Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniques de la révolte syrienne

 | 
Mémoire créative de la révolution syrienne

Le Camp de Yarmouk

Texte intégral

Rami Abbas. Impitoyable, 2014. Dessin

Rami Abbas. Impitoyable, 2014. Dessin

1Le camp de Yarmouk est situé au sud de Damas, dont il relève administrativement. Jouxtant au nord les quartiers de Midane et de Chaghour, à l’est celui de Tadamoun, au sud celui de Hajar al-Aswad, et à l’ouest celui de Qadam 1, sa position est stratégique. C’est un quartier extrêmement peuplé, de Palestiniens comme de Syriens. On y trouve tous les commerces et tous les services 2.

2Le camp est construit en 1957 sur un terrain appartenant à la famille al-Hakim, dans une zone relevant administrativement des vergers de Chaghour 3. Il s’agit d’y loger les réfugiés palestiniens. Un décret promulgué en 1956, instaurant l’égalité entre Syriens et Palestiniens, permet à ces derniers d’améliorer leur situation. Yarmouk connait alors un dynamisme économique qui le distingue des autres camps palestiniens 4.

3Sa population est habituée à manifester pacifiquement en réaction aux évènements qui se produisent dans les territoires palestiniens occupés. Aussi le contexte est-il favorable, dès le début, aux manifestations de soutien à la révolution syrienne. Quelques marches et rassemblements ont lieu. Le 22/04/2011, « Vendredi saint », des habitants se mettent en grève pour protester contre le bombardement du camp palestinien de Deraa. La police met fin au mouvement par la force.

4Le 06/06/2011 5, suite aux déclarations de Rami Makhlouf - homme d’affaires et cousin de Bachar al-Assad- selon lesquelles « la sécurité du régime syrien ne fait qu’un avec celle d’Israël », le régime tente de faire diversion. Pour la commémoration de la « Nakba », (défaite de 1967), il envoie de jeunes Palestiniens de Yarmouk manifester à la frontière du Golan. Les forces israéliennes tirent sur les manifestants, tuant 23 personnes et faisant de nombreux blessés 6. Le lendemain, les funérailles à Yarmouk se transforment en une véhémente manifestation. Indignés par la manière dont le régime récupère la mort des jeunes gens 7, les habitants scandent : « Un, un, un, Palestiniens et Syriens ne font qu’un » 8. Les protestataires attaquent le siège du Front populaire de libération de la Palestine - Commandement général, affilié au régime. Les gardes ouvrent le feu, tuant quatre personnes, qui deviennent les premiers martyrs du camp 9. La population incendie alors le bâtiment, avant d’être repoussée par les forces du régime 10.

5Suite à cet évènement, la Sûreté se déploie dans le camp. Cela ne dissuade pas la population de participer aux manifestations 11 et aux grèves 12 auxquelles les invite le Comité de coordination de Yarmouk, pour protester contre les massacres commis dans d’autres villes. La Sûreté casse les verrous des commerces pour les forcer à ouvrir 13.

6Le 13/07/2012 14, au moment du massacre de Treymsseh, dans la campagne de Hama, des dizaines de milliers de personnes défilent dans les rues du camp. Elles se dirigent vers Tadamoun, quartier voisin assiégé par le régime, pour exiger la levée du siège. La Sûreté tire à balles réelles, tuant des dizaines de personnes et faisant de nombreux blessés 15. Le lendemain, 14/07/2012, les funérailles des martyrs sont l’occasion de la plus grande manifestation qu’ait jamais vécue Damas. Plus de 50 000 personnes défilent en reprenant le slogan : « Syrie, la Palestine est avec toi jusqu’à la mort ». C’est l’apogée du mouvement révolutionnaire de Yarmouk. Les blindés encerclent le camp, et le porte-parole du Ministère des Affaires Étrangères déclare que les Palestiniens, en tant qu’hôtes, sont tenus d’observer un devoir de réserve 16.

7Les manifestations pacifiques se succèdent, massives, appelant à la liberté et à la solidarité avec les villes ravagées par la répression 17. La Sûreté tire à balles réelles sur les civils 18.

8La situation change totalement du jour où l’ASL lance la bataille du grand Damas, également appelée « Volcan de Damas ». Elle envahit toute la zone sud de la capitale, entre au camp et remonte jusqu’à sa limite nord, atteignant le commissariat de Yarmouk, qu’elle incendie 19. Au bout de trois jours, l’ASL se retire. Les forces du régime envahissent les zones limitrophes du camp, comme Hajar al-Aswad, Tadamoun et Qadam. La plupart des habitants de ces quartiers se réfugient alors à Yarmouk, qui devient, à l’époque, le plus grand point de concentration de déplacés de la région damascène 20. Écoles de l’UNRWA 21, écoles publiques, mosquées, clubs sportifs, tous les équipements sont mobilisés par l’accueil. Le régime commence alors à bombarder presque quotidiennement Yarmouk aux tirs de mortier, visant les hôpitaux 22 et les lieux qui hébergent des déplacés. Il fait de nombreuses victimes. C’est notamment le cas le 02/08/2012 23, au mois de Ramadan, lorsqu’un obus de mortier tombe dans la rue Ja‘ouneh dix minutes avant l’Iftar, tuant plus de vingt personnes. L’évènement prend le nom de « massacre de la rue Ja‘ouneh ».

9Le 16/12/2012 24 est un jour sanglant et une date pivot dans l’histoire du camp. Les Mig bombardent une mosquée et une école de l’UNRWA, toutes deux remplies de déplacés, tuant plus de 200 personnes. L’ASL entre alors à nouveau dans le camp, et le déclare zone libérée 25.

10De nouvelles factions voient le jour, formées par les habitants et affiliées à l’ASL 26. Elles s’opposent aux agressions du régime 27. Le camp est la cible de bombardements à l’artillerie lourde et de raids aériens visant habitations, écoles et hôpitaux. Les dégâts sont colossaux 28. Les infrastructures sont détruites, les services publics paralysés. On assiste à une immense vague de déplacements, et seuls 20% de la population reste sur place 29.

11Souqour al-Jolan (« Les aigles du Golan »), une des factions en présence, pille les habitants ayant refusé de sortir du camp. Une grande tension s’installe entre la population et l’ASL. Les agissements de cette faction ne cessent de s’aggraver, créant des conflits entre Palestiniens et Syriens 30. Finalement, les autres groupes d’opposition armée mènent une opération pour arrêter la tête de « Souqour al-Jolan », et expulser l’organisation de toute la région Sud 31. Il apparaitra par la suite que son leader collaborait avec les services de renseignements militaires du régime 32.

12La première semaine du mois d’août 2013, les forces du régime imposent au camp un siège total 33. Elles y interdisent l’entrée des denrées alimentaires, de la farine, du matériel médical et des combustibles. Une effroyable famine 34 s’ensuit, entrainant la mort d’environ 97 personnes 35.

13En février 2014 36, les factions d’opposition – dont le Front al-Nosra – s’accordent avec le régime pour mettre en place une trêve. Celle-ci prescrit le retrait du Front al-Nosra ainsi que de tous les combattants non-originaires de Yarmouk, et ouvre la voie à un retour des déplacés. La mise en œuvre de ce plan débute le 10/02/2014. Des bulldozers viennent ramasser les décombres. Mais le régime revient sur son engagement et refuse le retour des déplacés. Le Front al-Nosra redéploie aussitôt ses combattants et annonce l’échec de la trêve 37.

14Cinq trêves sont signées successivement et se soldent toutes par des échecs. Le Front al-Nosra se montre récalcitrant et, de son côté, le régime trahit ses engagements. À cette période, plus de quinze activistes civils, parmi les plus connus, sont assassinés à Yarmouk, sans qu’on sache qui en est responsable 38.

15En avril 2015, l’État Islamique envahit le camp avec l’aide du Front al-Nosra, mettant un terme définitif aux espoirs de trêve 39. À la fin de cette même année, Yarmouk est toujours sous le contrôle de l’EI 40.

16Revenons au mouvement pacifique à ses débuts. Le Comité de coordination de Yarmouk organise le mouvement révolutionnaire 41, et son agence d’informations 42 couvre les évènements au niveau local. La fondation sociale « Bassma » œuvre sur les plans humanitaire, médical et éducatif 43. Elle est également à l’origine du projet « Bassmat kheir », visant à créer des alternatives agricoles pour subvenir aux besoins alimentaires des habitants assiégés. Ce projet tente de parvenir à une autosuffisance sur le plan des légumes 44. La fondation Jafra 45 pour l’action humanitaire et le développement participe également aux efforts pour améliorer le niveau de vie au camp. À travers ses projets et ses activités, elle mobilise la jeunesse.

17On assiste également à l’hommage « Un martyr, une silhouette 46 ». Il s’agit de dessiner la silhouette de chaque défunt 47, accompagné d’une expression qu’il avait coutume d’utiliser de son vivant.

18« L’école alternative de Damas » joue un grand rôle pour empêcher la déscolarisation des enfants 48. Le groupe d’artistes « Réaction » met en lumière la vie sociale et politique au camp dans le contexte des dernières années 49. Parmi ses réalisations les plus remarquables 50, les sketches « Au gré du siège »  51, interprétés par le comédien Hassan Hassan, qui succombera à la torture dans les geôles du régime. Le camp assiste aussi à la création de deux troupes musicales : Bara‘im, (Jeunes pousses) 52, et Chabab al-Yarmouk, (Jeunesse de Yarmouk) 53, qui déambulent avec un vieux piano 54 dans les différents quartiers, y documentant les destructions et y présentant leurs chansons, écrites et mises en musique sous le siège. De nombreux peintres palestiniens, originaires de Yarmouk, documentent eux aussi à leur manière les évènements survenus au camp, ainsi que ceux de la révolution syrienne en général 55. Leur production artistique est diffusée dans le monde entier où elle suscite de grandes marques d’intérêt. Hani Abbas remporte le prix international du dessin de presse 56, et certaines de ses œuvres sont reprises sur les murs de Saraqib 57.

19Depuis les débuts de la révolution jusqu’à la fin de l’année 2015, le Centre de documentation des violations en Syrie recense 75 victimes 58 et 6 détenus 59 à Yarmouk. La Base de données des martyrs de la révolution syrienne fait état, quant à elle, de 1322 victimes 60 pour la même période.

Notes

1 Al-Jazira net, le camp de Yarmouk : http://bit.ly/1aF61vZ

2 Wikipédia : http://bit.ly/2aALJ9o

3 « La mémoire palestinienne » : http://bit.ly/2dPQIHD

4 Le camp de Yarmouk, BBC : http://bbc.in/2dWfrtq

5 « Des Palestiniens en colère incendient un des sièges d’Ahmad Jibril à Yarmouk » : http://bit.ly/2dyEKPC

6 Les manifestants refusent que le régime récupère la mort de leurs enfants : http://bit.ly/2dyEKPC

7 Al-Charq al-Awsat : Soulèvement à Yarmouk : http://bit.ly/2dPSl85

8 « Les manifestants de Yarmouk lancent des slogans favorables à la révolution syrienne » : http://bit.ly/2dOn5BQ

9 « Quatre morts dans des affrontements à Yarmouk » : http://bit.ly/2dwi0R1

10 « Incendie du siège d’Ahmad Jibril, collaborateur du régime » : http://bit.ly/2dVYFqJ

11 Véhémente manifestation au camp de Yarmouk : http://bit.ly/2dPXKfr

12 Grève à Yarmouk : http://bit.ly/2d6UzgA

13 « A Yarmouk, la Sûreté met fin à la grève par la force »: http://bit.ly/2dyG7O6

14 Manifestation de protestation contre le massacre de Treymsseh : http://bit.ly/1C0ZEZP

15 « Des dizaines de milliers de personnes manifestent contre Assad » : http://bit.ly/2cVBzDm

16 « Les Palestiniens de Syrie soutiennent la révolution et en payent le prix » : http://bit.ly/2d6Xgi3

17 Manifestations de Yarmouk : http://bit.ly/2dippAz

18 Film documentaire, Mémoire créative de la révolution syrienne : http://bit.ly/2shNaAv

19 « Libération du poste de police de Yarmouk » : http://bit.ly/2dP9jxZ

20 Bataille de Damas, wikipédia : http://bit.ly/2qeOLWD

21 L’UNRWA : http://bit.ly/2sjBV9Q

22 Bombardement de l’hôpital al-Bassel à Yarmouk : http://bit.ly/2dyBDGI

23 Le massacre de la rue Ja‘ouneh : http://bit.ly/1ocmYRI

24 Les Mig bombardent le camp : http://bit.ly/2dXMLR8

25 L’ASL envahit Yarmouk : http://bit.ly/2dUreUV

26 Communiqué de formation de la katiba Ababil Falastin (Ababils de Palestine) : https://www.youtube.com/watch?v=FIU4bkfqPqk

27 Prise de contrôle du siège de la banque commerciale et de l’état-civil : http://bit. ly/2e2c6FC

28 Reportage sur le bombardement du camp : http://bit.ly/2ddpPKJ

29 Exode des habitants : http://bit.ly/1o9NlbZ

30 « Bayan Mazaal a quitté la Syrie » : http://bit.ly/2dHkLhN

31 Les habitants du camp célèbrent l’expulsion de « Souqour al-Jolan » : http://bit.ly/2eh7X3t

32 « Alliés objectifs, entre concept et réalité » : http://bit.ly/2ddpaJo

33 Le siège de Yarmouk : http://bit.ly/1o9NlbZ

34 Documentation sur les martyrs de la faim : http://bit.ly/2qEHXSf

35 Mourir de faim : http://bit.ly/2aALJ9o

36 Trêve à Yarmouk : http://bit.ly/2dUSF0T

37 Les forces du régime rompent la trêve : http://bit.ly/2dEDFVV

38 Série d’assassinats à Yarmouk : http://bit.ly/2dMjmWf

39 « Daech entre à Yarmouk avec l’aide d’al-Nosra » : http://bit.ly/2dEDkmg

40 « Daech prend le contrôle du camp de Yarmouk » : http://bit.ly/1HYw5Qv

41 Comité de coordination de Yarmouk : http://on.fb.me/1AScIDw

42 Agence d’informations de Yarmouk : http://on.fb.me/16N1zJK

43 La fondation Bassma, à vocation sociale : http://on.fb.me/1ELSVsH

44 Bassmat Kheir : http://bit.ly/1Ky6M4o

45 Fondation Jafra : http://bit.ly/2efh8gN

46 L’action « Un martyr – une silhouette » : http://bit.ly/1zFNvuZ

47 Timbre de la révolution syrienne : http://bit.ly/2silX0A

48 L’école alternative de Damas : http://on.fb.me/WZBimy

49 « Réaction » : http://bit.ly/2drp7HI

50 « Réaction » documente la vie sous le siège : http://bit.ly/1DMTj6N

51 « Au gré du siège » : http://bit.ly/2qF8wLe

52 « Bara‘im » : http://on.fb.me/1ocnPlq

53 « Chabab al-Yarmouk » : http://arbne.ws/2dGDUU9

54 « Le piano de l’espoir » : http://al-akhbar.com/node/200474

55 Anas Salameh : http://bit.ly/2rXONWJ

56 Le prix international du dessin de presse attribué à Hani Abbas : http://bit.ly/2d3lHP8

57 Murs de Saraqib : http://on.fb.me/1qVy14E

58 Nombre de victimes selon le Centre de Documentation des Violations en Syrie : http://bit.ly/2lwN8lw

59 Nombre de détenus selon le Centre de Documentation des Violations en Syrie : http://bit.ly/2m8V6Eq

60 Nombre de victimes selon la Base de Données des Martyrs de la Révolution Syrienne : http://bit.ly/2dQabUR

Table des illustrations

Titre Rami Abbas. Impitoyable, 2014. Dessin
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12840/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 580k

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540