Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniques de la révolte syrienne

 | 
Mémoire créative de la révolution syrienne

Alep

Texte intégral

Christine Gibran. Alep 2017. Dessin

Christine Gibran. Alep 2017. Dessin

1Déjà habitée au début du sixième millénaire avant notre ère, Alep compte parmi les plus anciennes cités du monde. Ce fût la capitale du royaume Amorrite de Yamkhad, puis un point commercial stratégique placé vers la fin de la route de la Soie qui, passant par l’Asie mineure et la Mésopotamie, rejoignait la Méditerranée. 

2Pendant des siècles, Alep fût la plus grande ville syrienne et la troisième cité de l’Empire ottoman après Istanbul et Le Caire. Avec l’ouverture du canal de Suez en 1869, les routes commerciales la désertent pour passer par la mer. Débute alors son lent déclin, mais elle conserve son rang de deuxième cité de Syrie. 

3Comme toutes les villes millénaires, elle a porté plusieurs noms. Lorsqu’elle était capitale du royaume de Yamkhad, certains écrits pharaoniques la désignaient sous le nom de « Halabo ». Les Assyriens, quant à eux, l’appelaient « Khalaba » et les Séleucides « Birwa ». Selon certains chercheurs, la dénomination actuelle est une association des deux mots assyriens : « hal », « lieu », et « lab », « rassemblement ». Alep, en arabe « Halab » signifierait donc : « lieu de rassemblement ». D’autres voient plutôt en son nom l’arabisation du mot syriaque « Halaba », qui signifie « la blanche ». La ville est surnommée « Chahba’ » en référence à la teinte de ses pierres et de son sol, car ce mot désigne une couleur blanche pigmentée de noir. Elle se fait connaître comme Alep al-Chahba’ 1 (Alep la blanche). 

4Elle se situe à 310 kilomètres au nord de Damas, non loin de la frontière turque. Elle est célèbre pour son artisanat : la gravure, le verre décoré, le savon au laurier. Considérée comme la capitale économique du pays, elle est également connue pour son textile, son industrie chimique, alimentaire, et ses laboratoires de médicaments. Un de ses plus importants symboles est sa citadelle, située sur une hauteur de la vieille ville, et dominant ainsi tous les autres quartiers. 

5Le 25/03/2011 2, « vendredi de la fierté », les Alépins manifestent une première fois dans le quartier d’al-Cha‘ar, en soutien à la ville de Deraa. Suit un calme relatif, en raison de l’alliance des commerçants et des grandes fortunes avec le régime 3. Le 04/05/2011 4, ce sont les étudiants de la cité universitaire qui manifestent. 

  • 5 « Pour la première fois, les manifestations gagnent Alep » : http://bit.ly/2eE3Jyv
  • 6 Mémoire créative de la révolution syrienne : http://bit.ly/1vvT7cM
  • 7 « Le drapeau de la révolution à l’université », Mémoire créative de la révolution syrienne : http: (...)

6À partir de ce moment, la population commence à défiler pacifiquement dans plusieurs secteurs de la ville, appelant à la liberté et à la dignité. La participation au mouvement atteint son apogée le 30/06/2011, jour baptisé « volcan d’Alep » 5. Début 2012, les grandes manifestations se font quotidiennes, et des dizaines de personnes y tombent sous les balles du régime 6. Le 17/05/2012, les étudiants hissent le drapeau de la révolution sur le bâtiment de l’université 7.

7Le 20/07/2012 8, l’ASL, composée d’hommes originaires des alentours, prend la décision de libérer Alep. De violents affrontements débutent alors avec les forces du régime, à l’issue desquels l’ASL prend le contrôle de la plupart des villages alentours, ainsi que de nombreux quartiers situés à l’est de la ville. Le régime mène alors de violents assauts contre ces derniers, sans épargner les hôpitaux, et commence à les faire bombarder par l’aviation 9

8Les affrontements militaires prenant le pas sur tout le reste, le mouvement civil décline. La situation ne fait que s’aggraver avec l’arrivée, dans les faubourgs d’Alep, du Liwa’ al-Tawhid et du Front al-Nosra, bientôt suivis pas l’État Islamique. Selon des témoignages parvenus à Amnesty International, ce dernier pratique meurtre, flagellation et torture arbitraire 10

9Bombardements et combats portent un grand coup à la ville et à son économie. Désormais, nombreux sont les Alépins déplacés 11, surtout en Turquie. Des dizaines d’usines ferment, dont la plupart des laboratoires de médicaments. On n’en trouve presque plus, et à des prix exorbitants. Cette pénurie s’étend à toutes les villes de Syrie 12

10Le 25/09/2012, un gigantesque incendie se déclare dans le vieux souk, causant des pertes considérables dans des centaines de magasins 13

11Le 15/01/2013 14, aux premiers jours des examens universitaires, l’aviation du régime opère un raid sur la faculté d’architecture, tuant 82 étudiants. Le 29/01/2013, selon l’ONG Human Rights Watch, on retrouve 109 cadavres de détenusexécutés sommairement 15dans la rivière Qoueyq, rebaptisée à cette occasion « rivière des martyrs ».  

12Les monuments historiques sont en très grande partie détruits. Parmi eux, le minaret de la mosquée des Omeyyades (ou Grande Mosquée) 16, qui s’effondre en avril, au beau milieu des accusations réciproques entre l’opposition et le régime. Ce dernier n’hésite pas à bombarder la ville à coups de missiles Scud 17

13À partir d’octobre 2013, le régime intensifie ses bombardements aériens. C’est une véritable pluie de barils d’explosifs 18 et de bombes à vide qui s’abat sur Alep, lâchés par des avions de combat ou des hélicoptères. Tout est détruit, habitations, écoles, hôpitaux 19

14Avec l’intensification des combats, la population a de plus en plus de mal à se procurer nourriture, médicaments et combustibles 20. Certains quartiers sont privés d’eau 21 et d’électricité. Les deux années qui suivent voient stagner la situation militaire, le régime et les factions d’opposition conduites par le Front al-Nosra perdant et reprenant successivement du terrain. L’État Islamique fait plusieurs tentatives infructueuses pour pénétrer les quartiers Est 22. Le régime également, avec les milices libanaises, iraniennes et irakiennes 23 qui combattent à ses côtés.

15Fin 2015, Alep est encore divisée en deux. Les factions d’opposition contrôlent 70% des quartiers est, soumis à une pluie de barils d’explosifs 24. L’opposition bombarde périodiquement les quartiers Ouest, toujours sous domination du régime, faisant un grand nombre de victimes 25

16Revenons maintenant au mouvement pacifique à ses débuts. Les activistes créent plusieurs Comités de coordination afin de gérer le mouvement révolutionnaire dans la ville. Entre autres : le « Comité de coordination d’Alep‑quartier Jdeydeh » 26 et le « Comité de coordination Nour al‑Chouhada » 27 (« lumière des martyrs »). Le Conseil local 28 prend en charge les services dans les zones libérées, et l’Union médicale 29 est fondée pour tenter de fournir des soins à la population. 

17La ville voit apparaître deux réseaux d’information : « Alep News » 30 et « Alep maintenant » 31, qui couvrent les évènements de la révolution. L’activité journalistique est intense. Parmi les nombreuses publications, citons le journal al-Naba’ 32 (« La nouvelle »), les magazines « Le laurier d’Alep » 33, « Homme d’honneur alépin » 34, ainsi que la revue étudiante : « L’université de la révolution » 35

18L’Organisation du mouvement pacifique d’Alep propose de nombreux ateliers d’enseignement alternatif et de formations professionnelles. Citons aussi le centre de presse de la ville 36, le groupe « Je suis Syrien », qui présente l’exposition « Histoires de la révolution » 37, les réseaux « Dans l’objectif d’un jeune Alépin » 38 et « Témoin oculaire » 39 qui documentent les étapes de destruction de la ville. D’autres jeunes gens organisent également la campagne : « Sauvez Alep » 40

19Abdelwahab al-Moulla 41, journaliste activiste et récitant religieux, se fait si bien connaître par ses chansons révolutionnaires 42 qu’on le surnomme « rossignol d’Alep ». Il joue également des sketches comiques, comme le feuilleton « Voilà tout ce qui s’est passé » 43 - qu’il réalise durant la première année de la révolution- et l’émission « Révolution trois étoiles » 44, où il expose les erreurs et les achoppements du mouvement révolutionnaire, tentant d’y proposer des solutions. Le 07/10/ 2013 45, l’État islamique le kidnappe à son domicile 46. Son destin reste inconnu à ce jour. 

20On voit également apparaître le feuilleton « Oum Abdo » 47, entièrement joué par des enfants, qui racontent avec grand talent les souffrances de leur ville. Les activistes présentent également des courts métrages documentant les conditions de vie des habitants. Les plus remarquables sont produits par Bidayat 48, Dawlati 49 et la fondation « al-Chari‘ » (« La rue ») pour les médias et le développement 50

  • 51 Nombre de victimes selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2m6lVJ
  • 52 Nombre de détenus selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2mkf23a
  • 53 Nombre de victimes selon la Base de données des martyrs de la révolution syrienne : http://bit.ly/ (...)

21Depuis les débuts de la révolution jusqu’à la fin de l’année 2015, le Centre de documentation des violations en Syrie recense 4892 victimes 51 et 54 détenus 52 à Alep. La Base de données des martyrs de la révolution syrienne fait état, quant à elle, de 17353 victimes 53 pour la même période.

Notes

1 Wikipédia : http://bit.ly/2oPFN04

2 Première manifestation à Alep : http://bit.ly/1DMpbIF

3 Al-Jazira : http://bit.ly/2aJ9ifA

4 « Manifestation à la cité universitaire » : http://bit.ly/2p8kR8d

5 « Pour la première fois, les manifestations gagnent Alep » : http://bit.ly/2eE3Jyv

6 Mémoire créative de la révolution syrienne : http://bit.ly/1vvT7cM

7 « Le drapeau de la révolution à l’université », Mémoire créative de la révolution syrienne : http://bit.ly/2oB9eb5

8 « Témoignage sur la libération d’Alep » : http://bit.ly/1sUpOdL

9 « Bombardement d’Alep » : http://bit.ly/1KxN1tG

10 Amnesty international : http://bit.ly/1c30nQR

11  « Déplacement des habitants » : http://bit.ly/2pqzrbF

12 « Fermeture des laboratoires de médicaments » : http://bit.ly/1sZXkQR

13 « Incendie dans le souk d’Alep » : http://bit.ly/1pHBHEo

14 Les martyrs de l’université d’Alep : http://bit.ly/1zWhsZn

15 Human Rights Watch : http://bit.ly/2ptnbY1

16 Alep en danger : http://bit.ly/2oQyUg5

17 Les missiles Scud : http://bit.ly/2oNiDaO

18 Bombardements aux barils d’explosifs : http://bit.ly/2aqJcgd

19 Destructions à Alep : http://bit.ly/2aU1nLI

20 Souffrances des enfants d’Alep : https://www.youtube.com/watch?v=9nc_5uljy64

21 « L’eau est coupée » : http://bit.ly/2pmt5bc

22 « Les guerres de Daech à Alep » : http://bit.ly/2dQmrEl

23 Les milices chiites en Syrie : http://bit.ly/1kZfXgy

24 Les barils d’explosifs : http://bit.ly/2aU1nLI

25 Victimes, dont des enfants, dans un bombardement d’Alep Ouest : http://bit.ly/2dqI8Nj

26 Comité de coordination d’Alep – quartier Jdeydeh : http://on.fb.me/1v4Cb7t

27 Comité de coordination Nour al-Chouhada : http://on.fb.me/1zFvcpQ

28 Conseil local d’Alep : http://on.fb.me/1Knh0qe

29 Timbre consacré à l’Union médicale de la ville d’Alep, série « Timbres de la révolution syrienne » : http://bit.ly/2p8cyJG

30 « Alep news » : http://on.fb.me/1IgJZyr

31  « Alep maintenant » : https://www.facebook.com/HlbAlan1/timeline

32 Journal « al-Naba’ » : http://bit.ly/1FucOmI

33 Magazine « Le laurier d’Alep : http://bit.ly/2oAXJAt

34 Magazine « Ana halabi charif », « Homme d’honneur alépin » : http://bit.ly/16Msrtr

35 « L’université de la révolution »: http://bit.ly/2qbhgoc

36 Centre de presse d’Alep : http://bit.ly/1vvVcW9

37 Exposition « Histoires de la révolution » : http://on.fb.me/1tR2EJb

38 « Dans l’objectif d’un jeune Alépin » : http://on.fb.me/16MoZid

39 « Témoin oculaire » : http://on.fb.me/1zflgQ5

40 « Sauvez Alep » : http://on.fb.me/1ELzIaJ

41 Sur les travaux d’Abdelwahab al-Moulla : http://bit.ly/2dJaHFY

42 Chanson « Le bus de Genève » : https://www.youtube.com/watch?v=-ZuhalTVxtQ

43 « Voilà tout ce qui s’est passé » : http://bit.ly/1btDWZ4

44 « Révolution trois étoiles » : http://bit.ly/1DgOTUq

45 « Liberté pour Abdelwahab al-Moulla »: http://bit.ly/2oNwBtv

46 « Abdelwahab al-Moulla, star de la révolution syrienne, enlevé par des inconnus» : http://bit.ly/1btEtKv

47 Feuilleton « Oum Abdo » : http://bit.ly/2p897T0

48 Bidayat : http://bit.ly/2oQkqg5

49  Dawlati : http://bit.ly/2qjRhub

50 Fondation « al-Chari‘ » (« La rue ») pour les médias et le développement :http://bit.ly/2qcfeaw

51 Nombre de victimes selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2m6lVJe

52 Nombre de détenus selon le Centre de documentation des violations en Syrie : http://bit.ly/2mkf23a

53 Nombre de victimes selon la Base de données des martyrs de la révolution syrienne : http://bit.ly/2dWwg3v

Table des illustrations

Titre Christine Gibran. Alep 2017. Dessin
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12816/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 537k

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540