Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniques de la révolte syrienne

 | 
Mémoire créative de la révolution syrienne

Damas

Texte intégral

Mouzaffar Salman. L'agent secret des bulles à savon, 2011. Photographie

Mouzaffar Salman. L'agent secret des bulles à savon, 2011. Photographie

1Damas est la capitale de la république arabe syrienne. Elle se trouve au sud-ouest du pays. La rivière Barada, divisée en sept ramifications, la traverse d’est en ouest. C’est aussi à l’est et à l’ouest que se trouvent les vergers qui l’entourent, appelés les deux Ghoutas, tandis que le célèbre mont Qassioun se dresse au nord. Cette géographie a fait de Damas l’une des plus anciennes cités du monde.

2Elle se divise administrativement en seize quartiers : Berzeh, Qaboun, Jawbar, Chaghour, Midane, Qadam, Kafarsousseh, Mezzeh, Doummar, Roukn al-Dine, Salihiyeh, Mouhajirine, Sarouja, Qanawât, la vieille ville, et le camp de Yarmouk.

3La vieille ville est l’une des plus riches de Syrie en monuments historiques : la citadelle, la mosquée des Omeyyades, le palais Azem, les remparts et leurs célèbres portes. Elle est classée patrimoine mondial par l’UNESCO depuis 1979 1. Il est probable que l’origine du nom « Dimachq » (Damas en arabe) soit araméenne. Le mot « machq », précédé du préfixe « di » signifierait « terre fleurie », ou « jardin luxuriant » 2.

4En juillet 2000, peu après le « discours du serment » par lequel Bachar al-Assad succède à son père à la présidence, débute un mouvement appelé Printemps de Damas 3. L’opposition retrouve une intense activité, demande des réformes politiques, juridiques et économiques. Parait le « manifeste des 99 » 4. Signé par 99 intellectuels, il demande la levée de l’état d’urgence, les libertés publiques et la libération des prisonniers politiques. Le mouvement dure jusqu’en février 2001, puis la Sûreté gèle l’activité des forums culturels et politiques.

5Le 16/10/2005, après le retrait des troupes syriennes du Liban, d’éminentes personnalités de la société civile signent la « Déclaration de Damas pour le changement national et démocratique » 5, qui appelle à mettre un terme à 35 ans de pouvoir de la famille Assad, et à lui substituer un régime démocratique. Plus de quarante des signataires sont arrêtés. Certains sont relâchés peu après, mais treize d’entre eux sont condamnés à des peines de prison allant de cinq à quinze ans 6. En septembre 2007, le Conseil National de la Déclaration de Damas pour le changement national et démocratique (CNDD) voit le jour, afin de poursuivre l’initiative.

6Le 03/02/2011 7, deux rassemblements de solidarité avec la révolution égyptienne ont lieu à Damas. Le premier, où l’on allume des bougies, se tient devant l’ambassade d’Égypte, et le deuxième à Bab Touma.

7Le 17/02/2011 8, au souk de Hariqa, dans la vieille ville, a lieu la toute première manifestation spontanée de la révolution syrienne. Des policiers ont humilié le fils d’un commerçant, provoquant une colère générale. Environ 1500 personnes se rassemblent, scandant pour la première fois : « Le peuple syrien ne se laissera pas humilier ». La manifestation se disperse après l’arrivée du ministre de l’Intérieur, qui promet de demander des comptes aux auteurs de l’agression.

8Le 22/02/2011 9, des dizaines de personnes se rassemblent devant l’ambassade de Libye, en solidarité avec la révolution libyenne. Pour condamner la politique répressive de Mouammar Kadhafi, on scande pour la première fois : « Celui qui tue son peuple est un traître ». Le rassemblement est dispersé par la force.

9Fin février 2011 10, plusieurs enfants âgés de 8 à 11 ans sont arrêtés à Deraa pour avoir écrit des slogans anti-régime sur les murs de leur école. Ils subissent des tortures sans précédent. Le 09/03/2011 11, une délégation de notables, accompagnés des familles des enfants, va demander leur libération au chef des Moukhabarâts locaux, Atef Najib 12. Ce dernier refuse, s’en prenant à l’honneur des parents. Les habitants de Deraa se soulèvent alors. Les autres villes et villages du Hawran se joignent à eux. L’histoire de Deraa se répand dans toutes les villes syriennes, y allumant l’étincelle de la révolution.

10Le 15/03/2011 13, répondant à un appel lancé sur Facebook, des jeunes gens manifestent dans le souk Hamidiyeh. C’est la deuxième manifestation à avoir lieu à Damas, et l’on y appelle à la liberté.

11Le 16/03/2011 14, des familles de détenus politiques se rassemblent devant le Ministère de l’Intérieur sur la place al-Merjeh. Le sit-in se transforme en manifestation. Les hommes de la Sûreté frappent les personnes présentes, et arrêtent 32 d’entre elles.

12Le 18/03/2011 15, « vendredi de la dignité », des centaines de personnes appellent à la liberté dans la cour de la mosquée des Omeyyades, à l’issue de la prière. Elles agissent en solidarité avec le rassemblement qui se tient au même moment dans la mosquée al-Omari à Deraa. Des vidéos prises par des téléphones portables et diffusées sur internet témoignent des passages à tabac subis par les manifestants à l’intérieur de la mosquée. Ceux qui sortent dans la rue sont dispersés par des agents de la Sûreté en civil, présents parmi eux en grand nombre. Deux personnes sont arrêtées.

13Le 25/03/2011  16, « vendredi de la fierté », de véhémentes manifestations ont lieu presque partout dans le pays. Un cortège imposant sort de la mosquée al-Rifa‘i, (située dans le quartier de Kafarsousseh, à quelques mètres du département de la Sûreté d’État), et de nombreuses personnes sont arrêtées. Des manifestations sortent de la mosquée al-Rifa‘i quatre vendredis d’affilée 17, ce qui a valeur d’encouragement pour les autres quartiers. Les hommes de la Sûreté l’encerclent alors et agressent violemment ceux qui s’y trouvent. Après cet évènement, la jeunesse de Kafarsousseh se met à manifester à Midane.

14En avril 2011 , des manifestations ont lieu dans différents endroits de la capitale : la place Arnous 18, la place du Gouvernorat 19, Qaymariyeh 20, Midane 21, Rukn al-dine 22, Mouhajirine 23, Salihiyeh 24, Mezzeh 25, Qaboun 26, Berzeh 27 et Qadam 28. Les étudiants 29 tentent de se rassembler à l’intérieur de l’université, mais la Sûreté les disperse par la force 30.

15Le 22/04/2011 31, « Vendredi saint », se déroule la première manifestation dans le quartier du Midane. Les participants scandent des slogans hostiles au régime, et se débarrassent des portraits de Bachar al-Assad présents dans le quartier. Dès lors, les descentes de la Sûreté deviennent monnaie courante à Midane. Pour disperser les manifestants, elle a recours aux armes blanches et aux grenades lacrymogènes.

16Le 25/07/2011 32, un groupe d’avocats fait un sit-in au palais de justice. Ils protestent contre les pratiques illégales de la Sûreté et demandent la libération des prisonniers politiques, surtout celle de leurs collègues.

17Le 27/07/2011 33 débute la campagne contre Berzeh. Les forces du régime l’encerclent et l’envahissent. Les blindés pénètrent dans chaque rue, et une grande vague d’arrestations arbitraires a lieu.

18Le 14/10/2011, vendredi « Soldats, mais citoyens libres », a lieu la plus grande manifestation du Midane 34. Environ 20 000 personnes marchent aux funérailles de l’enfant Ibrahim Chaybani, âgé de neuf ans, tombé sous les balles de la Sûreté à Qadam.

19Devant la permanence des manifestations, le régime dresse des barrières de ciment 35 pour séparer les uns des autres les quartiers révolutionnaires. Il protège les centres de Sûreté et les bâtiments officiels. Des checkpoints apparaissent, régulant la circulation des passants et des véhicules.

20Le 11/12/2011 36 débute la grève de la dignité dans différentes villes syriennes. Visant la chute du régime, elle s’efforce de déboucher sur la désobéissance civile. À Damas, elle ne donne pas les résultats escomptés. Les activistes parviennent néanmoins à ébranler la Sûreté et à semer une certaine panique quand, dissimulant des baffles dans des bennes à ordures, des bâtiments officiels 37 et des sites universitaires 38, ils diffusent les chansons d’Ibrahim Qachouch.

21Dès le début, le régime s’efforce de garder le contrôle de la capitale et d’empêcher l’expansion de la grève. Sa réponse est donc très violente. Ses hommes brisent les cadenas des magasins, pillent leur contenu et contraignent leurs propriétaires – sous la menace des armes – à ouvrir. La dissuasion porte ses fruits. La grève ne trouve aucun écho auprès des employés de l’État qui craignent d’être arrêtés et de perdre leur travail, d’autant plus que les administrations publiques regorgent d’indicateurs. La même chose se produit dans différents départements de l’université.

22Le 23/12/2011 39, deux attentats suicides au camion piégé se produisent à Damas. Le premier, à Kafarsousseh, vise l’administration générale des Moukhabarâts. Le deuxième vise un centre de la Sûreté près du rond-point al-Jamarik. Ces explosions ont lieu un jour après l’arrivée d’une délégation d’observateurs de la Ligue arabe. Le régime en fait peser la responsabilité sur des « organisations terroristes ». De son côté, l’opposition accuse le régime de les avoir orchestrées lui-même, afin de convaincre les observateurs que le terrorisme sévit réellement dans le pays.

23Le 16/02/2012 40, pour les funérailles de trois citoyens tombés à Mezzeh lors du vendredi « La Russie tue nos enfants », a lieu l’une des plus grandes manifestations qu’ait vécue Damas. Atteignant les 30 000 personnes, elle se déroule à Mezzeh, dans la zone de Cheikh Saad. La Sûreté tire à nouveau sur les manifestants 41.

24Le 17/03/2012 42 se produisent deux attentats à la voiture piégée. Le premier a lieu près du siège de la Sûreté criminelle au rond-point al-Jamarik, et le deuxième devant celui des Moukhabarâts de l’armée de l’air, sur la place Tahrir, en plein centre de Damas. Il y a de nombreux morts et blessés 43.

25Le 23/03/2012 44, vendredi « Damas, nous venons à toi », les gens manifestent par centaines dans plusieurs quartiers de la capitale, dont Berzeh, al-Assali, Kafarsousseh, Hajar al-Aswad, Midane et Tadamoun. La Sûreté ouvre le feu un peu partout. À partir de ce jour, elle encercle toutes les mosquées de la capitale pour empêcher les manifestations d’en sortir. Et afin que personne ne puisse venir des régions limitrophes pour défiler à Damas, les effectifs du barrage Jawbar-Abbassiyine sont renforcés.

26Le 10/05/2012 45 se produit un attentat suicide dans la zone d’al-Qazaz, l’une des plus importantes entrées de la ville. Une voiture piégée, bourrée de plus de mille kilos d’explosifs, tue 50 personnes et en blesse 372 autres. Elle vise le siège des renseignements militaires -section Palestine. C’est l’explosion la plus importante qu’ait connu la capitale.

27Le 06/06/2012 46, des activistes lancent une première action intitulée « Damas en ébullition ». Pour provoquer la Sûreté et réduire la pression sur les zones assiégées, trente routes sont coupées 47 en même temps au moyen de pneus enflammés. Une deuxième action a lieu le 04/07/2012 48. Cinquante routes sont alors coupées.

28Le 16/07/2012 49, l’ASL présente dans les faubourgs de la capitale débute ce qui prendra le nom de « grande bataille de Damas ». Elle y entre par le sud, et affronte les forces du régime dans les zones de Tadamoun, Qadam, Midane, Kafarsousseh et Hajar al-Aswad. Le 18/07/2012 50, une explosion se produit au bâtiment de la Sûreté nationale, dans le quartier de Rawda. Elle tue plusieurs personnalités du régime, dont le ministre de la Défense Daoud Rajiha et son vice-ministre Assef Chawkat, gendre de Bachar al-Assad. L’évènement prendra le nom d’« attentat contre la cellule de crise ». Il est revendiqué par l’ASL et par une faction islamiste. Le régime lance alors une attaque hystérique contre les zones pénétrées par les combattants d’opposition. Les affrontements et les bombardements – par l’artillerie et les hélicoptères – se poursuivent quatre jours d’affilée, à l’issue desquels l’ASL se retire de Midane 51, Qadam, Assali, Kafarsousseh, Tadamoun, et des vergers de Mezzeh. Le régime reprend alors le contrôle de toutes ces zones.

29Le 22/07/2012 52, le régime assiège Bassatine al-Razi, à Mezzeh. Les chars bombardent la zone avant de l’envahir. A l’arrivée des forces du régime, l’ASL s’est retirée et plus de la moitié des habitants ont fui. Les habitations sont pillées. Les plantations de figuiers de barbarie, célèbres à Mezzeh, sont saccagées au bulldozer. Les vergers de Bassatine al-Razi sont incendiés 53, et un nuage de fumée recouvre toute la région.

30Au cours du mois de juillet 2012, le régime lance également une vaste campagne militaire contre Berzeh et Qaboun. L’opération dure environ cinquante jours. Human Rights Watch 54 documente la destruction de 18 hectares de zones d’habitation à Qaboun et de 5,3 hectares à Berzeh 55. C’est plus de 70% des habitations et des biens privés qui sont détruits, à quoi s’ajoute de nombreux dégâts dans les infrastructures. Un grand nombre d’habitants se réfugient en centre-ville.

31Le 23/09/2012 56, des personnalités de « l’opposition intérieure » organisent un « Congrès de salut national ». Ils appellent à « la chute du régime, de ses fondements et de ses symboles, pour garantir la construction d’un État démocratique, séculier et civil ». Mais, du fait qu’elle s’est tenue sous l’autorité d’Assad, l’initiative est rejetée par « l’opposition de l’extérieur ». Elle considère en effet que le régime et l’opposition qu’il tolère sont « les deux faces d’une même pièce » 57.

32Le 21/11/2012 58, au célèbre souk de Midhat Pacha, dans le vieux Damas, quatre jeunes femmes, en robe blanche de mariées et poussant des youyous, brandissent des pancartes rouges demandant l’arrêt des opérations militaires. La scène dure une vingtaine de minutes, puis elles sont arrêtées par la Sûreté.

33Le 16/12/2012 59, les Mig du régime bombardent une mosquée ainsi qu’une école de l’UNRWA au camp de Yarmouk. Les deux bâtiments abritaient de nombreux déplacés et il y a plus de 200 victimes. L’ASL présente dans les alentours envahit alors Yarmouk, et en prend entièrement le contrôle 60.

34En décembre 2012, selon un rapport de Human Rights Watch 61, le régime détruit 41 hectares de zones d’habitation autour de l’aéroport militaire de Mezzeh, dans la banlieue ouest de Damas. Il veut le protéger et en éloigner l’opposition armée.

35Le 05/05/2013 62, Israël mène trois raids aériens sur les zones de Jamraya, Sabboura et Mayssaloun, dans les environs de Damas. Le vacarme des explosions, de nuit, se fait entendre dans toute la capitale. Le régime affirme que les flammes ont ravagé le bâtiment des recherches scientifiques et l’entrepôt d’armes de Jamraya et Sabboura. De son côté, un responsable israélien confie à France 24 que l’attaque visait des armes iraniennes destinées à être acheminées au Hezbollah.

36En juillet 2013, le régime débute un siège total de Yarmouk 63. Il durera 6 mois, jusque début février 2014. Denrées alimentaires (dont la farine), aides médicales et combustibles n’entrent désormais plus au camp. Environ 97 personnes meurent de faim 64.

  • 65 Human Rights Watch : « les attaques sur la Ghouta » : http://bit.ly/1mcjlgg
  • 66 « Le journal français Le Monde obtient des preuves de l’usage d’armes chimiques en Syrie » : http: (...)
  • 67 Centre de documentation des violations : rapport sur l’usage d’armes chimiques dans la Ghouta orie (...)

37Selon un rapport d’Human Rights Watch 65, le quartier de Jawbar est par deux fois la cible d’attaques chimiques. Selon les échantillons prélevés par le journal français Le Monde – alors présent sur les lieux – la première attaque se déroule en juin 2013 66. La deuxième a lieu le 21/08/2013 67, lorsque les forces du régime envoient des obus chimiques sur plusieurs agglomérations de la Ghouta orientale, dont Zamalka et Ain Terma, voisines de Jawbar. L’attaque a lieu à l’aube, alors que la majorité des habitants sont encore endormis, et tue des centaines de civils.

38Au début de l’année 2014, la campagne présidentielle commence dans un climat de grande tension. Le nombre de checkpoints augmente, ainsi que les descentes de la Sûreté dans les domiciles et les contrôles dans la rue. La totalité des magasins sont contraints de repeindre leur devanture aux couleurs du drapeau syrien 68. La capitale est recouverte de portraits de Bachar al-Assad 69. Celui-ci reçoit un nouveau mandat de sept ans. Pour augmenter la pression psychologique sur les partisans de la révolution et les convaincre de leur défaite, le régime supprime quelques barrages et ouvre des rues qu’il tenait fermées depuis plus de trois ans.

  • 70 15/09/2014 : des affrontements à Midane, au centre de Damas, font des victimes parmi les forces du (...)

39Le 15/09/2014 70, une faction d’opposition tente à nouveau d’envahir Midane. Un groupe de combattants réussit à prendre le contrôle d’un immeuble aux abords du quartier, d’où ils affrontent les forces du régime pendant plus de sept heures, avant d’être abattus.

40Le régime rétablit sa mainmise sur Damas. L’année 2015 se déroule sans évènement notoire, hormis les obus de mortier envoyés sur la ville par les factions présentes dans la Ghouta orientale, et qui font des victimes civiles 71. D’autres factions coupent à maintes reprises l’alimentation de Damas en eau potable 72. Les combattants dynamitent les conduits d’eau de Ain Fijeh, dans la vallée de la Barada. Ainsi font-ils pression sur le régime afin qu’il libère des femmes de la région détenues dans ses geôles. À chaque fois, le régime accède à certaines revendications et l’eau revient dans la ville.

  • 73 « Dareya est vidée, c’est maintenant le tour de Mezzeh avec son « projet d’aménagement » : http:// (...)
  • 74 Vente d’actions dans la région « Aménagement de Mezzeh-est », derrière al-Razi : http://bit.ly/2gw (...)

41En septembre 2015 73, le régime expulse les personnes résidant encore à Bassatine al-Mezzeh. Quelques jours plus tard, il rase leurs domiciles pour commencer les travaux d’infrastructure d’un nouveau plan d’aménagement. Ce dernier, baptisé « aménagement de Mezzeh-est », vise à modifier la démographie de la région, et ses actions se vendent pour des millions de livres syriennes 74.

42Durant les derniers mois de l’année 2015 75, le régime enrôle les hommes par la force pour les envoyer sur différents fronts. Même ceux qui approchent de 41 ans, âge où l’on est censément dispensé de service, ne sont pas épargnés. Les Chabbihas arrêtent les clients des cafés. Des checkpoints volants font leur apparition à des lieux inhabituels, et procèdent à des arrestations par dizaines. Beaucoup s’enfuient, si bien qu’on en vient à décrire Damas comme une ville sans hommes.

43Fin 2015, le régime contrôle l’ensemble de Damas, à l’exception de Jawbar et de Yarmouk. Berzeh 76 et Qaboun 77 vivent dans un calme relatif en raison des trêves qui y ont été signées.

44Revenons au mouvement pacifique à ses débuts. Les activistes créent le Conseil de direction de la révolution à Damas 78, le Comité de coordination du grand Damas 79, ainsi qu’un Comité de coordination propre à chaque quartier, afin d’y couvrir les évènements locaux. Le bureau de la communication de Damas 80 documente lui aussi la révolution dans la capitale. Le Rassemblement de la jeunesse libre de Damas 81  et l’Union des étudiants libres 82 coordonnent les actions des étudiants activistes. Les Citoyennes libres de Damas 83 jouent un rôle important dans l’organisation des manifestations 84, que celles-ci se déroulent dans la rue ou dans les domiciles 85. Le rassemblement des révolutionnaires de Damas 86 organise, entre autres, l’action « Souriez pour le pays ». Quant à l’Organisation du mouvement pacifique syrien 87 et au groupe « Jours de liberté » 88, ils participent essentiellement à organiser la réflexion et le soutien médiatique nécessaire aux stratégies de désobéissance civile élaborées dans le cadre de la grève de la dignité 89.

45« Dans l’objectif d’un jeune Damascène » 90, et la série « Damas 2013 » 91 documentent en images les évènements de la capitale. On trouve aussi les radios Watan (patrie) 92 et « Jasmin de Damas » 93, ainsi que la revue Samidoun (« Résistants ») 94, et le journal « Pages de Damas » 95.

46En 2012, lors du premier anniversaire de la révolution, des activistes lancent l’action : « Arrêtez les crimes, nous voulons construire une patrie pour tous les Syriens » 96. Ils appellent à faire des sit-in 97 et à refuser les crimes quels qu’en soient les auteurs. Dans le même temps se déroule l’action « Graffitis de la liberté » 98. Pour ses initiateurs, le graffiti est vecteur de désobéissance civile et de résistance. Ils tracent des slogans pro-révolution sur les murs de la ville 99. Des rubans rouges 100 figurant des roses et portant chacun le nom d’une victime sont accrochés dans les rues. Les activistes collent également des tracts dans les bus 101 et sur les voitures.

47En novembre 2012, en réaction aux agissements du régime et à ceux de certains courants d’opposition, a lieu l’action « Nous sommes une alternative morale » 102. Les activistes déposent dans les rues des tracts appelant à la liberté.

48En février 2013, l’Union des étudiants libres de Damas 103 participe aux actions « Alep, ton sang s’est répandu dans tout le pays » et « Sanglants examens » 104. L’Union vise à boycotter les examens en solidarité avec l’université d’Alep. Pour évoquer le sang des martyrs, un groupe d’étudiants asperge de peinture rouge les murs de la ville.

49En mars 2013, lors du deuxième anniversaire de la révolution, a lieu l’action « Une révolution d’êtres humains qui veulent vivre » 105. Des activistes diffusent les « tracts de la liberté » au cœur de l’université 106. L’action « Monnaie de la liberté » 107 est elle aussi lancée. On y lâche des imitations de billets de banque portant les devises de la révolution. Des stickers aux couleurs de l’indépendance 108 sont collés dans différents quartiers. Du haut du mont Qassioun, des pigeons 109 sont lâchés. Ils portent, attachés à leurs pattes, les noms de détenus oubliés dans leurs cellules.

50Début 2014, les activistes lancent les actions « Baisse la voix » 110 et « Sanglantes élections » 111. Ils tournent en dérision la campagne présidentielle en utilisant les génériques de célèbres dessins animés, comme Sassouki 112 et L’île aux trésors 113.

51Lors du troisième anniversaire de la révolution, en mars 2014, un groupe d’activistes, défiant le maillage sécuritaire, écrit des noms de martyrs sur les murs de plusieurs quartiers. Au cours de l’action « 011 » 114, ils affichent des drapeaux du régime à l’envers 115, signifiant que sa fin est proche 116. En signe de fidélité aux détenus, ils plantent des jasmins 117 en plusieurs endroits de la ville. Les slogans de la révolution réapparaissent sur les murs 118.

52En août 2014, pour la première commémoration du massacre à l’arme chimique, des activistes déposent des tracts et des photos dans de nombreuses rues. L’action s’intitule « Respirer la mort » 119.

53Depuis les débuts de la révolution jusqu’à la fin de l’année 2015, le Centre de documentation des violations en Syrie recense 2037 victimes 120 et 238 détenus 121 à Damas. La Base de données des martyrs de la révolution syrienne fait état, quant à elle, de 9514 victimes 122 pour la même période.

Notes

1 UNESCO : http://bit.ly/1vvVL2c

2 Damas : http://bit.ly/2f7q7nm

3 Le printemps de Damas : http://bit.ly/1u71xVY

4 Manifeste des 99 : http://bit.ly/1u755aI

5 Déclaration de Damas pour le changement national et démocratique : http://bit.ly/1r7jekn

6 Human Rights Watch : http://bit.ly/2qiMadv

7 Rassemblement : http://bit.ly/1BUX3CU

8 Première manifestation, Hariqa : http://bit.ly/2plnj9R

9 « Anticipation des protestations en Syrie » : http://bit.ly/1BUX3CU

10 Les évènements de Deraa : http://bit.ly/1sLLqNS

11 « Ces écoliers qui ont débuté la révolution en Syrie » : http://bit.ly/2il3sU0

12 « L’officier Atef Najib. Son grade ? Cousin du président » : http://bit.ly/1vvXAwh

13 Deuxième manifestation, souk Hamidiyeh : http://bit.ly/1C0DAOU

14 Troisième manifestation : place al-Merjeh : http://bit.ly/1BV4qdv

15 Manifestation dans la cour de la mosquée des Omeyyades : http://bit.ly/1pmIxMc

16 Manifestation de Kafarsousseh, 25/03/2011 : https://www.youtube.com/watch?v=i2eEHZcXRr4

17 Les manifestations de Kafarsousseh : http://www.aaboona.com/?p=246

18 Manifestation place Arnous, 2011 : http://bit.ly/1IgUsd5

19 Rassemblement place du Gouvernorat : http://bit.ly/1xzsn5z

20 Manifestation à Qaymariyeh : http://bit.ly/1CAUgBZ

21 Rassemblements à Midane : http://bit.ly/1D54byr

22 Rassemblements à Rukn al-Dine : https://www.youtube.com/watch?v=aWqbQ_r3oY0

23 Manifestation à Mouhajirine : http://bit.ly/1zWfGsM

24 Rassemblement des femmes de Salihiyeh : http://bit.ly/1DHh2F9

25 Manifestation à Mezzeh : http://bit.ly/1xzsXQF

26 Rassemblement à Qaboun : http://bit.ly/1zWfPwu

27 Rassemblements à Berzeh : http://bit.ly/1xzt9iV

28 Rassemblements à Qadam : http://bit.ly/16z1GrE

29 Rassemblement à la faculté de médecine : http://bit.ly/1zWrRnU

30 « La Sûreté réprime violemment le rassemblement étudiant » : http://bit.ly/1zfppDE

31 « Abou Yassine, habitant de Midane » : http://bit.ly/1IgVSEj

32 Rassemblement des avocats : http://bit.ly/16z1RmC

33 Invasion de Berzeh : http://bit.ly/1zfprLR

34 La plus grande manifestation de Midane : http://www.aaboona.com/?p=677

35 La place du Gouvernorat fermée par des barrières de ciment : http://bit.ly/1DMw7p6

36 « Grève de la dignité, l’histoire du début à la fin » : http://bit.ly/16MyUEF

37 Les « baffles de la liberté » à la Direction des finances : http://bit.ly/1C4TxWT

38 Les « baffles de la liberté » à l’université de Damas : http://bit.ly/1Dm8JRi

39 Les deux premiers attentats suicides : http://bbc.in/1KxTpBt

40 Manifestation à Cheikh Saad : http://bit.ly/1zfpE1r

41 Manifestation à Mezzeh : http://bit.ly/16p0syC

42 « Des morts dans deux explosions ayant visé deux centre de la Sûreté à Damas » : http://bit.ly/2i7xScu

43 Destructions près de la place Tahrir à Damas : http://bit.ly/2i0VbYb

44 Vendredi « Damas, nous venons à toi » : http://bit.ly/XX85s2

45 Explosion d’al-Qazaz : http://bbc.in/1B4gy9D

46 « Damas en ébullition » : http://www.aaboona.com/?p=521

47 « Damas en ébullition » 1 : http://bit.ly/1zFzayO

48 « Damas en ébullition » 2 : http://bit.ly/16MxgTk

49 La bataille de Damas : http://bit.ly/1mpjFYr

50 « Mort du ministre de la Défense et d’Assef Chawkat dans l’explosion de Damas » : http://bit.ly/1DBp5n5

51 Bataille de Midane : http://www.aaboona.com/?p=677

52 Invasion de Bassatine al-Razi : http://bit.ly/1mpjFYr

53 Incendie des vergers à Bassatine al-Razi : http://bit.ly/1qrmsvx

54 Destruction de Qaboun : http://bit.ly/2dicDW9

55 Destruction de Berzeh : http://bit.ly/2dicDW9

56 Le « congrès de salut national » : http://bit.ly/XXmCUp

57 Le « congrès de salut national » rejeté par l’ASL : http://bit.ly/1umhyHD

58 « Les mariées de Damas » : http://bit.ly/1ujeGMS

59 Le camp de Yarmouk bombardé par les Mig : http://bit.ly/2dXMLR8

60 L’ASL envahit Yarmouk : http://bit.ly/2dUreUV

61 Les environs de l’aéroport militaire de Mezzeh totalement détruits : http://bit.ly/2dicDW9

62 Raid israélien : http://f24.my/1rtZ2ei

63 Le siège de Yarmouk : http://bit.ly/1o9NlbZ

64 « Mourir de faim » : http://bit.ly/1uAhX70

65 Human Rights Watch : « les attaques sur la Ghouta » : http://bit.ly/1mcjlgg

66 « Le journal français Le Monde obtient des preuves de l’usage d’armes chimiques en Syrie » : http://bit.ly/1X2xTfI

67 Centre de documentation des violations : rapport sur l’usage d’armes chimiques dans la Ghouta orientale : http://bit.ly/1P5E4wG

68 Les devantures des magasins repeintes aux couleurs du drapeau syrien : http://bit.ly/Zl7f9G

69 Photos de Bachar al-Assad : https://www.youtube.com/watch?v=NMV3y1iiE1s

70 15/09/2014 : des affrontements à Midane, au centre de Damas, font des victimes parmi les forces du régime : http://bit.ly/1wf2AyH

71 « L’opposition bombarde Damas et le régime riposte » : http://bit.ly/2g3frUU

72 « Qui coupe l’eau à Damas ? » : http://bit.ly/2h1huNc

73 « Dareya est vidée, c’est maintenant le tour de Mezzeh avec son « projet d’aménagement » : http://bit.ly/2hclkmQ

74 Vente d’actions dans la région « Aménagement de Mezzeh-est », derrière al-Razi : http://bit.ly/2gwZ7vK

75 Damas : arrestations systématiques pour l’enrôlement forcé : http://bit.ly/2hcodEr

76 La trêve de Berzeh : http://bit.ly/1paZI3s

77 La trêve de Qaboun : http://bit.ly/1uGqvb6

78 Conseil de direction de la révolution à Damas : http://bit.ly/1zWgy0I

79 Comité de coordination du grand Damas : http://on.fb.me/1yqL81i

80 Centre de la communication de Damas : http://bit.ly/1CAVZax

81 Rassemblement de la jeunesse libre de Damas : http://bit.ly/1xzvESq

82 Union des étudiants libres : http://bit.ly/1zo5oQ2

83 Citoyennes libres de Damas : http://bit.ly/1zo5uaw

84 Citoyennes libres de Damas incognito : http://bit.ly/1zfqkUP

85 Il s’agit de rassemblements organisés par les femmes à l’intérieur des maisons, pour échapper aux arrestations et à la violence exercée par le régime dans les rues.

86 Rassemblement des révolutionnaires de Damas : http://bit.ly/1FeeCiw

87 Organisation du mouvement pacifique syrien : http://bit.ly/16MyA8Z

88 Groupe « Jours de liberté » : http://bit.ly/16MyEFI

89 Grève de la dignité : http://bit.ly/1vvWQY6

90 « Dans l’objectif d’un jeune damascène » : http://bit.ly/1LUhTrZ

91 Damas 2013 : http://bit.ly/2pCvKka

92 Radio « Watan » : http://bit.ly/2oPoa1k

93 Radio « Jasmin de Damas » : http://bit.ly/1v4ISGM

94 Revue « Samidoun » : http://bit.ly/2p70yrw

95 Journal « Pages de Damas » : http://bit.ly/2oUm9AW

96 « Arrêtez les crimes, nous voulons construire une patrie pour tous les Syriens » : http://bit.ly/1FeeCiw

97 Rassemblement « Arrêtez les crimes » devant le parlement : http://bit.ly/16z3HnE

98 Action « Graffitis de la liberté » : http://bit.ly/1ELDSiI

99 Campagne de graffitis : http://bit.ly/1Fefeok

100 Campagne des rubans rouges : http://bit.ly/1qNTbjl

101 Les « tracts de la liberté » dans les bus de Damas : http://bit.ly/1ELDUHp

102 Action « Nous sommes une alternative morale » : http://bit.ly/2p7hTkf

103 Union des étudiants libres : http://bit.ly/1zo5oQ2

104 Action « Sanglants examens » : http://bit.ly/1zFAiCn

105 Action « Une révolution d’êtres humains qui veulent vivre » : http://bit.ly/1KxUYzd

106 Les « tracts de la liberté » au cœur de l’université de Damas : http://bit.ly/1Fefzri

107 Action « Monnaie de la liberté » : http://bit.ly/2oMwSMZ

108 Action « Stickers de l’indépendance » : http://bit.ly/1uNqWRp

109 Lancer de pigeons en faveur des détenus : http://bit.ly/2pljpOj

110 « Baisse la voix » : http://bit.ly/1C0Gxzb

111 « Sanglantes élections » : http://bit.ly/1ujgWUy

112 Générique de Sassouki : http://bit.ly/1KxVgWH

113 Générique de L’île au trésor : http://bit.ly/1zfrqjo

114 « Action 011 » : http://bit.ly/2ozJgEM

115 Le drapeau à l’envers : http://bit.ly/2ozJgEM

116 « Action 011 » : http://bit.ly/2q9K5Bz

117 Action « Jasmin de la liberté » : http://bit.ly/2qimBta

118 Campagne de graffitis : http://bit.ly/2g3yfU1

119 Action « Respirer la mort » : http://on.fb.me/1wshEy9

120 Nombre de victimes selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/1msuSYq

121 Nombre de détenus selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2gXnKSZ

122 Nombre de victimes selon la Base de données des martyrs de la révolution syrienne : http://bit.ly/2gXjZ09

Table des illustrations

Titre Mouzaffar Salman. L'agent secret des bulles à savon, 2011. Photographie
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12846/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 814k

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540