Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Portes et murailles de Damas de l'Antiquité aux premiers mamlouks

 | 
Jean-Michel Mouton
, 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Claudine Piaton

Chapitre III. Portes et tours

Texte intégral

1Les Damascains ont conservé jusqu’à aujourd’hui l’idée que leur ville avait depuis les origines sept portes correspondant aux sept planètes visibles dans le ciel : la lune, le soleil, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne. Ainsi la cité est assimilée à la terre autour de laquelle, selon le système de Ptolémée, tournent les planètes. Si ce chiffre sept a correspondu, à une ou deux unités près, au nombre de portes de la cité à un moment donné, il ne rend pas vraiment compte de la complexité de l’histoire de ces monuments. Au gré des tracés de l’enceinte, des aménagements défensifs et des constructions de prestige, nombre de ces portes furent bouchées, réouvertes à leur emplacement originel ou ailleurs, voire détruites.

2Ce chapitre se propose d’analyser chacun de ces monuments, qu’ils soient encore visibles ou disparus, et d’en reconstituer l’histoire en croisant les données architecturales et textuelles. Pour chaque porte, l’étude a été organisée en trois parties, d’abord une présentation de l’ensemble des mentions figurant dans les sources textuelles et les inscriptions replacées dans leur contexte, puis une description architecturale et archéologique des vestiges à partir d’observations réalisées sans fouille et enfin une synthèse visant à reconstituer la chronologie du monument. La description des cinq tours monumentales situées entre les portes est organisée selon le même principe, soit intégrée à la description de la porte qui lui correspond, soit traitée séparément.

3L’ordre retenu pour présenter cet ensemble est celui adopté par la plupart des géographes arabes du Moyen Âge ou encore par les arpenteurs de Nūr al‑Dīn en partant de Bāb al‑Ǧābiya, la porte qui fut pendant longtemps la principale entrée de la ville, et en progressant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

Bāb al‑Ǧābiya [2] et tours de Bāb al‑Ǧābiya [A et B]

4Bāb al‑Ǧābiya est implantée sur le flanc ouest de l’enceinte médiévale, à l’extrémité de la rue Droite (via Recta). Cet axe est‑ouest long de 1 490 m (un mille antique ou 5 000 pas) qui structure l’urbanisme de Damas depuis l’Antiquité s’ouvrait à chaque extrémité par un arc monumental. Ces deux arcs ont été transformés en portes, désignées depuis le Moyen Âge sous les noms de Bāb al‑Ǧābiya et de Bāb Šarqī. Deux des principales routes qui conduisaient à Damas, la route du Pèlerinage venant du sud, et celle venant de l’ouest depuis les ports de la Méditerranée, Tripoli, Tyr et Acre, aboutissaient à Bāb al‑Ǧābiya.

Étude historique

  • 1 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 242. Seul l’auteur d’épo (...)
  • 2 Voici le texte de cette tradition rapportée tardivement par l’auteur d’époque mamlouke Abū l‑Baqā' (...)
  • 3 Cette description donnée pour la première fois par Ibn ‘Asākir au milieu du xiie siècle (Ta’rīḫ ma (...)

5Bāb al‑Ǧābiya est considérée par les auteurs arabes comme une porte antique dédiée à la planète Mars (al‑Marīḫ) 1. En dehors de la représentation de cette divinité qui aurait figuré sur la porte au moment de sa construction, un auteur tardif rapporte également que la statue d’un homme dans la position du penseur aurait été érigée en ce lieu pour protéger l’entrée de la ville 2. Cette porte se présentait au début du xiie siècle comme un arc monumental à trois arches composé d’une grande arche centrale, flanquée de deux arches latérales 3.

  • 4 Lammens, Sourdel‑Thomine, II, p. 369‑370.

6Le nom de Bāb al‑Ǧābiya semble dater de l’époque de la conquête arabe ou des premiers temps du califat umayyade. Ce nom provient de la ville‑camp d’al‑Ǧābiya, située à 80 km au sud de Damas dans le Golan. Ce village, auquel on accédait en empruntant la route partant de cette porte, était devenu à la fin de l’époque byzantine, la résidence principale des émirs de la tribu arabe chrétienne des Ġassānides. Mais al‑Ǧābiya servit surtout de principal campement et de centre de décision des armées de l’Islam au moment de la conquête de la Syrie dans les années 630 et continua à jouer un rôle essentiel sous les premiers califes umayyades4.

  • 5 La plupart des sources signalent qu’Abū ‘Ubayda entra par Bāb al‑Ǧābiya après avoir négocié la cap (...)

7Bāb al‑Ǧābiya est, avec Bāb Šarqī, une des deux principales portes de la ville au moment de la conquête arabe de 14/635. C’est d’ailleurs devant cette porte que prend position Abū ‘Ubayda b. al‑Ǧarrāḥ, le commandant en chef des armées de l’Islam lors du siège de Damas. Les conditions d’entrée de ses troupes divergent d’une source à l’autre, cependant les plus nombreuses soulignent qu’après avoir négocié avec les Byzantins, Abū ‘Ubayda parvint à se faire ouvrir cette porte et entra donc dans la ville après négociation (ṣulḥan) alors que dans le même temps Ḫālid b. al‑Walīd pénétrait à l’autre extrémité de la via Recta par force (‘anwatan5.

  • 6 Sur cet épisode, voir Ṭabarī, Ta’rīḫ, IV, p. 355 ; Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXV, p. 6 : (...)

8L’importance de cette porte est de nouveau soulignée en 132/749 au moment où les armées abbassides assiègent Damas, capitale du califat umayyade. Un des oncles du nouveau calife abbasside, le futur gouverneur de la cité, Ṣāliḥ b. ‘Alī, prend position devant Bāb al‑Ǧābiya tandis que son frère ‘Abd Allāh b. ‘Alī, qui assure le commandement des armées abbassides, se poste devant Bāb al‑Šarqī 6.

  • 7 Elle est ainsi nommée en premier dans la liste des portes de Damas chez Ibn al‑Faqīh al‑Hamaḏānī ( (...)
  • 8 Sourdel, Sourdel‑Thomine, Mouton, 2010, p. 65‑66.
  • 9 Ibn ‘Asākir, qui donne l’information, se contente de signaler qu’au moment où il écrit, c’est‑à‑di (...)
  • 10 Ibn Šākir al‑Kutubī signale la construction de cette bāšūra par Nūr al‑Dīn (‘Uyūn, 42 v° ; Sauvair (...)

9Bāb al‑Ǧābiya apparaît clairement à travers les sources arabes durant toute la première partie du Moyen Âge comme la principale porte de Damas 7, désignée même simplement comme « la porte de la ville » dans un papyrus du xe siècle 8. Aussi est‑elle bien souvent la cible première des armées assiégeant Damas, notamment des princes francs de la deuxième croisade qui essaient de s’en emparer en 1148. Les difficultés rencontrées alors pour défendre cette porte antique à trois baies expliquent les aménagements considérables qui furent conduits dans ce secteur par Nūr al‑Dīn dans les années 560/1160. Il fit dans un premier temps, comme à Bāb Šarqī, boucher deux des trois arches de l’arc antique : ici la grande arche centrale et l’arche nord furent condamnées. L’accès à la via Recta se fit désormais par l’arche sud qui devint la nouvelle Bāb al‑Ǧābiya 9. Au devant de cette arche, furent aménagés une barbacane (bāšūra) à deux portes (Inscr. n° 6), qualifiées de portes nord et sud 10, un avant‑mur ou faṣīl (Inscr. n° 10) et enfin une tour avancée située au nord de la porte (Inscr. no 7).

  • 11 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XLVII, p. 18 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 166 ; Nu‘aymī, Dāris, II, p. 2 (...)

10Ces travaux furent poursuivis en 625/1228 par le prince ayyoubide al‑Malik al‑Nāṣir Dawūd qui acheva le programme de renforcement de la défense des portes antiques inauguré par son père al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam. Aussi en confia‑t‑il la réalisation à l’intendant de ce dernier, Muḥammad b. Qarsaq al‑Mu‘aẓẓamī, qui avait déjà travaillé à Bāb Šarqī et à Bāb Ṣaġīr avant de se voir confier le chantier de Bāb Tūmā. Les travaux qu’il conduisit sur « cette porte et la muraille » (Inscr. n° 16) portèrent sans doute essentiellement sur l’aménagement du porche intérieur adossé à la porte et surmonté d’une plate‑forme dont l’utilisation comme support de baliste est signalée quelques années plus tard lors du siège de la ville par les Ḫawārizmiens de 643/1245 11.

  • 12 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 311.
  • 13 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 7.
  • 14 On trouve ainsi la mention des « deux portes » de Bāb al‑Ǧābiya lors du siège de Damas par les arm (...)

11Les derniers aménagements mentionnés dans les textes datent de l’époque mamlouke. En 687/1288, un émissaire du sultan du Caire, le cadi Ibn al‑Maqdisī, fit « refaire à neuf (ǧaddada) et surélever (rafa‘a) Bāb al‑Ǧābiya nord (al‑šamālī) » 12. Il semble que soit ainsi désignée la porte nord de la bāšūra, appelée le plus souvent par la suite Bāb al‑Ǧābiya al‑barrānī (Bāb al‑Ǧābiya extérieure) comme en 699/1299 lors de l’évasion des détenus de la prison de Bāb al‑Ṣagīr qui s’enfuient de la ville en faisant sauter les cadenas de cette porte 13. Aux xive et xve siècles, les textes évoquent fréquemment les « deux portes » de Bāb al‑Ǧābiya, sans qu’il soit toujours possible de dire s’il s’agit de la porte d’origine antique appelée Bāb al‑Ǧābiya al‑ǧuwwānī (Bāb al‑Ǧābiya intérieure) et de la porte nord de la bāšūra refaite sous les Mamlouks et désignée sous le nom de Bāb al‑Ǧābiya al‑barrānī (Bāb al‑Ǧābiya extérieure) 14 ou bien de deux portes situées sur la bāšūra.

  • 15 Ibn al‑Ǧazarī, Ḥawādiṯ al‑zamān, I, p. 401‑402 ; al‑Jazari, La chronique de Damas, p. 73.
  • 16 Ibn al‑Ǧazarī, Ḥawādiṯ al‑zamān, II, p. 455‑456. Le texte d’Ibn al‑Ǧazarī indique que les travaux (...)
  • 17 Lors de cet incendie, les deux portes de Bāb al‑Ǧābiya, la porte extérieure (al‑Bāb al‑barrānī) et (...)
  • 18 Pascual, 1983, p. 99.

12L’espace de la bāšūra fut acheté avec les revenus des waqf de la grande Mosquée alors administrés par un riche commerçant damascain surnommé Ibn Sal‘ūs (m. 697/1297‑98) 15. L’objectif devait être d’implanter de nouveaux locaux commerciaux dans ce secteur au détriment de la vocation militaire du lieu. Moins d’un demi‑siècle plus tard, en 731/1330, le gouverneur mamlouk de Damas fut obligé d’émettre un décret ordonnant la destruction des boutiques qui encombraient le passage nord et sud de la bāšūra : les travaux de démolition, qui avaient commencé en présence du gouverneur, durèrent cinq jours pour élargir le passage entre Bāb al‑Ǧābiya et la porte nord de la bāšūra et 13 jours de Bāb al‑Ǧābiya à la porte sud de la bāšūra 16. Cette bāšūra occupée à nouveau, cette fois par des entrepôts, fut ravagée par un incendie en 755/1354 17, mais ses murs étaient probablement encore debout à la fin du xvie siècle et fixèrent, au moment de sa construction, le tracé de la cour de la mosquée Sināniyya qui lui est contiguë à l’ouest 18.

Étude archéologique

Bāb al‑Ǧābiya [2] (fig. 63a et 63b)

Figure 63a : Bāb al‑Ǧābiya, relevé de l’état des lieux : coupe et façades.

Figure 63a : Bāb al‑Ǧābiya, relevé de l’état des lieux : coupe et façades.

© (Cl. Piaton).

Figure 63b : Bāb al‑Ǧābiya, plan avec proposition de restitution des phases de construction.

Figure 63b : Bāb al‑Ǧābiya, plan avec proposition de restitution des phases de construction.

© (Cl. Piaton).

13Bāb al‑Ǧābiya forme aujourd’hui un volume haut de près de 8 m et profond d’environ 9 m vers l’intérieur de la ville. La façade côté extérieur étant ennoyée dans des constructions, sa longueur ne peut qu’être estimée à une dizaine de mètres. La façade interne mesure près de 13 m de long. Son plan montre un fort désaxement par rapport à la façade extérieure. Le contact avec l’enceinte n’a pu être observé. Celle‑ci a en effet été détruite au nord pour élargir la rue du souk al‑Sukkariyya. Au sud, visible sur le cadastre, une construction parallélépipédique de 7,60 m de façade, en saillie de plus de 6,20 m sur le tracé de l’enceinte, masque celle‑ci. Il s’agit d’une tour flanquant la porte.

14La façade constituée d’un mur épais de 2,20 m est percée d’une baie rectangulaire large de 3,30 m et haute aujourd’hui de 2,60 m. La plate‑bande est composée de trois blocs hauts de 0,80 m assemblés à crossettes (fig. 64). Leur revers montre qu’il s’agit pour deux d’entre eux de remplois. Le bloc central semble appartenir à un entablement antique. La plate‑bande est surmontée d’un arc de décharge clavé, très plat, puis d’une assise haute d’ 1 m portant une inscription (1,65 x 0,70 m) sur les deux blocs centraux (Inscr. n° 11). Celle‑ci est conservée sur le bloc gauche, tandis qu’elle a disparu sur le bloc de droite, très dégradé, où seul le cadre est encore visible. Au‑dessus de l’inscription, la façade se poursuit en assises de moyen appareil taillé au pic, de 0,40 à 0,50 m de haut. À 6,40 m du sol, quatre consoles placées à l’aplomb de la porte soutenaient une bretèche disparue (fig. 65). Les consoles sont composées de deux corbeaux superposés à profils anguleux. Le revers du tympan de la porte est couvert en berceau brisé. Il est orné d’une inscription dans un cadre à queues d’aronde (Inscr. n° 16). La porte conserve des vantaux recouverts de bandes horizontales de fer cloutées. Leurs revers n’ont pu être observés (fig. 66).

Figure 64 : Bāb al‑Ǧābiya, façade ouest.

Figure 64 : Bāb al‑Ǧābiya, façade ouest.

© G. Li, 2008.

Figure 65 : Bāb al‑Ǧābiya, consoles de la bretèche.

Figure 65 : Bāb al‑Ǧābiya, consoles de la bretèche.

© G. Li, 2008.

Figure 66 : Bāb al‑Ǧābiya, face extérieure du vantail nord.

Figure 66 : Bāb al‑Ǧābiya, face extérieure du vantail nord.

© J.‑O. Guilhot, 2010.

15À la porte, côté ville, est adossé un grand porche en berceau brisé haut de 7 m et large de près de 6 m. Il est réalisé en moyen appareil, avec des assises variant de 0,40 à 0,50 m. Sa mise en œuvre à joints fins est très soignée. Les blocs présentent une ciselure périmétrique exécutée au ciseau grain d’orge, souvent relevée d’une incision à la pointe, et un tableau traité au pic. Le bord interne de la terrasse est souligné d’une corniche à profil en cavet (fig. 67).

Figure 67 : Bāb al‑Ǧābiya, façade est.

Figure 67 : Bāb al‑Ǧābiya, façade est.

© J. Jehel, 2010.

Tours de Bāb al‑Ǧābiya [A et B]

16Bāb al‑Ǧābiya est encadrée par deux tours. Immédiatement au sud de la porte, une tour [B] large de 7,60 m, en saillie sur la porte de 6,20 m, figure sur le cadastre de 1936. Aujourd’hui masquée par des constructions, nous ne pouvons en donner une description. À 15 m au nord de la porte et à une vingtaine de mètres en avant de celle‑ci, se dresse une seconde tour barlongue [A], dont le mur ouest contient un bloc inscrit (Inscr. n° 7). Seul, pour l’extérieur, le parement ouest en moyen appareil a pu être observé sur une dizaine de mètres de long. Cette tour est cependant entièrement conservée et abrite aujourd’hui le tombeau du Compagnon du Prophète Mu‘āḏ b. Ǧabal. Il s’agit d’un rectangle de 9,30 x 7,30 m dont le grand côté est parallèle au rempart. On accède à la tour par une porte à l’est située dans la salle de prière de la mosquée al‑Sādāt (xvie siècle). Le sol intérieur situé près de 2 m au dessus du sol actuel semble indiquer que la base de la tour était pleine. La pièce, haute de 3,60 m, est voûtée en berceau. Elle était éclairée par trois archères à chambre de petite dimension percées dans les murs sud, ouest et nord (fig. 68).

Figure 68 : Tour nord de Bāb al‑Ǧābiya [A], intérieur abritant la tombe du compagnon du Prophète Mu‘āḏ b. Ǧabal.

Figure 68 : Tour nord de Bāb al‑Ǧābiya [A], intérieur abritant la tombe du compagnon du Prophète Mu‘āḏ b. Ǧabal.

© H. Saad, 2015.

17L’observation d’une photo aérienne de 1924 (fig. 25) et du cadastre montre que cette tour est placée au départ de la portion de rempart qui rejoint la citadelle, sur l’angle qu’il forme au nord de Bāb al‑Ǧābiya. Sur le cadastre, le mur est de la tour s’inscrit dans la continuité du mur est de la mosquée al‑Sināniyya construite à la fin du xvie siècle devant l’entrée de Bāb al‑Ǧābiya.

18Ces différents éléments permettent de proposer une restitution de l’ensemble défensif formé par les tours, la porte et sa bāšūra dont Sauvaget avait pu relever l’entrée sud (fig. 69). La découverte de la tour nord permet en effet de dessiner l’ensemble de la bāšūra qui s’inscrit entre les deux tours encadrant la porte (fig. 70).

Figure 69 : Bāb al‑Ǧābiya, proposition de restitution de l’état médiéval à partir des vestiges relevés, Jean Sauvaget.

Figure 69 : Bāb al‑Ǧābiya, proposition de restitution de l’état médiéval à partir des vestiges relevés, Jean Sauvaget.

Collection particulière.

Chronologie de la construction (fig. 63b)

19Les différences d’appareil et de mise en œuvre permettent de distinguer trois grandes phases de construction de la porte.

20La première correspond à la base du mur de façade, sur une hauteur maximum de 5 m environ. Il est difficile de reconnaître dans ces maçonneries l’arche sud de l’arc romain mentionné par Ibn ‘Asākir. La présence de remplois permet de proposer l’époque byzantine comme terminus post quem et l’inscription de façade (Inscr. n° 11) datée de 589/1193 fournit le terminus ante quem. Les sources historiques permettent raisonnablement d’avancer que Bāb al‑Ǧābiya, peut‑être endommagée par le siège des croisés de 1148, aurait été reconstruite par Nūr al‑Dīn, flanquée d’une tour au sud comme à Bāb Šarqī ou à Bāb al‑Farādīs sud, lors du programme de travaux qui consista à boucher deux des trois arches de l’arc antique. Les inscriptions trouvées ou conservées à proximité révèlent d’ailleurs un chantier d’ampleur conduit dans les années 1160 avec l’aménagement d’une vaste bāšūra (20 x 30 m) (Inscr. n° 6) que signale peut‑être encore le coude fait par la route en avant de la porte, d’un faṣīl (Inscr. n° 10) et d’une tour (Inscr. n° 7). Cette dernière, au nord de la porte, peut être rapprochée de la tour avancée [D] située entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān (11 x 9 m) également datée du règne de Nūr al‑Dīn (Inscr. n° 8).

21La seconde phase correspond à une réfection de l’élévation de la façade comprenant la partie supérieure de l’embrasure, qui pouvait être en berceau dans la première phase. L’installation de la bretèche en façade dont les consoles sont comparables à celles de Bāb Ṣaġīr et de Bāb Šarqī appartient également à cette phase qui se situe entre la fin du règne de Nūr al‑Dīn (m. 1174) et le début des années 1220.

22La troisième phase voit l’adossement du grand porche. La taille de la pierre et le profil de la corniche présentent les mêmes caractéristiques que sur les porches de Bāb Šarqī (phase III), de Bāb Ṣaġīr (phase III), ou de Bāb Tūmā ouest attribués à Muḥammad b. Qarsaq al‑Mu‘aẓẓamī. L’inscription au revers de la porte (Inscr. n° 16), datée de 1228, confirme ce rapprochement.

23Aucun vestige conservé ne peut être attribué à l’époque mamlouke.

Figure 70 : Bāb al‑Ǧābiya, nouvelle proposition de restitution de la porte, des tours et de la bāšūra.

Figure 70 : Bāb al‑Ǧābiya, nouvelle proposition de restitution de la porte, des tours et de la bāšūra.

© (Cl. Piaton).

Bāb Ṣaġīr [3]

  • 19 Badrān, 1985, p. 302 et 381.

24Bāb Ṣaġīr ou « la petite porte » est connue aujourd’hui comme Bāb Šāġūr du nom du quartier au centre duquel elle se dresse 19. Dans la ville, elle conduit à la Mosquée des Umayyades en coupant la rue Droite. À l’extérieur, elle se raccorde à l’ouest à la grande route du Pèlerinage, à l’est au chemin qui longeait la muraille et au sud elle ouvre directement sur le célèbre cimetière à qui elle a donné son nom.

Étude historique

  • 20 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 242. Seul l’auteur d’épo (...)
  • 21 Le géographe Ibn al‑Hamaḏānī (v. 903) la considère comme une porte rūmī (romaine) (al‑Buldān, p. 1 (...)
  • 22 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), II, p. 407 ; Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas) (...)
  • 23 Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 34 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VII, p. 20.

25Bāb Ṣaġīr est considérée par les auteurs arabes comme une porte antique dédiée à Jupiter (al‑Muštarī) qui était aussi le dieu protecteur de la cité 20. L’appellation de « petite porte » lui aurait été donnée dès l’Antiquité car, nous dit Ibn ‘Asākir, « au moment de sa construction » — c’est‑à‑dire à l’époque romaine 21 — elle aurait été la plus petite des portes de la ville 22. Compte tenu de ses dimensions tout à fait comparables à celles des autres portes médiévales de Damas, le qualificatif de « petit » peut effectivement découler de son statut de poterne dans l’Antiquité ou alors signifier qu’elle n’était pas empruntée par un axe majeur durant le Moyen Âge. En effet, cette porte fut également désignée aux premiers temps de la domination musulmane sous le nom de Bāb al‑Ǧābiya al‑Ṣaġīr ou « la petite Bāb al‑Ǧābiya », sans doute parce qu’elle se trouvait à proximité de cette dernière et peut‑être aussi du fait que l’on pouvait, par cette porte, rejoindre la route conduisant à la ville‑camp d’al‑Ǧābiya, première capitale arabe au sud de la Syrie 23.

  • 24 Balāḏurī, Futūḥ al‑buldān, p. 120‑123 ; trad. Hitti, p. 186‑189 ; Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dima (...)
  • 25 Ṭabarī, Ta’rīḫ, IV, p. 355 ; Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXV, p. 6 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, X, (...)

26Bāb Ṣaġīr est mentionnée lors de la prise de Damas en 14/635 comme une des six portes devant lesquelles campent les armées de l’Islam. Elle fut alors assiégée par le frère du futur calife Mu‘āwiyya, Yazīd b. Abī Sufyān qui s’en empara par force (qasran24. De nouveau, en 132/749, un important régiment conduit par Bassām b. Ibrāhīm campa devant cette porte et parvint, en escaladant la muraille à l’aide d’échelles, à pénétrer dans la ville alors aux mains des Umayyades 25. Cette manœuvre permit aux armées abbassides d’entrer à Damas par Bāb Ṣaġīr, en même temps que le commandant en chef, ‘Abd Allāh b. ‘Alī, ouvrait Bāb Šarqī et s’emparait de la cité.

  • 26 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 7‑9.
  • 27 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 132 ; Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 35.
  • 28 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 307 ; Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 309.

27Sous les Fatimides, les Saljoukides et les Bourides, le quartier de Bāb Ṣāġīr et le faubourg de Šāġūr situé au‑devant apparaissent comme le siège des milices urbaines (aḥdāṯ) et constituent un foyer permanent de rébellion contre les pouvoirs étrangers qui dominent la cité. Ainsi en 363/974, le chef des aḥdāṯ, un certain Ibn al‑Mārūd, interdit aux armées fatimides de pénétrer dans la ville par Bāb Ṣaġīr dont il avait le contrôle, provoquant plusieurs jours d’émeutes et d’affrontements qui entraînèrent le remplacement du gouverneur de la cité 26. Ce sont encore les aḥdāṯ qui, en 489/1096, défendent victorieusement la ville depuis les remparts encadrant la porte lors du siège conduit par Riḍwān, le prince saljoukide d’Alep, qui voulait enlever Damas à son frère Duqāq 27. Ces mêmes aḥdāṯ libèrent enfin, en 544/1149, les détenus de la prison de Bāb Ṣaġīr et mobilisent les habitants de Šāġūr pour contraindre le prince bouride à rétablir ses bonnes relations avec le ra’īs de Damas, chef de ces milices 28.

  • 29 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 280 ; Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, 42 r° ; Sauvai (...)
  • 30 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, II, p. 308 ; Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 132 ; (...)

28Dès le début de son règne sur Damas, Nūr al‑Dīn s’efforça de reprendre le contrôle de ce quartier par des gestes bienveillants envers les habitants comme l’abolition, en 551/1156, du droit de mise en route qui devait être prélevé non loin de Bāb Ṣaġīr sur les marchands commerçant avec l’Iraq (Inscr. n° 3). Il fit surtout, dans le cadre des travaux de fortifications de la cité, aménager en 564/1168‑69 « une bāšūra à deux portes » pour laquelle on utilisa comme linteau une colonne antique prise dans le quartier intra muros d’al‑Maqsallāṭ, le long de la rue Droite 29. La mosquée de Šuǧā‘ qui avait été construite à l’extérieur du rempart contre la muraille, prendra de ce fait le nom de Masǧid al‑bāšūra. Cette mosquée était dotée d’un minaret dont Ibn ‘Asākir signale qu’il tombait en ruine à l’époque même où on construisait la bāšūra 30.

  • 31 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XLVII, p. 18 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 166 ; Nu‘aymī, Dāris, II, p. 2 (...)

29L’aménagement fut poursuivi en 623/1226 par le prince ayyoubide al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam qui confia à son maître d’œuvre Muḥammad b. Qarsaq al‑Mu‘aẓẓamī la réfection (taǧdīd) de la porte, de la muraille et du fossé (Inscr. n° 15). C’est sans doute à cette occasion que fut aménagé à l’arrière de la porte antique le porche surmonté d’une plate‑forme dont l’utilisation comme support de baliste est signalé quelques années plus tard lors du siège de la ville par les Ḫawārizmiens de 643/1245 31.

  • 32 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 81.
  • 33 Badrān, 1985, p. 40.

30Les derniers aménagements médiévaux se situent à l’époque mamlouke. Au début du xive siècle, le šayḫ ‘Imād al‑Dīn Ismā‘īl b. Mazrū‘ al‑Fawa‘ī (m. 716/1316), mandaté par l’émir Sayf al‑Dīn Qiǧlīs, amīr silāḥ qui était à la tête de l’arsenal de la citadelle, construisit une nouvelle bāšūra « contre la porte extérieure occidentale de Bāb Ṣaġīr » (‘alā Bāb al-Ṣaġīr bi-l‑barrāniya al‑ġarbīiya) qui est alors pour la première fois mentionnée dans les chroniques 32. Les vestiges de cette seconde porte ne semblent avoir été détruits qu’aux alentours de 1290/1873 et remplacés alors par des boutiques selon les témoignages recueillis par le cheikh syrien ‘Abd al‑Qādir Badrān (m. 1927) auprès des habitants du quartier 33.

  • 34 Sur ce cimetière, voir Moaz, Ory, 1977.

31Bāb Ṣaġīr reste avant tout connue pour avoir donné à l’époque médiévale son nom au plus grand cimetière de Damas qui abritait les sépultures vénérées de membres de la famille du Prophète, de compagnons dont le célèbre muezzin Bilāl et des califes umayyades 34. Aussi la route allant de la porte au cimetière fut jalonnée au fil des siècles de mosquées où étaient prononcées les prières des funérailles et d’institutions pieuses qui firent la réputation du quartier et favorisèrent en même temps le développement de ses activités artisanales et commerciales.

Étude archéologique (fig. 71a et 71b)

Figure 71a : Bāb Ṣaġīr, relevé de l’état des lieux : coupe et façades.

Figure 71a : Bāb Ṣaġīr, relevé de l’état des lieux : coupe et façades.

© (Cl. Piaton).

Figure 71b : Bāb Ṣaġīr, plan avec proposition de restitution des phases de construction.

Figure 71b : Bāb Ṣaġīr, plan avec proposition de restitution des phases de construction.

(Cl. Piaton).

32Bāb Ṣaġīr s’inscrit dans une inflexion rentrante de l’enceinte médiévale au sud‑est de la ville. Haute de près de 9 m et profonde de 9,60 m, elle est de plan trapézoïdal, avec une façade extérieure large de 7,55 m et une façade intérieure de 11 m. Bāb Ṣaġīr est en saillie sur le mur d’enceinte de plus de 2 m à l’ouest comme à l’est. Cette caractéristique la distingue des portes créées à Damas ex nihilo à l’époque médiévale qui sont implantées au nu de l’enceinte. À l’est, un minaret de plan hexagonal sur base carrée appartenant au Masǧid al‑bāšūra s’appuie à la fois sur la porte et sur le mur d’enceinte. La différence d’appareil entre la base et l’élévation montre clairement deux constructions d’époques différentes, l’élévation est probablement une reconstruction moderne.

33La façade extérieure en grand appareil de calcaire blanc de Barzé, dont les assises mesurent en moyenne 0,80 m, est percée en son centre d’une porte large de 2,85 m et haute de 3,50 m couverte d’un arc en plein cintre à claveaux traversants. Il s’agissait à l’origine d’une porte rectangulaire dont le linteau a été supprimé par la suite pour répondre à l’exhaussement progressif du sol (fig. 72).

Figure 72 : Bāb Ṣaġīr, façade sud.

Figure 72 : Bāb Ṣaġīr, façade sud.

© J. Jehel, 2010.

34La porte était défendue par une bretèche dont il ne reste que les quatre consoles composées de deux corbeaux superposés aux profils anguleux et légèrement concaves. L’une d’entre elles est une réfection (fig. 73). La défense est complétée, sous l’arc, par un orifice carré percé verticalement afin de servir d’assommoir. Ce dispositif s’imposait car l’arc très profond pouvait abriter d’éventuels assaillants s’attaquant aux vantaux.

Figure 73 : Bāb Ṣaġīr, consoles de la bretèche.

Figure 73 : Bāb Ṣaġīr, consoles de la bretèche.

© G. Li, 2008.

35L’embrasure de la porte, haute de 6,80 m et voûtée en plein cintre, met en œuvre aussi bien des blocs antiques en assises basses que du moyen appareil et des blocs de basalte non équarris. Deux remplois antiques forment les crapaudines hautes de la porte. Au‑dessus de celles‑ci, adossé à l’arc diaphragme, un sommier supporte une maçonnerie enduite, peut‑être de plâtre, ornée au centre d’une moulure dessinant un tableau. Dans celui‑ci sont insérées deux inscriptions superposées (Inscr. nos 3 et 15). L’inscription supérieure (Inscr. n° 15), perturbant la composition, a été visiblement ajoutée dans un second temps (fig. 74 et 177).

Figure 74 : Bāb Ṣaġīr, la dirkāh.

Figure 74 : Bāb Ṣaġīr, la dirkāh.

© G. Li, 2008.

36Adossé à la porte au nord, on trouve un porche large de 5,50 m et haut de 7,80 m, couvert d’une voûte en berceau brisé. Il est réalisé en moyen appareil monté à joints fins avec une hauteur d’assises d’environ 0,48 m. Les parements sont traités au pic, leur ciselure périmétrique au ciseau grain d’orge. Par rapport à l'axe de la porte, le plan du porche est désaxé vers l’est. De part et d’autre du passage sont disposées deux loges. La façade côté ville, à l’origine vraisemblablement symétrique, est aujourd’hui incomplète à l’est, laissant visible un arrachement. La terrasse au‑dessus du porche est bordée au nord d’une corniche à profil en plat et cavet aujourd’hui très largement restituée (fig. 75).

Figure 75 : Bāb Ṣaġīr, façade nord.

Figure 75 : Bāb Ṣaġīr, façade nord.

© G. Li, 2008.

37À l’est du côté intérieur, une courte section de l'enceinte est aujourd’hui visible. Elle est composée sur 5 m de haut de blocs antiques de grand appareil en remplois. À l'ouest, l'appareil de la courtine, visible du côté extérieur à une vingtaine de mètres de la porte, présente une élévation en blocs de basalte sur fondation de blocs antiques.

38Cette porte a conservé ses vantaux de bois toujours fonctionnels qu’il est possible de décrire. Chaque vantail présente un bâti en bois fait de montants et de traverses de forte section assemblés par tenon‑mortaise chevillé. L’ensemble forme quatre panneaux superposés confortés par des entretoises de section plus faible non chevillées. De larges planches fixées verticalement sur chacun des quatre panneaux garnissent la face extérieure des vantaux. Elles sont recouvertes de bandes horizontales de fer cloutées, posées à clin (fig. 76 et 177).

Figure 76 : Bāb Ṣaġīr, face intérieure du vantail est.

Figure 76 : Bāb Ṣaġīr, face intérieure du vantail est.

© G. Li.

Figure 77 : Bāb Ṣaġīr, face extérieure du vantail est.

Figure 77 : Bāb Ṣaġīr, face extérieure du vantail est.

© G. Li.

Chronologie de la construction (fig. 71b)

39Les différences d’appareil permettent de distinguer quatre grandes phases de construction de la porte, du sud vers le nord.

40La première, en grand appareil, correspond à une porte secondaire de l'enceinte antique, similaire à celle de Bāb al‑Farādīs sud. Elle s'inscrivait dans un petit massif saillant de 2,50 x 4 m de plan intérieur. La position du linteau originel à 1,70 m du sol actuel, comme à Bāb Šarqī ou à Bāb al‑Farādīs, s’explique par un exhaussement du sol de près de 3 m depuis l’Antiquité.

41La deuxième et la troisième phase correspondent à une transformation de l’embrasure de la porte qui reprend à l’intérieur le plan antique dont elle conserve à l’ouest la première assise et,,à l’est, le mur jusqu’au niveau supérieur de l’arc. À l'est comme à l'ouest, les courtines remployant des blocs antiques peuvent être associées à la deuxième phase qui correspond à l'époque byzantine. Le fort désaxement de la maçonnerie extérieure de la porte à l'est par rapport à la première phase semble lié à la modification du tracé de l’enceinte à cette époque.

42Au niveau de l'embrasure, comme pour les élévations de la courtine ouest, l'usage du basalte caractérise la troisième phase. Nous avons démontré qu'il correspond à Damas aux travaux réalisés sous Nūr al‑Dīn. L'inscription (Inscr. n° 3) placée sur l’arc diaphragme conforte ici cette proposition d’attribution. Enfin, cette porte était renforcée alors d’une bāšūra et peut‑être, dès cette époque, dotée d’un minaret à base carrée. La base de celui‑ci, toujours visible, est en effet antérieure à la construction du porche.

43Ce porche enfin est ajouté lors d'une quatrième phase datée par l’inscription n° 15 de 623/1226. L'usage de la ciselure périphérique et de la corniche permettent de le rapprocher des porches de Bāb Šarqī (623/1226), Bāb al‑Ǧābiya (625/1228) et Bāb Tūmā (625/1228), qui s’inscrivent dans la même campagne de modernisation des portes de Damas confiée à l’intendant Muḥammad b. Qarsaq. La bretèche appartient certainement à cette phase. Ses consoles peuvent en effet être rapprochées typologiquement de celles des bretèches de Bāb al‑Ǧābiya et de Bāb Šarqī où est également intervenu le même intendant.

44Aucun vestige de la défense avancée d’époque mamlouke n’a pu être identifié sur le terrain.

Bāb Kaysān [4]

45Bāb Kaysān est située sur le segment sud de la muraille, au point d'inflexion du mur vers le nord‑est. La porte, tournée vers le sud, n’ouvre sur aucune route hormis la voie qui ceinture la vieille ville, l’actuelle rue Ibn ‘Asākir, anciennement appelée Ṭarīq al‑Qarawāneh.

Étude historique

La porte antique

  • 35 Ibn ‘Asākir tient cette information, via une chaîne de transmetteurs, du traditionniste et ḥāfiẓ A (...)
  • 36 Balāḏurī, Futūḥ al‑buldān, p. 121 ; Ibn Qudāma, Ḫarāğ, p. 56 ; Muhallabī, Masālik , p. 83.
  • 37 Ibn al‑Faqīh al‑Ḥamaḏānī, al‑Buldān, p. 106.

46Bāb Kaysān est considérée par Ibn ‘Asākir (m. 1176) et par les auteurs arabes qui le recopient comme l’une des sept portes antiques de la ville dédiées aux planètes. Cette porte, à la différence des autres, aurait conservé sur sa façade jusqu’à l’époque islamique une représentation (ṣūra) de Saturne, l’astre sous lequel elle était placée, alors que ces figures astrales avaient disparu partout ailleurs 35. L’antiquité de cette porte est confirmée par les récits du siège de Damas de 14/635 par les armées de l’Islam dirigées par Abū ‘Ubayda et Ḫālid b. al‑Walīd qui encerclent la ville : Bāb Kaysān figure alors au nombre des portes de la cité byzantine 36. Cette origine romano‑byzantine (rūmī) est enfin rappelée par le géographe arabe Ibn al‑Faqīh al‑Ḥamaḏānī (m. après 290/903) 37.

  • 38 Wāqidī, Futūḥ al‑Šām, I, p. 84.
  • 39 Les textes arabes le plus anciens mentionnant ce nom datent de la fin du ixe siècle ou début xe si (...)
  • 40 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), II, p. 407 et Ta’rīḫ madīnat Dimašq, L, p. 279‑281. (...)
  • 41 Cette information, bien que se trouvant chez un auteur tardif de la fin de l’époque mamlouke, four (...)
  • 42 Muqaddasī, Aḥsan al‑taqāsīm, p. 157 ; trad. Miquel, p. 166.

47Aucune de ces sources ne livre le nom ancien de cette porte, elles se contentent de la désigner par le nom que les conquérants arabes lui ont donné : Bāb Qiyān chez al‑Wāqidī (m. 207/822) 38 ou Bāb Kaysān chez les chroniqueurs plus tardifs 39. Ce dernier nom viendrait du traditionniste Kaysān b. Ḥarīz qui participa à la conquête de Damas 40. Yazīd b. Abī Sufyān, qui conduisait le siège des deux portes du sud, lui confia la responsabilité de la porte sud‑est qui allait prendre son nom 41. Le voyageur al‑Muqaddasī, qui passe à Damas dans les années 970, utilise, et il est le seul, une autre dénomination, Bāb al‑Kabīr, la « grande porte », sans doute par opposition à Bāb Ṣaġīr située du même côté de la ville 42. Cette appellation est peut‑être un héritage de l’époque byzantine.

  • 43 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXV, p. 6 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, X, p. 44.
  • 44 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, LIII, p. 265.
  • 45 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 10 ; Maqrīzī, Itti‘āẓ, I, p. 213.

48La porte est régulièrement mentionnée dans les siècles qui suivent la conquête, notamment lors des sièges de la cité : c’est devant Bāb Kaysān que se positionnent les troupes de l’émir Abū ‘Awn au moment de l’encerclement et du siège de la ville par les Abbassides en ša‘bān 132/avril 749 43 ; quelques décennies plus tard, en 197/812‑13, les hommes du général abbasside Ibn Bayhas entrent dans la ville pour en chasser le chef pro‑umayyade Abū l‑‘Umaytar en escaladant la muraille à l’aide d’échelles près de Bāb Kaysān 44. En 363/973‑74 encore, le gouverneur fatimide de Damas, chassé de la cité à la suite d’une émeute, tente de reconquérir Damas en luttant contre « les révoltés (…) à proximité de Bāb Kaysān »45.

  • 46 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 327 ; Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 341.

49Un moment décisif dans l’histoire de cette porte se situe quelques siècles plus tard, lorsque le prince turc Nūr al‑Dīn tenta de s’emparer de la ville tenue par les émirs bourides. En 549/1154, « les troupes de Nūr al‑Dīn partirent à l'assaut de plusieurs points situés à l'est de la ville, les Damascains reculèrent devant elles jusqu'à proximité du rempart de Bāb Kaysān et du quartier des tanneurs au sud de la ville » 46. Une femme juive de ce quartier aurait lancé alors une corde à un soldat qui escalada la muraille et alla ouvrir la grande porte de Bāb Šarqī permettant ainsi la prise de la ville par Nūr al‑Dīn.

  • 47 Ibn ‘Asākir indique clairement que la porte est bouchée au moment où il écrit l’introduction topog (...)

50Bāb Kaysān était en effet devenue, au xiie siècle, la porte du quartier juif de Damas et l’épisode révèle que le flanc sud‑est de la muraille était à la fois l’un des plus vulnérables, à cause de l’état de délabrement de la muraille, et l’un des moins bien défendus. Ces différents facteurs expliquent sans doute la décision que prit le nouveau prince de Damas de faire restaurer la muraille bordant ce quartier, mais aussi de faire murer Bāb Kaysān, entre 549/1154 et 564/1168, ce qui constituait une véritable mesure vexatoire pour la communauté juive 47.

  • 48 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 123 et 215. Des fouilles conduites dans ce secteur en 2005 ont mis au j (...)

51S’ouvre alors une longue période où la porte semble avoir été condamnée et la muraille, dans ce secteur, protégée par un profond fossé, encadré par une escarpe et contrescarpe construite en 623/1226 par al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam (Inscr. n° 13). Ce fossé ne semble pas avoir été systématiquement inondé et pouvait à l’occasion servir à parquer les chiens errants de la ville comme le signale Ibn Kaṯīr en 726/1326 et 744/1344 48.

  • 49 « Papiers de Damas », liasse 13 816. Sur la collection des « Papiers de Damas », voir Mouton, Sour (...)
  • 50 Voir supra, chap. I « Les données épigraphiques ».

52Le nom de Bāb Kaysān demeura néanmoins profondément ancré dans la toponymie urbaine et il est même possible qu’il y eut des réouvertures temporaires de cette porte sous la pression des populations du quartier. Un document des « Papiers de Damas » évoque ainsi un chef militaire ou chef de milice, un certain ‘Umar le marchand (al‑tāǧir), en poste à Bāb Kaysān (muqaddam fī Bāb Kaysān) qui semble avoir, dans les années 1210‑1220, des hommes sous son autorité pour surveiller la porte, le rempart ou le quartier 49. De même, le Recueil Schefer 50, qu’il convient cependant de considérer avec réserve, a conservé un texte qui mentionne sous le gouvernement de ‘Izz al‑Dīn Aybak, sans doute en 693/1294 ou 694/1295, l’entière réfection de cette porte (ǧuddida hāḏā al‑bāb) (Inscr. n° 22). Si ces réouvertures temporaires ont bien eu lieu, elles n’ont laissé aucune trace dans les chroniques et ont dû être limitées dans le temps.

La porte mamlouke

  • 51 Ibn Taġrībirdī, Nuǧūm, XI, p. 26.
  • 52 Ce nouveau nom ne semble avoir été adopté ni par la population ni par les chroniqueurs de l’époque (...)
  • 53 Maqrīzī, Sulūk, III‑1, p. 92 ; Ibn Ḥaǧar al‑‘Asqalānī, al‑Durar al‑kāmina, VI, p. 131.
  • 54 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 307.

53Ce n’est en effet qu’en 765/1363‑64, sous le règne du sultan al‑Ašraf Ša‘bān (1363‑1376), que les sources évoquent la réouverture solennelle de la porte en présence des autorités de la ville « après qu’elle eut été fermée durant une période dépassant les 200 ans » 51 ! On lui donna alors le nouveau nom de « Bāb al‑qiblī » ou la « porte sud » 52. Cette réouverture répondait à la requête des habitants et des voyageurs qui la souhaitaient pour des raisons de commodité. Le gouverneur de l'époque, l'émir Manklībuġā al‑Šamsī, consulta les cadis de la ville qui s’y montrèrent favorables. Il attendit ensuite qu’arrive le décret sultanien. Cette ré‑ouverture s’accompagna de travaux consistant en la construction d’une porte dotée d’une arche (qanṭara) et d’une grande voûte (qabū kabīr53 et en l’aménagement d’un pont large de plus de dix coudées dites « des menuisiers » (environ 7,75 m) permettant à la fois « l’aménagement d’une bāšūra sur ses deux côtés » et son franchissement tant par les piétons que par les cavaliers. Cet ouvrage fut doté d’une bāšūra 54. Selon les chroniques, les travaux décidés en ša‘bān de l’année 765/mai 1364 furent entièrement exécutés durant le mois suivant de ramaḍān (juin 1364).

  • 55 Abū l‑Baqā' al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 17 ; Ibn Ṭūlūn, al‑Šam‘a, p. 10. Aucune date ne peut être (...)
  • 56 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 384.
  • 57 Watzinger et Wulzinger (1924, p. 183) signalent qu’entre 1910 et 1917 un parement de la tour qui j (...)

54La porte fut de nouveau murée comme le constatent les auteurs de la fin de l’époque mamlouke et du début de l’époque ottomane 55 sans doute dès l’époque des affrontements de l’émir Minṭāš avec le sultan Barqūq et des sièges successifs de Damas au début des années 1390 qui entraînèrent la condamnation des portes : Bāb Kaysān semble être la seule à n’avoir jamais été réouverte 56. Les gravures et les photographies du xixe siècle et du début du xxe siècle montrent une porte murée, se dégradant progressivement 57.

La porte de « Saint‑Paul »

  • 58 Porter signale qu’une fenêtre semblable à celle par laquelle saint Paul s’était enfui, était encor (...)
  • 59 Matthew Paris’s Map of the Route to Jerusalem. St Albans, c. 1250 (British Library Royal MS 14 C v (...)

55À partir des derniers siècles du Moyen Âge, cette porte, qui disparaît peu à peu des chroniques arabes, est systématiquement mentionnée dans les récits des voyageurs occidentaux passant par Damas. Elle est en effet alors identifiée comme le lieu par lequel saint Paul s'enfuit de la ville à l’aide d’une corbeille descendue du haut d’une fenêtre percée dans la muraille 58. Le premier à qualifier Bāb Kaysān de Porta sancti Pauli est Matthieu Paris en 1244 59 (fig. 78). Il est probable que cette localisation médiévale trouve son origine dans la présence à l’arrière de la porte du quartier juif nettement constitué à cette époque. En s’appuyant sur le récit des Actes des Apôtres, les voyageurs chrétiens devaient identifier les habitants du quartier avec les descendants de la communauté qui avait persécuté l’apôtre.

Figure 78 : Représentation de la porte de Saint Paul à Damas, Matthew Paris, Itinéraire de Londres à la Terre sainte. St Alban, parchemin, v. 1250.

Figure 78 : Représentation de la porte de Saint Paul à Damas, Matthew Paris, Itinéraire de Londres à la Terre sainte. St Alban, parchemin, v. 1250.

British Library, Royal MS 14 C VII , f. 4v.

  • 60 Voir l'inscription bilingue français‑arabe située sur la façade nord : « Sanctuaire grec catholiqu (...)

56Cette longue tradition chrétienne a conduit à la fabrique de la porte de saint Paul que nous observons aujourd’hui (fig. 79). Celle‑ci est issue d'une transformation réalisée au début des années 1920 à l’initiative d’Eustache de Lorey, alors directeur de l'Institut français d’archéologie et d’art musulman de Damas. Les travaux ont consisté en la construction d’une nouvelle porte intégrant les vestiges anciens, qui donne accès à une chapelle de culte grec catholique consacrée en 1925 à saint Paul 60 ; le nom de Bāb Kaysān s’est alors définitivement effacé pour laisser la place à celui de l’apôtre (fig. 80).

Figure 79 : Bāb Kaysān, façade sud de la chapelle Saint‑Paul.

Figure 79 : Bāb Kaysān, façade sud de la chapelle Saint‑Paul.

© I. Hajjar, 2006.

Figure 80 : Bāb Kaysān, plaque commémorative sur la façade est de la chapelle.

Figure 80 : Bāb Kaysān, plaque commémorative sur la façade est de la chapelle.

© Cl. Piaton, 2011.

Étude archéologique (fig. 81a et 81b)

Figure 81a : Bāb Kaysān. Relevé de l’état des lieux et proposition de restitution : coupe et façades.

Figure 81a : Bāb Kaysān. Relevé de l’état des lieux et proposition de restitution : coupe et façades.

© Cl. Piaton.

Figure 81b : Bāb Kaysān. Plan avec proposition de restitution des phases de construction.

Figure 81b : Bāb Kaysān. Plan avec proposition de restitution des phases de construction.

© Cl. Piaton.

57La porte actuelle ouvre vers le sud où son massif est en saillie d'environ 6 m par rapport au nu extérieur du rempart. Côté nord, le massif est aligné sur le nu intérieur de l'enceinte.

58La façade sud en grande partie reconstruite est parfaitement symétrique. Elle présente un décor de style néo‑byzantin qui mêle symboles chrétiens et ornements de l’architecture militaire. La partie centrale qui contient la porte surmontée d'une archivolte en plein cintre, est flanquée de deux avant‑corps. Au‑dessus de la porte, s'ouvrait une baie à croisée de pierre encadrée d'une triple frise de rinceaux (fig. 82) qui fut, semble‑t‑il, très rapidement dissimulée derrière une bretèche décorative. Dans la partie haute du massif, file un large bandeau sculpté de rinceaux et interrompu, au centre des deux avant‑corps, par un médaillon décoré d'un chrisme. Au‑dessous de chaque médaillon, deux reliefs circulaires évoquant des boucliers ou des colonnes en boutisse encadrent une fausse archère. Le couronnement du massif est décoré d'une arcature aveugle. Deux blocs sculptés sont en remploi dans la maçonnerie de l'avant‑corps ouest : un bloc portant un cartouche anépigraphe avec queue d'aronde et un fragment de bloc inscrit (Inscr. n° 23).

Figure 82 : Bāb Kaysān, chantier de reconstruction, carte postale, v. 1922.

Figure 82 : Bāb Kaysān, chantier de reconstruction, carte postale, v. 1922.

Collection particulière.

59Depuis le seuil de la porte situé à environ 2 m au‑dessus du niveau de la rue actuelle et accessible par un escalier, on pénètre dans une pièce (largeur : 4 m ; longueur : 6,50 m) voûtée en berceau légèrement brisé (hauteur sous clé : 6 m). Celle‑ci dessert à gauche (ouest) une petite salle (ancienne sacristie ?) et à droite (est), dans un renfoncement du mur, un étroit passage qui s'ouvre au pied de la muraille. L'accès à la chapelle (surface d'environ 60 m2) adossée au nord se fait par un second escalier de six marches (hauteur totale : 0,90 m) qui occupe toute la largeur de la pièce.

60Le type d'appareil diffère selon les murs. Sur la façade, l'appareil est orthogonal. Les sept premières assises ont des hauteurs comprises entre 0,45 et 0,60 m, les suivantes d'environ 0,80 m. On relève aussi des variations entre l'appareil des avant‑corps aux joints grossiers et celui de l'encadrement de la porte dont le parement est parfaitement dressé.

61À l'intérieur, les parements montrent plusieurs ruptures d'appareil. Sur la paroi est, les niveaux d'assises qui s'interrompent à chaque décrochement du plan, attestent des additions successives. Le segment nord, au contact avec la chapelle, présente un joint vertical qui marque une franche rupture d'appareil entre la section du mur d'enceinte est‑ouest (épaisseur : 3 m), composée de deux parements en blocs de calcaire blanc (hauteur : 0,45 à 0,50 m) enserrant une fourrure en petits moellons, et des reprises postérieures.

62Sur la paroi ouest en vis‑à‑vis, on relève, outre des décrochements d'assises liés à ceux du plan, la présence, dans le segment nord, sur une longueur de 3 m, de trois assises de gros blocs d'une hauteur de 0,90 à 1 m (fig. 83).

Figure 83 : Bāb Kaysān, blocs antiques de la paroi intérieure ouest.

Figure 83 : Bāb Kaysān, blocs antiques de la paroi intérieure ouest.

© J.‑O. Guilhot, 2008.

63À ces observations des élévations in situ, s'ajoutent les données fournies par un ensemble de documents iconographiques (gravures et photographies) conservés dans des fonds patrimoniaux. Ceux‑ci présentent deux états : avant et après le réaménagement de la tour située à l’est de la porte.

64Le premier état est illustré par une photographie et deux gravures. La photographie, signée Bonfils et datée de 1868 (fig. 84), montre la porte bouchée pourvue d'un linteau droit à deux crossettes surmonté d'une plate‑bande de décharge à huit crossettes. Le sommier est de la plate‑bande porte une inscription de deux lignes en arabe, qui, compte tenu de son léger empiétement sur le premier claveau, semble avoir été sculptée in situ. La porte est précédée d’un grand arc de forme outrepassée dont ne subsiste que les trois premiers claveaux du côté est. Le massif de la porte est adossé à une tour barlongue pourvue de deux niveaux d'archères et qui présente sur sa façade longue deux types d’appareil : sur les six assises basses des blocs dont les joints sont dégarnis et au‑dessus des blocs de plus grand gabarit parfaitement ravalés et montés à joints fins.

Figure 84 : Bāb Kaysān, vue depuis l’ouest de la façade sud et de la tour. À droite, on distingue une inscription sur le premier claveau de l’arc de décharge du linteau, Bonfils, photographe, v. 1868.

Figure 84 : Bāb Kaysān, vue depuis l’ouest de la façade sud et de la tour. À droite, on distingue une inscription sur le premier claveau de l’arc de décharge du linteau, Bonfils, photographe, v. 1868.

Library of Congress.

  • 61 Porter, 1882, p. 340.

65Deux gravures, l’une publiée en 1874 (fig. 85) et l’autre dans l’édition de 1882 de l’ouvrage de Porter 61(fig. 7), bien qu’offrant des représentations maladroites ou en partie restituées de la porte, permettent néanmoins de nous informer sur le nombre d’inscriptions portées sur le monument. La gravure de 1874 en mentionne deux, une sur le linteau de la porte et une sur la tour, tandis que la gravure de 1882 présentant la porte restituée ne figure qu’une seule inscription sur un bloc situé deux assises au‑dessus du linteau. L’inscription au‑dessus de la porte, bien qu’elle ne soit pas située à son emplacement exact, pourrait être celle photographiée sur l’arc de décharge. De même, la trace du cadre de l’inscription de la tour apparaît également sur la photographie au centre de l’assise supérieure. La longueur du cadre qui s’étend sur au moins six blocs et sa position très haute rappelle les bandeaux épigraphiques monumentaux de l’époque mamlouke. On distingue aussi sur cette même façade un bloc anépigraphe pourvu d'un cadre à queues d'aronde utilisé comme linteau de l’archère centrale basse. Ce bloc est aujourd’hui remployé dans la façade de la nouvelle porte.

Figure 85 : Bāb Kaysān, dessin de la porte avec indications de la position des inscriptions, François Canedi, graveur, v. 1870, Les Missions catholiques.

Figure 85 : Bāb Kaysān, dessin de la porte avec indications de la position des inscriptions, François Canedi, graveur, v. 1870, Les Missions catholiques.

Bulletin hebdomadaire de l'Œuvre de la propagation de la foi, 1874, t. 6, p 191.

Library of Congress.

  • 62 Cette tour était utilisée au début du xxe siècle comme atelier (Watzinger, Wulzinger, 1924, p. 183 (...)

66Un état postérieur montrant la tour restaurée est illustré par deux autres photographies, l’une signée par Bonfils (fig. 86) et l’autre par l’American Colony, Jerusalem (après 1880) (fig. 87),  ; celle‑ci transformée en atelier est alors couverte d'une toiture en bâtière et son mur ouest reconstruit est percé de deux baies qui dominent le massif de la porte 62. Les deux vues montrent le linteau de la porte arraché (l’une avec et l’autre sans le bloc inscrit) et mettent en lumière l’espace ménagé entre la porte et l’arc monumental qui sert d’assommoir ainsi que deux blocs à bossage du seuil, situés à au moins 1,5 0 m au‑dessus du niveau du sol extérieur.

  • 63 Dabbour, 2006, I, p. 86‑89.

67Cette disposition s’explique par la présence d’un fossé en avant du monument. On repère également au premier plan, à une distance estimée à environ 5 m, l'arase d'un mur parallèle au rempart dont les élévations en pisé étaient encore visibles sur la photographie de 1868. Ce mur pourrait reprendre le tracé originel du faṣīl repéré aussi au sud de Bāb Šarqī sur les photographies anciennes et mis au jour lors des fouilles archéologiques conduites en avant du rempart sud entre Bāb Kaysān et Bāb Ṣaġīr 63. Cet état est le dernier connu avant la reconstruction des années 1920.

Figure 86 : Bāb Kaysān, vue depuis l’ouest de la façade sud et de la tour, Bonfils, photographe, v. 1890.

Figure 86 : Bāb Kaysān, vue depuis l’ouest de la façade sud et de la tour, Bonfils, photographe, v. 1890.

Collection particulière.

Figure 87 : Bāb Kaysān, vue du rempart, de la façade sud et de la tour après 1880, photographie anonyme, St Paul’s wall, American Colony Jerusalem.

Figure 87 : Bāb Kaysān, vue du rempart, de la façade sud et de la tour après 1880, photographie anonyme, St Paul’s wall, American Colony Jerusalem.

Library of Congress.

Chronologie de la construction (fig 81b)

68Le flanc ouest du massif qui contient des blocs de grand appareil (hauteur supérieure à 0,80 m) est le seul vestige attesté d’une structure antique. Aucun élément significatif ne permet cependant de situer avec précision l’emplacement de la porte antique dédiée à Saturne.

69L’observation des structures en place et leur confrontation aux photographies prises entre la fin du xixe siècle et les années 1930, mettent en revanche en évidence plusieurs états successifs du rempart et de la porte. Le mur du rempart byzantin bien visible à l’ouest de la porte sur les photographies anciennes constitue aujourd’hui le mur nord de la sacristie. La première porte était située dans son alignement ou peut‑être en légère saillie vers l’extérieur. On identifie aussi très bien sur les photographies anciennes la reconstruction de cet ensemble par un mur en basalte caractéristique des constructions du règne de Nūr al‑Dīn.

  • 64 Watzinger, Wulzinger, 1924, p. 183.

70Dans une phase postérieure, une tour de flanquement [E], dont Watzinger et Wulzinger donnent des dimensions précises (22 m de long, 9 m de large et 11 m de haut), fut construite à l’avant du rempart, à l’est de la porte 64. Cette tour pourvue de deux niveaux d’archères et probablement d’un troisième niveau de défense sur la terrasse, devait alors constituer l’ouvrage le plus important de la muraille sud. La reconstruction des années 1920 (fig. 88) n’en a conservé qu’une petite partie : sept assises du mur sud sur une longueur de 5 m. En l’état, il n’est pas possible de dater précisément ce monument. On ne peut que postuler une construction contemporaine de celle de la grande tour située plus à l’est au point d’inflexion de la muraille vers le nord dont la longueur est semblable. Ces aménagements s’inscriraient ainsi dans la grande phase de travaux de renforcement des fortifications de ce secteur conduite dans les années 1220 par al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam (Inscr. n° 13).

Figure 88 : Bāb Kaysān, la porte reconstruite, carte postale, années 1930.

Figure 88 : Bāb Kaysān, la porte reconstruite, carte postale, années 1930.

Collection particulière.

71La troisième phase d’aménagement de l’époque médiévale correspond à la construction d’une nouvelle porte en avant de la précédente et accolée à la tour. Cette porte représentée sur les gravures et les photographies est sans conteste de facture médiévale. Plusieurs éléments l'attestent : un linteau droit surmonté d’un arc de décharge à crossettes, situés en retrait d'un grand arc légèrement outrepassé ménageant une fente d'assommoir, ainsi qu'une inscription en arabe gravée sur son tympan et parfaitement intégrée à l'architecture. En s'appuyant sur ces quelques éléments stylistiques, on peut rattacher sa typologie à celle de Bāb Tūmā et Bāb al‑Faraǧ nord, toutes deux datées du xive siècle. Cette datation est en accord avec le récit de la réouverture de la porte en 765/1363‑64. Les différences d’appareil observées sur la façade de la tour pourraient quant à elles attester sa reconstruction par les Mamlouks.

72La dernière phase, celle des années 1920, a consisté à recomposer une porte pour matérialiser à l’époque du mandat français l’épisode de la fuite de saint Paul et transformer ce lieu en un sanctuaire chrétien. Les travaux ont alors habilement réutilisé des structures anciennes, soit en les conservant en place (partie ouest de la tour, piédroit de la porte mamlouke, courtine ouest) soit en les démontant (partie est de la tour) pour remployer les blocs dans les nouveaux murs.

73Les données archéologiques et les sources textuelles montrent la permanence en un même lieu d’une porte désignée à l’époque arabe sous le nom de Bāb Kaysān et connue aujourd’hui sous le nom de Saint‑Paul (Mar Boulos). Quatre grandes phases d’aménagement depuis l’Antiquité jusqu’à l’époque contemporaine peuvent donc être distinguées : une première porte inscrite dans la muraille antique en usage jusqu’au milieu du xiie siècle avant d’être bouchée par Nūr al‑Dīn ; l’adjonction d’une tour de flanquement au début du xiiie siècle en avant de la porte condamnée ; la reconstruction de la porte au milieu du xive siècle qui à son tour fut bouchée de la fin du Moyen Âge jusqu’au début du xxe siècle ; enfin, la reconstruction de la porte, au début des années 1920, dans un style néo‑byzantin pour donner accès à une chapelle dédiée à saint Paul.

Tour entre Bāb Kaysān et Bāb Šarqī [F]

74À environ 330 m à l’est de Bāb Kaysān et à environ 90 m au sud de Bāb Šarqī, au point d’inflexion de la muraille vers l’ouest, subsistent les vestiges d’une imposante tour [F] dont les élévations ont été remises au jour en 2000 lors de l’aménagement d’un passage piétonnier souterrain. Cette tour rectangulaire d’environ 21 x 9 m de côté est détachée de l’enceinte qui est située à environ 4 m à l’arrière.

75La position très avancée de la tour lui permettait de contrôler facilement les deux portions de courtines situées au nord et à l’ouest, où, comme le montrent les photographies, la vue s’étendait jusqu’à la grande tour de Bāb Kaysān.

76Les vestiges sont conservés sur une hauteur d’environ 6 m, soit sept assises y compris celle de fondations. Cette dernière est constituée de nombreux tambours de colonnes posés en boutisse. Le soubassement compte trois assises (hauteur totale : 2,35 m) dont les deux supérieures forment un talus. Les parements de l’élévation sont en partie constitués de blocs à bossage. Ces deux parties de l’élévation se distinguent par la mise en œuvre et la taille de leur maçonnerie : pour le soubassement, des blocs parfaitement équarris aux faces dressées et montés à joints fins et pour les parties supérieures, des blocs de plus gros gabarits à bossage assemblés à joints grossiers. Il semble de plus que les matériaux proviennent de carrières différentes (fig. 89).

  • 65 Porter, 1855, p. 41.

77Au xixe siècle, les vestiges de la tour, réoccupés par une maison, ont été photographiés (fig. 90) et décrits par le révérend Porter qui avait notamment relevé la base talutée du mur 65. À l’arrière de la tour, contre l’angle du rempart, on repère aussi sur les photographies du milieu du xixe siècle, les traces d’arrachement des maçonneries d’une ancienne tour d’angle.

Figure 89 : Tour entre Bāb Kaysān et Bāb Šarqī, vue de la base talutée.

Figure 89 : Tour entre Bāb Kaysān et Bāb Šarqī, vue de la base talutée.

© J. Jehel, 2010.

Figure 90 : Tour entre Bāb Kaysān et Bāb Šarqī, vue des vestiges transformés en habitations, Francis Frith, photographe, 1858‑1860.

Figure 90 : Tour entre Bāb Kaysān et Bāb Šarqī, vue des vestiges transformés en habitations, Francis Frith, photographe, 1858‑1860.

Collection particulière.

  • 66 Voir supra, chap. I « Les apports de l’archéologie ». Dabbour, 2012, p. 24, 28 et p. 39, fig. 6 : (...)

78Les photographies prises entre la fin du xixe siècle et le début des années 1920, montrent un mur en terre crue situé en avant de la tour et parallèle à l’enceinte. Ce mur dont la base est constituée de gros blocs de calcaire pourrait avoir été construit à l’emplacement du mur de contrescarpe du fossé, dont des traces ont été mises au jour plus à l’ouest 66. Aucun vestige en place ne permet de restituer le tracé de ce mur jusqu’à Bāb Šarqī et son articulation avec les ouvrages avancés (bāšūra et tour) qui défendaient cette porte.

79Aucune inscription n’a été conservée sur cette tour, mais il faut signaler que lors des fouilles de 2000, une dalle de calcaire a été retrouvée dans le secteur évoquant les aménagements de l’escarpe et de la contrescarpe par al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam en 623/1226 (Inscr. n° 13).

  • 67 Belon du Mans, Voyage, p. 393.
  • 68 Laurent d'Arvieux, Mémoires, II, p. 447.

80En 1553, le voyageur français Belon du Mans mentionne la présence in situ au haut de cette tour d’une inscription arabe surmontant une dalle de marbre où sont « entaillés deux lis à côté desquels est un lion » 67. Le chevalier d’Arvieux, lors de son séjour à Damas en 1660 signale à son tour sur les murs de cette tour « deux Fleurs de Lys et deux lions, taillés de relief, au milieu desquels il y a une grande table de marbre, avec une inscription en caractères arabes » 68. Ces emblèmes du lion et de la fleur de lys sont caractéristiques du sultan mamlouk Barqūq qui régna de 1382 à 1399 (fig. 91).

Figure 91 : Bloc sculpté en bas relief de deux lions passants affrontés encadrant une fleur de lys, chacune des figures inscrite dans un cercle, jardin du Musée national de Damas.

Figure 91 : Bloc sculpté en bas relief de deux lions passants affrontés encadrant une fleur de lys, chacune des figures inscrite dans un cercle, jardin du Musée national de Damas.

© J.-O. Guilhot, 2008.

  • 69 Porter, 1855, p. 41.

81Il est donc possible à partir de toutes ces donnés de proposer une première construction de la tour dans les années 1220 et la reconstruction de ses élévations à l’époque mamlouke. Elle fut démantelée dans les années 1840 par Ibrāhīm Bāšā qui en réutilisa les blocs pour contruire des casernements 69.

Bāb Šarqī [5]

82La porte médiévale connue sous le nom de Bāb Šarqī ou « la porte de l’est » réutilisait l'arc monumental antique situé dans le prolongement de la via Recta qui marquait l'entrée orientale de la ville depuis l’époque byzantine. Aucune route en direction de l'est n'est toutefois aujourd'hui associée à cet axe antique majeur sinon des voies secondaires se perdant dans les jardins de la Ghouta.

83Les travaux d’anastylose de l'arc monumental à trois arches engagés à partir des années 1950 ont conduit à l'effacement d’une partie des vestiges de la porte médiévale (fig. 92 et 93). Nous disposons toutefois d'une riche iconographie (gravures, photographies) pour décrire son état à partir de la seconde moitié du xixe siècle.

Figure 92 : Bāb Šarqī, vue du chantier de restauration de l’arc antique, carte postale, années 1970.

Figure 92 : Bāb Šarqī, vue du chantier de restauration de l’arc antique, carte postale, années 1970.

Collection particulière.

Figure 93 : Bāb Šarqī, façade ouest de l’arc antique restauré.

Figure 93 : Bāb Šarqī, façade ouest de l’arc antique restauré.

© J.-O. Guilhot, 2011.

Étude historique

  • 70 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 44.
  • 71 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17 ; Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 35 ; Ibn (...)

84L’origine antique de Bāb Šarqī ne fait aucun doute pour les auteurs arabes qui, même à une époque tardive, à l’instar d’Ibn Kaṯīr (m. 1373), parlent de l’arc romain (al‑qanṭara al‑rūmāniyya) qui constitue la structure de cette porte 70. Elle aurait été dédiée dans l’Antiquité, comme la porte orientale d’Alexandrie, à l’astre solaire et sa situation à l’est de la ville, tournée vers le soleil levant, serait à l’origine de son nom 71.

  • 72 La plupart des sources signalent que Ḫālid b. al‑Walīd fit le siège de la ville à Bāb Šarqī et s’e (...)

85Bāb Šarqī est mentionnée, avec Bāb al‑Ǧābiya, comme une des deux principales portes de Damas au moment de la conquête arabe de 14/635. Les troupes de Ḫālid b. al‑Walīd en font le siège alors que son accès en avait été condamné par des pierres et protégé par un fossé rempli d’eau. Les conditions d’entrée du général arabe dans la ville divergent d’une source à l’autre, cependant les plus nombreuses soulignent que cette porte fut prise par la force, par des soldats soit qui auraient traversé le fossé à la nage, puis escaladé la muraille soit, selon une autre version, qui auraient appuyé des échelles contre celle‑ci pour pénétrer dans la ville et ouvrir la porte aux armées arabes 72. Dans le même temps, à l’autre extrémité de la via Recta, les Damascains ouvraient Bāb al‑Ǧābiya aux troupes d’Abū ‘Ubayda.

  • 73 Sur ce lieu, voir Sourdel, Sourdel‑Thomine, 1979, p. 150‑151. On vénérait également une maison de (...)

86La personnalité emblématique de Ḫālid b. al‑Walīd explique qu’au fil des siècles les endroits marquant son passage à Damas devinrent des lieux de dévotion. Le plus vénéré était celui de l’emplacement où il avait dressé sa tente aux environs de Bāb Šarqī sur lequel fut érigé un oratoire considéré comme le premier lieu de culte musulman de la cité 73.

  • 74 Sur cet épisode, voir Ṭabarī, Ta’rīḫ, IV, p. 355 ; Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXV, p. 6 : (...)

87Le rôle majeur de Bāb Šarqī apparaît de nouveau en 132/749 au moment du siège de Damas, alors capitale des Umayyades, par les armées abbassides. C’est précisément au‑devant de cette porte que s’installent les troupes de ‘Abd Allāh b. ‘Alī, le commandant en chef de cette armée de 8 000 hommes, alors que des émirs de second rang sont placés devant les autres portes de la ville. Une fois encore grâce au franchissement de la muraille à l’aide d’échelles et à l’ouverture des portes, c’est par Bāb Šarqī – en même temps que par Bāb Ṣaġīr – que les armées abbassides pénètrent dans la ville 74.

  • 75 Yaḥyā b. Sa‘īd d’Antioche, Histoire, p. 430‑431.

88Cet épisode, comme le précédent et plusieurs autres par la suite, montre que Bāb Šarqī était la cible première des armées assiégeantes et l’un des points faibles de la défense urbaine à cause des trois arches de son entrée monumentale particulièrement difficile à protéger. La défense de la cité en ce point consistait donc à murer ces trois baies comme le fit encore Muḥammad b. Abī Ṭālib, le chef des milices urbaines (aḥdāṯ), qui avait pris le pouvoir à Damas en 410/1020 avant que les Damascains, qui l’avaient un temps soutenu, ne le renversent et décident de rouvrir la porte 75.

  • 76 La plus ancienne mention de cette bāšūra se trouve chez Ibn ‘Asākir qui signale « une canalisation (...)
  • 77 Abū Šāma, Rawḍatayn, I, p. 71‑77.

89Au moment où Ibn ‘Asākir écrit son Histoire de Damas à la fin du règne de Nūr al‑Dīn (549‑569/1154‑1174) et au début de celui de Saladin (569‑589/1174‑1193), la grande arche centrale et l’arche sud ont été définitivement condamnées et l’accès à la via Recta se fait par l’arche nord qui devient jusqu’au milieu du xxe siècle la nouvelle Bāb Šarqī. Le prince de Damas Nūr al‑Dīn, qui avait précisément fait son entrée dans la ville en 549/1154 par cette porte, est à l’origine de ce réaménagement complet, ayant pris alors conscience des difficultés à assurer la défense des accès antiques. Outre la condamnation de deux des trois arches, il fit aménager, au devant de l’arche nord, « une barbacane (bāšūra) à deux portes » 76. Si l’on se fonde sur les éléments fournis par l’inscription du Recueil Schefer (Inscr. n° 4), l’ensemble de ces travaux aurait eu lieu en 559/1163‑64, date tout à fait plausible se situant entre la décision de Nūr al‑Dīn de réaménager la muraille en 554/1159 77 et la conduite des travaux de même nature en 560/1165‑66 à Bāb al‑Ǧābiya (Inscr. n° 5).

  • 78 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 174 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 44 ; al‑Nuwayrī, Nihāyat, XXIX, p. 39.

90L’arc monumental, désormais intégré aux deux tiers dans la muraille et partiellement bouché, perdit son caractère symbolique et subit le sort de nombre de monuments antiques désaffectés en étant utilisé comme carrière. En ša‘bān 602/mars‑avril 1206, à l’initiative d’Ibn Šukr, vizir d’al‑Malik al‑‘Ādil, frère de Saladin, qui régnait alors sur Damas, l’arc fut partiellement détruit et ses pierres furent remployées pour le pavement de la cour de la grande Mosquée qui fut achevé deux ans plus tard en ramaḍān 604/mars‑avril 1208 78.

91Les derniers aménagements signalés par les textes sont l’œuvre d’al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam (1218‑1227), mentionné dans la seule inscription aujourd’hui conservée et datée de 623/1226 (Inscr. n° 14). Celle‑ci a été replacée au‑dessus de la clé de l’arc, sur la face intérieure, de la petite arche septentrionale. L’emploi dans ce texte du terme taǧdīd ou « réfection complète » montre que les travaux furent de grande ampleur et portèrent à la fois sur la muraille et sur le fossé sans que la porte ne soit directement évoquée. Toutefois l’intendant Muḥammad b. Qarsaq, mentionné dans l’inscription, se signala par la suite par l’adjonction de porches à l’arrière des portes antiques de Bāb Ṣaġīr, Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Tūmā.

  • 79 Ibn ‘Aṣākir Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 311.
  • 80 Ces traditions concurrentes sont données par Harawī, Išārāt, p. 15 ; trad. Sourdel‑Thomine, p. 39‑ (...)
  • 81 al‑Raba‘ī, Faḍā’il, p. 72.
  • 82 Ibn Ǧubayr, Riḥla, p. 229 ; Ibn Jobaïr, Voyages, III, p. 328.

92Dans la seconde partie du Moyen Âge, Bāb Šarqī, devenue une porte secondaire de Damas tournée vers la Ghouta et au‑devant de laquelle avait été aménagée une aire à battre le blé 79, continua néanmoins à susciter l’intérêt des voyageurs et des auteurs de guides de lieux de pèlerinage. Elle apparaît alors, avec d’autres lieux concurrents de Damas tels la grande Mosquée ou l’église de Marie 80, comme l’endroit où devait descendre ‘Īsā/Jésus à l’approche du Jugement dernier, avant d’aller combattre le Daǧǧāl (l’Antéchrist). Cette tradition trouve ses origines dans un ḥadīṯ figurant dans le recueil canonique de Muslim écrit au iiie/ixe siècle qui mentionne la descente de Jésus « sur un minaret blanc à l’ouest de Damas ». Al‑Raba‘ī est le premier, en 435/1043, à situer précisément ce lieu dans son recueil sur les Merveilles du Šām et de Damas : « Jésus, fils de Marie – Que la paix soit sur eux – apparaîtra sur (‘inda) le minaret de Bāb Šarqī, puis il ira à la grande Mosquée où il siègera sur le minbar » 81. La présence de cette construction est confirmée un siècle plus tard par le voyageur andalou Ibn Ǧubayr qui parle sans ambiguïté en 580/1184 du « minaret blanc » de Bāb Šarqī 82 qui pourrait avoir la même forme que celui qui se dresse encore aujourd’hui au‑dessus de la porte.

Étude archéologique (fig. 94a et 94b)

Figure 94a : Bāb Šarqī. Relevé de l’état des lieux : coupe et façades.

Figure 94a : Bāb Šarqī. Relevé de l’état des lieux : coupe et façades.

© (Cl. Piaton).

Figure 94b : Bāb Šarqī. Plan avec proposition de restitution des phases de construction.

Figure 94b : Bāb Šarqī. Plan avec proposition de restitution des phases de construction.

© (Cl. Piaon).

  • 83 Watzinger, Wulzinger, 1921, p. 76.
  • 84 Mesures prises sur le chantier en 2008.

93De l’arc monumental originel à trois arches, il ne subsiste que les deux arches latérales ainsi que les deux premiers claveaux de l'arche centrale. Les autres élévations en grand appareil que l’on voit aujourd’hui ont été restituées lors de plusieurs campagnes de restauration lancées à partir des années 1950. Le dessin de restitution le plus abouti du monument antique est celui qui fut proposé par Watzinger et Wulzinger 83 à la fin des années 1910 (fig. 9). Les deux chercheurs situaient alors le niveau de la voie antique à environ 3 m au‑dessous du niveau de la chaussée actuelle. Cette hypothèse a pu être récemment confirmée par des mesures effectuées dans des tranchées ouvertes à l’occasion des travaux de voirie conduits le long de la via Recta 84. Ces travaux ont aussi mis au jour plusieurs vestiges du portique nord (colonnes, chapiteaux, architraves) de la voie. Les traces d'accroche des architraves du portique sont par ailleurs conservées au revers (face ouest) de l’arche nord de l'arc monumental.

94La pile nord de l’arche centrale qui contenait l'escalier d'accès à la terrasse de l'arc, doit sa conservation à la présence, sur son sommet, du minaret dit de Jésus (‘Īsā). L'escalier antique en pierre, à volées droites et paliers, sert toujours d’accès au minaret ; il est éclairé par des fentes de jour percées dans les murs de la pile. Au‑dessus de la maçonnerie antique, les élévations sont faites d'une structure porteuse en bois avec remplissage de briques de terre crue recouvertes d’un épais enduit. Un escalier de bois en vis permet d'accéder à la plate‑forme sommitale.

95Compte tenu de la disparition d’une partie de la porte médiévale, sa description s’appuie à la fois sur l’observation des vestiges en place et sur celle de la documentation iconographique ancienne. Jusque dans les années 1950, le passage de Bāb Šarqī était situé dans l'arche nord de l'arc. La grande arche centrale aux trois quarts détruite et l'arche sud étaient murées, sur une hauteur d’environ 4 m, par de gros blocs (trois à quatre assises) dont la première assise était constituée de nombreux tambours de colonnes puis, jusqu'à une hauteur d'environ 9 m, par une maçonnerie de petits moellons.

96À la fin du xixe siècle, la porte conservait encore la forme de l'ouverture antique. Elle présentait un linteau droit mouluré, surmonté d'un arc de décharge en plein cintre également mouluré. Le tympan était bouché par une maçonnerie de petits moellons (fig. 6). Les photographies du début du xxe siècle montrent en revanche une ouverture en plein cintre qui résulte de la dépose ou de l'effondrement du linteau droit (fig. 95). Le même phénomène a été observé à Bāb Ṣaġīr et à Bāb al‑Farādīs. Sous l'arche antique, les engravures horizontales des parements sont les traces en négatif des barres des vantaux de bois de la porte médiévale aujourd’hui disparus. L'engravure oblique sur le parement sud située en vis‑à‑vis d'une cavité rectangulaire sur le parement nord, correspond au passage de la barre transversale que l'on glissait pour bloquer la porte (fig. 96).

Figure 95 : Bāb Šarqī, arche nord, façade est, « Gate to Straight Street, Damascus », Matson Photo Service, photographe, années 1930 (?).

Figure 95 : Bāb Šarqī, arche nord, façade est, « Gate to Straight Street, Damascus », Matson Photo Service, photographe, années 1930 (?).

© Library of Congress, G. Eric and Edith Matson Photograph Collection.

Figure 96 : Bāb Šarqī, vue des engravures, traces en négatif des barres de fermeture des vantaux de bois.

Figure 96 : Bāb Šarqī, vue des engravures, traces en négatif des barres de fermeture des vantaux de bois.

© J. Jehel, 2010.

97Du côté de la ville (face ouest), un petit porche (largeur : 5 m ; profondeur : 2 m) à voûte en berceau brisé était adossé au monument antique (fig. 97). Il en subsiste du côté nord quelques claveaux appuyés sur un mur en blocs de grand appareil ravalés au pic et à ciselure périphérique, type de taille que l’on trouve aussi sur certaines parties de Bāb Tūmā, Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr (fig. 98). Un bloc inscrit (Inscr. n° 14) est disposé au‑dessus de la clé de l'arche romaine, dans une partie remaniée de la maçonnerie.

Figure 97 : Bāb Šarqī, la porte (face ouest) depuis la rue Droite, carte postale, fin du xixe siècle.

Figure 97 : Bāb Šarqī, la porte (face ouest) depuis la rue Droite, carte postale, fin du xixe siècle.

Collection particulière.

Figure 98 : Bāb Šarqī, vestige de la voûte de la dirkāh.

Figure 98 : Bāb Šarqī, vestige de la voûte de la dirkāh.

© J.‑O. Guilhot, 2009.

98Au‑dessus de la porte, un mur en maçonnerie de petits moellons, d’une épaisseur estimée à environ 2 m, s'élève aujourd'hui jusqu'à une hauteur de 13 m (fig. 99). Cette portion de mur longue de 6 m était flanquée par deux tours : au sud, celle formée par le minaret de plan carré (3,80 x 3,80 m) et, au nord, une tour rectangulaire (4 x 5,50 m) en saillie de 4 m par rapport au nu extérieur de la porte. Cette tour [H] en partie conservée présente sept assises basses en grand appareil et des assises supérieures en petits moellons de basalte non équarris. Ses dimensions sont comparables à celles des bases des tours situées contre l'enceinte sud de la ville. Une photographie de la fin du xixe siècle montre qu'une autre tour était située du côté sud de l'arc antique (fig. 100). De forme demi‑circulaire, elle était disposée symétriquement à la tour nord par rapport à l'axe du monument antique et s'élevait probablement, à l'instar des tours de l'enceinte sud, sur une base rectangulaire plus ancienne.

Figure 99 : Bāb Šarqī, façade est, l’arche nord en grand appareil servant de porte, surmontée d’un mur en petits moellons et défendue d’une bretèche.

Figure 99 : Bāb Šarqī, façade est, l’arche nord en grand appareil servant de porte, surmontée d’un mur en petits moellons et défendue d’une bretèche.

© J. Jehel, 2010.

Figure 100 : Bāb Šarqī, vue de la porte médiévale dégagée de ses défenses avancées, photochrome, fin du xixe siècle.

Figure 100 : Bāb Šarqī, vue de la porte médiévale dégagée de ses défenses avancées, photochrome, fin du xixe siècle.

Library of Congress, Photochrom print collection.

99Les vestiges photographiés et dessinés au xixe siècle (fig. 57) montrent deux niveaux de défense. Le premier correspond au chemin de ronde situé à une hauteur qui peut être estimée à 8 m grâce au merlon du parapet conservé contre le minaret (côté sud) ; le second, situé à une hauteur de 11 m, est doté d’une bretèche à deux compartiments flanquée de deux archères. Les façades et les consoles de la bretèche sont monolithes. Ces dernières présentent un profil en lignes brisées proche de celles de Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr, lesquelles en revanche sont constituées de deux blocs superposés. Vu depuis l'est, l'ensemble du massif formait une sorte de tour‑porte d'une ampleur unique dans la muraille de Damas.

  • 85 Porter, 1855, p. 40 : « The doorway of this tower is on the south side, and thus at right angles t (...)

100En avant de ce massif (à l'est), d'autres constructions participaient à la défense de la porte. Aujourd'hui totalement détruites, elles peuvent néanmoins être décrites grâce à la documentation iconographique rassemblée (fig. 101 et 102). Ces sources montrent une série de constructions disposées perpendiculairement au mur d'enceinte. La plus remarquable est une tour rectangulaire [G] couronnée sur au moins deux côtés (sud et est) par des mâchicoulis. Sa dimension peut être estimée à partir du nombre de consoles d'appui : six sur le côté sud et au moins huit sur le côté est, soit environ 7,50 x 10 m. Sur sa face sud, la tour présentait une large porte à linteau droit déchargé. Les photographies ne permettent pas de distinguer d’inscription sur le linteau. La tour était implantée à environ 5 m en avant de la porte. Entre les deux, se dressait une construction en légère saillie vers le sud dont les cinq premières assises étaient en appareil orthogonal et les suivantes en maçonnerie de petits parpaings. Le mur était ouvert au sud par un grand arc brisé dont on ne peut juger s’il s’agissait d’une ouverture permettant d'accéder à la porte ou celle d'une sorte d'īwān. D'après la description donnée en 1855 par le révérend Porter 85, il semblerait que l'on accédait à la porte à partir de la tour qui formait ainsi une entrée en chicane. L’espace entre la tour et la porte avait été couvert par un toit en bâtière comme le montre la conservation de l’enduit au‑dessus de la porte sur les photographies anciennes.

Figure 101 : Bāb Šarqī, vue depuis le sud du rempart et de la porte, « La Porte d'Orient à Damas », Charles Doussault, aquarelle, non datée (1844 ?).

Figure 101 : Bāb Šarqī, vue depuis le sud du rempart et de la porte, « La Porte d'Orient à Damas », Charles Doussault, aquarelle, non datée (1844 ?).

Musée des Beaux-Arts de Rennes.

Figure 102 : Bāb Šarqī, vue depuis le sud-est avant la restauration de la tour, dessin de Taylor d’après photographie, André Khol, graveur, v. 1875, in Louis Lortet, « La Syrie d’aujourd’hui, 1875‑1878 », Le tour du monde, 1882, p. 379.

Figure 102 : Bāb Šarqī, vue depuis le sud-est avant la restauration de la tour, dessin de Taylor d’après photographie, André Khol, graveur, v. 1875, in Louis Lortet, « La Syrie d’aujourd’hui, 1875‑1878 », Le tour du monde, 1882, p. 379.

101La documentation iconographique permet aussi de restituer la liaison archéologique entre la tour à mâchicoulis et la construction en saillie qui est la plus ancienne. Cette dernière pourrait ainsi correspondre à la bāšūra construite par Nūr al‑Dīn (1154‑1174) dont la fonction défensive se cumulait avec celle de la bretèche située au‑dessus de la porte.

  • 86 Damas, vue d’une des portes de la ville, dessin de Pierre‑François Lehoux (Laborde, 1837, pl. XLIV (...)
  • 87 La Porte d'Orient à Damas (musée des Beaux‑Arts de Rennes, Inv. 880.28.4).
  • 88 Pigeory, 1854, p. X.

102Aucune structure de la double enceinte ne figure sur la gravure publiée par Léon de Laborde en 1837 86, ni sur l’aquarelle de Charles Doussault 87 qui pourrait être datée de son séjour à Damas en 1844 88. Montrant deux vues depuis le sud, elles constituent les témoignages iconographiques les plus anciens (fig. 2 et 101).

Chronologie de la construction (fig.94b)

  • 89 Watzinger, Wulzinger, 1921, p. 65, pl. 38‑45.
  • 90 Will (1994, p. 38) semble reprendre pour l’enceinte la datation haute – époque augustéenne – propo (...)
  • 91 Voir supra, note n° 81.

103L’étude de l'arc monumental a été conduite à la fin des années 1910 par Watzinger et Wulzinger 89 qui attribuèrent sa construction au règne de Caracalla. Cette date fait encore débat 90. Si, à l'époque romaine, l’arc était probablement situé en avant du mur d'enceinte et n'avait donc pas fonction de porte, il devint à l'époque byzantine, flanqué de deux tours latérales et intégré au nouveau tracé de l'enceinte, l'une des principales portes de la ville (phase 1). La présence d’un minaret sur son sommet est attestée dès le xie siècle 91. La datation du minaret actuel est difficile, on ne peut que noter sa couleur blanche (enduit à la chaux) conforme aux descriptions données dans les sources médiévales.

  • 92 Voir supra, note n° 76.

104Nulle trace ne subsiste aujourd’hui des aménagements en avant de la porte attribués à Nūr al‑Dīn, comprenant le bouchage des arches sud et centrale ainsi que la construction d’une bāšūra à l'avant de l'arche nord 92. On postule que l’espace situé entre la tour à mâchicoulis et le monument antique, observé sur les photographies des années 1850, correspondait à l’emprise de cette ancienne bāšūra (phase 2). En revanche, les maçonneries en moellons de basalte des élévations de la tour et de la courtine nord, caractéristiques des travaux conduits sous le règne de Nūr al‑Dīn, pourraient appartenir à la phase de travaux commémorés dans l’inscription (Inscr. n° 4), aujourd’hui disparue, qui attribuait « l'aménagement de cette porte, ces remparts et ce fossé » à Nūr al‑Dīn en 559/1163‑64.

  • 93 Voir supra, note n° 78.

105La grande phase suivante de travaux (phase 3) se situe en 623/1226 avec « la réfection complète de ce rempart béni ainsi que du fossé » ordonnée par al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam (Inscr. n° 14). Aucune intervention sur la porte n’est mentionnée mais on peut supposer que le petit porche situé à l’intérieur de la ville a été construit à cette occasion car sa voûte laisse l’inscription n° 14 bien apparente et ses parements en blocs bouchardés et à ciselure périphérique ssont semblables à ceux des autres ouvrages réalisés par Muḥammad b. Qarsaq al‑Mu‘aẓẓamī, l’intendant des travaux de ce prince ayyoubide. La faible profondeur du porche (2 m) par rapport à ceux des autres portes pourrait s’expliquer par sa fonction différente : alors que les terrasses des grands porches sont destinées à porter des machines de guerre, celle de Bāb Šarqī servait à assurer la continuité du chemin de ronde interrompu par la tour du minaret et à desservir l’escalier permettant d’atteindre la défense haute. Il semblerait en effet que les travaux sur la muraille, célébrés par l’inscription, aient d’abord consisté à rehausser la porte et à créer une défense sommitale. Les travaux ont sans doute aussi compris la construction en petit appareil d’un mur sur les vestiges de l’arc monumental au sud de la porte qui, selon les sources93, avait été en grande partie détruit en 602/1206.

106Quant à la tour [G] située devant Bāb Šarqī, décrite à partir des sources iconographiques, la forme de ses mâchicoulis et ses dimensions restituées l’apparentent à la tour datée de 646/1249 (Inscr. n° 21) située entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā (phase 4).

Tour entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā [F]

Étude archéologique

107La tour [F], implantée sur un point d’inflexion de la muraille, dans son angle nord‑est, permet d’en contrôler de longues portions : en direction du nord‑ouest, jusqu’à Bāb Tūmā et en direction du sud, jusqu’à Bāb Šarqī.

  • 94 Sous la direction de H. Saad (DGAM).

108La tour de plan rectangulaire (5 x 8,50 m) est accolée sur son long côté à la muraille (fig. 103). Sa hauteur visible actuelle est d’environ 8,50 m. Une photographie des années 1930 prise depuis un cimetière à l’extérieur du rempart, la montre dégagée sur une hauteur d’environ 11,50 m (fig. 104) et le sondage réalisé par le service des Antiquités de Damas en 200994, au point de jonction avec la muraille ouest, a permis d’atteindre son niveau de fondation. Sa hauteur totale peut ainsi être estimée à 13,50 m. À l’instar de la grande tour rectangulaire située entre Bāb Šarqī et Bāb Kaysān, elle est pourvue d’un soubassement taluté d’une hauteur d’1,70 m composé de six assises (fig. 105). Le sondage montre que la tour est fondée sur le même niveau que le mur de courtine, mais sans toutefois être chaînée avec celui‑ci.

Figure 103 : Tour (I) entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā, vue depuis l’est.

Figure 103 : Tour (I) entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā, vue depuis l’est.

© J.‑O. Guilhot, 2011.

Figure 104 : Tour entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā (I), vue depuis le cimetière au sud-est, Jean Sauvaget, photographe, v. 1930.

Figure 104 : Tour entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā (I), vue depuis le cimetière au sud-est, Jean Sauvaget, photographe, v. 1930.

Collection particulière.

Figure 105 : Tour entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā (I), sondage réalisé en 2009 dans l’angle nord-est par la DGAM.

Figure 105 : Tour entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā (I), sondage réalisé en 2009 dans l’angle nord-est par la DGAM.

© H. Saad, 2009.

109Au‑dessus du soubassement, les élévations présentent un appareil orthogonal régulier composé d’assises de blocs en calcaire d’une hauteur moyenne de 0,45 m. Seule une assise située à 2,50 m au‑dessus du niveau du trottoir actuel se démarque : elle est composée de blocs de basalte et contient sur sa face nord‑est un seul bloc de calcaire qui porte l’inscription de fondation de la tour (Inscr. n° 21).

110La tour présente deux niveaux de défense : d’une part, quatre archères disposées autour d’une grande salle (2,90 x 6,30 m) située à une hauteur de 6,50 m par rapport au sommet du soubassement et, d’autre part, sur ses trois faces, des mâchicoulis sur consoles accessibles depuis la terrasse sommitale. La salle des archères est couverte par deux voûtes d’arête (hauteur sous clé : 4,15 m ; épaisseur : 0,95 m), ses murs ont 1,10 m d’épaisseur. Les archères sont hautes d’1,30 m et larges de 0,10 m. Les consoles des mâchicoulis sont larges de 0,39 m et espacées de 0,70 m. Elles sont formées de deux blocs superposés à profils en quart‑de‑rond et listel semblables à ceux des bretèches de Bāb Tūmā, Bāb al‑Salāma, Bāb al‑Farādīs nord et Bāb al‑Faraǧ nord. Certaines consoles présentent un listel vertical identifié uniquement sur les bretèches de Bāb al‑Faraǧ nord.

111En raison de la disparition de la partie haute des courtines, la liaison entre le chemin de ronde et la tour ne peut être restituée avec certitude. Le sol de la grande salle à archère situé à une hauteur d’environ 6,50 m, pourrait correspondre à celui du chemin de ronde dont la photographie prise depuis le cimetière semble montrer les vestiges du crénelage à la jonction sud de la tour avec la courtine. En restituant une hauteur de 2 m au parapet du chemin de ronde (hauteur observée sur la courtine au nord de Bāb Tūmā), la hauteur totale de la muraille au‑dessus du sol atteindrait 8,50 m.

Chronologie de la construction

  • 95 Yovitchitch, 2011, p. 152.

112La tour présente des maçonneries homogènes qui indiquent une seule phase de construction datée de 646/1248‑49 par l’inscription portée sur sa face nord‑est (Inscr. n° 21). Considérant que les mâchicoulis sur consoles n’apparaissent que vers la fin du xiiie siècle, C. Yovitchitch conteste cette unité de construction : « La tour du prince ayyoubide a été reconstruite sur les deux tiers supérieurs et son inscription réinsérée dans l’assise de réglage de la reprise. La datation du couronnement doit être dissociée de celle donnée par l’inscription » 95. Aucune donnée archéologique ne permet cependant de valider cette affirmation : la nature et le module des moellons de parement, comme l’épaisseur des joints ou l’insertion dans le mur d’enceinte sont identiques sur l’ensemble de la hauteur de la maçonnerie, hormis pour le bandeau de basalte. Cet usage ornemental timide de basalte poli en parement, qui se généralisera sous les Mamlouks, se retrouve avec une alternance de claveaux en calcaire et de claveaux en basalte sur l’arc de Bāb al‑Salāma daté de 1244. On observera également que les deux constructions, quasi contemporaines selon leurs inscriptions, utilisent strictement le même type de consoles.

  • 96 Voir supra chap. I.

113Le mur de l’enceinte dans lequel est insérée la maçonnerie de la tour est plus ancien. Il présente deux phases de construction qui se distinguent par l’emploi de deux types de maçonneries : sur une hauteur de 4 m, des blocs de calcaire de grand appareil et au‑dessus une maçonnerie de parpaings de basalte. Ces deux phases sont attribuées pour la première, à l’époque protobyzantine (ive siècle ou tout début du ve siècle) et pour la seconde, au règne de Nūr al‑Dīn (années 1160) 96.

114La tour a probablement remplacé une tour circulaire en maçonnerie de basalte fondée elle‑même sur une tour plus ancienne de plan rectangulaire.

Bāb Tūmā [6 et 7]

  • 97 Voir Porter, 1855, p. 54.

115Bāb Tūmā ou la « porte de Thomas » est située dans l'angle nord‑est de la ville, sur un point d'inflexion de la muraille. Il s'agit de la dernière porte, en venant de l'ouest, protégée par le Baradā. Ouverte vers l’est, elle desservait à l’époque médiévale la grande route des caravanes en direction d'Alep et de Palmyre 97 qui enjambait la rivière située à une trentaine de mètres, avant de partir vers le nord‑est.

  • 98 Voir Munaǧǧid, 1945, p. 41 et la photographie, p. 43.

116La porte est aujourd’hui isolée au centre d’un vaste carrefour giratoire aménagé dans les années 1980. Une publication de 1945 la montre déjà détachée de la courtine sud et privée de son minaret 98 (fig. 106). Des photographies prises à la fin du xixe siècle permettent néanmoins de restituer Bāb Tūmā dans son contexte urbain antérieur (fig. 107 et 108).

Figure 106 : Bāb Tūmā, façade est, Willem Van de Poll, photographe, années 1950.

Figure 106 : Bāb Tūmā, façade est, Willem Van de Poll, photographe, années 1950.

Archives nationales des Pays-Bas.

Figure 107 : Bāb Tūmā, vue depuis l’est, du pont, du rempart et de la porte, carte postale, années 1920.

Figure 107 : Bāb Tūmā, vue depuis l’est, du pont, du rempart et de la porte, carte postale, années 1920.

Collection particulière.

Figure 108 : Bāb Tūmā, vue du minaret et de la dirkāh depuis la rue venant du sud, carte postale, années 1930.

Figure 108 : Bāb Tūmā, vue du minaret et de la dirkāh depuis la rue venant du sud, carte postale, années 1930.

Collection particulière.

Étude historique

  • 99 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 242 ; Abū l‑Baqā' al‑Bad (...)
  • 100 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), II, p. 407 ; Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas) (...)
  • 101 Wāqidī, Futūḥ al‑Šām, I, p. 75.

117Bāb Tūmā est considérée par les auteurs arabes comme une porte antique qui était dédiée à Vénus (al‑Zuhra) 99. Elle aurait cependant porté, à l’époque byzantine, le nom de Thomas, et aurait conservé cette dénomination après la conquête arabe sous la forme de Bāb Tūmā. Des identifications divergentes de ce personnage apparaissent dans les sources : les plus nombreuses évoquent Thomas, l’apôtre du Christ, auquel aurait été consacrée une église installée sur les rives du Baradā à l’extérieur de cette porte 100 ; d’autres y voient un gendre de l’empereur Héraclius qui aurait participé en ce lieu à la défense de la ville 101.

  • 102 Ibn Qudāma, al‑Ḫarāğ, p. 56 ; Balāḏurī, Futūḥ al‑buldān, p. 120‑123 ; trad. Hitti, p. 186‑189 ; Mu (...)
  • 103 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXV, p. 6.
  • 104 Ṭabarī, Ta’rīḫ, IV, p. 355 ; Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, V, p. 425 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, X, p. 44.

118Bāb Tūmā est mentionnée lors de la prise de Damas en 14/635 comme l’une des six portes devant lesquelles campent les armées de l’Islam. Elle fut alors assiégée par le futur conquérant de l’Égypte, le général ‘Amr b. al‑‘Āṣ 102. En 132/749, au moment du siège de la ville par les armées abbassides, de nouveau un corps de troupes, dirigé par ‘Abbās b. Zafar selon certaines sources 103, ou par Ḥamīd b. Qaḥṭaba selon d’autres 104, campe devant cette porte.

  • 105 Ibn al‑Faqīh al‑Ḥamaḏānī, Buldān, p. 106 ; Ibn al‑Faqīh al‑Ḥamaḏānī, Abrégé, p. 129‑130 ; Muqaddas (...)

119Bāb Tūmā, mentionnée par la suite par la plupart des géographes et des voyageurs du Moyen Âge 105, apparaît comme une porte secondaire de la cité. Elle n’a pas l’importance qu’aurait dû lui donner sa position stratégique comme point d’arrivée de la route venant de Palmyre et d’Alep, sans doute parce que les caravanes n’entraient pas dans la ville et s’égaillaient à l’extérieur des remparts, pour s’installer sur les espaces libres du sud et de l’est. Les convois des personnalités de renom venant d’Alep ou de Bagdad quittaient la route conduisant à Bāb Tūmā juste avant de pénétrer dans la ville pour traverser les faubourgs nord et entrer dans la cité par une porte plus proche de la grande Mosquée ou de la citadelle (Bāb al‑Salāma, Bāb al‑Farādīs, Bāb al‑Farāǧ ou directement par Bāb al‑Ḥadīd).

  • 106 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXVI, p. 68.
  • 107 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 327 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, p. 232.
  • 108 ‘Imād al‑Dīn al‑Iṣfahānī, al‑Bustān al‑ǧāmi‘, p. 462‑463 ; Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, III, p. 64. Il fau (...)

120Aussi rares sont les mentions d’événements majeurs se déroulant à Bāb Tūmā : les troupes du Qaysite et pro‑umayyade Abū l‑Hayḏām y affrontent, à plusieurs reprises, en 176/792‑93 les armées yéménites qui incendient l’église de Thomas (kanīsat Tūmā)106 ; quelques siècles plus tard, en 549/1154, les troupes de Nūr al‑Dīn pénètrent dans la ville par cette porte qui leur a été ouverte en même temps que Bāb Šarqī, mais c’est par cette dernière porte, plus monumentale, que Nūr al‑Dīn fait son entrée triomphale dans la ville 107 ; enfin, en 592/1195, grâce également à des complicités, al‑Malik al‑‘Ādil passe par Bāb Tūmā pour s’emparer de Damas et en chasser al‑Malik al‑Afḍal, le fils de Saladin 108.

  • 109 Abū Šāma, Muḏayyal, II, p. 65 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 165.

121Bāb Tūmā est surtout connue des chroniqueurs pour avoir donné son nom au plus ancien cimetière musulman de la ville (maqbarat Bāb Tūmā) où sont enterrés les conquérants de la cité morts en martyrs ou encore, au milieu du xiie siècle, le šayḫ soufi Raslān. Le pont de Bāb Tūmā permettant de franchir le Baradā est également mentionné à l’époque ayyoubide : sa destruction en 642/1244 par le prince de Damas al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl au moment où il est assiégé par son neveu Naǧm al‑Dīn Ayyūb provoque l’inondation de tous les quartiers nord de la ville situés entre Bāb al‑Salāma et Bāb Tūmā et leur évacuation par la population 109.

  • 110 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 219.
  • 111 Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 35 ; Ibn al‑Taġrībirdī, Nuǧūm, VII, p. 80.
  • 112 Les maisons des chrétiens furent pillées après le départ des Mongols, l’église des jacobites fut d (...)
  • 113 Ibn Kaṯīr signale sous l’année 699/1299 que c’est la seule porte qui demeure ouverte au moment où (...)

122C’est dans les derniers siècles du Moyen Âge que Bāb Tūmā acquiert vraiment l’identité qu’elle a conservée jusqu’à nos jours, celle de porte du quartier chrétien. À ce titre, elle devient, pour quelques mois, au moment de l’invasion mongole de 1260 la principale porte de la ville. La délégation chrétienne qui s’était rendue auprès du chef mongol Hulagu entre triomphalement par cette porte à son retour en brandissant le firman qui confiait le pouvoir aux chrétiens et en portant des croix symboles de la nouvelle religion dominante de la cité 110. Cet épisode est sans doute la cause de la fermeture de Bāb Tūmā quelques années plus tard au moment où écrit l’historien et géographe Ibn Šaddād, entre 671/1272 et 680/1281 111. Il doit s’agir d’une des mesures vexatoires et de défiance prise à l’encontre du quartier chrétien après le départ des Mongols 112. Mais cette fermeture ne fut que temporaire et la porte fonctionna de nouveau à la fin du siècle 113.

  • 114 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXIV, p. 340 ; Yāqūt, Mu‘ǧam al‑buldān, II, p. 447.
  • 115 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 409 ; localisation Élisséeff, 1959, p. 301, n. 2
  • 116 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XLVIII, p. 71.

123Les sources arabes signalent la présence à l’extérieur de cette porte d’une tour byzantine ou umayyade, dont l’emplacement exact, faute de vestiges archéologiques, n’est pas connu. Il s’agit de la Darāǧiyya qui tire son nom de ‘Abd al‑Raḥmān b. al‑Darrāǧ, client (mawlā) et secrétaire (kātib) du calife umayyade Mu‘āwiyya (661‑680), qui en aurait été le possesseur 114. Une poterne, dans le quartier d’al‑Murabba‘a 115, est également mentionnée par Ibn ‘Asākir (m. 1176) à l’est de Bāb Tūmā ; c’est peut‑être par cette même porte, qualifiée par al‑Ḏahabī de « porte secrète (bāb sirr) près de Bāb Tūmā », que s’enfuit en 659/1260 al‑Malik al‑Muǧāhid, prince ayyoubide de Baalbek, à l’annonce de l’arrivée des Mongols 116.

124Une première série de travaux sont conduits sur cette porte sous le règne du prince ayyoubide al‑Malik al‑Nāṣir Dawūd (1227‑1229). Poursuivant la politique de son père al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam, il confie à l’intendant de celui‑ci, Muḥammad b. Qarsaq, qui avait œuvré à Bāb al‑Ǧābiya, Bāb Ṣaġīr et Bāb Šarqī, la rénovation de la porte et de la muraille située dans ce secteur (Inscr. n° 17). Il faut sans doute lui atttribuer la construction du porche adossé à la porte dont la plate‑forme sommitale pouvait recevoir des balistes.

  • 117 Ibn al‑Wardī, Ta’rīḫ, II, p. 295 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 165 ; Ibn al‑Ǧazarī, Ḥawādiṯ al‑zamā (...)

125D’autres travaux furent par la suite conduits à l’initiative du célèbre gouverneur mamlouk de Damas, Tankiz. Alors qu’il pénétrait dans la ville par Bāb Tūmā, il constata que l’arc de cette porte s’effondrait et il ordonna que la façade soit abattue et reconstruite dans les meilleurs délais. La porte fut « surélevée de dix coudées (environ 5 m) », elle fut également élargie et les ferronneries des vantaux furent changées. Les travaux semblent avoir été conduits en un temps record puisque commencés selon les chroniques au début du mois de rabī‘ I 734/10 novembre 1333 117, ils furent achevés durant la première décade de rabī‘ II/10‑19 décembre 1333 comme le signale l’inscription conservée sur le linteau (Inscr. n° 25).

Étude archéologique

Bāb Tūmā 1 (poterne)

126À environ 130 m au sud‑est de l'actuelle Bāb Tūmā, dans un segment de la muraille nord‑sud, on relève les traces d’une petite porte [6] aujourd’hui bouchée (fig. 36). Dans cette section, le mur d'enceinte est constitué de blocs orthogonaux d'une hauteur d'assise variant de 0,50 à 0,80 m.

  • 118 Mouton, Guilhot, Piaton, 2012, p. 97.

127La porte est large de 1,60 m. Sa hauteur actuelle sous linteau est de 2,60 m. Les piédroits sont constitués de blocs superposés qui s'intègrent sans rupture dans les assises du rempart, ce qui atteste une construction concomitante. Le linteau droit est surmonté d'un arc de décharge composé de deux blocs à sous‑face cintrée. L’un d’eux porte une inscription en grec : il s'agit d'un remploi d’une stèle funéraire antique datée du iiie siècle 118.

Bāb Tūmā 2 (actuelle Bāb Tūmā) (fig. 109)

Figure 109a : Bāb Tūmā. Relevé de l’état des lieux : coupe et façades.

Figure 109a : Bāb Tūmā. Relevé de l’état des lieux : coupe et façades.

(Cl. Piaton).

Figure 109b : Bāb Tūmā. Plan avec proposition de restitution des phases de construction. (Cl. Piaton).

Figure 109b : Bāb Tūmā. Plan avec proposition de restitution des phases de construction. (Cl. Piaton).

(Cl. Piaton).

128Le massif de la porte [7] est un volume quasi parallélépipédique composé de deux éléments : un mur de façade haut de 9 m, large de 8,30 m et épais d'environ 1,30 m qui contient la porte, auquel est adossé, côté ville, un grand porche voûté en berceau brisé (largeur ext. : 9,65 m ; profondeur : 5,60 m ; hauteur sous clé : 6,40 m ; hauteur totale : 8,30 m). Le lien entre le massif et le rempart a été conservé sur une courte longueur et montre que la porte était située en saillie par rapport à l'alignement du nu extérieur du mur d'enceinte : côté nord, de 0,80 m et côté sud, de 2,40 m.

  • 119 Ce motif d’origine antique se rencontre à l’époque islamique sur les monnaies des princes zankides (...)
  • 120 On retrouve ce motif sur les monnaies de bronze du sultan mamlouk al‑Nāṣir Muḥammad (Balog, 1963, (...)

129La façade extérieure est de composition symétrique (à l'exception des mâchicoulis qui se retournent du côté nord). Elle présente une grande arcade en arc brisé légèrement outrepassé détachée du tympan de la porte. La fente de 0,25 x 2 m ménagée entre l'arc et le tympan sert d’assommoir. La porte est rectangulaire (largeur passage : 3,20 m ; hauteur sous linteau : 3,90 m). Le linteau, une plate‑bande à crossettes, est surmonté de trois arcs de décharge superposés. Le premier est constitué d'un arc surbaissé à crossettes ; le deuxième, d'une plate‑bande à crossettes légèrement rehaussée, le troisième, d'un monolithe dont l'intrados est cintré. Une inscription (Inscr. n° 25) couvre toute la longueur du linteau. Le deuxième arc de décharge porte un décor central en marqueterie de pierre bicolore (calcaire et basalte) représentant un motif de foudre avec ses pointes de feu qui partent symétriquement 119, et le troisième, une rosette à six pétales sculptée en creux 120 (fig. 110). L'appareil de la façade est orthogonal et présente des hauteurs d'assises décroissantes. Au revers du tympan, côté ville, un bloc porte une deuxième inscription (Inscr. n° 17) (fig. 111).

Figure 110 : Bāb Tūmā, décor sculpté sur les linteaux.

Figure 110 : Bāb Tūmā, décor sculpté sur les linteaux.

© G. Li, 2008.

Figure 111 : Bāb Tūmā, inscription n° 17 de 625/1227-28 au revers de la porte.

Figure 111 : Bāb Tūmā, inscription n° 17 de 625/1227-28 au revers de la porte.

© G. Li, 2008.

  • 121 Voir supra, chap. III, note n° 98. Le minaret a été détruit lors de travaux conduits par Michel Éc (...)

130La façade a été rapportée comme le montrent les joints de ruptures au contact des deux murs latéraux du grand porche. Les maçonneries de ces murs sont hétérogènes et présentent divers types d'appareil. Le mur sud présente deux segments bien différenciés (fig. 112). La partie en contact avec le mur de façade est constitué sur les trois assises basses de blocs calcaire de grand appareil (hauteur d’assise : 0,80 à 1 m), puis jusqu'au départ de la voûte, de blocs orthogonaux de 0,43 m de hauteur. La partie ouest du mur est celle d'une tour de plan carré (3 m de côté) en saillie vers le sud. Comme le montrent les photographies de la fin du xixe siècle (fig. 113), il s'agit de la base du minaret qui fut détruit entre les années 1930 et la fin de la Seconde Guerre mondiale 121. Les quatre faces de la tour présentent une même superposition d'appareil. Les quatre assises inférieures sont en blocs orthogonaux de calcaire d'une hauteur comprise entre 0,90 et 1 m. Une assise en blocs de basalte marque ensuite une rupture avec deux assises de blocs à parement bouchardé et ciselure périphérique. L'élévation se prolonge ensuite par une maçonnerie de petits blocs d'une hauteur moyenne de 0,38 m, à joints grossiers. La tour renferme un escalier en pierre dont la vis prend appui sur le socle en grand appareil et débouche sur la terrasse du porche. On y accède depuis la face sud du massif (fig. 114).

Figure 112 : Bāb Tūmā, paroi sud de la dirkāh ; le plus grand appareil à droite correspond à la base du minaret.

Figure 112 : Bāb Tūmā, paroi sud de la dirkāh ; le plus grand appareil à droite correspond à la base du minaret.

© G. Li, 2008.

Figure 113 : Bāb Tūmā, façade est, anonyme français, 1887, in Badr el-Hage, Des photographes à Damas, 2000, p. 171.

Figure 113 : Bāb Tūmā, façade est, anonyme français, 1887, in Badr el-Hage, Des photographes à Damas, 2000, p. 171.

Figure 114 : Bāb Tūmā, face sud du massif.

Figure 114 : Bāb Tūmā, face sud du massif.

© J.‑O. Guilhot, 2008.

131Le mur nord du grand porche est percé d'une loge, large de 2,55 m et profonde de 1,85 m, couverte en berceau brisé. La trace d'une baie rectangulaire bouchée se lit sur le mur de fond. L'arrachement du parement du massif côté extérieur montre que cette baie était surmontée d'un arc de décharge constitué de dallettes en calcaire posées de chant (fig. 115).

Figure 115 : Bāb Tūmā, face nord du massif.

Figure 115 : Bāb Tūmā, face nord du massif.

© J.‑O. Guilhot, 2008.

132Le parement du mur côté intérieur est homogène et fait de blocs de calcaire à ciselure périphérique. Ce même type de parement se prolonge sur la façade ouest du grand porche et ne montre pas de reprise. On note cependant que les assises basses ont une hauteur comprise entre 0,60 et 0,80 m tandis qu'en partie haute, les assises sont régulières d'une hauteur 0,48 m. La façade est couronnée d’une corniche à profil en plat et cavet semblable à celle de Bāb Ṣaġīr et Bāb al‑Ǧābiya. Seul le parement de la tour qui abrite l'escalier de l’ancien minaret se détache avec netteté du reste de la façade ouest.

133Un dégagement de la base des murs du massif et du rempart nord a été conduit dans les années 2000 par le service des Antiquités de Damas, avant que le rempart ne soit restauré. Plusieurs structures ont été mises au jour et restent en partie visibles dans l’angle nord‑ouest de la porte ; il pourrait s’agir des fondations de murs anciens mais en l’absence de relevés précis et de rapport de fouilles, il s’avère quasi impossible de les interpréter.

134La porte est défendue par des mâchicoulis latéraux, trois archères et un assommoir en partie centrale. Les mâchicoulis sont portés par des consoles à profil en quart‑de‑rond avec ciselure haute. Leur façade est constituée de blocs appareillés (fig. 116).

Figure 116 : Bāb Tūmā, vue de la bretèche d’angle et du crénelage.

Figure 116 : Bāb Tūmā, vue de la bretèche d’angle et du crénelage.

© J. Jehel, 2010.

135La terrasse du grand porche est aujourd'hui de plain‑pied avec le chemin de ronde des courtines. Il apparaît toutefois que ce dernier a été rehaussé de trois assises lors de restaurations conduites des années 2000 ; la restitution fautive a pris comme niveau de référence du sol, la base du seul créneau conservé. La hauteur originelle du parapet du chemin de ronde était donc d'environ 2 m. Seuls un créneau et un merlon sont conservés. Le créneau a une largeur de 0,50 m et le merlon, percé d'une archère couverte, est large de 1,10 m. La hauteur totale de la maçonnerie de la courtine, par rapport à la rue, est de 8,20 m.

136La courtine sud, déjà démolie en 1945, figure sur les photographies du xixe siècle où elle est en partie dissimulée par les constructions accolées à l’extérieur de l’enceinte (fig. 117). La disposition des bases des créneaux et merlons est identique à celle de la courtine nord.

Figure 117 : Bāb Tūmā, vue de la porte depuis le pont à l’est, carte postale, v. 1930.

Figure 117 : Bāb Tūmā, vue de la porte depuis le pont à l’est, carte postale, v. 1930.

Collection particulière.

Chronologie de la construction (fig. 109b)

137Plusieurs structures de Bāb Tūmā 2 [7] pourraient appartenir à une phase de construction antique (phase 1) : les fondations de la courtine au sud qui présentent des blocs de grand appareil ; les assises basses du porche, également en grand appareil ; la baie bouchée surmontée d’un arc de décharge en dallettes de pierre, dont la facture ne semble pas médiévale. La lecture en plan de ces vestiges aux orientations multiples ne permet cependant pas de restituer un état cohérent et, a fortiori, de distinguer des phases romaine et byzantine. Tout au plus, peut‑on soulever l’hypothèse que dans l’Antiquité, il existait à cet endroit une tour, dont la petite baie pourrait être une des archères. Cette tour aurait pu flanquer une porte qu’aucun indice archéologique ne permet toutefois de situer en ce point. Nous proposons en revanche d’y reconnaître l’angle nord‑ouest de l’enceinte romaine du Haut‑Empire.

  • 122 Voir supra, chap. IV « Les éléments de la défense : typologie et topographie ».
  • 123 Voir supra, chap. IV « Les éléments de la défense : typologie et topographie ».
  • 124 Il pourrait aussi s’agir de la poterne du quartier d’al‑Murabba‘a mentionnée à la même époque par (...)

138À l’époque byzantine, une poterne (Bāb Tūmā 1 [6]), aujourd’hui murée, fut créée dans le rempart à 130 m au sud‑est. La datation de Bāb Tūmā 1 s’appuie sur l’observation de ses maçonneries. Celles‑ci sont contemporaines du segment du rempart que les découvertes récentes ont permis de dater du ive siècle 122. Au xiie siècle, la poterne est toujours utilisée. Si l’on se réfère aux mesures données par l’arpentage 123 conduit en 564/1168‑69 sous le règne de Nūr al‑Dīn, ce serait elle qu’on nomme, à cette date, Bāb Tūmā 124. L’hypothèse d’une modification ou d’un déplacement des toponymes au cours des siècles ne doit donc pas être écartée même si elle reste toutefois difficile à soutenir en l’absence d’autre source.

  • 125 Abū l‑Baqā' al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 19.

139Sur l’actuelle Bāb Tūmā [7], une phase de travaux (phase 2), bien lisible archéologiquement, correspond à la construction du massif carré qui supportait le minaret et abritait son escalier. Comme le prouvent les liaisons des maçonneries, la construction de ce massif est antérieure à celle du grand porche, mais aucune source ne permet de la dater 125.

140La première date figurant sur la porte est celle de l’inscription (Inscr. n° 17) située sur le tympan, côté ville, qui rapporte que « l'aménagement de cette porte et de ce rempart » fut ordonnée en 625/1228 par le sultan al‑Malik al‑Nāṣir. Ces aménagements pourraient comprendre la construction du grand porche accolé à l’arrière du mur de façade (phase 3).

141L'ultime phase de construction (phase 4) correspond à la réfection de la façade au xive siècle (fig. 118). Cette reprise est attestée par des joints de rupture verticaux observés, tant au sud qu'au nord, entre le grand porche et la façade. La réfection totale de la porte achevée durant la première décade de rabī‘ II 734/10‑19 novembre 1333 par le gouverneur mamlouk Tankiz comme le signifie l'inscription de son linteau (Inscr. n° 25), a impliqué la dépose de l’inscription n° 17, peut‑être replacée au revers du tympan, ainsi que l’effacement de toutes les traces de la porte antérieure dont on ne sait donc si elle était antique ou médiévale.

Figure 118 : Bāb Tūmā, façade est.

Figure 118 : Bāb Tūmā, façade est.

© J. Jehel, 2008.

142La restauration de la partie sommitale de la façade a été réalisée juste avant la Seconde Guerre mondiale, après la démolition du minaret, tandis que la reconstruction partielle du parement intérieur de la courtine nord fut conduite dans les années 1990 (Fig. 119).

Figure 119 : Bāb Tūmā, façade ouest.

Figure 119 : Bāb Tūmā, façade ouest.

© J.‑O. Guilhot, 2011.

Bāb al‑Salāma [8, 9 et 10]

143Bāb al‑Salāma ou la « porte du salut », appelée aujourd’hui Bāb al‑Salām, est située sur le segment nord de la muraille au contact du Baradā. Elle est la seule des portes de ce secteur qui ne s’ouvre pas vers le nord sur le fleuve, mais vers l’est. Elle ne dessert aucune grande route, mais elle est située à l’intersection de deux voies secondaires qui permettent pour l’une de la relier à Bāb Tūmā en longeant les remparts et pour l’autre, après avoir franchi le Baradā, de rejoindre la route d’Alep.

Étude historique de Bāb Salāma et des portes disparues entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Farādīs

  • 126 Sauvaget, 1932b, p. 43.

144L’histoire des portes situées entre Bāb al‑Farādīs et Bāb Tūmā est particulièrement difficile à reconstituer du fait de la rareté des vestiges archéologiques et de l’imprécision des sources écrites. Il semble néanmoins que dès l’époque byzantine une porte existait déjà dans cette section de l’enceinte et plusieurs autres furent tour à tour ouvertes et bouchées durant la période médiévale jusqu’à la construction au milieu du xiiie siècle de Bāb al‑Salāma qui demeure jusqu’à aujourd’hui une des portes les mieux conservées et, pour reprendre l’expression de Jean Sauvaget, « la plus pittoresque des portes de Damas » 126 (fig. 120).

Figure 120 : Bāb al‑Salāma, vue de la porte depuis l’est avant restauration, ACJ, photographie, années 1920.

Figure 120 : Bāb al‑Salāma, vue de la porte depuis l’est avant restauration, ACJ, photographie, années 1920.

Library of Congress, G. Eric and Edith Matson Photograph Collection.

  • 127 Wāqidī, Futūḥ al‑Šām, I, p. 84 ; Balāḏurī, Futūḥ al‑buldān, p. 121 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VII, p. 20
  • 128 Wāqidī, Futūḥ al‑Šām, I, p. 84.
  • 129 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17 et XXV, p. 6. 
  • 130 Muqadassī, Aḥsan al‑taqāsīm, p. 157 ; trad. Miquel, p. 166. B. Dayoub (2012, p. 232) identifie Bāb (...)
  • 131 Idrīsī, Nuzhat al‑muštāq, p. 368. On retrouve ensuite le nom de Bāb al‑Salāma dans la liste des po (...)

145La première évocation d’une porte dans ce secteur se situe au moment du siège de la ville par les armées de l’Islam en 14/635. Si la plupart des auteurs arabes qui mettent par écrit le récit de cet épisode deux ou trois siècles après sa survenue n’évoquent aucune armée stationnée entre Bāb Tūma et Bāb al‑Farādīs 127, il en est pourtant un, al‑Wāqidī (m. 207/822) ayant pour source première un compagnon du Prophète, qui signale la présence dans ce secteur d’une porte appelée Bāb al‑Salāma 128. Ce nom disparaît ensuite des textes pendant plusieurs siècles. La porte se dressant dans cette zone est en effet appelée Bāb al‑Farādīs al‑āḫar (l’autre porte de Bāb al‑Farādīs) par Ibn ‘Asākir lorsqu’il évoque les portes antiques de Damas ou encore le siège de la ville par les Abbassides en 132/749 : un corps de troupes commandé par ‘Abd al‑Ṣamad b. ‘Alī et Yaḥyā b. Ǧa‘far campe alors devant cette porte 129. Le géographe palestinien al‑Muqaddasī qui passe à Damas dans la seconde moitié du xe siècle désigne sous le nom de Bāb al‑Nahr (la porte du fleuve) une porte se trouvant dans cette zone 130. Il faut attendre le milieu du xiie siècle, et la liste des portes de Damas livrée par le géographe al‑Idrīsī, pour retrouver le nom de Bāb al‑Salāma qui désormais s’impose pour désigner la porte située entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Farādīs 131.

  • 132 Ibn Kaṯīr (Bidāya, XIV, p. 242) et Ibn Šākir al‑Kutubī (‘Uyūn, 42 r°‑v° ; Sauvaire, mai‑juin 1896, (...)
  • 133 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 186.

146Ibn ‘Asākir qui est l’auteur le mieux informé et qui écrit quelques années plus tard signale cependant que tous ces noms ne désignent pas une même réalité contrairement à ce que certains auteurs postérieurs pourront avancer, mais deux ou trois portes différentes 132. En effet, il distingue clairement, lorsqu’il écrit sa description topographique de Damas à la fin du règne de Nūr al‑Dīn (1154‑1174), Bāb al‑Salāma qui fonctionne à son époque et Bāb al‑Farādīs al‑aḫar, située à proximité (‘inda Bāb al‑Salāma) et qui est alors bouchée 133. Même si cela n’est pas indiqué clairement dans ce texte, on peut supposer, en se fondant sur la toponymie, que Bāb al‑Farādīs al‑āḫar était située entre Bāb al‑Farādīs et Bāb al‑Salāma.

  • 134 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 185‑187. Sa localisation pourrait se situer à l’ (...)

147Ibn ‘Asākir mentionne également dans ce secteur – et il est le premier – une troisième porte appelée Bāb al‑Ǧīnīq, située entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma. Elle tire son nom d’un quartier sans doute intra muros « où se dressait une église par la suite transformée en mosquée ». Cette porte est bouchée à l’époque où écrit Ibn ‘Asākir, mais sans doute depuis peu de temps comme semble l’indiquer l’emploi de l’adverbe al‑ān (maintenant) utilisé systématiquement par cet auteur pour désigner les portes bouchées par Nūr al‑Dīn 134.

  • 135 B. Dayoub fait remarquer à juste titre que cette porte qui est sans doute du xiie siècle ne peut ê (...)
  • 136 Buyukasik, 2013, p. 79‑201.
  • 137 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 313 ; XXVIII, p. 64 et XLI, p. 471. Le nom de Bā (...)

148La seule porte fonctionnelle à partir du règne de Nūr al‑Dīn est donc désignée sous le nom de Bāb al‑Salāma ou la « porte du Salut » qui fut ainsi nommée, nous dit Ibn ‘Asākir, comme marque de bon augure, car elle était située dans un secteur où toute attaque de la ville était rendue impossible par les arbres et les bras du Baradā. Il ne s’agit peut‑être pas de la porte antique signalée par al‑Wāqidī au moment de la conquête, mais plutôt d’une nouvelle porte ouverte dans la muraille sans doute dans la première moitié du xiie siècle, sous les Bourides, comme peut le laisser supposer sa mention chez le géographe al‑Idrīsī (m. 1154) 135. Son emplacement est donné par l’arpentage de la muraille de Damas, commandé par Nūr al‑Dīn en 564/1168‑69. Elle est située à 1150 coudées, soit 489 mètres, de Bāb Tūmā, à l’est, et à 450 coudées, soit 238 mètres, de Bāb al‑Farādīs, à l’ouest 136. Ces données permettent de la localiser à l’intersection de l’actuelle rue de Bāb al‑Salām et du nahr ‘Aqrabānī. Toutefois aucun vestige archéologique de cette porte n’a pu être repéré dans ce secteur 137.

  • 138 Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, X, p. 257 ; Sibṭ Ibn al‑Ǧawzī, Mir’āt al‑zamān, VIII‑2, p. 462 ; Ḏahabī, al‑‘I (...)

149Cette porte fonctionna encore durant les premières décennies de l’époque ayyoubide et ce fut d’ailleurs par elle qu’entrèrent en 595/1199, grâce à la complicité d’un émir kurde qui en assurait la garde, les soldats d’al‑Malik al‑Afḍal, fils de Saladin dans sa vaine tentative pour reprendre la ville de Damas à son oncle al‑‘Ādil qui la lui avait enlevée deux années auparavant 138. Cependant la phase de travaux entreprise par le prince ayyoubide al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl au début des années 1240 et consistant à doubler au nord le long du Baradā la muraille de la ville conduisit à la création d’une nouvelle Bāb al‑Salāma.

150Cette porte fut construite plus à l’est au point de jonction entre la nouvelle section de la muraille et l’ancienne enceinte. Édifiée en 641/1243‑44, elle marqua la fin des travaux qui avaient commencé deux années plus tôt et avaient visiblement été conduits d’ouest en est. L’intendant qui opéra, Ya‘qūb b. Ibrāhīm b. Mūsā, était le même qui avait dirigé la construction de la nouvelle section de l’enceinte à partir de Bāb al‑Faraǧ et il ne fait peu de doute que le commanditaire fut aussi le prince ayyoubide al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl à l’origine du projet. Cependant le nom de ce dernier n’apparaît pas sur l’inscription de fondation (Inscr. n° 20), car il avait dû entre‑temps reconnaître la suzeraineté de Naǧm al‑Dīn Ayyūb, le sultan régnant au Caire, dont le nom seul est mentionné.

Étude archéologique (fig. 121a et 121b)

Figure 121a : Bāb al‑Salāma, relevé de l’état des lieux : façade et coupe.

Figure 121a : Bāb al‑Salāma, relevé de l’état des lieux : façade et coupe.

(Cl. Piaton).

Figure 121b : Bāb al‑Salāma, relevé de l’état des lieux : plan.

Figure 121b : Bāb al‑Salāma, relevé de l’état des lieux : plan.

(Cl. Piaton).

151La porte actuelle de Bāb al‑Salāma [8] s’inscrit dans un volume quasi cubique dont la hauteur totale est de 9 m, la largeur de la façade de près de 10 m, pour une profondeur de plus de 8 m.

152La façade côté extérieur est en grand appareil, avec des hauteurs d’assises de 0,60 m en moyenne. Elle est composée symétriquement, avec au centre un grand arc brisé, haut de 6,50 m pour 4,30 m d’ouverture, et profond de 0,90 m. Les claveaux de l’arc, réguliers, sont alternativement en calcaire blanc et en basalte (ablaq) avec un traitement de surface lisse (fig. 122). Le reste des parements de la porte est réalisé en calcaire blanc, avec traces de travail au pic, excepté à l’intérieur des piédroits de l’arc et de la porte, et sur son tympan, où ils sont beaucoup plus soignés et traités au ciseau grain d’orge. À deux mètres du sol, le piédroit droit de l’arc porte l’inscription d’un décret de 840/1437 (Inscr. n° 29).

Figure 122 : Bāb al‑Salāma, vue de la porte depuis le pont au nord.

Figure 122 : Bāb al‑Salāma, vue de la porte depuis le pont au nord.

© J.‑O. Guilhot, 2008.

153Les trous de boulin de l’échafaudage, obturés, sont lisibles dans le parement de façade. De dimension et de section variable, ils sont ménagés au niveau des joints et ils montrent que les plateaux étaient installés durant la construction toutes les deux assises (env. 1,20 m).

154Sous l’arc, la porte large de 2,95 m et haute de 4 m est couverte d’un linteau portant une inscription (Inscr. n° 20). Il est taillé dans une colonne de remploi en basalte, comme à Bāb al‑Farādīs nord et à Bāb al‑Faraǧ sud. Afin de soulager le linteau, le tympan ne repose dessus qu’à l’aplomb des piédroits. Au droit de la porte entre l’arc et le tympan, une fente de 0,35 x 4,30 m sert d’assommoir. Ce dernier est utilisable depuis la terrasse sommitale. En arrière de la porte, les orifices ferrés circulaires de crapaudines hautes et les empochements latéraux dans les maçonneries pour recevoir les barres de fermeture signalent la position des vantaux aujourd’hui disparus, mais qui figurent encore sur les photos réalisées dans les années 1930 (fig. 123).

Figure 123 : Bāb al‑Salāma, façade est avant la dépose des vantaux, carte postale, années 1930.

Figure 123 : Bāb al‑Salāma, façade est avant la dépose des vantaux, carte postale, années 1930.

Collection particulière.

155La défense est également assurée par deux bretèches, hautes d’1,80 m, disposées de part et d’autre du grand arc. Celle flanquant l’angle nord ne figure pas sur les photographies anciennes hormis certaines de ses consoles. Elle a été depuis largement restituée par comparaison avec celle du sud quasi intacte relevée par Herzfeld (fig. 124) : consoles à deux corbeaux superposés aux profils en quart‑de‑rond et listel ; face percée d’une petite meurtrière couverte d’un arc en accolade ; couverture en glacis. Néanmoins, le décor de nervure sur l’arête de la console d’angle remplacée pourrait avoir été restitué par comparaison avec le couronnement de la tour carrée de Naǧm al‑Dīn Ayyūb flanquant l’angle nord‑est de l’enceinte. Enfin, trois archères situées entre les bretèches complètent le système de défense active qui était donc exclusivement concentré en partie haute et mobilisable depuis la terrasse à laquelle on devait accéder par les courtines.

Figure 124 : Bāb al‑Salāma, dessin en perspective de la bretèche, Ernst Herzfeld, v. 1914. The Ernst Herzfeld papers, Series 2: Sketchbooks.

Figure 124 : Bāb al‑Salāma, dessin en perspective de la bretèche, Ernst Herzfeld, v. 1914. The Ernst Herzfeld papers, Series 2: Sketchbooks.

Freer Gallery of Art and Arthur M. Sackler Gallery Archives. Smithonian Institution, FSA_A.06_02.13.32.08.

156Le grand porche en arrière de la porte, pourvu de part et d’autre de deux loges profondes, a aujourd’hui perdu sa couverture. Il est néanmoins possible de restituer une voûte d’arête haute de 5,5 m, dont le revers de la porte garde l’empreinte (fig. 125).

Figure 125 : Bāb al‑Salāma, trace de la dirkāh sur le revers de la porte.

Figure 125 : Bāb al‑Salāma, trace de la dirkāh sur le revers de la porte.

© J.‑O. Guilhot, 2009.

157Le contact entre la porte et le rempart nord n’est plus visible, celui‑ci ayant disparu dans ce secteur. En revanche, le retour du rempart vers le sud est conservé, enserré dans les constructions. S’il n’est, de ce fait, pas possible de décrire son élévation, l’accès à ses substructions au niveau du nahr ‘Aqrabānī qu’il enjambe, montre à cet endroit un appareil très soigné de grands blocs parallélépipédiques (fig. 126). Sous le rempart, une pile centrale de section carrée réduit la portée du franchissement du canal.

Figure 126 : Bāb al‑Salāma, vue du passage du nahr ‘Aqrabānī sous l’enceinte au sud de la porte.

Figure 126 : Bāb al‑Salāma, vue du passage du nahr ‘Aqrabānī sous l’enceinte au sud de la porte.

© J.‑M. Mouton, 2009.

158Au nord de la porte et à l’extérieur de celle‑ci, perpendiculairement à son axe d’entrée, un pont permet de franchir le Baradā (fig. 127). Il est composé de deux arches de pierre. La plus proche de la porte est en plein cintre, la suivante, plus large, en anse de panier. L’observation de l’intrados des arches montre que le pont a été doublé en largeur du côté de l’aval et qu’il ne mesurait à l’origine que 2 m de large environ. Cette indication pourrait signifier son ancienneté sans qu’il soit possible de proposer une datation. Enfin, directement à l’extérieur de la porte, au‑sud‑est, appuyée à l’enceinte, se trouve aujourd’hui une mosquée.

Figure 127 : Bāb al‑Salāma, vue du pont sur le Baradā depuis l’ouest.

Figure 127 : Bāb al‑Salāma, vue du pont sur le Baradā depuis l’ouest.

© J. Jehel, 2010.

Chronologie de la construction

159En dehors de l’actuelle Bāb al‑Salāma [8], nous n’avons aucune trace des portes antérieures mentionnées par les sources écrites. Seuls quelques indices permettent de proposer une esquisse de chronologie.

  • 139 Information orale donnée par Mīlād al‑‘Awābid, fonctionnaire à la DGAM.

160Une première porte pourrait être située au sud de Bāb al‑Salāma [9] où aboutissait un des cardo antiques. Les travaux de construction d’un transformateur électrique en bordure de la rue al‑Šallāḥa ont effectivement livré les éléments d’une voie à portique 139. Dans son prolongement, on observe les traces d’un pont sur le nahr ‘Aqrabānī. Il pourrait s’agir de l’emplacement de l’une des portes mentionnées dans les sources antérieures au xiie siècle.

161L’arpentage dressé en 564/1168‑69 pour Nūr al‑Dīn permet de situer une seconde porte [10] à 238 m à l’est de Bāb al‑Farādīs, au niveau du pont franchissant le nahr ‘Aqrabānī, rue Bāb al‑Salām. Nos prospections dans le cours en 2010 permettent seulement d’attester de l’ancienneté de ce pont à deux arches en berceau brisé (fig. 37). Cette seconde porte pourrait dater du début du xiie siècle.

162Enfin, la troisième porte [8], l’actuelle Bāb al‑Salāma, est bien datée par son inscription de 641/1243‑44 et appartient à la phase de doublement de la muraille au nord. Les observations réalisées sur la porte, en particulier sur la relation entre le massif et la façade, permettent de conclure à un ensemble homogène, résultat d’une seule phase de construction.

Bāb al‑Farādīs [11 et 12]

  • 140 Sauvaget, 1949, p. 336‑338.

163Au nord de la ville médiévale, on identifie, depuis les études conduites par Sauvaget 140, deux portes distantes de plus de 40 m ayant porté le nom de Bāb al‑Farādīs ; elles sont implantées sur le même axe nord‑sud, la rue al‑‘Amāra al‑Ǧuwāniyya. Celle située le plus au sud, qu’on appellera désormais Bāb al‑Farādīs sud, ouvre sur un pont qui enjambe le nahr ‘Aqrabānī et l’autre, désormais Bab al‑Farādīs nord, sur un pont franchissant le Baradā (fig. 128).

Figure 128 : Bāb al‑Farādīs, nouvelle proposition de restitution des trois murailles.

Figure 128 : Bāb al‑Farādīs, nouvelle proposition de restitution des trois murailles.

(Cl. Piaton).

Figure 129 : Bāb al‑Farādīs, proposition de restitution des trois portes, Jean Sauvaget, 1949, fig. 10.

Figure 129 : Bāb al‑Farādīs, proposition de restitution des trois portes, Jean Sauvaget, 1949, fig. 10.
  • 141 C’est le cas par exemple de l’entrée solennelle à Damas du cadi Walī al‑Dīn Muḥammad b. Farfūr en (...)

164Au Moyen Âge, Bāb al‑Farādīs ne desservait pas de route importante, mais permettait d’accéder à une zone de jardins située au nord de la ville, au petit village d’al‑Awzā‘ et surtout au cimetière de Bāb al‑Farādīs (maqbarat Bāb al‑Farādīs), l’un des plus importants de la cité, connu pour abriter les tombes de 150 prophètes. Cette porte était aussi empruntée par les cortèges ou les particuliers qui entraient dans la ville et voulaient accéder directement à la grande Mosquée 141. Bāb al‑Farādīs a changé d’appellation au début du xxe siècle et est désormais connue comme Bāb al‑‘Amāra, du nom du quartier extra muros qui s’est développé au nord de la ville.

  • 142 Sauvaget, 1949, p. 337, fig. 10. Certains auteurs avaient auparavant dénombré jusqu’à trois ou qua (...)

165Sauvaget a très clairement établi, dès 1949, la situation et la chronologie de ces deux portes 142 (fig. 129).

Étude historique

  • 143 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 242 ; Abū l‑Baqā' al‑Bad (...)
  • 144 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 408 ; Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. (...)

166Bāb al‑Farādīs est considérée par les auteurs arabes comme une porte antique, dédiée à Mercure (‘Uṭārid) et ornée, à l’instar des autres portes, d’une représentation figurée (ṣūra) de la divinité143. Le nom d’al‑farādīs semble remonter à l’époque byzantine ; il désigne en grec « les jardins de l’éden », car cette porte permettait d’accéder, au nord de la ville, à une zone de vergers traversée par le Baradā. Le nom se perpétua après la conquête arabe 144.

  • 145 Balāḏurī, Futūḥ al‑buldān, p. 121 ; Ibn Qudāma, Ḫarāğ, p. 56 ; Muhallabī, Masālik, p. 83. Seul al‑ (...)
  • 146 Le nom de Ḥamīd b. Qaḥṭaba est donné par Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXV, p. 6 : Ibn al‑Aṯ (...)

167Bāb al‑Farādīs est mentionnée lors de la prise de Damas en 14/635 comme une des six portes devant lesquelles campent les armées de l’Islam. La plupart des sources indiquent que l’émir ġassānide, Šuraḥbīl b. Ḥasana, passé du service des Byzantins à celui de l’Islam, conduisit avec ses troupes le siège devant cette porte 145. Elle est de nouveau assiégée par les armées abbassides en 132/749 dirigées dans ce secteur soit par Ḥumayd b. Qaḥṭaba soit par al‑‘Abbās b. Yazīd 146. Cependant, l’entrée des armées assiégeantes ne s’effectua pas, lors de ces deux épisodes, par cette porte.

  • 147 On peut en effet estimer que Bāb al‑Farādīs, en tant que porte majeure du nord de la ville, figure (...)

168Bāb al‑Farādīs continue à être mentionnée sous ce nom par les auteurs arabes durant tout le Moyen Âge et jusqu’aux derniers temps de l’époque ottomane. Seul le géographe palestinien al‑Muqaddasī lui donne une autre dénomination lorsqu’il passe à Damas dans les années 970 sans qu’il soit cependant possible de savoir lequel, parmi les deux noms qu’il cite pour les portes du nord de la ville – Bāb al‑nahr (porte du fleuve) et Bāb al‑muḥāmiliyyīn (porte du quartier des marchands de litières) – celui qui correspond à Bāb al‑Farādis147.

  • 148 Cette mention se trouve dans plusieurs biographies du Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ m (...)
  • 149 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 282 ; Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 270 ; Ibn ‘Asākir, Ta'rīḫ madīnat Dimaš (...)
  • 150 Ibn al‑Qalānisī donne l’année 539/1145 pour l’achèvement de la construction (Ḏayl, p. 282 ; Ibn al (...)
  • 151 Sur cette relique, voir Mouton, 1993, p. 245‑254.
  • 152 Harawī, Guide, p. 36.
  • 153 Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, X, p. 270.
  • 154 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, III, p. 125.
  • 155 Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, X, p. 270.

169L’aménagement du secteur situé au nord de la porte donnant sur le nahr al‑‘Aqrabānī commença dans la première moitié du xiie siècle, époque où est mentionné un faubourg de Bāb al‑Farādīs (rabaḍ Bāb al‑Farādīs148 et où, pour la première fois, un pont, le Ǧisr al‑qiblī, est signalé au-devant de cette porte sur le canal 149. La fondation d’une madrasa funéraire, la Muǧāhidiyya extra muros, par l’émir kurde Buzān en 538/1143‑44 (Inscr. n° 1) constitua une étape décisive pour le développement de ce quartier : l’émir qui occupait à Damas une position politique de premier plan consacra des sommes importantes à la construction de l’édifice doté d'un bassin, d'une fontaine et d'arcades donnant sur le Baradā 150. Il fit également venir du Ḥawrān une pierre marquée d'une empreinte du pied du Prophète Muḥammad 151. Aussi l’édifice dans lequel Buzān se fit enterrer en 555/1160 devint un lieu de vénération, signalé dès les années 1180 dans le Guide des lieux de pèlerinage d’al‑Harawī, et situé au cœur d’un périmètre sacré où l’on trouvait également le Masǧid al‑ra’s, sanctuaire chiite où aurait été déposée le chef de Ḥusayn 152. Un autre indice du développement rapide de ce quartier est fourni par la construction par un émir de Saladin d’un caravansérail, le ḫān d’Ibn al‑Muqaddam 153. C’est en montant en 597/1201 sur le toit de ce ḫān, situé tout contre la muraille, que les soldats d’al‑Malik al‑Afḍal et d’al‑Malik al‑Ẓāhir, qui voulaient enlever la ville à leur oncle al‑Malik al‑‘Ādil, purent franchir la muraille et pénétrer dans la ville 154; c’est en procédant de la même façon que les hommes d’al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl purent ouvrir Bāb al‑Farādīs en 637/1239, permettant au prince ayyoubide de reconquérir la cité 155.

  • 156 Abū Šāma, Muḏayyal, II, p. 360 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XLIV, p. 518 ; Nu‘aymī, Dāris, II, p. 11 (...)
  • 157 Nuwayrī, Nihāyat, XX, p. 299 ; Saḫawī, Tuḥfa, I, p. 514.

170L’importance nouvelle du quartier de Bāb al‑Farādīs se traduisit aussi par la construction d’une tour saillante à l’est de la porte. Mentionnée pour la première fois en rabī‘ I 620/avril 1223, elle est alors qualifiée de « tour neuve » par Abū Šāma 156. Cette tour est sans doute la même que celle appelée par d’autres auteurs « la troisième tour de l’enceinte » 157 ; à chaque fois cependant, ce sont plutôt ses fonctions d’oratoire, de couvent soufi (ḫānqāh) et de lieu de sépulture qui reçoit par exemple la dépouille du šayḫ Abū l‑Ḥasan al‑Rūzbahārī qui sont mises en avant plutôt que ses vertus défensives (fig. 130).

Figure 130 : Vue aérienne depuis le nord-ouest du quartier Bāb al‑Farādīs. Au bas de l’image, les maisons installées sur le rempart le long du Baradā ; en bas à gauche, Bāb  al‑Farādīs, 1935, IAA105868.

Figure 130 : Vue aérienne depuis le nord-ouest du quartier Bāb al‑Farādīs. Au bas de l’image, les maisons installées sur le rempart le long du Baradā ; en bas à gauche, Bāb  al‑Farādīs, 1935, IAA105868.

© Aga Khan Trust for Culture/Michel Écochard, photographe.

  • 158 Munḏirī, Takmila, II, p. 439 ; Ibn al‑‘Adīm, Buġyat, II, p. 920.
  • 159 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 215.

171Si les chroniques ne signalent pas explicitement la construction de la deuxième porte de Bāb al‑Farādīs, au nord de la première, elles relatent cependant deux événements qui viennent conforter la date de sa construction en 639/1242‑43 donnée par l’épigraphie (Inscr. n° 19). Ainsi, al‑Munḏirī (m. 656/1258) signale dans la nécrologie qu’il consacre au šayḫ Abū l‑Qāsim Aḥmad b. ‘Abd al‑Ṣamad que la prière des morts eut lieu en ša‘bān 615/oct.‑nov. 1218 dans la madrasa al‑Muǧāhidiyya qui était encore hors‑les‑murs158, tandis qu’Ibn Kaṯīr évoque sous l’année 657/1259 l’existence des deux portes de Bāb al‑Farādīs. L’une, Bāb al‑Farādīs al‑barrānī (extérieure), est signalée comme le lieu d’exposition de la tête du prince ayyoubide de Mayafāriqīn massacré par les Mongols. L’autre, Bāb al‑Farādīs al‑ǧawwānī (intérieure), est mentionnée comme étant accolée au lieu de sépulture de ce personnage une fois la ville reprise par les Mamlouks 159.

  • 160 Abū Šāma, Rawḍatayn, I, p. 387.
  • 161 Voir supra, chap. II.

172La seconde porte, située tout contre (lazīq) la madrasa al‑Muǧāhidiyya 160, a été commandée, comme l’indique le texte de construction, par le prince ayyoubide al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl lors de son second règne sur Damas (637‑643/1239‑1245). Elle s’inscrit dans l’aménagement du nouveau tronçon de la muraille qu’il fait alors construire entre Bāb al‑Faraǧ et Bāb al‑Salāma et dont le chantier est confié au maître d’œuvre Ya‘qūb b. Ibrāhīm b. Mūsā 161.

  • 162 Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, XX, p. 402.
  • 163 Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, XXI, p. 342‑343.
  • 164 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 303 ; Ibn al‑‘Imād, Šaḏarāt, V, p. 381.
  • 165 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 311.
  • 166 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, LI, p. 25.

173Dans les décennies qui suivent, au début de l’époque mamlouke, Bāb al‑Farādīs retient l’attention des chroniqueurs lors des crues meurtrières du Baradā. Le 10 šawwāl 669/22 mai 1271, l’eau monta jusqu’à 11 coudées (environ 5,50 m), entra par les archères de l’enceinte et pénétra aussi dans la ville par la porte, entraînant la destruction du ḫān d’Ibn al‑Muqaddam 162. En ša‘bān 683/janvier 1285, la crue du Baradā, « de la hauteur d’un homme », emporta cette fois le pont de Bāb al‑Farādīs qui avait dû être aménagé au‑devant de la porte au moment de sa construction 163. La pression exercée par l’eau fut telle qu’elle fit aussi sauter le système de fermeture des vantaux et s’engouffra une nouvelle fois dans la ville causant « d’énormes dégâts » 164. Les travaux de remise en état ne furent entrepris que trois ans plus tard, en 687/1288, et furent confiés à un émissaire du sultan, le cadi Ibn al‑Maqdisī. Il ordonna la remise en état de la bāšūra de Bāb al‑Farādīs qui apparaît alors pour la première fois dans les sources 165. De même, le pont fut réparé et des boutiques furent installées de chaque côté pour être louées à des commerçants 166.

  • 167 Ṣafadī, Wāfī, II, p. 114.

174La construction de Bāb al‑Farādīs nord entraîna une nouvelle configuration de l’ancien faubourg d’al‑Farādīs, désormais bien délimité et encadré par deux murailles ; il fallut un certain temps cependant pour que les chroniques se fassent l’écho du nouveau nom porté par ce quartier : ce n’est que dans la première moitié du xive siècle que l’on voit apparaître le nom de bayn al‑sūrayn, « entre les deux murailles » qu’il porte encore aujourd’hui 167.

Étude archéologique

Bāb al‑Farādīs sud [11]

175Bāb al‑Farādīs sud [11], encore en élévation au début du xxe siècle, a aujourd’hui presque totalement disparu. Il en subsiste le plan de l’espace intérieur qui se lit en négatif dans le tracé de la rue actuelle ainsi que le profil ouest conservé dans les façades de la rue (fig. 131). On peut ainsi en déduire que la porte mesurait environ 7 m de profondeur et qu’elle s’ouvrait côté ville par un porche large de 4 m. Les différences de mise en oeuvre et d’appareil montrent deux phases de construction distinctes.

  • 168 « This is a fine Roman archway, leading through a wall of great thickness, and built of massive bl (...)
  • 169 Hanauer, 1911, p. 43.

176La première au nord constitue la porte elle‑même. Profonde de 2,30 m, elle est construite en grand appareil antique. Elle est décrite par Porter en 1855 comme « une belle arche romaine ouverte dans un mur de grande épaisseur et construite de pierres de taille de grand appareil »168. Elle figure sur une photo publiée en 1911 par Hanauer 169 (fig. 19) où l’on reconnaît un arc en plein cintre clavé avec, à la base de celui‑ci sur chacun des piédroits, les coussinets qui devaient dans l’Antiquité supporter un linteau. Celui du piédroit droit est encore conservé aujourd’hui.

  • 170 Hanauer, 1911, p. 43.

177On peut ainsi restituer le départ de l’arc en plein cintre disparu à 1,80 m du sol actuel. Selon la photographie d’Hanauer 170, elle devait avoir une ouverture large de moins de 3 m. Adossé à la porte au sud, le porche, d’une surface intérieure de 5 x 4 m, était couvert d’une voûte d’arête haute de 3,80 m, dont on lit encore très clairement la naissance à l’ouest. L’arc qui ouvrait sur la ville est peut‑être celui que l’on voit aujourd’hui inséré dans une boutique (fig. 131).

Figure 131 : Bāb al-Farādīs sud, vestiges de la paroi ouest de la porte : sur la droite, le sommier de l’arc antique et sur la gauche, la voûte de la dirkāh.

Figure 131 : Bāb al-Farādīs sud, vestiges de la paroi ouest de la porte : sur la droite, le sommier de l’arc antique et sur la gauche, la voûte de la dirkāh.

© J.‑O. Guilhot, 2010.

  • 171 Sauvaget, 1949, p. 336.

178La position exacte de Bāb al‑Farādīs sud sur l’enceinte qu’elle contrôlait ne peut être précisée : le contact avec la courtine ouest, s’il existe dans les constructions actuelles, n’a pu être observé. À l’est de la porte, Sauvaget décrit « une tour de flanquement, carrée et percée sur sa face antérieure d’une meurtrière rectangulaire »171 [J]. Cette tour a aujourd’hui disparu pour faire place à l’extension de la mosquée de Sayyida al‑Ruqayya. Le plan qu’il en donne montre une façade large de 6,50 m, en saillie de 2 m environ par rapport à celle de la porte.

Bāb al‑Farādīs nord [12] (fig. 132a et fig. 132b)

Figure 132 : Bāb al‑Farādīs nord, relevé de l’état des lieux : coupes et façade.

Figure 132 : Bāb al‑Farādīs nord, relevé de l’état des lieux : coupes et façade.

(Cl. Piaton).

Figure 132 : Bāb al‑Farādīs nord, relevé de l’état des lieux : plan. (Cl. Piaton).

Figure 132 : Bāb al‑Farādīs nord, relevé de l’état des lieux : plan. (Cl. Piaton).

(Cl. Piaton).

179Bāb al‑Farādīs nord [12] est placée sur un double décrochement de l’enceinte médiévale reliant à l’ouest Bāb al‑Faraǧ nord et à l’est Bāb al‑Salāma. En partie ruinée, elle ne possède plus sa voûte. Elle s’inscrit dans un volume quasi cubique avec une hauteur conservée de 7 m, des façades de près de 8 m de large et une profondeur de 7,50 m (fig. 133).

Figure 133 : Bāb al‑Farādīs nord, façade nord.

Figure 133 : Bāb al‑Farādīs nord, façade nord.

© G. Li, 2008.

  • 172 Elle semble encore être en bon état sur l’aquarelle du peintre allemand Gustav Bauernfeind réalisé (...)
  • 173 Abdul‑Hak, 1951, p. 254‑256.

180On relèvera son extrême simplicité et son caractère purement utilitaire, dépourvu de tout décor, en particulier sur la façade. Celle‑ci est seulement percée au centre d’une porte rectangulaire de 3,20 x 4,10 m surmontée d’un linteau taillé dans une colonne de remploi en basalte portant sur toute sa longueur une inscription arabe aujourd’hui très dégradée par un incendie (Inscr. n° 19) 172. Au sommet du mur, huit consoles à deux corbeaux superposés et profils en quart‑de‑rond, très largement refaites, attestent d’un mâchicoulis courant sur toute la façade. Le seul élément de décor est une rosace tourbillonnante que figure Sauvaget dans ses archives avec la mention : « à l’intérieur son linteau porte une rosace » (fig. 4). Celle‑ci, qui n’est aujourd’hui plus visible, a vraisemblablement disparu ou a été masquée lors de la restauration de 1951 173.

181Les hauteurs d’assises, très variables, de 0,50 m à 1,10 m, ne sont pas alignées de part et d’autre de la porte. La taille des pierres au ciseau grain d’orge et la finesse des joints attestent néanmoins d’un travail plus soigné sur la façade que sur les parements du porche taillés au pic.

182Deux vantaux en bois recouverts de bandes horizontales de fer cloutées sont conservés. Il n’a pas été possible d’observer leurs revers.

  • 174 Gustav Bauernfeind, Porte près du bazar des cordonniers, Gustav Bauernfeind‑Museum, Sulz am Neckar (...)

183Le porche en arrière de la porte a perdu, à une époque ancienne – avant les années 1880 comme le montre l’aquarelle de Gustav Bauernfeind – sa voûte d’arête dont la hauteur peut cependant être restituée à près de 6 m (fig. 134) 174 Il possède à l’ouest une loge couverte en berceau pouvant accueillir des gardes ou des contrôleurs du fisc. En regard, à l’est, une porte, avec une inscription arabe sur le linteau (Inscr. n° 1), permet d’accéder à un passage conduisant à la mosquée al‑Sādāt. Celle‑ci est implantée sur la cour d’un bâtiment plus ancien, la madrasa al‑Muǧāhidiyya extra muros dont il est fait mention dans l’inscription. De l’époque médiévale sont conservés les murs ouest et nord de cette cour. Des archères sont ainsi visibles dans l’angle nord ouest ainsi qu’un īwān s’ouvrant par des colonnettes jumelées dans le mur nord (fig. 135).

Figure 134 : Bāb al‑Farādīs nord, vue de la façade nord, « Bazaar in Damascus », Gustav Bauernfeind, aquarelle, v. 1887.

Figure 134 : Bāb al‑Farādīs nord, vue de la façade nord, « Bazaar in Damascus », Gustav Bauernfeind, aquarelle, v. 1887.

Gustav Bauernfeind-Museum, Sulz am Neckar (D), Volker Bertram propriétaire, Charly Kuball photographe.

Figure 135 : Bāb al‑Farādīs nord, vestiges de l’arc de l'īwān nord de la madrasa Muǧāhidiyya.

Figure 135 : Bāb al‑Farādīs nord, vestiges de l’arc de l'īwān nord de la madrasa Muǧāhidiyya.

© Cl. Piaton, 2010.

184Enfin, un pont de pierre à trois arches en plein cintre, élargi tant à l’ouest qu’à l’est pour supporter les boutiques, permet de franchir le Baradā en avant de la porte (fig. 136).

Figure 136 : Bāb al‑Farādīs nord, vue du pont sur le Baradā depuis l’est.

Figure 136 : Bāb al‑Farādīs nord, vue du pont sur le Baradā depuis l’est.

© J.‑M. Mouton, 2009.

Chronologie de la construction

185Au regard de son plan, de son élévation, de son appareil et de ses proportions, nous proposons de rapprocher la porte de façade de Bāb al‑Farādīs sud [11] de celle de Bāb Ṣaġīr [3] et d’y voir une porte secondaire de l’enceinte romaine du Haut‑Empire ou une réfection byzantine qui aurait été privée de son linteau à l’époque médiévale.

186Sauvaget ne se prononce pas sur la datation de la tour carrée [J] flanquant Bāb al‑Farādīs sud. Selon lui, cet ouvrage « peut être antique comme il peut ne pas être antérieur au Moyen Âge ». Cette perplexité nous conduirait à rejeter l’hypothèse d’une tour contemporaine de l’enceinte du Haut‑Empire qui présenterait vraisemblablement un grand appareil régulier que n’aurait pas manqué de relever Sauvaget. Nous pourrions être en présence d’une tour byzantine de plan carrée comme celles attestées au sud et à l’est de l’enceinte. Néanmoins l’hypothèse la plus vraisemblable est qu’il s’agit de la « tour neuve » du début du xiiie siècle mentionnée dans les sources littéraires. Le porche accolé à la porte antique présente des caractéristiques similaires à celle des portes médiévales de Damas. Il pourrait donc sur cette base être attribué au xiiie siècle.

  • 175 Cette porte est achetée en 1950 par le service des Antiquités qui détruit la maison édifiée dessus (...)

187Bāb al‑Farādīs nord [12] qui a fait l’objet d’une importante restauration en 1951 175, présente une seule phase de construction. Elle est datée de 639/1242‑43 par son inscription (Inscr. n° 19).

188La maçonnerie de Bāb al‑Farādīs nord appuyée contre le mur ouest de la cour de la madrasa al‑Muǧāhidiyya extra muros est donc postérieure à celle‑ci. Néanmoins, on constate que la porte actuelle de la madrasa est contemporaine de la construction de Bāb al‑Faradīs nord, même si elle réutilise le linteau d’une porte antérieure portant l’inscription de fondation de 538/1143‑44 (Inscr. n° 1). Ce linteau replacé n’est plus centré et montre sur sa face inférieure l’existence d’une crapaudine correspondant à son fonctionnement initial dans une porte plus étroite d’environ 0,30 m. Il semblerait donc que le mur de la madrasa, fortifié dès l’origine peut être du fait de sa position hors l’enceinte, ait été réutilisé comme tel dans la muraille lors de l’extension de 1242‑1243.

189Au‑delà de la seule logique poliorcétique à disposer d’une double ligne de défense, les textes qui mentionnent au xive siècle l’espace « entre les deux murailles » semblent attester le fonctionnement simultané des portes à partir de 1242, et non l’abandon de l’une au profit de l’autre.

  • 176 Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, 87 r° ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 386.

190Si aujourd’hui Bāb al‑Farādīs est une des portes les plus fréquentées de la vieille ville de Damas, elle le doit au pèlerinage chiite de la mosquée Sayyida Ruqayya située, au Moyen Âge, au contact de la porte sud 176 et bien visible sur les photographies aériennes de 1935 (fig. 130). Depuis la fin des années 1980, cette mosquée n’a cessé de s’étendre couvrant aujourd’hui une surface d’un demi‑hectare.

Bāb al‑Faraǧ sud et nord [13 et 14]

191Situé à moins de 25 m de l'angle nord‑est de la citadelle, sur un tronçon est‑ouest du rempart, l'ensemble de Bāb al‑Faraǧ, aussi appelée Bāb al‑Bawwābǧiyya, puis Bāb al‑Manāḫliyya, est constitué de deux portes, désormais appelées Bāb al‑Faraǧ sud [13] et Bāb al‑Faraǧ nord [14], reliées à l'ouest par le mur fortifié d'un moulin [M]. Ses élévations, largement dissimulées derrière de nombreuses échoppes, sont dans un bon état de conservation (fig. 41).

192La porte méridionale ouvre, sur une rue en chicane longue d'une trentaine de mètres conduisant à la seconde porte. Cette dernière débouche au nord sur un pont qui enjambe le Baradā. La porte ne desservait pas de route médiévale majeure mais débouchait sur une voie qui permettait probablement de rejoindre la route des caravanes vers Homs, Alep et Palmyre.

Étude historique

  • 177 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 408 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, p. 278 ; Nu‘aymī, (...)
  • 178 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 408 ; Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. (...)

193Ibn ‘Asākir qui rédige son Histoire de Damas à la fin du règne de Nūr al‑Dīn (1154‑1174) et au début de celui de Saladin (1174‑1193), et les auteurs arabes qui écrivent après lui sont unanimes pour attribuer l’ouverture de cette porte à Nūr al‑Dīn dans un secteur de la muraille « où il n’y en avait jamais eu auparavant » 177. Le souverain zankide, souvent mentionné pour avoir condamné des portes antiques, semble avoir cédé, en ouvrant cette nouvelle porte, à la pression de la population des quartiers nord‑ouest de Damas. Celle‑ci, depuis la construction de la citadelle par les Saljoukides à la fin du xie siècle, rencontrait en effet des difficultés pour sortir de la ville et accéder au secteur du Baradā. Le nom de Bāb al‑Faraǧ ou « porte de la Délivrance » donné à cette porte, par ailleurs assez commun au Proche‑Orient puisqu’on le rencontre aussi au Caire et à Alep, viendrait précisément du soulagement éprouvé alors par la population 178.

  • 179 Abū Šāma, Rawḍatayn, I, p. 71‑77.
  • 180 Buyukasik, 2013, p. 195‑196. On la trouve mentionnée ensuite par Ibn Ǧubayr lors de son passage à (...)

194La date exacte de la construction n’a pas été conservée ni par l’épigraphie ni par les chroniques. On peut cependant la situer entre la décision prise par Nūr al‑Dīn de réaménager la muraille en 554/1159 179 et l’arpentage de l’enceinte en 564/1168‑69 où elle apparaît pour la première fois 180. C’est précisément durant cette période que les travaux les plus importants sont conduits sur les autres portes de la ville par ce prince damascain.

  • 181 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 263.
  • 182 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 283.
  • 183 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 19.

195La porte devient alors en quelques décennies une des portes importantes de la cité permettant un accès direct aux quartiers de la citadelle et de la grande Mosquée : c’est par cette porte que passent, en 613/1216, les quatre nouvelles piles de bois de 32 coudées al‑naǧǧārīn de long (près de 25 m) coupées dans la Ghouta et destinées à porter la nouvelle coupole de la grande Mosquée 181; c’est également par là que le prince de Homs, al‑Malik al‑Muǧāhid, fait son entrée solennelle en 614/1217‑18 avec ses armées venant apporter son aide au prince de Damas dans sa lutte contre les Francs 182. Elle sert enfin de nouvel emplacement pour les exécutions publiques puisque c’est devant cette porte qu’est crucifié en 595/1199, un illuminé se présentant comme Jésus, fils de Marie 183.

  • 184 Ibn Naẓīf al‑Ḥamawī, al‑Ta’rīḫ al‑Manṣūrī, p. 114.

196Les conséquences sur cette porte de l’agrandissement de la citadelle par al‑Malik al‑‘Ādil dans les années 1200, tout comme l’aménagement d’une seconde porte au nord de la première ne sont pas évoquées directement par les sources arabes. Les seules informations données portent sur le creusement autour de la citadelle d’un fossé, puis en 622/1225, sa mise en eau par al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam, qui entraîne la fermeture de la route qui reliait en longeant les remparts Bāb al‑Faraǧ à Bāb al‑Ḥadīd, la porte nord de la citadelle 184. Il semble qu’il faille désormais, en sortant par Bāb al Farāǧ, franchir le Baradā pour accéder à une route est‑ouest, parallèle à la muraille nord de la ville, et située sur la rive gauche du Baradā.

  • 185 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 88. Notons que ce moulin est qualifié de moulin de Bāb al‑Faraǧ par Ibn (...)

197La mention d’une seconde porte, Bāb al‑Faraǧ nord, ainsi que d’un moulin situé entre les deux portes est pour la première fois signalée dans le Muḏayyal ‘alā al rawḍatayn, chronique écrite par Abū Šāma entre 659/1260 et 665/1266, sans cependant que ne soit donnée la date de construction des deux édifices 185. Cette mention se situe quelques années après le premier témoignage épigraphique conservé aujourd’hui sur le linteau de Bāb al‑Faraǧ sud, qui fait état, en 639/1242, d’une reconstruction de la porte ordonnée par le prince ayyoubide al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl (Inscr. n° 18).

  • 186 Ḏahabī, ‘Ibar, III, p. 319 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, LI, p. 11 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 93 ; (...)
  • 187 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 254.
  • 188 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 589.

198La nouvelle porte est mentionnée à l’époque mamlouke à propos de catastrophes naturelles et de sinistres qui surviennent dans ses environs immédiats. Ce sont d’abord les eaux du Baradā en crue qui montent en šawwāl 669/mai‑juin 1271 jusqu’à huit coudées de hauteur (4,24 m) au devant de Bāb al‑Faraǧ nord, puis, en ša‘bān 683/nov. 1284, submergent le pont de Bāb al‑Faraǧ ou encore, en ramaḍān 719/octobre 1319 et en rabī‘ I 786/mars‑avril 1384, pénètrent dans la ville par cette porte 186. Ce sont aussi des incendies qui à plusieurs reprises dévastent le quartier et touchent la porte elle‑même : en ǧumādā I 757/mai 1356, les quartiers commerçants situés à l’extérieur de Bāb al‑Faraǧ, densément occupés par des qaysāriyya et des échoppes, sont détruits par le feu 187. Un incendie plus violent encore survient en 798/1396 et se propage de part et d’autre de la porte, détruisant des quartiers entiers et endommageant sérieusement la porte elle‑même 188.

  • 189 Cette bāšūra fut détruite par un incendie en 765/1363 (Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 174 et 306).
  • 190 Ibn al‑Ǧazarī, Ḥawādiṯ al‑zamān, III, p. 859.
  • 191 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 603.

199Ces différents sinistres conduisirent les gouverneurs mamlouks de Damas à entreprendre un certain nombre d’aménagements pour réparer les dégâts causés et prévenir de nouvelles catastrophes. Un nouveau pont, à plusieurs arches, devant pouvoir résister aux crues du Baradā, fut ainsi construit au‑devant de Bāb al‑Faraǧ nord en 736/1336. Une bāšūra fut alors aménagée au‑dessus 189 et sept échoppes surmontées d’appartements y furent construites. Le grand cadi ‘Izz al‑Dīn b. al‑Munaǧǧā’ avait fourni les matériaux constitués de blocs récupérés de la grande Mosquée en échange des loyers de ces boutiques constituées waqf 190. De même, en muḥarram 799/nov. 1396, quelques mois après l’incendie qui endommagea la bāšūra et la porte, des travaux de restauration furent entrepris se traduisant notamment par le remplacement du linteau de la porte. On transporta sur un chariot le nouveau linteau récupéré à l’intérieur de la ville, il traversa la rue Droite, sortit par Bāb al‑Ǧābiya avant de rejoindre Bāb al‑Faraǧ pour y être installé. Il aurait coûté 500 dinars et son transport dans et autour de Damas tout autant 191. Ce sont sûrement ces travaux qui devaient être commémorés par l’inscription en grande partie illisible située aujourd’hui au‑dessus du linteau de Bāb al‑Faraǧ nord (Inscr. n° 27).

Étude archéologique

Bāb al‑Faraǧ sud [13] (fig. 137a et 137b)

Figure 137a : Bāb al-Faraǧ sud, relevé de l’état des lieux : coupes et façade.

Figure 137a : Bāb al-Faraǧ sud, relevé de l’état des lieux : coupes et façade.

(Cl. Piaton)

Figure 137b : Bāb al-Faraǧ sud, relevé de l’état des lieux : plans. (Cl. Piaton).

Figure 137b : Bāb al-Faraǧ sud, relevé de l’état des lieux : plans. (Cl. Piaton).

(Cl. Piaton)

200Le massif de Bāb al‑Faraǧ sud [13] est un volume cubique d'environ 8,50 m de côté, composé de deux éléments : un mur de façade de proportion quasi carrée (hauteur : 9 m ; largeur : 8,50 m ; épaisseur : 3,20 m) auquel est accolé, côté ville, un grand porche voûté d'arête (largeur : 8,60 m ; profondeur : 6,20 m ; hauteur sous voûte : 5,90 m ; hauteur totale : 6,80 m). En plan, le mur de façade est parfaitement aligné avec le mur d'enceinte de même épaisseur. En élévation, il le dépasse d'une hauteur d'environ 2 m. La terrasse de la porte est située 1,60 m plus haut que le chemin de ronde de la courtine sans que l'on sache comment on y accédait. Les constructions récentes adossées à la face nord empêchent toutes observations des liens entre les assises inférieures des courtines et celles de la porte. À la hauteur du chemin de ronde, on observe une continuité des assises.

  • 192 Le motif de la fleur de lys est en revanche attesté sur plusieurs monuments de Damas à partir du r (...)

201La façade extérieure de Bāb al‑Faraǧ sud, de composition ordinaire, porte en revanche l'un des décors sculptés les plus originaux de l'enceinte de Damas. Le linteau est, à l'instar de ceux de Bāb al‑Farādīs nord et Bāb al‑Salāma, taillé dans une demi‑colonne de granit et pourvu d’une inscription arabe (Inscr. n° 18) sur toute sa longueur. Il est surmonté d'un arc de décharge à crossette, dont la clé, de forme polylobée, est taillée dans un bloc de basalte. Au‑dessus de l’arc, une bretèche à trois compartiments, dont la façade est manquante, conserve ses quatre consoles aux joues et nez sculptés (fig. 138). Malgré l'altération des pierres qui présentent des traces d'éclatement, le décor des nez figurant les trois pétales d'une fleur de lys est encore bien lisible (fig. 139). On ne connaît aucune autre console de ce type à Damas 192.

Figure 138 : Bāb al‑Faraǧ sud, vue des baies de la bretèche depuis la terrasse.

Figure 138 : Bāb al‑Faraǧ sud, vue des baies de la bretèche depuis la terrasse.

© J.‑O. Guilhot, 2008.

Figure 139 : Bāb al‑Faraǧ sud, vue des consoles décorées de la bretèche.

Figure 139 : Bāb al‑Faraǧ sud, vue des consoles décorées de la bretèche.

© G. Li, 2008.

202Une frise d’accolades sculptée en relief, bordée de triplets de feuilles lancéolées, file le long des deux piédroits et est interrompue au droit du linteau. Le décor est sculpté sur des blocs de hauteur régulière (0,80 m) dont la surface est parfaitement ravalée au ciseau grain d'orge (layage fin horizontal) (fig. 43). L'état des parements de la façade, très érodés et encrassés, ne permet pas d'identifier avec certitude la nature des pierres. Il pourrait toutefois s'agir du même type de calcaire doré utilisé pour la construction du parement intérieur des bretèches, bien visible sur la terrasse du porche. Les vantaux de bois de la porte ne sont pas conservés, seules les crapaudines hautes sont en place.

203La voûte d'arête du grand porche est réalisée en maçonnerie de petits moellons couverte d'un enduit de chaux. L'arc ouvert côté ville est légèrement brisé. Les pierres de sommier portent chacune une inscription sculptée in situ qui se prolonge sur les blocs inférieurs. Il s'agit d'un décret d'époque mamlouke (Inscr. n° 26). Les hauteurs d'assises de l'élévation varient entre 0,40 et 0,45 m. Les blocs présentent une face sommairement ravalée ; les joints sont grossiers.

204Les courtines de part et d’autre de la porte sont percées de deux niveaux d'archères distants de 3 m. La courtine ouest est partiellement conservée sur une longueur d'environ 6 m. Les archères basses sont de plain‑pied avec la ville. Deux sont conservées : la chambre de la première est aujourd'hui occupée par une boutique ; la seconde à l'ouest est en partie détruite. On lit son arrachement dans l'alignement du mur nord‑sud du moulin [M] adossé au rempart (fig. 140). Une des archères hautes est visible depuis l’intérieur du moulin. La courtine est, conservée sur une longueur de 11 m, contient deux chambres d'archères complètes ainsi qu'un chemin de ronde pourvu d'une alternance de créneaux et de merlons percés d'archères. Les archères en pied de mur sont hautes de 1,66 m, larges de 0,15 m et espacées de 5,40 m. Chaque archère est précédée d'une chambre de tir (hauteur : 3,50 m ; largeur : 1,95 m) couverte d'une voûte en plein cintre (fig. 141). Les archères hautes sont couvertes (hauteur : 1,20 m ; largeur : 0,10 m) et sont disposées régulièrement au centre de chaque merlon (largeur : 2,15 m ; hauteur : 2 m) du chemin de ronde. Des trous de boulin carrés (0,13 x 0,13 m) destinés à porter des hourds de bois, sont régulièrement disposés de part et d'autre de chaque créneau (largeur : 0,50 m ; hauteur : 1,20 m) une assise au‑dessus du chemin de ronde.

Figure 140 : Bāb al‑Faraǧ sud, vestiges de la deuxième chambre d’archère de la courtine ouest.

Figure 140 : Bāb al‑Faraǧ sud, vestiges de la deuxième chambre d’archère de la courtine ouest.

© J.‑O. Guilhot, 2011.

Figure 141 : Bāb al‑Faraǧ sud, chambre d’archère de la courtine est.

Figure 141 : Bāb al‑Faraǧ sud, chambre d’archère de la courtine est.

© Cl. Piaton, 2009.

205Le mur de courtine s'interrompt à l’est selon une coupe régulière (fig. 142) à l'endroit d'un hammam connu sous le nom de Ḥammām de Bāb al‑Faraǧ. Sa hauteur totale est de 7 m (5,40 m jusqu'au chemin de ronde) et sa largeur de 3,30 m. La maçonnerie est constituée de deux parements de pierres dressés au pic (hauteurs des assises comprises entre 0,37 et 0,44 m) qui enserrent une fourrure faites de blocs de même gabarit mais grossièrement taillés. La largeur du chemin de ronde est de 2,40 m.

Figure 142 : Bāb al‑Faraǧ sud, profil du chemin de ronde à l’est de la porte.

Figure 142 : Bāb al‑Faraǧ sud, profil du chemin de ronde à l’est de la porte.

© J.‑O. Guilhot, 2008.

Bāb al‑Faraǧ nord [14] (fig. 143a et 143b)

Figure 143a : Bāb al‑Faraǧ nord, relevé de l’état des lieux : coupe, façade.

Figure 143a : Bāb al‑Faraǧ nord, relevé de l’état des lieux : coupe, façade.

(Cl. Piaton).

Figure 143b : Bāb al‑Faraǧ nord, relevé de l’état des lieux : plan. (Cl. Piaton).

Figure 143b : Bāb al‑Faraǧ nord, relevé de l’état des lieux : plan. (Cl. Piaton).

(Cl. Piaton).

206À l'instar de Bāb al‑Faraǧ sud, Bāb al‑Faraǧ nord [14] se compose d'un mur de façade au nord et d'un grand porche voûté d'arête au sud. Elle ouvre sur un pont à trois arches franchissant le Baradā (fig. 144). De petites échoppes sont installées en encorbellement sur les deux côtés du pont et dissimulent la vue de la rivière. Les vestiges de deux arches en pierre de taille, situées à environ 1,50 m au‑dessous du niveau du tablier du pont actuel, sont conservés. Le mur de façade de la porte est aligné au nu du mur d'enceinte qui, du côté ouest, se confond avec le mur du moulin. Côté est, le mur d'enceinte n'est plus visible, dissimulé ou en partie détruit lors de travaux d'aménagement des maisons qui lui sont accolées.

Figure 144 : Bāb al Faraǧ nord, pont sur le Baradā depuis l’ouest.

Figure 144 : Bāb al Faraǧ nord, pont sur le Baradā depuis l’ouest.

© G. Li, 2008.

207La face extérieure du mur de façade (hauteur max : 8,85 m ; longueur : 13,20 m ; épaisseur : 3 m) se caractérise par une composition tripartite (fig. 145). La partie centrale (longueur : 7,20 m ; hauteur : 8 m) est percée d'une porte rectangulaire précédée d'un assommoir dissimulé derrière un grand arc outrepassé. Elle présente un parement lisse réalisé avec un ciseau à dents fines ou grain d'orge et appareillé en ablaq. Une partie du couronnement du mur, notamment le grand arc outrepassé, a été restaurée comme l'atteste une photographie de 1926 montrant l'arc aux trois quarts détruit (fig. 146). Les assises de l'appareil en ablaq ont une hauteur homogène de 0,45 m jusqu'au linteau de la porte, puis varient ensuite dans la partie haute qui contient l'arc outrepassé restauré. Une épaisse couche de béton dissimule les traces des liaisons entre le parement en ablaq et le revers du mur construit en blocs de calcaire doré grossièrement ravalés.

Figure 145 : Bāb al‑Faraǧ nord, façade nord.

Figure 145 : Bāb al‑Faraǧ nord, façade nord.

© G. Li, 2008.

Figure 146 : Bāb al‑Faraǧ nord, façade nord avant restauration, Keppel Archibald Cameron Creswell, photographe, 1926.

Figure 146 : Bāb al‑Faraǧ nord, façade nord avant restauration, Keppel Archibald Cameron Creswell, photographe, 1926.

Victoria & Albert Museum, Londres.

208Des joints verticaux séparent la partie centrale des deux parties latérales (longueur : 3 m ; hauteur : 8,85 m) disposées symétriquement. Celles‑ci construites en blocs de calcaire à parement piqueté, dressé au taillant ou au pic, sont couronnées par des bretèches à trois compartiments pourvus d'archères. Les quatre consoles de chaque bretèche sont composées de deux blocs superposés à profil en quart‑de‑rond et listel semblables à ceux de Bāb Tūmā, Bāb al‑Salāma et Bāb al‑Farādīs nord. Trois blocs sont également pourvus d’un listel vertical.

  • 193 On trouve notamment des parallèles dans la tour d’entrée de la citadelle d’Alep (Degeorge, 2002, p (...)
  • 194 Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Paris), Archives 067, 13, 01 sous le titre « P (...)
  • 195 Ernst Herzfeld Papers, Series 2 : Sketchbooks; Subseries 2.13 : Damascus 1, 1914 : Sketchbook 32, (...)

209Outre l'appareil en ablaq, le décor est rendu par les découpes savantes des claveaux des deux plates‑bandes superposées au‑dessus du linteau193 ainsi que les deux médaillons décorés d'une fleur de lys disposés sur les sommiers du grand arc (fig. 147). Ce décor apparemment bien connu des savants du xixe siècle figure notamment dans les dessins de Jules Bourgoin194 ou les carnets d’Ernst Herzfeld 195 (fig. 61). Contenue à l'intérieur d'un large cadre mouluré décoré de volutes à ses extrémités, une inscription (aujourd'hui quasi invisible) de deux lignes était sculptée sur une série de petits blocs répartis sur deux assises (Inscr. n° 27) au‑dessus de la deuxième plate‑bande.

Figure 147 : Bāb al‑Faraǧ nord, dessin du décor de fleur de lys, Jean Sauvaget, v. 1930.

Figure 147 : Bāb al‑Faraǧ nord, dessin du décor de fleur de lys, Jean Sauvaget, v. 1930.

Collection particulière.

210Les deux vantaux en bois de la porte sont en place. Ils sont entièrement sertis de bandes de fer cloutées. Le grand porche (largeur : 11 m ; profondeur : 6,55 m, hauteur sous voûte : 6,25 m) accolé au sud est couvert par une voûte d'arête semblable à celle de Bāb al‑Faraǧ sud (fig. 148).

Figure 148 : Bāb al‑Faraǧ nord, voûtement de la dirkāh.

Figure 148 : Bāb al‑Faraǧ nord, voûtement de la dirkāh.

© G. Li, 2008.

Liaison entre les deux portes et courtines nord

211Le passage en chicane qui relie les deux portes est bordé sur toute sa longueur de petites échoppes. Côté ouest, il longe le moulin à eau fortifié [M] (fig. 149).

Figure 149 : Bāb al‑Faraǧ, relevé en plan des deux portes et du moulin, Jean Sauvaget, calque, v. 1930.

Figure 149 : Bāb al‑Faraǧ, relevé en plan des deux portes et du moulin, Jean Sauvaget, calque, v. 1930.

Collection particulière.

212Les deux murs du moulin (ouest et nord) qui servent aussi de mur d'enceinte sont d'épaisseur différente. Le mur ouest, épais de seulement 1,35 m, enjambe le large canal d'amenée (nahr ‘Aqrabānī) et est défendu par deux niveaux d'archères. Il présente deux types d'appareil. Les cinq assises basses, situées juste au‑dessus de la chambre à eau du moulin et dans lesquelles sont percées cinq archères, sont deux fois plus hautes que les assises supérieures (fig. 54). Cette disposition peut se rattacher à celle de la portion du mur d'enceinte située en aval, à l'ouest de Bāb al‑Farādīs, ou bien encore à celle des murs du moulin de Bāb al‑Salāma, qui présentent un appareil de pierre en partie basse puis, au‑dessus des archères, un appareil de briques. Dans les deux cas, ce changement d'appareil ne correspond sans doute pas à deux phases de constructions mais plutôt à la volonté de faciliter la mise en œuvre des parties supérieures non soumises à la pression de l'eau.

213Les archères hautes, disposées en quinconce par rapport aux archères basses, sont situées à la même altitude que celles des courtines qui encadrent Bāb al‑Faraǧ sud. Elles s'en démarquent par leur faible profondeur et leur couverture en voûte brisée (fig. 150).

Figure 150 : Bāb al‑Faraǧ, chambres d’archère du mur ouest du moulin.

Figure 150 : Bāb al‑Faraǧ, chambres d’archère du mur ouest du moulin.

© J.‑O. Guilhot, 2010.

214Le mur nord du moulin qui longe le Baradā, épais de 2,62 m, est parfaitement aligné avec le mur de façade de Bāb al‑Faraǧ nord. À l'instar du mur ouest, il présente deux types d'appareil : grand appareil en partie basse et moellons de plus petite taille dans la partie supérieure.

Chronologie de la construction

  • 196 Sur cette porte située sur le flanc nord de la citadelle, voir infra, chap. III « Bāb al‑Ḥadīd ».
  • 197 Sauvaget, 1940, p. 77‑92, fig. 45. Cette madrasa fondée par Nūr al‑Dīn, a été achevée par al‑Malik (...)
  • 198 Hartmann‑Virnich, 2012, fig. 9. On relève aussi un décor de même type à Saḥyūn, sur une baie du ham (...)

215L'ouverture de Bāb al‑Faraǧ sud [13] est attribuée au règne de Nūr al‑Dīn. Située, d'après l'arpentage de 564/1168‑69, à 370 m à l'ouest de Bāb al‑Farādīs [11], tout contre la tour saljoukide de la citadelle, la porte fut donc déplacée lors des travaux d’agrandissement de la citadelle par al‑Malik al‑‘Ādil. La date de sa reconstruction peut donc être située entre 1203 et 1225, dates extrêmes de ces travaux. Plus vraisemblablement entre 611/1214, date à laquelle al‑‘Ādil ordonna le percement du fossé de la citadelle, et 622/1225, moment où al‑Mu‘aẓẓam ordonna que le fossé fût mis en eau et le chemin entre Bāb al‑Ḥadīd 196 [15] et Bāb al‑Faraǧ, coupé. Cette datation est confortée par celle du décor d’accolades sculpté en relief qui file le long de ses deux piédroits et par les fleurs de lys des consoles. Des moulures de même type ont été identifiées à Damas, sur le portail de la madrasa ‘Ādiliyya daté du début du xiiie siècle 197 ainsi que sur un bloc en remploi dans une porte ouest de la citadelle provenant sans doute d’une porte plus ancienne attribuée à al‑‘Ādil 198. Bāb al‑Faraǧ sud qui présente des maçonneries homogènes semblent donc être le résultat d’une seule phase de travaux datée des années 1210 ou 1220, contemporaine de la construction des deux courtines latérales. Le moulin [M] accolé à Bāb al‑Faraǧ sud qui condamne l'usage d'une partie des archères de la courtine sud, est en revanche une construction postérieure liée à celle de la porte nord [14].

216Mais l'inscription qui figure sur le linteau de Bāb al‑Faraǧ sud, datée de 639/1242 (Inscr. n° 18), pose alors problème. L'analyse des maçonneries montre toutefois que ce linteau pourrait ne pas être en place, mais être le fruit d'une reprise en sous‑œuvre. Plusieurs observations soutiennent l'hypothèse d'une installation postérieure : le décor d’accolades s'interrompt au droit du linteau alors qu'il court sur tout l'encadrement dans les autres exemples connus, l'appareil est irrégulier de part et d'autres du linteau et le cadre qui borde l'inscription n'est pas centré par rapport à l'axe de la porte.

217Deux hypothèses de datation de la reprise en sous‑œuvre sont envisagées. La première propose de la dater de 1242 (date portée sur le linteau). Celle‑ci aurait consisté à changer le linteau et à construire un porche voûté d’arête à l’arrière de la porte. Les autres porches voûtés d’arête sont en effet tous situés sur les portes des années 1240. La seconde hypothèse qui est privilégiée envisage une restauration conduite au xive siècle lors de la rénovation de la porte nord (cf. infra). La construction du porche voûté d’arête aurait alors été dissociée des travaux de restauration du linteau.

  • 199 Abū Šāma, Rawḍatayn, II, p. 429.
  • 200 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 589.

218Bāb al‑Faraǧ nord présente plusieurs phases de construction qui se caractérisent par l'emploi de divers types d'appareil. On note d'abord que la courtine ouest, confondue avec le mur nord du moulin, est liée à la travée latérale de la porte qui contient la bretèche. Ces deux éléments sont donc contemporains. En revanche, le parement en ablaq ainsi que le grand arc qui forme assommoir dans la travée centrale de la porte sont plaqués sur la façade et pourraient être postérieurs. Ces observations sont corroborées par un texte 199 qui mentionne la rénovation de la façade de Bāb al‑Faraǧ nord, sous le règne du sultan mamlouk Barqūq, en 799/1396 à la suite du grand incendie qui se déclara à l'extérieur de Bāb al‑Faraǧ et se propagea à Bāb al‑Faraǧ, détruisant la porte et la bāšūra 200.

  • 201 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 88.
  • 202 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 174.

219Le récit du transport du nouveau linteau de la porte lors de sa restauration en 799/1396, confirme que le linteau originel fut déposé et renforce l'hypothèse de sa réutilisation à Bāb al‑Faraǧ sud. Ce solide linteau en granit semblable à ceux de Bāb al‑Farādīs nord et Bāb al‑Salāma, mais qui pouvait difficilement s'inscrire dans la nouvelle composition mamlouke en raison de son imposante inscription, trouvait ainsi un nouvel usage. Il aurait donc remplacé le linteau originel de la porte endommagé par un incendie dont les traces sont encore visibles sur les consoles. En s'appuyant sur ces éléments, il paraît possible de dater le premier état de Bāb al‑Faraǧ nord de 1242, date où commence le doublement du rempart nord. Sa construction s'est accompagnée de celle du moulin et sans doute de celle d'un pont sur le Baradā dont on trouve la première mention chez Abū Šāma (m. 665/1267) sous le nom de « Ǧisr al‑Ṣafī » 201. Ce premier pont fut selon un texte d'Ibn Kaṯīr 202 reconstruit en 736/1336 et pourvu de la bāšūra qui fut détruite lors de l'incendie de 798/1396 (cf. supra). Aucune trace de la bāšūra n'a pu être observée. En revanche, les deux arches en pierre situées sous le tablier du pont actuel, pourraient appartenir à l'un des anciens ponts.

Les portes urbaines liées à la citadelle : Bāb al‑Ḥadīd, Bāb al‑‘Imāra, Bāb al‑Ǧinān et Bāb al‑Nāṣr (fig. 1)

  • 203 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, p. 113‑114.

220L’angle nord‑ouest de la vieille ville de Damas est aujourd’hui occupé par la citadelle dont la construction commença en 469/1077, peu après la prise de la cité par les Turcs saljoukides 203. L’édifice ne cessa d’être remanié et agrandi jusqu’à la fin du Moyen Âge, gagnant chaque fois un peu plus sur l’espace urbain. Ces aménagements entraînèrent de profondes modifications dans l’implantation des portes situées dans ce secteur de la ville : certaines furent déplacées, d’autres condamnées ou encore intégrées à la citadelle. La plupart d’entre elles n’ont laissé aucune trace archéologique et ne sont plus connues que par les textes qui permettent néanmoins d’attester leur existence et d’écrire leur histoire.

Les portes du nord

Bāb al‑Ḥadīd [15]

  • 204 Voir par exemple Ibn al‑Faqīh al‑Hamaḏānī (Buldān, p. 106) qui, aux alentours de 900, ne mentionne (...)
  • 205 Sur ce pont, voir Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 6 ; Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p.  (...)
  • 206 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 186 ; Élisséeff, 1959, p. 300.

221La présence de portes entre Bāb al‑Farādīs [11] et Bāb al‑Ǧābiya [2], dans l’angle nord‑ouest de la ville, ne semble pas avérée tant à l’époque antique qu’au début de la période médiévale. Les chroniques évoquant les sièges de Damas ainsi que les récits des premiers géographes ne mentionnent aucune ouverture dans ce secteur 204. Il faut attendre la seconde moitié du xe siècle pour trouver une première attestation, celle de Bāb al‑Ḥadīd [15] ou « la porte de fer », percée dans la muraille nord et précédée d’un pont, le ǧisr Bāb al‑Ḥadīd, permettant le franchissement du Baradā 205. Ibn ‘Asākir indique que son nom venait du fait qu’elle était « toute en fer »  206, signifiant généralement que des plaques de fer protégeaient ses vantaux.

  • 207 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 5‑7.

222Elle est mentionnée pour la première fois sous l’année 363/974 à l’occasion de révoltes qui opposent les milices urbaines de Damas aux troupes du gouverneur fatimide de la ville 207. Cette porte semble alors être utilisée pour mettre en relation directe les troupes fatimides qui stationnaient au Maydān al‑aḫḍar ou « hippodrome vert », situé à l’ouest de la ville, et la résidence du gouverneur située intra muros dans la dār al‑imāra.

  • 208 L’étude archéologique de cette porte a été récemment effectuée par A. Hartmann‑Virnich, 2001‑2002, (...)

223Sans doute construite dans le courant du xe siècle à un moment où la ville était encore sous la domination des Abbassides, la porte fut utilisée pendant plus d’un siècle comme porte de la ville avant d’être intégrée à la citadelle dès l’arrivée des Turcs saljoukides en 1077. Les aménagements multiples qu’elle connut à partir de ce moment‑là semblent avoir effacé toute trace de cette construction originelle, dont seul le nom et l’emplacement avaient été conservés pour désigner la porte nord de la citadelle 208.

Bāb al‑‘Imāra

  • 209 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 186 ; Élisséeff, 1959, p. 300.
  • 210 Cette porte ne doit pas être confondue avec la première Bāb al‑Faraǧ construite quelques années pl (...)
  • 211 Abū l‑Baqā’ al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 27.

224La construction de la citadelle par les Saljoukides, en annexant Bāb al‑Ḥadīd, priva les Damascains d’une porte qui leur permettait de sortir de la ville au nord et surtout de franchir le Baradā. Aussi une nouvelle porte fut percée dans l’enceinte « au moment de la construction de la citadelle » 209, c’est‑à‑dire dès la fin du xie siècle. Elle était située dans la muraille nord, à l’est de la citadelle, et elle reçut le nom de Bāb al‑‘Imāra ou Bāb al‑‘Amāra. Cette porte fut cependant éphémère. Ibn ‘Asākir indique qu’à son époque, soit guère plus d’un demi‑siècle après sa construction, cette porte était bouchée, mais qu’il en restait cependant encore des traces dans le rempart 210. Ces vestiges disparurent définitivement au début du xiiie siècle lors de la reconstruction de la citadelle par al‑Malik al‑‘Ādil, le frère de Saladin : le nouvel édifice beaucoup plus grand que la citadelle originelle la fit définitivement disparaître 211. Il n’en subsiste aujourd’hui plus aucune trace visible.

Les portes de l’ouest

Bāb al‑Ǧinān

  • 212 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 186 ; Élisséeff, 1959, p. 300.

225Entre la fin de la domination abbasside et l’époque bouride, une nouvelle porte fut ouverte dans l’angle nord‑ouest de la ville, mais cette fois sur la muraille ouest. Le nom de Bāb al‑Ǧinān ou « porte des Jardins » lui fut donné car elle conduisait aux jardins et aux vergers situés au sud du Baradā 212.

226La date de construction de cette porte reste cependant incertaine. Il est possible qu’elle soit mentionnée pour la première fois dans un panégyrique adressé à l’émir Manǧū Takīn, gouverneur fatimide de la ville de 381 à 386/991‑996, par le poète de Ma’arrat al‑Nu‘mān, Abū l‑Ḥusayn al‑Rā’iq :

227« Est‑ce à Bāb al‑Barīd que je devrais évoquer mon ardente vénération

  • 213 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, LXVI, p. 149‑150 ; Bianquis, 1986, I, p. 188‑211 et 220‑227 ; (...)

228Où plutôt à Bāb al‑Ǧinān ou encore à Ǧayrūn ? » 213

229Ce texte semble cependant être consacré aux portes de la grande Mosquée de Damas (Bāb al‑Barīd, Bāb Ǧayrūn) et il est possible que Bāb Ǧinān ne désigne pas ici une porte de la ville, mais la porte nord du sanctuaire. Une autre hypothèse de datation est fournie par une inscription, malheureusement douteuse, du Recueil Schefer (Inscr. n° 2) datée de 538/1143‑44. L’émir Buzān aurait ouvert ou remanié cette porte pour offrir un passage aux habitants du quartier qui en avaient été privés à la suite de la construction de la citadelle voulue par les princes saljoukides.

  • 214 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 90 et 186 ; Élisséeff, 1959, p. 167 et 300.
  • 215 Ibn ‘Asākir, qui écrivit son Histoire de Damas sur plusieurs décennies, évoque en effet à deux rep (...)

230Bāb al‑Ǧinān n’apparaît plus dans l’arpentage commandé en 564/1168‑69 par Nūr al‑Dīn et l’explication en est fournie par Ibn ‘Asākir qui signale « qu’elle a été bouchée » 214. Dans un autre passage, écrit sans doute dans les dernières années de sa vie, il note qu’elle a été réouverte 215. L’historien de Damas qui meurt en 1176 n’a cependant pas le recul nécessaire pour constater que cette réouverture pourrait correspondre à un réaménagement complet de la porte, en même temps qu’à son changement de nom.

Bāb al‑Naṣr [1]

  • 216 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 90 ; Élisséeff, 1959, p. 167.
  • 217 Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, 42 v° ; Abū l‑Baqā’ al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 18 ; Sauvaire, mai‑ju (...)
  • 218 Ibn Ǧubayr, Riḥla, p. 229 ; Ibn Jobaïr, Voyages, III, p. 328.

231Une des premières mesures de Saladin après s’être emparé de Damas en 1174 semble en effet avoir été la réouverture de la porte connue jusque‑là sous le nom de Bāb al‑Ǧinān située « au pied de la citadelle » 216, assurant une communication directe de son nouveau lieu de résidence avec la route d’Égypte 217. Cette réouverture s’accompagna d’un changement de nom qui intervint avant 580/1184, date du passage à Damas du célèbre voyageur maghrébin Ibn Ǧubayr qui, le premier, signale l’existence d’une Bāb al‑Naṣr [1] ou « porte de la victoire », du côté ouest de la ville, au nord de Bāb al‑Ǧābiya 218.

  • 219 Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, 40 r° ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 371.

232La nature des travaux réalisés par Saladin pour la réouverture de cette porte n’est pas connue, mais ils consistèrent sans doute en une véritable reconstruction. Saladin entendait par ce nouveau nom commémorer la prise de la ville et sans doute marquer de son empreinte le paysage urbain par une construction de prestige. L’appellation de « construction nouvelle » qui est utilisée par Ibn Šākir al‑Kutubī (m. 764/1363) pour qualifier cette porte qu’il met sur le même plan que Bāb al‑Faraǧ irait aussi dans le sens d’un profond remaniement de la porte primitive 219.

  • 220 Jazari, La chronique de Damas, p. 82.
  • 221 Cette coupole (qubba) est signalée par al‑Maqrīzī (Sulūk, IV‑1, p. 221). Il est cependant possible (...)

233Sans pouvoir dater précisément ses différents aménagements, on sait qu’à la fin du xiiie siècle, elle avait un porche ou dirkāh sur lequel s’ouvrait latéralement une porte secrète permettant d’accéder à la citadelle, sans doute par un pont franchissant le fossé 220. Un belvédère est également signalé au‑dessus de la porte dans les derniers jours du sultanat de Faraǧ b. Barqūq qui l’utilise comme poste d’observation lorsqu’il est assiégé dans Damas par ses émirs en 815/1412 221.

  • 222 La construction de la nouvelle citadelle commença précisément par cette tour (Abū Šāma, Muḏayyal, (...)

234Son emplacement exact nous est précisé au moment de la reconstruction de la citadelle par al‑Malik al‑‘Ādil en 599/1203, puisque la nouvelle tour édifiée dans l’angle sud‑ouest était proche de Bāb al‑Naṣr (al‑muǧāwir li‑Bāb al‑Naṣr222 et y était peut‑être directement reliée.

  • 223 On peut le voir par exemple en 691/1292 lorsque le sultan al‑Ašraf Ḫalīl quitte Damas pour Le Cair (...)
  • 224 Ibn Ṭūlūn, Ḥawādiṯ, p. 129 ; Abū l‑Baqā’ al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 18 ; Sauvaire, mai‑juin 1896 (...)
  • 225 al‑Nu‘aymī, Dāris, I, p. 283 et 434 et II, p. 113.

235Cette nouvelle porte de Damas prit en quelques décennies une importance considérable et devint même à l’époque mamlouke la principale porte de la ville à la place de Bāb al‑Ǧābiya 223. Elle permettait en effet d’accéder aux lieux de pouvoir de la cité ; tout d’abord à la citadelle par la poterne déjà évoquée, mais surtout au dār al‑Sa‘āda, l’ancien palais de justice (dār al‑‘adl) de Nūr al‑Dīn transformé sous les Mamlouks en résidence des gouverneurs de Damas 224. Ibn Tūlūn et al‑Nu‘aymī, indiquent qu’au début du xvie siècle, le nom de Bāb dār al‑Sa‘āda, voire Bāb al‑Sa‘āda, supplanta celui de Bāb al‑Naṣr 225.

  • 226 Par exemple en 696/1296 lorsque Kitbuġā reconnaît Lāǧīn comme sultan (Jazari, La chronique de Dama (...)

236La concentration du pouvoir et des forces armées dans ce secteur de la ville en faisait ainsi un des lieux les mieux défendus. Lors des sièges multiples que connut Damas, la seule porte à demeurer fonctionnelle pour permettre le mouvement des troupes était Bāb al‑Naṣr — et parfois aussi Bāb al‑Faraǧ — alors que toutes les autres étaient murées 226.

  • 227 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 318, 389 et 398.
  • 228 Ibn Ṣaṣrā, Durra, II, p. 74 ; trad. Brinner, p. 104.

237La porte connut de nouveaux aménagements lorsque les émirs rebelles Mintāš et Ǧardamur, en révolte contre le sultan mamlouk Barqūq, prirent le contrôle de Damas en 791‑792/1389‑90. Ils firent édifier au‑devant de Bāb al‑Naṣr une seconde porte, une porte extérieure, (al‑bāb al‑barrānī), sans doute sur la braie. Cette nouvelle porte possédait des vantaux couverts de plaques de fer et était surmontée d’une « loge à encorbellement » (rawšan masqūf), sans doute une bretèche 227. La porte avait coûté plus de 1 000 dinars à ses commanditaires, mais elle ne survécut pas à la victoire de Barqūq. Le sultan, voulant éliminer tout souvenir de ses adversaires, émit en effet dès 793/1391 un décret (marsūm) ordonnant de détruire « cette porte majestueuse » et d’en effacer toute trace 228.

238La première porte fut en revanche préservée et prit à l’époque ottomane le nom du marché sur lequel elle donnait et qui avait été installé au pied de la citadelle en 983/1574 : Bāb sūq al‑Arwām ou plus simplement Bāb al‑Arwām (« porte des Romains »). Elle fut détruite en 1863, lors du percement du souk Ḥamīdiyyeh.

Notes

1 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 242. Seul l’auteur d’époque mamlouke al‑Badrī indique qu’elle était dédiée à Jupiter, le dieu protecteur de la cité, et que c’est Bāb Ṣaġīr qui était dédiée à Mars (Abū l‑Baqā' al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 18). Le géographe Ibn al-Faqīh al‑Hamaḏānī (v. 903) la considère comme une porte rūmī (romaine) (Buldān, p. 104‑109).

2 Voici le texte de cette tradition rapportée tardivement par l’auteur d’époque mamlouke Abū l‑Baqā' ‘Abd Allāh al‑Badrī : « Parmi les savants grecs, certains avaient fait figurer sur la porte d’al‑Ǧābiya la représentation d’un homme la tête baissée, dans l’attitude de quelqu’un qui réfléchit. Une de ses attributions consistait en ce que, quand un étranger voulait entrer à Damas ou communiquer avec ses habitants, la porte grinçait au gémissement qu’il poussait ; les domestiques et les gardiens de la porte étaient ainsi prévenus » (Nuzhat al‑anām, p. 18 ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 425).

3 Cette description donnée pour la première fois par Ibn ‘Asākir au milieu du xiie siècle (Ta’rīḫ madīnat Dimašq, II, p. 408) est reprise ensuite par Ibn Šaddād (al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra [Damas], p. 36) et Ibn Šākir al‑Kutubī (‘Uyūn, 42 v° ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 375).

4 Lammens, Sourdel‑Thomine, II, p. 369‑370.

5 La plupart des sources signalent qu’Abū ‘Ubayda entra par Bāb al‑Ǧābiya après avoir négocié la capitulation de la ville (al‑Wāqidī, Futūḥ al‑Šām, I, p. 80 ; al‑Ya‘qūbī, al‑Buldān, p. 113 ; Ibn al‑A‘ṯam, Kitāb al‑futūḥ, p. 128 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VII, p. 20) ; d’autres sources signalent qu’Abū ‘Ubayda prit Bāb al‑Ǧābiya par force tandis que les Damascains ouvraient Bāb Šarqī à Ḫālid b. al‑Walīd (Ibn Qudāma, al‑Ḫarāğ, p. 56‑58 ; repris par Muhallabī (m. 380/990‑91), Masālik, p. 83 ; Balāḏurī, Futūḥ al‑buldān, p. 120‑123 ; trad. Hitti, p. 186‑189).

6 Sur cet épisode, voir Ṭabarī, Ta’rīḫ, IV, p. 355 ; Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXV, p. 6 : Ibn Kaṯīr, Bidāya, X, p. 44.

7 Elle est ainsi nommée en premier dans la liste des portes de Damas chez Ibn al‑Faqīh al‑Hamaḏānī (m. après 290/903) (Buldān, p. 106), chez al‑Muqaddasī dans la seconde moitié du xe siècle (Aḥsan al‑taqāsīm, p. 157) et encore chez al‑Idrīsī, au milieu du xiie siècle (Nuzhat al‑muštāq, p. 368).

8 Sourdel, Sourdel‑Thomine, Mouton, 2010, p. 65‑66.

9 Ibn ‘Asākir, qui donne l’information, se contente de signaler qu’au moment où il écrit, c’est‑à‑dire à la fin du règne de Nūr al‑Dīn, les deux arches de Bāb al‑Ǧābiya ont été condamnées sans donner le nom du commanditaire des travaux (Ta’rīḫ madīnat Dimašq [Munaǧǧid], II, p. 408).

10 Ibn Šākir al‑Kutubī signale la construction de cette bāšūra par Nūr al‑Dīn (‘Uyūn, 42 v° ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 375). Les deux portes de la bāšūra, mentionnées par Ibn Šākir al‑Kutubī, apparaissent également chez Ibn al‑Ǧazarī où elles sont sont qualifiées de porte nord (al‑Bāb al‑šāmī) et de porte sud (al‑Bāb al‑qiblī) (Ḥawādiṯ al‑zamān, II, p. 456).

11 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XLVII, p. 18 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 166 ; Nu‘aymī, Dāris, II, p. 282.

12 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 311.

13 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 7.

14 On trouve ainsi la mention des « deux portes » de Bāb al‑Ǧābiya lors du siège de Damas par les armées de Tamerlan en 802/1400, une des deux portes est alors murée (Ibn Iyās, Badā’i‘ al‑zuhūr, I‑2, p. 577) ; elles apparaissent de nouveau à la fin du xve siècle chez Yūsuf b. ‘Abd al‑Hādī (m. 909/1503), avec la mention explicite de Bāb al‑Ǧābiya al‑ǧuwwānī (Ṯimār, p. 97).

15 Ibn al‑Ǧazarī, Ḥawādiṯ al‑zamān, I, p. 401‑402 ; al‑Jazari, La chronique de Damas, p. 73.

16 Ibn al‑Ǧazarī, Ḥawādiṯ al‑zamān, II, p. 455‑456. Le texte d’Ibn al‑Ǧazarī indique que les travaux consistèrent à ouvrir au milieu des boutiques un passage large de six coudées qāsimī.

17 Lors de cet incendie, les deux portes de Bāb al‑Ǧābiya, la porte extérieure (al‑Bāb al‑barrānī) et la porte intérieure (al‑Bāb al‑ǧuwwānī), sont mentionnées (Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 250).

18 Pascual, 1983, p. 99.

19 Badrān, 1985, p. 302 et 381.

20 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 242. Seul l’auteur d’époque mamlouke al‑Badrī indique qu’elle était dédiée à Mars (al‑Marīḫ) et que c’est Bāb al‑Ǧābiya, la principale porte de la ville, qui était dédiée à Jupiter (Nuzhat al‑anām, p. 18).

21 Le géographe Ibn al‑Hamaḏānī (v. 903) la considère comme une porte rūmī (romaine) (al‑Buldān, p. 104‑109).

22 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), II, p. 407 ; Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 34 ; Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, 42 r° ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 372‑373.

23 Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 34 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VII, p. 20.

24 Balāḏurī, Futūḥ al‑buldān, p. 120‑123 ; trad. Hitti, p. 186‑189 ; Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 116 et 122 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VII, p. 20‑21.

25 Ṭabarī, Ta’rīḫ, IV, p. 355 ; Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXV, p. 6 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, X, p. 44.

26 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 7‑9.

27 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 132 ; Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 35.

28 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 307 ; Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 309.

29 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 280 ; Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, 42 r° ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 373. Ibn ‘Asākir, qui a vu en place la colonne avant son utilisation comme linteau de la bāšūra, cite à son sujet une anecdote prise chez Ibn al‑Akfānī : « J’ai entendu un des šayḫ‑s dire que, lorsqu’ils entrèrent à Damas au moment de la conquête, les Musulmans trouvèrent, sur la colonne qui se dresse à al‑Maqsallāṭ, une statue. (Cette statue était) placée au bout de l’axe en fer qui était fixé au sommet de cette colonne ; elle avait le bras tendu et la paume fermée. On brisa la paume et on y trouva un grain de blé. Les gens demandèrent alors ce que cela signifiait et on leur répondit : “ Ce grain de blé a été déposé par les gouverneurs grecs ”. Il y avait aussi dans la paume de la statue de l’orge pour que le blé ne soit pas charançonné même s’il restait en dépôt de nombreuses années » (Élisséeff, 1959, p. 69‑70).

30 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, II, p. 308 ; Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 132 ; Nu‘aymī, Dāris, II, p. 259. La date de construction de cette mosquée n’est pas connue, mais elle est antérieure à la construction de la bāšūra. Elle devait être située à l’emplacement actuel de la mosquée qui a conservé ce nom, à gauche en sortant de Bāb Ṣaġīr.

31 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XLVII, p. 18 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 166 ; Nu‘aymī, Dāris, II, p. 282.

32 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 81.

33 Badrān, 1985, p. 40.

34 Sur ce cimetière, voir Moaz, Ory, 1977.

35 Ibn ‘Asākir tient cette information, via une chaîne de transmetteurs, du traditionniste et ḥāfiẓ Abūl‑Qāsim Tammām b. Muḥammad al‑Rāzī (m. en 414/1023) qui lui-même l’avait lue dans « un livre ancien » (kitāb ‘atīq) (Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17). Cette information a été reprise par Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 35‑36 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 242 et par Qalqašandī, Ṣubḥ al‑a‘šā, IV, p. 96.

36 Balāḏurī, Futūḥ al‑buldān, p. 121 ; Ibn Qudāma, Ḫarāğ, p. 56 ; Muhallabī, Masālik , p. 83.

37 Ibn al‑Faqīh al‑Ḥamaḏānī, al‑Buldān, p. 106.

38 Wāqidī, Futūḥ al‑Šām, I, p. 84.

39 Les textes arabes le plus anciens mentionnant ce nom datent de la fin du ixe siècle ou début xe siècle : al‑Balāḏurī, Futūḥ al‑Buldān, p. 121 et Ṭabarī, Ta’rīḫ, IV, p. 355.

40 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), II, p. 407 et Ta’rīḫ madīnat Dimašq, L, p. 279‑281. Ibn ‘Asākir évoque dans la première de ces deux évocations une autre origine possible, celle d’un mawlā ou « client » de Bišr b. ‘Ibāda b. Ḥassān al‑Kalbī sans indiquer cependant les raisons qui auraient conduit à donner le nom de ce personnage à cette porte. Ibn Šaddād ne reprend, au xiiie siècle, que cette seconde origine du nom de cette porte (al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra [Damas], p. 34‑35).

41 Cette information, bien que se trouvant chez un auteur tardif de la fin de l’époque mamlouke, fournit une explication logique à la dénomination de la porte en complétant les données fournies par Ibn ‘Asākir (Abū l‑Baqā' al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 17).

42 Muqaddasī, Aḥsan al‑taqāsīm, p. 157 ; trad. Miquel, p. 166.

43 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXV, p. 6 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, X, p. 44.

44 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, LIII, p. 265.

45 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 10 ; Maqrīzī, Itti‘āẓ, I, p. 213.

46 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 327 ; Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 341.

47 Ibn ‘Asākir indique clairement que la porte est bouchée au moment où il écrit l’introduction topographique de son histoire de Damas (Ta’rīḫ madīnat Dimašq [Munaǧǧid], II, p. 407) et des auteurs tardifs comme Ibn Kaṯīr, Ibn Taġrībirdī, al‑Maqrīzī et Ibn Ḥaǧar al‑‘Asqalānī signalent que l’initiative en revient à Nūr al‑Dīn sans donner plus de précisions chronologiques (Ibn Kaṯīr, Bidāya, XVI, 481 ; Ibn Taġrībirdī, Nuǧūm, XI, p. 26 ; Maqrīzī, Sulūk, III‑1, p. 92 ; Ibn Ḥaǧar al‑‘Asqalānī, al‑Durar al‑kāmina, VI, p. 131). Cependant cette porte n’est pas mentionnée dans l’arpentage des murs de la ville ordonné en 564/1168‑69 par Nūr al‑Dīn car elle était alors déjà bouchée.

48 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 123 et 215. Des fouilles conduites dans ce secteur en 2005 ont mis au jour quantité d’ossements de canidés.

49 « Papiers de Damas », liasse 13 816. Sur la collection des « Papiers de Damas », voir Mouton, Sourdel, Sourdel‑Thomine, 2013, p. 13‑15.

50 Voir supra, chap. I « Les données épigraphiques ».

51 Ibn Taġrībirdī, Nuǧūm, XI, p. 26.

52 Ce nouveau nom ne semble avoir été adopté ni par la population ni par les chroniqueurs de l’époque mamlouke qui continuent à la désigner sous le nom de Bāb Kaysān (voir par exemple Maqrīzī, Sulūk, III‑2, p. 741 ; Ibn Ṭūlūn, Mufākaha, II, p. 99).

53 Maqrīzī, Sulūk, III‑1, p. 92 ; Ibn Ḥaǧar al‑‘Asqalānī, al‑Durar al‑kāmina, VI, p. 131.

54 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 307.

55 Abū l‑Baqā' al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 17 ; Ibn Ṭūlūn, al‑Šam‘a, p. 10. Aucune date ne peut être fournie pour la condamnation définitive de cette porte. Elle fonctionne encore en 793/1391 (Maqrīzī, Sulūk, III‑2, p. 741).

56 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 384.

57 Watzinger et Wulzinger (1924, p. 183) signalent qu’entre 1910 et 1917 un parement de la tour qui jouxtait la porte et portait une inscription s’est effondré.

58 Porter signale qu’une fenêtre semblable à celle par laquelle saint Paul s’était enfui, était encore visible quelques années avant son passage à Damas en 1850 (Porter, 1855, p. 42).

59 Matthew Paris’s Map of the Route to Jerusalem. St Albans, c. 1250 (British Library Royal MS 14 C vii, f. 5).

60 Voir l'inscription bilingue français‑arabe située sur la façade nord : « Sanctuaire grec catholique dédié à l’apôtre St Paul par S. B. le patriarche Dimitrios Cadi aux frais de Mme Salma Sélim Boulad née à Messadié. L’an 1925. »

61 Porter, 1882, p. 340.

62 Cette tour était utilisée au début du xxe siècle comme atelier (Watzinger, Wulzinger, 1924, p. 183).

63 Dabbour, 2006, I, p. 86‑89.

64 Watzinger, Wulzinger, 1924, p. 183.

65 Porter, 1855, p. 41.

66 Voir supra, chap. I « Les apports de l’archéologie ». Dabbour, 2012, p. 24, 28 et p. 39, fig. 6 : Coupe du système défensif échelonné de l'enceinte urbaine de Damas.

67 Belon du Mans, Voyage, p. 393.

68 Laurent d'Arvieux, Mémoires, II, p. 447.

69 Porter, 1855, p. 41.

70 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 44.

71 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17 ; Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 35 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 242 ; Abū l‑Baqā' al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 17.

72 La plupart des sources signalent que Ḫālid b. al‑Walīd fit le siège de la ville à Bāb Šarqī et s’empara de cette porte par la force (Balāḏurī, Futūḥ al‑buldān, p. 120‑123 ; trad. Hitti, p. 186‑189 ; Ibn al‑A‘ṯam, Kitāb al‑futūḥ, p. 128 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VII, p. 20) ; quelques sources cependant signalent que les Damascains ouvrirent Bāb Šarqī à Ḫālid b. al‑Walīd alors qu’Abū ‘Ubayda prenait par force Bāb al‑Ǧābiya (Ibn Qudāma, al‑Ḫarāğ, p. 56‑58, repris par al‑Muhallabī [m. 380/990‑91], Masālik, p. 83).

73 Sur ce lieu, voir Sourdel, Sourdel‑Thomine, 1979, p. 150‑151. On vénérait également une maison de Ḫālid b. al‑Walīd à Bāb Tūmā.

74 Sur cet épisode, voir Ṭabarī, Ta’rīḫ, IV, p. 355 ; Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXV, p. 6 : Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, V, p. 425.

75 Yaḥyā b. Sa‘īd d’Antioche, Histoire, p. 430‑431.

76 La plus ancienne mention de cette bāšūra se trouve chez Ibn ‘Asākir qui signale « une canalisation à Bāb Šarqī … contiguë à la barbacane » (Ta’rīḫ madīnat Dimašq [Munaǧǧid], p. 380 ; Élisséeff, 1959, p. 263). L’attribution de cette bāšūra à Nūr al‑Dīn est donnée par Ibn Šākir al‑Kutubī (‘Uyūn, 42 r°; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 373). Ce texte vient valider celui plus tardif de l’historien d’époque mamlouke qui signalait que « Nūr al‑Dīn […] a fait pour chaque porte une bāšūra » (Abū l‑Baqā' al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 19 ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 427).

77 Abū Šāma, Rawḍatayn, I, p. 71‑77.

78 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 174 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 44 ; al‑Nuwayrī, Nihāyat, XXIX, p. 39.

79 Ibn ‘Aṣākir Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 311.

80 Ces traditions concurrentes sont données par Harawī, Išārāt, p. 15 ; trad. Sourdel‑Thomine, p. 39‑40.

81 al‑Raba‘ī, Faḍā’il, p. 72.

82 Ibn Ǧubayr, Riḥla, p. 229 ; Ibn Jobaïr, Voyages, III, p. 328.

83 Watzinger, Wulzinger, 1921, p. 76.

84 Mesures prises sur le chantier en 2008.

85 Porter, 1855, p. 40 : « The doorway of this tower is on the south side, and thus at right angles to the gate ».

86 Damas, vue d’une des portes de la ville, dessin de Pierre‑François Lehoux (Laborde, 1837, pl. XLIV).

87 La Porte d'Orient à Damas (musée des Beaux‑Arts de Rennes, Inv. 880.28.4).

88 Pigeory, 1854, p. X.

89 Watzinger, Wulzinger, 1921, p. 65, pl. 38‑45.

90 Will (1994, p. 38) semble reprendre pour l’enceinte la datation haute – époque augustéenne – proposée par Freyberger (1989, p. 86, n. 72) pour Bāb Šarqī.

91 Voir supra, note n° 81.

92 Voir supra, note n° 76.

93 Voir supra, note n° 78.

94 Sous la direction de H. Saad (DGAM).

95 Yovitchitch, 2011, p. 152.

96 Voir supra chap. I.

97 Voir Porter, 1855, p. 54.

98 Voir Munaǧǧid, 1945, p. 41 et la photographie, p. 43.

99 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 242 ; Abū l‑Baqā' al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 17.

100 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), II, p. 407 ; Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 35 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, IX, p. 145 ; Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, 42 r°; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 373 ; Abū l‑Baqā' al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 17.

101 Wāqidī, Futūḥ al‑Šām, I, p. 75.

102 Ibn Qudāma, al‑Ḫarāğ, p. 56 ; Balāḏurī, Futūḥ al‑buldān, p. 120‑123 ; trad. Hitti, p. 186‑189 ; Muhallabī, Masālik, p. 83 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VII, p. 20 ; al‑Wāqidī et Ibn ‘Asākir n’évoquent pas ‘Amr b. al‑‘Āṣ : le premier indique que Bāb Tūmā fut assiégée par Šuraḥbīl b. Ḥasana (Futūḥ al‑Šām, I, p. 72) et le second signale que Yazīd b. Abī Sufyān conduisit le siège à cette porte ou à Bāb Kaysān (Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXXIV, p. 384).

103 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXV, p. 6.

104 Ṭabarī, Ta’rīḫ, IV, p. 355 ; Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, V, p. 425 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, X, p. 44.

105 Ibn al‑Faqīh al‑Ḥamaḏānī, Buldān, p. 106 ; Ibn al‑Faqīh al‑Ḥamaḏānī, Abrégé, p. 129‑130 ; Muqaddasī, Aḥsan al‑taqāsīm, p. 157 ; trad. A. Miquel, p. 166 ; al‑Idrīsī, Nuzhat al‑muštāq, p. 368 ; Ibn Ǧubayr, al‑Riḥla, p. 229 ; Ibn Jobaïr, Voyages, III, p. 328.

106 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXVI, p. 68.

107 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 327 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, p. 232.

108 ‘Imād al‑Dīn al‑Iṣfahānī, al‑Bustān al‑ǧāmi‘, p. 462‑463 ; Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, III, p. 64. Il faut souligner qu’al‑Malik al‑‘Azīz qui assiège Damas avec al‑‘Ādil fait son entrée dans la ville par Bāb al‑Faraǧ.

109 Abū Šāma, Muḏayyal, II, p. 65 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 165.

110 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 219.

111 Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 35 ; Ibn al‑Taġrībirdī, Nuǧūm, VII, p. 80.

112 Les maisons des chrétiens furent pillées après le départ des Mongols, l’église des jacobites fut détruite et l’église de Marie incendiée (Ibn al‑Taġrībirdī, Nuǧūm, V, p. 80‑81).

113 Ibn Kaṯīr signale sous l’année 699/1299 que c’est la seule porte qui demeure ouverte au moment où Ġāzān marche sur Damas désertée par les autorités mamloukes (Bidāya, XIV, p. 7).

114 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXIV, p. 340 ; Yāqūt, Mu‘ǧam al‑buldān, II, p. 447.

115 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 409 ; localisation Élisséeff, 1959, p. 301, n. 2.

116 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XLVIII, p. 71.

117 Ibn al‑Wardī, Ta’rīḫ, II, p. 295 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 165 ; Ibn al‑Ǧazarī, Ḥawādiṯ al‑zamān, III, p. 667.

118 Mouton, Guilhot, Piaton, 2012, p. 97.

119 Ce motif d’origine antique se rencontre à l’époque islamique sur les monnaies des princes zankides de Ǧazīra à la fin du xiie et au début du xiiie siècle où il est interprété comme une tamġa ou symbole tribal (Spengler, Sayles, II, 1996, p. 118).

120 On retrouve ce motif sur les monnaies de bronze du sultan mamlouk al‑Nāṣir Muḥammad (Balog, 1963, n° 257). C’est sans doute ce symbole souverain qui est disposé ici au‑dessus du foudre. Il fait écho au nom du sultan apparaissant dans l’inscription avant celui de Tankiz.

121 Voir supra, chap. III, note n° 98. Le minaret a été détruit lors de travaux conduits par Michel Écochard (Munaǧǧid, 1949, p. 84).

122 Voir supra, chap. IV « Les éléments de la défense : typologie et topographie ».

123 Voir supra, chap. IV « Les éléments de la défense : typologie et topographie ».

124 Il pourrait aussi s’agir de la poterne du quartier d’al‑Murabba‘a mentionnée à la même époque par Ibn ‘Asākir ; voir aussi supra, note n° 107.

125 Abū l‑Baqā' al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 19.

126 Sauvaget, 1932b, p. 43.

127 Wāqidī, Futūḥ al‑Šām, I, p. 84 ; Balāḏurī, Futūḥ al‑buldān, p. 121 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, VII, p. 20.

128 Wāqidī, Futūḥ al‑Šām, I, p. 84.

129 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17 et XXV, p. 6. 

130 Muqadassī, Aḥsan al‑taqāsīm, p. 157 ; trad. Miquel, p. 166. B. Dayoub (2012, p. 232) identifie Bāb al‑Nahr avec Bāb al‑Farādīs et ne la considère pas comme la porte située entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Farādīs.

131 Idrīsī, Nuzhat al‑muštāq, p. 368. On retrouve ensuite le nom de Bāb al‑Salāma dans la liste des portes de Damas donnée par Ibn ‘Asākir, dans l’arpentage de la muraille commandé par Nūr al‑Dīn et dans un waqf de ce prince dressé en 567/1172 destiné à la madrasa al‑Nūriyya al‑kubrā (Sauvaire, sept.‑oct. 1894, p. 328, n. 225) et enfin dans la liste des portes donnée par Ibn Ǧubayr lors de son passage à Damas en 580/1184 (Riḥla, p. 229).

132 Ibn Kaṯīr (Bidāya, XIV, p. 242) et Ibn Šākir al‑Kutubī (‘Uyūn, 42 r°‑v° ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 374) par exemple estiment que Bāb al‑Farādīs al‑ṣaġīr est l’autre dénomination de Bāb al‑Salāma. Plus tardivement, Abū l‑Baqā’ al‑Badrī identifie Bāb al‑Salāma avec Bāb al‑Ǧīnīq qu’il considère comme une porte antique dédiée à la lune (Nuzhat al‑anām, p. 17) ; cette identification sera reprise par Watzinger, Wulzinger, 1924, p. 184.

133 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 186.

134 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 185‑187. Sa localisation pourrait se situer à l’intersection de la rue al‑Šallāḥa et du nahr ‘Aqrabānī où l’on relève la présence d’un petit pont précédé d’une rue à colonnades antiques observée par les membres du service des Antiquités à l’occasion de travaux d’installation d’un transformateur électrique.

135 B. Dayoub fait remarquer à juste titre que cette porte qui est sans doute du xiie siècle ne peut être attribuée à Nūr al‑Dīn car Ibn ‘Asākir ne lui applique pas le qualificatif de « récente » comme il le fait pour Bāb al‑Faraǧ dont il attribue la construction à ce prince (Dayoub, 2012, p. 234).

136 Buyukasik, 2013, p. 79‑201.

137 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 313 ; XXVIII, p. 64 et XLI, p. 471. Le nom de Bāb al‑nahr qui apparaît au xe siècle chez al‑Muqaddasī pour désigner la porte située dans ce secteur semble être un argument supplémentaire allant en ce sens, même si la localisation précise de cette porte n’est pas connue.

138 Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, X, p. 257 ; Sibṭ Ibn al‑Ǧawzī, Mir’āt al‑zamān, VIII‑2, p. 462 ; Ḏahabī, al‑‘Ibar, IV, p. 286 ; Nu‘aymī, Dāris, I, p. 290.

139 Information orale donnée par Mīlād al‑‘Awābid, fonctionnaire à la DGAM.

140 Sauvaget, 1949, p. 336‑338.

141 C’est le cas par exemple de l’entrée solennelle à Damas du cadi Walī al‑Dīn Muḥammad b. Farfūr en rabī‘ I 911/août 1505 (Ibn Ṭūlūn, Quḍāt Dimašq, p. 183). Voir aussi Les mille et une nuits, II, 1986, p. 133.

142 Sauvaget, 1949, p. 337, fig. 10. Certains auteurs avaient auparavant dénombré jusqu’à trois ou quatre portes sur ce même axe. Ils prenaient en compte du sud vers le nord, le franchissement du mur du temenos du temple de Jupiter, la porte que nous avons appelée Bāb al‑Farādīs sud, une porte de ville encore visible du temps de Sauvaget à l’angle des rues Bayn al‑Sūrayn et ‘Amārat al‑Ǧuwāniyya qu’on ne peut attribuer à une période « antérieure aux Mamelouks » et, enfin, la porte de Bāb al‑Farādīs nord.

143 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, I, p. 17 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 242 ; Abū l‑Baqā' al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 18 ; Ibn al‑Faqīh al‑Ḥamaḏānī qui écrit à la fin du ixe siècle la considère comme une porte antique (rūmī) (Buldān, p. 106).

144 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 408 ; Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 35‑36 ; Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, 42 v° ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 374 ; Abū l‑Baqā' al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 17.

145 Balāḏurī, Futūḥ al‑buldān, p. 121 ; Ibn Qudāma, Ḫarāğ, p. 56 ; Muhallabī, Masālik, p. 83. Seul al‑Wāqidī signale que cette porte fut assiégée par ‘Amr b. al‑‘Āṣ (Futūḥ al‑Šām, I, p. 76).

146 Le nom de Ḥamīd b. Qaḥṭaba est donné par Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, XXV, p. 6 : Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, V, p. 425 ; celui de ‘Abbās b. Yazīd par al‑Ṭabarī, Ta’rīḫ, IV, p. 355 et Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, V, p. 425.

147 On peut en effet estimer que Bāb al‑Farādīs, en tant que porte majeure du nord de la ville, figure derrière un de ces deux noms de porte située entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Ǧābiya ; cependant, trois portes existent alors dans ce secteur, Bāb al‑Farādīs al‑ṣaġīr, Bāb al‑Farādīs et Bāb al‑Ḥadīd qui vient d’être ouverte ; il est aussi difficile de dire lesquelles sont retenues par le géographe (Muqaddasī, Aḥsan al‑taqāsīm, p. 157 ; trad. Miquel, p. 166).

148 Cette mention se trouve dans plusieurs biographies du Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, V, p. 219 ; XIII, 194 ; XXIV, p. 138 et XLVIII, p. 186).

149 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 282 ; Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 270 ; Ibn ‘Asākir, Ta'rīḫ madīnat Dimašq, (Munaǧǧid), p. 305 et 313.

150 Ibn al‑Qalānisī donne l’année 539/1145 pour l’achèvement de la construction (Ḏayl, p. 282 ; Ibn al‑Qalānisī, Damas, p. 270).

151 Sur cette relique, voir Mouton, 1993, p. 245‑254.

152 Harawī, Guide, p. 36.

153 Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, X, p. 270.

154 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, III, p. 125.

155 Ibn al‑Aṯīr, Kāmil, X, p. 270.

156 Abū Šāma, Muḏayyal, II, p. 360 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XLIV, p. 518 ; Nu‘aymī, Dāris, II, p. 118.

157 Nuwayrī, Nihāyat, XX, p. 299 ; Saḫawī, Tuḥfa, I, p. 514.

158 Munḏirī, Takmila, II, p. 439 ; Ibn al‑‘Adīm, Buġyat, II, p. 920.

159 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 215.

160 Abū Šāma, Rawḍatayn, I, p. 387.

161 Voir supra, chap. II.

162 Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, XX, p. 402.

163 Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, XXI, p. 342‑343.

164 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 303 ; Ibn al‑‘Imād, Šaḏarāt, V, p. 381.

165 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 311.

166 Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, LI, p. 25.

167 Ṣafadī, Wāfī, II, p. 114.

168 « This is a fine Roman archway, leading through a wall of great thickness, and built of massive blocks of hewn stone » (Porter, 1855, p. 52).

169 Hanauer, 1911, p. 43.

170 Hanauer, 1911, p. 43.

171 Sauvaget, 1949, p. 336.

172 Elle semble encore être en bon état sur l’aquarelle du peintre allemand Gustav Bauernfeind réalisé dans les années 1880 (Porte près du bazar des cordonniers, Gustav Bauernfeind‑Museum, Sulz am Neckar).

173 Abdul‑Hak, 1951, p. 254‑256.

174 Gustav Bauernfeind, Porte près du bazar des cordonniers, Gustav Bauernfeind‑Museum, Sulz am Neckar. Nous tenons à remercier Mme Maryse Bideault de nous avoir signalé ce document.

175 Cette porte est achetée en 1950 par le service des Antiquités qui détruit la maison édifiée dessus. Des travaux importants sont alors réalisés : démontage et remontage de la façade avec changement de blocs, consolidation du linteau brisé et desquamé, réfection du revers du tympan (Abdul‑Hak, 1951, p. 254‑256).

176 Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, 87 r° ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 386.

177 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 408 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, p. 278 ; Nu‘aymī, Dāris, I, p. 471.

178 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 408 ; Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 36 ; Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, 42 v° ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 374.

179 Abū Šāma, Rawḍatayn, I, p. 71‑77.

180 Buyukasik, 2013, p. 195‑196. On la trouve mentionnée ensuite par Ibn Ǧubayr lors de son passage à Damas en 580/1184 (Ibn Ǧubayr, Riḥla, p. 229 ; Ibn Jobaïr, Voyages, III, p. 328).

181 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 263.

182 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 283.

183 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 19.

184 Ibn Naẓīf al‑Ḥamawī, al‑Ta’rīḫ al‑Manṣūrī, p. 114.

185 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 88. Notons que ce moulin est qualifié de moulin de Bāb al‑Faraǧ par Ibn Taġrībirdī et al‑Maqrīzī lorsqu’ils évoquent en 820/1417 l’évasion rocambolesque de l’émir Aqbā’ī qui, après s’être enfui de la citadelle, remonte le Baradā et se cache dans ce moulin où il est finalement repris (Nuǧūm, XIV, p. 62 ; Sulūk, IV‑1, p. 424‑425).

186 Ḏahabī, ‘Ibar, III, p. 319 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, LI, p. 11 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 93 ; Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 130.

187 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 254.

188 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 589.

189 Cette bāšūra fut détruite par un incendie en 765/1363 (Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 174 et 306).

190 Ibn al‑Ǧazarī, Ḥawādiṯ al‑zamān, III, p. 859.

191 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 603.

192 Le motif de la fleur de lys est en revanche attesté sur plusieurs monuments de Damas à partir du règne de Nūr al‑Dīn (1154‑1174). Creswell émet l’hypothèse que la fleur de lys sculptée au‑dessus du miḥrāb du bīmāristān de Nūr al‑Dīn à Damas fut le blason de ce prince (Creswell, 1952, I, p. 153). Ce motif sera repris comme emblème par plusieurs sultans et émirs mamlouks (Balog, 1977, p. 197‑199).

193 On trouve notamment des parallèles dans la tour d’entrée de la citadelle d’Alep (Degeorge, 2002, p. 137).

194 Bibliothèque de l’INHA, collections Jacques Doucet (Paris), Archives 067, 13, 01 sous le titre « Porte de Bāb al‑Ḥadīd » (sic).

195 Ernst Herzfeld Papers, Series 2 : Sketchbooks; Subseries 2.13 : Damascus 1, 1914 : Sketchbook 32, carnet conservé à la Freer Gallery of Art and Arthur M. Sackler Gallery Archives à Washington, DC.

196 Sur cette porte située sur le flanc nord de la citadelle, voir infra, chap. III « Bāb al‑Ḥadīd ».

197 Sauvaget, 1940, p. 77‑92, fig. 45. Cette madrasa fondée par Nūr al‑Dīn, a été achevée par al‑Malik al‑‛Ādil au début xiiie siècle pour abriter sa sépulture.

198 Hartmann‑Virnich, 2012, fig. 9. On relève aussi un décor de même type à Saḥyūn, sur une baie du hammam de la forteresse qui serait en revanche daté de la fin du xiiie siècle. Selon les informations transmises par l'archéologue Benjamin Michaudel, le hammam aurait été fondé sous le règne de l'anti‑sultan Sunqūr al‑Ašqar, soit entre 1279 et 1287. Une seconde inscription située dans le hammam mentionne aussi le nom du sultan al‑Ašraf Ḫalīl (1290‑1293).

199 Abū Šāma, Rawḍatayn, II, p. 429.

200 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 589.

201 Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 88.

202 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 174.

203 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XII, p. 113‑114.

204 Voir par exemple Ibn al‑Faqīh al‑Hamaḏānī (Buldān, p. 106) qui, aux alentours de 900, ne mentionne encore que six portes à Damas : Bāb al‑Ǧābiya, Bāb Ṣaġīr, Bāb Kaysān, Bāb Šarqī, Bāb Tūmā et Bāb al‑Farādīs.

205 Sur ce pont, voir Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 6 ; Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 87 ; Élisséeff, 1959, p. 160.

206 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 186 ; Élisséeff, 1959, p. 300.

207 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 5‑7.

208 L’étude archéologique de cette porte a été récemment effectuée par A. Hartmann‑Virnich, 2001‑2002, p. 99‑136.

209 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 186 ; Élisséeff, 1959, p. 300.

210 Cette porte ne doit pas être confondue avec la première Bāb al‑Faraǧ construite quelques années plus tard par Nūr al‑Dīn.

211 Abū l‑Baqā’ al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 27.

212 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 186 ; Élisséeff, 1959, p. 300.

213 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, LXVI, p. 149‑150 ; Bianquis, 1986, I, p. 188‑211 et 220‑227 ; Dayoub, 2012, p. 231. Il est cependant étonnant que le nom de Bāb al‑Ǧinān apparaisse ici avec le nom des portes de la grande mosquée de Damas et n’apparaisse plus ensuite dans les sources avant Ibn ‘Asākir.

214 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 90 et 186 ; Élisséeff, 1959, p. 167 et 300.

215 Ibn ‘Asākir, qui écrivit son Histoire de Damas sur plusieurs décennies, évoque en effet à deux reprises cette porte et la présente comme bouchée dans un passage et comme bouchée, puis réouverte dans un autre (Ta’rīḫ madīnat Dimašq [Munaǧǧid]), p. 186 ; Élisséeff, 1959, p. 300 ; texte repris par Ibn Šaddād, al‑A‘lāq al‑ḫaṭīra (Damas), p. 36).

216 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 90 ; Élisséeff, 1959, p. 167.

217 Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, 42 v° ; Abū l‑Baqā’ al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 18 ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 375 et 426.

218 Ibn Ǧubayr, Riḥla, p. 229 ; Ibn Jobaïr, Voyages, III, p. 328.

219 Ibn Šākir al‑Kutubī, ‘Uyūn, 40 r° ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 371.

220 Jazari, La chronique de Damas, p. 82.

221 Cette coupole (qubba) est signalée par al‑Maqrīzī (Sulūk, IV‑1, p. 221). Il est cependant possible qu’il y ait une confusion avec le belvédère (ṭārima) construit par le gouverneur Tankiz sur le Dār al‑Sa‘āda. Il dominait le fossé et était situé juste au sud de Bāb al‑Naṣr (Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, II, p. 407).

222 La construction de la nouvelle citadelle commença précisément par cette tour (Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 126).

223 On peut le voir par exemple en 691/1292 lorsque le sultan al‑Ašraf Ḫalīl quitte Damas pour Le Caire : « Dans le dernier tiers de la nuit, le sultan monta à cheval et les gens allumèrent leurs cierges, les premiers étaient à Bāb al‑Naṣr ; les derniers près du masǧid al‑Qadam » (Jazari, La chronique de Damas, p. 20).

224 Ibn Ṭūlūn, Ḥawādiṯ, p. 129 ; Abū l‑Baqā’ al‑Badrī, Nuzhat al‑anām, p. 18 ; Sauvaire, mai‑juin 1896, p. 426.

225 al‑Nu‘aymī, Dāris, I, p. 283 et 434 et II, p. 113.

226 Par exemple en 696/1296 lorsque Kitbuġā reconnaît Lāǧīn comme sultan (Jazari, La chronique de Damas, p. 58) ou encore en 803/1401 à l’annonce de l’arrivée de Tamerlan (Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, IV, p. 164).

227 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 318, 389 et 398.

228 Ibn Ṣaṣrā, Durra, II, p. 74 ; trad. Brinner, p. 104.

Table des illustrations

Titre Figure 63a : Bāb al‑Ǧābiya, relevé de l’état des lieux : coupe et façades.
Crédits © (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-1.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 63b : Bāb al‑Ǧābiya, plan avec proposition de restitution des phases de construction.
Crédits © (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 64 : Bāb al‑Ǧābiya, façade ouest.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Figure 65 : Bāb al‑Ǧābiya, consoles de la bretèche.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Figure 66 : Bāb al‑Ǧābiya, face extérieure du vantail nord.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Figure 67 : Bāb al‑Ǧābiya, façade est.
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Figure 68 : Tour nord de Bāb al‑Ǧābiya [A], intérieur abritant la tombe du compagnon du Prophète Mu‘āḏ b. Ǧabal.
Crédits © H. Saad, 2015.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Figure 69 : Bāb al‑Ǧābiya, proposition de restitution de l’état médiéval à partir des vestiges relevés, Jean Sauvaget.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Figure 70 : Bāb al‑Ǧābiya, nouvelle proposition de restitution de la porte, des tours et de la bāšūra.
Crédits © (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-9.png
Fichier image/png, 36k
Titre Figure 71a : Bāb Ṣaġīr, relevé de l’état des lieux : coupe et façades.
Crédits © (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-10.png
Fichier image/png, 27k
Titre Figure 71b : Bāb Ṣaġīr, plan avec proposition de restitution des phases de construction.
Crédits (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-11.png
Fichier image/png, 23k
Titre Figure 72 : Bāb Ṣaġīr, façade sud.
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Figure 73 : Bāb Ṣaġīr, consoles de la bretèche.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Figure 74 : Bāb Ṣaġīr, la dirkāh.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 75 : Bāb Ṣaġīr, façade nord.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 76 : Bāb Ṣaġīr, face intérieure du vantail est.
Crédits © G. Li.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Figure 77 : Bāb Ṣaġīr, face extérieure du vantail est.
Crédits © G. Li.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre Figure 78 : Représentation de la porte de Saint Paul à Damas, Matthew Paris, Itinéraire de Londres à la Terre sainte. St Alban, parchemin, v. 1250.
Crédits British Library, Royal MS 14 C VII , f. 4v.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 646k
Titre Figure 79 : Bāb Kaysān, façade sud de la chapelle Saint‑Paul.
Crédits © I. Hajjar, 2006.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 80 : Bāb Kaysān, plaque commémorative sur la façade est de la chapelle.
Crédits © Cl. Piaton, 2011.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 81a : Bāb Kaysān. Relevé de l’état des lieux et proposition de restitution : coupe et façades.
Crédits © Cl. Piaton.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-21.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 81b : Bāb Kaysān. Plan avec proposition de restitution des phases de construction.
Crédits © Cl. Piaton.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-22.png
Fichier image/png, 40k
Titre Figure 82 : Bāb Kaysān, chantier de reconstruction, carte postale, v. 1922.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Titre Figure 83 : Bāb Kaysān, blocs antiques de la paroi intérieure ouest.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 84 : Bāb Kaysān, vue depuis l’ouest de la façade sud et de la tour. À droite, on distingue une inscription sur le premier claveau de l’arc de décharge du linteau, Bonfils, photographe, v. 1868.
Crédits Library of Congress.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Figure 85 : Bāb Kaysān, dessin de la porte avec indications de la position des inscriptions, François Canedi, graveur, v. 1870, Les Missions catholiques.
Crédits Bulletin hebdomadaire de l'Œuvre de la propagation de la foi, 1874, t. 6, p 191.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 86 : Bāb Kaysān, vue depuis l’ouest de la façade sud et de la tour, Bonfils, photographe, v. 1890.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Figure 87 : Bāb Kaysān, vue du rempart, de la façade sud et de la tour après 1880, photographie anonyme, St Paul’s wall, American Colony Jerusalem.
Crédits Library of Congress.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 88 : Bāb Kaysān, la porte reconstruite, carte postale, années 1930.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Figure 89 : Tour entre Bāb Kaysān et Bāb Šarqī, vue de la base talutée.
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Figure 90 : Tour entre Bāb Kaysān et Bāb Šarqī, vue des vestiges transformés en habitations, Francis Frith, photographe, 1858‑1860.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Figure 91 : Bloc sculpté en bas relief de deux lions passants affrontés encadrant une fleur de lys, chacune des figures inscrite dans un cercle, jardin du Musée national de Damas.
Crédits © J.-O. Guilhot, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Figure 92 : Bāb Šarqī, vue du chantier de restauration de l’arc antique, carte postale, années 1970.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Figure 93 : Bāb Šarqī, façade ouest de l’arc antique restauré.
Crédits © J.-O. Guilhot, 2011.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Figure 94a : Bāb Šarqī. Relevé de l’état des lieux : coupe et façades.
Crédits © (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-35.png
Fichier image/png, 26k
Titre Figure 94b : Bāb Šarqī. Plan avec proposition de restitution des phases de construction.
Crédits © (Cl. Piaon).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-36.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 95 : Bāb Šarqī, arche nord, façade est, « Gate to Straight Street, Damascus », Matson Photo Service, photographe, années 1930 (?).
Crédits © Library of Congress, G. Eric and Edith Matson Photograph Collection.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Figure 96 : Bāb Šarqī, vue des engravures, traces en négatif des barres de fermeture des vantaux de bois.
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Figure 97 : Bāb Šarqī, la porte (face ouest) depuis la rue Droite, carte postale, fin du xixe siècle.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Figure 98 : Bāb Šarqī, vestige de la voûte de la dirkāh.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Figure 99 : Bāb Šarqī, façade est, l’arche nord en grand appareil servant de porte, surmontée d’un mur en petits moellons et défendue d’une bretèche.
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Titre Figure 100 : Bāb Šarqī, vue de la porte médiévale dégagée de ses défenses avancées, photochrome, fin du xixe siècle.
Crédits Library of Congress, Photochrom print collection.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure 101 : Bāb Šarqī, vue depuis le sud du rempart et de la porte, « La Porte d'Orient à Damas », Charles Doussault, aquarelle, non datée (1844 ?).
Crédits Musée des Beaux-Arts de Rennes.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Figure 102 : Bāb Šarqī, vue depuis le sud-est avant la restauration de la tour, dessin de Taylor d’après photographie, André Khol, graveur, v. 1875, in Louis Lortet, « La Syrie d’aujourd’hui, 1875‑1878 », Le tour du monde, 1882, p. 379.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Figure 103 : Tour (I) entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā, vue depuis l’est.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2011.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Figure 104 : Tour entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā (I), vue depuis le cimetière au sud-est, Jean Sauvaget, photographe, v. 1930.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Figure 105 : Tour entre Bāb Šarqī et Bāb Tūmā (I), sondage réalisé en 2009 dans l’angle nord-est par la DGAM.
Crédits © H. Saad, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Figure 106 : Bāb Tūmā, façade est, Willem Van de Poll, photographe, années 1950.
Crédits Archives nationales des Pays-Bas.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Figure 107 : Bāb Tūmā, vue depuis l’est, du pont, du rempart et de la porte, carte postale, années 1920.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Figure 108 : Bāb Tūmā, vue du minaret et de la dirkāh depuis la rue venant du sud, carte postale, années 1930.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 109a : Bāb Tūmā. Relevé de l’état des lieux : coupe et façades.
Crédits (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-51.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 109b : Bāb Tūmā. Plan avec proposition de restitution des phases de construction. (Cl. Piaton).
Crédits (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-52.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 110 : Bāb Tūmā, décor sculpté sur les linteaux.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Figure 111 : Bāb Tūmā, inscription n° 17 de 625/1227-28 au revers de la porte.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Figure 112 : Bāb Tūmā, paroi sud de la dirkāh ; le plus grand appareil à droite correspond à la base du minaret.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Figure 113 : Bāb Tūmā, façade est, anonyme français, 1887, in Badr el-Hage, Des photographes à Damas, 2000, p. 171.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 114 : Bāb Tūmā, face sud du massif.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Figure 115 : Bāb Tūmā, face nord du massif.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 116 : Bāb Tūmā, vue de la bretèche d’angle et du crénelage.
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Figure 117 : Bāb Tūmā, vue de la porte depuis le pont à l’est, carte postale, v. 1930.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Figure 118 : Bāb Tūmā, façade est.
Crédits © J. Jehel, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Figure 119 : Bāb Tūmā, façade ouest.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2011.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure 120 : Bāb al‑Salāma, vue de la porte depuis l’est avant restauration, ACJ, photographie, années 1920.
Crédits Library of Congress, G. Eric and Edith Matson Photograph Collection.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Figure 121a : Bāb al‑Salāma, relevé de l’état des lieux : façade et coupe.
Crédits (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-64.png
Fichier image/png, 13k
Titre Figure 121b : Bāb al‑Salāma, relevé de l’état des lieux : plan.
Crédits (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-65.png
Fichier image/png, 7,8k
Titre Figure 122 : Bāb al‑Salāma, vue de la porte depuis le pont au nord.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Titre Figure 123 : Bāb al‑Salāma, façade est avant la dépose des vantaux, carte postale, années 1930.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure 124 : Bāb al‑Salāma, dessin en perspective de la bretèche, Ernst Herzfeld, v. 1914. The Ernst Herzfeld papers, Series 2: Sketchbooks.
Crédits Freer Gallery of Art and Arthur M. Sackler Gallery Archives. Smithonian Institution, FSA_A.06_02.13.32.08.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Figure 125 : Bāb al‑Salāma, trace de la dirkāh sur le revers de la porte.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Titre Figure 126 : Bāb al‑Salāma, vue du passage du nahr ‘Aqrabānī sous l’enceinte au sud de la porte.
Crédits © J.‑M. Mouton, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Figure 127 : Bāb al‑Salāma, vue du pont sur le Baradā depuis l’ouest.
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Figure 128 : Bāb al‑Farādīs, nouvelle proposition de restitution des trois murailles.
Crédits (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-72.png
Fichier image/png, 22k
Titre Figure 129 : Bāb al‑Farādīs, proposition de restitution des trois portes, Jean Sauvaget, 1949, fig. 10.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Figure 130 : Vue aérienne depuis le nord-ouest du quartier Bāb al‑Farādīs. Au bas de l’image, les maisons installées sur le rempart le long du Baradā ; en bas à gauche, Bāb  al‑Farādīs, 1935, IAA105868.
Crédits © Aga Khan Trust for Culture/Michel Écochard, photographe.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Figure 131 : Bāb al-Farādīs sud, vestiges de la paroi ouest de la porte : sur la droite, le sommier de l’arc antique et sur la gauche, la voûte de la dirkāh.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 132 : Bāb al‑Farādīs nord, relevé de l’état des lieux : coupes et façade.
Crédits (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-76.png
Fichier image/png, 14k
Titre Figure 132 : Bāb al‑Farādīs nord, relevé de l’état des lieux : plan. (Cl. Piaton).
Crédits (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-77.png
Fichier image/png, 7,8k
Titre Figure 133 : Bāb al‑Farādīs nord, façade nord.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
Titre Figure 134 : Bāb al‑Farādīs nord, vue de la façade nord, « Bazaar in Damascus », Gustav Bauernfeind, aquarelle, v. 1887.
Crédits Gustav Bauernfeind-Museum, Sulz am Neckar (D), Volker Bertram propriétaire, Charly Kuball photographe.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Figure 135 : Bāb al‑Farādīs nord, vestiges de l’arc de l'īwān nord de la madrasa Muǧāhidiyya.
Crédits © Cl. Piaton, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Figure 136 : Bāb al‑Farādīs nord, vue du pont sur le Baradā depuis l’est.
Crédits © J.‑M. Mouton, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Figure 137a : Bāb al-Faraǧ sud, relevé de l’état des lieux : coupes et façade.
Crédits (Cl. Piaton)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-82.png
Fichier image/png, 32k
Titre Figure 137b : Bāb al-Faraǧ sud, relevé de l’état des lieux : plans. (Cl. Piaton).
Crédits (Cl. Piaton)
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-83.png
Fichier image/png, 8,7k
Titre Figure 138 : Bāb al‑Faraǧ sud, vue des baies de la bretèche depuis la terrasse.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Figure 139 : Bāb al‑Faraǧ sud, vue des consoles décorées de la bretèche.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Figure 140 : Bāb al‑Faraǧ sud, vestiges de la deuxième chambre d’archère de la courtine ouest.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2011.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Figure 141 : Bāb al‑Faraǧ sud, chambre d’archère de la courtine est.
Crédits © Cl. Piaton, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Figure 142 : Bāb al‑Faraǧ sud, profil du chemin de ronde à l’est de la porte.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Titre Figure 143a : Bāb al‑Faraǧ nord, relevé de l’état des lieux : coupe, façade.
Crédits (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-89.png
Fichier image/png, 14k
Titre Figure 143b : Bāb al‑Faraǧ nord, relevé de l’état des lieux : plan. (Cl. Piaton).
Crédits (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-90.png
Fichier image/png, 5,3k
Titre Figure 144 : Bāb al Faraǧ nord, pont sur le Baradā depuis l’ouest.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Figure 145 : Bāb al‑Faraǧ nord, façade nord.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre Figure 146 : Bāb al‑Faraǧ nord, façade nord avant restauration, Keppel Archibald Cameron Creswell, photographe, 1926.
Crédits Victoria & Albert Museum, Londres.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 226k
Titre Figure 147 : Bāb al‑Faraǧ nord, dessin du décor de fleur de lys, Jean Sauvaget, v. 1930.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 148 : Bāb al‑Faraǧ nord, voûtement de la dirkāh.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 351k
Titre Figure 149 : Bāb al‑Faraǧ, relevé en plan des deux portes et du moulin, Jean Sauvaget, calque, v. 1930.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Titre Figure 150 : Bāb al‑Faraǧ, chambres d’archère du mur ouest du moulin.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12407/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540