Fondations pieuses en mouvement

 | 
Musa Sroor

Première partie : Les wafqs dans la ville de Jérusalem : entre législation et politique (1858-1917)

Chapitre 1 : la vieille ville de Jérusalem et son organisation administrative (1858-1917)

Texte intégral

1Ce chapitre présente le détail de l’espace géographique et historique de la vieille ville de Jérusalem durant la période étudiée, de 1858 à 1917, et souligne particulièrement la situation géographique de la ville et sa configuration, la densité de sa population et l’état de son administration.

2Nous examinerons tout d’abord la structure spatiale de la ville intra-muros : l’organisation des quartiers, des rues et des marchés, ainsi que les occupations des différents groupes de la population et les lieux de leurs activités.

3Nous présenterons ensuite une image plus claire des infrastructures et organisations administratives de Jérusalem et de sa province, et aussi de celles des quartiers (maallas) de Jérusalem intra-muros. Nous prendrons comme exemple le rôle du mukhtâr (médiateur) et du majlis al-ikhtiyâriyya (Conseil des hommes sages) dans les quartiers mais aussi dans le système judiciaire comme dans la makama al-shar‘iyya (tribunal religieux).

4Enfin, nous examinerons la structure urbaine de la ville de Jérusalem et ses liens administratifs avec le pouvoir central de l’Empire ottoman, à savoir Istanbul.

5Ces précisions sont essentielles pour comprendre l’évolution et les changements de propriété des waqfs à Jérusalem, leurs causes et leurs conséquences, ainsi que la relation entre la distribution et la localisation des biens waqfs et les instances subventionnées par les waqfs à Jérusalem et donc les mutations de ces propriétés.

I - Cadre urbain

  • 1 Voir Cuneo, 2000, p. 219. Voir aussi Davis, 2002b, p. 52-54.
  • 2 Davis, 2002a, p. 28.
  • 3 Davis, 2002a, p. 28.

6Jusqu’au milieu du XIXe siècle, la majorité des bâtiments de Jérusalem étaient situés intra-muros et rares étaient les installations qui se trouvaient en dehors des murailles de la vieille ville. C’est l’insécurité qui était responsable de ce retard relatif dans l’expansion de la ville extra-muros 1. Jusqu’aux années 1870, les portes de la ville étaient fermées la nuit et pendant la prière du vendredi 2. Mais après la création par l’Empire ottoman de la province de Jérusalem en 1858 et le renforcement de la sécurité par la présence administrative et militaire ottomane, la ville s’est développée à l’extérieur des murs. Cette expansion hors des murailles était aussi motivée par un souci de préservation contre la croissance démographique provoquée par l’augmentation de l’immigration juive 3.

  • 4 Voir les travaux de Raymond, et en particulier : Raymond, 1979a, p. 115-132 ; Raymond, 1979b, p. 11 (...)
  • 5 L’une des portes du aram al-Sharîf.

7Le développement de Jérusalem intra-muros n’est pas très différent de celui des autres villes arabes étudiées par les historiens contemporains comme, par exemple, André Raymond dans ses nombreux écrits sur les villes arabes de l’époque ottomane 4. Jérusalem, comme les autres villes arabes de la période ottomane, était subdivisée selon des critères religieux (quartier chrétien, quartier juif), ethniques, d’origine géographique (quartier des Maghrébins pour les émigrés maghrébins) ou encore tribaux, comme le quartier Banî Zayd établi par la tribu du même nom, situé au lieu dit ‘Aqabat al-Mawlawiyya, à l’est de Bâb al-‘Âmûd (porte de Damas). Les quartiers portaient aussi d’autres noms, tel Bâb al-‘Âmûd, d’après l’une des portes de Jérusalem, ou Bâb iṭṭa5, du nom de la porte « Bâb iṭṭa ». Il y avait également des groupes d’habitations nommés selon la fonction des artisants du quartier, tel le quartier al-addâdîn (forgerons) ou le quartier al-Jawâlda (tanneurs). Les rues de Jérusalem, elles aussi, étaient baptisées selon des points de référence telle la rue Bâb al-adîd, nommée d’après l’une des portes du aram al-Sharîf, ou bien la rue ammâm al-‘Ayn, et la rue Bâb al-Sâhira.

8Dans cette section, nous étudierons, l’organisation topographique et démographique de la ville de Jérusalem.

Localisation de la ville

  • 6 Al-anbalî, né en 860 /1455, à Jérusalem, a écrit son livre en 900/1494.
  • 7 Al-anbalî, 1973, vol. 2, p. 50. Voir aussi Ottosson, 1988, p. 231-239.

9Al-anbalî 6 nous dépeint Jérusalem en ces termes : « Jérusalem, quant à elle, à notre époque, est une ville très importante, avec des édifices bien conçus entre montagnes et oueds, quelques-uns bâtis en hauteur, d’autres assez bas. La plupart de ceux se trouvant sur les hauteurs ont plus de prestance que ceux d’en-dessous. Il y a des rues faciles d’accès et d’autres qui le sont moins. Dans la majorité des endroits se trouvent en contrebas de très anciennes constructions sur lesquelles sont venues se greffer de nouvelles, qui sont tellement entassées les unes sur les autres.... Cette ville possède, par ailleurs, plusieurs citernes servant au stockage de l’eau provenant de la pluie » 7.

  • 8 Al-Dabbâgh, 1975, vol. 2, p 13.
  • 9 ‘Ârif, 1992, p. 430. Pour la localisation de la ville de Jérusalem, voir ÛA, 1923, p. 92.

10Jérusalem est située sur des montagnes appelées « montagnes de Jérusalem ». à l’est de la ville, on trouve l’oued de Jahanam, au sud-est l’oued al-Rababa et à l’ouest l’oued al-Jabanin 8. La ville est à 18 miles de la mer Morte à l’est et 32 miles de la mer Méditerranée à l’ouest. Elle culmine à 3 800 pieds au-dessus de la mer Morte et 2 500 pieds au-dessus de la mer Méditerranée 9.

  • 10 Nous sommes ainsi au début de la période qui se terminera quelques 800 ans plus tard par la conquêt (...)
  • 11 abrî, 1983, p. 23. Voir aussi Chouraqui, 1996, p. 160.
  • 12 ‘Ârif, 1992, p. 430. Voir aussi Chouraqui, 1996, p. 160 ; Muṣṭafâ, 1988, p. 183.
  • 13 Baedeker, 1893, p. 33.

11La ville est entourée d’une ancienne muraille dont les fondations ont été commencées par les Jébuséens vers 1800 av. J.-C. 10 et terminées par les Ottomans durant le règne du sultan Soliman le Magnifique de 1534 à 1541 11. S’étendant sur une longueur de 12 000 pieds, elle s’élève à une hauteur de 38 à 40 pieds. Le mur nord mesure 3 930 pieds ; le mur est 2 754 pieds ; le mur sud 3 245 pieds et le mur ouest 2 086 pieds 12. Baedeker, guide de voyageurs durant la deuxième moitié de XIXe siècle, décrit ainsi la muraille de Jérusalem : « La ville a un mur d’enceinte haut de 12 mètres avec 34 tours, il forme un quadrilatère irrégulier d’environ 4 km ; on peut en faire facilement le tour en 1 heure et 15 mn » 13.

  • 14  ABRÎ, 1983, p. 23-24.

12Les remparts comportaient onze portes d’accès à la vieille ville, dont quatre étaient murées et les sept autres librement ouvertes aux habitants. Quatre d’entre elles étaient ouvertes toute la journée : Bâb al-Khalîl, Bâb al-‘Âmûd, Bâb al-Asbâ et Bâb al-Nabî Dâwûd bâties en 1857. Les trois autres portes n’ouvraient qu’en cas de nécessité : Bâb al-Maghâriba, Bâb al-Sâhira et Bâb al-Dhahabî connue aussi sous le nom d’al-Rama. à noter que ces deux dernières furent définitivement fermées en 1870 et que seules les cinq autres restèrent praticables 14 (cf. plan 1).

  • 15 Selon la description d’al-anbalî, c’est une imposante citadelle à l’ouest de Jérusalem, appelée an (...)
  • 16 Baedeker, 1893, p. 33 ; Miquel, 1961, p. 8, Chouraqui, 1996, p. 164 ; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîn (...)

13• La porte de Bâb al-Khalîl (porte d’Hébron) nommée en l’honneur d’Ibrahîm al-Khalîl (Abraham) qui, dit-on, vécut à proximité. Elle est aussi appelée Porte de Jaffa parce qu’elle ouvre la route en direction de Jaffa, au point de jonction du mur d’enceinte et du mur nord de la citadelle 15. En 1889, elle fut spécialement aménagée et élargie pour permettre le passage de la voiture impériale de Guillaume II, lui-même ayant choisi de faire son entrée dans la ville à cheval 16.

  • 17 Chouraqui, 1996, p. 164 ; Miquel, 1961, p. 8 ; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniyya, 1990, p. 595.

14•La porte de Bâb al-‘Âmûd (porte de la Colonne) est aussi appelée Porte de Damas. En latin, elle est appelée Porta Neapolina (de Naplouse) et elle se trouve dans la partie nord de l’enceinte 17.

  • 18 Baedeker, 1893, p. 33; Chouraqui, 1996, p. 162; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniyya, 1990, p. 595.
  • 19 Chouraqui, 1996, p. 162; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniyya, 1990, p. 595.
  • 20 Miquel, 1961, p. 9; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniyya, 1990, p. 595.

15•La porte de Bâb al-Asbâ (la porte des Tribus d’Israël) est aussi appelée Bâb Sittî Maryam (la porte de Marie), parce que « le chemin qui y passe mène au tombeau de la Vierge » (selon la tradition qui fait naître la Vierge non loin de cette porte par laquelle les caravanes se dirigeaient vers Jéricho et la mer Morte). Les chrétiens l’appellent Porte de Saint Étienne parce qu’elle « se trouverait, d’après la légende, à l’endroit où Saint Étienne fut lapidé » 18 (une tradition fixe en effet le lieu de lapidation du premier martyre chrétien non loin de là) 19. Située au nord-est de l’enceinte, elle s’ouvre sur la route de Jéricho 20.

  • 21 Baedeker, 1893, p. 33; Miquel, 1961, p. 9; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniyya, 1990, p. 595.

16• La porte de Bâb al-Nabî Dâwûd (Porte du Prophète David) est également appelée Porte de Sion ; elle se trouve dans la partie sud-ouest de l’enceinte 21.

  • 22 Miquel, 1961, p. 8; Chouraqui, 1996, p. 163; Baedeker, 1893, p. 33; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniy (...)

17• La porte de Bâb al-Maghâriba (Porte des Maghrébins), au sud-est, est proche du quartier habité par les musulmans originaires d’Afrique du nord 22.

  • 23 Chouraqui, 1996, p. 164; Miquel, 1961, p. 8; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniyya, 1990, p. 595.

18• La porte de Bâb al-Sâhira (Porte des Fleurs ou de la petite plaine) est aussi appelée la Porte d’Hérode. Elle est située dans la partie nord-est de l’enceinte 23.

  • 24 Chouraqui, 1996, p. 163.

19• La porte de Bâb al-Dhahabî/Bâb al-Rama (Porte Dorée), est située à l’est, en face du mont des Oliviers 24.

  • 25 Chouraqui, 1996, p. 164; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniyya, 1990, p. 595.

20• A ces sept portes on doit ajouter Bâb al-Jadîd (Porte Neuve) située dans la partie nord de l’enceinte. Construite en 1889 sur ordre du sultan Abdul-amîd, elle était alors connue sous le nom de Porte Abdul-amîd « pour faciliter l’accès aux monastères du quartier chrétien » 25.

  • 26 ‘Ârif, 1992, p. 430.
  • 27 Al-Dabbâgh, 1975, vol. 2, p. 13.
  • 28 Le dûnum palestinien égale mille mètres carrés : ‘Ârif, 1992, p. 430.
  • 29 Muṣṭafâ, 1998, p. 185.

21Selon ‘Ârif et d’après les chiffres qui figurent dans le registre des terres du gouvernement palestinien à l’époque du mandat britannique en 1947, la superficie de Jérusalem intra-muros était de 868 dûnum26 soit de moins de 1 km2 27. Il faut signaler que cette surface, qui était initialement de 868 dûnums28 s’est développée de 1850 à 1996 pour atteindre 123 000 dûnums, soit plus de 141 fois sa surface d’origine. À ce stade, les confins de Jérusalem se sont déplacés depuis la région montagneuse, au sein de la muraille, vers les régions avoisinantes. Sa superficie a augmenté de deux manières : d’abord par un élargissement des limites administratives de la commune et l’absorption de plusieurs localités tels que les villages de Liftâ, al-Mâlia, Dîr Yâsîn, ‘Ayn Kârim, Bayt afâfâ, Um ûbâ, ûr Bâhir, Silwân, al-Nabî umû’îl, Shu‘afâ, al-Thawrî, certaines parties de ‘Anâtâ, Bayt anînâ, Qalandiyâ et Kufr ‘Aqab. D’autre part, par la croissance progressive des anciens quartiers et leur extension vers les régions avoisinantes, comme ce fut le cas pour les quartiers arabes d’al-Baq‘a, al-âlibiyya, al-Qamûn, Wâdi al-Jûz, al-Shaykh Jarâ, etc., ainsi que pour les quartiers juifs de Kamûsîrm, Yamîn Mûshîh, Ja‘fât Shâ’ûl, Maniyyat Yahûdâ, al-Bukhâriyya, etc. 29

Structure spatiale de la ville intra-muros

  • 30 ‘Ârif, 1992, p. 347.
  • 31 QASÂILÎ, 1876, p. 100.

22Les rues de Jérusalem se distinguent par leur étroitesse et leur enchevêtrement. Notons que, d’après les registres des cadis de Jérusalem étudiés dans le cadre de cette recherche, elles n’étaient pas désignées comme rues mais comme routes (arîqs) (cf. plan 4) ou parfois comme lignes (khaṭṭs). Ces ruelles étaient en fait des marchés (sûqs), que l’on pourrait décrire comme des allées voûtées de pierre de taille et bordées de petites boutiques (dukkâns). L’unique source d’air et de lumière de ces allées et de ces marchés venait soit de leurs extrémités, soit de petites ouvertures faites dans les terrasses. En face des échoppes, on avait installé des bancs de pierre (maṣṭabas) destinés à accueillir les passants qui souhaitaient faire une pause au cours de leur promenade, de leurs courses ou de la conduite de leurs affaires. Ces masabas ont été détruits en 1863 par l’administration locale de Jérusalem qui a également procédé au numérotage des dukkâns afin de les distinguer les uns des autres30. Signalons que, selon Qasâilî, les masabas qui se trouvaient dans les sûq de Damas, ont eux aussi été détruits cette même année 1863 31.

  • 32 Golvin a fait une étude très détaillée sur le Sûq al-Qaṭṭânîn. Voir Golvin, 1967, p. 101-138; Cohen(...)
  • 33 Golvin, 1967, p. 102.
  • 34 Golvin, 1967, p. 103.
  • 35 Al-anbalî, 1973, vol. 2, p. 30; Golvin, 1967, p. 103.
  • 36 Al-‘Umarî, vol. 1, 1924, p. 161.

23Parmi les marchés les plus renommés de la période de notre étude (cf. plan 5) et dont il est souvent question dans les registres des cadis de Jérusalem, figure le Sûq al-Qaṭṭânîn32, ainsi nommé parce qu’il était le marché des vendeurs de coton 33. Il était bordé de magasins de tissus de coton et de soie. Il avait été fondé par Sayf al-Dîn Tankiz al-Nâirî, gouverneur général de la province de Damas en 737/1336-7 34, sur les ordres du sultan al-Malik al-Nâir Muammad b. Qalâwûn 35. La description de ce sûq par Ibn Fal Allâh al-‘Umarî (m. 748/1347) mentionne « les ânûts (boutiques) dont une partie était constituée en waqf au bénéfice du aram al-Sharîf, et l’autre partie au profit de la madrasa et de la khânqâh construite par l’émir Sayf al-Dîn Tankiz » 36.

  • 37 Voir sijill378, 21afar 1307/1889, p. 209.
  • 38 Voir Cohen et Lewis, 1978, p. 96.

24Citons également le Sûq Khân al-Zayt ou Sûq al-abbâkhîn, deux noms désignant le même endroit, « le marché de l’huile ». Il était considéré comme l’un des marchés les plus importants de la vieille ville de Jérusalem. Il s’étendait du nord au sud, partant des environs de la porte de Damas et se terminant près de l’église du Saint Sépulcre et près de l’entrée du Sûq al-‘Aṭṭârîn 37 (marché des parfumeurs). Ce marché était renommé pour son commerce d’huile d’olive et de tous les produits dérivés. En plus des magasins spécialisés dans le négoce de l’huile, du savon et des pressoirs d’huile, ce marché comptait plusieurs huileries et savonneries qui importaient l’huile des régions avoisinantes pour la fabrication du savon. Soulignons que Jérusalem, durant la période des Mamelouks et des Ottomans, était réputée pour sa fabrication d’huile et de savon 38.

  • 39 Selon al-anbalî, c’est un grand khân fondé en waqf au bénéfice de la mosquée al-Aqâ, loué à l’ann (...)
  • 40 Al-anbalî, 1973, p. 53. Voir aussi ‘Ârif, 1992, p. 346-347.

25L’artère principale de Jérusalem intra-muros, selon al-anbalî, était la rue Khaṭṭ Dâwûd, qui conduisait aux différents marchés. Elle courait de la Porte al-Silsila, l’une des Portes du aram al-Sharîf, jusqu’à la porte al-Mirâb, aujourd’hui connue sous le nom de Porte al-Khalîl (Hébron). Elle englobait plusieurs marchés, dont le Sûq al-âgha (marché des Joaillers) installé entre la Porte du aram et la Dâr al-Qur’ân al-Sulâmiyya, le Sûq al-Qimâsh entre la Porte al-Sulâmiyya et la Porte de la Maallat al-Sharaf (quartier de l’honneur), et dans le prolongement de ce dernier, le Sûq al-Mubayyiîn qui s’étendait dans la direction de Khân al-Fam (caravansérail du charbon). À partir de la Porte du Khân al-Fam et jusqu’à la Porte du Qanara (petit pont) al-Jabîlî, se trouvait le marché de Sûq Khân al-Fam et depuis le petit pont jusqu’à l’escalier des arâfîsh s’étendait le Sûq al-abbâkhîn (marché des cuisiniers). De là jusqu’à la porte du quartier des juifs, connu sous le nom de Khâṭṭ al-Wakâla 39, se trouvait le Sûq al-arîriyya (marché de la soie) qui partait du quartier juif et s’étendait jusqu’au Khân al-arf (caravansérail du change). La rue de ‘Arat al-Ghilâl allait du Khân al-arf jusqu’à la porte d’Hébron. Et le tout, au sein même de la rue Khaṭṭ Dâwûd 40.

  • 41 Nous devinons souvent à travers les noms qui sont les musulmans, les chrétiens et les juifs. Les mu (...)
  • 42 Le aram al-Sharîf de Jérusalem (la mosquée d’al-Aqâ et le Dôme du Rocher) et le aram al-Ibrâhîmî (...)
  • 43 ‘Ârif, 1992, p. 346-347.

26Les activités commerciales de la Jérusalem ottomane étant intenses et les boutiques de Jérusalem ne suffisant pas aux besoins des commerçants, ces derniers demandèrent aux propriétaires de restaurer de nouvelles boutiques. ‘Ârif, d’après le sijill n. 44, mentionne qu’en 1561 un groupe de commerçants de Jérusalem - musulmans, chrétiens et juifs 41- se présenta devant le juge de Jérusalem, Jâr Allâh Afandî, pour enregistrer l’accord passé entre eux et al-Shaykh amza al-Jalbî, mandataire légal du contrôleur des deux Lieux Saints - Jérusalem et Hébron (al-wakîl al-shar‘î ‘an nâir al-aramayn al-sharîfayn al-Quds wa al-Khalîl42. Cet accord stipulait que le mutawallî s’engageait à restaurer quarante boutiques situées dans le Sûq al-uur et rattachées au waqf de la mosquée al-’Aqâ, au profit des commerçants, contre quarante sulâniyya d’or, somme qui correspondait au montant annuel du loyer des boutiques pour les années à venir 43.

  • 44 QASÂILÎ, 1876, p. 97.
  • 45 Voir ‘Ârif, 1992, p. 348-350.
  • 46 ‘Ârif, 1992, p. 470.

27Selon ‘Ârif, il y avait 1 320 dukkâns à Jérusalem en 1876. Ce nombre est très faible comparé à celui des dukkâns de Damas (6 900 dukkâns) la même année, selon Qasâilî 44. 1 920 employés étaient répartis dans différentes spécialités dans les dukkâns de Jérusalem ; ils appartenaient à différentes communautés religieuses soit 807 musulmans, 501 juifs, 357 chrétiens romains, 146 chrétiens latins, 40 chrétiens protestants et 69 chrétiens arméniens 45. Toujours selon ‘Ârif, ce chiffre augmenta fortement au milieu du XXe siècle, pour atteindre 3 110 dukkâns en 1947 dont 1 358 tenus par des musulmans, 954 par des chrétiens et 798 par des juifs 46.

  • 47 Par contre, à Damas, les matériaux utilisés dans la construction des maisons sont fragiles : « le b (...)
  • 48 Sur la différence entre la dâr et le bayt, voir Pascual, 1990, p. 391-393. Selon lui, « le dâr est (...)
  • 49 Voir aussi la description des maisons de Jérusalem au XIe siècle d’après les documents de la Geniza (...)

28Les maisons de la ville de Jérusalem étaient bâties en pierre 47 et se distinguaient par leurs murs à l’aspect irrégulier. Étant donné la situation géographique de la ville, elles étaient construites sur des coteaux et de hautes montagnes. L’un des traits les plus caractéristiques de ces habitations était l’étroitesse des entrées, surélevées ou très basses, dotées de petites fenêtres. Certaines maisons étaient totalement privées de ces petites fenêtres. Comme l’on peut le constater à l’examen des documents des waqfs de ces habitations, la majorité d’entre elles avaient plusieurs étages comprenant des pièces, des salles de bains, des cuisines, des terrasses et des citernes. Certains registres indiquent des maisons à deux ou trois étages où l’on peut accéder à l’étage supérieur au moyen d’un escalier de pierre. Signalons que dans ces documents dâr désigne une maison et bayt 48 désigne une pièceou une chambre 49.

  • 50 Pour une comparaison avec les maisons de Damas à la même période (fin du XIXe siècle), voir QASÂIL (...)

29Les deux exemples qui suivent aideront à comprendre la conception de l’urbanisme de la Jérusalem d’autrefois 50 :

« Toutes les petites dârs situées à Jérusalem dans le quartier iṭṭa sur la khaṭṭ Bâb al-Sâhira dans la ruelle (ziqâq), comprennent un suflî (bas) et un ‘ulwî (haut) (rez-de-chaussée et étage). Le suflî est constitué de quatre bayts, deux d’entre elles sont anciennes, une à l’ouest, l’autre au sud ; plus deux autres dârs construites par le fondateur lui-même, l’une à l’ouest, l’autre au nord, flanquées d’une cuisine à l’est, au bas d’un escalier et surplombées d’un réservoir d’eau, d’une cour (a samâwiyya) et de ammâms. »

  • 51 Sijill 374, 14 Ramaân 1303/1886, p. 151.

« Toutes les grandes dârs comprennent des ‘ulwîs et des suflîs, le suflî est constitué d’une cour ayant sur son côté ouest une maison et une grande écurie (âkhûr), dont les voûtes sont partiellement détruites et à l’intérieur desquelles on trouve un puits d’eau. Le ‘ulwî quant à lui, comprend une cour dotée de deux bayts en vis-à-vis, plein sud, et un bayt à l’ouest, une cuisine et une cour. Pour accéder à tout cela, deux escaliers en pierre, l’un dans la cour et l’autre dans l’écurie » 51.

  • 52 Deguilhem, 1995a, p. 216.
  • 53 Ben-Arieh, 1990, p. 213.
  • 54 Sijill 342, 9 Rajab, 1275/1859, p. 61. Pour la description du ûsh à Jérusalem au XIXe siècle, voir (...)
  • 55 Selon Hanna, les ûshs au Caire abritaient les gens les plus pauvres, les maisons n’ayant qu’un rez (...)

30Les registres des cadis de Jérusalem nous montrent que les maisons et les boutiques de Jérusalem portaient des numéros qui se suivaient et qui les distinguaient, les unes des autres, et ce à partir de l’année 1275/1859. À Damas, selon Deguilhem, la numérotation des boutiques de Damas eut lieu dans le cadre des réformes urbaines mises en œuvre par la loi des vilayets de 1864 52. À Jérusalem, nous n’avons relevé aucune numérotation avant 1860 pour les habitations décrites dans les documents de waqf. Par ailleurs, l’historien israélien Ben-Arieh affirme que la numérotation des maisons et boutiques de Jérusalem date de la période du mandat britannique 53. Pour étayer nos dires, nous nous sommes donc appuyés sur des documents datant de 1860 - avant la promulgation de la loi des vilayets en 1864 et avant la période du mandat britannique - qui mentionnent les dârs d’Ibrâhîm Iqwîd portant le numéro 1254, situées khaṭṭ Marzabân, ainsi que deux autres dârs, l’une au numéro 1486 du ûsh Tûa, l’autre au numéro 1475 du même ûsh 54 (habitation collective) 55.

  • 56 Sijill 368, début Rajab 1297/1880, p. 26-28.

31Un autre exemple évoqué dans ces documents est celui des dârs du commerçant (tâjir) Sulaymân Âghâ b. ‘Abd Allah Âghâ, connu sous le nom d’al-Mamlûk. Il avait établi ses dârs en waqf en 1297/1880. Il avait une première grande maison au numéro 2079, dans le quartier Bâb al-‘Âmûd, près de la Mawlawiyya ; une deuxième maison portait le numéro 3082 ; une troisième le numéro 380 et une quatrième le numéro 3188. Elles étaient situées dans le quartier Bâb iṭṭa. Enfin, la cinquième et dernière, portait le numéro 3079, et était appelée dâr al-wâqif (la maison du fondateur) 56.

  • 57 Sijill 373, 23 Ramaân 1302/1885, p. 86.
  • 58 Sijill369, 25 Rabî‘ I 1298/1881, p. 71.
  • 59 Sijill378, 12 Jumâdâ I 1306/1888, p. 105.
  • 60 Voir sijill 359, 11 Rabî‘ I 1308/1890, p. 108 et 17 Rabî‘ II 1308/1890, p. 122.

32On remarque, d’après l’étude des registres des cadis de Jérusalem, que la ville était scindée en groupes d’appartenance religieuse (quartier chrétien, quartier arménien, quartier juif). Mais il est bon de préciser que les frontières de ces quartiers n’étaient pas impénétrables et que des chrétiens habitaient dans le quartier musulman, de même que des musulmans habitaient dans le quartier arménien et des juifs dans les quartiers musulman et chrétien. On identifie les habitants autres que musulmans d’après le nom du lieu où ils habitaient et qui fait référence à leur appartenance, comme par exemple Yûsuf b. Azbak parmi les habitants du quartier juif de Jérusalem 57. De même pour les habitants du quartier arménien ou les habitants du quartier chrétien. D’autre part, les informations fournies par ces documents nous permettent également de distinguer les autochtones des étrangers, comme par exemple Handal b. Isâq, qui était originaire d’Australie 58 ou Sârâ b. Mayrîn qui venait des États-Unis d’Amérique 59. Les résidents musulmans, quant à eux, étaient désignés dans les documents du tribunal par leurs maallas respectives, telles que Bâb al-‘Âmûd, Bâb iṭṭa, etc. Il semble donc évident que pour les musulmans, à la différence des autres communautés religieuses, l’appartenance religieuse ou communautaire ne suffisait pas et que la mention de leur quartier était nécessaire pour les identifier. La plupart des études contemporaines n’ont pas fait cas de cette particularité, pas plus que les voyageurs occidentaux qui se sont rendus à Jérusalem pendant la période que nous étudions et qui se sont contentés de diviser Jérusalem en quatre parties selon les communautés : le âra (quartier) musulman, arménien, chrétien et juif (cf. plan 2). Notons que lorsqu’il s’agit de la période que nous étudions, le terme âra n’est que rarement mentionné dans les registres des cadis de Jérusalem, et qu’il fait généralement référence à l’un des quartiers musulmans. En effet, dans ces registres, le mot âra a été utilisé à la place du mot maalla pour désigner le quartier des Maghrébins60.

33Nous avons donc choisi, dans le cadre de notre recherche, d’utiliser le terme maalla tel qu’il figure dans les registres du tribunal de Jérusalem. D’autre part, pour faciliter la compréhension du sujet de notre étude, et ce, en dépit des remarques énoncées plus haut, nous avons décidé de diviser Jérusalem en quatre quartiers : musulman, arménien, chrétien et juif.

  • 61 Selon l’article 59 de la loi sur l’administration générale des vilayets du 29 Shawwâl 1287/1971 : « (...)
  • 62 Sijill, 368, 1293/1876, p. 5.
  • 63 Sijill, 379, 1307/1889, p. 46.

34Chaque quartier de la ville avait une organisation interne dotée de sa propre structure administrative, représentée par un élu (choisi par les notables) et ses adjoints. Il y avait donc au moins un élu - ou mukhtâr - et parfois plusieurs, par quartier 61. Les registres des cadis mentionnent plusieurs noms de personnes ayant occupé ce poste. Parmi eux Mûsâ Bey, le mukhtâr du quartier Bâb al-Silsila ; Muṣṭafâ al-‘Alamî, le mukhtâr du quartier Bâb al-‘Âmûd ; Muammad Yâsîn al-âlânî, le premier mukhtâr du quartier Bâb al-‘Âmûd, Ibn ‘Alî al-Maghribî, le second mukhtâr du quartier des Maghrébins ; Muammad b. Yâsîn al-âlânî et Muṣṭafâ b. Muammad al-‘Alamî, les mukhtârs du quartier chrétien 62. Et enfin Yûsuf b. Isâq et Shû‘â b. Shumwîl, les mukhtârs des juifs ashkénazes de Jérusalem63.

  • 64 Selon l’article 60 de la loi sur l’administration générale des vilayets du 29 Shawwâl 1287/Juin 187 (...)
  • 65 Gerber, 1986, p. 31.
  • 66 ABakr, 1996, p. 193.

35Le mukhtâr représentait le pouvoir de l’État 64 dans les villages et les quartiers des villes comme Jérusalem 65. Le mukhtâr, tout comme les membres des Majlis Ikhtiyâriyya (Conseil des hommes sages), devait répondre à certains critères. Il devait faire partie des gens fortunés, être âgé de plus de trente ans et verser chaque année cent qirshs à l’État 66.

  • 67 A propos de ces articles, voir Nicolaïdes, 1873, vol. 3, p. 23-24.
  • 68 Au Caire, selon Hanna, la personne qui accomplit ces missions s’appelle shaykh âra. Elle dit : « L (...)
  • 69 Sijill 379, 1307/1889, p. 46 ; Sijill 402, 1327/1909, p. 310. Voir aussi Nicolaïdes, 1873, vol. 3, (...)

36Selon les articles 56, 57, 58 et 60 67, les mukhtârs avaient pour mission de gérer les affaires administratives des quartiers des villes et des villages 68, d’informer les habitants sur les lois et les affaires de l’État et de collecter les impôts. Le mukhtâr devait aussi tenir la direction locale (al-idâra al-maalliyya) informée de l’état civil des habitants et en particulier des dates précises des naissances et des décès. Les différentes tâches du mukhtâr figuraient aux registres des cadis de Jérusalem. En raison de leur expérience et de leur bonne connaissance de la vie des quartiers, les mukhtârs participaient aussi aux séances du tribunal religieux de Jérusalem où leur aide était précieuse dans la résolution de problèmes tels que litiges et disputes entre habitants du quartier 69. Les deux exemples qui suivent illustrent cet aspect de leur mission :

  • 70 Sijill 368, 29 Dhû al-ijja 1293/1877, p. 4-6.

37Le 29 Dhû al-ijja 1293/15 janvier 1877, Muammad b. Yâsîn b. Muammad al-âlânî et Muṣṭafâ b. Muammad b. Amîn b. al-âjj Muammad al-‘Alamî, mukhtârs de la Maallat al-Naârâ (quartier chrétien) ont assisté au Conseil du tribunal de Jérusalem (Majlis al-shar‘ al-sharîf bi-makamat al-Quds al-shar‘iyya) en tant que témoins (‘alâ arîq al-shahâda) dans une affaire de succession opposant deux familles chrétiennes qui habitaient cette maalla et qui se disputaient à propos du partage d’une dâr et de 3 dukkân70.

  • 71 Sijill379, 21 Ramaân 1307/1889, p. 46-47.

38Le 21 Ramaân 1307/11 mai 1890, Yûsuf b. Isâq b. Sulaymân et Shû‘â b. al-Yâw b. Shumwîl, tous deux mukhtârs des juifs ashkénazes (al-yahûd al-siknâz) de Jérusalem ont assisté au Majlis al-shar‘ al-sharîf bi-makamat al-Quds al-shar‘iyya en tant que témoins. Ces mukhtârs ont témoigné contre Shû‘â b. ‘Îzar b. Isrâ’îl b. Dâwûd b. Isâq qui s’était illégalement approprié deux dârs appartenant au waqf de la communauté juive ashkénaze à Jérusalem71.

  • 72 Sijill378, 9 Jumâdâ II 1305/1887, p. 17.
  • 73 Sijill378, 21afar 1307/1889, p. 209.

39Le mukhtâr était secondé, surtout dans les quartiers les plus peuplés comme celui de iṭṭa, par un assistant appelé second mukhtâr, et parfois même par un troisième mukhtâr se substituant au deuxième mukhtâr (nâ’ib al-mukhtâr) ou au premier lorsqu’ils étaient empêchés. Ce dernier pouvait d’ailleurs lui-même déléguer l’un ou l’autre de ses assistants en cas d’absence. À ce propos, citons les exemples suivants : en 1305/1888, Muṣṭafâ b. Amîn b. al-âjj ‘Abd al-Ghanî al-‘Alamî était le mukhtâr de la Maallat Bâb al-‘Âmûd, mais le registre ne mentionne pas s’il était le premier ou le second mukhtâr72. Par contre, deux ans plus tard, Yâsîn b. Muammad al-âlânî était le premier mukhtâr de la même maalla73.

  • 74 Sijill392, 23 Rajab 1317/1899, p. 145.
  • 75 Sijill378, 21afar 1307/1889, p. 209.
  • 76 Sijill411, 1332/1914, p. 172.
  • 77 Voir Sijill 378, 9 Jumâdâ II 1305/1887, p. 17; Sijill 378, 21 afar 1307/1889, p. 209.
  • 78 Sijill378, 21afar 1307/1889, p. 209.

40Les registres des cadis nous révèlent aussi qu’il y avait des mukhtârs dans chaque communauté religieuse. Par exemple, en 1317/ 1899, âyim b. Hârûn était le nâ’ib du premier mukhtâr et Isâq b. Mûsâ b. Isâq était le deuxième mukhtâr de leur communauté74. En 1307/1889, ‘Alî al-Maghribî était le premier mukhtâr de la Maallat al-Maghâriba ; en 1307/1889, ‘Alî b. ‘Uthmân al-Sha‘bânî était le mukhtâr de la Maallat Bâb al-Wâd 75. Enfin, en 1332/1914, Mûsâ Bey était le mukhtâr de la Maallat al-Silsila 76. D’autre part, les personnalités choisies parmi les notables des maallas pour exercer les fonctions de mukhtâr étaient le plus souvent issus de familles au service des maallas et qui siégeaient au Conseil d’administration (Mashyakhat al-Maalla) des maallas. Al-‘Alamî et al-âlânî se sont engagés eux-mêmes dans la Maallat Bâb al-‘Âmûd 77 et la famille al-Maghribî dans la Maallat al-Maghâriba78.

41La vieille ville de Jérusalem ressemblait aux autres villes musulmanes puisqu’elle était composée de plusieurs quartiers aux résidents regroupés selon leur appartenance religieuse. Les quartiers de Jérusalem étaient : le quartier juif situé au sud-est de la ville, le quartier chrétien à l’ouest (ce quartier abritait plusieurs groupes chrétiens comme les Arméniens, par exemple) et enfin, le quartier musulman qui occupait le reste de la ville.

Le quartier juif de Jérusalem

  • 79 Voir, par exemple, sijill383, début Sha‘bân 1308/1890, p. 13; sijill390, 10 Sha‘bân 1315/1897, p. 1 (...)
  • 80 Voir le plan de Jérusalem dans Baedeker, 1893, p. 22-23.
  • 81 Finbert, 1955, p. 352. Selon lui, jusqu’au XVe siècle, les juifs à Jérusalem n’étaient encore que 5 (...)

42La petite superficie de la Maallat al-Yahûd (quartier juif), mentionnée dans les registres des cadis de Jérusalem 79, a souvent été constatée par les voyageurs occidentaux. Baedeker l’a délimité ainsi : « Le quartier juif situé au sud-est de la ville, entre arîq Bâb al-Silsila côté nord et arîq ârat al-Nabî Dâwûd, côté ouest ; ârat al-‘Asalî, ârat al-Qarrâ’în et ârat al-Sharaf côté est ; ârat al-Maydân et ârat al-Maslakh côté sud » 80 (cf. plan 3). Cette description établit très clairement que le quartier était entouré par des secteurs résidentiels non juifs. Selon Finbert, ce quartier a été ainsi baptisé au XIIIe siècle lorsque des juifs s’y sont installés 81.

  • 82 ‘Ârif, 1992, p. 431-432. Voir aussi Dumper, 2002, p. 81.
  • 83 Dumper, 1992a, p. 219; Dumper, 1992b, p. 148-149. Voir aussi Ben arieh, 1984, p. 327.
  • 84 Dumper , 1992a, p. 221; Dumper, 2002, p. 80.

43Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, le quartier juif était non seulement géographiquement et démographiquement petit et bien circonscrit, mais il était composé, pour l’essentiel, de bâtiments loués par des propriétaires arabes et par des biens waqf82. Dumper mentionne que, selon Benvenisti, seulement 20 % du quartier appartenait aux juifs avant le début de la guerre de 1948 83. Le quartier juif avait, en effet, fait partie de la zone musulmane et été longtemps habité par plusieurs familles arabes telles que les Âl Abû al-Su‘ûd, al-arîrî, al-Jâ‘ûnî, al-Numayrî et al-Dajjânî 84.

  • 85 ‘Ârif, 1953, p. 490; ‘Ârif, 1992, p. 431-432.

44Selon ‘Ârif, un grande nombre d’habitations juives du quartier appartenaient aux waqfs du aram al-Sharîf : « À ma connaissance, 90 % des habitations de ce quartier appartiennent aux waqfs familiaux musulmans au profit de familles musulmanes de Jérusalem comme les Numayrî, Jâ‘ûnî, Khâlidî, usaynî, Nashâshîbî, ‘Alamî, Quṭṭub, ‘Asalî, Budayrî, Imâm, Daqqâq, Quṭṭîna, Shihâbî, Anârî, Nusayba, Dâwûdî, Dîsî, Âl Abû al-Su‘ûd, abjî, Raṣṣâî, Mûqit, Izîmân, Ighnîm, Abû Madyân, Bashâshta et arîrî. » Toujours d’après ‘Ârif, les habitants de Jérusalem appelaient autrefois ce quartier « la Maallat al-Sharaf », impliquant qu’il faisait partie du quartier d’al-Sharaf85.

45Mais, ni Dumper, ni ‘Ârif, ni Ben-Arieh, ni Tibawi, qui ont tous étudié cette question, ne donnent de statistiques détaillées sur l’appartenance des maisons à des juifs ou des non-juifs dans le quartier, ni de statistiques sur les propriétés des waqfs musulmans du quartier qui étaient louées à des juifs. Nous avons, pour notre part, examiné les registres de location des biens waqfs à Jérusalem au début du XXe pour déterminer les propriétés des juifs et celles des waqfs musulmans du quartier.

  • 86 Waqf2/48,3/1932/13; 2/49,3/1932/13; 2/19,3/1922/13; 2/21,3/1932/13.
  • 87 Waqf2/18,3/1918/13; 2/43,3/1931/13; 2/46,3/1932/13; 2/24,3/1926/13; 2/26,3/1927/13; 2/27,3/1927/13; (...)

46Ces registres montrent que, de manière générale, les biens waqfs musulmans qui se trouvaient dans le quartier juif étaient loués à des juifs. Parmi les biens des waqfs ahlî, les propriétés suivantes se trouvaient dans le quartier juif : la moitié des dârs appartenant au waqf Sulaymân Quṭṭîna, une dâr appartenant au waqf Âl-adûta, une dâr appartenant au waqf ‘Umar al-Jâ‘ûnî, 5 dukkâns appartenant au waqf Abî al-Fal al-‘Alamî, 3 dukkâns appartenant au waqf Qurqus, une dâr et un qahwa (café) appartenant au waqf Yûsuf al-Jâ‘ûnî, une dâr et 2 bayts appartenant au waqf ‘Abd-Allâh al-Dâwwûdî . Un tiers d’une dukkân appartenait au waqf Kamâl Abû Sharîf et 3 dukkâns appartenait au waqf usayn Iqmî‘ 86. Parmi les biens des waqfs khayrî, se trouvaient 23 bayts, parmi ceux des waqfs al-akhra (Dôme du Rocher) 3 dukkâns et un furn (four) 87.

  • 88 Waqf 2/48,3/1932/13 ; 2/49,3/1932/13 ; 2/19,3/1922/13 ; 2/21,3/1932/13.
  • 89 Waqf 2/18,3/1918/13 ; 2/43,3/1931/13 ; 2/46,3/1932/13 ; 2/24,3/1926/13 ; 2/26,3/1927/13 ; 2/27,3/19 (...)

47On peut aussi noter dans ces registres que les locataires juifs de biens waqfs musulmans sont plus nombreux dans la Maallat al-Sharaf, voisin du quartier juif. À titre d’exemple, on y trouve parmi les waqfs ahlî : une dâr appartenant au waqf asan al-usaynî ; 2 dârs appartenant au waqf Muammad Quṭṭîna ; 10 dârs appartenant au waqf ‘Abd al-Jawwâd al-‘Asalî ; 2 dârs appartenant au waqf Muammad al-Mûqit ; une dukkân appartenant au waqf Kamâl Abû Sharîf ; la moitié d’une dukkân et le quart d’une autre dukkân appartenant au waqf ‘Abd al-Qâdir al-Quub, deux makhzans (entrepôts) et demi, 6 dukkâns et 8 dârs appartenant au waqf Karîm al-Dîn al-Nimrî ; une dâr appartenant au waqf asan al-usaynî ; une dâr et une dukkân appartenant au waqf Muammad Quṭṭîna ; 3 dârs appartenant au waqf al-‘Asalî ; la moitié d’une dâr appartenant au waqf Amad al-Mûqit 88. Parmi les biens waqfs khayrî, il y a une dâr et deux bayts appartenant aux waqfs al-akhra et al-Khalîl (Dôme du Rocher et Hébron) 89.

  • 90 Pour la totalité des biens waqfs dans ces quartiers, voir les statistiques dans le troisième chapit (...)
  • 91 Sijill379, 6 Sha‘bân 1307, p. 35.
  • 92 Voir waqf10/501, 2/33/13, 10/506, 2/34/13.

48Ces documents recensent de façon précise les biens waqfs musulmans du quartier juif et du quartier al-Sharaf qui étaient loués à des juifs, mais ils ne tiennent pas compte des biens waqfs de ces quartiers qui étaient loués à des non-juifs 90. Notons également que les locataires juifs des biens waqfs n’étaient pas confinés au quartier juif et à son voisin, mais qu’on les trouvait aussi dans d’autres quartiers de la vieille ville de Jérusalem comme, par exemple, dans la Maallat al-Wâd où ils occupaient la totalité d’une dâr comprenant des bayts, 17 makhzans, 2 dukkâns, 3 birs (citerne) et des as samâwiyyas91. D’autre part, ces documents ne recensent que les biens loués par contrat. Ils n’incluent pas les immeubles non loués ni ceux loués par d’autres moyens d’exploitation des biens waqfs comme, par exemple, le khulû ou le ikr ; c’est le cas de 13 dârs, 22 dukkâns, 2 parcelles de terre, un furn et une mabana qui sont loués par le biais du ikr et qui sont situés dans la Maallat al-Sharaf 92.

  • 93 Pour en savoir plus sur la position des juifs vis-à-vis des réformes ottomanes en 1856, voir Jannaw (...)
  • 94 Le premier article du règlement du 1er avril 1864 concernant la communauté israélite dit : « Le Gra (...)
  • 95 Selon Young, « à dater du régime du sultan Mamûd, le Grand Rabbin, élu par la communauté, devait ê (...)

49Avant 1850, la communauté juive de Jérusalem était, en grande partie, d’origine séfarade. Elle était concentrée dans la zone que l’on est venu à identifier comme le quartier juif de la vieille ville 93. Son chef ou akham Bâshî (Grand Rabbin) 94, était reconnu par les autorités ottomanes et assurait la liaison entre elles et la communauté juive95.

  • 96 Dumper, 2002, p. 41.

50Le quartier juif s’est tellement peuplé que certains des nouveaux immigrés ont été obligés de se déplacer vers le nord, dans la zone adjacente au quartier juif, le long de ‘Aqabat Khâlidî et de ‘Aqabat Sarâyâ. Vers les années 1880, bon nombre d’entre eux se sont déplacés dans un secteur que l’on appellera plus tard marché d’Hébron, car nombre de ses habitants étaient originaires d’Hébron. Un autre secteur connu pour sa population juive était le quartier de Bâb iṭṭa, près de la muraille, et aussi près du mur nord du aram et de Bâb al-Sâhira où une petite communauté connue sous le nom de Bît Warsawa était établie. Plus près de la porte de Damas, le rabbin Moise Wittenburg avait acheté une maison et fondé une synagogue 96.

  • 97 Finbert, 1955, p. 328.
  • 98 Baedeker, 1893, p. 35; al-ût, 1986, p. 388. Voir la section sur le waqf juif à Jérusalem dans le t (...)
  • 99 Dumper, 2002, p. 41.
  • 100 De nombreux immigrants venus de Tchécoslovaquie, de Yougoslavie, de Pologne, d’Allemagne, d’Autrich (...)
  • 101 Baedeker, 1893, p. 35; Dumper, 1992a, p. 149.
  • 102 Nous reviendrons plus longuement sur ce point dans le troisième chapitre de cette première partie.

51À la même époque, ont eu lieu les premières tentatives d’installation de groupes en dehors des murailles de la ville, comme, par exemple l’établissement en 1858 du quartier (colonie) Yemin Moshé, du nom de son fondateur, Sir Moïse Montefiore. Ce quartier est devenu le noyau de plusieurs quartiers juifs implantés en dehors des murailles de la ville de Jérusalem, en direction du sud-ouest et du nord-ouest97. Le succès de ces entreprises a fait naître d’autres initiatives dont l’objectif était d’améliorer les conditions de vie dans le quartier juif et qui se sont traduites par des donations et fondations considérables de la part de Montefiore, Rothschild et l’Alliance Israélite98. Dans ces nouveaux quartiers s’installaient les nouveaux arrivants99, pour la plupart des ashkénazes qui avaient fui les pogroms de Russie et d’Europe centrale100. Baedeker écrit que, jusqu’en 1893, « les juifs ont plus de 70 synagogues parmi les établissements de bienfaisance (outre les nombreux hospices pour pèlerins et indigents), les séfarades possèdent un hôpital, les ashkénazes une grande école et une école industrielle entretenue par l’Alliance israélite, une école de jeunes filles, le nouvel hôpital Rothschild et quelques établissements allemands »101. Notons aussi qu’à la fin du XIXe siècle, les populations juives de diverses origines (ashkénaze, séfarade et maghrébine), et surtout les ashkénazes, ont acheté des biens immobiliers et fondé des waqfs pour ces biens, tant à Jérusalem intra-muros qu’à Jérusalem extra-muros102.

Le quartier chrétien de Jérusalem

  • 103 Voir, par exemple, sijill 364, Sha‘bân 1292/1875, p. 268 ; sijill 374, 21 Rajab 1305/1887, p. 150 ; (...)

52Le quartier chrétien, la Maallat al-Naârâ selon les registres des cadis de Jérusalem 103, était situé sur le flanc nord-ouest de la vieille ville, limité à l’est par la Porte de Damas (Bâb al-‘Âmûd), la rue de la porte de Damas et le Sûq al-Laḥḥâmîn (marché des bouchers), au sud par le Sûq al-Bazâr, Sûwayqat ‘Allûn jusqu’à la Porte al-Khalîl et à l’ouest et au nord par les murailles de la ville (cf. plan 3).

  • 104 Chouraqui, 1996, p. 168.
  • 105 Voir, par exemple, Baedeker, 1893, p. 76-77 ; Finbert, 1955, p. 349 ; Hachette, 1956, p. 496.
  • 106 Waqf 2/18,3/1918/13 ; 2/43,3/1931/13 ; 2/46,3/1932/13 ; 2/24,3/1926/13 ; 2/26,3/1927/13 ; 2/27,3/19 (...)
  • 107 Waqf 2/48,3/1932/13 ; 2/49,3/1932/13 ; 2/19,3/1922/13 ; 2/21,3/1932/13.

53La Maallat al-Naârâ avait été baptisée ainsi car elle abritait une communauté chrétienne depuis l’époque du Christ. Selon Chouraqui, les chrétiens de Jérusalem appartenaient à près de trente confessions différentes et représentaient, par leurs racines diverses, le plus grand exemple d’œcuménisme de l’église 104. Ce quartier comprenait toutes les rues, marchés, bâtiments et établissements commerciaux et religieux concentrés autour de l’église du Saint-Sépulcre ; ils appartenaient aux chrétiens de Jérusalem mais aussi à des institutions religieuses et commerciales dépendant de waqfs musulmans comme la mosquée de ‘Umar, la Khânqâh al-alâiyya (hospice de Saladin), le Bîmâristân al-alâî (hôpital de Saladin) et le ammâm al-Barak 105. Citons également les 63 dukkâns, la maison, le makhzan, le qahwa et le ammâm fondés dans ce quartier au profit de la Khânqâh al-alâiyya 106. Ces institutions de waqfs musulmans avaient été fondées après la conquête de Jérusalem par les musulmans et leur nombre avait augmenté après la reprise de la ville par Saladin en 1187. On trouvait aussi, dans ce quartier, des biens waqf ahlî musulmans au profit de quelques familles musulmanes tels que 3 dârs appartenant au waqf de la famille Quṭṭîna et 4 dârs et 3 dukkâns appartenant au waqf de la famille al-‘Alamî107.

  • 108 Pour cette question voir Dumper, 2002, p. 51-65.
  • 109 Pour le rôle joué par ces pays à Jérusalem sous prétexte de protéger les communautés religieuses de (...)

54Par ailleurs, ce quartier renfermait un certain nombre d’institutions religieuses mais aussi culturelles, éducatives et médicales qui appartenaient à différentes confessions chrétiennes mixtes (c’est-à-dire locales ou venues d’Europe) - qui jouaient et jouent encore aujourd’hui un rôle très important sur le plan religieux et politique à Jérusalem 108. Chaque groupe était sous la protection d’un pays étranger : les catholiques sous protection française, les protestants sous protection britannique et les orthodoxes sous protection russe 109. Parmi ces confessions et nationalités diverses, citons :

  • 110 Voir ‘Ârif, s. d., p. 239-243 ; ‘Ârif, 1992, p. 526-527.

55Les orthodoxes romains : à l’époque de la conquête de la Palestine par les musulmans, cette communauté de l’église orientale était la plus importante de Jérusalem. Elle est restée dominante jusqu’à la conquête de la ville par les Croisés en 1099. Après quoi son influence a diminué à l’avantage de l’église latine 110.

  • 111 ‘Ârif, s. d., p. 239-243 ; ‘Ârif, 1992, p. 526-527.

56Les orthodoxes romains ont bâti un grand nombre d’édifices religieux dans ce quartier parmi lesquels le couvent Abîna Ibrâhîm (notre père Abraham) situé au sud-est de l’église du Saint Sépulcre, elle-même construite par la reine mère byzantine Hélène vers 335 et reconstruite en 1887 par la Russie avec l’autorisation de la Sublime Porte. Citons également le couvent Mâr Yuanna al-Mi‘madân (Jean-Baptiste), qui se trouve entre la Suwayqat ‘Allûn et la rue qui mène au quartier chrétien. Il comprend deux églises : Dîr al-‘Adhrâ’ (couvent de la Vierge) et Dîr Sitnâ Maryâm (couvent de Sainte-Marie). Enfin, al-Dîr al-Kabîr (le Grand couvent) connu sous le nom de couvent Qusanîn, sis au sud-ouest du Patriarcat romain 111.

  • 112 ‘Ârif, 1992, p. 528-529 ; ‘Ârif, s. d., p. 245.

57Les catholiques romains : ils ont bâti des établissements religieux dans le quartier chrétien mais aussi à l’intérieur du quartier musulman. Citons, à titre d’exemple, l’église Sainte-Anne située du côté nord du aram al-Sharîf entre Bâb iṭṭa et Bâb al-Asbâ ainsi qu’une dâr nommée maison de Sainte-Véronique, située dans ‘Aqabat al-Muftî dans le quartier musulman. Cette maison a été construite sur un terrain acheté à ‘Abd al-Ramân adûta pour la somme de 3 000 livres françaises. Par la suite, en 1898, les catholiques romains ont obtenu un firmân pour construire une église sur ce terrain 112.

  • 113 ‘Ârif, s. d., p. 242.
  • 114 Peri, 1996, p. 408.
  • 115 Baedeker, 1893, p. 35.

58Les Coptes : c’est au milieu du IVe siècle qu’est arrivé le premier groupe de Coptes à Jérusalem pour construire l’église du Saint Sépulcre. Puis, vers 1190, un autre groupe est venu, encouragé par l’attitude de Saladin qui avait accepté de rendre aux Coptes leurs biens confisqués lors des Croisades 113. Selon Péri, le nombre de Coptes à Jérusalem à la fin du XVIIe siècle était de 113 114. Et, selon Baedeker, vers la fin du XIXe siècle, les Coptes de Jérusalem étaient à peu près 100 115.

  • 116 ‘Ârif, 1992, p. 534 ; ‘Ârif, s. d., p. 253.

59Les biens des Coptes de Jérusalem comprenaient le couvent du Sultan qui avoisine l’église du Saint Sépulcre au sud-est. Il contient deux églises : l’église de l’Ange et l’église des Quatre Animaux. Confisqué par les soldats des Croisades puis récupéré et rendu aux Coptes par Saladin, il a été baptisé couvent du Sultan ou plutôt couvent du Sultan alâ al-Dîn al-Ayyûbî. Parmi les biens des Coptes figurait également le couvent Anûnyûs connu aussi sous le nom de Grand Couvent au nord-est du Saint Sépulcre, qui renferme deux églises : l’église du saint Anûnyûs et l’église de la Reine Hélène. Citons encore le couvent Mâr Girjis situé dans le Maallat al-Mawârina (quartier des Maronites) près de Bâb al-Khalîl et le khân des coptes, dans le quartier chrétien entre Bâb al-Khalîl et l’église du Saint Sépulcre 116.

  • 117 Baedeker, 1893, p. 35. Mais, selon Peri, il y avait 166 Maronites en 1690 à Jérusalem ; Peri, 1996, (...)
  • 118 ‘Ârif, 1992, p. 536 ; ‘Ârif, s. d., p. 256.

60Les Maronites : les Maronites comptaient également parmi les groupes chrétiens de Jérusalem. Selon Baedeker, le nombre de Maronites à Jérusalem à la fin du XIXe siècle était de 50 117. Ils n’avaient qu’un seul couvent qui était aussi leur résidence. Fondé en 1895, ce couvent est situé dans le quartier connu sous le nom de quartier des Maronites, entre la Suwayqat ‘Allûn et le quartier arménien 118.

  • 119 ‘Ârif, s. d., p. 254 ; ‘Ârif, 1992, p. 534.
  • 120 Baedeker, 1893, p. 35.
  • 121 Monnaie allemande : 1 tâlira valait à l’époque environ 3,7 francs : ‘Ârif, s. d., p. 254.
  • 122 ‘Ârif, 1992, p. 534 ; ‘Ârif, s. d., p. 254.

61Les Éthiopiens : ils ont émigré à Jérusalem après s’être convertis au christianisme au IVe siècle. Leur nombre a diminué au XIXe siècle puisqu’il ne restait dans la Ville Sainte pendant la première moitié du XIXe siècle que 70 Éthiopiens selon ‘Ârif 119, ou 75 selon Baedeker 120. Ils appartenaient à l’Église orthodoxe orientale (al-Kanîsa al-arthûdhuksiyya al-sharqiyya). Ils recevaient des donations de l’empereur d’Éthiopie comme, par exemple, 200 000 tâlira de la part de l’empereur Manlîk en 1905 121. Les Éthiopiens possédaient le couvent al-abash, situé à côté de l’église du Saint Sépulcre. On disait même qu’il faisait partie du couvent du Sultan, ce qui était un sujet de litige permanent entre les Éthiopiens et les Coptes de Jérusalem. Les Éthiopiens avaient également une autre église, construite en 1890 et située à l’extérieur de la vieille ville 122.

  • 123 Baedeker, 1893, p. 35. Toutefois, selon Peri, le nombre de Syriens à Jérusalem est estimé à 180 en (...)
  • 124 ‘Ârif, 1992, p. 534 ; ‘Ârif, s. d., p. 255.

62Les Syriens : les Syriens se sont installés à Jérusalem lors de la conquête de la ville par les Croisés. Nombre d’entre eux ont quitté la ville après l’arrivée de Saladin et l’expulsion des Croisés. Les Syriens se divisaient en deux groupes, l’un orthodoxe, l’autre catholique. Selon Baedeker, vers la fin du XIXe siècle il y avait 15 Syriens à Jérusalem 123. Parmi les biens qu’ils détenaient dans la ville figurait le couvent Mâr Murqas situé dans la Maallat al-Jawâ‘na entre le quartier arménien et le quartier juif. Ce couvent contenait une église byzantine dédiée à la Vierge et restaurée en 1855 ainsi qu’une maison d’habitation pour les évêques 124.

  • 125 Preine, 2001, p. 347-359. Voir aussi Baraude, 1924, p. 129.

63Les Allemands : ils ont commencé à s’installer à Jérusalem au XIIIe siècle et de façon plus régulière au début du XIXe siècle. Dès la deuxième moitié du XIXe siècle, les missionnaires allemands se sont efforcés de développer et consolider leur présence à Jérusalem intra-muros et extra-muros en construisant des établissements religieux, éducatifs et médicaux tels que l’association Jérusalem Firan en 1853, l’école Shalnar en 1860, l’école alita Qûmî en 1868, l’école Taraziyya en 1871, l’hôpital allemand en 1894, etc., en plus de l’église du Rédempteur (al-Mukhalli) connue sous le nom d’al-Dabbâgha en référence à la rue dans laquelle elle se trouve, au sud-est de l’église du Saint Sépulcre. L’église du Rédempteur a été construite en 1898 sur les décombres du Bîmâristân al-alâî que le sultan ‘Abdul-‘Azîz avait offert au roi de Prusse, Frédéric en 1870 125.

  • 126 ‘Ârif, 1992, p. 538 ; ‘Ârif, s. d., p. 259-260.

64Parmi les possessions allemandes citons également l’église des Lamentations de la Vierge (Niyâat al-‘Adhrâ’) nommée al-Dûrmithû, érigée sur la montagne de Sion en 1910, sur une parcelle de terrain offerte par le sultan à l’empereur Guillaume II en 1898. Il faut préciser que les Allemands de Jérusalem se répartissaient aussi en deux groupes - orthodoxe et catholique - et que chaque groupe avait ses propres institutions. Ainsi, l’église du Rédempteur appartenait aux orthodoxes et l’église des Lamentations de la Vierge aux catholiques 126.

  • 127 ‘Ârif, 1992, p. 536-537 ; ‘Ârif, s. d., p. 257.

65Les Russes : la communauté russe vivait à al-Maskûbiyya, quartier situé à Jérusalem extra-muros. Ils ont été les premiers à construire en dehors des murs de la vieille ville, vers 1856. Leur quartier se trouvait sur la route de Jaffa à un kilomètre à l’ouest de Bâb al-Khalîl. Il comprenait la maison des évêques russes, un consulat, un hôpital, deux églises et plusieurs logements pour les pèlerins russes, tous construits en 1860. Ils avaient également une église appelée l’Ascension qui se trouve sur le Mont des Oliviers et qui est le bâtiment le plus haut de toute la ville. À l’intérieur de la vieille ville, les Russes possédaient également le couvent al-Maskûbiyya, à l’est de l’église du Saint-Sépulcre, près de l’entrée du Khân al-Zayt 127.

  • 128 Sur les causes et la nature de ces conflits et le rôle du gouvernement ottoman et des consulats étr (...)

66Les archives du consulat français de Jérusalem nous ont permis de constater que les relations entre les différentes communautés chrétiennes de la ville n’étaient pas très bonnes. L’occupation, la restauration et la gestion des lieux saints étaient une source permanente de querelles et de conflits. L’église du Saint, Sépulcre, qui avait une grande importance pour toutes ces communautés, était le sujet de litige le plus fréquent. Ces conflits ne se résolvaient que sur intervention du sultan ou du gouverneur de Jérusalem ou encore des consulats étrangers dont dépendaient ces communautés 128.

Le quartier arménien de Jérusalem

  • 129 Chouraqui, 1996, p. 171.
  • 130 Dans les sijills, ce quartier n’est pas appelé ârat al-Arman mais Maallat al-Arman. Par exemple, (...)
  • 131 Pour des informations concernant les origines des Arméniens de Jérusalem, voir, par exemple, Amédée(...)
  • 132 Voir le plan de Jérusalem dans Baedeker, 1893, p. 22-23.
  • 133 Voir, par exemple, sijill 373, 27 Jumâdâ II 1302/1885, p. 63-64 ; sijill 402, 2 Jumâdâ I 1326/1908, (...)
  • 134 Baedeker, 1893, p. 22-23.

67Selon Chouraqui, les Arméniens ont immigré dans la Ville Sainte dès le IIe siècle 129, et ont acquis des propriétés foncières à Jérusalem intra-muros. Dès lors, le secteur où ils se sont installés a été baptisé Maallat al-Arman 130 (quartier arménien) 131. Le quartier arménien est situé au sud-ouest de la vieille ville ; il est limité au nord par Suwayqat ‘Allûn et le Sûq al-Bâzâr, à l’ouest par arîq ârat al-Nabî Dâwûd (rue du quartier du prophète David), et au sud et à l’ouest par les murailles de Jérusalem (cf. plan 3) 132. Durant la période que nous étudions, ce quartier était désigné comme Maallat al-Arman dans les registres du tribunal de Jérusalem 133 mais les voyageurs occidentaux l’appelaient âra et non pas maalla 134.

  • 135 Voir Baedeker, 1893, p. 22-23.
  • 136 Chouraqui, 1996, p. 172.

68Le quartier arménien était constitué de plusieurs petits quartiers parmi lesquels al-Bashîtî et al-Jawâ‘na 135. La majorité des propriétés immobilières arméniennes se trouvaient à l’intérieur de ce quartier mais il y en avait aussi à l’extérieur, surtout dans le quartier chrétien car les Arméniens avaient des droits sur l’église du Saint-Sépulcre. Citons Chouraqui : « Ils ont une chambre de prière souterraine dédiée à sainte Hélène et une cellule de prière dans le chemin qui y conduit ; ils y contrôlent également une chapelle toute proche du tombeau de Jésus et une autre dédiée à Saint Jean-Baptiste, à l’entrée de l’église. Ils partagent avec les Grecs orthodoxes la garde de l’ancienne église dédiée à la Vierge Marie dans la vallée du Cédron. Le patriarcat arménien possède de nombreuses propriétés dans la ville nouvelle » (extra-muros) 136.

  • 137 Sijill402, 2 Jumâdâ I 1326/1908, p. 7.
  • 138 Sijill 379, 21 Shawwâl 1308/ 1890, p. 59.

69D’autres communautés possédaient des propriétés dans le quartier, qui n’étaient pas seulement des biens privés mais aussi des biens appartenant à des waqfs musulmans et juifs. Grâce aux registres des cadis de Jérusalem, nous avons pu constater que les biens waqfs musulmans de ce quartier étaient des waqf ahlî, tels ceux de la famille al-Jâ‘ûnî. En revanche, les biens waqfs juifs étaient généralement des waqfs khayrî, comme par exemple la totalité de la dâr fondée par Yûsuf b. Yûdâ b. al-‘Îzir au profit de la communauté ashkénaze de Jérusalem et qui comprenait 2 makhzans et 8 bayt137 ou comme l’hôpital juif de ce quartier 138.

Le quartier musulman de Jérusalem

  • 139 Le voyageur français Amédée (le Révérend Père de Damas) a appelé ce quartier « quartier turc » : «  (...)
  • 140 Chouraqui, 1996, p. 166-176.

70Le quartier musulman 139 occupait à la fois le nord, l’est et le sud-est de Jérusalem intra-muros donc la plus grande partie de la ville à l’intérieur de la muraille (cf. plan 2). Les bâtiments du quartier étaient groupés autour des institutions religieuses musulmanes et autour des routes qui conduisaient aux portes principales des remparts de la ville, et surtout au aram al-Sharîf. Citons, par exemple, arîq Bâb al-‘Âmûd (rue de la porte de Damas) jusqu’à arîq ârat al-Nabî Dâwûd, arîq Sittî Maryâm (rue de la porte Saint-Etienne) et ârat al-Maghâriba (quartier des Maghrébins). Certaines structures urbaines de ce quartier devaient exister dès le début du premier siècle de l’Islam, comme la mosquée al-Aqâ et le Dôme du Rocher. Ce quartier comprenait la majorité des biens waqfs musulmans, ahlî et khayrî, et des institutions religieuses, éducatives et économiques 140. Différentes institutions de biens waqfs musulmans existaient aussi au cœur des quartiers non musulmans.

  • 141 Chouraqui, 1996, p. 167.
  • 142 Au mois de juin 1967, la Maallat al-Maghâriba a été détruite et ses habitants expulsés. Cette mesu (...)

71Certains habitants musulmans sont les descendants de familles établies à Jérusalem depuis les tout premiers siècles de l’Islam ou peu de temps après. Citons, par exemple, les familles al-usaynî, al-Khâlidî, al-Nashshâshîbî, al-‘Alamî, al-Dajjânî, etc. À l’époque médiévale et surtout à l’époque des Croisés, de nombreux musulmans sont venus à Jérusalem de tous les pays musulmans, et parmi eux des Maghrébins qui ont bâti un quartier où ils se sont installés 141. Cette maalla, ainsi que l’une des portes de la ville de Jérusalem qui y conduit ont donc été baptisées quartier et porte des Maghrébins. La maalla a été fondée en waqf à l’époque ayyoubide au profit de la communauté maghrébine. Les Maghrébins ont donc contribué à la construction de la ville par leurs fondations et surtout par les institutions de waqf fondées par eux-mêmes ou à leur profit 142.

  • 143 Voir, par exemple, Amédée, 1866, p. 160 ; Baedeker, 1893, p. 22-23.
  • 144 Voir sijill 341, 17 Rabî‘II 1274/1857, p. 13 ; sijill 342, 13 Rajab, 1275/1858, p. 63 ; sijill 351, (...)
  • 145 Sur l’histoire de cette porte dans les sources coraniques, voir Busse, 1998, p. 1-18.
  • 146 Voir al-anbalî, 1973, vol. 2, p. 52; Baedeker, 1893, p. 22-23.
  • 147 Al-anbalî, 1973, vol. 2, p. 54; voir sijill411, 26 Muarram 1332/1913, p. 411.
  • 148 Cette maalla est mentionnée plusieurs fois dans les registres des cadis de Jérusalem. Citons par e (...)
  • 149 Voir le plan de Jérusalem dans Baedeker, 1893, p. 22-23.
  • 150 Voir le plan de Jérusalem dans Fa‘ûr, 1995 ; Dumper, 1992a, p. 150. Cette maalla est mentionnée da (...)
  • 151 Cette maalla est mentionnée dans le sijill 379, 11 Rabî‘ I 1308/1888, p. 108 ; sijill 378, 30 Rabî (...)
  • 152 Voir le plan de Jérusalem dans Baedeker, 1893, p. 22-23 ; al-anbalî, 1973, vol. 2, p. 54.

72Les récits de voyageurs qui ont visité Jérusalem pendant la deuxième moitié du XIXe siècle et les registres du tribunal de Jérusalem nous montrent que ce quartier était composé de plusieurs maallas (cf. plan 3). Comme nous l’avons mentionné plus haut, les registres des cadis de Jérusalem appellent tous ces quartiers maallas, alors que les voyageurs les nomment âra143. Parmi ces quartiers, on peut citer la Maallat Bâb iṭṭ144 jouxtant la porte iṭṭ145. C’était la plus grande et la plus imposante des maallas de Jérusalem, située au nord du aram al-Sharîf, lui-même suivi, en direction du nord, de la Maallat al-Mashâriqa qui aboutissait près des murailles nord de la ville 146. Du côté ouest de cette maalla se situait la Maallat Bâb al-Sâhira 147 attenant à la Bâb al-Silsila (porte d’Hérode). Au nord-ouest se situait la Maallat al-Sa‘diyya. On trouvait aussi du côté ouest du quartier la Maallat Bâb al-‘Âmûd 148 attenant à la porte de Damas et la rue de la porte de Damas 149. Au sud de ces maallas se trouvait la Maallat Bâb al-Qaṭṭânîn avoisinant la porte al-Qaṭṭânîn, l’une des portes du aram al-Sharîf. À l’ouest, la Maallat al-Wâd s’étendait jusqu’au Sûq Khân al-Zayt 150. Au sud, la Maallat Bâb al-Silsila 151 jouxtait la porte al-Silsila, l’une des portes du aram al-Sharîf 152

  • 153 Voir Baedeker, 1893, p. 22-23.
  • 154 Cette maalla est mentionnée dans le sijill 378, 21 Rabî‘ I 1307/1889, p. 209 ; sijill 14 Sha‘bân 1 (...)
  • 155 Voir Baedeker, 1893, p. 22-23.
  • 156 Al-anbalî, 1973, vol. 2, p. 52.
  • 157 Voir le plan de Jérusalem dans Baedeker, 1893, p. 22-23.
  • 158 Voir le plan de Jérusalem dans Baedeker, 1893, p. 22-23.

73Dans la vieille ville de Jérusalem, au sud des quartiers mentionnés plus haut, et donc dans la partie sud-est de la ville, il y avait des maallas très connues, parmi lesquelles nous pouvons citer la Maallat al-Maghâriba (quartier des Maghrébins) située à l’ouest et proche du aram al-Sharîf 153. La Maallat al-Sharaf 154, à l’ouest 155 a été baptisée ainsi en l’honneur de l’un des hommes les plus importants du pays, Sharaf al-Dîn Mûsâ, dont les descendants sont surnommés Banû al-Sharaf (les fils de l’honneur). Selon al-anbalî, cette maalla était anciennement connue sous le nom de quartier des Kurdes 156. Du côté ouest de la Maallat al-Sharaf se trouvait une petite maalla du nom d’al-Qarrâ’în. Au nord de la Maallat al-Qarrâ’în et d’al-Sharaf se trouvait la Maallat al-Maydân, et à l’ouest la Maallat al-Maslakh 157. Au nord-ouest de la Maallat al-Sharaf et au sud de la Maallat al-Qarrâ’în, de chaque côté de arîq Bâb al-Silsila se trouvait la Maallat al-‘Asalî baptisée en l’honneur de la famille al-‘Asalî 158.

Population de la ville

74Il n’est pas facile de décrire la population de Jérusalem durant la période de notre étude, car celle-ci a connu un grand nombre de transformations, d’où une évolution incessante dans la composition de ses résidents. Plusieurs facteurs sont à l’origine de ces mutations et en particulier certains évènements qui ont affecté la province de Jérusalem dès le tout début du XIXe siècle et entraîné des transformations profondes parmi ses habitants. On peut citer, par exemple, la révolte populaire contre le gouvernement égyptien en 1834, les conflits entre habitants musulmans sous la bannière Qays et Yaman, l’absence de sécurité suite à des « affrontements entre civils » et les raids des bédouins. De plus, la région a souffert de catastrophes naturelles telles que l’épidémie de choléra.

  • 159 Pour cette révolte, voir Manna‘, 1995, p. 77-80 ; Tûmâ, s. d., p. 92-96 ; Kimmerling, 1994, p. 3-36
  • 160 A Bakr, 1996, p. 134.
  • 161 Sur cette question, voir Divine, 1994, p. 109.
  • 162 Schölch, 1990a, p. 262.

75La révolte populaire contre le gouvernement de Muammad ‘Alî Bâshâ en 1834 159 et les représailles qui ont suivi, comme, par exemple, l’ordonnance d’une punition collective des habitants et l’enrôlement forcé dans l’armée, ont entraîné non seulement des pertes de vies humaines mais également la fuite de milliers d’habitants de ces régions 160. Dès la fin de la période égyptienne (1831-1840), le pays a été pris dans une spirale néfaste : vagues d’affrontements entre civils et raids de bédouins 161 qui ont entraîné la mort de milliers de personnes. À titre d’exemple, citons la déclaration du gouverneur de Jérusalem Thurayâ Bâshâ qui a affirmé que le bilan des « affrontements entre civils » dans le seul département de Naplouse s’élevait à 1500 tués pour la période du mandat du gouverneur précédent, Kâmil Bâshâ (1854-1855) 162.

  • 163 Voir Manna‘, 1992, p. 74; Sanbar, 2004, p. 37-40; Schölch, 1990a, p. 226-232.

76Le XIXe siècle a aussi été marqué par la séparation de la société palestinienne en deux groupes : les Qays et les Yamans. Cette scission a entraîné des actes de surenchère entre les deux parties qui ont, pour la plupart, abouti à des conflits sanglants, comme l’a décrit Schölch. Un problème d’origine explique cette séparation. En effet, les premiers disaient être les descendants de ‘Adnân alors que les autres s’étaient attribué Qaṭṭân pour ancêtre. Dans le cadre de cette division, les Arabes du nord de la péninsule Arabique étaient appelés Qays et les Arabes du sud Yamans. Cette opposition est donc devenue, au XIXe siècle, partie intégrante du folklore, et elle s’est enracinée dans les mœurs et a été transmise d’une génération à l’autre. Les couleurs jouaient un rôle primordial ; le rouge était l’emblème des Qays, et le blanc celui des Yamans. Des bannières aux couleurs des deux groupes étaient déployées indifféremment pendant les conflits comme à l’occasion de fêtes. Les couleurs s’affichaient aussi sur leurs vêtements. C’est dans la région de Jérusalem que la rivalité entre Qays et Yamans était la plus manifeste. Il n’était plus seulement question de mainmise sur la région montagneuse, mais de la ville de Jérusalem. Parmi les familles opposées, citons la famille al-Khâlidî du clan des Qays et la famille al-usaynî considérée comme yéménite ou « du parti des Yamans ». Leur rivalité a laissé son empreinte dans la course au pouvoir et en particulier l’aspiration aux postes administratifs clés de la ville, comme celui de président de la municipalité de Jérusalem 163.

  • 164 Schölch, 1990a, p. 43.

77La ville a eu également son lot d’épidémies, comme le choléra en 1865 qui a causé la mort d’un très grand nombre d’habitants. Schölch rapporte que, d’après le compte rendu consulaire français, « le nombre des morts a atteint 1 059 à Jaffa en trente-deux jours, 1 760 à Naplouse en l’espace de dix-huit jours et la Ville sainte s’est vue dépossédée de pas moins de huit cents personnes. Les gens se sont enfuis des villes, parmi eux des employés des consulats » 164.

  • 165 Voir Schölch, 1985, p. 494.

78Les circonstances démographiques exceptionnelles dues aux nouveaux arrivants en Palestine 165 ont également contribué au changement de la population de Jérusalem à l’époque de notre étude. On peut scinder ce mouvement en deux groupes, l’un immigrant à Jérusalem et l’autre quittant Jérusalem pour l’étranger.

  • 166 Voir, par exemple, sijill 354, p. 117 ; sijill 371, p. 105 ; sijill 378, p. 13.
  • 167 Filasîn, N. 228, 9 Nîsân 1913, p. 2.

79La population qui est arrivée à Jérusalem était formée de trois catégories : il y avait d’abord ceux qui venaient des régions musulmanes et en particulier les musulmans du nord de l’Afrique qui s’installaient en Palestine suite à l’arrivée des puissances coloniales. On les repère facilement grâce aux noms inscrits dans les registres du tribunal religieux, tel le Maghrébin, l’Algérien, l’Égyptien 166. Puis, un certain nombre d’Européens se sont établis dans la province de Jérusalem, et en particulier, dans la ville-même. Ils ont pris la nationalité ottomane grâce à « la politique du pardon religieux » instaurée par le gouvernement égyptien en Syrie et grâce aux réformes ottomanes. Parmi eux figuraient des membres d’associations d’Annonciation, des missionnaires de la Bonne Nouvelle, des religieux ainsi que des employés de consulats étrangers. En troisième lieu, de grandes vagues d’immigrés juifs se sont installés à Jérusalem, ce qui a entraîné une augmentation massive de la population juive déjà en place. Le journal Filasîn (« La Palestine ») a publié, dans son numéro 228, des chiffres sur l’immigration sioniste à Jérusalem, ajoutant que : « Le premier noyau de colonisateurs juifs installé dans la ville de Jérusalem, constitué en 1876, ne dépassait pas les 2 000 à 3 000 occupants. Après trente-sept ans, ce noyau a augmenté, pour atteindre 60 000 individus » 167.

  • 168 Filasîn, N. 357, 26 Tamûz 1913, p. 1-2.

80À l’inverse, la fin du XIXe siècle et le début de XXe siècle ont été une période d’émigration de Jérusalem vers les États-Unis. Cette émigration n’a pas seulement entraîné une baisse de la population mais elle a aussi provoqué un déséquilibre dans la structure démographique, car les émigrants étaient surtout des hommes jeunes. Selon un rapport du consul des États-Unis à Jérusalem daté de 1914, certaines sources rapportent que le nombre d’émigrants de la province de Jérusalem avait presque atteint 3 000 personnes. Râghib Afandî al-Khâlidî a commenté dans un article publié dans le journal Filasîn que les causes de cette émigration étaient les taxes excessives, la mauvaise administration, la corruption et la criminalité. Ce sont, a-t-il déclaré, les raisons qui ont poussé les habitants à quitter « leur patrie » 168.

  • 169 Voir Schölch, 1990a, p. 301-307 ; Doumani, 1994, p. 5.

81Un autre facteur non négligeable dans le nombre des départs est l’enrôlement forcé dans l’armée. En effet, les jeunes qui ne pouvaient pas payer la caution (badal) pour éviter l’armée étaient engagés de force, ce qui a incité un certain nombre d’entre eux à émigrer 169.

82Nous avons pu constater par ailleurs que les statistiques ne dévoilent pas toujours clairement si elles s’appliquent seulement aux habitants de la vieille ville ou si elles englobent aussi ses environs.

  • 170 Baedeker, 1893, p. 35.

83Les chiffres fournis par les voyageurs étrangers s’appuient sur des estimations. À titre d’exemple, Baedeker dit que le nombre d’habitants à Jérusalem vers 1893 est « d’un peu plus de 40 000 habitants dont environ 7 560 musulmans, 28 000 juifs, 2 000 latins, 150 grecs catholiques, 50 arméniens catholiques, 4 000 grecs orthodoxes, 510 arméniens, 100 coptes, 75 éthiopiens, 15 syriens et 300 protestants » 170.

84Force est donc de constater l’absence de statistiques précises sur le nombre d’habitants à Jérusalem durant la période de notre étude. Cette question n’est toutefois pas essentielle à notre recherche puisque notre objectif premier est de donner une vue d’ensemble de la réalité démographique de Jérusalem à cette époque. De ce fait, nous nous bornerons à observer seulement quelques modèles relatifs à l’évaluation démographique de Jérusalem, ville ou province. Nous pourrons ainsi donner une image approchante de la population de Jérusalem, sans pour autant traiter ce sujet de manière détaillée.

  • 171 Ces statistiques ne doivent toutefois pas être prises à la lettre car toute forme de statistiques e (...)
  • 172 Schölch, 1990a, p. 40-41.

85Parmi les études les plus fiables réalisées sur la population de Jérusalem au cours de la seconde moitié du XIXe siècle figurent celles de Schölch. Cet historien nous livre des statistiques officielles ottomanes datant de 1849, basées sur des rapports du consul de Russie, Rosen, qui a certifié leur véracité 171. Le consul russe a en effet affirmé que ces statistiques étaient exactes dans une certaine mesure, parce qu’elles ne recensaient pas uniquement les contribuables d’après la collecte des impôts, mais incluaient aussi tous les ressortissants de la Sublime Porte et la population des tribus, y compris les nourrissons et les vieillards. Ces statistiques représentent environ la moitié des habitants, puisqu’elles excluent les femmes. Selon ces statistiques, la population de Jérusalem et de sa campagne comptait 29 873 sujets en 1849, dont 5 841 dans la ville de Jérusalem. Ceux-là se subdivisaient en 3 074 musulmans, 1 872 chrétiens et 895 juifs. Dans la campagne, le nombre d’habitants s’élevait à environ 24 035 personnes, dont 21 103 musulmans, 2 932 chrétiens, et aucun juif 172.

  • 173 Schölch, 1990a, p. 50.

86Schölch propose aussi des statistiques sur les habitants de la ville de Jérusalem en s’appuyant sur les dires du consul allemand, qui prétendait qu’en 1882 la population de Jérusalem était de 30 000 individus 173.

  • 174 Davis, 2002a, p. 25.
  • 175 Ben-Arieh, 1986, p. 354.

87Jérusalem est devenue, à la fin du règne ottoman, la plus grande ville de Palestine. L’historien Davis, qui rapporte également des chiffres sur la population de Jérusalem d’après les statistiques officielles ottomanes de 1905, indique que l’ensemble des sujets ottomans à Jérusalem en cette même année était de 32 400 dont 11 000 musulmans, 8 000 chrétiens et 13 400 juifs. Il précise que ces chiffres n’incluent pas les étrangers qui vivaient dans la ville et contribuaient à augmenter le nombre de juifs et de chrétiens 174. Par contre, des sources israéliennes sur ce sujet et notamment les rapports de l’historien Ben-Arieh ont avancé des chiffres plus importants pour Jérusalem la même année, soit 75 000 individus dont 50 000 juifs. Ce chiffre représente plus du double du chiffre précédent 175.

  • 176 ABakr, 1996, p. 146.

88Dans le cadre de sa recherche sur la population de Jérusalem, Abû Bakr s’est, lui, basé sur les statistiques livrées par Albert Ruppin, l’un des principaux représentants du mouvement sioniste chargé de l’achat de terres dans l’enceinte de la province de Jérusalem et à l’extérieur au début du vingtième siècle. Il était de nationalité allemande. Ces statistiques ont été publiées en 1915 et sont considérées comme le dernier compte rendu de recensement officiel ottoman établi pour la province de Jérusalem durant le règne ottoman. D’après ces statistiques, les habitants de la province de Jérusalem représentaient 58 % de la totalité des habitants des provinces de Palestine en ce temps-là, atteignant 689 275 sujets, dont 298 362 résidant dans la province de Jérusalem 176.

  • 177 Al-Natsha, 1984, p. 7.

89Le nombre d’habitants de Jérusalem n’a cessé d’augmenter durant la première moitié du XXe siècle, et de manière rapide ; la croissance démographique a été particulièrement forte durant l’occupation britannique. Cette augmentation est essentiellement due à l’arrivée des immigrants sionistes. Au début du mandat britannique, et plus exactement en 1922, la population de Jérusalem était d’environ 60 000 individus, dont 14 000 musulmans, 15 000 chrétiens et 31 000 juifs. Pour comparaison, ces chiffres avaient doublé vers la fin du mandat britannique en 1948, atteignant environ 164 330 personnes, dont 65 010 musulmans et chrétiens, et 99 320 juifs. La majorité des juifs et la moitié des musulmans et des chrétiens vivaient dans la nouvelle ville, à l’extérieur de la muraille. Parmi toute cette population, l’on dénombrait plus de 97 % de juifs vivant à l’extérieur des remparts de Jérusalem. De ce fait, le nombre de juifs restés à l’intérieur des murs ne dépassait pas 2 500 individus177.

II- Organisation administrative de Jérusalem (1858-1917)

90Dans cette partie, nous analyserons tout d’abord la situation administrative de la ville de Jérusalem pendant la période qui nous intéresse. Puis, nous étudierons le rattachement administratif de la province de Jérusalem, en premier lieu à la Sublime Porte de 1858 à 1864, puis son rattachement à Damas de 1864 à 1874 et, de nouveau, son rattachement direct à la Sublime Porte de 1874 jusqu’à la fin de l’époque ottomane.

Situation administrative

  • 178 Pour ce qui concerne ce sujet, voir, par exemple, les awâmir al-sulâniyya li-wilâyat dimashq 1820-(...)
  • 179 Voir sijill, 348, 1283/1866, p. 51 ; voir aussi, al-Natsha, 1984, p. 7.

91Le 21 avril 1858, Jérusalem ainsi que les régions sous sa tutelle ont été regroupées en une seule entité administrative, iyâla, organisée en une seule et même wilâya (vilayet en turc) ou mutaarrifiyya (province). En effet, jusqu’à la promulgation de la loi sur les vilayets en 1864, à la suite de laquelle la province est devenue officiellement mutaarrifiyya, les termes wilâya et mutaarrifiyya étaient synonymes. À partir de 1858, le dirigeant de Jérusalem a pris l’appellation de wâlî ou mutaarrif (gouverneur), c’est du moins ce que nous indiquent les ordres impériaux 178 (awâmir sulâniyya) émis par la province de Jérusalem 179.

  • 180 ABakr, 1996, p. 159.
  • 181 Sijill, 348, 29 Shawwâl 1283/1867, p. 52-53. Sachant que cet ordre du sultan a été inscrit dans le (...)

92Lors de la promulgation de la loi sur les provinces de 1864, la mutaarrifiyya-wilâya de Jérusalem s’est transformée en mutaarrifiyya rattachée à Damas, capitale de la Syrie (perdant ainsi son statut de province), sans aucune modification de la superficie de ses terres. De ce fait, elle a conservé sa contiguité d’avec les terres d’Acre au nord jusqu’à sa séparation d’avec les cantons de Naplouse et Jénine en 1868 180. Les ordres du sultan venant d’Istanbul après cette date figurent dans les registres du tribunal de Jérusalem 181.

  • 182 ABakr, 1996, p. 159.
  • 183 ABakr, 1996, p. 157.

93La mutaarrifiyya de Jérusalem comprenait tout le liwâ’ (liva) sud intermédiaire de la Palestine, y compris les districts de Jérusalem, Hébron, Jénine, Gaza, Lidd, Ramla et Jaffa 182. La surface totale de la province de Jérusalem, entre 1858 et 1868, était d’environ 24 011,691 km2 183.

Rattachement administratif de la province de Jérusalem

94Durant la période de 1858 à 1917, la province de Jérusalem a subi une déstabilisation administrative, dépendant tantôt de Damas, tantôt de Beyrouth ou d’Istanbul, alternant entre un rattachement direct à Istanbul et un rattachement indirect à Beyrouth et Damas. On peut observer trois phases durant cette période :

Rattachement direct à la Sublime Porte (1858-1864)

  • 184 ABakr, 1996, p. 168-169. Voir aussi Pappe, 2004b, p. 26.

95Jérusalem et sa région ont été, de 1858 à 1864, sous la tutelle directe de la Sublime Porte et, en même temps, sous le contrôle indirect du gouverneur de Beyrouth et du commandant en chef de l’armée en Syrie. Pendant ces 6 années, c’était une mutaarrifiyya. On constate clairement la double dépendance, directe pour la capitale et indirecte pour Beyrouth en examinant les ordres officiels édictés par la Sublime Porte et adressés directement à la province de Jérusalem 184.

96Rattachement à Damas (1864-1874)

  • 185 Voir Schölch, 1990a, p. 24-25; sijill354, 1284/1867, p. 91; ABakr, 1996, p. 170-171.

97Durant cette période, le terme de « wilâya » de Jérusalem est devenu caduc. Jérusalem et ses environs ont été redéfinis comme une mutaarrifiyya, rattachée administrativement et donc partie intégrante de Damas pendant dix ans 185.

Rattachement direct à la Sublime Porte (1874-1917)

98Durant la période de 1871 à 1874, l’Empire ottoman a exprimé son intérêt croissant pour Jérusalem en la séparant de l’administration des provinces syriennes afin de mieux la contrôler. L’importance de Jérusalem a ensuite été confirmée lors du changement administratif entraînant le rattachement direct de la province à Istanbul pendant les quatre dernières décennies de l’Empire.

  • 186 Sâlnâmat dawlat ‘aliya ‘uthmâniyya, 1290/1873, p. 154.
  • 187 Sijill, 358, 7 Sha‘bân 1289/1872, p. 6-7.
  • 188 Sijill, 358, au début Rajab 1287 /1871, p. 7; sijill 358, 17 Dhû al-Qa‘da 1287/1871 p. 53; sijill 3 (...)

99Les sâlnâmas de l’État ottoman ont consigné la séparation de la province de Jérusalem dès 1873 : Quds sharîf sanjaghî mustaqildir idâra (administration séparée du sanjaq de Jérusalem) 186. Cela ne signifie pas pour autant qu’elle a été entièrement dissociée des provinces de Syrie à cette date, mais on peut voir sur la liste des provinces syriennes que la scission a été progressive. En fait, le rattachement à Damas a perduré. Les registres des cadis de Jérusalem, de la période de 1871 à 1874, en témoignent dans des termes qui établissent clairement que Jérusalem est restée encore un temps englobée dans la province syrienne et sous sa tutelle : Sûriya wilâya jalîla dâkhilinda quds sharîf (La Sainte Jérusalem rattachée à la province syrienne) 187 ; Sûriya wilâya jalîla dâkhilinda quds sharîf mutaarrifâghî (La province de Sainte Jérusalem rattachée à la province syrienne) 188.

  • 189 ‘Ârif, 1992, p. 383.
  • 190 Voir Sâlnâmat dawlat ‘aliya ‘uthmâniyya, 1290/1873, p. 155.
  • 191 ‘Awa, 1983, p. 208-209.

100Cette situation a changé lorsque Jérusalem a été détachée de la province de Damas en 1290/1874 et directement rattachée à la Sublime Porte jusqu’au début du mandat britannique en Palestine en 1917 et à l’expulsion de ‘Izzat Bâshâ (1916-1917), dernier gouverneur ottoman de Jérusalem 189. À partir de 1874 sont apparus les premiers signes de l’établissement d’une mutaarrifiyya de Jérusalem indépendante, dotée de sa propre administration : Quds sharîf mutaarrifâghî idâra mustaqildir 190, comprenant les qaâ’s de Gaza, Jaffa et Hébron, puis le liwâ’ d’Acre, durant la période de 1906à1909 191.

Infrastructure administrative

101Nous étudierons le fonctionnement du cadre administratif composé du mutaarrif (gouverneur général), du majlis al-idârî (Conseil administratif) et du majlis al-baladiyya (Conseil municipal). Nous nous attacherons à analyser sa nature et à identifier ses changements et son évolution pendant la période étudiée.

Le gouverneur général 192

  • 192 Selon l’article 29 de la loi des vilayets de 1867 : « Chaque sanjak dont l’administration civile, l (...)
  • 193 Il faut signaler que, selon la loi des vilayets 1867, « dans chaque sanjak, un cadi est chargé de s (...)
  • 194 Sijill 341, 1274/1857, p. 47; sijill 346, 1279/1862, p. 63-64; sijill 348, 1283/1866, p. 45. Voir a (...)
  • 195 Aqo, Turquie-Jérusalem, CPC, vol. 10, p. 289-290.

102Les rapports et les courriers du Consulat français à Jérusalem ainsi que les registres du tribunal religieux 193 de Jérusalem nous ont fourni un certain nombre d’informations à ce sujet. Ils indiquent que le dirigeant de Jérusalem : Quds sharîf mutaarrifî sa‘âdatlû Thurayâ Bâshâ aratlirîh (son excellence Thurayâ Bâshâ, gouverneur général de la province de Jérusalem) a occupé le sommet de la pyramide du système administratif 194 de cette province. Selon les consuls de France en Palestine, le gouverneur de Jérusalem portait le titre de gouverneur de la Palestine. Le 8 février 1870, le consul Sieukiekwics a écrit dans son rapport à propos de la nomination de Kâmil Bâshâ au poste de gouverneur de Jérusalem : « Il y a quatre mois que Kâmil Bâshâ a pris possession du gouvernement de la Palestine.. la situation actuelle du gouvernement de la Palestine.. » 195.

103Outre la gestion des affaires de la province de Jérusalem, le gouverneur avait la lourde fonction de chef des forces armées, lesquelles avaient la tâche de mettre fin aux conflits pouvant survenir dans l’ensemble de la province.

  • 196 Voir Schölch, 1990a, p. 261-264.
  • 197 Al-Bashîr, N. 409, 12 Tamûz 1878, p. 4 ; voir aussi al-Bashîr, N. 414, 19 Âb 1878. Pour ce qui conc (...)
  • 198 Al-Bashîr, N. 1038, 17 Âb 1892, p. 2. Voir aussi al-Bashîr, N. 1087, 28 Tishrîn I 1893, p. 3.

104Schölch rapporte qu’en 1858-1859 le gouverneur de Jérusalem jouait un rôle prépondérant dans la résolution de conflits et de différends entre habitants de la province 196. Il était également responsable de toutes les affaires concernant la population, de la construction des ponts, de l’aménagement des routes, etc. Il faisait aussi des tournées dans les régions pour collecter l’impôt et pour s’enquérir des conditions des gens de la wilâya. Ces rôles ont été assumés par le gouverneur de Jérusalem Ra’ûf Bâshâ, au pouvoir de 1877 à 1889, soit 12 années consécutives, ce qui témoigne d’une certaine stabilité administrative. D’après les journaux régionaux, al-Bashîr et Filasîn, ce gouverneur a ramené la prospérité et le bien-être dans toute la province, ce qui lui a valu de jouir d’une bonne réputation auprès des habitants. Durant cette période, les journaux al-Bashîr, qui était publié à Beyrouth, et Filasîn, à Jaffa, ont rendu hommage aux mérites et aux actes de Ra’ûf Bâshâ 197. Ses actions, telles que la lutte contre les activités du mouvement sioniste durant ses premières années sur les terres de la province de Jérusalem, lui ont aussi valu une certaine considération hors des frontières de la Palestine, dans d’autres régions de l’Empire ottoman. Le journal al-Bashîr nous révèle également que le sultan Abdul-amîd l’a nommé ministre en 1892 198.

  • 199 La plupart de ces gouverneurs étaient promus dans leurs fonctions et n’étaient pas originaires de P (...)
  • 200 Filasîn, N. 209-6, Kânûn II 1913, p. 1 ; ‘Awa, 1983, p. 210.

105Lorsque Ra’ûf Pacha était en fonction, la ville de Jérusalem s’est beaucoup peuplée et elle s’est étendue au-delà de l’enceinte de la muraille. Ibrâhîm Pacha a succédé à Ra’ûf Pacha de 1890 à 1897, soit une période de 7 ans, ce qui témoigne également d’une bonne stabilité. Mais, entre 1897 et 1908, cinq gouverneurs se sont succédés. Neuf gouverneurs ont été nommés durant la période qui a suivi la Révolution des Jeunes Turcs jusqu’à la fin de l’époque ottomane (1908-1917) 199. Ces gouverneurs étaient des gens éminents, des officiers de l’armée et des membres du Conseil du Parlement 200.

106Ce grand nombre de changements a eu des répercussions négatives dans les provinces de Jérusalem car certains gouverneurs ne sont pas restés en poste une année entière. Certains n’ont même gouverné que quelques jours avant qu’un ordre de licenciement ou de renvoi ne les fasse remplacer. Et pourtant, à cette époque, la province aurait tiré profit d’un dirigeant sérieux. Dans le journal Filasîn, on constatait le besoin d’un gouverneur d’une grande rectitude morale qui saurait prendre ses responsabilités et diriger la Palestine vers le bien et le progrès :

  • 201 Filasîn, N. 222-19, 6, Âdhâr 1913, p. 1.

« Par des accords étonnants, le précédent gouverneur de Jérusalem est arrivé dans cette province le 13 janvier 1913 et a occupé directement le poste pendant 13 jours seulement. Nous avons remarqué en outre qu’il y avait treize personnes assises à la table d’hôtes de la salle des fêtes de la ville de Jaffa 201. »

107Le 19 mars 1913, lors de la célébration du troisième anniversaire du journal Filasîn, on pouvait lire dans le journal :

  • 202 Filasîn, N. 204-1, 2 Kânûn II 1913, p. 1.

« Est arrivé hier notre nouveau gouverneur (Amad Majîd Shawkat, NDRL) qui, nous le souhaitons, apportera beaucoup de bien, et nous pensons qu’il est l’espoir de demain. Nous demandons pour cela à Dieu de nous aider pour les trois choses suivantes, à savoir : premièrement, que la capitale d’Istanbul ne le remplace pas avant qu’il ne termine l’année chez nous comme cela s’est passé pour ses prédécesseurs ; deuxièmement, qu’il nous aide, nous porte assistance afin que l’on mène à terme notre troisième année d’existence du journal ; troisièmement, que l’année de notre journal soit réservée à l’édition et la publication des travaux d’utilité publique 202. »

108On remarque que, d’après les journaux régionaux parus lors de la période concernée par notre recherche, les gouverneurs nommés à l’époque du mouvement des Jeunes Turcs ont brillé par leur incompétence et leurs agissements adverses aux aspirations de la population de Jérusalem. Leurs faits et gestes alimentaient les pages des journaux et leurs actes de délinquance suscitaient la critique tant des musulmans que des non musulmans. Le journal Filasîn a écrit de manière acerbe, agressive et critique à propos du gouverneur de Jérusalem :

  • 203 Filasîn, N. 240-37, 15 Ayâr 1913, p. 1. Voir aussi, Filasîn, N. 243-39, 22 Ayâr 1913, p. 1.

« Durant tout le temps de votre mandat en tant que sixième gouverneur après la constitution, ont été perdus les droits des minorités, qui avaient été préservés jusqu’alors par les délégués du sultan Abdul-amîd. Lors de la promulgation de la nouvelle loi sur les provinces et le début de l’ère de la réforme comme on l’entend dire, s’est propagée dans cette ville l’ère du fanatisme et nous sommes retournés des siècles en arrière, délaissant nos valeurs.... qu’Allah bénisse votre mandat et qu’Allâh bénisse cette loi 203 ».

109Par ailleurs, le journal al-Munâdî, publié à Jérusalem, a également fait la critique de l’action du gouverneur Mahdî Bey pour ses encouragements à l’égard du mouvement sioniste, le soutien qu’il a apporté à leurs projets et son empressement à leur conseiller des lignes de conduite et des stratégies facilitant la colonisation des terres palestiniennes et l’établissement des colons juifs. Lors de la visite de Mahdî Bey aux colonies juives en juillet 1912, le journal a publié, sous le titre « La conversion du gouverneur et son discours aux colons » :

  • 204 Un journal publié par les juifs en Palestine.

« Nous nous sommes attachés à l’espoir de Mahdî Bey depuis le jour où nous avons appris sa nomination et nous nous sommes attelés à répandre ses bonnes actions et son comportement louable vis-à-vis de la nation, jusqu’à ce que nous apprenions ses déplacements au sein des colonies juives, en compagnie de colonisateurs juifs. Selon les articles du journal en hébreu ebrût 204, qui rapporte les propos de Mahdî Bey lors de sa visite d’une des colonies, en présence des délégations de toutes les colonies avoisinantes, telles Jadîrah, ‘Aqrûn, Milabis et Yâfâ, le gouverneur leur a dit :

  • 205 Al-Munâdî, N. 28, 13 Tamûz 1912, p. 4. Voir aussi, CAND, série A, N. 137.

 “Vous avez entendu dire que des gens répandent des rumeurs comme quoi le gouvernement est contre le sionisme, je vous certifie que cela n’est pas vrai, parce que nous, les Turcs, nous avons connaissance des objectifs des juifs de ce pays, qui ne sont pas politiques, mais seulement religieux parce que ces terres ont une sainteté pour eux et que ce sont les terres de leurs pères et grands-pères. Le gouvernement œuvre pour le rapprochement du peuple juif à tout moment et à toute époque, qu’ils soient toujours les bienvenus... Établissez pour vous-mêmes une mairie... Rattachez vos colonies entre elles.... Et s’il se passe quoi que ce soit ou si vous avez besoin d’aide du gouvernement, nous nous chargerons de faire tout le nécessaire pour répondre à vos besoins... Et j’œuvrerai personnellement pour vous donner une parcelle de terrain sablonneux, en bord de mer, que nous inscrirons à votre nom dans le âbû.”205 »

110Le 2 septembre 1912, le consul français à Jérusalem a envoyé un rapport sur ces événements portant le titre « Le Mutaarrif de Jérusalem et le Sionisme » à monsieur le Président du Conseil, Ministre des Affaires étrangères à Paris. Dans ce rapport, le consul écrivait :

  • 206 Aqo, Turquie-Palestine, CC, vol. 134, p. 168-169.

« Un journal arabe local, al-Munâdî (le crieur public) vient de publier un article dirigé contre le Mutaarrif au sujet de la question sioniste. Ce journal reproduit en traduction arabe une allocution qui aurait été adressée par Mahdî bey à des délégations venues de toutes les colonies israélites de la région et qui a été insérée dans une feuille paraissant en langue hébraïque. » En conclusion, le consul ajoutait la phrase suivante : « Il m’a paru intéressant de noter ce langage - que le Mutaṣṣarrif n’a pas démenti - (il s’est contenté de destituer le fonctionnaire qui, en le reproduisant dans le journal, l’avait fait suivre de commentaires désobligeants), qui est en contradiction avec la législation d’exception dirigée dans ce pays contre le sionisme 206. »

  • 207 Voir al-Munâdî, N. 10, 10 Nîsân, 1912, p. 1-2.

111Cela allait à l’encontre de la position d’autres gouverneurs qui ont objecté aux projets du mouvement sioniste et se sont opposés à la vente des terres. Parmi eux, ‘Azmî Bey, dont le journal al-Munâdî a détaillé tous les faits et gestes 207.

112Par ailleurs, certains de ces dirigeants ont abusé de leur pouvoir en permettant la mainmise de leurs descendants sur les biens-fonds des waqfs. Nous y reviendrons en détail dans le deuxième chapitre de cette étude.

  • 208 Voir, par exemple, Sâlnâmat wilâyat Sûriya, 1315 A. H., p. 339.
  • 209 Sijill362, p. 64.

113À la lecture de la liste des noms des gouverneurs qui se sont succédés durant la période de notre étude et selon les rapports du Consulat français à Jérusalem, les registres des cadis, les documents des waqfs et ceux des sâlnâmas de la province syrienne, nous constatons qu’ils étaient - comme ailleurs dans l’Empire ottoman - étrangers à la province. Cela était également le cas pour les cadis 208. Néanmoins, certains habitants de Jérusalem ont occupé des postes de wakîls (adjoints) au gouverneur général, en son absence. En 1291/1874, usayn b. Muammad al-usaynî a occupé le poste de wakîl ; il était auparavant comptable de la province, comme le fut usayn b. Muammad al-usaynî qui occupait ce poste en 1874 209.

Le Conseil administratif et le Conseil municipal

114Les Conseils de Jérusalem ont joué un rôle très important dans l’administration de cette Ville Sainte.

1- Le Conseil administratif

115L’Empire ottoman a promulgué, en 1848, une ordonnance spéciale pour mettre en place les Majlis idâra (Conseils administratifs) des provinces ottomanes. Ce décret disait entre autres :

« Que soit nommé à la présidence du Conseil un homme pourvu de qualités telles que l’intelligence, le savoir et la fidélité au service de l’État, qu’il ait de grandes connaissances en politique des Tanîmât et en réglementation ottomane pour l’élaboration des programmes d’utilité publique et de bienfaisance. Le juge, le muftî, le président du bureau de rédaction (qalam al-tarîrât), le tribunal religieux et l’un des ulémas des musulmans - qui remplacera le juge du conseil en l’absence de ce dernier aux séances de l’assemblée - feront partie du Conseil administratif de façon perpétuelle. De même, quatre autres membres musulmans élus par les notables de la capitale de la province et reconnus pour leur droiture, leur compétence et leur bonne conduite, et un membre unique de chaque communauté non musulmane feront partie du Conseil à titre temporaire. »

  • 210 ABakr, 1996, p. 194.

116Le décret a été appliqué de manière intransigeante à l’égard des responsables dans le suivi de toutes les affaires du conseil telles les conférences, les délibérations, la comptabilité et la bonne tenue des registres, parce que c’est à eux qu’avait été confiée la responsabilité du bon fonctionnement administratif des provinces, selon les ordres émis par le sultan 210.

  • 211 Voir sijill 346, 1279/1863, p. 17 ; sijill 350, 1282/1865, p. 50.

117Le Conseil de la province de Jérusalem et des régions avoisinantes y compris Beyrouth a été constitué en 1848. L’assemblée a été baptisée Majlis iyâlat al-Quds al-sharîf al-kabîr (Grand Conseil de Jérusalem). Elle a gardé ce nom jusqu’à la promulgation de la loi de 1864 sur les provinces comme l’indiquent les registres des cadis de Jérusalem 211.

  • 212 Selon Baedeker, le Majlis idâra (Conseil d’administration, présidé par le chérif) ; Baedeker, 1893, (...)
  • 213 Selon l’article 32 de la loi sur l’administration générale des vilayets du 29 Shawwâl 1287/1871 les (...)
  • 214 Pour connaître les noms des personnalités ayant rempli ces fonctions, voir, par exemple, Sâlnâmat w (...)
  • 215 Sijill 354, 1284/1867, p. 80. Voir également le sijill 391, 1316 /1898, p. 28.

118À partir de la promulgation de la loi des vilayets en 1864 et jusqu’en 1911, ce Conseil, composé de 13 membres, a été appelé communément Majlis idârat mutaarrifiyyat al-Quds al-sharîf 212. Ses membres incluaient le nâ’ib (adjoint) du juge du tribunal religieux de Jérusalem, le muftî des Hanéfites, le mudîr al-awqâf (directeur des waqfs) 213, le mudîr al-mâliyya (directeur des Finances), le mudîr al-tarîrât (directeur du bureau de la rédaction) 214, les ra’îs (chefs) de chaque â’ifa (confession religieuse) c’est-à-dire des orthodoxes romains, latins, arméniens, et juifs et quatre membres élus par les notables de la ville de Jérusalem. « Au Conseil administratif de Jérusalem, se trouvent le muftî, Muammad Afandî, le muâsib (comptable) de la province de Jérusalem et du reste de ses membres... 215 ».

  • 216 ‘Ârif, 1992, p. 316 ; Filasîn, N. 244, 29 Ayâr, 1913, p. 2 ; Filasîn, N. 240, 15 Ayâr 1913, p. 1  (...)

119Après 1911, le Conseil a été appelé Majlis al-‘umûmî (Assemblée des Peuples), représentant la province de Jérusalem et régissant les provinces de Jaffa, Hébron, Gaza et Bi’r al-Sabi‘. On le nommait également Majlis al-Quds al-sharîf (Conseil de Jérusalem) et Majlis liwâ’ al-Quds al-sharîf (Conseil de la province de Jérusalem). La ville de Jérusalem était représentée par Muammad Yûsuf Afandî al-‘Alamî, Jûrjî Afandî, Abû Zakharyâ et ‘Antâbî Afandî 216.

  • 217 De nombreuses études détaillées ont été faites sur cette période. À titre d’exemple, voir ‘AWA, 19 (...)
  • 218 Sijill 368, 1294/1877, p. 8.
  • 219 Voir, par exemple, sijill 410 1330/1912, p. 10. Voir aussi ‘Awa, 1969, p. 102.

120Ces changements sont survenus lors des réformes des institutions ou Tanîmât mises en place par les autorités ottomanes de 1839 à 1876 217. La création des conseils avait pour but d’impliquer les habitants dans le système administratif. Cela a pu être accompli dans les centres des provinces grâce à l’influence du Conseil d’État fondé par le gouvernement égyptien lorsqu’il était présent en Syrie et en Palestine, de 1831 à 1840. De la même façon, des Conseils d’administration (directoires), connus sous le nom de Majlis maallîs (Conseils locaux) ont été établis dans les différents centres judiciaires. Des Conseils de même nature ont par ailleurs été créés dans les iyas (cantons) et dans les quartiers des villes, des villages et des tribus. Sont également apparus les Majlis al-ikhtiyâriyya (Conseil des hommes sages) dont le nombre de membres différait d’un Conseil à l’autre. Les registres des cadis de Jérusalem nous indiquent à ce propos qu’il y avait un Majlis al-ikhtiyâriyya pour chaque maalla à Jérusalem. Citons parmi les membres du Majlis al-ikhtiyâriyya de la Maallat Bâb iṭṭa en 1877, al-âjj Muammad b. Qadûra b. Naṣṣâr, ‘Abd al-Raîm b. Amad Badrân, al-âjj Yûsuf b. al-âjj Muammad abr Rummâna et ‘Abd al-Qâdir b. ‘Abd al-Laîf 218. La mission de ces Conseils était d’organiser les affaires internes des quartiers et d’apporter un soutien au système administratif et à la gestion de la vie publique, économique et sociale de la ville 219.

121En tant que représentants bien informés de tout ce qui se passait dans leurs quartiers, les membres de ces Conseils administratifs assistaient aux séances du tribunal religieux de Jérusalem et se faisaient les porte-parole de la population afin de trouver des solutions aux divers problèmes posés par les litiges et les disputes.

122Le 2 Muarram 1294/1877, Muammad b. Qaddûra b. Naṣṣâr, ‘Abd al-Raîm b. Amad b. Badrân, al-âjj Yûsuf b. al-âjj Muammad b. Yûsuf et ‘Abd al-Qâdir b. ‘Abd al-Laîf - tous membres du Majlis al-ikhtiyâriyya de la Maallat Bâb iṭṭa, - ont assisté au Conseil du tribunal de Jérusalem, pour témoigner dans l’affaire des plaintes déposées par le Shaykh usayn b. ‘Abd al-Ramân b. usayn al-Blîsî contre al-âjj Muammad Naṣṣâr b. ‘Alâ’ al-Dîn qui a usurpé une partie de la maison déjà citée, et ce sans cause légale. Le Shaykh usayn a déclaré, lors de son procès :

  • 220 Sijill 368, 1296/1877, p. 8-9.

« Mes accusateurs ont propagé la rumeur que le prix de la propriété indivise était estimé à quatre qîrâs et la valeur globale à vingt-quatre qîrâs pour l’ensemble de la maison sise dans la Maallat Bâb iṭṭa à Jérusalem... 220 »

  • 221 Sijill 353, 1283/1866, p. 15.

123Le Conseil administratif jouait à Jérusalem un rôle très important. Il intervenait dans les transferts de propriété des biens-fonds d’une personne à une autre, spécialement dans les affaires de vente, achat et hypothèque et ce en vertu des lois de l’empire sur les contentieux qui imposaient l’obtention de l’accord préalable du Conseil administratif lors de ces transactions 221. Ces opérations n’étaient toutefois ni reconnues ni menées à terme lorsqu’elles se réalisaient en dehors du Conseil. Les registres des cadis de Jérusalem indiquent qu’il était du devoir du futur acquéreur d’une parcelle de terrain de se présenter au Conseil, sur convocation. Le Conseil devait alors examiner son dossier et rendre un verdict d’acceptation ou de rejet de la demande du futur acquéreur.

124Une fois la demande accordée par le Conseil, l’acheteur devait se présenter au tribunal religieux de Jérusalem pour finaliser la transaction de vente ou d’achat. Citons, à ce propos, ces quelques lignes :

  • 222 Selon l’article 90 de la loi sur l’administration générale des vilayets du 29 Shawwâl 1287/1871, le (...)
  • 223 Sijill 354, 1284/1867, p. 48-49. Voir aussi sijill 351, 1283/1866, p. 340-344.

« Suite à la parution 222 de l’accord prononcé par le Conseil administratif de la province de Jérusalem, Ibrâîm Ijîj b. Ibrâîm Ijîj a acheté pour lui-même avec ses fonds propres et sans emprunter d’argent à autrui, à Ruqayya Ammûna, fille d’Irîma ammâmî b. ‘Abd Allâh b. al-allâq, épouse du Shaykh asan Afandî Nâzik qui l’a cédé.... Cela concerne toute la part connue dont la valeur est de douze qîrâs sur un total de vingt-quatre qîrâs, pour l’ensemble de la maison sise à Jérusalem intra-muros, au numéro 2870 de la rue de la Bâb iṭṭa... établi le 21 Rabî‘ II 1284 223. »

2- Le Conseil municipal

  • 224 Selon l’article 111 de la loi sur l’administration générale des vilayets du 29 Shawwâl 1287/1871 : (...)
  • 225 Baedeker, 1893, p. 34.
  • 226 Schölch, 1990b, p. 239; ABakr, 1996, p. 197.
  • 227 Pour les réformes ottomanes concernant les Conseils municipaux et le Conseil municipal d’Istanbul, (...)
  • 228 QÂSIMIYYA, 1998, p. 379.
  • 229 Nicolaïdes, 1873, vol. 3, p. 35.
  • 230 Nicolaïdes, 1873, vol. 3, p. 36. Voir aussi alabî, 1993, p. 7.
  • 231 Abû bakr, 1996, p. 197.

125La composition du Majlis baladiyya (Conseil municipal) de la ville de Jérusalem 224, présidé par le maire (ra’îs baladiyya225, a été établie en 1863 par la promulgation, en 1862, d’un firmân spécial 226. Ce Conseil est considéré comme le premier Conseil municipal instauré durant la période ottomane après le Conseil municipal d’Istanbul 227, et le premier Conseil municipal existant dans l’Empire depuis 1858 228. Le Majlis baladiyya de Jérusalem était composé d’un ra’îs (président), de son mu‘âwin ou muavin (vice-président), de six autres membres et de deux conseillers : le médecin civil et l’ingénieur de la ville 229. L’article 113 de la loi sur l’administration générale des vilayets du 29 Shawwâl 1287/1871 nous donne les détails suivants : « Les membres du Conseil municipal doivent être propriétaires et sont choisis dans toutes les communautés. La durée de leur premier mandat est fixée à deux ans. Après les secondes élections, ils seront renouvelés par moitié chaque année 230. » Les membres du Conseil municipal pouvaient voir leur effectif augmenter en vertu de la loi des municipalités (qânûn al-baladiyyât), promulguée en 1877, qui exigeait, par ailleurs, le remplacement de la moitié d’entre eux chaque année. Ils étaient assistés dans leur tâche par une assemblée permanente composée d’un comptable de la caisse municipale, d’un médecin, d’un ingénieur, d’un écrivain, d’un inspecteur (ma’mûr taftîsh) et d’un groupe de policiers231.

  • 232 Pour plus de détails à ce sujet, voir Kurd ‘A, 1925, vol. 5, p. 132, 134 ; ABakr, 1996, p. 197

126 Les membres du Conseil étaient élus à la majorité - pour une période de deux années consécutives, renouvelable ensuite pour quatre années - par un comité (lajna) nommé par les gens des quartiers de Jérusalem. Conformément à la loi des Conseils municipaux, le droit de vote était accordé à chaque personne âgée de vingt ans, possédant un casier judiciaire vierge et versant une taxe annuelle de 50 qirshs. Ceux qui souhaitaient se présenter aux élections des membres du Conseil étaient soumis à certaines conditions. Ils devaient, entre autres, avoir la nationalité ottomane depuis au moins dix ans, être âgés de plus de trente ans, avoir un casier judiciaire vierge, et ne pas être employés dans l’armée232.

  • 233 Schölch, 1990a, p. 289; Schölch , 1990b, p. 239-244. Voir aussi sijill 402, 1327/1909, p. 306-310.

127En observant la liste des présidents successifs du Conseil municipal, on remarque que la compétition était importante entre élites de Jérusalem représentées par les grandes familles et les afandîs de la ville. Schölch rapporte que durant la période de 1877 à 1914, seize présidents se sont succédés. Six d’entre eux étaient membres de la famille al-usaynî, quatre de la famille al-‘Alamî et deux de la famille al-Khâlidî233.

  • 234 Schölch, 1990a, p. 280-292.

128Cette émulation a donné aux élites et aux intellectuels - qui avaient été éduqués dans les écoles et instituts supérieurs d’Istanbul et dans les universités européennes - l’opportunité d’occuper des postes importants au sein des services administratifs du gouvernement ottoman mais aussi en tant que représentants consulaires européens après avoir tenu des postes de présidents municipaux qui leur avaient permis d’acquérir des compétences dans leur domaine 234.

  • 235 Sijill402, 7 Jumâdâ I 1327/1909, p. 306-310.

129En parallèle, les registres des cadis de Jérusalem révèlent qu’ils ont fréquemment abusé du pouvoir conféré par leur poste de président municipal et outrepassé leurs droits en violant les droits des autres. Parmi les présidents malhonnêtes, ‘Umar Afandî ‘Abd al-Salâm al-usaynî a confisqué une parcelle de terrain appartenant au waqf du Shaykh Taqî al-Dîn al-‘Anbûsî sur laquelle il a fait construire illégalement, sans l’autorisation du responsable du waqf en question. Nous reviendrons en détail sur ce genre d’action dans la deuxième partie de cette étude235.

Conclusion

130La ville de Jérusalem a donc connu une formidableexpansion au xixe siècle, comme en témoigne l’important développement de l’infrastructure urbaine de la ville. D’un point de vue démographique et administratif, la mobilité de la population et le rattachement de Jérusalem à la capitale ottomane ont contribué à l’essor économique, architectural et culturel de la ville. L’évolution a logiquement conduit à une nouvelle organisation administrative des différents quartiers de la ville, des petits quartiers (maalla) administrés par le mukhtâr, aux quartiers et missions des mutaarrif, et jusqu’aux membres des Conseils municipaux. Tout cet engrenage a largement contribué à modifier le système administratif, social et économique de la ville. Par conséquent, les administrations du waqf ont été, elles aussi, touchées par le changement. Les demandes de location de biens immeubles ont augmenté du fait de la densité croissante de la population à Jérusalem intra-muros, comme l’indiquent les registres des cadis de Jérusalem. Les étrangers venus à Jérusalem - surtout à l’époque du gouvernement de Muammad ‘Alî Bâshâ (1831-1840) - ont définitivement élu domicile dans la ville puisqu’ils étaient devenus ottomans et donc libres d’acheter des biens-fonds, à tel point que les habitants de Jérusalem se sont plaints de l’inflation des prix des biens-fonds et des loyers. Le 27 Jumâdâ I 1258/1842, Muammad Bâshâ, gouverneur de Syrie, a adressé une ordonnance au adr al-A‘am (premier ministre ottoman) qui exprime très clairement ce problème :

« Il est évident que, chez vous, la majorité des maisons et des boutiques situées à Jérusalem, qu’elles appartiennent aux waqfs ou qu’elles soient propriétés privées, ont pour gestionnaires - Ministère des Waqfs ou propriétaires - les élites et les notables de Jérusalem. Auparavant, ceux qui avaient droit aux biens immobiliers en location étaient les ra‘âyâs de l’État ottoman : musulmans et non-musulmans vivaient dans ces habitations et exerçaient leurs commerces sans aucun problème.

À leur arrivée, les riches étrangers fonctionnaires de l’État ottoman ont loué des biens immobiliers à des prix démesurés, les gestionnaires et propriétaires ont commencé à exclure les ayants droit pauvres, au profit des riches locataires étrangers, afin d’augmenter leurs revenus. Pour exemple, le prix d’une boutique est passé de 300 qirshs à 1 000 et 1 500 qirshs. Les pauvres, dans l’impossibilité de verser cette somme, ont été obligés de quitter leurs maisons et leurs boutiques pour laisser la place aux riches étrangers. Par conséquent, les citoyens pauvres de l’État ottoman ont perdu leurs droits au profit des étrangers qui ne versent rien au Trésor Public et ne paient pas de taxes douanières ni d’impôts comme les citoyens ottomans.

  • 236 Sijill326, 27 Jumâdâ I 1258/1842, p. 14.

Nous demandons donc d’interdire la vente et la location de propriétés foncières à Jérusalem intra-muros aux étrangers sans l’autorisation du tribunal de Jérusalem. Nous souhaitons que le tribunal examine chaque demande d’achat et de location, le propriétaire, le loueur, l’acheteur, l’exploiteur précédent, et l’endroit où le bien foncier est situé. Nous demandons l’exécution et l’application générale de cette décision236. »

Notes

1 Voir Cuneo, 2000, p. 219. Voir aussi Davis, 2002b, p. 52-54.

2 Davis, 2002a, p. 28.

3 Davis, 2002a, p. 28.

4 Voir les travaux de Raymond, et en particulier : Raymond, 1979a, p. 115-132 ; Raymond, 1979b, p. 113-128. Raymond, 1985, p. 135-329.

5 L’une des portes du aram al-Sharîf.

6 Al-anbalî, né en 860 /1455, à Jérusalem, a écrit son livre en 900/1494.

7 Al-anbalî, 1973, vol. 2, p. 50. Voir aussi Ottosson, 1988, p. 231-239.

8 Al-Dabbâgh, 1975, vol. 2, p 13.

9 ‘Ârif, 1992, p. 430. Pour la localisation de la ville de Jérusalem, voir ÛA, 1923, p. 92.

10 Nous sommes ainsi au début de la période qui se terminera quelques 800 ans plus tard par la conquête davidique. Sur ce sujet, voir Moubarac, 1982, p. 7-9 ; Moubarac, 2000, p. 45-46 ; de Saulcy, 1866, p. 424.

11 abrî, 1983, p. 23. Voir aussi Chouraqui, 1996, p. 160.

12 ‘Ârif, 1992, p. 430. Voir aussi Chouraqui, 1996, p. 160 ; Muṣṭafâ, 1988, p. 183.

13 Baedeker, 1893, p. 33.

14  ABRÎ, 1983, p. 23-24.

15 Selon la description d’al-anbalî, c’est une imposante citadelle à l’ouest de Jérusalem, appelée antérieurement « Mirâb Dâwûd » où il élisait résidence. On dit que la construction de cette citadelle était en étroite relation avec le couvent ahyûn. A l’intérieur de cet édifice, il y a une tour immense appelée « Burj Dâwûd » construite par Soliman le Magnifique ; al-anbalî, 1973, vol. 2, p. 53. L’inscription sur la porte de la citadelle nous montre qu’elle a été reconstruite par le sultan ottoman Soliman le Magnifique pour y installer des armées ottomanes à Jérusalem. Voir ‘Ârif, 1992, p. 305, 306, 355. Sur cette citadelle, voir Hawari, 2000, p. 493-519.

16 Baedeker, 1893, p. 33 ; Miquel, 1961, p. 8, Chouraqui, 1996, p. 164 ; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniyya, 1990, p. 595.

17 Chouraqui, 1996, p. 164 ; Miquel, 1961, p. 8 ; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniyya, 1990, p. 595.

18 Baedeker, 1893, p. 33; Chouraqui, 1996, p. 162; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniyya, 1990, p. 595.

19 Chouraqui, 1996, p. 162; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniyya, 1990, p. 595.

20 Miquel, 1961, p. 9; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniyya, 1990, p. 595.

21 Baedeker, 1893, p. 33; Miquel, 1961, p. 9; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniyya, 1990, p. 595.

22 Miquel, 1961, p. 8; Chouraqui, 1996, p. 163; Baedeker, 1893, p. 33; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniyya, 1990, p. 595.

23 Chouraqui, 1996, p. 164; Miquel, 1961, p. 8; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniyya, 1990, p. 595.

24 Chouraqui, 1996, p. 163.

25 Chouraqui, 1996, p. 164; Mawsû‘at al-mudun al-Filasîniyya, 1990, p. 595.

26 ‘Ârif, 1992, p. 430.

27 Al-Dabbâgh, 1975, vol. 2, p. 13.

28 Le dûnum palestinien égale mille mètres carrés : ‘Ârif, 1992, p. 430.

29 Muṣṭafâ, 1998, p. 185.

30 ‘Ârif, 1992, p. 347.

31 QASÂILÎ, 1876, p. 100.

32 Golvin a fait une étude très détaillée sur le Sûq al-Qaṭṭânîn. Voir Golvin, 1967, p. 101-138; Cohen, 1990, p. 131-133.

33 Golvin, 1967, p. 102.

34 Golvin, 1967, p. 103.

35 Al-anbalî, 1973, vol. 2, p. 30; Golvin, 1967, p. 103.

36 Al-‘Umarî, vol. 1, 1924, p. 161.

37 Voir sijill378, 21afar 1307/1889, p. 209.

38 Voir Cohen et Lewis, 1978, p. 96.

39 Selon al-anbalî, c’est un grand khân fondé en waqf au bénéfice de la mosquée al-Aqâ, loué à l’année pour environ quatre cents dinars ; on y vend diverses marchandises : al-anbalî, 1973, p. 53.

40 Al-anbalî, 1973, p. 53. Voir aussi ‘Ârif, 1992, p. 346-347.

41 Nous devinons souvent à travers les noms qui sont les musulmans, les chrétiens et les juifs. Les musulmans : al-Shaykh ‘Imâd al-Dîn, ‘Alâ’ al-Dîn b. Sharaf al-Dîn al-Rûmî, Shihâb al-Dîn b. al-Shaykh Zayn al-‘Âbidîn, Sa‘îd b. al-Najjâr al-Maghribî et ‘Îsâ b.asân. Les chrétiens : Mîkhâ‘îl b. al-ibân, ‘Abd al-Masî b. Jibâra. Les juifs : Salmûn b. Shaddâdet, son frère Îlyâ, Yahûdâ al-‘Armanî, alîf b. Shiâda, Shû‘â b. Manûr, Ramîn b. Yûsuf, Salmûn b. ûfân, Yûsuf b. ‘Abd al-Karîm al-Yahûdî et son frère Ibrâhîm, Mûsâ b. Katîla. ‘Ârif, 1992, p. 347.

42 Le aram al-Sharîf de Jérusalem (la mosquée d’al-Aqâ et le Dôme du Rocher) et le aram al-Ibrâhîmî à Hébron.

43 ‘Ârif, 1992, p. 346-347.

44 QASÂILÎ, 1876, p. 97.

45 Voir ‘Ârif, 1992, p. 348-350.

46 ‘Ârif, 1992, p. 470.

47 Par contre, à Damas, les matériaux utilisés dans la construction des maisons sont fragiles : « le bois pour la charpente des murs et le solivage des toitures, l’argile, sous forme de briques crues pour le remplissage des murs, la chaux éteinte associée à d’autres matériaux pour la confection des enduits de protection des terrasses et des murs, résistaient mal aux agressions climatiques, et plus simplement à l’usure du temps si les murs construits avec soin pouvaient durer plus de deux cents ans » ; Pascual, 1990, p. 387-388.

48 Sur la différence entre la dâr et le bayt, voir Pascual, 1990, p. 391-393. Selon lui, « le dâr est un bâtiment indépendant, bien délimité, composé de plusieurs espaces au rez-de-chaussée et à l’étage, qui s’organisent autour d’une cour ; il regroupe donc un espace découvert, la cour, pour le délassement et des espaces bâtis propres à y loger. Le bayt, au contraire, est un seul espace (couvert) destiné à y (passer la nuit) - au sens littéral du terme- pouvant posséder selon certains juristes un couloir » ; Pascual, 1990, p. 392.

49 Voir aussi la description des maisons de Jérusalem au XIe siècle d’après les documents de la Geniza : Kaplony, 2004, p. 183-185.

50 Pour une comparaison avec les maisons de Damas à la même période (fin du XIXe siècle), voir QASÂILÎ, 1876, p. 96-97. Pour les dârs à Tunis, voir Revault, 1984, p. 79-82.

51 Sijill 374, 14 Ramaân 1303/1886, p. 151.

52 Deguilhem, 1995a, p. 216.

53 Ben-Arieh, 1990, p. 213.

54 Sijill 342, 9 Rajab, 1275/1859, p. 61. Pour la description du ûsh à Jérusalem au XIXe siècle, voir Roaf, 2000, p. 391.

55 Selon Hanna, les ûshs au Caire abritaient les gens les plus pauvres, les maisons n’ayant qu’un rez-de-chaussée étaient les maisons les plus modestes ; Hanna, 1991, p. 187. Selon Abdel nour, le ûsh « désigne à l’origine une cour et souvent aussi une basse-cour. Le terme a été employé en parlant d’un bâtiment rural comprenant autour d’une cour les habitations des paysans » ; Abdel nour, 1979, p. 185 ; voir p. 183-190. Pour la description du ûsh dans les villes arabes à l’époque ottomane, voir Raymond, 1985, p. 223-225. Voir aussi Abdel nour, 1982, p. 130-135.

56 Sijill 368, début Rajab 1297/1880, p. 26-28.

57 Sijill 373, 23 Ramaân 1302/1885, p. 86.

58 Sijill369, 25 Rabî‘ I 1298/1881, p. 71.

59 Sijill378, 12 Jumâdâ I 1306/1888, p. 105.

60 Voir sijill 359, 11 Rabî‘ I 1308/1890, p. 108 et 17 Rabî‘ II 1308/1890, p. 122.

61 Selon l’article 59 de la loi sur l’administration générale des vilayets du 29 Shawwâl 1287/1971 : « Chaque village situé dans la circonscription du iya (ou nahié en ottoman) ainsi que le bourg où réside le mudîr a suivant les besoins un ou plusieurs mukhtârs » ; Nicolaïdes, 1873, vol. 3, p. 24.

62 Sijill, 368, 1293/1876, p. 5.

63 Sijill, 379, 1307/1889, p. 46.

64 Selon l’article 60 de la loi sur l’administration générale des vilayets du 29 Shawwâl 1287/Juin 1871 : « Les mukhtârs doivent publier dans leurs villages respectifs les lois, règlements et ordonnances du gouvernement qu’ils recevront à cet effet par l’entremise du mukhtâr » ; Nicolaïdes, 1873, vol. 3, p. 24.

65 Gerber, 1986, p. 31.

66 ABakr, 1996, p. 193.

67 A propos de ces articles, voir Nicolaïdes, 1873, vol. 3, p. 23-24.

68 Au Caire, selon Hanna, la personne qui accomplit ces missions s’appelle shaykh âra. Elle dit : « Les quartiers résidentiels constituaient aussi des entités administratives, avec un shaykh âra qui faisait la liaison entre les autorités et les habitants. Lors de désordres, c’était au shaykh âra d’essayer d’y remédier ou de prévenir l’aghâ des Janissaires » ; Hanna, 1991, p. 160.

69 Sijill 379, 1307/1889, p. 46 ; Sijill 402, 1327/1909, p. 310. Voir aussi Nicolaïdes, 1873, vol. 3, p. 23-24 ; Ghanâyim, 2000, p. 73-75 ; ABakr, 1996, p. 193, 197.

70 Sijill 368, 29 Dhû al-ijja 1293/1877, p. 4-6.

71 Sijill379, 21 Ramaân 1307/1889, p. 46-47.

72 Sijill378, 9 Jumâdâ II 1305/1887, p. 17.

73 Sijill378, 21afar 1307/1889, p. 209.

74 Sijill392, 23 Rajab 1317/1899, p. 145.

75 Sijill378, 21afar 1307/1889, p. 209.

76 Sijill411, 1332/1914, p. 172.

77 Voir Sijill 378, 9 Jumâdâ II 1305/1887, p. 17; Sijill 378, 21 afar 1307/1889, p. 209.

78 Sijill378, 21afar 1307/1889, p. 209.

79 Voir, par exemple, sijill383, début Sha‘bân 1308/1890, p. 13; sijill390, 10 Sha‘bân 1315/1897, p. 140; sijill402, 2 Jumâdâ I 1326/1908, p. 7.

80 Voir le plan de Jérusalem dans Baedeker, 1893, p. 22-23.

81 Finbert, 1955, p. 352. Selon lui, jusqu’au XVe siècle, les juifs à Jérusalem n’étaient encore que 500 environ. Également, selon Chouraqui, ce quartier compte des bâtiments vieux de cent à deux cents ans, ainsi que quelques synagogues qui datent du XVIe siècle ; Chouraqui, 1996, p. 173.

82 ‘Ârif, 1992, p. 431-432. Voir aussi Dumper, 2002, p. 81.

83 Dumper, 1992a, p. 219; Dumper, 1992b, p. 148-149. Voir aussi Ben arieh, 1984, p. 327.

84 Dumper , 1992a, p. 221; Dumper, 2002, p. 80.

85 ‘Ârif, 1953, p. 490; ‘Ârif, 1992, p. 431-432.

86 Waqf2/48,3/1932/13; 2/49,3/1932/13; 2/19,3/1922/13; 2/21,3/1932/13.

87 Waqf2/18,3/1918/13; 2/43,3/1931/13; 2/46,3/1932/13; 2/24,3/1926/13; 2/26,3/1927/13; 2/27,3/1927/13; 2/22,3/1923/13.

88 Waqf 2/48,3/1932/13 ; 2/49,3/1932/13 ; 2/19,3/1922/13 ; 2/21,3/1932/13.

89 Waqf 2/18,3/1918/13 ; 2/43,3/1931/13 ; 2/46,3/1932/13 ; 2/24,3/1926/13 ; 2/26,3/1927/13 ; 2/27,3/1927/13 ; 2/22,3/1923/13.

90 Pour la totalité des biens waqfs dans ces quartiers, voir les statistiques dans le troisième chapitre.

91 Sijill379, 6 Sha‘bân 1307, p. 35.

92 Voir waqf10/501, 2/33/13, 10/506, 2/34/13.

93 Pour en savoir plus sur la position des juifs vis-à-vis des réformes ottomanes en 1856, voir Jannaway, 1914, p. 8-9. Voir aussi, Cuneo, 2000, p. 215.

94 Le premier article du règlement du 1er avril 1864 concernant la communauté israélite dit : « Le Grand Rabbin sera le chef de toute la ‘nation’ israélite établie dans l’Empire et agira comme agent exécutif des ordres du gouvernement impérial. Il doit avoir un caractère loyal et honorable, être né de parents sujets ottomans, avoir de bonnes mœurs, servir fidèlement la ‘nation’, être expérimenté dans les affaires temporelles et spirituelles. Il ne doit pas avoir moins de 30 et plus de 70 ans. Il ne pourra être destitué à cause de son grand âge, à moins qu’il ne devienne intellectuellement et physiquement incapable de vaquer à ses fonctions » ; Young, 1905, vol. 1, p. 148.

95 Selon Young, « à dater du régime du sultan Mamûd, le Grand Rabbin, élu par la communauté, devait être proposé à la sanction du sultan et en 1939, le Grand Rabbin Shemoun Haim fut révoqué au bout d’un an parce qu’il était de nationalité étrangère. En outre, la communauté juive avait un chef spirituel (Rav-ha-Kollel), mais ses seuls corps constitués étaient deux tribunaux (Beth-Din). En 1860, on créa deux nouvelles assemblées : un tribunal suprême composé de quatre membres (Beth-din-ha-gadol) et une assemblée des notables (méjlis gashmi ou toubé haïr) élu par le peuple parmi les familles riches de l’époque » ; Young, 1905, vol. 1, p. 144.

96 Dumper, 2002, p. 41.

97 Finbert, 1955, p. 328.

98 Baedeker, 1893, p. 35; al-ût, 1986, p. 388. Voir la section sur le waqf juif à Jérusalem dans le troisième chapitre de cette étude.

99 Dumper, 2002, p. 41.

100 De nombreux immigrants venus de Tchécoslovaquie, de Yougoslavie, de Pologne, d’Allemagne, d’Autriche, de Hongrie, de Hollande, des États-Unis, de la Russie, du Turkestan et même de Chine ; Finbert, 1955, p. 319, 322, 323.

101 Baedeker, 1893, p. 35; Dumper, 1992a, p. 149.

102 Nous reviendrons plus longuement sur ce point dans le troisième chapitre de cette première partie.

103 Voir, par exemple, sijill 364, Sha‘bân 1292/1875, p. 268 ; sijill 374, 21 Rajab 1305/1887, p. 150 ; sijill 378, début afar, 1306/1888, p. 81 ; sijill 378, 8 Dhû al-Qa‘da 1306/1888, p. 166 ; sijill 378, 29 Muarram, 1307/1889, p. 191.

104 Chouraqui, 1996, p. 168.

105 Voir, par exemple, Baedeker, 1893, p. 76-77 ; Finbert, 1955, p. 349 ; Hachette, 1956, p. 496.

106 Waqf 2/18,3/1918/13 ; 2/43,3/1931/13 ; 2/46,3/1932/13 ; 2/24,3/1926/13 ; 2/26,3/1927/13 ; 2/27,3/1927/13 ; 2/22,3/1923/13.

107 Waqf 2/48,3/1932/13 ; 2/49,3/1932/13 ; 2/19,3/1922/13 ; 2/21,3/1932/13.

108 Pour cette question voir Dumper, 2002, p. 51-65.

109 Pour le rôle joué par ces pays à Jérusalem sous prétexte de protéger les communautés religieuses de Jérusalem, voir les Archives du Quai d’Orsay, CPC (Correspondance Politique des Consuls), Turquie-Jérusalem, vol. 11, vol. 12, p. 64, vol. 16, p. 142-146. 177-180, vol. 18, p. 129-146, vol. 22, vol. 23, p. 130-133, 261-262, vol. 24, vol. 26, p. 240-242, 246-255.

110 Voir ‘Ârif, s. d., p. 239-243 ; ‘Ârif, 1992, p. 526-527.

111 ‘Ârif, s. d., p. 239-243 ; ‘Ârif, 1992, p. 526-527.

112 ‘Ârif, 1992, p. 528-529 ; ‘Ârif, s. d., p. 245.

113 ‘Ârif, s. d., p. 242.

114 Peri, 1996, p. 408.

115 Baedeker, 1893, p. 35.

116 ‘Ârif, 1992, p. 534 ; ‘Ârif, s. d., p. 253.

117 Baedeker, 1893, p. 35. Mais, selon Peri, il y avait 166 Maronites en 1690 à Jérusalem ; Peri, 1996, p. 408.

118 ‘Ârif, 1992, p. 536 ; ‘Ârif, s. d., p. 256.

119 ‘Ârif, s. d., p. 254 ; ‘Ârif, 1992, p. 534.

120 Baedeker, 1893, p. 35.

121 Monnaie allemande : 1 tâlira valait à l’époque environ 3,7 francs : ‘Ârif, s. d., p. 254.

122 ‘Ârif, 1992, p. 534 ; ‘Ârif, s. d., p. 254.

123 Baedeker, 1893, p. 35. Toutefois, selon Peri, le nombre de Syriens à Jérusalem est estimé à 180 en 1690 ; Peri, 1996, p. 408 ; ‘Ârif, 1992, p. 535.

124 ‘Ârif, 1992, p. 534 ; ‘Ârif, s. d., p. 255.

125 Preine, 2001, p. 347-359. Voir aussi Baraude, 1924, p. 129.

126 ‘Ârif, 1992, p. 538 ; ‘Ârif, s. d., p. 259-260.

127 ‘Ârif, 1992, p. 536-537 ; ‘Ârif, s. d., p. 257.

128 Sur les causes et la nature de ces conflits et le rôle du gouvernement ottoman et des consulats étrangers, voir Aqo, CPC, Turquie-Jérusalem, vol. 23, p. 130-133 ; vol. 25, p. 145-150 ; Turquie-Palestine, vol. 130, p. 107-148 ; vol. 133, p. 8-10, 28-30, 120-135 ; vol. 135, p. 170-190.

129 Chouraqui, 1996, p. 171.

130 Dans les sijills, ce quartier n’est pas appelé ârat al-Arman mais Maallat al-Arman. Par exemple, voir le sijill 373, 24 Jumâdâ II 1302/1885, p. 63 ; sijill 379, 21 Shawwâl 1307/1889, p. 59 ; sijill 399, Muaram 1323/1905, p. 5 ; sijill 402, 2 Jumâdâ I 1326/1908, 72.

131 Pour des informations concernant les origines des Arméniens de Jérusalem, voir, par exemple, Amédée, 1866, p. 154-155.

132 Voir le plan de Jérusalem dans Baedeker, 1893, p. 22-23.

133 Voir, par exemple, sijill 373, 27 Jumâdâ II 1302/1885, p. 63-64 ; sijill 402, 2 Jumâdâ I 1326/1908, p. 7.

134 Baedeker, 1893, p. 22-23.

135 Voir Baedeker, 1893, p. 22-23.

136 Chouraqui, 1996, p. 172.

137 Sijill402, 2 Jumâdâ I 1326/1908, p. 7.

138 Sijill 379, 21 Shawwâl 1308/ 1890, p. 59.

139 Le voyageur français Amédée (le Révérend Père de Damas) a appelé ce quartier « quartier turc » : « Vraiment, plus nous avançons dans notre visite des quartiers, plus nos découvertes apportent de tristesse à nos cœurs. Aussi j’hésitais presque à pénétrer dans le quartier Turc ; et cependant, il le faut, malgré nos répugnances. Nous y recevrons des révélations tristes, mais importantes pour juger la situation de Jérusalem » ; Amédée, 1866, p. 160.

140 Chouraqui, 1996, p. 166-176.

141 Chouraqui, 1996, p. 167.

142 Au mois de juin 1967, la Maallat al-Maghâriba a été détruite et ses habitants expulsés. Cette mesure avait pour but de créer une vaste esplanade à l’usage des fidèles juifs à l’ouest du aram al-Sharîf où se trouve le mur des Lamentations ; voir al-KHAÎB, 1990, tome 6, p. 875 ; Dumper, 1992 a, p. 215. Dumper, 1992b, p. 152 ; al-Tâzî, 1972, p. 26 ; Tibawi, 1978, p. 35. Parmi les bâtiments détruits se trouvaient les mosquées de Burâq et d’Afalî ainsi que leurs zâwiyas. La célèbre Khânqâh al-Fakhriyya, adossée à l’ouest du aram al-Sharîf, a été détruite deux ans plus tard au cours de fouilles archéologiques menées par les Israéliens dans ce secteur.

143 Voir, par exemple, Amédée, 1866, p. 160 ; Baedeker, 1893, p. 22-23.

144 Voir sijill 341, 17 Rabî‘II 1274/1857, p. 13 ; sijill 342, 13 Rajab, 1275/1858, p. 63 ; sijill 351, 10 Jumâdâ I 1282/1865, p. 107 ; sijill 368, début Rajab 1297/1880, p. 25 ; sijill 371, 26 Muaram 1307/1889, p. 191 ; sijill 378, 24 Sha‘bân 1304/1885, p. 99 ; sijill 379, 17 Rabî‘ II 1308/1890, p. 122 ; sijill 397, 7 Rabî‘ II 1321/1903, p. 157 ; sijill 408, 8 Dhû al-ijja 1329/1911, p. 74.

145 Sur l’histoire de cette porte dans les sources coraniques, voir Busse, 1998, p. 1-18.

146 Voir al-anbalî, 1973, vol. 2, p. 52; Baedeker, 1893, p. 22-23.

147 Al-anbalî, 1973, vol. 2, p. 54; voir sijill411, 26 Muarram 1332/1913, p. 411.

148 Cette maalla est mentionnée plusieurs fois dans les registres des cadis de Jérusalem. Citons par exemple : sijill 347 début Muarram 1281/1864, p. 351 ; sijill 368, début Rajab 1297/1876, p. 25 ; sijill 378, 27 Rabî‘ I 1305/1887, p. 95 ; sijill 379, 15 Ramaân 1307/1889, p. 59 ; sijill 383, début Sha‘bân 1309/1891, p. 13.

149 Voir le plan de Jérusalem dans Baedeker, 1893, p. 22-23.

150 Voir le plan de Jérusalem dans Fa‘ûr, 1995 ; Dumper, 1992a, p. 150. Cette maalla est mentionnée dans le sijill 368, début Rajab 1295/1878, p. 142 ; sijill 378, 27 Rabî‘ I, 1305/1878, p. 95 ; sijill 379, 6 Sha‘bân 1307/1889, p. 35.

151 Cette maalla est mentionnée dans le sijill 379, 11 Rabî‘ I 1308/1888, p. 108 ; sijill 378, 30 Rabî‘ II 1306/1886, p. 112.

152 Voir le plan de Jérusalem dans Baedeker, 1893, p. 22-23 ; al-anbalî, 1973, vol. 2, p. 54.

153 Voir Baedeker, 1893, p. 22-23.

154 Cette maalla est mentionnée dans le sijill 378, 21 Rabî‘ I 1307/1889, p. 209 ; sijill 14 Sha‘bân 1308/1890, p. 174 ; sijill 402, 24 Jumâdâ I 1327/1909, p. 222 ; sijill 408, 2 Rajab 1330/1912, p. 92.

155 Voir Baedeker, 1893, p. 22-23.

156 Al-anbalî, 1973, vol. 2, p. 52.

157 Voir le plan de Jérusalem dans Baedeker, 1893, p. 22-23.

158 Voir le plan de Jérusalem dans Baedeker, 1893, p. 22-23.

159 Pour cette révolte, voir Manna‘, 1995, p. 77-80 ; Tûmâ, s. d., p. 92-96 ; Kimmerling, 1994, p. 3-36.

160 A Bakr, 1996, p. 134.

161 Sur cette question, voir Divine, 1994, p. 109.

162 Schölch, 1990a, p. 262.

163 Voir Manna‘, 1992, p. 74; Sanbar, 2004, p. 37-40; Schölch, 1990a, p. 226-232.

164 Schölch, 1990a, p. 43.

165 Voir Schölch, 1985, p. 494.

166 Voir, par exemple, sijill 354, p. 117 ; sijill 371, p. 105 ; sijill 378, p. 13.

167 Filasîn, N. 228, 9 Nîsân 1913, p. 2.

168 Filasîn, N. 357, 26 Tamûz 1913, p. 1-2.

169 Voir Schölch, 1990a, p. 301-307 ; Doumani, 1994, p. 5.

170 Baedeker, 1893, p. 35.

171 Ces statistiques ne doivent toutefois pas être prises à la lettre car toute forme de statistiques est susceptible d’erreur.

172 Schölch, 1990a, p. 40-41.

173 Schölch, 1990a, p. 50.

174 Davis, 2002a, p. 25.

175 Ben-Arieh, 1986, p. 354.

176 ABakr, 1996, p. 146.

177 Al-Natsha, 1984, p. 7.

178 Pour ce qui concerne ce sujet, voir, par exemple, les awâmir al-sulâniyya li-wilâyat dimashq 1820-1823, dans al-akîm, 2002.

179 Voir sijill, 348, 1283/1866, p. 51 ; voir aussi, al-Natsha, 1984, p. 7.

180 ABakr, 1996, p. 159.

181 Sijill, 348, 29 Shawwâl 1283/1867, p. 52-53. Sachant que cet ordre du sultan a été inscrit dans le registre du tribunal de Jérusalem, le 29 Muarram 1284/1868.

182 ABakr, 1996, p. 159.

183 ABakr, 1996, p. 157.

184 ABakr, 1996, p. 168-169. Voir aussi Pappe, 2004b, p. 26.

185 Voir Schölch, 1990a, p. 24-25; sijill354, 1284/1867, p. 91; ABakr, 1996, p. 170-171.

186 Sâlnâmat dawlat ‘aliya ‘uthmâniyya, 1290/1873, p. 154.

187 Sijill, 358, 7 Sha‘bân 1289/1872, p. 6-7.

188 Sijill, 358, au début Rajab 1287 /1871, p. 7; sijill 358, 17 Dhû al-Qa‘da 1287/1871 p. 53; sijill 358, 24 Dhû al-Qa‘da 1287/1871, p. 55-56; sijill 358, 29 Rabî‘ II 1288/1871, p. 70-71.

189 ‘Ârif, 1992, p. 383.

190 Voir Sâlnâmat dawlat ‘aliya ‘uthmâniyya, 1290/1873, p. 155.

191 ‘Awa, 1983, p. 208-209.

192 Selon l’article 29 de la loi des vilayets de 1867 : « Chaque sanjak dont l’administration civile, les finances et la police demeurent placées sous la haute autorité du Vali, a un mutaarrif nommé par ordonnance impériale et chargé de pouvoir à l’exécution de tous les ordres émanant du gouvernement impérial et des instructions qui lui sont transmises ou adressées par le vali, relativement à sa juridiction. Il exerce, en outre, le pouvoir exécutif dans le sanjaq, dans les limites de ses attributions » ; NicolaÏdes, 1873, vol. 2, p. 278-279.

193 Il faut signaler que, selon la loi des vilayets 1867, « dans chaque sanjak, un cadi est chargé de se prononcer sur tout procès du ressort du cher’i et à l’exclusion des affaires dépendant des lois civiles. Le cadi est nommé sur la proposition du Cheikh-ul-Islam. Un tribunal civil et criminel est institué dans le chef-lieu du sanjak. Il statue sur les causes civiles et criminelles qui excèdent la compétence des tribunaux civils des cazas et sur les appels interjetés par les parties contre les jugements de ces tribunaux, conformément à la loi. Le tribunal civil et criminel du sanjak est présidé par le cadi et composé de trois membres musulmans et de trois non musulmans, en qualité de juges. Un fonctionnaire spécial, désigné par le gouvernement impérial, assiste aux audiences de ce tribunal. Le tribunal civil et criminel traite de toutes causes, à l’exclusion : 1- des contestations entre musulmans qui sont du ressort spécial des tribunaux du cher’i et entre non musulmans qui sont du ressort de la juridiction spéciale des communautés non musulmanes ; 2- des matières de la compétence exclusive des tribunaux de commerce. Les jugements du tribunal civil du sanjak sont consignés dans un procès-verbal qui, revêtu des signatures du cadi, est présenté au mutaarrif. Celui-ci exécute les sentences du tribunal dans la mesure de ses pouvoirs et réfère celle dont l’exécution dépasse la limite de sa compétence à l’autorité centrale de vilayet. Chaque sanjak a un tribunal de commerce constitué dans les formes prescrites par le code de commerce. Il est composé d’un président spécial et d’un certain nombre de membres et fonctionne dans la limite des attributions fixées par le code de commerce. » ; Nicolaïdes, 1873, vol. 2, p. 280-281.

194 Sijill 341, 1274/1857, p. 47; sijill 346, 1279/1862, p. 63-64; sijill 348, 1283/1866, p. 45. Voir aussi CADN, Série A, N. 84, p. 77 ; Baedeker, 1893, p. 35.

195 Aqo, Turquie-Jérusalem, CPC, vol. 10, p. 289-290.

196 Voir Schölch, 1990a, p. 261-264.

197 Al-Bashîr, N. 409, 12 Tamûz 1878, p. 4 ; voir aussi al-Bashîr, N. 414, 19 Âb 1878. Pour ce qui concerne les déplacements du gouverneur dans la province de Jérusalem, voir Filasîn, N. 240, 15 Ayâr 1913, p. 1.

198 Al-Bashîr, N. 1038, 17 Âb 1892, p. 2. Voir aussi al-Bashîr, N. 1087, 28 Tishrîn I 1893, p. 3.

199 La plupart de ces gouverneurs étaient promus dans leurs fonctions et n’étaient pas originaires de Palestine. Pour cette question, voir ‘Ârif, 1992, p. 327-328.

200 Filasîn, N. 209-6, Kânûn II 1913, p. 1 ; ‘Awa, 1983, p. 210.

201 Filasîn, N. 222-19, 6, Âdhâr 1913, p. 1.

202 Filasîn, N. 204-1, 2 Kânûn II 1913, p. 1.

203 Filasîn, N. 240-37, 15 Ayâr 1913, p. 1. Voir aussi, Filasîn, N. 243-39, 22 Ayâr 1913, p. 1.

204 Un journal publié par les juifs en Palestine.

205 Al-Munâdî, N. 28, 13 Tamûz 1912, p. 4. Voir aussi, CAND, série A, N. 137.

206 Aqo, Turquie-Palestine, CC, vol. 134, p. 168-169.

207 Voir al-Munâdî, N. 10, 10 Nîsân, 1912, p. 1-2.

208 Voir, par exemple, Sâlnâmat wilâyat Sûriya, 1315 A. H., p. 339.

209 Sijill362, p. 64.

210 ABakr, 1996, p. 194.

211 Voir sijill 346, 1279/1863, p. 17 ; sijill 350, 1282/1865, p. 50.

212 Selon Baedeker, le Majlis idâra (Conseil d’administration, présidé par le chérif) ; Baedeker, 1893, p. 34.

213 Selon l’article 32 de la loi sur l’administration générale des vilayets du 29 Shawwâl 1287/1871 les devoirs et tâches attibués aux directeurs des waqfs sont : “1- l’encaissement des revenus du waqf et l’envoi, dans les délais fixés, de ces sommes à la caisse centrale des waqfs à Constantinople ; 2- la comptabilité et la tenue des livres des recettes et des dépenses ; 3- la révision, à la fin de chaque année, des comptes des mutawallîs, placés sous leur juridiction et le payement, conformément à la loi, de la part revenant au trésor, aux comptables et aux écrivains de l’excédent des recettes ; 4- l’achat et la réparation des biens waqfs sécularisés ; 5- l’examen de l’état des biens waqfs qui n’ont pas été soumis à des conditions par leurs légataires ; 6- la surveillance de l’administration des caisses des waqfs ainsi que de la cession et du transfert des biens waqfs » ; NicolaÏdes, 1873, vol. 3, p. 18.

214 Pour connaître les noms des personnalités ayant rempli ces fonctions, voir, par exemple, Sâlnâmat wilâyat Sûriyya, 1317 A. H., p. 133.

215 Sijill 354, 1284/1867, p. 80. Voir également le sijill 391, 1316 /1898, p. 28.

216 ‘Ârif, 1992, p. 316 ; Filasîn, N. 244, 29 Ayâr, 1913, p. 2 ; Filasîn, N. 240, 15 Ayâr 1913, p. 1 ; al-Bashîr, N. 2265, 11 uzayrân 1913, p. 3.

217 De nombreuses études détaillées ont été faites sur cette période. À titre d’exemple, voir ‘AWA, 1983.

218 Sijill 368, 1294/1877, p. 8.

219 Voir, par exemple, sijill 410 1330/1912, p. 10. Voir aussi ‘Awa, 1969, p. 102.

220 Sijill 368, 1296/1877, p. 8-9.

221 Sijill 353, 1283/1866, p. 15.

222 Selon l’article 90 de la loi sur l’administration générale des vilayets du 29 Shawwâl 1287/1871, les décisions de ce Conseil sont consignées en mabaas qui sont transmis au mutaarrif (gouverneur). À ce sujet, voir Nicolaïdes, 1873, vol. 3, p. 31.

223 Sijill 354, 1284/1867, p. 48-49. Voir aussi sijill 351, 1283/1866, p. 340-344.

224 Selon l’article 111 de la loi sur l’administration générale des vilayets du 29 Shawwâl 1287/1871 : dans chaque ville ou bourg siège un gouverneur général (wâlî), un gouverneur (mutaarrif) et un sous-gouverneur (qâ’immaqâm) et un Conseil municipal. À ce sujet, voir Nicolaîdes, 1873, vol. 3, p. 35.

225 Baedeker, 1893, p. 34.

226 Schölch, 1990b, p. 239; ABakr, 1996, p. 197.

227 Pour les réformes ottomanes concernant les Conseils municipaux et le Conseil municipal d’Istanbul, voir ROSENTHAL, 1980, p. 228-240.

228 QÂSIMIYYA, 1998, p. 379.

229 Nicolaïdes, 1873, vol. 3, p. 35.

230 Nicolaïdes, 1873, vol. 3, p. 36. Voir aussi alabî, 1993, p. 7.

231 Abû bakr, 1996, p. 197.

232 Pour plus de détails à ce sujet, voir Kurd ‘A, 1925, vol. 5, p. 132, 134 ; ABakr, 1996, p. 197.

233 Schölch, 1990a, p. 289; Schölch , 1990b, p. 239-244. Voir aussi sijill 402, 1327/1909, p. 306-310.

234 Schölch, 1990a, p. 280-292.

235 Sijill402, 7 Jumâdâ I 1327/1909, p. 306-310.

236 Sijill326, 27 Jumâdâ I 1258/1842, p. 14.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540