Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Chroniques de la révolte syrienne

 | 
Mémoire créative de la révolution syrienne

Homs

Testo integrale

Photographe anonyme. Abou Souleiman al-Homsi, 2012. Photographie

Photographe anonyme. Abou Souleiman al-Homsi, 2012. Photographie

Dans l'objectif d'un jeune Homsiote. Homs, vieux souk, 2013. Photographie

Dans l'objectif d'un jeune Homsiote. Homs, vieux souk, 2013. Photographie

1Centre du gouvernorat éponyme, le plus grand de Syrie, Homs se situe à 162 kilomètres de la capitale. C’est la troisième ville syrienne, après Damas et Alep.

2La ville est traversée par l’Oronte, dans une fertile région agricole au centre du pays. C’est également l’étape incontournable du réseau routier, qui relie le Nord et le Sud de la Syrie. Ceci la gratifie d’une situation économique privilégiée, avec des commerces et des industries dynamiques. Elle est connue pour être la ville de Khaled Ibn Walid, figure de l’Islam guerrier, qui y séjourna à la fin de sa vie. Il est enterré dans une mosquée qui porte son nom 1.

3« Homs » 2 vient du grec « Emissa », lui-même constitué des termes « im », désignant la divinité solaire autrefois adorée dans la ville, et « issa ». Ultérieurement, le mot se contracte en « Ims » ou « Hims », couramment prononcé « Homs ».

4Ville ancienne et ville nouvelle comprises, Homs se compose de 44 quartiers 3. Elle fait partie des premières villes syriennes à entrer dans la contestation de 2011. La plupart des quartiers y participent, ce qui lui attire le surnom de « capitale de la révolution ».

5Le quartier de Khalidiyeh est le premier à se soulever. Le 25/03/2011 4, « vendredi de la fierté », ses habitants manifestent pour la première fois en soutien à Deraa. Ils sortent de la mosquée Khaled Ibn Walid 5. Le régime disperse le cortège avec une grande brutalité, faisant de nombreux blessés. De grandes manifestations se succèdent ensuite chaque vendredi 6, sur la place de l’Horloge au centre-ville. Il y a de nombreux blessés. Le 11/04/2011 7, Khaled al‑Oueyd 8 tombe sous les balles de la Sûreté, et devient le premier martyr de la ville. À partir de cette date, Homs s’enflamme 9 et manifeste quotidiennement, de jour 10 comme de nuit 11.

6La colère populaire atteint son sommet le 18/04/2011 12. Ce jour‑là, la population sort dans les rues pour participer aux funérailles de sept civils, tués la veille par la Sûreté dans les quartiers de Bab Siba‘i et Khalidiyeh. Les foules se dirigent vers les mosquées, puis des dizaines de milliers de personnes se rassemblent place de l’Horloge et décident de l’occuper. De nouveaux participants affluent de partout, venus de différents quartiers de la ville, des bourgs et des villages alentours. On appelle à la chute du régime 13. Le nombre de personnes présentes est évalué à 40 000 au début, mais l’afflux ne cesse d’augmenter, et on compte bientôt 100 000 manifestants, classes sociales, sexes et âges confondus. Hommes et femmes, jeunes et vieux, commerçants, étudiants, hommes de religion musulmans et chrétiens, tous sont là. Selon une expression désormais consacrée, ils « cassent le mur de la peur » et entonnent « Un, un, un, le peuple syrien ne fait qu’un ! » Ils rebaptisent la place « Place de la liberté ».

7Les nouvelles du rassemblement 14 apparaissent sur les chaines satellitaires et dans les journaux électroniques. À minuit, les forces de la Sûreté, par le biais d’intermédiaires, informent les manifestants qu’elles ont reçu l’ordre de mettre fin à l’occupation de la place par n’importe quel moyen et quel que soit le nombre de victimes. Cela n’entame en rien la détermination des protestataires. À deux heures du matin, la Sûreté se met à tirer sur eux à feux nourris. C’est « le massacre de l’Horloge », dont on ignore jusqu’à maintenant le nombre exact de victimes. Les sources évoquent plusieurs centaines de morts 15.

8À partir de cette date, les forces du régime commencent à édifier des barrières de ciment pour isoler les quartiers les uns des autres. Les habitants sont alors contraints de manifester séparément, chacun dans leur zone d’habitation. Le régime travaille aussi à séparer les quartiers loyalistes des quartiers d’opposition, dans le but de créer une rupture sociale dans la ville. Homs devient effectivement deux villes, qui n’ont plus aucune relation et qui se font la guerre 16. Les forces du régime font des descentes et ravagent les domiciles. Les enlèvements se multiplient aux checkpoints, sur simple présentation de la carte d’identité.

9Les protestataires ne se contentent plus des manifestations hebdomadaires et nocturnes 17. Ils se mettent à sortir dans la rue tous les jours. Contrairement aux cas de Damas et d’Alep, la classe moyenne – commerçants et intellectuels – participe au mouvement. Les foules de manifestants ne cessent d’augmenter, issus de diverses confessions et appelant à la chute du régime 18. Les forces de la Sûreté tuent de nombreuses personnes 19. En mai 2011, le régime débute un siège partiel de Homs. En juin 2011, la ville déclare la grève générale 20.

10En juillet 2011, le siège reprend. Les blindés bombardent la ville, détruisant habitations et biens publics. De nombreux habitants sont tués ou arrêtés. Malgré tout cela, il reste encore des moyens de faire parvenir aides alimentaires et médicales aux civils assiégés. En octobre 2011, le régime lance une violente campagne militaire sur la ville, tout particulièrement le quartier de Baba Amr. Celui-ci est intensément bombardé durant une semaine entière 21.

11La grève de la dignité débute le 11/12/2011 22. Les habitants des quartiers d’opposition participent à toutes ses étapes. À la fin du mois, contrairement aux cas de Damas et d’Alep, leurs habitants parviennent à appliquer la désobéissance civile 23.

12À partir de janvier 2012, les bombardements au mortier et aux lance-roquettes causent plusieurs massacres dans la ville. Le plus important est celui de Khalidiyeh 24, survenu le 03/02/2012, qui coïncide avec les trente ans du massacre de 1982 à Hama 25. 337 civils perdent la vie dans ces bombardements et 1300 autres sont blessés.

13Ces massacres sonnent le début de la militarisation du soulèvement civil. Des katibas (bataillons) de l’ASL, constituées de civils locaux et de déserteurs, se forment dans les alentours. Ils s’installent dans le vieux Homs, dans l’objectif de protéger les manifestants.

14De violents affrontements voient le jour, causant une grande vague de déplacements vers la campagne de Homs ainsi que vers Damas. Cette vague atteint son pic en février 2012, quand les hélicoptères du régime bombardent pour la première fois plusieurs quartiers de la vieille ville 26. Le pouvoir concentre sa campagne sur Baba Amr, qu’il considère comme le quartier général de l’ASL. Il y coupe l’eau et l’électricité, le bombarde et le détruit entièrement, espérant ainsi faire un exemple. Valérie Amos, chargée des affaires humanitaires de l’ONU, visite Baba Amr le 07/03/2012 27, afin d’y constater la situation et d’assurer l’arrivée des aides aux habitants.

15Le 12/03/2012 28 se produit le massacre de Karm al‑Zeytoun, où 45 civils perdent la vie. Les crimes s’étendent aux deux quartiers voisins de Adawiyeh et al‑Rifa‘i, haussant le nombre des victimes à plus de cent. Rappelons ici la mort de plusieurs journalistes étrangers, venus sans permission du régime pour couvrir les nouvelles de la ville assiégée. Durant les mois de janvier et février 2012, l’Américaine Marie Colvin et les Français Rémy Ochlik 29 et Gilles Jacquier 30 sont tués dans les bombardements.

16Le 27/03/2012 31, Bachar al‑Assad fait son apparition à Baba Amr, déclarant que la vie normale y a repris son cours. C’est la première fois qu’il se montre hors de Damas depuis le début de la révolution.

17À partir du mois de juin 2012 32, le régime impose un siège total à la vieille ville 33. L’eau, l’électricité et les communications sont coupées, aucun civil ne peut plus entrer ni sortir. L’entrée des denrées alimentaires et du matériel médical est également interdite. Les bombardements sont ininterrompus, obus, roquettes, avions de combat et barils d’explosifs.

18Les habitants combattent la faim 34. La farine étant épuisée, ils fabriquent du pain à base d’orge, de pâtes et de lentilles, selon des procédés rudimentaires. Mais ces denrées commencent elles aussi à manquer, les contraignant à manger des feuilles d’arbres et toute plante comestible. Le régime continue à bombarder la ville avec une sauvagerie sans précédent, n’épargnant ni les lieux de prière – mosquées 35 et églises 36 – ni le patrimoine archéologique 37. Il applique la « politique de la terre brûlée » 38.

19Les blessés des quartiers d’opposition sont contraints de se faire soigner dans des dispensaires créés pour servir d’alternative aux hôpitaux publics et privés, tenus par l’armée et les services de la Sûreté. Mais, malgré l’abnégation de leur personnel, leurs capacités sont très faibles 39, surtout au regard du nombre de blessés qu’ils reçoivent quotidiennement. Amnesty international 40 condamne les traitements subis par les patients dans les hôpitaux tenus par le régime, où ils sont arrêtés et torturés.

  • 41 Homs, trêve et sortie des civils : http://bit.ly/1C0rLhv
  • 42 L’ONU : « l’attaque de samedi ne nous dissuadera pas de venir en aide à la population de Homs » : (...)
  • 43 « La vieille ville de Homs : un agenda non pas humanitaire, mais politique » : http://bit.ly/1zfyx (...)
  • 44 Une « muraille humaine » pour empêcher l’arrivée des aides humanitaires : http://bit.ly/1yBOsFi

20Le siège se poursuit jusqu’au 09/05/2014. Les négociations de Genève 2 41 parviennent alors à un accord permettant, sous l’égide de l’ONU, de faire sortir des centaines de civils de la vieille ville et d’acheminer des colis alimentaires à environ 2500 personnes. Le convoi humanitaire reçoit des coups de feu, épisode condamné par Valérie Amos 42, la chargée des affaires humanitaires de l’ONU 43. Un groupe d’habitants des quartiers loyalistes forment une « muraille humaine » 44 pour empêcher l’arrivée des aides dans les quartiers assiégés.

21Toujours en mai 2014, un cessez-le-feu, appelé « trêve de Homs » 45, est obtenu. L’accord est passé entre le régime et les Iraniens d’une part, et les factions d’opposition armée d’autre part 46. Il prévoit la sortie des combattants – avec leurs armes individuelles – des quartiers de la vieille ville vers les campagnes au nord de la ville, et le déplacement des civils vers le quartier de Wa‘r. En échange, environ 70 hommes détenus par le Front islamique – des Iraniens et des Libanais – seront relâchés, et le siège imposé depuis plus d’un an par les combattants d’opposition aux deux bourgades à majorité chiites de Nubl et al‑Zahra – situées à l’ouest d’Alep – devra être levé. Après les avoir assiégés près de 700 jours et les avoir presque entièrement détruits, le régime reprend les quartiers de Qarabiss, Qoussour, Jourat al‑Chiyah, Boustan al‑Diwane, al‑Hamidiyeh, al‑Safsafeh, Bab Siba‘, Bab Houd, Bab al‑Turkman, Wadi al‑Sayih, et Bab al‑Dreib.

22Après l’entrée des forces du régime, certaines personnes reçoivent l’autorisation de revenir voir leurs maisons et leurs lieux de travail 47. Mais il n’est plus possible de vivre dans la vieille ville et ses treize quartiers. Les réseaux de distribution d’eau et d’électricité sont entièrement détruits, tout n’est que décombres et carcasses d’immeubles menaçant de s’effondrer, bien des rez-de-chaussée sont inondés par les égouts. L’Unicef 48 visite les lieux et documente les souffrances de la population.

23Le régime a repris le contrôle de l’ensemble des quartiers, à l’exception de Wa‘r, toujours assiégé. Il continue sa tentative de modifier la démographie de la ville. Il met la main sur plusieurs habitations – désertées pendant les intenses bombardements de 2012 et 2013 – et les attribue à des officiers de l’armée 49. En avril 2014 déjà, il a annoncé un plan d’aménagement public pour la reconstruction de Baba Amr, issu d’une compétition appelée « Résurrection des zones d’habitat collectif » 50, financée par UN Habitat. Les anciens habitants du quartier considèrent ce projet comme un déplacement forcé. Quant à ceux, ailleurs, qui ont pu rentrer et qui souhaitent rouvrir leurs commerces, ils doivent s’acquitter de sommes d’argent 51 auprès des Chabbihas.

24Le 01/10/2014 52, deux voitures piégées explosent à proximité de l’école Akrama al‑Makhzoumi, dans le quartier d’Akrama, sous domination du régime. L’attentat tue 41 enfants, et en blesse de nombreux autres 53.

25Steffan de Mistura, envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, visite Homs le 10/11/2014 54. Il rencontre auparavant Bachar al-Assad afin d’obtenir que les combats soient concentrés dans certaines régions, et de parvenir à un accord concernant la zone de Wa‘r et ses 350 000 civils toujours assiégés. Une trêve de trois jours est conclue, avec la permission d’y acheminer 12 000 paniers alimentaires sous l’égide des Nations Unies. Mais les forces du régime violent l’accord 55.

26Tout au long de l’année 2015, le régime poursuit les bombardements sur Wa‘r 56, dernier bastion de l’opposition, occasionnant d’immenses destructions des biens publics et privés 57. Son but est de contraindre l’opposition à signer une trêve permanente. Elle finit par le faire, le 01/12/2015, sous parrainage international 58.

27Tout au long de l’année 2015, les quartiers loyalistes sont la cible d’une série d’attentats 59. Le 23/01/2015, une voiture piégée explose dans le quartier d’Akrama, tuant onze habitants et en blessant 35 autres. Une autre voiture piégée explose le 07/05/2015 dans le quartier arménien, faisant 15 morts et 28 blessés. Mais c’est le quartier al-Zahra qui est le plus touché 60, avec trois violentes explosions au cours des mois de novembre et décembre 2015. Leur bilan est de 63 morts et 165 blessés. L’opération est revendiquée par l’État Islamique 61.

28Fin 2015, Homs est entièrement retournée sous la domination du régime, à l’exception de Wa‘r, toujours assiégé, contrôlé par des factions d’opposition et soumis à une trêve précaire.

29Revenons au mouvement pacifique à ses débuts. Sa première réalisation est le « Conseil de direction de la révolution – gouvernorat de Homs », qui agit dans les domaines politique, médiatique, médical et humanitaire. Parmi ses personnalités les plus éminentes, on trouve Khaled Abou Salah 62 et Hadi Abdallah 63. Le « Comité de coordination de la révolution syrienne à Homs » 64 aide la population à gérer sa vie quotidienne. Le groupe « Nabd » (Pulsation) 65 vise à renforcer l’unité syrienne et à dynamiser la société civile. On trouve encore le « Regroupement des citoyens libres de Homs » 66, et l’« Union des étudiants libres de l’université homsiote » 67.

30Le Bureau médical 68 et le Comité de coordination des médecins 69 se penchent sur la situation sanitaire dans la ville. Un dispensaire est ouvert dans chaque quartier, entre autres celui de Khalidiyeh 70.

31On assiste à la fondation du Bureau de la communication 71 du Comité général de la révolution syrienne à Homs. Radio Homs 72 et le journal Emissa 73 se créent en réaction à la campagne de désinformation du régime. Le journal Zaman al‑Wasl (L’époque des communications) 74, créé en 2005 et qui soutient la révolution, continue à documenter les évènements qui se produisent dans la ville. En mai 2011, débute l’activité du groupe « Dans l’objectif d’un jeune Homsiote » 75 qui documente les crimes et les destructions du régime. Cette idée a un tel succès qu’elle se répand dans toutes les autres villes syriennes. C’est également à Homs qu’apparait le premier tagueur 76 qui couvre les murs de slogans révolutionnaires.

32Un groupe de réalisateurs produit « Liberté et rien d’autre » 77, un feuilleton de sketches vidéo tournant en dérision le régime. Avec humour, il décrit la situation tragique de la population. Le feuilleton « révolution perdue » consacre des sketches à Homs sous le titre « Épisodes homsiotes » 78. Le court-métrage « Pour rien, juste pour que tu saches » 79 met en scène la force morale des habitants pendant le siège, leur foi et leur détermination. Le réalisateur Bassel Chehadeh 80 est tué dans un bombardement avant de finir le tournage de son film « Les princes des abeilles » 81. En 2013 sort le film « Retour à Homs » 82, de Talal Derki, qui documente la révolution depuis ses débuts à travers la vie quotidienne de deux hommes : Abdelbasset Sarout et Ahmad al‑Homsi. Le film raconte leur combat pour défendre la liberté en temps de guerre. Il est présenté dans de nombreux festivals internationaux et remporte plusieurs prix, entre autres celui du festival documentaire d’Amsterdam en 2013, et celui du festival de Sundance, aux États‑Unis, en 2014. « Eau argentée » 83, d’Oussama Mohammed et Wi’am Badarkhan, paru en 2014, raconte la vie quotidienne des habitants de Homs pendant le siège. Il est lui aussi projeté dans de nombreux festivals internationaux, dont le plus prestigieux est celui de Cannes. Il remporte le prix de meilleur film documentaire au festival de Londres en 2014.

33Le pianiste Malek Jandali 84, originaire de Homs, compose la « symphonie de Qachouch » 85, inspirée de la célèbre chanson d’Ibrahim Qachouch 86 « Allez Bachar, dégage ». On peut aussi citer le groupe homsiote de jazz 87, et, à l’étranger également, le groupe « L’ours syrien » 88. Celui‑ci écrit la chanson « Le canard à Baba Amr » 89, inspirée de la visite de Bachar al‑Assad dans le quartier détruit en 2012.

34Sur les réseaux sociaux, les pages satiriques « La révolution chinoise contre la tyrannie » 90 et « Station de Homs, nettoyage de chars » 91 connaissent un grand succès et remontent le moral des révolutionnaires. Dans un autre domaine, la page Facebook « Menu des assiégés » 92 expose les débrouilles des habitants de Homs pour faire la cuisine.

35Les activistes lancent une action visant à rebaptiser les rues d’après les évènements de la révolution 93. Ils lancent également l’action « Homs en jaune » 94 pour rappeler au monde ce que le siège fait vivre à la ville. Dans les quartiers assiégés, ils érigent des panneaux jaunes portant des informations sur la situation dramatique des habitants. La série « Timbres de la révolution syrienne » 95 en consacre plusieurs aux activistes de Homs. Entre autres : Abdelbasset Sarout 96, gardien de but de l’équipe nationale de jeunesse de Syrie et chanteur de la révolution, et l’actrice Fadwa Souleimane 97, dont la participation aux manifestations de Homs, en 2011, fut mémorable.

36Depuis les débuts de la révolution jusqu’à la fin de l’année 2015, le Centre de documentation des violations en Syrie recense 1971 victimes 98 et 91 détenus 99 à Homs. La Base de données des martyrs de la révolution syrienne fait état, quant à elle, de 8733 victimes 100 pour la même période.

Note

1 Wikipédia : http://bit.ly/1BjNRI8

2 Origine du nom « Homs » : http://bit.ly/2hJS9Sc

3 Wikipédia : http://bit.ly/1BjNRI8

4 Manifestation du 25/03/2011 : http://bit.ly/2iUcniK

5 Manifestations de protestation dans les villes de Syrie : http://bbc.in/2jbEsTb

6 Manifestation du 01/04/2011 : http://bit.ly/2ioxK8t

7 Manifestation du 11/04/2011 : https://www.youtube.com/watch?v=nEVoWGmlO2I

8 « Noces » du martyr Khaled al-Oueyd, 11/04/2011 : https://www.youtube.com/watch?v=KERceWHOTT4

9 Chronologie de la révolution syrienne : http://bit.ly/1Mamk1H

10 Manifestation du 08/04/2011 : https://www.youtube.com/watch?v=NQTXsQh6K1k

11 Manifestation nocturne à Baba Amr, 30/04/2011 : http://bit.ly/2boGubl

12 « Place de l’Horloge à Homs, le grand soir est remis à plus tard » : http://bit.ly/1zoeUTb

13 Le massacre de la place de l’Horloge (neuvième minute) : http://bit.ly/1Ky0vFQ

14 Anniversaire du premier rassemblement de Homs : http://bit.ly/1BCblM7

15 Commémoration du massacre de l’Horloge : http://bit.ly/1oYg7Of

16 « Homs, histoire de deux villes » : http://bit.ly/1u9wnOv

17 Manifestations nocturnes à Qoussour, Homs, 15/09/2011 : http://bit.ly/2ic4wsZ

18 Histoire d’une manifestation : http://bit.ly/1vw0Vvm

19 Human Rights Watch : http://bit.ly/16MMWpG

20 Grève générale à Homs et Douma : http://bit.ly/18UiTgv

21 « Histoire de Homs, du siège au retrait de l’opposition » : http://bit.ly/1urgXim

22 Grève de la dignité : http://bit.ly/16MyUEF

23 La chanson « Janna ya watanna » « Notre patrie est un paradis » : http://bit.ly/2pqGbGC

24 Massacre de Khalidiyeh : http://bit.ly/1pAj6G4

25 Amnesty International : http://bit.ly/1BYYsIN

26 Assaut sur Homs, 2012 : http://bit.ly/1yNoIDi

27 Visite de Valérie Amos : http://bit.ly/XVGSq4

28 Massacre de Karm al-Zeytoun, 12/03/2012 :

29 Mort de deux journalistes : http://bbc.in/1xzQwZy

30 Mort d’un Français : http://bit.ly/1AAczqj

31 La visite de Bachar al-Assad à Baba Amr : http://bit.ly/1lOazPg

32 Amnesty International : http://bit.ly/1xV20xb

33 « Homs, un siège d’éradication » : http://bit.ly/1ujrIdm

34 « Résister à la faim ou se soumettre » : http://bit.ly/1C4YbEg

35 « Destruction du minaret : l’héritage syrien se perd » : http://bit.ly/1GwOoM9

36 Église Oum al-Zinar : http://bit.ly/2pDPvYA

37 « Homs est en danger » : http://bit.ly/2qjTSUR

38 « Homs, voyage en enfer » : http://bit.ly/2p8aVeM

39 Médecins sans frontières : http://bit.ly/1qm8JLp

40 Amnesty : situation des hôpitaux : http://bit.ly/15Yux96

41 Homs, trêve et sortie des civils : http://bit.ly/1C0rLhv

42 L’ONU : « l’attaque de samedi ne nous dissuadera pas de venir en aide à la population de Homs » : http://bbc.in/156ZyH3

43 « La vieille ville de Homs : un agenda non pas humanitaire, mais politique » : http://bit.ly/1zfyxYS

44 Une « muraille humaine » pour empêcher l’arrivée des aides humanitaires : http://bit.ly/1yBOsFi

45 Trêve de Homs : http://bbc.in/1AvdUPd

46 Trêve de Homs : http://f24.my/1xebUJL

47 Homs après le retour : http://bit.ly/2pGXsfq

48 Unicef : « La faim et les destructions dominent la ville syrienne épuisée par le siège » : http://bit.ly/1ouKNS8

49 Assad récompense ses officiers en leur attribuant les maisons des déplacés : http://bit.ly/1xzR7dG

50 Une compétition internationale imagine la reconstruction de Baba Amr : http://bit.ly/2aYP9jQ

51 Dernières nouvelles des Chabbihas d’Assad à Homs : http://bit.ly/16zemic

52 Explosion de deux voitures piégées à Akrama, 01/10/2014 : http://bit.ly/16MNPPa

53 Deux responsables de la Sûreté déposés suite à l’explosion du quartier Akrama : http://bit.ly/16phlcH

54 De Mistura rencontre Assad à Damas et des opposants à Homs : http://bit.ly/1vBwwdP

55 La trêve de Wa‘r rompue par le régime : http://bit.ly/1vBA4gD

56 Les bombardements sur Wa‘r continuent : http://bit.ly/2hPPxaK

57 Destructions dans le quartier de Wa‘r : http://bit.ly/2hNAScD

58 Trêve de Wa‘r : http://bit.ly/2hPSOqu

59 Explosions dans les quartiers loyalistes : http://bit.ly/2hQ02uJ

60 Double explosion à al-Zahra : http://bbc.in/2iFP5Ny

61 « Daech revendique l’attentat d’al-Zahra » : http://bit.ly/2j6p2Qa

62 Khaled Abou Salah : http://on.fb.me/1v4UhpR

63 Hadi Abdallah : http://on.fb.me/1zofO2b

64 Comité de coordination de la révolution à Homs : http://on.fb.me/1ELLSQY

65 Groupe Nabd (Pulsation) : http://on.fb.me/16MO78P , http://bit.ly/1v4UxVR

66 Citoyens libres de Homs : http://on.fb.me/18UjHSG

67 Étudiants libres de Homs : http://on.fb.me/1yQuPGr

68 Bureau médical de Homs : http://on.fb.me/1pyi1OQ

69 Comité de coordination des médecins de Homs : http://on.fb.me/1ELM4Q7

70 Dispensaire de Khalidiyeh : http://on.fb.me/1Ag6QAA

71 Bureau de la communication du Comité général de la révolution syrienne à Homs : http://on.fb.me/1C0Qcps

72 Radio Homs : http://on.fb.me/1zFHNJB

73 Journal Emissa : http://bit.ly/2oB3iij

74 Journal Zaman al-Wasl : http://bit.ly/2oQkGMb

75 « Dans l’objectif d’un jeune homsiote » : http://on.fb.me/1AAe3k8

76 Le tagueur de Homs : http://bit.ly/1DmhVoV , http://bit.ly/1DmhWJz

77 Le feuilleton « Liberté et rien d’autre » : http://bit.ly/1zogqVp

78 Épisodes homsiotes : http://bit.ly/2pqsMhG

79 « Pour rien, juste pour que tu saches » : http://bit.ly/1Jt9XvE

80 Bassel Chehadeh : http://bit.ly/YmE8CJ

81 « Les princes des abeilles », de Bassel Chehadeh : http://bit.ly/1chNtmb

82 « Retour à Homs » : http://www.returntohoms.com

83 Prix du meilleur film documentaire attribué à « Eau argentée », Londres : http://bit.ly/2iOl6SU

84 Malek Jandali : http://bit.ly/2qbarmQ

85 « Malek Jandali transforme en symphonie la chanson d’Ibrahim Qachouch » : http://bit.ly/2i2Q71r

86 Ibrahim Qachouch conduisait en chantant les manifestations anti-régime à Hama. Les hommes du régime l’ont assassiné et lui ont arraché le larynx.

87 Le groupe le jazz homsiote : http://bit.ly/2qcl7EF

88 Le groupe « L’ours syrien » : http://bit.ly/1znBGuF

89 « Le canard à Baba Amr » : http://bit.ly/1D4Goi4

90 « La révolution chinoise contre la tyrannie » : http://on.fb.me/1D5hvCY

91 « Station de Homs, nettoyage de chars » : http://bit.ly/1KnDdnY

92 « Menus des assiégé » : http://on.fb.me/1AAeF9v

93 « Changer les noms des rues et des monuments de Homs » : http://on.fb.me/1zFIaE0

94 « Homs en jaune » : http://bit.ly/1v4Vei7

95 Timbre « Retour à Homs » : http://bit.ly/2pqkaaG

96 Timbre dédié à Abdelbasset Sarout : http://bit.ly/2oQjF6T

97 L’actrice Fadwa Souleimane au cœur des manifestations de Homs : http://bit.ly/1tZZvs8

98 Nombre de victimes selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2ixJPuE

99 Nombre de détenus selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2iNH9GV

100 Nombre de victimes selon la Base de données des martyrs de la révolution syrienne : http://bit.ly/2iBJ8P8

Indice delle illustrazioni

Titolo Photographe anonyme. Abou Souleiman al-Homsi, 2012. Photographie
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12870/img-1.jpg
File image/jpeg, 306k
Titolo Dans l'objectif d'un jeune Homsiote. Homs, vieux souk, 2013. Photographie
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12870/img-2.jpg
File image/jpeg, 556k

© Presses de l’Ifpo, 2018

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540