Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Chroniques de la révolte syrienne

 | 
Mémoire créative de la révolution syrienne

Baba Amr

Volltext

Abdarazzaq Chabalout. Detail de Baba Amr, 2012, Peinture

Abdarazzaq Chabalout. Detail de Baba Amr, 2012, Peinture

1Quartier populaire de Homs, Baba Amr se situe au sud-ouest de la ville. Proche de l’université, il est considéré comme l’une des principales entrées de l’agglomération. On y trouve la huitième porte de Homs. Celle‑ci se compose de deux battants, d’où le nom « Baba », qui signifie « deux portes ». Quant à « Amr », il s’agit probablement d’un des trois compagnons du prophète ensevelis en ces lieux 1

2Au début de la révolution syrienne, Homs compte parmi les premières villes à se soulever, en solidarité avec les enfants de Deraa. Les habitants de Baba Amr rejoignent sans tarder les manifestations des autres quartiers, dont le point de convergence est la place de l’Horloge, au centre-ville. 

3Le 08/04/2011 2, « vendredi de l’endurance », les habitants de Baba Amr sortent pour la première fois en masse dans les rues de leur quartier, au son des slogans « Liberté ! liberté ! », « Dieu, la Syrie, la liberté et rien d’autre ! », « Où est votre empathie ? ». Les forces de la Sûreté tirent à balles réelles sur les manifestants. Le jeune Nayef al-Omar 3 est touché et devient le premier martyr en ces lieux. 

4Bien que le régime n’hésite devant aucune forme de violence, la population continue à manifester pacifiquement et massivement. Le 18/04/2011 se produit le « massacre de l’Horloge » 4, au cours duquel les forces du régime tuent et arrêtent un grand nombre de personnes. Le 23/04/2011, les habitants défilent pour condamner ces actes et appeler à la liberté. Ils sont à leur tour réprimés dans le sang 5

5Baba Amr devient célèbre pour la véhémence de ses manifestations 6. On y sort dans la rue de jour 7 comme de nuit 8 pour exiger la chute du régime. On brandit le drapeau de la révolution 9, on brûle les photos de Bachar et Hafez al-Assad. Les habitants s’en prennent à la statue de Hafez al‑Assad présente dans le quartier 10, ce qui entraîne l’apparition du premier checkpoint afin d’empêcher la destruction de l’effigie. Malgré les balles, les tirs d’obus parfois, le nombre croissant de victimes et de détenus, les femmes n’hésitent pas à manifester elles aussi 11

6Baba Amr est assiégé une première fois en mai 2011, et une deuxième fois en juillet 12. Au début, le régime laisse encore entrer de la nourriture et des médicaments. Ses forces font plusieurs incursions dans le quartier, ce qui pousse de nombreux jeunes hommes à rejoindre les rangs de l’ASL. Celle-ci se forme officiellement le 29/07/2011 13, sous la direction de Ryad al-Assaad, et prend Baba Amr pour quartier général. La colère du régime se déchaîne encore plus. Le siège se durcit. Le 29/10/2011 14 débutent des bombardements à l’arme lourde. 

7Le 20/12/2011 15, le régime lance une offensive qui s’étend sur une semaine. Le quartier est bombardé à l’aveugle par les chars et les tirs de mortier, qui font un grand nombre de victimes. En un seul jour, le 26/12/2011, 61 personnes perdent la vie et plus de 150 autres sont blessées 16

8Le 28/12/2011 17, les observateurs de la Ligue arabe arrivent à Baba Amr accompagnés d’un lieutenant-colonel de la quatrième division des forces du régime. Les habitants, indignés, exigent que la délégation pénètre seule dans leur quartier. Elle refuse, et renonce à sa visite.

9Le régime considère Baba Amr comme l’un des plus gros points de concentration des soldats déserteurs, et le principal fief de l’ASL. Début février 2012 18 débute le siège le plus dur. Le régime lance une violente campagne militaire, et, pour la première fois depuis le début des protestations, bombarde des zones d’habitation à l’aide de lance-roquettes et d’hélicoptères militaires. Les immeubles s’effondrent et brûlent 19. Coupés du monde, privés d’électricité et en proie à une crise humanitaire, la majorité des habitants se réfugient dans les autres faubourgs de Homs, ou bien à Damas. 

10C’est au cours de ces évènements, véritable pivot dans le destin de la révolution syrienne, que le soulèvement civil accélère son basculement vers une résistance armée. De violents affrontements débutent alors dans le quartier entre l’ASL et les forces du régime. Ils vont durer 27 jours et faire de très nombreux morts, dont des journalistes occidentaux 20. Le 29/02/2012, le régime envahit à nouveau Baba Amr, ce qui pousse la katiba (bataillon) al‑Farouk de l’ASL à un retrait tactique le 01/03/2012 21. Selon des sources locales d’Human Rights Watch, l’attaque de février 2012 a fait environ 700 victimes civiles et des milliers de blessés. 

11La catastrophe humanitaire est sans précédent, ce qui amène Valerie Amos 22, chargée des affaires humanitaires de l’ONU, à se rendre à Baba Amr le 07/03/2012. 

12Le 27/03/2012, c’est Bachar  al‑Assad qui y fait son apparition, prétendant que la vie y a repris son cours. C’est sa première sortie publique en dehors de Damas depuis le début de la révolution 23

  • 24 « Baba Amr n’est plus que ruines » : http://bit.ly/2bgcBcK
  • 25 Walid al-Fares, « Homs, le terrible siège, archives de sept-cent jours de siège », (Qatar, Centre (...)

13Le régime a sciemment causé une destruction de grande ampleur à Baba Amr, de manière à faire un exemple 24. Le quartier est ratissé, des centaines d’habitants arrêtés, de nombreux massacres de civils sont commis. Le siège et les bombardements (artillerie, missiles) durent tout au long de l’année 2012 25. Les personnes restées sur place souffrent de la faim, de maladies et du froid. On ne trouve plus de nourriture ni de médicaments. Le régime a détruit la plupart des hôpitaux et des points médicaux, et en contrôle certains autres. Beaucoup de décès sont causés par l’impossibilité de se voir dispenser des premiers secours. 

14Une année entière après la reprise de Baba Amr, des factions d’opposition tentent d’y pénétrer à nouveau. Le 10/03/2013 26, elles déclenchent une attaque surprise. Les forces du régime encerclent alors à nouveau le quartier, lancent des raids aériens accompagnés d’un bombardement à l’artillerie d’une rare violence. 

15En raison de leur petit nombre et de leur manque de moyens, les factions d’opposition se retirent le 25/03/2013 27

  • 28 « Baba Amr : Destructions, expulsions, puis nouveau plan d’aménagement » : http://bit.ly/2bpdwYK
  • 29 « Une compétition internationale imagine la reconstruction de Baba Amr » : http://bit.ly/2aYP9jQ

16Durant les années 2014 et 2015, le quartier reste sous la domination du régime, qui met tout en œuvre pour en modifier la démographie. Il commence par le circonscrire entièrement par un mur 28, le coupant du quartier voisin al-Incha’ât, et de tous les autres faubourgs de Homs. Il dresse des check-points à ses entrées afin d’empêcher les anciens habitants d’y revenir. Le Conseil de la ville de Homs valide ensuite un plan d’aménagement général pour sa reconstruction 29, issu d’une compétition appelée « Résurrection des zones d’habitat collectif », financée par UN Habitat. Les anciens résidants, dont les maisons rasées vont être reconstruites au profit de partisans du régime, considèrent ce projet comme la mise en œuvre d’un déplacement forcé, qui proscrit totalement leur retour. 

17Revenons au mouvement pacifique à ses débuts. Les activistes sont à l’origine de plusieurs initiatives, parmi lesquelles le Comité de coordination de Baba Amr 30, son Conseil local 31 et son point médical 32, qui a travaillé dans les conditions les plus terribles. Citons également le groupe « Dans l’objectif d’un jeune de Homs » 33, qui a documenté la réalité vécue par le quartier et la destruction sans précédent qu’il a subie. 

18Le mouvement civil à Homs se distingue par son humour et la finesse de sa dérision, tout particulièrement à Baba Amr. Des activistes créent une page Facebook entièrement dédié à l’humour noir, sous le titre « Station de Homs, nettoyage de chars » 34. À l’étranger, la troupe « L’ours syrien » 35 lance la chanson « Le canard à Baba Amr » 36, inspirée de la visite d’Assad dans le quartier en 2012. 

19Des œuvres littéraires et cinématographiques documentent les années de révolution dans le quartier. Nous citerons « Jours à Bab Amr » 37 de l’écrivain Abdallah Maksour, paru en 2012, « Chambre avec vue sur la guerre » 38 de la journaliste française Edith Bouvier, paru en 2014, le film documentaire « Eau argentée » 39 réalisé en 2014, et l’ouvrage de Walid al-Fares : « Homs, le terrible siège, archives de sept-cent jours de siège », paru en 2015.

  • 40 Nombre de victimes selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2kXX8C
  • 41 Nombre de détenus selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2mavbcm
  • 42 Nombre de victimes selon la Base de Données des Martyrs de la Révolution Syrienne : http://bit.ly/ (...)

20Depuis les débuts de la révolution jusqu’à la fin de l’année 2015, le Centre de documentation des violations en Syrie recense 86 victimes 40 et 10 détenus 41 à Baba Amr. La Base de données des martyrs de la révolution syrienne fait état, quant à elle, de 1283 victimes 42 pour la même période.

Anmerkungen

1 Wikipédia : http://bit.ly/2qmhkkd

2 Première manifestation, 08/04/2011 : http://bit.ly/2bbVPOc

3  « Baba Amr… le quartier et le chevalier » : http://bit.ly/2bvIBgM

4 Film documentaire traitant du massacre de l’Horloge : http://bit.ly/1DMaKnY

5 Manifestation du 23/04/2011 à Baba Amro : http://bit.ly/1znBiw4

6 Manifestation du 25/09/2011 : http://bit.ly/2baeTgt

7 Manifestation du 20/05/2011 : http://bit.ly/2bDIj91

8 Manifestation nocturne le 30/04/2011 : http://bit.ly/2boGubl

9 Manifestation du 01/07/2011 : http://bit.ly/2aXcWQw

10 « Baba Amr, on est avec toi jusqu’à la mort » : http://bit.ly/2b7JVW6

11 Manifestation de femmes le 18/09/2011 : http://bit.ly/2aZ9KHE

12 « Capitale de la révolution syrienne » : http://bit.ly/2aXhG8M

13 Création de l’ASL : http://bit.ly/1X1BNY1

14 Evènements de Homs 2011-2012: http://bit.ly/2aXhNBk

15 Campagne militaire du 20/12/2011 : http://bit.ly/2bj2siK

16 L’année 2011 en Syrie : http://bit.ly/2blBCUw

17 « Les observateurs quittent Baba Amr, Homs » : http://bbc.in/2aTjDTH

18 Invasion de Homs, 2012 : http://bit.ly/2qmpbyo

19 Images satellitaires montrant les bombardements à Homs : http://bit.ly/2oSAU7u

20 « Mort de deux journalistes occidentaux » : http://f24.my/1yjE7tZ

21  Invasion de Homs, 2012 : http://bit.ly/2qmpbyo

22 Visite de Valerie Amos : http://bit.ly/XVGSq4

23  Visite d’Assad à Baba Amr : http://bit.ly/1lOazPg

24 « Baba Amr n’est plus que ruines » : http://bit.ly/2bgcBcK

25 Walid al-Fares, « Homs, le terrible siège, archives de sept-cent jours de siège », (Qatar, Centre arabe de recherche et d’études politiques, 2015)

26 « L’opposition prend le contrôle de Baba Amr » : http://bit.ly/1sMWzLT

27 « Histoire de Baba Amr » : http://bit.ly/1ELmc6U

28 « Baba Amr : Destructions, expulsions, puis nouveau plan d’aménagement » : http://bit.ly/2bpdwYK

29 « Une compétition internationale imagine la reconstruction de Baba Amr » : http://bit.ly/2aYP9jQ

30 Comité de coordination de Baba Amr : http://on.fb.me/1vcbpi9

31 Conseil local : http://bit.ly/2aZ6WHF

32 Point médical : http://bit.ly/1pKujav

33 « Dans l’objectif d’un jeune de Homs » : http://on.fb.me/1vvMCHb

34 « Station de Homs, nettoyage de chars » : http://bit.ly/2aXKL4f

35 La troupe « L’ours syrien » : http://bit.ly/1znBGuF

36 « Le canard à Baba Amr » : http://bit.ly/1D4Goi4

37  « Jours à Baba Amr » : http://bit.ly/2pFFD0j

38 « Chambre avec vue sur la guerre » : http://bit.ly/2oPwYDN

39 « Eau argentée » : http://bit.ly/2aPJOej

40 Nombre de victimes selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2kXX8C9

41 Nombre de détenus selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2mavbcm

42 Nombre de victimes selon la Base de Données des Martyrs de la Révolution Syrienne : http://bit.ly/2b054BF

Abbildungsverzeichnis

Titel Abdarazzaq Chabalout. Detail de Baba Amr, 2012, Peinture
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12822/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 587k

© Presses de l’Ifpo, 2018

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540