Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fondations pieuses en mouvement

 | 
Musa Sroor

Première partie : Les wafqs dans la ville de Jérusalem : entre législation et politique (1858-1917)

Introduction

Texte intégral

1Le waqf est l’un des éléments fondamentaux de l’évolution de la communauté musulmane, notamment dans le domaine social, économique et culturel. Il est aussi le reflet de l’expérience historique de la communauté, de ses différentes générations et de son identité. Le waqf est à la base une institution immuable mais il ne cesse pourtant de se transformer pour suivre le développement économique et social du lieu où il se trouve. Son évolution se manifeste notamment dans les divergences d’opinion des jurisconsultes à propos d’un certain nombre de questions comme, par exemple, les différentes catégories et les dispositions obligatoires ou non d’après les contrats d’exploitation du waqf. Ces divergences ont entraîné une certaine souplesse dans les règles du waqf qui se sont adaptées aux mutations historiques et ont tenu compte des changements de la société.

2Il est clair qu’en l’absence d’institutions gouvernementales au service des plus défavorisés et du développement culturel de la société, le waqf a dû fonctionner comme un système servant à combler ce manque. Cela ne signifie pas pour autant que l’institution du waqf a œuvré indépendamment de l’État et de ses diverses organisations. Ces dernières ont joué un rôle important dans les orientations du waqf, notamment dans la gestion de ses fonctions qu’elles ont fréquemment orientées vers le service de l’État.

  • 1 Voir al-ARNÂ’Û, 1994, p. 55-56 ; VAN LEEUWEN, 1999, p. 185-203.

3Le waqf a contribué au développement architectural et urbain des régions musulmanes par la construction de différents types de bâtiments financés par les waqf1 et en particulier d’établissements religieux et soufis comme les zâwiyas et les takiyyas, de centres culturels et religieux comme les madrasas et les mosquées, ou médicaux comme les bîmâristâns. Ces édifices ont été construits en terre musulmane grâce à des bienfaiteurs. Leur style architectural est très perceptible dans la ville de Jérusalem où ces institutions financées par les waqfs sont nombreuses.

4À l’époque ottomane, de nombreux établissements waqfs de Jérusalem ont subi des changements, certains ont dévié de leur but initial, d’autres ont été détruits et remplacés par d’autres types de constructions.

5Dans la première partie, nous présenterons les institutions des waqfs de Jérusalem et suivrons leur évolution historique en précisant leurs catégories ainsi que leurs revenus, générés par les biens-fonds qui leur appartiennent et assurent par là même la pérennité de leur mission.

6Nous étudierons également la politique du gouvernement ottoman entre 1858 et 1917 à l’égard de ces institutions et le nouveau rôle assumé par cette politique dans leur fonctionnement.

7Pour mieux évoquer ces sujets, nous avons jugé utile de donner d’abord un aperçu du plan urbain de Jérusalem à partir de 1858, de la nature des habitations, des diverses organisations administratives ainsi que des relations locales avec l’administration centrale, en l’occurrence celle d’Istanbul.  C’est ce que nous étudierons dans le premier chapitre de cette partie.

8Dans le deuxième chapitre, nous examinerons le système du waqf, sa définition, les modalités de son fonctionnement et son statut juridique dans les écrits religieux de l’islam. Pour éclairer cela, nous présenterons de nombreux exemples de procédure et de pratiques de la jurisprudence du waqf à Jérusalem. Pour cette analyse, nous nous sommes appuyés sur les registres des cadis de Jérusalem de la période étudiée (1858-1917).

9Enfin, dans le troisième chapitre, nous détaillerons les différentes sortes de waqfs et leurs biens immobiliers qui fournissaient les revenus nécessaires à leur bon fonctionnement. Nous évoquerons également les waqfs non musulmans, c’est-à-dire chrétiens et juifs. Nous analyserons le système administratif des waqfs à la fin du XIXe siècle (à Jérusalem) en précisant la politique suivie par les autorités ottomanes pour la gestion de ces institutions.

10Ces trois chapitres établiront donc les bases théoriques qui faciliteront la compréhension du contenu de la deuxième partie où nous traiterons des changements de statut de propriété des biens waqfs dans la ville de Jérusalem pendant la période ottomane.

Notes

1 Voir al-ARNÂ’Û, 1994, p. 55-56 ; VAN LEEUWEN, 1999, p. 185-203.

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540