Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Portes et murailles de Damas de l'Antiquité aux premiers mamlouks

 | 
Jean-Michel Mouton
, 
Jean-Olivier Guilhot
, 
Claudine Piaton

Chapitre II. Les tracés de la muraille

Texte intégral

1Les questions les plus discutées par les chercheurs qui ont travaillé sur la muraille de Damas ont porté sur son origine, son tracé et sa chronologie en se fondant à la fois sur les différences d’appareil, les inscriptions et les textes alors accessibles. Notre démarche s’en distingue par une approche plus systématique intégrant de plus des découvertes nouvelles principalement faites à l’occasion de sondages ou de fouilles d’urgence. Dans la nouvelle présentation ici proposée nous avons distingué six phases majeures correspondant à des reconstructions, à de nouveaux tracés et à des adaptions du système de défense. On identifie ainsi une première phase grecque ou romaine qui reste hypothétique, une phase protobyzantine sur un nouveau tracé, une reconstruction de l’enceinte au milieu du xiie siècle sur les bases de la phase antérieure, une monumentalisation des portes dans les années 1220, un doublement de l’enceinte au nord dans les années 1240 et enfin le développement du système de défense avancée à la fin du Moyen Âge.

Une enceinte hellénistique ou romaine ?

  • 1 Leur plan assez simple et l’étroitesse de leur ouverture permettent d’identifier des poternes plut (...)
  • 2 Porter, 1855, p. 52‑53 ; Van Berchem, Carnets, II, p. 128 ; Hanauer, 1911, plan et fig. 1, p. 43. (...)
  • 3 Ibn ‘Asākir, Ta'rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 187 ; Élisséeff, 1959, p. 301 ; Ibn Šākir al‑Kut (...)

2Aucune courtine d’une muraille hellénistique ou romaine n’a été préservée et les seuls vestiges qui pourraient être attribués à une enceinte de cette époque se trouvent aujourd’hui concentrés sur certaines portes de la ville (fig. 17). Il s’agit tout d’abord de deux poternes de formes rectangulaires étroites (largeur : 2,85 m) 1 dont le linteau était surmonté d’un arc de décharge en plein cintre. L’une, Bāb Saġīr (fig. 18), existe toujours et l’autre, Bāb al‑Farādīs sud, largement détruite au début du xxe siècle, fut décrite et même photographiée par les savants à partir du milieu du xixe siècle 2 (fig. 19). Il s’agit ensuite de l’arc monumental à trois arches de Bāb Šarqī et de son pendant à Bāb al‑Ǧābiya signalé dans les textes médiévaux 3 qui matérialisent les deux limites de la ville antique. Enfin, des vestiges de constructions antiques en grand appareil de calcaire de 0,80 à 0,90 m de haut, bien assisé, sans remploi visible, qui pourraient appartenir à des angles d’une enceinte, sont intégrés aux maçonneries des portes de Bāb Kaysān et Bāb Tūmā.

Figure 17 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte du Haut‑Empire.

Figure 17 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte du Haut‑Empire.

(J.-O. Guilhot).

Figure 18 : Bāb Ṣaġīr, vue de la façade sud.

Figure 18 : Bāb Ṣaġīr, vue de la façade sud.

© J. ‑O. Guilhot, 2008.

Figure 19 : Bāb al‑Farādīs, façade nord de la porte antique, photographie, v. 1900, in James Edward Hanauer, 1911, p. 43, fig. 1.

Figure 19 : Bāb al‑Farādīs, façade nord de la porte antique, photographie, v. 1900, in James Edward Hanauer, 1911, p. 43, fig. 1.

Courtesy of the Palestine Exploration Fund, Londres.

  • 4 Gros, 2011, p. 91‑92.

3En s’appuyant sur ces éléments, il nous a paru possible de proposer un tracé d’enceinte antique. Les différentes hypothèses jusque‑là formulées considéraient les deux arcs monumentaux de Bāb Šarqī [5] et Bāb al‑Ǧābiya [2] comme des portes. Cette interprétation semble abusive, car dans plusieurs villes antiques, de tels arcs forment des monuments isolés placés en avant des portes urbaines. Prenant l'exemple de l'arc d'Hadrien à Gerasa (Jerash, Jordanie) situé sur une des voies d'accès à la ville à 500 m au sud de l'enceinte pour délimiter un nouveau quartier dont la réalisation ne fut pas menée à son terme, Pierre Gros constate que « l'arc est le signe même de la ville : il suffit de le mettre en place pour faire reculer les limites de l'aire urbaine » 4. On pourrait citer également l'arc d'Hadrien qui marquait l'entrée de la nouvelle Athènes ou, dans l'Afrique romaine, le cas de l'arc de Lambaesis (Lambèse‑Tazoult, Algérie) à l’extrémité de la via Septimania.

  • 5 220 m entre l’est de l’enceinte et Bāb Šarqī.

4Nous proposons que les murailles orientale et occidentale de Damas soient situées en retrait de ces arcs : la muraille est de la ville serait implantée sur la ligne reliant Bāb Tūmā [7] à Bāb Kaysān [4] tandis que le tracé de la muraille ouest, plus délicat à préciser en l’absence d’autres éléments archéologiques connus, devait être situé entre l’enceinte occidentale du temple de Jupiter et l’arc monumental de Bāb al‑Ǧābiya. L'hypothèse que nous proposons pour la placer serait de partir du principe que les deux arcs monumentaux étaient à peu près à égale distance de la muraille de la ville 5. Elle se trouve ainsi restituée le long de la façade est de la citadelle médiévale. Ce tracé, déjà proposé par Wulzinger et Watzinger et un temps adopté par Sauvaget, avait alors été justifié par l'adossement de l'hypothétique castrum de Dioclétien à cette première muraille.

5Quant aux murailles nord et sud, leur tracé correspondrait à la ligne reliant l’angle supposé de Bāb Tūmā [7] à Bāb al‑Farādīs [11] et celui de Bāb Kaysān [4] à Bāb Ṣaġīr [3], c'est‑à‑dire selon deux tracés est‑ouest parallèles d’une part au decumanus, c’est‑à‑dire la via Recta citée dans les Actes des Apôtres (9 : 11‑13), et d’autre part à l’enceinte du temple de Jupiter.

6L'enceinte urbaine ainsi dessinée formerait un rectangle de 794 m (2 700 pieds) par 1 033 m (3 500 pieds) définissant une superficie enclose de 82 ha.

  • 6 Watzinger, Wulzinger, 1921 et 1924.
  • 7 Sauvaget, 1949, p. 355‑358.
  • 8 Sack, 1989, p. 210, plan 1.
  • 9 Dodinet et al., 1990, p. 339‑367.
  • 10 Will, 1994, p. 1‑43.

7Dès 1921, Watzinger et Wulzinger 6 ont souligné que l’urbanisme actuel gardait, fossilisé, la trace d’un réseau viaire régulier, supposé antique. En 1949, Sauvaget propose que la ville se soit organisée selon un plan hippodamien orienté à 2° ouest et constitué d’insulae de 100 x 45 m, comme celles de Laodicée‑sur‑Mer (Lattaquié), Antioche et Alep 7. Cette question sera ensuite beaucoup discutée, tant pour le module des insulae, que pour la datation de la mise en place de ce plan. D. Sack retient ainsi un module de 98 x 50 m 8, alors que pour Marianne Dodinet, le module s’établit à 96 x 144 m 9. Will fera en 1994 une lecture critique assez poussée des théories de chacun 10. Ces divergences montrent combien une analyse régressive partant de l’état actuel est délicate quand elle est essentiellement morphologique, les données archéologiques restant ténues.

  • 11 Corinthiens XI, 33, et le passage parallèle des Actes des apôtres IX, 24‑25 (texte grec Westcott‑H (...)

8La question de la datation de cette possible première enceinte reste enfin à préciser. Les sources littéraires la mentionne au début de l'époque impériale dans le récit de la fuite de Paul 11 ; il y est question d'un rempart, « τείχους », et de portes, « πύλας ».

  • 12 Inscription du Musée de Damas, répertoriée sous le n° d’inventaire 1156. Sur ce texte, voir SEG 2, (...)

9Au musée de Damas, une inscription du grand sanctuaire de Jupiter Damascène datée de 90/91 apr. J.‑C. évoque aussi un ancien rempart, « παλαιοῦ τείχους » 12. Cette inscription pourrait cependant plutôt renvoyer au péribole du sanctuaire qu’à l’enceinte urbaine.

  • 13 Plutarque, Sur la fortune ou la vertu d'Alexandre, I, 5.

10Enfin, il convient d’examiner d’un point de vue typologique si l’association du plan hippodamien et d’un rempart pourrait être un marqueur chronologique. L’hypothèse généralement avancée est que le plan hippodamien se diffuse avec les nombreuses fondations de cités hellénistiques. Plutarque rapporte en effet qu’ « Alexandre a fondé plus de soixante‑dix colonies chez des peuples barbares et semé l'Asie d'institutions grecques » 13. Les Séleucides poursuivront cette politique. On citera ainsi Antioche, Laodicée‑sur‑Mer, Apamée de Syrie. Chacune de ces métropoles voit son urbanisme orthogonal ceint d’une muraille.

  • 14 Leriche, 2000, p. 99‑125.
  • 15 Leriche, Gaborit, 2003.
  • 16 Seigne, 2003, p. 839 ; Seigne, 2008, p. 177.
  • 17 Sauvaget, 1949, p. 357.

11Bien qu’Alexandre ait ravi Damas aux Perses, il est audacieux, faute de preuves archéologiques, de lui attribuer le tracé de ses rues et celui de son rempart. Diverses fouilles récentes ont établi que la mise en place d’un plan hippodamien peut intervenir bien après la fondation d’une cité, tardivement, voire à l’époque romaine 14. Ainsi, jusqu’aux travaux de la mission franco‑syrienne qui travaille sur le site depuis 1986, les remparts et le plan d’urbanisme d’Europos étaient attribués à sa fondation au début du ive siècle, alors qu’ils ne sont pas antérieurs au milieu du iie siècle avant notre ère 15. C’est également le cas de Gerasa (Jerash), fondée selon les inscriptions et les monnaies par Perdiccas, mais dont l’urbanisme régulier est désormais attribué à Trajan et Hadrien, et le rempart à tours de plan carré, au début du ive siècle de notre ère 16. Ces données nouvelles invitent à la prudence et ne permettent plus d’affirmer que l’ordonnance régulière de Damas « doit être mise en rapport avec la fondation d’une colonie hellénistique » 17.

  • 18 Flavius Josèphe, Antiquités Judaïques, XIV, iv, 4

12Suite à son annexion par Pompée en 64 av. J.‑C. et à la création de la Province de Syrie, Damas aurait également pu profiter de son incorporation à la Décapole. Flavius Josèphe indique que Pompée restaura de nombreuses villes dans la région, mais ne mentionne pas Damas 18.

  • 19 Will, 1994, p. 36.
  • 20 Laperrousaz, 1990, p. 609‑631 ; Laperrousaz, 1998, p. 97‑105.
  • 21 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, Livre I, XXI, 1 et 2.
  • 22 Cabouret, 1999.

13Une autre hypothèse conduirait à attribuer l’urbanisme et le rempart de Damas au règne d’Auguste, voire à celui de Tibère. On relèvera que le temple de Jupiter qui correspond à un programme augustéen 19 s’insère dans la trame urbaine définie par l’enceinte. Si l’on admet que le plan hippodamien n’est pas la marque exclusive d’une fondation hellénistique et qu’il pourrait être romain, la construction d’une enceinte au tournant de notre ère s’accorderait bien à la situation de cette frontière orientale de l'Empire. On connaît pour cette époque la création ou la réfection de nombreuses enceintes urbaines, comme celles de Césarée, Sébasté, Jérusalem (3e muraille 20) par Hérode 21, ou celle de la capitale de la Province de Syrie, Antioche, par Tibère 22.

  • 23 Cabouret, 1999.
  • 24 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, Livre I, XXI, 11.

14On ne doit pas seulement à Tibère le nouveau rempart d’Antioche, mais aussi l’achèvement d’un impressionnant programme d’urbanisme entrepris par Hérode et organisé autour de la création d’une rue monumentale à portiques de vingt stades de longueur (3 700 m) 23. À proportion, la rue Droite (via Recta) de Damas, mentionnée dans les Actes des Apôtres, bordée de portiques à colonnades, longue de 1 490 m, et l’autre rue à colonnades dans l’axe du grand sanctuaire augustéen peuvent être rapprochées du programme mis en œuvre à Antioche en ce qu’elles organisent désormais l’urbanisme. Si l’on ajoute à cela la construction par Hérode à la même époque d’un gymnase et d’un théâtre 24, on a le sentiment que la ville de Damas est alors profondément redessinée.

  • 25 Will, 1994, p. 21‑43.
  • 26 Rostovtzeff, 1935, p. 35.

15Will qui avait déjà relevé ces pistes et largement souligné les incohérences qu’il y avait à attribuer le plan de Damas à l’époque hellénistique, n’osa pas aller si loin et retint l’hypothèse d’un projet hellénistique et d’une réalisation romaine 25. Avant lui, Michael Rostovtzeff n’avait pas eu autant de retenue en affirmant que « le plan de la ville au cour des siècles demeure presque inconnu. À l’époque romaine, elle fut sans doute reconstruite, comme Bostra, sur le modèle d’un camp romain, avec le temple de Jupiter de Damas au centre » 26.

Une deuxième enceinte : la muraille protobyzantine

16Une hypothèse nouvelle présentée ici est d’attribuer le tracé d’une deuxième muraille de Damas, de forme ovoïde, et généralement considéré comme celui de la « muraille arabe » de la ville non pas au Moyen Âge, mais à l’Antiquité tardive (fig. 20). Cette muraille « protobyzantine » de 2,40 m d’épaisseur se caractérise par de gros blocs de calcaire qui pour un grand nombre d'entre eux sont des remplois antiques (corniches, chapiteaux, colonnes, blocs avec inscription grecque) provenant de monuments détruits. Cette muraille peut être suivie depuis Bāb al‑Ǧābiya [2], la porte occidentale de la ville, jusqu'à Bāb Tūmā [7] en passant par le sud et est parfois conservée sur une hauteur de 5 m. Elle est flanquée de tours de même facture, de plan rectangulaire, d’environ 5,50 m sur 3,80 m, disposées sans grande régularité tous les 30 m environ (fig. 21). Le tracé de cette muraille se perd sur le front nord. La section qui va de Bāb Tūmā [7] à Bāb al‑Salāma [8] présente à sa base, sur les 250 premiers mètres, de gros blocs en remploi qui pourraient la rattacher à cette phase protobyzantine, même si on relève l’absence de tours rectangulaires sur cette section (fig. 22). Au‑delà, la rivière limitant les extensions vers le nord, il est possible que l’enceinte byzantine se soit raccordée à la première muraille comme tendrait à le prouver la persistance jusqu’au Moyen Âge de l'usage de la porte antique de Bāb al‑Farādīs [12] (fig. 19).

Figure 20 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte byzantine.

Figure 20 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte byzantine.

(J. ‑O. Guilhot).

Figure 21 : Vue depuis le sud‑est des courtines situées à l’est de Bāb Kaysān, carte postale, v. 1890.

Figure 21 : Vue depuis le sud‑est des courtines situées à l’est de Bāb Kaysān, carte postale, v. 1890.

Collection particulière.

Figure 22 : Rempart nord-est entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma, détail de la superposition d’appareil.

Figure 22 : Rempart nord-est entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma, détail de la superposition d’appareil.

© J. ‑O. Guilhot, 2010.

  • 27 Plan géométral Damas 1924, « fait en 1922 par le dessinateur géomètre Ahmed Rassem et par ordre de (...)
  • 28 Wulzinger, Watzinger, 1924, Plan der Altstadt von Damaskus, planche 62.
  • 29 Porter, 1855, p. 398.

17Pour la section ouest, on peut supposer dès l’Antiquité tardive une construction symétrique à celle de la section est, soit un arc de cercle, allant de Bāb Ṣaġīr [3] à Bāb al‑Faraǧ [13] et passant par Bāb al‑Ǧābiya [2] citée dès la conquête arabe de 635. En effet, la portion entre la citadelle et Bāb al‑Ǧābiya a presque totalement disparu du fait de la destruction en octobre 1925 du quartier de Bāb al‑Ḥadīd par un incendie consécutif au bombardement de Damas par l’armée française. Seul un linéaire d’environ 30 m est conservé aujourd’hui près de l’entrée ouest du souk Ḥamīdiyyeh. Le tracé entre la citadelle et Bāb al‑Ǧābiya n’est évidemment pas reporté sur le cadastre de 1936 qui témoigne de la reconstruction à neuf du quartier selon un urbanisme moderne. Pour des raisons plus difficiles à comprendre, il ne figure pas non plus, à l’inverse des autres portions du rempart, sur le plan géométral aquarellé de Damas de 1924 27, antérieur à l’incendie. Le plan de Wulzinger et Watzinger 28, publié à la même date, représente dans ce secteur l’enceinte par un pointillé selon un tracé partant dans l’axe de la courtine sud de Bāb al‑Ǧābiya [2] puis formant coude à angle droit vers la ville avant de faire un nouveau coude en direction de la citadelle. Il faut remonter au plan publié par Porter en 1855 29 (fig. 23), pour trouver une représentation du rempart entre la citadelle et Bāb al‑Ǧābiya. Il apparaît muni des mêmes petites tours qu’entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Tūmā [7], laissant penser qu’il doterait lui aussi de l’époque protobyzantine. Deux plus grosses tours placées au milieu du tracé semblent en renforcer l’inflexion, comme cela a été observé en d’autres points de la muraille. Son tracé, très différent de celui proposé par Wulzinger et Watzinger, n’est donc pas rectiligne mais, après un coude très marqué au niveau Bāb al‑Ǧābiya, il est composé de deux sections de longueur sensiblement équivalente formant un angle d’environ 125°. Toutefois, ce plan, dont les proportions ne sont pas exactes, reste assez schématique. Les seules sources fiables dont nous disposons sont deux photos aériennes, l’une prise en 1926 par le lieutenant Reverdy et l’autre à la même époque par le 39e régiment d’aviation.

Figure 23 : Plan de Damas en 1855, in Josias Leslie Porter, 1855, p. 398.

Figure 23 : Plan de Damas en 1855, in Josias Leslie Porter, 1855, p. 398.

18Le rempart est très clairement identifiable au milieu des maisons détruites et peut être reporté sur les fonds de plans anciens, passant entre la rue Sidi Amoud et la rue Darwichiea (appelée rue Bāb al‑Ǧābiya sur le cadastre de 1936). Comme sur le plan Porter, il est constitué de deux sections formant un angle obtus (145 °). La photo valide également le principe de son décrochement d’une vingtaine de mètres vers l’ouest au nord de Bāb al‑Ǧābiya. Les tours figurant sur le plan de Porter constituent les seuls indices pour attribuer ce tracé à la phase protobyzantine (fig. 24 et 25).

Figure 24 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte ouest entre la citadelle et Bāb al‑Ǧābiya.

Figure 24 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte ouest entre la citadelle et Bāb al‑Ǧābiya.

(J. ‑O. Guilhot).

Figure 25 : « Souks de Damas » in [Vues de Syrie et du Liban] 39e régiment d’aviation, album photographique 1925‑1927, BNF, département des Estampes et de la photographie, VH‑331‑PET. Vue aérienne des secteurs ouest de la ville après les bombardements de l’armée française en 1924. On repère au milieu des décombres, en haut à droite, le tracé du rempart en deux segments brisés.

Figure 25 : « Souks de Damas » in [Vues de Syrie et du Liban] 39e régiment d’aviation, album photographique 1925‑1927, BNF, département des Estampes et de la photographie, VH‑331‑PET. Vue aérienne des secteurs ouest de la ville après les bombardements de l’armée française en 1924. On repère au milieu des décombres, en haut à droite, le tracé du rempart en deux segments brisés.
  • 30 Voir supra, chap. I « Les apports de l’archéologie ».
  • 31 Barrucand, 2001, p. 186, n. 2 ; Dabbour, 2006, I, p. 75‑85 ; Braune, 2008, p. 202‑211 ; Guilhot et (...)

19La question de la datation de cette enceinte n’est pas nouvelle et a motivé les campagnes de sondages des années 1999, 2004, 2009 et 2010 30. Si chacun des sondages a bien permis de reconnaître le mur en grand appareil comportant des remplois antiques, les conclusions varient selon les auteurs entre l’époque romaine et l’époque ayyoubide 31.

  • 32 Lyon‑8378 (Gra), 1720, Lyon‑7802 (Gra), 855 et Lyon‑6810 (Gra), 930.
  • 33 Lyon‑8378 (Gra), 1720.

20Afin de préciser cette datation, nous avons analysé les modes de construction et les mortiers du mur remployant des blocs antiques et du mur en blocs de basalte qui le surmonte, sur la portion d’enceinte entre Bāb Kaysān et Bāb Ṣaġīr. Nous pouvons conclure à deux phases parfaitement distinctes. Au‑delà des matériaux mis en œuvre, grands blocs de calcaire pour la fondation et blocs de basalte pour l’élévation, les différences portent également sur les mortiers. À la base, la fourrure est composée d’éclats de débitage et de galets décimétriques liés par un mortier de chaux dur, très blanc, avec inclusion de graviers. En « élévation », les blocs de basalte sont liés avec un mortier très friable, presque noir, contenant une proportion très importante de cendre et de charbon de bois à laquelle sont mêlés des nodules de chaux. Nous avons procédé à des prélèvements de charbons de bois dans chacun des deux mortiers pour préciser leur datation par 14C. Les datations confirment le phasage : la base appartient à l’Antiquité tardive et « l’élévation » aux xiexiie siècles 32. L’échantillon le plus ancien a été prélevé dans le mur contenant les remplois, à 290 m à l’ouest de Bāb Kaysān, dans la section longeant le terrain vague de Bustān Sukkar où avaient été effectués plusieurs sondages [R]. À cet endroit, plusieurs assises du parement intérieur de grand appareil, profondes de 0,60 m, ayant disparu, il était possible d’accéder directement à la fourrure (fig. 26). Avec un intervalle de confiance à 95 %, la datation de l’échantillon prélevé se situe entre 243 et 402 apr. J.‑C. 33 (fig. 27).

Figure 26 : Rempart sud, zone de prélèvement pour analyse 14C du mortier dans la fourrure du mur, à l’arrière du parement en grand appareil.

Figure 26 : Rempart sud, zone de prélèvement pour analyse 14C du mortier dans la fourrure du mur, à l’arrière du parement en grand appareil.

© J.‑O. Guilhot, 2011.

Figure 27 : Datation 14C de la base du rempart sud entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān.

Figure 27 : Datation 14C de la base du rempart sud entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān.

Centre de Datation par le RadioCarbone, UMR 5138, Lyon.

21Plusieurs marqueurs chronologiques indiscutables permettent de resserrer cette fourchette :

  • 34 Braune, 2008, p. 204.

22la présence fréquente de remplois romains dans le mur et surtout, selon M. Braune, d’un entablement romain « datable des années 330 » 34;

23la présence de mobilier céramique du iiie siècle dans la couche sur laquelle s’installe le mur dans deux des sondages de Y. Dabbour [P] ;

24la réutilisation dans le mur, entre Bāb Tūmā [7] et la tour carrée d’al‑Malik al‑Ṣāliḥ Naǧm al‑Dīn Ayyūb [I], d’une inscription funéraire en grec déchiffrée par Pierre‑Louis Gatier, relative à un certain Magnus mort à 18 ans, et datée du iiie siècle.

  • 35 Seigne, 2001, p. 835‑843.

25Avec un terminus post quem au début du ive siècle, nous pouvons désormais avancer une construction de ce mur durant le ive siècle ou au tout début du ve siècle. Les points de comparaison entre l’enceinte protobyzantine de Damas et celle très bien conservée de Gerasa (Jerash), datée du ive siècle et peut‑être attribuable au règne de Dioclétien, sont nombreux : superficie enclose, arcs monumentaux incorporés ultérieurement comme portes dans le périmètre défensif, épaisseur du mur, hauteur d’assises du mur, espacement des tours, taille des tours 35.

  • 36 Millar, 2006, p. 66‑76.

26Aucune construction de cette enceinte n’est évoquée dans les sources littéraires et il est difficile de préciser les conditions dans lesquelles ces travaux ont été entrepris, tout au plus peut‑on avancer quelques hypothèses comme la menace perse qui se fait alors plus pressante ou encore le renforcement de la position militaire de Damas comme avant‑poste de l’Empire romano‑byzantin 36.

  • 37 J. Bidez et F. Cumont considèrent que cette lettre, attribuée à tort à l’empereur Julien, pourrait (...)
  • 38 Julien, Œuvres complètes, p. 376‑381.
  • 39 Will, 1997, p. 99‑113.

27La construction de cette nouvelle muraille ferait passer la superficie de la ville intra muros de 82 à 120 ha, ce qui pourrait traduire une expansion urbaine au ive siècle ou l’intégration des quartiers qui s’étaient peu à peu développés hors de la première enceinte. Au milieu du ive siècle, dans une lettre à Sérapion, Julien, l’empereur, ou plus vraisemblablement le pseudo‑Julien 37, décrit ainsi Damas : « la vraie ville de Jupiter, l'œil de tout l’Orient, je veux dire la sainte, la vaste Damas, si supérieure en tout, par la beauté des cérémonies, la grandeur de(s) temples, l'heureuse température des saisons, la limpidité des fontaines, le nombre des fleuves, la fertilité de la terre » 38. Au‑delà de l’effet rhétorique, il n’en demeure pas moins que comparativement, Damas apparaît comme une petite cité, bien loin de rivaliser avec les 500 ha que délimite l’enceinte d’Antioche 39.

  • 40 Charton, 1854, II, chap. XXVIII.

28C'est cette muraille de forme ovoïde d’époque protobyzantine qui se dresse devant les armées de l'Islam lorsqu’elles assiègent la ville de Damas en 14/635. C'est également celle que décrit le moine irlandais Arculfe qui séjourne quelque temps à Damas vers 670 : « La cité royale […] est entourée d’une large enceinte de murs fortifiés d’un grand nombre de tours » 40. Cette enceinte protobyzantine est démantelée, selon les textes, en 750 par les Abbassides après la chute de Damas et le renversement de la dynastie des Umayyades.

Des Abbassides aux Fatimides : une période de transition

  • 41 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, LIII, p. 265 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XIII, p. 53.
  • 42 Muqaddasī, Aḥsan al‑taqāsim, p. 156 ; trad. Miquel, p. 165‑66.
  • 43 Guillaume de Tyr, Historia rerum, livre XVII, chap. V ; trad. Guizot, p. 11‑12.
  • 44 Maqrīzī, Muqaffā’, III, p. 53.
  • 45 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 223.

29La destruction de l’enceinte protobyzantine au milieu du viiie siècle ne fut à l’évidence pas totale, puisqu’aujourd’hui encore les assises en grand appareil caractéristiques de cette phase sont visibles en plusieurs points sur une hauteur de près de 5 m. Les textes continuent d’ailleurs, après cette période, à mentionner l’existence d’une muraille autour de Damas, par exemple lorsqu’elle est franchie à l’aide d’échelles durant le siège de la ville par le général abbasside Ibn al‑Bayhas en 197/812‑813 41. Cette enceinte faisait l’objet des campagnes de restauration et d’entretien que signalent régulièrement les sources. Ainsi le géographe palestinien al‑Muqaddasī (m. après 991) évoque, dans la seconde moitié du xe siècle, des travaux de confortement de l’enceinte mettant en œuvre la brique crue (ṭīn42. Ce que confirme Guillaume de Tyr quand il relate le siège de Damas de 1148 : à l’est et au sud de la ville, il n’y avait « ni vergers qui formassent un point d'appui pour la défense, ni fleuve ni fossés qui pussent rendre plus difficiles l'accès et l'attaque des murailles. Les murailles, disaient‑ils [les croisés] en outre, étaient basses et couvertes en briques non cuites, en sorte qu’elles ne pourraient pas même soutenir un premier assaut : ils ajoutaient encore que, de ce même côté, on n’aurait besoin ni de machines ni d’efforts considérables ; que dès la première attaque il ne serait nullement difficile de renverser les murailles en les poussant avec la main, et d’entrer aussitôt après dans la place » 43. Des créneaux (šarafāt) couronnant cette muraille sont signalés lors d’un assaut des Fatimides contre la ville en 359/970 44 ou encore au moment du massacre des Chiites Ismaïliens en 522/1128 45.

  • 46 Dabbour, 2012.

30Sur le terrain, on mentionnera le premier état de l'avant‑tour située au sud‑est de la ville [D], au‑devant de Bustān Sukkar, que l’archéologue Y. Dabbour attribue, par comparaison avec la citadelle, à l'époque saljoukide 46.

Nūr al‑Dīn, le constructeur de la « muraille arabe »

31La première muraille proprement médiévale reprend le tracé de la muraille byzantine dont elle réutilise la base (fig. 28). Elle peut être aujourd’hui suivie, au sud, de Bāb al‑Ǧābiya [2] à Bāb Tūmā [7]. Ses élévations font 2 m d'épaisseur et se caractérisent par un usage abondant du basalte du Hawran. Les parements sont constitués d’assises hautes d’environ 0,30 m avec des blocs de basalte non équarris ; leur face externe n’est pas dressée. Les blocs sont liés avec un mortier très friable, presque noir, riche en cendres et charbons de bois et mêlé de nodules de chaux (fig. 29). Sur les photographies anciennes du début du xxe siècle, les parements disparaissent souvent sous un enduit très couvrant sans qu’il soit possible d’affirmer que cet enduit ou le principe d’un enduit aient une origine médiévale (fig. 30).

Figure 28 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte de Nūr al-Dīn.

Figure 28 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte de Nūr al-Dīn.

(J.-O. Guilhot).

Figure 29 : Détail du mortier de l’enceinte de Nūr al‑Dīn.

Figure 29 : Détail du mortier de l’enceinte de Nūr al‑Dīn.

© J.‑O. Guilhot, 2011.

Figure 30 : Vue depuis le sud-est des courtines situées à l’est de Bāb Kaysān, photographie anonyme, v. 1900. Sur cette vue, plus récente que celle de la fig. 21, on note la construction d’un muret en pisé le long de la muraille ainsi que la dispartion, à l’arrière plan, d’un imposant minaret du cimetière sud.

Figure 30 : Vue depuis le sud-est des courtines situées à l’est de Bāb Kaysān, photographie anonyme, v. 1900. Sur cette vue, plus récente que celle de la fig. 21, on note la construction d’un muret en pisé le long de la muraille ainsi que la dispartion, à l’arrière plan, d’un imposant minaret du cimetière sud.

Collection particulière

32La muraille est renforcée de tours semi‑circulaires appuyées sur les fondations rectangulaires des tours protobyzantines. Ces tours semi‑circulaires semblent pleines sur une hauteur d’environ 5 m. Elles sont dotées à l’étage d’une salle ouverte à la gorge d’un diamètre intérieur de 1,95 m. Les murs sont percés, selon une disposition rayonnante, de trois fentes de jour à ébrasement interne qui pouvaient également servir d’archères. À l’extérieur, ces fentes sont encadrées, pour les piédroits et linteaux, de blocs équarris (fig. 31 et 32).

Figure 31 : Rempart sud-ouest entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr, vue de l’une des tours semi-circulaires.

Figure 31 : Rempart sud-ouest entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr, vue de l’une des tours semi-circulaires.

© G. Li, 2008.

Figure 32 : Plan schématique d’une tour semi-circulaire du rempart sud.

Figure 32 : Plan schématique d’une tour semi-circulaire du rempart sud.

(Cl. Piaton).

  • 47 Lyon‑7802 (Gra), 855.
  • 48 Lyon‑6810 (Gra), 930.
  • 49 Abū Šāma, Rawḍatayn, I, p. 76.
  • 50 Abū Šāma, Rawḍatayn, II, p. 426‑427.

33Il a été possible d’attribuer cette phase de construction au souverain Nūr al‑Dīn (549‑569/1154‑1174) grâce aux analyses 14C (fig. 33 et 34). Deux datations ont été obtenues sur des charbons de bois prélevés dans le mortier de la fourrure du mur où ils sont très abondants. Le premier prélèvement a été effectué dans la partie sud de l’enceinte à mi‑chemin entre Bāb Ṣaġīr [3] et Bāb Kaysān 47 [4]. Avec un intervalle de confiance à 95 %, la datation de ces charbons est comprise entre 1051 et 1259 apr. J.‑C. Les dates autour desquelles se situe le maximum de probabilités réduisent cette fourchette à 1150–1259. Le second prélèvement a également été effectué au sud de l’enceinte à mi‑chemin entre Bāb al‑Ǧābiya [2] et Bāb Ṣaġīr 48 [3]. Avec un intervalle de confiance à 95 %, la datation de ces charbons est comprise entre 1021 et 1211. Les dates possibles, par ordre de probabilité, sont 1086, 1150, 1138, 1123, 1048. La date commune aux deux datations correspond donc au début du règne de Nūr al‑Dīn qui avait fait de la défense de la ville une des priorités de son règne. En ṣafar 554/mars 1159, il réunit les principaux dignitaires religieux de la grande Mosquée afin de pouvoir reconstruire « la muraille enserrant Damas, la braie et le fossé pour la sauvegarde des musulmans, de leurs familles et de leurs biens » 49. Il parvint ainsi à mobiliser des revenus de la grande Mosquée et confia au grand cadi Kamāl al‑Dīn Ibn al‑Šahrazūrī la direction des travaux 50 qui, selon les témoignages épigraphiques, se déroulèrent tout au long des années 1160 .

Figure 33 : Datation 14C de l’élévation du rempart sud entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr.

Figure 33 : Datation 14C de l’élévation du rempart sud entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr.

Centre de Datation par le RadioCarbone, UMR 5138, Lyon.

Figure 34 : Datation 14C de l’élévation du rempart sud entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān.

Figure 34 : Datation 14C de l’élévation du rempart sud entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān.

Centre de Datation par le RadioCarbone, UMR 5138, Lyon.

  • 51 La restauration de cette tour dans les années 2000 n’a pas restitué le mur semi‑circulaire observé (...)

34Ces datations sont confortées par sept inscriptions (Inscr. nos 4 à 10) au nom de Nūr al‑Dīn conservées sur les portes (Bāb al‑Ǧābiya, Bāb Ṣaġīr, Bāb Šarqī) et sur trois tours. Autour de Bāb al‑Ǧābiya [2], deux inscriptions signalent la construction de tours, une autre, l’existence d’une bāšūra (barbacane), tandis qu’une dernière mentionne un faṣīl (braie). Ce renforcement du dispositif défensif autour des portes semble avoir été complété par d'autres constructions le long de la muraille. On trouve ainsi dans la partie sud de l’enceinte entre Bāb Kaysān [4] et Bāb Ṣaġīr [3], au devant du terrain vague de Bustān Sukkar, une avant‑tour carrée saljoukide [D] en petits moellons de basalte, équarris, qui aurait été agrandie vers le sud en 1168‑1169 d’un volume semi‑circulaire 51. Le rôle exact de cette tour dans le dispositif défensif n'est pas clairement établi (tour placée à une inflexion de la muraille ou au devant d'une poterne ?), mais la date de cet ouvrage donnée par une nouvelle inscription de Nūr al‑Dīn (Inscr. n° 8) permet de se demander si d’autres dispositifs similaires n'avaient pas été implantés le long de l’enceinte.

  • 52 Buyukasik, 2013, p. 79‑201.
  • 53 La coudée qāsimī fait selon nos calculs 0,53 m.

35Enfin, l’arpentage dressé en 564/1168‑1169 pour Nūr al‑Dīn livre un état de la muraille et des portes à la fin de la décennie marquée par les grands travaux du souverain 52. Le texte donne le périmètre de l'enceinte depuis l'angle sud‑ouest de la citadelle saljoukide jusqu'à Bāb al‑Faraǧ [13] au nord‑ouest. Il nomme sept portes en indiquant les mesures d’une porte à l’autre, permettant ainsi de les situer sur l'enceinte (fig. 35). L’emplacement des portes ayant pu changer, on ne peut cependant reprendre sans précaution leur nom actuel pour en déduire leur localisation sous Nūr al‑Dīn. Les mesures, données en coudées qāsimī 53, sont les suivantes :

36— de l'angle sud‑ouest de la citadelle saljoukide à Bāb al‑Ǧābiya, 700 coudées (371 m) ;

37— de Bāb al‑Ǧābiya à Bāb Ṣaġīr, 1 050 coudées (556,50 m) ;

38— de Bāb Ṣaġīr à Bāb Šarqī, 2 450 coudées (1 298,50 m) ;

39— de Bāb Šarqī à Bāb Tūmā, 1 100 coudées (583 m) ;

40— de Bāb Tūmā à Bāb al‑Salāma, 1 150 coudées (609 m) ;

41— de Bāb al‑Salāma à Bāb al-Farādīs, 450 coudées (238 m) ;

42— de Bāb al‑Farādīs à Bāb al-Faraǧ, 700 coudées (371 m).

Figure 35 : Proposition de localisation des portes en 1168‑1169 selon l’arpentage de Nūr al‑Dīn.

Figure 35 : Proposition de localisation des portes en 1168‑1169 selon l’arpentage de Nūr al‑Dīn.

(J. ‑O. Guilhot).

  • 54 Si ce document apparaît très précis, il contient néanmoins une contradiction en ce qu’il donne un (...)

43La somme de ces mesures, 7 600 coudées (4 028 m), définit donc le périmètre de l’enceinte pour cette phase, hors la citadelle54.

44Ces mesures concordent très exactement avec les positions actuelles des portes de Bāb al‑Ǧābiya [2], Bāb Ṣaġīr [3] et Bāb Šarqī [5]. Elles nous contraignent en revanche à repositionner trois des portes du front nord : Bāb Tūmā, Bāb al‑Salāma et Bāb al‑Faraǧ.

45La longueur de muraille mesurée aujourd’hui de Bāb Šarqī [5] à Bāb Tūmā [7] est de 722 m alors qu’elle n’est que de 583 m dans l’arpentage. La distance donnée par l’arpentage correspond à une petite porte [6] aujourd’hui bouchée dans la muraille au sud de l’actuelle Bāb Tūmā. Nous l’appellerons Bāb Tūmā 1 (fig. 36).

Figure 36 : Bāb Tūmā 1, identifiée à la poterne bouchée située au sud de l’actuelle Bāb Tūmā.

Figure 36 : Bāb Tūmā 1, identifiée à la poterne bouchée située au sud de l’actuelle Bāb Tūmā.

© J. ‑O. Guilhot, 2011.

46Dans l’arpentage, la distance de Bāb Tūmā 1 [6] à Bāb al‑Farādīs sud [11] est de 847 m, alors qu’elle est aujourd’hui de 955 m en suivant la muraille qui décrit ici une large ondulation vers le nord entre les deux portes. Les 847 m (609 + 238 m) de l’arpentage équivalent quasiment à une ligne droite tirée entre celles‑ci. Bāb al‑Farādīs sud étant une porte d’origine antique qui n’a semble‑t‑il jamais bougé, il faudrait donc admettre que dans ce secteur, la muraille conservait sous Nūr al‑Dīn le tracé rectiligne de l’enceinte primitive. Nous avions déjà indiqué nos incertitudes sur le tracé byzantin dans le secteur entre l’actuelle Bāb Tūmā [7] et Bāb al‑Salāma [8] : base du mur constituée de remplois de grand appareil sur les 300 premiers mètres du tracé actuel, mais sans trace des tours rectangulaires qui la caractérisent. Ce constat se conjugue avec une absence ici de la muraille de basalte.

47Il convient également de déplacer Bāb al‑Salāma vers l’ouest pour tenir compte des mesures de l’arpentage qui la place à 238 m de Bāb al‑Farādīs sud alors que celle‑ci se trouve à 327 m de la Bāb al‑Salāma actuelle. Il nous faut donc imaginer une Bāb al‑Salāma 1 au niveau du pont franchissant le nahr ‘Aqrabānī, rue Bāb al‑Salāma [10]. Nos prospections dans le cours de celui‑ci en 2010 permettent seulement d’attester de l’ancienneté de ce pont à deux arches en berceau brisé (fig. 37).

Figure 37 : Pont sur le nahr ‘Aqrabānī, rue Bāb al‑Salāma, peut-être à l’emplacement de Bāb al‑Salāma 1.

Figure 37 : Pont sur le nahr ‘Aqrabānī, rue Bāb al‑Salāma, peut-être à l’emplacement de Bāb al‑Salāma 1.

© J.‑M. Mouton, 2009.

48De même, la distance de Bāb al‑Farādīs sud [11] à l’actuelle Bāb al‑Faraǧ sud [13] est trop courte (301 m au lieu des 371 m donnés par l’arpentage). Il faut donc positionner la Bāb al‑Faraǧ de Nūr al‑Dīn plus à l’ouest que l’actuelle, tout contre la tour nord‑est de la citadelle saljoukide.

49Pour résumer, sur une moitié sud, du sud de la citadelle à Bāb Šarqī [5], les distances de l’arpentage correspondent exactement au tracé de la muraille actuelle. Pour le nord, le tracé et l’emplacement des portes ont changé avec pour seul point fixe Bāb al‑Farādīs sud [11].

La muraille ayyoubide : monumentalisation et adaptation des portes aux machines de guerre dans les années 1210‑1220

  • 55 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, III, p. 141 ; Maqrīzī, Sulūk, I‑1, p. 161.
  • 56 Dabbour, 2012, p. 24, 28 et p. 39, fig. 6 : coupe du système défensif échelonné de l'enceinte urba (...)

50Le tracé de l’enceinte ne semble pas évoluer sous les règnes de Saladin et de son frère al‑Malik al‑‘Ādil (fig. 38). Ce dernier, cependant, ajoute à la reconstruction de la citadelle qui reste son oeuvre majeure, un chantier sur les fortifications avancées. En 599/1203, il fait ainsi recreuser le fossé et construire en arrière de celui‑ci, tout autour de la ville, un faṣīl « de chaux et de pierre » de la taille d’un homme55. Cet avant‑mur, ou braie, a été mis au jour lors des fouilles de 2005 [P]. Effectuées à l'extérieur du terrain vague de Bustān Sukkar, entre Bāb Kaysān et Bāb Ṣaġīr, elles confirment à cet emplacement l’existence d’une lice d'une largeur d'environ 7 m entre l’enceinte et le faṣīl et la présence au devant d’un grand fossé (ḫandaq), large de 14 m et profond de près de 4 m, dont le mur de contrescarpe a été également découvert 56 (fig. 39). Le tracé de l’avant‑mur était encore bien visible sur les photos du début du xxe siècle entre Bāb Kaysān [4] et Bāb Šarqī [5] car ses assises de pierre avaient servi de soubassement à des murs en briques de terre crue et en pisé. Il est aujourd’hui conservé de part et d’autre de la tour avancée de Bustān Sukkar [D] (fig. 40). Une inscription (Inscr. n° 13) trouvée lors de la réalisation du passage piétonnier souterrain en avant de Bāb Šarqī mentionne également le creusement du fossé et la construction en 1226 de ses deux murs (braie correspondant au faṣīl et mur de contrescarpe) par l'intendant des travaux Muḥammad b. Qarsaq. Comme le suggère Y. Dabbour, cette inscription tendrait à montrer que les travaux ordonnés par al‑Malik al‑‘Ādil ne furent que partiellement réalisés sous son règne et qu'ils se poursuivirent sous celui de son fils al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam.

Figure 38 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte des années 1220.

Figure 38 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte des années 1220.

(J.‑O. Guilhot).

Figure 39 : Coupe de principe du rempart sud et de ses défenses avancées, d’après Y. Dabbour, 2012, p. 39.

Figure 39 : Coupe de principe du rempart sud et de ses défenses avancées, d’après Y. Dabbour, 2012, p. 39.

Figure 40 : Rempart sud entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān, vue de la tour D en cours de dégagement.

Figure 40 : Rempart sud entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān, vue de la tour D en cours de dégagement.

© I. Hajjar, 2005.

  • 57 Ibn Naẓīf al‑Ḥamawī, al‑Ta’rīḫ al‑Manṣūrī, p. 114.
  • 58 Voir infra, chap. III, « Bāb al‑Faraǧ sud ».

51Les travaux de reconstruction de la citadelle menés par al‑Malik al‑‘Ādil, puis le creusement du fossé sur ses flancs ouest en 611/1214 et sud en 613/1216, s'ils n'eurent pas un impact direct sur la fortification de la ville, imposèrent cependant le déplacement de Bāb al‑Faraǧ (fig. 41). Cette porte percée sous le règne de Nūr al‑Dīn était, selon l'arpentage réalisé pour ce même souverain, située contre l'angle nord‑est de la citadelle saljoukide, c'est‑à‑dire sur l'emprise du nouveau fossé creusé en 611/1214 par al‑‘Ādil. En 620/1223, al‑Mu‘aẓẓam ordonna que le fossé fût mis en eau et que la route entre Bāb al‑Ḥadīd [15] et Bāb al‑Faraǧ [13] fût coupée 57. Cette mention qui atteste l'usage persistant de la porte, nous permet donc de situer sa reconstruction sur son nouvel emplacement entre 599/1203, date de début des travaux de reconstruction de la citadelle, et 620/1223, en dépit de la datation plus tardive de son linteau 58.

Figure 41 : Plan de la citadelle, des Bāb al‑Faraǧ sud [13] et nord [14] et du moulin de Bāb al‑Faraǧ [M], d’après le plan DGAM et le plan Sauvaget.

Figure 41 : Plan de la citadelle, des Bāb al‑Faraǧ sud [13] et nord [14] et du moulin de Bāb al‑Faraǧ [M], d’après le plan DGAM et le plan Sauvaget.

(J.‑O. Guilhot).

  • 59 Sauvaget, 1940, p. 77‑92, fig. 45.
  • 60 Hartmann‑Virnich, 2012, fig. 9.

52Le décor d’accolades en relief (fig. 42) qui file le long de ses deux piédroits conforte cette hypothèse de datation. Il est en effet à rapprocher de celui du portail de la madrasa ‘Ādiliyya datée du début du xiiie siècle 59, mais aussi de celui d'un bloc en remploi dans une porte ouest de la citadelle qui aurait remplacé une porte plus ancienne attribuée à al‑‘Ādil 60.

Figure 42 : Bāb al‑Faraǧ sud, vue de détail du décor sculpté des chambranles.

Figure 42 : Bāb al‑Faraǧ sud, vue de détail du décor sculpté des chambranles.

© J. Jehel, 2010.

  • 61 Jazari, La chronique de Damas, p. 82.

53Plusieurs inscriptions (Inscr. nos 14, 15, 16 et 17) attestent que d'autres portes de la muraille firent quant à elles l'objet d'un important chantier de modernisation lancé sous le règne d'al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam (1218‑1227), puis de son fils al‑Malik al‑Nāṣir Dāwūd (624‑626/1227‑1229). Il concerne la modification sous la conduite de l'intendant déjà mentionné, Muḥammad b. Qarsaq, de Bāb Ṣaġīr (1226), de Bāb Šarqī (1226), de Bāb al‑Ǧābiya (1228), de Bāb Tūmā 2 (1228) et sans doute aussi de Bāb al‑Farādīs sud. Toutes sont désormais dotées d’une dīrkāh qui se présente sous la forme d'un grand porche voûté en berceau brisé dont la façade est couronnée par une corniche à profil en cavet. Accolée à l'arrière de la porte, la dīrkāh forme un bref couloir canalisant le flux entrant. Dépourvue de herse, vantaux internes ou assommoir, elle participe pourtant à la défense en accueillant, dans des loges ménagées de part et d’autre de l’axe de circulation, des gardes et en offrant au‑dessus de la voûte une plate‑forme pour recevoir les machines de guerre. La dīrkāh de Bāb al‑Naṣr était percée d’une porte secrète permettant d’accéder à la citadelle 61.

54Les constructions de cette période se caractérisent par un appareil soigné assemblé à joints fins. Les parements des blocs sont ravalés au pic et pourvus d'une ciselure périphérique exécutée au ciseau grain d’orge, souvent relevée d’une incision à la pointe (fig. 43). Ce traitement des parements, s’il est caractéristique des années 1190‑1220 à Damas, n’est cependant pas réservé aux ouvrages défensifs ; on le trouve sur les façades des madrasas et des mausolées (tombeau de Saladin, madrasa ‘Ādiliyya, mausolées de Ṣāliḥiyya, etc.).

Figure 43 : Bāb al‑Ǧābiya, blocs à ciselure périphérique.

Figure 43 : Bāb al‑Ǧābiya, blocs à ciselure périphérique.

© J.‑O. Guilhot, 2009.

  • 62 En 618/1221 « il fut décidé de consacrer à la construction de la muraille de Damas 200 000 dinars  (...)

55Les textes  attribuent également à al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam un agrandissement du périmètre de la muraille pour la première fois depuis l'époque byzantine 62. La section de courtine entre Bāb Tūmā 2 [7] et Bāb al‑Salāma 2 [8] qui présente une importante reprise pourrait être attribuée à cette époque. En effet, sur environ 300 m depuis Bāb Tūmā 2, on observe une disposition singulière de l'élévation de la muraille. Celle‑ci se compose en partie basse, sur une hauteur qui varie selon l'endroit de 1 à 5 m, de gros blocs de remploi, puis au‑dessus d'assises régulières en moellons de calcaire rectangulaires hauts d’environ 0,30 m et portant des traces de bretture. Le mur est couronné à près de 6 m du sol d’un chemin de ronde, à créneaux et merlons percés d’une archère, qui pouvait recevoir une galerie de hourds amovibles (fig. 44). Sur les 160 m suivants vers l'ouest, la courtine dont la base est alors baignée par le nahr ‘Aqrabānī, présente une élévation plus homogène. L’absence de blocs de remploi à la base et la régularité de l'appareil montrent qu’il s’agit d’une réfection totale que nous attribuons également à al‑Malik al‑Mu‘aẓẓam, car la tête de mur est identique à la section précédente. La hauteur totale du parapet est d'environ 2 m sur toute la section de courtine entre Bāb Tūmā 2 et Bāb al‑Salāma 2 (fig. 45).

Figure 44 : Rempart nord-est entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma, vestiges du crénelage.

Figure 44 : Rempart nord-est entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma, vestiges du crénelage.

© J.‑O. Guilhot, 2009.

Figure 45 : Rempart nord entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma, vestiges du crénelage.

Figure 45 : Rempart nord entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma, vestiges du crénelage.

© J. Jehel, 2010.

  • 63 Numérotation selon le plan général de la citadelle de Damas donné dans Hanisch, 1996.
  • 64 Chevedden, 1986, I, p. 58.

56La portion de muraille qui encadre Bāb al‑Faraǧ sud [13] et dont les assises sont liées à celles de la porte, se caractérise en revanche par un double niveau de défense : archères en pied de mur, crénelage sommital et galerie de hourds (fig. 46). Les archères basses sont identiques à celles des courtines de la citadelle C02, C03 et des tours 3 et 4 situées à l'intérieur de la citadelle 63 et datées respectivement de 606/1209‑1210 et 605/1208‑1209 64. Elles sont aussi semblables à celles photographiées par J. Sauvaget en 1929, après l’incendie du quartier de Sīdī ‘Amūd, entre la citadelle et Bāb al‑Ǧābiya [2] (fig. 47). La construction que l'on peut ainsi dater des années 1210, se démarque sensiblement de celle des murs des années 1220 situés entre Bāb Tūmā 2 [7] et Bāb al‑Salāma 2 [8] : archères plus hautes, merlons plus larges, appareil plus homogène. Le soin apporté à la construction des courtines reliant la citadelle à Bāb al‑Faraǧ sud [13] d’une part et d’autre part à Bāb al‑Ǧābiya [2] pourrait s'expliquer par l’intégration de ces travaux au programme alors mis en œuvre à la citadelle.

Figure 46 : Élévation des courtines autour de Bāb al‑Faraǧ sud, état des lieux.

Figure 46 : Élévation des courtines autour de Bāb al‑Faraǧ sud, état des lieux.

(Cl. Piaton).

Figure 47 : Mur d’enceinte entre la citadelle et Bāb al‑Ǧābiya après les bombardements de 1924, Jean Sauvaget, photographe, 1929.

Figure 47 : Mur d’enceinte entre la citadelle et Bāb al‑Ǧābiya après les bombardements de 1924, Jean Sauvaget, photographe, 1929.

Collection particulière.

La muraille ayyoubide : le programme architectural de doublement de l’enceinte au nord dans les années 1240

57Les inscriptions de trois portes, Bāb al‑Faraǧ sud, Bāb al‑Farādīs nord et Bāb al‑Salāma 2 (Inscr. nos 18, 19 et 20) signalent une phase importante de travaux réalisés en 1242‑1243 sous le règne du prince ayyoubide al‑Malik al‑Ṣāliḥ Ismā‘īl. Elle concernerait exclusivement le front nord de la ville entre Bāb al‑Salāma [8] et Bāb al‑Faraǧ [14] qui, à l’inverse des autres sections de l'enceinte, semblait ne pas avoir connu d'importants changements de tracé depuis sa création, probablement parce qu'il suivait le cours du Baradā. Cette phase est marquée d’une part par un doublement de l’enceinte à 40 ou 50 mètres vers le nord sur une longueur de 650 m, d’autre part par la création de trois portes dans cette nouvelle muraille, Bāb al‑Faraǧ nord, Bāb al‑Farādīs nord et Bāb al‑Salāma 2 (fig. 48).

Figure 48 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte des années 1240.

Figure 48 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte des années 1240.

(J.‑O. Guilhot).

  • 65 Voir supra, chap. II « Une enceinte hellénistique ou romaine ? ».
  • 66 Témoignage de H. Saad (DGAM). Ces structures n'ont malheureusement pas été conservées et le servic (...)
  • 67 Tabbaa, 2009, p. 462.

58Le nom du quartier qui longe cette partie de la muraille, Bayn al‑Sūrayn (entre les deux murailles), confirme l'existence d'une enceinte double à cet endroit. La muraille sud n'est aujourd’hui conservée que sur une très courte distance de part et d’autre de Bāb al‑Faraǧ sud (30 m environ) et aucune autre trace de cette muraille n'a pu être mise au jour lors des prospections de terrain. Son tracé entre Bāb al‑Faraǧ sud [13] et l'ancienne Bāb al‑Salāma [9] n'est ainsi attesté que par les vestiges de Bāb al‑Farādīs sud 65 [11] et les vestiges mis au jour au sud de Bāb al‑Salāma lors de travaux de voirie conduits dans les années 2000 66. Il est intéressant de noter que, comme à Jérusalem ou à Alep, la construction sous les Ayyoubides d’un mur avancé n’entraîne pas la destruction du mur intérieur 67.

59Les relations stratigraphiques entre les deux murailles peuvent être observées entre les deux portes de Bāb al‑Faraǧ. Dans ce secteur, à l’ouest de ces portes, la muraille nord se rattache à celle du sud par l’intermédiaire du mur d’un moulin percé de deux niveaux d’archères. Archéologiquement, le mur du moulin est lié au rempart nord dont il est contemporain. Il est en revanche appuyé au rempart sud dont il obstrue deux des archères.

60Les inscriptions de Bāb al‑Faraǧ sud, Bāb al‑Farādis et Bāb al‑Salāma attribuent la construction de ces portes au même intendant des travaux, Ya‘qūb b. Ibrāhīm b. Mūsā (fig. 49). En effet, Bāb al‑Faraǧ nord, modifiée à l’époque mamlouke, ne conserve pas son inscription d’origine. Bien que d'apparence très diverse (décors et système défensifs), ces quatre portes présentent de nombreux traits communs quant à leur gabarit et leur système constructif : les portes et leur dīrkāh forment des volumes quasi cubiques (hauteur, largeur et profondeur varient de 8 à 10 m) ; les dīrkāh sont toutes voûtées d'arête ce qui les distinguent de celles de 1226‑1228 voûtées en berceau brisé ; les loges latérales sont aménagées sous les arcs formerets des porches ; les linteaux sont faits de colonnes de basalte retaillées et les passages ont des dimensions identiques. Leur défense est en revanche assurée par des dispositifs très divers : mâchicoulis sur consoles disposés à l’aplomb de l’entrée à Bāb al‑Farādīs nord [12] ; bretèches de part et d’autre de l’accès à Bāb al‑Salāma [8] et à Bāb al‑Faraǧ nord [14] ; assommoir à Bāb al‑Salāma [8]. Il en va de même du décor : inexistant à Bāb al‑Farādīs nord [12] et présent à Bāb al‑Salāma 2 [8].

Figure 49 : Bāb al‑Faraǧ sud, détail de l’inscription du linteau portant le nom de l’intendant des travaux Ya‘qūb b. Ibrāhīm b. Mūsā.

Figure 49 : Bāb al‑Faraǧ sud, détail de l’inscription du linteau portant le nom de l’intendant des travaux Ya‘qūb b. Ibrāhīm b. Mūsā.

© G. Li, 2008.

61La muraille construite dans les années 1240 est épaisse de 2,70 à 3 m. Bordant le lit majeur du Baradā, elle présente des élévations à la fois soignées (assises bien réglées, joints fins) ou très hétérogènes selon la portion considérée. Entre Bāb al‑Farādīs nord et Bāb al‑Faraǧ nord, l’élévation bien conservée comporte encore par endroit une dizaine d’assises de calcaire, d’une hauteur variant de 0,38 à 0,44 m (fig. 50). Un bloc retaillé portant une inscription des années 1210‑1220 (Inscr. n° 12) a été utilisé en remploi dans les premières assises permettant de donner un terminus post quem à cette section de la courtine en parfaite cohérence avec la datation des portes. Le pied de la courtine n’est aujourd’hui plus visible car il a été doublé d’une banquette en ciment destinée à éviter les affouillements de la rivière. Les moellons présentent des parements dressés avec, à parts égales, des traces de pic ou de bretture, mais aussi parfois un bossage ou même une ciselure périphérique, témoignant de remplois. À environ 3 m par rapport au niveau du lit de la rivière, le mur est défendu par une rangée d’archères hautes d’1,34 m et espacées d’environ 7 m. Leur examen du côté intérieur de la ville montre qu’on accède à l’ébrasement de l’archère par une chambre de tir large de plus de 3 m et profonde d’environ 2 m (fig. 51 et 52). Le couvrement de ces chambres de tir, comme le reste de l’élévation à partir de ce niveau, est réalisé en briques et non en moellons de pierre. On doit s’interroger pour savoir si ce changement de matériaux ne correspond pas à deux états chronologiquement distincts : un premier état avec un mur s’arrêtant aux archères qui ne seraient pas couvertes, ce dispositif présentant l’intérêt d’être facilement battu à l’arrière par la défense du premier mur qui le domine (fig. 51) ; un second état où le mur serait surélevé en brique afin de le renforcer et de le doter d’un chemin de ronde, alors que le mur arrière a perdu de son importance. L’hypothèse la plus probable reste cependant que cet aménagement a été effectué en une seule phase. Le changement de matériaux entre la partie basse et la partie haute du mur aurait été uniquement dicté par des préoccupations d’économie : on aurait réservé la construction en pierre à la base du mur qui pouvait être en contact avec l’eau. Cette hypothèse est d'ailleurs corroborée par l'examen du mur ouest du moulin [M] accolé à Bāb al‑Faraǧ nord. Il présente également deux types d'appareil : les cinq assises basses situées juste au‑dessus de la chambre à eau du moulin sont parfaitement régulières tandis que les assises supérieures, au‑dessus des archères, sont faites de petits moellons de hauteurs irrégulières (fig. 54).

Figure 50 : Rempart nord entre Bāb al‑Farādīs et Bāb al‑Faraǧ, vue des archères depuis le lit du Baradā.

Figure 50 : Rempart nord entre Bāb al‑Farādīs et Bāb al‑Faraǧ, vue des archères depuis le lit du Baradā.

© G. Li, 2008.

Figure 51 : Rempart nord entre Bāb al‑Farādīs et Bāb al‑Faraǧ, coupe schématique sur une archère.

Figure 51 : Rempart nord entre Bāb al‑Farādīs et Bāb al‑Faraǧ, coupe schématique sur une archère.

(Cl. Piaton).

Figure 52 : Repérage du tracé du rempart nord entre Bāb al‑Farādīs et Bāb al‑Faraǧ sur le plan cadastral de 1936.

Figure 52 : Repérage du tracé du rempart nord entre Bāb al‑Farādīs et Bāb al‑Faraǧ sur le plan cadastral de 1936.

Figure 53 : Rempart nord, coupe schématique sur le nahr ‘Aqrabānī et le Baradā entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma.

Figure 53 : Rempart nord, coupe schématique sur le nahr ‘Aqrabānī et le Baradā entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma.

(Cl. Piaton).

Figure 54 : Moulin de Bāb al‑Faraǧ, façade ouest.

Figure 54 : Moulin de Bāb al‑Faraǧ, façade ouest.

© J. Jehel, 2010.

62Cette portion de l'enceinte, homogène et bien conservée, contraste avec le mur situé entre Bāb al‑Farādīs nord [12] et Bāb al‑Salāma 2 [8]. Celui‑ci présente en effet de plus grandes variations d’appareil et est en certains points totalement détruit. La portion de muraille accolée à l’est de Bāb al‑Farādīs qui englobe la madrasa al‑Muǧāhidiyya extra muros forme un redan d’une longueur de près de 60 m, ponctué d’une série d’archères à chambre. Il se termine par une bretèche d’angle dont la facture (notamment la console d’angle étirée) est semblable à celle de l’angle nord‑est de la citadelle. L’appareil à bossage de cet angle du mur semble indiquer qu’il s’agit d’une restauration de l’époque mamlouke. Le prolongement de la muraille jusqu’au moulin [L] de Bāb al‑Salāma suit les inflexions du cours du Baradā. Il est conservé sur une hauteur de 2 à 3 m et ne présente pas de trace d’archère.

63Le mur ouest du moulin [L] pourvu de huit prises d’eau est en saillie de 28 m par rapport à l’enceinte ; sa base présente un appareil de grands blocs parfaitement ravalés et appareillés à joint fin et est ponctuée par trois archères (transformées aujourd’hui en fenêtres) (fig. 55). Le mur nord est de même facture, avec des archères transformées en portes. Ces caractéristiques en tout point semblables à celles du moulin [M] de Bab al‑Faraǧ attesteraient une construction contemporaine, des années 1240. Les élévations en brique très remaniées sont en revanche difficiles à dater sans étude plus poussée. Entre ce grand moulin [L] et Bāb al‑Salāma 2 [8], est installé un autre moulin de petite taille dont les murs bien conservés, en parpaings équarris de moyen appareil, ne présentent pas de trace d’un dispositif de défense (fig. 56). À l’est de ce moulin, la muraille a totalement disparu, remplacée par les murs des échoppes qui longent la rue de Bāb al‑Salāma. Cette disparition pourrait s’expliquer par le remploi des blocs pour construire, à une époque où la muraille a perdu toute fonction défensive, à la fois le petit moulin et les maisons installées au nord de la porte, détruites dans la seconde moitié du xxe siècle.

Figure 55 : Moulin de Bāb al‑Salāma, façade ouest.

Figure 55 : Moulin de Bāb al‑Salāma, façade ouest.

© J.‑O. Guilhot, 2010.

Figure 56 : Moulin de Bāb al‑Salāma, façade est du moulin ottoman adossé au grand moulin.

Figure 56 : Moulin de Bāb al‑Salāma, façade est du moulin ottoman adossé au grand moulin.

© I. Hajjar, 2006.

64Les travaux importants des années 1240 ne peuvent avoir eu pour objectif d’étendre la ville, tant la nouvelle surface enclose, le nouveau quartier de Bayn al‑Sūrayn, est réduite (4 ha au total). Cet espace était en plus grevé par l'emprise du nahr ‘Aqrabānī qui le parcourt d'ouest en est. Les travaux alors réalisés traduisent donc d’autres motivations dont l’importance doit être jaugée à la hauteur de l’investissement considérable consenti qui, outre la construction de la muraille, imposait la construction de ponts sur le Baradā devant chaque porte ainsi que des ponts sur le canal.

  • 68 Les deux sièges de Damas les plus importants qui se déroulèrent dans cette zone furent celui de 62 (...)
  • 69 Par exemple en 669/1271 (Ḏahabī, Ta'rīḫ al‑islām, XLIX, p. 55 ; Ḏahabī, ‘Ibar, III, p. 319) et en (...)

65Deux explications peuvent être avancées pour justifier ces aménagements. La première motivation est sans doute d'ordre militaire. Il s'agissait de répondre aux attaques successives des princes ayyoubides qui se portent à partir de la fin des années 1220 sur le front nord de la ville 68. La nouvelle muraille permettait, en cas de siège, de mieux contrôler l’approvisionnement en eau : en plus du nahr Bānyās, canal qui traversait la citadelle, la muraille protégeait le nahr ‘Aqrabānī, appelé nahr al‑Mağdūl à l’époque médiévale. De même, la construction d’un moulin fortifié à chacune de ses extrémités permettait de protéger un outil de production essentiel à l’alimentation de la ville. Un second objectif était peut‑être d’assainir ce secteur à la périphérie de Damas qui commençait à s’urbaniser. Dans les faits, la muraille jouant le rôle d’une digue semble plutôt avoir amplifié l’effet des crues du Baradā si l’on se réfère aux récits de cette époque 69.

66La dernière phase de travaux conduits sous les Ayyoubides porte sur la construction de tours en saillie de la muraille, caractérisées par leur couronnement de mâchicoulis. La première datée de 646/1248‑1249 (Inscr. n° 21) est située au sud de Bāb Tūmā et la seconde, aujourd’hui disparue, était au‑devant de Bāb Šarqī (fig. 57).

Figure 57 : Bāb Šarqī, vue depuis l’est après restauration de la tour, Bonfils, photographe, v. 1880.

Figure 57 : Bāb Šarqī, vue depuis l’est après restauration de la tour, Bonfils, photographe, v. 1880.

Collection particulière.

Développement de la défense avancée sous les Mamlouks

67L’époque mamlouke qui, en Syrie, commence en 1260 et se termine en 1516, n’est généralement pas considérée comme un moment majeur de l’histoire de l’enceinte de Damas car peu de vestiges clairement attribuables à cette période ont survécu. Il est généralement admis que les efforts défensifs se sont alors concentrés sur la citadelle, principale cible des conquérants mongols et des factions mamloukes rebelles. Il est vrai que, concernant l’enceinte, cette époque est avant tout marquée par le souci d’entretenir et de restaurer les éléments légués par les époques précédentes, mais il y eut néanmoins une volonté réelle de la part des gouverneurs mamlouks de laisser une marque sur les portes et les murs de Damas et même de conduire une véritable politique défensive à l’échelle de la cité qui a été largement sous‑évaluée.

  • 70 Maqrīzī, Sulūk, III‑3, p. 1046.
  • 71 Ibn al‑Ǧazarī, Ḥawādiṯ al‑zamān, III, p. 667.
  • 72 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 589 et 603.
  • 73 Ibn Ṣaṣrā, Durra, II, p. 48 ; Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 318 et 398.
  • 74 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, II, p. 483.
  • 75 Belon du Mans en 1553 et le chevalier d’Arvieux en 1660 signalent la présence sur cette tour de fl (...)

68Le tracé de l’enceinte ne fut semble‑t‑il plus modifié après les derniers aménagements ayyoubides au nord de la cité. Les interventions effectuées sous les Mamlouks sur le rempart, les portes et les tours consistèrent essentiellement à en assurer l’entretien et la remise en état, parfois dans l’urgence. En 803/1401, on « remonte les assises de la muraille » lorsque les armées de Tamerlan marchent sur Damas 70. Le gouverneur Tankiz constatant en 734/1333 que l’arche d’entrée de Bāb Tūmā est en train de s’effondrer, ordonne aussitôt de l’abattre et de la refaire 71 ; de même, Bāb al‑Faraǧ nord est restaurée en 799/1396 après avoir été dévastée par un incendie l’année précédente 72. Deux tours majeures de l’enceinte, la tour ronde [C] portant une inscription de Nūr al‑Dīn (Inscr. n° 9), au sud de Bāb al‑Ǧābiya (fig. 58), et la tour ayyoubide [F] située à l’angle sud‑est de la ville, entre Bāb Šarqī [5] et Bāb Kaysān [4], sont remontées, la première en 699/1300, durant le deuxième règne du sultan Nāsir Muḥammad (Inscr. n° 24), puis à nouveau, en une seule nuit, en 792/1389 après qu’elle se fut effondrée alors que la ville était assiégée 73, la seconde d’abord en 747/1347 74 et sans doute une nouvelle fois sous Barqūq (1382‑1399) 75. Enfin, il semblerait qu’à l'est de Bāb al‑Farādīs nord, un long saillant, pourvu d’archères hautes et d’une bretèche d’angle, caractérisé par un parement à bossages puisse lui aussi être attribué à l’époque mamlouke (fig. 59).

Figure 58 : Rempart ouest entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr, tour Nūr al‑Dīn [C] reconstruite à l’époque mamlouke, Willem Van de Poll, photographie, années 1950.

Figure 58 : Rempart ouest entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr, tour Nūr al‑Dīn [C] reconstruite à l’époque mamlouke, Willem Van de Poll, photographie, années 1950.

Archives nationales des Pays‑Bas.

Figure 59 : Rempart nord entre Bāb al‑Salāma et Bāb al‑Farādīs, bretèche d’angle à l’endroit de la maison dite d’Abd el‑Kader.

Figure 59 : Rempart nord entre Bāb al‑Salāma et Bāb al‑Farādīs, bretèche d’angle à l’endroit de la maison dite d’Abd el‑Kader.

© J. ‑O. Guilhot, 2010.

  • 76 Voir supra, note n° 116.

69Il y eut de la part des gouverneurs mamlouks une réelle volonté de laisser leur marque sur les portes et les murailles de la ville. L’effort porta essentiellement sur la visibilité de leurs travaux et sur l’utilisation qu’ils pouvaient en faire pour leur gloire personnelle. Le caractère monumental des inscriptions où figurent les noms du sultan et du gouverneur ainsi que leurs emblèmes personnels sont ainsi les premiers éléments de cette propagande. L’inscription la plus monumentale de cette époque est sans doute celle laissée sur les premières assises de la tour ronde [C] reconstruite au sud de Bāb al‑Ǧābiya (Inscr. n° 24), mais on trouve aussi des bandeaux épigraphiques sur le sommet d’autres tours restaurées par les gouverneurs mamlouks comme la tour de Bāb Kaysān [E]. Dans certains cas, le message livré par les inscriptions (Inscr. n° 25 de Bāb Tūmā et n° 27 de Bāb al‑Faraǧ nord) est doublé par la représentation des blasons des constructeurs : le foudre du gouverneur Tankiz surmonté de la rosette à six pétales du sultan Nāṣir Muḥammad à Bāb Tūmā (fig. 60), ou la fleur de lys de Barqūq sur les deux piédroits de Bāb al‑Faraǧ nord (fig. 61). D’autres blasons ont aujourd’hui disparu, mais sont signalés par les voyageurs, comme les lions et les fleurs de lys sans doute attribuables au même Barqūq qui figuraient sur la tour d’angle au sud‑est de la ville déjà citée 76.

Figure 60 : Bāb Tūmā, dessin des décors des linteaux, Jean Sauvaget.

Figure 60 : Bāb Tūmā, dessin des décors des linteaux, Jean Sauvaget.

Collection particulière.

Figure 61 : Bāb al‑Faraǧ nord, dessin du décor de fleur de lys, Jules Bourgoin. L’identification de la porte comme « Bab el‑Hadid » est erronée.

Figure 61 : Bāb al‑Faraǧ nord, dessin du décor de fleur de lys, Jules Bourgoin. L’identification de la porte comme « Bab el‑Hadid » est erronée.

Fonds Jules Bourgoin, bibliothèque de l'INHA, collections Jacques Doucet.

  • 77 Voir infra, chap. III.

70Le caractère ostentatoire propre à l’époque mamlouke se lit aussi dans l’architecture. L’intervention des gouverneurs sur les portes de Damas se traduisit en effet le plus souvent par le placage d’une nouvelle façade sur les portes anciennes donnant l’illusion d’une réalisation d’ampleur. À Bāb Kaysān, une façade monumentale avait été aménagée au devant de la porte byzantine bouchée depuis l’époque de Nūr al‑Dīn 77. De même, la façade de Tankiz à Bāb Tūmā ou encore celle de Barqūq à Bāb al-Faraǧ nord s’appuyaient sur les massifs ayyoubides.

71Les interventions d’époque mamlouke sur la muraille se caractérisent par l’emploi de techniques nouvelles comme la généralisation de l’ablaq, tant en parement qu’en décor et l’utilisation de l’appareil à bossages. Des formes nouvelles apparaissent aussi comme l’arc brisé outrepassé et la bretèche d’angle sur console d’angle étirée. Il faut noter également l’aménagement systématique d’assommoirs au droit des portes.

  • 78 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 311.
  • 79 Ibn al‑Ǧazarī, Ḥawādiṯ al‑zamān, III, p. 859 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 174.
  • 80 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 308.
  • 81 Ibn Ṭawq, Ta‘līq, III, p. 1473.
  • 82 Mufaḍḍal b. Abī l‑Faḍā'il, Ägypten, p. 18.
  • 83 On trouve ainsi mention chez Ibn Zafar al‑Irbilī (m. 726/1326) du quartier de « bayn al‑sūrayn bi- (...)

72Les aspects les plus significatifs de la politique des Mamlouks se traduisirent par le renforcement de la défense avancée de la ville. Elle porta d’une part sur la reconstruction de la plupart des ponts situés au devant des portes et enjambant le fossé ou le Baradā qui, précédés d’une porte et formant désormais bāšūra, sont intégrés à la défense. Sont ainsi reconstruits : en 687/1288, les ponts de Bāb al‑Ǧābiya  et de Bāb al‑Farādīs, ce dernier étant doté d’une bašūra (barbacane)78 ; en 736/1336, le pont à trois arches de Bāb al‑Faraǧ nord (fig. 62) et sa bāšūra 79 ; en 765/1364, un large pont avec bāšūra à Bāb Kaysān 80 et enfin, en 901/1495‑1496, le pont entre les deux portes de Bāb al‑Salāma 81. D’autre part, ce renforcement des défenses avancées se porta sur certains secteurs de l’enceinte particulièrement exposés. Ces travaux consistèrent dès le début de l’époque mamlouke à surélever l’avant‑mur (faṣīl) créé sous Nūr al‑Dīn et al‑‘Ādil qui était jusque‑là à hauteur d’homme pour en faire une véritable enceinte d’abord en pisé, puis en 723/1323, entre Bāb al‑Ǧābiya [2] et Bāb Ṣaġīr [3], en pierre 82. À cet endroit, un nouveau quartier qualifié comme celui du nord de la ville de Bayn al‑Sūrayn ou « entre les deux murailles » se développa 83.

Figure 62 : Bāb al‑Faraǧ nord, vue depuis l’amont du pont sur le canal de Bānyās et du mur nord du moulin.

Figure 62 : Bāb al‑Faraǧ nord, vue depuis l’amont du pont sur le canal de Bānyās et du mur nord du moulin.

© J.‑M. Mouton, 2010.

  • 84 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 7 et 250. Il s’agit peut‑être de la même porte appelée en 687/1288 par (...)
  • 85 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 81.
  • 86 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 318, 389 et 398 ; Ibn Ṣaṣrā, Durra, II, p. 74 ; trad. Brinner, p. 10 (...)
  • 87 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 81.

73Une des conséquences de ces travaux fut de donner un nouveau statut aux portes des bāšūra, intégrées à l’enceinte par ce nouveau mur. Elles furent désormais désignées par le nom des anciennes portes – devenues portes intérieures (ǧuwwānī) – auxquelles on ajouta, pour les en distinguer, l’adjectif barrānī ou « extérieures ». On trouve ainsi mention dès 699/1299 de Bāb al‑Ǧābiya al‑barrānī 84 et, dans la nécrologie d’un personnage mort en 716/1316, de Bāb Ṣaġīr al‑barrānī85. Une Bāb al‑Naṣr al‑barrānī est construite en 792/1390 par les émirs rebelles qui défient le sultan Barqūq, mais elle est détruite l’année suivante par ce même sultan une fois qu’il a repris le contrôle de la ville 86. On signale même, à Bāb Ṣaġīr, l’aménagement d’une bāšūra à l’avant de la porte extérieure 87 !

  • 88 Badrān, 1985, p. 40.

74Il ne reste plus aujourd’hui de vestiges apparents de ces défenses avancées à l’ouest de la ville. Il est fort probable que le percement des souks Ḥamīdiyyeh et Midḥat Bāšā dans les années 1860 et 1870 et l’aménagement d’un boulevard circulaire ont contribué à la disparition de ces structures. Un des derniers témoignages de leur existence concerne le quartier de Bāb Ṣaġīr [3] où l’on pouvait encore voir la porte extérieure qui ne fut détruite qu’aux environs de 1290/1873 pour être remplacée par des échoppes 88. Seules aujourd’hui les divisions du parcellaire conservent de Bāb al‑Ǧābiya [2] jusqu’à Bāb Tūmā [7] les ultimes traces de ces défenses avancées.

  • 89 Giorgio Gucci, Viaggio ai luoghi santi ; éd. Lanza et Troncarelli, p. 299‑300.
  • 90 Belon du Mans, Voyage, p. 393 ; Laurent d'Arvieux, Mémoires, II, p. 447.

75L’existence pendant des siècles de cette double défense permet de mieux comprendre les témoignages des voyageurs européens passant à Damas. Ainsi les Florentins Giorgio Gucci et Simone Sigoli qui séjournent dans la ville entre décembre 1384 et janvier 1385 signalent que la ville est entourée de deux murailles, chacune étant précédée d’un fossé 89. Belon du Mans, en 1553, ou encore le chevalier d’Arvieux, en 1660, évoquent aussi l’existence d’une double muraille de Damas 90.

Notes

1 Leur plan assez simple et l’étroitesse de leur ouverture permettent d’identifier des poternes plutôt que des portes. Par leurs dimensions, on peut les rapprocher de celles de l’enceinte urbaine augustéenne ou flavienne de Forum Julii (Fréjus) qui mesurent de 1,80 m (6 pieds) à 2,90 m (10 pieds) quand les portes, constituées de trois baies, s’inscrivent entre deux tours circulaires distantes de 15,75 m (50 pieds). Pour une superficie enclose inférieure de moitié à celle de Damas, Fréjus comptait au minimum six poternes pour huit portes. Cf. Rivet et al., 2000, p. 347 à 358.

2 Porter, 1855, p. 52‑53 ; Van Berchem, Carnets, II, p. 128 ; Hanauer, 1911, plan et fig. 1, p. 43. Seul un piédroit et le départ de l’arc sont aujourd’hui conservés dans une façade entre l’ouverture de deux boutiques (fig. 131).

3 Ibn ‘Asākir, Ta'rīḫ madīnat Dimašq (Munaǧǧid), p. 187 ; Élisséeff, 1959, p. 301 ; Ibn Šākir al‑Kutubī, ʿUyūn, al‑tawārīẖ, BNF ms. arabe 1587, 42 v°.

4 Gros, 2011, p. 91‑92.

5 220 m entre l’est de l’enceinte et Bāb Šarqī.

6 Watzinger, Wulzinger, 1921 et 1924.

7 Sauvaget, 1949, p. 355‑358.

8 Sack, 1989, p. 210, plan 1.

9 Dodinet et al., 1990, p. 339‑367.

10 Will, 1994, p. 1‑43.

11 Corinthiens XI, 33, et le passage parallèle des Actes des apôtres IX, 24‑25 (texte grec Westcott‑Hort).

12 Inscription du Musée de Damas, répertoriée sous le n° d’inventaire 1156. Sur ce texte, voir SEG 2, 832 ; Watzinger, Wulzinger, 1921, p. 30‑31, n° 5 ; Seyrig, 1950, p. 34‑37. Ces informations nous ont aimablement été fournies par Julien Aliquot.

13 Plutarque, Sur la fortune ou la vertu d'Alexandre, I, 5.

14 Leriche, 2000, p. 99‑125.

15 Leriche, Gaborit, 2003.

16 Seigne, 2003, p. 839 ; Seigne, 2008, p. 177.

17 Sauvaget, 1949, p. 357.

18 Flavius Josèphe, Antiquités Judaïques, XIV, iv, 4

19 Will, 1994, p. 36.

20 Laperrousaz, 1990, p. 609‑631 ; Laperrousaz, 1998, p. 97‑105.

21 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, Livre I, XXI, 1 et 2.

22 Cabouret, 1999.

23 Cabouret, 1999.

24 Flavius Josèphe, Guerre des Juifs, Livre I, XXI, 11.

25 Will, 1994, p. 21‑43.

26 Rostovtzeff, 1935, p. 35.

27 Plan géométral Damas 1924, « fait en 1922 par le dessinateur géomètre Ahmed Rassem et par ordre de Hamdi Bey Gallad, directeur général de la police de l’Etat de Damas ».

28 Wulzinger, Watzinger, 1924, Plan der Altstadt von Damaskus, planche 62.

29 Porter, 1855, p. 398.

30 Voir supra, chap. I « Les apports de l’archéologie ».

31 Barrucand, 2001, p. 186, n. 2 ; Dabbour, 2006, I, p. 75‑85 ; Braune, 2008, p. 202‑211 ; Guilhot et al., 2010, p. 38‑51.

32 Lyon‑8378 (Gra), 1720, Lyon‑7802 (Gra), 855 et Lyon‑6810 (Gra), 930.

33 Lyon‑8378 (Gra), 1720.

34 Braune, 2008, p. 204.

35 Seigne, 2001, p. 835‑843.

36 Millar, 2006, p. 66‑76.

37 J. Bidez et F. Cumont considèrent que cette lettre, attribuée à tort à l’empereur Julien, pourrait être de l’orateur Julien de Césarée (Julianus in PRLE, I, p. 469).

38 Julien, Œuvres complètes, p. 376‑381.

39 Will, 1997, p. 99‑113.

40 Charton, 1854, II, chap. XXVIII.

41 Ibn ‘Asākir, Ta’rīḫ madīnat Dimašq, LIII, p. 265 ; Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XIII, p. 53.

42 Muqaddasī, Aḥsan al‑taqāsim, p. 156 ; trad. Miquel, p. 165‑66.

43 Guillaume de Tyr, Historia rerum, livre XVII, chap. V ; trad. Guizot, p. 11‑12.

44 Maqrīzī, Muqaffā’, III, p. 53.

45 Ibn al‑Qalānisī, Ḏayl, p. 223.

46 Dabbour, 2012.

47 Lyon‑7802 (Gra), 855.

48 Lyon‑6810 (Gra), 930.

49 Abū Šāma, Rawḍatayn, I, p. 76.

50 Abū Šāma, Rawḍatayn, II, p. 426‑427.

51 La restauration de cette tour dans les années 2000 n’a pas restitué le mur semi‑circulaire observé mais lui a substitué un mur droit (Dabbour, 2012, p. 23‑40).

52 Buyukasik, 2013, p. 79‑201.

53 La coudée qāsimī fait selon nos calculs 0,53 m.

54 Si ce document apparaît très précis, il contient néanmoins une contradiction en ce qu’il donne un périmètre de la ville de 5 700 coudées qāsimī (3 021 m) discordant d’avec la somme des mesures de porte à porte que donne le même texte : 700 + 1 050 + 2 450 + 1 100 + 1 150 + 450 + 700 = 7 600 coudées. Ces 1 900 coudées de différence – 1 007 m – ne relevant pas d’une erreur de mesure, seraient dues soit à une très grossière erreur de calcul, soit plutôt à une erreur de copie.

55 Ibn Wāṣil, Mufarriǧ, III, p. 141 ; Maqrīzī, Sulūk, I‑1, p. 161.

56 Dabbour, 2012, p. 24, 28 et p. 39, fig. 6 : coupe du système défensif échelonné de l'enceinte urbaine de Damas.

57 Ibn Naẓīf al‑Ḥamawī, al‑Ta’rīḫ al‑Manṣūrī, p. 114.

58 Voir infra, chap. III, « Bāb al‑Faraǧ sud ».

59 Sauvaget, 1940, p. 77‑92, fig. 45.

60 Hartmann‑Virnich, 2012, fig. 9.

61 Jazari, La chronique de Damas, p. 82.

62 En 618/1221 « il fut décidé de consacrer à la construction de la muraille de Damas 200 000 dinars ; elle fut ensuite mesurée et elle était passée à 6 000 coudées » (Ḏahabī, Ta’rīḫ al‑islām, XLIV, p. 57).

63 Numérotation selon le plan général de la citadelle de Damas donné dans Hanisch, 1996.

64 Chevedden, 1986, I, p. 58.

65 Voir supra, chap. II « Une enceinte hellénistique ou romaine ? ».

66 Témoignage de H. Saad (DGAM). Ces structures n'ont malheureusement pas été conservées et le service des Antiquités n'en possède aucun relevé.

67 Tabbaa, 2009, p. 462.

68 Les deux sièges de Damas les plus importants qui se déroulèrent dans cette zone furent celui de 626/1229 (Abū Šāma, Muḏayyal, I, p. 10‑13) et celui de 635/1237 conduits tous les deux par al‑Malik al‑Kāmil (Abū l‑Fidā', Muḫtaṣar, II, p. 262‑264 ; Ḏahabī, Ta'rīḫ al‑Islām, XLVI, p. 23 ; Maqrīzī, Sulūk, I‑1, p. 298 et Humphreys, 1977, p. 235‑237).

69 Par exemple en 669/1271 (Ḏahabī, Ta'rīḫ al‑islām, XLIX, p. 55 ; Ḏahabī, ‘Ibar, III, p. 319) et en 683/1284 (Ḏahabī, Ta'rīḫ al‑islām, LI, p. 11).

70 Maqrīzī, Sulūk, III‑3, p. 1046.

71 Ibn al‑Ǧazarī, Ḥawādiṯ al‑zamān, III, p. 667.

72 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 589 et 603.

73 Ibn Ṣaṣrā, Durra, II, p. 48 ; Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 318 et 398.

74 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, II, p. 483.

75 Belon du Mans en 1553 et le chevalier d’Arvieux en 1660 signalent la présence sur cette tour de fleurs de lys et de lions, emblèmes fréquemment utilisés par le sultan Barqūq (Belon du Mans, Voyage, p. 393 ; Laurent d'Arvieux, Mémoires, II, p. 447).

76 Voir supra, note n° 116.

77 Voir infra, chap. III.

78 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIII, p. 311.

79 Ibn al‑Ǧazarī, Ḥawādiṯ al‑zamān, III, p. 859 ; Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 174.

80 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 308.

81 Ibn Ṭawq, Ta‘līq, III, p. 1473.

82 Mufaḍḍal b. Abī l‑Faḍā'il, Ägypten, p. 18.

83 On trouve ainsi mention chez Ibn Zafar al‑Irbilī (m. 726/1326) du quartier de « bayn al‑sūrayn bi-Bāb al‑Ǧābiya » où il signale un hammam construit par un certain al‑Qirmānī (Madāris Dimašq, p. 24) ; Ibn al‑Ǧazarī est né en 751/1350 à Damas dans le quartier d’al‑Qaṣṣā‘īn, au sud de Bāb al‑Ǧābiya, dans ce second « bayn al‑sūrayn » (Ġāyat, II, p. 217) ; Ibn Ṭūlūn évoque enfin sous l’année 909/1503 un crime qui s’est déroulé à Bāb al‑Ǧābiya dans le quartier de « bayn al‑sūrayn » (Mufākahat, I, p. 268).

84 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 7 et 250. Il s’agit peut‑être de la même porte appelée en 687/1288 par Ibn Kaṯīr Bāb al‑Ǧābiya al‑šamālī ou Bāb al‑Ǧābiya nord lorsqu’il signale que des travaux sont conduits pour la surélever (Bidāya, XIII, p. 311).

85 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 81.

86 Ibn Qāḍī Šuhba, Ta’rīḫ, I, p. 318, 389 et 398 ; Ibn Ṣaṣrā, Durra, II, p. 74 ; trad. Brinner, p. 104.

87 Ibn Kaṯīr, Bidāya, XIV, p. 81.

88 Badrān, 1985, p. 40.

89 Giorgio Gucci, Viaggio ai luoghi santi ; éd. Lanza et Troncarelli, p. 299‑300.

90 Belon du Mans, Voyage, p. 393 ; Laurent d'Arvieux, Mémoires, II, p. 447.

Table des illustrations

Titre Figure 17 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte du Haut‑Empire.
Crédits (J.-O. Guilhot).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Figure 18 : Bāb Ṣaġīr, vue de la façade sud.
Crédits © J. ‑O. Guilhot, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Figure 19 : Bāb al‑Farādīs, façade nord de la porte antique, photographie, v. 1900, in James Edward Hanauer, 1911, p. 43, fig. 1.
Crédits Courtesy of the Palestine Exploration Fund, Londres.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 20 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte byzantine.
Crédits (J. ‑O. Guilhot).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Figure 21 : Vue depuis le sud‑est des courtines situées à l’est de Bāb Kaysān, carte postale, v. 1890.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre Figure 22 : Rempart nord-est entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma, détail de la superposition d’appareil.
Crédits © J. ‑O. Guilhot, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Titre Figure 23 : Plan de Damas en 1855, in Josias Leslie Porter, 1855, p. 398.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Figure 24 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte ouest entre la citadelle et Bāb al‑Ǧābiya.
Crédits (J. ‑O. Guilhot).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Figure 25 : « Souks de Damas » in [Vues de Syrie et du Liban] 39e régiment d’aviation, album photographique 1925‑1927, BNF, département des Estampes et de la photographie, VH‑331‑PET. Vue aérienne des secteurs ouest de la ville après les bombardements de l’armée française en 1924. On repère au milieu des décombres, en haut à droite, le tracé du rempart en deux segments brisés.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Figure 26 : Rempart sud, zone de prélèvement pour analyse 14C du mortier dans la fourrure du mur, à l’arrière du parement en grand appareil.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2011.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Titre Figure 27 : Datation 14C de la base du rempart sud entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān.
Crédits Centre de Datation par le RadioCarbone, UMR 5138, Lyon.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Figure 28 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte de Nūr al-Dīn.
Crédits (J.-O. Guilhot).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 29 : Détail du mortier de l’enceinte de Nūr al‑Dīn.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2011.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Figure 30 : Vue depuis le sud-est des courtines situées à l’est de Bāb Kaysān, photographie anonyme, v. 1900. Sur cette vue, plus récente que celle de la fig. 21, on note la construction d’un muret en pisé le long de la muraille ainsi que la dispartion, à l’arrière plan, d’un imposant minaret du cimetière sud.
Crédits Collection particulière
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Titre Figure 31 : Rempart sud-ouest entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr, vue de l’une des tours semi-circulaires.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Titre Figure 32 : Plan schématique d’une tour semi-circulaire du rempart sud.
Crédits (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Figure 33 : Datation 14C de l’élévation du rempart sud entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr.
Crédits Centre de Datation par le RadioCarbone, UMR 5138, Lyon.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Figure 34 : Datation 14C de l’élévation du rempart sud entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān.
Crédits Centre de Datation par le RadioCarbone, UMR 5138, Lyon.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Figure 35 : Proposition de localisation des portes en 1168‑1169 selon l’arpentage de Nūr al‑Dīn.
Crédits (J. ‑O. Guilhot).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Titre Figure 36 : Bāb Tūmā 1, identifiée à la poterne bouchée située au sud de l’actuelle Bāb Tūmā.
Crédits © J. ‑O. Guilhot, 2011.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 37 : Pont sur le nahr ‘Aqrabānī, rue Bāb al‑Salāma, peut-être à l’emplacement de Bāb al‑Salāma 1.
Crédits © J.‑M. Mouton, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Titre Figure 38 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte des années 1220.
Crédits (J.‑O. Guilhot).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Figure 39 : Coupe de principe du rempart sud et de ses défenses avancées, d’après Y. Dabbour, 2012, p. 39.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Figure 40 : Rempart sud entre Bāb Ṣaġīr et Bāb Kaysān, vue de la tour D en cours de dégagement.
Crédits © I. Hajjar, 2005.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Figure 41 : Plan de la citadelle, des Bāb al‑Faraǧ sud [13] et nord [14] et du moulin de Bāb al‑Faraǧ [M], d’après le plan DGAM et le plan Sauvaget.
Crédits (J.‑O. Guilhot).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Figure 42 : Bāb al‑Faraǧ sud, vue de détail du décor sculpté des chambranles.
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Titre Figure 43 : Bāb al‑Ǧābiya, blocs à ciselure périphérique.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Figure 44 : Rempart nord-est entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma, vestiges du crénelage.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2009.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Figure 45 : Rempart nord entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma, vestiges du crénelage.
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 46 : Élévation des courtines autour de Bāb al‑Faraǧ sud, état des lieux.
Crédits (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Figure 47 : Mur d’enceinte entre la citadelle et Bāb al‑Ǧābiya après les bombardements de 1924, Jean Sauvaget, photographe, 1929.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Figure 48 : Proposition de restitution du tracé de l’enceinte des années 1240.
Crédits (J.‑O. Guilhot).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 49 : Bāb al‑Faraǧ sud, détail de l’inscription du linteau portant le nom de l’intendant des travaux Ya‘qūb b. Ibrāhīm b. Mūsā.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 674k
Titre Figure 50 : Rempart nord entre Bāb al‑Farādīs et Bāb al‑Faraǧ, vue des archères depuis le lit du Baradā.
Crédits © G. Li, 2008.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 51 : Rempart nord entre Bāb al‑Farādīs et Bāb al‑Faraǧ, coupe schématique sur une archère.
Crédits (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Figure 52 : Repérage du tracé du rempart nord entre Bāb al‑Farādīs et Bāb al‑Faraǧ sur le plan cadastral de 1936.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 53 : Rempart nord, coupe schématique sur le nahr ‘Aqrabānī et le Baradā entre Bāb Tūmā et Bāb al‑Salāma.
Crédits (Cl. Piaton).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 54 : Moulin de Bāb al‑Faraǧ, façade ouest.
Crédits © J. Jehel, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 55 : Moulin de Bāb al‑Salāma, façade ouest.
Crédits © J.‑O. Guilhot, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 967k
Titre Figure 56 : Moulin de Bāb al‑Salāma, façade est du moulin ottoman adossé au grand moulin.
Crédits © I. Hajjar, 2006.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Titre Figure 57 : Bāb Šarqī, vue depuis l’est après restauration de la tour, Bonfils, photographe, v. 1880.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Figure 58 : Rempart ouest entre Bāb al‑Ǧābiya et Bāb Ṣaġīr, tour Nūr al‑Dīn [C] reconstruite à l’époque mamlouke, Willem Van de Poll, photographie, années 1950.
Crédits Archives nationales des Pays‑Bas.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Figure 59 : Rempart nord entre Bāb al‑Salāma et Bāb al‑Farādīs, bretèche d’angle à l’endroit de la maison dite d’Abd el‑Kader.
Crédits © J. ‑O. Guilhot, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Figure 60 : Bāb Tūmā, dessin des décors des linteaux, Jean Sauvaget.
Crédits Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Figure 61 : Bāb al‑Faraǧ nord, dessin du décor de fleur de lys, Jules Bourgoin. L’identification de la porte comme « Bab el‑Hadid » est erronée.
Crédits Fonds Jules Bourgoin, bibliothèque de l'INHA, collections Jacques Doucet.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Figure 62 : Bāb al‑Faraǧ nord, vue depuis l’amont du pont sur le canal de Bānyās et du mur nord du moulin.
Crédits © J.‑M. Mouton, 2010.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/12404/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 167k

© Presses de l’Ifpo, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540