Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Portes et murailles de Damas de l'Antiquité aux premiers mamlouks

 | 
Jean-Michel Mouton
, 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Claudine Piaton

Chapitre V. Défense, pouvoir et société

Texte intégral

  • 1 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, p. 385.

1La muraille de Damas (sūr Dimašq) est mentionnée dans les chroniques au moment des sièges de la ville et sa fonction première consiste précisément à protéger les citadins, mais aussi les habitants de l’oasis de la Ghouta, voire du Marǧ plus lointain. Mais au‑delà de sa fonction défensive, les usages qui en sont faits en temps de paix sont multiples. Elle constitue ainsi un lieu d’expression du pouvoir et de la puissance du maître de la cité qui utilise bien souvent le sommet des murailles et le passage obligé par les portes pour sa propagande. Il peut y faire figurer son nom, son emblème ou ses étendards et y afficher ses actions d’évergète et ses décisions de prince juste qui punit les traîtres et abolit les taxes illégales. Elle est aussi la mémoire de la cité en conservant sur et dans ces murs le nom des souverains qui l’ont gouvernée et les spolia récupérés de ses monuments qui témoignent de sa riche et longue histoire. Elle est enfin le symbole de toute une ville qui, par exemple, marque sa capitulation en remettant à l’assiégeant les clés de la cité (mafātīḥ al‑balad1. Aussi les Damascains participent régulièrement aux grandes entreprises de rénovation de ces murs et combattent au sommet des remparts lorsque la ville est menacée. Les transformations successives des portes et de la muraille ne sont pas seulement le résultat de la décision de quelques hommes, mais bien le reflet des différents pouvoirs qui ont dominé la cité ainsi que des évolutions de la société qu’elle abritait.

Portes et routes

2Toutes les portes n’avaient pas la même importance et ne voyaient pas défiler quotidiennement le même flux de population. Cela dépendait des routes qui en partaient et y aboutissaient, mais aussi des quartiers intra muros qu’elles desservaient : ainsi la proximité des résidences princières ou de la grande Mosquée donnait une valeur particulière aux portes qui permettaient d’y accéder (fig. 169).

Figure 169 : Plan de Damas et de ses environs d’après la carte de l’état-major ottoman, bureau topographique de l’armée française du Levant, 1931.

Figure 169 : Plan de Damas et de ses environs d’après la carte de l’état-major ottoman, bureau topographique de l’armée française du Levant, 1931.

Collection particulière.

3Durant toute la première partie du Moyen Âge, Bāb al‑Ǧābiya [2] fut la principale porte de la cité en raison de sa position au débouché de plusieurs routes. De là partait en direction de l’ouest la route qui traversait le massif de l’Anti‑Liban pour gagner la cité de Baalbek dans la plaine de la Biqā‘ qui releva de Damas durant la plus grande partie de l’époque médiévale et, au‑delà, pour rejoindre la côte palestinienne en direction de Tyr, Acre ou Beyrouth. De Bāb al‑Ǧābiya partait aussi, en direction du sud, la route dite « du pèlerinage » qui permettait de gagner le Ḥiǧāz, mais aussi Jérusalem et l’Égypte grâce à ses multiples embranchements.

4La faiblesse du système défensif de cette porte antique fut mise en évidence lors du siège conduit par les croisés en 1148 et amena, dans les années qui suivirent, Nūr al‑Dīn à condamner deux des trois passages de l’arc monumental et à construire une barbacane entraînant un déclin progressif de la fréquentation de ce passage. De plus, Saladin ouvrit plus au nord, à proximité de la citadelle, une nouvelle porte appelée Bāb al‑Naṣr qui desservait les mêmes routes que Bāb al‑Ǧābiya et devint sous les Mamlouks la principale porte de la cité par laquelle les sultans, comme les nouveaux gouverneurs, faisaient leur entrée solennelle.

5Un autre axe majeur desservant la ville était la route de la Syrie du Nord fréquentée non seulement par les Syriens venant de Homs, Hama ou Alep, mais aussi par la route des caravanes en provenance de Bagdad, via Palmyre, qui la rejoignait au nord de Damas. L’entrée dans la cité se faisait alors tout aussi bien par la porte de Bāb Tūmā, le point d’aboutissement naturel de cette route, que par les autres portes du rempart nord, que ce soit Bāb al‑Salāma [8], Bāb al‑Farādīs [12] ou encore Bāb al‑Faraǧ [14] empruntée par les princes, les gouverneurs ou les ambassades qui accédaient ainsi directement à la citadelle ou aux demeures alentour qui leur étaient réservées.

  • 2 Garcin, 2013, p. 196.

6Un dernier axe essentiel dans la vie des Damascains était la voie périphérique qui longeait les murailles extérieures au‑delà du fossé et qui faisait vraisemblablement le tour complet de la cité en permettant de relier les portes les unes aux autres. Cette voie ne semble pas avoir porté de nom spécifique et elle n’est jamais clairement décrite dans les sources, alors que son rôle semble avoir été fondamental pour régler le trafic devant chaque porte. Elle était non seulement utilisée par les voyageurs arrivant à Damas pour accéder directement à la porte la plus proche du lieu où ils se rendaient, mais aussi quotidiennement par les Damascains qui, pour éviter la traversée des marchés encombrés, profitaient de cette voie et du nombre élevé de portes – sept ou huit selon les époques – pour relier plus rapidement un point à un autre de la ville 2.

  • 3 Sibṭ Ibn al‑Ǧawzī, Mir’āt al‑zamān, VIII‑1, p. 131.

7Les portes situées au sud et à l’est de Damas ne commandaient que des itinéraires secondaires. De Bāb Kaysān [4] et Bāb Šarqī [5] partaient les routes conduisant aux jardins de la Ghouta ou au‑delà vers le Ḥawrān oriental. Ainsi les armées de Būrī quittent‑elles Damas de nuit en 523/1129 par Bāb Šarqī [5] pour rejoindre le village de Burāq dans le Ḥawrān 3. Quant à Bāb Ṣaġīr [3], elle était avant tout connue par le cimetière qui portait son nom au sud de la ville et en conséquence par les convois funèbres qui passaient quotidiennement sous son porche.

8Ce déséquilibre entre la fréquentation des portes occidentales et des portes orientales de la ville avait influé sur l’implantation des faubourgs qui s’étaient concentrés dans la partie occidentale de la ville depuis Bāb Ṣaġīr [3] jusqu’à Bāb al‑Farādīs [12] alors qu’ils étaient quasi inexistants, jusqu’au début du xxe siècle, dans la périphérie orientale de Damas (fig. 170).

Figure 170 : Plan de Damas et de ses faubourgs, bureau topographique de l’armée française du Levant, janvier 1929.

Figure 170 : Plan de Damas et de ses faubourgs, bureau topographique de l’armée française du Levant, janvier 1929.

Collection particulière.

La muraille en temps de paix

L’administration de la muraille

Construction et entretien de la muraille

9La muraille de Damas, héritage de l’Antiquité, fut profondément transformée durant l’époque médiévale. Elle fut l’objet de nombre de rénovations et de reconstructions qui répondaient aux nécessités premières de protection des populations urbaines confrontées à de multiples dangers, depuis les raids des bédouins de la steppe jusqu’à la menace plus radicale de peuples lointains, Francs puis Mongols, venus faire la conquête de la Syrie et de sa capitale.

  • 4 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXXVII, p. 423 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, V, p. 204 ; Ibn Kaṯī (...)
  • 5 Dawādārī, Kanz al‑Durar, VI, p. 206 ; Bianquis, 1986, I, p. 137‑138.

10L’imminence d’un siège s’accompagnait d’une remise en état du rempart sans que beaucoup de précisions soient généralement données sur la nature des travaux entrepris. Ainsi, al‑Ašdaq lors de sa révolte contre le calife umayyade ‘Abd al‑Malik en 69/688 tout comme le dernier gouverneur umayyade de Damas, al‑Walīd b. Mu‘āwiyya à l’annonce de l’arrivée des armées abbassides en 132/749 renforcèrent‑ils la muraille byzantine de Damas (ḥaṣṣana Dimašq) qualifiée d’inexpugnable (sūr waṯīq, ḥiṣn rūmī manī‘) 4 ; de même, en 372/983, Qassām al‑Ḥarīṯī al‑Tarrāb, le chef des milices urbaines, qui avait pris le pouvoir dans la cité, remit en état la muraille (ramma šu‘ṯ al‑sūr) à l’annonce de l’arrivée des troupes fatimides 5.

  • 6 Sibṭ Ibn al‑Ǧawzī, Mir’āt al‑zamān, VIII‑2, p. 650 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XLIV, p. 57 ; Ibn Ṭū (...)
  • 7 Sur ce démantèlement de la muraille de Jérusalem, voir Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, IV, p. 32 ; Maqrīzī, S (...)
  • 8 Il ne faut pas oublier non plus que le siège de 635/1237 avait entraîné la capitulation d’al‑Malik (...)
  • 9 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 88. Le nom actuel de ce moulin aujourd’hui en ruines est Ṭāḥūn al‑Za‘īm.
  • 10 Il faut noter que plusieurs moulins avaient été auparavant incendiés lors du siège de la ville par (...)

11Les travaux de grande ampleur ne pouvaient être effectués dans la précipitation et sous la contrainte du danger immédiat car il fallait disposer du temps nécessaire pour mobiliser les fonds et conduire le chantier à son terme. Ces grands travaux s’inscrivaient néanmoins dans des contextes particuliers qui montrent à quel point les maîtres de la ville étaient conscients à la fois des dangers et des évolutions des techniques de siège. Nūr al‑Dīn inscrit ainsi son œuvre majeure de reconstruction de l’enceinte à la fois après le siège de la ville par les Francs de la deuxième Croisade (543/1148) et les tremblements de terre de 551/1156 et de 554/1159 qui touchèrent Damas. Les chroniques et les inscriptions montrent que les travaux décidés en 554/1159 durèrent jusqu’en 569/1174 (Inscr. n° 9) dernière année du règne de Nūr al‑Dīn. De même, c’est en 618/1221, dans une phase de relative stabilité du pouvoir ayyoubide, qu’al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam entreprit l’agrandissement de la muraille avec l’adoption du nouveau tracé nord‑est longeant le Baradā qui dut servir de fossé (tracé n° 46. Les inscriptions montrent là encore que les travaux durèrent jusqu’à la fin de son règne (Inscr. nos 13 à 15) et que son fils al‑Malik al‑Nāṣir Dāwūd acheva son œuvre en 625/1228 (Inscr. nos 16 et 17). Cet aménagement était une fois de plus une réponse à la menace franque et une conséquence directe de la Ve croisade (1217‑1221), période durant laquelle les Ayyoubides envisagèrent de restituer Jérusalem aux croisés. Dans le temps même où il réaménageait la défense de Damas, al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam faisait en effet démanteler les murailles de Jérusalem (615/1219) pour que les Francs ne se servent pas de cette position comme base pour attaquer Damas 7. La dernière modification majeure du tracé due au prince ayyoubide al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl au début des années 1240 (tracé n° 5) consista à repousser au nord l’enceinte de manière à canaliser le Baradā entre Bāb al‑Salāma [8] et Bāb al‑Faraǧ [14]. Cet aménagement d’ampleur, et parfaitement programmé comme le montrent les inscriptions (Inscr. nos 18, 19 et 20), n’est pas mentionné par les chroniques : il s’agissait sans doute, après les nombreux sièges qui, à l’époque ayyoubide, avaient dévasté ces faubourgs, provoquant à chaque fois pillage et incendie 8, de protéger ce secteur vital qui concentrait les activités liées à l’énergie hydraulique et à la production vivrière. Des moulins fortifiés, comme le « moulin neuf » (al‑ṭāḥūna al‑mustaǧidda) [M] de Bāb al‑Faraǧ dont parle Abū Šāma (m. 665/1268) 9 et le moulin [ L] de Bāb al‑Salāma, furent visiblement construits à ce moment‑là et intégrés au système défensif de la nouvelle enceinte 10 (fig. 171 et 172).

Figure 171 : Moulin de Bāb al‑Salāma, vue depuis le nord‑ouest.

Figure 171 : Moulin de Bāb al‑Salāma, vue depuis le nord‑ouest.

© J. Jehel, 2010.

Figure 172 : Moulin de Bāb al‑Salāma, vue des voûtements intérieurs.

Figure 172 : Moulin de Bāb al‑Salāma, vue des voûtements intérieurs.

© G. Li, 2008.

  • 11 On peut citer à titre d’exemple la destruction des tours de Rafaniyya par le prince de Damas Tuġta (...)
  • 12 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 196 ; Ibn al‑Ǧawzī, Muntaẓam, VII, p. 132.
  • 13 al‑Balāḏurī, Futūh al‑buldān, p. 172 ; Ṭabarī, Ta’rīḫ, IV, p. 354 ; Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Di (...)
  • 14 Ibn Manẓūr, Muḫtaṣar, X, p. 210 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XIV, p. 185 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VI, p. (...)
  • 15 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, IV, p. 433.

12Lorsque la ville tombait aux mains de l’ennemi, cela pouvait se traduire par le démantèlement des remparts, symbole à la fois de la défaite et de l’humiliation, mais aussi moyen de prévenir toute nouvelle rébellion 11. La destruction de la muraille byzantine qui suivit la prise de la ville par les Abbassides en 132/749 se fit « pierre à pierre » (ḥāǧaran ḥaǧaran) selon les sources 12. L’on peut encore observer, sur la portion sud, la muraille dérasée à une hauteur moyenne d’environ 2 mètres. Cette destruction constitua un véritable traumatisme pour les Damascains qui en gardèrent la mémoire jusqu’à la fin du Moyen Âge 13. Elle ne fut cependant pas la seule : la reconquête de Damas en 176/792 par le général abbasside Sindī b. Šāhik après la révolte pro‑umayyade du Qaysite Abū l‑Hayṯām s’accompagna également d’une nouvelle destruction de la muraille de Damas (al‑Sindī hadama sūr Dimašq14 qui avait dû être au moins partiellement reconstruite entre‑temps. Il semble enfin que la muraille reconstruite par Nūr al‑Dīn et les Ayyoubides eut fortement à souffrir de la prise de la ville par Tamerlan en 803/1400 (naqaḍa al‑aswār15.

  • 16 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, LII, p. 390 ; al‑Birzālī, alMuqtafī, III, p. 51.

13La plupart des sièges laissaient des traces sur la muraille qui n’étaient pas forcément tout de suite effacées. Le crénelage pouvait ainsi avoir été démantelé par les assiégés afin d’utiliser les moellons comme projectiles lancés sur les assaillants. Des brèches (nuqab) pouvaient avoir été ouvertes dans la muraille comme celles pratiquées par les armées ilkhanides de Ġāzān en 699/1299 près de Bāb al‑Naṣr. Elles étaient immédiatement utilisées par la population une fois la paix revenue : le convoi funèbre d’un ouléma, Aḥmad b. ‘Asākir, emprunta ce nouveau passage pour aller enterrer le défunt dans la turba familiale du cimetière des soufis situé à l’ouest de la ville 16.

Tableau des travaux sur la muraille à l’époque médiévale

Nature de l’intervention sur la muraille Auteur Date
Construction de la muraille ? Époque grecque ou romaineAvant 39 apr. J.‑C.
Reconstruction de l’ensemble de la muraille ? ive siècle
Remise en état des fortifications al‑Walīd b. Mu‘āwiya, gouverneur umayyade de Damas 132/749
Démantèlement de la muraille après la prise de la ville par les armées abbassides ‘Abd Allāh b. ‘Alī, général abbasside qui s’empare de Damas 132/749‑50
Reconstruction de la muraille ? Entre 750 et 792
Destruction de la muraille après la révolte pro‑umayyade d’Abū l‑Hayṯām Sindī b. Šāhik, gouverneur abbasside de Damas 176/792
Existence d’une muraille ixe siècle
Remise en état de la muraille qui menace ruine Qassām, gouverneur de la ville 372/983
Reconstruction de la muraille Les Damascains 415/1024‑25
Reconstruction de la muraille Nūr al‑Dīn, prince de Damas 554/1159
Première extension de la muraille au nord al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam, prince ayyoubide de Damas 618/1221
Deuxième extension de la muraille au nord al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl, prince ayyoubide de Damas Années 1240
Destruction de sections de la muraille Tamerlan 803/1400

Les constructeurs : d’une muraille des Damascains à une muraille du prince ?

  • 17 La muraille (sūr madīnat Dimašq) est ainsi mentionnée lors de la révolte d’Ibn Abī al‑‘Umayṭar ent (...)
  • 18 Muqaddasī, Aḥsan al‑taqāsim, p. 156 ; trad. Miquel, p. 165‑166.
  • 19 al‑Dawādārī, Kanz al‑Durar, VI, p. 206.
  • 20 Yaḥyā b. Sa‘īd d’Antioche, Histoire, p. 480‑481.

14Les premiers travaux d’ampleur effectués sur la muraille à l’époque médiévale se situent dans les décennies qui suivent son démantèlement par les Abbassides en 750 17. Pourtant aucun nom de prince ou de gouverneur n’est attaché à ce chantier qui semble émaner avant tout de la population et de ses représentants directs. Les travaux entrepris en 372/983, qui correspondent sans doute aux fortifications en briques crues (ṭīn) évoquées par le géographe al‑Muqadassī au moment de son passage à Damas 18, sont lancés par celui qui a pris en main le destin de la cité, Qassām, le chef de la milice urbaine (aḥdāṯ). « Les hommes de la Ghouta » sont alors mobilisés pour ces travaux 19. En 415/1024‑1025, ce sont « les Damascains qui (re)construisent la muraille de leur ville et en renforcent les fortifications » 20.

  • 21 Ces volontaires apparaissent ainsi en 290/903 pour défendre la ville contre l’attaque des Qarmates (...)

15On assiste en effet aux époques abbasside et fatimide (750‑1076) à l’émergence d’une identité urbaine très forte incarnée par les puissantes familles chérifales et surtout les milices urbaines ou aḥdāṯ qui forment les corps de volontaires (muṭṭawi‘a) assurant la défense de la ville chaque fois que celle‑ci est menacée en combattant aux côtés des armées régulières 21. Ces hommes dirigent également les rébellions contre les gouverneurs perçus comme trop étrangers à la ville et menaçant son autonomie. Aussi est‑ce bien à la population urbaine et à ses représentants locaux, plutôt qu’aux gouverneurs éphémères et représentants d’un pouvoir lointain qui pour la plupart ne résidaient pas dans la cité et n’y entraient qu’en de rares occasions, que revenait la charge de fournir la main d’œuvre nécessaire pour assurer l’entretien, voire la reconstruction de la muraille. Cela expliquerait l’absence de mention dans les chroniques de nombre de ces phases de reconstruction qui devaient s’inscrire dans la longue durée et ne pas relever de l’événement qui seul retenait l’attention des chroniqueurs.

  • 22 Il faut noter que la plupart des chroniqueurs attribuent à Nūr al‑Dīn également la construction de (...)
  • 23 C’est ce que l’on peut déduire de l’arpentage de la muraille organisé par Nūr al‑Dīn en 564/1168‑6 (...)

16La prise du pouvoir par les Saljoukides à Damas en 468/1076 marque sans doute une véritable rupture dans l’administration de la muraille, celle d’un transfert du contrôle de l’enceinte, des civils au pouvoir militaire. La première décision du nouveau pouvoir est de construire une citadelle dans l’angle nord‑ouest de la ville. Il confisque, à cette fin, une partie de la muraille ainsi qu’une porte de la ville, Bāb al‑Ḥadīd, qui sont intégrées au nouvel édifice et deviennent en conséquence inaccessibles à la population. Cette évolution trouve son aboutissement avec le règne de Nūr al‑Dīn (1154‑1174) marqué dans tous les domaines par une extension de l’emprise de l’autorité du prince. Ce n’est sans doute pas le simple fruit du hasard si les inscriptions les plus anciennes de la muraille, conservées sur les portes et les tours, datent précisément de son règne (Inscr. nos 3 à 10), alors les inscriptions de l’époque fatimide ne concernaient que des édifices religieux et civils comme le pont enjambant le nahr Ṯawra 22. L’apparition d’inscriptions sur la muraille est le signe manifeste d’une véritable mainmise du pouvoir qui fit alors passer les portes et les murailles, bien collectif des Damascains, sous son autorité directe et plaça sans doute leur gestion quotidienne sous l’administration de l’État 23. L’arpentage de la muraille ordonné par Nūr al‑Dīn en 564/1168‑69 constitue un autre témoignage sur cette administration nouvelle. Pour donner une légitimité à ce coup de force, Nūr al‑Dīn justifia son action par la menace franque et l’obligation qui incombait au souverain d’assurer la protection de ses sujets.

  • 24 Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 426.
  • 25 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, III, p. 141 ; Maqrīzī, Sulūk, I‑1, p. 161.
  • 26 Jazari, La chronique de Damas, p. 73.

17À partir du règne de Nūr al‑Dīn, le prince fut le seul à pouvoir décider d’une intervention sur les portes et la muraille de la ville : il pouvait aussi bien faire murer temporairement ou définitivement des portes qu’en percer de nouvelles comme le fit Nūr al‑Dīn à Bāb al‑Faraǧ ou Saladin à Bāb al‑Naṣr 24 ou bien décider de la construction de braies (Nūr al‑Dīn et surtout al‑Malik al‑‘Ādil 25). Mais il pouvait aussi en concéder certaines parties pour collecter des fonds : en 697/1297‑98, au début de la période mamlouke, Ibn Sal‘ūs, un grand marchand damascain enrichi dans le commerce des captifs, acheta avec les revenus des waqf constitués par son père, qui avait été vizir, « toute la bāšūra de Bāb al‑Ǧābiya », sans doute parce que cet organe de défense en temps de paix était devenu inopérant et présentait en revanche, par sa situation, un fort intérêt commercial 26. Transformée en entrepôt comme l’indiquent les chroniques, elle fut la proie des flammes en 755/1354 et les « vivres et les biens des musulmans qui s’y trouvaient furent détruits ».

  • 27 ‘Imād al‑Dīn al‑Iṣfahānī, Conquête, p. 371.
  • 28 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, III, p. 182 ; Chevedden, 1986, I, p. 57.
  • 29 Ibn Ṭūlūn, al‑Šam‘a, p. 9‑10. En 474/1082, la muraille de la ville de Mossoul qui avait coûté 100  (...)
  • 30 Cette porte semble avoir été construite par Ǧardamur et financée par Minṭāš (Ibn Ṣaṣrā, al‑Durra, (...)

18À l’inverse de ce qui se passa à Jérusalem sous Saladin 27 ou lors de la reconstruction de la citadelle de Damas sous al‑Malik al‑‘Ādil 28 le chantier de reconstruction de la muraille ne fut pas confié par section à des membres de la famille régnante. Le prince de Damas en assuma seul la responsabilité, voire la charge financière comme al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam (615‑624/1218‑1227) qui avance, en 618/1221, 200 000 dinars pour l’extension de la muraille au nord‑est de la ville 29. De même, à l’époque mamlouke, Minṭāš, qui revendique le sultanat, fait édifier à ses frais et pour 1 000 dinars la deuxième porte de Bāb al‑Naṣr (Bāb al‑Naṣr al‑barrānī30.

  • 31 Abū Šāma, Rawḍatayn, II, p. 427.
  • 32 Son nom apparaît sur Inscr. nos 2, 3 et 8. Le père de ce personnage travailla à la construction de (...)
  • 33 Son nom apparaît sur Inscr. nos 18, 21 et 22.

19La supervision des travaux est en revanche déléguée à des hommes de confiance. Nūr al‑Dīn délègue ainsi l’organisation de la reconstruction de 554/1159 au grand cadi chafiite, Kamāl al‑Dīn Ibn al‑Šahrazūrī, personnalité religieuse éminente de la ville et confident du prince, qui a la haute main sur les revenus des waqf de la grande Mosquée 31. Sous les Ayyoubides et les Mamlouks, la tâche revient semble‑t‑il à des militaires, membres de sa clientèle et spécialisés dans l’intendance des grands chantiers : Muḥammad b. Qarsaq al‑Mu‘aẓẓamī sous le règne d’al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam, Ya‘qūb b. Ibrāhīm b. Mūsā 32 sous celui d'al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl ou encore Aḥmad b. ‘Abd al‑Salām sous celui du sultan mamlouk al‑Nāṣir Muḥammad 33.

  • 34 ‘Imād al‑Dīn al‑Iṣfahānī, Conquête, p. 371‑373.
  • 35 Il faut noter que des femmes participent aux travaux de remise en état de la citadelle en 658/1260 (...)
  • 36 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 263.
  • 37 Maqrīzī, Sulūk, III‑1, p. 44.

20Les informations sur la main d’œuvre employée lors de ces travaux sont rares. La tâche semble incomber à toute la communauté, au premier rang de laquelle se trouve le souverain. Ainsi, Saladin participa personnellement à l’édification de la muraille de Jérusalem en 1192 portant sur sa monture les blocs servant à la fortification de la cité menacée par les armées de Richard Cœur de Lion 34. De même, Abū Šāma indique qu’en 613/1216‑17, lors du creusement du fossé sud de la citadelle, al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam et son frère al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl participaient un jour sur deux aux travaux et transportaient avec leurs soldats la terre excavée jusqu’à l’Hippodrome vert (Maydān al‑aḫḍar) situé en bordure du Baradā, à l’ouest de la ville. Si le prince donne l’exemple, c’est pour mobiliser toute la société : on trouve ainsi à ses côtés des hommes de religion, faqīh et soufis, de même que les habitants de Damas qui semblent être mobilisés par groupes à tour de rôle, selon un système qui n’est pas sans rappeler les corvées féodales 35. Les poètes de rues composèrent alors des odes à la gloire de ces hommes et allèrent les réciter dans les souks de Damas et au pied de la citadelle 36. C’est le même système qui est utilisé par le gouverneur mamlouk Nawrūz al‑Ḥāfiẓī pour restaurer la citadelle en 809/1407 : il réquisitionne à cet effet les habitants (saḫara Nawrūz fīhā al‑nās37.

  • 38 Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 221‑222.
  • 39 Ibn Ṣaṣrā, Durra, p. 41 ; trad. Brinner, p. 48.

21Les paysans de la Ghouta participent aussi parfois à ces travaux collectifs, ce qui leur donne droit de venir chercher refuge derrière la muraille en cas de danger comme cela se produit en 529/1135 lors du premier siège de la ville par Zankī 38. Il arrive aussi, en 791/1389, alors que Barqūq marche sur Damas, des populations venant du Marǧ plus lointain. On ne refuse alors à personne la protection de la muraille et on installe les nouveaux arrivants dans les mosquées et les madrasas 39.

22La seule singularité réside dans l’absence de mentions de prisonniers francs participant à la reconstruction de la muraille et de la citadelle alors que Damas était connue pour être un des principaux marchés d’esclaves francs et que ces mêmes prisonniers étaient employés à cette époque au Caire ou à Jérusalem pour renforcer la défense de ces villes.

23Il transparaît de ces quelques données que si l’ensemble de la communauté participe durant tout le Moyen Âge aux travaux de la muraille, la prise de décision a évolué à partir du xie siècle avec l’arrivée au pouvoir des militaires turcs. Il semble que l’on passe alors d’une gestion collective de l’enceinte par les Damascains à la mainmise du maître de la ville sur toute décision relative à la muraille.

Une enceinte « musulmane »

24La muraille construite par Nūr al‑Dīn ne marque pas seulement la prise de contrôle des travaux de défense par le nouveau pouvoir militaire, mais marque aussi dans une certaine mesure l’islamisation de l’édifice. La muraille qui sort alors de terre s’inscrit pleinement dans le programme politico‑religieux de réaction sunnite et de conduite de la guerre sainte et en porte les marques comme bien d’autres édifices de la cité (mosquées, madrasas, bīmāristān, etc.).

  • 40 Abū Šāma, Rawḍatayn, I, p. 76 ; Abū Šāma, ‘Uyūn, I, p. 384 ; Heidemann, 2009, p. 163‑172.
  • 41 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 173. Les photos de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle perme (...)

25La première modification fondamentale concerne le financement de la muraille et sa vocation nouvelle ; elle n’est plus l’œuvre, voire le bien de l’ensemble des Damascains, mais elle n’est pas non plus totalement celle de Nūr al‑Dīn qui n’avait visiblement pas les moyens d’en financer la reconstruction. Aussi réunit‑il en ṣafar 554/mars 1159 à la citadelle, le grand cadi et les représentants des principales écoles juridiques sunnites et obtient‑il que les revenus affectés aux intérêts communs des musulmans (maṣāliḥ al-muslimīn) ainsi que le surplus de certains waqf soient affectés à la reconstruction de la muraille 40. Cette tutelle exercée alors par la grande Mosquée sur la gestion de la muraille semble avoir été durable car en 602/1206 les pierres taillées des arches de Bāb Šarqī furent utilisées pour le pavement de la grande Mosquée 41.

26Les arguments invoqués par Nūr al‑Dīn pour obtenir ces fonds insistent aussi sur les fonctions nouvelles de cette muraille qui doit permettre d’assurer le bien‑être des musulmans (maṣālīh al‑muslimīn) et contribuer au triomphe du ǧihād. Les marques de l’islam sont d’ailleurs omniprésentes sur les portes et la muraille à partir de ce règne, à travers les inscriptions qui s’ouvrent toutes par la basmala et exaltent l’engagement pour la guerre sainte des princes‑contructeurs ou encore, comme pour al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl, leur qualité « d’exterminateur des infidèles et des polythéistes » (inscr. n° 18).

  • 42 Abū l‑Baqā’ al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 19 ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 426‑427.
  • 43 Jalabert, 2001‑2002, p. 27.

27Cette islamisation se traduit également dans l’architecture avec l’adjonction, dès le règne de Nūr al‑Dīn, de minarets au‑dessus de chacune des portes antiques, même celles des quartiers composés majoritairement de populations juives et chrétiennes à l’est de la ville 42. De même, de nombreuses mosquées sont adossées à la muraille (mulāṣiq al‑sūr) sous le regard d’un pouvoir bienveillant et assurent en quelque sorte la transition entre la muraille et la ville qui se couvre alors de mosquées, de minarets et de coupoles 43.

La surveillance des portes et des murailles

  • 44 On retrouve cette division en sections tant dans les phases de construction que de destruction des (...)
  • 45 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 327 ; Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 341.
  • 46 Papiers de Damas, liasse 13 200.
  • 47 Ibn al‑Furāt, Ta’rīḫ, 3r°.

28La surveillance quotidienne des murailles de Damas était assurée, au moins à partir du xiie siècle, par des petits groupes de militaires et organisée par sections qui allaient généralement d’une porte à une autre 44. Ibn al‑Qalānisī, au moment de l’attaque surprise de Damas par Nūr al‑Dīn en 549/1154, mentionne « une poignée de Turcs préposés à la garde d’une tour » dans le secteur de Bāb Kaysān et il évoque des secteurs entiers de la muraille laissés sans garde 45. Sous les Ayyoubides, une requête conservée dans les « Papiers de Damas » 46 et rédigée par un préposé à la défense la muraille, un certain Sunqur b. Murābā, fournit des renseignements précieux sur l’organisation de la garde. Ce personnage, sans doute d’origine turque, appartenait à une unité placée sous l’autorité d’un émir, ici ‘Izz al‑Dīn, et sa solde (ǧāmakī) était assise sur les revenus de l’impôt foncier (ḫarāǧ) prélevé sur les paysans de la Ghouta. En période de service, il résidait dans une des tours de l’enceinte, la « tour de Bāb Šarqī », et assurait des rondes de nuit entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā. On ne connaît pas la fréquence de ces rondes. À Tripoli, la fréquence était de trois par nuit à l’époque du cadi Faḫr al‑Dīn, dans la première décennie du xiie siècle 47.

  • 48 Makīn ibn al‑‘Amīd, Chronique des Ayyoubides, p. 66.

29Quant à la surveillance des portes de la ville, elle était placée sous l’autorité d’un chef ou commandant (muqaddam) ou d’un émir dont le rôle devenait stratégique en période de siège. En 637/1235, le prince ayyoubide al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl avait pris soin, avant d’assiéger Damas, d’écrire secrètement à un certain nombre de chefs des portes (muqaddamīn al‑abwāb bi Dimašq) et l’un d’entre eux, celui de Bāb al‑Farādīs, lui permit d’entrer dans la ville par la porte qu’il contrôlait 48.

  • 49 Papiers de Damas, liasse n° 13 816.
  • 50 Il faut noter que lors du siège d’Alep par les armées saljoukides de Tutuš en 479/1086, la défense (...)
  • 51 Une requête conservée dans les « Papiers de Damas » (Liasse 13816) contient une dénonciation adres (...)

30Une autre requête conservée dans les « Papiers de Damas » 49 et rédigée par le muqaddam de Bāb Kaysān, au début du xiiie siècle, montre que la fonction pouvait être tenue par un civil, du moins en temps de paix 50. Il s’agit en l’occurrence d’un certain ‘Umar le marchand (al‑tāǧir) qui semble avoir déjà exercé des fonctions auprès des princes de Damas et qui a été nommé à ce nouveau poste par Mubāriz al‑Dīn qui fut gouverneur (walī) de Damas de 1206 à 1220. Il avait à sa disposition, pour exercer sa charge, des fantassins (riǧāla) qui ne semblent pas avoir été des militaires de profession, mais qui étaient rémunérés lors de la revue mensuelle des troupes, comme les autres soldats 51.

L’ouverture et la fermeture des portes

  • 52 Ṣafadī, Wāfī, XIII, p. 251 ; Ibn Taġrībirdī, Nuǧūm, VIII, p. 26.

31La muraille et les portes créaient des barrières et des passages obligés placés sous l’autorité du maître de la cité qui devaient à la fois permettre la circulation entre la ville et le monde alentour et en même temps assurer la sécurité des habitants contre les dangers extérieurs. Pour que cette double fonction puisse être remplie, l’accès à la ville par les hommes et les marchandises, tout comme la sortie, étaient réglementés et contrôlés. Ainsi, sous le règne du sultan mamlouk Qalāwūn (1280‑1290), les agents du fisc de Bāb al‑Ǧābiya, sans doute installés dans les loges aujourd’hui encore préservées (fig. 173), prélevaient une taxe de cinq dirhams sur toute charge (ḥaml) de blé qui entrait dans la ville 52.

Figure 173 : Bāb Tūmā, la loge nord de la dirkāh.

Figure 173 : Bāb Tūmā, la loge nord de la dirkāh.

© J.‑O. Guilhot, 2011.

  • 53 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 174.
  • 54 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, p. 385.
  • 55 Ibn Ṣaṣrā, al‑Durra, p. 28.
  • 56 Mouton, Sourdel, Sourdel‑Thomine, 2010, p. 67.

32Le franchissement des portes ne pouvait ainsi s’effectuer à toute heure du jour et de la nuit : il semble, dans la seconde partie du Moyen Âge au moins, que les portes restaient ouvertes jusqu’à la prière de la nuit (ba‘d al‑‘išā’ al‑aḫira) pour ne rouvrir qu’au petit matin. Mais il fallait pour cela que le contrôle de ces accès soit assuré : la fermeture de Bāb al‑Faraǧ nord resta ainsi fixée au coucher du soleil (min al‑maġrib) jusqu’à ce que la construction de sa bāšūra en raǧab 736/févr.‑mars 1336 permette d’aligner son horaire de fermeture sur celui des autres portes 53. À l’annonce du moindre danger cependant, les horaires d’ouverture étaient immédiatement réduits, ainsi en 762/1361, au premier jour du siège de Damas par l’émir mamlouk Yalbuġā, les portes de la ville n’ouvrirent pas avant midi, puis furent fermées en permanence dans les jours qui suivirent 54. Lors des sièges les plus durs, comme celui conduit par Barqūq en 791/1389, les portes étaient murées avec « de la pierre et de la chaux » 55. Souvent, seules restaient fonctionnelles Bāb al‑Naṣr et de Bāb al‑Faraǧ, les portes les mieux surveillées qui encadraient la citadelle et permettaient les mouvements de troupes. La population damascaine se retrouvait ainsi enfermée dans la ville et avait interdiction stricte d’en sortir. Un marchand de brocarts dont les activités sont perturbées lors du siège de Damas par les Qarmates en 290/903, signale ainsi dans une lettre écrite à un correspondant de Fusṭāṭ : « S’il m’était possible de sortir de Damas, je sortirais, mais le pouvoir ne permet à aucun être humain de sortir vers quelque lieu que ce soit » 56.

  • 57 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 384.

33Les condamnations définitives furent dans l’ensemble rares et touchaient généralement des portes anciennes qui ne répondaient plus aux exigences de la défense urbaine. Nūr al‑Dīn, après s’être emparé de Damas en 549/1154 et devant la menace croisée, fit ainsi condamner Bāb al‑Ǧīnīq et Bāb al‑Kaysān au nord-ouest et au sud‑est de la ville et murer deux des trois arches antiques de Bāb Šarqī et de Bāb al‑Ǧābiya. Toute condamnation de porte qui se prolongeait au‑delà des périodes de danger était perçue par les populations comme une entrave à la circulation et comme une gêne quotidienne. De fortes pressions étaient alors exercées sur les autorités par les habitants des quartiers concernés : à l’époque mamlouke, le sultan du Caire ordonna ainsi au gouverneur de Damas de rouvrir des portes qu’il avait fait murer. Les notables, qui n’avaient pu se faire entendre à Damas, s’étaient déplacés au Caire pour obtenir cette réouverture 57.

  • 58 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 307.
  • 59 Ibn Ḥabīb, Taḏkira, III, p. 277.

34La construction de la citadelle par les Saljoukides à la fin du xie siècle offre un autre exemple de cette intervention arbitraire du pouvoir qui en l’occurrence privatise au profit des seuls militaires, Bāb al‑Ḥadīd, la principale porte des quartiers nord‑ouest de Damas qui est intégrée à l’enceinte. Les princes bourides qui succèdent aux Saljoukides furent contraints dans la première moitié du xiie siècle, sous l’effet de la pression populaire, d’ouvrir de part et d’autre de la citadelle deux nouvelles portes, Bāb al‑Ǧinān au sud et Bāb al‑‘Amāra à l’est. Ces portes furent cependant condamnées dès le début du règne de Nūr al‑Dīn (1154‑1174). Mais ce dernier prince finit par ouvrir, pour les habitants de ce quartier, Bāb al‑Faraǧ ou la « porte de la délivrance », en référence au soulagement éprouvé par les habitants à l’ouverture de cette porte. Le cas de Bāb Kaysān est encore plus exemplaire car cette porte bouchée par Nūr al‑Dīn semble n’avoir été réouverte que 200 ans plus tard 58. En condamnant cette porte qui assurait la communication vers l’extérieur du quartier juif, les souverains musulmans exprimaient visiblement leur défiance vis‑à‑vis de cette communauté. Le gouverneur mamlouk Manklībuġā qui ordonna en 765/1363‑64 la réouverture de la porte probablement demandée par la population du quartier reçut toute la reconnaissance des habitants et connut grâce à cette initiative un regain de popularité 59.

Muraille et identité urbaine

35L’enceinte, malgré les vicissitudes de son histoire et ses transformations multiples, était avec la grande Mosquée, l’héritière d’un long passé et l’un des monuments emblématiques de Damas qui accompagna des siècles durant la vie de la cité et de ses habitants. Ces pierres sont ainsi le témoignage de cette longue histoire et incarnent à elles seules l’identité et la mémoire d’une ville majeure du Proche‑Orient. Aussi n’est‑il pas étonnant de constater que les Damascains y virent autre chose qu’un simple mur, mais une partie d’eux‑mêmes et ils allèrent jusqu’à lui attribuer certains pouvoirs.

Pierres et histoire urbaine

  • 60 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17.
  • 61 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17 et II, p. 280.

36Le fait que la muraille ne présente bien souvent aucune uniformité d’une courtine à l’autre, voire entre les différentes assises d’un même pan de mur, est porteur de sens. Comme le montrent les fûts de colonnes, les chapiteaux ou encore les fragments de corniches insérés dans la maçonnerie, les monuments de la cité ont servi de carrière pour l’édification de la muraille ; celle‑ci porte donc en son sein, d’assises en assises, la mémoire de Damas. L’histoire de la ville, conservée dans ces pierres, peut à tout moment être restituée. Ainsi, Ibn ‘Asākir à partir de l’observation des restes d’un bas‑relief au‑dessus de Bāb Kaysān refait au xiie siècle l’histoire des portes de la ville et recompose leur décor antique en attribuant à chacune d’entre elle les représentations d’une divinité du panthéon gréco‑romain 60. Il rapporte également comment une colonne qui selon la tradition locale portait une statue antique dans le quartier d’al‑Maqsallāṭ fut réutilisée en 564/1168‑69 comme linteau de la bāšūra de Bāb Ṣaġīr 61.

  • 62 Voir par exemple l’inscription découverte en 2009 par notre équipe sur la courtine entre Bāb al‑Fa (...)

37Les pierres et les spolia conservés dans la muraille portent aussi des inscriptions où s’affiche l’histoire de la ville et de la muraille. À partir du règne de Nūr al‑Dīn, toute intervention sur la muraille est commémorée par un texte signalant la nature des travaux, leur date, le nom du prince et éventuellement du gouverneur qui les a commandés ainsi que celui de l’intendant qui en a assuré la supervision. Plus étonnant, on remploie dans les nouvelles constructions de l’enceinte des inscriptions grecques ou arabes provenant de pierres tombales ou de monuments disparus et l’on s’efforce, au moins pour les textes arabes, de disposer les blocs qui les portent dans un sens compatible avec leur lecture. L’emplacement qui leur est destiné n’est pas forcément accessible au passant, néanmoins, on a l’impression qu’il y eut volonté, à travers ces remplois, de conserver les textes tirés de structures disparues et d’un passé révolu faisant de la muraille une véritable archive de la ville 62. La muraille est ainsi un livre ouvert où peut se lire l’histoire de la cité.

  • 63 Ibn Ṣaṣrā, Durra, II, p. 74.

38Il ne suffit pas de gratter le nom d’un souverain bâtisseur sur une inscription pour en effacer le souvenir, car la mémoire collective peut le conserver à travers la préservation de quelques pierres. Le sultan mamlouk Barqūq en a pleinement conscience, quand il reprend Damas à l’émir rebelle Minṭāš en 793/1391. Il fait aussitôt détruire la nouvelle porte de Bāb al‑Naṣr édifiée par son ennemi « afin qu’elle ne puisse plus être appelée du nom de Minṭāš et qu’aucune trace de son souvenir (ḏikr) ne demeure ». Se méfiant du moindre vestige qui pourrait avoir une valeur mémorielle, il fait « détruire (la porte) jusqu’aux fondations afin de ne laisser aucune trace (aṯar) » 63.

  • 64 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, LI, p. 118 ; Ibn Šaddād, al‑A‘laq al‑ḫatīra (Damas), p. 30.

39La muraille est en effet un lieu de mémoire au sens où elle conserve en son sein, malgré de multiples transformations, les traces de toutes les périodes de sa longue histoire. La découverte d’une inscription grecque lors de la destruction de la muraille en 750 par les Abbassides suscite ainsi un intérêt particulier. Les Damascains qui ne trouvent personne dans la ville pour la déchiffrer font venir un moine de Ǧazīra qui fait mettre le texte mystérieux dans le bon sens et parvint à en livrer la lecture 64. Il contenait une véritable prophétie annonçant l’arrivée de conquérants venant de l’est, immédiatement mise en relation avec les Abbassides qui s’étaient emparés de la ville !

  • 65 Sous le porche de cette porte se trouvait l’entrée de la madrasa al‑Muǧāhidiyya qui abritait une r (...)
  • 66 Ibn Taymiyya, Maǧmū‘ fatāwā, XXVII, p. 114.

40Les vertus magiques et talismaniques attribuées à l’enceinte qui renferme non seulement les mystères du passé mais aussi le destin de la ville, expliquent que se soient développées autour du monument un certain nombre de pratiques plus ou moins récupérées par l’islam populaire. Des vertus prophylactiques sont ainsi attachées à certaines pierres remarquables auxquelles on associe parfois un récit légendaire : une pierre dépassant de la muraille aux environs de Bāb Ṣaġīr [3] (fig. 174) aurait une histoire liée, selon certaines versions, à Nafīsa qualifiée de bint al‑rasūl ou « fille du Prophète », selon d’autres à Sitt al‑Ṣafiyya qui serait arrivée à Damas après un long périple, dépourvue de vêtement et, de honte, aurait disparu dans cette pierre. Jusqu’à aujourd’hui les Damascains viennent la toucher pour en recueillir la baraka. Une autre pierre située à Bāb Tūmā [7] guérit du mal de dos lorsque l’on se frotte contre elle. De même, un certain nombre des rites étaient attachés à des lieux bien précis. Ibn Taymiyya s’efforce, à la fin du xiiie siècle, de dénoncer ces pratiques tout en nous révélant leur existence et leur grande popularité. Les Damascains croient ainsi que les prières de demande ou du‘ā’ sont exaucées quand elles sont prononcées à l’intérieur de Bāb al‑Farādīs 65 et plus encore au‑devant de la tour de Bāb Kaysān « en tournant le dos à la porte et en regardant la qibla » 66.

Figure 174 : Rempart à l’ouest de Bāb Ṣaġīr, pierre dite de bint al‑rasūl,

Figure 174 : Rempart à l’ouest de Bāb Ṣaġīr, pierre dite de bint al‑rasūl,

© J. Jehel, 2010.

41La muraille s’est aussi dotée au fil des siècles de véritables lieux de vénération attachés à des personnages saints de l’islam qui contribuent par la force sacrée de leur personnalité à la protection de la ville. Le minaret de Jésus domine ainsi au moins depuis le xie siècle l’arche septentrionale de Bāb Šarqī (fig. 93), tandis qu’à une époque plus tardive, un cénotaphe attribué au compagnon du Prophète Mu‘āḏ b. Ǧabal a été installé dans la tour construite par Nūr al‑Dīn au nord de la bāšūra de Bāb al‑Ǧābiya (fig. 68). C’est aujourd’hui un lieu de visite pieuse ou ziyārāt rattaché à la mosquée ottomane al‑Sādāṭ construite tout contre au xvie siècle.

  • 67 Kremer, 1854, 5/2, p. 14.
  • 68 Cela s’explique sans doute par le fait que Galien avait condamné les propos du médecin Sabinos qui (...)

42D’autres croyances dépassent les destins individuels ou celui de la cité pour toucher l’humanité tout entière : au moment où la masse d’arme (dabbūs) suspendue sur la façade de Bāb al‑Salāma se décrochera, l’heure du jugement dernier sera arrivée 67. Il ne semble pas en revanche que les influences néfastes des remparts sur la santé des habitants, soutenues par certains médecins de l’Antiquité grecque, aient été reprises par les praticiens du monde arabe médiéval qui connaissaient pourtant très bien cette littérature où était souligné le rôle du milieu sur l’état des patients 68.

43Les valeurs attachées à la muraille de Damas en ont fait bien autre chose qu’un simple organe de protection de la cité, dont la valeur défensive disparut d’ailleurs très largement à la fin du Moyen Âge. Si elle est encore quasi intégralement préservée, c’est parce qu’elle participe de l’identité urbaine. En démantelant la muraille après la prise de la ville en 750, puis à nouveau en 176/792 avec le général al‑Sindī b. Šāhik, les Abbassides accomplissaient un acte dont la portée allait bien au‑delà de la destruction d’un organe de défense qui aurait pu de nouveau être utilisé contre eux. Ils détruisaient une structure qui symbolisait l’identité d’une capitale califale et la fierté de toute une cité. Cette destruction qui signifiait l’effondrement d’une dynastie rivale fut ressentie comme l’humiliation de toute une population et fut porteuse de très fortes rancœurs qui contribuèrent à alimenter les nombreuses révoltes anti‑abbassides de la cité.

44La reconstruction de la muraille au xiie siècle correspond précisément au moment où Damas retrouva le rang de capitale d’une principauté puis d’un véritable empire sous Nūr al‑Dīn et Saladin. Il faut sans doute voir dans cette fierté et cette identité retrouvées, les facteurs expliquant pourquoi ces dynastes turc et kurde, étrangers à la cité, surent se faire accepter et légitimer par le peuple de Damas.

Une séparation entre deux espaces et deux mondes

  • 69 La plus ancienne attestation que nous avons relevée sur la nouvelle dénomination de cet espace se (...)

45Simple ligne de pierres dressée au milieu de l’oasis de la Ghouta, la muraille structure pourtant l’espace et conditionne très fortement la perception de celui‑ci par les hommes du Moyen Âge. Elle sépare nettement deux espaces, celui qui est ǧuwwānī ou intra muros de celui appelé barrānī ou extra muros. Elle peut créer des espaces intermédiaires, le temps du passage d’un état à l’autre, comme le nouveau quartier de Bayn al‑sūrayn, ou « entre les deux murailles » 69, qui apparaît à la fin de l’époque ayyoubide. Son statut n’est pas encore vraiment celui des espaces historiquement intra muros mais n’est plus non plus celui d’une zone « hors‑les‑murs ». Il est fort probable que cette zone marécageuse et soumise aux crues du Baradā ne fut viabilisée et urbanisée qu’une fois intégrée à l’espace urbain et protégée des inondations par la nouvelle muraille.

46Cette vision binaire de l’espace est présente dans les ouvrages de topographie urbaine comme ceux d’Ibn ‘Asākir au xiie ou encore d’Ibn Šaddād au xiiie siècle. Contrairement au Caire ou à Bagdad, Damas n’y est pas décrite comme une juxtaposition de quartiers ou en noyaux urbains qui, au fil des siècles, auraient formé une métropole. Chacun des chapitres consacrés aux monuments remarquables de Damas (mosquées, bains, églises, etc.) est systématiquement divisé en deux parties bien distinctes : celle consacrée aux édifices situés à l’intérieur des murailles qui est toujours la première et celle des monuments situés à l’extérieur qui arrive en second. Il faudra attendre la fin de l’époque mamlouke et surtout l’époque ottomane, lorsque la ville sera largement sortie de ses murailles pour qu’une perception nouvelle de Damas émerge alors, plus centrée sur les entités nouvelles constituées par ces nouveaux quartiers (Sāliḥiyya, al‑Mīdān, Sūq Sārūǧa). La vieille ville ne constitue plus désormais qu’un quartier de Damas parmi d’autres mais dont la cohérence et l’appréhension tenaient toujours aux vestiges de la muraille qui l’enserraient.

47Cette distinction entre les deux espaces, largement récupérée et justifiée par la loi musulmane, remontait semble‑t‑il à des temps beaucoup plus anciens et reposait sur des notions de pur et d’impur, voire de sacré et de profane. Elle avait une matérialité que les Damascains purent saisir dans leur vie quotidienne tout au long de l’époque médiévale.

  • 70 Pour la cartographie de ces activités, voir Élisséeff, 1956, p. 61‑79.
  • 71 al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam fait ainsi construire en 611/1214‑15 un funduq à l’extérieur de Bāb al‑Ǧābiya (...)

48Il revenait à un personnage essentiel dans la vie de la cité, le muḥtasib, de faire respecter, au nom des règles de l’islam, cette distinction entre les espaces intra et extra muros. Seuls les métiers nobles pouvaient ainsi être exercés à l’intérieur des murailles. Les métiers vils, sales et nauséabonds, comme tanneurs, teinturiers, potiers ou marchands de bestiaux, étaient relégués aux portes de la ville : au nord, le long du Baradā, les activités nécessitant une forte consommation d’eau ou d’énergie hydraulique et, sur les grands espaces situés entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān, les activités polluantes ou qui souillaient le sol comme les marchés aux bestiaux 70. De même, nombre de marchands étrangers étaient logés, sans doute par défiance, à la périphérie de la ville dans les funduq et les ḫān : si l’accès à la ville ne leur était pas interdit, il semble bien que la nuit venue ils devaient sortir de la cité 71.

  • 72 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, IV, p. 161.

49En certaines circonstances, la muraille apparaît encore plus nettement comme la ligne séparant un espace sacré d’un espace profane. Lorsque Damas fut menacée par Tamerlan en 803/1400 et que sa chute sembla proche, le grand cadi organisa une procession qui suivit le chemin de ronde et fit le tour de la muraille. Il était précédé des muezzins de la cité qui brandissaient des Corans en criant « Allāh akbar » 72. Il s’agissait clairement de marquer par cet itinéraire l’espace sur lequel était demandée la protection divine. La ville intra muros accédait alors au statut de sanctuaire délimité par l’enceinte dont la verticalité des murs était prolongée jusqu’à Dieu par les gestes et les invocations sonores des hommes de religion. Cette procession n’empêcha cependant pas Tamerlan de s’emparer de Damas.

  • 73 On peut citer à titre d’exemple les funérailles d’Ibn al‑Naǧǧār, témoin assermenté du rite hanafit (...)

50La ville était aussi le monde des vivants, s’opposant en cela à sa périphérie immédiate qui était celui des morts reposant dans les nombreux cimetières situés à ses portes. L’époque médiévale ne fit en cela que s’inscrire dans la tradition antique : on mourait dans la ville, mais on n’y était pas enterré. Les prières des funérailles étaient généralement prononcées dans les mosquées implantées aux portes de la cité dans lesquelles le cortège funèbre faisait halte sitôt les portes franchies avant de reprendre sa marche vers le cimetière 73. Le seuil de la porte marquait symboliquement ce passage entre deux mondes, celui des vivants et celui des défunts soumis à la période des affres de la tombe en attente du jugement dernier. Les périodes de siège posaient aussi de véritables problèmes pour l’enterrement des défunts en dehors des murs. Il fallait alors négocier avec l’assiégeant la permission de pratiquer les inhumations dans la zone qu’il contrôlait. Quand ce n’était pas possible, on devait se résoudre au moins temporairement à enterrer les défunts à l’intérieur des murailles ce que ne manquent pas de souligner les chroniques comme une pratique déviante imposée par les circonstances.

  • 74 Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, XXI, p. 277.

51Les exemples de corps entrant dans la ville sont aussi peu nombreux. Un des rares exemples est celui du prince al‑Malik al‑‘Ādil, frère de Saladin, mort en 1218 à al‑‘Alliqayn et rapatrié quelques jours plus tard à Damas. Son entourage se garde alors bien de signaler qu’il est décédé et charge l’un de ses pages de lui faire bouger la tête pour faire croire aux Damascains qu’il est encore en vie. Cette dissimulation s’explique certainement pour des raisons politiques liées à l’organisation de la succession, mais aussi pour masquer le franchissement des portes de la ville par un cadavre, ce qui constitue une profanation de l’espace urbain. C’est ainsi qu’en 680/1281, le cercueil contenant le corps d’al‑Malik al‑Sa‘īd, fils du sultan Baybars, mort en dehors de Damas, doit être hissé à l’aide de cordes au‑dessus de Bāb al‑Faraǧ pour pouvoir entrer dans la ville et reposer dans le mausolée de son père au nord de la grande Mosquée 74.

52Aussi les personnages qui avaient le privilège d’être enterrés en deçà des murs de la ville devaient‑ils y mourir. Il faut par ailleurs constater que cette pratique ne se développa qu’à partir du règne de Nūr al‑Dīn, bientôt suivi par la plupart des princes ayyoubides et par le sultan mamlouk Baybars, mais ne s’étendit que rarement aux membres de leur famille ou de leur entourage. La dérogation à la règle est probablement liée à la personnalité de Nūr al‑Dīn qualifié de šahīd ou « martyr » et assuré à ce titre de gagner immédiatement le paradis sans connaître la période de décomposition qui aurait pu souiller l’espace urbain. Ce même raisonnement dut être appliqué à Saladin et à ses successeurs.

La muraille et les portes, lieux d’expression du pouvoir

53Les portes de la ville étaient un passage obligé tant pour les citadins, les villageois de la Ghouta ou les étrangers entrant à Damas. Elles constituaient, au même titre que d’autres édifices publics comme la grande Mosquée, des lieux privilégiés pour la communication. Lieux de contrôle, d’affichage, voire de rencontre entre le prince et ses sujets, elles sont avant tout un des endroits où le pouvoir peut s’exprimer, se mettre en scène, développer sa propagande et transmettre les messages qu’il entend adresser aux populations qui vivent ou pénètrent dans la ville.

Lieu de rencontre entre le prince et son peuple

  • 75 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 283.
  • 76 Jazari, La chronique de Damas, p. 20.

54Les portes de la ville étaient un des lieux de la cité où le prince pouvait se mettre en scène et rencontrer le peuple de Damas à l’occasion d’entrées solennelles ou de départs théâtralisés. Les Damascains s’y rassemblaient pour accueillir leur prince ou les hôtes de marque de la cité, le plus souvent aux retours de campagnes victorieuses : Abū Šāma signale qu’en 614/1217‑18 Damas se vida de ses habitants qui sortirent pour aller à la rencontre d’al‑Malik al‑Muǧāhid, prince ayyoubide de Homs, venu apporter son aide dans la lutte contre les Francs. Il fut accueilli en sauveur par une haie d’honneur qui allait du village de Ḥarastā jusqu’à Bāb al‑Faraǧ, porte par laquelle il fit son entrée dans la ville 75. De même, les gens des souks et des faubourgs font une haie d’honneur au sultan mamlouk al‑Ašraf Ḫalīl b. Qalāwūn dans la nuit du 10 šawwāl 691/24 septembre 1292 lorsqu’il regagne Le Caire, en portant des flambeaux entre Bāb al‑Naṣr et le masǧid al‑Qadam, situé le long de la route du Pèlerinage à quatre kilomètres au sud‑ouest de Damas 76.

  • 77 Makīn ibn al‑‘Amīd, Chronique des Ayyoubides, p. 97‑98.
  • 78 Nuwayrī, Nihāyat, XXVII, p. 64.

55Le prince prenait également place aux portes de la ville pour accueillir un invité de renom, prince, ambassadeur ou nouvelle épousée, ou bien encore comme le fait Saladin en février 1193, en se tenant devant Bāb al‑Ǧābiya, pour accueillir la caravane de retour du pèlerinage. Si l’hôte était important et exigeait des marques de déférence plus grandes, il fallait partir à sa rencontre comme le fit al‑Malik al‑Nāṣir Yūsuf, dernier prince ayyoubide de Damas, en 651/1253. Accompagné « de tous les émirs et les ġulām de son État », il alla sur la route de Homs à la rencontre du cortège nuptial où se trouvait sa future épouse, fille de Kayqubāḏ, sultan saljoukide de Rūm, et la rencontra à al‑Quṭayyifa à environ 50 km de Damas 77 ! Le prince saljoukide Tutuš avait en revanche jugé insuffisant, deux siècles plus tôt, en 471/1078, l’accueil que lui avait réservé l’émir Atsiz qui avait enlevé Damas aux Fatimides. Ce dernier était « sorti à sa rencontre près des murailles de Damas (‘inda sūr Dimašq) », ce qui provoqua la colère de Tutuš lui reprochant « de n’être pas sorti assez loin ». Il refusa les excuses d’Atsiz, le fit emprisonner sur le champ, puis exécuter 78. Les marques d’hospitalité pouvaient ainsi être appréciées en fonction de la distance parcourue pour accueillir les hôtes reçus à Damas, mais le simple fait de franchir le seuil des portes de la ville témoignait d’égards particuliers.

  • 79 Sibṭ Ibn al‑Ǧawzī, Mir’āt al‑zamān, VIII‑2, p. 650.
  • 80 Ibn Ṣaṣrā, Durra, p. 31.
  • 81 Ibn Ṣaṣrā, Durra, p. 61.
  • 82 Maqrīzī, Sulūk, IV‑1, p. 221.

56Les apparitions du prince au sommet des fortifications s’effectuaient généralement sur les remparts de la citadelle où un belvédère (ṭārima) avait été érigé par al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam (615‑624/1218‑1227) au‑dessus de Bāb al‑Ḥadīd 79. Sa présence sur les murailles était plus rare et s’effectuait généralement dans un cadre militaire pour assister à des revues ou pour diriger et galvaniser les troupes et le peuple de Damas lorsque la ville était menacée. Lors du siège de la ville par Barqūq en 791/1389, un pavillon (ṣīwām) est ainsi dressé au‑dessus de Bāb al‑Naṣr afin que Minṭāš, le maître de Damas, puisse suivre et participer aux opérations 80 ; l’année suivante, lors d’un nouveau siège conduit par Barqūq, le même Minṭāš fait le tour des remparts et inspecte le dispositif de défense 81. Quelques années plus tard, en 815/1412, c’est au tour du sultan Faraǧ b. Barqūq, assiégé dans Damas par ses émirs, de suivre la progression des assiégeants sous un dais en forme de coupole (qubba) dressé au‑dessus de Bāb al‑Naṣr 82.

Lieu de communication entre le prince et son peuple

  • 83 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, IV, p. 147.

57Même en l’absence physique du prince, les portes de la ville restaient un des lieux privilégiés où le pouvoir pouvait s’adresser à la population. Les déclarations solennelles, portées par la voie d’un héraut, y étaient ainsi parfois prononcées. En 803/1400, les cadis qui avaient pris en main la défense de la ville lurent solennellement à Bāb al‑Naṣr la fatwā par laquelle ils décidaient de résister à Tamerlan, puis firent la même proclamation à Bāb al‑Ǧābiya 83.

58À partir du milieu du xiie siècle, les portes et la muraille deviennent également les supports de textes et d’emblèmes chargés de véhiculer la propagande royale. C’est en effet à partir du règne de Nūr al‑Dīn (1154‑1174) qu’apparaissent les premiers témoignages épigraphiques conservés sur les tours et les portes. Ces textes, où figure systématiquement le nom du souverain, doté encore d’une titulature réduite à quelques épithètes simples, commémorent les travaux entrepris pour renforcer la défense de la ville et célèbrent avant tout l’évergète et le prince protecteur. Ce modèle est repris par les Ayyoubides (1174‑1260) qui accordent cependant une place plus importante à la titulature du souverain, désormais constituée d’épithètes doubles et suivie d’eulogies demandant à Dieu de prolonger son règne. Ces inscriptions sont durant cette période tournées vers l’intérieur de la ville et s’adressent clairement aux Damascains. Une nouvelle évolution se produit sous les derniers princes ayyoubides et surtout sous les Mamlouks ; les inscriptions sont désormais placées sur les linteaux ou les tympans extérieurs des portes (Bāb al‑Faraǧ nord, Bāb al‑Farādīs nord, Bāb al‑Salāma, Bāb Kaysān, Bāb Tūmā) et présentent aussi aux arrivants un texte monumental, à la calligraphie plus soignée. Le bandeau épigraphique devient partie intégrante du décor architectural et n’est plus un simple bloc encastré dans la maçonnerie (fig. 175). Ces inscriptions se doublent parfois de représentations des emblèmes même du prince qui permettent d’identifier immédiatement le souverain telle la rosette à six pétales du sultan Nāṣir Muḥammad à Bāb Tūmā, la fleur de lys de Barqūq à Bāb al‑Faraǧ nord ou encore le lion, autre emblème du même souverain, signalé par les voyageurs sur la tour d’angle au sud‑est de la ville. Ces textes et ces décors s’adressent à un public plus large et affirment clairement les ambitions universalistes du nouveau pouvoir sultanien.

Figure 175 : Rempart au sud de Bāb al‑Ǧābiya, inscriptions de la tour [C] dite de Nūr al‑Dīn.

Figure 175 : Rempart au sud de Bāb al‑Ǧābiya, inscriptions de la tour [C] dite de Nūr al‑Dīn.

© I. Hajjar, 2003.

  • 84 Sauvaget, 1947, p. 16‑31.

59L’affichage ne se limitait pas seulement aux textes de construction exaltant les vertus protectrices du prince, qui pouvaient également servir à souligner son bon gouvernement. Nūr al‑Dīn reprit ainsi, après le dernier prince bouride qui en avait déjà usé avant lui dans la grande Mosquée, une tradition antique, celle de l’affichage dans l’espace public des décrets princiers, gravés sous forme condensée dans la pierre 84. Il fut cependant le premier à l’adapter à un nouveau cadre, celui des portes de la ville, comme en témoigne le décret de 551/1156 disposé sous la voussure intérieure de Bāb Ṣaġīr (Inscr. n° 3). Le dessein est ici très clair puisqu’il ne s’agit pas seulement d’informer, à travers ce texte, le peuple damascain des décisions du prince, mais de nourrir sa propagande et son image de souverain pieux et intègre, en annonçant l’abolition d’une taxe instituée par ses prédécesseurs et illégale aux yeux de l’islam, celle frappant d’un droit de route les commerçants se rendant ou revenant d’Iraq. Si ce procédé d’affichage semble avoir un temps été abandonné par les Ayyoubides, il fut massivement repris par les gouverneurs mamlouks qui firent graver dans la pierre nombre de leurs décrets abolissant des taxes afin qu’ils soient vus du plus grand nombre et surtout par les habitants des quartiers directement concernés : le décret concernant les cordonniers de Bāb al‑Farāǧ sud (Inscr. n° 26) fut ainsi gravé sur les sommiers du grand arc intérieur et ceux abolissant les taxes qui pesaient sur les tanneurs et les peaussiers installés à l’extérieur de Bāb al‑Salāma sur un des piédroits de la porte (Inscr. n° 28) et sur la muraille entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma (Inscr. n° 29).

  • 85 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XXXVIII, p. 15‑16.

60Le message pouvait être véhiculé par des supports plus facilement accessibles que ceux gravés dans la pierre comme par exemple des signes visuels et sonores exaltant la victoire du prince : les hommes de Nūr al‑Dīn poussèrent du haut des remparts le cri de victoire « Yā Manṣūr » et y plantèrent son étendard au moment où ils s’emparèrent de la ville en 549/1154. À quelques années de là, en 552/1157, le même prince annonça aux Damascains la prise de la forteresse de Sinǧar par ses troupes en exhibant sur les murs de la citadelle les armures, les boucliers, les sabres et les étendards, arrachés à l’ennemi. La preuve matérielle de la victoire était ainsi fournie par ces trophées et remplaçait tout autre discours 85.

Lieu de l’expression de la justice du prince

  • 86 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 88.
  • 87 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XVIII, p. 124.

61Les portes de la ville étaient aussi un des lieux où s’exprimaient les sentences du prince à travers des corps crucifiés ou exposés devant les portes et des têtes clouées sur les vantaux. Les messages que pouvait faire passer le prince juste étaient multiples. Il apparaissait ainsi comme celui qui lutte contre les hérésies en faisant par exemple crucifier en 596/1200 à Bāb al‑Faraǧ, après une fatwā émise par les juristes, un illuminé qui se faisait appeler ‘Īsā (Jésus) fils de Maryam 86. Il était aussi le prince intègre et populaire qui faisait exposer le corps des fonctionnaires détestés et corrompus : en 226/840 le gouverneur abbasside fit crucifier aux portes de la ville le corps du préposé au ḫarāǧ, l’impôt foncier, et les membres corrompus de sa famille et de son entourage qu’il avait fait exécuter 87.

  • 88 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XV, p. 82 et XVI, p. 315.
  • 89 Les corps des victimes des révoltes populaires étaient, sur le même modèle, exposés aux portes de (...)
  • 90 Bianquis, 1986, I, p. 46.
  • 91 Bianquis, 1986, I, p. 382.
  • 92 Cette tête fut enterrée par la suite non loin de là dans le Masǧid al‑Ra’s près de l’emplacement s (...)
  • 93 Abū Šāma, Muḏayyal, II, p. 181‑182.

62Le message devait aussi affirmer la toute puissance du pouvoir en place : c’est le corps du vaincu qui est ainsi le plus souvent exposé pour exalter à la fois le triomphe du vainqueur et pour mettre en garde tous ceux qui contesteraient son pouvoir. Le cas le plus emblématique est sans doute celui des Abbassides qui, en 750, ne se contentèrent pas seulement de crucifier à Bāb al‑Ǧābiya le général umayyade Ḫalid b. Yazīd qui leur avait résisté, mais ils placèrent à ses côtés les restes du calife Yazīd b. al‑Walīd dont la dépouille avait été tirée de l’une des tombes profanées de la famille umayyade dans le cimetière de Bāb Ṣaġīr 88. Le procédé fut maintes fois reproduit dans les siècles qui suivirent 89 : en 359/970 par exemple, lorsque les Fatimides furent une première fois chassés de Damas, leurs soldats tombés aux mains des Damascains furent exécutés et leurs têtes exposées aux portes de la ville90 ; quelques années plus tard, en 410/1020, le chef des aḥdāṯ, Muḥammad b. Abī Ṭālib, qui parvient à prendre quelque temps le pouvoir à Damas, est exécuté par les Damascains et son corps cloué à Bāb al‑Ǧābiya 91. En 657/1259, ce fut la tête d’al‑Kāmil b. Šihāb al‑Dīn Ġāzī, gouverneur de Mayāfāriqīn, rapportée par les armées ayyoubides victorieuses qui fut clouée sur Bāb al‑Farādīs 92. Le temps d’exposition de ces dépouilles n’est que rarement précisé, mais il était peut‑être proportionnel au message qu’il s’agissait de faire passer aux populations : on sait par exemple que l’exposition d’une femme et de son mari condamnés de droit commun dura deux jours et une nuit à Bāb al‑Faraǧ en  661/1262. Ces corps une fois décrochés recevaient une sépulture décente 93.

La circulation du prince

63Le contrôle des portes et des populations qui les franchissaient étaient une arme redoutable aux mains du pouvoir, mais elles pouvaient aussi constituer pour celui‑ci, lorsqu’il était en difficulté, un véritable piège. Le chef rebelle Abū l‑‘Umayṭar qui avait pris le contrôle de Damas entre 194/810 et 197/813, une fois vaincu par le général abbasside Ibn Bayhas, ne put quitter la ville tombée aux mains de son ennemi qu’en se déguisant en femme pour sortir par Bāb al‑Ǧābiya !

  • 94 Voir à ce sujet, Bianquis, 2008.
  • 95 Bianquis, 1986, I, p. 336‑337.
  • 96 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XLVIII, p. 71.

64Aussi, en dehors des califes umayyades qui avaient installé leur résidence, le palais al‑Ḫaḍrā’, au cœur de la cité, la plupart des princes et des gouverneurs de Damas de l’époque médiévale se méfièrent de la population urbaine et de la muraille qui pouvait à la moindre révolte se refermer sur eux comme une nasse. La plupart des gouverneurs abbassides et fatimides de Damas, souvent mal acceptés par la population, prirent le parti d’installer leur résidence hors les murs de la ville 94. Il fallut attendre la fin du xe siècle pour qu’une première résidence durable, le qaṣr, soit installée dans l’angle nord‑ouest de la cité, mais cette construction s’accompagna du percement d’une nouvelle porte, Bāb al‑Ḥadīd, qui permettait une évacuation rapide sans avoir à traverser la ville95. Les poternes, ces portes dissimulées dans la muraille et réservées à l’usage exclusif des détenteurs du pouvoir, répondaient aussi à cette exigence constante d’avoir la possibilité de quitter la ville en toute discrétion, même si leur usage ne semble pas avoir été fréquent : une des rares attestations concerne al‑Malik al‑Muǧāhid, prince ayyoubide de Baalbek, qui quitta Damas en 659/1260 à l’annonce de l’arrivée des Mongols par une porte secrète (Bāb sirr) située à proximité de Bāb Tūmā 96.

  • 97 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 251 et 263.

65La solution de compromis qui fut finalement trouvée consista en l’édification, sous les Saljoukides dans les années 1080, de la citadelle qui resta jusqu’à la fin du Moyen Âge la résidence du pouvoir à Damas. Celle‑ci était à la fois dans la ville car adossée à l’angle nord‑ouest de la muraille et hors de la ville puisqu’elle en était séparée à l’est et au sud par une véritable enceinte. Les trois principales portes de l’édifice offraient autant de possibilité de sortir vers la ville que directement vers l’extérieur grâce à Bāb al‑Ḥadīd porte de la ville transformée en porte de la citadelle. La reconstruction de la citadelle par al‑Malik al‑‘Ādil au début du xiiie siècle et le creusement d’un fossé tout autour de l’édifice ne fit que renforcer cette séparation marquée entre la ville et le siège du pouvoir 97.

La muraille en temps de guerre

Nature des attaques de Damas

  • 98 Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 9.
  • 99 Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 185‑187.
  • 100 Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 252‑259.

66Damas comme beaucoup de villes de la région, et peut‑être plus encore que d’autres, connut plusieurs dizaines de sièges durant l’époque médiévale et particulièrement à partir du déclin du pouvoir califal à la fin du ixe siècle (voir tableau en fin de chapitre). Cependant, il faut constater que toute attaque contre Damas ne s’est pas traduite par un siège en bonne et due forme avec des assiégeants installés au pied de la muraille et cherchant à forcer l’entrée de la ville. Si à chaque fois la muraille a bien joué le rôle de barrière protectrice derrière laquelle on trouvait refuge, elle ne fut pas le théâtre de tous les combats. Il est bien clair que les défenseurs de Damas cherchaient le plus souvent à éviter que l’on en arrive à ce stade. À l’annonce de l’approche de l’armée ennemie, les troupes damascaines allaient à sa rencontre pour arrêter sa progression et éviter qu’elle ne prenne position aux environs de la cité. Le prince saljoukide de Damas, Tutuš, écrasa ainsi en 475/1083 l’armée bédouine de Muslim b. Qurayš alors qu’elle se dirigeait sur la ville 98. Plus fréquemment encore les armées de Damas attaquaient le camp de base de l’assiégeant situé toujours à quelques distances de la cité pour frapper l’ennemi en plein cœur ou bien pour le priver de ses sources d’approvisionnement : ainsi les troupes chargées de ravitailler le camp des croisés lors du siège de 523/1129 sont interceptées par un raid de l’armée damascaine qui contraint les croisés à lever le siège 99 ; de même, le campement de Dārayyā, où Zankī s’installe lors de son second siège de la cité en 534/1139, est la cible première des troupes bourides 100.

  • 101 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXVI, p. 68.

67En désespoir de cause, les armées effectuent des sorties dans les environs de la ville, voire aux portes même de la cité pour livrer un combat au corps à corps. En 176/792, la révolte éphémère et pro‑umayyade d’Abū l‑Hayṯām se traduisit par de violents combats à l’extérieur de Bāb Ṣaġīr et de Bāb Tūmā contre les troupes yéménites pro‑abbassides qui lui permirent de prendre le contrôle de Damas aux dépens des gouverneurs abbassides. L’église extra muros Saint‑Thomas qui avait donné son nom à la porte nord‑est de Damas, Bāb Tūmā, fut alors détruite par le feu 101. Plusieurs siècles plus tard, lors du siège de Damas par les rois francs de la deuxième Croisade en 543/1148, les multiples sorties des troupes damascaines ne parvinrent pas à empêcher les croisés de s’installer au pied de la muraille à l’ouest de la ville. Ce sont des dissensions ayant surgi entre les croisés et l’annonce de l’arrivée des armées d’Alep conduites par Nūr al‑Dīn qui les amenèrent à lever le siège.

  • 102 Maqrīzī, Itti‘āẓ, I, p. 126 ; Bianquis, 1986, I, p. 43‑44.
  • 103 Guillaume de Tyr, Historia rerum, livre XVII, chap. V ; trad. Guizot, p. 10.

68Le franchissement de la muraille ne marquait pas non plus forcément la fin des combats : plusieurs affrontements entre les Damascains et les armées fatimides montrent qu’une véritable guérilla pouvait se poursuivre dans la ville intra muros. En 359/970, les Damascains avaient élevé des barricades, coupé les ponts sur les dérivations du nahr Bānyās qui alimentaient la ville et creusé des fossés dans la cité ; ils réussirent à repousser les troupes fatimides qui avaient pénétré dans la ville 102. Il pouvait s’agir aussi de manœuvres dilatoires, permettant aux habitants de quitter la ville. Le chroniqueur, Guillaume de Tyr, signale que les Damascains, en prévision de l’entrée des croisés par Bāb al‑Ǧābiya, lors du siège de 543/1148, « firent garnir de grandes et longues poutres, posées en travers, toutes les rues de la ville qui se trouvaient dans le quartier près duquel nos armées avaient dressé leur camp, n'ayant d'autre espoir que de pouvoir sortir avec leurs femmes et leurs enfants par l'autre extrémité, tandis que les Chrétiens seraient occupés à renverser ces barrières » 103.

La place des murailles dans la défense de la ville

La mise en défense de la ville

  • 104 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, V, p. 151.
  • 105 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 165. Les décombres du pont formèrent un barrage provoquant l’inondatio (...)
  • 106 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, IV, p. 157.

69À l’annonce de toute menace, la défense de Damas se concentrait pourtant autour de ses portes et de ses murailles. Le rempart apparaissait bien comme l’organe défensif majeur à partir duquel toute résistance devait être organisée. La première manœuvre consistait à dégager les abords de la ville pour obliger les ennemis à avancer à découvert sous le feu des défenseurs postés au sommet de la muraille : en 635/1237, le prince ayyoubide al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl fait ainsi incendier le faubourg nord d’al‑‘Uqayba jusqu’à le transformer en un terrain vague 104 ; en 643/1245, le même prince fait à nouveau raser des quartiers (rabā‘a) au‑devant de la muraille et détruire le pont de Bāb Tūmā pour empêcher les Ḫawārizmiens de pénétrer dans la ville 105 ; enfin, à l’annonce de l’arrivée des armées de Tamerlan en 803/1400 toutes les habitations qui se dressaient autour du fossé furent détruites et incendiées 106.

  • 107 C’est la première mesure qui est prise par exemple en 359/970 à l’annonce de l’arrivée des armées (...)
  • 108 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, IV, p. 87.
  • 109 Musabbiḥī, Aḫbār Miṣr, p. 56 ; Bianquis, 1989, II, p. 439.
  • 110 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 165.
  • 111 Maqrīzī, Sulūk, IV‑1, p. 210.

70La phase suivante consistait en la fermeture des portes (uġliqat al‑abwāb) qui est bien souvent signalée comme une des premières mesures prises à l’annonce de l’arrivée de l’ennemi 107, fermeture qui s’accompagnait parfois de la condamnation temporaire de certaines d’entre elles qui sont alors murées (suddat abwāb al‑balad) comme on le pratiqua en 802/1400 à l’annonce de l’arrivée des armées de Tamerlan 108. Il fallait cependant laisser la possibilité d’en ouvrir d’autres pour conduire des sorties contre l’armée assiégeante et parfois même laisser ces portes ouvertes quand la défiance s’installait entre les défenseurs : en 415/1024, l’armée fatimide n’accepta d’effectuer une sortie pour aller combattre les tribus bédouines de Sinān b. al‑Bannā’ qu’en ayant l’assurance de ne pas trouver à leur retour les portes de la ville closes par les Damascains. Le cadi Ibn Abī l‑Ǧinn parvint à les rassurer en faisant déposer les vantaux (durūb) des portes de la ville dans la cour de la grande Mosquée et en laissant ainsi la ville ouverte le temps de l’opération 109. Après l’extension de la muraille le long du Baradā dans la seconde partie du Moyen Âge, lors des sièges, les ponts sont soient détruits comme celui de Bāb Tūmā lors du siège de la ville par les Ḫawārizmiens en 643/1245 110, soit leurs tabliers sont déposés comme en 815/1412 à l’annonce de l’arrivée des armées venues pour assiéger Damas tenue par Farāǧ b. Barqūq 111.

  • 112 al‑Balāḏurī, Ansāb, V, p. 443 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, V, p. 307.
  • 113 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, p. 114‑115.
  • 114 Lors du siège de Damas par Barqūq en 791/1389 des hourds de bois sont ainsi installés au‑dessus de (...)
  • 115 Ibn Wāṣil, al‑Ta’rīḫ al‑ṣāliḥī, II, p. 308.
  • 116 Maqrīzī, Sulūk, IV‑1, p. 210.

71Les préparatifs étaient tout aussi intenses sur les murailles qui étaient mises en état de défense. Dans les premiers siècle du Moyen Âge, on installait au sommet des remparts des toiles rembourrées et matelassées (masūḥ, karābīs wa farš) pour amortir les projectiles lancés par l’adversaire comme le fit en 69/689 al‑Ašdaq lors de sa révolte contre son cousin, le calife umayyade ‘Abd al‑Malik 112. Il est même alors question de l’utilisation de fascines (satā’ir) pour protéger les défenseurs 113. Ce système de défense de plus en plus sophistiqué ne cessa d’être utilisé jusqu'à la fin du Moyen Âge. Des traces destinées à l’installation de hourds (satā’ir) remontant à l’époque ayyoubide sont d’ailleurs encore visibles dans le secteur nord de l’enceinte. Ces hourds amovibles étaient retirés en temps de paix et n’étaient pas forcément conservés et entreposés 114 ; il fallait bien souvent en fabriquer de nouveaux. Ainsi lors du siège d’al‑Malik al‑Kāmil en 635/1237, les défenseurs de la ville coupent des planches pour faire des hourds 115. De même, les protections du chemin de ronde semblent avoir évolué au fil des siècles : à l’époque mamlouke, apparaissent ainsi à côté des hourds des volets (ou huchettes) disposés entre chaques merlons (bayna kull šarafatayn) et qualifiés de ǧanawiyya ou « génoise » 116.

La préparation des hommes

  • 117 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXVI, p. 62‑89.
  • 118 Sibṭ Ibn al‑Ǧawzī, Mir’āt al‑zamān, VIII‑2, p. 717 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, t. XLVI, p. 23.
  • 119 Ibn Ṣaṣrā, Durra, p. 28.
  • 120 Ibn Qāḍī Šuḥba, Ta’rīḫ, IV, p. 157.
  • 121 On voit ainsi, lors du siège franc de 543/1148, les habitants de Damas assurer la garde de nuit al (...)

72L’organisation qui prévalait consistait à confier la défense active de chaque porte et de chaque section de murailles à des émirs différents reprenant ainsi largement l’organisation des troupes en campagne. On voit ainsi lors de la révolte pro‑umayyade d’Abū l‑Hayṯām, la défense de chacune des portes de la ville remise à des garnisons tribales installées, semble‑t‑il, à l’extérieur de la ville 117 ; lors du siège de la ville par al‑Kāmil en 635/1237, le prince ayyoubide al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl répartit la défense des tours entre ses différents émirs 118; c’est selon le même système que la protection des portes de la ville est assurée lors du siège de Barqūq en  791/1389 119 ou celui de Tamerlan en 803/1400 120. Les unités de ces émirs côtoyaient, dans les secteurs dont elles avaient la défense, les habitants de la ville (ahl al‑balad, al‑Dimašqiyīn, al‑nās) qui assuraient très souvent des tours de guet aux côtés ou à la place des militaires, de jour comme de nuit, et qui participaient aussi aux combats 121.

  • 122 Des archers sont signalés sur les murailles lors du siège de Damas par le général fatimide Ǧa‘far  (...)
  • 123 Maqrīzī, Muqaffā’, III, p. 53.

73C’est au sommet de la muraille que se concentrait l’essentiel de la défense active et c’est là que prenaient immédiatement position les corps de professionnels, comme les archers et les frondeurs 122. Le chef de milices, en 359/970, à l’annonce de l’avancée des armées fatimides, « fait fermer les portes, et poste des archers derrière les merlons de la muraille » 123.

Les combats pour défendre la ville

  • 124 Lors de la première attaque de la ville par les Qarmates en 290/903, le chef des assiégeants, Abū  (...)
  • 125 Zakkār, 1989, p. 202 et 277 ; Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 5.

74Durant toute la première partie du Moyen Âge, les projectiles qui sont envoyés sur l’ennemi depuis le sommet de la muraille sont essentiellement des flèches, des lances et des balles de fronde 124. Une autre arme est mentionnée régulièrement à partir du début du xe siècle dans la défense de la ville, il s’agit du feu grégeois, connu depuis longtemps dans le monde byzantin. Lors des deux premiers sièges de la ville par les Qarmates en 290/903 et 293/906 et celui de 363/974, des bombes de naphte sont jetées depuis le haut des remparts sur les assiégeants 125.

75On voit cependant, avec la prise de pouvoir par les militaires turcs à Damas à la fin du xie siècle, se multiplier au sommet des murailles des corps qui utilisent des armes de plus en plus perfectionnées comme les arbalètes (al‑ǧurūḥ) permettant de lancer de simples carreaux ou des traits enflammés, puis à l’époque mamlouke, les premières armes à feu.

  • 126 Une pierre lancée par l’une d’entre elle en 489/1096 lors du siège de Damas par les armées du prin (...)
  • 127 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXXVII, p. 423.
  • 128 Chevedden, 1986, I, p. 277‑278.
  • 129 Braune, 2008, p. 204.

76Les balistes sont les principales machines de guerre en usage durant toute l’époque médiévale pour la défense de la ville. On les trouve mentionnées dès l’époque umayyade et elles restent après la prise du pouvoir par les militaires turcs et kurdes les principaux instruments de défense 126. Ces machines portent les noms de ‘arādāt, ḫaṭārāt (balistes) et manǧāniq (mangonneaux) 127, et, à l’époque mamlouke, de šayṭāniyya ou catapulte diabolique (trébuchet à contrepoids) avant que n’apparaissent les premiers canons ou madāfi‘. Les évolutions techniques de ce matériel au fil des siècles, que traduit bien ce vocabulaire varié, furent sans doute à l’origine des transformations de l’architecture de défense particulièrement importante au début du xiiie siècle. Les plates‑formes sommitales des tours et des portes sur lesquelles était installé ce matériel s’avérèrent alors trop étroites et c’est sans doute l’apparition d’une nouvelle génération de balistes qui entraîna la construction à Damas des puissantes tours carrées de la citadelle puis le long de l’enceinte au sud‑est et au nord‑est de la ville 128. De même, les massifs construits dans les années 1220 à l’arrière de certaines portes (Bāb al‑Ǧābiya, Bāb Ṣaġīr, Bāb Tūmā) répondent à la nécessité d’installer au‑dessus des portes des engins de défense de plus en plus volumineux et puissants 129.

77Les murailles de Damas et les hommes qui les défendaient montrèrent ainsi à de nombreuses reprises leur efficacité en mettant en échec des assaillants : les croisés, malgré deux sièges conduits dans la première moitié du xiie siècle (523/1129 et 543/1148), ne parvinrent pas à s’emparer de la ville, pas plus d’ailleurs que le prince turc Zankī qui échoua à deux reprises (529/1135 et 534/1139‑40) et il fallut trois sièges successifs à son fils Nūr al‑Dīn pour finalement entrer à Damas en 549/1154.

  • 130 Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 252‑59 et p. 318‑321.
  • 131 Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 312‑313.

78Si les fortifications de la ville jouaient indéniablement un rôle dans la résistance de celle‑ci face à l’ennemi, d’autres circonstances pouvaient décider du destin de la ville comme les négociations qui permirent la levée du siège par Zankī en 529/1135 contre la reconnaissance de sa suzeraineté sur la ville, l’annonce de l’arrivée d’une armée de secours (celle des Francs venant secourir Damas assiégée par Zankī en 534/1139 et par Nūr al‑Dīn en 546/1151 130 ; celle de Nūr al‑Dīn venant secourir Damas assiégée par les Francs en 1148) ou encore les intempéries qui menacèrent d’enlisement l’armée de Nūr al‑Dīn lors de son premier siège de Damas en 545/1150 131.

La muraille vue du côté des assaillants

  • 132 Ṭabarī, Ta’rīḫ, IV, p. 355. Ibn ‘Asākir livre un certain nombre de variantes de cette capitulation
  • 133 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XIII, p. 53.
  • 134 Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, X, p. 270.

79Les remparts de la ville ne constituèrent pourtant pas toujours une ligne infranchissable aux nombreux assiégeants qui, depuis la conquête de la ville byzantine par les armées de l’Islam en 14/635 jusqu’à l’entrée des Ottomans à Damas en 922/1516, parvinrent à plusieurs reprises à s’emparer de Damas. Bien souvent, ce fut par l’emploi de techniques traditionnelles que les armées assiégeantes parvinrent à entrer dans la ville. Une des plus courantes fut l’escalade des murailles qui pouvait se faire lors d’assauts comme le pratiquèrent les Abbassides en 750 en franchissant la courtine entre Bāb Šarqī et Bāb Ṣaġīr 132 ou de façon tout aussi spectaculaire les armées abbassides d’Ibn al‑Bayhas qui pénétrèrent dans Damas en 197/812‑13 grâce à des échelles dressées contre la muraille dans le secteur mal défendu de Bāb Kaysān 133. Le franchissement des murailles pouvait aussi bénéficier de structures adossées à la muraille et qui n’avaient pas été détruites à temps par les assiégés. Des hommes du prince ayyoubide al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl parvinrent ainsi en 637/1239 à franchir les remparts en montant sur la terrasse du caravansérail d’Ibn al‑Muqaddam, nouvellement construit dans le secteur de Bāb al‑Farādīs et ouvrirent ensuite cette porte aux armées du prince 134.

  • 135 Wāqidī, Futūḥ al‑Šām, I, p. 80.

80Les portes constituaient naturellement un des points faibles du système de défense et elles furent bien souvent le point d’entrée naturel des armées assiégeantes. Elles ne furent cependant que rarement enfoncées en dehors de l’entrée à Damas en 14/635 de Ḫālid b. al‑Walīd qui, « en faisant sauter les serrures et en coupant les chaînes », força l’entrée de Bāb Šarqī et enleva la ville aux Byzantins 135. Il est vrai qu’à partir de l’époque des croisades, l’essentiel des innovations architecturales se concentra autour des portes rendant tout assaut contre celles‑ci de plus en plus difficile. Ce nouveau dispositif eut visiblement une réelle efficacité dans la mesure où les sources ne signalent plus, à aucun moment, que les portes furent enfoncées par l’ennemi.

  • 136 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, III, p. 125.
  • 137 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 54.

81Les autres techniques traditionnelles couramment utilisées dans la région ne sont que très rarement évoquées dans les sièges damascains. Les croisés ne font pas usage, lorsqu’ils attaquent Damas, des tours mobiles qui étaient pourtant leur spécialité et qui montrèrent toute leur efficacité contre Jérusalem en 1099 ou Acre en 1191. De même, si l’on possède quelques mentions d’unités de sapeurs alépins (naqqābūn) accompagnant les princes ayyoubides venant assiéger la ville, jamais leur intervention ne fut décisive. Ils commencent en 597/1201 la sape de la muraille et progressent rapidement, mais les dissensions qui surviennent peu après entre leur maître al‑Malik al‑Ẓāhir, prince d’Alep, et son frère al‑Malik al‑Afḍal, conduisent à la levée du siège de Damas où était retranché al‑Malik al‑‘Ādil 136. Seules en définitive les balistes et catapultes très fréquemment utilisées également par les armées assiégeantes semblent avoir donné quelques résultats. En 388/998, les armées fatimides entrent dans la ville par des brèches causées, semble‑t‑il, par les tirs de catapultes 137. Des siècles plus tard, c’est Tamerlan qui prend la citadelle après un bombardement qui détruit une partie de l’édifice.

82L’arme la plus efficace semble cependant avoir été le blocus de la ville qui consistait bien souvent à détourner les eaux des canaux du Baradā, notamment le nahr Bānyās qui alimentait la citadelle, pour assoiffer la ville et à affamer les habitants. La peur d’un assaut sanglant et la raréfaction des denrées conduisaient la population à faire pression sur le prince et l’armée pour qu’ils entament des négociations qui devaient conduire à la reddition des assiégés. Bien souvent celle‑ci était proposée en échange de l’amān qui garantissait aux Damascains, la vie sauve, la liberté et le droit de conserver leurs biens dans la ville. C’est ainsi qu’Abū ‘Ubayda entra dans Damas en 14/635 par Bāb al‑Ǧābiya après avoir négocié la prise de la ville avec le grand‑père de saint Jean Damascène. De même, la prise de la ville en 1076 par le Turc Atsiz se fit selon un mode similaire : il prêta serment sur l’engagement qu’il avait pris d’accorder l’amān. À chaque fois, cela se traduisait par l’ouverture des portes et par l’entrée solennelle dans la ville du général vainqueur.

  • 138 Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 340‑342.

83D’autres moyens, moins conventionnels mais tout aussi efficaces pour s’emparer de la cité, consistaient à rechercher des complicités intérieures ou à acheter le service de civils ou de militaires prêts à trahir et à livrer la cité à l’ennemi. Cela pouvait se traduire par l’introduction dans la ville à la nuit tombée ou dans un secteur mal défendu de quelques hommes de l’armée assiégeante à l’exemple de ce soldat de Nūr al‑Dīn qui entra dans la ville en 549/1154 en grimpant par une corde qu’une « femme juive » lui avait lancé du haut de la muraille dans le secteur de Bāb Kaysān. Il put ainsi aller ouvrir Bāb Šarqī, puis Bāb Tūmā et permettre à Nūr al‑Dīn de s’emparer de Damas 138.

  • 139 Sibṭ Ibn al‑Ǧawzī, Mir’āt al‑zamān, VIII‑2, p. 462.
  • 140 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 219 ; Ibn Taġrībirdī, Nuǧūm, VII, p. 80.
  • 141 al‑‘Ādil enleva ainsi sans combat la ville à son neveu al‑Malik l‑Afḍal et bannit le traître Ibn a (...)

84La complicité pouvait aussi être l’œuvre de tout un quartier ou d’une communauté favorable aux assiégeants comme les hanbalites qui firent sauter la serrure de Bāb al‑Farādīs pour permettre aux hommes du prince ayyoubide al‑Malik al‑Afḍal de pénétrer dans la ville en 595/1199 139. De même, les Mongols entrèrent dans Damas, en 658/1260, par Bāb Tūmā après avoir négocié son ouverture avec la communauté chrétienne de ce quartier 140 ! Le plus souvent cependant, c’étaient les militaires eux‑mêmes chargés de la garde des portes qui rejoignaient les armées ennemies ou se laissaient acheter : ‘Izz al‑Dīn b. al‑Ḥumṣī ouvrit ainsi en 590/1194 Bāb al‑Šarqī à al‑Malik al‑‘Ādil en échange de 10 000 dinars 141.

Tableau des principaux sièges de Damas à l’époque médiévale

Année Armée assiégeante Prince assiégé Résultat Mode
14/635 Armées de l’Islam (Abū ‘Ubayda et Ḫālid b. al‑Walīd) Byzantins prise de la ville Par traité à l’ouest et par force à l’est
69/688 ‘Abd al‑Malik, calife umayyade ‘Amr b. Sa‘īd al‑Ašdaq, insurgé prise de la ville Négociations et concession de l’amān aux insurgés
176/792 Sindī b. Šāhik Qaysites, pro‑umayyades prise de la ville
197/812‑13 Ibn Bayhas, général abbasside Abū l‑‘Umaytar, insurgé pro‑umayyade prise de la ville Escalade des murailles à l’aide d’échelles
476/1083 Muslim b. Qurayš Tutuš, prince saljoukide de Damas échec
523/1129 Francs Būrī, prince de Damas échec
529/1135 Zankī Šihāb al‑Dīn Maḥmūd, prince bouride échec
534/1139‑40 Zankī Ǧamāl al‑Dīn Muḥammad, prince bouride échec
543/1148 Francs de la IIe croisade Atābak Unur échec Dissension des princes francs et annonce de l’arrivée de l’armée de Nūr al‑Dīn
545/1150 Nūr al‑Dīn Atābak Unur échec
546/1151 Nūr al‑Dīn Abaq, prince bouride échec
549/1154 Nūr al‑Dīn Abaq, prince bouride prise de la ville Corde lancée du haut de la muraille qui permet l’escalade de la muraille par des soldats, ouverture de Bāb Šarqī et Bāb Tūmā
592/1196 al‑Malik al‑‘Ādil et al‑Malik al‑‘Azīz al‑Malik al‑Afḍal prise de la ville Ouverture de Bāb Šarqī et de Bāb Tūmā à la suite de la trahison de l’émir qui en assure la garde
595‑596/1199 al‑Malik al‑Afḍal, atābak du prince ayyoubide d’Égypte, et al‑Malik al‑Ẓāhir, prince ayyoubide d’Alep al‑Malik al‑‘Ādil échec après 7 mois de siège Entrée par Bāb al‑Salāma grâce à la complicité d’un émir kurde, mais les assiégeants sont repoussés
597/1201 al‑Malik al‑Afḍal, et al‑Malik al‑Ẓāhir, prince ayyoubide d’Alep al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam, nā’ib de son père, al‑Malik al‑‘Ādil, à Damas échec Levée du siège au bout de deux mois à la suite d’un différend entre les deux princes assiégeants au sujet du contrôle de Damas, une fois la ville conquise
626/1229 al‑Malik al‑Kāmil, prince ayyoubide d’Égypte al‑Malik al‑Nāṣir Dāwūd prise de la ville Négociations et livraison de Damas par al‑Malik al‑Nāṣir Dāwūd après plus de 4 mois de siège et en échange de Kérak
635/1237 al‑Malik al‑Kāmil, prince ayyoubide d’Égypte al‑Malik al‑Ṣāliḥ ‘Ismā‘īl prise de la ville Négociations après de violents combats et livraison de Damas par al‑Malik al‑Ṣāliḥ ‘Ismā‘īl en échange de Baalbek, la Biqā‘ et Bosra
637/1239 al‑Malik al‑Ṣāliḥ ‘Ismā‘īl Gouverneur d’al‑Malik al‑Ṣaliḥ Ayyūb, prince ayyoubide d’Égypte prise de la ville Ouverture de Bāb al‑Farādīs (soit par trahison des gardes de la porte, soit après escalade de la muraille par un groupe d’assiégeants)
643/1245 Les Ḫawārizmiens et le représentant d’al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ayyūb, souverain ayyoubide d’Égypte al‑Malik al‑Sāliḥ Ismā‘īl prise de la ville Négociations après de violents combats et livraison de Damas par al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ayyūb
648/1250 al‑Nāṣir Yūsuf, prince ayyoubide d’Alep Ibn Yaġmūr, gouverneur nommé par Tūrānšāh, prince ayyoubide d’Égypte prise de la ville Ouverture, par trahison, de Bāb Ṣaġīr par un émir kurde. Prise de la ville sans combat
658/1260 Les Mongols de Hulagu Ville abandonnée par le prince ayyoubide prise de la ville Entrée par Bāb Tūmā ouverte par les chrétiens, la citadelle résiste quelques jours puis capitule
679/1280 Les armées de Qalāwūn, sultan d’Égypte Les habitants de Damas et le gouverneur de la citadelle, nommé par le sultan rebelle Sunqur al‑Ašqar défait quelques jours auparavant à la bataille de Ǧasūra prise de la ville Livraison de la ville sans résistance
699/1299 Ġāzān, prince ilkhanide Livraison de la ville par les notables entrée dans la ville des troupes mongoles Pas de résistance contre promesse de l’amān, mais la citadelle n’est pas prise. Ġāzān quitte la ville, en cette même année, après 100 jours d’occupation
762/1361 Sayf al‑Dīn Yalbuġā, atābak des armées et Manṣūr Muḥammad, nouveau sultan Baydamur, gouverneur de Damas prise de la ville Les émirs pénètrent dans la ville et ouvrent les portes. Le gouverneur négocie ensuite la capitulation de la citadelle
791‑792/1389‑1390 Barqūq, sultan mamlouk Ǧardamur, gouverneur de Damas échec Après deux mois de siège l’armée de Minṭāš vient secourir la ville et force Barqūq à lever le siège
792/1390 Armées de Barqūq Minṭāš, émir mamlouk prise de la ville Entrée dans la ville des armées égyptiennes après l’abandon de celle‑ci par Minṭāš
793/1391 Minṭāš,émir mamlouk Yalbuġā, gouverneur de Damas pour le sultan mamlouk Barqūq échec Après plus d’un mois de siège et après être entré un temps dans la ville, Minṭāš finit par lever le siège
803/1400‑1401 Tamerlan Les habitants de Damas sont abandonnés par le sultan Faraǧ et les émirs. Yazzadār, gouverneur de la citadelle résiste prise de la ville La ville se soumet à Tamerlan au bout de quelques jours après avoir obtenu l’amān, la citadelle résiste plus d’un mois et demi avant de capituler
815/1412 Les émirs rebelles Šayḫ Maḥmūdī et Nawrūz al‑Ḥāfiẓī Faraǧ b. Barqūq, sultan mamlouk prise de la ville
817/1414 Sultan Mu’ayyad Šayḫ Nawrūz al‑Ḥāfiẓī, gouverneur prise de la ville Reddition après quelques jours de siège de la citadelle
922/1516 Salīm, sultan ottoman Les notables de Damas et le gouverneur mamlouk de la citadelle, ‘Alī Bay prise de la ville La ville est livrée aux Ottomans
  • 142 Le faubourg de Bāb Šarqī est ainsi incendié par les troupes fatimides en 373/983 (Ibn al‑Qalānisī, (...)

85La muraille n’était, on le voit qu’un des éléments de la défense de la ville, pourtant quelle que soit l’issue des combats, elle séparait nettement deux espaces et deux catégories de population. Elle établissait une différence fondamentale entre l’espace urbain et sa périphérie assurant la protection du premier alors que le second était soumis au pillage, à la destruction et au massacre selon le droit de la guerre. En dehors de l’épisode dramatique du saccage de la ville par les armées mongoles de Tamerlan en 803/1400-1401, Damas ne fut en définitive que bien rarement pillée alors que la destruction des villages de la Ghouta et des faubourgs est abondamment relatée dans les chroniques notamment au moment des invasions qarmates ou encore à l’époque des croisades, des guerres entre princes ayyoubides ou des invasions mongoles 142. La ville parvint bien souvent à résister aux assauts de ses adversaires et à forcer ceux‑ci à lever le siège, et quand ce ne fut pas le cas, ses dirigeants ou les représentants de sa population parvinrent à négocier la reddition de la ville en obtenant l’amān pour ses habitants et pour leurs biens.

Notes

1 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, p. 385.

2 Garcin, 2013, p. 196.

3 Sibṭ Ibn al‑Ǧawzī, Mir’āt al‑zamān, VIII‑1, p. 131.

4 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXXVII, p. 423 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, V, p. 204 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VIII, p. 307.

5 Dawādārī, Kanz al‑Durar, VI, p. 206 ; Bianquis, 1986, I, p. 137‑138.

6 Sibṭ Ibn al‑Ǧawzī, Mir’āt al‑zamān, VIII‑2, p. 650 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XLIV, p. 57 ; Ibn Ṭūlūn, al‑Šam‘a, p. 9‑10.

7 Sur ce démantèlement de la muraille de Jérusalem, voir Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, IV, p. 32 ; Maqrīzī, Sulūk, I‑1, p. 204. Dans la même perspective, al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam fit démanteler par son père al‑Malik al‑‘Ādil la forteresse d’al‑Ṭūr (ou du mont Thabor) en Galilée.

8 Il ne faut pas oublier non plus que le siège de 635/1237 avait entraîné la capitulation d’al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl (Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 148) qui ne reprit le pouvoir à Damas qu’en 637/1239.

9 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 88. Le nom actuel de ce moulin aujourd’hui en ruines est Ṭāḥūn al‑Za‘īm.

10 Il faut noter que plusieurs moulins avaient été auparavant incendiés lors du siège de la ville par al‑Malik al‑Kāmil en 626/1229 (Abū Šāma, Muḏayyal, II, p. 10).

11 On peut citer à titre d’exemple la destruction des tours de Rafaniyya par le prince de Damas Tuġtakīn en 498/1104‑1105 après qu’il l’eut enlevée aux Francs (al‑‘Aẓīmī, Ta’rīḫ Ḥalab, p. 362‑363).

12 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 196 ; Ibn al‑Ǧawzī, Muntaẓam, VII, p. 132.

13 al‑Balāḏurī, Futūh al‑buldān, p. 172 ; Ṭabarī, Ta’rīḫ, IV, p. 354 ; Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 196 ; Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 37 ; Ibn al‑Ǧawzī, Muntaẓam, VII, p. 304. Ibn Šaddād est le seul auteur qui signale qu’après avoir détruit la muraille, les Abbassides la reconstruisirent.

14 Ibn Manẓūr, Muḫtaṣar, X, p. 210 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XIV, p. 185 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VI, p. 168.

15 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, IV, p. 433.

16 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, LII, p. 390 ; al‑Birzālī, alMuqtafī, III, p. 51.

17 La muraille (sūr madīnat Dimašq) est ainsi mentionnée lors de la révolte d’Ibn Abī al‑‘Umayṭar entre 195/810 et 198/813, soit moins de 20 ans après son démantèlement par Sindī b. Šābik (176/792), sans qu’aucune source n’évoque entre‑temps sa reconstruction (Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XLIII, p. 31). Elle est régulièrement mentionnée par la suite, par exemple sous l’année 293/906 (sūr al‑madīna) chez Ṯābit b. Sinān (Zakkār, 1989, p. 203) ou en 363/974 (sūr al‑balad) chez Ibn al‑Qalānisī (Ḏayl, p. 5).

18 Muqaddasī, Aḥsan al‑taqāsim, p. 156 ; trad. Miquel, p. 165‑166.

19 al‑Dawādārī, Kanz al‑Durar, VI, p. 206.

20 Yaḥyā b. Sa‘īd d’Antioche, Histoire, p. 480‑481.

21 Ces volontaires apparaissent ainsi en 290/903 pour défendre la ville contre l’attaque des Qarmates (Sourdel, Sourdel‑Thomine, Mouton, 2010, p. 65‑67). Sur le rôle dans l’histoire de la ville de Damas des aḥdāṯ, mentionnés pour la première fois dans les chroniques en 358/969, voir Cahen, 1958, p. 235‑239.

22 Il faut noter que la plupart des chroniqueurs attribuent à Nūr al‑Dīn également la construction des murailles de Homs, d’Alep, de Shayzar et de Baalbek (Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, XI, p. 404 ; Abū Šāma, Rawḍatayn, I, p. 44‑45).

23 C’est ce que l’on peut déduire de l’arpentage de la muraille organisé par Nūr al‑Dīn en 564/1168‑69 ; un second est signalé en 618/1221 sous le règne d’al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam au moment de l’extension de la muraille (Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XLIV, p. 57).

24 Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 426.

25 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, III, p. 141 ; Maqrīzī, Sulūk, I‑1, p. 161.

26 Jazari, La chronique de Damas, p. 73.

27 ‘Imād al‑Dīn al‑Iṣfahānī, Conquête, p. 371.

28 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, III, p. 182 ; Chevedden, 1986, I, p. 57.

29 Ibn Ṭūlūn, al‑Šam‘a, p. 9‑10. En 474/1082, la muraille de la ville de Mossoul qui avait coûté 100 000 dinars avait été payée, pour la plus grande partie, avec l’argent du maître de la ville, Muslim b. Qurayš (Sibṭ Ibn al‑Ǧawzī, Mir’āt al‑zamān, VIII‑1, p. 210).

30 Cette porte semble avoir été construite par Ǧardamur et financée par Minṭāš (Ibn Ṣaṣrā, al‑Durra, II, p. 74 ; Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 389).

31 Abū Šāma, Rawḍatayn, II, p. 427.

32 Son nom apparaît sur Inscr. nos 2, 3 et 8. Le père de ce personnage travailla à la construction de la citadelle de Damas sous le règne d’al‑Malik al‑‘Ādil (Chevedden, 1986, II, inscr. nos 3, 7, 9 et 10).

33 Son nom apparaît sur Inscr. nos 18, 21 et 22.

34 ‘Imād al‑Dīn al‑Iṣfahānī, Conquête, p. 371‑373.

35 Il faut noter que des femmes participent aux travaux de remise en état de la citadelle en 658/1260 après le départ des Mongols (Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, XX, p. 230‑231).

36 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 263.

37 Maqrīzī, Sulūk, III‑1, p. 44.

38 Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 221‑222.

39 Ibn Ṣaṣrā, Durra, p. 41 ; trad. Brinner, p. 48.

40 Abū Šāma, Rawḍatayn, I, p. 76 ; Abū Šāma, ‘Uyūn, I, p. 384 ; Heidemann, 2009, p. 163‑172.

41 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 173. Les photos de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle permettent encore de voir les dégradations qui furent alors infligées à ce monument utilisé comme carrière et qui ne fut restauré que dans les années 1950.

42 Abū l‑Baqā’ al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 19 ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 426‑427.

43 Jalabert, 2001‑2002, p. 27.

44 On retrouve cette division en sections tant dans les phases de construction que de destruction des forteresses et des murailles urbaines. Lorsque Saladin prit en 587/1191 la décision de démanteler le rempart d’Ascalon, il confia chacune des tours à abattre à un de ses émirs (al‑Maqrīzī, Sulūk, I‑1, p. 105‑106).

45 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 327 ; Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 341.

46 Papiers de Damas, liasse 13 200.

47 Ibn al‑Furāt, Ta’rīḫ, 3r°.

48 Makīn ibn al‑‘Amīd, Chronique des Ayyoubides, p. 66.

49 Papiers de Damas, liasse n° 13 816.

50 Il faut noter que lors du siège d’Alep par les armées saljoukides de Tutuš en 479/1086, la défense des tours de l’enceinte avait été confiée chacune à un des notables de la cité (Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, X, p. 148).

51 Une requête conservée dans les « Papiers de Damas » (Liasse 13816) contient une dénonciation adressée au gouverneur de Damas, Mubāriz al-Dīn, signalant que le muqaddam de Bāb Kaysān fait remunérer abusivement trois fantassins.

52 Ṣafadī, Wāfī, XIII, p. 251 ; Ibn Taġrībirdī, Nuǧūm, VIII, p. 26.

53 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 174.

54 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, p. 385.

55 Ibn Ṣaṣrā, al‑Durra, p. 28.

56 Mouton, Sourdel, Sourdel‑Thomine, 2010, p. 67.

57 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 384.

58 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 307.

59 Ibn Ḥabīb, Taḏkira, III, p. 277.

60 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17.

61 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17 et II, p. 280.

62 Voir par exemple l’inscription découverte en 2009 par notre équipe sur la courtine entre Bāb al‑Farādīs et Bāb al‑Faraǧ (Mouton, Sourdel, Sourdel‑Thomine, Dayoub, 2010 (2012), p. 185‑203).

63 Ibn Ṣaṣrā, Durra, II, p. 74.

64 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, LI, p. 118 ; Ibn Šaddād, al‑A‘laq al‑ḫatīra (Damas), p. 30.

65 Sous le porche de cette porte se trouvait l’entrée de la madrasa al‑Muǧāhidiyya qui abritait une relique du prophète Muḥammad (voir infra, commentaire Inscr. n° 1).

66 Ibn Taymiyya, Maǧmū‘ fatāwā, XXVII, p. 114.

67 Kremer, 1854, 5/2, p. 14.

68 Cela s’explique sans doute par le fait que Galien avait condamné les propos du médecin Sabinos qui voyait une influence néfaste de la chaux vive utilisée généralement lors de la construction du rempart ou expliquait encore la maladie de certains patients comme une conséquence de l’absence de vent, coupé par la présence du rempart (Wenkebach, 1936, p. 29, l. 8‑16).

69 La plus ancienne attestation que nous avons relevée sur la nouvelle dénomination de cet espace se trouve chez Ibn Aybak al‑Ṣafadī (m. 1363) dans la biographie d’un personnage mort en 743/1342 (al‑Wāfī, II, p. 114).

70 Pour la cartographie de ces activités, voir Élisséeff, 1956, p. 61‑79.

71 al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam fait ainsi construire en 611/1214‑15 un funduq à l’extérieur de Bāb al‑Ǧābiya (Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 67). Les nombreux funduq érigés aux portes de la ville sont généralement signalés lors des sièges où ils sont systématiquement pillés et incendiés (Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 88).

72 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, IV, p. 161.

73 On peut citer à titre d’exemple les funérailles d’Ibn al‑Naǧǧār, témoin assermenté du rite hanafite, décédé à Damas en ǧumādā I 660/avril 1262 pour lequel la prière des funérailles fut prononcée à l’extérieur de Bāb al‑Farādīs avant qu’il ne soit enterré au Qāsyūn ou encore celui d’Aḥmad b. Riḍwān mort en 665/1266 pour lequel la prière des funérailles est prononcée à l’extérieur de Bāb al‑Naṣr avant qu’il ne soit enterré dans le cimetière des soufis (Abū Šāma, Muḏayyal, II, p. 171 et 221).

74 Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, XXI, p. 277.

75 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 283.

76 Jazari, La chronique de Damas, p. 20.

77 Makīn ibn al‑‘Amīd, Chronique des Ayyoubides, p. 97‑98.

78 Nuwayrī, Nihāyat, XXVII, p. 64.

79 Sibṭ Ibn al‑Ǧawzī, Mir’āt al‑zamān, VIII‑2, p. 650.

80 Ibn Ṣaṣrā, Durra, p. 31.

81 Ibn Ṣaṣrā, Durra, p. 61.

82 Maqrīzī, Sulūk, IV‑1, p. 221.

83 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, IV, p. 147.

84 Sauvaget, 1947, p. 16‑31.

85 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XXXVIII, p. 15‑16.

86 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 88.

87 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XVIII, p. 124.

88 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XV, p. 82 et XVI, p. 315.

89 Les corps des victimes des révoltes populaires étaient, sur le même modèle, exposés aux portes de la ville : les Damascains firent ainsi crucifier en 410/1020 le chef des aḥdāṯ, Muḥammad b. Abī Ṭālib sur Bāb al‑Ǧābiya (Yaḥyā b. Sa‘īd d’Antioche, Histoire, p. 430‑431 ; Bianquis, 1986, I, p. 382).

90 Bianquis, 1986, I, p. 46.

91 Bianquis, 1986, I, p. 382.

92 Cette tête fut enterrée par la suite non loin de là dans le Masǧid al‑Ra’s près de l’emplacement supposé où avait été déposée la tête de Ḥusayn (Abū Šāma, Muḏayyal, II, p. 142‑143 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 215).

93 Abū Šāma, Muḏayyal, II, p. 181‑182.

94 Voir à ce sujet, Bianquis, 2008.

95 Bianquis, 1986, I, p. 336‑337.

96 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XLVIII, p. 71.

97 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 251 et 263.

98 Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 9.

99 Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 185‑187.

100 Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 252‑259.

101 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXVI, p. 68.

102 Maqrīzī, Itti‘āẓ, I, p. 126 ; Bianquis, 1986, I, p. 43‑44.

103 Guillaume de Tyr, Historia rerum, livre XVII, chap. V ; trad. Guizot, p. 10.

104 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, V, p. 151.

105 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 165. Les décombres du pont formèrent un barrage provoquant l’inondation de toute la zone amont comprise entre Bāb al‑Salāma et Bāb Tūmā.

106 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, IV, p. 157.

107 C’est la première mesure qui est prise par exemple en 359/970 à l’annonce de l’arrivée des armées fatimides (Maqrīzī, Muqaffā’, III, p. 53) ou encore en 489/1096 à l’annonce de l’arrivée des armées de Riḍwān, prince d’Alep (Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 35).

108 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, IV, p. 87.

109 Musabbiḥī, Aḫbār Miṣr, p. 56 ; Bianquis, 1989, II, p. 439.

110 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 165.

111 Maqrīzī, Sulūk, IV‑1, p. 210.

112 al‑Balāḏurī, Ansāb, V, p. 443 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, V, p. 307.

113 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, p. 114‑115.

114 Lors du siège de Damas par Barqūq en 791/1389 des hourds de bois sont ainsi installés au‑dessus des portes de la ville (Ibn Ṣaṣrā, Durra, p. 30).

115 Ibn Wāṣil, al‑Ta’rīḫ al‑ṣāliḥī, II, p. 308.

116 Maqrīzī, Sulūk, IV‑1, p. 210.

117 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXVI, p. 62‑89.

118 Sibṭ Ibn al‑Ǧawzī, Mir’āt al‑zamān, VIII‑2, p. 717 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, t. XLVI, p. 23.

119 Ibn Ṣaṣrā, Durra, p. 28.

120 Ibn Qāḍī Šuḥba, Ta’rīḫ, IV, p. 157.

121 On voit ainsi, lors du siège franc de 543/1148, les habitants de Damas assurer la garde de nuit alors que l’armée damascaine effectue une sortie et se positionne en face des Francs (Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 299 ; Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 296) ; de même, en 803/1401, lors du siège de Tamerlan, les habitants montent sur les murailles pour se tenir prêts au combat, d’autres volontaires étant postés par le grand cadi sur les tours (Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, IV, p. 157, 161 et 166).

122 Des archers sont signalés sur les murailles lors du siège de Damas par le général fatimide Ǧa‘far b. Falaḥ en 359/970 (Maqrīzī, Muqaffā’, III, p. 53 ; Bianquis, 1986, I, p. 43‑44) ; de même, des Damascains utilisent des frondes contre les soldats fatimides en 363/974 (Bianquis, 1986, I, p. 77).

123 Maqrīzī, Muqaffā’, III, p. 53.

124 Lors de la première attaque de la ville par les Qarmates en 290/903, le chef des assiégeants, Abū l‑Qāsim Yahyā b. Zikrawayh, fut tué par une flèche ou une lance envoyée depuis le haut des remparts (Zakkār, 1989, p. 277).

125 Zakkār, 1989, p. 202 et 277 ; Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 5.

126 Une pierre lancée par l’une d’entre elle en 489/1096 lors du siège de Damas par les armées du prince saljoukide d’Alep Riḍwān, frappe mortellement à la tête le chambellan du prince et conduit ce dernier à lever le siège (Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 34‑35).

127 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXXVII, p. 423.

128 Chevedden, 1986, I, p. 277‑278.

129 Braune, 2008, p. 204.

130 Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 252‑59 et p. 318‑321.

131 Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 312‑313.

132 Ṭabarī, Ta’rīḫ, IV, p. 355. Ibn ‘Asākir livre un certain nombre de variantes de cette capitulation.

133 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XIII, p. 53.

134 Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, X, p. 270.

135 Wāqidī, Futūḥ al‑Šām, I, p. 80.

136 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, III, p. 125.

137 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 54.

138 Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 340‑342.

139 Sibṭ Ibn al‑Ǧawzī, Mir’āt al‑zamān, VIII‑2, p. 462.

140 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 219 ; Ibn Taġrībirdī, Nuǧūm, VII, p. 80.

141 al‑‘Ādil enleva ainsi sans combat la ville à son neveu al‑Malik l‑Afḍal et bannit le traître Ibn al‑Ḥumṣī après avoir récupéré les 10 000 dinars qu’il lui avait versés (Sibṭ Ibn al‑Ǧawzī, Mir’āt al‑zamān, VIII‑2, p. 441‑442).

142 Le faubourg de Bāb Šarqī est ainsi incendié par les troupes fatimides en 373/983 (Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 25‑26) ; al‑Malik al‑Afḍal incendie en 596/1199 en assiégeant Damas les funduq et les échoppes situés à l’extérieur de Bāb al‑Ǧābiya et le faubourg de Nayrāb (Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 88). La plupart des moulins extra muros sont incendiés et les faubourgs de Qaṣr al‑Ḥaǧǧāǧ et de Šāġūr pillés par les armées d’al‑Malik al‑Kāmil en 626/1229 (Abū Šāma, Muḏayyal, II, p. 10).

Table des illustrations

Titre Figure 169 : Plan de Damas et de ses environs d’après la carte de l’état-major ottoman, bureau topographique de l’armée française du Levant, 1931.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12413/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 724k
Titre Figure 170 : Plan de Damas et de ses faubourgs, bureau topographique de l’armée française du Levant, janvier 1929.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12413/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Figure 171 : Moulin de Bāb al‑Salāma, vue depuis le nord‑ouest.
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12413/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Figure 172 : Moulin de Bāb al‑Salāma, vue des voûtements intérieurs.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12413/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Titre Figure 173 : Bāb Tūmā, la loge nord de la dirkāh.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2011.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12413/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Titre Figure 174 : Rempart à l’ouest de Bāb Ṣaġīr, pierre dite de bint al‑rasūl,
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12413/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 175 : Rempart au sud de Bāb al‑Ǧābiya, inscriptions de la tour [C] dite de Nūr al‑Dīn.
Crédits © I. Hajjar, 2003.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12413/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 299k

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540