Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniques de la révolte syrienne

 | 
Mémoire créative de la révolution syrienne

Hassakeh

Texte intégral

Comité de coordination des Syriaques Assyriens. Ô Jésus, notre révolution ne reculera plus, 2012. Pancartes

Comité de coordination des Syriaques Assyriens. Ô Jésus, notre révolution ne reculera plus, 2012. Pancartes

1Chef-lieu du gouvernorat éponyme, la ville de Hassakeh se trouve au nord‑est de la Syrie. La terre y est très fertile, et elle abonde en sites archéologiques. Citons parmi eux le temple du dieu Chamso, situé sous l’actuelle église chaldéenne. L’histoire de la cité remonte aux civilisations sumérienne et accadienne, au sixième millénaire avant notre ère. Elle se nommait alors « Les deux fleuves », car le Khabbour et le Jaqaa s’y rencontraient 1.

2Hassakeh se compose de onze quartiers 2 : le centre‑ville, l’aéroport, al‑Nassira, Tel Hajar, Ghoueyrane, Nachweh, Kalasseh, Salihiyeh, le quartier militaire, Aziziyeh, al‑Moufti.

3Le 26/01/2011 3, le jeune Hassan Oqleh, dénonçant ses conditions de vie difficiles et l’impossibilité d’achever ses études universitaires, s’immole par le feu comme l’avait fait avant lui le Tunisien Mohammed Bouzizi 4. Le régime invoque une déficience mentale. Des éléments de la Sûreté encerclent la zone où vit sa famille. Le chef de la police et le gouverneur de la ville sont présents. À l’hôpital, on interdit au personnel des Urgences d’inscrire le nom du jeune homme dans leurs registres. Les visites, même celles de la famille, sont également proscrites. La chambre est placée sous intense surveillance. Le jeune homme succombe à ses brûlures.

4Le 08/04/2011 5, « vendredi de l’endurance », a lieu la première manifestation de Hassakeh, dans le quartier de Ghoueyrane. Ses habitants continuent ensuite à manifester régulièrement 6 et leur quartier se transforme en centre de la révolution dans la ville 7.

  • 8 « Hassakeh, autrefois abandonnée de l’État, aujourd’hui en marge de la révolution » : http://bit.l (...)

5La défiance entre Arabes et Kurdes – cultivée par le régime – est une particularité du mouvement révolutionnaire à Hassakeh. Le quartier arabe de Ghoueyrane est le théâtre de manifestations réprimées par le régime avec une extrême violence. Des vagues d’arrestations s’y déroulent. Pendant ce temps les Kurdes manifestent dans le quartier d’al‑Moufti, qui, lui, n’enregistre aucune violence. Quant aux autres quartiers, un calme relatif y règne en raison de leur extrême variété démographique. On y trouve des Arabes, des Kurdes, des Assyriens, des Syriaques, des Chaldéens, des Arméniens, des Yazidis 8.

6Au mois de juin 2011 9, le régime écrase une révolte dans la prison de la ville, située dans le quartier de Ghoueyrane. Les détenus s’insurgent contre le fait de ne pas faire partie de l’amnistie présidentielle déclarée par Bachar al‑Assad. Les forces de la Sûreté ouvrent le feu sur eux.

7Le mois de novembre 2011 10 voit une intensification du mouvement révolutionnaire. Les habitants de Ghoueyrane 11 et d’al‑Moufti 12 participent à la grève de la dignité. Les manifestations 13 de Ghoueyrane reçoivent des coups de feu 14. Le mouvement englobe maintenant toutes les facultés dépendant de l’Université de l’Euphrate. À la faculté de génie civil, située à Ghoueyrane, on brûle des portraits de Bachar al‑Assad 15.

8Le régime n’approche pas les manifestations des Kurdes, tandis qu’il tire à balles réelles sur celles des Arabes, essayant d’inscrire les protestations dans un contexte de lutte entre les deux groupes. C’est donc sur une base ethnique – sous l’influence de cette politique - que se dessine la carte de la révolution dans la ville. On assiste à l’avènement d’un Comité arabe pour l’organisation des manifestations, puis à celui du Conseil National Kurde. Le Parti de l’union démocratique (PYD) organise ensuite un scrutin de façade, à la suite de quoi il forme le « parlement du Kurdistan‑Ouest » 16.

9Début 2012, les jeunes déserteurs originaires de Ghoueyrane y forment les premiers noyaux de l’ASL. Ils protègent les manifestations hebdomadaires 17, ainsi que les marches nocturnes 18. La Sûreté continue à leur opposer une violence extrême 19.

10Les habitants persistent malgré tout à manifester, notamment les étudiants, révoltés par le bombardement de l’université d’Alep 20. Ils parviennent à hisser le drapeau de la révolution sur le monument au soldat inconnu 21, et tentent plusieurs fois de mettre à bas la statue de Bassel al‑Assad. Mais l’armée tire sur quiconque essaie de s’en approcher 22, et finit par poster un blindé à côté 23.

11En juillet 2012, pour dénoncer les pratiques du régime 24, la grève est déclarée au centre‑ville, à Ghoueyrane, Aziziyeh, Salihiyeh et Tel Hajar. Au mois d’août 2012, le régime riposte en encerclant la ville qui subit des descentes et des rafles 25.

12Les conditions de vie se dégradent dans la ville, devenue un refuge pour de nombreux déplacés des autres régions. La plupart d’entre eux s’établissent à Ghoueyrane, y provoquant une flambée des prix. Les denrées alimentaires se font rares. Le régime assiège le quartier, empêchant l’entrée de la nourriture et des médicaments, et y coupe l’électricité. Pour finir, il le bombarde 26.

13En septembre 2012, le régime retire la plupart de ses forces de la ville, pour les concentrer dans ses faubourgs nord 27. Il cède ses positions aux YPG, milice du Parti de l’union démocratique (PYD), lui-même branche du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) 28. C’est cette milice qui prendra désormais en charge les affaires de la ville. En échange, elle ne doit pas s’attaquer aux sièges officiels du régime. Les quartiers sud sont toutefois occupés par les forces d’opposition. Cette situation se prolonge tout au long de l’année 2013.

14Le 17 février 2014 29, environ dix-mille habitants de Ghoueyrane fuient les bombardements du régime 30, qui essaie sans succès d’envahir le quartier 31. Début août 2014, le régime y lance une deuxième opération militaire 32, utilisant tous les types d’armes possibles, y compris l’aviation et l’artillerie lourde. Un ratissage des habitations 33 a également lieu dans le quartier de l’aéroport. Dans les quartiers sud, les factions d’opposition se battent contre l’armée du régime, soutenue par les « Assayich » 34, forces de Sûreté intérieure kurdes. Les affrontements 35 causent le déplacement d’environ soixante mille civils 36.

  • 37 Exiger l’entrée des denrées alimentaires : http://bit.ly/1JUJuKq
  • 38 L’inexistence des services de santé : http//bit.ly/1IPqGcE
  • 39 « Les forces kurdes prennent le contrôle de Ghoueyrane, 2014 » : http://bit.ly/1JV04IP

15A Ghoueyrane les bombardements sont intenses, le siège 37 interdit l’accès aux denrées alimentaires et empêche le fonctionnement des services de santé 38. Le 16/09/2014, grâce au truchement de personnalités civiles et religieuses de la ville, un accord de trêve est conclu. Un cessez‑le feu doit être appliqué, les combattants d’opposition doivent se retirer du quartier et remettre leurs armes aux Assayich 39.

16Le régime remet alors la totalité de la ville aux Unités de protection du peuple (YPG) et se retire dans ses faubourgs nord 40. Simultanément, l’État Islamique prend le contrôle des faubourgs sud 41.

17Le 20/03/2015, deux explosions se produisent à Hassakeh. L’une dans le quartier d’al‑Moufti et l’autre place des Martyrs. Elles visent les festivités kurdes de Nowrouz et font de nombreux morts et blessés parmi les civils 42.

18En mai 2015, l’État Islamique tente d’envahir la ville, mais les forces kurdes le repoussent 43. Cet épisode est suivi d’un attentat à la voiture piégée dans un quartier kurde le 6 mai 2015 44.

  • 45 « Les évolutions militaires les plus importantes survenues dans le gouvernorat de Hassakeh en 2015 (...)
  • 46 « Les forces du régime et les Kurdes chassent « l’État Islamique » de Hassakeh » : http://bbc.in/2 (...)
  • 47 « Retrait de « l’État Islamique » et avancée des YPG » : http://bit.ly/2ew8pKI

19Le 27/06/2015 45, l’État Islamique lance une attaque par surprise et prend le contrôle de plusieurs quartiers. Mais les forces du régime et les YPG, appuyés par l’aviation de la coalition internationale, reprennent le contrôle de toute la ville début août 2015 46. L’État Islamique revient à ses positions antérieures dans les banlieues sud 47.

20Fin 2015, la ville est toujours sous le contrôle des Unités de protection du peuple (YPG) avec une présence des forces du régime aux alentours.

21Pour revenir au mouvement pacifique à ses débuts, les activistes créent le Comité de coordination de Hassakeh 48, et la page Facebook « Évènements de Hassakeh‑Ghoueyrane » 49, qui couvre l’actualité de la ville et y documente le mouvement révolutionnaire. A cela s’ajoute le Rassemblement des étudiants libres de Hassakeh 50, le Centre de presse « al‑Itihad »  51, et le Centre de la communication de la ville 52.

22La revue « Châr », bilingue arabe et kurde, voit le jour. Elle traite des questions de coexistence et de paix civile 53.

23Depuis les débuts de la révolution jusqu’à la fin de l’année 2015, le Centre de documentation des violations en Syrie recense 200 victimes 54 et 4 détenus 55 à Hassakeh. La Base de données des martyrs de la révolution syrienne fait état, quant à elle, de 440 victimes 56 pour la même période.

Notes

1 Wikipédia : http://bit.ly/2ptImcl

2 Al-Hassakeh, rue al-Ouchq avant sa destruction : http://bit.ly/1EpDssN

3 « Informations sur le jeune homme qui s’est immolé par le feu à Hassakeh » : http://bit.ly/2dAjevM

4 Liste des « imitateurs » de Bouzizi : http://bit.ly/2e2bkrr

5 Première manifestation à Hassakeh : http://bit.ly/1fhjFri

6 Manifestation du 15/07/2011 : http://bit.ly/1FX88ZW

7 Manifestation du 22/07/2011 : http://bit.ly/1JV7BYm

8 « Hassakeh, autrefois abandonnée de l’État, aujourd’hui en marge de la révolution » : http://bit.ly/1F8BcqO

9 Révolte dans une prison syrienne après l’annonce de l’amnistie présidentielle : http://bit.ly/2ezkw8W

10 Manifestation du 25/11/2011 : http://bit.ly/1Kz9jzK

11 Manifestation à Ghoueyrane le 09/12/2011 : http://bit.ly/1Fegs1B

12 Manifestation à al-Moufti le 17/01/2012 : http://bit.ly/1JVc4Kp

13 Vendredi « Tous sur les places de la liberté », 30/12/2011 : http://bit.ly/1JVbLPG

14 La Sûreté tire sur les manifestants, 24/02/2012 : http://bit.ly/1dvN406

15 « À l’université de Hassakeh, on brûle les portraits de Bachar al-Assad » : http://bit.ly/1BnC7s3

16 Rapports spéciaux : http://bit.ly/1LfTiPv

17 Manifestation à Ghoueyrane, 13/01/2012 : http://bit.ly/1EuS3U2

18 Manifestation nocturne, 10/04/2012 : http://bit.ly/1HvCZYq

19 Tirs sur les manifestants, 15/06/2012 : http://bit.ly/1J2hEda

20 Manifestation à la faculté de génie civil : http://bit.ly/1GtdQ2F

21 Le drapeau de la révolution hissé près de l’université d’ingénierie, Ghoueyrane : http://bit.ly/1dKBm1f

22 Tirs près de la statue de Bassel al-Assad : http://bit.ly/1LfGlFo

23 Un blindé protège la statue de Bassel al-Assad, 20/03/2012 : http://bit.ly/1F89vye

24 Grève du 15/07/2012 : http://bit.ly/1Q8Lzkz

25 Descentes des forces du régime à Ghoueyrane, 09/08/2012 : http://bit.ly/1Kx6YFx

26 Explosions à Ghoueyrane : http://bit.ly/1BjjVA3

27 « Des Kurdes contrôlent al-Hassakeh » : http://bit.ly/1Q4hdj8

28 Le Parti des travailleurs du Kurdistan : http://bit.ly/1Q4hylE

29 « Dix-mille personnes fuient le quartier de Ghoueyrane » : http://bit.ly/1HIWeD6

30 Bombardement de Ghoueyrane, 15/02/2014 : http://bit.ly/1SAOSou

31 « Les combattants bloquent l’armée du régime » : http://bit.ly/1SoMxMi

32 « Après deux ans de siège, les rebelles de Ghoueyrane se retirent de Hassakeh » : http://bit.ly/1JV79ZS

33 « Les forces du régime envahissent les habitations » : http://bit.ly/1IYS36D

34 Les Assayich, forces de Sûreté kurdes : http://bit.ly/2pphXdS

35 « Affrontements entre Daech et les Kurdes à Hassakeh » : http://bit.ly/1cUw82o

36 « Les bombardements sur Hassakeh causent le déplacement de dizaines de milliers de personnes » : http://bit.ly/1HCUBqy

37 Exiger l’entrée des denrées alimentaires : http://bit.ly/1JUJuKq

38 L’inexistence des services de santé : http//bit.ly/1IPqGcE

39 « Les forces kurdes prennent le contrôle de Ghoueyrane, 2014 » : http://bit.ly/1JV04IP

40 « Hassakeh, bataille à venir » : http://bit.ly/1Asbd22

41 « Tensions à Hassakeh après des affrontements entre Arabes et Kurdes » : http://bit.ly/1Awr3YY

42 « Morts et blessés par dizaines dans deux explosions à Hassakeh » : http://bit/ly/1Anbe7e

43 « La police kurde supprime le couvre-feu dans certains quartiers de Hassakeh » : http://bit.ly/1J4Arod

44 « Attentat contre des civils dans des quartiers kurdes de Hassakeh » : http://www.shrc.org/?p=21309

45 « Les évolutions militaires les plus importantes survenues dans le gouvernorat de Hassakeh en 2015 » : http://bit.ly/2ezt4MX

46 « Les forces du régime et les Kurdes chassent « l’État Islamique » de Hassakeh » : http://bbc.in/2eC7h6t

47 « Retrait de « l’État Islamique » et avancée des YPG » : http://bit.ly/2ew8pKI

48 Comité de coordination de Hassakeh : http://bit.ly/1eusqxC

49 Évènements de Hassakeh-Ghoueyrane : http://on.fb.me/1HvGXjH

50 Rassemblement des étudiants libres de Hassakeh : http://on.fb.me/1SvXY1D

51 Centre de presse « al-Itihad » : http://on.fb.me/1BjEDKs

52 Centre de la communication de Hassakeh : http://bit.ly/1RmXL3u

53 La revue « Châr » : http://bit.ly/2oQ59Lm

54 Nombre de victimes selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2f7ebmQ

55 Nombre de détenus selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2e2do2w  

56 Nombre de victimes selon la Base de données des martyrs de la révolution syrienne : http://bit.ly/2dNIH3b

Table des illustrations

Titre Comité de coordination des Syriaques Assyriens. Ô Jésus, notre révolution ne reculera plus, 2012. Pancartes
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12867/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 455k

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540