Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniques de la révolte syrienne

 | 
Mémoire créative de la révolution syrienne

Le Golan

Texte intégral

Activistes du Golan. À bas le tyran Bachar al-Assad, 2012. Graffiti

Activistes du Golan. À bas le tyran Bachar al-Assad, 2012. Graffiti

Activistes d'Idlib. Où est ton ennemi?, 2012. Pancartes

Activistes d'Idlib. Où est ton ennemi?, 2012. Pancartes

1Le plateau du Golan se situe au sud-ouest de la Syrie, à 50 kilomètres de Damas. Au sud, la rivière Yarmouk le sépare du Hawran. Au nord, il confine au Jebel al‑cheikh, et à l’ouest, au lac de Tibériade. Le nom « Golan » trouve son origine dans le mot « ajwal », « pays de poussière », cité dans l’Ancien Testament. Autrefois, toutes les localités du Golan relevaient administrativement du gouvernorat de Qouneytra. Les habitants vivaient de la culture, tout particulièrement celle des pommes et des cerises. Lors de la guerre de 1967, Israël occupe les deux tiers du plateau. La plupart de ses habitants se réfugient alors à Damas et à Deraa. Ceux qui restent sous occupation israélienne se concentrent dans cinq villages : Bouq‘atha, Ain Qaniyeh, al‑Ghajar, Mas‘adeh, et, le plus grand : Majd al‑Chams 1.

2Après la guerre de 1973, un accord de cessez‑le‑feu est signé. Israël se retire de Qouneytra, et l’armée syrienne quitte ses alentours. Une force internationale, la FNUOD (Force des Nations Unies chargée d’Observer le Désengagement) 2, est chargée de surveiller l’application du cessez‑le‑feu 3. Jusqu’à aujourd’hui, le régime syrien interdit la reconstruction de la ville. Il empêche les habitants de revenir chez eux dans la partie non‑occupée du plateau, ne les autorisant qu’à de brèves visites qui nécessitent une autorisation préalable. Il y a actuellement trois zones d’habitation principales dans la zone non‑occupée : Khan Arnabeh, Sa‘ssa‘ – où l’on trouve une branche de la Sûreté militaire 4 – et la ville al‑Baath, construite en 1986 près des décombres de Qouneytra pour abriter les bureaux gouvernementaux.

3En juin 2011, le régime permet à la population de se rendre jusqu’aux frontières du Golan occupé. Il tente ainsi de détourner l’attention des crimes qu’il commet contre son peuple, tout en montrant à la communauté internationale qu’il est toujours capable de rebattre les cartes dans la région. Il pousse un groupe de jeunes gens – déplacés originaires du Golan et réfugiés palestiniens – à traverser les frontières pour gagner Majd al‑Chams. L’armée israélienne ouvre le feu sur eux, faisant plus de dix morts 5.

4Dans la zone occupée, la population se scinde entre partisans du régime syrien et partisans de la révolution 6. Le 24/03/2011, ces derniers font paraître un communiqué de soutien au soulèvement débuté à Deraa 7. Le 24/05/2011, ils appellent à un rassemblement à Majd al‑Chams contre l’effusion de sang en Syrie. Il est prévu qu’un autre se tienne simultanément à Damas 8. Le régime commence par l’autoriser, puis l’interdit au dernier moment 9.

  • 10 « Le détenu Amacheh salue les révolutionnaires syriens depuis sa prison » : http://bit.ly/1FGcTHn
  • 11 « Wi’am Amacheh libéré : les célébrations se transforment en manifestation appelant à la chute du (...)
  • 12 Lancement du « Comité de coordination du Golan occupé » : http://bit.ly/1ilS3wD
  • 13 Agression contre la famille de Wi’am Amacheh : http://bit.ly/1P4gdhG

5Le 24/09/2011, le Syrien Wi’am Amacheh, détenu dans les prisons israéliennes, entame une grève de la faim pour protester contre la façon dont le régime syrien réprime son peuple 10. C’est un revers pour Bachar al‑Assad, qui prétend être soutenu par ceux qui résistent à Israël. Le 19/10/2011, lorsque Wi’am Amacheh est libéré, les habitants de Bouq‘atha refusent de brandir des portraits de Bachar al‑Assad, et les festivités se transforment en manifestation de soutien à la révolution syrienne 11. Les médias du régime ignorent totalement l’évènement. Wi’am Amacheh annonce la création d’un Comité de coordination 12 dans le Golan occupé. En représailles, sa famille subit une agression. Son père, un homme âgé, est passé à tabac. Il s’en tire avec blessures et fractures 13.

6En raison de la présence des forces israéliennes, les habitants du Golan occupé ne manifestent pas. Une exception se produit néanmoins le 23/12/2011 14,« Vendredi du protocole de la mort ». Ce jour-là, les habitants de Majd al‑Chams descendent dans la rue.

7Le 10/02/2012 15, pour protester contre le calvaire des Syriens, des activistes font trois jours de grève de la faim.

8La partie non-occupée du plateau est vidée de sa population depuis 1967. Cependant, les personnes qui en sont originaires participent aux manifestations dans leurs différents quartiers d’accueil : Hajar al‑Aswad 16, Sbeyneh 17 et Tadamoun 18 à Damas, ou bien le camp de Deraa 19. Dans leurs manifestations, ils se déclarent « fils du Golan vendu ». Comprendre : vendu par le régime en échange de son maintien au pouvoir 20.

9Le 23/01/2013, le Front al‑Nosra fait exploser à la voiture piégée le siège des renseignements militaires de Sa‘ssa‘, tuant toutes les personnes présentes 21. La zone non-occupée devient alors le théâtre d’affrontements entre les forces du régime et des factions d’opposition venues des régions voisines.

10Le 27/08/2014 22, des factions d’opposition – dont le Front al‑Nosra – prennent le contrôle de quasiment toute la zone non-occupée. Après une bataille où plus de vingt soldats du régime trouvent la mort, l’opposition arrive jusqu’au point de passage entre les deux zones, situé à Qouneytra. En représailles à la « complaisance » des Nations Unies envers le régime syrien, le Front al-Nosra capture alors 45 Casques bleus 23. Ils seront libérés par la suite. Après cet événement, l’ONU retire définitivement tous ses effectifs 24.

11Le 17/01/2015, un raid aérien israélien vise Mazra‘at al‑Amal, au nord du gouvernorat de Qouneytra, tuant de hauts responsables du Hezbollah 25 et de la Garde révolutionnaire iranienne. Parmi eux, Jihad Moughniyeh, fils de l’ancien dirigeant militaire du Hezbollah Imad Moughniyeh. À la fin du mois, deux obus tirés depuis le territoire syrien tombent dans la zone occupée 26. L’artillerie israélienne bombarde leur point de lancement.

12Le 28/04/2015, des batailles éclatent entre les combattants du Front al-Nosra et ceux de Saraya al‑Jihad (Escadron du Jihad), qui ont fait allégeance à l’État Islamique 27. Le théâtre de ces affrontements est la région d’al‑Qahtaniya, proche de la zone occupée. Les hommes de Saraya al‑Jihad battent en retraite.

13Le 21/08/2015, l’aviation israélienne bombarde un village au motif qu’il est un point de lancement d’obus 28. Le raid fait cinq victimes.

  • 29 Les avions israéliens bombardent des positions du régime dans les alentours de Qouneytra : http:// (...)
  • 30 « Israël craint que les combats syriens ne débordent sur son territoire, et surveille les cellules (...)

14Durant les derniers mois de l’année 2015, les factions d’opposition intensifient leurs bombardements – obus et tirs de mortier – sur la partie occupée, provoquant une tension croissante. Israël riposte par des bombardements 29 à l’artillerie et des raids aériens. Fin 2015, la plupart de la zone non‑occupée est toujours aux mains de l’opposition, dont le Front al‑Nosra 30.

15Revenons au mouvement pacifique à ses débuts. Des jeunes gens de la région fondent le « Comité de coordination du Golan occupé » 31, puis, dans la zone non occupée, le Comité local du gouvernorat de Qouneytra 32. Paraît le journal « Le Golan vendu » 33. « L’association du Golan pour l’aide humanitaire et la croissance » 34 ainsi que l’équipe de bénévoles « Pour le Golan » 35 proposent des aides humanitaires à la population. La fondation Madad 36 joue un rôle important dans l’enseignement, ainsi que dans la documentation des violations des droits de l’homme. Elle soutient également les projets d’agriculture sur le plateau.

16Lors du premier anniversaire de la révolution, la série « timbres de la révolution syrienne » 37 en consacre un aux contestataires du Golan 38. Une campagne de graffitis anti-régime est organisée sur les murs de Majd al‑Chams 39.

17Le cinéaste Firas Fayyad 40 réalise « Soixante minutes » 41, un film ayant trait aux souvenirs et aux espoirs des habitants du Golan. Son film précédent, « Sur l’autre rive » 42, lui avait valu quatre mois de détention.

18« Le nuage au dos courbé » 43, recueil du poète Yasser Khanjar, évoque la révolution et la quête de liberté. Plusieurs artistes, dont les sculpteurs Hassan Khater, Akram al‑Halabi et Randa Maddah 44, consacrent eux aussi des œuvres à la révolution 45. Tous sont originaires du Golan.

19Il n’existe jusqu’à aujourd’hui aucune réelle documentation autour des victimes et des détenus originaires du Golan. Tombés ou arrêtés dans leur lieu d’accueil, ils figurent dans les statistiques de ces derniers.

Notes

1 Wikipédia : http://bit.ly/1MDwueo

2 Force des Nations Unies chargées d’Observer le Désengagement : http://bit.ly/1Lj5nVy

3 Accord de désengagement : http://bit.ly/2ppCS0p

4 Répartition des centres de Sûreté en Syrie : http://on.fb.me/1L2xqqi

5 L’armée israélienne ouvre le feu dans le Golan : http://bbc.in/1iZyINK

6 « Le Golan occupé pris entre le marteau et l’enclume » : http://bit.ly/1i4xQ40

7 Communiqué des habitants du Golan : http://bit.ly/1WvOKaW

8 Rassemblement à Damas et à Majd al-Chams : http://bit.ly/1MYC0YT

9 « Le rassemblement de Damas a été interdit » : http://bit.ly/1L2uFoE

10 « Le détenu Amacheh salue les révolutionnaires syriens depuis sa prison » : http://bit.ly/1FGcTHn

11 « Wi’am Amacheh libéré : les célébrations se transforment en manifestation appelant à la chute du régime » : http://bit.ly/1h81PqM

12 Lancement du « Comité de coordination du Golan occupé » : http://bit.ly/1ilS3wD

13 Agression contre la famille de Wi’am Amacheh : http://bit.ly/1P4gdhG

14 Manifestation du 23/12/2011 : http://bit.ly/1W3qVqP

15 Grève de la faim dans le Golan : http://bit.ly/1JAoPWi

16 Manifestation à Hajar al-Aswad, 22/04/2011 : http://bit.ly/1jeT44W

17 Manifestation à Sbeyneh, 30/11/2012 : http://bit.ly/1LmCwxR

18 Manifestation à Tadamoun, 09/03/2012 : http://bit.ly/1iCf8Ia

19 Manifestation au camp de Deraa, 15/04/2012 : http://bit.ly/1W8syDI

20 « Le Golan vendu » : http://bit.ly/1LMZ4bi

21 Explosion au siège des renseignements militaires de Sa‘ssa‘ : http://bit.ly/1MYPnrV

22 « Les rebelles prennent le contrôle du point de passage de Qouneytra » : http://bit.ly/1ATRiVn

23 Enlèvement de soldats de la FNUOD : http://bit.ly/1P4mQ3N

24  Les forces internationales se retirent du Golan : http://bit.ly/1jvLG0c

25 Des dirigeants du Hezbollah tués dans un bombardement israélien : http://bit.ly/1GfikrL

26 Deux obus tirés depuis la Syrie sur les hauteurs du Golan occupé : http://bbc.in/2cgdNyV

27 « Batailles entre le Front al-Nosra et Daech dans le Golan » : http://bit.ly/1IEsdTW

28 Israël bombarde des sites dans le Golan : http://bit.ly/1L2G3RI

29 Les avions israéliens bombardent des positions du régime dans les alentours de Qouneytra : http://bit.ly/2clxSCT

30 « Israël craint que les combats syriens ne débordent sur son territoire, et surveille les cellules dormantes » : http://bit. ly/2bMSjHe

31 Comité de coordination du Golan occupé : http://on.fb.me/1igSdLI

32 Comité local du gouvernorat de Qouneytra et du Golan : http://on.fb.me/1NCEmMS

33 « Le Golan vendu » : http://on.fb.me/1igSC0r

34 « Le Golan pour l’aide humanitaire et la croissance » : http://bit.ly/2qmZeim

35 Equipe « Pour le Golan » : http://bit.ly/2c0YfNH

36 « Fondation Madad pour la croissance et l’aide humanitaire, Golan » : http://bit.ly/2csTrTb

37 Timbres de la révolution syrienne : http://bit.ly/1Cd5nNk

38 Le timbre « Ne t’en vas pas, on vient te chercher » : http://bit.ly/2oEZGMp

39 « Le train est passé par là » : http://bit.ly/2ppsGoj

40 Firas Fayyad : http://bit.ly/1W3ISqa

41 Le film « Soixante minutes » : http://bit.ly/1LyhxUJ

42 Entretien avec le cinéaste Firas Fayyad : http://bit.ly/1W3IA2D

43 « Le nuage au dos courbé » : http://bit.ly/1F2GIHN

44 « Naissance » : http://bit.ly/2oTi1RU

45 « Le Golan, colline des cris » : http://bit.ly/1ihrWMZ

Table des illustrations

Titre Activistes du Golan. À bas le tyran Bachar al-Assad, 2012. Graffiti
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 713k
Titre Activistes d'Idlib. Où est ton ennemi?, 2012. Pancartes
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12891/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 483k

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540