Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniques de la révolte syrienne

 | 
Mémoire créative de la révolution syrienne

Amouda

Texte intégral

Comité de Coordination de Amouda. Entre les hôtels de l'opposition et les tentes des réfugiés, les Syriens ont égaré leur liberté, 2013, Pancarte.

Comité de Coordination de Amouda. Entre les hôtels de l'opposition et les tentes des réfugiés, les Syriens ont égaré leur liberté, 2013, Pancarte.

Activistes de Amouda. O Mufti Bouty, toute botte de soldat cache une explosion, 2013, Pancarte.

Activistes de Amouda. O Mufti Bouty, toute botte de soldat cache une explosion, 2013, Pancarte.

1Centre du district éponyme, Amouda est située à l’extrême nord-est de la Syrie, à la frontière turque. Quatre-vingts kilomètres la séparent de Hassakeh, et elle relève de son gouvernorat. Une petite rivière, nommé al-Khanzir, la traverse. Les Kurdes constituent la grande majorité de sa population. Ils travaillent essentiellement dans l’agriculture, l’élevage du bétail, la menuiserie et la ferronnerie 1

2Le mot « Amouda » 2, qui signifie « colonne », est commun au syriaque et à l’arabe. Il n’existe pas de motif clair à cette appellation, mais de nombreux récits évoquent une légende se rapportant à la reine de Mardin et sa fille. Celle-ci ayant eu un enfant hors mariage, le nourrisson fût déposé, dit‑on, en haut d’une une colonne. 

3En 1936 3, le Mandat français impose de lourds impôts aux paysans de Amouda, ce qui déclenche un soulèvement. La population prend possession de tous les centres gouvernementaux et en chasse les fonctionnaires. Les avions de guerre français bombardent alors la ville, venant ainsi à bout de la révolte. 

4Le 13/11/1960 4 se produit le tristement célèbre incendie du cinéma, où environ deux-cent écoliers trouvent la mort au cours d’une projection consacrée au soutien de la révolution algérienne. Ses organisateurs ont fait entrer plus de cinq cents enfants dans une salle de deux cents places, et les pompiers n’ont pas su réagir. Les enquêtes de l’époque ne désignent pas de responsables. 

5En mars 2004 5, pendant un match de football dans le stade de Qamichli entre le club local al‑Jihad et le club al‑Foutouwa venu de Deir Ezzor, les supporters des deux équipes s’affrontent violemment. Les forces de la Sûreté tirent à balles réelles sur l’échauffourée, tuant cinq personnes. Le lendemain, les funérailles à Qamichli se transforment en manifestation. La Sûreté ouvre à nouveau le feu sur les participants, faisant de nouvelles victimes. 

6Les protestations s’étendent aux villes à majorité kurde, dont Amouda. Durant quatre jours, ses habitants manifestent, participant à ce qui prendra le nom de « soulèvement kurde » 6. Environ trente personnes sont tuées au cours de ces évènements. 

7Le 01/04/2011 7, « vendredi des martyrs », les habitants de Amouda sortent dans la rue pour la première fois dans le cadre de la révolution syrienne. Ils appellent à la liberté, à l’abolition de l’état d’urgence et à la fin du siège sur Deraa. D’importantes 8 manifestations 9 ainsi que des marches nocturnes 10 se succèdent alors. 

8Le 08/10/2011 11, en réaction à l’assassinat à Qamichli de l’opposant kurde syrien Mechaal Temo, des manifestations houleuses ont lieu à Amouda. Les protestataires mettent à bas la statue de Hafez al‑Assad située au centre‑ville. 

  • 12 Vendredi « Tous sur les places de la liberté » : http://bit.ly/1KrasKy
  • 13 Amouda, deuxième étape de la grève de la dignité, « Qu’elle est belle, la liberté ! » 15/12/2011 : (...)

9Fin 2011 12, la ville participe à la grève de la dignité. La plupart des commerces sont fermés, et les habitants manifestent en grand nombre 13

  • 14 « Les Kurdes de Syrie et l’évolution de leur région » : http://bit.ly/1FdwKZy
  • 15 « Les violations des droits de l’Homme commises par le Parti des travailleurs du Kurdistan » :  ht (...)
  • 16 « À propos du massacre de Amouda » : http://bit.ly/16mpGOK

10Au mois de juillet 2012 14, le régime se retire entièrement de Amouda, léguant ses centres sécuritaires et militaires aux Kurdes du Parti de l’union démocratique (PYD) 15. Celui-ci crée les Unités de protection du peuple (YPG), sa branche militaire, ainsi que les Assayich, forces de Sûreté intérieure. Il remplace les portraits de Bachar al-Assad par ceux de son leader Abdullah Öcalan, et hisse son drapeau sur les bâtiments gouvernementaux. Il dresse également des checkpoints en ville, et impose des taxes à la population 16.

11Celle-ci subit une grave pénurie 17 de denrées alimentaires, particulièrement de pain 18. L’électricité et les carburants manquent aussi, ce qui empêche les paysans de labourer et de cultiver la terre. Les YPG pratiquent des arrestations arbitraires, tout aussi bien d’Arabes que de Kurdes, et enrôlent des mineurs 19

12Le 27/06/2013 20, les Assayich ouvrent le feu à balles réelles 21 sur une manifestation pacifique appelant à la libération des personnes détenues par le PYD. Environ huit personnes sont tuées, et l’évènement prend le nom de massacre de Amouda 22. Des rassemblements se succèdent pour condamner ces actes, mais ils sont dispersés par la force. 

  • 23 « L’expérience de l’auto-administration kurde : politique du fait accompli et provinces » : http:/ (...)
  • 24 Human Rights Watch : « Des forces kurdes violent l’interdiction d’enrôler des enfants en Syrie » : (...)

13Bien que le PYD contrôle Hassakeh depuis 2012, une auto‑administration n’est déclarée qu’en janvier 2014 23. Amouda est alors nommée capitale de la province de la Jezireh. De nombreuses lois et nouveaux fonctionnements voient le jour. Le PYD continue à taxer les habitants et à exiger des rançons pour les détenus. Selon Human Rights Watch 24, il continue également à rafler les jeunes gens et les mineurs pour les enrôler dans ses forces. 

  • 25 « Les YPG tuent vingt hommes de Daech à Ra’s al-Ain et paradent avec leurs cadavres » :  http://bi (...)

14En octobre 2014 25, les YPG paradent dans Amouda, exhibant vingt cadavres de combattants de l’EI tués au cours des batailles dans les alentours de Ra’s al‑Ain (gouvernorat de Hassakeh). 

  • 26 Manifestation à Amouda pour protester contre l’enrôlement des mineures : http://bit.ly/2ijnwH5
  • 27 Manifestation à Amouda contre les YPG et l’institution militaire des femmes: http://bit.ly/2iefDCR
  • 28 Rassemblement à Amouda en réaction à l’enlèvement de la lycéenne Hemrin Idé : http://bit.ly/2hAPuR

15Avec l’arrivée de l’année 2015 26, des habitants organisent à plusieurs reprises rassemblements et manifestations pour condamner la politique du PYD et ses pratiques à leur encontre. Le 11/01/2015 27, après l’enlèvement par les YPG de la lycéenne Hemrin Idé 28, âgée de quinze ans, sur la route de son lycée, une manifestation a lieu contre l’enrôlement forcé des mineurs, garçons et filles. On y appelle à leur libération. 

  • 29 « Soixante mille déplacés en provenance de Hassakeh après l’avancée de « Daech » »: http://bit.ly/ (...)

16Au mois de juin 2015 29, l’État Islamique prend le contrôle de certains quartiers de Hassakeh. Des dizaines de milliers de déplacés en provenance de cette ville gagnent alors Amouda. 

17Fin 2015, Amouda est toujours sous le contrôle du PYD 30, dans le cadre l’auto‑administration de la région. Il continue à réprimer la population et à enrôler les jeunes gens. Les YPG font désormais partie des Forces Démocratiques Syriennes - soutenues par la coalition internationale dirigée par Washington - qui s’efforcent de chasser l’EI de la Jezireh syrienne et de sa bande frontalière avec la Turquie. 

18Revenons maintenant aux débuts du mouvement pacifique. Le Comité de coordination de Amouda 31 emboite le pas au mouvement de la rue syrienne. Lors de sa création, il se singularise par la publication d’un communiqué exposant des revendications politiques claires, tâchant de concilier particularité kurde et appartenance à la nation syrienne. Ses activistes couvrent également les manifestations de la ville, avec les groupes « Amouda, phare de liberté » 32 et « Amouda dans l’objectif » 33. En 2013, des jeunes gens lancent la radio « Arta FM » 34 en quatre langues : le kurde, l’arabe, le syriaque et l’arménien. « Jin FM » 35, lancée en 2014 36 par une équipe entièrement féminine, est quant à elle la première radio indépendante à traiter de questions de société concernant les femmes. L’équipe « Life of Youth » 37, au sein de son programme « Arc‑en‑ciel 2 » 38, propose des activités ludiques et éducatives à des enfants déplacés et déscolarisés, ainsi qu’à des enfants aux besoins spécifiques. 

19Les pancartes brandies dans les manifestations de Amouda, qui racontent l’histoire de la révolution 39, concurrencent dans leur célébrité celles de Kafar Nubul. Le groupe « Pancartes et créations de Amouda » 40 les a documentées. La ville se distingue également par les graffitis 41 apparus sur ses murs, en arabe, kurde 42 et anglais 43. La fondation « La rue » pour les médias et le développement co‑produit avec le projet Kayani un court‑métrage intitulé « Pancartes révolutionnaires » 44. Celui-ci revient sur les messages envoyés au monde au moyen de ces pancartes, brandies au cours des manifestations pacifiques de Syrie, dont celles de Amouda. 

  • 45 Nombre de victimes selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2hpor7
  • 46 Nombre de détenus selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2h8nzX8
  • 47 Nombre de victimes selon la Base de données des martyrs de la révolution syrienne : http://bit.ly/ (...)

20Depuis les débuts de la révolution jusqu’à la fin de l’année 2015, le Centre de documentation des violations en Syrie recense 7 victimes 45 et un seul détenu à Amouda 46. La Base de données des martyrs de la révolution syrienne fait état, quant à elle, de 28 victimes 47 pour la même période.

Notes

1 Wikipédia : http://bit.ly/2rgDdoq

2 Origine du nom : http://bit.ly/2ioohP3

3 Le soulèvement de Amouda : http://bit.ly/2iiXXrR

4 L’incendie de Amouda : http://bit.ly/2hWrWTb

5 Brève étude sur l’histoire des Kurdes et du Kurdistan : http://bit.ly/1Kr9UEx

6 « Le soulèvement kurde de 2004, révolution ou simple mouvement ? » : http://bit.ly/1B6SWFm

7 Première manifestation à Amouda, 01/04/2011 : http://bit.ly/1EiICg0

8 Vendredi « Dégage », 01/07/2011 : http://bit.ly/1GZ5NtZ

9 Vendredi « Citoyennes libres de Syrie », 13/05/2011 : http://bit.ly/1M8NrYq

10 Manifestation nocturne pour la chute du régime, 01/10/2011 : http://bit.ly/2iw525O

11 Mise à bas de la statue de Hafez al-Assad : http://bit.ly/1ALK6Ib

12 Vendredi « Tous sur les places de la liberté » : http://bit.ly/1KrasKy

13 Amouda, deuxième étape de la grève de la dignité, « Qu’elle est belle, la liberté ! » 15/12/2011 : http://bit.ly/2huzEmx

14 « Les Kurdes de Syrie et l’évolution de leur région » : http://bit.ly/1FdwKZy

15 « Les violations des droits de l’Homme commises par le Parti des travailleurs du Kurdistan » :  http://bit.ly/1i5zNGM

16 « À propos du massacre de Amouda » : http://bit.ly/16mpGOK

17 « Les habitants de Amouda doivent affronter le manque de pain et de gaz» : http://bit.ly/2iw8sFN

18 « Amouda, pénurie de pain », 13/12/2012 : http://bit.ly/2hSyEte

19 L’enrôlement pratiqué par les YPG : http://bit.ly/1wvWUUr

20 Human Rights Watch : violations des droits de l’Homme dans les régions gérées par le PYD : http://bit.ly/2idlhaq

21 Tirs sur une manifestation pacifique : http://bit.ly/2riu3YD

22 Le massacre de Amouda, 27/06/2013 : http://bit.ly/1DPwn59

23 « L’expérience de l’auto-administration kurde : politique du fait accompli et provinces » : http://bit.ly/2ie827a

24 Human Rights Watch : « Des forces kurdes violent l’interdiction d’enrôler des enfants en Syrie » : http://bit.ly/2iE8iv8

25 « Les YPG tuent vingt hommes de Daech à Ra’s al-Ain et paradent avec leurs cadavres » :  http://bit.ly/2hRZtOu

26 Manifestation à Amouda pour protester contre l’enrôlement des mineures : http://bit.ly/2ijnwH5

27 Manifestation à Amouda contre les YPG et l’institution militaire des femmes: http://bit.ly/2iefDCR

28 Rassemblement à Amouda en réaction à l’enlèvement de la lycéenne Hemrin Idé : http://bit.ly/2hAPuRH

29 « Soixante mille déplacés en provenance de Hassakeh après l’avancée de « Daech » »: http://bit.ly/2iiYlEB

30 Emission « Mahatat » (Stations) sur la situation à Amouda : http://bit.ly/2iKL06W

31 Comité de coordination de Amouda : http://bit.ly/2qHou37

32 « Amouda, phare de liberté » : http://on.fb.me/1aMH3L0

33 « Amouda dans l’objectif » : http://on.fb.me/18TzMrW

34 Radio Arta FM : http://bit.ly/2iyFkNr

35 Radio Jin FM : http://bit.ly/2ritcXR

36 Radio Jin FM : http://bit.ly/2ilF98I

37 L’équipe « Life of Youth » : http://bit.ly/2svA027

38 « Arc-en-ciel », programme de soutien psychologique pour enfants à Amouda : http://bit.ly/2iKONoR

39 « La crise est finie » : http://bit.ly/2riEoDZ

40 Pancartes et créations de Amouda : http://on.fb.me/1GZ6B1W

41 Un groupe de graffeurs réalise des fresques à Amouda : http://bit.ly/1Fdx7TU

42 Graffiti en kurde : http://bit.ly/2qIjNu5

43 Graffiti en anglais : http://bit.ly/2rrLcxq

44 « Pancartes révolutionnaires » : http://bit.ly/2rMjtui

45 Nombre de victimes selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2hpor7F

46 Nombre de détenus selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2h8nzX8

47 Nombre de victimes selon la Base de données des martyrs de la révolution syrienne : http://bit.ly/2h8nSS4

Table des illustrations

Titre Comité de Coordination de Amouda. Entre les hôtels de l'opposition et les tentes des réfugiés, les Syriens ont égaré leur liberté, 2013, Pancarte.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Activistes de Amouda. O Mufti Bouty, toute botte de soldat cache une explosion, 2013, Pancarte.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12819/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 285k

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540