Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Chroniques de la révolte syrienne

 | 
Mémoire créative de la révolution syrienne

Zamalka

Volltext

Sa‘oud al-Abdallah. Zamalka, 2012. Tableau

Sa‘oud al-Abdallah. Zamalka, 2012. Tableau

1Localité de la Ghouta orientale, Zamalka est située dix kilomètres à l’est du centre-ville de Damas. Elle jouxte Jawbar à l’ouest, Irbine à l’est, Ain Terma au sud et Harasta au nord 1. Comme ailleurs dans la Ghouta 2, on y travaille dans l’agriculture. L’origine de son nom est à chercher dans le terme « zamalkane », désignant l’homme qui donne des soins aux chevaux malades. En effet, c’est là que les habitants de la Ghouta faisaient soigner leurs bêtes 3.

2Le 01/04/2011 4, « vendredi des martyrs », les habitants de Zamalka sortent pour la première fois dans la rue, en solidarité avec ceux de Deraa. À partir de cette date, ils continuent à manifester massivement, essayant d’atteindre Damas, et particulièrement la place des Abbassides. Le 15/04/2011, ils brûlent une affiche représentant Hafez et Bachar al‑Assad 5, située entre Zamalka et Jawbar.

  • 6 Rencontre des manifestants de Zamalka et d’Irbine : http://bit.ly/1VF1QkY
  • 7 Irbine après l’arrivée des manifestants de Zamalka : http://bit.ly/1LGqzA2
  • 8 Rencontre à Zamalka des manifestants venus de différentes localités de la Ghouta orientale : http: (...)

3Puis les habitants de Zamalka commencent à défiler avec ceux d’Irbine 6, localité voisine. Leur cortège est ensuite rejoint par ceux de Ain Terma et de Jawbar 7, formant des manifestations unitaires 8 qui tentent d’atteindre la place des Abbassides.

4Le 22/04/2011, « Vendredi saint », les manifestants arrivent à quelques mètres de la place des Abbassides. Les forces du régime ouvrent alors le feu sur eux, perpétrant un massacre qui prendra le nom de « massacre de Zablatani ». Le jour‑même, les habitants de Zamalka marchent en grand nombre 9 aux funérailles de leurs martyrs 10 : Izzedine al‑Naddaf, Ahmad Mamlouk et Wael Irbini 11.

5L’action révolutionnaire s’intensifie. Aux manifestations du vendredi s’ajoutent les marches nocturnes 12 et les marches étudiantes, très fréquentées.

6Le 08/08/2011, les appareils de la Sûreté encerclent Zamalka et Irbine, bloquent la circulation. Les habitants racontent que, depuis le matin, on a coupé les communications à Zamalka 13. Les manifestations n’en continuent pas moins. Les plus massives ont lieu au mois de Ramadan, le 18/08/2011, après les tarawihs (prières de nuit du Ramadan) 14.

7En décembre 2011, Zamalka participe à la « grève de la dignité ». On y manifeste matin 15 et soir 16, et les activistes organisent un lâcher de ballons 17 pour fêter le succès de l’action.

8Fin janvier 2012, l’ASL – présente dans des localités voisines déjà libérées – prend le contrôle de Zamalka et d’un grand nombre d’autres bourgades. Des combats de grande envergure s’y déchaînent alors, accompagnés de violents bombardements. L’ASL fait marche arrière, et la ville retombe sous la coupe du régime le 01/02/2012 18.

9Le 30/06/2012 19, une puissante explosion se produit aux funérailles de l’activiste Abdelhadi al‑Halabi, assassiné la veille par les Chabbihas 20. Elle fait soixante‑dix morts et des centaines de blessés. C’est l’événement le plus meurtrier depuis le début de la révolution 21.

  • 22 « L’Armée Libre à Zamalka après la libération du checkpoint al-Balad » : http://bit.ly/1LZa8UL

10Suite à cette explosion, l’ASL lance une bataille pour la libération de Zamalka. Fin juillet 2012, après la prise de contrôle du checkpoint d’al‑Balad 22, en bordure de la ville, et le retrait définitif des forces du régime, l’ASL atteint son objectif.

11À partir de cette date, l’ASL contrôle Zamalka. Le régime, après s’en être retiré, continue à la bombarder 23.

12Les combats continuent avec la même violence 24. Les forces du régime tentent de reprendre la ville. Le 13/02/2013, les factions d’opposition repoussent les chars. Ceux‑ci sont contraints de fuir. Le Liwa’ al‑Islam (Brigade de l’Islam) les bombarde 25, et réussit à en détruire certains 26. Ses combattants parviennent également à abattre un Mig 27.

13Le 19/03/2013, le régime bombarde la ville, engendrant des destructions majeures 28. La situation humanitaire s’effondre 29. Le 25/06/2013, le Liwa’ al‑Islam fait sauter des immeubles environnant Zamalka où se concentrent les forces du régime 30.

14L’attaque chimique du 21/08/2013 touche Zamalka de plein fouet. À l’aube, le régime bombarde les deux Ghoutas au gaz Sarin 31, tuant des centaines de personnes. Il y a plus de 400 victimes à Zamalka 32. Tout de suite après le massacre, le régime tente d’envahir la ville. L’ Armée de l’Islam – dirigée par Zahran Allouche – fait échouer la tentative à l’issue de violents combats 33.

15À partir de cette date, le régime cesse ses continuelles tentatives d’envahir la ville. Tout au long des années 2014 et 2015, il continue à la bombarder, causant d’effroyables destructions 34.

16Fin 2015, Zamalka est toujours sous le contrôle des factions d’opposition, dirigées par l’Armée de l’Islam. La ville souffre d’une situation humanitaire très difficile en raison des bombardements incessants du régime.

17Revenons au mouvement pacifique à ses débuts. Les activistes créent le Comité de coordination de Zamalka 35, qui organise et documente l’action révolutionnaire au niveau local.

18Plus tard, ils fondent le Conseil local 36, afin de gérer les services de la ville et de faciliter la vie des habitants soumis au siège. À quoi s’ajoute l’équipe de la Défense Civile (Casques blancs) 37 qui éteint les incendies et vient au secours de la population.

19Les activistes fondent également le Réseau d’informations de Zamalka 38, et son Bureau de la communication 39 qui fait paraître six numéros du journal « Miroir de la révolution syrienne » 40. Le groupe « Dans l’objectif d’un jeune Damascène » documente en images la destruction de la localité 41. Le tagueur de Zamalka trace sur les murs les slogans de la révolution 42.

20La série « Timbres de la révolution syrienne » 43 en consacre un aux victimes de l’explosion du 30/06/2012 44. Pour la première commémoration de l’attaque chimique sur la Ghouta orientale, les activistes de Zamalka lancent l’action « Respirer la mort » 45, au cours de laquelle ils organisent plusieurs évènements culturels et médiatiques.

  • 46 Nombre de victimes selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2lGWqx
  • 47 Nombre de détenus selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2l9AqYX
  • 48 Nombre de victimes selon la Base de données des martyrs de la révolution syrienne : http://bit.ly/ (...)

21Depuis les débuts de la révolution jusqu’à la fin de l’année 2015, le Centre de documentation des violations en Syrie recense 69 victimes 46 et un seul détenu 47 à Zamalka. La Base de données des martyrs de la révolution syrienne fait état, quant à elle, de 1118 victimes 48 pour la même période.

Anmerkungen

1 Site de la ville de Zamalka : http://bit.ly/2qJ1OzN

2 Wikipédia : http://bit.ly/2smYcEG

3 Origine du nom « Zamalka » : http://bit.ly/1RgJFB4

4 Première manifestation à Zamalka : http://bit.ly/1QF8ud6

5 La photo de Bachar al-Assad brûlée par les manifestants : http://bit.ly/1QfgQ9d

6 Rencontre des manifestants de Zamalka et d’Irbine : http://bit.ly/1VF1QkY

7 Irbine après l’arrivée des manifestants de Zamalka : http://bit.ly/1LGqzA2

8 Rencontre à Zamalka des manifestants venus de différentes localités de la Ghouta orientale : http://bit.ly/1T7FEmb

9 « Noce » des martyrs du « Vendredi saint » à Zamalka : http://bit.ly/1LGtLLU

10 Zamalka, funérailles des martyrs du massacre de Zablatani : http://bit.ly/1T7Jyvq

11 Martyrs de Zamalka : http://bit.ly/1mYm7WI

12 Manifestations nocturnes à Zamalka : http://bit.ly/1VFcJ6l

13 Le siège de Zamalka : http://bit.ly/1Ldj2xu

14 Manifestations des tarawihs : http://bit.ly/1oBFeHa

15 Manifestations à l’occasion de la grève de la dignité : http://bit.ly/1TWtFs1

16 Manifestations nocturnes à l’occasion de la grève de la dignité : http://bit.ly/1UoLf6n

17 Grève de la dignité, lâcher de ballons : https://www.youtube.com/watch?v=XQ0KDIL0-YI

18 « L’Armée Libre se retire de Zamalka » : http://bit.ly/1TE7ruv

19 Wikipédia, l’explosion de Zamalka : http://bit.ly/1pfOOjs

20 « Aveux de la cellule ayant assassiné l’activiste Abdelhadi al-Halabi » : http://bit.ly/1RGuwqn

21 « Syrie, l’explosion la plus meurtrière »: http://bit.ly/1MeLOsP

22 « L’Armée Libre à Zamalka après la libération du checkpoint al-Balad » : http://bit.ly/1LZa8UL

23 Les Mig bombardent Zamalka : http://bit.ly/1QUESmR

24 Archives du Comité de coordination de Zamalka, janvier 2013 : http://bit.ly/2onCL7i

25 Zamalka, retrait des blindés du régime : http://bit.ly/1pDV9Wy

26 Le Liwa’ al-Islam détruit un char du régime : http://bit.ly/1QPqVK6

27 Archives du Comité de coordination de Zamalka, février 2013 : http://bit.ly/2nuZGdi

28 Dégâts des bombardements à Zamalka : http://bit.ly/1QUGrB7

29 Situation humanitaire désastreuse à Zamalka : http://bit.ly/1TEfFCG

30 Explosions aux sièges des forces du régime à proximité de Zamalka : http://bit.ly/1P60LNJ

31 « Le régime d’Assad perpètre un massacre à l’arme chimique » : http://bit.ly/1pmQIzp

32 Martyrs de l’attaque chimique à Zamalka : http://bit.ly/1V2icGr

33 « Deux jours après l’attaque chimique, combats contre l’armée du régime » : http://bit.ly/1QNoJSc

34 Dégâts des bombardements à Zamalka : http://bit.ly/229LRTv

35 Comité de coordination de Zamalka : http://bit.ly/22ktUla

36 Conseil local de Zamalka : http://on.fb.me/1pofT3W

37 Défense Civile de Zamalka : http://on.fb.me/1RmEGfe

38 Réseau d’informations de Zamalka : https://goo.gl/pnpF15

39 Zamalka média : http://on.fb.me/1nOy41C

40 « Miroir de la révolution syrienne » : http://on.fb.me/22msjIf

41 « Dans l’objectif d’un jeune Damascène » : http://bit.ly/1pLDr3i

42 « Respirer le gaz chimique » : http://bit.ly/1ROkJyB

43 « Appel au secours » : http://bit.ly/2rNC1dO

44 Wikipédia, l’explosion de Zamalka : http://bit.ly/1pfOOjs

45 Campagne « Respirer la mort » : http://bit.ly/1Z0WbYu

46 Nombre de victimes selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2lGWqxt

47 Nombre de détenus selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2l9AqYX

48 Nombre de victimes selon la Base de données des martyrs de la révolution syrienne : http://bit.ly/2dPO7YO

Abbildungsverzeichnis

Titel Sa‘oud al-Abdallah. Zamalka, 2012. Tableau
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12963/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 1,2M

© Presses de l’Ifpo, 2018

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540