Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniques de la révolte syrienne

 | 
Mémoire créative de la révolution syrienne

Deraa

Texte intégral

Youssef Abdelké. Un martyr de Deraa, 2012. Dessin

Youssef Abdelké. Un martyr de Deraa, 2012. Dessin

1Chef-lieu du gouvernorat éponyme, la ville de Deraa se trouve au sud de la Syrie, à 120 kilomètres de Damas. Elle est proche de la frontière jordanienne, sur le plateau du Hawran. On y trouve la ville ancienne, nommée Deraa al‑Balad, et la ville moderne, Deraa al‑Mahatta. Son nom vient du cananéen « ati raa » et de l’araméen « adra‘i », et signifie « place forte » 1. Ses habitants vivent essentiellement de l’agriculture. L’eau douce y coule à profusion, sa terre est rouge et fertile 2.

2C’est à Deraa que jaillit, en 2011, l’étincelle de la protestation, ce qui lui vaudra le surnom de « berceau de la révolution ». L’histoire commence le 25/02/2011 3, lorsqu’un groupe d’enfants trace des slogans anti-régime sur le mur d’une école primaire du quartier Arba‘ine, situé à Deraa al‑Balad. Ces slogans sont inspirés des événements du printemps arabe en Tunisie et en Égypte : « Le peuple veut la chute du régime », « Dégage », « C’est ton heure, docteur ». Gage de la spontanéité de leur acte, chaque garçon a signé son graffiti. « Bachir », « Issa », « Nayef Abazid » 4.

3La réaction du régime est très violente. Le chef du département de Sûreté politique de Deraa, Atef Najib, cousin de Bachar al‑Assad, fait arrêter 21 enfants. Plus tard, leurs corps présenteront de terribles traces de torture.

4Un groupe d’habitants tente de rencontrer le gouverneur de la ville, Faysal Kalthoum, qui refuse de les recevoir. Le 09/03/2011, une délégation de notables, accompagnés des familles des enfants, demande une entrevue à Atef Najib 5. Celui‑ci refuse de libérer les garçons et insulte l’honneur des parents. La colère grandit dans la ville et les habitants commencent à manifester.

5Le 15/03/2011, une trentaine d’activistes se rassemblent devant le palais de justice de la ville 6, mais ne peuvent manifester à cause d’une forte présence de la Sûreté. Une manifestation est simultanément organisée à Damas pour demander la libération de tous les prisonniers politiques.

6Les habitants ne baissent pas les bras. Le 18/03/2011, « vendredi de la dignité », ils se rassemblent dans la cour de la mosquée al‑Omari, à Deraa al‑Balad 7, appelant à la libération des enfants. Les forces de la Sûreté arrivent aussitôt en grand nombre. Elles ouvrent le feu sur les manifestants, qui leur jettent des pierres 8. Deux hommes, Mahmoud al‑Jawabira 9 et Houssam Ayyache sont tués dans l’affrontement. Ils deviennent les deux premiers martyrs de la révolution syrienne.

7Leurs funérailles ont lieu le lendemain et se transforment en une grande manifestation. On y entonne les slogans qui deviendront ceux de la révolution syrienne : « Dieu, la Syrie, la liberté, et rien d’autre », « Plutôt la mort que l’humiliation », « Celui qui tue son peuple est un traître ». Ce dernier inspire à l’artiste Samir Chqeir la célèbre chanson « Ya heif ». Le lieu où les deux hommes sont enterrés prend le nom de « cimetière des martyrs » 10.

8Le régime tente de calmer la fureur populaire. Le 20/03/2011, il démet le gouverneur de ses fonctions 11. Il libère également certains des enfants prisonniers. Mais la colère des habitants ne s’apaise pas. Les protestations continuent et les manifestants incendient des bâtiments gouvernementaux 12. La mosquée al‑Omari devient le point de rassemblement d’un nombre croissant de personnes. Les forces du régime l’encerclent le 23/03/2011 et l’attaquent le lendemain. L’opération, qu’on appellera ultérieurement « massacre de la mosquée al‑Omari » 13, fait six victimes.

9Le 08/04/2011, « vendredi de l’endurance », des milliers de personnes défilent dans les rues de la ville. Ils s’en prennent au siège du parti Baath 14 et détruisent la statue de Hafez al‑Assad 15. La Sûreté riposte à balles réelles.

10La situation se dégrade rapidement. A la fin du mois d’avril, pour protester contre les meurtres et les mauvais traitements subis par la population, plusieurs députés de la région du Hawran 16 quittent leur siège au parlement.

11Le 15/04/2011, les blindés du régime 17 entrent dans l’agglomération depuis quatre axes. Deraa est la première ville syrienne à être envahie par l’armée 18. Cette dernière coupe l’électricité, l’eau et les communications, interdit les entrées et les sorties, dissémine des snipers sur les hauts bâtiments. Débutent de vastes ratissages, à la recherche des activistes.

12De très nombreux hommes sont arrêtés, des dizaines d’autres sont tués 19. Une partie de la population s’enfuit et traverse les frontières jordaniennes 20.

13Un peu partout en Syrie, on manifeste pour soutenir Deraa et demander la levée du siège qui lui est imposé. Les revendications locales concernant les enfants prisonniers sont en train de se transformer en une révolution qui s’étend à la plupart du pays. Environ 700 personnalités, réalisateurs, comédiens, écrivains et journalistes, signent un communiqué intitulé « Pour nos enfants à Deraa 21 ». Publié sur les réseaux sociaux, il demande au régime de permettre l’entrée du lait infantile et des denrées alimentaires dans la ville.

14Le régime reste sourd aux appels et continue à interdire l’entrée de la nourriture. Le 29/04/2011, des milliers de personnes manifestent dans les campagnes situées à l’est du gouvernorat, réclamant la levée du siège. Ils apportent de la nourriture, des médicaments et du lait infantile. Près de la caserne de Sayda, les forces du régime leur permettent de passer un premier checkpoint, puis le referment derrière eux. Ainsi se retrouvent-ils pris en tenaille entre deux checkpoints. L’armée tire alors sur eux, tuant et blessant des dizaines de personnes. L’évènement prendra le nom de massacre de Sayda 22. Cent soixante personnes sont également arrêtées. Parmi elles, les deux enfants Hamza al‑Khatib 23 et Tamer al‑Char‘i, qui succomberont à la torture. Leurs cadavres témoigneront de l’atrocité des traitements subis.

15La campagne militaire prend fin le 05/05/2011 24, avec le retrait d’une majorité des effectifs. Afin de maintenir la ville sous contrôle, quelques checkpoints restent en place, gardés par des chars.

16Human Rights Watch condamne les crimes contre l’humanité 25 perpétrés par les forces du régime pendant le siège de Deraa. L’ONG demande la libération de toutes les personnes arrêtées et séquestrées arbitrairement. Quelques jours plus tard, le régime interdit l’entrée de la ville à une délégation des Nations Unies 26 venue évaluer les évènements.

17Le 30/09/2011, la katiba (bataillon) al‑Omari, de l’ASL, proclame sa formation 27. Elle se donne pour mission de protéger les manifestations. Malgré la persistance du régime à recourir à la violence et le nombre de victimes toujours plus élevé, les habitants continuent à manifester pacifiquement. Le 26/10/2011, ils participent à la grève générale à laquelle a appelé le Conseil National Syrien 28.

18Le régime intensifie – depuis la terre et les airs – ses bombardements sur la ville et ses banlieues 29. Les destructions, colossales, n’épargnent ni zones d’habitation, ni installations, ni infrastructures 30.

19Le 26/04/2012, une délégation d’observateurs des Nations Unies 31 arrive place al‑Arba‘ine à Deraa al‑Balad. Elle rencontre le gouverneur et circule dans la ville 32. Le lendemain, un explosif éclate sur son passage, blessant quelques hommes de l’escorte et un journaliste 33.

20Le 27/07/2012 34, l’ASL annonce le début d’une bataille pour le contrôle de la ville. Elle prend tout d’abord le « checkpoint du commissariat », près du camp palestinien. Puis les affrontements se succèdent. En janvier 2013, les factions d’opposition prennent sept checkpoints à Deraa al-Balad 35. Elles réussissent également à occuper la mosquée al‑Omari, dont le minaret a été détruit par un bombardement 36. Ces combats entrainent la destruction des habitations, des écoles 37, des hôpitaux. Le régime est contraint de retirer certaines de ses forces de Deraa al-Balad 38.

21Le 07/10/2014, dans le cadre d’une bataille nommée « Dhat al‑salassil » (L’enchaînée), factions islamistes et éléments restants de l’ASL proclament leur unification dans l’objectif de prendre Deraa al‑Mahatta 39. Ils réussissent à se rendre maîtres de plusieurs points stratégiques 40 de la ville. Le régime bombarde quotidiennement les zones hors de son contrôle, envoyant ses Mig 41 ou larguant ses barils d’explosifs. Il peut tomber jusqu’à dix barils par jour 42.

22Les affrontements militaires à Deraa et dans ses alentours continuent tout au long des années‑2014 et‑2015. Les factions d’opposition et le Front al‑Nosra prennent le contrôle d’environ une moitié de la ville 43, tandis que les avions du régime continuent à larguer des barils sur les habitants 44.

23Sur le plan militaire, l’année 2015 voit des évolutions importantes. Des milices soutenant le régime –‑entre autres le Hezbollah‑– interviennent dans les combats en cours 45.

  • 46 « Le Liwa’ chouhada’ al-Yarmouk (Brigade des martyrs du Yarmouk) fait allégeance à Daech » : http: (...)

24D’autre part, le Liwa’ chouhada’ al‑Yarmouk (Brigade des martyrs du Yarmouk) 46 s’avère avoir fait allégeance à l’État islamique. Des combats éclatent alors entre lui et les autres factions d’opposition pour le contrôle des quartiers.

  • 47 « Deraa est le théâtre d’assassinats anonymes » : http://bit.ly/28ZX3Zi
  • 48 « Le tribunal « Maison de la justice » et les factions sont incapables de protéger les citoyens et (...)
  • 49 « Le patrimoine historique de Deraa menacé de disparition en raison des bombardements et des pilla (...)
  • 50 « Des activistes et des hommes de religion demandent qu’un terme soit mis au chaos » : http://bit. (...)

25Les assassinats 47 deviennent monnaie courante dans la ville, livrée à un chaos total 48. Même son patrimoine historique n’est pas à l’abri. Ce que les obus et les barils ont épargné est pillé et vendu dans les pays voisins 49. Des hommes de religion, des activistes et quelques combattants tentent alors de faire cesser ce phénomène en formant un corps sécuritaire indépendant pour la protection des citoyens et de leurs biens 50.

26Revenons au mouvement pacifique à ses débuts. À Deraa, il fut particulièrement dense. Afin d’organiser manifestations et grèves, les activistes créent le Comité de coordination de Deraa al‑Balad et Deraa al‑Mahatta 51. Se forment également les Comités locaux 52 : le Bureau humanitaire, le Bureau d’enseignement 53 et la Défense civile (Casques blancs) 54. Toutes ces initiatives tentent de combler le vide laissé par l’État, en assurant des services aux citoyens 55.

27Le Réseau d’information de Deraa 56 et l’Union médiatique de Deraa 57 voient le jour. Ils fusionnent ensuite pour former l’institution médiatique Naba’ 58. Les pages Facebook « Dans l’objectif d’un jeune de Deraa » 59 et « Dans l’objectif d’une jeune femme de Deraa » 60 documentent batailles et destructions. Une radio apparaît : « Sawt raya » (Voix du drapeau) 61.

28Le groupe Ghousn zeytoun (Branche d’olivier) 62, œuvre dans le domaine de l’enseignement et du soutien psychologique aux enfants. Il fait également paraître la revue jeune public Qaws qouzah (Arc‑en‑ciel) 63.

29La série « Timbres de la révolution syrienne » consacre plusieurs timbres à des personnalités de Deraa, ainsi qu’à la mosquée al‑Omari 64. En Turquie, le groupe « Al‑yawm al‑tali » (Le jour suivant) 65 organise un championnat de football dédié à la mémoire de Mahmoud al‑Jawabira 66, premier martyr de la révolution syrienne, tombé à Deraa.

30Depuis les débuts de la révolution jusqu’à la fin de l’année 2015, le Centre de documentation des violations en Syrie recense 2190 victimes 67 et 171 détenus 68à Deraa. La Base de données des martyrs de la révolution syrienne fait état, quant à elle, de 3118 victimes 69 pour la même période.

Notes

1 Aperçu de la ville de Deraa : http://bbc.in/1AA0cu8

2 Al-Maarifa : http://bit.ly/13s5Ccg

3 « Histoire d’une révolution » : http://on.fb.me/1zWvwCg

4 « Ces écoliers qui ont déclenché la révolution en Syrie » : http://bit.ly/13iqVgy

5 « L’officier Atef Najib. Son grade ? Cousin du président. » : http://bit.ly/1vvXAwh

6 « Ces écoliers qui ont déclenché la révolution en Syrie » : http://bit.ly/13iqVgy

7 « Ces écoliers qui ont déclenché la révolution en Syrie » : http://bit.ly/13iqVgy

8 « L’instant des premiers tirs » : http://bit.ly/16z4ZPq

9 Le premier martyr de la révolution : http://bit.ly/1yQmKRV

10 Funérailles des deux premiers martyrs : http://bit.ly/1LUk8LZ

11 « Ces écoliers qui ont déclenché la révolution en Syrie » : http://bit.ly/13iqVgy

12 Les protestataires dans le sud syrien : http://bbc.in/13f7rcs

13 Le massacre de la mosquée al-Omari, BBC : http://bbc.in/29rFxx5

14 Le siège du parti Baath incendié : http://bit.ly/1CAXNjE

15 La statue de Hafez al-Assad détruite : http://bit.ly/18UbXA2

16 Les évènements de Deraa : http://bit.ly/1sSkd5o

17 Le siège de Deraa : http://bit.ly/1u2Emw5

18 France 24, « témoin oculaire », 25/04/2011 : http://bit.ly/1D57UMi

19 Documentaire BBC : « A l’intérieur de la révolution syrienne » : http://bit.ly/2qitFpy

20 Deraa « Plutôt la mort que l’humiliation » : http://bit.ly/1sXIZ46

21 Faire cesser le siège de Deraa : http://f24.my/1qaqD04

22 Documentaire Al-Jazira : le chemin de Damas : http://bit.ly/2pCPjJa

23 Hamza al-Khatib : http://bit.ly/2oMyZk3

24 Événements de Deraa : http://bit.ly/1sSkd5o

25 Human Rights Watch : « Crimes contre l’humanité à Deraa » : http://bit.ly/1Bt4LXn

26 La délégation des Nations Unies interdite d’entrer à Deraa : http://bit.ly/1zVu702

27 Formation de la katiba (bataillon) al-Omari : http://bit.ly/1tsGGtI

28 Le Conseil National Syrien appelle à participer à la grève générale : http://bit.ly/1p5mQpV

29 Reportage d’Al-Jazira : bombardement sur Deraa le 25/11/2011 : http://bit.ly/1zFBbuO

30 Destructions dans le quartier Tariq al-sed : http://bit.ly/1zWw3El

31 Arrivée du comité des observateurs : http://bit.ly/1C0HxmJ

32 La délégation circule dans la ville : http://bit.ly/1zWwcHS

33 Explosion non loin du convoi des Nations Unies : http://bit.ly/1C0HAyU

34 Succès de l’ASL : http://bit.ly/1g6wAG2

35 Comité de coordination de Deraa al-Mahatta : http://on.fb.me/1C0HF5P

36 Destruction du minaret de la mosquée al-Omari : http://bit.ly/1v4L9Sd

37 Une école de femmes : http://bit.ly/2oMyTcb

38 L’ASL à Deraa : http://bit.ly/1qg5yRX

39 La bataille Dhat al-salassil : http://bit.ly/16z5KrG

40 Al-Jazira observe les batailles dans Deraa : http://bit.ly/1wRpqk3

41 Destructions à Deraa al-balad : http://bit.ly/1DMA7WL

42 « Libération syrienne » : http://bit.ly/1yMVftQ

43 L’opposition réalise une avancée à Deraa : http://bit.ly/1Ih3dnr

44 Les barils d’explosifs s’abattent sur la ville : http://bit.ly/291Bw8f

45 « Deraa, l’année des victoires, des défaites et des assassinats » : http://bit.ly/290PDXK

46 « Le Liwa’ chouhada’ al-Yarmouk (Brigade des martyrs du Yarmouk) fait allégeance à Daech » : http://bit.ly/28ZoYIZ

47 « Deraa est le théâtre d’assassinats anonymes » : http://bit.ly/28ZX3Zi

48 « Le tribunal « Maison de la justice » et les factions sont incapables de protéger les citoyens et leurs biens » : http://bit.ly/297Gu2O

49 « Le patrimoine historique de Deraa menacé de disparition en raison des bombardements et des pillages » : http://bit.ly/290tLdA

50 « Des activistes et des hommes de religion demandent qu’un terme soit mis au chaos » : http://bit.ly/290QZBF

51 Comité de coordination de Deraa al-balad et Deraa al-Mahatta : http://on.fb.me/1zFByFE

52 Les Comités locaux : http://on.fb.me/1vvY0ml

53 « Maison de la paix », éducation et sport pour les enfants : http://on.fb.me/1wLPSNt

54 Défense civile (Casques blancs) : http://on.fb.me/1DmaZbl

55 « Le Sisyphe syrien » : http://bit.ly/1TZa4C7

56 Réseau d’information de Deraa : http://on.fb.me/16pbKTz

57 Union médiatique de Deraa : http://on.fb.me/1D5cMB3

58 Institution médiatique Naba’ : http://bit.ly/1yMVftQ

59 « Dans l’objectif d’un jeune de Deraa » : http://on.fb.me/1ujnPFp

60 « Dans l’objectif d’une jeune femme de Deraa » : http://on.fb.me/1C0M0WB

61 Radio Sawt raya (Voix du drapeau) : http://soutraya.com/live

62 Le groupe Ghousn zeytoun, (branche d’olivier) : http://on.fb.me/1C0M3Sb

63 Revue Qaws qouzah (Arc-en-ciel) : http://bit.ly/2ppis9A

64 Timbre consacré à la moquée al-Omari : http://bit.ly/2qiDHHv

65 Groupe « Al-yawm al-tali » (Le jour suivant) : http://bit.ly/1DHtvsn

66 Championnat de football Mahmoud al-Jawabira : http://bit.ly/16p6nUy

67 Nombre de victimes selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2m8Qoqo

68 Nombre de détenus selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2cm039b

69 Nombre de victimes selon la Base de données des martyrs de la révolution syrienne : http://bit.ly/13sYvjU

Table des illustrations

Titre Youssef Abdelké. Un martyr de Deraa, 2012. Dessin
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12858/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1021k

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540