur les nouveaux waqfs musulmans, chrétiens et juifs créés entre 1858 et 1917. Mais face aux complexités de nos recherches dans les registres du tribunal, dues essentiellement au nombre incalculable de documents, nous avons concentré nos efforts sur la transformation des statuts de propriété des biens waqfs.

3Nous procéderons ensuite à un inventaire détaillé de tous les biens-fonds appartenant aux waqfs de Jérusalem. Pour réaliser ce projet, nous avons dû diversifier nos sources, et ce, en raison de l’absence de statistiques générales et précises non seulement dans les archives du Ministère des Waqfs, mais aussi dans les études effectuées sur les waqfs à Jérusalem. À notre avis, les chiffres avancés par certains chercheurs sont trop approximatifs ou basés sur des informations insuffisantes et imprécises. Le système administratif ottoman n’était pas assez sophistiqué pour assurer la préservation de tous les registres de biens appartenant aux waqfs ou de documents y afférents, d’où la perte de plusieurs outils indispensables qui y avaient été enregistrés. Malgré les efforts fournis par le Mandat britannique dans le cadre de son programme de recensement des terres à des fins fiscales, le projet n’a pu être mené à bien. Des centaines de villages et de terres agricoles qui appartenaient réellement à des waqfs ont été détournés illégalement et usurpés par l’État au XIXe siècle. Ils n’apparaissent donc ni dans les statistiques ni dans les recherches récentes sur les waqfs. Par ailleurs, un certain nombre de biens waqfs ont disparu ou ont été rayés des registres des waqfs et répertoriés en tant que propriétés privées. Pour toutes ces raisons, les statistiques générales établies sur les biens-fonds des waqfs de Jérusalem, à l’exception de ceux dont la propriété a été transformée, sont limitées et imprécises.

4Nous nous sommes donc efforcés de rassembler les pièces du puzzle, éparpillées çà et là, se rapportant aux biens-fonds des waqfs de Jérusalem afin de reproduire une image qui soit le plus proche possible de la réalité, par l’examen d’un grand nombre de documents. Nous espérons ainsi donner une idée de l’importance des transformations de statuts de propriété des biens waqfs à Jérusalem, par rapport au nombre et à la nature des biens-fonds des waqfs de laville. En observant la nature et l’impact des mutations de propriété des waqfs nous espérons identifier les biens-fonds dont les statuts de propriété étaient les plus exposés aux changements.

5En deuxième lieu, nous décrirons la politique ottomane de cette époque à l’égard des waqfs et la répercussion de cette politique sur les biens waqfs de Jérusalem. Pour cela, nous étudierons les lois, les politiques et les procédures utilisées pour les waqfs de Jérusalem. Nous espérons ainsi comprendre les facteurs qui ont provoqué les transformations du patrimoine des waqfs  dans la ville de Jérusalem.

I - Les biens waqfs à Jérusalem

6Il est question ici de biens waqfs situés à Jérusalem intra-muros pendant la période étudiée (1858-1917). Plusieurs biens waqfs fondés antérieurement ont disparu avant la période qui nous intéresse. Ils ont perdu leur statut de waqf et ont été transformés en propriété privée ou propriété d’État. Nous traiterons l’ensemble de ces biens waqfs.

7Il est bon de noter que les waqfs juifs et chrétiens ont aussi contribué à l’infrastructure de Jérusalem et à son développement intellectuel, économique, social, architectural, etc. Au XIXe et au début du XXe siècle, il existait une forte concurrence entre les communautés non musulmanes locales et étrangères qui mettaient en place des associations caritatives et des institutions éducatives, sanitaires et religieuses offrant gracieusement leurs services. Ces institutions n’ont pas été fondées de la même façon que les waqfs musulmans. Nous reviendrons sur ces institutions dans le second chapitre de notre étude.

Waqfs musulmans à Jérusalem

  • 1 Sur Jérusalem au premier siècle de l’islam, voir ‘ATHÂMINA, 2000, p. 115-149.
  • 2 Sur cette question, voir AL-DURI, 1990, p. 105-120 ; GHÛYTÂN, 1990, p. 26 ; YÂFÂ, 1990, p. 36-40.
  • 3 Voir AYLÛN, 1990, p. 96-98.

8Depuis la conquête musulmane de la Palestine en 636 1, Jérusalem a toujours suscité un grand intérêt de la part des musulmans qui souhaitaient fonder des institutions de waqf dans la ville. C’était avant tout une ville sacrée où le waqf tenait un rôle important au service de la charité et du rapprochement à Dieu 2, mais le waqf contribuait également au développement de l’infrastructure de la ville et à son évolution économique (sûqs, khâns), humaine et intellectuelle (madrasas, maktabas, zâwiyas, aide aux plus démunis en nourriture et en logement, hébergement des voyageurs, etc. 3)

  • 4 Dumper, 1992a, p. 28.
  • 5 Dumper, 1992a, p. 28.

9Si nous suivons l’évolution historique des institutions de waqf fondées à Jérusalem, nous pouvons constater qu’elles ont été établies au fur et à mesure que la société musulmane se structurait. Par exemple, au début de la présence musulmane, nous remarquons que le calife ‘Uthmân b. ‘Affân s’est penché sur le problème d’alimentation en eau potable à Jérusalem et a établi en waqf, entre 644 et 656, le ‘Ayn Silwân au profit de la ville. Ailleurs, Tammîm al-Dârî a constitué 60 % de la région d’Hébron en waqf, lequel est considéré par certains comme le premier véritable waqf dans l’islam 4. Le bien avait été offert par le prophète Muammad à Tammîm al-Dârî et à sa famille avant la conquête musulmane de la Palestine. Le waqf était assimilé à une promesse de la part du Prophète à la famille en vue de la conquête de la Palestine. La famille l’a reçu après la conquête mais il n’a été officiellement inscrit au registre qu’en 1096 5.

  • 6 Sur cette période, voir HIYARI, 1990, p. 130-177 ; AUBE, 2000, p. 149-191. Voir aussi YUSUF, 1996, (...)
  • 7 Voir LITTLE, 1990, p. 177-184.
  • 8 AL-Subkî, 1992, p. 126.
  • 9 GOREN, 2001, p. 332.
  • 10 AL-‘ASALÎ, 1994, p. 504.

10Le développement rapide et constant des institutions de waqf à Jérusalem a commencé avec la conquête de la ville par Saladin en 1187. Saladin est en effet à l’origine de la fondation de grandes institutions de waqf dont le but était non seulement d’offrir des services aux habitants de la ville mais aussi d’encourager l’immigration des musulmans, surtout après la diminution de la population à l’époque des Croisades 6. Ces waqfs étaient créés au profit des institutions éducatives et sanitaires mais aussi des pauvres. Le but était aussi de ré-islamiser la ville après la désertion des musulmans durant les Croisades et la déchéance dont souffraient encore les institutions musulmanes près d’un siècle après les Croisades 7. Une étude géographique, topographique et urbanistique des sites occupés par les institutions de Saladin nous a convaincus que ces institutions ont en fait servi ou contribué à effacer ou cacher les vestiges des Croisades et à leur donner une apparence architecturale musulmane. Les exemples parlent d’eux-mêmes, tels la Madrasa al-alâiyya construite en 1187 sur les ruines de l’église Saint-Anne 8, le Bîmâristân al-alâî érigé en 1178 à la place de l’église du Rédempteur 9 et la Khânqâh al-alâiyya (qui était à l’origine et jusqu’en 1187, une dâr appartenant au Patriarche) à côté de l’église du Saint-Sépulcre 10.

  • 11 . Sur cette période, voir GHAWÂNIMA, 1988, p. 141-168.
  • 12 LITTLE, 1990, p. 191-193.

11À l’époque mamelouke 11, les émirs ont appliqué la même stratégie et fondé des institutions de waqf à Jérusalem, et plus particulièrement des institutions éducatives. Ces fondations ont non seulement contribué au développement du mouvement scientifique et culturel de la ville, mais ont également influencé l’architecture par la construction d’édifices et de marchés qui ont légué à la ville une tradition architecturale importante. Cette évolution s’est accompagnée d’un essor économique qui s’est manifesté par la création de sûqs, de khâns et deammâms et la mise en waqf d’un certain nombre de villages et d’exploitations agricoles - répartis dans plusieurs régions palestiniennes - lesquels transféraient leurs bénéfices à leurs institutions basées à Jérusalem, autre atout dans le développement économique et commercial de la ville 12.

  • 13 Sur cette question, voir LITTLE, 1990, p. 186-196 ; AYLÛN, 1990, p. 96-98.
  • 14 Sur les travaux de ce sultan à Jérusalem, voir MEINECKE, 1988, p. 257-283.
  • 15 SALAMEH, 2000, p. 103-105; al-‘ASALÎ, 1990, p. 201-102.
  • 16 Al-‘ASALÎ, 1990, p. 201-202.

12L’époque mamelouke est considérée comme l’âge d’or des institutions de waqf à Jérusalem en comparaison à d’autres époques 13, et en particulier à l’époque ottomane pendant laquelle la fondation d’institutions était limitée sauf sous le règne de Soliman le Magnifique (1520-1566) 14. Ce sultan a en effet reconstruit le mur de Jérusalem tel qu’on le voit aujourd’hui et alimenté la ville en eau potable en créant de vastes réservoirs d’eau (birkas) et des canaux qui portent son nom 15. Son épouse, Roxelane, a fondé des waqfs importants en Palestine dont la takiyya qui porte son nom, Khâ ikî Sulân, qui fonctionne encore aujourd’hui même dépouillée de ses richesses et détournée de son rôle initial à des fins étatiques ou personnelles 16.

13Abordons maintenant la question du nombre et de la nature des biens waqfs à Jérusalem, qu’ils soient d’ordre caritatif (khayrî) ou familial (dhurrî).

  • 17 Dumper, 1992a, p. 190-191.

14De nouveau se pose le problème d’un manque de statistiques concernant les biens waqfs à Jérusalem et dans toute la Palestine, les statistiques ottomanes basées sur des estimations et des conjectures étant peu fiables. Dumper propose des statistiques sur la proportion des biens waqfs khayrî et dhurrî à Jérusalem basées sur des estimations faites par d’anciens fonctionnaires jordaniens et par la Direction des waqfs de Jérusalem ainsi que sur des interviews, réalisées à Jérusalem en 1986, de six responsables de waqfs familiaux. À partir de ces estimations, Dumper formule l’hypothèse suivante : il est possible d’estimer les biens waqfs dans la vieille ville de Jérusalem à 45 à 50 % de la superficie totale, sans tenir compte de l’emplacement de l’Esplanade des Mosquées (al-aram al-Sharîf) qui représente 17 % de Jérusalem intra-muros. L’ensemble des biens waqfs atteint donc 67 %, soit environ plus des deux tiers de la ville 17. Ces statistiques ne sont pourtant que des estimations et ne sont pas basées sur des éléments infaillibles. À notre avis, ces chiffres n’incluent pas les institutions de waqf converties en biens privés ou propriétés d’État. Ils ne tiennent pas non plus compte des biens immobiliers et des terres agricoles situés à l’extérieur de Jérusalem mais qui ont été fondés au profit d’institutions de waqf du centre-ville (Jérusalem intra-muros) et qui, de ce fait, appartiennent aux biens waqfs de Jérusalem. En effet, les biens waqfs situés à l’extérieur de Jérusalem font partie de l’ensemble des waqfs de la ville produisant des revenus à leurs bénéficiaires, et devraient logiquement être comptabilisés avec l’ensemble de ces waqfs alors que leur superficie ne peut pas être incluse dans celle de la vieille ville.

15Pour surmonter ces difficultés et aborder les questions de façon méthodique et scientifique, nous nous sommes appuyés sur des données émanant de différentes sources de première main et de publications. Le but était d’élaborer un corpus de biens waqfs à Jérusalem non seulement d’un point de vue statistique, mais aussi de manière quantitative. Ce corpus inclut les catégories suivantes :

Waqfs khayrî

16Parmi les biens appartenant aux waqfs khayrî, nous avons examiné ceux qui étaient établis au profit d’édifices religieux, d’établissements publics ou caritatifs ou de l’infrastructure de la ville (canaux d’alimentation d’eau, etc.)

1- Au profit de bâtiments religieux

17Certains waqfs khayrî musulmans avaient pour bénéficiaires des institutions à but religieux comme les jâmi‘s et les masjids (mosquées), ou les madrasas, ou à but à la fois religieux et social, comme les khânqâhs, les takiyyas, les zâwiyas et les ribâs. Les biens qui les finançaient pouvaient être des terres agricoles, des champs et aussi des bâtiments tels que des magasins, des résidences, des khâns, des ammâms, etc. Nous nous sommes efforcés de recenser les biens immobiliers et agricoles dont les revenus alimentaient les institutions religieuses de Jérusalem.

a- Jâmi‘s et masjids

18À l’époque ottomane, Jérusalem renfermait plusieurs jâmi‘s et masjids construits à des époques différentes de son histoire. Les bienfaiteurs ont alors décidé de mettre leurs biens en waqf afin de fournir le financement nécessaire à l’entretien de ces jâmi‘s et masjids. Le tableau qui suit en est une illustration.

  • 18 Voir ‘ÂRIF, 1992, p. 491-498. Pour une analyse du rôle socio-politique et économique des mosquées d (...)

Tableau N° 1 : Jâmi‘s et masjids à Jérusalem 18

N.

Nom du jâmi‘ ou du masjid

Localisation

État

1

Jâmi‘ Qubbat Mûsâ

à l’intérieur du aram al-Sharîf - près de Bâb al-Silsila

en activité

2

Jâmi‘ Bâb iṭṭa

à l’intérieur du aram al-Sharîf - près de Bâb iṭṭa

en activité

3

Jâmi‘ Kursî Sulaymân

à l’intérieur du aram al-Sharîf-du côté est

en ruine

4

Jâmi‘ al-Maghâriba

à l’intérieur du aram al-Sharîf - près de Bâb al-Maghâriba

en activité

5

Jâmi‘ Bâb al-Ghawânima

à l’intérieur du aram al-Sharîf - près de Bâb al-Ghawânima

en ruine

6

Jâmi‘ Dâr al-Imâm

à l’intérieur du aram al-Sharîf - près de Bâb al-Mujâhidîn

en ruine

7

Jâmi‘ Khân al-Zayt

SûqKhân al-Zayt

en activité

8

Jâmi‘ ârat al-Yahûd al-Kabîr

Quartier juif - côté sud

en activité

9

Jâmi‘ ârat al-Yahûd al-aghîr

Quartier juif - côté nord

en activité

10

Jâmi‘ Suwayqat ‘Allûn

Suwayqat ‘Allûn

en activité

11

Jâmi‘ al-Qal‘a

à l’intérieur de la citadelle

en activité

12

Jâmi‘ al-Khânqâh

du côté nord-est de l’église du Saint-Sépulcre

en activité

13

Jâmi‘ Qumbar

Près de Bâb al-adîd

en activité

14

Jâmi‘ al-‘Umarî

au sud de l’église du Saint-Sépulcre

en activité

15

Jâmi‘ al-Ya‘qûbî

vers la citadelle

en activité

16

Jâmi‘ Banî asan

vers la citadelle

en ruine

17

Jâmi‘ ârat al-Arman

près du couvent arménien

en ruine

18

Jâmi‘ arîq al-Nabî Dâwûd

dans la rue de Nabî Dâwûd

en ruine

19

Jâmi‘ ârat al-Jawâldiyya

en face du couvent al-Ifranj

en ruine

20

Jâmi‘ al-Shaykh Lûlû

Bâb al-‘Âmûd

en activité

21

Jâmi‘ al-aghîr

Bâb al-‘Âmûd

en ruine

22

Jâmi‘ al-Burâq

Maallat al-Maghâriba

en activité

23

Jâmi‘ Khân al-Sulân

Khân al-Sulân

en activité

24

Jâmi‘ al-Qarmî

ârat al-Qarmî

en ruine

25

Jâmi‘ ârat al-Na ârâ

dans la rue  Bâb Khân al-Zayt

en activité

26

Jâmi‘ al-Bâzâr

Sûq al-Bâzâr

en activité

27

Jâmi‘ al-Zâwiya al-Naqshabandiyya

dans la rue Bâb iṭṭa

en activité

28

Masjid al-Aq â

aram al-Sharîf

en activité

Masjid al-akhra

aram al-Sharîf

en activité

  • 19 ‘Ârif, s.d., p. 303.
  • 20 Voir Dumper, 1992a, p. 190-191.

19Le aram al-Sharîf désigne la mosquée al-Aq â et Qubbat al-
akhra (Dôme du Rocher) et les établissements religieux et culturels qui les entourent. Il représente la plus grande fondation religieuse de Jérusalem. Sa superficie est de 260 650m2 19 ce qui représente 17 % de la superficie totale de Jérusalem intra-muros 20. Les biens immobiliers et agricoles qui lui assurent ses revenus sont nombreux et répartis dans les différentes régions de Palestine ; le tableau ci-dessous détaille ces biens et leurs emplacements.

  • 21 Pour ce tableau, nous avons utilisé principalement les sources suivantes : sijill 343, 1275 /1858, (...)

Tableau N° 2 : Biens waqfs appartenant au aram al-Sharîf 21

N.

Type du bien

Localisation

Volume ou Nombre de biens en waqf

1

qarya

Bîtûnyâ

67 %

2

qarya

Liftâ

50 %

3

qarya

‘Ayn Yabrûd

67 %

4

qarya

‘Ayn ‘Arîk

50 %

5

qarya

Bayt Rîmâ

50 %

6

qarya

Qartuwâ Banî Zayd

50 %

7

qarya

‘Arûra

42 %

8

qarya

Abû Qash

50 %

9

qarya

Bayt anînâ

50 %

10

qarya

Kufur ‘În

50 %

11

qarya

al-ayb

37.5 %

12

qarya

Nûbâ

100 %

13

qarya

‘Ibwîn

67 %

14

qarya

al-‘Ûjâ

100 %

15

qarya

al-Nuwî‘ma

100 %

16

qarya

al-Jâniya

100 %

17

qarya

Mazâri‘ al-Nûbânî

50 %

18

qarya

‘Âbûd

100 %

19

qarya

Râm Allâh

50 %

20

qarya

al-‘Îzariyya

50 %

21

qarya

ûr Bâhir

25 %

22

qarya

Dîr Dibwân

100 %

23

qarya

Bayt ‘Inân

100 %

24

qarya

‘Arâî al-Birak

100 %

25

qarya

Kufur Nâtâ

100 %

26

Sûq al-Qaṭṭânîn : dukkâns et dârs

Jérusalem intra-muros

50 %

27

Sûq al-u ur : dukkâns et dârs

Jérusalem intra-muros

100 %

28

dukkân

Sûq al-uyyâgh ou al-âgha - Jérusalem intra-muros

dukkâns : 51

29

dukkân

Sûq al-‘Aṭṭârîn - Jérusalem intra-muros

dukkâns : 4

30

Khân al-Sulân

Sûq al-Khabîr - Jérusalem intra-muros

100 %

31

dukkân

Sûq al-Bâshûra

dukkân : 1

32

dârs

Maallat al-Sharaf

dârs : 9

33

furn

Maallat al-Sharaf

furn : 1

34

makhzans

Maallat al-Sharaf

makhzans : 3

35

qahwa

Bâb al-‘Âmûd

qahwa : 1

36

dukkâns

Bâb al-‘Âmûd

dukkâns : 3

37

dâr

Bâb al-‘Âmûd

dâr : 1

38

dâr

Bâb al-adîd

dâr : 1

39

Un terrain connu sous le nom de Khallat al-Jâmi‘

Bayt Lam

100 %

40

bayts

Maallat al-Yahûd

bayts : 14

41

makhzans

Maallat al-Yahûd

makhzans : 3

42

furn

Maallat al-Yahûd

furn : 1

43

dâr

Maallat al-Wâd

dârs : 2

44

qahwa

Maallat al-Wâd

qahwa : 1

45

dukkâns

Maallat al-Wâd

dukkâns : 5

46

ammâm al-Shifâ’

Sûq al-Qaṭṭânîn

100 %

47

dârs

Bâb al-Ghawânima

dârs : 2

48

dârs

Bâb al-Silsila

dârs : 9

49

dâr

Bâb al-‘Atim

dâr : 1

50

dâr

Maallat al-Sa‘diyya

dârs : 1

51

dukkâns

Maallat Bâb al- Qaṭṭânîn

dukkâns : 25

52

âûna

Maallat Bâb al- Qaṭṭânîn

aûna : 1

53

dukkâns

Maallat Bâb al-Ghawânima

dukkâns : 4

54

dukkâns

Maallat Bâb al-Sâhira

dukkâns : 4

b- Madrasas
  • 22 PEDERSEN, 1986, p. 1119. Voir aussi GILBERT, 1978, p. 69.

20La madrasa « désigne en particulier, dans l’usage moderne, un établissement où sont enseignées les sciences islamiques, c’est-à-dire un collège de hautes études, par opposition à l’école élémentaire de type traditionnel (kuttâb). Au Moyen-Âge, ce terme s’appliquait essentiellement à un collège de droit, où les autres sciences islamiques, y compris les disciplines littéraires et philosophiques, n’étaient que des auxiliaires 22. »

  • 23 Waqf 44/103/036/13.

21Les registres des cadis de Jérusalem classaient les madrasas dans deux catégories distinctes, selon qu’elles avaient un rôle scientifique ou administratif. Le rôle scientifique le plus important était celui des enseignants (mudarris). Chaque madrasa possédait habituellement une administration formée de scribes, de lecteurs du Coran, de personnel d’entretien, d’un portier (bawwâb), etc. Quant aux fonctions administratives, la plus importante était celle du mutawallî de la madrasa qui était le directeur général, responsable de la gestion des affaires de l’école dans son ensemble. Il s’occupait également de la location des biens-fonds appartenant au waqf au profit de la madrasa, des divers achats nécessaires au fonctionnement de la madrasa et il était chargé de payer tous les employés 23. Les registres des cadis ainsi que les documents des waqfs de Jérusalem nous indiquent que la fonction de mutawallî était souvent héréditaire.

22À titre d’exemple, mentionnons le firmân du sultan du 8 Jumâdâ I 1093/1682 nommant le Shaykh usayn kâtib du waqf de la Madrasa Khânqâh al-Khâtûniyya et mutawallî de la Madrasa al-Zamaniyya à Jérusalem.

« Suite au décès du Shaykh Amad Nu rat al-Islâm qui a occupé le poste de kâtib du waqf de la Khânqâh al-Khâtûniyya et de ir de la Madrasa al-Zamaniyya à Jérusalem et qui recevait, comme salaire, 2 akçes par jour, nous estimons que son oncle Shaykh usayn Fakhr al-Islâm fait partie de ceux qui peuvent prétendre à ce poste. Nous en avons fait part au juge de Jérusalem, Ibrâhîm, qui l’a jugé apte à assumer ces fonctions et a envoyé une recommandation à la Sublime Porte le 19 Rabî‘ II 1093/1862 pour que sa nomination soit définitivement acceptée par acte sultanien (barâ’a sharîfa).

La barâ’a a été accordée par notre sultan qui a nommé le shaykh usayn le jour même et fixé son salaire à 2 akçes par jour, à prendre sur les revenus des waqfs susmentionnés.

  • 24 Waqf 44/1.8/1093/13.

En foi de quoi, nous apposons notre noble signature sur ce firmân et ordonnons son exécution 24. »

  • 25 Voir sijill 342, 23 Jumâdâ I 1275/1858, p. 53 ; sijill 343, 3 Dhû al-Qa‘da 1276/1860, p. 132.

23Les madrasas n’étaient pas des institutions officielles appartenant à l’État, elles étaient établies par des particuliers. Leur construction était déterminée par des waqfiyyas dans lesquelles étaient consignées les conditions stipulées par le fondateur à propos de l’organisation interne, des objectifs et modes d’administration, et du nombre d’étudiants, et aussi de la création de biens immobiliers pour générer les revenus nécessaires au financement de la madrasa et garantir ainsi la pérennité de sa mission 25. On peut donc en déduire, et c’était souvent le cas de Jérusalem, que les madrasas prospéraient tant que leurs biens waqfs étaient florissants et qu’elles disparaissaient lorsque que les biens en question déclinaient ou que leur usage était modifié pour servir d’autres secteurs d’activités.

24La Madrasa al-Na riyya ou al-Nâ iriyya était la plus ancienne des madrasas de Jérusalem (voir le tableau 3). Cette madrasa du madhhab shaféite se trouvait dans la tour de la Porte al-Rama, l’une des tours du mur est du aram al-Sharîf, dont on dit qu’elle avait été construite par le Shaykh Na r b. Ibrâhîm b. Dâwûd al-Maqdisî al-Nâbulsî al-Shâfi‘î, probablement après 450/1058.

  • 26 AL-‘ASALÎ, 1994, p. 499.

25À proximité de la Madrasa al-Na riyya, se trouvait la Madrasa Abî ‘Uqba (jouxtant l’église du Saint-Sépulcre) du madhhab hanéfite fondée au milieu du XIe siècle ; il n’en reste aucune trace aujourd’hui. Ces deux écoles sont restées en activité dans la ville de Jérusalem jusqu’à l’occupation par les Croisés en 1199 26.

  • 27 AL-‘ASALÎ, 1994, p. 501-502.

26À l’époque ayyoubide, c’est-à-dire après la prise de Jérusalem aux Croisés par Saladin en 1187, l’éducation et le développement des sciences ont connu un nouvel essor, alors qu’au même moment la ville se repeuplait. Saladin et ses successeurs ont fondé plus d’une quinzaine de nouvelles institutions, la majorité d’entre elles à mission éducative : madrasas, khânqâs, zâwiyas, etc. On peut considérer la période ayyoubide à Jérusalem (1187-1250) comme le véritable début de la construction des madrasas. Alors que les anciennes madrasas s’apparentaient aux zâwiyas, les nouvelles madrasas sont des institutions à part entière. Sept madrasas sont répertoriées pour cette période, les Madrasas al-alâiyya, al-Afaliyya, al-Naawwiyya, al-Maymûniyya, al-Badriyya, al-Mu‘aẓẓamiyya et celle des Shaféites, située dans la Maallat al-Dabbâgha et dont le nom n’est pas connu 27.

27Après le règne ayyoubide, les Mamelouks, qui avaient pris possession de Jérusalem en 1250, ont suivi l’exemple de leurs prédécesseurs dans l’édification d’institutions éducatives. Le prochain tableau nous montre que près de 50 madrasas ont été fondées sous le règne des Mamelouks à Jérusalem. Parmi elles, certaines ont été fondées par des sultans et des émirs et 3 par des femmes très riches. D’autres madrasas ont été construites par des notables venus d’autres régions musulmanes, comme on le constatera dans le tableau.

  • 28 Nous traiterons cette question dans la deuxième partie de cette étude.

28Les Ottomans (1516-1917) ont également laissé leur marque à Jérusalem, notamment pendant le règne du sultan Soliman le Magnifique (1520-1566) qui a entrepris de grands travaux de restauration et de construction à Jérusalem. Parmi ceux-là, nous pouvons mentionner la muraille de la ville et la restauration de la mosquée al-Aq â et du Dôme du Rocher. Son épouse Hürrem (connue sous le nom de Roxelane) a créé une grande fondation de bienfaisance, la ‘Imâra al-‘Âmira, ou la takiyya de la Khâ sikî Sulân 28.

  • 29 Al-‘ASALÎ, 1981a, p. 46-52.

29Au milieu du XVIe siècle, de petites madrasas et des zâwiyas ont été fondées. On peut citer la Madrasa al-Ra â iyya, édifiée en 1540/1541 par Bayrâm Jâwîsh b. Mu afâ, mutawallî de la takiyya de la Khâ ikî Sulân à Jérusalem. Dans l’enceinte de cette madrasa se trouvaient un ribâ et un maktab (petite école coranique) auxquels des biens waqfs ont été consacrés en 1546 29.

30On pourra remarquer, dans le tableau N° 3, que deux zâwiyas de grande renommée ont été fondées au XVIIe siècle : al-As‘adiyya et al-Man ûriyya, connues également sous le nom de madrasa ou khânqâh et construites sur le mont ûr, extra-muros. Par ailleurs, la Madrasa al-Qarqashandiyya existait déjà au sein du Portique et au nord du aram al-Sharîf ainsi que les Madrasas al-Daqmariyya, al-Marmariyya et al-Furhâdiyya et les Madrasas Mûrâd Bâshâ et al-Mâwardiyya situées dans la rue (khaṭṭ) du Wâd al-awâîn.

31Certaines madrasas ont connu, au XVIIe et XVIIIe siècles, des problèmes liés à l’attribution de fonctions parmi les membres d’une même famille. À l’examen des registres des cadis et des documents des waqfs de Jérusalem sur les madrasas, nous avons pu observer qu’il n’y avait pas seulement des problèmes d’héritage familial, mais aussi de répartition d’une même fonction entre plusieurs personnes d’une famille. En outre, la mauvaise administration et les saisies de revenus de biens waqfs appartenant aux madrasas - que nous analyserons dans les chapitres suivants - rendaient la situation encore plus difficile. De ce fait, un certain nombre de madrasas ont disparu aux XVIIe et XVIIIe siècles de façon alarmante. Cette tendance s’est renforcée au siècle suivant, pour les mêmes raisons, avec la transformation des statuts de propriété des waqfs ou la disparition de certains bâtiments qui appartenaient aux waqfs comme nous l’expliquerons dans la deuxième partie de notre étude.

  • 30 Pour ce tableau nous avons essentiellement utilisé les sources suivantes : sijill 365, 1286/1869, p (...)

Tableau N° 3 : Madrasas à Jérusalem 30 (cf. plan 6)

Tableau N° 3 : Madrasas à Jérusalem 30 (cf. plan 6)

1 : Elle est aussi connue sous le nom de Zâwiya al-Na riyya.
2 : Elle est aussi connue sous le nom de Zâwiya al-Khatniyya.
3 : C’est-à-dire que ce village appartient à la province d’Hébron.
4 : Elle est aussi connue sous le nom de Zâwiya al-Darkâ.
5 : Elle est aussi connue sous le nom de Khânqâh al-Fakhriyya.
6 : Elle est aussi connue sous le nom de Ribâfl al-Tankazî.
7 : Elle est aussi connue sous le nom de Turba al-Kîlâniyya.
8 : Elle est aussi connue sous le nom de Turba al-fiâziyya.
9 : Elle est aussi connue sous le nom de Khânqâh al-As‘adiyya.
10 : Elle est aussi connue sous le nom de Zawiya al-Jarkasiyya.
11 : Elle est aussi connue sous le nom de Khânqâh al-Bâsifliyya.
12 : Elle est aussi connue sous le nom de Ribâfl al-Zamânî.

c- Khânqâhs
  • 31 CHABBI, 1978, p. 1057; HOMERIN, 1999, p. 59.

32La khânqâh est un mot « d’origine persane désignant un établissement généralement réservé à des mystiques musulmans dépendant souvent d’un ordre confrérique » 31. La première d’entre elles, la Khânqâh al-alâiyya, a été édifiée à Jérusalem en 1187 par le sultan Saladin qui a mis à sa disposition des biens waqfs.

33Les soufis y résidaient mais beaucoup de khânqâhs faisaient aussi office de madrasas. Les termes khânqâh et madrasa ont souvent été confondus. Pour exemple, la Khânqâhal-Karîmiyya était également appelée Madrasa al-Karîmiyya et la Khânqâh al-Fakhriyya également appelée Madrasa al-Fakhriyya.

  • 32 Al-‘ASALÎ, 1981a, p. 306-307.

34Le tableau suivant montre qu’il existait à Jérusalem 8 khânqâhs, construites pour la plupart par des sultans et des émirs. La Khânqâh al-alâiyya était la plus importante des khânqâhs de Jérusalem, tant pour son rôle éducatif et religieux que pour son rôle économique, en raison du très grand nombre de biens waqfs mis à sa disposition, à l’intérieur et à l’extérieur de Jérusalem 32.

  • 33 Waqf 3/10.3/307/13 ; waqf 3/11/3/313/13 ; waqf 3/15.3/327/13 ; voir aussi AL-‘ASALÎ, 1981a, p. 330- (...)

Tableau N° 4 : Khânqâhs à Jérusalem 33

  • 34  Waqf 2/18.3/918/13 ; waqf 2/43.3/931/13 ; waqf 2/46.3/932/13 ; waqf 2/47.3 /932/13 ; waqf 2/22.3/9 (...)

N.

Nom du khânqâh

Nom du fondateur

date

localisation

Biens-fonds

1

al-alâiyya

alâ al-Dîn al-Ayyûbî (Saladin)

1187

près de l’église du Saint-Sépulcre

La totalité du ammâm al-Barak, des dukkâns se trouvant à côté de ce khânqâh, Birkat al-Barak, Birkat Mâmillâh, al-Jûra al-‘Ulyâ et al-Suflâ à Jérusalem, le terrain (ar) connu sous le nom al-Baq‘a à côté de Jérusalem. 64 dukkâns se trouvant dans le quartier chrétien, 4 dukkâns près de Bâb al-Khalîl 34

2

al-Dawâdâriyya

Amîr ‘Alam al-Dîn

1296

Bâb al-‘Atim

inconnu

3

al-Karîmiyya

Karîm al-Dîn b. ‘Abd al-Karîm

1318

au nord du aram

inconnu

4

al-Tankiziyya (madrasa)

Amîr Tankiz al-Nâirî

1329

près de Bâb al-Silsila

inconnu

5

al-Fakhriyya

î Fakhr al-Dîn Abû ‘Abd Allâh

inconnu

à l’intérieur du aram

inconnu

6

al-As‘adiyya

Majd al-Dîn ‘Abd al-Ghanî al-As‘adî

inconnu

à l’intérieur du aram

inconnu

7

al-Manjakiyya

Amîr Manjak

1361

Bâb al-Nâir

inconnu

8

al-Mawlawiyya

inconnu

1587

Maallat al-Sa‘diyya

inconnu

d- Takiyyas
  • 35 Voir SAADAOUI, 2001, p. 210 ; al-ARNÂ’Û, 2001, p. 37.
  • 36 Voir les firmâns concernant les revenus des biens-fonds qui sont mis en waqf au profit de cette tak (...)

35La takiyya, également appelée ‘imâra était une fondation caritative au service des pauvres auxquels elle fournissait, par exemple, des repas 35, mais elle était aussi au service de gens plus aisés. À Jérusalem, la takiyya fondée par Roxelane, femme du sultan Soliman le Magnifique en Sha‘bân 964/juin 1557, était essentiellement une cuisine où se préparaient des centaines de repas distribués gratuitement aux pauvres, aux voyageurs et aux riverains de la mosquée al-Aqâ. On y servait de la soupe de riz au déjeuner et de la soupe de froment au dîner. La takiyya avait également un furn où se préparaient chaque jour 2 000 galettes de pain. Pour le financement de cette institution, la femme du sultan avait mis en waqf plusieurs biens immobiliers parmi lesquels 34 villages et fermes 36. Le tableau qui suit fait état de ces biens immobiliers et de leur emplacement.

  • 37 Sijill 270, 964/1557, p. 18-27.

Tableau No 5 : Biens-fonds consacrés ou destinés à la takiyya de la Khâṣṣikî Sulân selon l’acte de cette fondation (Sha‘bân 964/1557) et son annexe (Shawwâl 967/1560) 37

N.

Nom du village/mazra‘a

Dépendance administrative

Volume des qîrâs destinés au waqf

1

Qaryat Amyûn + Mazra‘at Qîqba

Tripoli (Shâm)

24

2

Qaryat al-Lidd

iyat al-Ramla/(Gaza)

24

3

khâns et dukkâns

Maallat al-Shaykh utmâj/(Tripoli)

24

4

Qaysariyya

Maallat Khân al-‘Adîmî/(Tripoli)

24

5

4 âûnas

Qaryat Rashîn/(Tripoli)

24

6

4 âûnas

Qaryat Bashnîn/(Tripoli)

24

7

2 ammâms

Jérusalem

24

8

Qaryat Bayt Iksa + Mazra‘at al-Kharûba

Jerusalem

24

9

Qaryat Kufr Jins

iyat al-Ramla/(Gaza)

18

10

Qaryat Kufr ‘Ânâ + Mazra‘at Kufr âb

iyat al-Ramla/(Gaza)

24

11

Qaryat Baqî‘ al-ân

iyat de Jérusalem

24

12

Qaryat Bayt Liqyâ + Mazra‘at Nûshif et Rakûbîs

iyat de Jérusalem

24

13

Qaryat Bayt Lam

iyat de Jérusalem

18

14

Qaryat Bayt Jâlâ

iyat de Jérusalem

18

15

Qaryat al-Kanîsa

iyat al-Ramla

24

16

Qaryat Bîr Mâ‘în

iyat al-Ramla

24

17

Qaryat Sbitâra

iyat al-Ramla

12

18

Qaryat ‘Inâba

iyat al-Ramla

24

19

Qaryat Sâfriyya

iyat al-Ramla

21

20

Qaryat Kharbatha

iyat al-Ramla

24

21

Qaryat Jindâs

iyat al-Ramla

7

22

Qaryat Yâzûr

iyat al-Ramla

24

23

Qaryat al-Yâhûdiyya

iyat al-Ramla

24

24

Qaryat Bayt Dajan

iyat al-Ramla

18.75

25

Qaryat Bayt Shina

iyat al-Ramla

24

26

Qaryat Raniyya

iyat al-Ramla

24

27

Qaryat Na‘lîn

iyat al-Ramla

18

28

Qaryat Qâqûn + Mazra‘at Dîr Sâlim

iyat Nâblus

24

29

Mazra‘at îthân al-Jamâsîn

iyat Banî a‘b/(Naplouse)

6

30

Qaryat al-Jîb

Jérusalem

24

31

Qaryat âra

iyat aydâ

24

32

Mazra‘at Kanîsa

iyat aydâ

19

33

Mazra‘at ûfya

iyat aydâ

24

34

Mazra‘at Jalyûba

iyat aydâ

24

e- Zâwiyas
  • 38 WILLIAM et PETERSON, 1995, vol. 4, p. 370.

36Selon William et Peterson, l’origine du mot zâwiya est obscur. La zâwiya est habituellement définie comme un lieu de refuge, de retraite spirituelle, pour soufis et pauvres 38.

37La zâwiya a joué un rôle majeur dans le développement de l’enseignement à Jérusalem, comme en témoigne la présence d’un grand nombre de madrasas également appelées zâwiyas. En effet la Zâwiya al-Nariyya était aussi appelée Madrasaal-Nariyya tout comme la Zâwiya al-Khatniyya qui était appelée Madrasa al-Khatniyya.

38Pour que les zâwiyas puissent accomplir leur mission éducative, des biens immobiliers et des terres en waqf leur ont été attribués. Quelques-unes de ces zâwiyas possédaient des biens waqfs constitués par la totalité des terres de villages. Par exemple, le village ‘Ayn Kârim - près de Jérusalem - appartenait tout entier aux biens waqfs dédiés à la Zâwiya Abû Madyân al-Ghûth à Jérusalem, et le village Bayt Liqyâ au sud-ouest de Ramallah était constitué de biens waqfs dédiés à la Zâwiya al-Mihmâziyya. Le tableau qui suit recense les 37 zâwiyas dont la majorité a été fondée sous le règne des Mamelouks.

  • 39 Waqf 44/21.1/1340/13; al-‘ASALÎ, 1981a, p. 343-367.

Tableau No 6: Zâwiyas à Jérusalem 39 (cf. plan 7)

N.

Nom de la zâwiya

Nom du fondateur

date

localisation

Bien-fonds

1

al-Nariyya

inconnu

1058

Madrasa al-Nariyya

inconnu

2

al-Khatniyya

inconnu

1189

Madrasa al-Khatniyya

inconnu

3

al-Jarrâiyya

al-Amîr usâm al-Dîn al-Jarrâî

inconnu

Maallat al-Shaykh Jarrâ

22 qîrâs du village âb al-Suflâ et une parcelle de terre connue sous le nom al-Jarrâiyya à Jérusalem

4

al-Darkâ

al-Malik Shihâb al-Dîn b. al-Sulân al- ‘Âdil Ayyûb

1216

près du Bîmâristân al-alâî

inconnu

5

al-Shaykh Badr al-Dîn

Badr al-Dîn b. Yûsuf Badrân

1262 environ

Wâdî al-Nusûr extra-muros

inconnu

6

Sharfât

  

  

Extra-muros

  

7

al-Wafâ’iyya

inconnu

inconnu

Bâb al-Nâir

inconnu

8

al-Shaykh Khair

le sultan Baybars

environ 1262

inconnu

inconnu

9

al-Maghâriba

al-Shaykh ‘Umar b. ‘Abd Allâh

1330

Maallat al-Maghâriba

Des dukkâns dans le Sûq al-Qaṣṣâ et Jisr al-Laymûn, un furn et une âûna dans la Maallat al-Maghâriba et une dâr dans la Maallat al-Sharaf

10

Abû Madyân al-Ghûth

Abû Madyân al-Ghûth al-Maghribî

1320

‘Aqabat Abî Madyân

La totalité du village ‘Ayn Kârim

11

al-‘Amîniyya

inconnu

inconnu

inconnu

inconnu

12

al-Mihmâziyya

Kamâl al-Dîn al-Mihmâzî

inconnu

près de Bâb al-‘Atim

La totalité du village Bayt Liqyâ /Jérusalem qui a été fondé au profit de cette zâwiya en 745/1344 par le sultan Qalâwûn

13

al-Azraq

al-Shaykh Isâq b. al-Shaykh Ibrâhîm

1349

Maallat al-Sharaf

inconnu

14

al-Naqshabandiyya

al-Shaykh Muammad b. Bahâ’ al-Dîn Naqshaband al-Bukhârî

entre 1317 et 1390

près Bâb al-Ghawânima

inconnu

15

al-Muammadiyya

Muammad b. Zakariyya al-Nâirî

1350

Bâb al-Nâir

inconnu

16

al-awwâshiyya

al-Shaykh Shams al-Dîn b. Fakhr al-Dîn

1352

Maallat al-Sharaf

inconnu

17

al-Adhamiyya

al-Amîr Manjak, wâlî al-Shâm

1359

près de Bâb al-Sâhira (extra-muros)

1/5 du ammâm à afad, la totalité de la Mazra‘at al-Ghazâla/al-Ramla, une mazra‘a à Gaza, le village Bayt afâfâ /Jérusalem, deux parcelles de terre se trouvant dans le village Lifta/Jérusalem, une dâr au Wâd al-awâîn, et une dâr dans la Maallat Bâb al-‘Âmûd.

18

al-Shaykhûniyya

al-Amîr Sayf al-Dîn Qiîshâ

1360

près de la Madrasa al-alâiyya

inconnu

19

al-Basâmiyya

al-Shaykh ‘Abd Allâh al-Basâmî

avant 1368

Maallat al-Mashâriqa

arbres (ashjâr) situés sur le terrain al-Ni‘âj, une parcelle de terre se trouvant à l’est de Ramla

20

al-Lu’lu’iyya

al-Amîr Badr al-Dîn Lu’lu’

1373

Bâb al-‘Âmûd

La totalité du village Sâwar

21

al-Qarmî

Shams al-Dîn al-Qarmî

entre 1320 et 1386

Maallat al-Wâd

inconnu

22

al-Yûnisiyya

inconnu

avant 1388

Bâb al-Nâir

inconnu

23

al-Qalandariyya

al-Shaykh Ibrâhîm al-Qalandarî

1392 environ

au milieu du cimetière Mamîllâ

inconnu

24

al-Hunûd

inconnu

inconnu

Près de Bâb al-Sâhira

inconnu

25

al-Mawlawiyya

inconnu

inconnu

inconnu

inconnu

26

al-Qâdiriyya

‘Abd al-Qâdir al-Jîlânî

1633

Maallat al-Wâd

inconnu

27

al-Majîdiyya

inconnu

inconnu

Maallat al-Nabî Dâwûd (extra-muros)

inconnu

28

al-Ibrâhîmiyya

Ibrâhîm Bâshâ

entre 1831 et 1840

Maallat al-Nabî Dâwûd (extra-muros)

inconnu

29

al-Shaykh Ya‘qûb al-Badawî

inconnu

inconnu

près de la citadelle

inconnu

30

al-Basâmî

inconnu

inconnu

aram al-Sharîf

inconnu

31

al-amâdiyya

inconnu

inconnu

aram al-Sharîf

inconnu

32

al-amrâ

inconnu

inconnu

près d’al-Khânqâh al-alâiyya

inconnu

33

al-Rifâ‘iyya ou Abû al-Su‘ûd

inconnu

avant 1703

aram al-Sharîf

inconnu

34

Abî Qaaba

inconnu

inconnu

Maallat al-Sharaf

inconnu

35

al-Shaykh îdar

inconnu

inconnu

Maallat al-Sharaf

inconnu

f- Ribâs
  • 40 CHABBI, 1994, p. 511; KHALILIEH, 1999, p. 212.

39Les ribâs étaient à l’origine des bâtiments situés aux frontières des terres musulmanes et dans lesquelles habitaient les militaires musulmans assurant la défense des terres musulmanes 40. Après le départ des Croisés, les ribâs de Jérusalem ont été réaffectés à l’hébergement des visiteurs de passage et des pèlerins musulmans.

  • 41 Al-‘ASALÎ, 1981a, p. 329-330.

40Durant l’époque ottoman, plusieurs ribâs sont devenus des refuges pour les pauvres. Il a été difficile de discerner les ribâs des khânqâhs car, dans les documents du XIXe siècle, les termes sont souvent utilisés indifféremment. Certains sont même appelés madrasas, tel le Ribâ al-Zamanî 41.

41Le tableau qui suit recense sept ribâs à Jérusalem, construits, pour la plupart, durant la période mamelouke. Les luttes entre les Mamelouks et les Croisés ont rendu leur création nécessaire et l’on constate que les sultans mamelouks n’ont pas seulement favorisé la construction de ces ribâs mais qu’ils ont aussi pris les devants en mettant à leur disposition d’énormes sommes acquises par les biens-fonds et les terres des waqfs dédiés aux ribâs. Le Ribâal-Manûrî (N° 2 dans le tableau) construit par le sultan al-Manûr Qalâwûn en 1282 en est un exemple.

  • 42 AL-‘ASALÎ, 1981a, p. 329-339.

Tableau No 7: Ribâs à Jérusalem 42 (cf. plan 8)

N.

Nom du ribâ

Nom du fondateur

Localisation

Date

Biens-fonds

1

al-Baîr

al-Amîr ‘Alâ’ al-Dîn

Bâb al-Nâir

1268

La totalité de la dâr sise au côté de ce ribâ, une âûna, un furn, 3 dârs, un ûsh, une dâr près de turba du fondateur, un ahrîj et un khân, un ammâm et 4 dukkâns à Jérusalem.

2

al-Manûrî

al-Malik al-Manûr Qalawûn

Bâb al-Nâir

1282

Un bustân à Gaza, 8 qîrâs du village a‘n al-asmar /(Naplouse), 3 qîrâs du village Jamla/(Naplouse), 8 qîrâs du village ‘Aîra/Naplouse, 8 qîrâs du village Ba‘âra /(Naplouse), 8 qîrâs du village Ra’s/(afad), 12 qîrâs du village, ‘Aâ/(afad), la totalité des dârs de Muibb al-Dîn et Ibn Karîm.

3

al-Kurd

al-Sayfî Kurd

Bâb al-adîd

1294

inconnu

4

al-Mârdînî

Deux femmes de l’entourage du Malik al-âli

Bâb iṭṭa

1362

inconnu

5

al-Zamanî/madrasa

Shams al-Dîn b. Muammad b. Zaman

Bâb al-Mahara

1476

inconnu

6

Bayrâm Jawîsh

(voir la Madrasa al-Raṣṣâiyya dans le tableau des madrasas)

  

  

inconnu

7

al-amawî

inconnu

Bâb al-Qaṭṭânîn

inconnu

inconnu

2- Propriétés de rapport : espaces commerciaux et résidentiels

42Nous évoquerons ici les biens immobiliers résidentiels et commerciaux dont le but était de générer des revenus pour les institutions religieuses et charitables mais aussi pour les waqfs privés. Les loyers des ammâms, des sûqs, des dârs, des bayts, des khâns, et des mazra‘as, entre autres, finançaient les institutions de waqf comme les mosquées, les écoles, etc.

a- Bains publics (ammâms)
  • 43 Sur le rôle du ammâm dans les sociétés urbaines du monde musulman, se reporter à LOUIS, 1971, p. 1 (...)

43Les ammâms étaient des institutions publiques qui représentaient, dans les villes, le centre de la vie socio-économique. Ils étaient en relation étroite avec les évènements importants de la vie des gens comme, par exemple, les fêtes de mariage. Les ammâms étaient considérés par les nouveaux mariés comme des salons de beauté. Ils étaient aussi utilisés pour célébrer les naissances et les circoncisions43.

  • 44 DOW, 2000, p. 519.

44En 1187, Saladin a construit des ammâms pour générer des revenus au profit de ses institutions de waqf à Jérusalem tel que le ammâm al-Barak établi en waqf au profit de la Khânqâh alâiyya et le ammâm Bâb al-Asbâ établi lui aussi en waqf au profit de la Madrasa al-alâiyya 44.

45D’autres ammâms ont été créés durant les périodes ayyoubide, mamelouke et ottomane. Le tableau qui suit recense 12 ammâms à Jérusalem. Tous les fondateurs des ammâms étaient des sultans ou des émirs. Ces ammâms étaient donc des biens-fonds établis au bénéfice d’institutions religieuses ou caritatives telles que la mosquée al-Aqâ et le Dôme du Rocher et également de madrasas. Quelques-uns des ammâms ont été spécialement dédiés aux pauvres et aux nécessiteux de passage à Jérusalem.

  • 45 ‘Ârif, 1992, p. 468.
  • 46 Voir COHEN et LEWIS, 1978, p. 69-70.

46Les ammâms avaient des revenus très importants. ‘Ârif al-‘Ârif mentionne qu’au milieu du XVIe siècle le prix d’un bain était d’un dirham pour les hommes 45. Les ammâms étaient soumis aux impôts de l’État ottoman. Ainsi, entre 1554 et 1557, le ammâm Bâb al-Asbâ a dû verser des impôts d’un montant de 14 000 akçes et le ammâm al-‘Ayn de 16 000 akçe46.

  • 47 Jawhariyya, 2003, p. 145. Jawhariyya raconte que lorsqu’il est allé pour la première fois au ammâm(...)

47Jawhariyya rapporte, dans ses mémoires (1904-1917), que la plupart des habitants de Jérusalem utilisaient les ammâms publics car il n’y avait pas de ammâms dans les maisons sauf chez quelques grandes familles de la ville. Entre 1904 et 1917 deux ammâms étaient en activité à Jérusalem : le ammâm al-‘Ayn dans la Maallat al-Wâd et le ammâm al-Barak situé dans le quartier chrétien, qui appartenait au waqf de la Khânqâh al-alâiyya. Ce dernier a été détruit et un local commercial l’a remplacé. L’auteur nous dit également que le patriarche orthodoxe avait construit un nouveau ammâm à côté de Bâbal-Asbâ, baptisé ammâm Notre-Dame Marie (Sittinâ Maryam). Ce ammâm était de meilleure qualité que les deux autres pour sa propreté, son organisation et la taille de ses salles. Jawhariyya nous rapporte également que, selon la coutume des habitants de Jérusalem, les hommes n’occupaient les ammâms qu’en début de soirée et jusqu’à la fin de la matinée du lendemain ; certains y passaient la nuit. Les femmes ne pouvaient y aller que l’après-midi. On allait aux ammâms pour se laver mais on y apportait aussi de la nourriture 47.

Tableau Noammâms à Jérusalem (cf. plan 9)

  • 48 GOLVIN, 1967, p. 112; AL-‘ASALÎ, 1982, p. 175-191.
  • 49 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 190-200.
  • 50 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 200.
  • 51 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 201-205.
  • 52 Waqf 3/6.1/264/13.
  • 53 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 208-211.
  • 54 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 212.
  • 55 STEPHAN, 1933, p. 239; STEPHAN, 1944, p. 184; AL-‘ASALÎ, 1982, p. 205-208.
  • 56 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 216.
  • 57 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 216.
  • 58 JAWHARIYYA, 2003, p. 145.

N.

Nom du ammâm

Nom du fondateur

Date

Localisation

Bénéficiaires

État

1

al-Shifâ’48

al-Amîr Sayf al-Dîn Tankiz

1330

Sûq al-Qaṭṭânîn

Madrasa al-Tankiziyya

ruine

2

al-‘Ayn49

al- Amîr Sayf al-Dîn Tankiz

1330

Sûq al-Qaṭṭânîn

Madrasa al-Tankiziyya

en fonction

3

Mustaam Daraj al-‘Ayn50

inconnu

inconnu

Daraj al-‘Ayn entre arîq al-Wâd et Bâb al-Silsila

inconnu

mundaris

4

al-Asbâ ou Maryam51

alâ al-Dîn al-Ayyûbî (Saladin)

1187

à l’entrée de Bâb al- Asbâ

Madrasa al-alâiyya

ruine

5

al-Barak52

alâ al-Dîn al-Ayyûbî (Saladin)

1187

quartier chrétien

Khânqâh al-alâiyya

mundaris

6

Alâ’ al-Dîn al-Baîr53

al- Amîr ‘Alâ’ al-Dîn al-Baîr

1268

‘Aqabat al-Khâlidiyya

des pauvres arrivant au ribâ du fondateur

en fonction

7

al-‘Âmûd

inconnu

environ 1508

Bâb al-‘Âmûd

Dôme du Rocher

mundaris

8

al-Jamal54

inconnu

inconnu

près de Maqâm al-Nabî Dâwûd

Dôme du Rocher

mundaris

9

al-Sulân55

Roxelane
(Hürrem Sulân)

1557

arîq al-Wâd

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

remplacé par l’église arménienne catholique

10

al-Sayyida56

inconnu

inconnu

près de l’église du Saint-Sépulcre

inconnu

mundaris

11

al-Sûq57

inconnu

inconnu

Sûq al-‘Aṭṭârîn

inconnu

mundaris

12

Notre Dame Marie58

le patriarche orthodoxe

entre 1904 et 1917

Bâbal-Asba

inconnu

en fonction

b- Hôpitaux (bîmâristâns)
  • 59 DUNLOP, 1960, p. 1259 ; ‘ÎSÂ, 1981, p. 4.

48Le bîmâristân est un mot d’origine perse composé de deux mots : bîmâr qui signifie malade et stân qui signifie endroit ou lieu. Le bîmâristân est donc le lieu des malades. Le mot a été abrégé et est devenu mârastân 59.

  • 60 ‘ÎSÂ, 1981, p. 3.

49Les bîmâristâns étaient des établissements construits par les sultans, émirs et califes pour le bien public et pour perpétuer la mémoire de leurs fondateurs. Les bîmâristâns accueillaient les malades, mais ils étaient aussi des centres de médecine et de formation de médecins et de chirurgiens 60.

  • 61 ‘ÎSÂ, 1981, p. 231.

50À Jérusalem, il y avait un seul bîmâristân construit par Saladin : le Bîmâristânal-alâî, établi en 1187 et portant le nom de son fondateur. Il l’avait fait construire dans le quartier chrétien où se trouvaient la plupart des établissements financés par les revenus de ses waqfs comme sa madrasa et sa khânqâh. Son objectif était de mettre en place un établissement qui pouvait accueillir les malades et qui serait, en même temps, une école de médecine. Pour assurer le bon fonctionnement de cet hôpital, Saladin a mis en waqf plusieurs biens immobiliers et, pour la gestion de ses affaires, il a nommé le cadi Bahâ’ al-Dîn Yûsuf b. Râfi‘ Abî Tamîm 61.

c- Marchés (sûqs)
  • 62 Raymond, 1997, p. 825-826. Voir aussi BIANQUIS et GUICHARD, 1997, p. 820-823.

51Les sûqs « étaient des structures ouvertes, installées le long de rues ou à des croisements de rue, l’assemblage des boutiques n’ayant en général pas de caractère architectural. Dans ces marchés, une spécialisation professionnelle était de règle, chaque activité occupant un secteur déterminé de la ville 62 ».

  • 63 Sur la vie commerciale à Jérusalem au XIXe siècle, voir HINTLIAN, 2000, p. 229-234.

52Jérusalem contenait plusieurs marchés 63 entièrement dédiés au financement des institutions religieuses. Certains dukkâns et makhzans (entrepôts) de marchés avaient aussi été mis en waqf pour la même raison. Le tableau suivant montre les dukkâns, makhzans et les sûqs à Jérusalem intra-muros.

  • 64 Nous avons essentiellement utilisé, pour le tableau, les registres des locations des biens waqfs à (...)

Tableau No 9 : Dukkâns et sûqs appartenant à des waqfs khayrî à Jérusalem 64

N.

Type du bien

Localisation

Quantité

Type d’exploitation

1

dukkân

Sûq al-Qaṭṭânîn

La totalité du sûq

Location simple sauf 20 dukkâns par ikr

2

dukkân

Sûq al-uur

La totalité du sûq

Location simple sauf 5 dukkâns par ikr

3

dukkân

Sûq al-uyyâgh

51 dukkâns

Location simple sauf 2 dukkâns par ikr

4

dukkân

Sûq al-Kabîr

La totalité du sûq

ijâra wâida

5

dukkân

Sûq al-‘Aṭṭârîn

4

ijâra wâida

6

dukkân

Sûq al-Bâshûra

2

ijâra wâida

7

dukkân

Bâb al-‘Âmûd

16

ijâra wâida

8

dukkân

Maallat al-Wâd

5

ijâra wâida

9

dukkân

Maallat Bâb al-Qaṭṭânîn

25

ijâra wâida

10

dukkân

Maallat Bâb al-Ghawânima

4

ijâra wâida

11

dukkân

Maallat Bâb al-Sâhira

4

ijâra wâida

12

dukkân

arîq al-Wâd

22

ijâra wâida

13

dukkân

Bâb al-Majlis

1

ijâra wâida

14

dukkân

arîq al-Rawa

5

ijâra wâida

15

dukkân

Bâb al-adîd

6

ijâra wâida

16

dukkân

Bâb al-Silsila

2

ijâra wâida

17

dukkân

Sûq al-Khawâjât

22

ijâra wâida

18

dukkân

Maallat al-Sa‘diyya

22

ijâra wâida

19

dukkân

Maallat al-Naârâ

66

ijâra wâida

20

dukkân

Bâb Khân al-Zayt

50

ijâra wâida

21

dukkân

Sûq al-Laḥḥâmîn

42

ijâra wâida

22

dukkân

Bâb al-Khalîl

4

ijâra wâida

23

furn

Maallat al-Sharaf

1

ijâra wâida

24

furn

Maallat al-Yahûd

1

ijâra wâida

25

qahwa

Bâb al-‘Âmûd

1

ijâra wâida

26

qahwa

Maallat al-Wâd

1

ijâra wâida

27

qahwa

Maallat al-Naârâ

1

ijâra wâida

28

âûna

Maallat Bâb al-Qaṭṭânîn

1

ijâra wâida

29

makhzan

Maallat al-Sharaf

3

ijâra wâida

30

makhzan

Maallat al-Yahûd

3

ijâra wâida

31

makhzan

arîq al-Wâd

6

ijâra wâida

32

makhzan

Bâb al-‘Âmûd

2

ijâra wâida

33

makhzan

Maallat al-Sharaf

4

ijâra wâida

34

makhzan

Maallat al-Sa‘diyya

1

ijâra wâida

35

dukkân

Maallat al-Wâd

50

ikr

36

dukkân

Bâb al-‘Âmûd

4

ikr

37

dukkân

Bâb al-Asbâ

1

ikr

38

dukkân

Sûq Khân al-Zayt

50

ikr

39

dukkân

Sûq al-Bâshûra

11

ikr

40

dukkân

Sûq al-Khayyâîn

7

ikr

41

dukkân

Sûq al-Bâzâr

11

ikr

42

dukkân

Sûq al-‘Aṭṭârîn

8

ikr

43

dukkân

Sûq al-abkh

8

ikr

44

dukkân

Sûq al-Khawâjât

3

ikr

45

dukkân

Maallat al-Naârâ

2

ikr

46

dukkân

Maallat al-Arman

2

ikr

47

dukkân

Maallat al-Yahûd

4

ikr

48

dukkân

Maallat al-Sharaf

21

ikr

49

dukkân

Maallat al-Maghâriba

4

ikr

50

dukkân

Maallat Khân al-Sulân

5

ikr

51

dukkân

Maallat Bâb al-Silsila

7

ikr

d- Caravansérails (khâns)
  • 65 ELISSÉEFF, 1978, p. 1043.

53Khân est un « terme d’origine persane désignant d’une part un gîte d’étape sur les grandes voies de communication et, d’autre part, un entrepôt puis une hôtellerie dans les agglomérations de quelque importance ». De ce fait, le khân jouait un rôle important de lieu où les voyageurs faisaient une halte pour se reposer ou pour régler leurs négoces et autres affaires 65.

  • 66 AL-ANBALÎ, 1973, vol. 2, p. 27.

54Al-anbalî, qâî al-quât, né à Jérusalem en 1456 nous dépeint le Khân al-Sulân ainsi : « D’importants khâns érigés en tant que biens waqfs dédiés à la Mosquée al-Aqâ, loués à l’année pour la somme de 400 dinars provenant des ventes de marchandises diverses et des productions 66 ». Cela confirme le double rôle du khân, en tant que lieu d’habitation et de commerce pour les voyageurs mais aussi source de subventions pour les institutions religieuses, publiques et charitables.

55Vu l’importance du patrimoine religieux de Jérusalem, plusieurs khâns ont été établis dans cette ville. Le tableau qui suit recense quatorze khâns à Jérusalem intra-muros, construits durant les périodes ayyoubide, mamelouke et ottomane. La plupart d’entre eux ont été fondés par des émirs. Ils ont tous été établis au profit de waqfs, à l’exception du Khân al-Qâî Fakhr al-Dîn et du Khân al-Sha‘âra, tous deux créés et exploités pour s’autofinancer.

56Le tableau ci-après nous montre que plusieurs émirs ainsi que certains grands commerçants ont fondé des khâns, comme Qâî Fakhr al-Dîn à Jérusalem qui a construit son khân aux environs de 1474. Grâce à leur rentabilité, ces établissements pouvaient subventionner des waqfs d’utilité publique. Le Khân al-‘Innâba, créé par Saladin, assurait le financement de sa madrasa (Madrasa al-alâiyya) à Jérusalem. Il est important de souligner que les biens garants étaient souvent situés près des destinataires de leurs revenus. Par exemple, le Khân al-‘Inâba et la Madrasa
al-alâiyya se trouvaient dans le même quartier. Autre exemple : le Khân al-Sulân construit à Jérusalem par le sultan mamelouk Barqûq en 1386 et dont les revenus étaient dédiés à la mosquée al-Aqâ était situé à côté de sa mosquée. Tout comme le Khân al-Khâṣṣikiyya fondé par Khâṣṣiki Sulân pour les besoins de sa takiyya voisine.

Tableau No 10: Khâns à Jérusalem (cf. plan 10)

  • 67 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 44-56.
  • 68 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 61-63.
  • 69 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 63-74.
  • 70 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 74-77.
  • 71 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 77.
  • 72 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 77-78.
  • 73 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 79.
  • 74 COHEN et LEWIS, 1978, p. 68 ; AL-‘ASALÎ, 1982, p. 79-80.
  • 75 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 81-89.
  • 76 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 89.
  • 77 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 90.
  • 78 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 90.
  • 79 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 91.
  • 80 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 91-92.

N.

Nom du khân

Nom du fondateur

Date de fondation

Bénéficiaires

Localisation

État

1

al-Sulân67

 Sultan Barqûq

1386

Mosquée al-Aqâ

Bâb al-Silsila

existe

2

al-Ghâdiriyya68

Mir Khâtûn

1432

Madrasa al-Ghâdiriyya

Sûq al-Qaṭṭânîn

mundaris

3

Tankiz ou ûzbîr69

al-Amîr Tankiz

1336

Madrasa al-Tankiziyya

Sûq al-Qaṭṭânîn

existe

4

al-Qaṭṭânîn70

1461

aram al-Sharîf

Sûq al-Qaṭṭânîn

mundaris

5

al-Qâî Fakhr al-Dîn71

al-Qâî Fakhr al-Dîn al-Khazrajî

environ 1474

le fondateur lui-même

Prés du Daraj al-‘Ayn

mundaris

6

al-Fam72

inconnu

inconnu

Mosquée al- Aqâ

arîq Bâb al-Silsila

mundaris

7

al-Maraf73

inconnu

inconnu

arîq Bâb al-Silsila

mundaris

  

8

al-Sha‘‘âra74

inconnu

le fondateur lui-même

inconnu

existe

  

9

al-Zayt75

inconnu

inconnu

Sûq Khân al-Zayt

mundaris

mundaris

10

al-Khâṣṣikiyya76

Roxelane
(Hürrem Sulân)

1557

takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

‘Aqabat al-Takiyya

en état de ruine

11

al-Jubaylî77

inconnu

inconnu

inconnu

Maallat al-Wâd

mundaris

12

al-Jâwîlî78

Alam al-Dîn Sanjur al-Jâwîlî

première moitié du XVIIIe siècle

inconnu

inconnu

mundaris

13

al-‘Innâba79

Saladin

inconnu

Madrasa al-alâiyya

Bâb iṭṭa

mundaris

14

al-Qib80

Ibrâhîm Murân des Coptes

inconnu

inconnu

Quartier chrétien

existe

e- Fontaines ou citernes publiques (sabîls)
  • 81 BOSWORTH, 1994, p. 699 ; voir aussi al-usaynî, s.d., p. 9 ; AYLÛN, 1990, p. 96-98.

57Le mot sabîl désigne « une fontaine à boire, point d’eau public aménagé grâce à la générosité et à la charité d’une personne privée ». Le terme a été employé pour désigner symboliquement une œuvre de charité d’où l’expression métaphorique : « fî sabîl Allâh » (pour l’amour de Dieu), qui fait référence à toute œuvre dédiée à Dieu dans l’espoir d’obtenir une récompense 81.

  • 82 Ce sujet est bien étudié par al-‘ASALÎ, 1982, p. 218-295 ; SALAMEH, 2000, p. 104.

58À Jérusalem, il existe 28 fontaines publiques ; 5 d’entre elles ont été construites à l’époque ayyoubide, 7 à l’époque mamelouke, 14 à l’époque ottomane et 2 à une date inconnue. Parmi ces fontaines, 11, soit plus d’un tiers, se trouvent sur la place du aram al-Sharîf, 15 ailleurs dans la vieille ville et 2 extra-muros 82 (cf. plan 11).

  • 83 AL-MAQDISÎ, 1987, p. 171.
  • 84 Voir, par exemple, sijill 347, début Muarram 1281/1864, p. 350-353 ; sijill 364, début Sha‘bân 129 (...)
  • 85 Voir, par exemple, sijill 347, début Muarram 1281/1864, p. 350-353.

59Jérusalem est une ville montagneuse dépourvue de rivières. Ses habitants avaient pris l’habitude de stocker de l’eau de pluie dans des réservoirs et des citernes. Mais, suite à la croissance démographique, ces eaux pluviales n’ont plus été suffisantes aux habitants de la ville. Ils ont donc fait venir de l’eau par des canaux reliés aux régions limitrophes, notamment par l’ouedal-‘Arûb situé entre Jérusalem et Hébron. L’importance du besoin en eau a poussé les bienfaiteurs à mettre les sources en waqfs au profit des indigents. Maqdisî (XVIe siècle) rapporte que le calife ‘Uthmân a établi en waqf la source de Silwân au profit des nécessiteux de Jérusalem. Mais cette source n’a pas suffi à satisfaire les besoins grandissants des habitants. Pour combler le manque en eau, les habitants ont commencé à creuser des citernes (bîrs). Maqdisî indique aussi que chaque dâr de Jérusalem avait une ou plusieurs citernes et chaque quartier avait une citerne mise en waqf 83. Nous avons pu constater, au cours de notre recherche dans les registres des cadis de Jérusalem, que les descriptions des maisons de Jérusalem incluent fréquemment une ou plusieurs citernes. Ces documents utilisent presque toujours le terme bîrs mâ’ li-jam‘ miyâh al-ashtiyya, ce qui laisse entendre que les citernes servaient au stockage des eaux de pluie 84. Mais on y trouve également le mot ahrîj qui évoque un lieu dans lequel on garde de l’eau sans référence particulière à l’eau de pluie 85.

  • 86 CANAAN, 1932, p. 244.

60L’eau des citernes était utilisée pour boire, laver, et abreuver les animaux. Les citernes étaient publiques ou privées. Selon Canaan, la citerne était habituellement creusée un an avant la construction de la maison. L’eau de pluie stockée la première année servait aux besoins du bâtiment car l’eau stockée est saumâtre et ne devient potable que la deuxième année 86.

  • 87 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 111.

61 Al-‘Asalî rapporte qu’au milieu du XIXe siècle, Jérusalem intra-muros comptait environ 950 citernes. À la fin de l’époque ottomane, on en recensait environ 6 600 à Jérusalem et dans sa région. L’une des plus grandes citernes se situait à l’intérieur du aram al-Sharîf et son eau servait aux ablutions. À la fin de l’époque ottomane, il y avait entre 26 et 31 citernes dans le aram. Il est impossible de donner leur nombre exact du fait que certaines étaient reliées entre elles et qu’elles comportaient plusieurs ouvertures 87.

  • 88 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 116.
  • 89 AL-anbalî, 1973, vol. 2, p. 94.
  • 90 AL-‘ASALÎ, 1982, p. 128-129.

62Il existait également à Jérusalem de vastes réservoirs d’eau (birka) comme laBirkat Isrâ’îl, les Birkats Sulaymânconstruits, remplis et mis en waqfs par le sultan ottoman Soliman le Magnifique, ainsi que le réservoir de ‘Ayyâ 88 et le réservoir du Sultan, l’un des plus grands de Jérusalem, construit et mis en waqf par le Sultan mamelouk Barqûq en 1407 89. Il y avait aussi des réservoirs reliés aux bains publics de Jérusalem ; à cette époque, on utilisait d’ailleurs le même mot pour désigner un bain et un réservoir d’eau : ammâm al-Shifâ, ammâm al-Baîr, ammâm al-Barak, ou indifféremment Birkat al-Shifâ, Birkat al-Barak, etc90.

  • 91 Waqf 3/52.3/1948/13; COHEN, 1990, p. 129-130.

63Parmi les réservoirs construits par le sultan Soliman le Magnifique pour alimenter Jérusalem en eau, les Birkats Sulaymân étaient situés extra-muros, à l’est et à l’ouest de Bâb al-Khâlîl et de Qanât al-Sabîl. Ce canal (qanât) avait été creusé pour transporter les eaux dans la ville, plus exactement vers le aram al-Sharîf et les quartiers avoisinants. Selon Cohen, ce projet a été achevé en 154191.

  • 92 AL-‘ASALÎ, 1981a, p. 151-152.

64De même, Muammad Jalabî al-Naqqâsh a reconstruit et rempli la Qanât al-Sabîl et l’a établie en waqf au profit de tous les musulmans, en l’honneur du Sultan Soliman le Magnifique. Il a également mis en waqf, pour financer le fonctionnement de ce canal, les villages suivants : Kufr âb, Maghlas, Jandâs, Tarqûmiyya et la moitié du village al-Qibâb92.

  • 93 Mühimme defteri, document N° 94, dans Heyd, 1960, p. 146-149.

65D’après les registres mühimme defteri,Soliman le Magnifique portait un intérêt particulier à la Qanât al-Sabîl. Un document daté du 2 Rajab 959/24 juin 1552 indique que les revenus des villages susmentionnés dédiés à ce canal variaient entre 9 000 et 10 000 akçes par an, et qu’ils ont même atteint 13 000 akçes en 1552. Un grand nombre d’ouvriers travaillaient à l’entretien de ce canalmais aussi des kâtibs et des surveillants du réservoir d’eau. Leurs salaires pouvaient atteindre 25 akçes par jour 93.

f- Terres agricoles (villages et fermes)

66Les terres cultivables incluent à la fois les fermes (mazra‘as) et les petites parcelles (arâî) dont les revenus étaient dédiés aux besoins des institutions religieuses. La plupart de ces terres étaient situées en dehors des murailles de la ville. Le tableau suivant recense ces terres, leur localisation géographique et les institutions qu’elles finançaient. Pour ce tableau, nous n’avons retenu que les villages (qaryas) et les mazra‘as, car les plus petites parcelles ne concernent que les waqfs dhurrîs.

  • 94 Nous avons essentiellement récapitulé, dans ce tableau, les données mentionnées précédemment dans l (...)

Tableau No 11 : Qaryas et mazra‘as appartenant aux waqfs khayrî à Jérusalem 94

  • 95 100 %, c’est-à-dire, 24 qîrâs sur 24 qîrâs, 50 % c’est-à-dire, 12 qîrâs sur 24 qîrâs, etc
  • 96 Il y a aussi 28 villages appartenant à cette madrasa, mais les documents ne mentionnent pas leurs n (...)

N.

Nom du bien

Type

Localisation
(province)

Partie mise en waqf %95

Bénéficiaire

1

Bîtûnyâ

qarya

Jérusalem

67

aram al-Sharîf

2

Liftâ

qarya

Jérusalem

50

aram al-Sharîf

3

‘Ayn Yabrûd

qarya

Jérusalem

67

aram al-Sharîf

4

‘Ayn ‘Arîk

qarya

Jérusalem

50

aram al-Sharîf

5

Bayt Rîmâ

qarya

Jérusalem

50

aram al-Sharîf

6

Qarâwâ Banî Zayd

qarya

Jérusalem

50

aram al-Sharîf

7

‘Arûra

qarya

Jérusalem

42

aram al-Sharîf

8

Abû Qash

qarya

Jérusalem

50

aram al-Sharîf

9

Bayt anînâ

qarya

Jérusalem

50

aram al-Sharîf

10

Kufur ‘Ayn

qarya

Jérusalem

50

aram al-Sharîf

11

al-ayba

qarya

Jérusalem

37.5

aram al-Sharîf

12

Nûbâ

qarya

Hébron

100

aram al-Sharîf

13

‘Ibwîn

qarya

Jérusalem

67

aram al-Sharîf

14

al-‘Ûjâ

qarya

Jérusalem

100

aram al-Sharîf

15

al-Nuwî‘ma

qarya

Jérusalem

100

aram al-Sharîf

16

al-Jâniyya

qarya

Jérusalem

100

aram al-Sharîf

17

Mazâri‘ al-Nûbânî

qarya

Jérusalem

50

aram al-Sharîf

18

‘Âbûd

qarya

Jérusalem

100

aram al-Sharîf

19

Ram Allâh

qarya

Jérusalem

50

aram al-Sharîf

20

al-‘Îzariyya

qarya

Jérusalem

50

aram al-Sharîf

21

ûr Bâhir

qarya

Jérusalem

25

aram al-Sharîf

22

Dîr Dibwân

qarya

Jérusalem

50

aram al-Sharîf

23

Bayt ‘Inân

qarya

Jérusalem

100

aram al-Sharîf

24

‘Arâî al-Birak

qarya

Haifa

100

aram al-Sharîf

25

Kufur ‘Anâtâ

qarya

Jérusalem

100

aram al-Sharîf

26

Amyûn

qarya

Tripoli (Shâm)

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

27

Qîqba

mazra‘a

Tripoli de Shâm

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

28

al-Lud

qarya

Ramla

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

29

Bayt Iksa

qarya

Jérusalem

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

30

al-Kharûba

mazra‘a

Jérusalem

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

31

Kufr Jins

qarya

Ramla

75

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

32

Kufr ‘Ânâ

qarya

Ramla

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

33

Kufr âb

mazra‘a

Gaza

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

34

Baqî‘ al-ân

qarya

Jérusalem

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

35

Bayt Liqyâ

qarya

Jérusalem

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

36

Nûshif

mazra‘a

Jérusalem

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

37

Rakûbîs

mazra‘a

Jérusalem

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

38

Bayt Lam

qarya

Jérusalem

75

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

39

Bayt Jâlâ

qarya

Jérusalem

75

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

40

al-Kanîsa

qarya

Ramla

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

41

Bîr Mâ‘în

qarya

Ramla

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

42

Sabitâra

qarya

Ramla

50

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

43

‘Inâba

qarya

Ramla

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

44

Sâfriyya

qarya

Ramla

87.5

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

45

Kharbatha

qarya

Ramla

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

46

Jindâs

qarya

Ramla

29.5

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

47

Yâzûr

qarya

Ramla

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

48

al-Yâhûdiyya

qarya

Ramla

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

49

Bayt Dajjân

qarya

Ramla

75

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

50

Bayt Sîna

qarya

Ramla

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

51

Raniyya

qarya

Ramla

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

52

Ni‘lîn

qarya

Ramla

75

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

53

Qâqûn

qarya

Naplouse

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

54

Dîr Sâlim

mazra‘a

Naplouse

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

55

îthân al-Jamâsîn

mazra‘a

Naplouse

25

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

56

al-Jîb

qarya

Jérusalem

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

57

âra

qarya

Sidon

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

58

Kanîsa

mazra‘a

Sidon

80

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

59

ûfya

mazra‘a

Sidon

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

60

Jalyûba

mazra‘a

Sidon

100

Takiyya de la Khâṣṣikî Sulân

61

Silwân

qarya

Jérusalem

100

Madrasa al-alâiyya

62

Qasal

mazra‘a

Jérusalem

50

Madrasa al-alâiyya

63

Na‘liyâ

qarya

Hébron

33.33

Madrasa al-alâiyya

64

Bayt Dajjân

qarya

Naplouse

50

Madrasa al-Maymûniyya

65

Bayt Liqyâ

qarya

Jérusalem

100

Madrasa al-Badriyya

66

Battîr

qarya

Jérusalem

100

Madrasa al-Mu‘aẓẓamiyya

67

Allâr al-Fûqâ

qarya

Jérusalem

100

Madrasa al-Mu‘aẓẓamiyya

68

Allâr al-Suflâ

qarya

Jérusalem

100

Madrasa al-Mu‘aẓẓamiyya

69

al-Râm

qarya

Jérusalem

100

Madrasa al-Mu‘aẓẓamiyya

70

Salâm

mazra‘a

Jérusalem

100

Madrasa al-Mu‘aẓẓamiyya

71

Qalqîlya

qarya

Naplouse

67

Madrasa al-Mu‘aẓẓamiyya

72

Bayt Nabâlâ

qarya

Jérusalem

100

Madrasa al-Dawîdâriyya

73

ijlâ

qarya

Jérusalem

100

Madrasa al-Dawîdâriyya

74

ubrus

qarya

Jérusalem

100

Madrasa al-Dawîdâriyya

75

‘Ayn Qînyâ

qarya

Jérusalem

100

Madrasa al-Tankiziyya

76

Ni‘lîn

qarya

Ramla

25

Madrasa al-Sulâmiyya

77

Jaba‘

qarya

Jérusalem

16.66

Madrasa al-Sulâmiyya

78

al-Bîra

qarya

Jérusalem

25

Madrasa al-Sulâmiyya

79

Shiwîkâ

qarya

Naplouse

50

Madrasa al-Fârisiyya

80

Dîr Jarîr

qarya

Jérusalem

100

Madrasa al-Khâtûniyya

81

ahr al-Jamal

mazra‘a

Jérusalem

100

Madrasa al-Khâtûniyya

82

A‘nâz

qarya

Syrie

100

Madrasa al-Arghûniyya

83

al-Jandaliyya

mazra‘a

Syrie

60

Madrasa al-Arghûniyya

84

Bayt afâfâ

qarya

Jérusalem

25

Madrasa al-Manjikiyya

85

Silwân

qarya

Jérusalem

50

Madrasa al-Manjikiyya

86

al-Maniyya

qarya

afad

100

Madrasa âziyya

87

Sâwar

qarya

Jérusalem

100

Madrasa al-Lu’lu’iyya

88

Kûm al-Tujjâr

qarya

Égypte

100

Madrasa al-Baladiyya

89

arastâ

qarya

Égypte

100

Madrasa al-Baladiyya

90

Shâdûr

qarya

Jérusalem

50

Madrasa al-Marmariyya

91

ârat Bâb Sa‘d

mazra‘a

Jérusalem

33.33

Madrasa al-Marmariyya

92

Bayt Sâûr

qarya

Jérusalem

50

Madrasa al-Jarkasiyya

93

Bâlmâ Aghâjî

qarya

Kûtâhyâ /Anatolie

100

Madrasa al-îlûniyya

94

Sallat Aghlânî

qarya

Kûtâhyâ /Anatolie

100

Madrasa al-îlûniyya

95

Iynâ Ghâzî

qarya

Kûtâhyâ /Anatolie

100

Madrasa. al-îlûniyya

96

Ûra Kîr

qarya

Kûtâhyâ /Anatolie

100

Madrasa al-îlûniyya

97

ûr Bâhir

qarya

Jérusalem

70

Madrasa al-Bâsiiyya

98

Dîr Dibwân

qarya

Jérusalem

50

Madrasa al-usniyya

99

Kufur ûbî

qarya

Jérusalem

33.33

Madrasa al-usniyya

100

al-‘Inab (Abû Ghûsh)

qarya

Jérusalem

66.66

Madrasa al-usniyya

101

al-Mâli

mazra‘a

Jérusalem

100

Madrasa al-usniyya

102

al-Zaytûn

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Jawhariyya

103

Kûfiya

qarya

Gaza

10

Madrasa al-Jawhariyya

104

ûl-Karm

qarya

Naplouse

50

Madrasa al-Jawhariyya

105

Bayt Dajjân

qarya

Naplouse

100

Madrasa al-Ashrafiyya

106

al-Sâfiriyya

qarya

Ramla

100

Madrasa al-Ashrafiyya

107

inconnu96

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

108

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

109

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

110

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

112

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

113

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

114

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

115

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

116

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

117

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

118

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

119

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

120

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

121

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

122

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

123

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

124

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

125

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

126

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

127

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

128

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

129

inconnu

qarya

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

130

inconnu

qarya

Ramla

100

Madrasa al-Ashrafiyya

131

inconnu

qarya

Ramla

100

Madrasa al-Ashrafiyya

132

inconnu

qarya

Hébron

100

Madrasa al-Ashrafiyya

133

inconnu

qarya

Hébron

100

Madrasa al-Ashrafiyya

134

inconnu

qarya

Hébron

100

Madrasa al-Ashrafiyya

135

inconnu

mazra‘a

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

136

inconnu

mazra‘a

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

137

inconnu

mazra‘a

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

138

inconnu

mazra‘a

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

139

inconnu

mazra‘a

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

140

inconnu

mazra‘a

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

141

inconnu

mazra‘a

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

142

inconnu

mazra‘a

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

143

inconnu

mazra‘a

Gaza

100

Madrasa al-Ashrafiyya

144

Bayt Sâûr

qarya

Jérusalem

50

Madrasa al-Mazhariyya

145

Dîr Bzî‘

qarya

Jérusalem

100

Madrasa al-Mâlikiyya

146

Qalûniya

qarya

Jérusalem

100

Zâwiya al-Shaykhûniyya

147

âb al-Suflâ

qarya

Jérusalem

91

Zâwiya al-Jarrâiyya

148

‘Ayn Kârim

qarya

Jérusalem

100

Zâwiya Abû Madyân al-Ghûth

149

Bayt Liqyâ

qarya

Jérusalem

100

Zâwiya al-Mihmâziyya

150

al-Ghazzâl

mazra‘a

Ramla

100

Zâwiya al-Adhamiyya

151

inconnu

mazra‘a

Gaza

100

Zâwiya al-Adhamiyya

152

Bayt affâfâ

qarya

Jérusalem

75

Zâwiya al-Adhamiyya

153

a‘n al-Asmar

qarya

Naplouse

33.33

Ribâ al-Manûrî

154

Jamla

qarya

Naplouse

12.5

Ribâ al-Manûrî

155

‘Aîra

qarya

Naplouse

33.33

Ribâ al-Manûrî

156

Ba‘‘âra

qarya

Naplouse

33.33

Ribâ al-Manûrî

157

Ra’s

qarya

afad

33.33

Ribâ al-Manûrî

158

‘Aâ

qarya

afad

33.33

Ribâ al-Manûrî

159

Bayt Siqâyâ

qarya

Jérusalem

25

Turba ‘Alâ’ al-Dîn al-Abâîrî

g- Résidences (dârs, bayts)

67Ce sont les habitations établies en waqfs par leur fondateur pour que leurs loyers financent les institutions religieuses de Jérusalem. Le tableau qui suit recense ces biens immobiliers, leur localisation et les types d’exploitation.

  • 97 Information provenant des registres de location des biens waqfs de la province de Jérusalem à la fi (...)

Tableau No 12 : Résidences appartenant aux waqfs khayrî à Jérusalem 97

  • 98 Il s’agit de toutes les maisons situées dans ce sûq.

N.

Type du bien

Localisation

Nombre

Type d’exploitation

1

dâr

Sûq al-uur

100 %98

ijâra wâida

2

dâr

Sûq al-Qaṭṭânîn

100 %

ijâra wâida

3

dâr

Bâb al-adîd

1

ijâra wâida

4

dâr

Bâb al-‘Âmûd

1

ijâra wâida

5

dâr

Bâb al-Ghawânima

2

ijâra wâida

6

dâr

Bâb al-Silsila

13

ijâra wâida

7

dâr

Bâb al-‘Atim

1

ijâra wâida

8

dâr

Maallat al-Sa‘diyya

10

ijâra wâida

9

dâr

Maallat al-Sharaf

9

ijâra wâida

10

bayt

Maallat al-Yahûd

23

ijâra wâida

11

dâr

Maallat al-Wâd

13

ijâra wâida

12

dâr

abs al-Ribâ

17

ijâra wâida

13

dâr

abs al-Dam

14

ijâra wâida

14

dâr

Bâb al-Majlis

1

ijâra wâida

15

dâr

aram al-Sharîf

11

ijâra wâida

16

dâr

Maallat al-Naârâ

11

ijâra wâida

17

dâr

Maallat al-Wâd

21

ikr

18

dâr

Maallat Bâb al-‘Âmûd

12

ikr

19

dâr

Maallat Bâb iṭṭa

1

ikr

20

dâr

Maallat al-Maghâriba

1

ikr

21

dâr

Maallat al-Sa‘diyya

3

ikr

22

dâr

Maallat Bâb al-Silsila

1

ikr

23

dâr

Maallat al-Sharaf

13

ikr

24

dâr

Maallat Khân al-Sulân

1

ikr

25

dâr

Maallat al-Arman

1

ikr

26

dâr

Maallat al-Naârâ

3

ikr

27

dâr

Bâb al-Khalîl

4

ikr

28

dâr

‘Aqabat al-Sarâyâ

2

ikr

29

dâr

Sûq al-Bâshûra

1

ikr

30

dâr

Sûq Khân al-Zayt

1

ikr

31

dâr

Sûq al-‘Aṭṭârîn

1

ikr

32

dâr

Sûq al-uur

1

ikr

33

dâr

Sûq al-Dabbâgha

1

ikr

34

dâr

Maallat al-Maghâriba

135

  

Waqf ahlî ou dhurrî (familial ou privé)

68Il est difficile de préciser le nombre exact de waqfs familiaux et privés à Jérusalem car les documents ne mentionnent que les évènements qui les touchent, comme un changement de mutawallî ou une plainte concernant une expropriation, ou encore un conflit entre différents bénéficiaires de biens waqfs, etc. Ces documents nous ont toutefois permis de rassembler un certain nombre d’éléments sur ce type de waqf.

  • 99 Ces registres se trouvent dans les Archives de la section de conservation du patrimoine à Abû Dîs - (...)

69Pour élargir notre recherche sur les waqfs dhurrî, nous avons également consulté les registres de location des biens waqf99 de la fin de l’époque ottomane, et plus particulièrement de la période de 1915 à 1918. Nous y avons trouvé des indications relatives à la nature des immeubles loués, leur localisation, le nom des waqfs et le nom des locataires. Il faut souligner que ces informations n’incluent pas les biens non loués.

  • 100 Information provenant des registres de location des biens waqfs de la province de Jérusalem à la fi (...)

Tableau No 13 : Waqfs dhurrî à Jérusalem 100

N

Nom du waqf

Type de bien

Nombre
de biens

Localisation

1

Amîn al-usaynî

dukkân
dâr
makhzan

6
4
1

Sûq al-Bâzâr

2

‘Abd al-Laîf al-usaynî

dâr
dâr
dâr
ar

1
7
4
1

Maallat al-Sa‘diyya
‘Aqaba al-Takiyya
près de Zâwiyat al-Basâmî
Bâb al-Sâhira

3

asan al-usaynî

dâr
dâr
makhzan
qahwa
dâr

karm
arâûna
dâr

dâr
karm
karm

1
2
2
2
1
1
1
1
2
1
1
1

‘Aqaba al-Takiyya
Bâb al-‘Âmûd
Bâb al-‘Âmûd
Bâb al-‘Âmûd
‘Aqaba al-Muftî
hors de Bâb al-Asbâ
hors de Bâb al-Asbâ
Bâb al-‘Âmûd
Maallat al-Sharaf
Maallat al-Arman
Jaffa
al-ûr

4

âhir al-usaynî

dukkân
dukkân
ma‘ara
âkhûr

2
1
3
1

Sûq al-Bâzâr
al-Wâd
al-Wâd
al-Wâd

5

Karîm al- usaynî

makhzan

1

Bâb al-‘Âmûd

6

Alî al-‘Alamî

dâr
bayt
dâr

2
7
1

Maallat al-Sarâyâ
Maallat al-Sarâyâ
‘Aqaba al-Sarâyâ

7

‘Abd al-Râziq al-‘Alamî

dâr
dâr
dâr
dâr
dâr
dâr
dâr
dukkân
dukkân
dukkân

dukkân
ar

4
1
1
1
1
1
1
1
1
2
2
1

Bâb al-‘Âmûd
Maallat al-Sa‘diyya
Bâb al-Khalîl
Bâb al-Sâhira
‘Aqaba al-Sarâyâ
al-Wâd
‘Aqaba al-Baîkh
Suwayqat ‘Allûn
Bâb al-Sâhira
Bâb al-‘Âmûd
Sûq al-Khawâjât
Bâb al-Sâhira

8

Yûsuf al-‘Alamî

dâr
dâr
makhzan
dukkân
dukkân

2
2
3
1
1

Maallat al-Sharaf
Maallta al-Arman
Bâb al-Khalîl
Bâb al-Silsila
Suwayqat ‘Allûn

9

âtim al-‘Alamî

dukkân
dukkân
dâr

6
3
2

Khân al-Zayt
Maallat al-Naârâ
Maallat al-Naârâ

10

Alî al-‘Alamî

dâr

2

Maallat al-Naârâ

11

Sulaymân Quṭṭîna

dâr
dâr
dâr
dâr
dâr
dâr
dâr
dâr
dâr
âkhûr
âkhûr
ma‘
ara
dukkân

dukkân
dukkân
furn
makhzan
qahwa

6.5
10
4
2
½
3
1
1
2
2
1
2
2
1
1
1
1
1

Bâb al-‘Âmûd
al-Wâd
Maallat al-Sa‘diyya
Maallat al-Naârâ
Maallat al-Yahûd
Maallat al-Jawwâlda
Maallat al-addâdîn
‘Aqaba al-Mawlawiyya
‘Aqaba al-Shaykh Rîân
‘Aqaba al-Shaykh Rîân
Maallat al-Naârâ
‘Aqaba al-Muftî
‘Aqaba al-Muftî
Bâb al-‘Âmûd
al-Wâd
Bâb al-‘Âmûd
Bâb al-‘Âmûd
al-Wâd

12

Muammad Quṭṭîna

dâr
dâr
dâr
dâr
dukkân
dukkân
dâr

5
1
1
1
1
1
1

al-Wâd
Maallat al-Naârâ
Maallat al-Jawwâlda
Maallat al-Sharaf
Maallat al-Sharaf
al-Sâa
al-Sâa

13

Âl-adûta

dâr
dâr
dâr
dâr
dâr

3
2
2
1
1

Près de ammâm al-‘Ayn
Maallat al-Sa‘diyya
Qanâir Khîr
Bâb al-‘Âmûd
Maallat al-Yahûd

14

Rashîd adûta

dâr
dâr
dâr

2
1
1

Bâb al-‘Âmûd
Qanâir Khîr
al-Wâd

15

‘Abd al-Laîf adûta

dâr
dâr
dâr
dâr

2
2
1
1

Bâb al-‘Âmûd
Qanâir Khîr
Maallat al-Sharaf
al-Wâd

16

Yûsuf al-Jâ‘‘ûnî

dâr
dukkân
qahwa

1
3
1

Maallat al-Yahûd
Maallat al-Yahûd
Maallat al-Yahûd

17

Khalîl al-Jâ‘‘ûnî

dâr
dâr
dâr
ikr du couvent arménien

1
1
1

Maallat al-Sharaf
ûsh al-Ghizlân
Maallat al-Naârâ
Dîr al-Arman

18

‘Umar al-Jâ‘‘ûnî

dâr
dukkân

1
1

Maallat al-Sharaf
Sûq al-Lam

19

‘Abd Allâh al-Dâwûdî

bayt
dâr
dâr
dâr
dâr
makhzan

2
1
1
1
½
1

Maallat al-Yahûd
Maallat al-Yahûd
Maallat al-Sa‘diyya
al-Sâa
Bâb al-‘Âmûd
Bâb al-Silsila

20

Muammad al-Qarmî

dukkân
dukkân

4
1

al-Wâd
Bâb al-Silsila

21

al-‘Anbûsî et Hindiyya

dukkân
qahwa
bank
(al-Bank al-‘Uthmânî
al-Bank al-‘Arabî )
(Lûkanda Filasîn)
âkhûr
makhzan

maktab
ar

dâr

âkhûr
dukkân

20
2
2
1
5
1
1
4
1
3
3
1
1

Bâb al-Khalîl
Bâb al-Khalîl
Bâb al-Khalîl
Bâb al-Khalîl
Bâb al-Khalîl
Bâb al-Khalîl
Bâb al-Khalîl
Bâb al-Khalîl
Sûq al-uur
Sûq al-uur
Bâb al-Silsila
al-Shaykh Jarrâ
al-Shaykh Jarrâ

22

‘Abd al-Jawwâd al-‘Asalî

dârdukkândârdârar
âkhûr
dâr
dukkânqahwa
ma‘
ara
dâr
furnâkhûr
makhzan

7
1
2
10
1
2
2
4
1
1
2
1
1
1

Maallat al-Sharaf
Maallat al-Sharaf
Maallat al-Silsila
près de la citadelle
près de la citadelle
près de la citadelle
Bâb al-Silsila
Bâb al-Silsila
Maallat al-Silsila
Maallat al-Silsila
Maallat al-Sharaf
Maallat al-Sharaf
Maallat al-Sharaf
Maallat al-Qal‘a

23

Muammad al-Mûqit

dâr
dukkân
dâr
dâr
dâr
dâr
dâr

5.5
2
2
1
1
1
1

Maallat al-Sharaf
Maallat al-Sharaf
Suwayqat ‘Allûn
‘Aqaba al-Baîkh
Bâb al-Silsila
Bâb al-adîd
Bâb iṭṭa

24

Amad al-Mûqit

dâr
qahwa
dâr

dâr
dâr
qar

1
1
1
3
3
1

Suwayqat ‘Allûn
Suwayqat ‘Allûn
‘Aqaba al-Baîkh
Maallat al-Sharaf
près d’al-ûr
près d’al-ûr

25

Kamâl Abû Sharîf

Dukkân
dukkân
dukkân
dukkân

7
2
1
1

Bâb al-Silsila
Maallat al-Sharaf
Maallat al-Yahûd
Bâb al-‘Âmûd

26

‘Abd al-Raîm al-Shihâbî

dukkândukkândukkândukkândukkândâr

1
1
1
1
1
1

Sûq al-‘Aṭṭârîn
Sûq al-uur
al-Wâd
Sûq al-Bâshûra
Suwayqat ‘Allûn
al-Wâd

27

‘Abd al-Qâdir al-Quub

dâr
dukkân
dukkân

8
4
1

Maallat al-Sharaf
Maallat al-Sharaf
Maallat al-Silsila

28

Sulaymân al-Nashshâshîbî

dâr
dâr
dâr
dâr

2
1
4
2

Sûq al-uur
‘Aqaba al-Muftî
al-Wâd
‘Aqaba Raṣṣâ

29

Karîm al-Dîn ‘Alî al-Nimrî

dâr
dukkân
makhzan
âkhûr
ar

18
6
4
2
5

Maallat al-Sharaf
Maallat al-Sharaf
Maallat al-Sharaf
Maallat al-Sharaf
al-Baq‘a

30

al-‘Asaliyya

dâr
makhzan
dâr
makhzan
dukkân
karm
dâr

qahwa
ma‘
ara
dukkân

dâr
furn
âkhûr

6
1
7
1
1
1
2
1
1
1
1
1
1

Maallat al-Sharaf
Maallat al-Sharaf
Près de la citadelle
Près de la citadelle
Près de la citadelle
Près de la citadelle
Bâb al-Silsila
Bâb al-Silsila
Bâb al-Silsila
Bâb al-Silsila
Maallat al-âkûra
Maallat al-âkûra
Maallat al-âkûra

31

Yûsuf abb Rummân

dâr

6

Bâb iṭṭa

32

âli al-‘Asalî

dâr

1

près de la citadelle

33

asan Iqmî‘

dâr
dukkân
dâr

2
3
1

Maallat al-Yahûd
Maallat al-Yahûd
Maallat al-Maghâriba

34

‘Umar al-Jâ‘ûnî

dâr

1

Maallat al-Yahûd

35

Abî al-Fal al-‘Alamî

dukkân

3

Maallat al-Yahûd

36

Qurqush

dukkân

2

Maallat al-Yahûd

37

‘Îsâ Abû Isbîtân

dâr

3

Bâb al-‘Âmûd

38

‘Umar Bûjja

dâr

1

Bâb al-‘Âmûd

39

ima al-Khâlidî

dâr

1

Maallat Bâb iṭṭa

40

Mûsa Afandî al-Khâlidî

dâr
dâr
bayt

1
1
1

Bâb al-‘Âmûd
Maallat al-Zrâ‘în
Bâb al-‘Âmûd

41

Shaykh un‘ Allâh al-Khâlidî

dâr
dâr
âil

1
1
2

Maallat al-Zrâ‘în
Khaṭṭ Dâwûd
Maallat al-Zrâ‘în

Waqf mundaris

70Les waqfs mundaris sont ceux dont nous ne connaissons ni le fondateur ni les bénéficiaires qu’il aurait pu désigner. Nous avons mentionné leur signification au chapitre précédent, nous décrirons plus loin la situation juridique, l’administration et les bénéficiaires de ce type de waqf. Le tableau qui suit précise les biens et les emplacements des waqfs mundaris dans notre corpus.

  • 101 Information provenant des registres de location des biens waqfs de la province de Jérusalem à la fi (...)

Tableau No 14 : Biens waqfs mundaris à Jérusalem 101

N.

Type de bien

Localisation du bien

Nombre de biens

1

dukkân

Sûq al-Lam

37

2

dukkân

Sûq Khân al-Zayt

52

3

dukkân

Sûq al-‘Aṭṭârîn

1

4

dukkân

Maallat al-Wâd

9

5

dukkân

Maallat al-Naârâ

1

Waqfs musulmans fondés à Jérusalem entre 1858 et 1917

  • 102 En ce qui concerne l’aspect juridique du aqq al-intifâ‘, notamment le contrat du khulû, al-Ramlî n (...)

71Pour étudier les fondations waqfs créées par les musulmans à Jérusalem intra-muros entre 1858 et 1917, nous nous sommes efforcés de répondre aux questions suivantes : dans quelle catégorie étaient ces biens waqfs ? Étaient-ils des waqfs khayrî, dhurrî ou les deux ? Lesquels étaient rentables (magasins ? maisons ? terres ?) S’agissait-il de biens privés ou de biens waqfs transformés par la suite au profit d’autres bénéficiaires par la possession du droit d’usage (aqq al-intifâ‘102 ? Cette opération était en effet fréquemment réalisée sur la base de contrats de location de biens waqfs notamment de khulû shar‘î murad ou de ikr. Quels étaient les objectifs des fondateurs de ces waqfs ? Étaient-ils de véritables philanthropes ou avaient-ils des motivations familiales ou politiques ? Qui étaient les bénéficiaires désignés par les fondateurs ? Quelles étaient les conditions stipulées par les fondateurs ?

  • 103 Peri, 1990, p. 163.
  • 104 AL-MADANÎ, 1996, p. 164-182.

72Pour répondre à ces questions, nous nous sommes appuyés sur les données de 12 waqfiyyas inscrites dans les registres des cadis de Jérusalem pendant la période étudiée. Nous avons ainsi pu constater que la deuxième moitié du XIXe siècle avait été moins propice à la création de waqfs musulmans à Jérusalem que la première moitié du même siècle, proportionnellement aux waqfs non musulmans fondés à la même période. En remontant à la période précédente, ‘Ûdîd Bîrî rapporte que 70 waqfs musulmans ont été créés entre 1773 et 1799 103. De son côté, al-Madanî enregistre la fondation de 119 waqfs musulmans, divisés en 83 waqf dhurrî et 36 waqf khayrî 104 entre 1800 et 1830 à Jérusalem.

73Les 12 waqfs musulmans créés à Jérusalem entre 1858 et 1917 étaient des waqfs dhurrî. Dans les documents consultés, il n’y a aucune mention de création de waqfs khayrî musulmans à cette époque à Jérusalem. Et ce contrairement aux waqfs non musulmans, notamment aux waqfs juifs dont nous parlerons un peu plus loin dans ce chapitre. Nous pouvons donc avancer que les objectifs des fondateurs des waqfs musulmans de cette période étaient basés sur des motivations familiales.

74Il est difficile d’expliquer les raisons de l’absence de création de biens waqfs musulmans khayrî pendant cette période. Nous n’avons trouvé aucune précision à ce sujet dans les mémoires de l’époque ; les archives ne donnent pas, non plus, d’indice quelconque là-dessus. Nous pensons néanmoins que cette absence peut s’expliquer par les changements de statut de propriété que les waqfs musulmans, et surtout les waqfs khayrî, ont connu à cette période. Nous évoquerons ces changements avec plus de détails dans la deuxième partie de notre étude.

75Pendant la deuxième moitié du XIXe et au début du XXe siècle, les biens waqfs khayrî musulmans ont subi, à Jérusalem, un mouvement de confiscation arbitraire et de détournement, pour des raisons que nous évoquerons plus loin, et ce sans le moindre respect à l’égard des objectifs et conditions stipulés par les fondateurs. Ces opérations ont été effectuées par des moyens tantôt légaux, tantôt illégaux, et ont eu pour conséquence une baisse considérable du nombre de biens waqfs khayrî musulmans à Jérusalem par rapport aux waqfs dhurrî, moins touchés par ce mouvement. Les biens waqfs non musulmans ont été, eux, complètement épargnés. Il semble donc que cette situation ait provoqué l’arrêt de la création de nouveaux waqfs khayrî musulmans à cette période, car les fondateurs ne pouvaient plus espérer obtenir la protection que la sharî‘a aurait dû, en théorie, leur garantir. Du fait que la sharî‘a et surtout les tribunaux ne défendaient plus les biens en waqf khayrî, les fondateurs potentiels ont pu décider de mettre leurs biens en waqfs dhurrî. De cette façon, ils étaient à la fois gestionnaires et bénéficiaires du waqf et gardaient leurs biens intacts en les protégeant d’un transfert hors du statut de waqf. Cette hypothèse est appuyée par les arguments qui suivent.

  • 105 Sijill 342, milieu de Jumâdâ I 1275/1958, p. 24-26.
  • 106 Sijill 345, 1277/1860, p. 165.
  • 107 Sijill 351, 10 Jumâdâ I 1282/1865, p. 107-112.

76Tout d’abord, en tant qu’administrateurs de leurs waqfs, les fondateurs gardaient la gestion de leurs biens en waqf durant toute leur vie. À leur décès, leur famille héritait de cette fonction, génération après génération. En voici quelques exemples : au milieu du mois de Jumâdâ I 1275/1858, le fondateur Amad b. Muammad a précisé qu’il sera le gestionnaire de son waqf situé à Jérusalem dans le Sûq al-Bâshûra. À son décès, la gestion sera transmise à son fils Amad, puis à son neveu ‘Abd al-Ramân et, après eux, les plus sages de leurs enfants (al-arshad fa al-arshad) se partageront la gestion 105. Ailleurs, la fondatrice Asmâ b. Khalîl al-Qaṭṭân a gardé la gestion de son waqf en 1277/1860 de son vivant, puis l’a transmise au plus sage de ses descendants 106. Le 10 Jumâdâ I 1282/1865, le fondateur Muammad Afandî Darwîsh b. Muṣṭafâ Âghâ, qui était également délégué (qâ’immaqâm) des waqfs de la Khâṣṣikî Sulân, s’est nommé lui-même mutawallî de son waqf. Il a désigné comme son successeur son fils Muṣṭafâ et par la suite le plus sage des générations suivantes 107.

  • 108 Sijill 342, 9 Rajab 1275/1859, p. 61-63.
  • 109 Sijill 368, début Rajab 1297/1880, p. 24-26.

77Dans les documents qui suivent, nous avons noté que les fondateurs exigeaient que leurs biens soient gérés par leur famille tant qu’elle en était bénéficiaire mais que si les bénéficiaires changaient, la gestion était également transférée dans des conditions pleinement définies par les fondateurs. Nous avons pu constater que la majorité des fondateurs de notre échantillon ont précisé qu’à l’extinction de leur descendance et donc en l’absence de bénéficiaires directs, les biens de leurs waqfs seront transmis à la mosquée al-Aqâ, et à Qubbat al-akhrâ (Dôme du Rocher). À partir de ce transfert, la gestion de leurs biens était assurée par le mutawallî des waqfs rattachés à ces deux lieux saints. À titre d’exemple, le 9 Rajab 1275/1859, le fondateur Muammad b. Ibrâhîm Qwîdir s’est nommé lui-même gestionnaire de son waqf dont les biens se trouvaient à Jérusalem, rue Marzibân. Selon les usages, il a désigné son fils Yayâ comme son successeur, et, après son fils, le plus sage de chaque génération. À l’extinction de la famille, le waqf sera transmis à la mosquée al-Aqâ et à Qubbat al-akhrâ, et la gestion reviendra au mutawallî des waqfs de ces deux lieux 108. De même, au début de Rajab 1297/1880, le fondateur Sulaymân b. ‘Abd Allâh Âghâ, a gardé la gestion de son waqf dont les biens se trouvaient à Jérusalem dans la Maallat Bâb al-‘Âmûd. Il a désigné son fils Rashîd Âghâ comme son successeur au poste de mutawallî, puis le plus sage parmi ses garçons. En l’absence de progéniture masculine, l’une des filles pourra accéder au poste de mutawallî pour garder le waqf dans la famille. Au cas où le waqf serait transmis au aram al-Sharîf, la gestion reviendrait au mutawallî des waqfs de ce lieu sacré 109.

  • 110 Sijill 378, 20 Dhû al-Qa‘da 1306/1889, p. 176-177.

78Tous les fondateurs musulmans de la période de notre étude étaient d’accord pour que le cadi de Jérusalem nomme un mutawallî parmi les pauvres de Jérusalem lorsque les pauvres étaient bénéficiaires de leurs waqfs. Par exemple, le 20 Dhû al-Qa‘da 1306/1889, le fondateur Muammad Kamâl al-Dîn b. Sulaymân Afandî al-Dajjânî a stipulé que la gestion de son waqf dont les biens sont situés derrière les murailles de Jérusalem, serait assurée par lui-même de son vivant. Lorsque le waqf sera transmis à la Zâwiya al-Nabî Dâwûd (du prophète David), le responsable de cette zâwiya devra alors en assurer la gestion. Et lorsque le waqf reviendra aux pauvres de Jérusalem, le cadi sera chargé de nommer un gestionnaire parmi les pauvres de la ville 110.

  • 111 Sijill 341, début Rabî‘ I 1274/1877, p. 13.
  • 112 Sijill 345, 10 Rabî‘ I 1277/1860, p. 165.

79Tous les fondateurs musulmans de la période de notre étude ont établi leurs waqfs en leur propre faveur initialement, puis au profit de leurs familles. Au début de Rabî‘ I 1274/1858, la fondatrice al-âjja Fâima b. Muṣṭafâ Kharrâz, épouse d’al-Sayyid Mûsâ al-Khalîlî, a mis en waqf ses biens situés à Jérusalem pour elle-même, de son vivant. À sa mort, son waqf sera transmis à la fille qu’elle a eue avec Muammad Mûsâ al-Khalîlî, puis à son propre frère asan Kharrâz et enfin à son mari Muammad Mûsâ al-Khalîlî. Elle a désigné 4 qîrâs des revenus de son waqf pour son frère, 4 qîrâs pour son mari et tout le reste pour sa fille. Au décès de ces 3 personnes, les bénéficiaires du waqf d’al-âjja Fâima seront les fils de son mari, Muṣṭafâ, asan et Muammad et, à leur mort, les enfants de sa fille selon le partage imposé par la loi musulmane entre garçons et filles, soit deux parts pour le garçon, une part pour la fille 111. Dans un autre exemple, le 10 Rabî‘ I 1277/1860, la fondatrice Asmâ b. Khalîl al-Qaṭṭân a mis ses biens en waqf à son propre profit puis à celui de ses enfants, Mamûd et Nafîsa. À son décès, les revenus du waqf d’Asmâ iront aux enfants masculins et féminins de Mamûd et, après eux, aux descendants masculins de Mamûd. En cas d’extinction de la descendance masculine, le waqf reviendra aux filles de Mamûd 112. Notons que cette wâqifa a privé les enfants de sa fille du waqf contrairement à l’autre fondatrice, al-âjja Fâima b. Muṣṭafâ qui n’avait pas fait de différence entre garçons et filles sauf dans la proportion des revenus, conformément aux pratiques coraniques.

  • 113 Sijill 378, 1305/1883, p. 176-177.

80Un certain nombre de fondateurs ne se sont pas conformés à ces pratiques et ont divisé leur héritage en parts égales entre garçons et filles comme l’illustre l’exemple suivant. Muammad Kamâl al-Dîn b. Sulaymân al-Dîn Afandî al-Dadjjânî, évoqué précédemment, a mis une partie de ses biens en waqf pour lui-même, puis, à son décès, a