Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Portes et murailles de Damas de l'Antiquité aux premiers mamlouks

 | 
Jean-Michel Mouton
, 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Claudine Piaton

Chapitre VI. Corpus des inscriptions figurant sur le rempart et sur les portes de la ville de Damas

Jean-Michel Mouton et Dominique Sourdel (†) et Janine Sourdel-Thomine

Texte intégral

  • 1 Ce corpus constitue en lui‑même la deuxième section du projet de publication par fascicule d'un co (...)

1Le corpus 1 présenté ici est constitué de l'ensemble des inscriptions entretenant un lien avec la muraille et les portes de Damas à l'époque médiévale. Un classement chronologique de ces textes a été retenu permettant d'apprécier la valeur documentaire de chaque pièce entre la fin de l'époque bouride (1104 ‑1154) et la domination des sultans mamlouks du Caire (1250‑1516). Quatre sous ‑sections ont été ainsi distinguées : le premier groupe (Inscr. nos 1 à 2) est constitué de deux inscriptions de la fin de l’époque bouride ; le deuxième groupe (Inscr. nos 3 à 10) comporte huit inscriptions s'échelonnant de 551/1156 à 569/1174 c'est‑à‑dire jusqu’à la fin du règne de Nūr al‑Dīn ; le troisième groupe rassemble onze inscriptions (Inscr. nos 11 à 21) appartenant à l'époque ayyoubide et le dernier, huit inscriptions de la période du sultanat mamlouk (Inscr. nos 22 à 29).

2La nature de ces inscriptions est aussi variée que leur style et leur aspect. Il faut d'abord mettre à part les textes qui ont été accidentellement intégrés à la muraille et qui sont au nombre de trois. Deux d'entre eux figurent sur des pierres de remploi provenant de l'un des monuments ayyoubide disparu qui était voisin de l'enceinte (Inscr. n° 12) et l'autre d'une tombe mamlouke (Inscr. n° 23). Le troisième exemple est celui d'une inscription appartenant à un monument d'abord isolé extra muros qui fut par la suite intégré à une porte de la ville (Inscr. n° 1).

3Parmi les textes intentionnellement destinés à figurer sur l'enceinte, on doit d'abord considérer ceux qui peuvent se ranger sous le nom générique de « textes de construction », mais qui font néanmoins appel à un vocabulaire différent selon les types de travaux qu'ils commémorent. Les réalisations les plus complètes sont introduites par le verbe anšā'a « fonder » (Inscr. n° 9). Ainsi dans l’inscription n° 9, sous Nūr al‑Dīn, on voit ce terme utilisé pour désigner une nouvelle réalisation, celle de la fondation d'une tour. Les verbes ḥafara et banā, « creuser » et « bâtir » (Inscr. n° 13), apparaissent un peu plus tard sous le règne du prince ayyoubide al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam 'Īsā : on voit procéder à l'établissement d'un fossé de protection « creusé », puis renforcé sur ses flancs par deux parements « bâtis ». Enfin, le terme apparemment neutre de ‘amala, « faire ou fabriquer » (Inscr. nos 16, 17 et 21), est utilisé à partir des années 1220 pour désigner tout autant la construction des plates ‑formes couronnant les portes dans les inscriptions nos 16 et 17 sous le règne de l'Ayyoubide al‑Nāṣir Dāwūd que l'adjonction à la muraille d'une tour supplémentaire comme dans l’insription n° 21 sous le règne d'al‑Malik al‑Ṣāliḥ Naǧm al‑Dīn Ayyūb.

4Plus fréquente, une réfection de toute pièce est signalée par le verbe ǧaddada « refaire à neuf ». Ce processus ne fut utilisé qu'à partir de l'époque ayyoubide et désigne les sérieux remaniements apportés au rempart et au fossé de Bāb Šarqī (Inscr. n° 14), à la porte, au rempart et au fossé de Bāb Ṣaġīr (Inscr. n° 15), à la porte et au fossé de Bāb al‑Faraǧ (Inscr. n° 18) et à la porte de Bāb al‑Salāma (Inscr. n° 20). S'y ajoutent deux mentions de l'époque mamlouke indiquant de cette manière la profonde transformation des deux portes déjà existantes de Bab Kaysān (Inscr. n° 22) et Bāb Tūmā (Inscr. n° 25).

5Enfin la simple remise en état de constructions défensives préexistantes répond à l'emploi du verbe ‘amara « aménager ». C'est cette formule qui est la plus employée dans au moins huit inscriptions : une de l'époque bouride (n° 2, porte et rempart de Bāb al‑Ǧinān), six du règne de Nūr al‑Dīn (n° 4, porte, rempart et fossé de Bāb Šarqī ; n° 5, bāšūrā de Bāb al‑Ǧābiya ; n° 6, Bāb al‑Ǧābiya ; n° 7, tour au nord de Bāb al‑Ǧābiya ; n° 8, tour entre Bāb Kaysān et Bāb Ṣaġīr ; n° 10, avant ‑mur à Bāb al‑Ǧābiya) et une inscription d'époque mamlouke (n° 24, tour proche de Bāb al‑Ǧābiya).

6La confrontation des textes de constuction et de l'étude architecturale permet ainsi d'appréhender les nuances d'un vocabulaire caractérisant la nature des travaux effectués. Sans cet éclairage, les épigraphistes ne pouvaient que donner des traductions imprécises de ces termes.

7Dans toutes les inscriptions précédentes, il s'agit donc de créations ou de restaurations architecturales qui permettent de dessiner l'évolution de l'enceinte. Mais à côté de ces textes figurent quelques autres spécimens qui relèvent d'une troisième catégorie. Ce sont essentiellement des décrets notamment d'abolition de taxes ou de ventes forcées qui ont été gravés à tel ou tel endroit pour des raisons contingentes. Il s'y ajoute un texte de commémoration qui semble unique dans son genre (Inscr. n° 11). Cette dernière inscription transcrit sur la pierre la gloire sans doute posthume de Saladin au moment de sa dernière apparition publique à Damas où il accueillait la caravane du pèlerinage à Bāb al‑Ǧābiya.

8Quant aux décrets qui avaient été ainsi affichés sur la muraille ou sur les portes de la ville, ils ne comportent que quatre exemples : l’inscription n° 3 gravée sur ordre de Nūr al‑Dīn sous le porche intérieur de Bāb Ṣaġīr, l’inscription n° 27 promulguée par le sultan mamlouk Barqūq et placée sur la façade du porche de Bāb al‑Faraǧ sud, l’inscription n° 29 due au sultan mamlouk al‑Malik al‑Ašraf Barsbāy conservée sur un des piédroits de la façade extérieure de Bāb al‑Salāma, et en dernier, l’inscription n° 30 incrustée dans la muraille entre Bāb al‑Salāma et Bāb Tūmā. Dans tous ces exemples, l'emplacement du décret avait été choisi pour en assurer la proclamation sous les yeux de ceux qui en bénéficiaient.

  • 2 Sauvaget, 1932a, n° 11, p. 32 ‑41.
  • 3 Recueil Schefer, n° 160. Il n'était également pas question d'inclure une copie douteuse du Recueil (...)

9Ces quelques décrets répondaient au même objet que d'autres spécimens situés au voisinage des portes et parfois abusivement désignés sous leur nom. Nous nous contentons seulement d'en signaler l'existence sans les intégrer dans le corpus auquel ils ne sauraient appartenir. Il s'agit essentiellement d'un décret dit de Bāb al‑Faraǧ 2 qui se trouvait en fait sur une petite mosquée voisine de Bāb al‑Faraǧ nord et concernait les fours de verriers de ce quartier extérieur à la ville. De même, avons‑nous exclu le décret apposé sur la mosquée de la bāšūra, elle‑même située à l'extérieur de Bāb Ṣaġīr, décret qui avait pour objet d'abolir les taxes payées par les habitants de Šāġūr à titre de « protection » ou ḥimāya 3.

Époque bouride

1‑Texte de construction d'une madrasa conservé sous le porche de Bāb al‑Farādīs nord (= Bāb al‑‘Amāra) 538/16 juillet 1143 ‑ 4 juillet 1144 (fig. 176)

Figure 176 : Inscription no 1. Bāb al‑Farādīs nord, texte de construction d'une madrasa (538/1143‑44).

Figure 176 : Inscription no 1. Bāb al‑Farādīs nord, texte de construction d'une madrasa (538/1143‑44).

© J. Jehel, 2010.

10Dalle rectangulaire en calcaire qui a dû servir de linteau à la porte de la madrasa Muǧāhidiyya extra muros. Elle est aujourd'hui située au‑dessus d'une porte intégrée au porche de Bāb al‑Farādīs nord [12] qui donne accès, côté est, au passage conduisant au ǧāmi‘ al‑Sādāt. L'inscription ne semble plus être à son emplacement originel.

11Inscription gravée en relief dans un cadre saillant (longueur : 140 cm ; hauteur : 40 cm). Elle présente une cassure verticale dans la partie droite. Cinq lignes en écriture cursive et entre listels ; petits caractères frustes ; présence de rares points diacritiques.

12Publication : RCEA, IX, p. 271 ; Yūsuf b. ‘Abd al‑Hādī, Ṯimār, éd. Ṭalass, p. 223, n° 135 ; D. et J. Sourdel, 1979, inscr. n° 20, p. 167 ‑169.

13Reproduction : D. et J. Sourdel, 1979, pl. X, n° 20.

Texte arabe

14١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم أمر بعمارة هذا المشهد المبارك الأمير الأجل الإسفهسلار

15٢ ‑ المخلص المختار الموفق السعيد المقبل مجاهد الدين جمال الإسلام صارم الدولة حصن الملة سيف

16٣ ‑ الأمة شجاع الملوك ثقة السلاطين ظهير المجاهدين شرف الأمراء فخر المعالي أعز الخواص أبو الفوارس

17٤ ‑ بزان بن مامين بن علي بن محمد الكردي الجلالي ناصر أمير المؤمنين طلبا لثواب الله وابتغاء مرضاته

18٥ ‑ إن الله لا يضيع أجر من أحسن عملا صدق الله العظيم وذلك في سنة ثمان وثلثين وخمس مائة

Notes de lecture

19Ligne 1 : le dernier mot de la ligne n'a pas été lu par Ṭalass.

20Ligne 2 : le début de la ligne a été mal lu par Ṭalass (والمجاهد المحاصر au lieu deالمخلص المختار) ; le mot السعيد a été oublié et la fin de la ligne (سيف حصن الملة الدولة) n'a pas été lue.

21Ligne 3 : le début de la ligne n'a pas été lu par Ṭalass.

22Ligne 4 : Ṭalass a lu يامين au lieu de مامين

23Ligne 5 : Ṭalass a lu أخر et a simplement lu والله au lieu de الله صدق‫ ‬

Traduction

241 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. L’aménagement de ce monument commémoratif (mašhad) béni a été ordonné par l'émir illustre, l'isfahsalār,

252 ‑ le fidèle, l'élu, le favorisé, le bienheureux, le prospère Muǧāhid al ‑Dīn, la beauté de l'islam, le sabre de l'État, la citadelle de la nation, le sabre

263 ‑ de la communauté, le courage des princes, la confiance des sultans, le soutien des combattants du ǧihād, la noblesse des émirs, l'orgueil des hautes qualités, la gloire de l'élite, Abū l‑Fawāris

274 ‑ Buzān b. Māmīn b. ‘Alī b. Muḥammad le Kurde (al‑Kurdī) al‑Ǧalālī, défenseur de l'émir des croyants, dans la recherche de la récompense de Dieu et le désir de Sa satisfaction.

285 ‑ Dieu ne laisse pas perdre le salaire de qui a fait de bonnes actions. Dieu sublime est véridique. Et cela en l'année 538 (1143‑44).

Commentaire

  • 4 L'inscription porte le terme de mašhad et Ibn al‑Qalānisī qui est contemporain de sa fondation la (...)

29Cette inscription n'avait à l'origine aucun lien avec l'enceinte de Damas et n'avait d'autre objet que de commémorer la fondation d'un édifice situé hors ‑les ‑murs de la ville au moment de sa construction. Du monument lui‑même, qualifié selon les sources de mašhad, d'oratoire (masǧid) ou de madrasa 4, il ne subsiste aujourd'hui que la façade ouest portant l'inscription n°1 ainsi qu'une partie de l'iwān nord dont l'arc était porté par des colonnettes jumelées. L'entrée de la madrasa ouvrant sous le porche de Bāb al‑Farādīs nord permet aujourd'hui d'accéder à l'édifice appelé Ǧāmi‘ al‑Sādāt qui occupe l'emplacement originel de la cour et des iwān sud et est de la madrasa.

  • 5 Sur ce personnage, voir Mouton, 1994, p. 108‑109, 180‑182 et 238‑239.
  • 6 D. et J. Sourdel, 1979, p. 164‑166.
  • 7 D. et J. Sourdel, 1983, p. 246‑251.
  • 8 « Papiers de Damas », liasse n° 13 412.
  • 9 On ne peut en revanche attacher aucune confiance à la titulature figurant ici sous le n° 2 et rapp (...)
  • 10 Les titres en dawla étaient alors couramment utilisés pour les officiers de moyenne importance.
  • 11 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 296 ; Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Liban), p. 57‑58 ; Ibn al‑Furāt, T (...)
  • 12 ‘Imād al‑Dīn al‑Iṣfahānī, al‑Bustān al‑ǧāmi‘, p. 327.
  • 13 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, p. 243.

30Le fondateur mentionné dans le texte de construction, Muǧāhid al‑Dīn Buzān b. Māmīn, était un officier d'origine kurde qui commença sa carrière au service des princes bourides. Il atteignit ensuite aux plus grands honneurs lorsqu'il défendit Damas contre les entreprises de Nūr al‑Dīn auquel ensuite il se rallia à partir de 549/1154 5. Il avait dès 529/1134‑35 fondé une première madrasa, la Muǧāhidiyya intra muros, située au sud ‑ouest de la grande Mosquée de Damas dont une inscription déjà publiée commémore encore la construction 6. Dans les deux inscriptions qu'il nous a ainsi laissées comme dans un certificat de pèlerinage à la Mecque par procuration déjà publié 7 ainsi que dans un début de lettre officielle conservé dans les « Papiers de Damas » 8, on observe l'évolution d'une titulature solidement établie qui reflète les diverses étapes d'une vie 9. Buzān qui joua un double rôle de militaire et d'homme d'État apparaît dans le certificat de pèlerinage comme le représentant d'un clan kurde puissant, celui des Ǧalālī. Il est alors qualifié de Ṣārim al‑Dawla, sabre de l'État, et de Tāǧī, client du prince Tāǧ al‑Mulūk Būrī (522‑526/1128‑1132) 10. Ensuite, dans l'inscription de 529/1134‑35, des appréciations beaucoup plus élogieuses s'ajoutent au titre nouveau de Muǧāhid al‑Dīn qui lui restera attaché par la suite. On y remarque aussi un changement de nisba — al‑Šihābī se substituant à al‑Taǧī — qui en fait désormais le client du nouveau prince bouride Šihāb al‑Dīn Maḥmūd (529‑533/1135‑1139). Il faut ensuite attendre 538/1143‑44 et l'inscription de la Muǧāhidiyya extra muros pour découvrir les progrès de la carrière de Buzān marquée notamment par un titre en amīr al‑mu'minīn, celui de Nāṣir amīr al‑mu'minīn, décerné par la chancellerie califienne elle‑même. C'est peu après que, selon les sources textuelles, Buzān aurait accédé successivement à la direction de la forteresse de Ṣarḫad en 542/1147 11, puis au poste de šiḥna de Damas en 545/1150‑51 12 avant de prendre la place de l'atābak Anar auquel il succéda à la tête de la ville. De cette époque date sans doute la lettre déjà signalée où sont louées à la fois ses qualités de combattant du ǧihād (« Exterminateur des rebelles et des hérétiques ») et ses pieuses initiatives comme « refuge des pauvres (fuqarā') et des nécessiteux »). Le fait correspond aux affirmations des chroniques qui se plaisent à vanter sa générosité à la fois dans la distribution des ṣadaqāt et dans la multiplication d’œuvres pies comme la création du cercle de récitation du Coran, le sub‘ al‑muǧāhidī, à la grande Mosquée de Damas 13.

  • 14 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 359.
  • 15 Ibn ‘Asākir, Ta'rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 305. Ce pont était appelé, selon Ibn al‑Qalānisī (...)
  • 16 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 282.
  • 17 Harawī, Guide, p. 36.
  • 18 Abū Šāma, Rawḍatayn, I, p. 387.

31Ce dernier aspect du personnage correspond précisément à l'initiative qu'il prit de fonder dès 538/1143‑44 la Muǧāhidiyya extra muros où il devait être enterré en ṣafar 555/février 1160. Cet important monument à vocation religieuse, situé non loin de la demeure de Buzān à l'intérieur de Bāb al‑Farādīs 14, avait contribué à améliorer un espace marécageux qui s'étendait alors au nord des limites de la ville. Le nouveau bâtiment s'élevait sur la rive gauche du nahr ‘Aqrabānī, « au bout du pont à droite en sortant » 15. Les énormes dépenses qui avaient été faites par Buzān pour agrémenter ce lieu doté d'un bassin, d'une fontaine et d'arcades donnant sur la rivière comptaient parmi les bonnes œuvres qu'on lui attribuait 16. Il avait aussi fait transporter du Ḥawrān dans cette madrasa, une pierre marquée d'une empreinte du pied du Prophète Muḥammad et devenue dès lors objet de vénération. Cette ziyāra était suffisamment fréquentée pour être mentionnée dans le Guide de pèlerinage de ‘Alī al‑Harawī 17 et joua peut‑être un rôle dans la localisation d'une porte, Bāb al‑Farādīs nord, qu'elle aurait protégée. Cette porte fut ainsi construite tout contre (lazīq) la madrasa 18.

2‑Texte de construction à Bāb al‑Ǧinān, porte aujourd'hui disparue 538/16 juillet 1143‑3 juillet 1144

  • 19 Kremer, 1854, 5/2, p. 15‑16.

32Von Kremer signale à Bāb al‑Naṣr [1], « porte construite en arc brisé », une inscription en nasḫī sur une pierre « montée à l'envers » 19. Dans le Recueil Schefer (n° 309), il est indiqué : « Inscrit sur une pierre au ‑dessus de la porte du souk al‑Arwām, qu'on découvrit récemment lorsqu'on a démoli la porte » (maktūb ‘alā ḥaǧar fawqa Bāb al‑Arwām inkašafa ‘inda hadm fī hāḏihi l‑ayām). Inscription aujourd'hui disparue qui a été à plusieurs reprises confondue avec les deux inscriptions de fondation de l'émir Buzān déjà signalées pour les madrasas al‑Muǧādiyya intra muros et extra muros (Inscr. n° 1).

33La numérotation des lignes est celle du Recueil Schefer, mais il est peu probable qu'elle corresponde aux lignes de l'inscription.

34Publication : RCEA, VIII, inscr. n° 3117 (d'après le Recueil Schefer n° 309 sous Bāb Sūq al‑Arwām) ; Yūsuf b. ‘Abd al‑Hādī, Ṯimār, éd. Ṭalass, p. 223, n. 1 ; al‑Šihābī, 1997, p. 173.

Texte arabe

35١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم أمر بعمارة هذا الباب والصور المبارك

36٢ ‑ الأمير الأجل الإسفهسلار ...

37٣ ‑ الموفق السعيد المقبل مجاهد الدين جمال الإسلام

38٤ ‑ عماد الدولة حصن المسلمين الأوحد مختار

39٥ ‑ الملوك بغية السلاطين ظهر المجاهدين

40٦ ‑ سرور الأمراء ابو المعالي أعز الخواص أبو الفوارس

41٧ ‑ .... بن علي بن محو الكردي الجلالي ناصر أمير المؤمنين

42٨ ‑ طلبا لثواب الله وابتغاء لمرضات الله إن الله لا

43٩ ‑ يضيع أجر من أحسن عملا صدق الله العظيم

44١٠ ‑ وذلك في سنة ثمان وثلثين وخمسمائة

Notes de lecture

45Ligne 2 : il est possible que le titre figurant après الاسفهسلار soit المخلص comme dans les deux autres inscriptions de Buzān : l'inscription de fondation de la madrasa Muǧāhidiyya intra muros qui se trouve aujourd'hui sur le ǧāmi‘ al‑Qalbaqǧiyya (RCEA, VIII, n° 3072) et l'inscription de fondation de la madrasa Muǧāhidiya extra muros publiée ci‑dessus. Sauvaget, dans ses notes, propose de faire suivre الاسفهسلار par المخلص المختار comme cela figure dans l'inscription de la madrasa Muǧāhidiyya extra muros.

46Ligne 4 : le titre en al‑dawla figurant sur les deux autres inscriptions de Buzān est : صارم الدولة . Sauvaget propose de remplacer ici عماد الدولة par صارم الدولة . Le titre حصن المسلمين الاوحد ne figure sur aucune des inscriptions de Buzān. Sauvaget propose de remplacer الاوحد المسلمين par حصن الملة سيف الامة comme dans l'inscription de la madrasa Muǧāhidiya extra muros. Il faut noter que le titre سيف الاسلام se trouve dans l'inscription de la madrasa Muǧāhidiyya intra muros.

47Lignes 4‑5 : le titre مختار الملوك ne figure sur aucune autre inscription de Buzān. Sur l'inscription de la Muǧāhidiyya extra muros, il est qualifié de شجاع الملوك. Sauvaget propose de remplacer ici مختار الملوك par شجاع الملوك.

48Ligne 5 : sur les deux autres inscriptions de Buzān, il est qualifié de ثقة السلاطين et non de بغية السلاطين. Sauvaget propose de remplacer ici بغية par ثقة. Il faut corriger ici, comme l'a remarqué Sauvaget, ظهر المجاهدين par ظهير المجاهدين .

49Ligne 6 : Buzān est qualifié de شرف الأمراء dans l'inscription de la Muǧāhidiyya extra muros et, selon la lecture laissée par van Berchem dans ses Carnets, de سيف الأمراء dans l'inscription de la Muǧāhidiyya intra muros. La lecture de van Berchem est sans doute fautive, de même que celle figurant ci‑dessus سرور الأمراء. Sauvaget propose de remplacer سرور الأمراء par شرف الأمراء. Sur l'inscription de la Muǧāhidiyya extra muros, on lit clairement فخر المعالي au lieu de ابو المعالي. Sauvaget propose de remplacer ici Abū par Faḫr. Van Berchem a lu de façon fautive عز الخواص au lieu أعز الخواص sur l'inscription de la Muǧāhidiyya intra muros.

  • 20 Wiet, 1926, p. 47, n. 3.

50Ligne 7 : le nom complet de Buzān qu'il faut ici restituer et qui figure dans les deux autres inscriptions est : بزان بن مامين بن علي بن محمد. Wiet, en se fondant sur la chronique d'Ibn al‑Qalānisī, avait déjà corrigé محو en محمد 20.

51Ligne 8 : sur l'inscription de la Muǧāhidiyya extra muros, on lit لمرضاته plutôt que لمرضات الله. Sauvaget avait souligné le terme الله qu'il avait fait suivre d'un point d'interrogation car cette lecture lui semblait fautive.

52Une restitution de cette inscription aujourd'hui disparue peut être proposée :

53بسم الله الرحمن الرحيم أمر بعمارة هذا الباب والصور المبارك الأمير الأجل الإسفهسلار المخلص المختار الموفق السعيد المقبل مجاهد الدين جمال الإسلام صارم الدولة حصن الملة سيف الأمة شجاع الملوك ثقة السلاطين ظهير المجاهدين شرف الأمراء أبو المعالي أعز الخواص أبو الفوارس بزان بن مامين بن علي بن محمد الكردي الجلالي ناصر أمير المؤمنين طلبا لثواب الله وابتغاء لمرضاته إن الله لا يضيع * اجر من أحسن عملا * صدق الله العظيم وذلك في سنة ثمان وثلثين وخمسمائة

Traduction

54Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. L'aménagement de cette porte et de cette muraille bénie a été ordonné par l'émir très illustre, le chef des armées, le fidèle, l'élu, le favorisé, le bienheureux, le prospère, Muǧāhid al‑Dīn, la beauté de l'islam, le sabre de l'État, la citadelle de la nation, le sabre de la communauté, le courage des princes, la confiance des sultans, le soutien des champions de la foi, la noblesse des émirs, l'orgueil des hautes qualités, la gloire de l'élite, Abū l‑Fawāris Buzān b. Māmīn b. ‘Alī b. Muḥammad al‑Kurdī al‑Ǧalālī, défenseur de l'émir des croyants, dans la recherche de la récompense de Dieu et le désir de Sa satisfaction. Dieu ne laisse pas perdre « le salaire de qui a fait de bonnes actions » (Coran XVIII, 30). Dieu sublime est véridique et cela en l'année 538 (1143‑1144).

55Ce texte conservé dans une copie douteuse a fait l'objet de restitutions diverses proposées par comparaison avec d'autres exemples de titulature désignant le même personnage (voir Inscr. n° 1). Il mérite d'être mentionné dans le corpus en raison de son objet : l'aménagement d'une porte dont l'ouverture ou le réaménagement aurait suivi la construction de la citadelle qu'avaient voulue les princes saljoukides. Cette porte, appelée Bāb al‑Ǧinān, aurait été située juste au sud de la citadelle pour offrir un passage aux habitants du quartier. Condamné à l'époque de Nūr al‑Dīn, le passage aurait été ensuite rétabli par Saladin sous le nom de Bāb al‑Naṣr.

56En faveur de l'authenticité de ce texte milite justement la mention par un archéologue digne de foi, von Kremer, vers 1850, de Bāb al‑Naṣr qu'il avait vue avant sa démolition pourvue d'une inscription. Que cette inscription ait été signée de Muǧāhid al‑Dīn n'a rien d'invraisemblable puisque celui‑ci apparaît comme un défenseur de Damas s'étant intéressé à l'aménagement du nord de la ville et de son enceinte.

Époque de Nūr al‑Dīn

3‑Décret d'abolition de taxes conservé sur le tympan intérieur de Bāb Ṣaġīr raǧab 551/20 août‑18 septembre 1156 (fig. 177)

Figure 177 : Inscription no 3. Bāb Ṣaġīr, décret d'abolition de taxes (551/1156).

Figure 177 : Inscription no 3. Bāb Ṣaġīr, décret d'abolition de taxes (551/1156).

© G. Li, 2008.

57Dalle de calcaire blanc, à partie supérieure cintrée, scellée in situ au ‑dessus du linteau en bois de la porte intérieure de Bāb Ṣaġīr [3], à 4,60 m au ‑dessus du sol. Inscription gravée en relief dans un cadre saillant (largeur à la base : 1 m ; hauteur : 1,10 m). Douze lignes en écriture coufique ornée de rinceaux, peintes en noir, entre listels. Présence de quelques points diacritiques. Bon état de conservation.

58Publication : RCEA, IX, n° 3216 (d'après van Berchem, Carnets II, p. 141 et VI, p. 122). Corrections de Sauvaget (RCEA, IX, p. 272 et XIV, p. 279) ; Munaǧǧid, 1945, p. 50 (= Šihābī, 1996, p. 159 ; id., 1997, p. 41) ; Sauvaget, 1947, p. 8‑11 ; Élisséeff, 1952‑1954, p. 58, n° IV.

59Reproductions : van Berchem, 1897, pl. IV, fig. 8 ; Sauvaget, 1947, fac-similé entre les pages 34 et 35.

Texte arabe

60١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم

61٢ ‑ أمر مولانا الملك العادل العالم

62٣ ‑ العارف المؤيد المظفر المنصور نور الدين ركن

63٤ ‑ الإسلام والمسلمين محيي العدل في العالمين أبو القاسم

64٥ ‑ محمود بن زنكي بن آق سنقر خلد الله ملكه بإزالة حق التسفير

65٦ ‑ على التجار المسافرين إلى العراق والقافلين عنها إلى دمشق

66٧ ‑ حرسها الله وتعفية رسمه وإبطال اسمه والمنع من تناوله

67٨ ‑ والمطالبة بشيء منه إحسانا إلى الرعية ورأفة ومنا عليهم

68٩ ‑ وعاطفة وتقربا إلى الله تعالى وتقديمه بين يديه يوم يجزي الله

69١٠ ‑ الذي أحسنوا بالحسنى ورسم لكل صاحب ووالي ونائب أنه لا يذكر ولا ياول

70١١ ‑ فيه بحيث يستمر ذلك على تطاول الأيام * فمن بدله بعد ما سمعه فإنما إ

71١٢ ‑ ثمه على الذين يبدلونه * وذلك في رجب سنة إحدى وخمسين وخمس مائة عمل توماس

Notes de lecture

72Ligne 3 : la lecture المؤيد المظفر n'est pas certaine. Il peut être proposé المكبر المؤتمن.

73Ligne 5 : Munaǧǧid et Šihābī n'ont pas lu بن زنكي ; la lecture du mot تسفير n'est pas certaine.

74Ligne 6 : la lecture proposée par le RCEA est منها au lieu de عليها.

75Ligne 8 : Munaǧǧid et Šihābī ont lu المكاتبة à la place de المطالبة comme la première lecture proposée par le RCEA ; la lecture de la fin de la ligne proposée par le RCEA est عنهم au lieu de عليهم

76Ligne 9 : Munaǧǧid a lu وتقديمه له ليزيد à la place de تقديمه بين يديه . Sauvaget avait lu تقديمة.

77Ligne 10 : Munaǧǧid n'a pas lu la fin de la ligne.

78Ligne 11 : Sauvaget a lu الاليم à la place de الأيام.

79Ligne 12 : مa lecture de la fin de la ligne se trouve seulement dans les Carnets de van Berchem.

Traduction

801 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.

812 ‑ Notre maître al‑Malik al‑‘Ādil, le savant,

823 ‑ le sage, l'assisté de Dieu, le victorieux, secouru par Dieu, Nūr al‑Dīn, le pilier

834 ‑ de l'islam et des musulmans, le vivificateur de la justice dans les mondes, Abū l‑Qāsim

845 ‑ Maḥmūd b. Zankī b. Āq Sunqur  Dieu fasse durer son règne  a ordonné de supprimer le droit de « mise en route »

856 ‑ imposé aux commerçants qui se rendent en Iraq ou qui en reviennent en direction de Damas

867 ‑ — Que Dieu la garde —, d'en effacer toute trace écrite, d'en abolir le nom, d'empêcher de le percevoir,

878 ‑ et d'en réclamer quoi que ce soit, comme un bienfait envers ses sujets, à titre de bonté, de bienveillance

889 ‑ et de mansuétude à leur égard et pour se rapprocher de Dieu le Très‑Haut et présenter devant Lui (ce bienfait) le jour où Dieu récompensera

8910 ‑ ceux qui auront fait le bien. Il a décrété qu'aucun responsable, gouverneur ni délégué ne l'invoquerait, ni n'y aurait recours

9011 ‑ afin que ce bienfait se perpétue au long des jours. * Quiconque changera cela après l'avoir entendu commettra

9112 ‑ un crime qui retombera sur ceux qui auront procédé au changement * (Coran, II, 177/181). Et cela, en raǧab de l'année 551 (août ‑sept. 1156). Oeuvre de Tūmās.

Commentaire

  • 21 Voir les inscriptions de Rabwe et du pont de Badr al‑Ǧamālī (J. et D. Sourdel, 1979, p. 131‑136 et (...)
  • 22 Il s'agit de plaques d'un autel antique conservées à la madrasa Sibā'iyya (J. et D. Sourdel, 1979, (...)

92Cette inscription datée qui se trouve toujours in situ est gravée sur une plaque de pierre qui fut simplement apposée à l'arrière d'une des portes antiques de l'enceinte de Damas. Elle se fait remarquer par son écriture, un coufique damascain d'un type développé dans cette ville dès l'époque fatimide dont elle serait le dernier témoignage local21. De son côté, l'encadrement à partie supérieure arrondie rappelle la forme de plaques décoratives sculptées à l'époque saljoukide et conservées elles aussi à Damas 22. Ce caractère ornemental convient à une inscription placée sous la voûte de Bāb Ṣaġīr de manière à être vue de tous.

  • 23 En abolissant les taxes illégales (Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, LVII, p. 120 ; Élisséeff, 1 (...)

93Le commanditaire de l'inscription n'est autre que le fameux souverain Nūr al‑Dīn qui venait tout juste d'imposer son pouvoir à Damas et dont on sait qu'il cherchait à se concilier la bienveillance des habitants 23. C'est la promulgation d'un décret d'abolition de taxes qui lui fournit l'occasion de se mettre ainsi en valeur. On doit à Sauvaget l'explication du sens de ce décret qui supprimait le droit de mise en route (haqq al‑tasfīr) payé jusqu'alors par les marchands commerçant avec l'Iraq et partant précisément avec leur caravane des environs de cette porte située au sud‑ouest de la ville. On peut même penser que la taxe était prélevée à un emplacement voisin et extérieur à l'enceinte où se faisait le chargement des marchandises.

  • 24 Sauvaget, 1947, p. 16-31.
  • 25 C'est précisément aux alentours des cimetières voisins de Bāb Ṣaġīr que devaient travailler, comme (...)

94Le décret de Nūr al‑Dīn serait le deuxième décret conservé dans l'épigraphie damascaine puisque déjà le dernier prince bouride, Muǧīr al‑Dīn Abaq (534‑549/1140‑1154), avait pris une disposition de ce genre et l'avait inscrite sur une plaque de marbre blanc qui avait été jadis scellée sur un des murs de la grande Mosquée 24. L'utilisation dès cette époque d'une écriture nasḫī déjà bien formée permet de s'étonner encore davantage du choix fait par Nūr al‑Dīn d'une écriture coufique. Peut‑être faut‑il y voir un savoir‑faire traditionnel du lapicide lui‑même qui avait signé l'oeuvre d'un nom peut‑être chrétien (Tūmās) et qui semblerait être un artisan du quartier 25.

4-Texte de construction à Bāb Šarqī 559/30 novembre 1163 ‑17 novembre 1164

95L'indication donnée par le Recueil Schefer concernant la localisation de cette inscription, aujourd'hui disparue, est la suivante : « inscrit sur Bāb Šarqī » (maktūb ‘alā Bāb Šarqī) [5]. Munaǧǧid indique qu'elle est située « à l'intérieur de la petite porte de Bāb Šarqī » (dāḫil Bāb Šarqī al‑ṣaġīr), mais il confond sans doute l'emplacement de ce texte — qu'il n'a à l'évidence pas vu — avec celui de l'inscription n° 14.

96Publication : Cette inscription figure dans le Recueil Schefer sous le numéro 135. Elle a été publiée pour la première fois, en reproduisant le texte du Recueil, dans le RCEA, IX, inscr. n° 3254. L'ensemble des éditeurs de ce texte, n'ayant pu voir l'inscription, ont repris le texte du Recueil Schefer en contestant certaines lectures, voire en mettant en doute l'existence de cette inscription qui aurait pu être confondue avec la suivante. Il a également été repris, sans que la source ne soit citée, par Munaǧǧid, 1945, p. 40 (= Ayyūb, 1960, p. 65‑66 ; Šihābī, 1996, p. 135 ; id., 1997, p. 40) et par Élisséeff, 1952‑1954, p. 160, n° X (voir également, p. 193, les remarques émises par l'auteur au sujet de ce texte douteux). Ce texte du Recueil Schefer a été recopié par Sauvaget et figure dans ses archives où il est accompagné de commentaires.

97La numérotation des lignes est celle du Recueil Schefer, mais il est peu probable qu'elle corresponde aux lignes de l'inscription.

Texte arabe

98١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم

99٢ ‑ أمر بعمارة هذا الباب والأسوار والخندق مولانا

100٣ ‑ السلطان الملك المؤيد المنصور العادل العالم

101٤ ‑ عماد الدنيا والدين ناصر الإسلام والمسلمين

102٥ ‑ محيى العدل في العالمين خليل أمير المؤمنين

103٦ ‑ السعيد الشهيد نور الدين محمود بن عماد الدين زنكي

104٧ ‑ خلد الله ملكه وغفر له ولوالديه وذلك في سنة

105٨ ‑ تسع وخمسين وخمسمائة

Notes de lecture :

106Ligne 3 : l’éditeur du RCEA fait figurer, à juste titre, après le mot al‑sulṭān, un point d'interrogation qui n'existe pas dans le Recueil Schefer. Ce titre, comme le souligne N. Élisséeff, ne figure pas dans la titulature de Nūr al‑Dīn.

107Ligne 4 : Sauvaget, dans ses archives, avait souligné le titre عماد الدنيا والدين accompagné d'un point d'exclamation. Élisséeff fait remarquer que ce titre ne figure pas dans « les protocoles émiriens de cette époque ». Aucun titre en al‑Dunyā wa‑l‑Dīn n'est connu pour Nūr al‑Dīn ; ce titre fera son apparition à Damas avec Saladin. De plus, « le titre de nāṣir al‑islām wa-l‑muslimīn, « le défenseur de l'islam et des musulmans », surprend, car, dans toutes les autres inscriptions, Nūr al‑Dīn est appelé : rukn al‑islām wa‑l‑muslimīn ».

108Ligne 5 : Élisséeff fait remarquer que « la qualification de ḫalīl amīr al‑mu'minīn ou “l'ami dévoué de l'émir des croyants” si elle est exacte n'est en tout cas pas à sa place dans le protocole, les titres composés de ce type venant normalement après la généalogie du personnage ». La place étrange de ce protocole dans cette inscription avait été déjà soulignée par Sauvaget qui signale qu'il doit normalement être placé « après le nom propre ! ».

109Ligne 6 : Sauvaget avait remarqué l'anomalie représentée par l'expression السعيد الشهيد en la soulignant et en la faisant suivre de trois points d'exclamation. Comme le fait remarquer Élisséeff, l'emploi d'une telle expression laisserait supposer que l'inscription a été gravée après la mort de Nūr al‑Dīn en 569/1174 ; or la date de l'inscription donnée par le Recueil Schefer est 559/1164. « Soit l'expression, soit la date sont fausses » comme le souligne Sauvaget.

Traduction

1101 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.

1112 ‑ A ordonné l'aménagement de cette porte, ces remparts et ce fossé, notre maître,

1123 ‑ le sultan, le prince, l'assisté de Dieu, le victorieux, le juste, le savant,

1134 ‑ ‘Imād al‑Dunyā wa‑l‑Dīn, le défenseur de l'islam et des musulmans,

1145 ‑ le vivificateur de la justice dans les mondes, l'ami de l'émir des croyants,

1156 ‑ le bienheureux martyr, Nūr al‑Dīn Maḥmūd b. ‘Imād al‑Dīn Zankī

1167 ‑ — Dieu fasse durer son règne — et lui pardonne ainsi qu’à ses parents. Cela a été achevé en l'année

1178 ‑ 559 (1163‑64)

Commentaire

  • 26 Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, 42 r° ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 373.

118Le texte de cette inscription aujourd'hui disparue avait fait l'objet d'une copie douteuse dans le Recueil Schefer. Il nous a semblé utile de la conserver dans le corpus en raison de son objet, à savoir « l'aménagement (amara bi‑‘imāra) de la porte, du rempart et du fossé » de Bāb Šarqī et de l'attribution des travaux à Nūr al‑Dīn. Le texte adopté a fait l'objet de restitutions approximatives touchant la titulature de Nūr al‑Dīn dont Sauvaget avait été le premier à remarquer les anomalies. Des hésitations subsistent sur la localisation ancienne de l'inscription que Sauvaget situait sur la bāšūra qui faisait partie des nouvelles défenses réalisées par Nūr al‑Dīn et qui est mentionnée par Ibn ‘Asākir et Ibn Šākir al‑Kutubī 26. Cette hypothèse peut paraître discutable car il n'est pas question de bāšūra dans les travaux mentionnés alors que ce terme figure dans l’inscription n° 6 de Bāb al‑Ǧābiya datant de la même époque.

5-Texte de construction à Bāb al‑Ǧābiya 560/18 novembre 1164‑ 6 novembre 1165

119Inscription aujourd'hui disparue, mais signalée dans le Recueil Schefer, n° 314, « au ‑dessus de Bāb al‑Ǧābiya, à l'intérieur de la porte » (maktūb fawqa Bāb al‑Ǧābiya min dāḫil al‑bāb) [2].

120La numérotation des lignes est celle du Recueil Schefer, mais il est peu probable qu'elle corresponde aux lignes de l'inscription.

121Publication : RCEA, IX, inscr. n° 3262 (d'après le Recueil Schefer, n° 314).

Texte arabe

١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم أمر بعمارة

٢ ‑ هذا الباب الملك العادل المجاهد

٣ ‑ نور الدين أبو القاسم محمود بن زنكي بن آق سنقر

٤ ‑ ضاعف الله ثوابه ويسر حسابه

٥ ‑ ابتغاء مرضاة الله تعالى وتقربا إليه

٦ ‑ سنة ستين وخمسمائة

Traduction

1221 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. L'aménagement

1232 ‑ de cette porte a été ordonné par al‑Malik al‑‘Ādil, le combattant du ǧihād

1243 ‑ Nūr al‑Dīn Abū l ‑Qāsim Maḥmūd b. Zankī b. Āq Sunqur

1254 ‑  que Dieu double sa récompense et facilite son Jugement dernier !

1265 ‑ dans le désir de l'agrément de Dieu le Très‑Haut et pour se rapprocher de lui

1276 ‑ en l'année 560 (1164‑65).

Commentaire

  • 27 Élisséeff, 1959, p. 301.

128Cette inscription conservée seulement par le Recueil Schefer s'apparente à celle qui avait été inscrite un an plus tôt à Bāb Šarqī et semble avoir été copiée avec plus d'exactitude par celui qui l'a relevée et qui a indiqué, en outre, son emplacement à l'intérieur de la porte. Elle commémore des travaux indépendants de ceux de la bāšūra qui est mentionnée dans l'inscription suivante datant de la même année (Inscr. n° 6). Il s'agit comme à Bāb Šarqī d'une mise en défense de Bāb al‑Ǧābiya décrite par les sources textuelles s'appuyant sur le bouchage de deux arches de la porte antique, l'arche nord et l'arche centrale 27.

6-Texte de construction de la barbacane (bāšūra) de Bāb al‑Ǧābiya 560/18 novembre 1164‑6 novembre 1165 (fig. 178)

Figure 178 : Inscription no 6. Bāb al-Ǧābiya, texte de construction de la barbacane (560/1164-65).

Figure 178 : Inscription no 6. Bāb al-Ǧābiya, texte de construction de la barbacane (560/1164-65).

© G. Li, 2008.

129Dalle rectangulaire en calcaire rosé qui se trouvait encore in situ, sur la porte de la bāšūra, dans les années 1890 : « Dans le vieux souk, au sud du souk kabīr, parallèle au darb Mustazim, dans la ruelle qui descend en diagonale vers la Sināniya. Vieille porte « carrée » de 3 x 3,50 m, appuyée contre la Sināniya » (van Berchem, Carnets, II, 70). La porte de la bāšūra fut détruite vers 1290/1873 selon les témoignages recueillis par Badrān (2e éd. 1985, p. 40) qui ajoute : « elle était construite en gros blocs de pierre ». Le linteau portant l'inscription s'est effondré et s'est cassé. Il fut déposé un temps sur un banc près de la porte orientale de la Sināniyya avant d'être transporté dans le jardin du musée National de Damas au début des années 1940 (Munaǧǧid, 1945, p. 54) où il se trouve encore aujourd'hui (numéro d'inventaire: ع/10519).

130Inscription gravée en relief dans un cadre saillant (longueur du bloc : 239 cm ; hauteur : 68 cm ; épaisseur : 67 cm ; longueur de l'inscription : 168 cm ; hauteur : 41 cm). Hauteur de l'alif: 10 cm. Trois lignes en écriture cursive, entre listels (espace entre les listels : 13 cm). Le côté droit de l'inscription est manquant. Présence de quelques points diacritiques et de signes de vocalisation.

131Publication : RCEA, IX, inscr. n° 3263 (d'après le Recueil Schefer, n° 315 et la traduction en français de Sauvaire, mai ‑juin 1896, p. 409, n. 21). Lecture corrigée par Élisséeff (RCEA, XIV, p. 280) qui reprend le texte dans son article sur les titulatures de Nūr al‑Dīn (1952 ‑1954, n° 14, p. 161) ; Badrān, 1985, p. 40 ; Munaǧǧid, 1945, p. 54 (= Šihābī, 1996, p. 120‑121 ; id., 1997, p. 37). Une lecture de cette inscription figure dans les Carnets de van Berchem (Carnets, II, p. 70).

Texte arabe

١ ‑ [بسم] الله الرحمن الرحيم أمر بعمارة هذه الباشورة والأبواب مولانا الملك العادل

٢ ‑ [المجا]هد نور الدين أبو القاسم محمود بن زنكي بن آق سنقر ضاعف الله له الثواب

٣ ‑ [وغـ]ـفر له ولوالديه يوم الحساب ابتغاء مرضاة الله وتقربا [إليـ]ـه سنة ستين وخمس مائة

Notes de lecture

132Ligne 1 : l'adjectif المبارك qui qualifiait à tort la bāšūra et le mot السلطان qui figurait à tort avant العادل  الملك dans le Recueil Schefer ont été supprimés dans la lecture d’Élisséeff ; à la place de الأبواب Badrān a lu القبر.

133Ligne 2 : à la place de المجاهد Badrān a lu السعيد ; Munaǧǧid n'a pas lu نور الدين

134Ligne 3 : deux améliorations ont été apportées dans la lecture de cette ligne par Élisséeff par rapport à la lecture proposée par le Recueil Schefer : la suppression de يقوم entre يوم et الحساب et la lecture مرضاة الله plutôt que مرضات الله. Concernant la date, Badrān a lu 567 au lieu de 560.

Traduction

1351 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. L'aménagement de cette bāšūra (barbacane) et de ces portes a été ordonné par al‑Malik al‑‘Ādil,

1362 ‑ le combattant du ǧihād, Nūr al‑Dīn Abū l ‑Qāsim Maḥmūd b. Zankī b. Āq Sunqur Que Dieu double sa récompense

1373 ‑ et lui pardonne ainsi qu'à ses parents le Jour du Jugement dans le désir d'être agréable à Dieu et de se rapprocher de Lui en l'année 560 (1164-65).

Commentaire

138À l'inverse de ce qui se passait pour les inscriptions précédentes, on dispose ici d'un texte sûr et bien conservé. Il mentionne des travaux qui renforçaient encore la défense de Bāb al‑Ǧābiya par l'adjonction d’une défense avancée. Il s'agissait en effet d'une bāšūra, ou barbacane, pourvue de deux portes selon les sources textuelles et dont les vestiges subsistaient encore à la fin du xixe siècle au moment d'un séjour de van Berchem à Damas. Il y a vu l'inscription sur le linteau encore en place au ‑dessus d'une vieille porte.

139Le soin apporté au choix de la pierre et à l'exécution de l'inscription tend à prouver qu'on avait accordé une attention particulière à la défense de Bāb al‑Ǧābiya [2] qui était alors la porte principale de la ville. L'épithète de muǧāhid ou combattant de la guerre sainte portée à cette occasion par Nūr al‑Dīn s'accorde avec le caractère militaire des travaux entrepris à cet endroit.

7-Texte de construction d'une tour au nord de Bāb al‑Ǧābiya 562/28 octobre 1166‑16 octobre 1167 (fig. 179)

Figure 179 : Inscription no 7. Nord de Bāb al‑Ǧābiya, texte de construction d'une tour (562/1166‑67).

Figure 179 : Inscription no 7. Nord de Bāb al‑Ǧābiya, texte de construction d'une tour (562/1166‑67).

© J. Jehel, 2010.

140Dalle rectangulaire en calcaire située à 2,86 m au ‑dessus du sol et encastrée dans la face extérieure d'une tour avancée [A], située à une vingtaine de mètres à l'ouest du rempart, à droite en sortant du souk Midḥat Bāšā, dans un couloir situé face à l'entrée de la mosquée al‑Sināniyya et conduisant à la salle d'ablutions.

141Inscription gravée en relief dans un cadre saillant conservé sur deux côtés (longueur : 83 cm ; hauteur : 50 cm). Cinq lignes en très belle écriture cursive, entre listels. Présence de points diacritiques et de signes de vocalisation. Bon état de conservation.

142Inscription découverte par J. et D. Sourdel qui en ont donné une lecture restée inédite.

143Inédit

Texte arabe

١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم أمر بعمارة هذا البرج

٢ ‑ مولانا الملك العادل المجاهد نور الدين أبو

٣ ‑ [القاسم] محمود بن زنكي بن آق سنقر ضاعف

٤ ‑ [الله] له الثواب وغفر له ولوالديه يوم الحساب

٥ ‑ [ابتغاء مر]ضاة الله وتقربا الـيه سنة أثنتي وستين وخمس مائة

Traduction

1441 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. L'aménagement de cette tour a été ordonné

1452 ‑ par notre maître, al‑Malik al‑‘Ādil, le combattant du ǧihād, Nūr al‑Dīn Abū

1463 ‑ [l ‑Qāsim] Maḥmūd b. Zankī b. Āq Sunqur

1474 ‑  Que Dieu double sa récompense et lui pardonne ainsi qu'à ses parents le Jour du Jugement

1485 ‑ dans le désir d'être agréable à Dieu et de se rapprocher de Lui en l'année 562 (1166‑67).

Commentaire

149Deux ans après les travaux poursuivis sur la porte et sur la barbacane de Bāb al‑Ǧābiya se serait situé l'aménagement d'une tour avancée, élevée en avant de la muraille et du même type que la tour portant l'inscription suivante (Inscr. n° 8). Cette initiative s'efforçait de compléter la défense de l'entrée principale de la ville, à l'endroit qui était le plus exposé aux attaques extérieures, et plus particulièrement de la barbacane contre laquelle la tour était adossée.

8-Texte de construction entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān 564/5 octobre 1168‑24 septembre 1169 (fig. 180)

Figure 180 : Inscription no 8. Entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān, texte de construction d'une tour (564/1168‑69).

Figure 180 : Inscription no 8. Entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān, texte de construction d'une tour (564/1168‑69).

© G. Li, 2008.

150Dalle de calcaire rectangulaire à parement courbe, située sur la face extérieure d'une tour avancée [D], entre Bāb Kaysān et Bāb Ṣaġīr. Elle se trouvait en face du tombeau de Bilāl, le muezzin du Prophète, – aujourd'hui détruit – lorsqu'elle fut signalée pour la première fois au milieu du xixe siècle par von Kremer. Van Berchem note dans ses Carnets, au début des années 1890, qu'il ne l'a pas retrouvée. Les éditeurs suivants, qui n'ont pas eu accès à la pierre, l'ont considérée comme disparue et ont recopié la lecture de A. von Kremer. Cette inscription a été retrouvée in situ en 2005 par M. Yamen Dabbour lors de fouilles du service des Antiquités de Syrie.

151Inscription gravée en relief dans un cadre saillant mutilé dans sa partie inférieure (longueur : 130 cm ; hauteur : 62 cm ; épaisseur : 63). Cinq lignes en nasḫī, entre listels. Présence de points diacritiques et de signes de vocalisation. Bon état de conservation du texte.

152Publication : von Kremer, 5/2, p. 15 ; RCEA, IX, inscr. n° 3283 (= Munaǧǧid, 1945, p. 28 ; Élisséeff, 1952 ‑54, n° 21, p. 163 ; Šihābī, 1996, p. 76 ; id., 1997, p. 31) ; Dabbour, 2006, I, p. 57.

Texte arabe

١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم أمر بعمارة هذا البرج المبارك

٢ ‑ مولانا الملك العادل المجاهد نور الدين أبو القاسم

٣ ‑ محمود بن زنكي بن آق سنقر ضاعف الله له الثواب

٤ ‑ وغفر له ولوالديه يوم الحساب ابتغاء مرضاة

٥ ‑ الله وتقربا اليه في سنة أربع وستين وخمسمائة

Notes de lecture

153Ligne 3 : le nom Maḥmūd n'a pas été lu par von Kremer et les autres éditeurs du texte.

154Ligne 4 : von Kremer a lu مرضاته (corrigé en مرضات dans le RCEA) au lieu de مرضاة ; l'éditeur de l'inscription dans le RCEA a corrigé la lecture fautive de von Kremer الغاية par ابتغاء.

155Ligne 5 : von Kremer, repris par les autres éditeurs du texte, a lu وفقه الرحمن au lieu de تقربا اليه في. Van Berchem dans ses Carnets et Sauvaget dans ses archives, bien que n'ayant pas vu cette inscription, avaient cependant remarqué que la formule وفقه الرحمن était douteuse.

Traduction

1561 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. L'aménagement de cette tour bénie a été ordonné

1572 ‑ par notre maître, al‑Malik al‑‘Ādil, le combattant du ǧihād, Nūr al‑Dīn Abū l‑Qāsim

1583 ‑ Maḥmūd b. Zankī b. Āq Sunqur Que Dieu double sa récompense

1594 ‑ et lui pardonne ainsi qu'à ses parents le Jour du Jugement dans le désir d'être agréable

1605 ‑ à Dieu et de se rapprocher de Lui, en l'année 564 (1168‑69).

Commentaire

161L'inscription exactement comparable à la précédente, mais gravée deux ans plus tard, commémore dans les mêmes termes l'aménagement d'une partie du rempart dans un secteur situé au sud de la ville. La forme du bloc (parement courbe) indique qu’il appartenait à une tour de section semi‑circulaire.

9-Texte de construction d'une tour entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr 569/12 août 1173‑1er août 1174 (fig. 181)

Figure 181 : Inscription no 9. Entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr, texte de construction d'une tour (569/1173‑74).

Figure 181 : Inscription no 9. Entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr, texte de construction d'une tour (569/1173‑74).

© G. Li, 2008.

162Dalle rectangulaire en calcaire placée sur la deuxième assise au‑dessus de la porte percée à la base de la tour [C] et regardant vers l'extérieur de la ville. Cette dalle, remise en place sans doute après les reconstructions d'époque mamlouke, épouse la courbe du tracé semi‑circulaire de la tour.

163Inscription gravée en relief dans un cadre saillant orné de part et d'autre d'un motif végétal (longueur : 100 cm ; hauteur : 45 cm) ; trois lignes en nasḫī, entre listels. Présence de points diacritiques et de signes de vocalisation. Très bon état de conservation.

164Publication : van Berchem, 1897, p. 454 ; Wulzinger, Watzinger, 1924, p. 186 repris dans RCEA, IX, nos 3308 et 3309 (doublon signalé dans RCEA, XIV, p. 281) ; Munaǧǧid, 1945, p. 28 (= Šihābī, 1996, p. 75 ; id., 1997, p. 30) ; Élisséeff, 1952 ‑1954, n° XXIV, p. 165. Cette inscription figure dans le Recueil Schefer sous le n° 322, mais il lui a été adjoint, par erreur, trois lignes supplémentaires empruntées à l'inscription suivante qui date de l'époque mamlouke. Des lectures de cette inscription figurent dans les Carnets de van Berchem (Carnets, V, p. 30) et dans les archives de Sauvaget.

165Reproductions : van Berchem, 1897, pl. V, fig. 9 ; Sauvaget, 1934b, VII, pl. XIII.

Texte arabe

١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم أمر بإنشاء هذا ا

٢ ‑ لبرج المبارك الفقير إلى رحمة ربه محمود

٣ ‑ بن زنكي بن آق سنقر طلب للثواب سنة تسع وستين وخمس مائة

Notes de lecture

166Ligne 3 : Wulzinger et Watzinger ont lu طلب للثواب. Munaǧǧid a lu a طلبا au lieu de طلب. La présence du tanwīn et l'absence de séparation entre le final de طلب et le lām de للثواب explique cette lecture. Wulzinger, Watzinger et Munaǧǧid ont lu خمسمائة en un seul mot.

Traduction

1671 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. La fondation de cette

1682 ‑ tour bénie a été ordonnée par celui qui a besoin de la Miséricorde de son Seigneur, Maḥmūd

1693 ‑ b. Zankī b. Āq Sunqur dans la recherche de la récompense de Dieu en l'année 569 (1173‑74).

Commentaire

170Le cas est ici différent de celui des tours avancées précédemment aménagées par Nūr al‑Dīn. On a affaire à une tour implantée contre la courtine à une inflexion de l'enceinte. Cette tour tirait visiblement son importance de sa proximité avec Bāb al‑Ǧābiya qui était alors la principale porte de Damas où se concentraient les travaux défensifs et de prestige de Nūr al‑Dīn.

10-Texte de construction d'un avant ‑mur (faīl) dans le secteur de Bāb al‑Ǧābiya années 560/1164‑1174 (fig. 182)

Figure 182 : Inscription no 10. Secteur de Bāb al‑Ǧābiya, texte de construction d'un avant‑mur (années 560/1164‑74).

Figure 182 : Inscription no 10. Secteur de Bāb al‑Ǧābiya, texte de construction d'un avant‑mur (années 560/1164‑74).

© Kh. Moaz, v. 1950.

171Dalle rectangulaire de calcaire découverte par Khaled Mo'azz en avril 1954 : « au‑dessus d'un embranchement d'une canalisation d'eau, au nord du souk Midḥat Bāšā, à la base du mur d'enceinte » (longueur du bloc : 75 cm ; hauteur : 65 cm). Cette inscription n’a pas été retrouvée.

172Inscription gravée en relief dans un cadre saillant (longueur du champ : 63 cm ; hauteur : 46 cm). Six lignes en nasḫī ayyoubide, entre listels. Présence de points diacritiques et de signes de vocalisation. Le début des lignes 4 et 5 est endommagé, la ligne 6 est illisible.

173Publication : Élisséeff, 1952‑1954, p. 196.

Texte arabe

١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم أمر بعمارة هذا الفصيل

٢ ‑ المبارك مولانا الملك العادل المجاهد نور الدين

٣ ‑ أبو القاسم محمود بن زنكي بن آق سنقر ضا

٤ ‑ عف الله له الثواب وغفر له ولوالديه يوم

٥ ‑ الحساب ابتغاء مرضاة الله وتقربا الـيه وذ

٦ ‑ [لك في سنة ... وستين وخمس مائة]

Notes de lecture

174Ligne 2 : Élisséeff a lu ركن الدين à la place de نور الدين.

175Ligne 5 : Élisséeff n'a pas lu le premier mot de cette ligne et a lu pour le second طمعا au lieu de ابتغا.

176Ligne 6 : N. Élisséeff a cru lire après la date le mot ملعون.

Traduction

1771 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. L'aménagement de cette braie (faṣīl)

1782 ‑ bénie, a été ordonné par notre maître, le prince juste, le combattant du ǧihād, Nūr al‑Dīn

1793 ‑ Abū l‑Qāsim Maḥmūd b. Zankī b. Āq Sunqur

1804 ‑ Que Dieu double sa récompense et lui pardonne ainsi qu'à ses parents

1815 ‑ le Jour du Jugement dans le désir d'être agréable à Dieu et de se rapprocher de lui, en

1826 ‑ [l'année 56?] (1164‑74).

Commentaire

  • 28 Texte d’Abū Šāma, cité par Dayoub, 2014, p. 173.

183Cette inscription découverte au milieu du xxe siècle montre que Nūr al‑Dīn tint l’engagement qu’il avait pris, lorsqu’il mobilisa les revenus des waqf de la grande Mosquée en 554/1159, pour financer la construction de « la muraille de Damas, de la braie (qill) et du fossé » 28 . D'après l'endroit de la trouvaille, on peut penser que cet avant‑mur faisait partie des travaux protégeant le secteur extérieur à Bāb al‑Ǧābiya [2] déjà défendu par une barbacane et une tour. Il est sûr en tout cas que le travail réalisé ensuite par le frère de Saladin, al‑Malik al‑‘Ādil, qui entoura la ville de Damas d'un avant‑mur, aurait été amorcé déjà sous le règne de Nūr al‑Dīn. Faute de connaître la date exacte de l'inscription, nous la faisons figurer à la fin du règne de Nūr al‑Dīn, mais il serait logique que l'avant ‑mur en question fut établi en même temps que la barbacane de Bāb al‑Ǧābiya, c'est‑à‑dire vers 562/1166‑67.

Époque ayyoubide

11-Inscription commémorative située au‑dessus de Bāb al‑Ǧābiya 11‑20 ṣafar 589/16‑25 février 1193 (fig. 183 et 184)

Figure 183 : Inscription no 11. Bāb al‑Ǧābiya, inscription commémorative (589/1193).

Figure 183 : Inscription no 11. Bāb al‑Ǧābiya, inscription commémorative (589/1193).

© J.‑O. Guilhot, 2009.

Figure 184 : Inscription no 11. Bāb al‑Ǧābiya, estampage réalisée en 2009.

Figure 184 : Inscription no 11. Bāb al‑Ǧābiya, estampage réalisée en 2009.

© J.‑O. Guilhot, 2009.

184Inscription sur deux dalles de calcaire situées au‑dessus de l'arc de décharge qui surmonte le linteau sur la face extérieure de la porte [2]. Inscription gravée en relief dans un cadre saillant composé de deux blocs (bloc de droite : longueur : 95 cm ; hauteur : 86 cm ; bloc de gauche : longueur 86 cm ; hauteur : 84 cm). Hauteur de l'alif  : 9 cm. L'inscription dans le bloc de droite est totalement effacée par desquamation de la surface de la pierre tandis que celle du bloc de gauche est partiellement conservée. Cinq lignes en nasḫī ayyoubide, entre listels (espace entre les listels : 14 cm). Présence de points diacritiques, de signes de vocalisation et de décors floraux.

185Publication : Chevedden, 1986, I, p. 148 ‑150, n. 82.

Texte arabe

١ ‑ ...الملك

٢ ‑ ...نا

٣ ‑ ...[خادم الحرمين الشريفين و] هذا البيت المقدس أبو المظفر يوسف بن أيوب

٤ ‑ ‪...‬الدنيا ... وذلك بتباشيره وحمده ...

٥ ‑ …آثار وذكر في العشر الأوسط من صفر سنة تسع وثمانين وخمس مائة

Traduction

1861 ‑ ... le prince

1872 ‑ ... notre

1883 ‑ ... [le gardien des deux nobles Ḥaram et de cette] Maison sainte Jérusalem, Abū l ‑Muẓaffar Yūsuf b. Ayyūb

1894 ‑ ... al‑Dunyā ... par ses promesses et sa louange ...

1905 ‑ ... les vestiges et le souvenir dans la deuxième décade de ṣafar 589 (16 ‑25 février 1193).

Commentaire

  • 29 Ces inscriptions ont fait l'objet de nombreuses publications dont la plus récente est celle de Don (...)
  • 30 RCEA, IX, n° 3447.
  • 31 Ibn Šaddād, Nawādir al‑sulṭāniyya, p. 245 ; ‘Imād al‑Dīn al‑Iṣfahānī, Conquête, p. 408 ‑409.
  • 32 Ibn Šaddād, Nawādir al‑sulṭāniyya, p. 242 ‑243 ; ‘Imād al‑Dīn al‑Iṣfahānī, Conquête, p. 408.

191L'hypothèse visant à voir dans ce texte une inscription commémorative repose sur des indices qui nous semblent concluants. Le premier tient au déchiffrement au début de la dernière ligne de l'expression āṯār wa ḏikr « les vestiges et le souvenir ». C'est en effet le terme āṯār que l'on voit utilisé dès 344/955 dans des inscriptions bouyides de Persépolis où des émirs musulmans victorieux commémorent leur visite de lieux antiques 29. Comme à Persépolis, le texte est gravé sur un monument de l'Antiquité, ici l'arc occidental marquant l'entrée de la rue Droite. Le deuxième argument qui s'impose est la référence précise à Saladin désigné par son nom Yūsuf et sa kunya Abū l‑Muẓaffar ; il s'y ajoute les mots « al‑Bayt al‑Muqaddas » qui devaient terminer sa titulature et que l'on peut rapprocher des termes utilisés dans une inscription contemporaine sous la forme : ḫādim al‑Ḥaramayر al‑šarīfayn wa hāḏā al‑bayt al‑Muqaddas, c'est‑à‑dire « le gardien des deux nobles Ḥarams et de cette Maison sainte (Jérusalem) » 30. Le troisième argument est fourni par la date de l'inscription, la deuxième décade de ṣafar 589 (entre le 15 et le 24 février 1193), qui correspond, selon les chroniques, à la dernière sortie publique et à cheval de Saladin précédant de peu sa mort le 4 mars 1193 31. Les chroniques précisent que Saladin était sorti pour accueillir la caravane rentrant du Pèlerinage 32, ce qui ne pouvait se faire que par la porte de Damas connue sous le nom de Bāb al‑Ǧābiya ouvrant à l'ouest sur le darb al‑ḥaǧǧ.

192Il semble donc que nous soyons en présence d'une inscription commémorative dont le mauvais état de conservation ne permet pas de connaître la teneur exacte, mais dont la situation parle d'elle ‑même. Sans doute fut ‑elle gravée après la mort du souverain dont la dernière sortie à la porte de sa capitale était ainsi glorifiée. En même temps était soulignée la gloire des Ayyoubides qui appuyaient leur légitimité sur la vénération de Saladin, fondateur de la dynastie, conquérant de Jérusalem, et qui faisaient de Damas la ville centrale de leur pouvoir.

12-Texte de construction d'un monument ayyoubide remployé sur la courtine entre Bāb al‑Faraǧ et Bāb al‑Farādīs Avant 618/1221 (fig. 185)

Figure 185 : Inscription no 12. Entre Bāb al‑Faraǧ et Bāb al‑Farādīs, texte de construction d'un monument (avant 618/1221).

Figure 185 : Inscription no 12. Entre Bāb al‑Faraǧ et Bāb al‑Farādīs, texte de construction d'un monument (avant 618/1221).

© G. Li, 2008.

193Inscription située en face du moulin d'al‑Ḥalmawiyyah, sur les premières assises de la muraille, à 2,35 m au‑dessus du Baradā. Inscription gravée en relief sur un bloc équarri (longueur : 55 cm ; hauteur : 45 cm) dont un segment de cadre de 3,20 cm de large est conservé à la base (longueur du champ inscrit : environ 50 cm ; hauteur : 40 cm). Hauteur de l'alif: 5,4 cm. Six lignes en nasḫī ayyoubide entre listels (espace entre les listels : 5,40 cm). Le texte est très endommagé dans sa partie supérieure et dans sa partie gauche : les deux premières lignes sont illisibles, quelques lettres de la troisième ligne sont conservées dans la partie centrale ; le début et la fin des trois dernières lignes sont très endommagés. Le bloc a été retaillé en haut et sur les deux côtés.

194Découverte en octobre 2008 par la mission.

195Publication : Mouton, Sourdel, Sourdel‑Thomine, Dayoub, 2010, p. 194‑196.

Texte arabe

196١ ‑ ...

٢ ‑ السلطان] الملك [المعظم شرف الدنيا والدين

٣ ‑ ...عيسى] بن الملك العـ[ـادل سيف الدنيا والدين

٤ ‑ لطان[سـ]ــ الإسلام والمسلمين [في ولا]

٥ ‪-‬ ية العبد الفقير إلى رحمة الله

٦ ‑ تعالی الحاج خلف بن ضرغام بن خليفة [المعظمي]

Notes de lecture

197Ligne 3 : la restitution de la titulature d'al‑Malik al‑‘Ādil en fin de ligne se fonde sur l'inscription des portiques de la mosquée al‑Aqṣā de Jérusalem (RCEA, X, inscr. n° 3802) et de la citadelle du mont Thabor (RCEA, X, inscr. n° 3660).

Traduction

1981 ‑ ...

1992 ‑ ... le sultan] al‑Malik [al‑Mu‘aẓẓam Šaraf al‑Dunyā wa l‑Dīn

2003 ‑ ‘Īsā] b. al‑Malik al‑‘Ā[dil Sayf al‑Dunyā wa l‑Dīn]

2014 ‑ Sultan de l'islam et des musulmans sous [la direction]

2025 ‑ de l'esclave avide de la miséricorde de Dieu

2036 ‑ le Très‑Haut al‑ḥāǧǧ (le pèlerin) Ḫalaf b. Ḍirġām b. Ḫalīfa [al‑Mu‘aẓẓamī].

Commentaire

  • 33 Mouton, Sourdel, Sourdel‑Thomine, Dayoub, 2010, p. 183‑203.

204Ce texte mal conservé sur un bloc retaillé porte encore le nom d'un souverain ayyoubide, sans doute al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam ‘Īsā (594 ‑624/1198 ‑1227), et celui d'un dignitaire de cette époque le ḥāǧǧ Ḫalaf b. Ḍirġām b. Ḫalīfa al‑Miṣrī al‑Mu‘aẓẓamī qui profita des largesses du prince précédemment cité. C'est en fonction de la date du décès de ce dernier personnage en 618/1221 qu'a pu être ici classé un texte, qui a déjà fait l'objet d'une étude récente 33.

205Ḫalaf b. Ḍirġām, qui n'apparaît pas dans les chroniques, est connu avant tout par les inscriptions du mašhad de Sīdī Ṣuhayb au Mīdān dont lui‑même avait bâti les diverses parties avant de se faire enterrer dans ce monument où son épitaphe avait été conservée. Il fut sans doute, pour le compte du prince, l’intendant d'un autre monument situé hors les murs et rapidement disparu. C'est le texte de construction de ce dernier édifice qui fut remployé dans la nouvelle muraille érigée en 639/1242.

13-Texte de construction d'un fossé entre Bāb Šarqī et Bāb Kaysān 623/2 janvier‑21 décembre 1226 (fig. 186)

Figure 186 : Inscription no 13. Entre Bāb Šarqī et Bāb Kaysān, texte de construction d'un fossé (623/1226).

Figure 186 : Inscription no 13. Entre Bāb Šarqī et Bāb Kaysān, texte de construction d'un fossé (623/1226).

© J. Jehel, 2010.

206Dalle de calcaire rosé découverte en 2000 lors des fouilles archéologiques syriennes [O] dirigées par Michel al‑Maqdisī au sud‑est de la vieille ville (longueur du bloc : 138 cm ; hauteur : 73 cm ; épaisseur : 28 cm). L'inscription est gravée en relief dans un cadre saillant à deux queues d'aronde (longueur de l'inscription : 87 cm ; hauteur : 48 cm). Hauteur de l'alif : 6 cm. Conservée dans le jardin du musée National de Damas sous le numéro 33528/ع. Sept lignes en nasḫī ayyoubide, entre listels (espace moyen entre les listels : 6 cm). Présence de points diacritiques et de signes de vocalisation. Très bon état de conservation.

207Inédit

Texte arabe

١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم لا إله إلا الله محمد رسول الله أمر

٢ ‑ بحفر هذا الخندق وبناء حيطانه مولانا السلطان الملك المعظم

٣ ‑ العالم العادل شرف الدنيا والدين سلطان الإسلام ملك المسلمين

٤ ‑ محيي العدل في العالمين عيسى بن مولانا السلطان الشهيد

٥ ‑ الملك العادل سيف الدين أبي بكر بن أيوب خلد الله ملكه وتقربا

٦ ‑ إلى الله تعالى وابتغاء مرضاته بتولي العبد الفقير إلى رحمة

٧ ‑ ربه محمد بن قرسق المعظمي وذلك في سنة ثلاثة وعشرين وستمائة

Notes de lecture

208Ligne 7 : les deux points sur le premier qāf de Qarsaq sont ici visibles.

Traduction

2091 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. Il n'y a d'autres divinités que Dieu. Muḥammad est l'envoyé de Dieu.

2102 ‑ Le creusement de ce fossé et la construction de ses murs ont été ordonnés par notre maître le sultan al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam,

2113 ‑ le savant, le juste, Šaraf al‑Dunyā wa‑l‑Dīn, sultan de l'islam et prince des musulmans,

2124 ‑ le vivificateur de la justice dans les mondes, ‘Īsā, fils de notre maître le sultan, le martyr,

2135 ‑ al‑Malik al‑‘Ādil Sayf al‑Dīn Abī Bakr b. Ayyūb, — Dieu fasse durer son règne — pour se rapprocher

2146 ‑ de Dieu le Très Haut et obtenir sa satisfaction, sous la direction du serviteur avide de la miséricorde

2157 ‑ de son Seigneur, Muḥammad b. Qarsaq al‑Mu‘aẓẓamī et cela en l'année 623 (1226).

Commentaire

216Daté de la même année 623/1226 que les inscriptions nos 14 et 15, ce texte mentionne des travaux exécutés par le prince ayyoubide al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam ‘Īsā qui régna à Damas d'abord comme représentant de son père al‑Malik al‑‘Ādil, également signalé dans l'inscription, puis comme seul souverain de 1218 à 1227. Ce texte décrit la stucture du fossé délimité par deux murs dont les vestiges ont pu être observés lors des fouilles de la DGAM conduites en 2005. Le mur de contrescarpe partait du fond du fossé tandis que le mur d'escarpe démarrait au sommet du talus.

  • 34 Voir ce nom dans la liste des noms turcs (Sauvaget, 1950, p. 53, n° 167).
  • 35 RCEA, XI, inscr. n° 4056 d'après le Recueil Schefer sous le nom de la madrasa al‑Fatḥ avec une lec (...)

217Un tel renforcement de la défense de Damas répondait sans doute au désir du prince de résister aux attaques de son frère al‑Malik al‑Kāmil qui menaçait l'indépendance de sa principauté. Il fut réalisé par l'intendant des travaux, Muḥammad b. Qarsaq al‑Mu‘aẓẓamī, qui devait être un officier de l'entourage d'al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam ‘Īsā. Ce personnage était d'origine turque si l'on en croit son nom Qarsaq qui signifie « renard » dans cette langue34 et joua un rôle éminent dans les transformations de l'enceinte puisqu'il apparaît dans quatre autres inscriptions : en 623/1226 à Bāb Šarqī (Inscr. n° 14) et à Bāb Ṣaġīr (Inscr. n° 15) et en 625/1227‑28 à Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Tūmā (Inscr. nos 16 et 17). C'est ensuite à sa famille que devait appartenir le Nūr al‑Dawla ‘Alī b. Qarsaq qui était cité dans une inscription de la mosquée Sitt Rabī‘a al‑Šāmiyya datée de l'année 630/1233 35.

14-Texte de construction à Bāb Šarqī 623/2 janvier‑21 décembre 1226 (fig. 187)

Figure 187 : Inscription no 14. Bāb Šarqī, texte de construction (623/1226).

Figure 187 : Inscription no 14. Bāb Šarqī, texte de construction (623/1226).

© G. Li, 2008.

218Sur la face intérieure de la porte de Bāb Šarqī [5] (arche septentrionale de l'arc antique). Juste au‑dessus de la clé de voûte dans le mur antique. Cette inscription, encore in situ au début des années 1950 lors de la restauration de la porte, a dû être enlevée, puis replacée. Elle présente une cassure verticale dans la partie centrale. Dalle rectangulaire de calcaire blanc portant une inscription gravée en relief dans un cadre saillant à deux queues d'aronde (longueur : 68 cm ; hauteur : 58 cm). Neuf lignes en nasḫī ayyoubide, entre listels ; les lignes 2 à 8 sont à l'intérieur du cadre (longueur des lignes : 56 cm) ; la ligne 1 et la ligne 9 sont gravées sur le cadre. La ligne 9 est plus longue que les autres lignes de l'inscription, mais est mutilée à plusieurs endroits. Présence de points diacritiques et de signes de vocalisation.

219Publication : cette inscription est signalée pour la première fois par von Kremer, mais celui‑ci n'a pu la lire (1854, 5/2, p. 10). Sauvaire en a donné une traduction française après une lecture révisée par van Berchem (sept.‑oct. 1894, p. 319, n. 172 ; repris dans RCEA, X, inscr. n° 3954). La lecture du texte arabe par van Berchem figurant dans ses Carnets est restée inédite (Carnets, II, p. 103). Le moulage de l'inscription réalisée après nettoyage par Wulzinger et Watzinger s'étant cassé, il n'a pu être exploité (1924, p. 183). Texte publié pour la première fois en arabe par Élisséeff, 1954‑55, p. 3 (= Šihābī, 1997, p. 31‑32).

Texte arabe

١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم لا إله إلا الله ومحمد رسول الله

٢ ‑ * وما النصر إلا من عند الله العزيز الحكيم * أمر بتجديد

٣ ‑ هذا الصور المبارك والخندق مولانا السلطان

٤ ‑ الملك المعظم العادل العالم المجاهد شرف

٥ ‑ الدنيا والدين سلطان الإسلام والمسلـ[ـمين]

٦ ‑ محيي العدل في العالمين عيسى بن المولى السلطا

٧ ‑ ن الشهيد الملك العادل أبي بكر بن أيوب خلد الله

٨ ‑ ملكـ[ـه] تقربا إلى الله وابتغاء مرضاته بتولي العبد الفقير

٩ ‑ إلى رحمة ربه محمد بن قرسق المعظمي وذلك في سنة ثلا[ثة وعشرين] وستمائة

Notes de lecture

220Ligne 1 : la šahāda ne figure pas dans la publication d’Élisséeff.

Traduction

2211 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. Il n'y a d'autres divinités que Dieu. Muḥammad est l'envoyé de Dieu.

2222 ‑ * Le secours victorieux ne vient que de Dieu, le Puissant, le Sage * (Coran III, 126). La réfection complète de

2233 ‑ ce rempart béni ainsi que du fossé a été ordonnée par notre maître, le sultan

2244 ‑ al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam, le juste, le savant, le combattant du ǧihād, Šaraf

2255 ‑ al‑Dunyā wa ‑l ‑Dīn, le sultan de l'islam et des musulmans,

2266 ‑ le vivificateur de la justice dans les mondes, ‘Īsā, fils du maître, le sultan,

2277 ‑ le martyr, al‑Malik al‑‘Ādil Abū Bakr b. Ayyūb — Dieu fasse durer

2288 ‑ son règne — pour se rapprocher de Dieu et obtenir sa satisfaction. (Cela fut fait) sous la direction du serviteur avide

2299 ‑ de la miséricorde de son Seigneur Muḥammad b. Qarsaq al‑Mu‘aẓẓamī. Cela a été fait en l'année 623 (1226).

Commentaire

  • 36 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 174.

230Les travaux rappelés ici portent sans ambiguïté sur une réfection complète (taǧdīd) du système de défense qui avait été élaboré à cet endroit par Nūr al‑Dīn comme le signalait l'inscription n° 4. Entre ‑temps on sait par les sources textuelles que les fortifications précédentes avaient été délaissées au point qu'en 602/1206 les pierres sommitales de l'arc romain de Bāb Šarqī, englobées dans la muraille, avaient été utilisées pour le pavement de la cour de la grande Mosquée de Damas 36. La nature des travaux est explicitée en partie par l'inscription précédente (Inscr. n° 13) qui mentionne la structure d'un fossé bordé de murs. On y retrouve le superviseur des travaux, Muhammad b. Qarsaq al‑Mu‘aẓẓamī, qui était déjà mentionné et qui d'après les inscriptions continuera d'assurer l’intendance des travaux de l’enceinte jusqu'en 625/1227‑28. Le travail mené dans ce secteur a été commandé par le souverain déjà cité dans l'inscription n° 13, al‑Mu‘aẓẓam ‘Īsā, qui est pourvu ici d'une titulature au caractère militaire plus marqué puisque l'épithète muǧāhid ou combattant du ǧihād vient s'ajouter aux qualificatifs vantant sa science et sa justice. À ce changement, correspond aussi l'adjonction à la šahāda, présente déjà dans l'inscription n° 13, d'un autre verset coranique évoquant la puissance de Dieu et son secours victorieux.

15-Texte de construction à Bāb Ṣaġīr 623/2 janvier‑21 décembre 1226 (fig. 188)

Figure 188 : Inscription no 15. Bāb Ṣaġīr, texte de construction (623/1226).

Figure 188 : Inscription no 15. Bāb Ṣaġīr, texte de construction (623/1226).

© G. Li, 2008.

231Dalle rectangulaire de calcaire encastrée à l'intérieur de la porte [3] au ‑dessus du décret de Nūr al‑Dīn (Inscr. n° 3). Les deux cadres sont tangents.

232Inscription gravée en relief dans un cadre saillant comprenant huit lignes en nasḫī, entre listels (longueur : 80 cm ; hauteur : 60 cm). La disposition des lignes est complexe : la ligne 1 commence en bas à droite du cadre et décrit un angle droit ; elle se lit d'abord verticalement de bas en haut, puis horizontalement de droite à gauche ; la ligne 2, parallèle à la première mais plus longue bien que située à l'intérieur du champ délimité par la ligne précédente, décrit un double angle droit ; elle se lit d'abord verticalement de bas en haut, puis horizontalement de droite à gauche et enfin verticalement de haut en bas ; les lignes 3 à 7 sont écrites horizontalement à l'intérieur du champ délimité par les deux lignes précédentes ; la ligne 8 qui contient la date a été gravée sur la partie supérieure du cadre. Présence de points diacritiques et de signes de vocalisation. Bon état de conservation.

233Publication : Sauvaire, sept.‑oct. 1894, p. 319, n. 759 donne, après vérification de la lecture par van Berchem, seulement la traduction française de cette inscription et la date n'est pas lue (= RCEA, X, inscr. n° 3955) ; la première édition de ce texte en arabe est due à Munaǧǧid, 1945, p. 50 (= Šihābī, 1996, p. 162 ; id., 1997, p. 41) ; L. Korn, 2004, I, p. 182. Des lectures de cette inscription figurent dans les Carnets de van Berchem (Carnets, II, 142 sans la date) et dans les archives de Sauvaget. Des lectures inédites de cette inscription ont également été effectuées sur place en 1953 par Dominique et Janine Sourdel.

Texte arabe

١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم * كتب الله لاغلبن أنا ورسلي إن الله قوى عزيز * أمر بتجديد

٢ ‑ هذا الباب والصور والخندق المبارك مولانا السلطان الملك المعظم الغازي المجاهد في سبيل الله شرف

٣ ‑ الدنيا والدين سلطان الاسلام والمسلمين

٤ ‑ محيي العدل في العالمين عيسى بن المولى

٥ ‑ السلطان الملك العادل سيف الدين أبي

٦ ‑ بكر بن أيوب خلد الله ملكه تقربا إلى الله

٧ ‑ تعالى بتولي العبد الفقير الى رحمة ربه محمد بن قرسق المعظمي

٨ ‑ في سنة ثلاثة وعشرين وستمائة

Notes de lecture

234Ligne 2 : Munaǧǧid a lu السور au lieu de الصور.

235Ligne 3 : le mot الملك ne figure pas dans la lecture de Munaǧǧid.

236Ligne 6 : Sauvaire a lu توبا au lieu de تقربا.

237Ligne 7 : L. Korn a lu تولی au lieu de بتولي. Munaǧǧid a lu قرشي à la place de بن قرقس

238Ligne 8 : la ligne contenant la date est manquante chez Sauvaire, van Berchem et Korn ; Munaǧǧid n'a pas lu le في initial de cette ligne.

Traduction

2391 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. * Dieu a écrit : “Certes Je vaincrai, Moi et mes envoyés !” Dieu est fort et puissant * (Coran LVIII, 21). La réfection complète

2402 ‑ de cette porte, de ce rempart et de ce fossé béni a été ordonnée par notre maître, le sultan al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam, le guerrier de Dieu, le combattant du ǧihād dans la voie de Dieu, Šaraf

2413 ‑ al‑Dunyā wa‑l ‑Dīn, le sultan de l'islam et des musulmans,

2424 ‑ le vivificateur de la justice dans les mondes, ‘Īsā, fils du maître

2435 ‑ le sultan al‑Malik al‑‘Ādil Sayf al‑Dīn Abū

2446 ‑ Bakr b. Ayyūb — Dieu fasse durer son règne — et cela pour se rapprocher de Dieu

2457 ‑ Très ‑Haut, sous la direction du serviteur qui a besoin de la miséricorde de son Seigneur, Muḥammad b. Qarsaq al‑Mu‘aẓẓamī,

2468 ‑ en l'année 623 (1226).

Commentaire

247En la même année 623/1226, cette inscription de Bāb Ṣaġīr peut être comparée presque mot pour mot à l'inscription n° 14 située à Bāb Šarqī. Les divergences sont minimes dans la titulature où apparaît cependant le terme al‑ġāzī ou guerrier s'ajoutant à muǧāhid et remplaçant les qualificatifs plus neutres d'al‑‘ādil et d'al‑‘ālim. De même, un nouveau verset coranique se contente d'insister encore sur la puissance protectrice de Dieu.

248La seule différence notable tient à la présence dans l'énoncé des travaux du terme bāb ou « porte », s'ajoutant à ṣūr (rempart) et ḫandaq (fossé). Ici est donc mentionnée une construction plus complète ajoutant à la réalisation du rempart et du fossé une transformation de la porte elle‑même. Cette transformation qui est signalée comme une construction nouvelle (taǧdīd) correspond à l'établissement en arrière de la porte antique d'un porche surmonté d'une plate‑forme qui est encore visible aujourd'hui et qui pouvait servir de support à l'installation de balistes. C'est le même intendant des travaux, Muḥammad b. Qarsaq al‑Mu‘aẓẓamī, qui est désigné à la fin de l'inscription.

16-Texte de construction à Bāb al‑Ǧābiya 625/12 décembre 1227‑29 novembre 1228 (fig. 189)

Figure 189 : Inscription no 16. Bāb al‑Ǧābiya, texte de construction (625/1227‑28).

Figure 189 : Inscription no 16. Bāb al‑Ǧābiya, texte de construction (625/1227‑28).

© G. Li, 2008.

249Dalle rectangulaire en calcaire située à l'intérieur du tympan, au ‑dessus du linteau [2].

250Inscription gravée en relief dans un cadre saillant à deux queues d'aronde. Longueur de l'inscription : 130 cm ; hauteur de l'inscription : 58 cm. Hauteur de l'alif : 9 cm. Cinq lignes en nasḫī ayyoubide, repeintes en noir, entre listels (espace entre les listels : 11 cm). La première ligne est un peu effacée. Présence de points diacritiques et de signes de vocalisation.

251Publication : Une lecture de cette inscription figure dans les Carnets de van Berchem (Carnets, V, p. 35‑37). La première publication est due à Munaǧǧid, 1945, p. 54 (= Šihābī, 1996, p. 121 ; id., 1997, p. 37), reprise ensuite par L. Korn, 2004, I, p. 183.

252Reproduction : L. Korn, 2004, II, pl. 22, n° 64.

Texte arabe

١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم * ولبيوتهم أبوابا وسررا عليها يتكئون * أمر

٢ ‑ بعمل هذا الباب والصور مولانا السلطان الملك الناصر صلاح الدنيا والدين

٣ ‑ سلطان الإسلام والمسلمين محيي العدل في العالمين منصف المظلومين من الظالمين

٤ ‑ سيد الملوك والسلاطين داوود بن المولى السلطان الملك المعظم شرف الدين عيسى بن السلطان

٥ ‑ الملك العادل سيف الدين أبي بكر بن أيوب خلد الله ملكه بتولي العبد الى رحمة الله محمد بن قرسق

253Dans la queue d'aronde droite

في ... سنة خمس

254Dans la queue d'aronde gauche

وعشـ[ـرين وستمائة]

Notes de lecture

255Ligne 1 : le verset coranique n'a pas été publié par Munaǧǧid.

256Ligne 3 : à la place de منصف Munaǧǧid a lu منقذ.

257Ligne 5 : Munaǧǧid a lu قرشي à la place de قرسق.

Traduction

2581 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. * Dans leurs demeures, des portes et des divans sur lesquels s'appuyer * (Coran XLIII, 34).

2592 ‑ L'aménagement de cette porte et de la muraille a été ordonné par notre maître le sultan al‑Malik al‑Nāṣir Ṣalāḥ al‑Dunyā wa‑l ‑Dīn,

2603 ‑ sultan de l'islam et des musulmans, vivificateur de la justice dans les mondes, le protecteur des opprimés contre les oppresseurs,

2614 ‑ le seigneur des princes et des sultans, Dāwūd, fils du maître et sultan al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam Šaraf al‑Dīn ‘Īsā, fils du sultan

2625 ‑ al‑Malik al‑‘Ādil Sayf al‑Dīn Abū Bakr b. Ayyūb — Dieu fasse durer son règne — sous la direction de celui qui a besoin de la miséricorde de Dieu, Muḥammad b. Qarsaq

263Dans les queues d'aronde : en ... de l'année 625 (1228).

Commentaire

264Dans ce texte s'inscrivant dans la continuité des inscriptions d'al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam, on remarque un net constraste entre la longue titulature réservée à son fils et successeur, al‑Malik al‑Nāṣir Dāwūd et l'évocation ambiguë des travaux. Ceux ‑ci touchaient la porte (al‑bāb) et le rempart (al‑ṣūr) de Bāb al‑Ǧābiya qui avait déjà fait l'objet d'une organisation défensive (bouchage de deux des trois arches de l'arc antique, établissement d'une bašūra, remise en état (‘imāra) de la porte) mentionnée par de précédentes inscriptions (Inscr. nos 5 et 6). Le terme ‘amal employé ici peut difficilement être pris dans un sens technique particulier mais le choix du verset coranique figurant après la basmala pourrait faire penser à l'aménagement du porche avec plate‑forme que l'on remarque adossé à l'arrière de Bāb al‑Ǧābiya comme on l'a signalé précédemment à Bāb Ṣaġīr (Inscr. n° 15). En tout état de cause, ce texte correspondrait au début du règne d'al‑Nāṣir Dāwūd (624 ‑626/1227‑1229) qui, venant de prendre le pouvoir, tenait à marquer du sceau de son nom la principale porte d'entrée de Damas. Non seulement ce renforcement de la porte ouest de la ville s'inscrivait dans le programme global inauguré en 623/1226 par le père d'al‑Malik al‑Nāṣir Dawūd, mais le même officier Muḥammad b. Qarsaq al‑Mu‘aẓẓamī apparaît ici encore comme l'intendant des travaux.

17-Texte de construction à Bāb Tūmā 625/12 décembre 1227‑29 novembre 1228 (fig. 190)

Figure 190 : Inscription no 17. Bāb Tūmā, texte de construction (625/1227‑28).

Figure 190 : Inscription no 17. Bāb Tūmā, texte de construction (625/1227‑28).

© G. Li, 2008.

265Dalle rectangulaire en calcaire située sur le tympan intérieur de la porte [7] au ‑dessus de la clé de l’arc.

266Inscription gravée en relief dans un cadre saillant dentelé sur le côté droit (longueur : 80 cm ; hauteur : 70 cm). Sept lignes en nasḫī ayyoubide, entre listels. Présence de points diacritiques, de signes de vocalisation et de chevrons.

267Publication : une lecture de cette inscription figure dans les Carnets de van Berchem (Carnets, II, p. 147) et dans les archives de Sauvaget ; elle a été publiée pour la première fois par Munaǧǧid, Dimašq al‑qadīma, p. 42 (= Šihābī, 1996, p. 100 ; id., 1997, p. 36) ; vue ensuite par L. Korn, 2004, I, p. 182.

268Reproduction : L. Korn, 2004, II, pl. 22, n° 63.

Texte arabe

269١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم أمر بعمل هذا الباب والصور

270٢ ‑ مولانا السلطان الملك الناصر صلاح الدنيا وا

271٣ ‑ لدين سلطان الإسلام والمسلمين محيي العدل في

272٤ ‑ العالمين سيّد الملوك والسلاطين داوود بن المولى

273٥ ‑ الملك المعظم شرف الدين عيسى بن الملك العادل سيف

274٦ ‑ الدين ابي بكر بن أيوب بتولي العبد الفقير إلى رحمة الله محمد بن قرسق

275٧ ‑ في سنة خمس وعشرين وستمائة

Notes de lecture

276Ligne 1 : van Berchem et Munaǧǧid ont lu السور au lieu de الصور. Sauvaget n'a pas lu الباب والصور, mais الباب المبارك.

277Ligne 2 : l'alif final a été placé à la ligne suivante par Sauvaget.

278Ligne 4 : le dernier mot n'a pas été lu par Sauvaget.

279Ligne 5 : la fin de la ligne, après عيسى n'a pas été lue par Sauvaget.

280Lignes 6 et 7 : van Berchem a lu إلى الله alors que Munaǧǧid a lu إلى رحمة ربه . Le déchiffrement de cette inscription par Sauvaget se termine à أيوب.

281Ligne 7 : Munaǧǧid a lu قرشي à la place de قرسق.

Traduction

2821 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. L'aménagement de cette porte et de ce rempart

2832 ‑ a été ordonné par notre maître le sultan al‑Malik al‑Nāṣir Ṣalāḥ al‑Dunyā wa ‑

2843 ‑ l ‑Dīn, sultan de l'islam et des musulmans, le vivificateur de la justice dans

2854 ‑ les mondes, le seigneur des princes et des sultans, Dāwūd, fils du maître

2865 ‑ al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam Šaraf al‑Dīn ‘Īsā, fils d'al‑Malik al‑‘Ādil Sayf

2876 ‑ al‑Dīn Abū Bakr b. Ayyūb, sous la direction du pauvre serviteur qui a besoin de la miséricorde de Dieu, Muḥammad b. Qarsaq

2887 ‑ en l'année 625 (1228).

Commentaire

289De la même date que l'inscription n° 16, ce texte, un peu plus sobre que le précédent (absence de citation coranique au début), rappelle des travaux qui touchaient la porte (al‑bāb) et le rempart (al‑ṣūr) de Bāb Tūmā. Il a surtout le mérite de montrer que Nāṣir Dāwūd poursuivait, pour la défense de Damas, les projets de son père dans la partie est de l'enceinte comme à l'ouest de la ville. L'emplacement où était fixée la dalle de calcaire, même si elle semble avoir été ici replacée, est chaque fois le même, à savoir le tympan intérieur du côté du porche. Les travaux commémorés dans cette inscription qui visaient à renforcer les portes et à établir des plates‑formes pour balistes ont été dirigés par le même intendant Muḥammad b. Qarsaq.

18-Texte de construction à Bāb al‑Faraǧ ramaḍān 639/5 mars‑3 avril 1242 (fig. 191 et 192)

Figure 191 : Inscription no 18. Bāb al‑Faraǧ, texte de construction (639/1242).

Figure 191 : Inscription no 18. Bāb al‑Faraǧ, texte de construction (639/1242).

© J. Jehel, 2010.

Figure 192 : Inscription no 18. Bāb al‑Faraǧ, détail de la partie droite du linteau.

Figure 192 : Inscription no 18. Bāb al‑Faraǧ, détail de la partie droite du linteau.

© J.‑O. Guilhot, 2010.

290Linteau monolithe en basalte retaillé dans une colonne et situé sur la face externe de Bāb al‑Faraǧ sud [13].

291Inscription gravée en relief dans un cadre saillant (longueur : 450 cm ; hauteur du bloc : 58 cm ; largeur du cadre de droite : 10 cm ; hauteur de la surface inscrite : 43 cm ; hauteur des listels : 2 cm ; hauteur de l’alif : 11,5 cm). Trois lignes en nasḫī ayyoubide, repeintes en noir, entre listels. Le côté droit de l'inscription, sur une longueur d’environ 70 cm, était dissimulé derrière un mur maçonné qui a été récemment entaillé depuis le moulin pour dégager l'inscription. Présence de points diacritiques, de signes de vocalisation et de fleurons.

292Publication : une lecture de cette inscription figure dans les Carnets de van Berchem (Carnets, II, p. 92), sans doute reprise dans RCEA, XI, inscr. n° 4197 (sans indication de source) et dans les archives de Sauvaget.

Texte arabe

١ ‑ [بسـ]ـم الله الرحمن الرحيم أمر بتجديد هذا الباب والخندق المبارك مولانا السلطان الملك الصالح العالم العادل المجاهد المرابط

٢ ‑ [المثا]غر المؤيد المظفر المنصور الغازي عماد الدنيا والدين سلطان الإسلام والمسلمين قاتل الكفرة والمشركين قامع الخوارج والمتمردين محيي

٣ ‑ [العد]ل في العالمين أبو الفداء إسماعيل ابن ابي بكر ابن أيوب نصير أمير المؤمنين بتولي العبد الفقير يعقوب بن إبراهيم بن موسى بتاريخ رمضان سنة تسع وثلا[ثين] وستمائة

Notes de lecture

293Ligne 1 : les deux titres العالم العادل ont été lus dans l'ordre inverse par l'éditeur du RCEA. Van Berchem et Sauvaget ont lu ces deux titres dans le bon ordre.

294Ligne 2 : le titre المؤيد, qui figure pourtant dans l'inscription du même souverain à Bāb al‑Farādīs, n'est pas restitué dans le RCEA. Sa restitution est proposée par van Berchem.

295Ligne 3 : la kunyā « Abū l ‑Fidā' » n'avait pas été lue et l'ism du souverain avait été restitué par l'éditeur du RCEA.

Traduction

2961 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. La réfection complète de cette porte et du fossé béni a été ordonnée par notre maître le sultan al‑Malik al‑Ṣāliḥ, le savant, le juste, le combattant du ǧihād, le guerrier du ribāṭ,

2972 ‑ le défenseur des places ‑frontières, l'assisté de Dieu, le victorieux, secouru par Dieu, le guerrier de Dieu, ‘Imād al‑Dunyā wa‑l ‑Dīn, le sultan de l'islam et des musulmans, le tueur d’infidèles et de polythéistes, celui qui a réprimé les révoltés et les rebelles, le vivificateur

2983 ‑ de la justice dans les mondes, Abū l ‑Fidā' Ismā‘īl b. Abī Bakr b. Ayyūb, l'auxiliaire de l'émir des croyants, et cela sous la direction du pauvre serviteur Ya‘qūb b. Ibrāhīm b. Mūsā, à la date de ramaḍān de l'année 639 (mars 1242).

Commentaire

  • 37 Il était en effet entré dans la ville dans la partie nord par Bāb al‑Farādīs qu'il s'était fait ou (...)

299Cette inscription porte le nom d'un souverain ayyoubide, al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl, qui régna à Damas de muḥarram 635/août 1237 à ǧumādā I 635/janvier 1238, puis à nouveau de 637/1239 à 643/1245 après avoir assiégé la ville et l'avoir enlevée par la force à son petit neveu al‑Malik al‑Muġīṯ ‘Umar. C'est au cours de ce second règne qu'il éprouva la nécessité de protéger à son tour la capitale et de mener des travaux d'une grande ampleur dans la partie nord en y créant une seconde enceinte pourvue de nouvelles portes et en élargissant la cité du côté du Baradā 37.

300C'est à ces travaux évoquant la construction d'une nouvelle porte et d'un fossé que se rapporte l'inscription ici présentée, située pourtant sur Bāb al‑Faraǧ sud où aucune transformation ne fut apportée durant le règne d'al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl. Il faut donc supposer que l'inscription est ici un remploi. Elle aurait été ôtée de son emplacement originel qui devait être Bāb al‑Faraǧ nord lors de sa restauration consécutive à l'incendie de 799/1396 pour servir de linteau à Bāb al‑Faraǧ sud qui elle‑même avait dû alors être endommagée.

301Cette hypothèse étant admise, l'énoncé d'une réfection complète de Bāb al‑Faraǧ nord et du fossé de cette porte se situe avec cohérence dans la série des travaux exposés ensuite par les inscriptions nos 19 et 20, respectivement situées à Bāb al‑Faradīs à la date de šawwāl 639/avril 1242 et à Bāb al‑Salāma à la date de 641/1243‑1244. Ces inscriptions de nature et de dimensions comparables présentent d'ailleurs le trait commun d'avoir toutes été retaillées dans des colonnes antiques. Elles portent toutes également le nom du même intendant Ya‘qūb b. Ibrāhīm b. Mūsā dont la présence assurait l'unité de conception et de réalisation de l'ensemble du programme.

  • 38 Sobernheim, 1921, nos 3, 4 et 5 ; Chevedden, 1986, II, inscr. nos 3, 7, 9 et 10.

302Ce dernier personnage appartenait à une famille d'administrateurs spécialisés dans les constructions militaires puisque son père, Ibrāhīm b. Mūsā, avait dirigé, comme Sauvaget l'avait remarqué le premier, les constructions signalées à la citadelle par quatre inscriptions appartenant au règne d'al‑Malik al‑‘Ādil (m. 615/1218) 38.

19-Texte de construction à Bāb al‑Farādīs šawwāl 639/4 avril 1242‑ 3 mai 1242 (fig. 193)

Figure 193 : Inscription no 19 (montage). Bāb al‑Farādīs, texte de construction (639/1242).

Figure 193 : Inscription no 19 (montage). Bāb al‑Farādīs, texte de construction (639/1242).

© J.‑O. Guilhot/G. Li, 2008.

303Linteau monolithe retaillé dans une colonne antique et situé sur la face externe de Bāb al‑Farādīs nord [12], appelée aujourd’hui Bāb al‑‘Amāra. En 1950, à la suite d'un incendie, le linteau portant l'inscription a été démonté pour être restauré, mais fut alors cassé en quatre morceaux eux ‑mêmes détériorés. Les parties conservées ont été consolidées à l'aide de renforts métalliques et de ciment.

304Inscription gravée en relief dans un cadre saillant (longueur : 496,50 cm ; hauteur : 69,50 cm). Trois lignes en écriture cursive et entre listels. Présence de points diacritiques, de signes de vocalisation et de fleurons. Inscription en très mauvais état de conservation suite à un incendie ; des pans entiers du texte se sont effrités et ont disparu.

  • 39 Sur ce dégagement, voir Abdul ‑Hak, 1951, p. 254 ‑256.

305Publication : Lecture très partielle de cette inscription, déjà très endommagée à la fin du xixe siècle, dans les Carnets de van Berchem (Carnets, II, 128). Première publication dans le RCEA, XI, inscr. n° 4246 (texte fragmentaire, de source inconnue qui fait mention d'une inscription localisée à Bāb al‑‘Amāra). La lecture a pu en être améliorée par Ḥassān al‑Bīṭār (1952, p. 192 ‑196) après le dégagement en 1950 par le service des Antiquités syrien de l'enduit qui la recouvrait 39.

306Reproduction : Bīṭār, 1952, planche dépliante entre les p. 194 et 195.

Texte arabe

١ ‑ بسم اللـ[ـه الرحمن الرحيم] أمر [بعمـ]ـل هذا الباب والصور المـ[ـبا]ر[ك] مو[لانا السلطان الملك الصالح الـ]ـسيد الأ[جل الـ]ـعالم العاد[ل المجـ]ـاهد المرابط المثاغر

٢ ‑ المؤيد [المظفر المنصور عماد] الدنيا والدين [سلطـ]ـان الإسـ[ـلام والمسلمين قاتل الكفرة والمشركين قامع الخوارج والمتمرد]يـن مبيد الطغاة والمنافقين محيي العدل

٣ ‑ [في] العالمـ[ـين أبو] الفداء إسماعيل ابن أبي بكر [ابن أيوب نصير أمير المؤمنين بتولي العبد الفقير يعقوب ابن إبراهيم ابن موسى] في شهر شوال سنة تسع وثلثين وستمائة

Notes de lecture

307Ligne 1 : l'éditeur de cette inscription dans le RCEA n'avait lu de cette ligne que les mots هذا الباب والصور المبارك مولانا السلطان الملك الصالح. Van Berchem avait lu بعمارة au lieu de بعمــل. Bīṭār a lu السور au lieu de الصور.

308Ligne 2 : l'éditeur de cette inscription dans le RCEA n'avait lu de cette ligne que المؤيد ‫……‬ ‫[عماد] الدنيا والدين‬ La restitution قاتل الكفرة والمشركين قامع الخوارج والمتمردين qui se fonde sur l'inscription d'al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl à Bāb al‑Faraǧ et sur la lecture du et du nūn final de المتمرديـن, ne se trouve pas chez Bītār.

309Ligne 3 : l'éditeur de cette inscription dans le RCEA n'avait lu de cette ligne que في شهر شوال. Bīṭār a lu في العالمين ‫…‬ ابن أبي بكر ‫…‬ في شهر شوال سنة تسع وثلثين وستمائة .

Traduction

3101 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. L'aménagement de cette porte et du rempart béni a été ordonné par notre maître le sultan al‑Malik al‑Ṣāliḥ, le seigneur illustre, le savant, le juste, le combattant du ǧihād, le guerrier du ribāṭ, le défenseur des places ‑frontières,

3112 ‑ l'assisté de Dieu, le victorieux, secouru par Dieu, ‘Imād al‑Dunyā wa‑l‑Dīn, sultan de l'islam et des musulmans, l'exterminateur des infidèles et des polythéistes, le subjugueur des révoltés et des rebelles, le destructeur des impies et des hypocrites, le vivificateur de la justice

3123 ‑ dans les mondes, Abū l ‑Fidā' Ismā‘īl b. Abī Bakr b. Ayyūb, l'auxiliaire de l'émir des croyants et cela sous la direction du pauvre serviteur Ya‘qūb b. Ibrāhīm b. Mūsā durant le mois de šawwāl de l'année 639 (avril‑mai 1242).

Commentaire

313Ce texte mis en place un mois après l'inscription n° 18 garde souvenir du même programme de transformation de l'enceinte par son déplacement vers le nord ordonné par le même prince ayyoubide al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl. Ici cependant, il n'est pas question comme à Bāb al‑Faraǧ d'une porte et d'un fossé (ḫandaq), mais d'une porte et d'un rempart (sūr). Cette inscription, la plus longue et la plus riche en titulature guerrière du prince, se trouvait au centre du nouveau dispositif de défense et à l'endroit où la cité profitait du plus grand élargissement de sa superficie. C'est le même intendant, Ya‘qūb b. Ibrāhīm b. Mūsā, déjà cité dans l'inscription n° 18, qui, après avoir aménagé les abords de la citadelle, poursuivait le chantier en direction de l'est.

20-Texte de construction à Bāb al‑Salāma 641/21 juin 1243‑9 juin 1244 (fig. 194)

Figure 194 : Inscription no 20. Bāb al‑Salāma, texte de construction (641/1243‑44).

Figure 194 : Inscription no 20. Bāb al‑Salāma, texte de construction (641/1243‑44).

© D. Sourdel, 1950.

314Linteau monolithe en basalte retaillé dans une colonne antique et situé sur la face externe de la porte [8].

315Inscription gravée en relief dans un cadre saillant (longueur : 425 cm ; hauteur : 54 cm). Trois lignes en nasḫī ayyoubide, entre listels, ornées de fleurons, avec points diacritiques et signes de vocalisation. Très bon état de conservation.

316Publication : une lecture de cette inscription figure dans les Carnets de van Berchem (Carnets, II, p. 105), reprise dans RCEA, XI, inscr. n° 4223 ; la première traduction française est due à Sauvaget (1932b, p. 43, n° 13) ; le texte a ensuite été publié en arabe par Badrān, 1985, p. 41 ; Munaǧǧid, 1945, p. 45 (= Šihābī, 1996, p. 208‑209 ; id., 1997, p. 38).

Texte arabe

١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم جددت عمارة هذا الباب السعيد في أيام مولانا السلطان الملك الصالح السيد الأجل العالم العابد المجاهد المؤيد المظفر المنصور ]عماد] الدنيا والدين

٢ ‑ سلطان الإسلام والمسلمين منصف المظلومين من الظالمين قاتل الكفرة والمشركين ماحي البغي والعناد دامغ المفسدين في البلاد معز الإسلام غياث الأنام ركن الدولة مجد

٣ ‑ الأمة علاء الملٌة سيٌد الملوك والسلاطين]أبو الفدءا إسماعيل] بن السلطان الملك العادل سيف الدين أبي بكر بن أيوب ناصر أمير المؤمنين بتولٌي العبد الفقير يعقوب بن إبراهيم بن موسى في سنة أحد وأربعين وستمائة

Notes de lecture

317Ligne 1 : Munaǧǧid n'a pas lu السلطان.

318Ligne 2 : à la place de العناد Badrān et Munaǧǧid ont lu الفساد et الدين à la place de الدولة ; à la place de معز Badrān a lu مقر et a oublié مجد الأمة.

319Ligne 3 : à la place de علاء الملٌة Badrān a lu الأمة ; il a lu سعد الملوك à la place de سيٌد الملوك ; Munaǧǧid n'a pas lu ناصر ni في ; il a lu إحدى à la place de أحد.

Traduction

3201 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. L'aménagement complet de cette porte de bon augure a été réalisé sous le règne de notre maître le sultan al‑Malik al‑Ṣāliḥ, le seigneur illustre, le savant, le dévot, le combattant du ǧihād, l'assisté de Dieu, le victorieux, secouru par Dieu, ‘Imād al‑Dunyā wa‑l ‑Dīn,

3212 ‑ le sultan de l'islam et des musulmans, le protecteur des opprimés contre les oppresseurs, l'exterminateur des infidèles et des polythéistes, celui qui détruit le rebelle et le révolté, celui qui anéantit les fauteurs de troubles dans son pays, le glorificateur de l'islam, le refuge de toutes les créatures, la pierre angulaire de l'État, la gloire

3223 ‑ de la communauté, celui qui élève la nation, le seigneur des princes et des sultans, Abū l‑Fidā’ Ismā‘īl, fils du sultan al‑Malik al‑‘Ādil Sayf al‑Dīn Abū Bakr b. Ayyūb, le soutien de l'émir des croyants et cela sous la direction du pauvre serviteur Ya‘qūb b. Ibrāhīm b. Mūsā en l'année 641 (1243-44).

Commentaire

  • 40 Humphreys, 1977, p. 272-273 ; Balog, 1980, p. 246.

323La phase des travaux évoquée succinctement par ce texte appartient au même chantier d'agrandissement défensif de l'enceinte nord déjà décrit dans les inscriptions nos 18 et 19. Elle vient clore le programme par la construction d'une nouvelle porte à Bāb al‑Salāma occupant à l'est le redent qui permet le raccordement à l'ancienne muraille. C'est encore le même type de linteau qui couronne la nouvelle porte et c'est le même intendant Ya‘qūb b. Ibrāhīm b. Mūsā que l'on retrouve mentionné à la fin de l'inscription. Mais entre ‑temps des événements étaient survenus, parmi lesquels la reconnaissance de la suzeraineté de Naǧm al‑Dīn Ayyūb, le sultan régnant au Caire, par le prince al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl qui lui avait abandonné le privilège de la ḫuṭba (sermon du vendredi) à Damas 40. À cette situation correspond la mention dans l'inscription du seul nom d'al‑Malik al‑Ṣāliḥ Naǧm al‑Dīn Ayyūb introduite par la formule fī ayyām, « sous le règne de ». Cette soumission du prince de Damas renonçant à son titre d'ordonnateur des travaux et acceptant l'autorité de son neveu Naǧm al‑Dīn ne l'empêchera pas d'être, deux ans plus tard, définitivement dépouillé de sa principauté par le même Naǧm al‑Dīn Ayyūb dont le nom apparaîtra dans l'inscription n° 21.

21- Texte de construction sur une tour entre Bāb Tūmā et Bāb Šarqī 646/26 avril 1248‑15 avril 1249 (fig. 195)

Figure 195 : Inscription no 21. Entre Bāb Tūmā et Bāb Šarqī, texte de construction sur une tour (646/1248‑49).

Figure 195 : Inscription no 21. Entre Bāb Tūmā et Bāb Šarqī, texte de construction sur une tour (646/1248‑49).

© J.‑O. Guilhot, 2009.

324Dalle rectangulaire en calcaire située à 2,50 m au‑dessus du sol actuel sur la façade externe, orientée vers le nord‑est, d'une tour rectangulaire [I] située entre Bāb Tūmā et Bāb Šarqī.

325Inscription gravée en creux dans un cadre saillant à deux queues d'aronde décorées de fleurons (longueur : 80 cm ; hauteur : 45 cm). Quatre lignes en nasḫī ayyoubide, entre listels. Les lignes 1 et 4 sont gravées sur le cadre. Présence de points diacritiques, de quelques signes de vocalisation, de chevrons, de demi‑lunes, de fleurs et d'un tanwīn décoratifs.

326Publication : Lecture partielle de von Kremer, 1854, 5/2, p. 12 (= RCEA, XI, inscr. n° 4282). Cette inscription, mal recopiée, figure également dans le Recueil Schefer sous le n° 134 (= RCEA, XI, n° 4198) ; Sauvaget est le premier à avoir repéré que les lectures très différentes de von Kremer et du Recueil Schefer publiées sous deux numéros différents dans le RCEA concernaient la même inscription. Une lecture de cette inscription figure également dans les Carnets de van Berchem (Carnets, II, p. 146 et VI, p. 128) ; la première lecture complète et satisfaisante de ce texte a été donnée par Munaǧǧid, 1945, p. 32 (= Šihābī, 1996, p. 77 ; id., 1997, p. 29).

Texte arabe

١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم

٢ ‑ عمل في أيام مولانا السلطان الملك الصالح

٣ ‑ نجم الدنيا والدين أيوب بتولي عبده الفقير مبارك الأوحدي

٤ ‑ وذلك في سنة ست وأربعين وست ماية

Notes de lecture

  • 41 Ibn Ḫallikān, Wafayāt al‑a‘yān, V, p. 330.

327Ligne 3 : von Kremer n'avait lu de cette ligne que les trois premiers mots (والدين الدنيا نجم). L'ism ايوب ne figure pas dans la lecture du Recueil Schefer et l'autre ism de cette ligne a été lu يوسف au lieu de مبارك. Van Berchem a livré dans ses Carnets une lecture complète de la ligne, mais en ajoutant un بن qui n'existe pas entre al‑Dīn et Ayyūb. La première lecture intégrale et correcte de cette ligne est celle proposée par Munaǧǧid. L'ism Ayyūb, sans doute oublié dans un premier temps par le lapicide, a été ajouté en petits caractères. La nisba al‑Awḥadī vient d'al‑Malik al‑Awḥad Naǧm al‑Dīn Ayyūb b. al‑Malik al‑‘Ādil, prince d'Aḫlāt et Mayyā Fāriqīn, mort en 607/1211 41.

328Ligne 4 : la lecture de cette ligne dans le Recueil Schefer est fautive :

329‫.‬وذلك بتاريخ شهر شوال سنة تسع وثلثين وستماية

Traduction

3301 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.

3312 ‑ Cela fut fait sous le règne de notre maître le sultan al‑Malik al‑Ṣālih.

3323 ‑ Naǧm al‑Dunyā wa‑l‑Dīn Ayyūb, sous la direction de son pauvre serviteur Mubārak al‑Awḥadī.

3334 ‑ et cela en l'année 646 (1248‑49).

Commentaire

  • 42 Yovitchitch (2011, p. 152) pense que cette inscription n’est pas in situ et que la tour est plus ta (...)

334La situation de cette inscription gravée sur une dalle de calcaire blanc placée au centre d'un bandeau noir de basalte sur la façade principale de la tour prend pleinement place dans la composition décorative de ce monument. Elle semble donc avoir été conservée in situ. Son texte évoque une construction dont la nature n'est pas précisée, mais qui ne peut être que la tour sur laquelle elle est placée 42.

335La construction envisagée se situe, comme celle de l'inscription n° 20, sous le règne du sultan ayyoubide du Caire al‑Malik al‑Ṣāliḥ Naǧm al‑Dīn Ayyūb. Mais le contexte historique est alors différent de celui que l'on connaissait en 641/1243, puisque al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl avait été chassé de Damas par son neveu et que le seul représentant de l'autorité ayyoubide était maintenant un gouverneur qui dépendait du Caire et dont le nom n'est même pas cité.

336Le seul nom qui apparaisse après celui du sultan est celui d'un nouvel intendant, Mubārak al‑Awḥadī, qu'introduit, comme dans les inscriptions précédentes, l'expression bi‑tawallī, « sous la direction de ». On ne sait toutefois si c'est à l'initiative de ce personnage que fut adopté un nouveau modèle de tour, remarquable par son système défensif. La nisba al‑Awḥadī pourrait faire penser à des influences venues d'Aḫlāṭ, en Anatolie orientale, où avait régné le prince ayyoubide al‑Malik al‑Awḥad (m. en 607/1211).

Époque mamlouke

22-Texte de construction à Bāb Kaysān. Entre 693/1294 et 694/1295

337La localisation de cette inscription, aujourd'hui disparue, est fournie par le Recueil Schefer : « Inscrit sur Bāb Kaysān, située entre Bāb Šarqī et Bāb Šāġūr, et aujourd'hui murée » (maktūb ‘alā Bāb Kaysān mā bayna Bāb Šarqī wa Bāb Šāġūr wa huwa al‑ān masdūd). Il s'agit sans doute d'une des deux inscriptions apparaissant sur les photos anciennes, l'une sur le linteau à crossettes de la porte [4] et l'autre dans un bandeau situé au sommet de la tour située à droite de l'entrée.

338Publication : Cette inscription figure dans le Recueil Schefer sous le numéro 142. Elle a été publiée pour la première fois, en reproduisant le texte du Recueil, dans le RCEA, XIV, inscr. n° 5269 sous l'année 710 (= Šihābī, 1997, p. 43).

339La numérotation des lignes est celle du Recueil Schefer, mais il est peu probable qu'elle corresponde aux lignes de l'inscription.

Texte arabe

١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم

٢ ‑ جدد هذا الباب المبارك في أيام

٣ ‑ مولانا السلطان الملك الناصر ناصر الدنيا والدين ابن

٤ ‑ مولانا السلطان الملك المنصور السعيد

٥ ‑ الشهيد قلاوون الصالحي الظاهري

٦ ‑ أعزّ الله سلطانه بكفالة المقرّ المولوي الأميري

٧ ‑ الكبيري عز الدين أيبك كافل الممالك الإسلامية

٨ ‑ بالشام المحروسة وذلك بتاريخ أحد شهور سنة

٩ ‑ عشر وسبعمائة

Traduction

3401 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.

3412 ‑ cette porte bénie a été refaite sous le règne

3423 ‑ de notre maître le sultan al‑Malik al‑Nāṣir Nāṣir al‑Dunyā wa‑l ‑Dīn, fils

3434 ‑ de notre maître le sultan al‑Malik al‑Manṣūr, le bienheureux,

3445 ‑ le martyr, Qalāwūn al‑Ṣāliḥī al‑Ẓāhirī

3456 ‑ — que Dieu glorifie sa souveraineté — sous le gouvernorat de son altesse, notre maître, le grand émir

3467 ‑ ‘Izz al‑Dīn Aybak, gouverneur des provinces musulmanes

3478 ‑ à Damas la bien gardée. Et ceci à la date d'un des mois de l'année

3489 – 710 (1310‑11).

Commentaire

  • 43 Il faut noter en outre que cette date est introduite par la formule inhabituelle « dans un des moi (...)

349Ce texte, connu seulement par le Recueil Schefer, pose divers problèmes qui peuvent mettre en doute sa validité. La mention de personnages dont les titulatures ne présentent aucune contradiction décelable, à savoir le gouverneur Aybak et le sultan mamlouk al‑Nāṣir Muḥammad, ne semble pas poser de problème. Le gouvernorat de l'émir ‘Izz al‑Dīn Aybak al‑Ḥamawī, parfaitement identifiable dans les chroniques, fournit alors un indice sûr de datation entre šawwāl 691/15 sept.‑13 oct. 1292, date de l'entrée en fonction de ce nā'ib à Damas et ḏū l‑qa‘da 695/31 août ‑29 sept. 1296 marquant la fin de son pouvoir en Syrie. La date de l'inscription, qui ne peut avoir été gravée qu'entre les deux dates précitées, mérite encore d'être précisée par la mention du sultan régnant alors en Égypte, al‑Nāṣir Muḥammad, qui lors de son premier règne ne resta sur le trône qu'entre 693/1294 et 694/1295. C'est donc à ce moment qu'il convient de situer l'exécution de l'inscription et les travaux qu'elle commémore. Dans ce cas, on ne peut considérer que comme fantaisiste la mention de l'année 710 43 qui avait été retenue par le RCEA pour la publication de cette copie douteuse conservée dans le Recueil Schefer.

350Une autre question posée par ce texte est la lecture de la première ligne mentionnant la reconstruction de « Bāb Kaysān », alors que nous savons par les sources textuelles que cette porte condamnée du temps de Nūr al‑Dīn (1154‑1174) n'avait été ensuite réouverte qu'en 765/1363‑64 sous le règne du sultan mamlouk al‑Ašraf Ša‘bān. On ne peut ici qu'exprimer des réserves sur la nature des travaux mentionnés.

23-Fragment d'inscription funéraire remployé à Bāb Kaysān (fig. 196)

Figure 196 : Inscription no 23. Bāb Kaysān, fragment d'inscription funéraire.

Figure 196 : Inscription no 23. Bāb Kaysān, fragment d'inscription funéraire.

© G. Li, 2008.

351Fragment réutilisé et monté à l'envers lors de la construction de la façade de l'église Saint‑Paul au début du xxe siècle à l'emplacement de Bāb Kaysān [4]. Il est situé aujourd'hui à 7 mètres au‑dessus du sol, à droite du mâchicoulis, au niveau de la console. Deux lignes en nasī mamlouk.

352Inédit

Texte arabe

١ ‑ علي بن ...

٢ ‑ رحمه الله ... حم ...

Traduction

3531 ‑ ‘Alī, fils de ....

3542 ‑ que Dieu lui fasse miséricorde ....

355Ce fragment ne peut avoir été sculpté, en raison de son contenu, que sur une stèle funéraire provenant sans doute d'un des cimetières extérieurs à la ville et voisin du rempart.

24-Texte de reconstruction d'une tour au sud de Bāb al‑Ǧābiya 699/28 septembre 1299 ‑16 septembre 1300 (fig. 197)

Figure 197 : Inscription no 24. Sud de Bāb al‑Ǧābiya, texte de reconstruction d'une tour (699/1299‑1300).

Figure 197 : Inscription no 24. Sud de Bāb al‑Ǧābiya, texte de reconstruction d'une tour (699/1299‑1300).

© J. Sauvaget, v. 1930.

356Bandeau épigraphique, sculpté dans la pierre de parement de la tour [C]. Inscription de quatre lignes dont la dernière a disparu et n'est connue que par le Recueil Schefer. Les trois lignes conservées sont en écriture cursive et en relief. La taille des caractères décroît de 90 cm pour la première ligne (écrite sur deux assises) à 50 cm pour la deuxième (écrite sur une assise) et à 35 cm pour la troisième située deux assises plus bas. Une ornementation particulière met en relief la deuxième ligne inscrite dans un cadre saillant à queues d'aronde et à pétales. Actuellement, un bâtiment adossé à la partie nord‑ouest de la tour cache la section gauche de l'inscription. Présence de points diacritiques et de signes de vocalisation.

357Publication : Cette inscription figure dans le Recueil Schefer, sous le n° 323, pour les deux premières lignes, et sous le n° 322, pour les deux dernières. Des lectures de cette inscription se trouvent également dans les Carnets de van Berchem (Carnets, V, p. 32-33) et dans les archives de Sauvaget ; Wulzinger, Watzinger, 1924, p. 186 ; RCEA, XIV, n° 5291 ; Munaǧǧid, 1945, p. 28 (= Šihābī, 1996, p. 76 ; id., 1997, p. 30).

Texte arabe

١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم عمر هذا البرج بعد انهدامه في أيام مولانا السلطان الملك الناصر ناصر الدنيا والدين محمد بن السلطان الملك المنصور سيف الدنيا والدين قلاون سنة تسع وتسعين وستمائة

‫٢ ‑ بإشارة المقرّ العالي الجمالي أقوش الأفرم نائب السلطانة المعظمة [بالشام المحروسة]‬

٣ ‑ بنظر العبد الفقير إلى الله تعالى أحمد بن عبد السلام

٤ ‑ بتولي العبد الفقير إلى رحمة ربه إبراهيم المتولي

Notes de lecture

358Ligne 1 : les dernières lettres lisibles aujourd'hui sont la lettre ṣād de la deuxième occurrence du mot Nāṣir. Les lectures تجدد au lieu de عمر et العادل au lieu de المنصور figurent dans le Recueil Schefer et la lecture proposée pour la fin de la ligne est : اعز الله انصاره . Wulzinger et Watzinger ont ajouté un « min » entre al‑burǧ et ba‘d. Ils ont lu الملك الناصر بلله au lieu de الملك الناصر ناصر الدنيا ; à la place de محمد , ils ont lu محمود et à la place de المنصور, ils ont lu الظفور. Ils sont les seuls à avoir lu la fin de la ligne et la date : الدنيا والدين قلاون سنة تسع وتسعين وستمائة.

359Ligne 2 : dans le Recueil Schefer الشريفة a été lu à la place de المعظمة ; cette ligne n'a pas été lue par Wulzinger et Watzinger.

360Ligne 3 : Munaǧǧid a oublié le mot العبد. La partie gauche de cette ligne, aujourd'hui disparue, figure seulement dans le Recueil Schefer.

361Lignes 3 ‑4 : ces deux lignes figurent dans le Recueil Schefer à la suite de l'inscription précédente de Nūr al‑Dīn et non à sa place logique, c'est‑à‑dire, à la suite de l'inscription d'al‑Nāṣir Muḥammad.

Traduction

3621 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. Cette tour bénie a été remise en état, après son effondrement, sous le règne de notre maître le sultan al‑Malik al‑Nāṣir Nāṣir al‑Dunyā wa‑l‑Dīn Muḥammad, fils du sultan al‑Malik al‑Manṣūr Sayf al‑Dunyā wa‑l‑Dīn Qalāwūn en 699 (1299‑1300)

3632 ‑ par la volonté de son altesse élevée Ǧamal al‑Dīn Aqqūš al‑Afram, gouverneur du sultanat magnifié à Damas la bien gardée,

3643 ‑ sous la supervision de l'esclave avide de la miséricorde de Dieu le Très‑Haut Aḥmad b. ‘Abd al‑Salām,

3654 ‑ sous la direction de l'esclave avide de la miséricorde de son Seigneur, Ibrāhīm al‑mutawallī.

Commentaire

  • 44 Maqrīzī, Sulūk, I ‑3, p. 873 ‑874.

366Les travaux de reconstruction de l'époque mamlouke commémorés par cette inscription feraient suite à l'effondrement d'une tour construite par Nūr al‑Dīn en l'année 569/1173‑74 (Inscr. n° 9). Il s'agit, d'après le texte, de travaux qui auraient eu lieu au cours de l'année 699/1299‑1300 qui fut pour Damas une année riche en événements. L'année en question coïncide avec le second règne du sultan al‑Nāṣīr Muḥammad qui, d'après les sources textuelles, aurait repris le pouvoir en ǧumādā I 698/février 1299 et aurait, dès cette date, nommé comme gouverneur de Damas le grand émir Aqqūš al‑Afram. Ce dernier était jusque‑là gouverneur de la forteresse de Kérak avait été enfermé le sultan. Sa nomination à Damas récompensa sans doute l'aide qu'il avait fournie à al‑Nāṣir Muḥammad pour reprendre le pouvoir 44. Le nom d'Aqqūš al‑Afram figure d'ailleurs en bonne place dans l'inscription sur la deuxième ligne, aux caractères certes moins grands que ceux utilisés pour évoquer le sultan, mais qui se distingue par une décoration en relief située à l'intérieur d'un cadre à queues d'aronde.

367L'année 699/1299‑1300 fut également marquée par une attaque militaire qui aurait pu avoir de graves conséquences puisque pénétrèrent dans la ville, chassant les Mamlouks, les troupes mongoles de l'Ilḫān Ġāzān. L'occupation fut cependant de courte durée, 100 jours seulement, et la citadelle n'ayant pas été prise, le retour du pouvoir mamlouk se fit sans peine après le départ de l'armée mongole. Aqqūš al‑Afram, de retour à Damas le 10 ša‘bān 699/1er mai 1300, y retrouva son rôle de gouverneur. Cette date coïncide avec celle de l'inscription signifiant que l'écroulement de la tour aurait pu être le fait des Mongols, même si d'après les chroniques, leurs destructions se seraient surtout cantonnées aux abords de la citadelle, et particulièrement au nord, entre Bāb al‑Naṣr et Bāb al‑Faraǧ.

368L'emplacement de cette tour située sur une inflexion de la muraille avait toujours correspondu à un point d'importance stratégique pour la défense de Damas. L'inscription de 699/1300 traduirait une tentative faite par Aqqūš al‑Afram pour agrandir la base de la tour et ainsi la renforcer sérieusement. Il aurait ainsi fait en même temps graver une inscription monumentale à sa gloire et à celle du sultan mamlouk le long d'un axe majeur d'accès à la ville.

  • 45 Voir supra, chap. II, note 72.

369Par ailleurs, il est permis de penser que cette même tour fit d'après les chroniques l'objet d'une réparation remarquablement rapide au moment du siège de la ville par Barqūq en 792/1389 45. À ce moment, en effet, les habitants voyant s'effondrer ce point fort de l'enceinte auraient procédé en une nuit à sa remise en état. Il s'agit peut‑être du changement d'appareil observable aujourd'hui dans les assises supérieures situées au‑dessus de l'inscription.

25-Texte de construction de la façade de Bāb Tūmā. Première décade de rabī‘ II 734/10‑19 décembre 1333 (fig. 198)

Figure 198 : Inscription no 25. Bāb Tūmā, texte de construction (734/1333).

Figure 198 : Inscription no 25. Bāb Tūmā, texte de construction (734/1333).

© G. Li, 2008.

370L'inscription occupe trois blocs d'un linteau à crossettes appartenant au parement extérieur de Bāb Tūmā [7]. Le linteau est situé à 5 mètres au‑dessus du sol et surmonté d'arcs de décharge. L'inscription gravée en relief dans un cadre saillant (longueur : 4,12 m ; hauteur : 0,53 m) occupe sur le linteau trois longues lignes en écriture cursive, séparées par des listels. Présence de points diacritiques, de signes de vocalisation et de décors végétaux. Bon état de conservation.

371Publication : RCEA, XV, inscr. n° 5650 (d'après le Recueil Schefer, n° 115) ; Munaǧǧid, 1945, p. 42 (= Šihābī, 1996, p. 102 ; id., 1997, p. 36). Une lecture de cette inscription figure dans les Carnets de van Berchem (Carnets, II, p. 104) et dans les archives de Sauvaget.

Texte arabe

١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم جدد هذا الباب المبارك في أيام مولانا السلطان الملك الناصر ناصر الدنيا والدين محمد بن مولانا السلطان الشهيد الملك

٢ ‑ المنصور قلاوون الصالحي أعز الله أنصاره وذلك باشارة المقرّ الأشرف العالي المولوي الأميري الكبيري الغازي المجاهدي المرابطي

٣ ‑ المثاغري المؤيدي المالكي المخدومي السيفي تنكز الناصري كافل الممالك الشريفة بالشام المحروس عز نصره وذلك في العشر الاول من ربيع الآخر سنة أربعة وثلثين وسبعمائة

Notes de lecture

372Ligne 1 : le dernier mot de la ligne n'a pas été lu par al‑Munaǧǧid.

373Ligne 2 : Šihābī a lu المقّر الأشرفي au lieu de المقّر الأشرف.

374‫Ligne 3 : Munaǧǧid a‬ lu الممالكي au lieu de المالكي et أربع وثلاثين au lieu de ‫.‬أربعة وثلثي‫ن‬

Traduction

3751 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. Cette porte bénie a été refaite sous le règne de notre maître le sultan al‑Malik al‑Nāṣir Nāṣir al‑Dunyā wa‑l‑Dīn Muḥammad, fils de notre maître le sultan martyr al‑Malik

3762 ‑ al‑Manṣūr Qalāwūn al‑Ṣāliḥī Que Dieu glorifie ses victoires . Et cela par la volonté de son altesse noble et élevée, notre maître, le grand émir, le guerrier de Dieu, le combattant du ǧihād, le guerrier du ribāṭ,

3773 ‑ le défenseur des places‑frontières, l'assisté de Dieu, le détenteur du pouvoir, le bien servi, Sayf al‑Dīn Tankiz al‑Nāṣirī, gouverneur des provinces musulmanes à Damas la bien gardée — puissante est sa victoire —. Et cela dans la première décade de rabī‘ II de l'année 734 (10‑19 novembre 1333).

Commentaire

378Cette inscription complète et bien conservée fut sculptée à la gloire du vice‑roi de Syrie Tankiz qui resta gouverneur de la province de 712/1312 à 740/1340. Après la mention du sultan mamlouk d'Égypte, al‑Nāṣir Muḥammad, qui régnait à ce moment‑là, le texte de l'inscription contient surtout l'abondante titulature du gouverneur qui avait fait graver ses épithètes élogieuses à un emplacement où chacun pouvait les lire. Ce n'est là cependant qu'une des nombreuses inscriptions – une vingtaine au moins – laissées par Tankiz dans les régions syriennes où il déploya d'abondantes activités de construction. Les différences de titulature que l'on remarque dans ces divers cas tiennent surtout à l'absence de certains qualificatifs en fonction de la place occupée par l'inscription, mais l'essentiel est de retrouver toujours l'expression liminaire al‑maqarr al‑ašraf al‑‘ālī (son altesse noble et élevée) qui était partout utilisée.

379Si la personnalité de Tankiz pourrait mériter une longue étude, son rôle dans l'aménagement de l'enceinte reste apparemment secondaire. Les travaux commémorés par cette inscription semblent avoir contribué surtout à améliorer l'apparence extérieure d'une entrée ouverte depuis longtemps dans l'enceinte et modelée déjà par le prince ayyoubide al‑Malik al‑Nāṣir Dāwūd en 625/1228 (Inscr. n° 17). Tankiz se serait contenté de faire de la façade de Bāb Tūmā une illustration de sa puissance en y plaquant un parement extérieur de grande hauteur, couronné de mâchicoulis d'angle, et en y introduisant un profil de porte particulièrement orné.

380Au‑dessus du linteau portant l'inscription se développaient en effet des arcs de décharge superposés, eux‑mêmes décorés chacun de manière différente : d'abord le motif héraldique du foudre réalisé en marqueterie bicolore de basalte noir et de calcaire blanc ; au‑dessus, une rosette à six pétales figurée en creux, rappelait l'ornementation propre aux monnaies de bronze frappées par le sultan mamlouk al‑Nāṣir Muḥammad, suzerain de Tankiz.

  • 46 Vois supra, chap. III, note 117.

381La date de fin des travaux mentionnée dans l'inscription, la première décade de rabī‘ II 734/10 ‑19 novembre 1333, complète l'information fournie par les chroniques qui en situent le début au mois de rabī‘ I de la même année 46. Ce serait la preuve d'une exécution particulièrement rapide de la nouvelle façade en moins de 40 jours.

26-Décret d'abolition de taxes conservé à Bāb al‑Faraǧ sud (actuel Bāb al‑Ḫandaq) entre 784/1382 et 801/1399 (fig. 199 et 200)

Figure 199 : Inscription no 26 a. Bāb al‑Faraǧ sud, sommier est, décret d'abolition de taxes (entre‑784 et 801/1382‑99).

Figure 199 : Inscription no 26 a. Bāb al‑Faraǧ sud, sommier est, décret d'abolition de taxes (entre‑784 et 801/1382‑99).

© G. Li, 2008.

Figure 200 : Inscription no 26 b. Bāb al‑Faraǧ sud, sommier ouest, décret d'abolition de taxes (entre 784 et 801/1382‑99).

Figure 200 : Inscription no 26 b. Bāb al‑Faraǧ sud, sommier ouest, décret d'abolition de taxes (entre 784 et 801/1382‑99).

© J. Jehel, 2010.

382Inscription en deux parties située sur la façade interne de la porte [13], sur les pierres de sommier de l'arc. Inscription gravée in situ qui débute sur un bloc du sommier est (lignes 1 à 3) et se poursuit sur deux blocs du sommier ouest (lignes 4 à 7). Lignes en écriture cursive et en relief, entre listels et à l'intérieur d'un cadre en relief. À l'ouest : hauteur du cadre enserrant les lignes 4 à 7 : 49 cm ; longueur des lignes 4 à 6 : 49 cm ; longueur de la ligne 7 gravée sur deux blocs du parement : 60 cm ; hauteur moyenne des lignes entre listels : 9 cm ; hauteur de l'alif : 8 cm. À l'est, les lignes 1 à 3, longtemps cachées par une maison, n'avaient pu être lues par Wulzinger et Watzinger, ni par Sauvaget. Le déchiffrement de l'ensemble, effectué en 1953 par D. Sourdel et J. Sourdel‑Thomine, était resté jusqu'à aujourd'hui inédit.

383Publication : Wulzinger, Watzinger, 1924, p. 185 (lignes 4 à 7 seulement) (= Šihābī, 1996, p. 216 ; id., 1997, p. 43).

Texte arabe

١ ‑ بسم الله الرحمن الرحيم أمر

٢ ‑ بإبْطال المكس على قرامي الأسا

٣ ‑ كفة بدمشق المحروسة

٤ ‑ مولانا السلطان الملك الظا

٥ ‑ هر برقوق أعزّ الله أنصاره

٦ ‑ بسعي المعلم أحمد شيخ السوق رحمه

٧ ‑ الله ورحم من ترحم عليه وملعون من يجددها

Notes de lecture

384‫Ligne 6 : Wulzinger et Watzinger ont‬ lu الأغا au lieu de المعلم et الوازعين au lieu de السوق رحمه.

385‫Ligne 7 : Wulzinger et Watzinger ont‬ lu سنة احدى وتسعين وسبعمائة au lieu de الله ورحم من ترحم عليه et خربه au lieu de يجددها.

Traduction

3861 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.

3872 ‑ L'abrogation de la taxe portant sur les billots des save ‑

3883 ‑ tiers de Damas la bien gardée,

3894 ‑ a été ordonnée par notre maître al‑Malik al‑Ẓāhir

3905 – Barqūq  Que Dieu glorifie ses victoires .

3916 ‑ à l'instigation du maître‑artisan (mu‘allim) Aḥmad, šayḫ du souk (c'est‑à‑dire de la corporation des cordonniers)  Que Dieu lui accorde sa miséricorde

3927 ‑ et l'accorde à quiconque invoque en sa faveur la miséricorde divine . Maudit soit celui qui restaurera cette taxe.

Commentaire

393Ce décret appartient à la série des décrets d'abolition de taxes ordonnés par les sultans mamlouks à l'occasion de leur venue à Damas ou de tout autre événement marquant. Il s'agit ici du sultan Barqūq (784‑801/1382‑1399) dont le règne connut une brève interruption due à des révoltes émirales en 791‑792/1389‑1390. C'est après cette période troublée que le sultan reprit à l'émir rebelle Minṭāš la ville de Damas et y fit son entrée solennelle en 792/1390, ce qui fut peut ‑être l'occasion de la promulgation du décret de Bāb al‑Faraǧ sud.

  • 47 Sobernheim, 1909, n° 33, p. 79 ‑81.

394La taxe abolie portait sur l'outil de travail des cordonniers (iskāf [pl.] asākifa), à savoir les billots (qirmiyya [pl.] qarāmī) dont ils se servaient pour fabriquer ou réparer les chaussures. L'abrogation du même genre de taxe, exprimée dans des termes identiques, se retrouve dans un décret syrien beaucoup plus tardif, pris en 889/1484 par le gouverneur de Tripoli en faveur des cordonniers de Qadmūs 47.

  • 48 Sauvaget, 1933, n° 34, p. 21 ‑23.

395Il semblerait que le décret de Bāb al‑Faraǧ en faveur des coordonniers ait été suscité par l'intervention du maître‑artisan Aḥmad mentionné dans le texte comme le šayḫ du souk en question. Dans ce cas particulier, la promulgation aurait été obtenue à titre posthume si l'on tient compte de la formule réservée au défunt accompagnant le nom du personnage. Une intervention du même genre se trouve mentionnée dans un décret d'Alep de 899/1494 où l'abolition d'une taxe sur les meuniers avait été obtenue grâce à l'intervention de trois šayḫ de la corporation 48. On soulignera à ce propos l'emploi du mot šayḫ pour désigner un maître‑artisan, chef de corporation.

396On peut penser aussi que l'emplacement avait été choisi pour afficher le décret sous les yeux de ses bénéficiaires. En ce cas, c'est en face de Bāb al‑Faraǧ, et aux environs immédiats de la citadelle que les savetiers‑cordonniers se seraient à l'époque installés, comme d'autres artisans du cuir.

27-Texte de construction à Bāb al‑Faraǧ nord 799/1396‑97 (fig. 201)

Figure 201 : Inscription n27. Bāb al‑Faraǧ nord, texte de construction (799/1396‑97).

Figure 201 : Inscription no 27. Bāb al‑Faraǧ nord, texte de construction (799/1396‑97).

© G. Li, 2008.

397Dans le tympan de la porte [14], au‑dessus de la deuxième plate‑bande, et à 4,50 m au‑dessus du sol, inscription sculptée sur de petits blocs répartis en deux assises. Cadre mouluré décoré de volutes à ses extrémités. Texte vu en 1894 par van Berchem, mais jugé alors illisible. Il est seulement noté dans ses Carnets que « les caractères ont l'air mamlouk » (Carnets, II, p. 93). Sauvaget remarque le premier la présence d'un blason représentant une fleur de lys sur chacun des piédroits de la porte encore en place. P.E. Chevedden pensait avoir pu lire les premiers mots évoquant la restauration et la mention de la porte ainsi que le nom du sultan Barqūq dans un cartouche central. Aujourd'hui on ne peut lire que les quelques mots ci‑dessous.

398١ ‑ ...[هذ]ا الباب السعيد...

Traduction

3991 ‑ .... cette porte heureuse ...

Commentaire

400Cette inscription fait partie de la façade mamlouke insérée à l'intérieur de la structure ayyoubide de Bāb al‑Faraǧ nord. Cette partie mamlouke de la façade se caractérise par un énorme linteau demeuré nu et par des arcs de décharge à crossettes bicolores superposés qui constituent avec l'arc et ses piédroits, eux‑mêmes construits en ablaq, l'essentiel du décor adopté pour la construction.

  • 49 Ibn Qāḍī Šuḥba, Tarīḫ, I, p. 589.
  • 50 Ibn Qāḍī Šuḥba, Tarīḫ, I, p. 603.

401Cet ensemble et l'inscription quasi disparue qui le couronnait peuvent encore être datés aujourd'hui si l'on se refère à des sources textuelles mentionnant l'incendie qui, en pleine période mamlouke, avait nécessité une restauration de la porte. On lit en effet dans la chonique d'Ibn Qāḍī Šuhba qu'en 798/1395‑96 : « un incendie se déclara à l'extérieur de Bāb al‑Faraǧ et se propagea de la mosquée al‑Naḫla jusqu'à Bāb al‑Faraǧ, des deux côtés nord et sud, depuis la bāšūra jusqu'à la porte même, en faisant éclater les pierres » 49. La présence de nombreuses boutiques installées sur le pont en face de Bāb al‑Faraǧ explique sans doute la violence du feu qui fit rage ensuite à l'intérieur de la barbacane et endommagea profondément la porte ayyoubide. Le même auteur mentionne l'année suivante « le transport sur un chariot du (nouveau) linteau de Bāb al‑Faraǧ depuis le point d'évacuation des eaux du ḥammām du souk ‘Alī, jusqu'à l'extérieur de Bāb al‑Ǧābiya pour rejoindre Bāb al‑Faraǧ. C'était un linteau monumental qui avait été acheté pour 500 dinars et transporté pour une somme identique » 50. Ce linteau, selon le même auteur, proviendrait des abords de la grande Mosquée où l'effondrement d'un mur en aurait permis la découverte en 736/1336, ce qui laisse supposer qu'il s'agissait d'une pierre antique de remploi.

  • 51 On trouve la représentation du lion et de la fleur de lys sur une pierre conservée dans le jardin (...)

402Tous ces détails qui donnent une idée des travaux commémorés permettent surtout de dater de 799/1396‑97 l'inscription effacée et fournissent par là même le nom du sultan qui régnait à l'époque et qui était Barqūq dont le deuxième règne se situe entre 1390 et 1399. Une autre particularité de la porte reconstruite était d'offrir sur ses piédroits deux blasons représentant des fleurs de lys qui sont toujours conservés aujourd'hui et qui étaient, avec le lion passant, les emblèmes du sultan Barqūq reproduits tantôt seuls et tantôt ensemble 51.

28-Décret situé sur la façade de Bāb al‑Salāma. Décret de 840/1437 (fig. 202)

Figure 202 : Inscription n28. Bāb al‑Salāma, décret (840/1437).

Figure 202 : Inscription no 28. Bāb al‑Salāma, décret (840/1437).

© J.‑O. Guilhot, 2010.

403Inscription située à deux mètres du sol, sur le piédroit droit de la porte [8]. Sept lignes d'écriture cursive en petits caractères gravés en relief et entre listels sur trois blocs du parement. Restent seulement lisibles le début des lignes 1 à 5 gravées sur un bloc bien conservé – tandis que sont en partie effacées la fin des lignes 1 à 5 gravées sur un deuxième bloc – et la totalité des lignes 6 et 7 gravées sur le troisième bloc (longueur : 85 cm ; hauteur : 75 cm). L'existence d'une lecture sur place et d'une publication faite par Sauvaget a rendu inutile de reprendre ici le texte erroné du Recueil Schefer qui avait servi de base à la publication du RCEA.

404Publication : RCEA, XI, inscr. n° 4115 (d'après le Recueil Schefer, n° 109 ; correction de la date dans RCEA, XV, p. 262) ; Sauvaget, 1947‑1948, p. 15‑16. Une lecture de cette inscription figure dans les Carnets de van Berchem (Carnets, IV, 53).

Texte arabe

١ ‑ الحمد لله وحده لما كان بتاريخ سابع شهر رمضان المعظم [سنة] أربعين وثمان مائة رسم با

٢ ‑ لأمر الشريف السلطان الملك الأشرف خلد الله ملكه إلى حضرة الأمير الكبير نايب

٣ ‑ القلعة المحروسة بدمشق أن تكون الدلالة كل عشرة بدرهم وذلك بحضرة المعلمين

٤ ‑ والسماسرة وأشهدوا على أنفسهم أن ما يأخذوا أكثر من ذلك ...

٥ ‑ القسامين و ... ظهر علی المعلمين أنهم أعطوا أكثر من الدرهم كانوا تخذوا

٦‑ ... لعشر... للسماسرة والعبر؟....وملعون

٧ ‑ ابن ملعون من يغيرها أو يجدد فيها وعليه لعنة الله والملائكة والناس أجمعين

Traduction

4051 ‑ Louange à Dieu seul. À la date du 7 du mois de ramaḍān le magnifié, en l'année 840 (15 mars 1437), il a été décrété

4062 ‑ par l'ordre auguste du sultan al‑Malik al‑Ašraf  Dieu fasse durer son règne  à son Excellence, le grand émir (amīr kabīr), gouverneur (nā'ib)

4073 ‑ de la citadelle la bien gardée à Damas, que la commission des courtiers serait d’un dirham pour chaque dizaine, et cela en présence des maîtres‑artisans

4084 ‑ et des courtiers. Ils furent appelés à témoigner qu'ils ne prendraient pas plus que cela ...

4095 ‑ les répartiteurs ... s'il apparaissait que les maîtres ‑artisans avaient donné plus d'un dirham ....

4106 ‑ .... les courtiers ... Maudit

4117 ‑ fils de maudit soit celui qui changera ce décret ou renouvellera cette injustice. Que la malédiction de Dieu, de Ses anges et de tous les hommes soit sur lui.

Commentaire

412Cette inscription en grande partie illisible, aujourd'hui comme hier, a été commentée avec pertinence par Sauvaget. Il y voyait, au contraire du texte incohérent conservé dans le Recueil Schefer, les éléments d'un décret du sultan mamlouk Barsbay daté de 840/1437 et portant sur les tanneries qui étaient localisées au voisinage de Bāb al‑Salāma. L'exécution de ce décret avait été confiée au gouverneur de la citadelle (nā'ib al‑qal‘a) qui devait acheter aux tanneurs et aux fabricants d'objets en cuir les pièces de harnachement destinées à son arsenal militaire.

413Ce qui est sûr, c'est que le courtage nouvellement admis au bénéfice des maîtres‑artisans et des courtiers était désormais fixé à 10 % et que cette mesure, soit particulière, soit générale, devait avoir une incidence économique pour le commerce damascain sans qu'on en limite forcément les effets au domaine des tanneurs.

29-Décret situé sur le mur de l'enceinte entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma (fig. 203)

Figure 203 : Inscription n29. Entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma, décret (entre 865 et 872/1461‑1467).

Figure 203 : Inscription no 29. Entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma, décret (entre 865 et 872/1461‑1467).

© J.‑O. Guilhot, 2010.

414Grand bloc de pierre encastré dans la muraille à environ 60 m à l'ouest de Bāb Tūmā [7], à trois mètres au ‑dessus du niveau actuel du sol. Dimensions : 120 x 60 cm. Sept lignes en nasḫī mamlouk, entre listels. Caractères épais, plats et trapus. Présence de points diacritiques.

415Une copie de ce décret figure dans le Recueil Schefer sous le numéro 116 ; une lecture très partielle en est donnée par van Berchem dans ses Carnets (Carnets, VI, p. 7‑8) et son existence est signalée par Wiet (1939, p. 537, n° 161).

416Inédit.

Texte arabe

١‑ بسم الله الرحمن الرحيم لما كان بتاريخ...

‫٢‑ .... وثمان مائة برز المرسوم السلطاني العادلي الملكي الظاهري أبو سعيد خوش قدم خلد الله ملكه‬

٣‑ بإبطال ما على الفرائين ... وطرح السكر والـ ... و الجماث ...

‫٤‑ وما لم يكن منهم شيء على ... عليهم ... مظلمة وملعون بن ملعون من يغيره‬

٥‑ أو أبطله ...أخشاب...ومن يجدد ذلك...

٦ ‑ ... يجدد ذلك حسبما في المراسيم الشريفة العالية ...

٧‑ والـ...الذين من باب السلام إلى باب توما بما شهدت به المسلمين ولقيت علمه

Traduction

4171 ‑ Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux. À la date du ... [en l'année]

4182 ‑ 8** (entre 865 et 872). A été promulgué le décret du sultan juste al‑Malik al‑Ẓāhir Abū Sa‘īd Ḫūš Qadam  Dieu fasse durer son règne 

4193 ‑ abrogeant ce qui pesait sur les peaussiers ... ainsi que la vente forcée du sucre et du ... et du ...

4204 ‑ et que ces exactions soient supprimées et qu'il n'en subsiste rien (au détriment de ceux qui supportaient) l'injustice. Maudit et fils de maudit qui changera cela

4215 ‑ ou le supprimera ... quiconque rétablira cela...

4226 ‑ ... quiconque renouvellera cela conformément aux nobles et augustes décrets ...

4237 ‑ ... qui sont entre Bāb al‑Salām et Bāb Tūmā, en fonction de ce qu'auront témoigné les musulmans ...

Commentaire

  • 52 On ne peut tirer aucune hypothèse valable des quelques mots figurant dans Thesaurus d'épigraphie i (...)

424Ce décret particulièrement difficile à lire en raison de l'érosion et de l'effacement des caractères n'avait fait l'objet jusqu'à ce jour d'aucune tentative sérieuse de déchiffrement 52. Si on ne peut toujours pas en proposer le texte complet, nous y avons trouvé suffisamment d'éléments sûrs pour le dater à quelques années près, en situer l'objet et en localiser les bénéficiaires.

  • 53 Wiet, 1932, p. 141 et p. 230.

425La datation proposée s'inscrit dans les limites du règne du sultan al‑Malik al‑Ẓāhir Abū Sa‘īd Ḫuš Qadam qui resta sur le trône de 865 à 872 (1461‑1467). Il porte ici l'épithète d'al‑‘ādil ou « le juste » qui ne figure que rarement dans ses inscriptions, mais apparaît dans sa titulature la plus développée sur un lustre en cuivre du musée d’Art islamique du Caire 53.

  • 54 Sobernheim, 1909, nos 23 et 25 ; Sauvaget, 1932a, n° 16.

426La décision prise dans ce décret est ensuite conforme aux habitudes de l'époque. La première abrogation mentionnée est celle d'une taxe qui pesait sur les farā'īn ou peaussiers installés dans ce secteur comme nous l'avons vu dans l'inscription précédente. La deuxième abrogation est celle d'une pratique dont souffraient particulièrement les sujets des sultans mamlouks, à savoir le ṭarḥ ou vente forcée qui consistait dans l'accaparement de denrées de première nécessité par les gouverneurs locaux qui les revendaient ensuite à un prix élevé leur assurant un gain substantiel. Plusieurs produits figureraient ici, dont le seul encore lisible serait le sucre. On sait d'ailleurs que de multiples produits pouvaient faire l'objet de cette pratique abusive et on en prendra pour exemple trois décrets syriens qui signalent à Tripoli en 817/1414 l'interdiction de la vente forcée du blé, de la viande et du pain, un autre à Tripoli encore en 908/1502 où il s'agit du savon, de l'huile et de la potasse 54 et enfin à Damas en 925/1519, un décret portant sur la vente forcée de l'acier.

427Les formules de malédictions qui suivent ne peuvent être entièrement restituées, mais on trouve parmi elles un membre de phrase significatif évoquant la portion de territoire située entre Bāb al‑Salām – nom qui à cette date s’est visiblement substitué à celui plus ancien de Bāb al‑Salāma – et Bāb Tūmā, d'où l'on pouvait précisément voir le décret placé à hauteur moyenne sur le rempart extérieur. Exposé comme il est de règle aux yeux des bénéficiaires de ces dégrèvements, il permettrait de conclure que ceux‑ci pouvaient se définir comme les habitants des faubourgs nord‑ouest de Damas.

Notes

1 Ce corpus constitue en lui‑même la deuxième section du projet de publication par fascicule d'un corpus d'ensemble des inscriptions de Damas jadis envisagé par Jean Sauvaget, puis Dominique et Janine Sourdel. Le premier fascicule publié en 1979 comportait 21 inscriptions antérieures au règne de Nūr al‑Dīn à Damas commencé en 549/1154, inscriptions qui appartenaient toutes à la vieille ville ou à ses environs immédiats, mais qui laissaient de côté les inscriptions anciennes de la grande mosquée. La méthode de travail ici adoptée correspond à celle du premier fascicule et tient compte pour chaque inscription des éventuelles lectures antérieures, tout en s'attachant surtout à mettre en valeur la relation entre ces inscriptions et les structures auxquelles on peut encore les rattacher.

2 Sauvaget, 1932a, n° 11, p. 32 ‑41.

3 Recueil Schefer, n° 160. Il n'était également pas question d'inclure une copie douteuse du Recueil Schefer (n° 308) abusivement attribuée à Bāb al‑Naṣr qui était confondue avec la porte du souk al‑Arwām.

4 L'inscription porte le terme de mašhad et Ibn al‑Qalānisī qui est contemporain de sa fondation la qualifie tantôt de masǧid, tantôt de madrasa (Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 282 et 309). Ibn ‘Asākir qui écrit quelques années plus tard la qualifie encore de masǧid kabīr (Ibn ‘Asākir, Ta'rīḫ madīnat Dimašq [Munaǧǧid], p. 84).

5 Sur ce personnage, voir Mouton, 1994, p. 108‑109, 180‑182 et 238‑239.

6 D. et J. Sourdel, 1979, p. 164‑166.

7 D. et J. Sourdel, 1983, p. 246‑251.

8 « Papiers de Damas », liasse n° 13 412.

9 On ne peut en revanche attacher aucune confiance à la titulature figurant ici sous le n° 2 et rapportée par une copie douteuse du Recueil Schefer que Jean Sauvaget s'efforça d'améliorer de façon conjecturale.

10 Les titres en dawla étaient alors couramment utilisés pour les officiers de moyenne importance.

11 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 296 ; Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Liban), p. 57‑58 ; Ibn al‑Furāt, Ta'rīḫ, II, 163 v°.

12 ‘Imād al‑Dīn al‑Iṣfahānī, al‑Bustān al‑ǧāmi‘, p. 327.

13 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, p. 243.

14 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 359.

15 Ibn ‘Asākir, Ta'rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 305. Ce pont était appelé, selon Ibn al‑Qalānisī, al‑ǧisr al‑qiblī.

16 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 282.

17 Harawī, Guide, p. 36.

18 Abū Šāma, Rawḍatayn, I, p. 387.

19 Kremer, 1854, 5/2, p. 15‑16.

20 Wiet, 1926, p. 47, n. 3.

21 Voir les inscriptions de Rabwe et du pont de Badr al‑Ǧamālī (J. et D. Sourdel, 1979, p. 131‑136 et 139 ‑140).

22 Il s'agit de plaques d'un autel antique conservées à la madrasa Sibā'iyya (J. et D. Sourdel, 1979, p. 142 ‑146).

23 En abolissant les taxes illégales (Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, LVII, p. 120 ; Élisséeff, 1972, p. 128).

24 Sauvaget, 1947, p. 16-31.

25 C'est précisément aux alentours des cimetières voisins de Bāb Ṣaġīr que devaient travailler, comme de nos jours, des tailleurs de pierre, dont les oeuvres ont été en partie conservées (Sourdel ‑Thomine, 1950 ; Moaz, Ory, 1977).

26 Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, 42 r° ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 373.

27 Élisséeff, 1959, p. 301.

28 Texte d’Abū Šāma, cité par Dayoub, 2014, p. 173.

29 Ces inscriptions ont fait l'objet de nombreuses publications dont la plus récente est celle de Donohue, 1973, p. 74 ‑80.

30 RCEA, IX, n° 3447.

31 Ibn Šaddād, Nawādir al‑sulṭāniyya, p. 245 ; ‘Imād al‑Dīn al‑Iṣfahānī, Conquête, p. 408 ‑409.

32 Ibn Šaddād, Nawādir al‑sulṭāniyya, p. 242 ‑243 ; ‘Imād al‑Dīn al‑Iṣfahānī, Conquête, p. 408.

33 Mouton, Sourdel, Sourdel‑Thomine, Dayoub, 2010, p. 183‑203.

34 Voir ce nom dans la liste des noms turcs (Sauvaget, 1950, p. 53, n° 167).

35 RCEA, XI, inscr. n° 4056 d'après le Recueil Schefer sous le nom de la madrasa al‑Fatḥ avec une lecture fautive « Farsaq » au lieu de « Qarsaq ».

36 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 174.

37 Il était en effet entré dans la ville dans la partie nord par Bāb al‑Farādīs qu'il s'était fait ouvrir (Makīn ibn al‑‘Amīd, Chronique des Ayyoubides, p. 67).

38 Sobernheim, 1921, nos 3, 4 et 5 ; Chevedden, 1986, II, inscr. nos 3, 7, 9 et 10.

39 Sur ce dégagement, voir Abdul ‑Hak, 1951, p. 254 ‑256.

40 Humphreys, 1977, p. 272-273 ; Balog, 1980, p. 246.

41 Ibn Ḫallikān, Wafayāt al‑a‘yān, V, p. 330.

42 Yovitchitch (2011, p. 152) pense que cette inscription n’est pas in situ et que la tour est plus tardive.

43 Il faut noter en outre que cette date est introduite par la formule inhabituelle « dans un des mois de l'année » qui ne se comprendrait qu'après une mention d'un mois du calendrier hégirien.

44 Maqrīzī, Sulūk, I ‑3, p. 873 ‑874.

45 Voir supra, chap. II, note 72.

46 Vois supra, chap. III, note 117.

47 Sobernheim, 1909, n° 33, p. 79 ‑81.

48 Sauvaget, 1933, n° 34, p. 21 ‑23.

49 Ibn Qāḍī Šuḥba, Tarīḫ, I, p. 589.

50 Ibn Qāḍī Šuḥba, Tarīḫ, I, p. 603.

51 On trouve la représentation du lion et de la fleur de lys sur une pierre conservée dans le jardin du musée national de Damas.

52 On ne peut tirer aucune hypothèse valable des quelques mots figurant dans Thesaurus d'épigraphie islamique.

53 Wiet, 1932, p. 141 et p. 230.

54 Sobernheim, 1909, nos 23 et 25 ; Sauvaget, 1932a, n° 16.

Table des illustrations

Titre Figure 176 : Inscription no 1. Bāb al‑Farādīs nord, texte de construction d'une madrasa (538/1143‑44).
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Figure 177 : Inscription no 3. Bāb Ṣaġīr, décret d'abolition de taxes (551/1156).
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Figure 178 : Inscription no 6. Bāb al-Ǧābiya, texte de construction de la barbacane (560/1164-65).
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Figure 179 : Inscription no 7. Nord de Bāb al‑Ǧābiya, texte de construction d'une tour (562/1166‑67).
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Figure 180 : Inscription no 8. Entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān, texte de construction d'une tour (564/1168‑69).
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Figure 181 : Inscription no 9. Entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr, texte de construction d'une tour (569/1173‑74).
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Figure 182 : Inscription no 10. Secteur de Bāb al‑Ǧābiya, texte de construction d'un avant‑mur (années 560/1164‑74).
Crédits © Kh. Moaz, v. 1950.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Figure 183 : Inscription no 11. Bāb al‑Ǧābiya, inscription commémorative (589/1193).
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 184 : Inscription no 11. Bāb al‑Ǧābiya, estampage réalisée en 2009.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 185 : Inscription no 12. Entre Bāb al‑Faraǧ et Bāb al‑Farādīs, texte de construction d'un monument (avant 618/1221).
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 186 : Inscription no 13. Entre Bāb Šarqī et Bāb Kaysān, texte de construction d'un fossé (623/1226).
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Titre Figure 187 : Inscription no 14. Bāb Šarqī, texte de construction (623/1226).
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Figure 188 : Inscription no 15. Bāb Ṣaġīr, texte de construction (623/1226).
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Figure 189 : Inscription no 16. Bāb al‑Ǧābiya, texte de construction (625/1227‑28).
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre Figure 190 : Inscription no 17. Bāb Tūmā, texte de construction (625/1227‑28).
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 191 : Inscription no 18. Bāb al‑Faraǧ, texte de construction (639/1242).
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Figure 192 : Inscription no 18. Bāb al‑Faraǧ, détail de la partie droite du linteau.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Figure 193 : Inscription no 19 (montage). Bāb al‑Farādīs, texte de construction (639/1242).
Crédits © J.‑O. Guilhot/G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Figure 194 : Inscription no 20. Bāb al‑Salāma, texte de construction (641/1243‑44).
Crédits © D. Sourdel, 1950.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre Figure 195 : Inscription no 21. Entre Bāb Tūmā et Bāb Šarqī, texte de construction sur une tour (646/1248‑49).
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Titre Figure 196 : Inscription no 23. Bāb Kaysān, fragment d'inscription funéraire.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 197 : Inscription no 24. Sud de Bāb al‑Ǧābiya, texte de reconstruction d'une tour (699/1299‑1300).
Crédits © J. Sauvaget, v. 1930.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Figure 198 : Inscription no 25. Bāb Tūmā, texte de construction (734/1333).
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Figure 199 : Inscription no 26 a. Bāb al‑Faraǧ sud, sommier est, décret d'abolition de taxes (entre‑784 et 801/1382‑99).
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 200 : Inscription no 26 b. Bāb al‑Faraǧ sud, sommier ouest, décret d'abolition de taxes (entre 784 et 801/1382‑99).
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Figure 201 : Inscription n27. Bāb al‑Faraǧ nord, texte de construction (799/1396‑97).
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Figure 202 : Inscription n28. Bāb al‑Salāma, décret (840/1437).
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre Figure 203 : Inscription n29. Entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma, décret (entre 865 et 872/1461‑1467).
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12416/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 210k

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540