Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Portes et murailles de Damas de l'Antiquité aux premiers mamlouks

 | 
Jean-Michel Mouton
, 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Claudine Piaton

Chapitre IV. Les éléments de la défense : typologie et topographie

Texte intégral

Typologie des portes

Caractéristiques des portes de l’enceinte urbaine

1Au xiie siècle, les portes sont de simples passages dans le mur d’enceinte de Damas, parfois matérialisées par leur faible saillie quand il s’agit de portes d’origine antique ou byzantine (Bāb Tūmā [7], Bāb Ṣaġīr [3] et Bāb Kaysān [4]). Certaines sont flanquées d’une tour quadrangulaire (Bāb Šarqī [5], Bāb al‑Ǧābiya [2] et Bāb al‑Farādīs sud [11]).

  • 1 Avec sa tour‑porte placée au revers de l’enceinte, la porte sud‑ouest de l’enceinte urbaine de Cés (...)
  • 2 J.‑Cl. Bessac parle de « taille pointée fine cernée d’une marge régulière ciselée grain d’org (...)
  • 3 Le porche de Bāb al‑Faraǧ sud voûté d’arête, pourrait témoigner d’une reconstruction des années 12 (...)

2À partir du xiiisiècle, chacun des accès prend la forme d’une tour‑porte en saillie du côté ville, dépassant d’environ un mètre le sommet des courtines 1. Dans une première phase, sous les règnes d'al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam (615‑624/1218‑1227) et d’al‑Malik al‑Nāṣir Dāwūd (624‑626/1227‑1229), ces tours‑portes sont alors constituées d’un grand porche (dirkāh) en berceau brisé, accolé par l’arrière aux portes anciennes (fig. 151). Leur construction est particulièrement soignée, mettant en œuvre un moyen appareil monté à joints fins. Le parement des blocs présente une ciselure périmétrique exécutée au ciseau grain d’orge, parfois relevée d’une incision à la pointe, et un tableau traité à la pointe fine 2. Enfin, le toit‑terrasse de ces tours‑portes, qui peut supporter des machines de guerre, est bordé coté ville d’une corniche à profil en cavet (fig. 152). Dans une seconde phase, lors du doublement de l’enceinte nord des années 1240, les portes nouvellement créées (Bāb al‑Salāma [8] ; Bāb al‑Farādīs nord [12] ; Bāb al‑Faraǧ nord [14]) conservent le principe de tours‑portes en saillie côté ville. Leur mur de façade est aligné sur les courtines, dont il reprend l’épaisseur. Le couvrement du porche est désormais voûté d’arête 3.

Figure 151 : Bāb al‑Ǧābiya, vue de la dirkāh sur la façade est.

Figure 151 : Bāb al‑Ǧābiya, vue de la dirkāh sur la façade est.

© G. Li, 2008.

Figure 152 : Bāb al-Ǧābiya, détail de la corniche à profil en cavet.

Figure 152 : Bāb al-Ǧābiya, détail de la corniche à profil en cavet.

© J. Jehel, 2010.

  • 4 Pradines et al., 2002 p. 287‑337.
  • 5 Sauvaget, 1929, p. 156.
  • 6 Mesqui, 2006, p. 5‑29.

3Le recours systématique à l’entrée axiale perpendiculaire aux courtines est l’autre trait singulier des portes de l’enceinte de Damas, alors que les entrées coudées sont quasiment la règle dans l’architecture ayyoubide. Il en est ainsi dès la fin du xiie siècle sur l’enceinte urbaine du Caire (Bāb al‑Barqiyya et Bāb al‑Maḥrūq) 4, au xiiie siècle sur celle d’Alep 5. On trouve également ce dispositif d’entrée coudée sur les citadelles ayyoubides d’Alep, de Bosra et de Damas, à la forteresse de Ṣadr au Sinaï et même dans l’architecture franque du xiiie siècle, à Belvoir, au Crac des Chevaliers, à Tortose ou sur l’enceinte urbaine de Césarée 6.

Gabarit des portes (fig. 153)

Figure 153 : Planche typologique des portes ; à gauche, les portes d’origine antique, à droite, les portes des années 1240.

Figure 153 : Planche typologique des portes ; à gauche, les portes d’origine antique, à droite, les portes des années 1240.

(Cl. Piaton).

4La hauteur de la majorité des tours‑portes, quand elle est conservée ou restituée lorsque le parapet de la terrasse a disparu, s’établit autour de 9 m. Seule Bāb Šarqī, aménagée dans un arc monumental antique, est nettement plus haute (13 m).

5La variation des largeurs des façades des tours‑portes est en revanche significative et permet de distinguer deux groupes d’importance égale. L’un avec des façades d’environ 8 m, l’autre avec des façades variant de 10 à 13,20 m. À l’évidence, les portes du premier groupe cherchent à s’inscrire visuellement dans un carré, dominant les courtines de près d’1,50 m, comme cela peut être encore observé à Bāb al‑Faraǧ sud.

Tour‑porte H. (m) Tour‑porte L. façade (m) Passage l. (m) Passage H. actuelle (m)
Bāb al‑Ǧābiya [2] 9,40 (restit.) 9 (restit.) 3,30 2,60
Bāb aġīr [3] 9,70 (restit.) 7,25 2,75 3,50 (clé) 1,75 sous linteau
Bāb Kaysān [4] 9 (restit.) 6 (restit.) 3 4,20 (restit.)
Bāb Šarqī [5] 13 10 3 4,15 (clé) 2,60 sous linteau
Bāb Tūmā  [7] 9 8,30 3,20 3,90
Bāb al‑Salāma [8] 9 9,70 2,95 4,05
Bāb al‑Farādīs nord [12] 8,40 (restit.) 7,65 3,15 4,10
Bāb al‑Faraǧ sud  [13] 9 8,60 3,10 4,15
Bāb al‑Faraǧ nord [14] 9 (restit.) 13,20 3 3,80
  • 7 Mesqui, 2014, p. 158, 200 et 230.

6Les largeurs des passages sont relativement homogènes ; elles sont comprises entre 2,75 m et 3,30 m. Bāb Ṣaġīr, « la petite porte », est la moins large, sans que cela soit très significatif. Ces valeurs sont comparables à celles observées sur l’enceinte urbaine de Césarée pour l’époque de saint Louis : 3,21 m à la tour‑porte T1 ; 3,14 m à la tour‑porte T9 ; 2,80 m à la tour‑porte de la courtine T15 7. De même, hormis deux cas, les hauteurs des passages sont proches — entre 3,50 et 4,15 m — en dépit du rehaussement possible des seuils en fonction des recharges de chaussées. La conservation des vantaux de plusieurs portes semblerait toutefois indiquer que cette recharge est faible, même si rien n’assure que ces vantaux datent du Moyen Âge. Seules les deux portes installées dans des arcs antiques, Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Šarqī (avant la dépose de son linteau au xixe siècle), se singularisent par leur plus faible hauteur, 2,60 m, permettant tout juste le passage d’un cavalier sur sa monture.

Les défenses hautes

  • 8 « La période ayyoubide usa principalement de la bretèche au‑dessus des poternes, les portes d’entr (...)
  • 9 Mouton, 2010, I, p. 68‑72.

7L’ensemble des portes est pourvu de défenses sommitales. Elles se présentent d’abord, entre 1154 et les années 1220, sous la forme d’une bretèche centrée à l’aplomb du passage. Les mâchicoulis ou les bretèches doubles s’imposent à partir de 1242. Les premières bretèches se caractérisent par leurs consoles à profil en biseau parfois légèrement concave (fig. 65, 73, 99), alors qu’elles adoptent un profil en quart‑de‑rond à partir de 1242 (fig. 116, 122, 133, 145). Si l’on excepte le cas très particulier de Bāb Ṣaġīr dont l’arc antique au‑devant des vantaux est percé verticalement d’un trou carré de 0,50 x 0,50 m pouvant servir d’assommoir, l’assommoir sous sa forme classique d’une fente destinée au tir fichant depuis l’étage n’apparaît que sur une seule des portes des années 1240 (Bāb al‑Salāma), avant de se généraliser au xive siècle (fig. 154 et 155). Si tous les auteurs s’accordent sur l’usage fréquent des bretèches en couronnement des tours ayyoubides, leur présence sur les portes est plus discutée 8. Leur caractère systématique sur les portes de l’enceinte urbaine de Damas, comme sur celles de la citadelle, depuis Nūr al‑Dīn, n’est pourtant pas une exception. On les retrouve dès le xiie siècle à Baalbek et à Palmyre (Syrie), à ʽAǧlūn (Jordanie) en 1184, à la forteresse de Ṣadr au Sinaï au‑dessus de la porte achevée en 1187 9. Les fortifications franques l’adoptent aussi ponctuellement au xiiie siècle, comme à Margat/Qalʽat Marqab (Syrie) ou au Château‑de‑la‑Mer à Sagette/Ṣaydā’ (Liban).

Figure 154 : Bāb al‑Faraǧ nord, l’assommoir.

Figure 154 : Bāb al‑Faraǧ nord, l’assommoir.

© J.‑O. Guilhot, 2009.

Figure 155 : Bāb Tūmā, l’assommoir.

Figure 155 : Bāb Tūmā, l’assommoir.

© J.-O. Guilhot, 2010.

  • 10 Par comparaison, les deux portes de la petite enceinte ayyoubide du bourg d’Afāmiyya/Qal‘at al‑Muḍ (...)

8Le passage même des portes de Damas est donc étonnamment peu protégé avec seulement une paire de vantaux et, tardivement, un assommoir 10. Au milieu du xiiie siècle, la nouvelle muraille nord de Damas apparaît très en retrait par rapport aux défenses mises en œuvre à la même époque par Louis IX à Césarée, où les portes de la ville comportent systématiquement herse et assommoir, voire une triple herse à la citadelle.

Les défenses avancées

  • 11 Abū l‑Baqā' al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 19 ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 427.
  • 12 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 311.

9Les barbacanes (bāšūra) semblent un complément indispensable aux portes à partir du xiie siècle. Un historien mamlouk déclare que « Nūr al‑Dīn […] a fait pour chaque porte une bāšūra » 11, ce que confirment, pour trois portes, les inscriptions ou les chroniques. Les Ayyoubides ont conservé celles qui existaient au sud et ne semblent pas en avoir construit sur la nouvelle muraille nord. Seule une mention attestant d’une bāšūra à Bāb al‑Farādīs nord avant 1288 pourrait éventuellement leur créditer cette construction 12. Pour autant, on ne peut en déduire que la barbacane perd alors de son intérêt quand on voit combien les Mamlouks reprendront ce chantier.

Nūr al‑Dīn Ayyoubides Mamlouks
Bāb al‑Ǧābiya [2] X
Bāb Ṣaġīr [3] X X
Bāb Kaysān [4] X
Bāb Šarqī [5] X
Bāb al‑Salāma 2 [8]
Bāb al‑Farādīs sud [11]
Bāb al‑Farādīs nord [12] X ? X
Bāb al‑Faraǧ sud  [13]
Bāb al‑Faraǧ nord  [14] X

Mentions de construction de bāšūra

(en gris, les portes qui n’existaient pas sous Nūr al‑Dīn)

10Si les barbacanes (bāšūra) apparaissent fréquemment dans les textes, aucune n’est plus aujourd’hui visible. Leur configuration doit donc être déduite de détails livrés au gré des mentions. Les trois bāšūra mentionnées sous Nūr al‑Dīn sont dites « à deux portes ». Il ne faut semble‑t‑il pas y reconnaître les portes d’entrée et de sortie du sas que constitue la barbacane. En effet, à Bāb al‑Ǧābiya, les deux portes de la barbacane sont qualifiées de portes nord et sud quand l’axe de la tour‑porte est orienté ouest‑est (fig. 70). On peut donc raisonnablement en déduire que l’accès à la barbacane depuis l’extérieur pouvait se faire par deux portes distantes. Celle au sud, dont le piédroit est aujourd’hui encore visible contre l’entrée sud de la mosquée al‑Sināniyya, s’ouvrait selon un axe perpendiculaire à celui de l’entrée dans la ville afin de ménager un passage coudé.

  • 13 Un très bel exemple était visible à la citadelle de Jérusalem à la fin du xixe siècle (Félix Bonfi (...)
  • 14 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, LI, p. 25

11À partir des Mamlouks, les mentions associent fréquemment les travaux sur les ponts enjambant le Baradā (Bāb al‑Farādīs, Bāb al‑Faraǧ nord) ou le fossé (Bāb Kaysān) à la création d’une bāšūra, semble‑il au‑dessus. L’accès à ces ponts depuis l’extérieur serait alors doté d’une porte 13. L’espace du tablier qui peut abriter des échoppes et des logements, comme on le rapporte pour Bāb al‑Farādīs en 687/1288 14 ou pour Bāb al‑Faraǧ nord en 736/1336, forme alors la bāšūra. À cette même époque, le doublement de l’enceinte par le renforcement du mur de contrescarpe, justifie la construction d’une nouvelle bāšūra à Bāb Ṣaġīr « contre la porte extérieure occidentale », c’est‑à‑dire contre la porte d’accès à la bāšūra du xiie siècle devenue au xive siècle une porte de l’enceinte extérieure.

Typologies des courtines

Hauteur et épaisseur des courtines

H. actuelle mesurée (m) H. sous niveau actuel (m) Épaisseur (m)
Entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb aġīr 8 (restituée) 2 (Nūr al‑Dīn)
Entre Bāb aġīr et Bāb Kaysān (sondage DGAM 2005 [P]) 8 (restituée) 6,80 2,40 (byzantin) 2 (Nūr al‑Dīn)
Entre Bāb Kaysān et Bāb Šarqī (sondage DGAM 2000 [O]) 7,50 6
Entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā (sondage DGAM 2009 [Q]) 5 2 (Nūr al‑Dīn)
Entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma 8,40 2 (Nūr al‑Dīn) 2,70 (1210‑1220)
Entre B. al‑Salāma et B. al‑Farādīs nord (angle maison ‘Abd el‑Kader) 10,50 3,90 (années 1240) archères à chambre
Entre B. al‑Farādīs nord et B. al‑Faraǧ nord 7 3,90 (années 1240) archères à chambre
Autour de Bāb al‑Faraǧ sud  7 3,30 (1210‑1220) archères à chambre
Moulin Bāb al‑Faraǧ (mur nord) 8 2,60 (années 1240) archères à chambre

Hauteur de la muraille

12La hauteur des courtines, conservée ou restituée à l’aide des photographies anciennes, est calculée par rapport au niveau du sol actuel qui correspond généralement à l’altitude des seuils des portes. Là où le fossé, ou la rivière, bordait la muraille, celle‑ci pouvait se prolonger sur au moins 2 m au‑dessous du seuil de la porte, comme on le voit sur les photographies anciennes de Bāb Kaysān. Toutefois, nous ne retiendrons pas une hauteur qui cumulerait les élévations visibles et celles enfouies sous les niveaux actuels et observées par sondages (de 5 à 7 m). Cette mesure ne serait pas pertinente car elle ne correspondrait à aucun état ayant existé, mais à une succession de phases chronologiques.

  • 15 Merlon triangulaire collé au minaret et visible sur les photos du xixe siècle.
  • 16 « È di grandeza Domasco, cioè quello che è murato, per le tre parte di Firenze ; ed è molto bene m (...)
  • 17 « Le mura della città di Damasco sono ben murate e di buone pietre, e sono alte bene trenta bracci (...)

13Les mesures prises là où les créneaux sont conservés sont évidemment les plus fiables. Ainsi, au nord, de chaque côté de Bāb al‑Faraǧ sud [13], la muraille intérieure est haute de 7 m (merlons inclus), tandis que dans le segment le long de la route entre Bāb al‑Salāma [8] et Bāb Tūmā [7], elle atteint 8,40 m (merlons inclus). Au contact du minaret de Bāb Šarqī [5], elle atteignait environ 10 m (merlons inclus) 15. La hauteur des courtines en bordure du Baradā est, à côté de la maison de ‘Abd el‑Kader (soit à 60 m à l’est de Bāb al‑Farādīs nord [12]), d’environ 10,50 m (hors crénelage). Ces hauteurs relevées sont donc bien inférieures à celles données par les voyageurs florentins Gucci 16 et Sigoli 17 qui visitent Damas en 1384. Gucci estime en effet la hauteur de la muraille principale à 40 « braccia » (environ 23 m) et Sigoli à « 30 braccia » (environ 17,50 m).

Hauteur de la muraille extérieure nord

  • 18 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XLIX, p. 55‑56.
  • 19 Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, XX, p. 402.

14Depuis le fond actuel du Baradā, la hauteur de la muraille extérieure nord des années 1240 est de 7 m (hors crénelage) entre Bāb al‑Faraǧ nord [14] et Bāb al‑Farādīs nord [12]. Malgré une élévation supérieure à celle de l’enceinte intérieure, elle est battue par celle‑ci du fait de la déclivité du sol en ce secteur. Son chemin de ronde se situe ainsi en altitude 2,50 m plus bas que celui de l’enceinte intérieure. La hauteur de l’enceinte extérieure est toutefois dictée autant par des impératifs militaires que par la lutte contre les crues : « En šawwāl de cette année (669/1271), il y eut à Damas des inondations énormes qui détruisirent les maisons et emportèrent les campements des pèlerins venus d’Anatolie (…). On ferma les portes de la ville ; l’eau monta jusqu’à 11 coudées (environ 5 m) et la hauteur de l’eau à Bāb al‑Faraǧ était de 8 coudées (environ 4 m). Damas faillit être inondée. Si l’inondation avait duré une heure de plus ou était montée d’une coudée de plus, la moitié de Damas aurait été inondée » 18. Ibn Šākir al‑Kutubī rapporte le même événement, montrant de plus combien la série d’archères ouvrant 2,20 m au‑dessus du fond du Baradā pouvaient être alors problématique : « Les portes furent fermées quand l’eau atteignit la muraille. L’eau continua de monter jusqu’à s’infiltrer dans les archères et l’eau monta jusqu’à atteindre 11 coudées » 19.

15Au xive siècle, Gucci et Sigoli font tous deux état de la muraille extérieure, sans que l’on sache s’ils traitent de la muraille nord ou de la braie (faṣīl) qui enserre progressivement Damas à partir du milieu du xiie siècle. Qu’ils parlent de la muraille nord ou de la braie, leurs estimations de la hauteur de celle‑ci sont entachées des mêmes exagérations que pour la muraille intérieure : « XXX braccia » de haut pour Gucci et « venti braccia o più » pour Sigoli.

Épaisseur de la muraille

  • 20 Mesqui, 2014, p. 88, 158 et 200.
  • 21 Pradines, Talaat, 2007, p. 229‑275.

16L’épaisseur des courtines médiévales varie de 2 m à 3,90 m selon les phases de construction, et selon la présence ou non d’archères basses à chambre. La muraille en basalte de Nūr al‑Dīn est épaisse d’environ 2 m, même lorsqu’elle est assise sur la muraille protobyzantine qui elle fait 2,40 m d’épaisseur. La faible épaisseur de ce mur peut surprendre pour défendre une capitale. En effet, au viiie siècle, les courtines de l’enceinte primitive de Césarée mesurent déjà 2,50 m d’épaisseur 20 ; celles en briques crues, de l’enceinte fatimide du Caire au sud de Bāb al‑Tawfīq font pour leur part 3,70 m de large 21.

  • 22 Pradines et al., 2002 p. 287‑337.

17Dans les années 1210‑1220, la portion reconstruite entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma s’épaissit pour atteindre 2,70 m, tandis que celle reconstruite en même temps à Bāb al‑Faraǧ sud passe à 3,30 m en étant percée à sa base d’archères à chambre. On reste toutefois dans des mesures inférieures à celles de la ville du Caire où les courtines de l’enceinte ayyoubide orientale de la fin du xiie siècle font 4 m de large 22.

Épaisseur de la muraille extérieure nord

  • 23 Quoiqu’issues d’un projet d’une grande homogénéité, les courtines de l’enceinte urbaine de Louis I (...)

18Certainement en réponse aux progrès des machines de guerre, la nouvelle enceinte construite au nord vers 1240, une quarantaine de mètres en avant de l’enceinte intérieure, est presque deux fois plus épaisse (3,90 m) que celle de Nūr al‑Dīn, hormis au niveau du moulin ouest où les murs sur le Baradā, pourtant liés à Bāb al‑Faraǧ nord, ne font que 2,60 m d’épaisseur 23.

Les organes de défense active

Le chemin de ronde

19Il ne subsiste de témoignages du chemin de ronde que sur les courtines nord et est de la muraille entre Bāb Šarqī et Bāb al‑Faraǧ. Ces vestiges qui appartiennent tous à la phase de construction des années 1210‑1220 présentent des variations (fig. 44, 116, 142 et 156).

Figure 156 : Bāb al‑Faraǧ sud, crénelage du mur est.

Figure 156 : Bāb al‑Faraǧ sud, crénelage du mur est.

© J.‑O. Guilhot, 2008.

20Sur le front nord, aux abords de Bāb al‑Faraǧ sud, le chemin de ronde, large de 2,40 m, qui permet une circulation à 5 m au‑dessus du sol, est parfaitement conservé sur quelques mètres linéaires. La hauteur totale du parapet crénelé est de 2 m. Les merlons (largeur : 2,15 m ; hauteur : 1,20 m ; épaisseur : 0,90 m) sont percés en leur centre d’une archère couverte (hauteur : 1,20 m ; largeur : 0,10 m). À la base de chaque créneau (largeur : 0,50 m ; hauteur : 1,20 m) sont régulièrement disposés des trous de boulin carrés (0,13 x 0,13 m).

21Sur le segment de courtine conservé le long du Baradā entre Bāb Tūmā [7] et Bāb al‑Salāma [8], les créneaux et merlons, inaccessibles, n’ont pu être mesurés. Leurs dimensions sont évaluées par rapport à la hauteur moyenne des assises. Le niveau du chemin de ronde, matérialisé par une rangée de trous de boulin espacés de 3,50 m environ, se situe à près de 6 m du sol actuel. La hauteur totale du parapet crénelé serait là aussi d’environ 2 m. Les merlons (largeur : 1,50 m ; hauteur : 0,90 m) également percés en leur centre d’une archère couverte (hauteur : 0,60 m ; largeur : 0,10 m) et les créneaux (largeur : 0,50 m ; hauteur : 0,90 m) sont toutefois de beaucoup plus petites dimensions qu’à Bāb al‑Faraǧ sud [13].

22Enfin, sur la portion de courtine adossée à l’ouest de Bāb Tūmā [7], le chemin de ronde, large d’un peu plus d’1 m, circule à 6 m du sol, protégé par un parapet haut de 2 m. Les dispositions et dimensions des créneaux (largeur : 0,50 m ; hauteur : 0,90 m et merlons (largeur : 1,10 m ; hauteur : 0,90 m) percés d’une archère couverte (hauteur : 0,63 ; largeur : 0,12) sont sensiblement comparables à ceux décrits précédemment. Aucune trace de trous de boulin n’est observée. Enfin, le merlon accolé au minaret de Bāb Šarqī, visible sur les photographies anciennes, permet de restituer en ce point un chemin de ronde à environ de 8 m du sol et un parapet d’environ de 2 m de hauteur. Un trou de boulin apparaît aussi au niveau du chemin de ronde.

23Une autre possible trace de chemin de ronde a été observée à partir d’une photographie ancienne sur la courtine accolée au sud de la tour de Ṣālih Naǧm al‑Dīn Ayyūb [I]. Elle montrerait une alternance de créneaux et merlons en brique de largeur sensiblement équivalente.

24Pour l’époque ayyoubide, les merlons de Damas, de forme rectangulaire et pourvus d’une archère médiane, se distinguent des merlons pleins étroits, couverts de chaperons semi‑circulaires, de la forteresse de Ṣadr au Sinaï (fin xiie siècle) ou de l’enceinte urbaine du Caire (début du xiiie siècle).

Les hourds et bretèches

  • 24 Sauvaget, 1930, p. 59‑90. Des systèmes totalement identiques à ceux de la citadelle de Damas sont (...)
  • 25 Yovitchitch, 2011, p. 147‑149.
  • 26 Kennedy, 1994, p. 115.
  • 27 Mesqui, 2006, p. 5‑29. De façon surprenante, aucun de ces auteurs ne mentionne le château de Gible (...)

25Les trous de boulin mentionnés au niveau du chemin de ronde de Bāb al‑Faraǧ sud [13] et du chemin de ronde conservé entre entre Bāb Tūmā [7] et Bāb al‑Salāma [8] posent la question de la présence à Damas, au début du xiiie siècle, de hourds, dont l’existence en Terre sainte est controversée. Sauvaget croyait pourtant en reconnaître la trace sur la tour 1 de la citadelle de Damas 24. Cette interprétation est rejetée par C. Yovitchitch 25. Pour H. Kennedy, la question de l'utilisation de hourds dans les châteaux des croisés est problématique. Il mentionne cependant le siège de Saphet/Safed (Israël) en 1266, décrit par Ibn al‑Furāt, au cours duquel les Francs brûlèrent les satā’ir sur la barbacane pour contrer l'assaut des musulmans. Il conclut alors : « Le mot satā’ir peut signifier toute sorte de structures de bois et pourrait se référer à des hourds. » 26. J. Mesqui estime de son côté que « la fortification du Proche‑Orient ne semble pas avoir utilisé le hourd, en tout cas les traces d'une telle utilisation sont inexistantes. Si l'on excepte peut‑être l'exemple fourni par C. N. Johns concernant Chastel‑Pèlerin (Athlit) » 27.

  • 28 Ibn Wāṣil, al‑Ta’rīḫ al‑ṣāliḥī, II, p. 308.
  • 29 Ibn Ṣaṣrā, Durra, II, p. 30.

26Nous reconnaissons pourtant dans les trous de boulin à la base du chemin de ronde de Damas la présence de hourds. Les textes signalent d’ailleurs qu’en 635/1237, al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl, au moment où il mettait en défense Damas menacée par son frère al‑Malik al‑Kāmil, fit « couper des planches (aḫšāb) et fabriquer les palissades (satā’ir) » 28, puis qu’en 791/1389, lors du siège de Damas par Barqūq, des palissades de bois (satā’ir ḫašab) sont installées au‑dessus des portes de la ville pour protéger les combattants des tirs ennemis 29.

27Les dispositifs encadrant Bāb al‑Faraǧ sont proches de ceux observés par Sauvaget en 1930 sur la citadelle (fig. 157 et 158). Les boulins sont de petite section (0,10 x 0,10 m à la citadelle, 0,13 x 0,13 m à Bāb al‑Faraǧ) et sont disposés deux par deux à l’aplomb des créneaux. Cependant, on remarque des différences sensibles entre ces deux exemples dans leur écartement maximum, de 3,23 m à la citadelle à 1,96 m à Bāb al‑Faraǧ, ainsi que dans leur position. À la citadelle, ils sont disposés à la base des créneaux, alors qu’à Bāb al‑Faraǧ, ils sont placés, plus bas, au niveau de circulation du chemin de ronde.

Figure 157 : Bāb al‑Faraǧ sud, trous de boulin sous un créneau de la courtine est.

Figure 157 : Bāb al‑Faraǧ sud, trous de boulin sous un créneau de la courtine est.

© J.‑O. Guilhot, 2009.

Figure 158 : « Tour I : détail du parapet crénelé », in Jean Sauvaget, 1930, p. 69.

Figure 158 : « Tour I : détail du parapet crénelé », in Jean Sauvaget, 1930, p. 69.
  • 30 Nous doutons du système alternatif de « bretèches de créneaux en bois », proposé par Yovitchitch ( (...)

28Dans le cas de la citadelle, l’interprétation que fait Sauvaget des trous de boulin comme support de hourds ne semble pas convaincante et a d’ailleurs été rejetée par C. Yovitchitch : « Pour fonctionner avec un hourd, ces trous auraient dû être d'une taille deux fois supérieure, et espacés de manière régulière afin de répartir la poussée exercée par l'encorbellement de bois ». Nous retenons pour notre part l’hypothèse que ces trous de boulin servaient à installer des huchettes 30.

29Rien ne s’oppose en revanche à ce que les boulins de Bāb al‑Faraǧ appartiennent à des hourds. Même si l’espacement régulier des boulins est la pratique la plus courante en Occident, des cas dérogent cependant à la règle. On trouve par exemple une disposition comparable à celle de Damas à Carcassonne (enceinte basse, datée des années 1226‑1240) ou à Aigues‑Mortes (fin xiiie siècle). Si dans l’Occident médiéval où le bois abonde, les sections sont généralement beaucoup plus importantes, les calculs effectués par des spécialistes de la résistance du bois confirment la viabilité du dispositif : des boulins de 0,13 x 0,13 m espacés d’1,20 m comme ceux observés à Bāb al‑Faraǧ, portant une structure (plancher, parois, etc.) de 40 kg au m2, pourraient en effet supporter jusqu’à 200 kg en bout d’une console d’1,20 m.

30Sur l’autre section de courtine de Damas, entre Bāb Tūmā [7] et Bāb al‑Salāma [8], les trous de boulin sont beaucoup plus distants (3,50 m), mais de beaucoup plus forte section (0,20 x 0,30 m) et renforcés à la base par un corbeau de pierre (fig. 159). Ils semblent là encore être destinés à recevoir un hourd.

Figure 159 : Rempart entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salām, corbeau et trou de boulin de hourd.

Figure 159 : Rempart entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salām, corbeau et trou de boulin de hourd.

© J.‑O. Guilhot, 2009.

31Enfin, si le sommet des courtines pouvait être renforcé par des hourds, nulle trace lisible aujourd’hui de mâchicoulis ou de bretèches quand leur usage se généralise en Orient au sommet des murailles à la fin du xiiie siècle, hormis sur la portion de courtine en saillie entre Bāb al‑Farādīs et la maison dite « de ‘Abd el‑Kader ». Son angle est, qui présente un appareil à bossage semblable à celui de la citadelle, conserve en effet une bretèche d’angle qui semble une reprise d’époque mamlouke (fig. 59). Aucune trace de crénelage n’est préservée. Celui‑ci devait être situé au‑dessus de la bretèche, à l’instar de celui des tours de la citadelle.

Les archères « basses » (fig. 160)

Figure 160 : Typologie des archères du rempart.

Figure 160 : Typologie des archères du rempart.

(Cl. Piaton).

  • 31 Pradines et al., 2002, p. 287‑337.

32Les archères ménagées dans l’épaisseur des courtines n’apparaissent qu’en 1220, d’abord sur les courtines conservées de part et d’autre de Bāb al‑Faraǧ [13] et sur celles aujourd’hui détruites entre la citadelle et Bāb al‑Ǧābiya [2]. Une photo ancienne de Sauvaget prise en 1929 après l’incendie du quartier Sīdī ‘Amūd, aujourd’hui al‑Ḥarīqa, montre en effet le même type d’archères (fig. 47). On peut typologiquement rapprocher ces archères de celles du front nord de la citadelle édifié sous al‑Malik al‑‘Ādil à partir des années 1210 (fig. 161). Elles sont du type archère à niche, proche du « type C » identifié à Burǧ al‑Maḥrūq sur l’enceinte ayyoubide édifiée à la fin du xiie siècle qui double à l’est la muraille fatimide du Caire 31.

Figure 161 : Citadelle de Damas, archères des courtines nord.

Figure 161 : Citadelle de Damas, archères des courtines nord.

© J. Jehel, 2010.

33Les archères basses sont également présentes sur l’ensemble des courtines de la muraille extérieure édifiée vers 1240 entre Bāb al‑Farādīs nord [12] et Bāb al‑Faraǧ nord [14] (fig. 162). Elles se caractérisent par la taille importante de leur chambre de tir. Elles mettent en œuvre la brique tant pour la voûte en berceau des chambres que pour la voussure des embrasures.

Figure 162 : Rempart entre Bāb al‑Farādīs nord et Bāb al‑Faraǧ nord, vue des archères.

Figure 162 : Rempart entre Bāb al‑Farādīs nord et Bāb al‑Faraǧ nord, vue des archères.

© J.‑O. Guilhot, 2008.

34Entre Bāb al‑Salāma [8] et Bāb al‑Farādīs [12], deux archères basses sont conservées au contact de Bāb al‑Farādīs dans la cour de la mosquée al‑Sadāt et deux autres, soixante mètres plus loin (maison de ‘Abd el‑Kader). Ces archères sont placées sur chacun des deux angles de la muraille qui forme ici un long saillant. Les deux premières défendent la porte sur laquelle ouvre l’archère ouest. Celles de la maison de ‘Abd el‑Kader présentent la particularité de s’ouvrir depuis une même grande chambre voûtée de brique, l’une visant au nord, l’autre à l’est. Celle vers le Baradā est entièrement appareillée en pierre tandis que la voussure de celle visant vers l’est est réalisée en brique.

35Enfin, dans cette même phase de construction, on constate que seul le front ouest du moulin de Bāb al‑Faraǧ possède deux niveaux d’archères à chambre.

  • 32 Fourdrin, 1998, p. 279‑294.

36Alors que les archères à chambre sont fréquentes dans l’architecture musulmane dès le milieu du xiie siècle 32 (enceinte du temple de Bel à Palmyre, tour de Mu‘īn al‑Dīn Unur à Bosra, enceinte fatimide, front nord, courtine près de Bāb al‑Futūḥ au Caire), elles n’apparaissent sur l’enceinte de Damas qu’au début du xiiie siècle, lorsque les Francs l’adoptent de façon quasi systématique.

Bāb al‑Faraǧ sud Entre Bāb al‑Faraǧ nord et Bāb al‑Farādīs nord Entre Bāb al‑Farādīs nord et Bāb al‑Salāma
Chambre d’archère (l. x prof. x h.) 3,40 x 1,95 x 3,80 m 3,20 x 2,50 x 3,80 m 3,30 x 2,50 x 3,90 m
Embrasure (prof.) 1,35 m 1,25 m 1,36 m
Fente de tir (h.) 1,60 m 1,25 m 1,60 m
Entraxe moyen entre deux archères 5,20 m 6,60 m 5 m (restit.)

Typologie des tours

37Le dispositif de flanquement médiéval de la muraille de Damas repose dès Nūr al‑Dīn sur deux types d’ouvrages, des tours liées aux courtines et des tours avancées, placées au niveau du faṣīl. Si les tours avancées sont exclusivement de plan barlong, celles sur l’enceinte sont très majoritairement semi‑circulaires.

Semi‑circulaire Barlongue Dimensions ext. (m) Mâchicoulis Archères Base talutée
Tours liées aux courtines
Tours enceinte sud (ive‑début ve s.) X L= 5,25 à 5,60 l= 3,10 à 4.20 ?
Tours enceinte Nūr al‑Dīn (vers 1160) X Ø 4 X
Tour sud de Bāb al‑Ǧābiya [B] (vers 1160 ?) X 7,90 x 6,25 ?
Tour nord de Bāb Šarqī [H] (vers 1160 ?) x 5,90 x 4 ?
Tour est de Bāb al‑Farādīs sud [J] (vers 1160 ?) X 7,50 x 3,80 (restituée) x
Tour nord de Bāb al‑Ǧābiya [A] (1166‑67) X 9,30 x 5,20 X
Tour de Bāb Kaysān [E] (vers 1220 ?) X 18 x 7 (restituée) X
Tour Ṣālih Ayyūb [I] (1248‑49) X 8,5 x 5 X X X
Tour sud de Bāb al‑Ǧābiya [C] (1299‑1300) X Ø 14 X
Tours avancées
Tour entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān [D] (Nūr al‑Dīn ‑ reconstruction mamlouke) X 11 x 9,75 ?
Tour sud Bāb Šarqī [F] (vers 1220 ? ‑ reconstruction mamlouke) X 21 x 9 ? X
Tour devant Bāb Šarqī [G] (vers 1250 ?) X 10,50 x 7,50 (estimé) X ?

Les tours liées aux courtines

  • 33 Wulzinger, Watzinger, 1924, pl. 62.

38Les bases de tours rectangulaires pleines (5,25 à 5,60 x 3,10 à 4,20 m) accolées à la muraille entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Tūmā correspondent au flanquement de l’enceinte protobyzantine datée du ive siècle ou du tout début du ve siècle. Les hauteurs conservées au‑dessus du sol actuel sont d’environ 2 m, mais peuvent atteindre 6,50 m entre Bāb Kaysān [4] et Bāb Šarqī [5]. L’espacement des tours varie de 28 à 32 m, ce qui correspondrait à environ 75 tours réparties sur ces 2 400 m de muraille. Vingt‑deux de ces tours figurent sur le plan de Damas établi en 1918 par Wulzinger et Watzinger 33.

39Les bases des tours de l’enceinte protobyzantine servent d’assises aux tours semi‑circulaires en basalte édifiées par Nūr al‑Dīn dans les années 1160 (fig. 163 et 164). Elles sont identiques à la tour relevée entre Bāb al‑Ǧābiya [2] et Bāb Ṣaġīr [3]. Celle‑ci a un diamètre extérieur de 4 m et est en saillie de 2,80 m par rapport à la courtine. D’une hauteur de 9,80 m, elle est pleine sur environ 5,50 m et est dotée à l’étage d’une salle semi‑circulaire ouverte à la gorge d’un diamètre intérieur de 1,95 m. Les murs épais d’1 m sont percés selon une disposition rayonnante de trois fentes de jour à ébrasement interne qui pouvaient également servir d’archères. À l’extérieur, ces fentes, hautes d’1,25 m (hauteur semblable à celle des archères de la muraille nord), sont encadrées, pour les piédroits et linteaux, de blocs équarris. La tour est couverte d’une terrasse où aucune trace de crénelage n’a pu être observée. À ce niveau, cette tour, contrairement aux autres conservées, est dotée sur l’extérieur d’une étroite bretèche sur consoles en quart‑de‑rond qui peut correspondre à un ajout tardif (fig. 165). On notera que suite à l’effondrement d’une des tours de Nūr al‑Dīn au sud de Bāb al‑Ǧābiya en 699/1299‑1300, les Mamlouks adopteront pour la reconstruction, comme par mimétisme, un plan semi‑circulaire [C], mais d’un diamètre plus de trois fois supérieur. Les vestiges d’un crénelage sont encore visibles à son sommet.

Figure 163 : Rempart entre Bāb al-Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr, tour semi-circulaire du mur de Nūr al‑Dīn sur une base rectangulaire protobyzantine.

Figure 163 : Rempart entre Bāb al-Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr, tour semi-circulaire du mur de Nūr al‑Dīn sur une base rectangulaire protobyzantine.

© J.‑O. Guilhot, 2008.

Figure 164 : Rempart entre Bāb Kaysān et Bāb Šarqī, tour semi-circulaire du mur de Nūr al‑Dīn sur une base rectangulaire protobyzantine.

Figure 164 : Rempart entre Bāb Kaysān et Bāb Šarqī, tour semi-circulaire du mur de Nūr al‑Dīn sur une base rectangulaire protobyzantine.

© J.‑O. Guilhot, 2011.

Figure 165 : Rempart entre Bāb al-Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr, tour semi-circulaire conservant les consoles d’une bretèche.

Figure 165 : Rempart entre Bāb al-Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr, tour semi-circulaire conservant les consoles d’une bretèche.

© G. Li, 2008.

  • 34 Pradines et al., 2002, p. 292.

40Il est intéressant de rapprocher le flanquement de l’enceinte de Nūr al‑Dīn de celui qui sera mis en œuvre au Caire, de Bāb al‑Barqiyya à Bāb al‑Maḥrūq, quelque deux ou trois décennies plus tard par Saladin, avec des tours semi‑circulaires de 6 m de diamètre espacées de 60 à 110 m, ces tours étant dotées de chambres de tir rectangulaires desservant trois archères. Plutôt qu’une « innovation », « une ébauche architecturale, un essai dans le domaine de la fortification ayyoubide naissante » 34, le dispositif mis en place au Caire pourrait donc constituer un perfectionnement du modèle damascain.

41Si, sous Nūr al‑Dīn, les tours liées aux courtines sont de plan semi‑circulaire, celles disposées auprès des portes sont de plan barlong. C’est le cas au nord et au sud de Bāb al‑Ǧābiya [A et B], au nord de Bāb Šarqī [H] ou à l’est de Bāb al‑Farādīs sud [J], même si la datation de ces deux dernières tours n’est pas assurée. Il s’agit plutôt de tours de moyennes ou petites dimensions (entre 9,30 x 5,20 et 5,90 x 4 m).

42Sur le flanc est, deux tours barlongues sont venues au xiiie siècle renforcer les points d’inflexion de la muraille édifiée sous Nūr al‑Dīn : d’abord à Bāb Kaysān, une tour [E] haute de 11 m, longue de 18 m, en saillie de 7 m, pourvue de deux niveaux d’archères et probablement d’un troisième niveau de défense sur la terrasse (fig. 84 et 85) ; puis, entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā, une tour [I] longue de 8,50 m, en saillie de 5 m, construite par al‑Malik al‑Ṣāliḥ Naǧm al‑Dīn Ayyūb au milieu du xiiie siècle (fig. 166). Sur une base vraisemblablement pleine, une grande salle (2,90 x 6,30 m) couverte par deux voûtes d’arêtes (hauteur sous clé 4,15 m) occupe l’étage. Les murs épais d’1,10 m sont percés de quatre archères hautes d’1,30 m et larges de 0,10 m. Le sommet est couronné de mâchicoulis à consoles en quart de rond.

Figure 166 : Rempart entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā, vue depuis le sud d’une tour semi-circulaire et de la tour barlongue de Ṣāliḥ Naǧm al‑Dīn Ayyūb (I). Jean Sauvaget, photographie, v. 1930.

Figure 166 : Rempart entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā, vue depuis le sud d’une tour semi-circulaire et de la tour barlongue de Ṣāliḥ Naǧm al‑Dīn Ayyūb (I). Jean Sauvaget, photographie, v. 1930.

Collection particulière.

Les tours détachées de la muraille

  • 35 Tabbaa, 2009, p. 465.

43Sur la moitié sud de l’enceinte, on relève trois tours avancées. Une placée près d’une porte, devant Bāb Šarqī [5], deux autres sur des points d’inflexions de l’enceinte, entre Bāb Ṣaġīr [3] et Bāb Kaysān [4], et entre Bāb Kaysān [4] et Bāb Šarqī [5]. Elles sont situées à une distance de 4 à 7 m de la muraille, au niveau du faṣīl. Parmi ces tours, celle attribuée à Nūr al‑Dīn [D] (fig. 167) est de dimensions voisines (11 x 9,75 m) de celle [G] plus tardive placée au‑devant de Bāb Šarqī. En revanche, la tour [F] au sud de Bāb Šarqī, beaucoup plus imposante (21 x 9 m) et réalisée en pierres à bossage, peut être rapprochée dans ses dimensions et sa facture des six grosses tours qu’al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam fit édifier au sud de la fortification de Jérusalem entre 1202 et 1214 35.

Figure 167 : Rempart sud entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān, vue d’ensemble depuis l’ouest ; au premier plan, l’avant-tour saljoukide.

Figure 167 : Rempart sud entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān, vue d’ensemble depuis l’ouest ; au premier plan, l’avant-tour saljoukide.

© J.‑O. Guilhot, 2009.

  • 36 Porter, 1855, p. 398.

44Si l’on classe en superficie l’ensemble des tours barlongues, on observe trois groupes : le premier, compte deux tours [H et J] de petites dimensions (env. 26 m2) construites sous Nūr al‑Dīn et peut être édifiées sur des bases protobyzantines ; le second, de la même phase pour deux tours [A et B], et plus tardif pour une tour [I], d’une superficie deux fois plus importante (env. 48 m2) ; le troisième, composé de grandes tours [D, E, F et G] allant de 80 m2 à 190 m2, du xiiie siècle, et datées plutôt de l’époque mamlouke. Si l’on use d’un classement fonctionnel, on groupera ces mêmes tours en deux catégories. Celles qui viennent renforcer une inflexion de l’enceinte (tour [D] entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān, tour [F] sud de Bāb Šarqī, tour Ṣālih Ayyūb [I], tour [A] nord de Bāb al‑Ǧābiya et, peut‑être, les deux tours entre la citadelle et Bāb al‑Ǧābiya, figurées sur le plan de Porter 36) et celles qui renforcent une porte (tour [B] sud de Bāb al‑Ǧābiya, tour [E] de Bāb Kaysān, tours au nord [H] et devant [G] Bāb Šarqī, tour [J] à l’est de Bāb al‑Farādīs sud). On observe que, si ces deux catégories ne caractérisent aucune époque en particulier, elles sont toutes les deux bien représentées dès le règne de Nūr al‑Dīn.

Fossés et faīl

45Sans nul doute, le nahr ‘Aqrabānī au nord, le canal d’une dérivation du Baradā, joua le rôle de fossé en avant de l’enceinte de la fin du xiie siècle. Large de 5 à 6 m en moyenne, il est profond d’environ 2 m par rapport au sol actuel. Les murs maçonnés du talus de ce canal qui servait aussi de fossé de la citadelle sont encore bien visibles en amont du moulin de Bāb al‑Faraǧ (fig. 168). Le doublement de l’enceinte vers 1240 entre Bāb al‑Faraǧ et Bāb al‑Salāma permit d’utiliser directement le lit du Baradā comme nouveau fossé, celui‑ci faisant aujourd’hui de 13 à 27 m de large.

Figure 168 : Parement nord du fossé nord de la citadelle.

Figure 168 : Parement nord du fossé nord de la citadelle.

© Cl. Piaton, 2008.

  • 37 Sauvaget, 1929, p. 138.

46Le reste de l’enceinte est protégé par un faṣīl, une braie, attesté dès Nūr al‑Dīn (Inscr. n° 10) dans le secteur de Bāb al‑Ǧābiya [2] et par un fossé cité au‑devant de Bāb Šarqī [5] (Inscr. n° 4). L’historien Ibn Šaddād décrit la même défense devant Alep : « Nūr al‑Dīn bâtit un avant‑mur (faṣīl). […] Il donna à ce faṣīl l’aspect d’un second rempart d’une élévation moindre, en avant de la muraille proprement dite » 37.

  • 38 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, III, p. 41.
  • 39 Dabbour, 2012, p. 23‑40.

47Il semble toutefois qu’il faille attendre le début du xiiie siècle pour que cette braie dont l’historien Ibn Wāṣil nous rapporte qu’elle était de « la hauteur d’un homme » soit édifiée en pierre 38. Distante en moyenne de 7 m de l’enceinte intérieure, elle a été reconnue par la fouille [P] de Y. Dabbour à l’ouest de Bāb Kaysān [4] et mesurait en ce point 1,70 m d’épaisseur. Au‑devant se trouvait un fossé large de 14 m, profond de 4,50 m. Il est bordé d’un mur de contre‑escarpe légèrement taluté. Le talus d’escarpe est taillé dans le terrain naturel  39 (fig. 15 et 39).

  • 40 Tabbaa, 2009, p. 460‑469.

48Ce dispositif précédé d’un fossé est aussi attesté sur l’enceinte fatimide de Jérusalem. Mentionné par Guillaume de Tyr, il a été reconnu lors de fouilles qui ont permis d’établir que le fossé faisait 14 m de large pour 5 m de profondeur. Le faṣīl, maçonné, était épais de 4,50 m et conservé par endroit sur 3,50 m d’élévation 40. Sur l’enceinte de Césarée construite par saint Louis en 1251‑52, on trouve un fossé de dimensions très similaires à celui de Damas ou de Jérusalem : large d’environ 12 m et profond de 4 à 5 m, il est bordé d’une contre escarpe verticale et d’un talus d’escarpe maçonné.

Une muraille peu redoutable ?

49La rareté des enceintes urbaines contemporaines de celle de Damas et conservées pose le problème de la limite des comparaisons utilisées pour mettre en évidence les singularités damascaines. On retiendra toutefois, d’un côté l’originalité, et la permanence jusqu’aux Mamlouks, des tours‑portes à entrée axiale en saillie vers la ville quand les entrées coudées sont la règle à l’époque ayyoubide, ou l’usage des tours avancées dès la seconde moitié du xiie siècle, sans réels parallèles. Plus exposées que des tours sur l’enceinte, ces dernières ont peut‑être tout simplement disparu ailleurs. D’un autre côté, on constate que pour l’organisation de la défense, Nūr al‑Dīn, puis ses successeurs, semblent mettre en œuvre à Damas les mêmes « recettes » (faṣīl, bāšūra) qu’ils déploient sur chaque ville, comme à Alep ou à Jérusalem.

50La fortification de Damas apparaît en fait comme un mélange d’archaïsmes et de nouveautés. Archaïsme quand elle n’adopte qu’au début du xiiie siècle les archères à chambre, pourtant fréquentes dans l’architecture musulmane dès le milieu du xiie siècle. Innovation quand sont mises en œuvre des tours semi‑circulaires sur la nouvelle enceinte dès les années 1160. On soulignera aussi, s’il le fallait, la porosité avec les modèles francs (gabarits des ouvrages, adoption synchrone des archères à chambre), porosité qui semble parfois particulièrement marquée à Damas au début du xiiie siècle (hourds, merlons plats).

51Au final, cette muraille avec ses courtines de faible épaisseur, non percées d’archères avant la première moitié du xiiie siècle et ses portes mal défendues, hormis par les dispositifs de tir fichant, n’apparaît pas très redoutable. On en retire l’impression d’ouvrages simples, que l’on fait durer par un simple entretien, avec de rares reconstructions. Les modernisations ne s’appliquent, en effet, pas vraiment à l’existant, comme le montre l’absence de bretèches ou de mâchicoulis rapportés sur les courtines, mais plutôt sous la forme d’ajouts, comme le doublement de l’enceinte durant le xiiie siècle. Surtout, le contraste est grand avec la citadelle, tellement formidable, qui concentre l’attention et les ressources du sultan. C’est pourquoi, mesurer la puissance du rempart de la ville de Damas à celui des citadelles ou des forteresses serait certainement une erreur et l’on ne peut que regretter pour cela que les remparts urbains ayyoubides d’Alep, de Bosra ou de Jérusalem aient aujourd’hui quasiment disparu.

Notes

1 Avec sa tour‑porte placée au revers de l’enceinte, la porte sud‑ouest de l’enceinte urbaine de Césarée, datée de 1251‑1252, peut être rapprochée des portes de Damas au xiiie s. Elle s’en distingue toutefois par un passage coudé (Mesqui, 2014, p. 226‑230).

2 J.‑Cl. Bessac parle de « taille pointée fine cernée d’une marge régulière ciselée grain d’orge ». Le principe serait d’origine antique, bien qu’issu de la péninsule Arabique (Bessac, Boqvist, 2005, p. 237‑249).

3 Le porche de Bāb al‑Faraǧ sud voûté d’arête, pourrait témoigner d’une reconstruction des années 1240.

4 Pradines et al., 2002 p. 287‑337.

5 Sauvaget, 1929, p. 156.

6 Mesqui, 2006, p. 5‑29.

7 Mesqui, 2014, p. 158, 200 et 230.

8 « La période ayyoubide usa principalement de la bretèche au‑dessus des poternes, les portes d’entrée étant invariablement protégées par un assommoir » (Yovitchitch, 2011, p. 151).

9 Mouton, 2010, I, p. 68‑72.

10 Par comparaison, les deux portes de la petite enceinte ayyoubide du bourg d’Afāmiyya/Qal‘at al‑Muḍīq/Apamée sont munies d’assommoir et de doubles vantaux (Dangles, 2004, p. 189‑204).

11 Abū l‑Baqā' al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 19 ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 427.

12 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 311.

13 Un très bel exemple était visible à la citadelle de Jérusalem à la fin du xixe siècle (Félix Bonfils, Photographs in the Department of Rare Books, Princeton University Library, Box 16, Folder 18, and Photograph n° 251).

14 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, LI, p. 25

15 Merlon triangulaire collé au minaret et visible sur les photos du xixe siècle.

16 « È di grandeza Domasco, cioè quello che è murato, per le tre parte di Firenze ; ed è molto bene murato con due mura : cioè prima uno muro in su fossi di fuori grossissimo e alto circa di braccia XXX ; poi uno altro muro di lunge da quello circa di XV in XVI braccia, più alto che 'l primo circa di braccia X, e catuno d'essi muri è merlato. Poi spesso ispesso, di L braccia in L braccia, ha le torri tonde ed alte sopra tutte le mura ; e hanno dette mura due fossi molto adentro : l'uno dal lato di fuori e l'altro dal lato di dentro. Ed è detta città di muri e di fossi molto forte, ed èvi dentro a modo d'una cittadella di giro di bene uno miglio intorno intorno, che anche ha gran fossi e le mura altissime » (Giorgio Gucci, Viaggio ai luoghi santi, éd. Lanza et Troncarelli, p. 299‑300).

17 « Le mura della città di Damasco sono ben murate e di buone pietre, e sono alte bene trenta braccia con moltissime torri tonde e può avere dall' una torre all' altra circa a venticinque braccia, e poi hanno dinanzi l' antimura alte bene venti braccia o più, e sopra le dette antimura le torri tonde e spesse come sono quelle delle mura madornali, e hanno fossi larghi bene sedi i braccia o più e sono bene murati. » (Simone Sigoli, 1865, p. 59).

18 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XLIX, p. 55‑56.

19 Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, XX, p. 402.

20 Mesqui, 2014, p. 88, 158 et 200.

21 Pradines, Talaat, 2007, p. 229‑275.

22 Pradines et al., 2002 p. 287‑337.

23 Quoiqu’issues d’un projet d’une grande homogénéité, les courtines de l’enceinte urbaine de Louis IX à Césarée présentent de grandes variations d’épaisseur, de 2,60 m au sud à 4,30 m entre T7 et T8 (Mesqui, 2014, p. 121).

24 Sauvaget, 1930, p. 59‑90. Des systèmes totalement identiques à ceux de la citadelle de Damas sont conservés à la forteresse de Baalbek (Liban), ainsi qu’à la citadelle de Jérusalem (Israël).

25 Yovitchitch, 2011, p. 147‑149.

26 Kennedy, 1994, p. 115.

27 Mesqui, 2006, p. 5‑29. De façon surprenante, aucun de ces auteurs ne mentionne le château de Giblet/Jbail (Liban) qui présente les traces bien visibles de hourds sur les trois tours ayant conservé leur niveau sommital, à l’ouest et au sud de l’enceinte. Les trous de boulin d’environ 0,20 x 0,20 m, disposés à la base des archères, sont espacés de près d’1 m.

28 Ibn Wāṣil, al‑Ta’rīḫ al‑ṣāliḥī, II, p. 308.

29 Ibn Ṣaṣrā, Durra, II, p. 30.

30 Nous doutons du système alternatif de « bretèches de créneaux en bois », proposé par Yovitchitch (2011, p. 147‑149), d’une mise en œuvre complexe pour une efficacité limitée.

31 Pradines et al., 2002, p. 287‑337.

32 Fourdrin, 1998, p. 279‑294.

33 Wulzinger, Watzinger, 1924, pl. 62.

34 Pradines et al., 2002, p. 292.

35 Tabbaa, 2009, p. 465.

36 Porter, 1855, p. 398.

37 Sauvaget, 1929, p. 138.

38 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, III, p. 41.

39 Dabbour, 2012, p. 23‑40.

40 Tabbaa, 2009, p. 460‑469.

Table des illustrations

Titre Figure 151 : Bāb al‑Ǧābiya, vue de la dirkāh sur la façade est.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Figure 152 : Bāb al-Ǧābiya, détail de la corniche à profil en cavet.
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Figure 153 : Planche typologique des portes ; à gauche, les portes d’origine antique, à droite, les portes des années 1240.
Crédits (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-3.png
Fichier image/png, 62k
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Figure 154 : Bāb al‑Faraǧ nord, l’assommoir.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Figure 155 : Bāb Tūmā, l’assommoir.
Crédits © J.-O. Guilhot, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure 156 : Bāb al‑Faraǧ sud, crénelage du mur est.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre Figure 157 : Bāb al‑Faraǧ sud, trous de boulin sous un créneau de la courtine est.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre Figure 158 : « Tour I : détail du parapet crénelé », in Jean Sauvaget, 1930, p. 69.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Figure 159 : Rempart entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salām, corbeau et trou de boulin de hourd.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Figure 160 : Typologie des archères du rempart.
Crédits (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-11.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 161 : Citadelle de Damas, archères des courtines nord.
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Figure 162 : Rempart entre Bāb al‑Farādīs nord et Bāb al‑Faraǧ nord, vue des archères.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 163 : Rempart entre Bāb al-Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr, tour semi-circulaire du mur de Nūr al‑Dīn sur une base rectangulaire protobyzantine.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 302k
Titre Figure 164 : Rempart entre Bāb Kaysān et Bāb Šarqī, tour semi-circulaire du mur de Nūr al‑Dīn sur une base rectangulaire protobyzantine.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2011.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Figure 165 : Rempart entre Bāb al-Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr, tour semi-circulaire conservant les consoles d’une bretèche.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Figure 166 : Rempart entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā, vue depuis le sud d’une tour semi-circulaire et de la tour barlongue de Ṣāliḥ Naǧm al‑Dīn Ayyūb (I). Jean Sauvaget, photographie, v. 1930.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 167 : Rempart sud entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān, vue d’ensemble depuis l’ouest ; au premier plan, l’avant-tour saljoukide.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Figure 168 : Parement nord du fossé nord de la citadelle.
Crédits © Cl. Piaton, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12410/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 159k

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540