Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Stratégies d'acquisition de l'eau et société au Moyen-Orient depuis l'Antiquité

 | 
Mohamed Al-Dbiyat
, 
Michel Mouton

Eau, pouvoir et société dans l’Orient ancien : approches théoriques, travaux de terrain et documentation écrite

Bertrand Lafont

Résumé

Un parcours historiographique est d’abord proposé pour faire le point sur les recherches menées, depuis K. Wittfogel jusqu’à aujourd’hui, sur le thème du rapport entre gestion des ressources en eau et structuration sociale.
Pour illustrer cette problématique, trois dossiers de textes provenant des sources cunéiformes mésopotamiennes sont ensuite ouverts, tous relatifs aux périodes anciennes de l’histoire du Proche-Orient.
Le premier exemple est pris à l’époque sumérienne archaïque (XXIVe siècle avant notre ère) et questionne les sources relatant les épisodes de la soi-disant « guerre de l’eau » ayant opposé les cités-États de Lagaš et d’Umma.
Le second exemple évoque l’époque des derniers Sumériens et des rois de la IIIe dynastie d’Ur (XXIe siècle avant notre ère), avec les textes enregistrant les serments que durent prêter au pouvoir central les administrateurs des domaines agricoles du royaume pour jurer de ne pas gaspiller les ressources en eau.
Le dernier exemple concerne le royaume de Mari et le réseau des canaux liés au système fluvial de l’Euphrate, tels qu’ils ont été repérés dans la région ; d’intéressants débats se poursuivent en effet aujourd’hui, entre archéologues et épigraphistes, autour de l’existence et du rôle qu’ont joué ou non ces canaux dès la création et le développement de la grande cité du Moyen-Euphrate et tout au long de son histoire.

A historiographical evaluation is proposed at first to review the various researches undertaken since K. Wittfogel until today, on the topic of the relationship between management of water resources and social structuralisation. To illustrate this question, three files of texts from the Mesopotamian cuneiform sources are then considered.
The first one concerns the archaic Sumerian period (XXIVth century BC) and rises questions on some sources reporting the episodes of the so-called "war for water" which opposed the City-states of Lagaš and Umma.
The second example evokes the time of the last Sumerian kings of the Third Dynasty of Ur (XXIst century BC), assessing the texts that record the oaths sworn to the central government by the administrators of the agricultural domains of the kingdom, to pledge not to waste water resources.
The last one concerns the kingdom of Mari and the canals network connected to the Euphrates river system, such as they were spotted in the region, as interesting debates continue today between archaeologists and epigraphists about the existence and the role played or not by these canals, from the creation and development of this great city of the Middle Euphrates and throughout its history.

لقد اقترحنا في البداية  عرضاً تاريخياً  للتعرف على الابحاث التي جرت منذ تلك التي قام بها  ك. فيتفوجل وحتى الآن حول موضوع العلاقة بين إدارة الموارد المائية والتنظيم الاجتماعي.
ولتوضيح هذه الإشكالية، فقد تم الاعتماد على ثلاثة ملفات لنصوص جاءت من مصادر مسمارية رافدية، وكلها تعود إلى فترات قديمة من تاريخ الشرق الأدنى.
يعود النموذج الأول إلى العصر السومري القديم (القرن الرابع والعشرون قبل الميلاد) وهو يستقصي المصادر التي تتحدث عن الفترات التي أطلق عليها اسم «حرب الماء» التي وقعت بين اثنتين من المدن-الدول: لاغاش وأوما.
ويتعرض النموذج الثاني إلى عهد أواخر السومريين وملوك الأسرة الحاكمة الثالثة في أور (القرن الواحد والعشرون قبل الميلاد) مع النصوص التي تسجل القَسم الذي أداه إداريو المناطق الزراعية في المملكة أمام السلطة الحاكمة ليلتزموا بعدم التبذير بالموارد المائية.
والنموذج الأخير يتعلق بمملكة ماري وبشبكة الأقنية المرتبطة بالنظام النهري للفرات مثلما تم التعرف عليها في المنطقة. وما زال الجدل قائماً حالياً  بين الآثاريين ومحللي النقوش الكتابية حول وجود هذه الأقنية والدور الذي لعبته منذ تأسيس وتطور المدينة الكبيرة في الفرات الأوسط وطوال تاريخها.

Texte intégral

  • 1  Amin 1982, p. 13. Merci à Myriam Ababsa (IFPO Amman) de m’avoir retrouvé cette référence.

« Le Croissant Fertile n’est fertile que par comparaison avec le désert de la péninsule arabique qui s’étend sur son flanc sud. Car il s’agit en réalité d’une région semi-aride dans l’ensemble. La prospérité agricole dépend donc ici largement de la capacité de l’État à garantir la pérennité des ouvrages et la protection des paysans contre les envahisseurs descendus des montagnes qui bordent la région à l’Est et au Nord, ou remontés des déserts du Sud. »1

1Intéressant constat et utile rappel concernant la prétendue « fertilité » de cette région bien connue, qui émanent d’un grand connaisseur du monde arabe contemporain, Samir Amin, mais qu’on aurait pu songer à attribuer d’emblée à quelque archéologue ou historien de l’Antiquité proche-orientale, tant il est vrai que la question de l’accès à l’eau, de la gestion des ressources en eau et du rôle de l’État dans ces affaires n’a cessé d’être au cœur des recherches historiques et archéologiques sur le Proche-Orient ancien depuis plus d’un demi-siècle. Du fait qu’on parle effectivement de régions en grande partie arides ou semi-arides, où cette ressource vitale se fait souvent rare et où elle reste difficile à capter, réguler, conserver, utiliser, on continue de s’interroger sur les effets que peuvent provoquer ces difficultés et les contraintes du milieu en général sur les systèmes politiques et les modes d’organisation sociale. Comment gérer la fréquente pénurie d’eau ? Quelles conséquences a-t-elle sur les modes de vie, sur la société et sur la façon dont celle-ci s’organise ?

  • 2  Voir, dans le volume 57 des Annales (2002), les diverses contributions de cinq assyriologues au do (...)

2Requis pour intervenir sur ce thème autour d’une table composée majoritairement d’archéologues de terrain, l’assyriologue est sans doute attendu pour traiter de cette question à partir de ce qu’en disent les textes cunéiformes qu’il étudie, à l’instar, par exemple, de ce qui a déjà été proposé ailleurs tout récemment sur ce même sujet2. Mais il n’est sans doute pas inutile d’aborder dans un premier temps cette matière du point de vue de l’historiographie et de la méthodologie, pour voir comment les questionnements ont évolué, ou pour constater quelles réponses différentes peuvent finalement être apportées à ces questions qu’on ne cesse de poser et re-poser.

Cinquante ans de recherche

3Le constat déjà ancien, devenu banal, mais qui est à la base de tous les travaux et réflexions menés depuis longtemps, est le suivant : c’est la maîtrise de l’eau qui est souvent à l’origine des premières civilisations et c’est en fonction d’elle qu’émergent les éléments de stratification sociale ou d’organisation politique.

  • 3  Wittfogel 1957. Traduction française 1964.
  • 4  Wittfogel 1964, p. 80 et 128.

4Il y a tout juste un demi-siècle, Karl Wittfogel (1896-1988) a été le premier à explorer ce thème pour l’Orient ancien. Son livre Oriental Despotism, A Comparative Study of Total Power3 cherchait à décrire, dans une perspective marxiste, celle du « mode de production asiatique », l’émergence d’États despotiques fondés, selon lui, sur la maîtrise de l’irrigation : c’est le modèle fameux des « États hydrauliques ». À l’entendre, puisque l’économie agricole irriguée nécessitait des travaux de contrôle de l’eau sur une grande échelle, l’intervention de l’État était indispensable. En extrapolant à partir de l’exemple chinois, K. Wittfogel a ainsi voulu faire de la Mésopotamie sumérienne un exemple typique de cette évolution. Selon lui, les contraintes de la culture irriguée avaient inévitablement entraîné la nécessité d’un pouvoir fort et centralisé, celui-ci apparaissant à Sumer au tournant des IVe et IIIe millénaires avant notre ère. La mise en place et l’entretien d’un réseau de canaux exigeant un travail collectif de tous les habitants, celui-ci ne pouvait être obtenu qu’à la condition que la terre fût la propriété des dieux et non celle des personnes privées. Ainsi était expliquée et justifiée la nature religieuse du pouvoir apparu, pensait-on alors, avec le phénomène de la « révolution urbaine » et des « cités-temples » sumériennes. Il écrivait ainsi4 :

« Les capitales hydrauliques primitives de Mésopotamie semblent avoir été pour la plupart dirigées par des rois-prêtres. (…) Les terres étendues, appartenant aux temples des cités-temples de Sumer, étaient cultivées en général par des soldats-paysans qui constituaient l’essentiel du personnel du temple ».

  • 5 Adams 1981.

5Il y a bien longtemps déjà que les théories de la « cité-temple » sumérienne et des « institutions hydrauliques » de K. Wittfogel, très largement débattues, ont été critiquées et abandonnées. C’est notamment l’Américain Robert McC. Adams qui a montré, dans les années 1970-1980, qu’il n’y avait pas de nécessaire corrélation entre le développement étatique et urbain de Sumer et un hypothétique contrôle monopolistique de l’eau5 : les systèmes de contrôle de l’irrigation ne sont en fait apparus que plusieurs siècles après l’apparition des villes, et ils ont donc été une conséquence du développement urbain et non pas l’inverse. Certes, la société sumérienne était devenue urbaine et son développement reposait désormais largement sur une agriculture de type « hydraulique », mais elle n’a jamais été une « société hydraulique » au sens où l’entendait Wittfogel. À Sumer, le contrôle des ressources en eau n’a guère été, à l’origine, une source de pouvoir ni un moyen de le légitimer, même si l’on ne peut nier qu’il a sans doute ensuite permis l’extension géographique et territoriale et favorisé la hiérarchisation sociale.

6Le rappel de ces hypothèses et débats anciens ne vise qu’à montrer comment ces travaux reposaient en fin de compte sur des théories et des prémisses à caractère largement idéologique. Ils ont cependant marqué leur époque et c’est par rapport à eux que les recherches menées par la suite se sont longtemps positionnées.

  • 6 Downing and Gibson 1974.

7Sans qu’il soit ici question d’être exhaustif, mentionnons ainsi quelques jalons importants parmi les réflexions menées depuis lors, comme l’ouvrage publié en 1974 sous la direction de T. E. Downing et McG. Gibson, sur le thème Irrigation’s Impact on Society6, privilégiant une approche plus anthropologique et environnementaliste de ces questions, dans la veine de ce qu’était alors la « new archaeology ».

  • 7 Métral 1981, 1982, 1986, 1987.

8Si l’on prend maintenant, quelques années plus tard, l’intéressante série de fascicules, issus de séminaires de recherche publiés à partir de 1981 et consacrés à L’homme et l’eau en Méditerranée et au Proche-Orient, sous la direction de Jean et France Métral7, on constate une louable volonté de pratiquer « un langage commun entre chercheurs de spécialités parfois très différentes », le champ couvert par ces travaux demeurant cependant extrêmement large (ensemble du Machreq, du Maghreb et de la Méditerranée orientale, de l’Antiquité à nos jours). Par ailleurs, malgré un certain renouvellement des questionnements, l’on restait tout de même plus ou moins sur une ligne identique à celle des travaux antérieurs, reposant sur une approche encore largement théorique de ces questions liées à la maîtrise et à la gestion des accès à l’eau.

  • 8  Deux volumes de la BAH : Geyer 1990.
  • 9  Deux volumes du Bulletin of Sumerian Agriculture : Postgate et Powell 1988 et 1990.

9Par rapport à ces directions de recherche initiales, un tournant radical a été pris à partir de la fin des années 1980. Le colloque de Damas de 1987 sur les Techniques et pratiques hydro-agricoles traditionnelles en domaine irrigué8 et celui de Leyde, la même année, réunissant les membres du Sumerian Agriculture Group et consacré à Irrigation and Cultivation in Mesopotamia9, sont sans doute révélateurs de ce tournant.

10On y constate d’abord, et pour la première fois, une véritable approche pluri-disciplinaire et principalement ancrée sur le terrain pour aborder ces questions, avec d’une part des études sur les techniques et réalisations hydrauliques et d’autre part les résultats de prospections et d’études environnementales détaillées, le tout animé par un effort manifeste pour relier archéologie de terrain, sciences de l’environnement et sources textuelles autour de problématiques très concrètes.

  • 10  Civil 1994.

11Concernant la documentation textuelle, les Actes de ces colloques font ainsi état, autre élément nouveau, de grands progrès enfin réalisés, d’une part pour comprendre toute une terminologie technique présente dans les textes anciens, relative à la gestion de l’eau et à l’irrigation et qu’on connaissait très mal, et pour inscrire d’autre part les données disponibles dans un cadre historique et géographique clair et précis. Peu après, un ouvrage comme celui de M. Civil sur The Farmer’s Instructions. A Sumerian Agricultural Manual10, doté d’un riche commentaire, a contribué lui aussi à mieux faire comprendre les techniques et procédures mises en œuvre en matière d’agriculture irriguée dans le Sud mésopotamien.

  • 11  Jas 2000.
  • 12  Briant 2002. Dans la même veine, on peut aussi mentionner la tenue toute récente d’un colloque int (...)

12C’est cette même approche diversifiée et beaucoup plus pragmatique que l’on retrouve dans deux livres récents : Rainfall and Agriculture in Northern Mesopotamia11 et le numéro que la revue Annales a consacré en 2002 au thème Politique et contrôle de l’eau dans le Moyen-Orient ancien12.

13Ce qui caractérise l’évolution qu’on vient rapidement d’esquisser, c’est donc un changement complet de perspective à partir des années 1980 : de l’approche théorique et globale (avec tous ses présupposés) qu’on essayait d’appliquer vaille que vaille à la réalité documentaire, on a depuis vingt-cinq ans (en bonne méthode bien sûr !) inversé la tendance, en partant délibérément des réalités de terrain et des sources brutes, avant d’essayer de proposer d’éventuelles reconstructions historiques, élaborées de façon thématique et multidisciplinaire. On peut observer également une sorte de réduction d’échelle dans les recherches entreprises, les phénomènes étant désormais étudiés « à la loupe », thématiquement et à un niveau local, dans l’esprit même du développement concomitant d’autres travaux de « micro-histoire ».

  • 13  Cette emprise devient rapidement manifeste : voir par exemple l’article de D. Charpin (Charpin 200 (...)

14Mais si les méthodes ont certes été renouvelées, bien des questions demeurent cependant posées entre deux approches du sujet, qui furent résumées de façon lapidaire mais significative par l’un des participants à notre table ronde de Damas, sous la forme : « contrôle des moyens en eau » versus « eau comme moyen de contrôle ». Autrement dit, comment savoir jusqu’à quel point les sociétés du Proche-Orient ancien se sont structurées d’elles-mêmes autour d’impératifs liés aux systèmes d’accès et de gestion des ressources en eau ? Quels témoignages a-t-on de pouvoirs politiques proche-orientaux qui, du fait de la rareté des ressources en eau, en auraient accaparé la gestion pour assurer leur contrôle sur la société ? Que nous disent nos textes sur le rapport entre maîtrise des ressources en eau et naissance et affirmation de l’État ? Lorsque des pouvoirs politiques forts et centralisés ont fini par se mettre en place en Mésopotamie, comment ces derniers ont-ils pris le contrôle des systèmes d’irrigation et les ont utilisés pour asseoir leur emprise13, et jusqu’à quel point l’intervention de l’État dans la gestion de l’irrigation fut-elle alors complète ou alors épisodique et sélective ?

15Pour traiter de ces questions sans en rester à un simple exposé général à caractère historiographique et puisque ce colloque, tout comme l’ouvrage qui en découle, se propose d’aborder des « études de cas », on examinera ici trois dossiers de textes sur ce thème, relatifs aux périodes anciennes de l’histoire mésopotamienne, en rappelant d’abord très brièvement dans quel système on se situe globalement quand on parle d’eau et d’irrigation en Basse ou Moyenne Mésopotamie.

  • 14  Des progrès considérables ont été accomplis ces dernières années pour comprendre ce qu’a pu être l (...)

16Ici comme en bien d’autres lieux de l’ensemble régional dans lequel s’inscrivent les travaux de notre table ronde, la proximité de l’eau est une nécessité vitale : on se trouve donc dans un système où toute expansion des espaces agraires et sédentaires ne peut se créer qu’à partir de nouveaux canaux de dérivation, de nouvelles prises d’eau ouvertes en amont à partir de cours d’eau principaux, tous reliés au système général du Tigre, de l’Euphrate et de leur affluents14. Dans ces régions plates, à la pente faible, tout repose donc sur un système bien connu d’irrigation par gravité, à partir de canaux à ciel ouvert, légèrement surélevés entre deux digues de terre amoncelée (fig.1).

Fig. 1 - « Hypothetical sketch of an agricultural cell in South Mesopotamia » (Postgate 1992, figure 9: 1).

Fig. 1 - « Hypothetical sketch of an agricultural cell in South Mesopotamia » (Postgate 1992, figure 9: 1).
  • 15  Ces éléments synthétisés s’appuient sur l’exposé de Postgate 1992, p. 176-183.

17Au cours des siècles qui ont suivi la « révolution urbaine » et pour arroser le plus de terres possibles, on a ainsi fini par obtenir un vaste réseau compliqué d’irrigation, avec toute une hiérarchie de voies d’eau majeures, puis de canaux secondaires, de plus en plus étroits, jusqu’à devenir de simples fossés et rigoles, à mesure que l’on s’éloigne de la source. Ce schéma est bien connu et reste lié à quatre contraintes essentielles15 :

  1. L’alimentation en eau : elle s’appuie sur l’entretien d’un réseau complexe de canaux et rigoles, menant jusqu’aux terres cultivées, à partir d’un système de prise d’eau, de barrages, de digues et de régulateurs, installations techniques souvent décrites dans les textes et pour lesquelles on utilise principalement terre, brique, bois, roseau et bitume.

  2. Le stockage de l’eau : il faut savoir maintenir des quantités d’eau suffisantes en certains endroit précis aussi longtemps que de besoin ; d’où divers systèmes de barrages, bassins et réservoirs.

  3. Le drainage des eaux : dans ces régions plates, il est au moins aussi difficile de se débarrasser des surplus d’eau dont on ne veut pas ou plus, que de faire venir l’eau dont on a besoin. L’excès d’eau pose parfois autant de problèmes que la pénurie. Le risque principal, avec les eaux stagnantes, est en outre celui de la salinisation des sols. On tente de les évacuer, via des canaux de drainage, vers les marais.

  4. La protection contre les inondations : il convient de maintenir hors du système les eaux non désirées, notamment en période de crue, où l’eau peut aussi devenir dévastatrice ; on la craint autant qu’on la désire, d’autant que la crue est en complet décalage par rapport au calendrier agricole, puisque elle a lieu juste avant la récolte. Il faut par ailleurs éviter les catastrophes que provoque la moindre brèche ou rupture de digue dans le système de canaux, avec les risques subséquents d’inondation et de dévastation à l’endroit où cela se produit et les menaces de pénurie ailleurs. Cet aspect est d’autant plus important que les sols sont particulièrement fragiles et qu’il convient donc d’en assurer aussi la protection : il s’agit là d’une autre préoccupation quotidienne pour les activités agricoles.

  • 16  Sur ces questions, voir Charpin 2002.

18La documentation cunéiforme (notamment celle de la période d’Ur III et de l’époque paléo-babylonienne) témoigne en partie de la façon dont ont été gérées ces contraintes collectives. Elle montre par ailleurs, dès le IIIe millénaire avant notre ère, que le creusement des canaux et leur entretien ont figuré, du coup, parmi les devoirs les plus importants des rois, même s’il faut prendre en compte, notamment dans les sources du début du IIe millénaire, tout l’aspect rhétorique des discours tenus en la matière, le pouvoir royal servant en réalité principalement d’instance régulatrice, d’arbitrage, de gestion de crise ou encore d’appel en cas de litige16.

19En guise d’illustration, dans un contexte marqué par ces contraintes lourdes, trois dossiers relevant de cette problématique « eau, pouvoir et société » en Mésopotamie ancienne sont donc finalement évoqués.

À Sumer, une guerre de l’eau entre Lagaš et Umma ?

20Le premier exemple est pris à l’époque sumérienne archaïque (milieu du IIIe millénaire, Basse-Mésopotamie). Du point de vue de l’histoire politique, cette période se caractérise notamment par l’état de guerre endémique entre les diverses cités-États sumériennes, qui ne sont jamais parvenues à s’unir jusqu’à ce que Sargon d’Akkad mette fin à leur indépendance vers 2350 avant notre ère.

  • 17  On trouvera le meilleur résumé de ses positions au chapitre 5 de son livre sur The Early History o (...)

21Il y a quelques années déjà, l’archéologue allemand Hans Nissen17 a posé comme hypothèse que ce sont précisément les problèmes d’accès à l’eau et de contrôle du réseau des canaux qui ont provoqué et alimenté ces rivalités et conflits entre cités-États sumériennes, étant entendu que celle qui était située en aval était évidemment pénalisée a priori par rapport à celle située en amont (problème bien connu encore aujourd’hui, par exemple avec la gestion des eaux de l’Euphrate depuis la Turquie jusqu’à l’Irak, en passant par la Syrie).

  • 18  Cooper 1983.

22Le plus caractéristique et le mieux documenté de ces conflits entre cités-États sumériennes est celui qui opposa, pendant près de deux siècles, les cités d’Umma et de Lagaš, la première en amont de la seconde (fig.2)18. Leur conflit, à en croire les textes, eut pour objet le contrôle d’un territoire situé à la frontière de ces deux États mitoyens et appelé le Gu-edena (étymologiquement le « Bord-de-la-steppe »). Les différents épisodes de cette sorte de « guerre de cent ans » nous sont connus, presque exclusivement, par des inscriptions royales provenant de Lagaš, pièces de pure propagande où les souverains lagashites mettent en avant la légitimité de leur cause et leur bonne foi, en opposition à la couardise de leurs adversaires ; aussi les renseignements dont nous disposons sont-ils partiaux et limités.

Fig. 2 - Partie méridionale du pays de Sumer (d'après T. Jacobsen, « The Waters of Ur », Iraq 22, pl. XXVIII).

Fig. 2 - Partie méridionale du pays de Sumer (d'après T. Jacobsen, « The Waters of Ur », Iraq 22, pl. XXVIII).
  • 19 Cooper 1986, p. 35.

23Ces inscriptions (une douzaine au total) nous disent que le Gu-edena était le « territoire bien-aimé du dieu Ningirsu », divinité tutélaire de Lagaš, et que c’est pour garder ou restituer cette terre à son dieu principal que Lagaš, en aval, se battit contre Umma, sa voisine d’amont. Le document le mieux connu et le plus célèbre de ce dossier est conservé au musée du Louvre : c’est la fameuse « Stèle des vautours » (fig.3), relatant la victoire du roi Eanatum de Lagaš sur son voisin d’Umma. Cette stèle, très cassée, est porteuse d’une longue inscription, malheureusement elle aussi très fragmentaire. Le problème est que le rédacteur de ce texte affecte de voir dans ce conflit essentiellement une lutte pour un simple problème de frontière : il n’évoque qu’incidemment le problème de l’eau et des canaux. L’extrait pertinent de ce texte difficile est le suivant, en se fondant sur l’édition qu’en a proposée J. Cooper19 :

xvi Eanatum donna le grand filet de combat du dieu ND au leader d’Umma, et lui fit prêter serment par ce filet. Le leader d’Umma jura à Eanatum :
« Par la vie du dieu ND ! Je pourrai exploiter les terres agricoles du dieu Ningirsu contre un loyer productif d’intérêts. Je ne ......... le canal d’irrigation ! Au grand jamais, je ne transgresserai le territoire du dieu Ningirsu ! Je ne détournerai pas (le cours de) ses canaux ni des rigoles d’irrigation ! Je ne briserai pas ses monuments ! Si jamais je me livrais à la moindre transgression, puisse le grand filet de combat du dieu ND, par lequel j’ai prêté serment, s’abattre sur Umma ! »

Fig.3 - « Stèle des vautours » trouvée à Tello (Musée du Louvres XXIVe siècle), fragments, d'après U. Seidl, Reallexikon der Assyriologie 11, 2007.

Fig.3 - « Stèle des vautours » trouvée à Tello (Musée du Louvres XXIVe siècle), fragments, d'après U. Seidl, Reallexikon der Assyriologie 11, 2007.
  • 20 Cooper 1983, p. 19.

24À la suite de sa défaite, le roi d’Umma doit donc, on le voit, prêter serment, ce qu’il fait à plusieurs reprises via diverses divinités (ND) du panthéon sumérien : il reste autorisé à exploiter, contre un loyer, les terres du Gu-edena, mais s’engage à ne plus transgresser la frontière et à respecter l’intégrité du territoire qu’il prend en loyer. Alors, H. Nissen a-t-il raison d’affirmer, en s’appuyant sur cet unique extrait, qu’il s’agit là du plus ancien témoignage d’un conflit inter-étatique pour le contrôle des eaux ? Comment confirmer une telle hypothèse ? L’indice offert par ce document est ténu et les conclusions qui en ont été tirées, pour intéressantes qu’elles soient, restent invérifiables. Il aurait fallu bien sûr pouvoir effectuer des vérifications et recherches sur le terrain, pour tenter de trouver sur le sol une éventuelle réponse aux questions que laissent ouvertes le silence ou l’ambiguïté des sources écrites à propos du Gu-edena. Il y a bien eu, dans ce que l’on suppose être cette zone, quelques tentatives pour aller dans ce sens, mais qui se sont soldées par des échecs20. Force est donc d’admettre qu’en utilisant seulement cette documentation textuelle, des difficultés demeurent, d’ordre géographique, historique, philologique aussi, qui nous empêchent de reconstruire l’histoire exacte de ce conflit et de ses causes ultimes. Sans complémentarité possible entre différentes approches, on en reste réduit aux hypothèses.

Le serment des sanga au temps des rois d’Ur

25Le second exemple retenu nous amène trois siècles plus tard, à l’époque des derniers Sumériens. La situation socio-politique est alors toute différente, puisque les rois de la IIIe dynastie d’Ur (Ur III) ont construit à cette époque un vaste royaume qui contrôle une bonne part de la Mésopotamie centrale et méridionale ainsi que certains territoires à l’est du Tigre. Cette époque se caractérise notamment par une grande profusion dans la production de documents administratifs et comptables. On possède aujourd’hui plusieurs dizaines de milliers de tablettes de ce type, témoignage de l’intense activité d’une bureaucratie puissante qui, au XXIe siècle avant notre ère, a œuvré à Sumer pendant une cinquantaine d’années au moins.

  • 21 Lafont 1994.

26Datant de cette époque, a pu être réunie il y a quelques années une série de petites tablettes parallèles les unes aux autres, la plupart conservés au Musée d’Istanbul, et qui enregistrent par écrit le contenu de serments que durent prêter simultanément les divers administrateurs des principaux domaines agricoles relevant des temples de la riche province de Lagaš, au sud du royaume21.

27Dans ces textes (fig.4), on voit chaque administrateur domanial (sanga) être obligé de déclarer sous serment par le roi qu’il ne procèdera pas à l’irrigation des champs dont il est responsable sans autorisation de la plus haute autorité du royaume, à savoir le « grand vizir » (traduction traditionnelle pour sukkal-mah), mais qu’en revanche s’il laisse griller ses champs faute d’irrigation suffisante, c’est sa vie même qu’il mettra en jeu, en encourrant alors la peine de mort, pas moins ! On peut donner de ces textes, tous duplicats les uns des autres, la traduction suivante :

NP, sanga (du domaine) de ND, a déclaré (sous serment) par la vie du roi que lorsque ses champs inondés se seront asséchés, il ne procèdera en aucun cas à (leur) irrigation sans autorisation du sukkalmah, mais que s’ils se dessèchent, il sera mis à mort.

Fig. 4 - Tablette de Girsu, TCTI 2, 4225

Fig. 4 - Tablette de Girsu, TCTI 2, 4225

28Autrement dit, dans ces textes enregistrant leur serment par le roi, les administrateurs de domaines agricoles sont « sur la corde raide », pris entre les termes d’une double obligation à propos des terres dont ils sont responsables : ils sont tenus de maintenir une irrigation suffisante pour éviter que les champs ne soient brûlés, mais ils n’ont pas le droit d’ouvrir les vannes d’irrigation tant qu’ils n’ont pas obtenu, pour pouvoir le faire, l’autorisation préalable du plus haut responsable de l’administration centrale du royaume. La nécessité même de cette autorisation, au niveau le plus élevé de l’État, prouve à quel point la centralisation était grande, la bureaucratie tatillonne, et importantes surtout les préoccupations liées à la gestion de l’eau et des terres agricoles.

  • 22  Adams 1981, p. 246.

29Voir ainsi tous les responsables domaniaux d’une province du royaume être contraints de prêter un serment de ce type et constater que le risque encouru, en cas de non-respect de la parole donnée, est la peine capitale, amènent à une constatation claire : à la fin du IIIe millénaire, à l’époque de la domination des rois de la IIIe dynastie d’Ur, le contrôle étatique sur les réseaux d’irrigation en Mésopotamie du sud est indéniable. Et si R. McC. Adams a pu écrire dans Heartland of Cities22:

« All in all, the irrigation system and the major institutions of the urban society seem to have coexisted with little to suggest their close interaction or interdependance »,

30cela vaut sans doute pour l’époque de la « révolution urbaine » et pour les premiers temps de l’histoire sumérienne, mais cela semble moins vrai à l’époque d’Ur III : le pouvoir politique a pris alors, au moins pour un temps et sur une partie du réseau d’irrigation (au minimum celle supervisée par le « State Sector ») le contrôle de la situation. Citons cependant une nouvelle fois, pour finir, R. McC. Adams qui, dans une récente contribution, conclut à propos de cette région que

  • 23  Adams 2007, § 6-8.

« there was not a single, slender ribbon of ancient urban settlement along the ancient course of the Euphrates but instead a network of branches of both the Tigris and the Euphrates, interconnected by canals conveying important streams of economic interchange (…). Large dendritic systems of canals bringing whole sub-regions of the plain into coordinated control, of the kind now well identified with the alluvium from the mid- or late 1st millennium BC on until the declining days of the Abbasid Caliphate, did not exist earlier. We need to view the ancient Mesopotamian plain as rarely if ever a unified region of state control. From the environmental-ecological perspective, it was and could only be a mosaic of different combinations of subsistence and other resources. Some were indeed dependent on intensive, state-supported irrigation, but others instead exploited extensive marshes with isolated, transient forms of settlement and social organization not unlike those of the Marsh Arabs of recent times. Still others, more pastoralist in activities and outlook, must have turned their primary attention to zones where steppe-like conditions prevailed »23.

Les canaux de la région de Mari

  • 24  Geyer et Monchambert 2003.
  • 25  Tome 1, chapitre V, p. 175-232.

31Le dernier exemple ici retenu concerne Mari et le réseau des canaux liés au système fluvial de l’Euphrate, tels qu’ils ont été repérés dans la région. D’intéressants débats se poursuivent aujourd’hui autour de l’existence et du rôle qu’ont joué ou non ces canaux dès la création et le développement de la grande cité du Moyen-Euphrate tout au long de son histoire. La publication récente des résultats exhaustifs de la prospection effectuée par B. Geyer et J.-Y. Monchambert sur La basse vallée de l’Euphrate syrien, du Néolithique à l’avènement de l’islam24 a permis de faire un état des lieux extrêmement précis et détaillé sur tous les canaux et aménagements hydrauliques dont ils ont pu repérer les vestiges dans cette vallée25. Dans la région même de Mari ( = son « alvéole »), certains de ces canaux sont clairement à usage d’irrigation et d’approvisionnement en eau, notamment sur la rive droite ; d’autres seraient des canaux de navigation et de transport, et cela semble être notamment le cas de celui connu sous le nom actuel de Nahr Dawrin qui longe le plateau oriental de la vallée ; d’autres encore paraissent être des canaux d’évacuation et de drainage (fig.5).

Fig. 5 - Le moyen Euphrate de Deir ez-Zor à Abou Kemal, au temps de Zimrî-Lîm roi de Mari (XVIIIe siècle avant notre ère)

Fig. 5 - Le moyen Euphrate de Deir ez-Zor à Abou Kemal, au temps de Zimrî-Lîm roi de Mari (XVIIIe siècle avant notre ère)

32La difficulté majeure sur laquelle buttent aujourd’hui les chercheurs est celle de la datation de ces diverses installations. Il s’agit là d’une question essentielle car elle conditionne en grande partie la reconstitution de l’histoire même de Mari et de l’ensemble de sa région. Faute de textes (mais il ne saurait y en avoir si ces canaux ont été mis en place dès le début du IIIe millénaire), faute de témoins matériels suffisants (objets, tessons, coquillages, etc.), faute de lien clair établi entre les sites archéologiques repérés et le tracé de certains de ces canaux, on ne peut dire quand ces diverses installations ont été mises en place, ni même leur degré de contemporanéité les unes avec les autres ou par rapport à tel ou tel site archéologique identifié.

  • 26  Margueron 2004, p. 76.
  • 27  Geyer et Monchambert 2003, p. 212.
  • 28  Geyer et Monchambert 2003, p. 212 n. 71, et p. 215.

33Face à ces incertitudes, J.-Cl. Margueron affirme que « seuls le raisonnement et la logique peuvent permettre de sortir de l’ornière »26. Mais c’est précisément lorsqu’ils n’ont recours qu’à ces seules ressources, que les chercheurs parviennent à des conclusions parfois diamétralement opposées. C’est notamment le cas en ce qui concerne l’histoire du grand canal de rive gauche de la vallée, le Nahr Dawrin (fig.5 et fig.6), question qui demeure très débattue aujourd’hui. Rappelons que ce canal, tel qu’il a été repéré, longeait la rive gauche de l’Euphrate sur cent vingt kilomètres : il s’agit donc d’un ouvrage d’une importance considérable. D’une largeur régulière variant entre huit et onze mètres, il amorçait sa course à partir d’une prise d’eau sur le Habur et débouchait pour finir sur l’Euphrate à la hauteur d’Abu Kemal (falaise de Baghouz). Sa fonction aurait principalement consisté à « doubler le fleuve par une voie d’eau navigable et plus courte (… avec) un débit relativement régularisé »27, tout en pouvant servir aussi occasionnellement et sectoriellement pour l’irrigation28. Le problème essentiel est celui de sa datation. Quelques « morceaux choisis » dans ce qui a été publié ces dernières années à ce sujet témoignent de positions très tranchées qui existent aujourd’hui parmi les chercheurs :

  • 29  Margueron 2004, p. 76-77.
  • 30  Margueron 2004, p. 79.
  • 31  Cité par Geyer et Monchambert 2003, p. 212-213.
  • 32  Margueron 2004, p. 120.

34J.-Cl. Margueron : « Exclure le canal de navigation et le canal d’irrigation dans la fondation de Mari, c’est se condamner à ne pas comprendre cette fondation. Car rien ne peut expliquer la création ex nihilo de cette ville de 2 km de diamètre en plein milieu désertique et à 120 km d’une confluence qui puisse jouer le rôle de carrefour. Mais si l’on prend conscience de l’importance économique de l’Euphrate, clairement manifestée dès l’époque d’Uruk ; de l’essor de l’urbanisation de la Mésopotamie centrale et méridionale dès la fin de l’époque d’Uruk ; de l’accroissement des besoins des nouvelles cités en minerai qui vient des montagnes voisines ou en bois qui, depuis le Liban, l’Amanus ou le Taurus, transite par l’Euphrate ; de la quasi-absence d’autres moyens de transport pour les matériaux lourds (…), alors on trouve une raison qui justifie l’aménagement régional de Mari »29.
« Finalement, affirmer que les réseaux de canaux existent à l’époque de Mari est trop faible : la vérité est que la fondation de Mari est subordonnée à la réalisation de ce réseau, volontairement installé pour répondre à une organisation basée sur les échanges »30.
Le commerce étant, avec l’agriculture, l’un des deux fondements du développement de Mari, « le canal de transport apparaît comme l’élément déterminant pour sa fondation » ; il en « donne la clef »31.
« Ce qui a manifestement provoqué la fondation [de Mari] est une organisation territoriale qui oblige à dépasser une approche locale pour passer à une vision régionale : d’emblée la fondation de Mari va se situer à un niveau supérieur. C’est le canal de rive gauche, un canal de navigation, qui donne la clef du problème ; avec sa prise dans la vallée du Khabur, ses 120 km de long et son débouché nécessaire avant le verrou de Baghouz, il explique les raisons de la fondation et le choix du site de Mari »32.

Fig. 6 - Vestiges de l'ancien canal Nahr Dawrin

Fig. 6 - Vestiges de l'ancien canal Nahr Dawrin
  • 33  Geyer et Monchambert 2003, p. 212-213.

35B. Geyer et J.-Y. Monchambert33 : « Le tracé [du Nahr Dawrin] depuis le Khabur jusqu’à Abu Kemal implique que la puissance politique qui aménage cet ouvrage a une totale maîtrise de l’ensemble de la région ». Pour dater la création de ce canal, « seul l’âge du Bronze avec la cité de Mari paraît envisageable. À aucun autre moment de son histoire, la vallée n’a connu une agglomération aussi puissante, capable de dominer toute la région et établie à proximité du débouché du canal ». (…) « Que cet ouvrage ait été nécessaire à Mari est indéniable et c’est à lui que la ville dut sa puissance ». Argument majeur incitant à dater le creusement du Nahr Dawrîn des tout premiers moments de la ville : « Mari n’a guère de raison d’être s’il n’existe pas, sous son contrôle, une voie de navigation empruntant la vallée de l’Euphrate ».

Et l’on peut citer par contraste :

  • 34  Lyonnet 2004, p. 33.
  • 35  Lyonnet 2004, p. 26.
  • 36  Lyonnet 2004, p. 31. En marge de ces grands débats, mais tout à fait en lien avec eux, une autre d (...)

36B. Lyonnet : « J.-C. Margueron, pour expliquer la situation très fragile de Mari, en a fait dès son origine une ville de type mésopotamien, avec irrigation complexe et canal de navigation, entièrement fondée sur la sédentarité de ses occupants et sa position de “verrou” sur l’Euphrate »34. B. Lyonnet conteste cette vision et insiste sur « l’existence de groupes nomades » vivant du pastoralisme et jouant, dès le début du IIIe millénaire, un rôle important dans la région, cette existence devant être mise en lien avec les sites « en anneaux (Kranzhügel) » notamment présents dans la région du Haut-Habur et compris comme de simples « centres de rassemblement »35. Or, « tout porterait à croire que Mari, qui présente un plan similaire, est lui aussi un Kranzhügel »36.

  • 37  Durand 1998, p. 574.
  • 38  Durand 2002, p. 565.
  • 39  Durand 1998, p. 574-575.
  • 40  Durand 1998, p. 580.

37J.-M. Durand : « L’actuel fouilleur de Mari a tiré beaucoup de conclusions d’importance des travaux [de prospection] qu’il avait commandités, concernant l’origine même du site et la politique économique de ceux qui exercèrent le pouvoir sur cette région du Moyen-Euphrate. Sans entrer dans les détails, il faut dire que la détermination par J.-Y. Monchambert de quasiment tous les tells que traversent ces canaux comme des lieux d’occupation relativement récente a de quoi rendre perplexe le lecteur des documents anciens, lequel ne retrouve nullement les dizaines de toponymes dont il a établi les listes. S’il faut penser que ces sites du Bronze moyen ont été alluvionnés et ne sont plus directement accessibles de nos jours, est-il vraisemblable de tenir le parcours du canal lui-même pour ancien ? Cette interrogation vaut encore plus pour le Nahr Dawrîn dont l’équipe archéologique du Tell Hariri propose désormais qu’il fût avant tout un canal de navigation, permettant de relier directement l’aval de Mari au Habur. Aucun texte ne permettrait d’appuyer une telle allégation »37.
« Des archéologues qui fouillent à Mari ont élaboré toute une série d’hypothèses sur l’origine de la ville elle-même, à partir d’une réflexion très théorique sur un ample réseau de canaux de navigation qui auraient mis en contact l’Euphrate d’aval avec le Habur en amont et irrigué intensivement la région, ce qui aurait permis en ces lieux la création soudaine et ex nihilo d’une très vaste métropole. Un consensus (…) se fait à l’heure actuelle chez d’autres spécialistes de la région, [qui estiment] que le vaste réseau dont nous constatons aujourd’hui l’existence n’est en réalité que l’état ultime auquel il a été porté par ses derniers utilisateurs, c’est-à-dire les derniers occupants de la région aux époques néoassyrienne et islamique »38.
« Il n’existait pas de voie commerciale pérenne entre la Babylonie et Alep passant par Mari et donnant à cette dernière un rôle de “verrou” contrôlant les échanges ; rien donc qui légitime l’instauration d’une telle voie d’eau spectaculaire. C’est bien plutôt Mari qui, en devenant un centre politique important, a fonctionné comme une “pompe aspirante” ; alors confluèrent vers elle plusieurs mouvements commerciaux temporaires (et abolis, lorsque ce “centre” disparut). (…) Il est donc très vraisemblable que la théorie adverse d’autres archéologues, selon laquelle les canaux dont on constate aujourd’hui les restes spectaculaires sont en fait bien plus récents et d’une période où la Mésopotamie était tout entière unifiée sous un pouvoir fort et centralisé qui pouvait se permettre de repenser tout le système des transports, a beaucoup pour elle. Les périodes néoassyrienne ou islamique sont dès lors des moments privilégiés pour l’instauration de beaucoup de ces structures dont on constate encore aujourd’hui les vestiges »39.
« On a l’impression que, si une structure aussi importante que le Nahr Dawrîn était déjà toute entière constituée, Yaqqim-Addu, [auteur de la lettre LAPO 17 804] devrait avoir une expression différente pour en parler et le présenterait comme l’élément clef du système. Ce passage paraît décisif pour donner raison à ceux qui mettent en doute l’existence, dès l’époque amorrite, à plus forte raison dès la fondation de la ville de Mari elle-même, d’un « canal de navigation », reliant le Habur à l’Euphrate au droit d’Abu Kemal »40.

  • 41  Kühne 1991, p. 163-190 ; Kühne 1995.
  • 42  Berthier 2001.

38On voit donc à quel point ces positions paraissent irréductibles les unes aux autres, étant entendu que H. Kühne, à la suite de ses travaux de recherche à Šeh Hammad, a prôné une datation aux époques médio- ou néo-assyriennes pour la mise en place des installations liées au Nahr Dawrin41 ; et que S. Berthier, dans son ouvrage consacré aux Peuplement rural et aménagements hydroagricoles dans la vallée de l’Euphrate, privilégie quant à elle l’époque médiévale pour dater ces réalisations42.

39En fin de compte, face à tant d’hypothèses contradictoires, J.-Cl. Margueron a raison d’écrire que, méthodologiquement parlant,

  • 43  Margueron 2004, p. 76.

« deux pièges sont à éviter : celui de la surévaluation de ses découvertes par l’archéologue qui peut avoir tendance à tout ramener vers le site ou la période dont il s’occupe, et celui de l’attribution par l’épigraphiste des faits observés aux seules époques attestées par les textes. C’est ainsi que les archéologues spécialistes de l’âge du Bronze, de l’époque médio-assyrienne, du monde séleuco-parthe et de la période islamique ont, chacun pour leur domaine, revendiqué la création du réseau d’irrigation et que certains épigraphistes de Mari ont attribué à Iahdun-Lim la construction du canal du Nahr Dawrin parce que celui-ci en parle dans un texte de fondation, oubliant que les textes de Mari, pour nombreux qu’ils soient, ne couvrent qu’une quarantaine d’années sur les 1000 ou 1200 ans de l’histoire de la capitale de l’Euphrate »43.

  • 44  Margueron 2004, p. 120.

40On ne saurait, dans le cadre présent, prendre parti entre ces diverses positions, mais il convient de ne pas minimiser l’importance des conclusions dont elles sont potentiellement porteuses : toute la reconstruction de l’histoire de Mari et de ses origines par J.-Cl. Margueron repose ainsi sur l’existence d’un pouvoir local et même régional qui aurait réussi, en maîtrisant la gestion des eaux de l’Euphrate, tant du point de vue de la mise en valeur agricole que des échanges commerciaux, à contrôler la région, et cela dès les tout débuts de l’histoire de cette cité au début du IIIe millénaire, menant donc à la vision d’une « ville neuve comme conséquence de l’aménagement régional dans un système interrégional »44.

  • 45  Lafont 1992. Repris par J.-M. Durand dans LAPO 17 813.

41Dans ce contexte particulier, simple point de détail face à tant d’importants débats, une chose est néanmoins certaine : au moins pour l’époque où la documentation écrite est abondante à Mari (premier tiers du IIe millénaire), l’opposition entre « canaux de navigation » et « canaux d’irrigation » ne doit pas être perçue de façon trop rigide. Une lettre des archives royales de Mari nous informe en effet sur la façon dont l’un de ces canaux de rive droite, à proximité même de Mari et réputé avoir été mis en place et utilisé pour l’irrigation, a pu éventuellement servir pour faire circuler des bateaux45. Qui plus est, on relèvera que c’est au roi de Mari lui-même qu’il est rendu compte des conséquences d’une brèche accidentelle ouverte dans la digue de ce canal, montrant, comme dans tous les dossiers qui ont été évoqués ici, le rôle éminent tenu une fois de plus par le pouvoir central dans ces affaires.

42On conclura donc simplement ce bref exposé en rappelant que, en bonne méthodologie, c’est des sources et du terrain qu’il faut partir et que des thèmes aussi essentiels que ceux qui nous réunissent pour cette table ronde ne peuvent être étudiés que de manière multidisciplinaire, au moins quand cela est possible… Tout devient bien plus ardu quand, au silence des textes, vient s’ajouter le mutisme de ce que livre le sol. On aura compris par ailleurs à quel point ne sont finalement peut-être pas encore complètement clos les débats ouverts par Wittfogel il y a un demi-siècle, si l’on met de côté le ton polémique de certaines discussions et le caractère aujourd’hui très « daté » des positions qu’il avait prises et des conclusions qu’il avait tirées.

Bibliographie

Adams 1981
R. McC. Adams, Heartland of Cities. Surveys of Ancient Settlements and Land Use on the Central Foodplain of the Euphrates, Chicago, 1981.

Adams 2007
R. McC. Adams, «  The Limits of State Power on the Mesopotamian Plain  », Cuneiform Digital Library Bulletin 2007:1 (http://cdli.ucla.edu/pubs/cdlb/2007/cdlb2007_001.html).

Amin1982 
S. Amin, Irak et Syrie. 1960-1980, Éditions de Minuit, Paris, 1982.

Berthier 2001
S. Berthier et alii, Peuplement rural et aménagements hydroagricoles dans la vallée de l’Euphrate (viie-xixe siècles), Publications de l’IFEAD n° 191, Damas 2001.

Briant 2002
P. Briant (dir.), «  Politique et contrôle de l’eau dans le Moyen-Orient ancien  », Annales 57/3, Paris, 2002, p. 515-663.

Charpin 2002
D. Charpin, «  La politique hydraulique des rois paléo-babyloniens  », dans Briant 2002, p. 545-559.

Civil 1994
M. Civil, The Farmer’s Instructions. A Sumerian Agricultural Manual, Aula Orientalis-Supplementa 5, Sabadell, 1994.

Cooper 1983
J. Cooper, Reconstructing History from Ancient Inscriptions : the Lagash-Umma Border Conflict, Sources from the Ancient Near East 2/1, Malibu, 1983.

Cooper 1986
J. Cooper, Sumerian and Akkadian Royal Inscriptions, American Oriental Society Translation Series I, New Haven, 1986.

Downing et Gibson 1974
T. E. Downing and McG. Gibson (eds), Irrigation’s Impact on Society, Anthropological Papers of the University of Arizona, Number 25, University of Arizona Press, Tucson, 1974.

Durand 1998
J.-M. Durand, Documents épistolaires du Palais de Mari, tome II, Littératures anciennes du Proche-Orient 17, Paris, 1998.

Durand 2002
J.-M. Durand, «  La maîtrise de l’eau dans les régions centrales du Proche-Orient  », dans Briant 2002, p. 561-576.

Fortin et Aurenche 1998
M. Fortin et O. Aurenche, Espace naturel, espace habité en Syrie du Nord (10e-2e millénaires av. J.-C.), Travaux de la Maison de l’Orient 28 et CSMS 33, Lyon et Québec, 1998.

Fortin 2001
M. Fortin, «  Mise en valeur des terres de la moyenne vallée du Khabour au 3e millénaire  », dans Geyer 2001, p. 27-54.

Gasche et alii, 2002
H. Gasche et alii, «  Fleuves du temps et de la vie. Permanence et instabilité du réseau fluviatile babylonien entre 2500 et 1500 avant notre ère  », dans Briant 2002, p. 531-544.

Geyer 1990
B. Geyer, Techniques et pratiques hydro-agricoles traditionnelles en domaine irrigué. Approche pluridisciplinaire des modes de culture avant la motorisation en Syrie. Actes du colloque de Damas (27 juin - 1er juillet 1987), BAH 136 (2 tomes), Beyrouth, 1990.

Geyer 2001
B. Geyer, Conquête de la steppe et appropriation des terres sur les marges arides du Croissant fertile, Travaux de la Maison de l’Orient méditerranéen 36, Lyon, 2001.

Geyer et Monchambert 2003
B. Geyer et J.-Y. Monchambert, La Basse vallée de l’Euphrate syrien, du Néolithique à l’avènement de l’islam, BAH 166 (2 tomes), Beyrouth, 2003.

Jas 2000
R. M. Jas, Rainfall and Agriculture in Northern Mesopotamia. Proceedings of the Third MOS Symposium (Leiden 1999), PIHANS LXXXVIII, Leyde, 2000.

Kühne 1991
H. Kühne, Die Rezente Umwelt von Tall Šeh Hamad und Daten zur Umweltrekonstruktion der assyrischen Stadt Dur-katlimmu, Tübingen, 1991.

Kühne 1995
H. Kühne, «  The Assyrians on the Middle Euphrates and the Habur  », dans M. Liverani (éd.), Neo-Assyrian Geography, Rome, 1995, p. 69-85.

Lafont 1994
B. Lafont, «  L’avènement de Šu-Sîn  », Revue d’Assyriologie et d’Archéologie orientale 88, 1994, p. 97-118.

Lafont 1992
B. Lafont, «  Nuit dramatique à Mari  », dans J.-M. Durand (éd.), Florilegium Marianum [I]. Recueil d’études en l’honneur de Michel Fleury, Mémoires de NABU 1, Paris, 1992, p. 93‑105.

Lafont 2000 
B. Lafont, «  Irrigation Agriculture in Mari  », dans Jas 2000, p. 129-145.

Lyonnet 2000 
B. Lyonnet, «  Le peuplement de la Djéziré occidentale au début du 3e millénaire, villes circulaires et pastoralisme  : questions et hypothèses  », Subartu VII, 2000, p. 179-193.

Lyonnet 2001
B. Lyonnet, «  L’occupation des marges arides de la Djéziré  : pastoralisme et nomadisme aux débuts du 3e et du 2e millénaires  », dans Geyer 2001, p. 15-26.

Lyonnet 2004
B. Lyonnet, «  Le nomadisme et l’archéologie  : problèmes d’identification. Le cas de la partie occidentale de la Djéziré aux 3e et au début du 2e millénaire avant notre ère  », in C. Nicolle (éd.), Nomades et sédentaires dans le Proche-Orient ancien. Compte rendu de la XLVIe Rencontre Assyriologique Internationale (Paris, 10-13 juillet 2000), Amurru 3, Paris, p. 25-49.

Margueron 2000
J.-C. Margueron, «  Mari et le Khabur  », Subartu VII, 2000, p. 99-110.

Margueron 2004
J.-C. Margueron, Mari, Métropole de l’Euphrate au IIIe et au début du IIe millénaire av. J.-C., Paris, 2004.

Métral 1981
F. et J. Métral, L’homme et l’eau en Méditerranée et au Proche-Orient I. Séminaire de recherche 1979-1980, Travaux de la Maison de l’Orient 2, Lyon, 1981.

Métral 1982
F. et J. Métral, L’homme et l’eau en Méditerranée et au Proche-Orient II. Aménagements hydrauliques, État et législation, Travaux de la Maison de l’Orient 3, Lyon, 1982.

Métral 1986
F. et J. Métral & P. Louis, L’homme et l’eau en Méditerranée et au Proche-Orient III. L’eau dans les techniques, Travaux de la Maison de l’Orient 11, Lyon, 1986.

Métral 1987
F. et J. Métral & P. Louis, L’homme et l’eau en Méditerranée et au Proche-Orient IV. L’eau dans l’agriculture, Travaux de la Maison de l’Orient 14, Lyon, 1987.

Nissen 1988 
H. Nissen, The Early History of the Ancient Near East 9000-2000 B.C., Chicago et Londres, 1988.

Postgate 1992
N. Postgate, Early Mesopotamia. Society and Economy at the Dawn of History, Londres et New York, 1992.

Postgate et Powell 1988 et 1990
N. Postgate et M. Powell, «  Irrigation and Cultivation in Mesopotamia, Part I and II  », Bulletin of Sumerian Agriculture IV et V, Cambridge, 1988 et 1990.

Steinkeller P., 2001
P. Steinkeller, «  New Light on the Hydrology and Topography of Southern Babylonia in the Third Millennium  », Zeitschrift für Assyriologie und vorderasiatische Archäologie 91, 2001, p. 22-84.

Wittfogel 1957
K. Wittfogel, Oriental Despotism. A Comparative Study of Total Power, New Haven, 1957, Traduction française  : Le Despotisme oriental. Étude comparative du pouvoir total, Éd. de Minuit, Paris, 1964.

Notes

1  Amin 1982, p. 13. Merci à Myriam Ababsa (IFPO Amman) de m’avoir retrouvé cette référence.

2  Voir, dans le volume 57 des Annales (2002), les diverses contributions de cinq assyriologues au dossier réuni par P. Briant sur « Politique et contrôle de l’eau dans le Moyen-Orient ancien » (Briant 2002).

3  Wittfogel 1957. Traduction française 1964.

4  Wittfogel 1964, p. 80 et 128.

5 Adams 1981.

6 Downing and Gibson 1974.

7 Métral 1981, 1982, 1986, 1987.

8  Deux volumes de la BAH : Geyer 1990.

9  Deux volumes du Bulletin of Sumerian Agriculture : Postgate et Powell 1988 et 1990.

10  Civil 1994.

11  Jas 2000.

12  Briant 2002. Dans la même veine, on peut aussi mentionner la tenue toute récente d’un colloque intitulé « L’eau : enjeux, usages et représentations », organisé à la Maison René Ginouvès de Nanterre les 6-7-8 juin 2007, dont il est prévu que les Actes soient publiés rapidement.

13  Cette emprise devient rapidement manifeste : voir par exemple l’article de D. Charpin (Charpin 2002) sur l’image royale du « bon pasteur » et du roi irrigateur que véhicule à l’envi l’idéologie royale mésopotamienne au début du IIe millénaire avant notre ère.

14  Des progrès considérables ont été accomplis ces dernières années pour comprendre ce qu’a pu être le réseau fluvial du Tigre, de l’Euphrate ainsi que de leur affluents et dérivations et la façon dont il a été aménagé et mis en valeur au cours des trois millénaires d’histoire de la Mésopotamie ancienne : voir notamment à ce sujet Steinkeller 2001 ainsi que Gasche et alii 2002.

15  Ces éléments synthétisés s’appuient sur l’exposé de Postgate 1992, p. 176-183.

16  Sur ces questions, voir Charpin 2002.

17  On trouvera le meilleur résumé de ses positions au chapitre 5 de son livre sur The Early History of the Ancient Near East (Nissen 1988). Voir aussi Cooper 1983, p. 9 n. 13.

18  Cooper 1983.

19 Cooper 1986, p. 35.

20 Cooper 1983, p. 19.

21 Lafont 1994.

22  Adams 1981, p. 246.

23  Adams 2007, § 6-8.

24  Geyer et Monchambert 2003.

25  Tome 1, chapitre V, p. 175-232.

26  Margueron 2004, p. 76.

27  Geyer et Monchambert 2003, p. 212.

28  Geyer et Monchambert 2003, p. 212 n. 71, et p. 215.

29  Margueron 2004, p. 76-77.

30  Margueron 2004, p. 79.

31  Cité par Geyer et Monchambert 2003, p. 212-213.

32  Margueron 2004, p. 120.

33  Geyer et Monchambert 2003, p. 212-213.

34  Lyonnet 2004, p. 33.

35  Lyonnet 2004, p. 26.

36  Lyonnet 2004, p. 31. En marge de ces grands débats, mais tout à fait en lien avec eux, une autre discussion intéressante et du même type se déroule entre M. Fortin et B. Lyonnet sur le rôle et l’usage des silos à grain datant de la première moitié du IIIe millénaire et découverts sur le Moyen-Khabur, discussion dont on trouvera une synthèse dans leurs deux contributions au volume TMO 36 (Lyonnet 2001 et Fortin 2001).

37  Durand 1998, p. 574.

38  Durand 2002, p. 565.

39  Durand 1998, p. 574-575.

40  Durand 1998, p. 580.

41  Kühne 1991, p. 163-190 ; Kühne 1995.

42  Berthier 2001.

43  Margueron 2004, p. 76.

44  Margueron 2004, p. 120.

45  Lafont 1992. Repris par J.-M. Durand dans LAPO 17 813.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - « Hypothetical sketch of an agricultural cell in South Mesopotamia » (Postgate 1992, figure 9: 1).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1256/img-1.png
Fichier image/png, 132k
Titre Fig. 2 - Partie méridionale du pays de Sumer (d'après T. Jacobsen, « The Waters of Ur », Iraq 22, pl. XXVIII).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1256/img-2.png
Fichier image/png, 48k
Titre Fig.3 - « Stèle des vautours » trouvée à Tello (Musée du Louvres XXIVe siècle), fragments, d'après U. Seidl, Reallexikon der Assyriologie 11, 2007.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1256/img-3.png
Fichier image/png, 37k
Titre Fig. 4 - Tablette de Girsu, TCTI 2, 4225
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1256/img-4.png
Fichier image/png, 23k
Titre Fig. 5 - Le moyen Euphrate de Deir ez-Zor à Abou Kemal, au temps de Zimrî-Lîm roi de Mari (XVIIIe siècle avant notre ère)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1256/img-5.png
Fichier image/png, 643k
Titre Fig. 6 - Vestiges de l'ancien canal Nahr Dawrin
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1256/img-6.png
Fichier image/png, 581k

Auteur

CNRS/UMR 7041, Maison R. Ginouvès (France)
bertrand.lafont@mae.u-paris10.fr

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site