Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniques de la révolte syrienne

 | 
Mémoire créative de la révolution syrienne

Hama

Texte intégral

Khalil Younis. Un homme appelé Qachouch, 2011. Dessin

Khalil Younis. Un homme appelé Qachouch, 2011. Dessin

1Située à 210 kilomètres de la capitale et chef‑lieu du gouvernorat éponyme, Hama est traversée par l’Oronte. C’est la quatrième ville du pays, après Damas, Alep et Homs. Elle fut l’un des royaumes de la Syrie antique, ceinte d’une muraille qui comptait quatorze portes. Il n’en reste plus aujourd’hui qu’un seul pan, d’une longueur de 25 mètres, près de la porte sud 1.

2La ville se compose de 37 quartiers. Elle est célèbre pour sa citadelle et ses norias 2, qui comptent parmi les plus grandes et les plus anciennes du monde. Elles remontent au temps des Araméens, où elles servaient à recueillir l’eau de l’Oronte pour fournir en eau la ville et ses vergers. Certaines tournent encore sur le fleuve aujourd’hui. On appelle Hama « ville des norias », mais aussi « ville d’Abou al‑Fida’ », en référence à l’un de ses rois ayyoubides : le célèbre géographe Imad Eddine Abou al‑Fida’. Le mot « Hama » signifie « le fort ». Son nom se réfère donc probablement à sa citadelle 3.

3La ville de Hama a connu trois soulèvements contre le pouvoir baathiste. Le premier a lieu en avril 1964 4, quand une grande vague de contestation - dans laquelle les Frères Musulmans occupent la première place - voit le jour. Elle commence par un conflit entre les élèves de l’école Othman al‑Hawrani 5. Un adolescent est arrêté pour avoir insulté le parti Baath. Les élèves des lycées privés et publics se mettent alors en grève pour protester contre cette arrestation. Deux jours plus tard, un vendredi, les hommes manifestent au sortir de la prière. L’armée réprime durement les protestations, faisant un mort et de nombreux blessés. La ville décrète la grève générale. Quand le pouvoir tente de faire ouvrir quelques magasins par la force, il se heurte à une résistance armée. L’armée entre alors dans la ville.

4Le deuxième soulèvement a lieu en 1982 6, lorsqu’un groupe armé affilié aux Frères Musulmans engage une révolte contre le régime d’Assad père. L’armée mène alors une attaque sanglante qui s’étend sur 27 jours, dans un silence médiatique assourdissant. L’armée encercle la ville et la bombarde à l’artillerie. Puis elle l’envahit, et y perpètre un terrible massacre. Des dizaines de milliers de civils sont tués 7, et plus des deux tiers de la ville détruits. Le chef de cette campagne militaire est Rifaat al‑Assad, frère du président.

5La troisième vague de protestations arrive avec la révolution syrienne de 2011. Le 25/03/2011 8, « vendredi de la fierté », les habitants de Hama manifestent pour la première fois – dans le quartier al‑Hadher – en soutien aux enfants de Deraa. Puis les manifestations grossissent peu à peu, au fur et à mesure que la population dépasse sa peur de voir se répéter les traumatismes des années 80 9.

6Le 22/04/2011, « Vendredi saint » 10, tombent les deux premiers martyrs de la ville : Amir Taqm 11 et Souheib Sawtal 12. Le lendemain, de nombreux manifestants marchent à leurs funérailles, appelant à venger tous les martyrs et à faire tomber Assad.

7Les habitants de Hama commencent à s’organiser. Leurs manifestations sont si massives qu’elles transportent la révolution dans une nouvelle phase. Le 03/06/2011 13, « vendredi des enfants de la liberté », des centaines de milliers de manifestants se dirigent vers la place de l’Oronte, appelant à la liberté et à la dignité. Les forces du régime et les Chabbihas ouvrent le feu, tuant des dizaines de civils dont des enfants, et faisant un grand nombre de blessés 14.

8Même après ce terrible massacres, les habitants de Hama continuent à manifester par milliers. « Pacifisme » est le slogan qu’on entend le plus.

9Le 01/07/2011, vendredi « Dégage ! », un demi-million 15 de personnes se rassemblent place de l’Oronte, entonnant la véhémente chanson d’Ibrahim Qachouch appelant à la chute de Bachar al‑Assad, de son frère Maher et du parti Baath. Il n’y a aucune victime ce jour-là, la Sûreté n’étant pas intervenue 16. Ahmad Abdelaziz 17, gouverneur de Hama, a refusé de l’envoyer. Dès le lendemain, 02/07/2011, il est déposé par Bachar al‑Assad, qui nomme à sa place Anas Na‘im 18. Le même jour, l’armée dresse des checkpoints dans la ville et lance une rafle. Ibrahim Qachouch, « rossignol de la révolution syrienne », fait partie des personnes arrêtées. Les hommes de la Sûreté lui tranchent la gorge et jettent son cadavre dans l’Oronte 19. Human Rights Watch condamne les méthodes sanguinaires du régime pour réprimer les protestations pacifiques de Hama 20.

10Le 07/07/2011 21, l’armée tente de pénétrer la ville. Des unités de la Sûreté et des Chabbihas, armés jusqu’aux dents, débutent une nouvelle campagne d’arrestations. Les habitants hissent des barricades et enflamment des pneus aux entrées des quartiers. Ainsi proclament‑ils le début de la désobéissance civile 22.

11Le 08/07/2011 23, vendredi « Non au dialogue », des milliers de personnes manifestent. Simultanément a lieu une visite des ambassadeurs américain 24 et français 25, qui, au grand dam du régime, rencontrent des manifestants. L’ambassadeur français visite également l’un des plus grands hôpitaux de la ville, rencontre des médecins, des blessés et leurs proches.

12La désobéissance civile dure tout au long du mois de juillet 26. Les manifestations 27 en soutien aux autres villes syriennes sont quotidiennes. Cependant, effrayées par la perspective d’une opération de l’armée, des centaines de personnes se réfugient dans les alentours et le sud de la ville.

13Le 31/07/2011 28, les blindés entrent dans la ville par quatre axes. Un grand nombre de Chabbihas - issus des villages loyalistes voisins - participent à l’attaque. Celle-ci fait de nombreux morts, dont des femmes et des enfants. Le régime rétablit son contrôle sur la ville.

14Le 01/08/2011 29, les détenus politiques se révoltent dans la prison de Hama. La Sûreté réprime le soulèvement dans le sang, faisant des dizaines de morts.

15La plupart des jeunes hommes recherchés par le régime se réfugient dans les alentours de Hama, où ils forment la katiba (bataillon) Qachouch 30, l’une des premières de l’ASL. Le régime asphyxie la ville 31 par un maillage étroit de checkpoints sur les rues principales et secondaires, séparant ainsi les quartiers les uns des autres. Il arrête presque tous les jeunes hommes qui ne se sont pas enfuis. Malgré tout, Hama participe à la grève de la dignité 32, et des manifestations 33 se déroulent encore dans divers quartiers. Mais c’est dorénavant en nombre limité, et sous la protection de l’ASL. Le régime continue sa politique de punition des zones révolutionnaires. Tout quartier qui voit se dérouler des manifestations subit une incursion de l’armée, et presque tous ses activistes sont arrêtés.

16L’armée intensifie le siège de la ville, coupe l’électricité et les communications. Elle détruit certains quartiers, comme celui de Muchaa al‑Arba‘ine, totalement rasé au prétexte qu’il s’agit d’un quartier « informel » (c’est‑à‑dire édifié sans permis de construire). Human Rights Watch 34 documente et condamne ces agissements. En raison des représailles exercées sur les civils, l’ASL est contrainte de se retirer des zones qu’elle occupait et de se réfugier dans les alentours de la ville. En mars 2012, l’armée envahit Bab Qibli 35, dernier quartier révolutionnaire. Hama repasse en totalité aux mains du régime.

  • 36 « Déclin du mouvement révolutionnaire à Hama : un marché a-t-il été conclu ou bien est-ce une néce (...)

17La géographie est favorable au régime 36. En effet, Hama n’est proche d’aucune frontière susceptible de la fournir en armement et en aides humanitaires. Selon l’Union des révolutionnaires de la ville, le nombre de checkpoints et de centres de Sûreté dans l’agglomération atteint les 300. Un calme relatif s’instaure. Ainsi Hama devient‑elle l’unique refuge des habitants du Nord syrien. Elle reçoit environ 500 000 déplacés, issus de ses alentours, de Homs et d’Alep.

18La ville souffre encore du siège 37 et de l’intense déploiement sécuritaire 38. Elle est surpeuplée, voit s’effondrer son économie ainsi que l’état de ses services médicaux 39. La situation humanitaire empire. Le régime vole les biens et humilie la population, dans l’espoir d’anéantir le milieu social qui a abrité la révolution.

19En décembre 2012, des factions d’opposition tentent de prendre la ville. Dans le même temps, elles veulent empêcher les approvisionnements militaires du régime de gagner le Nord. Les batailles font rage toute l’année 2013 dans les villages aux alentours de Hama, où l’ASL et plusieurs factions islamistes affrontent les forces du régime. En réponse à l’attaque chimique sur la Ghouta 40, le Front al‑Nosra assassine le nouveau gouverneur de Hama dans un attentat à la voiture piégée 41.

20Début 2014 42, des factions d’opposition - dont le Front al‑Nosra - prennent le contrôle d’une grande partie des alentours de Hama. Elles coupent les lignes d’approvisionnement du régime et assiègent les zones de l’armée situées autour de la ville. Leurs efforts se concentrent surtout sur l’aéroport militaire 43, considéré comme le point le plus proche des usines de Massyaf, où sont fabriqués les barils d’explosifs utilisés contre les civils dans le nord syrien.

  • 44 « Assad coupe l’électricité pour punir Hama et ses villages des progrès de l’ASL » : http://bit.ly (...)

21A cette période, les souffrances de la population augmentent. Le régime coupe l’électricité plus de 18 heures par jour 44. Ses hommes ayant pris le contrôle des puits, il coupe aussi quotidiennement l’eau potable durant plusieurs heures. Ces pratiques apparaissent comme une punition - sur les civils - des progrès réalisés par l’opposition dans les alentours de Hama.

22Fin 2015, le régime contrôle une Hama démembrée par les checkpoints 45. Elle absorbe l’afflux des déplacés issus des villes détruites et ne connait plus aucun évènement.

23Revenons au mouvement pacifique à ses débuts. Les activistes créent le Comité de coordination de Hama, son Conseil révolutionnaire, son bureau médiatique 46, ainsi qu’une page Facebook couvrant quotidiennement les évènements dans la ville 47. À cela s’ajoute le journal « Hama » 48, et le groupe « Dans l’objectif d’un jeune de Hama » 49.

24La ville se rend célèbre par ses chansons satiriques révolutionnaires. Baptisées « Qachouchiyât » en référence à Ibrahim Qachouch 50, elles se répandent dans toute la Syrie. Les plus célèbres sont « Allez Bachar, dégage » 51 et « La Syrie veut la liberté » 52, diffusées par les « baffles de la liberté » 53 pendant la grève de la dignité. Le musicien Malek Jandali 54, originaire de Homs, compose la « symphonie de Qachouch ».

25Hama devient un lieu important 55 de la caricature anti-régime 56. Akram Raslan 57, originaire de la ville, en est le représentant le plus connu. Il est arrêté en octobre 2012. En 2013, le réseau international pour les droits des caricaturistes (Cartoonists Rights Network International, CRNI) 58 lui décerne le prix du courage. On découvre en 2015 qu’il est mort sous la torture 59.

26La fondation Kibrit 60 (« Allumettes ») produit plusieurs films documentaires sur le massacre de 1982 à Hama. Entre autres : « Hama, révolution pour le changement et non pour la vengeance » 61. La fondation al‑Chari‘ (La rue) pour les médias et le développement produit quant à elle un film intitulé « Sous le manteau :  23 minutes de révolution » 62, consacré au mouvement de 2011.

27Pour la première commémoration du massacre du 03/06/2011, « vendredi des enfants de la liberté », des activistes de l’Union des étudiants libres jettent dans l’Oronte des ballons aux couleurs de la révolution 63.

28Depuis les débuts de la révolution jusqu’à la fin de l’année 2015, le Centre de documentation des violations en Syrie recense 971 victimes 64 et 78 détenus 65 à Hama. La Base de données des martyrs de la révolution syrienne fait état, quant à elle, de 3271 victimes 66 pour la même période.

Notes

1 Wikipédia : http://bit.ly/2pq9uXE

2 Monuments historiques de Hama : http://bit.ly/1C0NIqX

3 Origine du nom « Hama » : http://bit.ly/2jgy8cG

4 Protestations à Hama, 1964 : http://bit.ly/1GBz0Mq

5 Les évènements de 1964 à Hama : http://bit.ly/1Eeh8n4

6 Le massacre de Hama, 1982 : http://bit.ly/1jdE3q9

7 Amnesty International : http://bit.ly/1zCFSY3

8 Première manifestation à Hama, 25/03/2011 : http://bit.ly/1LUsrHr

9 « Hama, une ville réduite au silence » : http://bit.ly/1x2ScyA

10 Manifestation du « Vendredi saint », 22/04/2011 : http://bit.ly/1CB3pu9

11 Premier martyr de Hama : http://bit.ly/117ihQp

12 Deuxième martyr de Hama : http://bit.ly/1uuZfPG

13 Commémoration du massacre du « Vendredi des enfants de la liberté » : http://bit.ly/1sOkiZ5

14 Massacre du « Vendredi des enfants de la liberté » : http://bit.ly/1zWCNSB

15 La manifestation appelée « Le million de Hama » : http://bit.ly/1ujq77a

16 « Volcan de Hama : le vendredi « Dégage ! » » : http://bit.ly/2kyxQOS

17 Le président Assad dépose le gouverneur de Hama : http://bbc.in/1sRjHGi

18 Nouveau gouverneur de Hama : « Il n’y a aucun rapport entre les manifestations et la révocation de l’ancien gouverneur » : http://bit.ly/2kbrHak

19 Le martyr d’Ibrahim Qachouch : http://f24.my/1oy0Mno

20 « Tirs et arrestations suite aux protestations de Hama » : http://bit.ly/1KEZNqk

21 « Calme sous tension et grève générale à Hama » : http://bit.ly/14oakbu

22 « Washington exhorte le régime syrien à retirer ses forces de Hama » : http://bbc.en/1vatpKa

23 Les ambassadeurs américain et français à Hama, théâtre de grandes manifestations : http://f24.my/2l6ZGOS

24 « Les manifestants de Hama reçoivent l’ambassadeur américain » : http://bit.ly/1KxZRrY

25 « Secrets de la visite de l’ambassadeur américain à Hama » : http://bit.ly/1FeopoJ

26 Manifestation du vendredi « Prisonniers de la liberté », 15/07/2011 : http://bit.ly/2l6guq8

27 Manifestation du vendredi « Descendants de Khaled Ibn al-Walid », 24/07/2011 : https://www.youtube.com/watch?v=wFTMnTqOksk

28 Wikipédia, invasion de Hama, juillet 2011 : http://bit.ly/2pqhsjC

29 Massacre dans la prison de Hama : http://bit.ly/14oh6xZ

30 La katiba (bataillon) Qachouch : http://bit.ly/1NE7x3d

31 « Hama, une ville réduite au silence » : http://bit.ly/1x2ScyA

32 Manifestations pour la grève de la dignité, 13/12/2011 : http://bit.ly/1C0OlAS

33 Manifestation du 30/12/2011 : http://bit.ly/2qbfdjX

34 « Destruction injustifiée de milliers d’habitations » : http://bit.ly/1a43Tfz

35 « L’armée s’apprête à envahir Bab Qibli, 24/03/2012 » : http://bit.ly/1zpSWNu

36 « Déclin du mouvement révolutionnaire à Hama : un marché a-t-il été conclu ou bien est-ce une nécessité ? » : http://bit.ly/1sRXrel

37 « Le siège étouffe l’atmosphère du Ramadan à Hama » : http://bit.ly/1y1aWgl

38 « La ville de Hama, plus grande prison du monde » : http://bit.ly/1qK56vm

39 « Des médecins syriens soignent les plaies de la révolution » : http://bit.ly/1LUt6J9

40 « 2013, année militaire par excellence dans le processus de la révolution »: http://bit.ly/1DMHZaS

41 « Assassinat du gouverneur de Hama, bombardements et affrontements continuels » : http://bit.ly/14pUT2G

42 « Hama, une ville réduite au silence » : http://bit.ly/1x2ScyA

43 « L’ASL est sur le point de neutraliser l’aéroport militaire de Hama » : http://bit.ly/1uC2S42

44 « Assad coupe l’électricité pour punir Hama et ses villages des progrès de l’ASL » : http://bit.ly/1qK3G3Y

45 Les checkpoints à Hama : http://bit.ly/2kszOkq

46 Bureau médiatique de Hama : http://on.fb.me/1zWDnzK

47 Page Facebook consacrée aux évènements révolutionnaires à Hama : http://on.fb.me/1vY3bVR

48 Le journal « Hama » : http://on.fb.me/1KnABqh

49 « Dans l’objectif d’un jeune de Hama » : http://on.fb.me/16pfHYl

50 Ibrahim Qachouch : http://bit.ly/1Esiw7B

51 « Allez Bachar, dégage » : http://bit.ly/2qcv4Sk

52 « La Syrie veut la liberté : http://bit.ly/2oB0X7i

53 « Les baffles de la liberté » : http://bit.ly/2pDPJij

54 « La symphonie de Qachouch » : http://bit.ly/1FeoXuZ

55 « Injustice » : http://bit.ly/2qcD45J

56 « Ta Hama ne t’aime pas »: http://bit.ly/2pmv6nI

57 Akram Raslan : http://bit.ly/2qjJg8n

58 Un prix international décerné à Akram Raslan : http://bit.ly/1ByFdZM

59 Martyr du caricaturiste syrien Akram Raslan : http://bit.ly/2ksXS2v

60 Fondation « Kibrit » : http://bit.ly2kubt9G

61 « Hama, une révolution pour le changement et non pour la vengeance » : http://bit.ly/2qcqH9Z

62 « Sous le manteau : 23 minutes de révolution » : http://bit.ly/2p85mgs

63 Les « ballons de la liberté » dans l’Oronte : http://bit.ly/2oNrtW1

64 Nombre de victimes selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2jgDe4F

65 Nombre de détenus selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2k5oqKo

66 Nombre de victimes selon la Base de données des martyrs de la révolution syrienne : http://bit.ly/2ktZAAz

Table des illustrations

Titre Khalil Younis. Un homme appelé Qachouch, 2011. Dessin
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12864/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 607k

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540