Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chroniques de la révolte syrienne

 | 
Mémoire créative de la révolution syrienne

Introduction

Texte intégral

1Le présent ouvrage est celui d’une équipe de chercheurs, rédacteurs, correcteurs et traducteurs qui s’y sont consacrés deux ans et demi durant. Il trouve sa genèse dans le projet « Mémoire créative de la révolution syrienne », site internet créé en mai 2013, qui visait à documenter et archiver les formes d’expression créative – populaires et intellectuelles – témoignant de l’engagement dans la révolution syrienne depuis ses débuts. Le site est disponible en trois langues : l’arabe, l’anglais et le français.

2En mars 2015, à l’occasion du quatrième anniversaire de la révolution, un nouveau développement du projet est lancé. Baptisé « Histoires de lieux », son objectif est de dresser une carte reliant les données archivées du site à leurs origines géographiques, un peu partout en Syrie. La carte s’accompagne de textes présentant les lieux concernés. Ainsi le lecteur peut-il mieux saisir d’où part le mouvement pacifique révolutionnaire, dans quelle direction il s’étend, et quelles sont ses effets dans chaque région. Les textes relatent des actions et des initiatives reflétant la nature de ce mouvement, son amplitude, le degré de participation dont il jouit, et, plus tard, les transformations qu’il subit. 

3Le projet débute autour de vingt lieux, puis grandit par ajouts réguliers jusqu’à en atteindre cinquante. Le travail est alors clôturé en juin 2016, avec cinquante textes publiés en trois langues sur le site « Mémoire créative de la révolution syrienne ». Commence alors la préparation du livre imprimé, qui dure jusqu’en juin 2017. On procède à une mise à jour, et à l’unification de la période couverte par les textes. Celle‑ci va de de 2011 jusqu’à la fin 2015. 

4Afin de dissocier le livre physique du site internet dont il est issu, le titre initial est complété. Hommages aux Syriens et aux Syriennes acteurs des évènements, celui‑ci devient « Histoires de lieux, histoires d’hommes ». 

5Ce sont les actions civiles révolutionnaires qui ont guidé notre choix des lieux. La ville ou la bourgade ayant enregistré le plus d’initiatives de ce type était celle qui s’imposait à nous. Par conséquent, on notera l’absence des endroits où l’action militaire a écrasé l’action civile, ainsi que celle des lieux qui, pour de multiples raisons, n’ont pas connu d’ébullition révolutionnaire. Ajoutons que le projet s’est déroulé sur un temps court et avec un budget limité. Nous avons ainsi abouti à cette liste non exhaustive, où figurent les centres administratifs des quatorze gouvernorats de Syrie.

6Chaque texte commence par un aperçu général du lieu et de sa situation géographique. On mentionne également l’origine de son nom. 

7Il nous a semblé nécessaire de donner un aperçu de l’histoire locale avant la révolution. Ainsi le lecteur est-il mieux à même de mesurer la colère populaire, et de comprendre pourquoi les populations de certains lieux se sont abstenues de participer au mouvement, tandis que d’autres s’y sont impliquées toutes entières. 

8On passe ensuite aux premiers mois de la révolution, en essayant de déterminer la toute première initiative enregistrée dans chaque lieu, et la manière dont le régime y réagit. Devant la difficulté de citer l’ensemble des manifestations, on en a choisi certaines, parmi celles qui ont le plus influencé le cours des évènements. On cite les noms des premiers martyrs. 

9On documente ensuite l’escalade répressive du régime, invasions et bombardements. Sans décrire en détail la militarisation, on détermine la date de début des combats contre le régime. On note l’entrée en scène du Front al‑Nosra, tout comme celle de l’État Islamique alias Daech. On tente ensuite d’appréhender la situation humanitaire des habitants encore sur place. On accompagne le lieu jusqu’à la fin 2015. Par qui est-il contrôlé à cette date ? Vit‑il une trêve ou une poursuite des combats ? etc. 

10À la fin du texte, on revient au mouvement pacifique et à ses réalisations les plus importantes dans les domaines des médias, de l’art plastique, de la musique et de l’écriture, à quoi s’ajoutent les pancartes des manifestations, le graffiti et les fresques. On donne un aperçu de tous les modes d’organisation mis au point par les citoyens, y compris dans le domaine humanitaire. 

11Enfin, on donne les chiffres des détenus et des victimes tels qu’ils apparaissent dans les sources consultées, selon les lieux de leur arrestation et/ou de leur décès.

12L’ouvrage s’appuie sur de très nombreuses sources de documentation, dont 968 vidéos YouTube, 260 pages Facebook, 220 sites électroniques, certains témoignages d’habitants, ainsi que les ouvrages et rapports d’organisations internationales, et la presse sur support papier. Tout ceci est détaillé dans l’index des sources. Ils convient d’avertir le lecteur que certains de ces liens peuvent avoir été supprimés pour des raisons indépendantes de notre volonté. 

13Les cinquante textes constituent le corps de l’ouvrage, auquel s’ajoutent la liste des vendredis, un index des noms de lieux et des noms propres, et enfin un index des sources.

14La liste des vendredis reprend le nom et la date de chacun. Il s’agit du vendredi de chaque semaine écoulée, depuis le début de la révolution jusqu’à la fin de l’année 2015. Le vendredi était le jour où se tenaient les plus grandes manifestations, sous un nom unitaire adopté par toutes les régions de Syrie. La préparation du vendredi occupait les autre jours de la semaine. À travers la succession de ces noms et slogans, le lecteur peut suivre l’évolution du discours populaire, ses transformations, et la façon dont il est affecté par l’évolution des évènements à l’intérieur et à l’extérieur du pays. 

15Au cours du travail, nous avons été confrontés à l’ampleur du défi représenté par notre mission : documenter une révolution dont on essaie continuellement de calomnier et d’effacer les débuts populaires et pacifiques.  

16Peu de sources et de références sont disponibles sur internet, et l’on se heurte parfois à un manque total d’informations sur certains endroits. Les récits écrits autour d’un même lieu et des évènements qu’il a traversés sont extrêmement divers et contradictoires. Certains reflètent des expériences très personnelles, ou sont totalement acquis à l’une des parties. 

17Nous avons donc dû mettre en place un contrôle et des critères bien déterminés pour éviter de tomber dans le piège de l’écriture subjective, ou de nous laisser entrainer par la masse des témoignages publiés en ligne et ne s’appuyant sur aucune source. Pour écrire sur un lieu, nous avons recoupé des dizaines d’articles, de pages de réseaux sociaux, de vidéos et d’extraits de journaux télévisés. Dans d’autres cas, nous avons eu accès à des témoignages d’habitants et d’activistes. Le but étant de parvenir au texte le plus objectif possible dans son approche de la réalité. Il s’agissait de rester fidèle à la mission du site « Mémoire créative de la révolution syrienne » : mettre en lumière le mouvement pacifiste et la cause syrienne, qui continue d’être négligée par la totalité des médias. 

18Le terme « victime » désigne les morts civils et militaires. C’est le terme utilisé par les deux sites sur lesquels nous nous sommes appuyés : le Centre de documentation des violations en Syrie, et la Base de données des martyrs de la révolution syrienne. Ces deux sources ne prennent pas en compte les militaires et conscrits servant dans l’armée du régime, ni les membres des services de Sûreté.

19Le Centre de documentation des violations en Syrie documente les violations des droits de l’Homme, quelle que soit la partie qui s’en rend responsable. Il œuvre en dehors de toute considération ethnique, nationaliste, confessionnelle, ou tout autre facteur lié à l’appartenance politique du criminel ou de la victime. Dans la mesure du possible, le Centre œuvre sur la totalité du territoire syrien, quelles que soient les forces qui dominent le terrain. 

  • 1 www.vdc-sy.org
  • 2 http://dchrs.org

20La Base de données des martyrs de la révolution syrienne se réfère également au Centre de documentation des violations en Syrie 1, ainsi qu’au Centre de Damas pour l’étude des Droits de l’homme 2. Elle s’efforce ensuite de les synthétiser le plus rigoureusement possible. 

21Le terme « martyr » - tel que nous l’avons utilisé - désigne la première personne tuée durant les manifestations ou en détention, et dont la mort, dans de nombreux endroits, a précipité le cours des évènements, faisant de lui un symbole. 

22On utilise le sigle ASL (Armée Syrienne Libre) pour couvrir la période allant des débuts de l’armement jusqu’à la fin 2012. Toutes les katibas (bataillons) qui voient alors le jour relèvent de l’ASL.

23Après 2012, on abandonne la dénomination « ASL » pour parler de « factions d’opposition  armée ».  

24Le terme « forces du régime » englobe l’armée régulière et les unités spéciales, parmi lesquelles des brigades, des divisions, la Défense Nationale et les comités populaires. 

25Le terme « hommes de la Sûreté » désigne la police et les Moukhabarâts. 

26Quant au Front al‑Nosra, à l’État Islamique alias Daech, au Hezbollah libanais, à la milice irakienne Abou Fadl al‑Abbas, et aux autres milices combattant aux côtés du régime, on les cite nommément.

27Ce fut un défi que d’écrire sur des lieux où ne nous sommes jamais rendus. Nous ne savions presque rien des évènements qui s’y sont produits. Bien d’autres évènements, enfermés dans la mémoire de ceux qui les ont vécus, attendent encore de sortir au grand jour. 

Notes

1 www.vdc-sy.org

2 http://dchrs.org

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540